Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre II

Résumé

L’empereur de Lilliput, accompagné de plusieurs personnes de distinction, vient voir l’auteur. Description de la personne et des habits de l’empereur. Quelques savants du premier ordre sont chargés d’enseigner à l’auteur la langue du pays. Il se fait aimer par sa douceur. On fait l’inventaire de ce qui se trouve dans ses poches et on lui ôte son épée et ses pistolets.

Texte intégral

  • 1 Mauvaise lecture pour « tallest », les plus grands.
  • 2 « Représenter avec le pinceau quelque histoire, quelque action, quelque paysage, tempête ou autre (...)

1Quand je fus debout, je regardai autour de moi et j’avoue que je n’ai jamais eu de plus belle vue. Toute la contrée ne paraissait qu’un seul jardin et chaque champ avait l’air d’un lit de fleurs. Ces champs dont la plupart avaient quarante pieds en carré étaient entremêlés de bois dont les plus petits1 arbres, autant que j’en pouvais juger, étaient de la hauteur de sept pieds. J’aperçus à ma gauche la ville capitale qui, de l’endroit d’où je la voyais, ne ressemblait pas mal à ces villes qu’on voit dépeintes2 sur des décorations de théâtre. Il y avait déjà quelques heures que j’étais extrêmement incommodé par de certaines nécessités ; ce qui n’est guère étonnant puisqu’il y avait presque deux jours entiers que je n’y avais satisfait : la honte et la nécessité se livraient chez moi de violents combats. Le meilleur expédient que je pusse imaginer fut de me traîner dans ma maisonnette ; ce que je fis. Je fermai la porte après moi et m’éloignant autant que ma chaîne pouvait le permettre, je me défis d’un fardeau si incommode. Mais c’est la seule fois en ma vie que j’aie à me reprocher une pareille malpropreté dont je me flatte pourtant d’obtenir le pardon de tout lecteur équitable qui pèsera sans partialité les circonstances où je me trouvais. Depuis ce temps, dès que j’étais levé, j’ai toujours eu coutume de faire la même chose en plein air, le plus loin de ma maison qu’il m’était possible, et chaque matin avant qu’il vînt compagnie, deux valets à qui ce soin était particulièrement commis ne manquaient jamais d’ôter tout ce qui aurait pu choquer l’odorat de ceux qui me faisaient l’honneur de me venir voir. Je n’aurais pas insisté si longtemps sur une circonstance qui, à la première vue, ne semblera peut-être pas fort importante si je n’avais cru qu’il fut nécessaire que je fisse l’apologie de ma propreté que quelques-uns de mes envieux, prenant occasion du fait que je viens de rapporter, ont osé révoquer en doute.

  • 3 Au sens, aujourd’hui vieilli, d’être sur le point de se produire.
  • 4 « Élever à plomb une chose couchée ou inclinée » (Trévoux).
  • 5 La description « les lèvres grosses » gomme les précisions qui permettent au lecteur anglais d’ide (...)
  • 6 Sur l’accord du verbe, voir F. Brunot, op. cit., p. 1711.
  • 7 « Jargon qu’on parle sur la mer Méditerranée et dans toutes les côtes du Levant, composé du frança (...)

