Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Des évêques inquisiteurs au temps de Philippe II (1556-1598). Réflexions à propos de leur profil professionnel

Ignasi Fernández Terricabras

Texte intégral

1.- Introduction

  • 1 Notamment les recherches de Stefania Pastore ; voir par exemple « Roma, il Concilio di Trento, la n (...)
  • 2 García Cárcel, Ricardo; Moreno Martínez, Doris: Inquisición. Historia crítica, Temas de Hoy, Madrid (...)

1Les rapports entre les évêques et l’Inquisition ont commencé récemment à attirer l’attention des historiens1. Malgré la connaissance du fait que le Saint-Office possédait depuis sa fondation des attributions jusqu’alors confiées aux évêques, ce sujet n’avait pas encore fait l’objet d’une étude approfondie. Il est connu, néanmoins, que les Rois Catholiques ont désamorcé toutes les tentatives épiscopales de résistance. Lorsque le pape Sixte IV décide, en 1482, d’obliger les inquisiteurs à agir en accord avec les évêques, l’opposition ferme des Rois Catholiques force le pape à reconsidérer sa décision. Les rois avaient aussi soutenu l’Inquisition lors des procès contre l’évêque de Ségovie, Arias Dávila, et contre celui de Calahorra, Pedro de Aranda, qui étaient de famille converse, malgré les appels de ces prélats au pape. Les inquisiteurs, avec l’appui constant de la Couronne, s’emparent de certaines facultés qui relevaient des évêques : non seulement l’hérésie, mais aussi des délits qui n’ont guère à voir avec l’hétérodoxie, comme la sollicitation au cours de la confession ou les délits communs commis par les clercs qui font partie de l’appareil inquisitorial. Même si les premières bulles des papes exigeaient la participation des évêques dans les affaires, celle-ci allait devenir une simple formalité administrative2.

2Lorsqu’en 1523 le pape Adrien VI concède à Charles Quint et à ses successeurs la présentation perpétuelle pour tous les évêchés d’Espagne, le droit de Patronage Royal, les nominations des évêques et des inquisiteurs se trouvent concentrées dans les mêmes mains, celles du roi. Le Patronage Royal est un instrument politique de premier ordre qui sert à obtenir du clergé l’adhésion politique, la réforme religieuse et la coopération économique.

  • 3 Sur les études et les carrières habituelles des inquisiteurs et sur leur caractère, pour ainsi dire (...)
  • 4 Rawlings, H.E.: « The Secularisation of Castilian Episcopal Office Under the Habsburgs, c. 1516-170 (...)
  • 5 Voir aussi Barrio Gozalo, Maximiliano : « Burocracia inquisitorial y movilidad social. El Santo Ofi (...)

3La question s’impose : la Couronne, a-t-elle essayé de rapprocher les deux institutions, épiscopat et Saint-Office ? Pour avancer une réponse, un élément fondamental est de savoir quels inquisiteurs sont devenus évêques et comment. Au cours des dernières années, on a avancé dans la connaissance du profil sociologique des inquisiteurs3 et des évêques4. Nous allons essayer dans cette communication de mettre en rapports ces deux figures5.

2.- Les évêques qui ont été inquisiteurs

4Notre statistique se fonde sur 55 diocèses existants en 1598, 34 d’entre eux ayant leur siège dans la Couronne de Castille, 20 dans celle d’Aragon et un seul dans le royaume de Navarre. Dans ce cadre, 271 présentations de Philippe II sont confirmées par le pape, soit 95 en Aragon et 176 en Castille et Navarre. Comme bon nombre d’évêques dirigent successivement deux diocèses ou plus, seuls 194 prélats désignés par le roi entrent en ligne de compte ici. Ce chiffre comprend l’ensemble des évêques confirmés par le pape durant le règne de Philippe II (1556-1598) y compris ceux qui, morts subitement, ne prirent jamais possession de leur évêché. Il comprend aussi les évêques qui, présentés par Philippe II, furent confirmés sous le règne de Philippe III. Bien évidemment, les inquisiteurs nommés par Philippe II qui n’ont accédé à un évêché qu’à cause d’une présentation de Philippe III ne sont pas compris dans notre étude. Il en va de même pour les clercs présentés par Philippe II mais qui, pour cause de renonciation, de décès ou autre, ne furent jamais préconisés évêques à Rome.

5Au total, 42 de ces 194 évêques (21,6 %) ont exercé des tâches de direction au sein du Saint-Office espagnol, 44 si l’on tient compte des cas particuliers de Bernardo de Sandoval et Andrés Pacheco, dont il sera question plus loin. On ne prend pas en compte le cas d’Antonio Matos de Noroña, inquisiteur de Cordoue, Llerena, Tolède et conseiller de la Suprême devenu en 1591 évêque d’Elvas (Portugal), car son diocèse ne se trouve pas en Espagne. Mais il convient de préciser notre propos.

  • 6 Julio Caro Baroja a été le premier à signaler que pratiquement tous les inquisiteurs de l’époque mo (...)

6La plupart des évêques qui furent inquisiteurs, 40 au total, étaient des canonistes, c’est-à-dire des diplômés universitaires en droit canon. C’est normal, car on sait que le Saint-Office, tribunal répressif chargé de la défense de l’orthodoxie religieuse, représentait un débouché professionnel presque monopolisé par les ecclésiastiques diplômés en droit6.

7Sur le total de 271 préconisations, Philippe II présente en 153 occasions des théologiens et en 100 autres des juristes. Si l’on tient compte des 194 personnes nommées, on dénombre 109 prélats théologiens et 72 juristes. Nous mettons à part 5 présentations de 4 personnes qui avaient des diplômes universitaires de Droit et de Théologie et 4 autres présentations pour lesquelles nous sommes sûrs que les nommés n’étaient pas arrivés à obtenir un diplôme, même s’ils avaient fréquenté les cours universitaires. Enfin, pour 9 confirmations concernant 5 personnes, nous ne connaissons pas le type d’études réalisées.

8Parmi ces 72 juristes, 40 ont occupé des postes à responsabilité dans l’Inquisition espagnole, que ce soit en tant qu’inquisiteurs d’un tribunal de district, en tant que membres du Conseil de la Suprême, ou dans les deux postes au cours de leur carrière. Ce nombre de 40 prélats sur un total de 72 évêques juristes (55,5 %) montre l’importance du rôle du Saint-Office pour la désignation des évêques lorsque la Couronne cherchait un canoniste pour gouverner un diocèse.

9Guillem Cassador, évêque de Barcelone, n’est pas compris dans ce chiffre. Il est commissaire et inquisiteur intérimaire de Barcelone pendant la maladie d’un des titulaires, mais il ne suit pas une carrière inquisitoriale. Il en va de même pour Jaime Ximeno de Lobera, évêque de Teruel. Il est commissaire du Saint-Office à Huesca et à Jaca. Le commissaire est un clerc, d’habitude séculier, qui agit comme agent territorial de district dans une certaine zone. Il se charge de recevoir les dénonciations et les témoignages et de les transmettre aux inquisiteurs, sous les ordres desquels il est placé. L’office de commissaire n’est donc pas assimilable aux charges à responsabilité de l’Inquisition.

