Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Présentation

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : F. P. Lock, « The Text of Gulliver’s Travels », The Modern Language Review, 76/ (...)

1Les Travels into several Remote Nations of the World de Jonathan Swift furent écrits entre 1721 et 1725 et publiés anonymement par Benjamin Motte en octobre 1726 à Londres. Ils firent sensation dès leur publication et furent réédités en novembre et décembre de la même année et publiés également à Dublin par John Hyde en décembre 1726, puis dans une nouvelle édition à Londres en mai 1727 comportant des « corrections » que Swift (qui se serait offusqué que Benjamin Motte ait modifié lors de la première publication quelques passages de l’original qui lui avait été remis) aurait fait parvenir à Motte. S’ensuivirent de nombreuses traductions dès 1727 (en moins d’un an le livre était traduit en français, en hollandais et en allemand), ainsi que des suites, des parodies, des clés pour comprendre. Une autre édition légèrement modifiée des récits de Gulliver fut publiée par Faulkner à Dublin en 1735. Swift rejeta toutes les versions publiées, objectant qu’elles n’étaient pas conformes au manuscrit et nombre d’articles de spécialistes se sont penchés sur la question pour déterminer quelle version du texte devait faire autorité1. Quoi qu’il en soit, ces nombreuses publications attestent la popularité des Voyages de Gulliver qui ont beaucoup fait parler d’eux dès leur parution. Au-delà du plaisir de certains des compatriotes de Swift qui ne doutaient pas de leur authenticité, ou faisaient semblant de ne pas en douter, les lecteurs dans leur ensemble appréciaient la plume de l’auteur et plus particulièrement les deux premières parties. Les principales critiques émises portaient sur une vision très négative des femmes et de l’être humain en général (surtout dans la dernière partie).

  • 2 Cette deuxième édition porte la mention suivante (qui lui permettait de se différencier, en mettan (...)

2La première traduction française fut publiée en janvier 1727 ; l’auteur en est inconnu. Elle fut éditée en deux volumes in-12 (212 p. et 220 p.) par Pierre Gosse et Jean Neaulme à La Haye, et donna lieu au moins à deux tirages légèrement différents2 ; il suffit de comparer en p. 210 (p. 202 de la présente édition) « boire hors de mon verre » (exemplaire du Getty Research Institute, 93-B10631) qui est dénué de sens et corrigé en « boire dans mon verre » (exemplaire de la BNF, 8-Y2-17 908).

3Cette traduction fut suivie en 1728 d’un troisième volume apocryphe : Voyages du capitaine Lem. Gulliver en divers pays éloignés, contenant les Voyages de Brobdingnag et des Sevarambes, et la clef des deux tomes précédents.

  • 3 Cette traduction de l’abbé Desfontaines, qui date d’avril 1727, a suivi de près la publication de (...)

4Elle fut éditée, toujours à La Haye, une deuxième fois en 1730 par Gérard Van der Poel, puis une troisième fois en 1741 par Jean Swart, lequel édita, à partir de 1762, la traduction de l’abbé Desfontaines3. Celui-ci, qui ne publia donc pas la toute première traduction que nous éditons ici, dit à son propos, sans même l’avoir lue :

  • 4 Il insère cette critique dans la préface de sa propre traduction de Gulliver’s Travels : J. Swift, (...)

J’apprends qu’on en imprime actuellement une en Hollande. Si elle est littérale, & si elle est faite par quelque traducteur ordinaire de ce pays-là, je prononce, sans l’avoir vue, qu’elle est fort mauvaise, et je suis bien sûr que quand elle paraîtra je ne serai ni démenti, ni détrompé4.

Le fait que la traduction de l’abbé Desfontaines ait été, la plupart du temps, retenue par la postérité semblerait lui donner raison. Et pourtant, la toute première traduction est loin d’être mauvaise, bien au contraire, et c’est peut-être autant la notoriété de l’abbé Desfontaines que sa plume qui ont en partie éclipsé cette première traduction. Quant à être littérale, elle l’est en comparaison de celle de l’abbé Desfontaines qui prend vraiment des libertés par rapport à l’original, mais avec tout de même des nuances d’importance comme la présente introduction va tenter de le montrer.

Après qu’on m’en eut fait la lecture, je fus obligé d’en jurer l’observation, premièrement à la manière de mon pays et puis suivant celle que prescrivent leurs lois qui était de tenir mon pied droit dans ma main gauche, de placer le doigt du milieu de ma main droite sur le sommet de ma tête et le pouce sur le bout supérieur de mon oreille droite. Comme le lecteur sera peut-être curieux d’avoir quelques idées du style et des façons de parler de ce peuple et de savoir les conditions auxquelles ma liberté me fut rendue, j’ai cru qu’il ne serait pas fâché d’en voir la traduction que j’ai tâché de faire avec toute la fidélité possible et que voici (p. 31).

5C’est au début des Voyages de Gulliver que le héros confie ainsi au lecteur ses difficultés devant des coutumes qui lui sont étrangères, mais aussi son souhait de transmettre fidèlement cette altérité. Ce Gulliver devenu un instant traducteur chez les Lilliputiens peut être vu comme une image intradiégétique du traducteur idéal de l’ensemble des récits, qui saurait satisfaire la curiosité de ses lecteurs tout en donnant priorité à l’honnêteté. C’est à l’aune de ces deux missions que cette traduction sera analysée dans les pages suivantes. Dans quelle mesure les infidélités au texte-source sont-elles motivées par un souci de l’adaptation au lectorat et à ses goûts ? Ces divergences mettent-elles réellement en péril l’authenticité du texte ?

