Versión clásicaVersión móvil

L’androgyne dans la littérature britannique contemporaine

 | 
Justine Gonneaud

La conjonction des opposés

La conjonction des opposés

Texto completo

1Selon Libis, l’ambiguïté de l’androgyne réside dans « le trait d’union paradoxal, impensable, qui relie en lui le masculin et le féminin. [...] On peut dire que l’androgyne peut être imaginé ou bien sur le mode de la cumulation, de la conjonction, de la pro-thèse ; ou bien sur le mode de la fusion, de l’immixtion, de la syn-thèse » (1986, 12). En d’autres termes, penser l’androgynie conduit à penser l’impossible rapport de couples d’opposés : le masculin et le féminin, l’humain et le divin, l’origine et le terme, le moi et l’autre etc., tantôt dans un rapport de complémentarité dans lequel chaque terme conserve son identité et vient s’additionner à l’autre ; tantôt dans un rapport de synthèse, dans lequel chaque entité viendrait se fondre avec l’autre pour former un troisième terme. L’androgyne met en jeu un rapport à l’unité, soit restaurée par la fusion, soit anéantie par la division.

  • 1 Luce Irigaray, Éthique de la différence sexuelle, Paris, Éditions de minuit, 1984, p. 13.

2Plus précisément, la figure de l’androgyne explore la cohabitation ou la conjonction des sexes masculin et féminin. Or, dans la seconde moitié du xxe siècle, la question de la différence entre les sexes devient centrale ; elle est même « la question qui est à penser à notre époque » selon Luce Irigaray1. Dans la mesure où il représente la coprésence du masculin et du féminin en un seul être, l’androgyne remet précisément en question cette notion de différence entre les sexes. Il vient alors donner corps aux théories féministes et queer qui marquent la pensée du xxe siècle ; théories qui complexifient et questionnent les notions de féminité et de masculinité sujettes à caution. Sexe, genre et sexualité fonctionnent donc en système ; système que le motif de l’androgyne vient précisément bouleverser.

3Afin de mieux le comprendre, nous verrons dans un premier temps comment les romans du corpus mettent en scène une masculinité et une féminité stéréotypées, dans un rapport d’opposition stricte, selon une esthétique toutefois nettement satirique. Dans un second temps, nous allons voir comment l’androgyne, être de la conjonction des opposés, permet de dissocier et de dénaturaliser les liens exposés dans la première partie qui semblent nouer les éléments de la triade sexe/genre/sexualité, tout en redéfinissant les valences des genres masculins et féminins, à travers le motif du laboratoire expérimental. Nous nous poserons enfin la question de savoir quelles sont les limites potentielles du pouvoir reconfigurant du motif de l’androgyne dans l’ensemble des cinq romans soumis à l’étude, à travers la notion de neutre.

Notas

1 Luce Irigaray, Éthique de la différence sexuelle, Paris, Éditions de minuit, 1984, p. 13.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search