Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Conclusion : Quo vadis, Polonia ?

Texte intégral

Il serait futile de prétendre qu’il existe une science exacte des frontières ou qu’elle ait des chances quelconques de naître à l’avenir.
Georges Curzon, Frontiers : the roman lecture, 1908. Cité
par Manfred Lachs (Lachs, 1964, p. 73).

  • 1 Expression empruntée à Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne (1985-1995).

1L’Union européenne a profondément modifié le statut et la fonction des frontières des États participant à la construction de ce vaste « marché commun » devenu au fil du temps un « objet politique non identifié1 ». Cette promotion politique, même incomplète en termes d’exercice de la souveraineté, a impliqué pour les États qui en sont membres, un lent et difficile transfert de certaines de leurs compétences régaliennes vers l’échelle supranationale. Le domaine de la politique frontalière est celui pour lequel la délégation des pouvoirs à l’échelle communautaire est la plus aboutie. Cette politique frontalière implique, nous l’avons montré au cours de notre étude, une double logique d’ouverture interne et de fermeture externe, qui modifie forcément l’équilibre régional de la Pologne, dont le territoire se trouve aujourd’hui à cheval sur cette double dynamique continentale.

1 La stabilisation récente des frontières

2Au cœur du dernier conflit mondial, encore contestées il y a peu, les frontières de la Pologne ne souffrent plus, aujourd’hui, de l’instabilité politique chronique qui a caractérisé leur histoire. Dans cet ouvrage, nous avons pu mettre en évidence deux raisons principales à la stabilisation récente des frontières, phénomène inédit en Pologne.

1.1 Un tracé imposé mais pérenne

  • 2 Cet épisode de la négociation entre Churchill et Staline a été décrit par Norman Davies (Davies, 19 (...)

3Le tracé moderne des frontières de l’État polonais s’est effectué sans négociation formelle ou consultation des peuples intéressés et de leurs dirigeants politiques. Marchandé à coups d’allumettes sur une carte par Churchill2, mais élaboré de facto par le seul Staline qui s’est servi de cette question pour appuyer ses propres revendications territoriales, ce tracé est lors de sa mise en place largement contesté. Pourtant, il est aujourd’hui unanimement reconnu comme intangible. Deux facteurs principaux expliquent cette évolution, à première vue paradoxale. Tout d’abord, le choix du tracé fait en 1945 s’est accompagné, avec l’accord des alliés, de déplacements massifs de populations de manière à faire coïncider pour l’essentiel les nouvelles frontières politiques avec les aires d’implantation des nations disposant d’un État. Ce bouleversement territorial majeur s’est accompagné de multiples drames humains, de nos jours encore source de tensions. Cette migration forcée a pourtant été aussi à l’origine de la stabilité géopolitique du tracé moderne de ces frontières. À l’issue de cette « translation vers l’ouest », Staline a veillé à verrouiller toute revendication territoriale en accordant aux États déplacés vers l’ouest un gain territorial difficilement défendable en dehors de cette logique d’ensemble (la Galicie orientale à l’Ukraine, la Silésie et la Poméranie occidentales à la Pologne). Cette « logique de chaînage » est fondamentale pour comprendre le statu quo frontalier établi depuis la seconde guerre mondiale.

1.2 L’Union européenne : « critique des fronts, éloge des frontières3 »

  • 3 Foucher, 1991, p. 544.

4Les périodes de « crise économique », telle celle que nous avons connue après 2008, sont toujours des épisodes durant lesquels les tensions nationalistes et les revendications territoriales s’exacerbent : c’est une constante géopolitique. Au cœur de l’Europe institutionnelle, la Belgique, un temps menacée d’éclatement, en est l’un des exemples les plus symboliques de notre époque. En déléguant leur politique frontalière à l’échelle communautaire de l’UE, les États membres de cette institution ont réussi, par le jeu d’un bien commun à mettre en valeur, à dépasser leurs animosités récurrentes réciproques. Le rôle de l’UE apparaît bien là comme « stabilisateur », gage de paix et de stabilité collective. Cet objectif de paix et de stabilité frontalière, souvent oublié, était pourtant cité comme base de la construction européenne par Robert Schuman dans la Déclaration du 9 mai 1950 qui déboucha sur la création de la CECA.