6Notons tout d’abord que la traduction comporte très peu d’erreurs. Quelques inexactitudes, quelques confusions de mesures ou de temps sont signalées dans les notes, mais le sens ne s’en trouve guère changé, si ce n’est à deux reprises lorsque le traducteur ayant confondu « to dye » et « to die » d’une part, et « angry » et « hungry » d’autre part, fait mourir les vers à soie au lieu de les utiliser pour la teinture et reproche aux nations pauvres d’être de mauvaise humeur plutôt qu’affamées !

7Le traducteur ne procède par ailleurs qu’à un nombre dérisoire d’ajouts : quelques courtes parenthèses explicatives ici et là, une comparaison supplémentaire avec un mot français eu égard à son lectorat (« ce mot revient [...] au mirmidon des Français », p. 69). On notera seulement deux réels ajouts originaux, une allusion exotique à un éléphant (p. 66), qui se situe cependant toujours dans la veine des récits de voyages et reste donc fidèle à l’esprit et la tonalité de l’original et le changement d’un simple « gâteau » dans le texte original en un « massepain aux amandes » (p. 79). C’est dire le peu d’initiatives qu’a prises le traducteur, surtout pour cette époque où traduire était souvent synonyme de réécrire.

  • 5 J. Swift, Travels into several remote nations of the world. In four parts. By Lemuel Gulliver, fir (...)

8La véritable différence entre le texte original et sa traduction porte sur les omissions qui peuvent se justifier pour des raisons diverses. La première grande catégorie d’omissions a partie liée avec des éléments de couleur locale qui ne sont pas traduits, très probablement parce qu’ils ne seraient pas ou peu compréhensibles par un lectorat francophone. Parfois le traducteur a recours à une périphrase — il décrit par exemple le mot « patchwork » en expliquant en quoi cela consiste et sans citer le mot lui-même : « ces sortes d’ouvrages que les dames en Angleterre font en cousant ensemble une infinité de pièces différentes » (p. 48). D’autres fois, afin de faciliter l’identification de ses lecteurs français avec le héros, il procède à une généralisation : ainsi au chapitre V de la partie II, « ma pauvre Angleterre » (« poor England » [GT II 83]5) devient « ma pauvre patrie » et, dans le même ordre d’idée, les prénoms sont la plupart du temps francisés. Mais le procédé qu’il utilise le plus couramment est l’omission pure et simple. Nombre de références à des rues et des quartiers de Londres ou à des régions d’Angleterre disparaissent dans la traduction. Certaines de ces omissions ne modifient que peu le texte original ; ainsi ne pas savoir par exemple que le capitaine Jean Nicolas vient de Liverpool, que tel autre vient du Shropshire et que cet autre encore est un Cornouaillais n’altère pas grandement notre appréhension du récit de Gulliver. En revanche, d’autres omissions sont moins anecdotiques : ainsi en est-il de tout ce qui touche aux comparaisons nécessaires au narrateur pour rendre compte de la grandeur respective des objets des pays qu’il traverse ou de leurs symboles. Par exemple, lorsque Gulliver compare la taille des taches frontales, signe distinctif des immortels chez les Luggnaggiens, à des pièces anglaises (« a silver Threepence » et « a Shilling »), le traducteur, qui doutait certainement que son lectorat reconnaisse les dimensions de ces pièces de monnaies, choisit dans un cas de moduler en un simple adjectif (« petite ») et dans l’autre supprime tout simplement la comparaison. Le lecteur français perd alors non seulement l’exactitude de la comparaison mais également la portée satirique sous-jacente que l’on peut y voir par la suite lorsqu’on apprend que ces immortels sont loin d’être bénis des dieux, car ils ne sauront être riches de leur savoir et de leur sagesse accumulés au cours des siècles. Dans le même ordre d’idées, attardons-nous sur l’exemple suivant dans lequel Gulliver, chez les géants de Brobdingnag, se retrouve en grande conversation avec le roi et lui explique comment fonctionne la politique dans son pays. Le roi, effaré de cette présentation toute en ironie dont les Anglais ne sauraient sortir grandis réagit de la façon suivante :

Then turning to his first Minister, who waited behind him with a white Staff, near as tall as the Main-mast of the Royal Soverain ; he observed how contemptible a Thing was human Grandeur, which could be mimicked by such diminutive Insects as I (GT II 58).

9La lecture du texte anglais met en évidence l’importance des rapports de taille, au sens propre comme au figuré, et c’est cet aller-retour entre le sens propre et le sens figuré qui permet d’illustrer la satire tant de la politique que de la vanité humaine. La traduction de ce passage ne met pas autant en évidence cette satire. En effet la traduction de « human Grandeur » par un pluriel (« les grandeurs humaines ») met à mal et dans une certaine mesure dégrade le concept unique du terme « Grandeur », utilisé alors en Angleterre, mais emprunté au français et donc peut-être plus imposant encore que des termes tels que « greatness », « splendour » ou « magnificence ». Cet amenuisement des écarts de taille est confirmé par le choix du traducteur de rendre « diminutive » non par l’adjectif « minuscule », mais par le simple générique « petit », et surtout par l’omission de la comparaison du bâton blanc du premier ministre avec le mât principal du navire de guerre de la marine anglaise, le « Royal Sovereign ». Certes il est probable que le lecteur français n’aurait pas su reconnaître cette référence, mais en l’absence de cette comparaison, la satire sur le jeu des grandeurs des nations, de leurs habitants et de ce dont ils sont fiers s’en voit diminuée. En outre le lecteur peut être quelque peu surpris. En effet l’ajout du possessif « son » dans la traduction « avec son bâton blanc à la main » met certes en valeur cet attribut ; toutefois le possessif laisse supposer qu’il a déjà été question d’un tel bâton, or tel n’est pas le cas, le lecteur peut donc s’interroger sur la signification de ce bâton, ce qui rend quelque peu malaisée la lecture.