2Après avoir mis fin à cette aventure, je sortis de ma maison pour prendre l’air. L’empereur était déjà descendu de la tour et s’avançait vers moi à cheval ; ce qui pensa3 lui coûter cher, car l’animal qu’il montait, quoique d’ailleurs fort bien dressé, n’étant pas accoutumé à voir une créature de ma sorte qui devait lui paraître une montagne mouvante, se dressa en pieds4, mais ce prince qui est parfaitement bon cavalier ne perdit pas le fond de la selle et donna le temps à ceux de sa suite de saisir le cheval par la bride, après quoi il en descendit. Quand il eut mis pied à terre, il me regarda de tous côtés avec grande admiration, mais il se tint toujours hors de ma portée. Il donna ordre aux cuisiniers et aux sommeliers qui s’étaient déjà rendus là de me fournir à manger et à boire ; ce qu’ils firent en mettant ce qu’ils avaient à me donner dans des espèces de machines à roues qu’ils poussaient jusqu’à ce que je fusse à portée d’y atteindre. Je pris ces machines et les vidai dans un instant ; il y en avait vingt remplies de mets et dix de breuvage ; chacune de celles-là contenait deux ou trois bouchées et à l’égard de la liqueur, la proportion était assez bien observée dans celle-ci. L’impératrice, les princes et princesses du sang et grand nombre de dames étaient assises dans des fauteuils à une certaine distance, mais quand elles virent l’accident qui avait pensé arriver à l’empereur par la faute de son cheval, elles se levèrent et s’approchèrent de lui. Voici comment ce prince est fait : il est plus grand qu’aucun de sa cour, de l’épaisseur d’un de mes ongles ; ce qui seul suffit pour inspirer du respect à ceux qui le regardent. Il a les traits mâles, les lèvres grosses5 et le teint couleur d’olive ; il se tient fort droit, est bien proportionné dans tous ses membres et a beaucoup de grâce et même de majesté dans toutes ses actions. Il avait passé alors le printemps de son âge, ayant vingt-huit ans et quelques mois dont il en avait régné sept avec toute sorte de prospérité. Pour le voir à mon aise, je me couchai sur l’un de mes côtés, éloigné de lui de trois verges, attitude qui fit que ma tête fut précisément parallèle à tout son corps. D’ailleurs il est impossible que la description que je fais ici ne soit exacte puisque depuis ce temps-là, je l’ai tenu plus d’une fois dans mes mains. Son habillement était simple et tenait, pour ce qui regarde la façon, un [sic] espèce de milieu entre ceux des Asiatiques et ceux des habitants de l’Europe, mais il avait sur la tête un casque d’or fort léger, orné de joyaux et à la tête duquel était attachée une plume. Il avait une épée nue à la main pour se défendre en cas que je vinsse à rompre mes liens ; elle était longue de trois pouces tout au plus ; la garde et le fourreau en était6 d’or, enrichi de diamants. Sa voix était grêle, mais fort claire et je pouvais l’entendre distinctement quoique je fusse debout. Les dames et les courtisans étaient si magnifiquement habillés que l’endroit où ils étaient ressemblait à une jupe étendue à terre et brodée de plusieurs figures d’or et d’argent. Sa Majesté impériale me fit souvent l’honneur de m’adresser la parole et je ne manquai pas de lui répondre autant de fois, mais il n’entendit pas un mot de ma réponse comme je puis protester de ma part n’avoir pas compris une syllabe de ce qu’il me disait. Il y avait là quelques prêtres et quelques gens de loi (autant que je pus le conjecturer par leurs habits) qui eurent ordre de lier conversation avec moi : je leur parlai toutes les langues que je savais et même celles dont je n’avais qu’une fort légère teinture ; je veux dire allemand, flamand, latin, français, espagnol et italien : tout en fut jusqu’à la langue franque7, mais sans succès. Deux heures après, la cour se retira et on me laissa une bonne garde pour prévenir l’impertinence et probablement la malice de la canaille qui mourait d’envie de s’approcher de moi et dont quelques-uns eurent l’insolence, pendant que j’étais assis à la porte de ma maison, de me tirer plusieurs flèches dont une entre autres pensa m’éborgner. Mais le colonel ordonna que six des principaux complices de cet attentat seraient saisis et qu’en punition de leurs crimes, ils me seraient remis entre les mains ; ce qui fut exécuté par des soldats qui les poussèrent avec leurs piques jusqu’à ce qu’ils fussent à ma portée. Je les mis tous dans ma main droite ; j’en mis cinq dans la poche de mon justaucorps et pour le sixième, je fis semblant de vouloir le manger tout en vie. Le pauvre homme jeta des cris affreux et le colonel aussi bien que les autres officiers furent dans de terribles transes, surtout quand ils me virent prendre mon canif, mais je ne tardai guère à les tirer de peine, car prenant un air doux et coupant un instant après les cordes dont il était lié, je le mis doucement à terre et lui aussitôt s’enfuit. Je traitai le reste de mes prisonniers de la même manière après les avoir tirés un à un de ma poche et je remarquai que les soldats et le peuple furent charmés de ce trait de clémence qui fut rapporté à la cour de la manière du monde la plus avantageuse pour moi.

