Version classiqueVersion mobile

La quête identitaire dans l’œuvre de José Agustin (1964-1996)

 | 
Alba Lara-Alengrin

Introduction

Texte intégral

  • 1 La discussion sur cette classification sera développée dans notre chapitre VII, p. 173.
  • 2 Par exemple : En México surge la llamada Literatura de la Onda con ese autor desenfadado, brillant (...)
  • 3 José Agustín es el más importante novelista de la llamada onda (pertenencia o más bien clasificaci (...)

1Parler de quête identitaire à propos du Mexique ne représente aucune nouveauté. Mais lorsqu’il s’agit d’un écrivain comme José Agustín (1944), cela peut surprendre, surtout si on considère que le nom de cet auteur mexicain renvoie toujours à la controversée Literatura de la Onda. Dénomination littéraire au sens flou, la Literatura de la Onda peut signifier un courant littéraire, une génération, un style, un choix thématique, selon le point de vue du critique qui considère le sujet1. Malgré ce manque de consensus et le refus des auteurs concernés de se voir impliqués dans cette classification, la Literatura de la Onda est mentionnée dans toute histoire ou anthologie de la littérature mexicaine contemporaine2 et le nom de José Agustín apparaît systématiquement associé à ce courant, il en est même sa figure emblématique3. Cette association a certes contribué à étoffer l’image de José Agustín dans l’espace culturel mexicain, mais elle a aussi mystifié la compréhension de son œuvre artistique.

  • 4 Parmi ces critiques, E. Carballo, « Diario público de Emmanuel Carballo del 18 al 24 de julio », i (...)
  • 5 J. J. Blanco, « Aguafuertes de narrativa mexicana, 1950-1980 » op. cit., p. 37.
  • 6 Nous utiliserons l’expression récits d’adolescents pour marquer l’originalité du récit agustinien (...)

2La critique est unanime pour reconnaître que la parution de La tumba de José Agustín, en 1964, et de Gazapo, de Gustavo Sainz, en 1965, marque, au Mexique, une rupture avec la production littéraire précédente4. En outre, José Agustín publie son premier roman à l’âge de vingt ans, fait anecdotique qui contribuera néanmoins à créer une légende autour de sa personne. Dans un panorama de la littérature mexicaine de 1950 à 1980, le critique José Joaquín Blanco affirme catégoriquement, El impulso más renovador y vigoroso de la nueva narrativa mexicana fue el de José Agustín (1944)5. En effet, La tumba (1964) et De perfil (1966) annonçaient une nouvelle conception de la littérature avec des personnages originaux, un ton différent et un style qui incorporait des formes linguistiques auparavant absentes de l’univers romanesque mexicain. La paternité de ces deux romans suffit à José Agustín pour se faire une place dans l’histoire de la Littérature Mexicaine. Cela étant dit, son rôle de précurseur l’a cantonné dans une période spécifique, de telle sorte que ses récits d’adolescents6 font de l’ombre au reste de sa production, alors que, de par ses qualités poétiques et sa richesse, l’œuvre narrative de José Agustín mérite une étude approfondie.

  • 7 Mis à part nos propres travaux de recherche, cités plus bas, nous n’avons recensé que deux travaux (...)
  • 8 Le travail d’Inke Gunia inclut plusieurs textes de José Agustín mais ils sont étudiés dans la pers (...)
  • 9 Figurent comme exception, W. Matzat, « Posdata a la búsqueda de identidad mexicana : Ciudades desi (...)
  • 10 A. Lara de Alengrin, De perfil de José Agustín, una propuesta literaria desde la juventud (1966), (...)

