Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Chapitre IV. Frontières en déconstruction

Texte intégral

L’ouverture concertée des frontières, dans l’Europe contemporaine, par dévaluation de l’exercice de certaines fonctions de barrière sur les tracés internationaux, [...] n’annule pas l’effet d’identité. Mais elle invite à passer d’une identité close et défensive à une identité ouverte.
Michel Foucher, L’obsession des frontières, 2007

  • 1 Instrument structurel de préadhésion.
  • 2 Instrument agricole de préadhésion.
  • 3 Pologne-Hongrie, assistance pour la reconstruction économique.

1Les candidatures d’adhésion à l’UE de la Pologne (1994), de la Slovaquie, de la Lituanie (1995) et de la République tchèque (1996), signifient à moyen terme la transformation des frontières communes de ces États, ainsi que de la dyade polono-allemande, en limites internes, ou mésodyades de l’UE. Outre leur dévaluation douanière, l’intégration des accords de Schengen dans l’acquis communautaire, en mai 1999, rend automatique la dévaluation migratoire de ces frontières parallèlement à l’élargissement de l’espace communautaire vers l’Est. L’Union européenne a pour finalité la convergence économique des États membres par l’effacement politique de leurs frontières communes. Elle prépare pour cela l’élargissement au moyen de ses instruments de « préadhésion » (ISPA1, SAPARD2 et surtout PHARE3), puis accompagne les nouveaux États membres (NEM) grâce aux aides apportées par la Politique régionale. En mars 2008, l’intégration complète de la Pologne à l’Espace Schengen, simultanément à la Lituanie, la Slovaquie et la République tchèque, marque l’une des dernières étapes de la « déconstruction » politique des dyades polonaises internes de l’UE, sur laquelle nous revenons dans ce chapitre.

1 Dévaluation politique des frontières sur le versant interne de l’UE

  • 4 « Du point de vue de la législation, il n’est pas exagéré de dire que la Pologne n’était absolument (...)

2Dans les premières années de la décennie 1990, on observe une libéralisation rapide et générale de la politique frontalière et migratoire de la Pologne. Celle-ci est autant due à une volonté politique d’ouverture qu’à l’absence de législation et à la rapidité des événements migratoires de l’après 19904 (Fonds, 2006, p. 9). C’est en grande partie avec la perspective d’une adhésion à l’UE, qui existe dès les premières semaines de 1990, que devient nécessaire la mise en place d’un arsenal législatif en matière de migration. Très rapidement, des accords sont conclus avec les pays de la Convention Schengen et les pays candidats, sur l’établissement réciproque de visas touristiques. Outre les critères législatifs et économiques définis par le Conseil européen de Copenhague en 1993, les pays candidats doivent également se préparer à intégrer l’acquis communautaire, qui comporte de nombreuses dispositions sur la politique frontalière. Durant la phase de négociation préalable à l’adhésion, cet acquis s’élargit considérablement en matière de politique frontalière et migratoire (tableau 3 p. 145). Il s’agit pour les candidats de le reprendre de manière intégrale (signature et application des accords de Schengen, Dublin, Maastricht et Amsterdam relatifs au contrôle des frontières externes de l’UE, à la libre circulation interne, aux accords de réadmission, à la lutte contre l’immigration illégale et à la solidarité dans le traitement des demandeurs d’asile). Quelques dérogations à ces règles peuvent cependant être arrachées par les États de l’UE-15 ou les pays candidats, dont la Pologne (voir infra à ce sujet). Ces dérogations, acquises à l’issue d’intenses tractations, restent rares, et toujours définies pour une « période transitoire ».

1.1 Les frontières avec les NEM : une intégration symétrique

  • 5 La candidature de la Pologne est déposée en avril 1994, celle de la Slovaquie en juin 1995, celle d (...)

3L’intégration de la République tchèque, de la Slovaquie et de la Lituanie à l’Union européenne s’opère parallèlement à celle de la Pologne. Les trois États voisins déposent en 1995 et 1996 leur candidature officielle, dans la foulée de celle de la Pologne5. En juillet 1997, la Commission européenne, dans un document intitulé « Agenda 2000, pour une Union plus forte et plus large », propose d’entamer des négociations d’adhésion avec les six États qu’elle juge les mieux préparés à faire partie d’une première vague d’élargissement à l’est : l’Estonie, la Pologne, la République tchèque, la Slovénie, la Hongrie et Chypre. En décembre 1997, le Conseil européen de Luxembourg décide d’élargir le processus d’adhésion à six autres États : la Bulgarie, la Roumanie, la Lettonie, la Lituanie, Malte et la Slovaquie. Les six premiers États cités entament leurs négociations d’adhésion dès 1998, puis le Conseil européen d’Helsinki, en décembre 1999, décide d’intégrer les six autres à cette phase de l’intégration. Le retard de la Slovaquie et de la Lituanie est donc comblé sur la Pologne et la République tchèque ; ces États ont désormais tous la possibilité de faire partie de la première vague de l’élargissement de l’UE à l’est.

  • 6 L’évolution des flux frontaliers peut, dans une certaine mesure, être un bon indicateur du degré d’ (...)
  • 7 « Cross-border cooperation », coopération transfrontalière.

4Dès 1990, les frontières s’ouvrent avec la Lituanie, la Slovaquie et la République tchèque grâce aux bonnes relations de voisinage établies très rapidement entre ces États. Pour les citoyens de ces pays, une simple carte d’identité suffit pour franchir les frontières communes. Cette ouverture reflète également la quasi absence de législation restrictive concernant les frontières, celle-ci étant auparavant gérée par l’URSS. Les flux de personnes et de véhicules augmentent considérablement, pour atteindre un pic à la fin de cette décennie (figures 3 à 86, page suivante). Ces flux sont particulièrement intenses avec la Slovaquie et surtout la République tchèque. La région frontalière, bien que montagneuse, est assez densément peuplée (Silésie tchèque et polonaise, agglomération de Cracovie) et possède une longue tradition d’échanges transfrontaliers. Les flux se caractérisent par une relative symétrie entre les Polonais et les étrangers enregistrés ; un peu moins dans le cas de la Slovaquie en raison du poids démographique de l’agglomération de Cracovie. À la fin des années 1990, le rapprochement avec l’UE entraîne une relative fermeture de l’ensemble des frontières du pays, en raison de l’harmonisation des procédures de contrôles sur les standards européens (Fonds, op. cit.). La diminution des flux observée dans les années 2000 peut en partie être imputée à ce renforcement des contrôles frontaliers, qui rend le délai d’attente pour franchir la frontière plus long et aléatoire. En parallèle, les États riverains développent leur réseau transfrontalier en construisant de nouveaux accès et postes-frontière, encouragés par les aides financières du programme PHARE-CBC7 de l’Union européenne. En 2007, les deux dyades comptent en tout 154 points de passage, dont 100 ont été ouverts depuis 1994 (cf. tableaux 10 et 11 p. 249).

5Parmi ces 100 nouveaux points de passage, la plupart sont des points de passage piétons de moyenne et haute montagne rouverts avec la République tchèque en 1996-1997 et avec la Slovaquie en 1997-1998. La majorité de ces points comptent très peu de flux enregistrés ; situés sur des chemins pédestres, ils sont essentiellement utilisés par les locaux et les randonneurs. En 2007, 43 points de passages avec la République tchèque et la Slovaquie enregistraient moins de 500 passages annuels. À partir de 2004, la frontière n’y est plus marquée que par un panneau d’information indiquant les États dont les ressortissants sont autorisés à traverser (ceux de l’UE-25 plus l’Islande, Israël, la Norvège, le Japon, la Suisse et les US). Généralement sans contrôle, la traversée doit cependant se faire obligatoirement sur le point de passage, en possession de documents d’identité, à des fins uniquement « touristiques » et à certains horaires (en général toute la journée). Depuis 2008, la frontière est toujours signalée, mais ces dernières restrictions n’ont plus cours.

6Les 21 nouveaux postes-frontière routiers aménagés depuis 1994 sur les deux dyades, sont un signe de la volonté politique d’ouverture de ces frontières et du potentiel des flux qui les caractérisent. Preuve de l’apaisement qui s’observe sur ces frontières, la Slovaquie et la Pologne ont procédé, en 2002, à une légère modification de leur tracé frontalier commun en échangeant deux portions de territoire d’un peu moins de 3 000 m2. Cet échange s’est opéré à la suite d’accords politiques effectués sans difficulté et qui n’ont provoqué aucune contestation sur le terrain. Les flux de personnes enregistrés sur la frontière lituanienne suivent la même évolution générale, à ceci près qu’ils sont numériquement moins importants, cette dyade étant située dans une région très peu peuplée et sans grande agglomération à proximité. Le faible nombre de citoyens polonais enregistrés par rapport au total des flux confirme le fait que cette frontière est une zone de transit importante entre la Finlande, le nord de la Russie et les pays baltes d’une part, la Pologne et l’Europe occidentale d’autre part. L’intégration simultanée des quatre États dans l’espace Schengen le 21 décembre 2007 a mis fin aux contrôles d’identité systématiques pratiqués sur ces frontières. En conséquence, les flux ont considérablement augmenté. Le comptage systématique de la police des frontières polonaises ayant pris fin à cette date, il est difficile des les estimer avec exactitude, mais les observations effectuées sur certains points de passage laissent penser qu’ils ont largement dépassé, dès 2009, le niveau de la fin des années 1990. La multiplication des points de passage depuis cette date permet de confirmer, sans aucun doute possible, cette estimation en ce qui concerne leur valeur globale.

Figure 3 – Flux migratoires avec la Lituanie (1994-2007).

Figure 3 – Flux migratoires avec la Lituanie (1994-2007).

Figure 4 – Flux de poids lourds avec la Lituanie (1994-2007).

Figure 4 – Flux de poids lourds avec la Lituanie (1994-2007).

Figure 5 – Flux migratoires avec la République tchèque (1994-2007).

Figure 5 – Flux migratoires avec la République tchèque (1994-2007).

Figure 6 – Flux de poids lourds avec la République tchèque (1994-2007).

Figure 6 – Flux de poids lourds avec la République tchèque (1994-2007).

Figure 7 – Flux migratoires avec la Slovaquie (1994-2007).

Figure 7 – Flux migratoires avec la Slovaquie (1994-2007).

Figure 8 – Flux de poids lourds avec la Slovaquie (1994-2007).

Figure 8 – Flux de poids lourds avec la Slovaquie (1994-2007).

7L’observation des flux de poids lourds est révélatrice de la levée des barrières douanières depuis 1990. Constamment engorgé après 1990, le passage de la frontière est fluidifié par l’ouverture de nouveaux terminaux et la simplification des formalités douanières, ce qui permet d’observer une augmentation constante des flux pendant la phase de préadhésion. Le 1er mai 2004, les barrières douanières ont disparu sur les frontières avec la Lituanie, la République tchèque et la Slovaquie, entraînant une progression encore plus rapide de ces flux commerciaux. Depuis 1994, leur augmentation constante avec les trois États considérés relève à la fois de l’intensification des liens économiques entre la Pologne et ces États, mais aussi avec leurs voisins (Hongrie, Lituanie et Estonie...) et plus généralement avec l’Europe de l’Ouest. À partir de 2004, la frontière avec la Lituanie devient également un corridor commercial : c’est le seul passage exempt de barrière douanière pour accéder aux pays baltes et à la Russie depuis l’Europe occidentale. La route du nord via la Lituanie est désormais plus rapide pour rejoindre la Russie en évitant les contrôles aux frontières avec le Bélarus.

1.2 La dyade polono-allemande : le déclassement d’une frontière de bloc continental (de l’anadyade à la mésodyade8)

1.2.1 De l’anadyade...

8Après l’effondrement du Bloc de l’Est, la transition vers l’Union européenne s’est effectuée à des vitesses différentes pour les deux États bordiers de cette frontière. À la faveur de la réunification allemande, la RDA est intégrée en quelques mois à la RFA, et donc à l’UE. Pour la Pologne, le chemin de l’adhésion est marqué par quinze années d’étapes successives d’intégration politique et économique. En 1990, cette frontière devient une discontinuité géopolitique majeure du continent européen : à la fois frontière étatique, frontière externe de l’UE, frontière de l’OTAN, et bientôt frontière de l’espace Schengen, il s’agit désormais d’une supra-frontière, ou anadyade.

  • 9 Une clause de cet accord précise cependant qu’il ne s’applique dans un premier temps qu’aux seuls c (...)

