Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre I

Résumé

Qui est l’auteur de ce Voyage et de quelle famille. Premiers motifs qui le portèrent à voyager. Il fait naufrage et se sauve à la nage sur la côte de Lilliput ; est fait prisonnier et amené plus avant dans le pays.

Texte intégral

  • 1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. I. Tom. I. Pag. 1 » présente Sumatra en (...)
  • 2 « En Angleterre le mot de comté est synonyme à celui de shire » (Encyclopédie) ; en ce sens, il es (...)
  • 3 L’idée de « récompense » (dans le sens vieilli de compensation) est un ajout du traducteur.
  • 4 Le traducteur supprime le nom de l’université « Emanuel Colledge » (GT I 1).
  • 5 Les prénoms sont francisés : « James » devient Jaques (sic) ; au paragraphe suivant, « Uncle John  (...)

1Mon1 père avait peu de biens, situés dans la comté2 de Nottingham, mais en récompense3 cinq fils dont je suis le troisième. Il m’envoya à l’âge de quatorze ans au collège4 à Cambridge où je m’appliquai diligemment à l’étude pendant l’espace de trois années. Mais comme les moyens de mon père étaient trop médiocres pour subvenir aux frais de mon entretien (qui, pour dire le vrai, n’allaient guère loin), je fus mis apprenti chez le Sieur Jaques5 Bates, un des meilleurs chirurgiens de Londres chez qui je restai quatre ans. Mon père m’envoyait de temps en temps quelque argent que j’employais à me faire enseigner cette partie des mathématiques qui a rapport à la navigation et dont la connaissance est nécessaire à ceux qui ont dessein de voyager, dessein à l’exécution duquel je me croyais en quelque sorte destiné.

2En quittant mon maître, je m’en retournai chez mon père qui, conjointement avec mon oncle Jean et quelques autres parents, me fit avoir quarante livres avec promesse de me fournir trente livres sterling par an pour m’entretenir à Leyde où j’étudiai en médecine deux ans et sept mois parce que cette science est très utile dans des voyages de long cours.

3Peu après mon retour de Leyde, mon bon maître, M. Bates, me recommanda pour être chirurgien de L’Hirondelle dont le capitaine Abraham Pannell était commandant. Pendant trois ans et demi que je demeurai avec lui, je fis deux voyages au Levant et dans quelques autres endroits. De retour, je pris la résolution de m’établir à Londres. M. Bates approuva mon dessein et me procura quelques pratiques. Je me logeai petitement et la fantaisie m’ayant pris de me marier, j’épousai la fille d’un bon bourgeois qui m’apporta quatre cents livres en mariage. Mais la mort de mon bon maître, qui arriva environ deux ans après, et le peu d’amis que j’avais furent cause que bientôt je n’eus pas grand-chose à faire. D’ailleurs ma conscience ne me permettait pas d’imiter quelques-uns de mes confrères qui traitent leurs patients de manière qu’ils ne sauraient guère courir risque d’être désœuvrés. Ayant donc pris conseil de ma femme et de quelques amis, je résolus de retourner en mer. Je fus successivement chirurgien de deux vaisseaux et pendant six ans, je fis différents voyages aux Indes orientales et occidentales qui me valurent quelque chose. J’employais mes heures de loisir à la lecture des meilleurs auteurs tant anciens que modernes, ayant toujours une bonne provision de livres avec moi, et quand j’étais à terre, je m’appliquais à étudier le génie et la manière des peuples avec qui je conversais, aussi bien qu’à apprendre leurs langues ; ce que j’ai toujours eu une grande facilité à faire à cause de la fidélité de ma mémoire.

  • 6 Le traducteur procède à un résumé afin de ne pas mentionner en vain des noms de quartiers qui risq (...)

