Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Les familiers de Cuenca

Anita Gonzalez-Raymond

Texte intégral

  • 1 J’ai retenu, ici, les études de Jaime Contreras sur l’Aragon, la Galice et la Catalogne, « La Inqu (...)

1La question des familiers du Saint-Office a donné matière à des ouvrages qui ont permis de mieux comprendre le recrutement, le fonctionnement et l’impact de ce corps, parfois qualifié, non sans précipitation, de milice inquisitoriale. La bibliographie à notre disposition contient des travaux qui permettent d’assembler certains pans d’un puzzle comptant, pour la période comprise entre 1540 et 1640, quelques 20 000 pièces, selon les estimations effectuées par A. Dominguez Ortiz et H. Kamen.1 Mais il n’existe pas à ma connaissance de travaux valant pour l’ensemble de la Péninsule. Il est vrai qu’une telle entreprise exigerait la manipulation d’une quantité de documents considérable ainsi qu’un espace d’exposition conséquent. Pourtant cela seul permettrait d’ouvrir une indispensable double perspective. La première saisirait les familiers au sein de la structure inquisitoriale, dans leur mission de garants des intérêts du Saint-Office dont l’efficacité serait mesurable au nombre d’entre eux et à leur répartition sur le territoire. L’autre point de vue retiendrait ce corps comme un ensemble dont la structure sociologique, la fonction sociale, l’évolution, les comportements, les intérêts, en un mot l’impact sur l’ensemble d’une société au-delà de la stricte mesure de ses interventions, seraient profondément cohérents et répondraient à des stratégies qui dès lors resteraient à définir.

2On a répété à l’envi que les familiers constituaient une pièce maîtresse dans un dispositif fondé sur une pédagogie de la peur dont le rouage principal était la délation. Il est incontestable qu’ils étaient la manifestation d’une présence opiniâtre. Dans cette optique, le regain d’intérêt que ce corps suscite dans l’administration inquisitoriale au tournant des années 1550, sa volonté de le réformer, de l’amender, de le discipliner enfin, prend un sens singulier dans le cadre de la réformation de l’Église catholique. Pourtant, leur nombre qui contribuait à une préhension de l’espace que les inquisiteurs seuls, lors des visites de district, étaient bien incapables de réaliser, leurs fonctions qui leur permettaient de devenir une véritable courroie de transmission de l’orthodoxie, ont pu induire dans certains travaux des conclusions qui ne résistent que partiellement à l’observation rapprochée des faits.

  • 2 Une Concordia fut signée en 1553 pour la Castille, en 1554 pour Valence et en 1568 pour l’ensemble (...)

3Avant d’aborder les questions du nombre et de la qualité des individus, qui ont toujours été au cœur de multiples protestations et de réglementations successives qui leur furent appliquées2, notre attention se portera sur les origines de ce corps. De celles-ci, depuis les Croisés qui virent leurs privilèges et exemptions étendus au milieu du xiie siècle jusqu’aux participants à la nouvelle Croisade, celle contre les Albigeois, en passant par les « milices du Christ » et plus tard le Tiers Ordre de Saint Dominique dont les membres, la « famille » de l’Inquisition, officiaient en armes autour de l’Inquisiteur, nous retiendrons deux points. Le premier est que les familiers de l’Inquisition espagnole sont issus de la transformation d’un corps de soldats de la Vraie Foi, voué à la défense de l’Inquisition et des inquisiteurs, en un corps consacré, en particulier dans les premiers temps, à la surveillance et au contrôle d’une population. Un corps, surtout, très engagé dans l’élaboration d’une image inquisitoriale dont il fallait imprimer les contours dans l’esprit de tous et de chacun, y compris loin des centres névralgiques du district : l’image d’une institution dont l’efficacité n’était pas mesurable à la seule comptabilité de ses auxiliaires. Enfin, un corps plus engagé encore dans la défense de ses intérêts propres et dans l’agencement d’une architecture le liant au pouvoir qu’il soit local ou central. C’est ce point que nous nous proposons d’explorer : à Cuenca, comme dans d’autres districts, il s’impose de lui-même pour modeste que soit la documentation à notre disposition.

  • 3 Voir Cerrillo Cruz Gonzalo, Los familiares de la Inquisición española [], op.cit., p. 24 sq.

4Nous retiendrons aussi que ce furent ces temps des origines, les activités qui étaient alors celles de la « famille » de l’Inquisiteur, les privilèges, les exemptions dont elle bénéficiait, les protections dont elle jouissait, les habitudes de vie qui étaient les siennes qui, à la longue, ébauchèrent une forme de « condition » du familier, moule décisif dans lequel se coulèrent avec aisance ceux de l’Inquisition moderne. Ce fut particulièrement vrai dans la Couronne d’Aragon où l’Inquisition médiévale avait oeuvré. Déjà en 1458, une ordonnance adressée par Ferdinand le Catholique à l’Infant Henri, lieutenant général de la Principauté de Catalogne, stipulait « que de las personas y bienes de los dichos inquisidores y de los ministros y officiales del Santo Oficio de la Inquisición, y Familiares suyos en esse Principado, en alguna manera ni por cosa alguna, os intrometais ni conozcais, ni permitais que oficial, ni persona alguna se entrometa, ni conozca, abdicandoos todo poder de hazer, y atenderlo contrario, so decreto de nullidad […] ». Intéressant précédent aux multiples mesures de protection que Ferdinand allait prendre en leur faveur après le coup de force qui marqua la naissance de l’Inquisition moderne dans ses terres. Cette année-là, sans doute en manière de riposte aux nombreuses plaintes qui déjà s’étaient élevées en Italie contre les abus des familiers mais aussi contre leur nombre jugé trop élevé, une bulle du Pape Calixte III confirmait les privilèges concédés aux Croisés plusieurs siècles auparavant.3

  • 4 La Concordia de 1553 établissait le nombre de familiers : 50 pour Séville, Tolède et Grenade, 40 p (...)

5Nombre et qualité, nous l’avons signalé, furent toujours au centre à la fois des protestations que soulevait l’existence de ce corps et des tentatives successives d’en réglementer l’existence ainsi que le fonctionnement. Ce fut particulièrement vrai au tournant des années 1545-1550. L’Inquisition était sur le point de devenir une des clefs du dispositif contre réformiste que la Couronne espagnole allait mobiliser à des fins disciplinaires, autant dire politiques : il devenait indispensable de mettre de l’ordre dans un fonctionnement pour le moins incertain. Les Concordias - celle de 1553 pour la Castille, de 1554 pour Valence et de 1568 pour l’ensemble de la Couronne d’Aragon, applicable à tous les royaumes d’Espagne - matérialisaient de façon claire et évidente les accords stratégiques passés entre la Couronne et l’Inquisition. Elles vinrent systématiser les normes de recrutement et de jouissance de certains privilèges jusque là floues et disparates. Le tout était assorti de règles minimales de comportement.4

***

  • 5 Jaime Contreras a parfaitement montré combien le taux d’encadrement commissaire / familier était c (...)
  • 6 Gonzalo Cerrillo Cruz classe et examine méthodiquement ces privilèges : d’abord les privilèges jur (...)

6Quelques termes suffisent à caractériser ce personnel : non salarié, il était dans son immense majorité composé de laïcs, contrairement aux commissaires dont les familiers dépendaient dans une certaine mesure et qui eux étaient des clercs.5 Non salariés, certes, mais bénéficiant d’exemptions et de privilèges au rang desquels figuraient en bonne place les privilèges juridictionnels et sociaux qui dotaient ces assesseurs du Saint-Office d’un prestige hors du commun. Ceux-ci compensaient amplement ce défaut d’émoluments6. Ce dernier point nous ramène, d’une façon quelque peu indirecte, aux fonctions assorties à cette charge dont les historiens ont souligné combien elles étaient peu déterminées. Infiniment moins précises en tous cas que celles de commissaire. Sur cette question, les Instructions de Torquemada, de la fin du xve siècle, tout comme celles de l’Inquisiteur Valdés publiées en 1561, sont singulièrement silencieuses. Certains ont voulu voir dans ce silence la volonté de laisser une plus grande marge de manœuvre à des individus devenus autant d’espions ou d’informateurs. Les familiers étaient les yeux et les oreilles des inquisiteurs. Sans doute… L’expression était attendue. Il faut reconnaître pourtant qu’elle fait fi d’une qualité essentielle qui manquait singulièrement à ces maîtres supposés de la surveillance des masses et de la délation : la discrétion. La familiature reposait, nous venons de le suggérer, sur l’acquisition de privilèges et de droits qui auraient perdu beaucoup de leur intérêt et de leur charme s’ils n’avaient été connus de tous. En outre, la confirmation de la pureté de sang qu’apportait la familiature, véritable clef de voûte de cette architecture de la vanité, n’était précieuse que si elle était manifeste ; l’enjeu était précisément là : une parfaite visibilité qui distinguait, dans tous les sens du terme, le familier des autres individus.

7Bien sûr le familier se devait de dénoncer l’hérésie :

  • 7 Ibid.

especial obligación de estos familiares del santo oficio la cual confirman en juramento ante los reverendos Inquisidores cuando obtienen el nombramiento, es la de denunciar a los herejes y a los sospechosos de herejía, pues si es obligación de cualquier cristiano estar a los edictos de los inquisidores en lo tocante a denunciar a los herejes o sospechosos de herejía, tambien los familiares, dado que son obligados por juramento que va más allá de las obligaciones del edicto, si no denuncian serán castigados como encubridores de los herejes y como tales podian ser castigados por los Inquisidores.7

8Mais de quelles hérésies s’agissait-il ou plutôt de quels hérétiques ? Que les familiers eussent été particulièrement attentifs aux judéo-convers, surtout dans les premiers temps, c’est indubitable. Il n’en est pas moins vrai que parfois les familiers s’assuraient les services de morisques, les guardas, qui épiaient et dénonçaient leurs coreligionnaires. Les archives inquisitoriales en conservent quelques témoignages. En revanche, nul besoin d’appartenir à un corps particulier pour la petite délation quotidienne : tout un chacun pouvait dénoncer des pratiques jugées douteuses. Qui allait, chez les vieux-chrétiens, s’en priver ? Les fonctions du familier avaient-elles plus de raison d’être auprès de ces derniers, ceux-là même qui n’avaient qu’une conscience relative d’agir délictueusement lorsqu’ils blasphémaient, lorsqu’ils déclaraient que la fornication hors mariage n’était pas un péché mortel, lorsqu’ils frôlaient les frontières d’une hétérodoxie au demeurant fort imprécises ? Rien n’est moins sûr.

