Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Glossaire

Texte intégral

1 N.B. Sont présents dans ce glossaire des termes qui n’ont pas d’entrée dans les dictionnaires usuels de la langue française (en italique), ou ceux dont l’acception dans cet ouvrage peut différer de celle présentée dans ces dictionnaires.

2 Acquis communautaire : Ensemble du corpus juridique de l’UE, qui est entièrement rétroactif pour les nouveaux entrants. L’acquis communautaire a notamment été complété avec des éléments de la politique frontalière durant les négociations d’adhésion de la Pologne.

3 Anadyade  : Voir dyade.

4 Bélarus/Biélorussie : Bien que les deux termes coexistent aujourd’hui dans le langage courant pour désigner le même État, leurs étymologies sont différentes, leur conférant ainsi des connotations divergentes. Le terme « Bélarus », que nous utilisons dans cet ouvrage, est dérivé de l’appellation médiévale « Ruthénie blanche », en latin alba ruthenia, qui désignait les territoires ruthènes « libres » de tout joug tatar. Sous la Russie impérialiste puis soviétique, le nom, par sa proximité phonétique (Rus’ et Rossija), s’est transformé en « Biélorussie », signifiant « Russie blanche », lui conférant une connotation relationnelle, voire coloniale avec l’État russe. Avec l’indépendance en 1991, les autorités bélarusses ont décrété le retour au nom originel de « Bélarus » pour désigner leur État. Aujourd’hui, les deux termes restent employés presque indifféremment dans le pays et dans le monde entier, participant à l’amalgame entre les mots « Rous » et « Russie ».

5 Boyards : Désigne les plus anciens membres de la noblesse russe, ukrainienne ou lituanienne.

6 Boug/Bug : Le Bug et le Boug sont deux cours d’eau prenant leur source en Ukraine. Le Boug (parfois appelé Boug méridional) prend sa source en Podolie et se jette dans la mer Noire. Le Bug (parfois appelé Boug occidental) prend sa source en Galicie orientale et se jette dans le Narew. Une partie de son cours marque la frontière entre la Pologne et le Bélarus.

7 Catadyade  : Voir dyade.

8Cosaques : Mot dérivé du turc qazaq, signifiant « aventurier, homme libre ». À l’origine les cosaques étaient des mercenaires tatars recrutés par le duc lituanien Wiltold pour la défense des fortins de la frontière sud-est. Peu à peu, ce sont des paysans et hors-la-loi slaves qui les remplacent et se fixent sur les rives du Dniepr. Les cosaques seront utilisés par les pouvoirs polonais et russe pour la défense de leurs frontières, notamment contre les Tatars, en échange de certains privilèges.

9 Confins : Terme très employé à l’époque médiévale, pendant laquelle il désignait un espace plus ou moins large et plus ou moins flou situé entre deux États riverains. Avec la linéarisation des frontières, son usage est un peu tombé en désuétude. Dans son acception contemporaine, le terme peut être à la fois synonyme de zone-frontière, ou d’espace périphérique. Voir kresy.

10 Coopération transfrontalière : Action visant à renforcer les liens de voisinage entre deux territoires séparés par une frontière étatique.

11 Curzon (ligne) : Ligne de démarcation proposée le 8 décembre 1919 par le ministre des Affaires étrangères britannique, Georges Curzon, pour séparer la Pologne et la Russie. Selon son inventeur, elle a été tracée pour respecter au mieux le principe des nationalités.

12 Déluge : Voir potop.

13 Démembrement territorial : Dans l’historiographie polonaise, cette expression (en polonais « rozbicia dzielnicowego ») désigne la période féodale d’émiettement du Royaume, généralement comprise entre 1138 (date de la mort de Bolesław III et du partage du Royaume entre ses fils) et 1306 (date à laquelle Władysław le Bref devient duc de Cracovie).

14 Diète : Sejm en polonais. Chambre basse (parlement) polonaise. Avant le xxe siècle le terme recouvrait l’ensemble formé par les deux chambres polonaises : le sénat et la chambre des députés.