4Mon dernier voyage n’ayant pas autrement bien réussi, je me dégoûtai de la mer et formai le dessein de rester désormais chez moi avec ma femme et mes enfants. Je changeai deux fois de quartier6, espérant d’avoir plus à faire que dans celui que je quittais, mais c’était toujours à peu près la même chose, c’est-à-dire rien. Après trois ans d’attente inutile, j’acceptai une offre fort avantageuse qui me fut faite par le capitaine Guillaume Prichard qui était maître d’un vaisseau nommé La Gazelle et qui avait dessein de partir pour la mer du Sud. Nous fîmes voile de Bristol le 4 mai 1699 et d’abord notre voyage fut fort heureux.

  • 7 « Le sillage et la route du vaisseau. » (Dictionnaire universel, Trévoux, 1704, 3 t.).

5J’ai quelques raisons de croire qu’il n’est pas nécessaire de fatiguer le lecteur du récit des aventures qui nous sont arrivées dans ces mers ; il suffira de l’avertir qu’en faisant cours7 vers les Indes orientales, nous fûmes accueillis d’une violente tempête qui nous poussa vers le nord-ouest du pays de Diemen. Par une observation, nous trouvâmes que nous étions à 30 degrés et 2 minutes de latitude méridionale. Le travail excessif et la mauvaise nourriture nous avaient fait perdre douze hommes de notre équipage et le reste était en assez mauvais état.

  • 8 « On appelle aussi câble, la mesure ou étendue du câble qui est de 120 brasses » (Trévoux) ; la br (...)
  • 9 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1476.
  • 10 Probablement un oubli de la part du traducteur, la clause entière étant « il me fut impossible de (...)
  • 11 La suite de cette phrase est inventée et remplace l’original suivant : « I likewise felt several s (...)
  • 12 Le traducteur préfère ici la litote avec double négation par rapport à l’original : « which gave m (...)
  • 13 Cette parenthèse qui explicite les degrés de différences est un ajout du traducteur.
  • 14 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, op. cit., p. 1478.
  • 15 « Pourpoint sans manches » (Trévoux).
  • 16 Le traducteur ôte dans cette traduction neutre l’image mythologique de la Fortune qui commence à s (...)
  • 17 Là aussi, la traduction efface l’aspect plus concret de la restriction de point de vue du texte an (...)
  • 18 Petite variante graphique par rapport à l’original : « Langro Dehul San » (GT I 11).
  • 19 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. I. » représente Gulliver attaché au sol ; les Li (...)