3Pourtant, il existe, aussi bien en France qu’au Mexique, très peu d’études spécialisées consacrées spécifiquement à José Agustín7, et les études critiques ou les travaux universitaires étrangers dont son œuvre a fait l’objet vont rarement au-delà de la production des années soixante-dix8. Il n’y a pas non plus, à notre connaissance, d’études embrassant la totalité de sa production narrative. Nous souhaitons ainsi, et dans la mesure de nos possibilités, combler l’absence d’analyses constatée à propos des romans de l’auteur publiés à partir des années quatre-vingts9. En outre, notre choix répond à notre désir de connaître en profondeur la littérature mexicaine du xxe siècle à travers l’étude d’un de ses porte-parole les plus originaux. Enfin, ce travail s’inscrit dans une logique d’aboutissement de nos recherches concernant l’œuvre de José Agustín10.

  • 11 Parus pour la première fois dans J. Agustín, Inventando que sueño, Mexico : Joaquín Mortiz, 1968, (...)

4Lors de la lecture intégrale de l’œuvre de José Agustín nous avons constaté que le thème de la quête identitaire est omniprésent dans sa production narrative et qu’il ne se restreint pas à la composition des personnages. À partir de ces prémisses nous avons décidé d’étudier les sept romans publiés par José Agustín à partir de 1964, date de sa première publication. La liste inclut : La tumba (1964), De perfil (1966), Se está haciendo tarde (final en laguna) (1974), El Rey se acerca a su templo (1977), Ciudades desiertas (1982), Cerca del fuego (1986) et Dos horas de sol (1994). En ce qui concerne les nouvelles, nous avons fait le choix d’analyser en détail « Cuál es la onda » et « Lluvia11 », qui nous sont apparues comme les plus représentatives de l’écriture de l’auteur. Cela dit, nous serons tout particulièrement attentive aux transitions stylistiques et thématiques décelables dans certains recueils de nouvelles de l’auteur.

5Les dates délimitées, de 1964 à 1996, comprennent donc la totalité de l’œuvre narrative publiée au moment du dépôt du sujet de thèse. Le choix d’une démarche diachronique s’explique par notre volonté de rendre compte de l’évolution de la thématique identitaire à l’intérieur de l’œuvre agustinienne.

6D’autre part, le travail de José Agustín en tant que chroniqueur et essayiste ne fera pas ici l’objet d’une étude particulière, il représente pourtant un outil précieux auquel nous nous référerons souvent au cours de notre réflexion. C’est pourquoi nous avons choisi l’année de publication de La contracultura en México, 1996, comme date limite de notre étude. Ce dernier livre propose une réflexion de l’auteur sur sa génération et représente donc un exercice de questionnement identitaire de la part de José Agustín.

  • 12 A. Mucchielli, L’Identité, 4e éd., Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? » n° 2288, 1999, p. 38.

7La notion d’identité est complexe et polysémique. Spécificité, substance, identification, similitude, unité, unicité, communauté d’origine, généalogie, patrimoine, personnalité apparaissent comme des acceptions imputables au mot identité. En fait, le concept d’identité est au carrefour de nombreuses disciplines, sociales et scientifiques, et sa définition dépend des référents choisis pour l’approcher. Dans la délimitation de notre problématique, nous laissons de côté le problème de l’identité des choses pour nous centrer sur l’identité des êtres. L’identité est un ensemble de critères de définition d’un sujet et un sentiment interne12. Le sentiment d’identité est un processus toujours inachevé, qui tient à cet équilibre précaire entre le sentiment d’unité personnelle et celui de continuité dans le temps et dans l’espace.

  • 13 J. C. Ruano-Borbalan, « Introduction » in L’identité. L’individu, le groupe, la société, Paris : É (...)

8Nous considérons la quête identitaire comme la recherche d’une définition satisfaisante d’un sujet dans un contexte donné. Qu’il s’agisse de l’identité personnelle ou des identités de groupe, l’identité est sans conteste le produit des interactions sociales. Le terme désigne aussi bien ce qui est identique (unité) et ce qui est distinct (unicité), ainsi le paradoxe est au cœur du concept d’identité13. La construction de l’identité est donc inséparable de la notion d’altérité. Dans cette optique psychosociale, l’approche thématique de la quête identitaire des personnages est notre postulat de départ. Il ne saurait cependant être le seul, car notre démarche se propose aussi d’interroger la quête identitaire dans ses multiples manifestations à l’intérieur du texte littéraire et de nous placer à toutes les échelles où elle s’exprime : l’individu, le groupe, la société.