  • 7 Martínez Millán, J. ; Sánchez Rivilla, T. « El Consejo de Inquisición (1483-1700) », Hispania Sacra(...)

10Des 40 juristes membres prééminents du Saint-Office, 18 seulement sont inquisiteurs dans les tribunaux de district et 7 parviennent à passer des districts au conseil comme conseillers de la Suprême. Le Conseil de la Suprême Inquisition est l’organisme directeur du Saint-Office espagnol ; à sa tête, se trouve le Grand Inquisiteur7. Deux autres, Martínez Lagunilla et Salvatierra, ont été procureurs (« fiscales ») du Conseil de l’Inquisition et inquisiteurs dans des tribunaux de district. Il n’y a qu’un évêque, celui de Carthagène et d’Ávila, Jerónimo Manrique de Lara, qui parcourt tous les échelons de la carrière inquisitoriale au temps de Philippe II : il est inquisiteur, conseiller de la Suprême et, en 1595, inquisiteur général. Onze évêques sont directement conseillers de la Suprême, dont 4 (Espinosa, Quiroga, Ponce de León et Portocarrero) deviennent inquisiteurs généraux, la charge suprême de l’institution. Un cas différent est celui du cardinal Antonio Zapata, qui est d’abord inquisiteur à Cuenca et à Tolède ; ensuite, il devient évêque de Cadix (1587), de Pampelune (1596) et, présenté par Philippe III, archevêque de Burgos (1600) et cardinal (1604) ; comme cardinal résidant à Rome, il fait partie de la Congrégation romaine du Saint-Office ; revenu enfin à Madrid, Philippe III le nomme inquisiteur général entre 1627 et 1632.

Évêques juristes des Couronnes de Castille et d’Aragon qui ont été inquisiteurs

Évêques juristes des Couronnes de Castille et d’Aragon qui ont été inquisiteurs

C : Conseil de la Suprême Inquisition
IG : Grand Inquisiteur
T : Inquisiteur d’un tribunal de district
FC : « Fiscal » (procureur) du Conseil de la Suprême Inquisition

11La participation à l’Inquisition des théologiens est en général assez faible. Des 109 prélats théologiens, seuls deux évêques ont été membres de l’Inquisition, plus concrètement conseillers de la Suprême : l’évêque de Ciudad Rodrigo, Andrés Pérez, et l’archevêque de Tolède, Girón García de Loaysa. Certes, Loaysa a une excellente réputation de canoniste grâce à ses œuvres sur l’histoire des conciles espagnols, mais il est Docteur en Théologie de l’Université d’Alcalá. Il est un des directeurs de la politique religieuse à la fin du règne de Philippe II, de sorte que sa présence dans la Suprême n’est pas étonnante.

12En général, la tâche des théologiens au sein du Saint-Office est pratiquement réduite à la fonction de qualificateurs, qu’elle soit exercée de façon sporadique ou habituelle. Le qualificateur doit faire une expertise pour établir si les phrases ou les faits dont un inculpé est accusé sont contraires à l’orthodoxie, voire carrément hérétiques. Nous connaissons plusieurs évêques qui ont réalisé ces expertises, ce qui n’entraîne pas l’existence d’une charge fixe dans l’Inquisition. De même, quelques futurs évêques ont été nommés consulteurs du Saint-Office dans le procès mené contre Bartolomé de Carranza, archevêque de Tolède.

13Au delà de ces cas, deux évêques théologiens parviennent au poste d’inquisiteur général au xviie siècle. Il s’agit de Bernardo de Sandoval (1608-1618), évêque de Ciudad Rodrigo (1586), Pampelune (1588), Jaén (1596) et, sous Philippe III, archevêque de Tolède (1599), et d’Andrés Pacheco (1622-1626), qui est évêque de Ségovie au temps de Philippe II et de Cuenca au temps de Philippe III. Aucun d’eux n’a été au préalable inquisiteur de district ou membre de la Suprême, ce qui n’avait jamais lieu avec les inquisiteurs généraux nommés par Philippe II. Nous n’incluons pas ces évêques dans notre statistique d’inquisiteurs, car l’exercice de la charge d’Inquisiteur Général n’est pas significatif pour notre étude. En effet, l’Inquisiteur Général est toujours un évêque en exercice et notre domaine d’étude se limite, dans cette communication, aux inquisiteurs qui deviennent par la suite évêques.

14Enfin, le cardinal Francisco Pacheco de Toledo, évêque de Burgos, n’est pas compris dans notre statistique, quoiqu’il ait fait partie de la Congrégation de l’Inquisition romaine lorsqu’il résidait dans les États Pontificaux, car celle-ci est complètement indépendante de l’Inquisition espagnole.

3.- Distribution géographique

3.1.- Diocèses

DIOCÈSES OÙ DES INQUISITEURS SONT NOMMÉS ÉVÊQUES PAR PHILIPPE II

DIOCÈSES OÙ DES INQUISITEURS SONT NOMMÉS ÉVÊQUES PAR PHILIPPE II

15Il n’existe pas de diocèse qui soit monopolisé par les inquisiteurs. Le roi, qui ne veut pas que le Patronage Royal soit conditionné par d’autres pouvoirs, se garde bien de mettre son pouvoir de nommer dans une telle situation de dépendance vis-à-vis de l’Inquisition. Si l’on tient compte exclusivement des présentations épiscopales faites par Philippe II, les diocèses où la présence d’inquisiteurs est plus importante sont Ávila et Ciudad Rodrigo, où 4 évêques sur 7 avaient été des inquisiteurs ; ils sont suivis de Cordoue, Cuenca et Tarragone, avec 3 évêques anciens inquisiteurs. De façon générale, les inquisiteurs qui sont nommés évêques semblent affectés aléatoirement dans le territoire. On doit, cependant, apporter quelques nuances.

16Tout d’abord, il y a certaines régions où un inquisiteur est rarement nommé évêque : aucun dans les Baléares, les Canaries et les Pyrénées aragonaises (diocèses de Jaca, Huesca et Barbastro) ; un seul dans toute la Galice. Il en va de même pour la chaîne cantabrique : seul un évêque d’Oviedo, un de Calahorra et, postérieurement, un archevêque de Burgos - Zapata, nommé par Philippe III - ont été inquisiteurs. La situation est semblable dans l’ancien royaume de Grenade : aucun inquisiteur dans les diocèses de Málaga, Grenade et Guadix, un à Jaén, deux à Almería.

  • 8 Fernández Terricabras, Ignasi. : « Por una geografía del Patronazgo Real : Teólogos y Juristas en l (...)

