Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La quête identitaire dans l’œuvre de José Agustin (1964-1996)

 | 
Alba Lara-Alengrin

Chapitre II. La configuration de la République des Lettres dans le Mexique du xxe siècle

Texte intégral

  • 1 Ensemble de professionnels et intellectuels attachés au pouvoir, aux institutions, aux lois établi (...)
  • 2 Des institutions et des prix prestigieux sont créés par et pour l’élite intellectuelle issue de la (...)

1Nous entendons l’espace culturel comme le milieu abstrait partagé, dans une société, par les intellectuels et les artistes qui bénéficient de la reconnaissance de leurs propres pairs. L’espace culturel est constitué au Mexique par les écrivains, les critiques, les universitaires, les scientifiques, les académiciens, les fonctionnaires culturels, bref, tous les détenteurs d’un discours légitimé. Or, la reconnaissance dont bénéficient les différents membres de l’espace culturel n’est pas unilatérale. On peut établir une distinction entre la légitimité institutionnelle et la légitimité autre. La reconnaissance institutionnalisée est la reconnaissance officielle, celle qui émane d’une autorité constituée qu’elle soit gouvernementale ou académique : L’État, le gouvernement, le Ministère de la Culture, l’Université, les Académiciens. La reconnaissance non officielle provient des producteurs culturels eux-mêmes, des écrivains, des éditeurs, des médias — s’ils sont indépendants du gouvernement —, du public, des critiques. Pour A. Lempérière, l’establishment1 culturel du Mexique est constitué par les Académiciens et les membres du Colegio Nacional en raison de l’influence non négligeable qu’ils peuvent atteindre, de par leur prestige et le cumul des postes de direction dans les différentes institutions académiques et/ou culturelles (ministères, INBA, UNAM2).

  • 3 Nous empruntons à P. Bourdieu la notion de champ, celui-ci est compris comme un réseau de relation (...)
  • 4 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, 1982, p. 46.

2À l’intérieur de cet espace culturel, qui est de nature symbolique, nous retrouvons des entités différenciées, un champ artistique, un champ scientifique, un champ littéraire3. Pour notre part, nous nous intéressons plus particulièrement au champ littéraire, dont l’autorité linguistique est la caractéristique propre de ses membres. D’après Pierre Bourdieu, cette autorité requiert un capital d’instruments d’expression capable de produire un discours digne d’être publié, c’est-à-dire officialisé4.

  • 5 Ce qui nous permettra de mieux saisir le point de vue artistique de notre auteur, selon P. Bourdie (...)

3Pour mieux mesurer la portée du projet esthétique de José Agustín en tant qu’écrivain, nous nous proposons d’ébaucher préalablement la configuration du champ littéraire mexicain dans la première moitié du vingtième siècle, ainsi que l’espace des prises de position artistiques5 au sein de ce champ.

1 Les relations entre les intellectuels mexicains et l’État ou de l’erreur de vivre en dehors du budget national

  • 6 Groupe des généraux vainqueurs de la lutte armée. Ce terme, employé par A. Lempérière, que nous em (...)

4Le visage des institutions politiques, économiques, sociales et culturelles du Mexique contemporain se profile entre 1920 et 1935, lorsque les Sonoriens6 s’adonnent à la tâche de reconstruire et d’inventer le nouveau pays, au lendemain de la Révolution Mexicaine. Mais c’est pendant la présidence de Lázaro Cárdenas, de 1936 à 1940, que le Mexique commence à fomenter l’essor des institutions académiques qui sont toujours en vigueur de nos jours.

  • 7 Cf. C. Fell, José Vasconcelos : les années de l’aigle (1920-1925) Éducation, Culture et ibéro-amér (...)
  • 8 A. Lempérière, op. cit., p. 69.

5L’Athénéiste José Vasconcelos fonde en 1921 la SEP, Secretaría de Educación Pública. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, avec la création de la SEP, le nationalisme — en tant que facteur d’intégration politique et culturelle — oriente la politique éducative du Mexique post-révolutionnaire en accordant la priorité à l’école primaire et à l’alphabétisation7. Vasconcelos confie à l’écrivain et traducteur Julio Torri le Département de Publications de la SEP, inaugurant ainsi l’ère des livres de lecture et des manuels conçus et réalisés au Mexique8. La collection « Classiques pour le Peuple » promeut ainsi la traduction et la publication des grands auteurs de la littérature universelle, la SEP assure en fait la majeure partie de l’édition scolaire.

  • 9 En 1982, le critique mexicain José Joaquín Blanco disait à ce propos : ... en México todos los int (...)

6Une des caractéristiques particulières du régime mexicain consiste à incorporer l’intelligentsia dans les rangs de l’État9. On peut même considérer cela comme un trait identitaire de la culture mexicaine du xxe siècle. Cette relation de symbiose dans laquelle l’État neutralise l’écrivain et où l’écrivain profite du système est souvent évoquée par les intellectuels étrangers qui circulent dans l’espace culturel mexicain. L’écrivain argentin Mempo Giardinnelli dit à ce propos :

  • 10 M. Giardinelli, « Panorama de la Narrativa Mexicana de los 80’s » in Ínsula, Madrid, nos 512-513, (...)

A través de las universidades, de las casas de cultura de cada uno de los estados federales o de los municipios, y especialmente a través de la acción del poderoso Instituto Nacional de Bellas Artes (verdadero Ministerio Nacional de Cultura) los apoyos del Estado a las Letras y a las Artes son, en México, verdaderamente extraordinarios10...

  • 11 C. Monsiváis, « Notas sobre la cultura mexicana en el siglo xx », op. cit., p. 1544.

