Version classiqueVersion mobile

L’androgyne dans la littérature britannique contemporaine

 | 
Justine Gonneaud

La monstration

La monstration

Texte intégral

1Le parcours de la figure de l’androgyne de l’unité vers la multiplicité, et les notions d’hendiadys ou de coprésence des incompossibles, qui synthétisent ce mouvement, amènent à réfléchir sur les concepts connexes que sont la mixité, l’hybridité et son avatar, la monstruosité. Cette réflexion sur le monstre est d’autant plus à propos que la notion même de métafiction abordée précédemment, soit un récit qui se montre comme tel, rejoint l’étymologie du mot, du latin monstrare — qui signifie « montrer, faire voir, faire connaître ». Jean-Luc Nancy1 souligne d’ailleurs le lien qui existe entre le monstre et l’image :

L’image est d’essence monstrative ou « monstrante ». Chaque image est une monstrance, pour employer le mot qui dans plusieurs langues désigne ce que le français nomme ostensoir. L’image est de l’ordre du monstre : monstrum, c’est un signe prodigieux qui avertit (moneo, monestrum) d’une menace divine [...]. C’est ainsi qu’il y a une monstruosité de l’image : elle est hors du commun de la présence parce qu’elle en est l’ostention, la manifestation non pas comme apparence, mais comme exhibition, comme mise-au-jour et mise-en-avant. (2000, 24)

2Ce chapitre s’inscrit dans la double perspective de Jean-Luc Nancy : celle de dégager dans un premier temps les mécanismes de mise en vue à l’œuvre dans les cinq romans du corpus, puis de comprendre comment cette exhibition thématique débouche progressivement sur la figure du monstre, dans son acception de « prodige » — au sens médiéval — puis d’individu déviant par rapport à une norme, avec tout ce que le terme suppose d’effrayant et d’excessif. Nous verrons enfin comment la figure de l’androgyne devient prétexte à l’exposition du hors norme, du prodigieux, mais aussi de l’immoral, de l’inacceptable et de l’indicible. Enfin, nous nous poserons la question des limites de l’exhibition : l’androgyne permet-il de tout dire, de tout montrer ? Quelle part reste-t-il à l’ineffable dans la logique et l’esthétique de l’excès, de l’ostentation et du rejet de la norme que semble promouvoir la figure double, en surplus, de l’androgyne ?

Notes

1 Jean-Luc Nancy, « Image et violence », Le Portique 6 (2000), 24 mars 2005, 29/06/13, <http://leportique.revues.org/451>.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search