17Cette absence d’inquisiteurs dans certains diocèses doit être mise en rapport avec la surabondance de théologiens dans ces évêchés. Comme nous l’avons montré ailleurs8, les îles, les zones montagneuses et les régions habitées par les morisques sont perçues par la Couronne comme des territoires à fort enjeu pastoral, où l’ignorance de la doctrine catholique est si répandue que la tâche principale de l’évêque doit être la prédication et l’instruction. Pour ces travaux, les théologiens sont presque toujours préférés aux canonistes, et les juristes – et, donc, les anciens inquisiteurs- ne sont guère nommés pour diriger ces diocèses.

18En revanche, deux parties du territoire concentrent un numéro d’inquisiteurs devenus évêques plus grand que l’ensemble des diocèses. La première partie est la Catalogne, où sans tenir compte de l’évêché de Tortosa, 12 présentations épiscopales de Philippe II sur 42 (28,57 %) concernent des anciens inquisiteurs. En Catalogne, à l’inverse des endroits déjà mentionnés, les évêques canonistes étaient préférés aux théologiens, sauf dans l’évêché de Tortosa, à cause de l’importante présence de population morisque. Si la plupart des évêques canonistes ont fait partie de l’Inquisition, il est normal de trouver d’anciens inquisiteurs sur les sièges épiscopaux catalans. En effet, il faut rappeler que la frontière avec la France est plus facile à traverser dans la Principauté qu’en Aragon ou en Navarre. Par conséquent, le risque de pénétration protestante est plus grand, d’autant plus qu’il y a un mouvement migratoire important de l’Occitanie vers la Catalogne. À la Cour on craint que les protestants ne profitent de l’ampleur du banditisme en Catalogne, dans lequel le clergé est souvent impliqué, et du manque d’ordre social qui s’ensuit, pour essayer de passer la frontière. Les évêques juristes en général et les inquisiteurs en particulier sont censés être plus capables de contrôler le territoire et d’encadrer la population.

  • 9 Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone), État, 320, f. 45.
  • 10 Archives Zabálburu (Madrid), 165, f. 130.

19Un exemple évident est la promotion de l’inquisiteur de Barcelone, Lope Martínez de Lagunilla, au siège épiscopal d’Elne. « L’église d’Elne est maintenant vacante. Elle a un grand besoin d’un pasteur qui soit droit, et qui ait de l’autorité pour corriger et pour réformer la liberté et la désinvolture avec lesquelles ils vivent », dit le vice-roi de Catalogne lorsqu’il recommande en 1556 le choix de l’inquisiteur et juriste Lagunilla pour cet évêché9. Le même Lagunilla, déjà évêque, écrit au roi en 1567 : « Cet évêché a besoin d’un inquisiteur qui y réside, parce qu’il est sur la frontière et entouré d’hérétiques, et je soupçonne qu’il y a quelque corruption parmi les habitants »10.

  • 11 Portocarrero a été successivement évêque de Cordoue et de Cuenca, et Cobos, d’Ávila et de Jaén.

20La deuxième région où le nombre des évêques anciens inquisiteurs est plus élevé qu’ailleurs concerne les diocèses qui entourent celui de Tolède et donc, les sièges près de la Cour, car la ville de Madrid ne disposait pas d’un évêché propre, mais elle se trouvait englobée dans l’archidiocèse géant de Tolède. En effet, Ávila a eu 4 évêques ex-inquisiteurs et les diocèses de Cordoue et Cuenca en ont eu 3. On pourrait ajouter aussi Sigüenza et Plasencia avec 2 et Ségovie et Jaén avec 1. Au total, sans tenir compte du lointain siège de Carthagène, 14 évêques11 des 43 prélats liés à l’Inquisition ont gouverné ces 7 diocèses.

21La cause de cette concentration est politique. En tant qu’institution qui relève du roi, le Saint-Office, et notamment le Conseil de la Suprême, est soumis aux vicissitudes de la vie politique. Les différentes factions qui essaient de contrôler les appareils de gouvernement de la Monarchie Hispanique s’intéressent aussi à l’Inquisition et essaient d’y placer leurs hommes ou d’écarter leurs rivaux. Il faut rappeler qu’une nomination épiscopale est en principe une promotion pour tout clerc, car elle comporte l’accès aux rangs supérieurs de la hiérarchie ecclésiastique, mais elle peut être aussi une sortie honorable pour un conseiller tombé en disgrâce ou trop âgé pour continuer à exercer ses charges à la Cour, d’autant plus s’il est nommé dans un diocèse riche ou important comme ceux des alentours de Madrid. Les nominations, par exemple, d’Antonio de Pazos ou de Hernando de Vega pour l’évêché de Cordoue doivent être comprises ainsi.

22En outre, puisque l’Inquisiteur Général est toujours un évêque qui sera absent, car il doit résider à la Cour, il est très utile qu’il gouverne un diocèse proche de Madrid, afin de pouvoir le surveiller et s’y rendre si besoin en est : au temps de Philippe II, Valdés, qui fut nommé par Charles Quint, est archevêque de Séville ; Espinosa, évêque de Sigüenza ; Ponce de León, évêque de Plasencia ; Quiroga, évêque de Cuenca et archevêque de Tolède ; Manrique de Lara, évêque d’Ávila ; Portocarrero, enfin, évêque de Cordoue et de Cuenca.

3.2.- Tribunaux

23Pour étudier cet aspect, il faut tenir compte du fait qu’il est habituel qu’un inquisiteur soit successivement membre de plusieurs tribunaux de district. Au total, 29 futurs évêques ont été inquisiteurs de district en Espagne, dont 10 ont aussi fait partie du Conseil de la Suprême, que ce soit comme conseillers ou comme procureurs. Bien évidemment, nous ne comptons pas ici les « visiteurs » des tribunaux, conseillers de la Suprême ou membres d’un autre tribunal chargés en certaines occasions d’inspecter le travail des inquisiteurs d’un district.

  • 12 D’après Jean-Pierre Dedieu, qui utilise des limites chronologiques différentes des nôtres, 12 inqui (...)

24Le tribunal de Tolède, le plus important de tous les districts inquisitoriaux, compte 10 futurs évêques en Espagne et 1 au Portugal, Matos de Noroña12. Il est suivi des tribunaux de Barcelone avec 8 évêques, de Saragosse avec 6 et de Valence avec 5 inquisiteurs (outre l’archevêque Loaces, qui avait été procureur). L’importance des tribunaux péninsulaires de la Couronne d’Aragon apparaît clairement dans notre étude. Il n’en va pas de même pour les modestes tribunaux de Majorque et de Sardaigne, par lesquels ne sont passés respectivement qu’un et deux évêques.

  • 13 Pedro La Gasca, évêque de Sigüenza et de Palencia, et Tello de Sandoval, évêque d’Osma et de Plasen (...)