7L’INBA, Instituto Nacional de Bellas Artes est créé en 1946. Ses origines remontent au Departamento de Bellas Artes, de la SEP de Vasconcelos, devenu plus tard La Dirección General de Educación Extraescolar y Estética. En perdant le caractère didactique qui avait été celui des organismes qui l’ont précédé, l’INBA acquiert les fonctions d’un ministère de la culture visant à protéger, parrainer et impulser l’art mexicain11. Comme il en découle de la citation ci-dessus, l’éventail de possibilités d’intégration pour les intellectuels mexicains comprend aussi bien la fonction publique dans l’administration, que les postes académiques ou de recherche dans les universités. Même si les universités ont un statut d’autonomie, leur budget est attribué par l’État. Giardinelli souligne le paradoxe de cette situation puisque, d’une part le mécénat de l’État fait des écrivains et des artistes mexicains des privilégiés — par rapport à leurs pairs d’autres pays — et, d’autre part, cela signifie qu’ils sacrifient leur indépendance critique en dépendant du budget de l’État.

  • 12 J. Ruffinelli, « La Crítica Literaria en México : ausencias, proyectos y querellas » in Revista de (...)
  • 13 L’Université, fondée en 1551 est la plus ancienne du continent. À l’époque coloniale, l’Université (...)
  • 14 Manuel Avila Camacho fut président du Mexique de 1940 à 1946.
  • 15 A. Lempérière, op. cit., p. 189.

8Pour sa part, le critique uruguayen Jorge Ruffinelli ajoute au constat de Giardinelli l’existence d’une caste intellectuelle liée à l’UNAM et la SEP, qui centralise les décisions et les budgets culturels12. L’UNAM, Universidad Nacional Autónoma de México13 acquiert un rôle central à partir de 1937, lorsque le gouvernement recommence à la subventionner bien que, depuis 1933 et en vertu de la loi que lui conférait son autonomie, elle fût considérée comme un établissement privé. Cette situation contradictoire fut réglée aussitôt que le gouvernement du président M. Avila Camacho14 eut promulgué, en 1944, son Statut Organique, c’est-à-dire celui d’un organisme décentralisé, à la fois autonome et national, subventionné par l’État15.

  • 16 Miguel Alemán Velasco fut président du Mexique de 1946 à 1952.

9Miguel Alemán16, le premier président universitaire et non militaire du régime post-révolutionnaire, conçoit le projet d’un nouveau campus pour l’UNAM au sud de la ville de Mexico, la cité universitaire est inaugurée en 1953 et demeure le siège de l’Université depuis lors. Les missions principales de l’UNAM sont l’enseignement, la recherche et la diffusion culturelle. Le rôle de l’UNAM dans la vie académique et culturelle du Mexique est également déterminant parce que l’Université a stimulé la professionnalisation des enseignants en créant, dans les années quarante, le professorat de carrière. La vocation de diffusion culturelle et éditoriale de l’UNAM est encore plus important que la recherche. En effet,

  • 17 A. Lempérière, op. cit., p. 193.

L’Université, qui patronne des groupes de théâtre, qui ouvre une galerie d’art, des ciné-clubs, qui fait de la « Casa del Lago » une véritable maison des écrivains et des artistes, participe également à l’essor de l’édition17.

10Jusqu’aux années soixante-dix, l’UNAM représentait le principal éditeur universitaire, ses publications comprenant aussi bien des livres (des classiques, des traductions et des œuvres de jeunes écrivains), que des revues culturelles ou scientifiques.

  • 18 Cf. R. Camp, Los intelectuales y el Estado en el México del siglo xx, op. cit., p. 83.

11L’arrivée en masse des intellectuels espagnols républicains accueillis par le gouvernement de Cárdenas en 1939, va se traduire par une heureuse contribution au rayonnement culturel et académique du Mexique. Ainsi, le rayonnement culturel de l’UNAM se voit concurrencé par la création, en 1940, du Colegio de México, auparavant Casa de España, fondée en 1938 pour accueillir les travaux des intellectuels espagnols réfugiés au Mexique. El Colegio de México est une institution de recherche de haut niveau consacrée à l’étude des humanités et dont le recrutement des boursiers est très sélectif18.

  • 19 Malgré les liens étroits des écrivains — juristes et idéologues pour la plupart —avec le pouvoir, (...)

12Cela étant dit, les origines de la tradition de mécénat étatique ne se trouvent pas dans la période post-révolutionnaire, elles remontent aux Veladas Literarias19 d’Ignacio Manuel Altamirano (1834-1893). Lorsque celui-ci lance l’idée de la célébration de Las Veladas Literarias, entre 1867 et 1868 et, à la suite de celles-ci, édite, en 1869, la revue El Renacimiento, il se propose d’établir, dans le terrain neutre de la culture, un centre de conciliation entre libéraux et conservateurs, les deux factions qui s’étaient disputé tout au long du siècle le contrôle de la nation. Après plus de cinquante ans de guerres et de conflits, les intellectuels mexicains aspirent à la concorde et à la construction nationale. Pour Gabriel Zaid, Las Veladas, en gommant les différences idéologiques, marquent le début du cycle d’intégration des intellectuels au projet national et au pouvoir, qui va, selon lui, de 1868 à 1968 :

  • 20 G. Zaid, « Tres momentos de la cultura en México » in Cómo leer en bicicleta, Mexico : Joaquín Mor (...)

... en términos del poder, la unidad nacional y « el renacimiento « significaban otra cosa : el nacionalismo como una forma de integración ideológica (liberal-conservadora ; revolucionaria-institucional) y como una forma de integración neutralizadora de los intelectuales al poder20.

  • 21 Prolifération de revues littéraires, augmentation de la production de livres, fondation des nouvel (...)

13La vie littéraire, et la culture en générale, connaissent alors une vraie renaissance21, mais les intellectuels perdent en autonomie ce qu’ils ont gagné en tranquillité.

  • 22 En effet, ils établissent les pouvoirs financiers et administratifs de l’État, ils fondent un syst (...)

14Puis, à l’abri de la paix porfirienne (1876-1910), les intellectuels deviennent les artisans d’une politique de modernisation du pays22. Vingt ans après le triomphe définitif de la République et des libéraux, le panorama culturel du Mexique de Porfirio Díaz a changé substantiellement, les associations littéraires disparaissent pratiquement devant l’installation des écoles supérieures pour les élites.