6Le cinquième de novembre, qui est le temps où l’été commence en ce pays-là, le temps étant extraordinairement embrumé, les matelots aperçurent un rocher éloigné du vaisseau de la longueur à peu près d’un demi-câble8, mais le vent était si violent que le vaisseau fut jeté dessus et peu après mis en pièces. Cinq hommes de l’équipage et moi tâchâmes de nous sauver dans la chaloupe et de nous éloigner du rocher et de notre vaisseau. À force de ramer, nous nous en éloignâmes, si je ne me trompe, à la distance d’environ neuf miles, mais alors nous fûmes entièrement sur les dents parce que nos forces avaient déjà été presque épuisées par le travail que nous avions été obligés de faire pendant que nous étions encore dans le vaisseau. Nous abandonnâmes donc notre chaloupe à la merci des flots qui l’engloutirent une demi-heure après. J’ignore ce que devinrent mes cinq compagnons et ceux que j’avais laissés dans le vaisseau, mais il est très apparent que tous sont péris9 ; pour moi, je nageai au hasard, poussé par le vent et par la marée ; j’essayai plus d’une fois, quoiqu’inutilement, si je ne trouverais pas de fond, mais enfin, par le plus grand bonheur du monde, j’en trouvai dans l’instant que je n’en pouvais plus et presque en même temps, la tempête se ralentit. Je fis près d’un mile avant que de gagner la côte parce que la pente du rivage vers la mer était presque imperceptible, et ce fut environ à huit heures du soir que j’y arrivai. Je fis à peu près un demi-mile sans apercevoir ni maisons ni habitants. L’extrême fatigue que j’avais soufferte, le chaud qu’il faisait et par-dessus cela, une demi-pinte d’eau-de-vie que j’avais avalée en quittant le vaisseau m’accablèrent de sommeil. L’herbe était tendre, je m’y couchai et dormis plus de neuf heures aussi profondément que j’aie fait de ma vie, car le jour commençait à poindre quand je m’éveillai. Je voulus me lever, mais il me fut impossible10 parce que mes bras et mes jambes étaient fortement attachés à la terre des deux côtés ; mes cheveux mêmes, qui étaient longs et épais, s’y trouvèrent tellement attachés11 que je ne pus lever la tête ; ce que j’aurais fort souhaité de faire à cause de la chaleur du soleil qui commençait à m’incommoder. J’entendais quelque bruit confus autour de moi, mais dans l’attitude où j’étais, je ne pouvais voir que le ciel. Peu de temps après, je sentis quelque chose qui se mouvait sur ma jambe gauche et qui, s’avançant doucement sur ma poitrine, vint jusqu’à mon menton. En tâchant, autant que la situation où j’étais pouvait me le permettre, de voir ce que c’était, j’aperçus une créature humaine qui n’avait pas six pouces de hauteur, avec un arc et une flèche dans ses mains et une trousse de flèches sur le dos. Dans le même instant, je sentis (autant que je pus le conjecturer) une quarantaine de petits hommes de la même sorte qui suivaient le premier. Dans l’étonnement inexprimable où j’étais, je fis un cri si grand que tous s’enfuirent de frayeur et que même quelques-uns d’eux, comme cela me fut rapporté depuis, se firent bien mal en sautant de mes côtés à terre. Cependant ils ne tardèrent guère à revenir et un d’eux qui s’avança assez pour me regarder en face, levant ses mains et ses yeux d’admiration au ciel, s’écria d’une voix petite, mais distincte : « Hekinah Degul. » Les autres répétèrent plusieurs fois les mêmes mots, mais je ne savais alors ce qu’ils signifiaient. Le lecteur conçoit aisément que pendant tout ce temps, j’étais fort mal à mon aise. À la fin, faisant tous mes efforts pour me détacher, j’eus le bonheur de rompre les liens qui attachaient mon bras gauche. En levant le bras, je vis comment ils s’y étaient pris pour me lier et que c’était à de petites chevilles fichées en terre que mes liens avaient tenu. Dans le même temps, je me donnai tant de mouvements, quoique ce ne fût pas sans douleur12, que les liens qui attachaient mes cheveux à gauche se relâchèrent de deux pouces et me donnèrent moyen de tourner tant soit peu la tête. Ces petites créatures s’enfuirent alors une seconde fois avant que j’en pusse saisir aucune ; en sautant à terre, elles jetèrent un grand cri (j’entends à proportion de leur taille13) qui fut suivi de ces deux mots : « Tolgo phonac. » qu’un d’entre eux prononça à haute voix. À peine ces mots furent-ils prononcés que je sentis plus de cent flèches décochées contre ma main gauche qui me piquèrent à peu près comme auraient pu faire autant d’aiguilles ; par-dessus cela, ils jetèrent une autre sorte de flèches en l’air comme nous jetons nos bombes en Europe, dont plusieurs (quoique je ne les aie point senties) me sont sans doute tombées sur le corps et quelques autres sur le visage que je couvris d’abord de la main gauche. Quand cette grêle de flèches fut cessée14, je me mis à gémir fort douloureusement et faisant de nouveaux efforts pour me détacher, j’essuyai une décharge plus grande encore que la première ; quelques-uns d’eux tâchèrent de me transpercer avec leurs piques, mais par bonheur ils n’en purent venir à bout parce que j’avais un colletin15 de buffle. Je crus que le meilleur parti que je pouvais prendre était de me tenir coi et mon dessein était de rester comme cela jusqu’à la nuit, bien sûr que, pouvant me servir de la main gauche, je me détacherais alors entièrement, car à l’égard des habitants, j’avais raison de croire que, quand même ils assembleraient une armée entière contre moi, je pourrais leur tenir tête si tous étaient de la taille de ceux que je voyais. Mais tous ces projets n’eurent point lieu16 : quand les habitants virent que je restais coi, ils cessèrent de tirer, mais par le bruit que j’entendais, je connus que leur nombre s’augmentait ; et environ à la distance de quatre verges, vis-à-vis de mon oreille droite, j’ouïs pendant plus d’une heure une sorte de bruit pareil à celui qu’on fait lorsqu’on bâtit. Je tournai le mieux qu’il me fût possible la tête de ce côté-là17 et vis une manière de théâtre, élevé de terre d’un pied et demi, et deux ou trois échelles pour y monter ; le théâtre pouvait contenir quatre habitants. Un de ceux qui y étaient et qui me paraissait un homme de distinction m’adressa un long discours dont je ne compris pas un seul mot. J’oubliais de dire qu’avant que de commencer sa harangue, il s’était écrié trois fois : « Langro Dehulsan18. » (ces mots et les autres dont j’ai parlé me furent expliqués dans la suite). Il les eut à peine prononcés que plus de cinquante habitants vinrent et coupèrent les liens auxquels le côté gauche de ma tête était attaché19 ; ce qui me donna le moyen de la tourner à droite et de bien considérer celui qui allait me haranguer. Il me paraissait être entre deux âges et plus grand qu’aucun des trois autres qui l’accompagnaient dont l’un était un page qui lui portait la queue et qui me parut tant soit peu plus grand que mon doigt du milieu ; les deux autres étaient à ses côtés pour le soutenir.