9Nous nous proposons donc de dégager les modalités narratives et stylistiques du thème de la quête identitaire dans l’ensemble de la production narrative de José Agustín, à partir des questions suivantes : pourquoi la thématique identitaire est-elle omniprésente dans l’œuvre narrative de José Agustín ? Quelles sont les stratégies identitaires des personnages agustiniens ? Quels sont les rapports entre cette thématique et la poétique qui se dégage du texte ?

  • 14 J. Agustín, EL rock de la cárcel, Mexico : Joaquín Mortiz, coll. « Serie del Volador », 1990, 182 (...)

10Pour répondre aux questions posées ci-dessus, notre principale source sera, bien évidemment, l’œuvre narrative de José Agustín. Le reste de sa production, notamment le matériel autobiographique14, sera à l’évidence un outil essentiel à la compréhension du sujet. Notre travail accordera une attention particulière au discours de José Agustín et au regard porté sur lui en tant que figure publique. Ainsi, au travers des sources journalistiques nous mettrons en évidence l’image qui se dégage de l’écrivain et les répercussions de celle-ci dans son identité d’auteur.

  • 15 Notamment, R. Camp, Los intelectuales y el Estado en el México del siglo xx, Mexico : F.C.E., 1998 (...)
  • 16 Parmi les plus importants : G. Zaid, De los libros al poder, Mexico : Océano, 1998, 300 p., ainsi (...)
  • 17 La meilleure synthèse panoramique d’une partie de la période qui nous concerne reste sans doute ce (...)

11En ce qui concerne les sources secondaires, les ouvrages qui abordent le thème de l’identité mexicaine nous permettront d’élaborer un cadre théorique spécifique à la culture du Mexique. Le questionnement sur l’identité nationale constitue en effet une tradition dans la pensée mexicaine du siècle dernier et représente une de ses singularités culturelles. Pour esquisser le champ littéraire du Mexique post-révolutionnaire, nous nous appuyerons sur une bibliographie spécialisée d’origine non mexicaine15 que l’on confrontera à la vision — beaucoup plus proche et impliquée — des intellectuels mexicains eux-mêmes, José Agustín inclus16. Nos sources seront surtout mexicaines lorsque nous étudierons l’évolution du roman mexicain, elles incluront des visions panoramiques et des anthologies, au même titre que des articles provenant de compilations et de revues17.

  • 18 Entre autres : G. Genette, Figures III, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 1972, 285 p. M. Coutour (...)
  • 19 On peut citer, par exemple, M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris : Gallimard, 1978, (...)

12Concernant les aspects poétiques de l’œuvre narrative de José Agustín, nos sources sont pour la plupart européennes. Pour mieux souligner la richesse et la diversité thématique et stylistique de l’écriture d’Agustín nous utiliserons une méthode d’approches théoriques croisées. Cela dit, nous nous situerons dans une perspective éminemment textuelle18 centrée sur les problématiques de l’énonciation19, qui essaiera néanmoins de restituer sa place à l’auteur. Il est clair que nous ne concevons pas ce dernier comme garant du sens du texte littéraire, nous ne cherchons pas l’explication de l’œuvre de José Agustín dans sa biographie, mais voulons comprendre comment se construit, dans l’acte de lecture, l’identité d’un auteur au fil de l’écriture de ses œuvres.