5Pour certains spécialistes de géopolitique, le caractère dit « pérenne » ou « définitif » de la frontière semble illusoire dans la mesure où « la frontière vit de leur vie [des États], est plus mouvante que stable, plus souple que rigide, plus éphémère que permanente » (Ancel, 1938). Est-ce alors faire preuve de naïveté ou d’amnésie que de poser la question d’une « frontière définitive » En fait, la mise en place d’organisations régionales pluriétatiques, telles que l’UE, a amené la formation d’anadyades qui permettent de reporter cette logique de mobilité à l’échelle continentale et par là même de stabiliser les fronts étatiques hérités de la seconde guerre mondiale, aujourd’hui devenus des mésodyades, à l’exemple de l’Oder-Neisse.

6Un nouveau modèle géopolitique de la frontière s’est érigé en Europe en même temps que la construction de l’UE (puis de l’intégration de la convention de Schengen dans celle-ci). Il contribue à dépasser le rôle traditionnel des frontières que nous connaissions, en tant que trame principale d’organisation de l’espace politique. Précédemment, des États regroupés en entités régionales supra-nationales, à vocation essentiellement économique (ASEAN, ALENA, MERCOSUR) avaient déjà réussi à établir des frontières communes sur ces entités et à dévaluer certains aspects de leurs frontières internes, dans des domaines précis. L’originalité de l’UE est d’avoir réussi à dévaluer de façon presque complète ses frontières migratoires et douanières internes, en ayant obtenu un transfert important de ces compétences. De cette manière, les frontières internes de cet ensemble apparaissent neutralisées.

7Cependant, la construction européenne, fidèle à sa devise « unie dans la diversité », ne remet pas en cause les autres rôles des frontières étatiques. Les frontières culturelles, supports d’identités collectives, continuent d’exister, voire d’être revendiquées. Ainsi, la construction européenne ne s’effectue pas sur le plan intérieur par une disparition des frontières nationales, mais bien par une dévaluation politique partielle. Les frontières entre les États membres conservent ainsi toute leur dimension nationale, identitaire, symbolique et imaginaire. Pour Michel Foucher,

ce n’est donc pas un « sans frontière » qui doit être affiché, car ces contours gardent leur vertu de code d’identité nationale, mais un « au-delà des frontières ». (Foucher, 2007)

2 La cohérence territoriale par l’ouverture des frontières

8L’ouverture des frontières est une notion indispensable en vue d’une cohérence territoriale. Le 21 décembre 2007, lors de l’ouverture de la frontière Schengen, des milliers de personnes traversent les frontières désormais « invisibles » séparant la Pologne de ses voisins de l’UE. En faisant ainsi, elles prennent conscience — et possession — d’un territoire commun. Cette dernière barrière politique levée, la frontière perd une partie de sa dimension symbolique en tant que « limite inviolable de territoire », dimension qui est désormais reportée sur les marges de l’UE. Cette disparition symbolique de la frontière permet enfin d’envisager la gouvernance des espaces transfrontaliers, qui est désormais encouragée par l’UE.

2.1 La réduction des discontinuités politiques et économiques

9Dans les régions frontalières que nous avons eu l’opportunité d’étudier, la situation économique et sociale s’est avérée très instable, en raison des changements géopolitiques qui se sont déroulés durant cette période, mais aussi parce que ces espaces ont à assumer une fonction d’interface. Ils sont donc très sensibles aux changements politiques (politique douanière, mise en place de visas...) et économiques (conjoncture nationale, fluctuation des taux de change monétaires).

