Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Postface

Texte intégral

1Plusieurs évènements majeurs se sont déroulés depuis la fin de la rédaction de l’ouvrage, en janvier 2011 et questionnent en profondeur les politiques communautaires de voisinage et de sécurisation des frontières externes de l’Union européenne. Cela nous invite donc à affiner certains points abordés dans cet ouvrage.

2Depuis 2011, le « printemps arabe », la guerre civile en Syrie, puis l’établissement d’un pseudo « État islamique » au Moyen-Orient ont mis l’Union européenne sous forte pression migratoire, dans un contexte de menace terroriste. Cette « crise des réfugiés » a mis en évidence l’absence de vision et de capacité de décision de l’UE au sujet de sa politique migratoire (incapacité à définir ou non des quotas de migrants et une clef de répartition des réfugiés) et les limites de la solidarité entre les États membres (la Grèce, l’Italie et la Hongrie supportant de fait la majorité des demandes d’asile, en vertu de l’accord de réadmission vers l’État de premier enregistrement). Elle pointe également l’inefficacité et l’incohérence des dispositifs de sécurisation de la frontière (assurés par l’agence Frontex) et d’accueil de réfugiés.

3Face à cet échec à la fois humanitaire, sécuritaire et politique, plusieurs États membres ont choisi le repli, en gérant de façon distincte l’afflux de migrants et de réfugiés et/ou en rétablissant, pour des raisons sécuritaires ou migratoires, les contrôles frontaliers sur leurs frontières internes de l’UE. Dans l’urgence, la réponse de l’UE est de renforcer son agence de contrôle des frontières extérieures en la dotant de plus de moyens et de compétences. Depuis octobre 2016, l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex) est devenue « l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes ». Ce changement de nom marque la volonté de ne plus seulement gérer la coopération entre les garde-frontières des États membres, mais d’assumer directement les missions de contrôle et de sécurisation de la frontière externe. Sur ce point, le transfert de compétence s’est heurté à la volonté des États d’assurer conjointement la sécurisation de leurs dyades aux côtés de l’agence européenne et de ne pas lui déléguer intégralement cette mission régalienne.

4En Ukraine, les mouvements de balancier du pouvoir politique, entre pouvoir pro-occidental favorable à une adhésion à l’UE et pouvoir pro-russe favorable à un rapprochement stratégique avec la Russie ont eu raison, au moins pour un temps, de l’unité de l’État. Fin 2013, la tentative de rapprochement avec la Russie, pour rejoindre l’union douanière russe, au détriment de l’accord d’association négocié avec l’UE depuis 2009, a conduit à la destitution contestée du pouvoir en place, puis déclenché en peu de temps une succession d’évènements (insurrection pro-russe dans les régions orientales, soutien diplomatique, puis militaire de la Russie à cette insurrection, annexion de la Crimée, conflit larvé dans le Donbass), dont les conséquences étaient presque impensables quelques mois auparavant : une nouvelle guerre aux portes de l’Europe.

5La Russie, fidèle à sa doctrine, s’appuie sur ses minorités dans son « étranger proche », pour guider et légitimer son interventionnisme dans ces territoires, où elle affirme son droit d’ingérence, en profitant de l’attentisme de la communauté internationale. L’Histoire est encore invoquée à des fins territoriales, pour justifier le « retrait » de la Crimée, offerte en 1954 par la République socialiste soviétique de Russie à la république socialiste soviétique d’Ukraine. Le principe d’intangibilité des frontières issues de la seconde guerre mondiale est battu en brèche, sous le regard des « observateurs » internationaux, ONU, US et UE en tête. L’Ukraine, « pays des confins », perd ainsi une de ses composantes, avec ces régions en majorité russophones, et souvent russophiles. Son équilibre territorial et ses fondations nationales s’en trouvent atteints, mais plus encore son avenir politique : ce pays pourra-t-il éviter l’écartèlement entre un rapprochement à l’UE (qui reste d’actualité) et un rattachement durable de la Crimée, voire du Donbass à la Russie

6Cette situation entérine l’échec de la politique de voisinage de l’UE depuis le dernier grand élargissement (2004-2007). L’Union européenne, si elle veut installer la prospérité sur ses marges, doit désormais repenser cette politique frontalière de voisinage pour qu’elle puisse générer de la prospérité et de la stabilité, autrement qu’avec la logique de chaînage des élargissements qui prévalait jusqu’alors. Faute de poids politique, par manque de clarté de son projet territorial, par la faiblesse de son poids sur la scène diplomatique — et militaire —, l’Union européenne n’a malheureusement pu être qu’un observateur de l’annexion russe, laissant à la Pologne et à la Lituanie la place de soutiens les plus efficaces de l’Ukraine sur la scène internationale.

7Ces deux crises majeures plaident en faveur d’un re-questionnement et d’un affermissement du projet (politique, diplomatique, militaire) de l’Union européenne, dans un contexte qui conduit, à juste titre, de plus en plus de populations à l’euroscepticisme. La politique frontalière tient ici un rôle clef, avec la nécessité, pour être enfin efficace, d’intégrer dans un même organe de décision ses composantes migratoires, sécuritaires, douanières et de développement des marges, en vue d’une cohérence globale. À travers ce projet, c’est la frontière de l’UE (dans toutes ses dimensions), qui reste encore à inventer.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search