  • 6 C’est le cas, parmi bien d’autres, d’Ange-François de Saint-Ange qui précise dans la préface de sa (...)

10Outre les références à des éléments anglais explicites, les allusions plus ou moins cachées à des faits historiques des contemporains de Swift ne sont pas expliquées par le traducteur qui aurait pu, pour certaines, les préciser, dans le corps du texte ou dans les notes comme l’ont fait d’autres traducteurs de l’époque6, ou simplement les rendre plus accessibles comme il l’a fait par le biais de paraphrases utiles pour traduire certains mots anglais, ainsi que nous venons de le voir à propos du terme « patchwork ». Gulliver’s Travels est en effet un roman à clefs mettant en lumière une critique de son pays dissimulée grâce au procédé de l’œil neuf. Par exemple, lorsqu’il est question de l’agilité dont doivent faire preuve les seigneurs de Lilliput qui, au prix d’acrobaties ridicules, souhaitent obtenir de l’empereur un fil de soie parmi trois au choix (pourpre, jaune et blanc) : les Anglais pouvaient aisément reconnaître là les trois ordres britanniques (l’ordre de la Jarretière, de couleur bleue, l’ordre du Bain, de couleur rouge et l’ordre du Chardon, de couleur verte). Le lecteur français peu familier avec le système anglais y voit une satire générale des acrobaties de politiciens, mais pas celle des politiciens anglais plus précisément. Il est certes vrai qu’expliciter ce genre d’allusions sans encourir la censure pouvait être délicat pour le traducteur. À d’autres moments en revanche, c’est le traducteur qui opacifie l’allusion par ses choix. Par exemple, l’empereur de Lilliput, au portrait peu flatteur dans le roman, peut être considéré comme l’équivalent du roi Georges I qui régnait en Angleterre lors de la parution de Gulliver’s Travels. Un indice est donné, notamment, lorsque Gulliver fait le portait de l’empereur en évoquant sa lèvre autrichienne (« with an Austrian Lip and arched Nose » [GT I 29]). Il s’agit là d’une allusion à la lèvre inférieure proéminente des Habsbourg, et donc indirectement au roi Georges I, en raison de son origine germanique (même s’il n’est pas un Habsbourg). La traduction « les lèvres grosses », malgré la modulation, n’est pas exacte puisqu’il ne s’agit pas des deux lèvres qui sont grosses, mais uniquement de la lèvre inférieure. Cette traduction inexacte rend beaucoup plus difficile encore pour un lecteur français le repérage de la cible de cette satire.

  • 7 C’est le cas, par exemple, lorsque le Gulliver français énumère les défauts de ses contemporains e (...)

11Viennent ensuite les omissions liées aux différences entre « écritures » anglaises et françaises. Souvent les traducteurs du xviiie siècle reprochent aux Anglais deux choses : les longueurs et redites qu’il convient d’élaguer afin de resserrer le discours et l’action, et la grossièreté ou la bassesse des textes par endroits, passages qu’ils se sentent obligés de supprimer ou de raffiner. Pour ce qui est de retrancher des longueurs, le traducteur semble s’y être adonné, sans excès toutefois (il est loin, d’avoir comme l’abbé Desfontaines, supprimé des chapitres entiers). Mais il est vrai que de manière caractéristique, lors des longues énumérations chères à Gulliver, le traducteur omet de traduire çà et là un adjectif ou un nom. Et ce probablement à dessein, car parfois la longueur de l’énumération va jusqu’à être divisée par trois7. En outre, il choisit parfois de ne pas traduire les fins de phrases ou de paragraphes, les conclusions d’une démonstration ; et, dans ce cas, vu l’emplacement syntaxique stratégique, les conséquences sont plus importantes. Pour ne citer qu’un exemple, lorsqu’il critique les hommes de loi, le Gulliver de la traduction affirme que « parmi ceux-ci il y en avait quelques-uns qui dès leur plus tendre jeunesse s’étaient appliqués à apprendre l’art de prouver que le noir est blanc et que le blanc est noir » (p. 173). Il s’agit là certes d’une pique satirique à l’encontre de cette profession, mais la catilinaire est édulcorée par rapport à l’original qui insiste en outre sur leur vénalité, précisant qu’ils prouvent que le blanc est noir ou que le noir est blanc « en fonction de leur rétribution » (précision qui est loin d’être anodine en fin de phrase) : « Very many Men among us were bred up from their youth in proving by Words multiplied for the Purpose that White is Black and Black is White, according as they are paid » (GT IV 71).

12Autre omission qui modifie le style : celle de plusieurs remarques métatextuelles, qu’il s’agisse d’adresse directe au lecteur dont est friand le narrateur anglais (par exemple « let me deal so candidly with the reader, as to confess, that there was yet a much stronger motive for [...] » [GT IV 99], devient « mais il y avait, si j’ose le dire, un motif plus fort encore [...] », p. 181), ou de simples ruptures métaleptiques — omission par exemple dans la traduction d’un commentaire proleptique du Gulliver narrant :

And yet I have seen the Moral of my Behaviour very frequent in England since my Return, where a little contemptible Varlet, without the least Title to Birth, Person, Wit or common Sense, shall presume to look with Importance, and put himself upon a foot with the greatest Persons of the Kingdom (GT II 98-99).