9Après 45 années durant lesquelles les citoyens des États du Bloc de l’Est étaient restés cloisonnés entre leurs frontières, l’ouverture symbolique de 1990 génère une multitude de velléités d’émigration, définitive ou temporaire, ou plus simplement de voyage. En conséquence, les pays d’Europe de l’Ouest, notamment ceux qui se trouvent au contact de l’ex-rideau de fer, prennent des mesures pour compenser la disparition de cette barrière migratoire. En 1991, l’Allemagne instaure le visa obligatoire pour les citoyens polonais souhaitant entrer sur son territoire. Cette mesure est annoncée comme temporaire, en attendant que la situation se normalise, mais les visas restent finalement obligatoires jusqu’à la veille de l’adhésion de la Pologne à l’UE. La même année, sont conclus entre les pays signataires de la convention Schengen et la Pologne, des « accords de réadmission des personnes sans titre de séjour9 » (Funk, 1997). Rapidement, l’Allemagne et les autres États du futur espace Schengen, qui signent des accords similaires avec la République tchèque, cherchent à s’entourer d’un sas de « pays sûrs », vers lesquels ils peuvent renvoyer, sans formalité, les personnes entrées illégalement sur leur territoire. L’application de tels accords est bien évidemment une charge pour des États comme la Pologne et la République tchèque, qui n’acceptent de jouer le rôle de zone tampon de l’espace Schengen qu’en l’échange de contreparties. Engagés dans une procédure de candidature à l’UE, ils sont activement soutenus par l’Allemagne et la plupart des autres membres de l’UE, ce qui leur permet d’obtenir, dès 1997, le statut de pays candidats. Ce statut leur permet de bénéficier des aides de préadhésion de l’UE. La négociation de ces accords de réadmission s’est également assortie de compensations financières versées directement par l’Allemagne à la Pologne, à hauteur de 120 millions de marks en 1993 et 1994 (Funk, 1997, op. cit.). Alors qu’elle se prépare à appliquer les accords de Schengen, et donc à ouvrir sa frontière occidentale, l’Allemagne réalise dans le même temps la « sécurisation » de sa frontière orientale. Dans les premières années de la décennie 1990, la surveillance de la frontière polono-allemande par la police des frontières de la RFA reste peu efficace. La Bundesgrenzschutz (BGS) doit se restructurer (intégration des gardes-frontière de l’ex-RDA) et se réorganiser pour répondre à ses nouvelles missions. À partir de 1993, constatant la défaillance de protection que constitue l’Oder-Neisse, et devant l’impératif de sécuriser cette frontière avant l’application des accords de Schengen, le gouvernement allemand prend des mesures pour y renforcer les contrôles. Le flux important de migrants sans papiers et la criminalisation de la zone frontalière servent de justification à cette double politique. Le ministre allemand de l’intérieur, Rudolf Seiters, déclare à ce sujet en mars 1993 :

  • 10 Cité par Albrecht Funk, 1997, op. cit.

Nous applaudissons l’ouverture des frontières européennes, qui apportera la liberté à nos citoyens [...] La frontière orientale de la RFA est une frontière de prospérité, ce qui est source de nombreux problèmes. Cela déclenche des migrations qui se traduisent en R.F.A. par l’augmentation des demandeurs d’asile. La disparité de richesses entre l’Est et l’Ouest est aussi une source de crime10.

  • 11 « The electronic curtain » est par exemple le titre d’un court métrage, réalisé par Walter Grotenhu (...)
  • 12 Cependant, on note une professionnalisation constante des passages de clandestins durant cette péri (...)

10En deux ans, plus de 2 700 agents sont affectés à la surveillance de la frontière polono-allemande et d’importants moyens sont mis en œuvre pour les appuyer. Dans le milieu des années 1990, la BGS est dotée de véhicules tout-terrain, de bateaux, d’hélicoptères et de nombreux équipements à la pointe du progrès militaire (radars, jumelles infrarouges ou thermiques). Au début des années 2000, le niveau de sécurisation de cette frontière est comparable à celui observé sur la frontière entre les USA et le Mexique, les observateurs et les médias parlant volontiers de « frontière électronique11 ». Dans le même temps, la collaboration avec la police des frontières polonaise s’intensifie : échanges d’officiers de police, patrouilles communes (à partir de 1999), prêts de matériel, mise en commun des bases de données migratoires et criminelles. La réussite de cette politique de fermeture est contrastée : elle permet la régulation du flux migratoire, dont sa partie illicite, mais se révèle relativement inefficace en ce qui concerne la résorption d’autres types de flux illicites. Ce résultat mitigé tient en grande partie à la différence de nature de ces deux flux informels : alors que les migrants sans papiers sont souvent inexpérimentés et livrés à eux-mêmes, les trafiquants et criminels agissent en bandes organisées, avec des méthodes professionnelles12.

11Jusqu’en 2004, cette frontière est l’une des principales portes d’entrées illégales de l’UE. Au début des années 2000, le nombre de personnes étrangères en situation irrégulière en Pologne est estimé entre un demi-million et un million. La Pologne est ainsi un des pays les plus choisis pour le transit des migrants ou des réfugiés qui essayent de s’y installer durablement, ou bien le temps de se payer les services d’un passeur pour entrer dans l’espace Schengen. Ces derniers demandent environ 1 000 dollars par clandestin, pour faire traverser la rivière à un endroit sûr (Gaunard-Anderson, 2002, p. 334). Il existe de nombreux passages à gué sur la Neisse et l’Oder, et les zones les moins surveillées sont bien connues des passeurs. La traversée devient un jeu d’enfant avec un peu d’organisation et l’aide de complices. Lors d’une mission, le passeur poste des guetteurs de chaque côté de la frontière. Ces derniers, « déguisés » en simples promeneurs ou pêcheurs l’alertent par téléphone en cas de patrouille. Des traces de pas ou des vêtements mouillés retrouvés régulièrement sur la berge allemande sont les seuls signes attestant du passage de clandestins. Parmi les candidats à la traversée, il est estimé qu’environ 30 % arrivent à leurs fins (idem). La traversée nocturne de l’Oder ou de la Neisse est moins aisée qu’il n’y paraît : dans les années 1990, environ dix personnes chaque année y trouvent la mort en essayant de passer en Allemagne (Clochard, 2009, p. 118). En raison des moyens dissuasifs déployés par la BGS, le nombre d’arrestations, qui atteint un pic de 33 000 en 1992, diminue progressivement sur la période (moins de 5 000 en 1998) (Gaunard-Anderson, op. cit., p. 333). En 1997, 500 passeurs ont ainsi été arrêtés par la BGS à la frontière allemande, dont la moitié sur la dyade polono-allemande. L’adhésion de la Pologne à l’Union européenne ne signifie pas l’arrêt de la surveillance sur la frontière Oder-Neisse, qui ne devient effective qu’avec l’entrée de la Pologne dans l’espace Schengen. En ce qui concerne le commerce de marchandises en revanche, la frontière s’est ouverte à partir du 1er mai 2004.

1.2.2 ... à la mésodyade

12Avec l’adhésion à l’UE en 2004, les contrôles frontaliers ont été simplifiés (une simple carte d’identité suffit aux citoyens riverains pour franchir la frontière) et les barrières douanières déplacées vers l’est. Le 1er mai 2004 a été vécu comme une date historique, qui a été célébrée officiellement dans toute la Pologne. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Joschka Fischer, et son homologue polonais, Włodzimierz Cimoszewicz se sont retrouvés le 1er mai à minuit, sur le pont de l’Oder, entre Francfort et Słubice, pour y vivre ensemble le moment de l’élargissement de l’UE et assister à un feu d’artifice. Environ 15 000 personnes assistent à l’évènement dont le slogan, affiché un peu partout dans les deux langues, résume bien les enjeux de l’élargissement pour les deux pays : « Les voisins se transforment en partenaires ». Les villes-doublon de Francfort et Słubice organisent dans la journée des célébrations sur les berges de l’Oder, qui connaissent un réel succès populaire. Dans la journée, le poste frontière entre les deux villes est submergé par les piétons et ses barrières sont même complètement ouvertes durant quelques heures, donnant aux habitants un avant-goût de ce que deviendrait la frontière après l’entrée de la Pologne dans l’espace Schengen (photo. 2 p. 156).

Photo. 1 – Berge de l’Oder à Francfort le 1er mai 2004. Les barrières frontalières ouvertes, deux agents de la BGS observent les festivités et la population traverser librement le pont. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 1 – Berge de l’Oder à Francfort le 1er mai 2004. Les barrières frontalières ouvertes, deux agents de la BGS observent les festivités et la population traverser librement le pont. Cliché : Q. Mackré, 2004.
  • 13 Après la fin de la période transitoire de 7 ans.
  • 14 Pour les demandeurs d’asile, le titre de séjour, lorsqu’il est accordé, ne vaut que pour l’État dan (...)

13En 2007, l’entrée de la Pologne dans l’espace Schengen marque la fin des contrôles frontaliers, et donc l’ouverture complète des postes-frontière. À partir de cette date, la plupart des flux souterrains ont cessé d’exister sur la dyade polono-allemande. Certains de ces flux (commerce non déclaré, travail saisonnier) sont entrés dans le domaine légal. D’autres le feront très prochainement (travailleurs frontaliers non déclarés13). Certains (par exemple les flux de clandestins) se sont déplacés sur la nouvelle frontière externe de l’UE. Enfin d’autres perdurent, trafic de marchandises illicite, flux de certains migrants14, mais désormais sans aucune résistance de la frontière. Malgré l’ouverture des postes-frontière, l’ouverture politique n’est en effet pas encore complète, des blocages existant encore, dans les deux sens.

Photo. 2 – Poste-frontière de Francfort-sur-l’Oder le 1er mai 2004. À l’occasion de l’entrée de la Pologne dans l’UE et devant la foule se pressant aux abords du pont, les contrôles frontaliers sont temporairement suspendus. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 2 – Poste-frontière de Francfort-sur-l’Oder le 1er mai 2004. À l’occasion de l’entrée de la Pologne dans l’UE et devant la foule se pressant aux abords du pont, les contrôles frontaliers sont temporairement suspendus. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 3 – Słubice, rue Jedności Robotniczej le 1er mai 2004. La rue se situant dans le prolongement du pont frontalier se transforme en un lieu de fête populaire le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 3 – Słubice, rue Jedności Robotniczej le 1er mai 2004. La rue se situant dans le prolongement du pont frontalier se transforme en un lieu de fête populaire le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.
  • 15 Seuls l’Irlande, le Royaume-Uni et la Suède n’ont pas demandé de période transitoire. À l’issue de (...)
  • 16 Cet accord est souvent présenté sous le nom de disposition « 2+3+2 ans ».

14L’Allemagne, craignant de voir son marché du travail, déjà touché par un chômage endémique, submergé par la main-d’œuvre polonaise, a obtenu des mesures restrictives à cet effet. Le gouvernement allemand (comme la plupart de ceux des États de l’UE-1515) a obtenu une période transitoire extensible jusqu’à sept ans16 et pendant laquelle les citoyens des NEM ne peuvent pas travailler en Allemagne. La période transitoire est prolongée de trois ans en 2006, le gouvernement allemand invoquant le problème du chômage des régions situées sur les frontières avec la Pologne et la République tchèque. En 2008, le gouvernement social-démocrate prolonge les restrictions sur son marché du travail, pour les mêmes raisons, jusqu’au bout de la période maximale prévue, c’est à dire le 30 avril 2011. De telles mesures transitoires avaient déjà été adoptées pour les mêmes raisons, par certains États comme la France lors de l’élargissement de 1986 à l’Espagne et au Portugal. Pourtant, l’expérience avait démontré que ces craintes étaient infondées, aucun raz-de-marée migratoire n’ayant été observé à l’époque. Le gouvernement allemand a préféré garder la main sur son marché du travail le plus longtemps possible, en le régulant avec la délivrance de permis de travail aux étrangers. En pratique, l’Allemagne a finalement délivré plus d’un demi-million de permis entre 2004 et 2006, soit plus que les autres grands États de l’UE. Des craintes se sont également élevées du côté polonais. Depuis 1990, les investissements allemands, qui sont un facteur important du développement économique polonais, suscitent de nombreuses craintes. De nombreux Polonais sont réticents à l’idée de voir leur pays, et spécialement les anciennes provinces allemandes, « regermanisé » par le biais d’investissements économiques, notamment dans le secteur agricole. Lors des négociations d’adhésion, la Pologne a ainsi obtenu, en contrepartie de la dérogation concernant les travailleurs, que l’achat de terres par les étrangers soit bloqué pendant une durée de douze années.

15Après avoir considérablement augmenté de 1990 à 1994, les flux de personnes sur cette frontière initiale de l’espace Schengen se stabilisent jusqu’en 2000, à hauteur de 140 millions de passages annuels environ (fig. 9 p. 159). Le fort potentiel économique et la construction de nouveaux ponts sur la Neisse et l’Oder permettent de limiter les effets négatifs d’une telle frontière (allongement considérable des délais d’attente) sur l’ensemble des flux observés. À partir de 2000, on observe une diminution des flux de personnes (retombant jusqu’à 70 millions de passages annuels en 2002), jusqu’à l’entrée dans l’UE, le 1er mai 2004. Durant cette période de transition, la Pologne, qui met progressivement en place les contrôles frontaliers requis par Schengen sur ses frontières orientales, opère comme un second rideau de protection migratoire pour l’UE-15. À partir de 2004, la suppression des visas pour les citoyens des NEM entraîne une augmentation des flux qui sera encore plus forte après 2007 et la disparition complète des contrôles frontaliers. Les flux de poids lourds sur la frontière entre les deux pays sont en augmentation constante sur la période 1997-2007, l’inflexion la plus forte ayant lieu en 2004. Avant cette date, ce type de commerce se trouve largement bridé par les délais d’attente à la frontière, très fluctuants, mais dépassant souvent la dizaine d’heures. Malgré les investissements des deux pays frontaliers dans les terminaux douaniers, les queues de véhicules peuvent alors atteindre plusieurs dizaines de kilomètres lors des plus fortes périodes de pression de ce flux sur les points de passage (au tournant des années 2000).

  • 17 Le visa de longue durée (plus de trois mois) est encore en cours d’harmonisation entre les États me (...)
  • 18 Si un État estime que cela est nécessaire pour sa sécurité intérieure.
  • 19 Amendée à ce sujet par la Convention de Dublin (15 juin 1990) et le règlement « Dublin II » (1er se (...)

16En dépit de l’entrée complète dans l’espace Schengen, et de l’instauration d’un « visa unique17 » pour l’ensemble des pays membres, la frontière migratoire n’a pas entièrement disparu. Hormis les dérogations obtenues, qui disparaîtront au terme de leurs périodes transitoires, de nombreuses autres restrictions existent encore. Sur les 126 articles de la Convention de Schengen, 125 sont en effet consacrés à la « sécurisation » de l’espace Schengen (Clochard, 2009, p. 24). La plupart de ces articles concernent les frontières internes et prévoient des aménagements permettant de garantir le système de sécurité collective à l’origine du traité. Ceux-ci donnent par exemple la possibilité de rétablir les contrôles systématiques sous certaines conditions18, ou encore d’instaurer une zone frontalière de 20 km de large dans laquelle les contrôles migratoires sont toujours possibles. La Convention de Schengen19 prévoit, en matière de droit d’asile, la « surveillance des déplacements des étrangers non communautaires à l’intérieur de l’Union, avec l’obligation de déclarer le passage d’une frontière (idem). »

  • 20 Il est toutefois permis d’effectuer des séjours de moins de trois mois dans les autres États de l’e (...)