10L’intégration européenne a permis l’ouverture des frontières entre les États membres et l’avènement d’une politique régionale ayant pour finalité de faire converger au plan économique les territoires situés de part et d’autre des frontières internes. Cette convergence économique participe pleinement à la dynamique de territorialisation de l’UE, par la mise en place de nouveaux réseaux qu’elle implique. Ce faisant, elle répond bien à l’affirmation de Kevin Cox : « Capitalist development is a highly territorializing process » (2002).

11Lors de nos enquêtes de terrain, nous avons montré que l’établissement de contacts économiques individuels, puis plus développés, était une première étape nécessaire pour l’apaisement des tensions liées à la frontière, favorisant ensuite un rapprochement institutionnel et culturel. Le processus d’intégration de la Pologne à l’UE, et l’ouverture concomitante des frontières ont ainsi joué un rôle prépondérant dans la réconciliation polono-allemande. Avec la stabilité apportée par l’UE et leur convergence politico-économique, ces espaces peuvent désormais envisager leur gouvernance transfrontalière.

2.2 De la ligne à la zone : vers une gouvernance transfrontalière ?

12Parce qu’il appartient à deux États, l’espace transfrontalier reste avant tout tributaire de l’échelle supra-nationale, c’est à dire ici européenne (UE) pour son développement (Wackermann, 2003). Comme nous l’avons montré, la gouvernance transfrontalière régionale ou locale pose d’abord un problème de collision de niveaux car les compétences en matière de politique frontalière sont traditionnellement concentrées au niveau étatique. La pyramide des pouvoirs et des découpages administratifs, telle qu’elle est pensée dans l’Union européenne, ne laisse actuellement pas de place à la gouvernance des espaces transfrontaliers autrement qu’à l’échelle supra-nationale. Les seules entités transfrontalières existant à ce jour dans l’UE, l’eurorégion et le GECT, ne possèdent de ce fait pas encore de pouvoir politique propre.

13La relance de la gouvernance territoriale par l’UE s’effectue dans une période où les eurorégions semblent ne plus pouvoir répondre à cette problématique. L’expérience sur les frontières polonaises a montré que le territoire ne peut s’imposer « par le haut », pas plus que sa gouvernance. En vue de leur réussite, les entités de gouvernance transfrontalière devraient s’appuyer sur des territoires historiques, linguistiques ou économiques déjà constitués, bien reconnus et délimités. La gouvernance de territoires transfrontaliers préalablement bien définis, comme celui du duché de Cieszyn dans le cadre de l’eurorégion Silésie de Cieszyn ou celui de l’aire urbaine de Francfort/Słubice, aura dans les faits plus de chances de réussir que celle de territoires composites comme le sont les eurorégions de l’Est polonais.

14La notion de gouvernance transfrontalière dans l’UE s’apparente pour l’instant à la formation de « territoires tiers » entre deux États, ne contestant pas les bases de ses identités nationales constituantes, ni leurs pouvoirs politiques. De la même façon que les États européens ont longtemps été réticents pour déléguer une partie de leurs pouvoirs régaliens à une entité supra-étatique, ils sont désormais hésitants à faire de même au profit d’entités infra-étatiques dont une partie de la légitimité et du pouvoir viendrait aussi d’autres États. C’est aujourd’hui le rôle de l’UE que d’encourager ce transfert de compétences « vers le bas ». De la même façon que la construction de l’UE a été un processus lent et graduel, cette gouvernance transfrontalière se fera « à petits pas », comme par exemple dans le laboratoire que constitue la ville-doublon de Francfort-Słubice.

3 La sécurité territoriale par la fermeture des frontières ?

15Nous avons démontré que les deux objectifs principaux de la politique frontalière de l’UE, le développement de la coopération transfrontalière d’une part, la sécurisation des flux d’autre part, sont largement contradictoires. L’argent communautaire dépensé pour la réalisation de ces objectifs est in fine peu efficace, car leurs effets tendent à s’annuler sur le terrain. La « pause » affichée dans la dynamique d’élargissement contribue également à rendre moins efficace la coopération transfrontalière sur les marges de l’UE, qui semblent s’être stabilisées pour une période suffisamment longue. Il nous paraît alors nécessaire de repenser globalement la politique frontalière de l’UE.

