Version classiqueVersion mobile

L’androgyne dans la littérature britannique contemporaine

 | 
Justine Gonneaud

Conclusion

Texte intégral

1D’une grande élasticité conceptuelle, l’androgynie, opérateur de mutations, balise un terrain textuel de l’instabilité et de la réversibilité en mettant en doute et en mouvement les limites de l’espace, du temps et du corps, permettant de penser les opposés dans un rapport de pro-thèse plus que synthèse. La valeur métamorphique de l’hermaphrodisme dessine une esthétique de la co-présence des opposés existant dans un même espace textuel.

2Cette mise en question systématique des frontières induite par l’androgynie inquiète plus spécifiquement le couple de contraires particuliers que sont le masculin et le féminin et interroge la nature des liens qui unissent le genre, le sexe et la sexualité, dans une perspective queer et féministe. Les cinq romans du corpus déploient conjointement des stratégies d’exposition et de subversion des limites postulées entre masculinité et féminité. L’optique satirique grossissante adoptée dans l’ensemble des textes dresse, dans un premier temps, un portrait grotesque de la dichotomie des genres, mettant en évidence l’existence du phallogocentrisme et de l’hétéronormativité qui régulent les pratiques d’identification. Dans un second temps, l’androgyne, par sa position intermédiaire et l’entre-deux qu’il représente, constitue un terrain d’expérimentation propice au bouleversement de cette logique binaire d’opposition entre les deux sexes, et réalise une dissociation et une dénaturalisation des liens apparemment rigides qui nouent arbitrairement les éléments de la triade sexe/genre/sexualité. Le motif du travestissement, en servant une double dynamique de confirmation et de subversion des genres, tient une place ambivalente dans l’économie de la déconstruction de la différence sexuelle.

3Si l’androgyne emblématise l’idée que le genre est effet de pratiques et de discours régulateurs, qu’ils soient médicaux, pornographiques, érotiques, phallocentriques, féministes etc., il questionne, par glissement sémantique, un rapport avec la langue. L’énonciation, le style et la langue des narrateurs hermaphrodites donnent forme à une poétique et à un discours du Neutre, s’inscrivant à la croisée des concepts de bégaiement de la langue — défini par Deleuze — et de neutralité telle que la formule Barthes. Toutefois, cette neutralité n’est pas obtenue par le recours à un troisième terme, mais bien par une stratégie d’accumulation qui met en œuvre une multiplicité, dans son acception deleuzienne. La poétique de l’androgyne contemporain est celle de la prolifération et de l’excès qui procède par inclusion de plusieurs possibles simultanément.

4Cette pensée du Neutre androgyne mène aux notions connexes que sont la mixité, l’hybridité, la monstruosité et la monstration. Les mécanismes de mise en vue à l’œuvre dans les cinq romans du corpus, lient l’exhibition thématique à la figure du monstre, dans sa double acception de « prodige » puis d’individu déviant par rapport à une norme. Les motifs baroques, mélodramatiques et métafictionnels interviennent dans une esthétique de la mise en visibilité et de la mise en spectacle selon un gradient allant de l’exposition spectaculaire et jubilatoire chez Brophy et Winterson à l’exhibition parfois obscène et désenchantée, notamment chez Will Self et périodiquement chez Angela Carter et Peter Ackroyd. Le monstre tel qu’il est envisagé dans les romans postmodernes met non seulement en jeu un rapport à la norme, tantôt questionnée et déstabilisée, tantôt renforcée par le monstre, mais aussi une relation à l’altérité. L’hybridité des textes et des identités reconstruit une pensée du monstrueux dont les modalités seraient l’ouverture et la greffe, amenant à réfléchir sur l’éthique de la relation à l’autre. À l’opposé de ce pôle valorisant et réjouissant ouvert par l’androgyne prodigieux, les stratégies de mise en visibilité étudiées, combinées à la dimension monstrueuse de la figure permettent l’exploration de territoires limites tels que l’abject, l’obscène, la violence et le viol, le crime et la perméabilité du corps humain.

5Le motif de l’androgyne, monstre prétexte à la monstration, ne permet pourtant pas de tout exposer : tous les romans font ainsi la démonstration, par le biais de figures paradoxales — telles que la prétérition, la description négative, la métalepse, la digression ou la citation — d’un indicible, relevant de l’inconnaissable ou de l’imprésentable, ou par extension d’un impossible à exprimer sous des formes nouvelles en raison des limitations imposées par le langage. Ces figures de monstration paradoxales exhibent in fine les limites du dire et du langage, et emblématisent une quête comparable à celle des Androgynes : suivant une trajectoire asymptotique, les êtres mythiques tentent, comme l’écriture, par un moyen inadéquat et insatisfaisant de parvenir à reconstituer une totalité inatteignable. L’écriture postmoderne semble partir du postulat qu’il existe un noyau d’obstruction à la compréhension et à l’expression, faisant de l’ensemble de l’écriture une exhibition de ce nœud d’irrésolutions que symbolise incontestablement l’androgyne.