3Vers la nuit, je me glissai dans ma maison où je me couchai à terre ; pendant une quinzaine de jours, je n’eus point d’autre lit, mais après ce temps j’en eus un par ordre de l’empereur. Six cents lits de la mesure ordinaire furent transportés et accommodés dans ma maison. La longueur et largeur de mon lit étaient de cent cinquante des leurs cousus l’un à l’autre et l’épaisseur de quatre ; ce qui ne m’empêchait pas néanmoins d’être fort mal couché parce que le pavé était de pierre. Le même calcul fut observé à l’égard des draps et des couvertures. Tout cela n’était pas autrement bien, mais endurci de longue main à la fatigue, je m’en accommodai pourtant. Dès que la nouvelle de mon arrivée fut répandue dans le Royaume, un nombre infini de badauds se rendirent à la capitale pour me voir ; la quantité en fut si prodigieuse que la plupart des villages restèrent sans habitants et cela au grand détriment de leurs affaires domestiques aussi bien que de l’agriculture, mais il fut pourvu à ce désordre par différentes proclamations de Sa Majesté impériale qui ordonna que ceux qui m’avaient déjà vu s’en retourneraient chez eux et n’approcheraient de cinquante verges de ma maison, à moins que d’en avoir permission de la cour, restriction qui valut de grandes sommes aux secrétaires d’État.

  • 8 « A bientôt tué son ennemi, s’en est bientôt défait » (Trévoux).
  • 9 Swift est plus explicite sur les secrets de Gulliver : « and another secret Pocket I had no mind s (...)