13L’élagage de ces passages, outre qu’il lisse la narration par l’absence de ruptures ou de décrochages, affaiblit la présence du narrateur. Cela va de pair, dans une certaine mesure, avec des ajouts de discours directs en plusieurs endroits des parties III et IV principalement, à la place du discours indirect continu de ces passages dans l’original (ces ajouts sont signalés en note par nos soins), ce qui a pour conséquence un relatif effacement de la voix narrative de Gulliver par endroits. De même, le traducteur a supprimé un élément très important du paratexte : la lettre de l’éditeur au lecteur, ce qui correspond à la plus longue omission que l’on peut relever. Dans cette lettre préliminaire, un certain Richard Sympson, qui se dit le vieil ami de Gulliver, explique la façon dont ce dernier lui a confié le manuscrit et les changements que lui-même y a apportés afin de pouvoir le publier. Le topos du manuscrit trouvé sert ici à apporter, ou à faire semblant d’apporter, une véracité aux récits qui vont suivre, mais aussi à Gulliver lui-même dont l’existence ne saurait être remise en cause. L’omission de ce passage a donc des conséquences sur l’horizon d’attente du lecteur.

14Dans cette lettre, Richard Sympson dit notamment s’être livré à de nombreuses coupes dans le texte trop jargonnant qu’on lui aurait confié :

The Volume would have been at least twice as large, if I had not made bold to strike out innumerable Passages relating to the Winds and Tides, as well as to the Variations and Bearings in the several Voyages ; together with the minute Descriptions of the Management of the Ship in Storms, in the Style of Sailors : Likewise the Accounts of the Longitudes and Latitudes ; wherein I have Reason to apprehend that Mr. Gulliver may be a little dissatisfied : but I was resolved to fit the Work as much as possible to the general Capacity of Readers (GT XIII-IX).

Ce faisant, tout en apportant vraisemblance à son récit, il met en avant un point auquel le traducteur va lui aussi essayer de remédier : celui des longueurs dues au genre du récit de voyages. Cet élagage fictif de Richard Sympson se voit en effet concrétisé par un élagage bien réel dans la traduction. Plusieurs paragraphes regorgeant d’indications maritimes ou géographiques, de lexique nautique et de descriptions techniques sont résumés et allégés. De façon plus générale, dans un souci d’authenticité qui peut être conférée à un texte d’une exactitude presque scientifique, le Gulliver de Swift ne cesse d’étayer ses récits de détails concrets et techniques sur les pays qu’il parcourt : des mesures, des grandeurs, des quantités sont légion, souvent comparées à des mesures équivalentes en Europe. Là encore le traducteur a fait des coupes franches (nous avons souligné la plupart dans les notes de bas de page).

15Par ailleurs le traducteur n’a pas porté son attention qu’aux longueurs à supprimer, il a aussi modifié par endroits le contenu et la tonalité du texte anglais. Il n’a pas laissé de préface pour expliquer ses choix, mais on peut supposer qu’il aurait pu faire sienne la remarque de l’abbé Prévost à ce sujet dans la préface de sa traduction de The History of Sir Charles Grandison :

  • 8 Samuel Richardson, Nouvelles lettres angloises, ou Histoire du chevalier Grandisson, par l’auteur (...)

J’ai supprimé, ou réduit aux usages communs de l’Europe, ce que ceux de l’Angleterre peuvent avoir de choquant pour les autres Nations. Il m’a semblé que ces restes de l’ancienne grossièreté Britannique, sur lesquels il n’y a que l’habitude qui puisse encore fermer les yeux aux Anglais, déshonoreraient un Livre où la politesse doit aller de Pair avec la Noblesse et la vertu8.

En s’exprimant ainsi, l’abbé Prévost se fait l’écho d’une opinion courante en France à cette époque : l’idée selon laquelle l’écriture anglaise, par ses passages bas ou grossiers, ne saurait convenir au bon goût d’une littérature française raffinée. Ainsi notre traducteur de Gulliver’s Travels a-t-il eu sans doute lui aussi en tête ce cliché lorsqu’il a retranché une multitude de passages qui auraient pu être offensants pour un lectorat français, à savoir nombre de détails corporels, scatologiques et sexuels. Ceux-ci sont en effet très nombreux dans l’original, une attention particulière étant portée au corps, à sa taille, à son apparence, à son fonctionnement et à ses excrétions. Le corps est extrêmement important dans ce récit de voyages fantastiques puisqu’il est d’une part le principal vecteur d’appréciation et de comparaison lors des différents changements d’environnement que subit Gulliver, point de repère pour le narrateur s’il en est, et d’autre part parce que ce corps — qu’il s’agisse de celui de Gulliver ou des personnes qui l’entourent — est l’objet d’observations et d’expériences diverses, voire extrêmes.

16De l’inconvenant à l’odieux et au répugnant, rien n’est épargné au lecteur de Gulliver’s Travels dont la pudeur est mise à rude épreuve. Tel n’est en revanche pas le cas dans cet ouvrage en français puisque le traducteur fait un choix différent pour son lectorat, en ne cessant d’atténuer ou de supprimer ces passages qu’il considère indécents.

  • 9 « A certain Malady, which bred Rottenness in the Bones of those, who fell into their Embraces » (G (...)
  • 10 « How the Pox under all its Consequences and Denominations had altered every Lineament of an Engli (...)