15Si la Révolution de 1910 ébranle les institutions porfiriennes et que les Sonoriens sont des militaires qui conquièrent leur pouvoir politique dans la lutte armée, le nouveau régime fait aussi un appel massif aux intellectuels pour reconstruire ses institutions politiques, économiques et sociales. J. Vasconcelos et la Génération de 1915 constituent les meilleurs exemples de collaboration fructueuse avec l’État, même si dans certains cas — J. Vasconcelos et M. Gómez Morín, par exemple — ces fondateurs des nouvelles institutions passent dans les rangs de l’opposition. En fait, l’élite intellectuelle mexicaine du XXe est le concepteur et le promoteur du nationalisme, l’idéologie intégratrice du Régime post-révolutionnaire.

2 Les prises de position et l’évolution du roman mexicain dans le champ littéraire de la première moitié du XXe siècle

  • 23 Moins qu’en tant que romancier (auteur de Clemencia, 1869, et El Zarco, 1901), la figure d’Altamir (...)
  • 24 Auteur de Historia crítica de la poesía en México.

16Datant de la période de concorde qui régnait lors de l’apparition de la revue El Renacimiento, la polémique entre Manuel Altamirano (1834-1893)23 et Francisco Pimentel24 est sans doute une des premières luttes littéraires dans l’histoire du Mexique indépendant, il s’agissait de définir le caractère de la littérature nationale. Alors que le premier prônait une littérature vernaculaire et « nationale », le second défendait l’idée d’une littérature « classique », fidèle au castillan. Ce débat sera un fait constant dans la configuration du champ littéraire mexicain, que l’on parle d’académisme vs. littérature vernaculaire (plus tard, populaire) ou de tradition vs. cosmopolitisme.

  • 25 Luis G. Urbina (1864-1934), Jesús E. Valenzuela (1856-1911), Manuel Gutiérrez Nájera (1859-1895), (...)
  • 26 J. L. Martínez, La expresión nacional, op. cit., p. 63-73.

17Vers la dernière décennie du xixe siècle, le Parnasse et le Symbolisme deviennent les sources d’inspiration des écrivains mexicains et hispano-américains. Dans la revue La Juventud Literaria (1887-1888) Altamirano et les derniers romantiques cohabitent avec de jeunes écrivains porteurs d’une nouvelle sensibilité poétique25. Le nationalisme prôné par Altamirano commence à battre de l’aile et le Romantisme est désormais désuet. Animé par Gutiérrez Nájera, la revue Azul (1894 à 1896) devient le moyen d’expression d’un bouleversement artistique de grande envergure pour les Lettres hispano-américaines, le Modernisme. La poésie moderniste rompt avec la dépendance culturelle de l’Espagne. En renouvelant la poésie, elle rajeunit la langue. Lorsque l’écrivain Victoriano Salado Alvarez (1867-1931) attaque les modernistes, les considérant comme des imitateurs serviles des modes européennes et des ennemis de la littérature nationale, Amado Nervo lui répond en soulignant le décalage inévitable de la littérature, toujours visionnaire par rapport à l’inertie du peuple et aux bénéficiaires du statut-quo. L’écrivain J. E. Valenzuela prend aussi la défense du Modernisme, pour répondre à l’accusation d’immoralisme imputé à ce courant, il réplique que la seule responsabilité de l’écrivain est celle de créer. Nous sommes face à un changement considérable dans la conception de l’artiste. Contrairement à leur prédécesseurs, qui étaient des juristes et des idéologues ayant participé à la construction du Mexique indépendant en rédigeant ses lois, en participant aux luttes politiques, en écrivant l’histoire du nouveau pays, les modernistes estiment qu’ils n’ont plus d’obligations patriotiques et qu’ils ne détiennent plus le rôle de conciliateurs sociaux. L’apparition de la Revista Moderna (1898-1911) va renforcer cette conscience artistique. Il s’agit de la première revue mexicaine à accorder une importance égale aux peintres, aux musiciens, aux dessinateurs et aux écrivains qui y participent. Ses collaborateurs scandalisent la société de leur temps et décident, à l’instar de leurs modèles français, d’être des poètes maudits. La revendication de l’indépendance créatrice des modernistes marque la première rupture art-société dans l’histoire de la culture mexicaine, ainsi qu’un pas décisif dans la conquête de l’autonomie du champ littéraire26. L’écrivain devient un être à part entière qui peut s’enfermer dans sa tour d’ivoire sans s’occuper des problèmes de la nation.

  • 27 C. Monsiváis, « Notas sobre la cultura mexicana en el siglo xx », op. cit., p. 1389.

18Or, cette rupture n’est qu’esthétique et morale, elle n’engage pas de vision politique car durante el Porfiriato todo es establishment27. La marge laissée à l’opposition est très réduite et ne concerne que quelques journalistes dissidents. L’Ateneo de la Juventud, qui célèbre ses réunions au déclin du Porfiriat, constitue une opposition d’ordre intellectuel à la pensée scientiste des Científicos.

19Au Mexique, les différentes générations littéraires se succèdent presque toujours de façon pacifique, indépendamment de leur rapport au pouvoir politique. Justo Sierra (1848-1912), l’un des plus célèbres des Científicos, qui fut ministre de l’Éducation sous la dictature de Porfirio Díaz, a soutenu au début du xxe siècle les Athénéistes, alors jeunes opposants intellectuels de son groupe. José Vasconcelos, pour sa part, a aidé financièrement les entreprises culturelles des Contemporáneos.