25Les tribunaux de Grenade et de Cuenca comptent 4 inquisiteurs qui deviendront évêques ; 3 pour ceux de Murcie (outre le procureur Salvatierra), de Sicile, de Séville et de Logroño ; 2 pour Cordoue et Llerena (3 si l’on tient compte du cas particulier de Matos de Noroña) ; 1 à Valladolid. Enfin, Jerónimo Manrique de Lara fut également Inquisiteur de la Mer, c’est-à-dire inquisiteur avec juridiction sur le personnel de la flotte de la Sainte Ligue (1571) commandé par Jean d’Autriche. On ne connaît aucun cas d’inquisiteur de Saint-Jacques, des Canaries ou des tribunaux américains13 qui soit arrivé à l’épiscopat dans les Couronnes de Castille et d’Aragon.

TRIBUNAUX DONT LES ÉVÊQUES DES COURONNES DE CASTILLE ET D’ARAGON ONT ÉTÉ INQUISITEURS

TRIBUNAUX DONT LES ÉVÊQUES DES COURONNES DE CASTILLE ET D’ARAGON ONT ÉTÉ INQUISITEURS

3.3.- Rapport entre le diocèse gouverné et les tribunaux inquisitoriaux

  • 14 Pour comprendre les limites du district, qui ne coïncident pas toujours avec les limites diocésaine (...)

26L’établissement de ce rapport montre l’existence d’une disparité significative. Dans la Couronne de Castille, il est difficile de trouver un évêque gouvernant un diocèse qui ait fait partie de son district inquisitorial14. Seuls deux inquisiteurs du tribunal de Grenade, Francisco Briceño et Diego González, deviennent évêques d’Almería. En outre, Martín de Salvatierra doit gouverner le diocèse de Ciudad Rodrigo, qui fait partie du district de Llerena, et Jerónimo Manrique de Lara, ancien inquisiteur de Carthagène, sera évêque de Murcie.

27Étant donné le grand nombre d’inquisiteurs qui deviennent évêques, on peut supposer qu’il s’agit d’un choix délibéré des ministres du Patronage Royal, qui cherchent presque toujours des évêques indépendants des groupes locaux. De ce point de vue, cette donnée doit être mise en rapport avec d’autres. Par exemple, ce n’est que pour 14 confirmations sur 258, cas pour lesquels nous connaissons le lieu de naissance de l’évêque, que le roi nomme un prélat né dans le diocèse qu’il va gouverner. Des 118 évêques qui ont fait partie d’un chapitre, il n’y en a que 15 qui exercent les deux fonctions dans le même diocèse. Seuls 8 évêques ont eu des charges diocésaines dans les diocèses qu’ils allaient régir par la suite. Dans les diocèses ayant une université importante, comme Salamanque ou Valence, les prélats formés dans celles-ci ne sont pas majoritaires. Tous ces traits font penser à un processus clair et délibéré de déracinement de l’épiscopat, complété ensuite par les mutations fréquentes de diocèse.

28Il semble en aller différemment dans la Couronne d’Aragon. En effet, 6 des 8 inquisiteurs de Barcelone qui deviennent évêques gouvernent des diocèses catalans. Deux inquisiteurs de Valence gouvernent des évêchés de leur district : Francisco de Navarra à Valence et Andrés Santos à Teruel, outre l’ancien procureur Loaces, qui sera archevêque de Valence. Il en va de même pour deux inquisiteurs de Saragosse : Andrés Santos lui-même sera archevêque de Saragosse et Martínez de Villatoriel deviendra évêque de Lleida, diocèse qui était compris dans le district du tribunal de Saragosse. Et, plus généralement, 5 des 6 inquisiteurs de Saragosse qui sont évêques exercent leur charge épiscopale dans la Couronne d’Aragon. Le seul inquisiteur de Majorque qui est devenu évêque, Bartolomé Sebastián, sera archevêque de Tarragone.

29Les tribunaux italiens semblent connaître une situation similaire, bien que nous ne prenions en compte que les anciens inquisiteurs en Sardaigne et Sicile qui par la suite sont devenus évêques en Espagne. Parmi ceux-ci, deux des trois inquisiteurs de Sicile considérés ont été évêques de Patti avant d’être transférés à la Péninsule Ibérique, et l’un des deux inquisiteurs de Sardaigne, Martínez del Villar, a été archevêque de Sassari avant de devenir évêque de Barcelone.

30Il est difficile d’interpréter ce fait, mais il doit sans doute être mis en rapport avec la situation institutionnelle spécifique de la Couronne d’Aragon. Les lois de la Couronne d’Aragon qui réservaient tous les bénéfices ecclésiastiques, les évêchés y compris, aux natifs de chaque royaume n’ont pas toujours été respectées par Philippe II. Dans le Royaume d’Aragon, sur les 30 confirmations papales faites sur présentation de Philippe II, 8 cas paraissent enfreindre les lois : ceux d’un Navarrais et de sept Castillans. Dans les 16 nominations pour les trois diocèses valenciens, on trouve un Navarrais et huit Castillans. Dans les diocèses catalans seuls six Castillans apparaissent, mais, en revanche, la forte présence en Catalogne de prélats aragonais (8) et valenciens (5) est remarquable.

31La disparité entre la Couronne d’Aragon et la Couronne de Castille est étonnante : sur les 159 confirmations pontificales à des diocèses de la Couronne de Castille pour lesquelles nous connaissons le lieu de naissance de l’évêque, 155 concernent des natifs. Les seuls évêques « étrangers » sont un valencien, un navarrais, un portugais et un allemand. La présence de Castillans dans la Couronne d’Aragon ne trouve pas de réciprocité. Elle doit être comprise dans le contexte plus large du repli sur la Castille et de la prédominance des hommes, des intérêts et des ressources castillans dans la Monarchie de Philippe II.

  • 15 Un exemple peut être relevé dans les Archives Historiques Nationales (Madrid), Consejos (désormais (...)
  • 16 Par exemple, AHN, C, 15189, f. 5 ou 19363, f. 1.

32En outre, Philippe II est conscient autant de la gêne que provoquent les nominations d’étrangers dans la Couronne d’Aragon que de l’atteinte aux privilèges qu’elles représentent15. Le Conseil d’Aragon s’en rend compte lui aussi. Il sait quelle est l’importance du Patronage Royal lorsqu’il s’agit de satisfaire les oligarchies des différents royaumes de la Couronne et de les gagner à la Monarchie. Si des Castillans sont nommés à des diocèses aragonais et si le roi demande dans les rapports de provision qu’on lui soumette des personnes de qualité des deux Couronnes dans les « consultas » des nominations épiscopales du Conseil d’Aragon16, il faut y voir avant tout une volonté délibérée de préserver le Patronage Royal des restrictions relatives aux fueros. Philippe II s’efforce d’affirmer son droit à désigner librement non seulement pour les évêchés, mais aussi pour tous les bénéfices du Patronage Royal de la Couronne d’Aragon, sans être assujetti à une quelconque restriction de nationalité.

  • 17 La plupart des inquisiteurs de la Couronne d’Aragon ne sont pas nés dans le royaume où ils sont inq (...)