17Le texte de Swift est parcouru par nombre d’images de corps détruits, estropiés. Les ravages des maladies sont mis en avant par le microscopiste qu’il devient, prenant des proportions grotesques : une verrue plus grosse que cinq pelotes de laine et le sein devenu monstrueux d’une mendiante atteinte d’un cancer, comportant des trous dans lesquels un Gulliver de petite taille pouvait ramper puis se couvrir de chair malade, sont des images répugnantes qui ne figurent pas dans cette traduction. À d’autres endroits, si le traducteur décide malgré tout d’évoquer ces corps malades, c’est en procédant à une sélection ou en ayant recours à une euphémisation. Pour ce qui est de la sélection, il s’agit pour lui de présenter une liste non exhaustive des maladies énoncées dans l’original en éliminant toutes celles associées à des détails concrets répugnants (telles les « tumeurs scrophuleuses putrides et purulentes », note 260, p. 131). Quant à l’euphémisation, elle transforme une maladie « qui fait pourrir les os9 » (la syphilis) en simplement « de certaines maladies douloureuses » (p. 177) tandis que « la plus infâme de toutes les maladies » (p. 141) résume dans l’édition française l’énumération swiftienne des dégâts causés par la vérole (taille des hommes diminuée, nerfs détendus, muscles et tendons relâchés, teint jaunâtre, chair flasque et rance10).

18Le même traitement d’euphémisation est réservé au corps blessé, voire mutilé et démembré. Pour prendre un exemple parmi d’autres, l’image de la cervelle éclatée est récurrente dans l’original (« dashing out the brains » [GT II 46, 125]), que ce soit pour le protagoniste qui aurait pu finir ainsi sous le pied du fermier à Brobdingnag, ou que ce soit dans une énumération des ravages causés par les boulets de canon :

would cut through masts and rigging, divide hundreds of bodies in the middle, and lay all waste before them [...] which would rip up the Pavements, tear the Houses to Pieces, burst and throw Splinters on every side, dashing out the Brains of all who came near (GT II 125).

Dans le premier cas, le traducteur a recours à un simple euphémisme en se contentant de remercier le fermier de ne pas l’avoir « écrasé » (p. 74). Dans le second cas, l’image des centaines de corps coupés en deux par le milieu, et celle de la cervelle éclatée sont tout simplement omises, le traducteur se concentrant davantage sur les dégâts matériels qui heurtent moins la sensibilité du lecteur : « ils mettaient en pièces les mâts, les agrès, en un mot tout ce qu’ils rencontraient [...] un grand nombre d’assiégés étaient tués et presque toutes leurs maisons réduites en cendres » (p. 96).

19Toutefois dans le texte de Swift, ce n’est pas seulement le corps « abîmé » par la maladie ou les blessures qui suscite le dégoût, c’est également le corps sain qui pourrait être l’objet d’admiration ou du moins d’indifférence. Le texte tourne en dérision toute idée de beauté éthérée du corps en ne retenant que ses aspects vulgaires. On retrouve, dans les quatre voyages, des allusions scatologiques qui se font de plus en plus présentes et circonstanciées au fur et à mesure des voyages, en parallèle de la répugnance toujours plus grande qu’éprouve Gulliver pour son statut d’être humain. En effet, que le protagoniste compisse le palais royal dans la partie I ou que lui-même soit présent lorsque les demoiselles d’honneur font leurs besoins dans la seconde peut prêter à sourire ; la satire se fait plus amère et acerbe en revanche dès la partie III lorsque Gulliver décrit les expérimentations des faiseurs de projets de Lagado qui travaillent vainement sur les excréments humains et dans la partie IV lorsqu’il est victime à plusieurs reprises des yahoos qui défèquent sur lui. Le traducteur ne gomme pas toutes les références scatologiques, mais il ne les détaille pas et en omet la majorité. Ainsi par exemple un lecteur français qui au chapitre VII de la partie III lit la phrase suivante : « Un autre professeur me montra un grand papier tout rempli d’instructions pour découvrir des complots qui se trament contre le gouvernement » (p. 133) est bien loin de soupçonner la teneur de ce papier, expliquée dans un long paragraphe supprimé par le traducteur : la méthode conseillée est en fait une parodie scatologique d’enquête judiciaire qui conseille d’observer les excréments des suspects (moult détails sont donnés : la couleur, l’odeur, le goût, la consistance etc.) et même de prendre note de la main avec laquelle ces messieurs essuient leur postérieur, ajoutant par exemple que les selles d’un suspect s’apprêtant à assassiner un roi sont légèrement teintées de vert et ont une apparence tout autre lorsqu’il songe seulement à une insurrection. Le lecteur français ne sera donc pas écœuré en lisant le simple résumé de cette édition, mais il perdra tant l’humour ironique que la satire de la justice qui sont une des saveurs de l’original.

  • 11 « And the cure prescribed is a mixture of their own Dung and Urine forcibly put down the Yahoo’s T (...)

20Au-delà de la simple description des excrétions du corps, c’est leur utilisation taboue (coprophilie) et de manière plus générale tout usage interdit du corps (cannibalisme entre autres) qui sont passés sous silence par le traducteur qui choisit de ne pas faire entrer dans la composition d’un vomitif de la chair d’hommes morts (p. 178), de ne pas citer un remède pour les yahoos qui consiste à leur faire avaler un mélange de leur propre urine et de leurs excréments11 (p. 183) et de ne pas évoquer le suif de yahoo utilisé pour colmater des brèches ni la qualité des voiles en peaux de jeunes yahoos (p. 196).

  • 12 D. T. Siebert, « Swift’s Fiat Odor : The Excremental Re-Vision », Eighteenth-Century Studies, 19/1 (...)
  • 13 Il se montre sur ce point plus pusillanime encore que l’abbé Desfontaines, qui, comme le traducteu (...)