15 Dyade  : Tronçon de frontière commun à deux États contigus. Terme consacré par Michel Foucher dans son ouvrage Fronts et frontières (Foucher, 1991, p. 15). À titre d’exemple, la Pologne compte sept dyades terrestres avec la République tchèque (796 km), la Slovénie (541 km), l’Ukraine (535 km), l’Allemagne (467 km), le Bélarus (418 km), la Russie (210 km) et la Lituanie (104 km). La frontière maritime du pays peut elle aussi se décomposer en cinq dyades maritimes avec l’Allemagne, le Danemark, la Suède, la Lituanie et la Russie, si l’on considère la limite des zones maritimes sous juridiction. En 2002, Stéphane Rosière a créé trois néologismes en ajoutant un préfixe à dyade, pour répondre au besoin de hiérarchisation des frontières dans un contexte politique européen marqué à la fois par une intégration à un niveau supra-étatique et une délégation de pouvoirs à l’échelle infra-étatique. Ainsi, une anadyade correspond à l’enveloppe extérieure d’une organisation supra-étatique intégrée comme l’UE ou l’espace Schengen, une mésodyade à une frontière étatique à l’intérieur d’un tel espace et une catadyade aux divisions administratives infra-étatiques ayant le plus d’importance (Rosière, 2002, p. 52).

16 Effet de barrière : Obstacle à la diffusion de biens, d’idées, ou de phénomènes sociaux. Cet obstacle peut être de nature physique, politique (frontière migratoire, différences de systèmes administratifs), économique (barrières douanières), culturelle (isoglosses, frontières religieuses), ou sociale.

17 Effet de tunnel : Dynamique économique qui a pour conséquence de diriger les principaux flux économiques directement vers les grandes métropoles, sans que les régions frontalières puissent en profiter. Cet effet s’observe par exemple après 2004 sur la frontière germano-polonaise lorsque les flux économiques s’intensifient et se concentrent vers les grandes métropoles polonaises.

18 Enclave/Exclave : Le terme exclave désigne un territoire séparé du territoire principal de son État d’appartenance par d’autres États (ou espace maritime). Par opposition, le terme d’enclave s’utilise pour désigner ce même territoire, lorsqu’il est considéré par le ou les États qui l’entourent.

19 Eurorégion : Structure administrative transfrontalière dont le cadre spatial s’étend sur le territoire de subdivisions territoriales contiguës de plusieurs États européens. La Commission européenne, par le biais de la politique régionale, soutient les eurorégions, dont l’objectif est de développer la coopération transfrontalière.

20 Gmina  : Littéralement « commune » en polonais.

21 Gród  : Mot slave signifiant « fortin » et désignant à partir du viie siècle une construction défensive faite de palissades de bois, habitée ou non, et construite le plus souvent sur un endroit naturellement difficile d’accès.

22 Hetman : Mot d’origine germanique (dérivé de Hauptmann, souvent traduit par « capitaine », haupt signifiant « principal » et Mann « homme ») qui désigne un général en chef dans l’armée polono-lituanienne. À partir du xviie siècle, ce titre s’emploie également pour le chef des Cosaques enregistrés, se substituant alors à celui de starchyï.

23 Hetmanat : Territoire administré par l’hetman.

24 Horogenèse  : Néologisme consacré par Michel Foucher en 1991 dans son ouvrage Fronts et frontières défini comme le « processus de formation d’une frontière », dont l’étude est une partie constituante de la limologie.

25 Hryvnia : Monnaie ukrainienne depuis 1996 (et aussi de 1918 à 1920).

26 Hystérésis  : Rémanence des effets d’un phénomène après la disparition de la cause l’ayant produit.

27Indice de littoralité : Selon Stéphane Rosière, « rapport existant entre la longueur des frontières littorales et la longueur totale de l’enveloppe frontalière d’un État » (Rosière, 2008, p. 154).

28 Isoglosse  : Ligne qui sépare deux ensembles linguistiques distincts.

29 Junker  : Au Moyen Âge, membre de la noblesse féodale terrienne prussienne. Les junkers ont souvent participé à la colonisation des terres et à la christianisation orientales.

30 Kresy  : Pluriel du mot dérivé du polonais kres (bout), que l’on pourrait ici traduire par zone-frontière, ou confins. À l’époque moderne, ce terme servait à désigner exclusivement les frontières orientales de la Rzeczpospolita. Il est encore utilisé depuis 1945, mais il peut alors prendre alors une dimension historique, voire nostalgique ou poétique.

31 Krzyżacy  : Littéralement « croisés » en polonais. Nom donné aux chevaliers teutoniques en raison de leur signe distinctif, une large croix noire représentée sur leurs manteaux blancs.

32 Kyiv : Appellation préférée à celle de « Kiev » dans cet ouvrage, « Kyiv » est la translitération ukrainienne officielle dans alphabet roman de l’ukrainien « Київ » depuis 1995.