20Alors que leur poésie témoigne d’une profonde volonté d’innovation, les modernistes mexicains pratiquent très peu les genres narratifs. Le changement dans le domaine narratif viendra, comme partout ailleurs, avec la Révolution Mexicaine. Los de Abajo (1915), de Mariano Azuela, va inaugurer le premier genre narratif de souche mexicaine : le Roman de la Révolution. Le récit intègre les dialogues comme une partie fondamentale de la narration, des techniques journalistiques sont adoptées pour objectiver le récit, le langage populaire et les provincialismes prolifèrent dans les dialogues et ne sont plus des éléments pittoresques. Le nouveau genre va s’installer pendant plusieurs décennies dans le champ littéraire mexicain. La mobilisation de la lutte armée a sans doute encouragé la surprenante découverte du pays et des masses paysannes par les écrivains. Le Roman de la Révolution est également stimulé par l’idéologie adoptée par la nouvelle classe au pouvoir, le nationalisme.

  • 28 C. Monsiváis, ibid., p. 1446.

... en diciembre de 1924, al tomar posesión de la Secretaría de Educación Pública, el ministro Puig Cassauranc promete la publicación y la ayuda a cualquier obra mexicana en la cual la decoración amanerada de una falsa comprensión de la vida se vea reemplazada por cualquier otra, dura y severa y con frecuencia sombría, pero siempre verdadera, tomada de la vida misma28.

  • 29 Le Roman de la Révolution n’obtient sa dénomination qu’en 1940. Sur l’évolution et les représentan (...)

21En effet, le Roman de la Révolution et ses dérivés : indigénisme, roman prolétaire, roman des cristeros, récit rural et récit anthropologique sont, paradoxalement, pessimistes et critiques par rapport à la geste révolutionnaire et, surtout, par rapport aux réussites sociales de celle-ci. Le héros vaincu et la soldatesque ignare et barbare s’installent désormais comme une convention du genre ; l’heure est grave, le Mexique post-révolutionnaire n’a pas le droit de créer des littératures heureuses29.

  • 30 Le groupe, dont le seul point commun est le refus du nationalisme, se compose de Bernardo Ortiz de (...)
  • 31 Ils conçoivent les collections « Lecturas Clásicas para Niños », « Lecturas Clásicas para Mujeres  (...)
  • 32 Les idéologues du régime sont regroupés dans le B.O.I, Bloc des Ouvriers Intellectuels, un organis (...)

22Dans ce contexte d’engagement social et politique dans lequel il faut forger la conscience nationale, le groupe de poètes et dramaturges connus comme les Contemporáneos30 s’érige, dans l’interstice des années vingt et trente, comme un bastion d’indépendance esthétique et culturelle en plaidant pour un art libéré de toute mission sociale. À peine sortis de l’adolescence, ces auteurs collaborent avec Vasconcelos en tant qu’équipe éditoriale de la SEP31 ; leur participation dans la croisade culturelle de Vasconcelos vient nuancer leur réputation d’aristocrates apatrides. Les membres des Contemporáneos refusent d’écrire sur des thèmes révolutionnaires et se tournent vers une littérature qui célèbre l’individu ; ils coïncident avec le credo esthétique des écrivains français de la Nouvelle Revue Française. Les Contemporáneos font l’objet d’une campagne de diffamation puritaine et machiste de la part des artistes « révolutionnaires » regroupés autour du B.O.I.32, puis de la revue Crisol, créée en 1929 pour soutenir le régime. Les Contemporáneos, pour leur part, éditent la revue La Falange. Revista de Cultura Latina (1922-1923) ; Ulises, en 1927 ; Contemporáneos, qui leur donne nom, entre 1928 et 1931 ; puis, en 1932, ils collaborent dans Examen, fondée par J. Cuesta. Ils sont victimes de la censure lorsque le romancier Rubén Salazar Mallén publie dans Examen un fragment de son roman Cariátides, jugé obscène par les journaux de Mexico. Le résultat de la campagne de presse contre Contemporáneos est le renvoi de Gorostiza, Ramos, Villaurrutia et Cuesta de leur poste à la SEP, ainsi que la disparition d’Examen. Dans la polémique entre les Contemporáneos et les membres de Crisol, qui débute ouvertement en 1932, nous retrouvons encore une fois le débat entre l’obligation de créer une littérature nationale ou la liberté de se consacrer à l’art pur.

23Les Contemporáneos innovent surtout du point de vue de l’énonciation, car ils proposent une modalité inédite pour le personnage de l’écrivain, d’après José Joaquín Blanco :

  • 33 J. J. Blanco, « La juventud de Contemporáneos » in Crónica literaria, un siglo de escritores mexic (...)

No pedían básicamente, en sus mejores años, las grandes virtudes a que estaba habituada la cultura convencional, sino otras ; pedían Modernidad, Destreza, Ironía, Espíritu Deportivo, Gracia, Personalidad, Elegancia (de Dandy), Ingenio, Alegría, Curiosidad, Disponibilidad Emotiva, Espíritu de Aventura, etc., en vez de patriotismo, academia, ponderación, decoro, medio tono, restricción, enciclopedia, etc.33.

  • 34 À propos du travail critique de Gorostiza, Novo, Villaurrutia et Cuesta, cf. J. J. Blanco, « La ju (...)
  • 35 Pour répondre aux déclarations de l’écrivain Emilio Abreu Gómez sur « le devoir » de préférer les (...)
  • 36 J. Torres Bodet, par exemple, fut ministre de la SEP à deux reprises, sous la présidence de Manuel (...)

24Les exigences des Contemporáneos se cristallisent dans leur prose journalistique et, s’ils n’excellent pas dans le roman, leur travail critique est remarquable et salutaire34. Pour ce qui est de la critique culturelle, nous pensons notamment à Xavier Villaurrutia, à Jorge Cuesta et à Salvador Novo. La prose de ce dernier accuse une modernité inouïe pour son temps, aussi bien au niveau du ton que par les innovations sémantiques de ses articles et de ses chroniques sociales, de même que par rapport au choix des sujets « non nobles », comme la boxe ou la publicité. S. Novo est considéré par C. Monsiváis comme le premier prosateur moderne de la littérature mexicaine. En défendant l’indépendance créatrice des artistes et l’autonomie des intellectuels, J. Cuesta devient, pour sa part, un des plus lucides critiques du nationalisme comme idéologie officielle35. Or, ce groupe d’écrivains, cité aujourd’hui comme la victime par excellence de la tyrannie de la culture officielle en raison de leur démission forcée de la SEP, n’échappe pas au schéma de servitude vis-à-vis de l’État. Mis à part Cuesta et Villaurrutia, disparus prématurément, ses membres deviendront des fonctionnaires culturels de haut niveau36.