17L’absence d’harmonisation concernant les visas de plus de trois mois entraîne également une limitation de la migration interne à l’espace Schengen. L’attribution de ce type de visa se faisant uniquement pour un État membre, il est impossible à son détenteur de s’installer de l’autre côté d’une frontière interne de l’espace Schengen20.

18La barrière douanière, puis la barrière migratoire, ainsi que tous les désagréments et problèmes qui en découlent, se sont aujourd’hui déplacés sur la nouvelle frontière externe de l’UE. L’espace « géo-criminel » (Gaunard-Anderson, 2002, p. 335) constitué par cette frontière, s’est en conséquence également déplacé, entre 1997 et 2007, sur la frontière orientale de la Pologne.

Figure 9 – Flux migratoires avec l’Allemagne (1994-2007).

Figure 9 – Flux migratoires avec l’Allemagne (1994-2007).

Figure 10 – Flux de poids lourds avec l’Allemagne (1994-2007).

Figure 10 – Flux de poids lourds avec l’Allemagne (1994-2007).

2 La frontière, agent économique attractif

19L’ouverture politique des frontières entraîne de nouvelles possibilités commerciales s’appuyant sur le différentiel économique que représentent les frontières. De 1990 à 1994, la frontière germano-polonaise coïncide avec deux niveaux de vie de plus en plus distants, du fait de la croissance économique est-allemande résultant de la réunification d’une part, et des difficultés de la Pologne à s’adapter à l’économie de marché d’autre part. Après cette période, la discontinuité économique entre les deux pays se résorbe, à la faveur du rattrapage économique réalisé par la Pologne sur l’UE-15. La Lituanie, la Slovaquie et la République tchèque, suivent des trajectoires économiques comparables à celle de la Pologne, et connaissent une croissance économique soutenue sur la période 1997-2007 (cf. fig. 37 p. 278).

2.1 Les frontières avec les nouveaux États membres, une « butte »

20L’ouverture de la frontière après 1990 permet à cette frontière de redevenir une interface du développement économique. Le potentiel économique est ici mis en valeur de façon symétrique, en prenant avantage des nouvelles possibilités commerciales apparues à la faveur de l’ouverture. La région frontalière peut donc s’apparenter à une « butte économique », symétrique et dont le point haut se situe sur la ligne de la frontière. Cette « butte » est plus prononcée dans les régions les plus accessibles et les plus peuplées, comme la Silésie.

2.1.1 Des niveaux de vie homogènes

21Les niveaux de vie entre la Pologne et les NEM qui lui sont frontaliers sont relativement homogènes sur la période 1990-2007 (cf. cartes 35 et 36 p. 281 et p. 287). La région frontalière avec la Lituanie, zone très rurale et très peu densément peuplée, ne représente pas de discontinuité économique. Les écarts de niveau de vie avec la Slovaquie (niveau de vie moins élevé qu’en Pologne) et la République tchèque (plus élevé qu’en Pologne), sont à nuancer pour les régions frontalières. En ce qui concerne le PIB par habitant, la région frontalière avec la Slovaquie est en dessous de la moyenne nationale et celle avec la République tchèque au-dessus. Le pouvoir d’achat des habitants est donc relativement homogène de part et d’autre de la frontière.

22Ces habitants peuvent en revanche profiter des écarts de prix observés sur certains produits de part et d’autre des frontières (tableau 4 page ci-contre). Ainsi certains habitants de Cieszyn et de Český Těšín ont pris l’habitude d’effectuer leurs achats des deux côtés de la frontière. Du côté polonais, les produits alimentaires sont meilleur marché, alors que du côté tchèque, l’essence et les alcools, par exemple, sont moins chers qu’en Pologne. Le coût du salaire horaire, légèrement moins élevé en Pologne, rend également attractives toutes les prestations liées aux services et au coût du travail (salons de coiffure, soins médicaux...). En jouant avec ces différentiels, les habitants de ces régions frontalières parviennent donc à augmenter sensiblement leur pouvoir d’achat réel. L’importance de ce différentiel étant relativement faible, il ne profite qu’aux habitants établis à proximité immédiate d’un point de passage, souvent dans les régions urbaines.

Tableau 4 – Comparaison de quelques prix à Cieszyn et Český Těšín.

  • 21 Prix exprimés en złotys. Le taux de change au moment de l’enquête était de 100 couronnes tchèques p (...)
  • 22 Marque identique.

Produit

Description /
Quantité

Prix à Cieszyn

Prix à
Český Těšín21

Indice du prix à Český Těšín (100= Cieszyn)

Lait

1 l.

1,49

1,88

126

Farine

1 kg

0,81

1,20

148

Sucre

1 kg

2,89

2,15

74

Chocolat

100 g.

1,99

2,31

116

Bière (en magasin)

0,5 l.

2,49

2,05

82

Bière (dans un bar)

0,5 l.

5

3,38

68

Cigarettes22

Une cartouche

69

70

101

Vodka

0,5 l. de marque

29

17,42

60

Carburant (Essence)

1 l.

4,35

3,87

89

Carburant (Gazole)

1 l.

3,61

3,63

101

Coupe chez le coiffeur

Coupe simple

12,5

16,9

135

Auteur : Q. Mackré.

Source : relevés de l’auteur, juin 2007.

2.1.2 Le commerce frontalier

  • 23 Puis l’euro, à partir du 1er janvier 2009.

23Ce différentiel a donné lieu à l’apparition d’un commerce spécifique de la frontière : flux de navetteurs, marchés frontaliers, magasins spécialisés dans les produits en bénéficiant le plus. Certains marchés de grande importance, comme celui de Vilnius Gariūnai, deviennent des places d’échanges entre produits lituaniens et polonais, entre produits issus de l’ex-URSS et de l’Europe de l’Ouest. Cependant, c’est au plus près des points de passages frontaliers que le commerce fleurit, alimenté par des revendeurs locaux. Les navetteurs, dont l’activité est devenue caduque, disparaissent à partir de 2004, au profit des marchés frontaliers et des commerces, dont la clientèle augmente depuis 2007. Alors que les clients des supermarchés et magasins (situés des deux côtés des frontières) sont essentiellement locaux, ceux des marchés (situés eux principalement en Pologne) viennent parfois de plus de 100 kilomètres au-delà de la frontière. Le phénomène de ces marchés ou bazars frontaliers est particulièrement répandu sur la frontière tchèque, comme à Cieszyn (photos 4 et 5 page suivante). Dans la partie tchèque de cette région transfrontalière, les compagnies de transport comprennent bien l’intérêt de la clientèle tchèque pour ce genre de commerce. Elles établissent dans les années 2000 des lignes de bus régulières, des villes tchèques vers la frontière, en fonction des jours de marché, avec plusieurs départs le matin et retours en fin de journée. Ce tourisme commercial, encouragé par la réputation commerçante des Polonais en République tchèque et Slovaquie, s’est amplifié depuis 2008 et la dévaluation du złoty face aux couronnes tchèque et slovaque23 (cf. tableau 8 p. 230). En ce qui concerne les commerces locaux, on remarque sur les régions frontalières polono-tchèque et polono-slovaque, une spécialisation polonaise pour les commerces alimentaires et pour les commerces textiles. Il faut noter que ces magasins de vêtements, très prisés de la clientèle polonaise, sont souvent tenus par des membres de la communauté vietnamienne, très implantée sur cette frontière, comme à Český Těšín (photos 6 et 7 page suivante).

Photo. 4 – Vue d’un des bazars frontaliers de Cieszyn. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 4 – Vue d’un des bazars frontaliers de Cieszyn. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 5 – Étals d’un des bazars de Cieszyn, le samedi matin. Chez la plupart des commerçants, il est possible de payer en złotys ou en couronnes tchèques. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 5 – Étals d’un des bazars de Cieszyn, le samedi matin. Chez la plupart des commerçants, il est possible de payer en złotys ou en couronnes tchèques. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 6 – Magasin vietnamien de vêtements à Český Těšín. Commerce situé à 50 m du poste-frontière. Les écriteaux, qui vantent les prix bas sont en langues tchèque et polonaise. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 6 – Magasin vietnamien de vêtements à Český Těšín. Commerce situé à 50 m du poste-frontière. Les écriteaux, qui vantent les prix bas sont en langues tchèque et polonaise. Cliché : Q. Mackré, 2007.

2.1.3 Les zones économiques spéciales de la région frontalière

24En 1994, le gouvernement polonais a décidé de créer des zones économiques spéciales (ZES) dans ses territoires les plus en difficulté (restructuration ou faible activité industrielle, chômage endémique) (cf. chapitre vi). Les ZES créées dans le sud de la Pologne sont celles qui ont connu le plus grand succès. Les ZES de Legnica, Wałbrzych, Katowice, et Cracovie concentrent à elles seules 46 % des emplois et 57 % des investissements des 14 ZES polonaises. Celle de Katowice, de loin la plus importante du pays, représente à elle seule 4 % du total des investissements directs étrangers (IDE) en 2005 (Coudroy de Lille, 2007, p. 655). La zone de piémont située le long des frontières tchèque et slovaque dispose d’atouts considérables : infrastructures importantes, bonne connectivité avec la République tchèque et l’Allemagne, main-d’œuvre abondante et bon marché. Ces ZES profitent d’investissements étrangers diversifiés provenant d’Allemagne, des USA et d’Asie.

Photo. 7 – Commerce d’alimentation rapide à Český Těšín. Les restaurants « asiatiques » sont bien représentés à Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 7 – Commerce d’alimentation rapide à Český Těšín. Les restaurants « asiatiques » sont bien représentés à Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.

2.2 La frontière polono-allemande, un « talus »

25Lorsque la frontière polono-allemande s’ouvre, en 1990, à la faveur de l’effondrement du bloc socialiste, elle marque l’une des discontinuités politiques les plus prononcées d’Europe. Avec la réunification allemande, elle devient également rapidement une frontière de niveau de vie. À ce titre, elle donne lieu à l’existence de ce que Jean-Christophe Gay appelle un « talus économique » :

cette disjonction frontalière est à l’origine de zones économiquement très dynamiques où se sont agglomérés ponctuellement hommes et activités, [...] Activités et échanges seront proportionnels à celui-ci, à condition que la limite internationale soit perméable. (Gay, 1995, p. 68)

2.2.1 Une trajectoire « étasuno-mexicaine »

  • 24 En 1993, Michel Foucher écrivait, dans son ouvrage Fragments d’Europe : « Parmi les scénarios possi (...)

26Dans les années 1990, de nombreux observateurs (Michel Foucher, Jean-Christophe Gay, Gilles Lepesant, Marie-France Gaunard-Anderson) prédisent à cette frontière un développement comparable à celui observé sur la frontière étasuno-mexicaine24. Les similitudes sont en effet nombreuses. Les écarts de niveaux de vie observés de part et d’autre de la frontière (de 1 à 7) sont similaires sur les deux frontières. Tout comme la frontière entre les USA et le Mexique, la frontière polono-allemande fait l’objet dans la décennie 1990 d’une sécurisation extrême, visant à endiguer le flux de clandestins, devenu trop important aux yeux de l’Allemagne et de l’UE (voir supra). Dans la seconde moitié des années 1990, la frontière attire sur l’Oder-Neisse toutes sortes d’activités illégales en rapport avec l’entrée de clandestins dans l’UE, le trafic de drogue, le commerce du sexe ou les jeux d’argent ; qui entraînent une hausse de la criminalité. Les deux parties de la région transfrontalière offrent d’importantes complémentarités : le côté allemand dispose des industries et du savoir-faire technologique, mais fait face à une compétitivité à la baisse ; le côté polonais dispose d’une main-d’œuvre abondante, bon marché et très qualifiée. Conscientes des possibles retombées bénéfiques pour les économies locales, les localités frontalières polonaises et les entreprises allemandes de l’Oder-Neisse ont tenté d’organiser une coopération calquée sur le modèle des maquiladoras. Cette volonté est marquée par la politique de jumelage accomplie par la commune de Słubice avec Tijuana (Mexique, Basse-Californie) en 1998, puis Yuma (USA, Arizona), en 2000. Le but de cette coopération est d’anticiper au mieux les effets de la situation frontalière particulière, en tirant profit de l’expérience des villes-doublons américaines. Sur l’Oder-Neisse, le phénomène des usines sous-traitantes reste plus limité qu’entre les USA et le Mexique. Le taux de chômage des régions frontalières polonaises reste supérieur à la moyenne nationale (28,5 % par exemple à Gubin en 2002, contre 17,6 % en Pologne), et on n’observe donc pas le même effet d’attraction de la zone-frontière sur la main d’œuvre polonaise. Les villes frontalières allemandes, en revanche, ont beaucoup souffert, depuis 1990, de la montée du chômage consécutive à la réunification allemande, et de la concurrence de la main-d’œuvre polonaise.

Figure 11 – Évolution de la population des villes-doublons depuis 1945.

Figure 11 – Évolution de la population des villes-doublons depuis 1945.

27En 1990, la population de Francfort-Słubice s’élève à 102 000 habitants, dont 86 000 pour Francfort et 16 000 pour Słubice. À partir de cette date, les deux villes connaissent des trajectoires démographiques différentes. La population de Słubice augmente régulièrement, pour atteindre 19 000 habitants en 2010, alors que celle de Francfort décroît rapidement pour s’établir à environ 60 000 habitants à la même date, notamment à cause de la fermeture de ses usines d’État subventionnées (semi-conducteurs) et de la concurrence sur le marché du logement de Słubice ou de Berlin. La population des deux autres villes-doublons de l’Oder-Neisse suit les mêmes dynamiques démographiques depuis 1990 (cf. figure 11 page précédente).