13Ainsi donc, notre travail sera guidé par trois axes complémentaires, la caractérisation de la voix narrative, l’analyse du discours de José Agustín confronté à la réception critique de son œuvre narrative et, enfin, la reconstitution du champ littéraire mexicain et la position d’Agustín à l’égard de celui-ci. Il ne s’agira pas de refaire l’histoire du roman mexicain mais de tracer les lignes dominantes de son évolution pour mieux comprendre la portée de l’écriture de José Agustín, en essayant de souligner ce qui le rapproche des romanciers de sa génération mais également ce qui l’en différencie. Par voie de conséquence, à l’intérieur de ce cadre, des choix seront opérés en fonction de critères subjectifs ou esthétiques. Dans cette logique, l’analyse des comptes rendus, faits à la lumière de la production du moment, nous offrira une vision en synchronie, pour mieux saisir la place occupée par José Agustín à l’intérieur du champ littéraire.

14Étant donné notre démarche diachronique, nous avons opté pour un développement en dix chapitres, suivant l’ordre d’apparition des œuvres analysées.

Notes

1 La discussion sur cette classification sera développée dans notre chapitre VII, p. 173.

2 Par exemple : En México surge la llamada Literatura de la Onda con ese autor desenfadado, brillante y agresivo que fue José Agustín al publicar La tumba en 1964 (c’est nous qui soulignons). C. Domínguez Michael, Antología de la narrativa mexicana del siglo xx, t. II, Mexico : F.C.E., 1996, p. 50.

3 José Agustín es el más importante novelista de la llamada onda (pertenencia o más bien clasificación que él niega)... S. Sefchovich, México : país de ideas, país de novelas (Una Sociología de la literatura mexicana), Mexico : Grijalbo, 1987, p. 170.

4 Parmi ces critiques, E. Carballo, « Diario público de Emmanuel Carballo del 18 al 24 de julio », in Diorama de la cultura, supplément d’Excélsior, Mexico, 07-08-1966, p. 3 ; J. L. Martínez, « Nuevas letras, nueva sensibilidad » in Revista de la Universidad de México, Mexico, vol. XXII, n° 8, avril 1968, p. 1-10 ; consulté dans A. Ocampo, (coord.) La crítica de la novela contemporánea, Mexico : UNAM, 1981, p. 196 ; J. J. Blanco, « Aguafuertes de narrativa mexicana, 1950-1980 » in Nexos, Mexico, n° 56, 1982, p. 37 ; J. J. Sampedro, « Notas sobre la narrativa mexicana (1965-1976) » in Ocampo, A., op. cit., p. 251.

5 J. J. Blanco, « Aguafuertes de narrativa mexicana, 1950-1980 » op. cit., p. 37.

6 Nous utiliserons l’expression récits d’adolescents pour marquer l’originalité du récit agustinien par rapport au récit d’adolescence traditionnel. Dans les récits de José Agustín on ne voit pas les héros devenir adultes. En outre, ces textes sont écrits par un auteur à peine sorti de l’adolescence, ce qui se traduit par une attitude de narration originale vis-à-vis du sujet en question.

7 Mis à part nos propres travaux de recherche, cités plus bas, nous n’avons recensé que deux travaux universitaires qui abordent l’œuvre de José Agustín. E. Pagnoux, Mexico dans la littérature mexicaine contemporaine, 790 p. : Thèse de Nouveau Doctorat : Paris : Université de Paris III, 1993. Cette thèse inclut l’un des romans de José Agustín, Cerca del fuego (1986), parmi les vingt-deux romans analysés. M. E. Ruiz Cruz, Projet de recherche pour le travail de doctorat. Le langage dans l’œuvre de José Agustín, accompagné d’une brève recherche sur la Onda, 88 p. : Mémoire du D.E.A. : Toulouse : 1986. Ce dernier est, comme son titre l’indique, une ébauche, plutôt qu’un travail de recherche approfondi.

8 Le travail d’Inke Gunia inclut plusieurs textes de José Agustín mais ils sont étudiés dans la perspective de la contre-culture et, donc, pas au-delà des années soixante-dix. I. Gunia, « ¿ Cuál es la onda ? » La literatura de la contracultura juvenil en el México de los años sesenta y setenta, Vervuert Verlag/Frankfut am Main : Ediciones de Iberoamericana, 1994, 350 p. Publié au début des années quatre-vingts aux États-Unis, il faut signaler un recueil d’essais d’un grand intérêt à propos de l’œuvre de José Agustín : J. Carter, et D. Schmidt, (coord). José Agustín, Onda and Beyond, Missouri : Carter and Schmidt, 1982, 121 p. Le détail des articles se trouve dans notre bibliographie sur l’auteur p. 295.