  • 37 Novedades appartient alors au groupe O’Farrill, pionnier dans les médias et, en 1955, un des fonda (...)

25L’apparition des suppléments culturels, à l’aube des années cinquante, a rendu possible une relative indépendance des écrivains vis-à-vis des institutions culturelles officielles tout en leur permettant d’exercer une activité directement liée à leur métier. C’est l’écrivain et journaliste Fernando Benítez (1904-2000) qui consacre cette formule avec México en la cultura (1949-1961), supplément du journal Novedades37. L’idée avait été lancée par le journal El Nacional, dont Benítez fut collaborateur, puis directeur en 1947-1948. Les suppléments sont à l’origine d’un nouveau profil d’intellectuel pour le contexte littéraire mexicain du xxe siècle : l’écrivain-journaliste. Ils constituent aussi l’indicateur des nouveaux acteurs dans la production culturelle du pays : le secteur privé et un public élargi, de non spécialistes.

  • 38 L’écriture et les convictions politiques sont indissociables dans l’œuvre de José Revueltas, qui f (...)

26À partir de El luto humano (1943), de José Revueltas (1914-1976) et Al filo del agua (1947), de Agustín Yáñez (1904-1980), le roman mexicain, comme le régime, commence à se démarquer de la Révolution Mexicaine, qui avait fourni ses personnages et ses ambiances au premier courant littéraire national du siècle. J. Revueltas et A. Yáñez s’écartent du Roman de la Révolution moins dans les thèmes que par leur façon d’envisager la narration en y incorporant la perception individuelle des phénomènes sociaux, grâce aux techniques telles que le monologue intérieur ou la fragmentation temporelle du récit. J. Revueltas et A. Yáñez conforment aussi un couple d’antagonistes dans leur façon de se situer vis-à-vis de l’establishment politique et culturel : José Revueltas (1914-1975) est l’écrivain dissident par excellence de la culture et de la politique mexicaine du vingtième siècle38 alors que Yáñez représente le modèle de l’intellectuel au service de l’État.

  • 39 S. Sefchovich, op. cit., p. 160.
  • 40 Ibid., p. 150.

27En 1949, Juan José Arreola (1918-2001) publie Varia Invención, un recueil de nouvelles, innovant par son style ironique et travaillé, qui introduit dans la prose mexicaine des thèmes et des personnages cosmopolites allant à l’encontre de l’esthétique de représentation réaliste qui prédominait depuis 1916, selon le modèle du Roman de la Révolution. Deux romans publiés la décennie suivante sont ceux qui achèvent magistralement le cycle du Roman de la Révolution. Nous parlons, bien sûr, du chef-d’œuvre Pedro Páramo (1955), de Juan Rulfo (1918-1986), et de La región más transparente (1958), de Carlos Fuentes (1928), qui suggèrent, chacun à sa manière, des atmosphères mythiques où les personnages deviennent symboliques. Pour la sociologue Sara Sefchovich (1949), les œuvres de J. J. Arreola, J. Rulfo et C. Fuentes publiées dans les années cinquante sont le paradigme qui détermine le cours du genre narratif mexicain dans les années à venir39. De même, elle considère que les idéologues de cette décennie sont l’écrivain Carlos Fuentes, parce qu’il annonce la fin du Roman de la Révolution, le peintre José Luis Cuevas, car il décrète la mort du muralisme, l’écrivain-journaliste Carlos Monsiváis, qui intègre la culture populaire à la Culture tout court, et le journaliste Fernando Benítez, qui montre la nouvelle façon de promouvoir la culture et détermine qui sont ses représentants40.

28Les années cinquante correspondent aussi, à l’intérieur du champ littéraire, à la consolidation d’un espace critique très formateur qui se développe dans les suppléments culturels et les revues spécialisées. La professionnalisation des écrivains à travers l’exercice de la critique culturelle commence dans la décennie précédente, avec l’apparition, en 1942, de Cuadernos Americanos, revue de sciences sociales avec une rubrique philosophique et littéraire ; et, en 1943, d’El Hijo pródigo, spécialisée en littérature (1943-1946). Universidad de México, la revue de l’UNAM, est dirigée à partir de 1953 par Jaime García Terres (1924) — qui collabore aussi au journal de F. Benítez. Universidad de México intègre des travaux universitaires tout autant que des articles d’actualité ou de critique littéraire dont ceux des écrivains comme Octavio Paz, Juan García Ponce (1932) et Juan Vicente Melo (1932). Ideas de México, pour sa part, réunit une vingtaine de nouveaux noms autour de sa rédaction. En 1955 apparaît Metáfora, une revue où publient les écrivains nés entre 1931 et 1934. La revue Estaciones. Revista Literaria de México sort en 1956, éditée par Elías Nandino (1903), elle intègre des valeurs sûres comme Carlos Pellicer (1899-1977), mais Estaciones promeut aussi les plus jeunes Elena Poniatowska (1933), Sergio Pitol (1933) et même des écrivains nés à la fin des années trente, comme Carlos Monsiváis (1938), José Emilio Pacheco (1939) et Gustavo Sainz (1940). La revue Revista Mexicana de Literatura (1955-1965), fondée par C. Fuentes et Emmanuel Carballo (1929) devient l’emblème de la génération d’écrivains nés dans les années trente. En douceur, cette promotion d’écrivains commence à se démarquer du nationalisme culturel, sans questionner toutefois le système qui le sous-tend. La plupart de ces nouveaux écrivains font leurs études à la Faculté de Lettres de l’UNAM, devenue ainsi un vivier d’écrivains en herbe.