9Faute d’étude en profondeur sur le thème de la fonction réelle des familiers, nous renvoyons à l’opinion de Bartolomé Bennassar qui estime que dès la fin du xvie siècle, ces derniers s’étaient totalement détournés de leur vocation première et avaient abandonné toute velléité d’exercer une véritable fonction d’assesseur de l’institution.

10Nous serions, donc, en présence d’un corps fonctionnant à vide ? Ce n’est sans doute pas aussi simple. Fonctionnant sur d’autres ressorts, assurément : si la mission des familiers avait perdu de son efficacité, voire de sa signification - si elle en eut jamais - leur présence, fort nombreuse dans certains lieux, venait toutefois rappeler à chacun l’existence d’une justice inquisitoriale. Le pouvoir en sortait fatalement grandi : l’Inquisiteur avait sa cour. Ses courtisans mesuraient parfaitement l’intérêt qu’il y avait à l’être.

  • 8 Bennassar, Bartolomé, « Aux origines du caciquisme : les familiers de l’Inquisition en Andalousie (...)

11Cette deuxième perspective donne une place déterminante à la sociologie des familiers. Si le recrutement évolua entre les premières années de fonctionnement du Saint-Office espagnol et le milieu du xvie siècle, la chose est sans doute plus marquée encore au cours de la deuxième moitié du xvie et ce jusqu’aux premières années du xviie siècle. Certains historiens ont évoqué pour la Couronne de Castille, à la différence de celle d’Aragon, un phénomène d’aristocratisation du recrutement. Bartolomé Bennassar en a dessiné les contours pour Cordoue, district inquisitorial où les catégories sociales les moins favorisées - artisans, petits commerçants - furent vers 1580 quasiment évincées de la familiature au profit de la noblesse et des letrados - magistrats, notaires... Cet historien met en rapport cette nouvelle donne avec la formation du caciquisme andalou : la familiature était devenue au fil du temps un bien patrimonial transmissible à une lignée ou à des clientèles proches. Elle en était venue à constituer une valeur ajoutée, un surplus de pouvoir pour des familles déjà très influentes au niveau local, très implantées dans l’économie du lieu et détenant une grande partie des charges municipales8. L’oligarchie locale, petite noblesse ou notables prospères qui par tous les moyens tentaient d’accéder à l’hidalguía, voyaient, sans doute, dans ce rapprochement avec l’institution inquisitoriale un moyen, certes latéral mais efficace lorsqu’il se doublait d’un pouvoir local important, de se rapprocher des cercles de l’État.

  • 9 Les registres utilisés ici sont cités par J. Contreras dans « Clientelismo y parentela en los fami (...)
  • 10 Archivo Diocesano de Cuenca, L° 337 et 338, 1554-1622.
  • 11 Sur les modalités de recrutement on peut se référer à Gonzalo Cerrillo Cruz qui en donne une descr (...)
  • 12 Sur cet ensemble, nous manquons totalement de données pour 13 années.

12Il n’existe à ma connaissance aucun travail concernant les familiers de Cuenca. La bibliographie consultée fournit quelques informations9 et il est vrai que le dossier, sans être vraiment maigre, est constitué de documents épars provenant de sources diverses qui rendent le croisement des données et leur interprétation malaisés. Parmi ces pièces se trouve un Libro de juramentos10, registre dans lesquels figurent les noms des familiers qui prêtaient serment auprès du tribunal lors de la dernière phase de recrutement11. Ce document ne permet pas d’extrapoler une étude statistique aussi aléatoire soit-elle : il y est fait état d'à peine 164 individus pour la période 1554-1622, soit 68 ans12. Il nous autorise tout au plus quelques déductions concernant les flux de recrutements et les professions qui sont indiquées pour 84 individus, soit environ 50 % d’entre eux. Plus intéressant peut-être, ces séries nous permettent de percevoir qu’il y eut à Cuenca, un saisissement des familiatures par des lignées dont l’ancrage dans la société locale était particulièrement significatif.

  • 13 Gonzalo Cerrillo souligne que Cuenca procéda à cette expurgation en 1549, Valence en 1551 et l’Ara (...)
  • 14 Il existe encore une autre liste mais qui n’est pas datée. Les noms qui y figurent sont à quelques (...)

13En deuxième lieu, nous avons quelques listes fournissant pour certaines années – 1543, 1547, 1553, 1558, 1563, 1566 – le nombre de familiers et ses variations. Nous l’avons dit, les années 1540-1545 furent marquées par l’intérêt que porta la Suprême au recensement de ses familiers et à la possibilité de révocation des familiatures détenues par des individus au passé ou au comportement douteux. Dès 1543, ordre fut donné aux différents districts de procéder à une expurgation de cette charge. La première liste en notre possession, « relación y memoria de los familiares que los señores Inquisidores confirmaron e redujeron en el numero que se sigue por el mes de julio de 1543 » porte bien cette date13 et fait état de 136 noms dont il est à remarquer que 85 sont biffés. Il semble, donc, que Cuenca ait répondu avec une célérité remarquable à la demande d’expurgation qui lui avait été adressée. Une deuxième liste en date de 1547 reprend la précédente après expurgation et fournit le nom de 9 familiers supplémentaires mais dont le nom est assorti de la mention absent. La mention « no sirve » apparaît là également devant plusieurs noms. La liste suivante fut établie l’année de la Concordia, en 1553, et ne fait état que des 40 familiers de la municipalité de Cuenca conformément au nombre maximal imposé par les nouveaux textes. Celle de 1558, seule liste en notre possession faisant mention d’autres lieux du district, donne 35 familiers pour Cuenca et 7 autres répartis sur 7 lieux différents. Enfin une liste de 1563 fait également état de 41 familiers14. Gonzalo Cerrillo Cruz livre quelques indications supplémentaires sur la question du nombre. Il précise qu’un siècle plus tard, en 1643 Cuenca n’échappait pas à la tendance générale à la baisse : il n’existe aucun familier surnuméraire, c’est-à-dire cette catégorie de familiers nommés au-delà du plafond autorisé par les accords de 1553. De la même façon, un courrier adressé à la Suprême affirme que « no ay en este distrito más familiares de los que puede … sino mucho menos ». La tendance se confirme en 1705 : il y aurait eu tout au plus 54 familiers pour l’ensemble du district répartis en 40 lieux sur les 87 existants. En 1726 la ville de Cuenca n’en aurait plus compté que 2 pour une soixantaine de familiers répartis sur l’ensemble du district.

  • 15 Comme cette lettre de Valdés datée de 1549 qui souligne le nombre trop élevé de familiers qui pour (...)

14À ces pièces, il faut ajouter plusieurs lettres ou ordonnances qui pour l’essentiel renvoient aux deux questions qui ne cesseront d’être au centre des débats sur les familiatures : le nombre de familiers15 et les exemptions et privilèges dont ils bénéficiaient.

  • 16 ADC, Inquisición, Leg., 198, n° 2230 entre autres.

15De plus, certaines liasses des Archives Municipales concernant les litiges à propos des preuves de limpieza de sangre et les fonds du Saint-Office apportent comme toujours un éclairage intéressant sur l’obsession qui toucha comme partout ailleurs, la société des rives du Júcar. Enfin, plusieurs documents ayant trait aux poursuites judiciaires dont faisaient l’objet nombre d’entre eux pour des agissements criminels, fournissent leur lot de détails sur un corps fortement décrié pour ses exactions16.

  • 17 Archivo Municipal de Cuenca (AMC), leg. 251 pour 1550, 252 pour 1558, 256 pour 1568-1578, 257 pour (...)

16Afin de compléter ce travail, nous avons également eu recours à certains éléments d’une documentation particulière concernant les hidalgos – les listes des exempts des sisas servant à payer les servicios –, ainsi qu’à quelques uns des livres d’Actes des sessions du Conseil municipal17.

***

  • 18 Le renouvellement des familiers sur la période concernée par ces registres s’établit comme suit :

17Les Libros de Juramentos consultés permettent d’évaluer le renouvellement annuel des familiers à Cuenca pour la période 1554-1622. Ce renouvellement est assez régulier et les chiffres presque toujours inférieurs à 15 par an. Cependant, il semble qu’il ait été plus important entre 1554 et 1565 : 22 familiers furent nommés au cours des cinq premières années et 13 au cours des cinq suivantes, au total 35 familiers furent nommés pour ces 10 années dont 8 pour la seule année 1558 et 9 pour 155918.

  • 19 Voir Dedieu, J.P., L’administration de la Foi [], op. cit., p. 192, sq.

18Ceci appelle quelques remarques. En premier lieu, contrairement à ce qu’affirmait Jean-Pierre Dedieu qui, faute d’avoir trouvé les registres concernant Tolède, procède à une reconstruction des courbes de recrutement à partir d’une extrapolation des données fournies par les registres de Cuenca, ceux-là mêmes que nous utilisons ici, il ne semble pas que le maximum de la courbe se soit située entre 1561 et 1565. Il ne semble pas, en outre, que le Saint-Office ait procédé sur cette période à quelques 67 recrutements par an. Ceci signifierait qu’il y aurait eu, grosso modo, autant de sièges vacants sur un ensemble qui devait compter, comme nous l’avons dit, à peine 200 familiers pour tout le district.19

  • 20 Sauf pour quelques exceptions intéressantes : 8 recrutés en 1558, 9 en 59, 7 en 84 et 5 en 80.
  • 21 AHN, Inq., leg. 2551, caja 12, n° 22, Correspondencia de Cuenca con la Suprema, 1620.