2.2.2 Le commerce frontalier

28Après la chute du régime communiste, de nombreux travailleurs se retrouvent sans emploi et dans une situation précaire. De nombreux frontaliers choisissent alors de faire leur commerce des différences de prix observées d’un côté et de l’autre, en traversant la frontière le plus de fois possible par jour, avec des produits qu’ils achètent d’un côté afin de les revendre plus cher de l’autre. Par exemple, à la fin des années 1990, une cartouche de cigarettes achetée l’équivalent de 25 marks en Pologne pourra facilement être revendue 50 marks en Allemagne. Certains de ces navetteurs, ou « fourmis », arrivent à traverser la frontière plus de 40 fois en une journée de travail. Ce « commerce de valise » a occupé au début des années 1990 une importante partie de la population frontalière, qui a ainsi transporté une quantité colossale de cigarettes, d’alcools, ou d’autres produits. Il a permis à beaucoup d’habitants de la zone frontalière de conserver un revenu décent après une perte d’emploi. Le métier de « fourmi » a disparu de l’Oder-Neisse au début des années 2000, avec l’ouverture de la frontière.

  • 25 Chiffre faisant de Słubice la commune générant le 3e chiffre d’affaires grâce à ses bazars, derrièr (...)

29Après une période anarchique, des bazars frontaliers s’établissent dans les localités frontalières. Cette activité, loin d’être secondaire, procure des revenus importants aux collectivités frontalières. En 1995, les revenus liés aux bazars constituaient 20 % des revenus totaux de la municipalité à Gubin et presque 50 % à Słubice. Le bazar de Słubice a alors un chiffre d’affaires estimé à 240 millions de zlotys25, et compte 3 000 vendeurs, dont 800 originaires de la ville (Stryjakiewicz, Kaczmarek, 2000, p. 54). La même année, la petite ville de Łęknica (à 50 kilomètres au sud de Gubin), était la troisième ville la plus riche de Pologne, en prenant en compte le revenu par habitant (idem). La clientèle potentielle est considérable puisque la zone de chalandise inclut l’ensemble de l’agglomération berlinoise. Tous les week-ends, le bazar de Słubice est ainsi investi par de nombreux Berlinois. Les bazars frontaliers ont vu leurs activités ralentir à partir de 1995. Au cours de la décennie suivante, ces activités ont souffert de la relative fermeture de la frontière. En outre, le fossé économique entre les deux côtés de la frontière se comble progressivement, et selon les périodes, le taux de change entre les deux monnaies rend ce commerce moins profitable.

Photo. 8 – Allée d’un des deux bazars de Słubice. Depuis l’incendie de 2007, l’endroit est sécurisé par la municipalité (affichage des issues de secours, vérifications électriques...) Cliché : Q. Mackré, 2008.

Photo. 8 – Allée d’un des deux bazars de Słubice. Depuis l’incendie de 2007, l’endroit est sécurisé par la municipalité (affichage des issues de secours, vérifications électriques...) Cliché : Q. Mackré, 2008.

30Les bazars subissent également, depuis les années 2000, la concurrence des grandes surfaces commerciales qui se sont implantées en Pologne, et qui offrent une alternative plus « confortable », pour une partie de la clientèle allemande. Depuis cette date, on trouve après chaque point de passage important, du côté polonais de l’Oder-Neisse, une ou plusieurs grandes surfaces. Les trois villes-doublons ont ainsi chacune leur supermarché, situé sur un emplacement stratégique, jamais très loin du point de passage frontalier. En 2003, une chaîne d’hypermarchés allemande a par exemple ouvert une grande surface à Zgorzelec. Les clients venus de Görlitz et de sa région, y trouvent tous leurs produits habituels, à des prix plus intéressants. Le magasin procède depuis son ouverture au double étiquetage des prix et du nom des articles ; il est possible d’y payer en euros. Les employés, tous Polonais, sont bilingues lorsqu’ils occupent des postes au contact de la clientèle. La municipalité a créé, peu après son ouverture, une ligne de bus entre le poste-frontière et ce centre commercial. Pour sécuriser au mieux les clients allemands désirant venir en voiture, le parking est clôturé et gardé. D’après le directeur, la clientèle est plus nombreuse depuis que le parking est gardé ; pourtant, aucune infraction n’y avait jamais été constatée. L’âge d’or de ces activités commerciales, dans le courant des années 1990 est aujourd’hui révolu, mais Słubice reste aujourd’hui résolument tournée vers Francfort. De nombreux commerces y disposent d’informations en allemand, de personnel germanophone et acceptent les paiements en euro, alors que l’inverse est rarement vrai (Tölle, 2007).

Photo. 9 – Restaurants dans un bazar de Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.

Photo. 9 – Restaurants dans un bazar de Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.

Photo. 10 – Affichage commercial d’un cabinet de dentistes à Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.

Photo. 10 – Affichage commercial d’un cabinet de dentistes à Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.
  • 26 Source : annuaires téléphoniques locaux, 2008.
  • 27 Source : idem.
  • 28 Soit environ 4,65 euros, au taux de change moyen de 2008.

31En plus de produits alimentaires ou manufacturés, les Allemands peuvent trouver à Słubice de nombreux services qui leurs sont prioritairement destinés (restauration, coiffure, santé...). Słubice a par exemple la particularité d’être une des villes polonaises comptant le plus de salons de coiffure par habitant (1 salon pour 386 habitants), alors que Francfort est largement en dessous de la moyenne nationale allemande (1 salon pour 1364 habitants26). Pourtant, officiellement, seulement une vingtaine de salons de coiffure sont établis dans la ville27. Nos observations nous ont permis de dégager deux explications principales à cela : d’une part, le travail au noir est très répandu à Słubice, plus encore que dans le reste de la Pologne ; d’autre part, une grande partie de ces coiffeurs exerce cette activité uniquement le week-end ou les jours fériés, en complément d’une autre activité principale. C’est en effet le week-end que viennent la plupart des clients. Des dizaines de salons de coiffure fleurissent alors, une simple pancarte portant la mention « Fryzjer/Friseur — Wir sprechen deutsch » étant dépliée devant des habitations, transformées en salon de coiffure pour l’occasion (photo. 11 page suivante). Une coupe de cheveux coûte en moyenne 16 złotys28 à Słubice contre 12 euros à Francfort-sur-l’Oder. Si l’on sait qu’en moyenne on compte en llemagne un salon de coiffure pour 1 000 habitants, il y a dans la ville doublon assez de coiffeurs pour 93 000 habitants, soit largement plus que sa population en 2008 (79 000 habitants). Sur le modèle des salons de coiffure, mais dans des proportions moindres, de nombreux types de commerces et services sont surreprésentés à Słubice et comptent sur leur pouvoir d’attraction sur la clientèle de l’Est du Brandebourg. Ainsi les débits de tabac, stations essence, garages automobiles, restaurants, médecins généralistes, dentistes, pharmacies se multiplient à Słubice alors qu’ils se font rares de l’autre côté du pont, à Francfort-sur-l’Oder.

Photo. 11 – Pancarte pour un « atelier de couture — salon de coiffure » à Słubice.

Photo. 11 – Pancarte pour un « atelier de couture — salon de coiffure » à Słubice.

Cliché : Q. Mackré, 2008.

  • 29 Surtout avant 2004, lorsque les files d’attentes pour les automobiles pouvaient subitement atteindr (...)

32Avec l’implantation de commerces et de services destinés aux Allemands et l’ouverture de la frontière, se développe, dans le courant des années 2000, ce que l’on peut désigner par un « tourisme commercial ». Beaucoup d’habitants du Land de Brandebourg se rendent, régulièrement et pour de courts séjours, dans les localités frontalières polonaises pour y faire du tourisme et profiter des bas prix (tableau 5 p. 172). Ce type de « tourisme », est pratiqué surtout le week-end, parfois en famille, et de façon régulière (une ou deux fois par mois). Il permet aux consommateurs allemands de venir faire leurs courses au bazar ou dans les hypermarchés, de faire le plein de carburant de leur véhicule, et éventuellement des provisions de cigarettes ou d’alcool à moindre coût, le dépaysement venant en prime. Certains en profitent également pour aller chez le coiffeur ou le dentiste, ou pour manger au restaurant. Comme beaucoup de ceux qui décident de franchir la frontière le font à pied29, la plupart de ces commerces sont situés à quelques centaines de mètres des points de passage ; des taxis et des « minibus » attendent juste après le pont marquant la frontière (photos 12 et 13).

Photo. 12 – Słubice. Taxis en attente de clients aux abords du pont sur l’Oder.

Photo. 12 – Słubice. Taxis en attente de clients aux abords du pont sur l’Oder.

Cliché : Q. Mackré, 2003.

Photo. 13 – Camionnettes aménagées en « minibus », proposant des navettes vers les bazars frontière. Cliché : Q. Mackré, 2003.

Photo. 13 – Camionnettes aménagées en « minibus », proposant des navettes vers les bazars frontière. Cliché : Q. Mackré, 2003.

Tableau 5 – Comparaison de quelques prix à Francfort-sur-l’Oder et Słubice.

  • 30 Prix exprimés en złotys. Le taux de change au moment de l’enquête était de 1 euro pour 4,3 złotys.
  • 31 Marque identique.

Produit

Description/
Quantité

Słubice

Francfort-sur-l’Oder30

Indice du prix à Francfort (100= Słubice)

Lait

1 l.

1,94

2,97

153

Farine

1 kg

1,03

2,3

230

Sucre

1 kg

1,99

3,83

192

Chocolat

100 g.

1,72

3,05

177

Bière (en magasin)

0,5 l.

2,11

2,19

104

Bière (dans un bar)

0,5 l.

5,16

12

233

Cigarettes31

Une cartouche

59,34

255

430

Carburant (Essence)

1 l.

3,40

4,52

133

Carburant (Gazole)

1 l.

2,97

3,99

134

Coupe chez le coiffeur

Coupe simple

10,66

47,3

444

Auteur : Q. Mackré. Source : relevés de l’auteur, mai 2003.

33À Słubice, les Allemands peuvent trouver la plupart des produits prisés par leurs compatriotes dans la rue faisant face au pont frontalier : la rue Jedności Robotniczej. Dans cette petite rue piétonne, on trouve uniquement des enseignes destinées à une clientèle allemande et ouvertes pour certaines 24h/24, à commencer par de nombreux débits de tabac, ce qui à valu à l’endroit d’être rebaptisé par les habitants de Francfort « ZigarettenStrasse », ou encore « TabacAllee ». On trouve également dans cette rue de nombreux bureaux de change, bien que la plupart des commerces acceptent l’euro et pratiquent le double affichage. La plupart des vendeurs y parlent au moins quelques mots d’allemand. On peut aussi trouver dans cette petite rue des coiffeurs, un magasin d’alimentation, un bar, un laboratoire de développement de photographies, une boucherie : tout ce qui coûte moins cher à Słubice qu’à Francfort.

2.2.3 L’économie souterraine

34Dès son ouverture, et en raison des contrastes de niveaux de vie qui y sont observés, la frontière Oder-Neisse fait figure, dans les années 1990, de nouvel « Eldorado pour les trafiquants de toute nature » (Lepesant, 1998). La contrebande est difficile à quantifier, mais ces flux illicites représentent des sommes pharamineuses et donc un manque à gagner important pour les États, notamment l’Allemagne. Le seul trafic de cigarettes, selon les chiffres des douanes polonaises aurait représenté, en 2001, quatre milliards de dollars par an (Gaunard-Anderson, 2002). On peut discerner deux types de contrebande dans les années 1990-2004 : celle qui est le fait des résidents de la zone frontalière, qui concerne surtout de petites quantités, et celle due à des bandes organisées, qui est un trafic de grande ampleur. Il faut noter que des liens existent parfois entre les deux. Depuis 2004, ce dernier type de contrebande, qui s’approvisionne souvent plus à l’Est, voit ses activités facilitées par l’ouverture de la frontière. À l’inverse, le commerce des « fourmis », qui était une véritable soupape de sécurité sociale pour les habitants dans le besoin, s’est déplacé sur les frontières orientales.

  • 32 Soit à peine plus d’un euro.

35Par ailleurs, il s’est développé du côté polonais de l’Oder-Neisse, des activités liées aux jeux et aux loisirs nocturnes, très comparables à celles observées sur la frontière mexicaine. Les bars, salles de jeux, bowlings, casinos et autres discothèques ont fleuri du côté polonais de la frontière. Les bas prix (une chope de bière ne coûte que cinq ou six złoty32 dans un bar ou une boîte de nuit) et l’exotisme attirent les Allemands, qui constituent l’essentiel de la clientèle de ces établissements. Tous les samedis soirs, les deux complexes de loisirs de Słubice sont pris d’assaut par les habitants de Francfort et la bière et la vodka y coulent à flots. Pour une autre clientèle, on trouve au bord de la route, peu après le terminal de Świecko, entre les stations essence, des « salons de massage » ou des bars à strip-tease. On estime à 400 le nombre de prostituées aux alentours de Słubice, attendant leurs clients à proximité des bars que fréquentent les Allemands ou au bord des routes situées après les postes-frontière. Toutes ces activités liées à l’économie du vice attirent irrémédiablement le trafic de drogue et la délinquance sur l’Oder-Neisse. Cette délinquance est exacerbée par les contrastes de richesses entre les deux populations, les llemands, relativement dotés de plus hauts revenus, en étant les principales victimes (notamment en ce qui concerne les vols de voitures).