21Toutefois tous ces détails, même contraires au bon goût français, ont leur importance puisqu’ils constituent une des principales clés de la satire swiftienne, comme l’explique Donald Siebert : « In his satire, Swift often resorts to the symbol of man’s lower faculties being astride his upper ; he seems to have found it a convenient explanation of human limitation and failure12 ». Et il faut reconnaître que dans Les Voyages de Gulliver la dimension grotesque du corps est exhibée, et ses parties honteuses ou triviales ne sont qu’une métonymie d’un ensemble pour le moins imparfait. À Brobdingnag, Gulliver récupère le cor de l’orteil d’une demoiselle d’honneur et l’ongle de la reine pour les transformer, une fois rentré en Angleterre, respectivement en tasse et en peigne, soit des objets du quotidien qui vont être en contact rapproché avec son propre corps. Par le biais de la métaphore corporelle ayant trait à des parties peu nobles de notre anatomie, la satire de la vanité des grands de ce monde prend ainsi forme, nivelant les différences et rappelant tout être humain à sa condition. Le traducteur, en ne reprenant pas ces exemples13, atténue la satire, même s’il ne l’ôte pas complètement puisqu’il retient un exemple similaire pour son lectorat français : celui d’un peigne fabriqué avec les poils de la barbe du roi (p. 104). Ce choix de ne traduire que la référence au corps de l’homme et non des femmes est peut-être guidé par le fait que mentionner et s’appesantir sur des parties corporelles est une chose contrevenant au bon goût français certes, mais plus encore s’il s’agit du beau sexe qui n’est pas censé avoir des défauts ou des parties vulgaires. À chaque fois le traducteur esquive de tels commentaires désobligeants grâce à des ellipses ou à des généralisations évitant des détails trop gênants. On peut le constater dans le passage suivant, exemple parmi tant d’autres :

That which gave me most uneasiness among these Maids of Honour, when my Nurse carried me to visit them, was to see them use me without any manner of Ceremony, like a Creature who had no sort of Consequence. For they would strip themselves to the Skin, and put on their Smocks in my Presence while I was placed on their Toylet, directly before their naked Bodies, which, I am sure, to me was very far from being a tempting Sight, or from giving me any other emotion than Horror and Disgust. Their Skins appeared so coarse and uneven, so variously coloured when I saw them near, with a Mole here and there as broad as a Trencher, and Hairs hanging from there thicker than Pack-threads, to say nothing further concerning the rest of their Persons. Neither did they at all scruple while I was by to discharge what they had drunk, to the quantity of at least two Hogsheads, in a Vessel that held above three Tuns. The handsomest among these Maids of Honor, a pleasant frolicksome Girl of sixteen, would sometimes set me astride one of her Nipples, with many other Tricks wherein the Reader will excuse me for not being over particular. But, I was so much displeased, that I entreated Glumdalclitch to contrive some excuse for not seeing that young Lady anymore (GT II 86-87).

Ce qui me déplaisait le plus parmi ces filles d’honneur, quand ma nourrice me menait dans leur appartement, c’est qu’elles me traitaient sans aucune ombre de cérémonie et comme une créature absolument sans conséquence. Il n’y a[vait] sorte de liberté qu’elles ne prissent en ma présence et il me serait impossible d’exprimer le dégoût que la plupart de ces libertés me causaient. Une d’elles entre autres, qui était d’une humeur extrêmement folâtre, faisait de moi tout ce qui lui venait dans l’esprit et il y venait les plus plaisantes folies du monde auxquelles pourtant je prenais si peu de plaisir que je priai Glumdalclitch de ne m’y plus exposer (p. 175-176).

22On le voit, le premier passage (avant les caractères romains) reste une remarque générale dont le traducteur rend compte littéralement. Il en est tout autrement de la suite (parties en romain par nos soins). Sont gommés deux aspects de la description : d’une part l’impudeur liée au fait que les filles d’honneur se dévêtent en sa présence et que Gulliver puisse voir de près leur peau dans tout ce qu’elle a d’intime (grain de beauté, téton), d’autre part le dénigrement de la beauté attendue de ces jeunes femmes par le biais des comparaisons peu flatteuses et par la référence scatologique à l’immense quantité d’urine qui est la leur. Le grossissement grotesque dû à la petite taille d’un Gulliver microscopiste dans ce deuxième voyage permet de battre en brèche la beauté, mais aussi le caractère sexuel de ces corps de jeunes femmes qui d’attractifs deviennent répulsifs pour le héros. Le traducteur pour sa part se contente d’énoncer les conséquences d’une telle déformation, à savoir l’écœurement de Gulliver ; toutefois, en supprimant les détails répugnants et scatologiques, en jouant de l’euphémisme qui lui permet de répéter le mot « libertés » pour le moins suggestif, il présente au lecteur français un texte non repoussant, où le dégoût n’est pas justifié et où donc l’attrait sexuel des ces corps féminins est au contraire bien réel. Lors de ces omissions, on s’éloigne donc là doublement de Swift : de l’écriture crue de cet auteur, mais aussi, également, de son parti pris misogyne. Ce dernier est particulièrement présent chez l’écrivain anglais, comme l’explique Katharine M. Rogers :

  • 14 K. M. Rogers, « “My Female Friends” : The Misogyny of Jonathan Swift », Texas Studies in Literatur (...)

Swift’s degradation of the romantic ideal, disparagement of motherhood and nauseating descriptions of the female body and sexual relations are remarkably forceful and consistent. Clearly he attacked not only the sentimentalizing of love and maternity, but the physical functions themselves. Such invective was extraordinary in the misogynistic satire of Swift’s period, which generally consisted of ridicule of feminine foibles. Even in the tradition, there are few precedents for his emphasis on the unpleasant details of female animality14.