3.1 De la zone à la ligne : vers un nouveau limes européen ?

16La frontière orientale de la Pologne s’établit sur une discontinuité culturelle majeure. C’est une frontière linguistique entre l’alphabet latin et l’alphabet cyrillique, ainsi qu’une limite religieuse millénaire entre la chrétienté romaine catholique et orthodoxe. Depuis le rapprochement stratégique de la Pologne avec les US, c’est également une frontière militaire entre l’OTAN et l’OTSC. Dans le cadre du processus d’intégration européenne, cette frontière est également devenue une limite importante de verrouillage douanier (UE) et migratoire (Schengen). Dans l’Europe contemporaine, cette anadyade apparaît donc comme l’une des principales lignes de rupture sur laquelle s’érigent des discontinuités géopolitiques, alors que l’ancien « rideau de fer » est en train de fondre sous l’effet de l’intégration communautaire. Sur le plan économique, c’est également une frontière de niveau vie qui est en train de se creuser. La fermeture politique de cette frontière contribue à éloigner les États, les économies et les populations qu’elle sépare. C’est pour atténuer cette réalité brutale que la politique frontalière de l’UE existe : son objectif est de construire au plan économique une aire de transition, par la mise en place d’une coopération transfrontière sur ses marges externes. Cependant, cette logique de coopération semble actuellement compromise, car les instruments traditionnellement utilisés ne sont plus adaptés aux besoins des nouveaux voisins.

3.2 L’intégration des marges par la PEV : une dynamique révolue

17Le succès de la politique frontalière de l’UE, qui permettait jusqu’à présent de limiter les effets négatifs liés à la construction de sa frontière externe, se trouve désormais remis en cause. Les États candidats à l’UE, dans la perspective d’une adhésion, étaient prêts à accepter de mener des réformes politiques et économiques coûteuses, pour répondre aux critères d’adhésion et se préparer à l’intégration de l’acquis communautaire. Jusqu’à présent, la dynamique de l’élargissement et la perspective d’adhésion des pays tiers concernés constituaient le principal levier de fonctionnement de la politique de voisinage. Ce que Michel Foucher appelle la « logique de chaînage » (Foucher, 2007, p. 173) de l’élargissement européen, n’existe plus à moyen terme pour les voisins orientaux de la Pologne puisqu’ils n’ont pas le statut d’États candidats à l’UE.

  • 4 Discours du Premier ministre français Dominique de Villepin sur l’avenir de l’Europe, le 18 janvier (...)

18Comme l’a été l’Allemagne il y a 20 ans, la Pologne est devenue l’un des membres de l’UE les plus actifs en faveur d’un nouvel élargissement vers l’est. La Pologne a en effet tout intérêt à ce que ses frontières ne s’inscrivent pas durablement en marges verrouillées de l’UE. Pourtant, après les élargissements de 2004 et 2007, il est devenu évident que cette stratégie gagnante ne peut plus se reproduire indéfiniment, la question des limites géographiques et de l’identité européenne se posant de façon de plus en plus insistante. Si elle veut continuer à répondre à son objectif de coopération transfrontalière, la politique frontalière de l’UE doit donc à présent faire évoluer ses mécanismes. Dès 2006, certains politiques ont fait la proposition d’autres types de partenariats, à défaut d’adhésion, comme le premier ministre français : « La promesse de l’élargissement ne doit pas être le seul instrument de stabilisation des régions voisines de l’Europe4 ». Pour permettre le développement de ses marges, l’UE doit donc mettre en place un partenariat politico-économique autre que celui impliquant à terme une adhésion complète. Si un tel type de partenariat tarde à se dessiner, la frontière orientale de la Pologne pourrait s’ériger durablement en barrière politique majeure, séparant l’UE et l’aire d’influence russe, laissant dos à dos deux périphéries économiquement marginalisées.