33Compte tenu de cette situation, on dirait que l’Inquisition est une des voies choisies par le roi pour désigner dans la Couronne d’Aragon des évêques qui, bien que d’origine étrangère pour la plupart17, connaissent déjà la situation spécifique de la Couronne. En effet, des 6 inquisiteurs du tribunal de Barcelone qui gouvernent des sièges catalans, un seul, Miquel Despuig, est né en Catalogne ; parmi les autres, un est aragonais, deux sont valenciens et deux sont castillans. Les 5 inquisiteurs de Saragosse devenus évêques dans la Couronne d’Aragon sont tous des Castillans. Des trois inquisiteurs de Valence (on ne tient pas compte du valencien Loaces, qui n’a été que procureur) qui se trouvent dans la même situation, deux sont Castillans et un Navarrais.

  • 18 Voir les synthèses suivantes : García Cárcel, Ricardo, « La Inquisición en la Corona de Aragón », R (...)

34Il reste à étudier, cependant, l’effet que cette désignation devait produire dans une ambiance institutionnelle hostile à l’Inquisition, comme celle de la Couronne d’Aragon et, encore davantage, l’influence que cette hostilité a pu avoir sur les choix de Philippe II, si différents à ce propos dans la Couronne d’Aragon et dans celle de Castille. Rappelons que les Cortès des différents royaumes aragonais ont toujours protesté contre l’attitude du Saint-Office et ont toujours tenté de modérer ses prérogatives et son extension géographique18.

4.- La Carrière inquisitoriale

4.1.- L’âge

35Nous ne connaissons la date de naissance que de 24 des 42 membres de l’Inquisition qui ont été évêques dans l’Espagne de Philippe II. Parmi ceuxci, seuls 19 évêques ont accédé à leur première charge épiscopale par décision de Philippe II. La distribution par groupes d’âge est la suivante :

36Entre 36 et 39 ans : 2 évêques

37Entre 40 et 44 ans : 1 évêque

38Entre 45 et 49 ans : 3 évêques

39Entre 50 et 54 ans : 6 évêques

40Entre 55 et 59 ans : 3 évêques

41Entre 60 et 64 ans : 3 évêques

42Entre 65 et 69 ans : 0 évêques

4370 ans : 1 évêque

ÂGE DES INQUISITEURS LORS DE LEUR PREMIÈRE NOMINATION ÉPISCOPALE

ÂGE DES INQUISITEURS LORS DE LEUR PREMIÈRE NOMINATION ÉPISCOPALE

44On observe la prépondérance du groupe intermédiaire, celui des évêques compris entre 45 et 64 ans. Si l’on précise encore plus, les inquisiteurs qui accèdent à l’épiscopat entre 47 et 52 ans au temps de Philippe II sont 8 (42,1 %) et ceux qui le font entre 52 et 62 sont 5 (26,31 %). D’après nos calculs, l’âge moyen d’accès au premier diocèse des inquisiteurs qui deviennent évêques est de 52 ans.

45L’inclusion dans ce calcul des inquisiteurs qui sont devenus évêques au temps de Charles Quint, qui ont été ensuite changés de diocèse par Philippe II, et dont nous connaissons l’âge rajeunit légèrement l’ensemble. Il s’agit de 4 évêques entre 40 et 45 ans et d’un évêque de 50 ans. Avec ces derniers, l’âge moyen d’accès au premier diocèse est de 51 ans.

46Cette donnée cadre avec la prédilection du roi pour les évêques mûrs, des hommes qui donnent une image de sagesse et de respectabilité propre au prélat de la Contre-Réforme et qui ont déjà démontré leur capacité à mener à terme des tâches politiques ou religieuses. En effet, pour 194 évêques présentés par Philippe II, nous avons des données sur l’âge de 111 d’entre eux, dont 50 ont accédé à l’épiscopat entre 44 et 55 ans. En général, l’âge moyen d’accès au premier diocèse est aussi de 51 ans.

47On pourrait donc supposer que l’inquisiteur ou le conseiller de l’Inquisition qui, après une longue carrière, entrait dans la cinquantaine, pouvait attendre sa nomination à un siège épiscopal. Mais cette affirmation doit être nuancée en premier lieu, parce que tous les conseillers de l’Inquisition ou tous les inquisiteurs n’arrivent pas à l’épiscopat et, en deuxième lieu, parce que les variations annuelles sont importantes.

4.2.- Les conseillers de la Suprême

  • 19 Martínez Millán, José ; De Carlos Morales, Carlos J. : Felipe II (1527-1598). La configuración de l (...)
  • 20 Juan de Zúñiga Flores (conseiller en 1586, qui deviendra évêque de Carthagène et inquisiteur généra (...)
  • 21 Dedieu, Jean-Pierre : L’Administration […], op. cit., p. 163.
  • 22 Moreno, Doris: « Las señas […] », op. cit., p. 481.
  • 23 Rawlings, Helen E.: op. cit., p. 71.

48D’après la liste des conseillers de l’Inquisition établie par José Martínez Millán et Carlos J. De Carlos Morales19, il y a eu 41 conseillers de l’Inquisition pendant le règne de Philippe II, entre Cristóbal Fernández Valtodano, qui fut nommé en 1554, et Pedro de Zamora, nommé en 1597. Selon nos calculs, seuls 16 de ces conseillers sont devenus évêques en Espagne et 1 au Portugal au cours du règne de Philippe II. Si l’on tient compte des 4 conseillers nommés inquisiteurs par Philippe II qui devinrent évêques à la suite de présentations de Philippe III20, le chiffre se monte à 21 conseillers devenus évêques (51,21 %). Nous ne disposons pas de listes semblables pour les inquisiteurs de l’ensemble des tribunaux. D’après l’étude de Jean-Pierre Dedieu sur le tribunal de Tolède, 12 inquisiteurs entre 1541 et 1587 sont arrivés à l’épiscopat au cours de leur carrière ultérieure, mais aucun entre 1588 et 162021. D’après Doris Moreno, 17 inquisiteurs (50 %) du tribunal de Barcelone au xvie siècle sont arrivés à l’épiscopat, dont 8 en Catalogne22. L’affirmation de Helen Rawlings, qui soutient qu’à la fin du règne de Philippe II « la promotion à l’épiscopat est devenue semi-automatique pour les inquisiteurs les plus âgés »23 semble exagérée, d’autant plus que c’est justement pendant la décennie 1590 que Philippe II a le moins nommé d’inquisiteurs évêques.

49La prépondérance du Conseil de l’Inquisition par rapport aux autres conseils lorsque le roi veut nommer un évêque juriste est évidente. Le deuxième conseil à cet égard est celui de Castille, dont 11 conseillers sont devenus évêques à la suite d’une présentation de Philippe II. Encore une fois, il faut souligner l’étonnante disproportion entre les Conseils de Castille et d’Aragon : seuls 2 membres de cette dernière institution seront évêques au temps de Philippe II.