19Par ailleurs, nous pouvons observer une très grande stabilité dans les flux, entre 10 et 16 candidats tous les 5 ans, régularité que nous vérifions au niveau du recrutement annuel : entre 1 et 3 par an20. Nous trouvons cette dernière moyenne au plus fort de ces renouvellements à trois reprises, pour les périodes quinquennales 1554-1560, 1576-1580 et 1606-1610. Pour les autres périodes la moyenne annuelle oscille autour de 2 familiers par an. En dernier lieu, nous constatons une diminution des chiffres mais dans des LES proportions et suivant une chronologie différentes de celles proposées par Jean-Pierre Dedieu. En effet, pour la période 1621-1624, conformément à la tendance à l’affaissement du nombre des familiers observable un peu partout dans la Péninsule, le recrutement tombe à 4. Il ne se maintient pas dans des proportions élevées jusqu’en 1630 - environ 30 par an -, comme l’affirme cet historien, pour s’effondrer par la suite jusqu’à des flux plus proches de notre propre comptage, c’est-à-dire environ 2 / an. Pour preuve, le 2 mai 1620, la Suprême demande que soit dressée une liste de tous les familiers en surnombre. L’Inquisition de Cuenca répond qu’il n’y en a que deux à Campillo de Altobuey21.

  • 22 Certains apparaissent à plusieurs reprises.
  • 23 Il s’agit de notarios de la audiencia episcopal, de racioneros, de membres du clergé séculier avec (...)
  • 24 Entre 1560 et 1563, nous en comptons 6 ; entre 1574 et 1579, nous en comptons 5.

20Sur les 157 individus différents que nous avons comptabilisés22 nous avons 84 indications de professions, soit environ 50 %. Sur cet ensemble, plus de 60 % des individus ont des activités liées à l’Église, parfois des charges assorties de bénéfices ecclésiastiques, ou encore sont proches de l’administration inquisitoriale parce qu’ils y exercent une fonction autre que celle de familier ou parce qu’ils sont parents d’un inquisiteur ou d’un autre fonctionnaire du Saint-Office. Un peu plus de 15 % sont des artisans, environ 7 % des marchands, les 19 % restants relevant du secteur tertiaire, notaires, avocats, médecins…. Ces données appellent une première remarque concernant la qualité du recrutement. Celui-ci semble, au vu de ces seules listes, se modifier quelque peu au tournant des années 1558-1560. En effet, plus de la moitié des artisans sont recrutés entre 1554 et 1558 et constituent la majorité des professions que nous avons recensées pour ces années-là. Des informations complémentaires, fournies par d’autres sources - correspondance ou encore procès criminels - confirment pour ces années-là leur présence marquée : en 1554, 14 familiers ont des démêlés avec la justice, parmi eux 2 sastres, 2 plateros, 1 barbero, 1 cordonero, 1 vainero, 1 librero, 1 cantero. Sur les 40 familiers de la liste de 1563, plus d’un quart sont artisans, alors qu’il n’y a qu’un notaire. Il semble que par la suite leur présence se dilue fortement au profit d’une augmentation sensible des letrados, notaires, avocats, magistrats, etc. Entre 1570 et 1599, ce sera notre deuxième remarque, la présence de familiers proches des milieux ecclésiastiques23 ou inquisitoriaux24 se fait plus précise. Cette tendance se stabilise par la suite.

  • 25 Contreras, Jaime, « Clientelismo y parentela en los familiares del Santo Oficio », op.cit.

21Jaime Contreras25 remarquait qu’à partir des années 1530-1540, partout le Saint-Office se structurait comme entité sociale en créant de véritables réseaux de clientèles. Il ajoutait que la situation changeait après 1553, dans ces années qui précédèrent la refonte théorique du corps régi par les Concordias et que nombre de servidores del inquisidor furent, au contraire, révoqués. Il apparaît, en dépit de la modicité de nos données que nous n’oublions à aucun moment, que si cette tendance à la clientélisation fut ici comme ailleurs assez marquée, elle le fut au-delà même de la première moitié du xvie siècle. Ainsi, en 1560 trouve-t-on parmi les 9 familiers qui prêtent serment un Juan Ibañete, notaire du Saint-Office, un Martín Ochoa et un Domínguez Hernández, tous deux valets de l’Inquisiteur Camino. Parmi les 5 familiers qui prêtent serment l’année suivante : Martín Moreno et Pedro Villanueva respectivement au service des Inquisiteurs Ayora et Camino. Le dernier cité ayant, par ailleurs, été nommé familier « por el inconveniente que podía con la justicia seglar si alguna cosa sucediera… ». En 1578, encore, sur les 6 familiers recrutés on trouve un secrétaire du Saint-Office et un domestique de l’Inquisiteur Lamadrid. En 1579, Juan de Arganda est le propre frère de l’Inquisiteur Arganda. L’ébauche, peut-être, d’un « bando » inquisitorial ? Les données sont indéniablement insuffisantes pour l’affirmer. Cependant, nous verrons qu’ici, à Cuenca, cette forme de clientélisme étendra ses ramifications d’une manière particulièrement saisissante.

22Une troisième remarque appelle un retour rapide sur le contexte des années 1570. Celle-ci concerne la présence assez marquée d’une couche moyenne aisée faite de notaires, de médecins, d’avocats, présence qui là encore n’est pas propre à Cuenca et que les historiens de l’Inquisition ont, comme nous le remarquions plus haut, fait valoir dans d’autres lieux. Elle est la trace tangible de l’émergence des letrados dans toutes les sphères de pouvoir mais aussi de marchands fortunés tentant pour certains de faire oublier d’une façon ou d’une autre une origine douteuse. Il s’agissait pour ceux-ci comme pour ceux-là d’investir les charges, municipales en particulier, qui ouvraient droit à une exemption. Une persévérance qui les poussait à aller chercher chez les regidores, les notaires, les monederos que leurs fonctions exonéraient du paiement de certains impôts ou les hidalgos plus ou moins fortunés, des alliés familiaux leur permettant un jour ou l’autre de figurer sur les fameuses listes d’exemptés. À terme, trois ou quatre générations plus tard, cela devait pouvoir leur ouvrir les portes de cette hidalguía tant convoitée. Le mécanisme a été décrit, nous n’y reviendrons pas.

  • 26 Carrasco, Raphaël, « Les hidalgos de Cuenca à l’époque moderne (1537-1642) », Les sociétés fermées (...)

23À cette incontestable promotion des letrados qui se produisit dans les années 1570-1580, il convient d’associer la tentation d’une petite ou moyenne noblesse de réaffirmer une influence qui s’était fort amoindrie au cours de la première moitié du xvie siècle et qui cherchait, elle aussi, à se saisir de certains pouvoirs locaux. Comment mieux y parvenir que par l’intermédiaire d’alliances juteuses ou de l’infiltration des milieux professionnels investis par ces letrados - notaires, magistrats, avocats, contadores etc. ? En troisième lieu, la détermination à remplacer par de nouvelles élites chrétiennes celles judéoconverses mises à mal à Cuenca par le zèle inquisitorial déployé dans ces années là, fut déterminante.26

  • 27 En 1558, Alonso de Pedraza, fils de Diego de la Parra, est nommé familier, ce dernier le sera à so (...)
  • 28 Voir Carrasco, Raphaël, « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

24C’est dans ce paysage, trop rapidement brossé, que l’on voit à Cuenca, se développer une tendance à l’inscription des familiatures dans des groupes familiaux déterminés. Certains se distinguent particulièrement. C’est le cas de la famille de Pedraza qui entre 1558 et 1621 ne comptera pas moins de 7 familiers27. En 1558 Alonso de Pedraza, fils de Diego de la Parra est nommé familier, ce dernier le sera à son tour en 1560. Alonso apparaît encore dans la liste de 1563. Un autre Alonso de Pedraza – son fils ? – prête serment en 1594. En 1589, c’est au tour de Juan de Pedraza, en 1596 nous trouvons un Hernando de la Parra de la famille de Diego de la Parra père de Alonso de Pedraza. En 1614, c’est un autre Juan de Pedraza – fils du premier ? - enfin en 1621 un Rodrigo de Pedraza. La famille Pedraza a, par ailleurs, fait alliance avec une des familles les plus importantes de Cuenca, les Noguerol qui monopolisent, comme quelques autres lignées influentes de la ville, les charges à exemptions28. En 1578, un Gil Noguerol est gouverneur des prisons du Saint-Office et le libro de juramentos indique la présence en 1580 d’un familier du nom de Juan Noguerol, avocat de profession confirmant ainsi, de façon anecdotique certes mais ce n’est pas un cas isolé, cette pénétration par la noblesse locale des milieux lettrés, notamment celui des magistrats.

  • 29 C’est au bas de la liste de 1580 qu’apparaît cette information. Cette note semble constituer la ré (...)
  • 30 Ces derniers apparaissent en effet dans la liste des exempts de 1543. Raphaël Carrasco précise qu’ (...)
  • 31 Libros de copias de caballeros Hijos Dalgo de la muy noble y muy leal ciudad de Cuenca pour les an (...)

25La famille de Cuéllar, au demeurant alliée avec la précédente - nous trouvons un familier du nom de Alonso de Pedraza Cuéllar en 1594 - n’est pas en reste. Elle donne au moins 7 de ses membres à la familiature entre 1543 et 1576 : le licenciado de Cuéllar, Pedro de Cuéllar, Gonzalo Raya de Cuéllar, Hernando de Cuéllar, Juan Agustín de Cuéllar, notaire et Fernando du même nom. En 1614, un Don Agustín de Cuéllar y Jaraba figure également dans les listes. Il y a donc eu alliance avec la famille Jaraba, là encore un des lignages les plus en vue de Cuenca. Hernando de Cuéllar est, par ailleurs, signalé dans la liste expurgatoire de 1543 comme n’ayant pas fourni l’information de pureté de sang nécessaire. Et pour cause : la famille est bien d’origine converse29. Ils sont, en outre, liés par le mariage de l’un des leurs aux Velázquez, puissante famille de la ville, de noblesse notoire et véritable dynastie de notaires30 : Alonso Velázquez de Cuéllar - uni à son tour à la puissante famille de regidores, les Paez, par sa femme Isabel Paez - et Diego Velázquez de Cuéllar figurent dans la liste des hidalgos de Cuenca, le premier dès 155431. Nous savons également qu’en 1580 ce dernier obtient un regimiento par renonciation d’Eugenio Conejero el Joven âgé de seulement 14 ans. Ceci laisse supposer l’existence de liens familiaux avec la lignée des Conejeros, riches marchands de la ville au centre de manoeuvres de toutes sortes visant à s’immiscer partout où une parcelle de pouvoir était en jeu. En effet, un regidor avait la possibilité de renoncer à sa charge au profit d’un membre de sa famille, transmission qui bénéficia le plus souvent aux gendres. Nous retrouverons cet Eugenio Conejero plus bas.