4 La période des partages : une double rémanence des frontières

19L’instabilité chronique des frontières de la Pologne nous a conduits à nous interroger sur la permanence et la réversibilité de ces tracés frontaliers. Nous avons pu observer comment le phénomène de colonisation orientale avait laissé des traces durables sur le territoire et dans les populations d’Europe centrale. Les frontières du réseau urbain allemand sont ainsi très visibles sur le territoire polonais contemporain. Durant la période des partages, nous avons constaté que les frontières nationales polonaises s’étaient maintenues et même affirmées, malgré la disparition du cadre étatique. Au cours de cette période, nous avons également observé que des discontinuités socio-économiques majeures se sont inscrites durablement sur le territoire polonais, sur le tracé des frontières des trois empires qui ont occupé la Pologne durant 123 ans. Plus récemment, la translation vers l’ouest de l’État polonais a encore contribué à l’inscription de discontinuités territoriales internes. Cependant, les discontinuités territoriales issues de la période des partages apparaissent comme les plus significatives des « frontières palimpsestes » qui traversent le territoire polonais moderne. Loin de les atténuer, les politiques menées pendant la Pologne socialiste (1945-1990), puis pendant la période de transition (1990-1998), et enfin celle d’intégration à l’UE (1998-2008) n’ont finalement fait, comme nous l’avons analysé, que les renforcer. La période de pleine association à l’UE, qui s’est ouverte en 2008, prolonge pour l’instant cette dynamique, qui, pour être inversée, demandera des réformes structurelles extrêmement coûteuses du point de vue économique et social. Lorsque la partie occidentale de la Pologne aura réalisé son rattrapage économique par rapport à l’UE-15, le rattrapage des régions orientales deviendra en effet encore plus crucial, si la Pologne souhaite conserver plus longtemps une croissance économique supérieure à la moyenne de l’UE-15.

4.1 La permanence des limites nationales

20La disparition de l’État polonais durant le « siècle de l’éveil des nations » en Europe ne semble pas avoir affecté le mouvement national polonais, sinon en l’amplifiant. Au final, la période des partages se caractérise par l’affirmation du territoire national, sur les confins de trois empires qui avaient pourtant tenté de le faire disparaître. Cette rémanence illustre parfaitement l’expression de Jean-Christophe Gay signifiant l’écart entre les « réalités politiques » et les « conduites des individus ». Comme nous l’avons détaillé, les deux principaux vecteurs de l’identité nationale (la langue polonaise et la religion catholique) se sont fortifiés de génération en génération, au moyen de mécanismes de transmission informels (cadre familial, écoles clandestines...), pérennisant ainsi le cadre territorial « polonais ». Cette période a cependant contribué à inscrire des discontinuités socio-économiques profondes à l’intérieur de ce cadre.

4.2 La permanence de discontinuités héritées

21Les territoires polonais ont connu, durant 123 ans, des trajectoires socio-économiques radicalement différentes, qui les ont vus s’imprégner du modèle imposé par l’empire qui les administrait. La période des partages représente ainsi pour ces territoires des héritages distincts. Ces héritages, qui concernent une période pendant laquelle se sont effectuées les révolutions agricole et industrielle, apparaissent toujours très significatifs, puisqu’ils sont avant tout inscrits dans le sol, comme en ce qui concerne la structure foncière agricole.

22La question de cette discontinuité historique est un problème récurrent depuis la renaissance de la Pologne au lendemain de la première guerre mondiale. En effet, toutes les politiques mises en œuvre depuis 1923 pour atténuer ou faire disparaître cette discontinuité (les principales ayant eu lieu sous la Deuxième république puis la période socialiste) ont produit les effets inverses, renforçant ainsi le poids de l’héritage historique. Nos recherches ont montré que les mécanismes des grandes politiques communautaires (politique régionale, politique agricole commune et « politique frontalière ») contribuent en ce moment à renforcer cette discontinuité. Après tous ces échecs, nous pouvons alors nous demander si l’uniformisation de la structure foncière polonaise est réalisable, voire même souhaitable.