33 Lachy  : Pluriel de « polonais » en vieux slave, dérivé du nom du groupe linguistique auquel appartient le polonais « Lechite ». Encore utilisé actuellement dans certaines langues slaves, ce mot a aujourd’hui cependant un fort caractère péjoratif.

34 Liberum veto  : Droit de chaque noble de faire barrage à une décision de la diète, l’unanimité étant la règle.

35 Limes  : Terme latin pouvant se traduire à la fois comme « sentier » ou « limite ». C’est le terme employé a posteriori par les historiens pour qualifier le système de fortifications présentes sur certaines des frontières de l’Empire romain. Aujourd’hui, il désigne par analogie une frontière caractérisée par un système de protection — militaire ou douanier.

36 Limologie  : Science ayant pour objet l’étude des frontières (du latin limes). Terme consacré par Henri Dorion en 1963.

37 Linéarisation : La « linéarisation » d’une frontière est l’inscription d’une ligne-frontière dans un espace frontalier. Bien souvent, cette « linéarisation » se matérialise d’abord sur une carte avant de se concrétiser sur le terrain.

38 Ligue prussienne : Ligue créée par une partie de la noblesse et des villes de Prusse le 14 mars 1440 à Marienwerder dans le but de participer à l’administration de l’État teutonique. Elle demande en 1454 la protection du roi de Pologne suite à sa dissolution le 1er décembre 1453 par l’empereur.

39 Litas : Devise officielle de la Lituanie depuis 1993, et entre 1922 et 1941.

40Margrave : Titre donné dans l’Empire allemand au gouverneur d’une marche. Le margrave a entre autres fonctions de protéger le territoire de l’Empire en étant gardien de sa frontière.

41 Mésodyade  : Voir dyade.

42 Mrówki, Moravie  : Mots signifiant « fourmi » en russe et en polonais, désignant familièrement les navetteurs (voir aussi tchelnoki) effectuant des allers-retours par delà une frontière, pour en tirer, en jouant sur le différentiel de niveau de vie, un profit économique.

43 Neisse : Deux rivières qui se jettent dans l’Oder portent le nom de Neisse. La Neisse de Lusace (en polonais : Nysa Łużycka) prend sa source dans le nord de la République tchèque et se jette dans l’Oder 20 km en amont de Francfort-sur-l’Oder. Elle marque, peu après sa source, la frontière avec l’Allemagne. La Neisse de Kłodzko (en polonais Nysa Kłodzka) prend sa source près de la ville du même nom, dans le sud de la Pologne et se jette dans l’Oder entre Opole et Wrocław.

44 Nihil Novi  : Forme abrégée de Nihil novi nisi commune consensu, signifiant en latin « rien de nouveau sans le consentement commun ». Titre de l’acte adopté le 3 mai 1505 par le parlement polonais à Radom. Signé par le roi Alexandre Ier Jagellon, cet acte est retenu comme celui établissant la « République des nobles ».

45 Nouveaux territoires : Voir « territoires recouvrés ».

46 Oblast  : Nom parfois traduit à tort comme région. Il correspond dans certains pays slaves, à une division administrative de premier niveau, comme en Russie, en Ukraine ou au Bélarus.

47 Ostflucht  : « Vol venant de l’est ». Mouvement migratoire enclenché dans les années 1850, de l’est des territoires allemands (Silésie, Posnanie et Prusse) vers l’ouest (principalement la Ruhr en pleine industrialisation).

48 Otaman : Titre des chefs militaires cosaques, dont le nom a dérivé du vieux turc (ata signifiant « père »), à l’époque « proto-cosaque » de mixité turco-slave.

49 Partition : Division politique d’un territoire étatique en plusieurs ensembles, de façon volontaire ou imposée. Par extension, on désigne aussi comme partitions les portions du territoire ainsi divisé. Dans le cas des partitions de la Pologne, le mot peut avoir un double sens : au sens large, il désigne l’ensemble des territoires sous le contrôle direct ou indirect d’un État occupant ; au sens strict, le territoire directement incorporé dans cet État. À titre d’exemple, le Royaume du congrès est exclu de la seconde acception. Dans le cas de la Pologne, ce terme est préféré à celui de « démembrement », qui correspond dans l’historiographie à la période d’émiettement féodal.

50 Physiotomie  : Néologisme consacré par Jean-Christophe Gay dans son ouvrage Les discontinuités spatiales, pour caractériser une délimitation « s’appuyant sur les éléments naturels ».

51Podregion : « Sous-région ». Échelon statistico-administratif de niveau NUTS-3 en Pologne, constitué de regroupements de powiats.