Fig. 1 — Représente Gulliver attaché au sol ; les Lilliputiens l’entourent et courent sur lui.

Fig. 1 — Représente Gulliver attaché au sol ; les Lilliputiens l’entourent et courent sur lui.

7Je suis persuadé qu’il était fort éloquent, car quoique je n’entendisse pas sa langue, je m’aperçus bien qu’il se connaissait en mouvements pathétiques et qu’il employait tour à tour les promesses et les menaces pour me persuader. Je lui répondis de la manière du monde la plus soumise, levant la main gauche et les yeux vers le soleil, comme voulant l’appeler à témoin. La faim me dicta une partie de ma réponse : n’ayant rien mangé depuis vingt-quatre heures, je ne pus m’empêcher de faire connaître que j’avais besoin de nourriture et cela en mettant souvent un doigt dans ma bouche (ce qui, à dire le vrai, n’était pas autrement poli). Le hurgo (car c’est le nom qu’ils donnent à un grand seigneur, comme je l’appris depuis) me comprit fort bien ; il descendit du théâtre et ordonna que plusieurs échelles seraient appliquées à mes côtés, sur lesquelles plus de cent habitants montèrent en apportant jusqu’à ma bouche des corbeilles remplies d’aliments que le roi avait donné ordre qu’on m’envoyât dès qu’il avait reçu la nouvelle de ma venue dans son pays. Je remarquai qu’il y avait dans ce qu’on m’offrait la chair de différents animaux, mais il m’était impossible de distinguer par le seul attouchement quelles parties c’étaient : il y avait des épaules, des gigots et d’autres parties formées comme celles d’un mouton et parfaitement bien apprêtées, mais plus petites que les ailes d’une alouette. Je ne faisais qu’une bouchée de deux ou trois, en y ajoutant autant de pains, gros chacun comme une balle de mousquet.