  • 32 Leg. 2547, caja 12, Cartas de 1599-1604, n° 104.

26Les Cuéllar sont également unis aux Muñoz, lignée locale non moins influente que les précédentes, laquelle comptera au moins 6 familiers dans ses rangs entre 1543 et 1597. Le premier, dès 1543, sera Andrés Muñoz, monedero, c’est-à-dire chargé de la frappe de la monnaie, profession qui donnait automatiquement droit à figurer sur la liste des exemptés. Le dernier en date, Gaspar Muñoz est fils de Miguel Muñoz, procurador en Corte en 1580, qui meurt en mission à Madrid, familier du Saint-Office et gendre de Juan Agustín de Cuéllar ! L’ambition est un trait, semble-il, transmissible : en juin 1608, le licenciado don Diego Muñoz de Cuéllar, avocat des prisonniers du Saint-Office veut, en outre, accéder à la charge de consultor du Saint-Office.32 Il n’est pas sans intérêt de noter qu’en 1577, un procès est intenté à Francisco Muñoz pour falsification de généalogie. Une famille converse, donc, qui tentait de gommer des origines « fâcheuses ».

27Cette même année-là, un Miguel de Cuéllar Caja faisait alarde, c’est-à-dire qu’il fit montre publiquement, conformément à l’obligation qui incombait à la noblesse, qu’il possédait un bon cheval et des armes correctement fourbies. De toute évidence, les Cuéllar savaient faire de juteuses épousailles ! Les Caja, regidores et racioneros de père en fils, étaient une de ces familles avec lesquelles on ne refuse pas de s’allier. En 1553, Juan Caja est familier, en 1574 Hernan Caja est racionero et familier, en 1595 Juan Caja - un fils ? - est également racionero et familier, il en est de même pour Luis Caja qui figure sur les listes de 1609.

  • 33 Jerónimo, Esteban et Luis de Palomares apparaissent sur la liste de 1553, Julián prête serment en (...)
  • 34 Nous avons un cas semblable avec la famille Sedeño qui compte un familier en 1567, Pedro Sedeño, u (...)
  • 35 Celle-ci est une copie de celle de 1568.

28La famille de Palomares33 aura, quant à elle, compté 7 familiers sur la même période : Jerónimo, Esteban et Luis de Palomares apparaissent sur la liste de 1553, Julián, lui, prête serment en 1557. Un autre Palomares portant le même prénom fait de même en 1600, soit 43 ans plus tard et enfin un troisième, Julián Palomares, en fait tout autant en 161234. Ce dernier demande l’ouverture d’une information de pureté de sang en 1613, alors qu’il est dans la fonction. En 1617, un Diego de Palomares demande à obtenir une charge inquisitoriale sans préciser laquelle. Le même nom figure déjà dans la liste des exentos e hijosdalgo de 157835. Les Palomares sont liés à la famille Villanueva, encore une de ces 34 familles nobles que Raphaël Carrasco désigne comme les plus influentes dans la vie locale de Cuenca.

  • 36 Sur cette affaire voir l’article de Julián Durán, « Clientèles locales et pureté de sang en Nouvel (...)

29Au-delà de cette patrimonialisation des charges qui est si nette ici, et les exemples donnés sont loin d’être exhaustifs, on voit bien s’esquisser ci et là les points d’ancrages de véritables bandos qui structuraient la vie politique et sociale de la ville et que certaines affaires viennent mettre en lumière. C’est le cas de celle qui oppose l’Inquisiteur à Pedro de Cabrera, regidor et lieutenant du très puissant Marquis de Cañete. Les Hurtado de Mendoza sont, avec le Comte de Priego de la famille des Carrillo de Mendoza, les seuls représentants de la haute noblesse à Cuenca. En 1579, alors que lors d’une cérémonie il représente al Señor Marqués, comme il le dit sans qu’il soit nécessaire de préciser davantage, il s’oppose avec une certaine véhémence à l’Inquisiteur. Emprisonné par le Saint-Office qui estime qu’offense a été faite à son digne représentant, il est mis en demeure de décliner une généalogie dont il s’avère rapidement qu’elle est fort maculée. L’Inquisiteur ne l’ignorait pas : le témoignage d’Alonso Muñoz, membre de l’influente famille que nous avons citée plus haut, au service de l’Évêque de la ville, familier de surcroît, était préalablement venu l’éclairer dans ce sens.36 La famille de Cabrera est par ailleurs liée à celle des Briones, également converse et comptant parmi les 34 familles nobles ayant main mise sur les pouvoirs locaux. Le Libro de Juramentos révèle qu’en 1574, un García de Alarcón, issu de l’alliance de deux familles là encore puissantes – les García sont regidores depuis au moins 1526 – accède à la familiature. Il a été familier à Belmonte, appartient à une famille converse et se trouve au service du Marquis. Nous l’avions trouvé en avril 1569 faisant alarde dans la paroisse San Pedro alors que son illustre maître procédait à la montre au même moment dans la paroisse San Gil. Les Cabrera, Briones, García de Alarcón, liés, on l’a vu au Marquis de Cañete contre l’Inquisiteur Arganda, membre d’une famille influente de Cuenca allié aux Muñoz, Velázquez et Cuéllar - rappelons que Hernando de Cuéllar était lui-même majordome de l’Evêque dans les années 50-60 ?

30Une élite, donc, qui accède à l’hidalguía plus ou moins tôt dans le siècle, en jouant d’alliances avec des familles plus anciennes, avec des dynasties de regidores, en jouant aussi de sa formation professionnelle si l’on peut dire, et qui confisque les instances clefs du pouvoir municipal tout en investissant les divers niveaux de la vie sociale et politique locale. Raphaël Carrasco a montré dans son article sur l’hidalguía à Cuenca que si les hidalgos avaient augmenté dans des proportions significatives au cours de la deuxième moitié du xvie siècle – ils passent de 7 % à 11,4 % - il n’en était pas allé de même du nombre de familles. Ce qui traduit une véritable « digestion », pour reprendre l’image employée par l’auteur, des nouveaux arrivants fort riches et fort puissants. Chacun en tirait son profit. Celui de ces familles déjà fortement implantées, qui comptaient bien ne céder en rien à de nouveaux venus, était d’asseoir par tous les moyens, politiques, financiers et honorifiques, l’influence que leur donnait l’appartenance à un lignage.

  • 37 Un Francisco de Arteaga ou Artiaga, libraire, figure dans la liste de 1543, même nom, même profess (...)

31À chacun ses enjeux, nous l’avions compris. Les riches familles marchandes de cette ville drapière n’allaient pas être en reste dans la formation de ces réseaux. L’exemple de deux familles suffira à éclairer cet aspect que nous avons saisi par le biais de la familiature qui ne constitue, nous en sommes consciente, qu’une pièce dans l’échiquier extrêmement complexe de la conquête du pouvoir, des moyens de l’obtenir et de le conserver. Un courrier daté de 1599 nous informe que Luis Conde, familier depuis 1583, a deux sœurs, María de Burgos et Inés Serrano, dont les époux, Francisco de Artiaga et Miguel de Benita sont également familiers depuis respectivement 1565 et 157337. Luis Conde a également un fils, Julián, familier lui aussi depuis 1594. Son beau-père, Alonso García occupe cette fonction depuis 1561, quant à son oncle, Lorenço de Zamora, il a aussi obtenu la familiature en 1566. Sa belle-sœur, Catalina García de Zamora, est également mariée à un familier, Mateo de Villanueva qui, lui, a accédé à la fonction en 1561.

32La stratégie d’alliance de la famille Conde est ici évidente : d’abord on se marie entre soi, entre marchands, ce qui n’a rien de surprenant. Dans les années 1570-80, on opte pour d’autres alliances : les García, regidores de père en fils, probablement convers, eux-mêmes liés aux Alarcón et aux Molina, font l’affaire. En 1611-1612, Luis Conde est membre du cabildo de los guisados de Caballo, il en a été peostre et diputado. Son fils entre dans l’assemblée à ce moment là.

  • 38 AGS, Diversos de Castilla, leg. 25-1°, 1572 : « Lo que advierte el Sr. Corregidor de Cuenca Don Ju (...)