50Un autre Conseil à caractère religieux, celui de la Croisade, a 4 conseillers évêques. Cependant, un seul est conseiller avant d’être évêque. C’est que Philippe II choisit souvent un évêque comme Commissaire Général de la Croisade. Trois conseillers des Ordres Militaires parviennent aussi à l’évêché. Par le Conseil des Indes, où l’on aborde souvent des affaires ecclésiastiques, passent 4 évêques de diocèses espagnols, dont 2 en sont même présidents. Dans le reste des Conseils, la présence de futurs évêques est sporadique : un président du Conseil de Finances, un gouverneur du Conseil d’Italie, un conseiller de Navarre et trois conseillers d’État accèdent à l’épiscopat. En revanche, la présence de futurs évêques dans les Chancelleries est remarquable : 19 prélats ont accès à la Chancellerie de Valladolid et 9 à celle de Grenade.

4.3.- L’année de la nomination

51Le tableau suivant pourrait faire penser que la nomination des membres de l’Inquisition, qu’ils soient inquisiteurs ou conseillers de la Suprême, à l’épiscopat suit un rythme assez uniforme : une évolution ascendante qui atteint le sommet entre 1565 et 1579, puis une diminution assez brusque. Pour la deuxième nomination épiscopale, la carrière inquisitoriale n’entre plus seule en ligne de compte puisque d’autres considérations sur l’exercice du premier épiscopat ont pu jouer, c’est pourquoi nous ne comptons que les nominations d’inquisiteurs pour la première charge épiscopale :

Entre 1542 et 1549 : 4

Entre 1550 et 1554 : 4

Entre 1555 et 1559 : 3

Entre 1560 et 1564 : 4

Entre 1565 et 1569 : 6

Entre 1570 et 1574: 6

4 Entre 1575 et 1579 :6

Entre 1580 et 1584 : 2

Entre 1585 et 1589 : 4

  • 24 Y compris Matos de Noroña, nommé évêque d’Elvas (Portugal).

Entre 1590 et 1594 : 224

Entre 1595 et 1599 : 3

52En réalité, si l’on observe les nominations de chaque année, on découvre des irrégularités étonnantes. L’apparente régularité dans ce dénombrement quinquennal devrait être attribuée plutôt aux aléas des vacances épiscopales, puisqu’il se trouve que, selon les vacances, il y a des années avec plus de nominations que d’autres. Observons donc la distribution annuelle des nominations :

Année de la première nomination d’inquisiteurs comme évêques

Année de la première nomination d’inquisiteurs comme évêques

53On constate, d’abord, l’étonnante distribution des nominations dans la décennie de 1560. Des quatre nominations de la période 1560-1564, trois se sont produites en1561 ; puis entre 1567 et 1572 on compte 11 nominations. Cela correspond exactement à la période à laquelle Diego de Espinosa est Grand Inquisiteur. Ensuite, un nouveau vide (une seule nomination entre 1573 et 1576) suivie de l’année la plus fertile en promotions épiscopales pour les inquisiteurs : entre 1577 et 1578, 6 nominations. Désormais, le nombre de nominations épiscopales diminue : 6 entre 1579 et 1590. Et dans la décennie de 1590 les espoirs de promotion épiscopale pour les inquisiteurs sont bien moindres : deux seules nominations entre 1590 et 1597. En 1598, la dernière année de notre étude, un nouveau changement survient : on voit tout d’un coup trois promotions épiscopales pour une seule année.

  • 25 AHN, C, 15189-II, f. 7.

54Certes, il y a des années, comme celle de 1577, où il y a assez de vacances épiscopales, mais ces irrégularités obéissent à des causes politiques. Il faut les mettre en rapport avec l’évolution de la lutte entre factions au sein de la Cour. Les organismes chargés des nominations épiscopales sont les Conseils de Castille et d’Aragon, chacun dans le domaine territorial qui lui est propre. Le poids des factions courtisanes et les rapports de clientèles peuvent être différents dans les deux Conseils et dans celui de l’Inquisition, ce qui conditionne la présence des inquisiteurs dans l’épiscopat. Les conseillers de l’Inquisition le savent : en 1575, la Suprême se plaint au roi de Martín de Gaztelu, secrétaire du Patronage Royal, parce que les conseillers et les inquisiteurs sont sous-représentés lors des nominations des évêques25.

5.- Conclusions

55Notre étude montre que l’Inquisition est une simple pièce de l’engrenage plus complexe de la Monarchie confessionnelle. Les transferts de personnel de l’Inquisition à l’épiscopat sont perçus comme un trait normal dans les choix du Patronage Royal. 42 des 194 évêques (21,6 %) présentés à Rome par Philippe II ont exercé des tâches de direction dans le Saint-Office espagnol. Or, si l’on s’en tient aux évêques juristes, le pourcentage s’accroît : 40 canonistes sur 72, c’est-à-dire 55,5 %. L’Inquisition est une pépinière d’évêques pour le roi lorsqu’il veut désigner un prélat diplômé en droit. Et, du même coup, le Saint-Office s’avère être un instrument fondamental pour les juristes qui ambitionnent d’embrasser une carrière ecclésiastique. En revanche, seuls 2 évêques théologiens ont été conseillers de l’Inquisition.

56En ce qui concerne les juristes, Philippe II choisit autant des inquisiteurs de district (18 cas) que des conseillers de la Suprême (11) ou des personnes ayant exercé les deux charges (10). Ce trait a son importance : l’action des inquisiteurs de district, bien qu’éloignés de la Cour, est suivie par les ministres chargés du Patronage Royal, qui y voient souvent des ministres royaux jouissant d’une connaissance directe du terrain, surtout dans la Couronne d’Aragon.

57Il n’existe pas de diocèse qui soit monopolisé par les inquisiteurs. Mais, bien évidemment, on trouve un nombre plus grand d’évêques inquisiteurs là où en général les évêques canonistes l’emportent sur les théologiens (Catalogne) et, en revanche, ils sont rares dans les diocèses où les théologiens sont presque toujours préférés (îles, Galice, Chaîne Cantabrique, Pyrénées aragonaises, Royaume de Grenade). La présence d’anciens inquisiteurs dans les diocèses des alentours de Madrid (archidiocèse de Tolède) est due à des raisons politiques.

58Les tribunaux de l’Inquisition qui fournissent le plus de membres à l’épiscopat sont ceux de Tolède, Barcelone, Saragosse et Valence. Ceci montre l’importance des tribunaux de la Couronne d’Aragon dont les inquisiteurs sont nommés souvent pour être évêques dans la Couronne elle-même : 6 des 8 inquisiteurs de Barcelone devenus évêques gouvernent des diocèses catalans ; 5 des 6 inquisiteurs de Saragosse dans la même situation exercent leur charge dans la Couronne d’Aragon. L’Inquisition est une des voies choisies par le roi pour désigner dans la Couronne d’Aragon des évêques qui sont d’origine étrangère mais qui connaissent déjà les spécificités de la Couronne. C’est donc pour lui un moyen de raffermir sa liberté de nomination face aux restrictions qu’imposent les lois particulières de chaque Royaume. En revanche, dans la Couronne de Castille, le roi évite que les anciens inquisiteurs soient évêques dans les diocèses qui ont fait partie de leurs districts inquisitoriaux.