8L’étonnement que produisit en eux ma voracité est inexprimable. Quand je fus à peu près rassasié, je fis un autre signe pour demander à boire ; il leur parut que si ma soif était proportionnée à mon appétit, un peu de boisson ne me suffirait pas. C’est pourquoi ce peuple qui est fort ingénieux roula sur ma main un de leurs plus grands tonneaux qu’ils défoncèrent un moment après et que je vidai d’un seul coup ; ce qui ne me fut pas fort difficile, car il ne tenait pas une demi-pinte et avait le goût d’un petit vin de Bourgogne, mais beaucoup plus délicieux. Ils m’apportèrent un second tonneau que je vidai de la même manière, en faisant signe que j’en souhaitais encore, mais ils n’en eurent point à me donner. Après que j’eus achevé ces merveilles, ils firent mille cris de joie et dansèrent sur ma poitrine, répétant comme ils avaient fait auparavant plusieurs fois ces mots : « Hekinah Degul. » Ils me firent signe de jeter à terre les deux tonneaux, en prenant pourtant la précaution d’avertir ceux qui étaient dessous de se retirer hors du chemin, avertissement qu’ils exprimèrent par les mots de « Borach Mivola. » Je le fis et quand ils virent de si prodigieux vaisseaux en l’air, ce furent encore de nouveaux cris de joie et d’admiration. J’avoue que je fus plus d’une fois tenté, pendant qu’ils se promenaient de tous côtés sur mon corps, d’en prendre quarante ou cinquante qui seraient le plus à ma portée et de les écraser contre terre, mais le souvenir de ce que j’avais senti qui, selon toutes les apparences, n’était pas ce qu’ils pouvaient faire de pis et ma parole d’honneur que je leur avais donnée de ne leur point faire de mal (car c’était là le sens de l’air soumis que j’avais pris en leur adressant ma harangue) me firent bientôt passer ces envies. Ajoutez à cela que ç’aurait été violer les lois sacrées de l’hospitalité envers un peuple qui venait de me régaler avec tant de prodigalité et de magnificence.

  • 20 Le traducteur à plusieurs reprises rend « impérial » tout ce qui n’est que « royal » dans le texte (...)
  • 21 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, op. cit., p. 1474.
  • 22 Omission de détails sur la douleur corporelle : « which were all in Blisters and many of the Darts (...)
  • 23 Au sens, aujourd’hui vieilli, de l’urine.

9Cependant je ne pouvais assez admirer l’intrépidité de ces diminutifs d’hommes qui, dans le temps qu’une de mes mains était libre, osaient grimper et se promener sans crainte sur le corps d’une créature aussi prodigieuse que je devais leur paraître. Quelque temps après, quand ils virent que je ne demandais plus à manger, un envoyé de Sa Majesté impériale20, ayant monté21 sur le bas de ma jambe droite, s’avança presque sur mon visage avec une douzaine de personnes à sa suite ; il me montra ses lettres de créance, scellées du sceau impérial, qu’il approcha tout près de mes yeux, et fit un discours d’environ dix minutes sans aucune marque de colère, mais d’un air ferme et résolu, dirigeant souvent ses gestes vers un certain endroit que je compris ensuite être la capitale, éloignée d’un demi-mile, où l’empereur, après avoir pris là-dessus avis de son conseil, avait ordonné que je serais conduit. Ma réponse fut courte, mais inutile : je fis signe avec la main dont je pouvais me servir que je souhaitais d’être délié ; ce que je tâchai d’exprimer en la mettant sur mon autre main, sur ma tête et sur mon corps ; il parut qu’il m’entendait de reste, car il fit un mouvement de tête qui marquait clairement qu’il désapprouvait ma demande, et par de certains gestes, il me donna à connaître que je devais être emmené comme prisonnier, en ajoutant néanmoins quelques autres signes pour m’assurer qu’on me fournirait suffisamment à manger et à boire et qu’on ne me ferait aucun mauvais traitement. L’idée d’être conduit à la capitale comme prisonnier me porta à faire de nouveaux efforts pour rompre mes liens, mais par malheur ces efforts ne servirent qu’à m’attirer encore une grêle de flèches qui me causèrent une sensible douleur aux mains et au visage22. Voyant donc que je ne pouvais venir à bout de mon dessein et que d’ailleurs le nombre de mes ennemis croissait à chaque instant, je fis signe qu’ils pouvaient faire de moi ce qu’ils voudraient. Là-dessus, le hurgo et sa suite prirent congé de moi de l’air du monde le plus honnête. Quelques moments après, j’entendis plusieurs fois crier : « Peplom Selam. » Et je sentis un grand nombre d’habitants qui relâchèrent tellement les cordes qui m’attachaient à gauche que je pouvais me tourner à droite et m’aider moi-même pour faire de l’eau23 ; ce que je fis très copieusement au grand étonnement du peuple qui, conjecturant par mes mouvements ce que j’allais faire, s’éloigna au plus vite du torrent qui le menaçait. Mais avant cela, ils m’avaient frotté le visage et les mains avec une sorte d’onguent dont l’odeur était fort agréable et qui ôta en peu de minutes le sentiment de douleur que leurs flèches m’avaient causé. Ce remède et le bon dîner que j’avais fait m’excitèrent au sommeil ; je dormis environ huit heures comme je l’appris depuis, et cela n’est pas étonnant puisque les médecins, par ordre de l’empereur, avaient mis dans les tonneaux de vin quelques drogues soporifiques.