33Il était de notoriété publique que cette « confrérie » parce qu’elle concédait des privilèges considérables, celui de représentation aux Cortes par tirage au sort n’étant pas des moindres, constituait un « nid » de convers. C’est en tout cas, ce qu’affirme le procurador de Cuenca qui au cours de l’instruction du dossier d’hidalguía de Francisco Mejía, en 1549, affirme que ce dernier n’a jamais été hidalgo mais que le bénéfice de l’exemption fiscale dont il jouit lui vient de son appartenance à ladite confrérie : « por que en ellos avia entonces y siempre uvo conversos y pecheros ». Cette assemblée réunie au xive siècle, fut officiellement reconnue vers 1420 par autorisation de Jean II, et associait dans un même cabildo 43 chevaliers roturiers38. À Cuenca, il existait, donc, deux cabildos : celui des caballeros hijosdalgo, fondé par Alfonso IX, qui comptait vers les années 1570, 200 membres, veuves des membres défunts incluses car « […] por vida gozan de lo que sus maridos gozaban » et d’environ 500 ducats de rente. Cette confrérie se consacrait à la charité, à l’entraide, à la constitution de dots pour les plus démunis d’entre eux. Rien que de très classique. Parallèlement à celle-ci, se développe celle « que llaman de guisados de caballo » qui compte, au même moment, environ 40 membres tenus d’avoir un bon cheval et des armes correctement entretenues, et d’en faire « alarde » comme les nobles. Parmi les privilèges dont bénéficiaient ces derniers, il en était un de taille : entran en la suerte de procuradores de corte juntamente con los del cabildo de hijosdalgo y al que la suerte le cabe hordinariamente va con el regidor que sale por procurador del ayuntamiento desta ciudad. C’est, en effet, parmi eux qu’étaient tirés au sort les offices municipaux et l’un des deux procureurs aux Cortes. L’autre procureur était, lui, tiré au sort parmi les regidores membres du cabildo de hijosdalgo. On perçoit clairement tous les avantages que procurait l’appartenance à cette assemblée de roturiers :

Algunos vezinos desta cibdad queriendo gozar destas peheminencias se han presentado ante la justicia desta cibdad con armas y caballo haziendo alarde y pretendiendo ser admitidos por tales guisados de cavallo y gozar de la dicha suerte de procuraçion de Cortes y de lo demas […] pretendiendo que el privilegio fue general y concedido a todos los vezinos desta cibdad que hubiesen armas y caballo.

34Ce n’était pas, on comprend pourquoi, du goût de tout le monde. En effet : anlo contradicho los del dicho cabildo de guisados de cavallo por ynteres que siendo menos en numero les cabrá más veces la suerte y más aprovechadamiento en la renta que el cabildo tiene. Il y eut un procès auprès de la chancellerie de Grenade et la justice locale décida que tous ceux qui possédaient un cheval et des armes pouvaient faire partie de cette « confrérie ». Les guisados firent appel. Le corregidor suggéra au roi de se déclarer en faveur de la décision prise par la justice locale car ainsi « habrá muchas más personnes que tengan armas y caballo » et le problème serait résolu. Il n’en fit probablement rien et le cabildo resta aussi fermé que ses membres l’avaient souhaité. En 1590, Lorenzo Izquierdo, procurador síndico general de Cuenca déclare « que por lo que toca al real patrimonio y al bien comun de la repûblica digo que en esta ciudad ay notable queja y murmuración que en mucho daño del dicho real patrimonio y del comun y estado de los buenos hombres pecheros se asientan en las copias de exentos a muchos que no lo son » et il demande à consulter le document afin de dénoncer les abus.

  • 39 Voir Carrasco, R., « Los hidalgos de Cuenca […] », op. cit. Ce dernier montre que si en 1537, les (...)
  • 40 Dans la liste des Caballeros Hijos Dalgo de la ciudad de Cuenca, 1597-1642, apparaît un Alonso Mej (...)

35L’objectif était atteint : juxtaposer certains noms de familles à ceux des exemptés pour hidalguía et par glissement, brouiller les pistes menant à une claire détermination de qui était hidalgo ou ne l’était pas39. Des informes de hidalguía semblables à celui de Mejía nous confirment la confusion qui finissait par se créer, au profit finalement de ces riches notables dont personne ne savait plus s’ils étaient hidalgos notorios ou de la plus pure roture.40

  • 41 AHN, Correspondencia, cartas de Cuenca al Consejo, Leg, 2547, caja 12, Cartas (1599-1604), cas n°  (...)
  • 42 Carrasco, R., « Solidarités et sociabilités judéo-converses en Castille au xvie siècle », Solidari (...)

36Un autre courrier en date de 1609, cette fois-ci, signale que Diego de Peñalver, notaire du Saint-Office souhaite épouser Inés García de Carrascosa dont un frère, Pedro García, et un oncle paternel, Gaspar García, sont familiers et membres de cette lignée hidalga depuis le début du xvie siècle. Le deuxième semble cumuler la charge de familier et de commissaire. Il est précisé que la famille García « es la gente principal de aquella tierra », sans qu’il soit précisé de quelle terre il s’agit.41 Cela est assez simple. Pourtant, les fils noués par ces familles se compliquent terriblement, toujours au service d’une même stratégie : Diego de Peñalver est en effet parent de la femme de Pedro Chico de Guzmán, contador, de celle - cousine de la précédente- du licenciado Collado, juez de bienes pour le Saint-Office en 1560 et issu directement d’une famille de marchands drapiers aisés dont plusieurs membres sont également familiers : Pedro Collado obtient une familiature en 1562, Mateo Collado en 1578 et Juan Collado, mercader, en 1596. Peñalver est également apparenté à la femme d’Alonso Póveda, notaire – nièce des précédentes. La femme du Licenciado Juan de Collado est, elle, sœur de la femme de Pedro - ou Pablo-Eugenio receptor du Saint-Office. Andrés de la Mota, Eugenio Conejero, et Francisco Conejero sont ses frères. Nous revoici, donc, face à la famille que nous citions précédemment comme l’une des plus impliquées dans cette lutte pour la conquête du pouvoir local. Les Conejero, marchands enrichis, notables de Cuenca. Là encore, leur descendance dit combien la stratégie évoquée plus haut a fonctionné : en 1668, Don Antonio Pedraza y Guzmán, demande à être inscrit sur les listes de Hijosdalgo de la ville. Son père y figure déjà comme son grand-père, Eugenio Conejero de Pedraza, regidor de la ville et receptor du Saint-Office, et son arrière-grand-père Don Pedro Eugenio Conejero, également regidor de la ville et receptor du Saint-Office. Son arrière arrière-grand-père est tout simplement Eugenio Conejero, sans doute celui qui figurait déjà comme familier dans notre liste de 1543. Des alliances irréprochables, des choix professionnels et politiques judicieux, et voilà l’ascension exemplaire d’une famille qui s’illustra lorsqu’il le fallait par des choix profondément anti-convers. En effet, c’est bien un Eugenio Conejero qui témoigne dans l’affaire Diego de Sandoval dont l’accès à la familiature fut refusé en 1617 parce que de toute évidence trop de ses ascendants étaient judéo-convers. L’affaire est connue, une bonne moitié du conseil municipal se trouva impliqué par le jeu des alliances dont nous venons de donner un simple aperçu42.

  • 43 AHN. Inq. Leg 2550, caja 12, Cartas al Consejo, 1616-1618, n° 98.
  • 44 Ibid., leg. 2551, caja 12, 1620.

37Dans la correspondance de 1621 figure un Don Juan de Collado y la Mota sollicitant lui aussi une familiature. Il bénéficie d’une dispense car il est célibataire. Il est le fils de Joan de Collado, familier, petit-fils de Juan de Collado el Viejo, familier qui lui-même était l’oncle de Juan del Barrio, familier dès 1543. Un de ses oncles est également familier, Pedro del Collado, et le fils de ce dernier également appelé Pedro del Collado est juge des biens. Par ailleurs, le licenciado Mendoza, avocat des prisonniers du Saint-Office est marié avec Isabel Collado dont la grand-mère paternelle était María García de Culebras, dont il est dit qu’elle était la grand-mère de tous les Collados. Ailleurs il apparaît que le nom est convers43. Juan Garcés de Marçilla, qui apparaît dans la liste des exentos e hijosdalgo de 1574 comme étant le fils de Luis de Lara, familier, est aussi marié avec Doña Elvira de Collado, petite fille de María. Revenons à Don Juan de Collado y la Mota dont le fils, regidor de Cuenca, du même nom, demandera à être inscrit dans le Libro de copias de Caballeros Hijosdalgo en 1666, de même que ses fils et sa femme doña Leonor… Muñoz ( !).C’est la deuxième demande qu’il fait. Du côté de Doña Quitería de la Mota, sa mère, il bénéficie de deux actes positifs, car Andrés de la Mota son grand-père et un des quatre frères Conejero, nous l’avons vu, était familier. Mais il y a quelques doutes du côté de Francisco de Culebras, grand-père maternel de sa femme Catalina de Zamora. La dénonciation, ce n’est pas pour nous surprendre, a été anonyme.44

  • 45 Voir Gonzalo Cerrillo Cruz, op.cit., p. 90 sq.

38Reste donc cette question de la pureté de sang qui ne devient une exigence générale pour l’accès à la familiature qu’au cours de la deuxième moitié du xvie siècle même si certaines dispositions avaient été localement prises depuis longtemps. La circulaire du 29 juin 1545 exigeait que les familiers fussent vieux-chrétiens et dès le 10 octobre 1546, il était demandé aux familiers de justifier de leur condition avant d’être recrutés. À Cuenca, nombre de plaintes étaient parvenues jusqu’à l’Inquisiteur, pour dénoncer la présence dans leurs rangs de descendants de réconciliés pour hérésie. Les instructions de Valdés à l’Inquisition de Cuenca en date en 1553 rappellent qu’il avait été demandé au cours de l’année 1552 que tous les cas de familiers fussent examinés. Ceux qui n’auraient pas été « cristianos viejos, quietos y pacíficos, de buena vida y no revoltosos » devaient être refusés et l’inquisiteur obligé de fournir une nouvelle liste plus en rapport avec les exigences du temps. Si les Concordias de 1554 pour la Castille et Valence ne disent rien sur cette question, les suivantes ne manqueront pas d’en faire une condition sine qua non pour les candidats à la familiature mais également pour leurs épouses. Le décret royal du 23 septembre 1572 stipule que le Saint-Office doit recevoir une information de pureté de sang avant de procéder au recrutement d’un candidat, fût-il chevalier d’un des ordres de chevalerie ou membre de tout autre corps exigeant déjà la pureté de sang45.

  • 46 Pedro Fernández de Castro fut anobli en 1433. Carrasco, R., « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit
  • 47 Cuenca ne comptait à ce moment-là que deux titrés : le marquis de Cañete et le Comte de Priego. Ce (...)
  • 48 Sur tous ces cas, voir AHN, Inq., leg. 2547, 2550, 2551, caja 12.