36Depuis 1990, la frontière polono-allemande est également le lieu d’un trafic de déchets en provenance de l’ouest. Ce trafic s’est développé avec le durcissement des normes et l’augmentation du coût de traitement des déchets en Allemagne et dans l’UE-15. Ce flux illégal concerne à la fois des actes isolés de décharge sauvage, comme un trafic organisé et très lucratif, aux mains de réseaux criminels. Dans les deux cas, l’ouverture de la frontière, de 1990 à 1995, puis depuis 2004, a entraîné une augmentation des flux. Très difficilement estimable, elle concerne des déchets très variés :

  • 33 Célia Chauffour (2007), « La Pologne s’alarme de l’entrée massive sur son sol de déchets venus de l (...)

en 2007, les gardes-frontières polonais ont relevé 1 039 entrées illégales de déchets sur le territoire, dont 579 en provenance d’Allemagne, 32 d’Autriche, autant de Belgique. Il s’agissait surtout de déchets communaux, de voitures à la casse, d’emballages plastiques, de pneus, d’électroménager, de vêtements usagés et — plus incongru — de radiographies médicales.
(Chauffour, 200733)

37Pour prévenir l’augmentation de ce trafic avec l’ouverture de la frontière Schengen, la Pologne a durci en juin 2007 sa législation concernant le transport de déchets, et alourdi les peines en cas de décharge illégale (idem). Ce trafic de déchets perdurera tant que les normes et le coût de traitement des déchets polonais n’auront pas rejoint ceux de l’Europe de l’Ouest. Lorsque cela sera le cas, ce problème risque de se déplacer sur les frontières orientales de l’UE.

2.2.4 La ZES de Kostrzyn-Słubice

  • 34 Seul le secteur de la construction se détache, représentant environ un tiers des firmes présentes. (...)

38Dès les premiers mois de 1990, des firmes de Francfort-sur-l’Oder délocalisent certaines de leurs activités, génératrices de travail manuel, vers Słubice. Conscient du potentiel économique de cette région frontalière, le gouvernement polonais a installé, en 1997, à la demande des autorités locales, une zone économique spéciale à Kostrzyn et Słubice pour amplifier ce phénomène. Divisée à l’origine en huit parcelles, toutes situées près des points de passage frontaliers, elle est destinée à accueillir des entreprises dont les investissements sont détaxés, pendant au moins dix ans. De nombreuses entreprises allemandes et étrangères profitent de l’occasion pour s’installer à moindre frais en plein cœur du marché de l’UE, tout en bénéficiant des bas salaires et des avantages fiscaux polonais. De par les secteurs d’activité qui sont concernés, les entreprises n’apportent pas beaucoup de transferts de technologies, mais sont une véritable aubaine pour le marché régional de l’emploi. Très ouverte aux investisseurs allemands, et notamment berlinois, la ZES Kostrzyn-Słubice est l’une des plus diversifiées34 et des plus dynamiques du pays (en terme d’expansion territoriale). En 2005, 273,5 millions d’euros ont étés investis dans cette zone, qui regroupe en tout 70 entreprises pour 7 241 emplois (Coudroy de Lille, 2007, p. 654). Dès 2003, les sites originels de la ZES Kostrzyn-Słubice, aux alentours des communes éponymes, sont occupés à 50 %. Ils sont aujourd’hui saturés, et la ZES poursuit son développement en ouvrant de nouveaux sites. Ceux-ci sont de plus en plus éloignés, éparpillés sur trois voïvodies, et dans certains cas à plus de 150 kilomètres de la frontière (carte 24 p. 233). Cette logique d’ouverture de nouveaux sites plus distants, a quelque peu dénaturé l’objectif initial de la ZES, à savoir le développement de la zone frontalière. En se délocalisant à Poznań, sur un territoire initialement plus attractif, la ZES répond à la dynamique inverse et favorise ainsi « l’effet de tunnel* » observé sur cette frontière depuis 2004. Celui-ci a pour conséquence, à la faveur de l’ouverture de la frontière douanière, de concentrer les flux sur les principaux points de passages autoroutiers, et de les diriger directement vers les grandes agglomérations dynamiques de l’ouest du pays (Gdańsk, Poznań, Wrocław).

2.2.5 Vers le comblement du talus ?

39Au cours des années 1990, des activités commerciales comparables à celles observées sur la frontière entre les USA et le Mexique se sont développées sur l’Oder-Neisse. Les flux souterrains et les activités « grises », liés à l’entrée de clandestins dans l’UE, au trafic de drogue, au commerce du sexe ou aux jeux d’argent, ont fait craindre, pour un temps, le développement d’un scénario de type étatsuno-mexicain, marqué par une criminalité importante et une « barriérisation » accrue de la frontière. Ce scénario ne s’est finalement pas produit, en grande partie grâce au processus d’élargissement de l’UE enclenché pendant cette période.

40Avec l’ouverture de la frontière en 2007 et la baisse du złoty par rapport à l’euro en 2008, le « tourisme commercial » a fleuri sur l’Oder-Neisse. Il devrait se maintenir tant que les niveaux de vie et le taux de change permettent d’observer des écarts de prix importants. Le rattrapage économique de la Pologne et le ralentissement économique de l’ex-RDA depuis les années 2000, ont réduit les écarts de niveau de vie observés de part et d’autre de la frontière. Ces écarts de niveau de vie, basés sur le salaire moyen, étaient de 1 à 7 en 1990, d’environ 1 à 4 en 2010.

41Depuis 2004, à la faveur du rattrapage économique réalisé par la Pologne depuis quinze années et de la hausse relative de la valeur du złoty par rapport à celle de l’euro, les relations commerciales sont devenues moins asymétriques. Les Polonais sont de plus en plus nombreux à acheter certains produits (cycles, électroménager, habillement de marque, certains produits alimentaires) en Allemagne. Autre conséquence de ce rattrapage, les entreprises sous-traitantes sont moins rentables qu’elles ne l’étaient et sont fréquemment déplacées vers les grandes agglomérations de Pologne occidentale (Wrocław, Poznań).

3 La coopération transfrontalière : sur les traces du modèle franco-allemand

42La déconstruction politique des frontières a permis aux États, aux autorités locales et aux riverains de mettre en place des projets d’aménagement et de coopération transfrontaliers. Souvent impulsés et soutenus financièrement par l’Union européenne, leur réussite dépend le plus souvent de l’implication des acteurs locaux et de leur faculté à faire tomber les barrières culturelles qui existent encore sur ces frontières. À ce titre, les bonnes relations actuelles entre la France et l’Allemagne sont souvent citées en exemple pour inciter les Polonais et les Allemands à renouer un dialogue débouchant sur une coopération fructueuse. Par leur réconciliation, la France et l’Allemagne sont devenues un axe majeur dans le processus de construction européenne. Par le biais du « triangle de Weimar », forum informel de coopération instauré en 1991, la Pologne essaie de rejoindre cette dynamique.

3.1 Vers une coopération au sein d’un nouvel ensemble supra-étatique

43L’UE est depuis la candidature de la Pologne un des principaux acteurs de la coopération transfrontalière. L’aide apportée par les programmes PHARE-CBC (« Cross-border cooperation », pour la Pologne, en tant qu’État candidat) et INTERREG (pour la RFA, en tant que membre de l’UE), sont à l’origine de nombreuses infrastructures et projets de coopération sur l’Oder-Neisse. En 2004, l’entrée de la Pologne dans l’UE a permis de résoudre le « problème PHARE-INTERREG » (Yoder, 2008, p. 13), en traitant désormais la coopération à l’aide du même instrument pour les deux États bordiers. La présence de deux programmes, ayant des objectifs sensiblement différents, des calendriers propres et des budgets inégaux était devenue une source de complications administratives, parfois pénalisantes pour ces projets (idem). Pour la Pologne et la Tchécoslovaquie, l’année 1990 marque le début de la coopération transfrontalière, problématique qui n’était pas prise en compte entre les États du Bloc de l’Est. L’intégration conjointe à l’Union européenne représente l’opportunité pour la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie de rattraper le retard pris en la matière, en profitant des aides européennes et en s’inspirant de l’exemple franco-allemand.

44Dans un premier temps, les principaux projets transfrontaliers concernent la réduction de la discontinuité logistique que représente la frontière, notamment dans le cas de l’Allemagne. Il existe 38 points de passage entre les deux pays en 2007. À titre de comparaison, la frontière franco-allemande compte plus de 60 points de passage, et pourtant, ce nombre est jugé largement insuffisant. Cet obstacle est néanmoins en train de se combler grâce à la construction régulière de nouveaux ponts (11 construits entre 1994 et 2007). Sept de ces nouveaux points de passage sont des postes-frontière accessibles aux véhicules et ont donc nécessité d’importants investissements pour franchir la Neisse ou l’Oder. Les principaux accès autoroutiers ont également été rénovés, comme celui de Świecko en 2000 (terminal douanier, doublement du pont). Les travaux, d’un coût de 160 millions d’euros environ, y ont été financés à 60 % par l’Allemagne et à 40 % par la Pologne (y compris les aides européennes Interreg et Phare) (Kelm, 2000, p. 27).

3.2 La gestion commune de la Neisse et de l’Oder

45Quarante-cinq années de domination socialiste, marquées par le désintérêt pour l’aménagement de la zone frontalière et pour les problèmes environnementaux ont généré une situation catastrophique sur le plan écologique sur la Neisse et l’Oder. Les deux principaux problèmes concernent la pollution (aussi bien industrielle que domestique) de l’ensemble du réseau hydrographique et la prévention des inondations.

  • 35 L’article 1 de l’accord en fixe les trois principaux objectifs : « 1- Réduire progressivement toute (...)
  • 36 Cependant, le coût des travaux de la commission n’est financé qu’à hauteur de 2,5 % par l’Union eur (...)

46La prise de conscience de la situation écologique date de 1992, avec le début de discussions tripartites entre la Pologne, l’Allemagne et la Tchécoslovaquie. En 1995, malgré quelques premiers aménagements, la situation en Pologne est encore préoccupante : 20 % des rejets domestiques n’étaient toujours pas traités, et seulement 35 % des stations d’épuration étaient biologiques. Ceci donne une idée de la situation générale sur l’Oder, dont la majeure partie du cours se trouve en Pologne. En 1996, un accord est signé à Wrocław entre les gouvernements polonais, tchèque et allemand pour la création d’une commission tripartite, la « Commission internationale pour la protection de l’Oder contre la pollution35 » (CIPO), dont la commission européenne est co-signataire36. Malgré les lenteurs administratives, cette plate-forme de rencontre entre les trois pays permet des progrès importants pour définir les problèmes et des moyens communs pour les résoudre. La CIPO a permis entre autres de créer une station d’épuration moderne à Guben/Gubin, gérée en commun par les deux municipalités. Un mois après la deuxième réunion de la CIPO, en juin 1997, les compétences de la commission se sont élargies à la prise en compte du risque inondation, dans une situation de crise.

Photo. 14 – Travaux de rénovation du pont sur l’Oder entre le poste-frontière de Francfort (au premier plan) et Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2002.

Photo. 14 – Travaux de rénovation du pont sur l’Oder entre le poste-frontière de Francfort (au premier plan) et Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2002.

Photo. 15 – Le poste-frontière de Radomierzyce/Hagenwerder (5 km kilomètres au sud de Görlitz/Zgorzelec), quelques mois après son ouverture. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 15 – Le poste-frontière de Radomierzyce/Hagenwerder (5 km kilomètres au sud de Görlitz/Zgorzelec), quelques mois après son ouverture. Cliché : Q. Mackré, 2004.
  • 37 Pendant la crue, qui a duré plus d’un mois, une rumeur, totalement infondée, s’est développée en Al (...)

47En 1997, la région a connu des inondations estivales causant la mort de 54 personnes, l’évacuation de 162 000 riverains et plus de trois milliards d’euros de dégâts. Cette crue a dépassé l’imagination des riverains et leur mémoire collective : en effet, la dernière crue notoire de l’Oder, bien que de moindre importance, remontait à 1903. Depuis, on avait omis d’aménager pertinemment le fleuve, devenu frontière et objet de tensions entre voisins. La crue de 1997 se révèle être un électrochoc dans un contexte de gestion commune de l’Oder balbutiant. Passé le stade de la surprise et de l’incompréhension37, s’est vite imposée la nécessité d’entreprendre une gestion commune de la prévention des crues du bassin de l’Oder. Dans un premier temps, les autorités allemandes et polonaises, ne croyant pas au retour d’une telle catastrophe, ont annoncé vouloir revenir, après des travaux qui devaient durer jusqu’en 2010, à la situation précédant la crue (en ce qui concerne les digues et les autres aménagements). Depuis, la situation a beaucoup évolué avec la prise de conscience des populations et autorités riveraines de la probabilité avérée d’un nouvel épisode dramatique. La médiatisation du phénomène mondial de changement climatique a favorisé cette prise de conscience, tout comme la répétition des catastrophes de ce genre en Europe centrale (crue de la Vistule en 2001, de l’Elbe en 2002). La gravité de ces inondations ainsi que leurs répétitions ont été imputées à la destruction des ripisylves et des zones humides, aux aménagements (canalisation) des principaux cours d’eau et de leurs affluents. Les autorités tentent désormais de rattraper le temps perdu en mettant en place une politique d’aménagement concertée de la Neisse et de l’Oder, sur le modèle de ce qui existe dans la vallée du Rhin.