10Il y a apparence que dès qu’on m’eut découvert dormant sur l’herbe, on en avait d’abord informé l’empereur qui là-dessus, après avoir pris avis de son conseil, avait ordonné que je serais lié de la manière que je l’ai rapporté (ce qui fut exécuté pendant que je dormais), qu’on me fournirait à manger et à boire et qu’une machine serait préparée pour me mener à la capitale.

  • 24 « C’est une science qui fait partie des mathématiques, qui enseigne la nature des forces mouvantes (...)

11Cette résolution paraîtra peut-être hardie et dangereuse et je suis bien persuadé qu’en pareille occasion, aucun prince de l’Europe ne l’imiterait, quoiqu’à mon avis il ne se pût rien de plus prudent ni de plus généreux. Car supposé que pendant que je dormais, les habitants eussent tâché de me tuer avec leurs piques et leurs flèches, je me serais certainement éveillé d’abord et peut-être que la douleur que j’aurais sentie m’aurait donné la force de rompre mes liens ; après quoi, incapables de me résister, ils n’auraient aussi pu espérer aucune grâce. Les habitants de ce pays sont de grands mathématiciens et excellent surtout dans les mécaniques24, encouragés à cela par l’empereur qui est un grand protecteur des sciences. Ce prince a différentes machines qui se meuvent sur des roues et qui servent à transporter des arbres et d’autres fardeaux ; il préside lui-même à la construction de ses plus grands vaisseaux de guerre dont quelques-uns sont longs de neuf pieds et il les fait transporter sur ces machines de l’endroit où ils sont bâtis jusqu’à la mer qui est quelquefois éloignée de trois ou quatre cents verges. Cinq cents charpentiers et autres ouvriers eurent ordre de préparer incessamment la plus grande voiture qu’ils eussent. C’était une machine de bois, longue de sept pieds et large de quatre, qui se mouvait sur vingt-deux roues. C’était à la vue de cette énorme machine qu’avait été jeté le cri que j’avais entendu ; elle fut placée en ligne parallèle avec mon corps, mais la principale difficulté fut comment on pourrait m’y mettre. Quatre-vingts perches dont chacune avait un pied en hauteur furent dressées pour cet effet et de très fortes cordes de la grosseur d’une ficelle furent attachées à des bandages dont mon cou, mes bras et le reste de mon corps étaient enveloppés ; neuf cents des plus vigoureux d’entre eux furent employés à me lever de terre et en moins de trois heures, à la faveur de plusieurs poulies, ils vinrent à bout de me mettre dans la voiture et eurent soin de m’y bien lier. Tout cela me fut rapporté depuis, car je n’en vis ni n’en sentis rien, étant profondément endormi par le soporifique que j’avais avalé. Quinze cents des plus puissants chevaux de l’empereur, dont chacun était haut d’environ quatre pouces et demi, servirent à me traîner à la capitale qui, comme je crois l’avoir dit, était éloignée d’un demi-mile. Nous avions déjà été en chemin trois ou quatre heures quand je m’éveillai par un accident fort ridicule : la voiture étant arrêtée parce qu’il y avait quelque chose à y raccommoder, deux ou trois jeunes habitants eurent la curiosité de voir quel air j’avais en dormant ; ils montèrent sur la voiture et, avançant tout doucement jusqu’à mon visage, un d’eux qui était officier aux gardes me fourra dans la narine gauche une grande partie de sa demi-pique qui chatouilla le nez à peu près comme aurait pu faire un brin de paille et me fit éternuer d’une grande force. Ces Messieurs se retirèrent sans que je m’en aperçusse et ce ne fut que trois semaines après que je sus la cause d’un réveil si soudain. Nous fîmes une longue marche le reste du jour et je passai la nuit entre cinq cents gardes dont la moitié avait des torches à la main et l’autre moitié des arcs et des flèches pour tirer sur moi pour peu que je fisse mine de vouloir me détacher. Le lendemain au soleil levant, nous continuâmes notre marche et arrivâmes à midi à un endroit éloigné de la ville d’environ deux cents verges. L’empereur, accompagné de toute sa cour, vint au-devant de nous, mais ses principaux officiers ne voulurent jamais permettre que l’empereur exposât sa personne sacrée en montant sur mon corps.