4Dans ce temps-là, l’empereur tint souvent conseil pour savoir ce qu’on ferait de moi et j’appris depuis d’un des meilleurs amis que j’aie eu dans ce pays, qui était un homme de la première qualité et qui certainement pouvait être au fait, j’appris, dis-je, que la cour était cruellement embarrassée de ma personne. On y craignait que je ne vinsse à bout de rompre mes liens ou que ma voracité ne causât une famine. Quelquefois on y prenait la résolution de me laisser mourir de faim et autrefois de me blesser aux mains et au visage avec des flèches empoisonnées ; ce qui m’aurait bien vite dépêché8. Mais aucun de ces desseins ne fut exécuté parce que l’on fit attention que la puanteur d’un corps aussi énorme que le mien infecterait sans doute l’air et produirait dans la capitale quelque maladie contagieuse qui se répandrait ensuite par tout le Royaume. Au milieu de ces délibérations, plusieurs officiers de l’armée vinrent à la porte de la chambre où se tenait le conseil et deux d’entre eux ayant été admis firent rapport de la manière dont j’en avais agi à l’égard des six criminels dont il a été parlé ci-devant ; ce qui fit une telle impression en ma faveur non seulement dans l’âme de l’empereur, mais aussi de tout son conseil que tous les villages jusqu’à la distance de neuf cents verges de la ville reçurent ordre de fournir chaque matin six bœufs, quarante moutons et quelques autres victuailles pour ma nourriture, avec du pain, du vin et d’autres liqueurs à proportion. Le payement de toutes ces choses leur était assigné sur l’épargne de Sa Majesté, car ce prince vit du revenu de ses domaines, n’exigeant que très rarement et que dans des occasions fort pressantes des subsides de ses sujets qui de leur côté sont obligés de le servir dans ses guerres à leurs propres frais. Six cents personnes dont les gages étaient payés par l’empereur furent choisies pour être mes domestiques et il leur fut dressé des tentes à chaque côté de ma porte ; il fut aussi ordonné que trois cents tailleurs me feraient un assortiment complet d’habits à la manière du pays, que six des plus savants hommes de l’Empire auraient soin de m’enseigner leur langue et enfin que les gardes de l’empereur, aussi bien que ses chevaux et ceux de la noblesse, passeraient souvent devant moi afin de s’accoutumer à ma vue. Tous ces ordres furent exécutés avec la dernière précision et dans l’espace de trois semaines, je fis de grands progrès dans la langue du pays. Pendant ce temps, l’empereur m’honora plusieurs fois de ses visites et me fit la grâce de mêler souvent ses instructions avec celles de mes maîtres. Nous commencions déjà à lier ensemble une espèce de conversation ; par les premiers mots que j’appris, je tâchai d’exprimer le désir que j’avais d’obtenir ma liberté et je lui réitérai chaque jour la demande à genoux. Sa réponse, autant que je pus la comprendre, fut que c’était une chose qui demandait du temps et à laquelle il ne fallait pas seulement penser sans l’avis du conseil, qu’avant tout, je devais « Lumos Kelmin pesso desmar lon Emposo », c’est-à-dire lui jurer que je vivrais en paix avec lui et avec tous ses sujets, que cependant je serais bien traité. Au reste, il me conseilla de tâcher de m’acquérir sa bienveillance et celle de ses sujets par ma patience et par ma discrétion. Il me pria de ne pas prendre en mauvaise part qu’il donnât ordre à quelques-uns de ses officiers de me fouiller, car il était apparent que j’avais sur moi quelques armes qui devaient être extraordinairement dangereuses si elles répondaient à l’immensité de ma taille. Je dis que Sa Majesté serait obéie et que j’étais prêt à me dépouiller et à retourner mes poches. C’est ce que j’exprimai en me servant de signes lorsque les paroles me manquaient. Il répliqua que par les lois du Royaume, je devais être fouillé par deux officiers, qu’il n’ignorait pas qu’il était impossible que cela se fît sans mon secours, qu’il avait assez bonne opinion de ma générosité et de ma justice pour confier leurs personnes entre mes mains, que tout ce qui m’aurait été pris me serait rendu quand je quitterais le pays, ou payé suivant le prix que moi-même j’y mettrais. Je pris les deux officiers dans mes mains et les mis premièrement dans les poches de mon justaucorps et ensuite dans toutes les autres, hormis mes deux goussets et une autre poche encore9 où il y avait quelques bagatelles qui ne pouvaient être d’usage qu’à moi seul. Dans un de mes goussets, il y avait une montre d’argent et dans l’autre, quelques pièces d’or dans une bourse. Ces Messieurs, qui avaient avec eux papier, plume et encre, firent un inventaire fort exact de tout ce qu’ils trouvèrent et, leur besogne faite, ils me prièrent de les mettre à terre afin d’en faire part à l’empereur. J’ai traduit depuis cet inventaire en anglais et cette traduction, la voici mot pour mot.

  • 10 L’auteur de la traduction emploie ici un raccourci en qualifiant le coffre de « tout d’argent ». E (...)
  • 11 Dans le texte swiftien, seules les hypothèses des Lilliputiens sont présentées (« which we humbly (...)