23Malgré la présence de cette ancienne frontière exogène sur son territoire contemporain, la Pologne ne souffre pas d’un déficit d’identité nationale. Par ailleurs, la réalisation d’une telle réforme ne pourrait passer que par une importante crise sociale, qui laisserait sans emploi des dizaines de milliers de petits paysans. Nous pensons que la dualité de l’espace agricole polonais peut faire sa force : alors que les grandes entreprises agricoles de la partie occidentale sont bien intégrées au marché européen, celles de la partie orientale pourraient le devenir par le biais de l’agriculture biologique ou de l’agrotourisme, en plein développement depuis la fin des années 2000. À partir de 2013, la nouvelle orientation de la PAC s’articule autour des notions d’agriculture biologique, de qualité paysagère et de valorisation des terroirs, qui sont autant d’atouts que peuvent développer les campagnes orientales. En matière d’aménagement du territoire, les petites exploitations de l’Est ont déjà une grande plus-value paysagère, conférant aux campagnes orientales un potentiel touristique indéniable par rapport à celles de l’ouest du pays.

24L’exemple tout proche de l’ex-RDA nous rappelle que l’effacement d’une ancienne frontière étatique est ardu, même avec la meilleure volonté politique et la mobilisation d’importants moyens financiers. Divisés pendant seulement 45 ans, les territoires allemands sont toujours marqués par une discontinuité importante, malgré les sommes colossales injectées par le gouvernement fédéral et l’Union européenne. La discontinuité interne polonaise, imprimée sur un temps plus long, sera encore longtemps vivace malgré les efforts du gouvernement polonais. Ce fait nous montre bien qu’il est plus aisé de diviser des territoires que de les réunir. Ainsi, les frontières peuvent longtemps après leur disparition politique, rester un marqueur territorial confirmant leur « inertie » temporelle.

5 Quel projet territorial pour l’UE ?

25Le critère géographique est, avec la stabilité politique, l’un des deux seuls pré-requis à l’adhésion d’un État à l’Union européenne. Pourtant, l’UE n’a toujours pas adopté de définition claire de ces critères, ce qui complexifie ses relations avec ses voisins. L’objet n’est pas ici de revenir sur « l’impossible question des frontières de l’Europe » (Foucher, 2007), mais plutôt de voir quels sont, pour la Pologne, les enjeux de la définition qui sera in fine donnée au projet territorial de l’UE.

5.1 La volonté d’élargissement de la Pologne

26La frontière orientale de la Pologne présente, toutes proportions gardées, le même potentiel de développement économique que celle qu’offrait la frontière polono-allemande en 1990. L’ouverture de cette frontière, pourrait permettre de l’exploiter pleinement. L’enjeu pour la Pologne est de favoriser cette ouverture dans le cadre d’une adhésion à part entière, ou dans un autre type de partenariat.

  • 5 Le géopoliticien polonais Leszek Moczulski, revenant aux principes émis par les géographes de Louis (...)

27Désormais, la Pologne est le principal partisan d’une candidature ukrainienne à l’UE, alors qu’elle adopte une position plus réservée au sujet de la Turquie, pourtant de longue date officiellement candidate. Les critères retenus par la majorité des hommes politiques polonais sont ceux qui ont constitué la base de l’unité nationale polonaise. La religion chrétienne représente ainsi pour la Pologne un des critères importants de l’identité européenne. La Pologne avait été, lors de la rédaction du traité constitutionnel, un des deux pays avec l’Espagne réclamant que « l’héritage chrétien » figure dans le préambule constitutionnel. Le critère géographique est également appelé au profit de l’Ukraine et aux dépens de la Turquie. Quelles que soient les principales versions retenues (celles du relief ou du réseau hydrographique par exemple)5, l’Ukraine se trouverait inclue et la Turquie bien souvent exclue. Pourtant, la Turquie s’est rapprochée, de façon plus évidente que l’Ukraine d’un statut de pays candidat à l’adhésion à l’UE au cours des dernières décennies.