3.3 L’Oder-Neisse : une superposition de frontières sociales

48Les jours suivant les ouvertures de 2004 et de 2007, les contrôles quasi-systématiques de la douane volante allemande juste après la frontière ont suscité l’incompréhension des automobilistes polonais et ravivé la méfiance de part et d’autre de la frontière. La chute des barrières douanières et migratoires a contribué à mettre au jour d’autres types de barrières qui séparent les populations locales. Cette frontière récente entre deux vieilles nations marque d’abord une limite très nette entre langue germanique et langue slave, entre protestantisme et catholicisme. À ces barrières culturelles s’ajoute une frontière de niveau de vie, qui représente un obstacle important entre Allemands et Polonais. D’après l’enquête que nous avons menée à Francfort-sur-l’Oder/Słubice, l’histoire est encore un obstacle « important » ou « modéré » à de meilleurs relations entre les peuples, pour 64 % des habitants de Słubice et 36 % de ceux de Francfort que nous avons interrogés (cf. fig. 21 p. 204). Cette barrière concernant l’héritage historique est en effet encore palpable sur la frontière, où elle se cristallise souvent. Le processus de réconciliation entre les deux peuples n’a commencé qu’en 1990, après la chute du socialisme et la reconnaissance bilatérale de la « ligne » Oder-Neisse qui devenait ainsi frontière étatique intangible.

49Dans ce contexte de réconciliation naissante, les désaccords du passé sont en train d’être soldés. En Allemagne, la reconnaissance complète et définitive des territoires cédés à la Pologne à la suite de la dernière guerre, s’est faite dans un contexte de grande émotion. Jusqu’en 2004, se développe une campagne virulente de type nationaliste pour la restitution de leurs propriétés aux Allemands expulsés en 1945 après le rattachement de la Silésie et de la Poméranie à la Pologne. Certains Allemands attendent depuis longtemps l’ouverture de la frontière pour pouvoir racheter les terres de leurs ancêtres et parfois même pour s’y réinstaller. Le gouvernement polonais entend tout faire pour les en empêcher. Il obtient, lors des négociations d’adhésion, un délai de 12 ans avant lequel les étrangers ne pourront pas acheter de terres en Pologne. Le problème des expulsés empoisonne encore les relations polono-allemandes ; la Pologne s’oppose vivement, entre 2005 et 2010, à la construction à Berlin d’un mémorial des expulsés de la seconde guerre mondiale.

  • 38 « Nationaldemokratische Partei Deutschlands ».

50La barrière culturelle et historique a ralenti l’ouverture de nouveaux points de passages. Certains ponts sont toujours en ruine depuis la seconde guerre mondiale, comme par exemple celui situé entre les villages de Coschen en Allemagne et Żytowań en Pologne. Lorsqu’ils veulent traverser la Neisse, les habitants de ces deux villages doivent, encore cinquante ans après, passer par le pont de Guben/Gubin, à une douzaine de kilomètres plus au sud. L’extrême droite allemande atteint ses taux les plus élevés en RDA, et particulièrement dans la région frontalière avec la Pologne. En 2002, lorsqu’il a été proposé de reconstruire le pont de Coschen, cela a ravivé des craintes ancestrales. De nombreux riverains allemands s’y sont opposés, et une manifestation a été organisée le 12 juin 2004 par le NPD38 à Eisenhüttenstadt, contre cette reconstruction en particulier et l’entrée de la Pologne dans l’UE en général. En 2010, ce pont, toujours en ruine, nous rappelle symboliquement que l’Oder-Neisse garde toujours sa valeur de « front ». À Guben/Gubin, les cicatrices de cette histoire conflictuelle sont encore visibles en plein centre ville. Lorsque les autorités polonaises ont pris le contrôle de l’endroit en 1945, elles ont laissé en ruine le centre historique de Guben et son église, situées à proximité immédiate du pont entre les deux parties de la ville. En 2010, cet espace est toujours une friche urbaine, aménagée sommairement en parkings et accueillant le bazar frontalier (photo. 17 page ci-contre). L’église protestante, qui est restée à l’état de ruine non stabilisée pendant plus de 60 ans, doit bientôt faire l’objet d’une rénovation, grâce à l’implication d’associations locales et au soutien des pouvoirs publics (photo. 16).

Photo. 16 – Centre-ville de Gubin, l’hôtel de ville et l’église. Guben est à l’arrière-plan. À l’endroit de l’ancien centre historique de Guben, l’église protestante est en ruine depuis 1945, au milieu d’un parking proche du poste-frontière. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 16 – Centre-ville de Gubin, l’hôtel de ville et l’église. Guben est à l’arrière-plan. À l’endroit de l’ancien centre historique de Guben, l’église protestante est en ruine depuis 1945, au milieu d’un parking proche du poste-frontière. Cliché : Q. Mackré, 2004.

51Comme ce fut le cas pour la France et l’Allemagne dès 1958, dans le cadre de la CEE, le fait que les deux pays soient maintenant membres de l’Union européenne pourra certainement les aider à accélérer une réconciliation qui n’a que trop tardé. L’Allemagne et la Pologne enclenchent donc, avec 45 années de retard par rapport au « modèle » franco-allemand, un cycle de relations cordiales, mutuellement enrichissantes. Un des moteurs de la réconciliation franco-allemande est un système scolaire basé sur l’apprentissage de la langue du voisin et sur des programmes d’échanges scolaires très développés. Il y a peu, un premier livre d’histoire franco-allemande vient même d’être édité pour les écoliers allemands et français. Entre Polonais et Allemands, rien de tout cela n’existe, hormis le cas unique de l’université Viadrina à Francfort et Słubice. Si de nombreux élèves polonais apprennent l’allemand, c’est encore plus par utilité pratique que par réelle envie de découverte. De par la barrière, physique, culturelle et historique que représente la frontière, il reste encore beaucoup de chemin pour que cette ligne de discontinuité devienne une frontière dévaluée et apaisée comme l’est la frontière franco-allemande.

Photo. 17 – Vue du marché de Gubin. Le marché est situé sur l’ancien centre historique de Guben, dont peu de bâtiments ont été reconstruits. On aperçoit à l’arrière-plan une des tours des anciennes fortifications de la ville. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 17 – Vue du marché de Gubin. Le marché est situé sur l’ancien centre historique de Guben, dont peu de bâtiments ont été reconstruits. On aperçoit à l’arrière-plan une des tours des anciennes fortifications de la ville. Cliché : Q. Mackré, 2004.

4 Le doublon urbain de Cieszyn/Český Těšín, vitrine de la réconciliation polono-tchèque

52La ville doublon de Cieszyn/Český Těšín, traversée par l’Olza, a longtemps été le point d’achoppement des nationalismes polonais et tchèques. À la fin des années 2000, le rapprochement de la partie polonaise, Cieszyn (36 000 habitants) et de la partie tchèque Český Těšín (26 000 habitants), sous l’impulsion des populations locales, en fait une vitrine des relations polono-tchèques.

Photo. 18 – Monument de « la Silésienne ». Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 18 – Monument de « la Silésienne ». Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 19 – Affiche présentant le monument de l’entre-deux-guerres (1934-1939).

Photo. 19 – Affiche présentant le monument de l’entre-deux-guerres (1934-1939).

Cliché : Q. Mackré, 2007.

4.1 Des liens culturels forts

53Malgré les déplacements de population qui ont eu lieu au lendemain de la seconde guerre mondiale, les habitants des deux villes sont très proches culturellement. Český Těšín compte environ 15 % de Polonais et les deux populations parlent un dialecte local silésien qui joue le rôle de pivot entre les deux langues. Le côté tchèque compte plusieurs établissements scolaires en langue polonaise et pratique le double affichage des panneaux publics. La minorité polonaise de la région Zaolzie (au-delà de l’Olza »), estimée à 40 000 personnes, ne bénéficie pas toujours d’aussi bonnes conditions. Les conflits historiques sont encore dans les mémoires, mais n’entravent généralement pas les bonnes relations entre les deux parties de la ville. Lorsqu’en 2006 la municipalité de Cieszyn a décidé de reconstruire à l’identique le monument pour les légions tombées pour la Silésie polonaise (photos 18 et 19 page ci-contre), cela a provoqué de nombreuses interrogations du côté tchèque. À quelques mètres du poste-frontière, à l’endroit où elle se tenait entre 1934 et 1939, la statue de « la Silésienne », sabre pointé vers la frontière, peut en effet être perçue comme une provocation. Pourtant, à la fin des années 2000, le monument ne fait plus l’objet de crispations, signe que les relations sont devenues cordiales entre les deux peuples.

54Les deux villes sont reliées par deux ponts (en sens unique), qui sont devenus très rapidement saturés après 1990. En 1997, la mise en service d’un contournement autoroutier a permis de décongestionner le trafic urbain (fig. 12 et 13 page suivante). Consécutivement, les deux municipalités ont obtenu que les piétons puissent franchir les deux postes-frontières dans les deux sens.

Figure 12 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).

Figure 12 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).

Figure 13 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).

Figure 13 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).

4.2 Un tissu économique dense

55Les activités commerciales entre les deux villes sont très intenses . Au début des années 1990, elles prenaient la forme de « fourmis » faisant des navettes entre les deux côtés de la ville. Deux postes-frontières à sens unique relient Cieszyn et Český Těšín ; les navettes s’effectuaient ici le plus souvent à vélo, et selon le même parcours le long des berges de l’Olza entre les deux points de passage. Le long de ce trajet stratégique s’étaient installés vendeurs, petits commerces et magasins qui vendaient, achetaient ou troquaient leurs produits avec les navetteurs. Dans le milieu des années 1990, des bazars frontaliers se sont développés dans la partie polonaise de la ville (cf. supra). En 2010, ces bazars et petits commerces sont toujours très nombreux à Cieszyn, où on estime que plus de 60 % de leurs revenus viennent de la clientèle tchèque (Kulczyńska, Matykowski, 2008, p. 205). Ces bazars attirent une clientèle venant de toute la Silésie tchèque. Tous les week-ends, entre 20 et 25 bus remplis de clients arrivent des environs. Les Polonais qui font des achats de l’autre côté de la frontière se rendent eux plutôt dans des magasins (vêtements, alimentation) ou au supermarché.

56Le territoire de la ville doublon s’apparente depuis 2004 à un « espace économique intégré » avec ses places centrales (les deux centres-villes, les bazars, les zones entre les deux points de passage frontaliers) et ses spécialisations. La plupart des commerces situés à proximité de l’Olza, et donc orientés vers une clientèle étrangère, acceptent aussi bien les couronnes que le złoty. Cette concurrence est stimulante pour le commerce et avantageuse pour les consommateurs de la ville-doublon, qui trouvent des prix plus attractifs d’un côté ou de l’autre en fonction de la conjoncture.

Photo. 20 – Pont sur l’Olza entre Cieszyn et Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 20 – Pont sur l’Olza entre Cieszyn et Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 21 – Petits commerces le long de l’Olza à Cieszyn. Installés sur le trajet entre les deux postes-frontière, ces commerces sont destinés principalement à une clientèle tchèque. Cliché : Q. Mackré, 2007.

Photo. 21 – Petits commerces le long de l’Olza à Cieszyn. Installés sur le trajet entre les deux postes-frontière, ces commerces sont destinés principalement à une clientèle tchèque. Cliché : Q. Mackré, 2007.

4.3 Une coopération transfrontalière solide

57La coopération transfrontalière se met en place entre les deux municipalités de la ville doublon dès les premiers mois suivant la fin de la période socialiste, d’abord au moyen d’actions événementielles ou symboliques. En 1990, est instaurée la fête « des trois frères » qui, selon la légende, auraient fondé la ville en 810. Cette fête, dont le départ est traditionnellement donné par les deux maires sur l’un des ponts de la ville, est une réussite populaire qui voit expositions, spectacles et concerts animer la ville pendant une semaine au mois de juin. L’année suivante est lancé le festival de théâtre « sur la frontière », qui se déroule chaque année sur les deux scènes de la ville-doublon. Ce festival bilingue délivre chaque année le « prix des barrières cassées » ; en 2007, la pièce récompensée prenait en dérision la période de l’entre-deux-guerres dans la ville, signe de la maturité de la coopération transfrontalière. Le reste de l’année, les deux théâtres sont accessibles grâce à un abonnement commun. Depuis 1999, un festival de cinéma a vu le jour sur le même principe. Une eurorégion est créée en 1998, à l’initiative de deux associations régionales de coopération transfrontalière et des deux municipalités. La participation des Slovaques a été évoquée, mais c’est finalement le territoire correspondant à peu près à l’ancien duché de Cieszyn qui a été retenu. Le territoire de cette eurorégion « Silésie de Cieszyn » dispose donc déjà d’une identité historique et culturelle forte. Dans les premières années de son existence, les réalisations de l’eurorégion « Silésie de Cieszyn » se limitent d’abord à des actions d’information culturelles et touristiques concernant son territoire, financées par le programme Phare CBC (Cross-border cooperation). Avec l’entrée dans l’UE, l’eurorégion profite désormais du programme Interreg et dispose donc d’un budget lui permettant de financer de nombreux programmes de coopération transfrontalière. De 2004 à 2006, elle finance ainsi 39 projets qui sont portés par des particuliers, des associations ou des écoles, à hauteur de quelques milliers d’euros (Kraupnerova, 2008, p. 110). Ce financement de petits projets constitue l’activité centrale de l’eurorégion, qui reçoit de plus en plus de candidatures pour de tels financements. À partir de 2008, l’eurorégion « Silésie de Cieszyn » a décidé de réaliser un projet d’aménagement des berges de l’Olza, sur le modèle du jardin des deux rives à Strasbourg et à Kehl (circuit balisé, promenade, passerelle pour les piétons et vélos).

58Les traces du passé conflictuel entre Polonais et Tchèques dans la région, qui ont connu un point culminant en 1938, ont presque complètement disparu. Les populations de la ville-doublon s’attachent plus à ce qui les unit qu’à l’histoire conflictuelle de leur ville, qui avait été exacerbée par les tensions nationalistes à l’échelle étatique. La plupart des réalisations entre les deux municipalités ou dans le cadre de l’eurorégion sont pour l’instant modestes, mais elles sont spontanées et le plus souvent reçoivent un succès populaire. Elles concernent souvent des réalisations concrètes limitées, mais emblématiques de la construction d’un espace commun. Dernièrement, les deux communes ont par exemple décidé d’harmoniser leur mobilier urbain. Par ce type d’actions symboliques, les particuliers, associatifs ou politiques des deux villes s’attachent à les réunir pour construire et revendiquer leur territoire commun.