9 Figurent comme exception, W. Matzat, « Posdata a la búsqueda de identidad mexicana : Ciudades desiertas de José Agustín » in O. Steimberg de Kaplan, (coord.), Transformaciones de una cultura, Literatura Latinoamericana y « postmodernidad », 2e éd., Tucuman : Universidad Nacional de Tucuman, 1999, p. 77-95, et nous même, A. Lara-Alengrin « Ciudades desiertas (1982) de José Agustín, un espejo de dos faces entre vecinos distantes » in D. Meyran, (coord.) et al, Théâtre et Pouvoir, Actes du IVe Colloque International sur le théatre hispanique, hispano-américain et mexicain en France, 8, 9 et 10 octobre 1998, Université de Perpignan, Perpignan : Presses universitaires de Perpignan/CRILAUP, 2002, p. 381-388.

10 A. Lara de Alengrin, De perfil de José Agustín, una propuesta literaria desde la juventud (1966), 192 p. : Mémoire de Maîtrise : Études Latino-américaines : Aix-en-Provence : 1996 et Culture et contre-culture dans le roman de José Agustín (1964-1977), 286 p. : Mémoire du D.E.A. : Études latino-américaines : Aix-en-Provence : 1997. Mémoires soutenus à l’Université de Provence, les années 1996 et 1997, respectivement.

11 Parus pour la première fois dans J. Agustín, Inventando que sueño, Mexico : Joaquín Mortiz, 1968, 174 p.

12 A. Mucchielli, L’Identité, 4e éd., Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? » n° 2288, 1999, p. 38.

13 J. C. Ruano-Borbalan, « Introduction » in L’identité. L’individu, le groupe, la société, Paris : Éditions Sciences Humaines, 1998, p. 2.

14 J. Agustín, EL rock de la cárcel, Mexico : Joaquín Mortiz, coll. « Serie del Volador », 1990, 182 p.

15 Notamment, R. Camp, Los intelectuales y el Estado en el México del siglo xx, Mexico : F.C.E., 1998, 320 p. ; A. Lempérière, Intellectuels, États et société au Mexique. Les clercs de la nation (1910-1968), Paris : L’Harmattan, 1992, 393 p. et Champs de pouvoir et de savoir au Mexique : Paris, Éditions du C.N.R.S.-GRAL, 1982, 241 p.

16 Parmi les plus importants : G. Zaid, De los libros al poder, Mexico : Océano, 1998, 300 p., ainsi que les propres observations d’Agustín, réunies dans ses trois volumes de Tragicomedia mexicana, chroniques historiques qui consacrent une attention particulière au développement du champ culturel et artistique du Mexique contemporain. Cf. Bibliographie de l’auteur p. 292.

17 La meilleure synthèse panoramique d’une partie de la période qui nous concerne reste sans doute celle du chercheur nord-américain J. S. Brushwood, La novela mexicana (1967-1982), Mexico : Grijalbo, 1985, 130 p. Pour les années suivantes nous avons fait nous-même la synthèse à partir d’articles épars. Cf. notre Bibliographie générale, p. 321.

18 Entre autres : G. Genette, Figures III, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 1972, 285 p. M. Coutourier, La figure de l’auteur, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 1995, 263 p.

19 On peut citer, par exemple, M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris : Gallimard, 1978, 488 p. ; M. Backhtine, La poétique de Dostoievski, Paris : Seuil, 1970, 366 p. ; Ducrot, O., « Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation » in Le dire et le dit, Paris : Les Éditions de Minuit, 1984, p. 171 233 p.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search