52 Polanes : Peuple slave établi sur les rives de la Warta à l’issue des migrations slaves. Ce mot dérive du slave pole signifiant « le champ », « la plaine » et qui donna ensuite son nom à la Pologne.

53 Politique frontalière de l’UE : Par cette expression, nous faisons référence dasn cet ouvrage à l’ensemble des politiques communautaires ayant trait aux frontières internes ou externes de l’Union. Nous faisons donc aussi bien référence à la politique douanière, à la politique migratoire, à la politique européenne de voisinage qu’aux programmes communautaires spécifiques aux frontières, comme le PIC Interreg.

54 Possibilisme  : Terme consacré par l’historien Lucien Febvre à partir des travaux critiques de Paul Vidal de La Blache au sujet du déterminisme géographique. Ces travaux visent à affirmer qu’un même espace physique peut être mis différemment en valeur selon la société humaine qui l’occupe.

55 Potop  : Mot signifiant en polonais « déluge », qui désigne dans l’historiographie polonaise la période de la fin du xviie siècle qui vit une série de menaces extérieures s’abattre simultanément sur le pays en l’affaiblissant considérablement. Généralement, cette période est comprise, dans le sens le plus large, entre le soulèvement cosaque de 1648 et le traité d’Androussovo (1667), ou plus strictement pendant la guerre polono-suédoise de 1655 à 1660, qui vit la quasi-totalité de l’État polono-lituanien envahi par les armées étrangères.

56 Powiat  : Créé au xive siècle, le powiat est une circonscription territoriale déconcentrée, à la tête de laquelle se trouve le staroste, représentant direct du roi. Supprimés en 1975, ils ont été rétablis avec la réforme territoriale de 1999. Le powiat est depuis une collectivité territoriale, d’échelon intermédiaire entre la voïvodie et la gmina (commune). Le découpage administratif en Pologne distingue 308 powiats ruraux et 65 powiats urbains (ces derniers étant des communes ayant le statut de powiat). Le powiat correspond à l’échelon L’U-1, anciennement NUTS-4.

57 Pradoliny  : Pluriel du polonais pradolina. Anciennes moraines frontales s’étendant au centre de la Pologne qui forment aujourd’hui des « chenaux glaciaires » que suit le réseau hydrographique d’est en ouest avant de trouver une trouée vers la Baltique.

58 Rada  : Littéralement « conseil », assemblée cosaque.

59 Raïon (ou raion) : Translitération de langues slaves désignant une division administrative de certains pays d’Europe orientale (parfois dotée d’une autorité politique), le plus souvent de deuxième niveau (parfois de premier niveau dans les États de petite taille). Le terme rajonas est utilisé pour le même usage en Lituanie.

60Region : Échelon statistico-administratif correspondant au niveau NUTS-1 en Pologne, constitué d’un regroupement de voïvodies. Pour éviter toute confusion avec les régions françaises, la region sera traduite par « région statistique » dans cet ouvrage.

61 Rous (ou Rus’ ) : Voir Ruthénie.

62 Ruthénie (ou Rus’, Rous) : Terme désignant les anciens territoires de la Rous de Kyiv, Directement dérivé du latin Ruthenia qui s’employait au Moyen Âge en traduction de Rous.

63 Rzeczpospolita  : Mot issu du latin res publica qui se traduit aujourd’hui par « république », la république de Pologne se disant en polonais Rzeczpospolita Polska. Le mot a aussi été utilisé pour désigner l’État polono-lituanien (« royaume de Pologne et grand-duché de Lituanie ») entre les xvie et xviiie siècles (Première république) et la Pologne de l’entre-deux-guerres (Deuxième république), la Troisième république ayant débuté en 1990. Cependant, dans le cas de la Première république, la Rzeczpospolita désigne avant tout la « communauté » (dans le sens de l’anglais Commonwealth) entre la Pologne et la Lituanie, autre traduction possible du latin res publica. Cette Première république est également appelée en français « République des Deux Nations » (Rzeczpospolita Obojga Narodów) ou « République des nobles » (Rzeczpospolita szlachecka). Aujourd’hui, Rzeczpospolita est aussi le titre d’un grand quotidien polonais.

64 Samogitie : Région côtière de Lituanie comprise entre la Courlande et le Niémen.

65 Sanacja  : Littéralement « assainissement », nom du programme politique de Piłsudski.

66 Sarmate : Ancêtre mythique de la noblesse polonaise, supposément originaire du Caucase ou des rivages de la mer Noire.