5 Le doublon urbain de Słubice/Francfort-sur-l’Oder : un laboratoire de l’intégration à l’UE

59Pour la première fois de sa courte histoire, l’agglomération divisée de Francfort-sur-l’Oder et de Słubice a la possibilité de mettre en place des projets d’aménagements communs, sans l’obstacle d’une frontière internationale restreignant la circulation des personnes et des biens. Au cours de notre analyse de cet espace urbain, nos interrogations porteront notamment sur l’existence d’un territoire transfrontalier dans la ville-doublon. Nous verrons quels sont les acteurs (politiques de niveau européen, national ou local, citoyens de la ville, associations, lobbys) qui tentent de se l’approprier (ou de le remettre en cause) et comment ils envisagent sa gouvernance, dans une articulation complexe entre les niveaux de pouvoirs.

  • 39 Enquête réalisée le 10 juillet 2008 auprès de 1 000 habitants de la ville-doublon, menée par l’aute (...)

60Nous avons vu que l’ouverture de la frontière a permis de recréer des liens économiques, sociaux, politiques et culturels entre les deux parties des villes-doublons. En prenant l’exemple de projets transfrontaliers, nous analyserons les liens politiques établis entre les deux composantes de l’agglomération de Francfort-sur-l’Oder/Słubice. Si certains de ces projets sont d’incontestables réussites, comme dans le domaine universitaire, d’autres, par exemple en ce qui concerne les transports en commun, voient leur réalisation retardée ou minorée en raison de barrières politiques, économiques, culturelles ou mentales qui séparent encore les deux rives. En nous appuyant notamment sur une enquête menée en juillet 2008 à Francfort-sur-l’Oder et Słubice39, nous tenterons de déterminer la nature de ces barrières et leurs implications dans la perspective de la mise en place d’une gouvernance transfrontalière plus approfondie au sein de cette ville-doublon.

  • 40 Commune mixte (littéralement « commune urbaine-rurale », voir tableau 13 p. 263, pour plus de préci (...)
  • 41 Ville-arrondissement.
  • 42 Commune.
  • 43 Arrondissement.

61Dans cette étude, un premier obstacle évident est la dissymétrie démographique et administrative des deux villes où résident, en 2010, 79 000 habitants (fig. 11 p. 165). Słubice, 19 000 habitants pour 19 km2, a le statut de gmina* miejsko-wiejska40, correspondant à la collectivité territoriale de niveau local en Pologne, et pour l’UE, au LAU-2* . Francfort-sur-l’Oder, qui compte 60 000 habitants pour 148 km2, possède le statut de Kreisfreie Stadt41. Elle cumule à ce titre les fonctions de Gemeinde42, collectivité territoriale de niveau local et de Kreis43, qui est à la fois une collectivité territoriale de niveau supra-local et une circonscription d’action du Land de Brandebourg. Dans la nomenclature de l’Union européenne, la commune de Francfort correspond à l’échelle NUTS-3. Elle possède de ce fait des compétences beaucoup plus étendues que Słubice en matière d’aménagement.

  • 44 Ces chiffres sont cependant difficiles à interpréter, en raison d’un fort taux de transit et du rep (...)

62Dans la première moitié de la décennie 1990, les échanges entre les deux parties de la ville, notamment commerciaux, s’intensifient et se traduisent par plus de 45 000 passages quotidiens par l’unique poste-frontière de la ville (fig. 14 page suivante). En 1995, l’entrée en vigueur de la convention de Schengen rend rapidement à la dyade sa fonction de filtre des flux de personnes. Un passeport redevient alors nécessaire pour traverser le pont sur l’Oder entre Francfort et Słubice. Le renforcement des contrôles frontaliers entraîne d’importantes files d’attentes (photo. 22) et une diminution significative des traversées entre les deux parties de la ville-doublon (fig. 1444).

Photo. 22 – Le pont sur l’Oder en mai 2003. Au début des années 2000, le paysage urbain est marqué en permanence par des files de véhicules s’étirant sur plusieurs kilomètres. Cliché : Q. Mackré, 2003.

Photo. 22 – Le pont sur l’Oder en mai 2003. Au début des années 2000, le paysage urbain est marqué en permanence par des files de véhicules s’étirant sur plusieurs kilomètres. Cliché : Q. Mackré, 2003.

Photo. 23 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Le jour de l’adhésion de la Pologne à l’UE, les barrières frontalières sont temporairement levées et la foule se masse sur le pont de l’Oder. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 23 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Le jour de l’adhésion de la Pologne à l’UE, les barrières frontalières sont temporairement levées et la foule se masse sur le pont de l’Oder. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Figure 14 – Flux migratoires entre Słubice et Francfort-sur-l’Oder (1994-2007).

Figure 14 – Flux migratoires entre Słubice et Francfort-sur-l’Oder (1994-2007).

Figure 15 – Flux migratoires à Świecko (1994-2007).

Figure 15 – Flux migratoires à Świecko (1994-2007).

63La ville-doublon connaît une double crise du logement : à Francfort, le dépeuplement a laissé vides de nombreux appartements, alors qu’à Słubice, de nombreuses personnes sont en attente d’un logement. La situation à Francfort, qui a perdu près du tiers de sa population depuis 1990 (fig. 11 p. 165), est tellement dramatique, que de nombreuses démolitions sont prévues et que la sous-occupation des immeubles et la faible demande ont pour effet paradoxal de faire augmenter le montant des loyers. À Słubice, au contraire, on estime que plus de 500 personnes sont à la recherche d’un logement.

64Malgré l’ouverture complète de la frontière en décembre 2007, la situation ne s’est pas arrangée. Le prix du loyer est encore trop élevé à Francfort par rapport à Słubice (trois fois plus important) pour attirer les Polonais à la recherche d’un logement. La municipalité de Francfort a tenté, après 2004, d’attirer les habitants polonais en recherche de logement, mais s’est heurtée aux dérogations européennes donnant à l’Allemagne une période de transition pour sa politique migratoire. La municipalité avait obtenu du Land de Brandebourg le droit de délivrer un permis de résidence à ceux qui cherchaient un logement, mais les conditions liées (justifier d’un salaire trois fois égal au montant du loyer, renoncer à la sécurité sociale allemande...) étaient trop contraignantes pour les attirer en nombre. La situation reste paradoxale : alors que des logements sont détruits à Francfort et que Słubice connaît une crise du logement de plus en plus prononcée, les Allemands sont de plus en plus nombreux à aller vivre en Pologne pour faire des économies sur leur loyer. Ce comportement, apparu dès les années 1990, était resté assez marginal, sauf en ce qui concerne les étudiants. Il est en train de se développer depuis 2008, à la faveur de la crise économique et de l’ouverture complète de la frontière. Depuis quelques années, de plus en plus de Berlinois viennent cependant se loger à Francfort, qui est à 45 min de train, pour profiter des bas loyers.

5.1 De ligne de partage à axe de développement : la transformation des berges de l’Oder

  • 45 Au sujet de ce référendum, voir également la carte 42 p. 296.

65La candidature rapide de la Pologne à l’UE (1994), puis l’incorporation de la convention de Schengen dans l’acquis communautaire avec le traité d’Amsterdam (1999), entraînent le transfert progressif des compétences de ce pays en matière de politique frontalière vers l’échelle communautaire. Ceci donne rapidement à la ville-doublon la perspective d’une ouverture complète de la frontière qui la divise. Lors du référendum sur l’adhésion de la Pologne à l’UE, la question de l’ouverture de la frontière prend à Słubice le pas sur toutes les autres. Il est alors intéressant de noter que le score obtenu par le « oui » à Słubice (83 %) est significativement supérieur à la moyenne nationale (77 %45).

66À partir du 1er mai 2004, l’adhésion de la Pologne à l’UE entraîne la levée des barrières douanières et la simplification des formalités administratives lors des contrôles frontaliers. À partir de cette date, les habitants des deux villes peuvent se rendre « de l’autre côté » sur simple présentation d’une pièce d’identité, et le plus souvent sans aucun délai d’attente, ce qui entraîne une nouvelle augmentation des traversées recensées au poste-frontière de la ville (fig. 14 p. 189). Le jour de l’adhésion, l’ouverture temporaire des barrières entre les deux villes entraîne une foule immense sur le pont, redevenu lieu de rencontre. Le paysage urbain se modifie immédiatement : les files de voitures qui s’étendaient quotidiennement sur des kilomètres disparaissent du jour au lendemain (photos 22 p. 188 et 23 p. 189).

67De 1945 à 1990, les berges de l’Oder étaient devenues des angles morts du développement urbain (photo. 24 page suivante). Certaines de ces friches urbaines sont encore visibles de nos jours (photo. 32 p. 206). Cet espace, devenu l’un des plus dynamiques de la ville-doublon est en passe d’en redevenir le centre. Dès les premières années de l’ouverture de la dyade, les deux municipalités signent des accords de coopération dans des domaines variés et mettent en place des sessions communes et régulières de leurs conseils municipaux (onze de 1993 à 2009).

  • 46 Auquel Słubice a participé en tant qu’ancienne composante de Francfort, avant de célébrer, deux ans (...)

68Un des effets les plus visibles de cette coopération au tournant des années 1990-2000 est le projet « European Garden 2003 », destiné à embellir les deux villes en vue des festivités du 750e anniversaire de Francfort46, et à « ramener les deux villes vers leurs berges, en y construisant un espace commun » (Tölle, 2007, p. 61). Ce projet est un succès en raison de ses résultats visibles des deux côtés de l’Oder : entretien des berges, aménagement de promenades et d’espaces verts. Son montage financier, réalisé en commun, lui permet en outre d’être en grande partie subventionné par des fonds européens (INTERREG pour l’Allemagne et PHARE-CBC pour la Pologne). À Francfort, la rive en amont du pont a été entièrement réaménagée (photos 26 et 27 page suivante). Entre 1990 et 2000, la friche industrielle s’est transformée en promenade, l’ancien entrepôt en restaurant. Cependant, les populations locales sont peu consultées au cours des projets, qui sont menés en parallèle de chaque côté de l’Oder, sans concertation ni réflexion globale d’aménagement (Tölle, 2007, p. 62). Sur le même modèle, les municipalités parviennent à s’entendre pour réaliser, en 2002, la construction d’un nouveau pont plus adapté au trafic croissant, construction également financée par les programmes européens cités précédemment (photo. 14 p. 177). Cependant, comme dans l’exemple précédent, les structures communes ne concernent que le montage financier du projet en vue de la demande de financements européens et sont démantelées aussitôt leur tâche accomplie.

Photo. 24 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992. Cette rue, située dans le prolongement du pont, présente un caractère monofonctionnel résidentiel. Cliché : B.K., www.grenzen.150m.com, 1992.

Photo. 24 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992. Cette rue, située dans le prolongement du pont, présente un caractère monofonctionnel résidentiel. Cliché : B.K., www.grenzen.150m.com, 1992.

Photo. 25 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002. Les rez-de-chaussée de la « Zigarettenstrasse », devenue entre-temps piétonne, sont tous occupés par des commerces. Cliché : Q. Mackré, 2002.

Photo. 25 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002. Les rez-de-chaussée de la « Zigarettenstrasse », devenue entre-temps piétonne, sont tous occupés par des commerces. Cliché : Q. Mackré, 2002.

5.2 La collaboration universitaire transfrontalière : Viadrina

69Lors de notre enquête, il est apparu que les habitants qui participent le plus au rapprochement des deux rives (traversées fréquentes, à buts variés et qualifiant de « bonnes ou assez bonnes » les relations polono-allemandes) sont issus le plus souvent de la communauté étudiante. Celle-ci est en effet un des moteurs du processus de rapprochement entre les deux rives, depuis la création de l’Université européenne Viadrina, en 1991, à Francfort-sur-l’Oder. Depuis 1998, une antenne, le Collegium Polonicum, est ouverte sur la rive polonaise, partenaire à la fois de la Viadrina et de l’université Adam Mickiewicz de Poznań. Cette institution binationale, unique en son genre, a pu voir le jour grâce à des accords passés au plus haut niveau (accord entre les ministres de l’éducation des deux pays signé en 1991), mais surtout grâce à l’implication des acteurs universitaires locaux qui ont su développer des structures de fonctionnement qui n’avaient alors pas d’équivalent. Cette initiative a permis à l’institution de fonctionner trois ans avant que l’accord définitif ne soit signé entre toutes les parties, lui faisant gagner un peu de temps et acquérir beaucoup d’expérience. L’université accueille tous les ans plus de 5 000 étudiants, dont la moitié sont Allemands et plus d’un cinquième Polonais. Le projet transfrontalier mis en place dans certains cursus (étudiants de nationalités mêlées, cours en allemand, polonais et anglais, dispensés à la fois sur les campus de la Viadrina et du Collegium Polonicum) a permis d’accélérer le rapprochement, les échanges culturels et le bilinguisme entre étudiants polonais et allemands. Il était également pionnier, car les structures étatiques (frontière contrôlée) n’étaient à son lancement pas compatibles avec sa structure transfrontalière, les étudiants devant traverser la frontière plusieurs fois par jour dans le cadre de leurs études. Ceci leur causait de fréquents problèmes de retard aux cours, en cas de queue au poste-frontière, et les obligeait à renouveler leurs passeports fréquemment, ces derniers étant remplis bien avant leur date d’expiration. Certains étudiants, titulaires d’un simple visa de tourisme (trois mois maximum), devaient même retourner dans leur pays d’origine avant chaque échéance, afin de pouvoir compléter leur année universitaire. Malgré ces inconvénients, ces formations ont pu fonctionner et anticiper, autant que légitimer, l’ouverture plus complète de la frontière.