  • 25 « By an unnatural Murder » (GT I 22). Le traducteur a omis l’adjectif contre-nature, ce qui rend p (...)

12À l’endroit où la voiture s’arrêta, il y avait un ancien temple, tenu pour le plus grand du Royaume, qui, ayant été souillé par un meurtre25 il y avait déjà quelques années, avait été dépouillé de tous ses ornements et ne servait plus qu’à des usages profanes. Il fut dit que je logerais là. La grande porte qui regardait le nord était haute de quatre pieds et tout au plus large de deux de manière que je pouvais facilement m’y glisser. De chaque côté de la porte, il y avait une petite fenêtre à la hauteur de six pouces de terre ; à celle qui était à gauche furent quatre-vingt-onze chaînes, pareilles à celles qui pendent aux montres des dames en Europe et à peu près aussi larges, qui furent attachées à ma jambe gauche avec trente-six cadenas. Vis-à-vis de ce temple, à la distance de vingt pieds, il y avait une tour haute de cinq pieds au moins. L’empereur s’était rendu sur cette tour avec un grand nombre des principaux seigneurs de sa cour pour me contempler à son aise. Suivant le calcul qui en fut fait, plus de cent mille habitants sortirent de la capitale pour le même sujet et je parierais qu’en dépit de mes gardes, à la faveur de plusieurs échelles, plus de dix mille me montèrent successivement sur le corps, mais cette hardiesse fut réprimée au plus vite par une proclamation qui la défendait sous peine de mort. Quand les ouvriers virent qu’il était impossible que je m’échappasse, ils coupèrent tous les liens qui servaient à m’attacher. Je me levai de plus mauvaise humeur et plus mélancolique que je n’aie été en ma vie ; l’étonnement du peuple, en me voyant debout et un instant après me promener, fut inexprimable. Les chaînes auxquelles ma jambe était attachée avaient environ deux verges de longueur et me donnaient non seulement la liberté de me promener en demi-cercle, en avant et en arrière, mais attachées à la distance de quatre pouces de la porte, elles me permettaient aussi de me coucher tout de mon long dans le temple.

Notes

1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. I. Tom. I. Pag. 1 » présente Sumatra en haut à droite, Blefuscu et Lilliput (« Découvert l’an 1699 ») en bas à gauche.

2 « En Angleterre le mot de comté est synonyme à celui de shire » (Encyclopédie) ; en ce sens, il est féminin.

3 L’idée de « récompense » (dans le sens vieilli de compensation) est un ajout du traducteur.

4 Le traducteur supprime le nom de l’université « Emanuel Colledge » (GT I 1).

5 Les prénoms sont francisés : « James » devient Jaques (sic) ; au paragraphe suivant, « Uncle John » devient l’oncle Jean ; à la page suivante, « William Prichard » devient Guillaume Prichard.

6 Le traducteur procède à un résumé afin de ne pas mentionner en vain des noms de quartiers qui risqueraient fort de ne rien évoquer pour les lecteurs français — l’original est le suivant : « I removed from the Old Jury to Fetter-Lane, and from thence to Wapping » (GT I 4).

7 « Le sillage et la route du vaisseau. » (Dictionnaire universel, Trévoux, 1704, 3 t.).

8 « On appelle aussi câble, la mesure ou étendue du câble qui est de 120 brasses » (Trévoux) ; la brasse valait 1,6 m environ.