67 Sitch : Centre du pouvoir cosaque, où siège le rada (conseil), dirigé par le hetman.

68 Smart borders  : Signifiant littéralement « frontières intelligentes », cette expression a été formulée par le gouvernement étasunien au lendemain des attentats du 11-Septembre. Le plan d’action du même nom, établi en décembre 2001 entre le Canada et les USA, a pour but de répondre à deux caractéristiques majeures des frontières étatiques modernes des USA : l’augmentation des flux et le besoin accru de contrôler et sécuriser ces mêmes flux.

69 Starchyï : Titre créé en 1572 par le roi Stéphane Báthory, signifiant littéralement « aîné ». Le starchyï est reconnu ou nommé par le roi pour commander le régiment des Cosaques enregistrés.

70 Staroste : Représentant direct du pouvoir central dans une voïvodie (ou un powiat).

71Statogenèse : Néologisme désignant le processus de création d’un État.

72 Synapse : En anatomie, la synapse est l’élément assurant la connexion entre deux neurones. Roger Brunet propose en 1990 une métaphore désignant « tout lieu de communication géographique, d’échange, de transbordement, et mieux, de transfert ».

73 Szlachta  : Noblesse polonaise, comprenant, dans l’appellation courante, à la fois les magnats et la petite noblesse.

74 Tchelnoki  : « Navetteur » en russe. Voir également Mrówki, Moravie.

75 Territoires recouvrés, ou territoires de l’Ouest, nouveaux territoires : Nom donné après 1945 aux territoires cédés par l’Allemagne vaincue à la Pologne. La forme « Territoires de l’Ouest », bien qu’incorrecte puisqu’elle ne correspond pas à la Mazurie, est cependant plus neutre politiquement que celle de « Territoires recouvrés », qui s’est imposée dans la Pologne socialiste pour légitimer le « retour » de ces territoires ayant appartenu à la Pologne au xe siècle.

76 Tomogénie  : Néologisme employé par Jean-Christophe Gay dans son ouvrage Les discontinuités spatiales et désignant « le processus de création des limites » et de ce fait plus englobant que le terme horogenèse, se rapportant exclusivement aux frontières.

77 Tripoint (ou Point triple, Triplex confinum) : Point (et par extension région) où convergent les dyades de trois États contigus.

78 Tutejsi  : Terme signifiant littéralement « d’ici ». Il a été utilisé dans l’entre-deux-guerres par des populations rurales habitant aux confins de la Pologne et de l’URSS pour distinguer leur langue, proche du bélarusse, du polonais. Le terme tutejsi est notamment utilisé dans le recensement national polonais de 1931, lors duquel il est préféré à celui de « langue » bélarusse dans la voïvodie de Polésie.

79 Uniate (Église) : (ou « catholique orientale », « gréco-catholique »). Église consacrée par l’Union de Brest en 1596, de rite oriental, mais reconnaissant la primauté papale.

80 Uti Possidetis  : « Comme vous avez possédé ». Principe du droit international issu du droit romain, accordant par un traité international la propriété d’un territoire à l’État qui le contrôle effectivement à la fin d’un conflit, malgré l’existence de traités ou de revendications antérieurs.

81 Vertex (ou Turning point) : Signifiant « sommet » en latin, c’est le point à partir duquel le tracé d’une frontière change brusquement de direction (ou/et parfois également de principe de délimitation).

82 Ville-doublon, ou ville-doublet : Ville ayant fait l’objet d’un partage entre deux États à la suite de l’établissement du tracé d’une frontière internationale au sein des limites communales. On en dénombre quatre sur les frontières polonaises. Une est située sur la dyade tchèque : Cieszyn/Český Těšín, divisée au lendemain de la première guerre mondiale et trois sur la dyade allemande depuis 1945 : Słubice/Francfort-sur-l’Oder, Gubin/Guben et Zgorzelec/Görlitz.

83 Voïvodie : Du polonais Województwo. Désigne les 16 régions polonaises tracées lors du découpage administratif de 1999 et correspondant à l’échelle administrative européenne NUTS-2

84 Zaporogues : De l’ukrainien za (au-delà ») et poróhy (« rapides »). Désigne initialement les Cosaques établis sur le bas-Dniepr. Cette appellation désigne ensuite tous les Cosaques d’Ukraine, enregistrés ou non.

85 Złoty  : « doré ». Nom de la monnaie polonaise depuis son établissement en 1526, en remplacement du Groszy. Le Grosz est aujourd’hui le centime du Złoty.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search