39À Cuenca, au tournant du xviie siècle, comme partout ailleurs, les informations de limpieza de sangre deviennent une question fondamentale pour l’Inquisition. Les demandes se multiplient. En 1608, Fernando Romano, chirurgien, veut obtenir une familiature. Les parents de sa femme sont de Hiniesta. Son père a pour nom Martínez de las Casas et de la mère de ce dernier dont le nom est Quitería de Las Casas, on raconte qu’elle n’est pas « limpia ». En 1613, Agustín de Zamora qui lui aussi sollicite une charge de familier a des problèmes du côté de sa femme. La même année, Don Perafón de Alarcón ne parvient pas à obtenir la familiature à cause de sa mère, Juan Cavallero Cano à cause de sa grand-mère maternelle, Juan Merchante Roldán à cause de sa femme, Diego de Reyllo à cause de son arrière-grand-mère. Pedro Martínez de Velazco, sur le point d’obtenir une charge de familier, est accusé par Jorge Nebielo, lui aussi familier, d’appartenir à un lignage impur. Ce sont Alonso de Nieba, son beau-père, et Alejo Martínez de Nieba, commissaire, tous deux cousins de sa femme qui ont orchestré la dénonciation. À quelles fins ? Nous l’ignorons. D’ailleurs, cette année-là, les inquisiteurs ont fort à faire en matière de dossiers de pureté de sang : le traitement des 48 dossiers qui sont parvenus jusqu’à eux demandera 209 jours de travail. Sur ces 48 demandes, 20 seront rejetées. En 1616, Antonio Ruiz de la Peña, qui cherche à obtenir une familiature depuis 1598, répond encore de la « tache » portée par la grand-mère maternelle de sa femme. Adrián Calvete veut la même année devenir familier lui aussi, mais son grand-père paternel vient de Hellín et de Lorca, « ciudades que tienen fama de estar repletas de gente manchada ». Il a déjà fait une demande en 1614. Une de ses sœurs épouse le notaire de l’Inquisition de La Parrilla. Cela semble bien avoir été déterminant : son nom figure enfin dans le Libro de Juramentos pour l’année 1617. Cette année-là encore, Pedro Ferrer, regidor de Requena, veut également accéder à la charge que son père exerça avant lui. Mais le grand-père maternel de Catalina Padrón, sa femme, Pedro de la Carcel Ocaña, était convers. Ce qui, par ailleurs n’avait pas empêché le père de cette dernière d’obtenir une familiature ! En 1619, Antonio de Oma Zapata, qui tente d’obtenir une familiature depuis 1580 est débouté : Zapata est un patronyme morisque. Le Dr. Muñoz, chanoine de Cuenca en 1522, n’est-il pas fils de María Zapata, originaire de San Clemente, qui serait selon un témoin également morisque. D’ailleurs, un témoin rapportait déjà la même chose dans un procès de 1522. En mai 1621, Antonio de Oma Zapata y Don Pablo de Pedraza Noguerol, regidor, demandent à être familiers mais il s’avère que les testaments qu’ils produisent, un de 1495 et un de 1505, sont faux. Ressurgit alors la question de Maria Zapata, mère du chanoine Eustaquio Muñoz, sœur de Francisco Zapata, aïeul de Noguerol, lequel affirme que ceci ne le concerne en rien. En 1620, la demande de Juan de Castro, hidalgo46, a pris un retard préoccupant. Ce dernier s’en ouvre aux inquisiteurs : sa réputation ne pourrait qu’être entachée par cette lenteur. En conséquence, il demande que soient hâtées les démarches. Il est vrai que l’information va remonter jusqu’au procès instruit contre les Guermeces en 1513. En 1620, Diego de Sandoval y Pacheco, petit-fils du Comte de Luna, parent de Don Francisco Mendoça y Quiñones, lui-même fils du Comte de Priego, un des lignages les plus prestigieux de Cuenca47 et dont un des serviteurs est d’ailleurs familier de cette même Inquisition, y va également de sa demande de familiature. Hélas pour lui, l’obstacle viendra de son arrière arrière-grand-mère48. Nous avons évoqué les retentissements qu’eut cette affaire au coeur même du pouvoir municipal.

***

  • 49 Ainsi en 1573, l’Inquisiteur de district ne sachant trop que faire de la candidature d’un génois v (...)
  • 50 AMC, leg. 253, 1565, fol. 12r°. Le 11septembre 1565, la ville de Cuenca demande à l’inquisiteur Fr (...)
  • 51 Carrasco, R., « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

40Une dernière remarque enfin, concerne la présence d’étrangers dans les rangs des familiers. Nous sommes sûre de l’origine de trois gênois parce qu’elle est mentionnée dans le Libro de Juramentos en 1560 pour Nicolao Interiano, en 1565 pour Bautista Espinosa et en 1566 pour un certain Marco Antonio. Par ailleurs, nous avons connaissance d’un Mateo Antonio Interiano recensé la même année que son homonyme, un Luis Barba di Casico, familier en 1568, et un Martín de Manaria Mundibune, en 1618, dont l’origine exacte n’est pas spécifiée mais dont les patronymes peuvent laisser penser qu’il s’agissait également d’Italiens. Or, nous savons que l’Inquisition se prononça clairement quant à la nationalité des candidats à la familiature par une circulaire en date du 18 octobre 1575, et ce pour interdire le recrutement d’étrangers, coupant ainsi court à certaines hésitations qui avaient surgi au fil des ans et des lieux49. L’Inquisition craignait, en effet, la plupart des étrangers sollicitant une familiature étant des marchands, que ceux-ci ne le fissent qu’afin de mieux servir leurs propres intérêts. Il est vrai toutefois que le Conseil de la Suprême et l’Inquisiteur Général lui-même pouvaient tempérer cette décision50. Il n’est pas impossible que cette présence, dont nous n’avons que quelques rares indications, puisse d’une façon ou d’une autre être mise en relation avec celles d’autres Génois comme cet Alejandro Cataneo et Diego Jacome Justiniano, riches marchands qui étaient devenus tout à la fois hidalgos et regidores au début du xviie siècle par les vertus d’alliances avec des familles de Cuenca nobles et dont nous pouvons penser, comme le fait remarquer Raphaël Carrasco qu’ils étaient venus chercher à Cuenca, où leur présence et celle de leurs fortunes respectives était la bienvenue, ce qu’ils n’avaient pu obtenir à ailleurs. Alliances qui servaient les intérêts financiers de l’élite de la ville, mise en danger par une crise financière d’importance, et qui en retour servaient ceux de ces riches marchands qui non seulement désiraient accéder à l’hidalguía mais aussi et surtout peut-être aux réseaux de clientèles bénéficiaires des prébendes attachées à l’exercice du pouvoir51. L’accès à la familiature répondait, sans doute, à quelque chose du même ordre pour ces riches Italiens établis dans la place depuis une ou deux générations pour certains, à l’exemple du marchand Jacome Justiniano : tirer bénéfice d’une implantation locale indubitablement prestigieuse en pénétrant un corps largement pris en mains par les élites locales. Ici, encore le but est atteint : en effet, en 1617, trois frères, Don Diego, Don Juan et Don Nicolás Justiniano demandent à être inscrits sur les listes de Caballeros Hijosdalgo au même titre que l’avaient été leur père et leur grand-père. Diego Jacome Justianiano est aussi regidor. Don Alejandro Justiniano, le père, est chevalier de l’Ordre de Saint-Jacques, le grand-père, Jacome Justiniano a été inscrit sur la copia de caballeros en vertu d’un témoignage qui attestait qu’il était Caballero et descendant de familles anciennes et illustres de la république de Gênes.

41Notre dossier nous a, donc, permis une première approche des deux points que nous avions posés d’emblée comme fondamentaux dans cette brève histoire des familiers du Saint-Office de Cuenca : le nombre et la qualité. Pour le nombre, nous avons vu que les flux de recrutement étaient réguliers et de petite envergure. Cuenca semble s’en être tenue à la réglementation imposée par les Concordias. Par ailleurs, la qualité du recrutement et les modifications qui s’imposent au tournant des années 1570, nous ont permis de comprendre qu’accéder à la familiature ne semble être qu’un jalon supplémentaire dans une stratégie visant à l’accès au pouvoir, à la confiscation par une oligarchie déjà fortement implantée localement, des différents niveaux de son expression. La familiature, même si les fonctions qui y sont attachées sont très brouillées, a pour effet de rapprocher des sphères du pouvoir au plus haut niveau et d’en faire rejaillir l’honneur sur le détenteur de la charge. La familiature devient particulièrement attrayante lorsqu’elle est mise en réseau avec d’autres pouvoirs : elle en est indubitablement un maillon prestigieux qui permet d’approcher d’autres détenteurs plus puissants. Nous sommes bien loin ici de la défense de la Foi, de l’assistance à une justice a fortiori d’une quelconque milice inquisitoriale…

Notes

1 J’ai retenu, ici, les études de Jaime Contreras sur l’Aragon, la Galice et la Catalogne, « La Inquisición de Aragón : estructura y oposición (1550-1700), Estudios de Historia Social, 1, Madrid, 1977, El Santo Oficio de la Inquisición en Galicia (1560-1700). Poder, sociedad y cultura, Akal, 1982, « La infraestructura social de la Inquisición. Comisarios y familiares » dans Alcalá, A., et al., Inquisición española y mentalidad inquisitorial, Barcelone, Ariel, 1984, celle de R. García Cárcel sur Valence « Número y sociología de los familiares de la Inquisición valenciana », dans Pérez Villanueva, La Inquisición española. Nueva visión, Nuevos horizontes, ainsi que Orígenes de la Inquisición Española. El tribunal de Valencia. 1478-1530, Península, 1976 et Herejía y sociedad en el siglo xvi, Península, 1980. Enfin un ouvrage récent de Gonzalo Cerrillo Cruz qui s’attache aux aspects juridiques de la question, Los familiares de la Inquisición española, Junta de Castilla y León, 2000.