  • 41 J. Agustín, Tragicomedia Mexicana I. La vida en México de 1940 a 1970, op. cit., p. 103.

29En 1951 apparaît le Mexico City Writing Center, un programme de soutien à la création littéraire, créé à l’initiative de l’écrivain nord-américaine Margaret Shedd en 1951 et présidé par Alfonso Reyes, les bourses étant attribuées par la Fondation Rockefeller. La première promotion de boursiers s’avérera remarquable : les dramaturges, Emilio Carballido (1925) et Sergio Magaña (1924) ; les narrateurs Juan José Arreola et Juan Rulfo et le poète Rubén Bonifaz Nuño (1923)41. Ce n’est que lorsqu’elle obtient le parrainage des entrepreneurs mexicains, qu’elle deviendra le Centro Mexicano de Escritores, une association à but non lucratif destinée à promouvoir la production des jeunes écrivains du Mexique grâce à une allocation d’études et à différentes sessions imparties au sein du centre pendant la durée de la bourse.

  • 42 Membre de la Génération de 1915 (Generación del 15).

30Fondé en 1934 à l’initiative de Daniel Cosío Villegas42, le F.C.E., Fondo de Cultura Económica, entreprise non lucrative dont le capital est géré par la Banque du Mexique, acquiert peu à peu une importance grandissante dans la promotion des sciences humaines et sociales :

  • 43 A. Lempérière, op. cit., p. 198.

Le F.C.E. a joué un grand rôle auprès des universitaires et des écrivains mexicains, non seulement parce qu’il leur a permis de publier, mais aussi en leur fournissant en abondance traductions et ouvrages de référence43.

31Dans les années cinquante, Le F.C.E. crée la collection « Letras de México », offrant ainsi d’autres possibilités de publication à la nouvelle génération d’écrivains (nés entre 1925 et 1935).

32Vers la fin de la décennie, la Universidad Veracruzana permet également l’accès à l’édition à de jeunes écrivains à travers sa collection « Ficción ». Les débouchés éditoriaux se font donc moins rares. Par ailleurs, vers cette époque apparaissent les premiers best-sellers mexicains, notamment Casi el paraíso (1956), de Luis Spota, dont les romans sont considérés par la critique et le milieu des lettres comme des produits mercantiles.

33Enfin, nous ne pouvons pas oublier J. J. Arreola, dont la labeur dans la promotion des nouveaux écrivains mérite une mention à part :

  • 44 A. Lempérière, op. cit., p. 225.

Il fonde et dirige, entre 1950 et 1955, la collection « Los Presentes », où il publie les premiers livres de García Terres, Eduardo Lizalde, Carlos Fuentes, Elena Poniatowska, Ricardo Garibay, du dramaturge Héctor Azar, du jeune philosophe mexicano-catalan Ramón Xirau, au total une cinquantaine de titres d’auteurs qui plus tard sont devenus célèbres dans leur pays, et parfois à l’étranger44.

  • 45 A. López González, « Quebrantos, búsquedas y azares de una pasión nacional (dos décadas de narrati (...)

34Éditeur de nouveaux espoirs, J. J. Arreola fera date aussi en tant qu’animateur du plus célèbre des ateliers d’écriture de l’époque, Mester, actif entre 1962 et 196445. Aujourd’hui banale dans l’espace littéraire mexicain, la formule des ateliers va promouvoir une façon plus conviviale, moins académique et, peut-être, plus « corporatiste », d’approcher l’écriture sous la direction d’un maître. Parmi la promotion d’écrivains qui publiera dans la décennie des années soixante, nombreux sont ceux qui ont fréquenté l’atelier d’Arreola. José Agustín en est peut-être le plus célèbre.

35Nous voyons comment l’exercice de la littérature mexicaine devient, à l’aube des années soixante, un savoir-faire codifié au sein d’un cadre institutionnel consolidé, disposant d’espaces de critique pour sa propre production, ainsi que de centres de formation pour ses apprentis. Cette délimitation et professionnalisation du champ littéraire se traduit par une multiplication de métiers pour les écrivains et s’accompagne de l’accroissement du marché des lecteurs potentiels. Nous pouvons affirmer que les années cinquante déblayent le terrain aux jeunes auteurs mexicains qui, comme José Agustín, publieront par la suite, et leur laisse en héritage des facilités de publication, ainsi qu’un espace culturel et littéraire plus riche et plus cohérent.

36Sans ruptures fracassantes, le champ littéraire acquiert, à la fin des années cinquante, un degré considérable d’autonomie. Cette indépendance est limitée et reste confinée au domaine artistique et intellectuel. À l’exception près de José Revueltas, la figure de l’écrivain n’a pas encore la dimension, ni l’envie nécessaires pour s’ériger en contrepouvoir critique du monde politique.

37La vie dans la République des lettres est ponctuée par les polémiques entre le devoir moral de créer une littérature nationale et le droit inaliénable de s’adonner aux velléités cosmopolites. La polémique Altamirano-Pimentel se situait dans le domaine de la langue, les critiques contre les modernistes concernaient aussi bien les innovations linguistiques que les sujets traités, la dispute Contemporáneos-Crisol s’inscrit plutôt dans la sphère thématique et implique la question de l’engagement de l’écrivain. Pour sa part, la promotion des écrivains qui commence à publier dans les années cinquante s’écarte doucement du nationalisme, confiante et rassurée, dès lors que Paz a décrété que los mexicanos son al fin los contemporáneos de todos los hombres. Ce furent les années de l’optimisme...

Notes

1 Ensemble de professionnels et intellectuels attachés au pouvoir, aux institutions, aux lois établis.

2 Des institutions et des prix prestigieux sont créés par et pour l’élite intellectuelle issue de la Révolution dans le but de récompenser ses représentants les plus distingués (eux-mêmes !). Le Colegio Nacional est fondé en 1943 pour accueillir les intellectuels des sphères non littéraires, puisque les écrivains étaient déjà consacrés par la Academia Mexicana de la Lengua qui existait depuis 1875. Le Premio Nacional de Artes et Ciencias (Prix national des Arts et des Sciences) est créé en 1945.