28En juin 2011, lorsque la Pologne prend la présidence tournante de l’UE, ses principales préoccupation directes concernent le voisinage oriental, avec la PEV, le partenariat oriental et l’organisation de l’Euro 2012. Le nouveau « partenariat oriental » qu’elle a contribué à mettre en place est pour l’instant adossé au budget de la PEV. La Pologne pourrait par exemple demander qu’il devienne un instrument de la politique régionale disposant d’un budget propre pour les prochaines périodes de programmation.

5.2 Quelles frontières externes ultimes pour l’UE ?

29Contrairement à la situation observée lors des précédents élargissements, la fermeture de la frontière externe de l’UE est cette fois plus aboutie et paraît également plus durable. Les problèmes actuels posés par la gouvernance de l’UE et sa cohérence territoriale, assimilent à juste titre la perspective de nouveaux élargissements à une fuite en avant. La position de l’UE, par la voix de nombreux États membres (dont des NEM), a été de faire une « pause » après le double élargissement de 2004-2007. La situation politique indécise des États voisins, justifie également qu’un élargissement ne soit pas à l’ordre du jour à moyen terme. Les candidatures en cours, et les problèmes qu’elles impliquent (pays des balkans, Turquie) sont un autre élément retardant la prise en compte d’une telle éventualité. Il faut également prendre en considération la crainte de certains États membres, qui sont bénéficiaires nets du budget de l’UE de devenir des contributeurs dans une UE encore élargie. Dans le cas de l’Ukraine, la situation de la Moldavie reste également problématique, la politique d’élargissement de l’UE se faisant traditionnellement de façon continue. Son devenir reste problématique de par le rôle stratégique qu’elle continue de jouer en faveur de la Russie. La proximité de cette grande puissance ayant des intérêts traditionnels à protéger reste toujours en arrière plan dans toute négociation sur le devenir d’un État de l’Europe orientale. Pour l’instant, tous ces éléments justifient donc les signes négatifs envoyés par l’UE à l’Ukraine et au Bélarus, concernant le principe même d’une adhésion sur le long terme.

30En poursuivant sa politique actuelle de voisinage, qui ne prévoit pas d’alternative réelle à l’adhésion, l’UE, si elle tarde trop à s’intéresser à ces États, risque de les voir se rapprocher de leur voisin russe en réalisant des unions monétaires, douanières ou migratoires. Ce rapprochement rendrait alors impossible un élargissement de l’UE vers l’est et scellerait définitivement la frontière actuelle en tant qu’anadyade séparant les aires sous influence européenne et russe. L’Ukraine et le Bélarus se trouvent donc actuellement en situation de frontier, de mise en concurrence par leurs deux grands voisins.

5.3 À l’avenir, ligne de bornage ou aire de transition pour les frontières de l’UE ?

31Nous avons montré au cours de nos recherches que la politique frontalière de l’UE présentait deux objectifs (coopération et sécurisation) qui nous paraissent avoir des résultats largement antagonistes. Jusqu’à présent, cette contradiction avait été atténuée par la volonté d’intégration des États situés en périphérie de l’UE. Cette situation n’est plus vraie sur les frontières polonaises : la politique frontalière y paraît largement inefficace au regard des fonds qui y sont consacrés. Une remise en cause des deux objectifs ou de leurs moyens paraît désormais indispensable, d’autant que l’émergence des frontières réticulaires rend de moins en moins efficace et nécessaire la sécurisation extrême des frontières terrestres. La frontière est une construction nécessaire et souhaitable pour la structuration pacifique du monde. La question que nous soulevons ici, dans le cadre de nos recherches, concerne le statut et les fonctions que prennent les frontières. Si des « filtres » migratoires et douaniers sont naturellement nécessaires à la structuration et au développement des territoires qu’ils encadrent, une « barriérisation » migratoire ou douanière prolongée est en général préjudiciable au développement des territoires régionaux que ce bornage juxtapose.