9 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1476.

10 Probablement un oubli de la part du traducteur, la clause entière étant « il me fut impossible de bouger » (« but was not able to stir », GT I 7).

11 La suite de cette phrase est inventée et remplace l’original suivant : « I likewise felt several slender Ligatures across my Body, from my Arm-pits to my Thighs. I could only look upwards ; the Sun began to grow hot, and the Light offended my Eyes » (GT I 7). Outre la disparition d’un détail sur la manière dont le héros est attaché, la traduction met moins l’accent sur l’aspect empirique des connaissances que le héros acquiert sur sa situation via ses sens, ce qui est confirmé par la suite. En effet, dans le texte anglais, grande est l’importance accordée à la façon dont il ressent les choses : « I likewise felt », mais aussi « as I happened to lay on my Back, I found my Arms and Legs were strongly fastened on each side to the Ground » (GT I 7) qui met en évidence un point de vue restreint et une découverte progressive par rapport à la traduction signalant simplement un état de fait : « parce que mes bras et mes jambes étaient fortement attachés à la terre des deux côtés ». Dans le même ordre d’idée, si l’on considère le passage suivant : « when, bending mine Eyes downwards as much as I could, I perceived [...] » (GT I 8), la traduction fait disparaître l’aspect très concret de la limitation avant tout corporelle (les yeux sont explicitement mentionnés dans le texte anglais, ce qui renforce la focalisation interne sur le personnage au point de vue limité) au profit d’un effort plus abstrait : « En tâchant, autant que la situation où j’étais pouvait me le permettre, de voir ce que c’était, j’aperçus [...] ».

12 Le traducteur préfère ici la litote avec double négation par rapport à l’original : « which gave me excessive Pain » (GT I 9).

13 Cette parenthèse qui explicite les degrés de différences est un ajout du traducteur.

14 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, op. cit., p. 1478.

15 « Pourpoint sans manches » (Trévoux).

16 Le traducteur ôte dans cette traduction neutre l’image mythologique de la Fortune qui commence à s’acharner sur le héros : « But Fortune disposed otherwise of me » (GT I 10).

17 Là aussi, la traduction efface l’aspect plus concret de la restriction de point de vue du texte anglais : « when turning my Head that way, as well as the Pegs and Strings would permit me » (GT I 10 ; voir la note 27, ci-dessus).

18 Petite variante graphique par rapport à l’original : « Langro Dehul San » (GT I 11).

19 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. I. » représente Gulliver attaché au sol ; les Lilliputiens l’entourent et courent sur lui.

20 Le traducteur à plusieurs reprises rend « impérial » tout ce qui n’est que « royal » dans le texte de Swift, ce qui est un moyen d’accentuer la satire : « His Excellency », et, à la ligne suivante, « under the Signet Royal » (GT I 15) sont traduits respectivement par « Sa Majesté impériale » et « scellées du sceau impérial ».

21 Sur l’auxiliaire, voir F. Brunot, op. cit., p. 1474.

22 Omission de détails sur la douleur corporelle : « which were all in Blisters and many of the Darts still sticking in them » (GT I 16).

23 Au sens, aujourd’hui vieilli, de l’urine.

24 « C’est une science qui fait partie des mathématiques, qui enseigne la nature des forces mouvantes, l’art de faire le dessin de toutes sortes de machines et d’enlever toutes sortes de poids par le moyen des leviers, coins, poulies, moufles, vis etc. » (Trévoux). Le mot s’emploie « surtout » au pluriel.

25 « By an unnatural Murder » (GT I 22). Le traducteur a omis l’adjectif contre-nature, ce qui rend plus difficile pour un lecteur français le repérage de l’allusion historique. En effet cet adjectif a son importance, car il s’agit là probablement d’une référence voilée à l’exécution du roi Charles Ier, qui fut décapité le 30 janvier 1649 dans le Palais de Whitehall (voir Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, New York, 2002, p. 22, note 5).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Représente Gulliver attaché au sol ; les Lilliputiens l’entourent et courent sur lui.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search