3 Nous empruntons à P. Bourdieu la notion de champ, celui-ci est compris comme un réseau de relations objectives (de domination ou de subordination, de complémentarité ou antagonisme, etc.) régit par des lois et des codes propres : le lois du « milieu ». À propos du champ littéraire cf. P. Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris : Seuil, Coll ; « Libre examen », 1992, 481 p.

4 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, 1982, p. 46.

5 Ce qui nous permettra de mieux saisir le point de vue artistique de notre auteur, selon P. Bourdieu, Les règles de l’art..., op. cit., p. 130.

6 Groupe des généraux vainqueurs de la lutte armée. Ce terme, employé par A. Lempérière, que nous empruntons ici comme traduction française du grupo Sonora, désigne l’origine géographique — l’état de Sonora — de la plupart des généraux qui ont fait partie de cette élite politique. Cf. A. Lempérière, op. cit., p. 33.

7 Cf. C. Fell, José Vasconcelos : les années de l’aigle (1920-1925) Éducation, Culture et ibéro-américanisme dans le Mexique post-révolutionnaire, op. cit. Et notre chapitre 1, p. 20.

8 A. Lempérière, op. cit., p. 69.

9 En 1982, le critique mexicain José Joaquín Blanco disait à ce propos : ... en México todos los intelectuales, de un modo o de otro, siempre más de un modo directo que de un modo independiente y mediado, trabajan para el gobierno. No hay público independiente, no hay vida sindical libre, no hay comunidades urbanas y rurales autónomas capaces de sostener, exigir y defender sus propias expresiones culturales. J. J. Blanco, « Aguafuertes de narrativa mexicana, 1950-1980 », op. cit., p. 24. D’après l’étude de Roderic Camp, Entre los intelectuales mexicanos, las carreras a tiempo completo más frecuentes que abarcan el 86 por ciento de los intelectuales, han sido las de funcionarios públicos, 28 por ciento ; profesores universitarios, 17 por ciento ; periodistas, 10 por ciento ; artistas y arquitectos, 8 por ciento ; educadores (administradores), 7 por ciento ; y abogados, 7 por ciento. R. Camp, Los intelectuales y el Estado en el México del siglo xx, op. cit., p. 142.

10 M. Giardinelli, « Panorama de la Narrativa Mexicana de los 80’s » in Ínsula, Madrid, nos 512-513, 1989, p. 23.

11 C. Monsiváis, « Notas sobre la cultura mexicana en el siglo xx », op. cit., p. 1544.

12 J. Ruffinelli, « La Crítica Literaria en México : ausencias, proyectos y querellas » in Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, Lima, nos 31-32, año XVI, 1990, p. 157.

13 L’Université, fondée en 1551 est la plus ancienne du continent. À l’époque coloniale, l’Université Royale et Pontificale de Mexico avait été une corporation régie par l’Église. Au cours des guerres d’indépendance, elle avait pris le parti des Espagnols, et les libéraux l’avaient dissoute en 1833. Rouverte et refermée plusieurs fois au gré de l’alternance au pouvoir des libéraux et des conservateurs, elle fut définitivement supprimée en 1867 après la victoire contre Maximilien [...] L’Université Nationale de Mexico fut reconstituée à la veille de la Révolution, à l’initiative du Ministre de l’Instruction Publique, Justo Sierra [...] Dernière création de l’ancien régime, L’Université Nationale de Mexico s’oppose à Madero, se rallie à Huerta, puis se replie sur elle-même pendant les guerres civiles [...] En 1917, le gouvernement de Carranza conserve l’Université et lui donne, sous le nom de « Département Universitaire et des Beaux-Arts », des responsabilités étendues dans le domaine de l’enseignement, ensuite rognées par Vasconcelos au profit de la SEP. A. Lempérière, op. cit., p. 87-88.

14 Manuel Avila Camacho fut président du Mexique de 1940 à 1946.

15 A. Lempérière, op. cit., p. 189.

16 Miguel Alemán Velasco fut président du Mexique de 1946 à 1952.

17 A. Lempérière, op. cit., p. 193.

18 Cf. R. Camp, Los intelectuales y el Estado en el México del siglo xx, op. cit., p. 83.

19 Malgré les liens étroits des écrivains — juristes et idéologues pour la plupart —avec le pouvoir, le champ littéraire est dans les premières décennies de la jeune nation assez indépendant de l’État. Entre 1836 et 1867, c’est-à-dire, de l’apparition de la Academia de Letrán au triomphe des libéraux sur les troupes de Maximilien d’Hasbourg, la vie littéraire mexicaine est animée par la création des associations, des revues et des initiatives culturelles indépendantes de tout mécénat. Ces initiatives assurent les fonctions des instituts culturels, alors inexistants. La Academia de Letrán est la première association littéraire d’importance du Mexique à être indépendante. Sous l’influence du Romantisme, elle promeut la « mexicanisation » de la littérature. Ses membres se réunissaient pour écouter la lecture des oeuvres nouvelles, la Academia de Letrán produit aussi des publications, comme l’annuaire Año Nuevo. Cf. J. L. Martínez, La expresión nacional, Mexico : C.N.C.A., 1993, p. 45-47.

20 G. Zaid, « Tres momentos de la cultura en México » in Cómo leer en bicicleta, Mexico : Joaquín Mortiz, 1975, p. 159.

21 Prolifération de revues littéraires, augmentation de la production de livres, fondation des nouvelles associations littéraires et d’aide à la création théâtrale, fondation de la Academia Mexicana en 1857, et réapparition de la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística et du Liceo Hidalgo. Cf. J. L. Martinez, La expresión nacional, op. cit., p. 56-59.