5Premièrement, dans la poche droite du justaucorps du grand homme-montagne (car c’est ainsi qu’il me paraît qu’on doit traduire les mots Quinbus Flestrin), après la plus exacte recherche, nous avons trouvé seulement une si grande pièce d’étoffe qu’elle pourrait servir de tapis de pied à la plus grande salle du palais de Votre Majesté. Dans la poche gauche, nous avons vu un énorme coffre, tout d’argent10. Nous avons demandé qu’il fût ouvert et un de nous y étant entré a enfoncé mi-jambe dans une sorte de poussière dont une partie s’étant répandue dans l’air nous a fait éternuer plusieurs fois. Dans la poche droite de sa veste, nous avons trouvé un prodigieux paquet composé de plusieurs substances blanchâtres, pliées les unes sur les autres, de la longueur d’environ trois hommes, fortement attachées entre elles et marquées de figures noires ; il nous a dit que11 ce sont des écrits dont chaque lettre est aussi large que la moitié de la paume de nos mains. Dans la poche gauche, il y avait une sorte de machine composée de vingt longues perches qui ne ressemblaient pas mal aux palissades qu’il y a devant la cour de Votre Majesté ; nous croyons que c’est avec cet instrument que l’homme-montagne se peigne la tête, car nous ne le fatiguons pas toujours de nos questions parce que nous avons grand-peine à nous faire entendre. Dans la grande poche droite de son enveloppe milieu (car c’est ainsi que je rends les mots ranfu-lo par lesquels ils désignaient mes culottes), nous avons vu une colonne de fer qui était creuse, de la longueur d’un homme et attachée très fortement à une pièce de bois plus grande encore que la colonne. Sur un des côtés de cette machine, il y avait de grandes pièces de fer dont la figure était si bizarre que nous ne savions qu’en penser. Nous avons trouvé un instrument tout semblable dans la poche gauche. Dans une plus petite poche du côté droit, il y avait plusieurs pièces d’un métal blanchâtre et rougeâtre, de différentes grandeurs ; quelques-unes des pièces blanches qui nous paraissaient d’argent étaient si larges et si pesantes que mon camarade et moi pouvions à peine les lever. Dans la poche gauche, nous avons trouvé deux colonnes noires, d’une figure irrégulière ; une d’elles était couverte et paraissait tout d’une pièce, mais au bout supérieur de l’autre, il y avait une espèce de substance ronde et blanchâtre, une fois plus grosse que nos têtes ; chacune de ces machines contenait une prodigieuse lame d’acier. Nous l’obligeâmes à nous les montrer parce que nous craignions que ce ne fussent des instruments pernicieux ; il les tira de leurs niches et nous apprit que dans son pays, il avait coutume de se servir de l’un pour se raser la barbe, et de l’autre pour couper de certains aliments. Il y a deux poches où nous n’avons pu entrer ; il les appelait ses goussets. C’étaient deux larges fentes, faites tout au haut de son enveloppe milieu, mais rendues fort étroites par la pression de son ventre. Hors du gousset droit, pendait une grande chaîne d’argent au bout de laquelle il y avait la machine la plus singulière que nous ayons jamais vue. Nous lui dîmes de tirer dehors ce qui tenait à la chaîne ; il le fit et nous vîmes que c’était un globe, en partie d’argent et en partie d’un autre métal transparent, car à travers du côté transparent, nous aperçûmes d’étranges figures rangées en cercle et, voulant les toucher, nos doigts se trouvèrent arrêtés par cette substance diaphane. Il approcha cette machine de nos oreilles et nous ouïmes un bruit continuel, semblable à celui que fait un moulin à eau. Nous croyons que c’est quelque animal inconnu ou bien le Dieu qu’il adore, mais cette dernière opinion nous paraît la plus vraisemblable parce qu’il nous a assuré (si nous l’avons bien compris, car il s’exprime d’une manière très imparfaite) que c’était une manière d’oracle qu’il consultait fort souvent et qu’il lui marquait le temps de chaque action de sa vie. De son gousset gauche, il a tiré une sorte de filet assez grand pour servir à la pêche, mais qui peut s’ouvrir et se fermer comme une bourse, et il s’en sert aussi à cet usage. Nous y avons trouvé quelques pièces massives, d’un métal jaunâtre qui, si elles sont de véritable or, doivent être d’une immense valeur.