2 Une Concordia fut signée en 1553 pour la Castille, en 1554 pour Valence et en 1568 pour l’ensemble de la Couronne d’Aragon, applicable à tous les royaumes d’Espagne.

3 Voir Cerrillo Cruz Gonzalo, Los familiares de la Inquisición española [], op.cit., p. 24 sq.

4 La Concordia de 1553 établissait le nombre de familiers : 50 pour Séville, Tolède et Grenade, 40 pour Valladolid, Cuenca et Cordoue et 25 pour Llerena et Calahorra. Pour les lieux de plus de 3000 feux leur nombre était limité à 10, à 6 pour ceux comptant entre 1000 et 3000 feux et 4 pour ceux entre 500 et 1000 ; enfin seulement 2 pour ceux dont le nombre de feux était inférieur à 500, sauf pour les ports qui pouvaient recruter jusqu’à 4 familiers indépendamment du nombre de feux et ce pour des raisons évidentes. Dans la Couronne d’Aragon, les Cortes catalanes réunies en 1533, 1537, 1542, 1547, 1552, et celles de Valence de la même façon, n’avaient eu de cesse de se plaindre du nombre trop élevé des familiers et des privilèges dont ils jouissaient. En 1554, l’Inquisiteur Valdés était pratiquement obligé d’élaborer un véritable statut du familier pour Valence tant pour calmer les esprits des Valenciens que pour régler les conflits de compétence juridictionnelle permanents : por quanto habiendo sido informado, que en la Ciudad, y reino de Valencia, a causa de los muchos familiares que ha habido en el Santo Oficio de la Inquisicion, y de quererse eximir aquellos en todos los delitos, casos y cosas que cometían, y en todas las causas que le tocaban a la juridicción Real se han seguido muchos inconvenientes […] y assi por parte de los de la Audiencia Real, como de los dichos Inquisidores ha avido muchas quejas, considerado que si no se remediase, y pusiesse algun orden, y asiento en ello de cada día avria mayores inconvenientes y naceran nuevas competencias […] y para que se eviten escándalos y desasosiegos en los pueblos, (B.U. Valence, ms.177). Comme le soulignent Henry Kamen et Jaime Contreras, les familiers n’étaient pas seulement les instruments fondamentaux du Saint-Office dans sa lutte en faveur de l’orthodoxie, ce qui pourrait être discuté, mais ils jouèrent un rôle politique crucial en devenant un des agents les plus efficaces du pouvoir royal, en particulier dans la Couronne d’Aragon, où ils participèrent à la dislocation du système des fueros. Comme le fait remarquer Doris Moreno Martínez : la familiatura ofrece la posibilidad de disfrutar de unos privilegios vinculados a la identidad jurídica excepcional que tuvo la Inquisición. Ser familiar implic6 unas ventajas en el territorio de la excepción francamente rentables para quien las disfrutaba y que suponían además una competencia intolerable para los beneficiarios de otro tipo de excepciones en la sociedad del Antiguo Régimen, « ? », dans L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), sous la direction de Raphaël Carrasco, Paris, Ellipses, 2002.

5 Jaime Contreras a parfaitement montré combien le taux d’encadrement commissaire / familier était crucial dans la Couronne d’Aragon. Il n’en demeure pas moins que nous connaissons toujours un déficit d’information sur la catégorie des commissaires que leur fonction pastorale au cœur de laquelle se trouvait la cure d’âme et la confession ajoutée à leur fonction inquisitoriale plaçaient précisément à la croisée des dispositifs de disciplinement mis en œuvre dès les années 50. Contreras, Jaime, « La Inquisición de Aragón : estuctura y oposición (1550-1700) », op.cit.

6 Gonzalo Cerrillo Cruz classe et examine méthodiquement ces privilèges : d’abord les privilèges juridictionnels qui dans certaines circonstances mettaient les familiers bénéficiant du fuero inquisitorial à l’abri de la justice civile. Il faut toutefois nuancer la portée de ce dernier. En effet, sans trop nous avancer dans les détails, la situation était fort différente selon l’époque et selon le lieu où se trouvaient les familiers. Ainsi peut-on dire de façon quelque peu globale qu’il était plus intéressant de ce point de vue d’être familier en Aragon qu’en Castille. Faut-il en conclure que la Couronne tirait davantage bénéfice à y avoir des familiers qui constituaient dans ces territoires sensibles une clientèle particulièrement fidèle ? Sans doute. Les familiers avaient aussi des privilèges économiques, entre autres, l’exemption de logement de troupes, sauf en cas de nécessité particulièrement avérée. Cette exemption fut confirmée par décret royal du 21 / 02 / 1576 qui demandait en particulier aux différentes instances, justices, regidores, capitaines d’infanterie etc., de ne pas imposer aux familiers la réquisition de leur logement pour des militaires « por el odio que teneis con ellos… » et si remède n’était pas porté à cette situation « no havra ninguno que quiera ser familiar del dicho Santo Officio por no estar sujeto a tantas molestias y vejaciones », Cerrillo Cruz, G., Los familiares de la inquisición española [...], op.cit. p. 164.
Ils étaient également exemptés de certains tributs ou charges, moins cependant que ne l’étaient leurs prédécesseurs Croisés. Localement les dérogations furent importantes mais donnèrent lieu à des plaintes de toutes sortes. Ce fut la Concordia de Valence qui la première, en 1554, fit référence à cette question et trancha : […] que los familiares no puedan gozar ni gocen de inmunidad alguna cerca del pago de los Derechos Reales y pertenecientes al patrimonio Real, o al derecho de la ciudades, villas y pueblos donde vivieren, o al de la generalidad del reyno ; y que los ynquisidores en ninguna manera los defiendan ni favorezcan para escusarlos de la dicha paga. Comme toujours et comme partout en ces matières les textes et documents postérieurs à ces décisions et qui renouvellent interdits et limitations disent avec une clarté suffisante que la réalité fut tout autre.
En outre, les familiers bénéficiaient de privilèges spirituels. Ainsi, au moment de leur mort, jouissaient-ils de l’indulgence plénière, rémission de tous les péchés y compris de ceux exclus de la bulle Coenae Domin ; de plus, prier à l’église leur valait les mêmes indulgences que celles gagnées par un pèlerinage à Rome.
Enfin, les familiers recevaient des privilèges que l’on pourrait qualifier de sociaux parmi lesquels le très important privilège de port d’armes. Il s’agit là d’une histoire aux multiples rebondissements. Rien n’apparaît à ce sujet dans la Concordia de Castille, en revanche le privilège est confirmé par celles de Valence, d’Aragon, de Catalogne, de Sardaigne et de Sicile. Territoires, tous, hautement sensibles : […] 10- ITEM : que pues traer armas los Familiares es privilegio tan manifiesto, y favorecido de derecho, y los dichos familiares han de ser personnes tan pacificas, y de las qualidades arriba contenidas y los que primero han de acudir a servir, y ayudar la justicia de su Magestad, como personnes tan obligadas a ello, por los particulares favores, y privilegios que de su mano reciben, no se les impida traerlas en manera alguna. Concordia de Valencia, 1554, Bibliothèque Universitaire de Valence, ms. 177.
Ils avaient également la possibilité d’accéder à des charges publiques, mais là comme dans d’autres circonstances, les familiers et l’Inquisition durent mener rude bataille contre les autorités locales. L’exemple du privilège royal expédié en 1523 est éclairant : on y voit l’Empereur intervenir en faveur des familiers et autres ministres inquisitoriaux pour interdire que leur soient fermées les charges de gouvernement des universités- terme par lequel il faut entendre quartier ou agglomération dépendant d’une même administration juridique. Les mesures de prestige étaient au rang de ces bénéfices sociaux : obtenir une place privilégiée lors d’une cérémonie publique ou encore à l’église, ne devait pas être sans effets sur le recrutement des familiers. Quant au privilège de porter les insignes inquisitoriaux, il était de fait à double tranchant. Il s’agissait d’un véritable privilège, contrevenant par exemple aux statuts de l’ordre de Saint-Jacques qui stipulait qu’aucun roturier ne pouvait arborer une croix, mais qui du même coup clamait haut et fort cette même roture chez les familiers dont il est fort parier que les plus riches n’auraient pas détesté l’occulter.

7 Ibid.

8 Bennassar, Bartolomé, « Aux origines du caciquisme : les familiers de l’Inquisition en Andalousie au xviie siècle », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Caravelle, n° 27, 1976.

9 Les registres utilisés ici sont cités par J. Contreras dans « Clientelismo y parentela en los familiares del Santo Oficio », dans Les parentés fictives en Espagne (xvie-xviie siècles), Publications de la Sorbonne, Travaux du Centre de Recherche sur l’Espagne des xvie et xviie siècles, sous la direction d’Augustin Redondo, ainsi que par Jean-Pierre Dedieu, L’Administration de la foi. L’Inquisition de Tolède. xvie-xviiie siècle, Madrid, 1989.

10 Archivo Diocesano de Cuenca, L° 337 et 338, 1554-1622.

11 Sur les modalités de recrutement on peut se référer à Gonzalo Cerrillo Cruz qui en donne une description détaillée, Los familiares de la Inquisicion […], op.cit., p. 95, sq.

12 Sur cet ensemble, nous manquons totalement de données pour 13 années.

13 Gonzalo Cerrillo souligne que Cuenca procéda à cette expurgation en 1549, Valence en 1551 et l’Aragon en 1552. Selon J. P. Dedieu, les familiers devaient être au nombre de 60 pour la seule ville de Cuenca.

14 Il existe encore une autre liste mais qui n’est pas datée. Les noms qui y figurent sont à quelques exceptions près les mêmes. Par ailleurs, nous savons qu’en 1593 « se manda a Juan de Sandoval, regidor, averigue los familiares que hay y que haya libro con los nombres », Archivo Diocesano de Cuenca, Actas, caja 3, leg.261.