6L’écriture contemporaine du mythe, partant de ce constat — l’impossible restauration d’une totalité — reconfigure la thématique au cœur des deux mythes qu’est la relation à l’autre, et déplace la problématique de l’androgyne sur le terrain de l’éthique. La notion de fusion avec autrui est principalement traitée de manière à réactiver le pôle de la disparition et de l’effacement contenu dans les deux récits d’origine, présentant cette modalité d’interaction comme étant peu productive, non-éthique, et non désirable. Ainsi, la fusion avec l’autre est potentiellement dangereuse pour Ackroyd et Self, ce dernier accentuant la dimension entropique de l’indifférenciation avec autrui. Elle est un mythe consolatoire pour Angela Carter et une tentation à laquelle on se doit de résister dans le roman de Jeanette Winterson. À l’exception notable de Will Self, les romans contemporains se dressent contre la rotondité solipsiste et autosuffisante de l’Androgyne platonicien, ouvrant la perspective d’un autre mode relationnel et représentationnel, allant à l’encontre de la notion de sujet autonome et indépendant. Dans le même temps, cette réévaluation du motif de la fusion avec l’autre opère une redéfinition de l’ontologie. L’idée d’un rapport non synthétique avec Autrui conditionne en retour les contours d’un moi qui se représente adéquatement par l’ipséité, soit, selon Paul Ricœur, un aspect de l’identité déterminé par le changement et la mutation. La notion d’ipséité articule l’identité dans sa collaboration avec l’altérité, et ouvre des perspectives d’interaction avec cette dernière qui ne soient ni de complémentarité ni de domination.

7Une fois le motif fusionnel discrédité, les différents romans proposent, sous l’égide d’Emmanuel Levinas, à travers la figure de la rencontre, un mode relationnel éthique qui réinterprète l’androgyne comme une zone de contact et d’ouverture à l’autre. Le discours porté sur l’Autre, en exhibant ostensiblement la présence d’un noyau d’obstruction à la compréhension et à l’expression, donne à l’écriture sa dimension éthique, préservant la radicale altérité d’Autrui qui exclut, selon Levinas, toute possibilité de représentation. Le jeu, qui convertit la vulnérabilité du texte en responsabilisation du lecteur, notamment par le biais d’un humour ambigu, articule le passage d’une éthique transcendantale à une éthique pragmatique, ouvrant vers un engagement politique. En considérant, avec Paul Ricœur, que raconter « c’est déployer un espace imaginaire pour des expériences de pensée où le jugement moral s’exerce sur un mode hypothétique » (1990, 200), le texte expérimental, se faisant, à l’image de l’androgyne, espace d’antithèses et de contradictions irrésolues, devient un laboratoire apte à tester les limites des modèles sociaux et à générer de nouvelles matrices de pensées politiques. Il est à ce titre doublement éthique : en permettant, comme l’indique Ricœur, une pratique éthique du discours d’une part, puis en responsabilisant le lecteur inclus dans un processus de lecture éthique, interpellé par la vulnérabilité du texte.

8L’androgynie, de par la double perspective qu’elle offre, intervient dans un questionnement et une redéfinition de la nature même de l’altérité. Le point de vue double — ou « tirésiaque » — que permet l’être bisexuel s’avère certes être un outil puissant de la critique féministe portant sur le genre et le féminin. Mais il intervient également dans une redéfinition conjointe de la masculinité, ouvrant sur la perspective d’une absence de genre ou genderlessness. Compte tenu de la redéfinition paradigmatique que constitue l’idée du sujet comme ipséité, définie par sa relation à une extériorité et toujours déjà prise dans un réseau de significations culturelles, linguistiques et mythologiques, les notions mêmes de Moi et d’Autrui, d’altérité et d’individualité perdent leur sens. En regard de ce contexte de déstabilisation ontologique fondamentale, le schème binaire opposant le masculin au féminin perd de facto tout sens, autorisant une pensée de l’humain au-delà de la dichotomie de genre, tout en s’écartant également d’un discours androcentré hégémonique qui subsumerait le féminin sous la fausse universalité du masculin.

9Ce renouvellement de la conception de l’altérité qui, à l’inverse des termes lévinassiens, se formule en dehors des catégories de genre, s’exprime alors en termes de vulnérabilité par rapport à l’autre. Cette perspective, qui souligne la fragilité de l’humain et dénonce la fiction de son autonomie ou de sa souveraineté est potentiellement angoissante, comme en témoignent les deux nouvelles de Will Self. Toutefois, la pensée selfienne constitue un hapax en regard des autres romans du corpus, qui envisagent cette vulnérabilité essentielle du moi à l’autre en termes de responsabilité et donc de sollicitude envers lui. Les romans de Peter Ackroyd et de Jeanette Winterson en particulier, articulent narrativement et discursivement éthique lévinassienne et pratique du care, qui se présente dans les deux œuvres comme un corrélat de l’indifférenciation sexuelle.

10Les androgynes et hermaphrodites des romans convoquent différents visages de l’éthique, de l’éthique lévinassienne — présente chez Winterson et Carter — à l’éthique du discours emblématisée par Brigid Brophy — en passant par l’éthique du care et une éthique déontique plus prescriptive, selon un gradient allant du plus théorique au plus concret, mais également du plus pessimiste au plus optimiste. Ainsi, la figure de l’androgyne, qui génère une pensée du Neutre, ne se lie pas pour autant à un discours de la neutralité. Le mythe platonicien, tel qu’il est envisagé par les romanciers du corpus est au contraire éminemment politique, et à l’exception de Will Self, engagé dans un processus de déconstruction et de reconfiguration de l’identité, de l’altérité et de la société en termes de communauté et d’égalité au-delà de toute considération de sexe, de genre et de sexualité. L’androgyne contemporain symbolise le rejet d’un paradigme ontologique kantien ou cartésien, fondé sur l’autonomie et l’indépendance d’un individu masculin universel raisonnable qu’un second pourrait éventuellement venir compléter dans l’amour. Il permet au contraire de repenser entièrement la notion de sujet comme étant interconnecté à, constitué par et responsable de l’Autre, engendrant une pensée de la relation éthique mais également pratique de la sollicitude.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search