6Après avoir ainsi, en exécution des ordres de Votre Majesté, fouillé exactement dans toutes ses poches, nous avons remarqué qu’il avait autour de sa veste un ceinturon qui ne peut avoir été fait que de la peau de quelque animal prodigieux. Au côté gauche du ceinturon, pendait une épée de la longueur de cinq hommes et, à la droite, une espèce de sac divisé en deux cellules dont chacune pourrait contenir trois des sujets de Votre Majesté ; dans l’une de ces cellules, il y avait plusieurs globes d’un métal fort pesant, chacun de la grosseur de nos têtes, et fort difficiles à lever. Dans l’autre cellule, nous vîmes une grande quantité de grains noirs, assez petits, et qui n’étaient guère pesants, car nous pouvions en tenir plus de cinquante à la fois dans la main.

7C’est ici l’inventaire exact de ce que nous avons trouvé sur le corps de l’homme-montagne qui en a agi avec nous fort honnêtement et avec le respect dû à la commission de Votre Majesté.

8Signé et scellé le quatrième jour de la quatre-vingt-neuvième lune de l’auguste règne de Votre Majesté impériale.

9 Clefren Frelock

10 Marsi Frelock

  • 12 Le traducteur a employé le générique « épée » au lieu du mot à connotation orientale cimeterre («  (...)
  • 13 Accord de voisinage, courant alors.
  • 14 Le sens est clair, mais la forme a disparu.

11Quand l’empereur eut lu cet inventaire d’un bout à l’autre, il m’ordonna, quoiqu’en termes fort honnêtes, de remettre tout entre ses mains. Il me demanda premièrement mon épée12 que j’ôtai du ceinturon avec le fourreau. Il commanda en même temps que trois mille hommes de ses meilleures troupes (dont il était alors accompagné) m’environnassent de tous côtés et tinssent leurs arcs et leurs flèches prêtes13, mais je ne m’en aperçus pas à cause que mes regards n’étaient fixés que sur l’empereur. Il me pria alors de tirer mon épée qui, quoique l’eau de mer l’eût enrouillée14 dans quelques endroits, ne laissait pas d’être fort resplendissante. Je le fis et dans l’instant toutes les troupes jetèrent un cri qui tenait également de la surprise et de la terreur, car les rayons du soleil, après s’être réfléchis sur mon épée, leur donnaient dans les yeux. L’empereur, qui est un prince très magnanime, était moins épouvanté que je n’aurais cru. Il m’ordonna de rengainer mon épée et de la jeter à terre le plus doucement qu’il me serait possible et à la distance de six pieds de l’extrémité de la chaîne. La seconde chose qu’il demanda fut une de ces colonnes de fer qui étaient creuses, par où il entendait mes pistolets de poche. Je lui en montrai un et tâchai, conformément au désir qu’il paraissait avoir, de lui en faire connaître l’usage. Pour cet effet, je le chargeai seulement de poudre, que j’avais eu soin de garantir de l’humidité de la mer (inconvénient contre lequel tous les mariniers prudents se précautionnent) et après avoir averti l’empereur de n’avoir pas peur, je tirai mon coup en l’air. L’épouvante fut bien plus grande alors qu’elle n’avait été à la vue de mon épée : ils tombaient à terre par centaines tout de même que s’ils avaient été morts et l’empereur même, quoiqu’il restât sur pied, eut besoin de quelque temps pour se remettre. Je rendis mes deux pistolets de la même manière que j’avais fait mon épée, et ensuite mon sachet de poudre et mes balles de plomb, avertissant qu’il fallait bien se donner garde d’approcher la poudre du feu parce que la moindre étincelle pourrait l’allumer et faire sauter en l’air tout le palais impérial. Je donnai aussi ma montre que l’empereur fut fort curieux de voir ; il ordonna à deux des plus grands de ses gardes d’attacher la montre à une perche et de la porter ainsi sur leurs épaules, à peu près comme les charretiers de brasseurs portent un tonneau d’ale en Angleterre. Il fut surpris du bruit continuel de cette machine et du mouvement de l’aiguille qui marque les minutes qu’il aperçut très facilement parce que la vue des habitants de ce pays est beaucoup meilleure que la nôtre. Plusieurs savants, interrogés par l’empereur sur la nature de cette machine, firent, comme le lecteur peut facilement s’imaginer, différentes réponses dont j’avoue n’avoir pas bien compris le sens.