59L’âge moyen d’accès aux charges épiscopales pour les inquisiteurs est de 52 ans, ce qui coïncide à peu près avec la moyenne de tous les évêques nommés par Philippe II dont nous connaissons l’âge, qui est de 51 ans. Le roi veut nommer des évêques mûrs, qui ont déjà fait preuve de leur efficacité et de leur moralité dans d’autres charges, comme celles du Saint-Office. Mais on ne peut pas supposer, comme on l’a parfois affirmé, que tous les inquisiteurs qui arrivent à la cinquantaine deviennent évêques. Des 41 conseillers de l’Inquisition, au temps de Philippe II, seuls 17 ont été nommés évêques par Philippe II (y compris Matos de Noroña) et 4 autres par Philippe III, c’est-à-dire 21 conseillers devenus évêques, soit 51,21 % de l’ensemble. Et, par exemple, Jean-Pierre Dedieu montre qu’aucun inquisiteur de Tolède n’est devenu évêque entre 1588 et 1620.

60Les nominations des inquisiteurs comme évêques ne suivent pas un rythme uniforme. Ce n’est pas seulement qu’elles dépendent des aléas des vacances épiscopales, dont le rythme est irrégulier, c’est surtout qu’elles dépendent du jeu des factions politiques à la Cour, ce qui explique la concentration des nominations épiscopales certaines années et, au contraire, leur raréfaction à d’autres moments.

61Somme toute, le Saint-Office apparaît comme un réservoir de canonistes pour les nominations épiscopales de Philippe II. Leur utilité politique à cet égard est évidente, notamment dans la Couronne d’Aragon. De plus, inquisiteurs et évêques savent qu’ils relèvent de la Couronne pour leur promotion. La conclusion peut-être la plus importante de notre étude est que, finalement, les trajectoires des Inquisiteurs et des évêques coïncident. L’usage que la Couronne fait du Patronage Royal transforme évêques et inquisiteurs en pièces d’un seul engrenage, celui de l’administration de la Monarchie. Pour le Patronage Royal, autant l’évêque que l’inquisiteur apparaissent comme des gouvernants. Il ne semble pas que les ecclésiastiques diplômés en Droit doivent choisir l’une ou l’autre institution, mais les deux font également partie de leurs perspectives de promotion communes. Épiscopat et Inquisition apparaissent comme l’exercice d’un service au Roi autant que comme un sacerdoce. Évêques et inquisiteurs deviennent des corps dirigeants d’encadrement religieux, social et politique qui travaillent dans le même sens et selon les mêmes principes : ceux de la Contre-Réforme et de la Couronne, qui coïncident dans ce processus appelé confessionalisation.

  • 26 Pastore, Stefania: op. cit., pp. 109-146. Au Portugal, en revanche, le rapport entre évêques et inq (...)

62Certes, à la fin de notre exposé certaines questions demeurent encore sans réponse. Il reste à déterminer, par exemple, l’influence que la présence d’inquisiteurs a pu avoir sur la façon d’exercer l’épiscopat. Tout d’abord pour ce qui est de l’aspect pastoral et juridictionnel, car des études récentes comme celles de Stefania Pastore26 pour le royaume de Grenade commencent à mettre en évidence que les rapports entre évêques et inquisiteurs n’ont pas toujours été faciles. Et dans l’aspect institutionnel : dans la Couronne d’Aragon, les évêques font partie des Cortès. Les anciens inquisiteurs devenus évêques ontils essayé de modérer l’attitude des autorités locales face au Saint-Office ? Ontils facilité l’implantation et l’enracinement du Tribunal dont ils avaient fait partie ? Il reste là encore un domaine pour la recherche, qui devra procéder forcément avec des sources locales.

Notes

1 Notamment les recherches de Stefania Pastore ; voir par exemple « Roma, il Concilio di Trento, la nuova Inquisizione : alcune considerazioni sui rapporti tra vescovi e inquisitori nella Spagna del Cinquecento », L’Inquisizione e gli storici : un cantiere aperto, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome, 2000, pp. 109-146.

2 García Cárcel, Ricardo; Moreno Martínez, Doris: Inquisición. Historia crítica, Temas de Hoy, Madrid, 2000, p. 33 ; Lea, Henry Charles : Historia de la Inquisición española, FUE, Madrid, 1983, vol. I, pp. 548-560 et 654-655.

3 Sur les études et les carrières habituelles des inquisiteurs et sur leur caractère, pour ainsi dire, de « fonctionnaires » : Bennassar, Bartolomé : L’Inquisition espagnole, xve-xixe siècle, Hachette, Paris, 1979, pp 82-91 ; Dedieu, Jean-Pierre, L’Administration de la Foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècle), Casa de Velázquez, Madrid, 1992, pp. 161-165 ; Contreras, Jaime, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia (Poder, sociedad y cultura), Akal, Madrid 1982, pp. 182-208 ; Rodríguez Bosné, J.R., « Perfil jurídico y social de los consejeros de la Suprema », in Escudero, José Antonio, éd., Perfil jurídico de la Inquisición española, Universidad Complutense, Madrid 1989, pp. 567-571 ; López Vela, Rorberto : « Sociología de los cuadros inquisitoriales », in Pérez Villanueva, J. ; Escandell Bonet, B., dir. : Historia de la Inquisición en España y América, BAC, Madrid, 1993, vol. II, pp. 669-840 ; Dedieu, Jean-Pierre : « El personal inquisitorial en el reinado de Felipe II », La monarquía de Felipe II a debate, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, Madrid, 2000, pp. 359-382 ; Moreno Martínez, Doris : « Los inquisidores, ¿hombres o demonios ? », en Carrasco, Raphaël, dir. : L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Ellipses, Paris, 2002, pp. 153-164.

4 Rawlings, H.E.: « The Secularisation of Castilian Episcopal Office Under the Habsburgs, c. 1516-1700 », Journal of Ecclesiastical History, 38, 1987, pp. 53-79. Barrio Gozalo, Maximiliano : « Los obispos de la Monarquía Española en el reinado de Felipe II (1556-1598) », en Las sociedades ibéricas y el mar a finales del siglo xvi, Sociedad Estatal Lisboa’98, Madrid, 1998, vol. II, pp. 255-284 ; del mismo autor, Los obispos de Castilla y León durante el Antiguo Régimen (1556-1834). Estudio socio-económico, Junta de Castilla y León, Valladolid, 2000 y « La jerarquía eclesiástica en la España Moderna. Sociología de una élite de poder (1556-1834) », Cuadernos de Historia Moderna, 25, 2000, pp. 17-59.