15 Comme cette lettre de Valdés datée de 1549 qui souligne le nombre trop élevé de familiers qui pour certains semblaient ne point posséder les qualités requises et qui suggère à la fois une réduction du corps et une véritable épuration devant déboucher sur la confirmation des familiatures existantes ou sur de nouvelles nominations selon les normes suivantes : 40 familiers pour Cuenca, 6 pour les lieux de plus de 3000 feux, 3 pour ceux de moins de 3000 feux. Un calcul rapide, qu’il conviendrait d’affiner, donnerait, donc, un maximum de moins de 200 familiers pour l’ensemble du district, soit un territoire de 33 000Km2 (équivalent à la superficie de ceux de Murcie ou de Barcelone). Notons que la population passe à Cuenca de 794 feux en 1504 à 1974 en 1537 augmentant ainsi de 148 %, et à 3536 en 1561, (+ 79 %), données recueillies par Miguel Jiménez Monteserín, Vere Pater Pauperum. El culto de San Julián en Cuenca,. Diputación provincial de Cuenca, 1999.

16 ADC, Inquisición, Leg., 198, n° 2230 entre autres.

17 Archivo Municipal de Cuenca (AMC), leg. 251 pour 1550, 252 pour 1558, 256 pour 1568-1578, 257 pour 1581, 258 pour 1583, 259 pour 1586, 260 pour 1590 ainsi que la liasse 992, n° 1 et 2, Libros de copias de caballeros Hijos Dalgo de la muy noble y muy leal ciudad de Cuenca pour les années 1594 à 1642 et les liasses 416, 428, 997, 1000 et 1123. AHN, Inq. Leg. 2251, 2480, 2549 et AMC, Actas, leg. 260 (1575) ainsi que certains papiers concernant le cabildo de Guisados de Caballos se trouvant à l’Archivo General de Simancas, dans la section des Diversos de Castilla, leg. 25-1.

18 Le renouvellement des familiers sur la période concernée par ces registres s’établit comme suit :
Image

19 Voir Dedieu, J.P., L’administration de la Foi [], op. cit., p. 192, sq.

20 Sauf pour quelques exceptions intéressantes : 8 recrutés en 1558, 9 en 59, 7 en 84 et 5 en 80.

21 AHN, Inq., leg. 2551, caja 12, n° 22, Correspondencia de Cuenca con la Suprema, 1620.

22 Certains apparaissent à plusieurs reprises.

23 Il s’agit de notarios de la audiencia episcopal, de racioneros, de membres du clergé séculier avec charge d’âmes.

24 Entre 1560 et 1563, nous en comptons 6 ; entre 1574 et 1579, nous en comptons 5.

25 Contreras, Jaime, « Clientelismo y parentela en los familiares del Santo Oficio », op.cit.

26 Carrasco, Raphaël, « Les hidalgos de Cuenca à l’époque moderne (1537-1642) », Les sociétés fermées dans le monde ibérique, Bordeaux, 1987.

27 En 1558, Alonso de Pedraza, fils de Diego de la Parra, est nommé familier, ce dernier le sera à son tour en 1560. Alonso apparaît encore dans la liste dont nous disposons pour 1563. Un autre Alonso de Pedraza – son fils ? – prête serment en 1594. Ce dernier est par ailleurs lié à la famille de Cuéllar qui elle a 5 ou 6 familiers entre 1543 et 1576 (un licenciado de Cuéllar, Pedro de Cuéllar, Gonzalo Raya de Cuéllar, Hernando de Cuéllar, Juan Agustín et Fernando), famille par ailleurs signalée dans la liste expurgatoire de 1543 comme n’ayant pas fourni d’information, c’est-à-dire ayant un dossier fragile faute d’avoir pu prouver leur pureté de sang. En 1589, c’est au tour de Juan de Pedraza, en 1596 nous trouvons un Hernando de la Parra de la famille de Diego de la Parra, père de Alonso de Pedraza. En 1614, un autre Juan de Pedraza – fils du premier ?- ; enfin, en 1621 un Rodrigo de Pedraza.

28 Voir Carrasco, Raphaël, « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

29 C’est au bas de la liste de 1580 qu’apparaît cette information. Cette note semble constituer la réponse du promotor fiscal ayant mené une enquête sur les familiers qui ne présentaient pas les conditions requises pour la familiature. 17 d’entre eux semblent ne pas avoir fourni d’information généalogique : outre Hernando de Cuéllar, majordome de l’évêque et beau-frère du docteur de Cuéllar, figurent également Juan de Burgos, Esteban de Palomares ou Juan de Palomares.

30 Ces derniers apparaissent en effet dans la liste des exempts de 1543. Raphaël Carrasco précise qu’ils n’avaient pas d’autre aval que leur grande richesse, outre un arrière arrière arrière-grand-père corregidor sous Henri III de Castille. Carrasco Raphaël, « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

31 Libros de copias de caballeros Hijos Dalgo de la muy noble y muy leal ciudad de Cuenca pour les années 1594 à 1642.

32 Leg. 2547, caja 12, Cartas de 1599-1604, n° 104.

33 Jerónimo, Esteban et Luis de Palomares apparaissent sur la liste de 1553, Julián prête serment en 1557, un autre Palomares portant le même prénom fait de même en 1600, soit 43 ans plus tard et enfin un troisième Julián Palomares en fait tout autant en 1612. Nous savons par ailleurs que celui ci demandera une información de limpieza en 1613, alors qu’il est déjà familier. En 1617, un Diego de Palomares demande à obtenir une charge inquisitoriale. Diego de Palomares apparaît dans la liste des exentos e hijosdalgo dans la copie de 1578, originellement celle de 1568, leg. 256. Nous avons un cas semblable avec la famille Sedeño qui compte un familier en 1567, Pedro Sedeño, un autre en 1570, Nicolas Sedeño et sans doute le fils de ce dernier en 1596. Quant à la famille Cañete, elle est mentionnée dès 1543 en la personne du familier Don Alonso de Cañete, escudero, et de Joan de Horduña un de ses cousins. En 1553 c’est le tour de Diego Alonso de Cañete de rejoindre les rangs des familiers et en 1590 celui de Francisco del Hoyo, gendre de Alonso de Cañete.

34 Nous avons un cas semblable avec la famille Sedeño qui compte un familier en 1567, Pedro Sedeño, un autre en 1570, Nicolas Sedeño et sans doute le fils de ce dernier en 1596.

35 Celle-ci est une copie de celle de 1568.

36 Sur cette affaire voir l’article de Julián Durán, « Clientèles locales et pureté de sang en Nouvelle-Castille au xvie siècle », Familles, pouvoirs, solidarités. Domaine méditerranéen et hispano-américain (xve-xxe), Marie-Catherine Barbazza et Carlos Heusch éds., ETILAL, collection Actes 2, Université Montpellier III, Montpellier, 2002.

37 Un Francisco de Arteaga ou Artiaga, libraire, figure dans la liste de 1543, même nom, même profession, il est difficile de savoir s’il s’agit du même ou plus vraisemblablement de son fils compte tenu des années écoulées. Dans cette même liste apparaît un Juan de Burgos, marchand, probablement de la famille de María de Burgos, peut-être son père.

38 AGS, Diversos de Castilla, leg. 25-1°, 1572 : « Lo que advierte el Sr. Corregidor de Cuenca Don Juan de Beaumont y Navarra a S.M. sobre la institución de la cofradía o compañia de gente y cavallos que esten de hordinario armados, encabalgados y exercitados en exerçiçios militares es lo siguiente […]. On peut trouver une copie des privilèges dont jouissaient les membres du cabildo de Guisados de Cavallo en 1367, 1393, 1420, 1496, 1497, 1510, 1562 et 1571 dans AMC, leg. 997, n° 2, 1303 a 1571.

39 Voir Carrasco, R., « Los hidalgos de Cuenca […] », op. cit. Ce dernier montre que si en 1537, les guisados étaient 40, seuls 14 apparaissent comme tels sur la liste des exempts, « le restant se confondant avec les hidalgos. Les listes postérieures ne font plus aucune mention des guisados ». En 1612 et en 1642, dates pour lesquelles existent des listes de membres du cabildo, ils n’étaient plus que 28.

40 Dans la liste des Caballeros Hijos Dalgo de la ciudad de Cuenca, 1597-1642, apparaît un Alonso Mejía. Dans la liste des exentos e hijosdalgo de 1574, AM., leg. 256, figure Alonso de Mejia, fils d’Alonso de Mejia, hidalgo por ejecutoria, ainsi que Pedro et Francisco du même nom.

41 AHN, Correspondencia, cartas de Cuenca al Consejo, Leg, 2547, caja 12, Cartas (1599-1604), cas n° 17 et n° 141.

42 Carrasco, R., « Solidarités et sociabilités judéo-converses en Castille au xvie siècle », Solidarités et sociabilités en Espagne (xvie-xxe siècles), Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1991.

43 AHN. Inq. Leg 2550, caja 12, Cartas al Consejo, 1616-1618, n° 98.

44 Ibid., leg. 2551, caja 12, 1620.

45 Voir Gonzalo Cerrillo Cruz, op.cit., p. 90 sq.

46 Pedro Fernández de Castro fut anobli en 1433. Carrasco, R., « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

47 Cuenca ne comptait à ce moment-là que deux titrés : le marquis de Cañete et le Comte de Priego. Ce n’est qu’en 1624 que fut crée le troisième titre de la ville en la personne du Comte Ruiz de Alarcón y Zarate.

48 Sur tous ces cas, voir AHN, Inq., leg. 2547, 2550, 2551, caja 12.

49 Ainsi en 1573, l’Inquisiteur de district ne sachant trop que faire de la candidature d’un génois vivant à Málaga s’adressa à la Suprême qui trancha. Voir Gonzalo Cerrillo Cruz, Los familiares […], op.cit., p. 86.

50 AMC, leg. 253, 1565, fol. 12r°. Le 11septembre 1565, la ville de Cuenca demande à l’inquisiteur Francisco de Yranço de ne pas nommer de familiers étrangers, mais le corregidor demande à la ville que puisse être reçu comme familier Juan Bautista de Spinola, en dépit de sa condition.

51 Carrasco, R., « Les hidalgos de Cuenca […] », op.cit.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search