12Je livrai ensuite ma monnaie d’argent et de cuivre, ma bourse, où il y avait neuf grandes pièces d’or et quelques autres plus petites, mon couteau, mon rasoir, mon peigne, ma tabatière d’argent, mon mouchoir et mon journal ; mon épée et mes pistolets furent mis sur des voitures et transportés dans les arsenaux de Sa Majesté.

13J’avais, comme je l’ai déjà remarqué, une poche secrète qui avait échappé à leurs recherches et où je gardais une paire de lunettes (dont je me sers quelquefois à cause de la faiblesse de ma vue), une lunette d’approche et quelques autres bagatelles que je ne me crus pas obligé de déceler parce que je craignais de les perdre et que d’ailleurs elles ne pouvaient être d’aucun usage à l’empereur.

Notes

1 Mauvaise lecture pour « tallest », les plus grands.

2 « Représenter avec le pinceau quelque histoire, quelque action, quelque paysage, tempête ou autre chose » (Trévoux).

3 Au sens, aujourd’hui vieilli, d’être sur le point de se produire.

4 « Élever à plomb une chose couchée ou inclinée » (Trévoux).

5 La description « les lèvres grosses » gomme les précisions qui permettent au lecteur anglais d’identifier une allusion voilée au roi à l’époque de la parution du roman. L’original indique en effet, à cet endroit du portrait du roi « with an Austrian Lip and arched Nose » (GT I 29). Il s’agit là d’une allusion à la lèvre inférieure proéminente des Habsbourg. Plusieurs critiques voient dans cette référence géographique indirecte une allusion au roi George qui était d’origine germanique, de la maison de Hanovre.

6 Sur l’accord du verbe, voir F. Brunot, op. cit., p. 1711.

7 « Jargon qu’on parle sur la mer Méditerranée et dans toutes les côtes du Levant, composé du français, italien, espagnol, du grec vulgaire et autres langues » (Trévoux).

8 « A bientôt tué son ennemi, s’en est bientôt défait » (Trévoux).

9 Swift est plus explicite sur les secrets de Gulliver : « and another secret Pocket I had no mind should be searched » (GT I 37).

10 L’auteur de la traduction emploie ici un raccourci en qualifiant le coffre de « tout d’argent ». En effet l’original détaille davantage la description du coffre en soulignant par ailleurs son poids considérable et l’impossibilité pour les Lilliputiens de le soulever : « a huge Silver Chest, with a Cover of the same Metal, which we the Searchers were not able to lift » (GT I 38).

11 Dans le texte swiftien, seules les hypothèses des Lilliputiens sont présentées (« which we humbly conceive to be Writings » [GT I 39]), ce qui renforce la focalisation sur la vision de ce peuple et sème également un doute dans l’esprit du lecteur. Le traducteur a ici au contraire ôté en partie les doutes du lecteur en changeant la source de l’explication puisque c’est Gulliver lui-même qui dit aux Lilliputiens à quoi cela correspond.

12 Le traducteur a employé le générique « épée » au lieu du mot à connotation orientale cimeterre (« Scymiter » [GT I 43]) du texte anglais.

13 Accord de voisinage, courant alors.

14 Le sens est clair, mais la forme a disparu.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search