Par conséquent, lorsque la traduction fait disparaître la description du sein « monstrueux » et « donnant la nausée » de la nourrice qui allaite le bébé du fermier à Brobdingnag (p. 67), lorsqu’elle passe sous silence la façon dont le héros est horrifié par l’odeur de la femelle yahoo en chaleur qui le poursuit (note 364 p. 185), mais aussi par celle de sa propre femme qu’il ne parvient pas à supporter à son retour (note 383 p. 202), ce n’est pas simplement le bon goût qui est préservé, mais la femme elle-même dont le corps maternel et sexuel n’est pas avili. Le traducteur reste donc en cela fidèle à une certaine image littéraire et poétique du beau sexe, tandis que Swift, outre ses convictions intimes, se fait plutôt l’écho dans sa fiction d’un discours médical contemporain (prenant sa source dans le Remedia Amoris d’Ovide) qui désacralisait la beauté éthérée des femmes par le changement de perspective, mais aussi littéralement et concrètement de vision et d’odeur, comme le souligne John F. Sena :

  • 15 J. F. Sena, « Swift as Moral Physician : Scatology and the Tradition of Love Melancholy », The Jou (...)

Virtually all the medical work on love melancholy recommend that the lover literally or metaphorically observe his mistress stripped of her clothing so that he may see both the artificial means she employs to be beautiful as well as the ugliness of an unadorned body. [...] To disabuse a love’s passion, the physicians generally described the female body in terms of repellent visual and olfactory images15.

L’excision des passages misogynes de l’original n’est donc pas simplement une censure de l’impudique, elle est aussi synonyme d’une perte de l’intertextualité avec un autre genre, celui des traités médicaux, qui, même s’il n’est pas dominant, sous-tend en partie les discours du chirurgien et habile disséqueur qu’est notre héros.

23Pour conclure, cette traduction peut paraître de prime abord relativement littérale, notamment parce qu’elle respecte l’intégralité de la structure du roman, de l’agencement des chapitres, et qu’elle ne comporte quasiment pas d’ajouts. Pour autant, elle n’est pas sans comporter un certain nombre d’éléments qui la différencient de l’original et aboutissent par endroits à des changements d’importance en terme de tonalité principalement, mais pas uniquement. Le traducteur élague un certain nombre d’éléments de couleur locale, de longueurs dans les descriptions techniques et le jargon nautique. Il fait des coupes franches dans les multiples mesures de quantités, de grandeurs et dans les énumérations typiques du récit circonstancié de Gulliver ou dans certaines de ses remarques métatextuelles. Et surtout il procède à l’euphémisation et à l’omission de nombre de passages ayant trait au corps blessé, malade, démembré, mais aussi au corps sain dont les parties honteuses et les aspects scatologiques qui lui sont liés risquaient de heurter la pudeur de ses lecteurs français. En outre sa présentation du corps féminin est plus en accord avec une image littéraire classique et idéale de ce dernier qu’avec le penchant misogyne du Gulliver de Swift. Ce faisant, la traduction peut parfois perdre un trait d’humour ; une allusion historique de ce roman à clefs peut passer inaperçue ou la satire être amoindrie. Cependant, malgré ce, pour l’époque, la traduction comporte presque la totalité du texte original et est vraiment dans l’ensemble fidèle à ce roman. L’embellissement était alors un passage obligé pour ne pas contrevenir au bon goût des français et ce traducteur, s’il n’y a pas dérogé, n’en est pas moins resté aussi fidèle qu’on pouvait l’être à l’époque au roman original. Il est loin d’avoir pris les libertés que s’arrogeait l’abbé Desfontaines, mais ne mérite certainement pas le dédain dont a fait preuve ce dernier avant même d’avoir lu cette traduction rivale. En effet le traducteur de cet ouvrage n’a pas recherché comme l’abbé Desfontaines le succès qu’aurait pu lui octroyer une belle plume de traducteur-auteur et a proposé plus d’authenticité à un lectorat français dont on pouvait ainsi élargir l’horizon, comme le fait remarquer Chéron dans la préface de sa traduction de Tom Jones :

  • 16 Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais, 1721-1828, A. Cointre et A. Rivara éd., Sain (...)

Le désir d’un succès plus brillant et la crainte de déplaire à des lecteurs trop délicats en leur présentant des ouvrages anciens ou étrangers traduits avec exactitude, ne peuvent que contribuer à perpétuer l’ignorance, à rétrécir le génie et à rendre le goût pusillanime, en écartant de nous la connaissance de l’antiquité telle qu’elle est, et des ouvrages étrangers, avec leurs beautés et leurs défauts16.

24N. B. : Dans l’édition de La Haye, 1727, tome premier, la page de titre est suivie de la Table des chapitres, puis du Catalogue des livres « les plus nouveaux qui se trouvent à La Haye chez P. Gosse et J. Neaulme, libraires », enfin d’un Avertissement au relieur « pour placer les figures dont les pages ne sont pas marquées ».

Afin de rendre la lecture plus aisée, voici un tableau des unités anglaises de mesure selon l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (en prenant pour base un pied français de 0,324 m) :

1 acre 3920 m2 (4840 yards2)
1 lieue (league) 4754 m (3 miles)
1 mile 1584 m (63 360 pouces)
1 pied (foot) 30 cm (1000/1068 du pied de Paris)
1 pouce (inch) 2,5 cm (1/12 de pied)
1 verge (yard) 90 cm (3 pieds)

Notes

1 Voir par exemple : F. P. Lock, « The Text of Gulliver’s Travels », The Modern Language Review, 76/3, 1981, p. 513-533 ; ou encore : Pierre Danchin, « The Text of Gulliver’s Travels », Texas Studies in Literature and Language, 2/2, 1960, p. 233-250.