32Bien évidemment, la construction d’un cadre commun n’a pas vocation à estomper le différentiel de niveau de vie existant entre l’UE et ses voisins, puisque son fondement est avant tout de réaliser la convergence économique en son sein. Sans remettre en cause le caractère « sécuritaire » des frontières, celles-ci doivent aussi permettre de réaliser la cohérence économique et sociale des marges de cet ensemble de prospérité avec son cœur ; c’est là le défi du développement régional de l’UE.

  • 6 Le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, qui s’est tenu du 2 au 5 octobre 2 (...)

33Pour palier le manque de précision dans les limites géographiques de l’Europe, Jacques Lévy a introduit l’idée de « gradients décroissants d’européanité » (1997), qui correspond mieux à la situation que nous avons observée sur les marges polonaises de l’UE. Dans le cas de la frontière orientale de la Pologne, il est également possible d’imaginer des frontières politiques de l’UE qui prendraient la forme d’un gradient « semi-intégré », s’étendant sur le territoire des États voisins. Ce gradient pourrait par exemple concerner les deux principaux aspects de la politique frontalière : la barrière migratoire et la barrière douanière. Des accords douaniers et la suppression mutuelle des visas pourraient faire l’objet d’accords bilatéraux entre l’UE et ses voisins. Cela permettrait de diminuer l’effet négatif de la frontière externe de l’UE et ainsi de favoriser son développement économique. Cette politique aurait l’avantage de pouvoir être menée « à petits pas », un tel accord conclu avec un État frontalier faisant de lui un nouvel espace « semi-intégré ». Les fonds européens destinés à ces régions pourraient ainsi retrouver leur efficacité, perdue avec le ralentissement de la dynamique d’élargissement. Dans le cas des voisins de la Pologne, nous pouvons imaginer que l’Ukraine serait la première intéressée par ce type de partenariat, puis le Bélarus lorsque la situation politique y aura évolué. Dans le cas de la Russie, un tel accord serait indiscutablement plus délicat à nouer, mais il pourrait dans un premier temps se limiter à l’enclave de Kaliningrad. L’Union européenne apparaît aujourd’hui à un tournant de sa construction. À cette occasion, il est nécessaire de définir — ou redéfinir — ses notions fondamentales d’identité, de territoire et de frontière (et par extension de « politique frontalière »). Les géographes, chercheurs, enseignants et citoyens, en s’associant à la réflexion concernant le territoire de l’UE et sa gouvernance, ont alors l’opportunité de prouver que « la géographie, ça sert aussi à faire la paix6 ».

Notes

1 Expression empruntée à Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne (1985-1995).

2 Cet épisode de la négociation entre Churchill et Staline a été décrit par Norman Davies (Davies, 1982, tome 2).

3 Foucher, 1991, p. 544.

4 Discours du Premier ministre français Dominique de Villepin sur l’avenir de l’Europe, le 18 janvier 2006.

5 Le géopoliticien polonais Leszek Moczulski, revenant aux principes émis par les géographes de Louis XV, propose de prendre comme premier critère le réseau hydrographique et de faire coïncider les limites de l’Europe avec celles du bassin hydrographique de l’ Atlantique. La frontière de l’Europe se situerait alors selon lui sur le Don, le bassin versant de ce dernier étant largement dissymétrique et plus important sur la rive occidentale. Cette limite, utilisée auparavant par Ptolémée puis Maciej de Miechów marque toujours selon Moczulski une frontière importante de civilisation (Moczulski, 2004).

6 Le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, qui s’est tenu du 2 au 5 octobre 2008 avait pour thème : « Guerres et conflits, la planète sous tension. La géographie, ça sert aussi à faire la paix ». La formule revient en premier lieu à Michel Bussi dans son article « Pour une géographie de la démocratie. La géographie, ça sert maintenant à faire la paix », paru dans L’espace politique en 2007.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search