5 Voir aussi Barrio Gozalo, Maximiliano : « Burocracia inquisitorial y movilidad social. El Santo Oficio plantel de obispos (1556-1829) » en Prado Moura, A., coord. : Inquisición y sociedad, Valladolid, 1999.

6 Julio Caro Baroja a été le premier à signaler que pratiquement tous les inquisiteurs de l’époque moderne étaient des juristes et des clercs séculiers ; El señor inquisidor y otras vidas por oficio, Alianza, Madrid, 1968, pp. 20-21.

7 Martínez Millán, J. ; Sánchez Rivilla, T. « El Consejo de Inquisición (1483-1700) », Hispania Sacra, 73, 1984 ; Rodríguez Besné, J.R. : El Consejo de la Suprema Inquisición. Perfil jurídico de una institución, Madrid, 2000.

8 Fernández Terricabras, Ignasi. : « Por una geografía del Patronazgo Real : Teólogos y Juristas en las presentaciones episcopales de Felipe II », in Martínez Ruiz, Enrique ; Suárez Grimón, Vicente : Iglesia y Sociedad en el Antiguo Régimen, Université de Las Palmas de Gran Canaria et Asociación Española de Historia Moderna, Las Palmas, 1994, pp. 601-610. L’appareil statistique de cet article a été amputé lors de son édition.

9 Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone), État, 320, f. 45.

10 Archives Zabálburu (Madrid), 165, f. 130.

11 Portocarrero a été successivement évêque de Cordoue et de Cuenca, et Cobos, d’Ávila et de Jaén.

12 D’après Jean-Pierre Dedieu, qui utilise des limites chronologiques différentes des nôtres, 12 inquisiteurs de Tolède entre 1541 et 1587 sont arrivés à l’épiscopat au cours de leurs carrières ; Dedieu, Jean-Pierre : L’Administration […],op. cit., p. 163.

13 Pedro La Gasca, évêque de Sigüenza et de Palencia, et Tello de Sandoval, évêque d’Osma et de Plasencia, ont été chargés des premières tâches inquisitoriales au Pérou et au Mexique respectivement. Néanmoins, l’existence de tribunaux de district en Amérique est postérieure ; Huerga, A. : « La preinquisición hispanoamericana (1516-1568) », in Pérez Villanueva, Joaquín ; Escandell Bonet, Bartolomé, dir., op. cit., vol. I, p. 688.

14 Pour comprendre les limites du district, qui ne coïncident pas toujours avec les limites diocésaines ou politiques, voir Dedieu, Jean-Pierre ; Contreras, Jaime, « Estructuras geográficas del Santo Oficio en España », in Pérez Villanueva, Joaquín ; Escandell Bonet, Bartolomé, dir. : op. cit., vol. II, pp. 3-47.

15 Un exemple peut être relevé dans les Archives Historiques Nationales (Madrid), Consejos (désormais AHN, C), 15194-II, f. 7-IV.

16 Par exemple, AHN, C, 15189, f. 5 ou 19363, f. 1.

17 La plupart des inquisiteurs de la Couronne d’Aragon ne sont pas nés dans le royaume où ils sont inquisiteurs ; Monter, William : La otra inquisición. La Inquisición española en la Corona de Aragón, Navarra, el País Vasco y Sicilia, Crítica, Barcelone, 1992, p. 78 ; Moreno, Doris : « Las señas de identidad de los inquisidores de distrito : el Tribunal de Barcelona en el siglo xvi », Martínez Shaw, Carlos : Historia moderna, historia en construcción, Milenio, Lleida, 1999, vol. I, p. 475.

18 Voir les synthèses suivantes : García Cárcel, Ricardo, « La Inquisición en la Corona de Aragón », Revista de la Inquisición, 7, 1998, pp. 151-163 ; Pérez García, Pablo : « El Santo Oficio y la Corona de Aragón (1480-1568) », in Carrasco, Raphaël, éd. : L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Ellipses, Paris, 2003, pp. 190-204. Sur les cas concrets, Bada Elias, Joan : La Inquisició a Catalunya (segles xiii-xix), Barcanova, Barcelona, 1992 ; García Cárcel, R. : Herejía y sociedad en el siglo xvi. La Inquisición en Valencia, 1530-1609, Barcelona, 1980 ; Contreras, Jaime : « La Inquisición de Aragón : estructura y oposición (1550-1700) », Estudios de Historia Social, 1, 1977, pp. 113-141.

19 Martínez Millán, José ; De Carlos Morales, Carlos J. : Felipe II (1527-1598). La configuración de la Monarquía Hispana, Junta de Castilla y León, Salamanque, 1998, p. 306.

20 Juan de Zúñiga Flores (conseiller en 1586, qui deviendra évêque de Carthagène et inquisiteur général en 1600) ; Juan Vigil de Quiñones (conseiller en 1589, puis évêque de Valladolid en 1607 et de Ségovie en 1616) ; Juan Álvarez de Caldas (conseiller en 1589, évêque d’Oviedo en 1604 et d’Ávila en 1612) ; Pablo Laguna (conseiller en 1590, évêque de Cordoue en 1603). Nous ne comptons pas ici Pedro de Zamora, évêque élu de Calahorra en 1613, mort avant d’être confirmé à Rome. Un cas particulier est celui de Francisco Dávila, conseiller de l’Inquisition en 1583 devenu cardinal en 1596 sans être nommé à un diocèse espagnol.

21 Dedieu, Jean-Pierre : L’Administration […], op. cit., p. 163.

22 Moreno, Doris: « Las señas […] », op. cit., p. 481.

23 Rawlings, Helen E.: op. cit., p. 71.

24 Y compris Matos de Noroña, nommé évêque d’Elvas (Portugal).

25 AHN, C, 15189-II, f. 7.

26 Pastore, Stefania: op. cit., pp. 109-146. Au Portugal, en revanche, le rapport entre évêques et inquisiteurs a été marqué par la collaboration : Paiva, José Pedro : « Les évêques et l’Inquisition portugaise (1536-1613) », in Audisio, Gabriel ; dir. : Inquisition et pouvoir. Colloque international, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Table des illustrations

Titre Évêques juristes des Couronnes de Castille et d’Aragon qui ont été inquisiteurs
Légende C : Conseil de la Suprême InquisitionIG : Grand InquisiteurT : Inquisiteur d’un tribunal de districtFC : « Fiscal » (procureur) du Conseil de la Suprême Inquisition
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre DIOCÈSES OÙ DES INQUISITEURS SONT NOMMÉS ÉVÊQUES PAR PHILIPPE II
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TRIBUNAUX DONT LES ÉVÊQUES DES COURONNES DE CASTILLE ET D’ARAGON ONT ÉTÉ INQUISITEURS
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre ÂGE DES INQUISITEURS LORS DE LEUR PREMIÈRE NOMINATION ÉPISCOPALE
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Année de la première nomination d’inquisiteurs comme évêques
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/706/img-5.png
Fichier image/png, 16k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search