2 Cette deuxième édition porte la mention suivante (qui lui permettait de se différencier, en mettant l’accent sur l’authenticité, de la traduction de l’abbé Desfontaines publiée entre temps en avril 1727) : « Nouvelle traduction. Plus ample, plus exacte et plus fidèle, que celle de Paris, avec Figures, & cartes géographiques ».

3 Cette traduction de l’abbé Desfontaines, qui date d’avril 1727, a suivi de près la publication de la traduction qui fait l’objet de cet ouvrage. Ces différentes éditions ont été analysées avec précision par Herman Teerink dans A Bibliography of the Writings of Jonathan Swift, Philadelphia, 1963, p. 225 sq.

4 Il insère cette critique dans la préface de sa propre traduction de Gulliver’s Travels : J. Swift, Voyages de Gulliver, traduit par M. l’abbé Desfontaines, Paris, 1727, t. I, p. xviii-xix.

5 J. Swift, Travels into several remote nations of the world. In four parts. By Lemuel Gulliver, first a surgeon, and then a captain of several ships. London, printed for Benj. Motte, at the Middle Temple-Gate in Fleet-Street, 1726, vol. I, p. 83. Toutes les références ultérieures à l’ouvrage anglais seront des références à cette édition de 1726, puisque le traducteur, au vu de la date de parution de son travail en janvier 1727, n’a pu avoir accès qu’aux premières éditions publiées par Motte en 1726 et non aux éditions « corrigées » qui suivirent. Les références seront signalées en faisant suivre GT de la partie concernée (en chiffre romain) et du numéro de page (ici GT II 83).

6 C’est le cas, parmi bien d’autres, d’Ange-François de Saint-Ange qui précise dans la préface de sa traduction de The Man of Feeling de Henry Mackenzie : « Dans quelques endroits l’auteur fait allusion à des usages connus des Anglais, mais qui sont autant d’énigmes pour nous. On a mieux aimé éclaircir ces passages par des notes que de les supprimer ou de les dénaturer » (Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais, 1721-1828, A. Cointre et A. Rivara éd., Saint-Étienne, publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 110).

7 C’est le cas, par exemple, lorsque le Gulliver français énumère les défauts de ses contemporains en faisant l’impasse sur la mendicité, la tricherie, le maquereautage, la flatterie, la subornation et la contrefaçon, ce qui n’est pas anodin (voir note 348, p. 176).

8 Samuel Richardson, Nouvelles lettres angloises, ou Histoire du chevalier Grandisson, par l’auteur de « Paméla » et de « Clarisse », traduit par Antoine François Prévost, Amsterdam, t. I, 1755, iv.

9 « A certain Malady, which bred Rottenness in the Bones of those, who fell into their Embraces » (GT IV 86).

10 « How the Pox under all its Consequences and Denominations had altered every Lineament of an English Countenance, shortned the size of Bodies, unbraced the Nerves, relaxed the Sinews and Muscles, introduced a sallow Complexion, and rendered the Flesh loose and Rancid » (GT III 116).

11 « And the cure prescribed is a mixture of their own Dung and Urine forcibly put down the Yahoo’s Throat » (GT IV 109-110).

12 D. T. Siebert, « Swift’s Fiat Odor : The Excremental Re-Vision », Eighteenth-Century Studies, 19/1, 1985, p. 33.

13 Il se montre sur ce point plus pusillanime encore que l’abbé Desfontaines, qui, comme le traducteur, choisit d’omettre la référence au cor de la demoiselle d’honneur, mais ne fait pas l’impasse sur le peigne réalisé à partir de l’ongle de la reine.

14 K. M. Rogers, « “My Female Friends” : The Misogyny of Jonathan Swift », Texas Studies in Literature and Language, 1/3, 1959, p. 379.

15 J. F. Sena, « Swift as Moral Physician : Scatology and the Tradition of Love Melancholy », The Journal of English and Germanic Philology, 76/3, 1977, p. 356. Swift se fera l’écho de ces conseils de manière plus explicite encore quelques années plus tard dans ses poèmes « The Lady’s Dressing-Room » (1732), « Strephon and Chloe » (1734) et « A Beautiful Young Nymph Going to Bed » (1734), poèmes mettant à nu les artifices de beauté des femmes et en révélant dans un contre-blason les aspects terre-à-terre et grossiers. Ainsi par exemple, dans « The Lady’s Dressing-Room », on retrouve, comme dans Gulliver’s Travels, l’utilisation de la loupe, cette fois-ci non métaphorique, qui permet notamment de repérer des vers dans le nez de Celia, qu’elle extirpe morts ou vivants. On y goûte également des références scatologiques semblables dans la description, par l’amant qui s’est rendu dans la chambre de sa bien-aimée en son absence, de plusieurs des objets souillés qui lui appartiennent, mais surtout de son pot de chambre, comparé à une boîte de Pandore malodorante. Enfin le couple formé par Strephon et Chloe subit de fortes désillusions lorsqu’ils font leurs besoins l’un devant l’autre lors de la nuit de noces, ce qui n’est pas sans rappeler l’exemple des filles d’honneur se soulageant devant Gulliver dans la partie II.

16 Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais, 1721-1828, A. Cointre et A. Rivara éd., Saint-Étienne, publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 52.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search