22 En effet, ils établissent les pouvoirs financiers et administratifs de l’État, ils fondent un système d’éducation des élites et un réseau d’écoles primaires urbaines, et ils développent les infrastructures économiques nécessaires à l’avènement du progrès.

23 Moins qu’en tant que romancier (auteur de Clemencia, 1869, et El Zarco, 1901), la figure d’Altamirano domine sans doute cette période en tant que guide et incitateur de toute une promotion littéraire.

24 Auteur de Historia crítica de la poesía en México.

25 Luis G. Urbina (1864-1934), Jesús E. Valenzuela (1856-1911), Manuel Gutiérrez Nájera (1859-1895), Salvador Díaz Mirón (1853-1928), Manuel José Othón (1858-1906), entre autres.

26 J. L. Martínez, La expresión nacional, op. cit., p. 63-73.

27 C. Monsiváis, « Notas sobre la cultura mexicana en el siglo xx », op. cit., p. 1389.

28 C. Monsiváis, ibid., p. 1446.

29 Le Roman de la Révolution n’obtient sa dénomination qu’en 1940. Sur l’évolution et les représentants de ce genre, cf. M. Aub, « De algunos aspectos de la Revolución Mexicana » in Ocampo, A. (coord.), op. cit., p. 61-85 et S. Menton, « La estructura épica de Los de abajo y un prólogo especulativo », in Ocampo, A., op. cit., p. 105-123, qui dénombre cinq promotions d’écrivains du Roman de la Révolution. Sur les problèmes de légitimité des romans sur la Révolution Mexicaine en fonction de l’idéologie officielle, cf. aussi A. Castañón, « Los instrumentos de la legitimidad : la crítica en México », in Arbitrario de Literatura Mexicana, I, Mexico : Vuelta, 1993, p. 79-87.

30 Le groupe, dont le seul point commun est le refus du nationalisme, se compose de Bernardo Ortiz de Montellano (1899-1948), Jaime Torres Bodet (1902-1974), Salvador Novo (1904-1974), Gilberto Owen (1905-1952), Enrique González Rojo, Xavier Villaurrutia (1903-1950), Carlos Pellicer (1899-1976), José Gorostiza (1901-1974), Octavio G. Barreda et Jorge Cuesta (1903-1942).

31 Ils conçoivent les collections « Lecturas Clásicas para Niños », « Lecturas Clásicas para Mujeres », les classiques « verdes », la revue El Maestro. Cf. J. J. Blanco, « La juventud de Contemporáneos » in Crónica literaria, un siglo de escritores mexicanos, op. cit., p. 161.

32 Les idéologues du régime sont regroupés dans le B.O.I, Bloc des Ouvriers Intellectuels, un organisme créé vers 1927 dont le but est de soutenir le régime à travers la diffusion de textes et documents iconographiques favorables à la Révolution. En 1929, ils créent la revue Crisol. Cf. A. Lempérière, op. cit., p. 47-51.

33 J. J. Blanco, « La juventud de Contemporáneos » in Crónica literaria, un siglo de escritores mexicanos, op. cit., p. 164.

34 À propos du travail critique de Gorostiza, Novo, Villaurrutia et Cuesta, cf. J. J. Blanco, « La juventud de Contemporáneos » in Crónica literaria, un siglo de escritores mexicanos, op. cit., p. 157-234.

35 Pour répondre aux déclarations de l’écrivain Emilio Abreu Gómez sur « le devoir » de préférer les romans de Federico Gamboa à ceux de Stendhal, Cuesta réplique, provocateur : Por lo que a mí toca, ningún Abreu Gómez logrará que cumpla el deber patriótico de embrutecerme con las obras representativas de la literatura mexicana. Que duerman a quien no pierde nada con ella : yo pierdo La cartuja de Parma y mucho más. Cité par J. J. Blanco, ibid., p. 231 Sur le rôle de Cuesta comme porte-parole de la dissidence intellectuelle des Contemporáneos, cf. L. Panabière, « Les intellectuels et l’État au Mexique (1930-1940). Le cas de dissidence des Contemporáneos » in Intellectuels et État au Mexique au xxe siècle, op. cit., p. 88-103.

36 J. Torres Bodet, par exemple, fut ministre de la SEP à deux reprises, sous la présidence de Manuel Avila Camacho (1940-1944) et d’Adolfo López Mateos (1958-1964) ; il occupa aussi le Ministère de Relaciones Exteriores. Cf. Lempérière, op. cit., p. 120.

37 Novedades appartient alors au groupe O’Farrill, pionnier dans les médias et, en 1955, un des fondateurs de Telesistema Mexicano, S.A., aujourd’hui Televisa, le monopole de communication le plus puissant d’Amérique Latine. J. Agustín, Tragicomedia Mexicana I. La vida en México de 1940 a 1970, Mexico : Planeta, 1990, p. 101 et 140.

38 L’écriture et les convictions politiques sont indissociables dans l’œuvre de José Revueltas, qui fut communiste et activiste tout au long de sa vie ; son engagement lui coûta la prison à plusieurs reprises et même l’expulsion du Parti Communiste Mexicain. Parmi ses écrits politiques, México : democracia bárbara (1958) est un des premiers textes à aborder le mystère de la succession présidentielle au Mexique, et Ensayo sobre un proletariado sin cabeza (1960) constitue une critique de la position de la gauche mexicaine à propos du mouvement des cheminots de 1958.

39 S. Sefchovich, op. cit., p. 160.

40 Ibid., p. 150.

41 J. Agustín, Tragicomedia Mexicana I. La vida en México de 1940 a 1970, op. cit., p. 103.

42 Membre de la Génération de 1915 (Generación del 15).

43 A. Lempérière, op. cit., p. 198.

44 A. Lempérière, op. cit., p. 225.

45 A. López González, « Quebrantos, búsquedas y azares de una pasión nacional (dos décadas de narrativa mexicana : 1970-1980) » in Revista Iberoamericana, Pittsburgh, nos 164-165, 1993, p. 660.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540