Photo. 26 – Les berges de l’Oder à Francfort en 1990. Kelm, 2000, p. 38-39.

Photo. 26 – Les berges de l’Oder à Francfort en 1990. Kelm, 2000, p. 38-39.

Photo. 27 – Les berges de l’Oder à Francfort en 2000. Kelm, 2000, p. 38-39.

Photo. 27 – Les berges de l’Oder à Francfort en 2000. Kelm, 2000, p. 38-39.

5.3 Les transports urbains : une disjonction frontalière

70Les projets de transports en commun transfrontaliers sont l’un des thèmes fréquemment abordés lors des rencontres des deux équipes municipales depuis le début des années 1990. En décembre 2001, une ligne de bus est réclamée par l’association Słubfurt pour la période de Noël, prenant exemple sur celle existant dans la ville-doublon de Görlitz/Zgorzelec. Dès son annonce, le projet de faire franchir le pont par le bus rencontre l’opposition du lobby des chauffeurs de taxi de Słubice. Ceux-ci forment une corporation importante dans la ville (leur nombre est estimé à 300 environ) et vivent principalement du transport des Allemands venus faire leurs courses à Słubice, du pont vers les principaux points commerciaux (supermarché et bazars), distants de quelques centaines de mètres. Une pétition contre le bus — qui a recueilli 500 signatures — a été déposée à la mairie de Słubice et certains chauffeurs de taxi ont même menacé « d’accueillir le premier bus avec des jets de pierres » (Tölle, op. cit., p. 62). À la suite de cette opposition, le projet a quelque peu perdu le soutien de la municipalité de Słubice, et a été finalement abandonné.

71Malgré ce premier échec, un projet de ligne de tramway (Francfort possède toujours son réseau) circulant sur le pont de l’Oder est aussi régulièrement envisagé et reçoit un soutien fort des deux municipalités. En 2005, celles-ci, qui détiennent les compétences politiques en matière de transports publics locaux, parviennent à un accord de principe. Tous les détails techniques (tracé de 3,5 km, calendrier) et financiers (aides européennes, répartition des dépenses restantes) sont en voie de règlement. Le projet retient le démantèlement d’un tronçon de ligne non rentable de Francfort (après un de ses arrêts à proximité du pont, où la plupart des usagers descendent pour traverser le pont à pied) et son redéploiement vers Słubice. Compte tenu des aides européennes, le coût du redéploiement est inférieur à celui du seul démantèlement de cette ligne non rentable (qui implique la création d’un terminus au niveau du pont). Il doit être pris en charge par Francfort, tandis que Słubice en assurera l’entretien (idem). Dans un contexte favorable, où les procédures pour franchir la frontière viennent d’être simplifiées (carte d’identité uniquement) et où le trafic sur le pont est en constante augmentation, la réouverture de cette ligne qui existait jusqu’en 1945 semble bénéfique aux deux parties. Les commerces de Francfort (et son réseau de transport) ont la possibilité de s’ouvrir à 19 000 nouveaux clients potentiels et ceux de Słubice de devenir plus accessibles à leur clientèle allemande. Malgré cela, plusieurs milieux locaux (lobby des chauffeurs de taxis de Słubice, opposition municipale et une partie de la population de Francfort) s’opposent activement au projet. À Francfort, ils parviennent en 2006 à contraindre la municipalité en place à organiser un référendum sur le sujet. Le score de 83 % en faveur du « non » (avec une participation de 30 %, relativement forte pour un tel type de scrutin), marque l’abandon immédiat du projet et porte un coup très dur à la coopération transfrontalière en général. Le principal argument avancé par les partisans du « non » est le risque de voir le budget mal maîtrisé par la municipalité de Francfort, ou l’éventualité que la partie polonaise ne parvienne pas à assurer l’entretien des rails. D’autres explications plus politiques mettent également en avant un vote sanction contre la municipalité en place.

72En attendant le tramway, les étudiants de l’agglomération font pression, depuis l’ouverture de la frontière Schengen, en faveur de l’ouverture d’une ligne de bus entre Francfort et Słubice. Le 21 décembre 2007, a ainsi été affiché sur le poste-frontière « Ici devrait passer un bus » (Märkisches Oderzeitung, 29-01-2008). Ce souhait a rapidement été exaucé par la compagnie gérant le réseau de transports urbains de Francfort, avec l’accord de Słubice. Une nouvelle ligne, qui relie le réseau de Francfort aux lieux de la vie étudiante de Słubice (Collegium Polonicum, cités universitaires et centre-ville), a été créée début 2008. Cependant, elle a dû être supprimée quelques mois plus tard faute de rentabilité. Non intégrée au réseau existant, elle a été délaissée par ses usagers qui devaient s’acquitter d’un titre de transport en sus de leur abonnement classique pour le reste du réseau de Francfort. Malgré ces échecs successifs, un projet de tramway pourrait bien être à nouveau d’actualité dans les prochaines années, à la faveur de la récente intégration de la Pologne dans l’espace Schengen. Les mentalités évoluent en effet très rapidement grâce à l’ouverture des frontières. L’absence de contrôles et l’augmentation des flux entre les deux villes donnent ainsi tout leur sens à une nouvelle tentative en faveur de la ligne de tramway franchissant le pont (Berliner Zeitung, 14-05-2009). À vrai dire, l’unification de l’espace urbain, sur un plan pratique autant qu’institutionnel, passe par une mise en cohérence préalable des politiques publiques et des conventions tarifaires.

5.4 Słubfurt ?

73La dernière barrière physique entre les deux villes définitivement levée depuis le 21 décembre 2007, le pont est traversé par environ 12 millions de personnes en 2008, soit une moyenne quotidienne de plus de 32 000 passages (Märkisches Oderzeitung, 2009). D’après notre enquête, en juin 2008, plus de la moitié de la population de Francfort ou de Słubice se rend « de l’autre côté » au moins une fois par semaine (fig. 16 page ci-contre). L’ouverture de la frontière et l’augmentation des contacts permettent l’évolution plus rapide des mentalités à propos des relations transfrontalières au sein de la ville-doublon. Les résultats concernant l’évolution de la vision des relations polono-allemandes entre le début des années 1990 et la fin des années 2000, bien que difficilement comparables entre les deux enquêtes (fig. 17 p. 198 et 18 p. 199), nous semblent être suffisamment significatifs pour pouvoir parler d’évolution profonde. En 1991 et 1993, 32,5 % des habitants de Słubice et de Gubin et 57,9 % de ceux de Francfort et de Guben jugeaient les relations polono-allemandes « bonnes » ou « assez bonnes ». Ils étaient 80,3 % à Słubice et 65,3 % à Francfort en 2008. L’évolution est encore plus nette si l’on ne considère que la réponse « bonne ».

Figure 16 – Fréquence des traversées de la frontière à Francfort et Słubice (2008).

Figure 16 – Fréquence des traversées de la frontière à Francfort et Słubice (2008).
  • 47 « Rue des cigarettes ».

74En 2008, 72,4 % des habitants de Francfort et 68 % de ceux de Słubice interrogés dans notre enquête ont déclaré avoir, entre autres buts, celui « d’effectuer des achats » lorsqu’ils traversent la frontière. Avec respectivement 68 % et 57 % du total des réponses, cette raison arrive loin devant les suivantes (travailler, étudier...) (fig. 19 p. 202). De fait, la plupart des contacts entre les deux rives se résument encore à des échanges commerciaux. De plus, la plupart de ces incursions « de l’autre côté » se limitent souvent dans l’espace au même circuit. Les Allemands se rendent dans la première rue de Słubice faisant face au pont, rebaptisée « Zigarettenstrasse47 », ou dans les bazars distants de quelques centaines de mètres de la frontière (cf. photos 24 et 25 p. 192). En 2004, deux constructions attenantes au pont ont même été érigées sur pilotis pour être en première ligne après « la frontière des prix » (photo 28 p. 200).

Figure 17 – Appréciation des relations bilatérales dans deux villes-doublons (1993).

Figure 17 – Appréciation des relations bilatérales dans deux villes-doublons (1993).

75Ces relations commerciales, qui justifient en grande partie les contacts entre les habitants des deux villes, représentent un point de départ à de meilleures relations de voisinage, mais ne participent pas pour autant à l’appropriation d’un nouvel espace transfrontalier commun. Ainsi, ce « mur de l’argent » représente autant un encouragement aux relations commerciales, et donc aux contacts entre les populations des deux villes, qu’une barrière invisible alimentant les préjugés négatifs et freinant un rapprochement plus profond entre elles. Les habitants de Słubice interrogés au sujet des différences de niveau de vie en tant « qu’obstacle à de meilleures relations avec leurs voisins llemands » les jugent majoritairement « très importantes » ou « importantes » (60,3 %), loin devant les différences de systèmes politiques (24,6 %) ou le manque de moyens de communication et de transport (25,4 %). La barrière culturelle et linguistique apparaît relativement forte des deux côtés (fig. 21 p. 204), alors que pour les habitants de Francfort, celle concernant les transports est plus significative qu’à Słubice (56,1 %, contre 23,4 %). Pour autant, l’ouverture de la frontière et la multiplication des échanges commerciaux rendent nécessaire, pour les deux villes, la mise en place de projets d’aménagements concertés à l’échelle de la ville-doublon, pour répondre à l’augmentation de la fréquentation du pont et aux nouveaux besoins des habitants de la ville-doublon.

Figure 18 – Appréciation des relations bilatérales à Francfort et Słubice (2008).

Figure 18 – Appréciation des relations bilatérales à Francfort et Słubice (2008).
  • 48 Bara Prochazkova (2009), « Schattenstadt Słubfurt », dans Presseurop, 6.08.

76D’autres exemples de mise en place de projets « par le bas », par des acteurs locaux, existent dans la ville-doublon. Nous pouvons citer l’initiative de l’artiste Michael Kurzwelly qui a, depuis 1999, fusionné symboliquement les deux villes pour créer « Słubfurt », projet qu’il définit comme un « espace de communication commun émanant des deux parties “Słub” et “Furt” de la ville ». Le projet, porté principalement par le milieu universitaire, repose sur la participation des habitants à des activités communes, permettant de créer ou de développer des liens entre les deux parties de la ville. L’association propose des rencontres thématiques, des ateliers créatifs et son soutien (logistique, humain, recherche de financements) pour tout projet participant au développement des contacts entre les deux rives. La ville virtuelle de Słubfurt, pour mieux marquer son territoire, s’est dotée de « murs d’enceinte » qui le délimitent, en prenant la forme de bancs publics pour inciter les populations au dialogue. La « ville » a également son emblème, le coq (présent sur les drapeaux communaux de Francfort et de Słubice), dont des reproductions artistiques ponctuent le paysage. Enfin, elle a son propre centre-ville, le pont, où est installée la mairie, dans les locaux de l’ancien poste-frontière. Cette initiative symbolique portée par des citoyens, a permis, plus que les autres projets institutionnels, de créer chez une partie de la population de la ville-doublon un sentiment d’appartenance à un territoire transfrontalier commun. Plus de 600 personnes sont déjà détentrices d’une carte d’identité de Słubfurt, qui possède même son bulletin d’information bilingue (Profil), son office du tourisme et ses cartes postales. Toujours dans le registre du symbolique, le 11 juillet 2009 se sont tenues les premières élections du parlement de Słubfurt, auxquelles huit listes se sont présentées. Pour certains observateurs48, les municipalités sont dépassées par cette initiative et craignent désormais d’être concurrencées dans certaines de leurs compétences par ce type de structures de gouvernance transfrontalière indépendantes. Au sein des populations, la méfiance est également de rigueur puisqu’en 2003, seule une minorité des habitants (33 % à Francfort et 18 % à Słubice) était favorable au développement d’une structure politique commune aux deux villes (Tölle, 2007, p. 66).

Photo. 28 – Bâtiment à usage touristique (office du tourisme) et commercial, construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder. C’est le premier bâtiment accessible après avoir traversé la frontière. Les panneaux publicitaires en allemand mettent en avant « la frontière des prix ». Cliché : Q. Mackré, 2009.

Photo. 28 – Bâtiment à usage touristique (office du tourisme) et commercial, construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder. C’est le premier bâtiment accessible après avoir traversé la frontière. Les panneaux publicitaires en allemand mettent en avant « la frontière des prix ». Cliché : Q. Mackré, 2009.

Photo. 29 – Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.

Photo. 29 – Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.

Cliché : Q. Mackré, 2004.

77Les résultats de notre enquête montrent que les barrières relatives à l’histoire, à la langue, aux cultures et aux mentalités représentent les obstacles les plus importants (fig. 21 p. 204). Cet état de fait est avant tout la conséquence du retard pris lors des quarante-cinq années de socialisme dans le processus de réconciliation entre les peuples, à la suite du règlement de la seconde guerre mondiale. En 1994, alors que la réconciliation franco-allemande est depuis longtemps achevée, seulement 35 % des habitants de Słubice et 40 % de ceux de Francfort parlaient d’une « réconciliation effective » entre la Pologne et l’Allemagne (Lepesant, 1998). À la faveur de la normalisation des relations étatiques, de l’intégration européenne et de l’ouverture de la frontière, la déconstruction de ces barrières symboliques et imaginaires s’est accélérée : l’idée d’une identité transfrontalière et de la délimitation de son territoire fait son chemin. Le concept d’identité territoriale transfrontalière n’est à la fin des années 2000 porté que par une minorité de la population. Un décalage important existe entre ces « pionniers » et le reste de la population, dont la mentalité évolue plus lentement. Une partie non négligeable des habitants de Słubice craint encore les effets négatifs de l’ouverture de la frontière. Ainsi, lors de notre enquête, environ 11 % des personnes interrogées à Słubice ont estimé que l’ouverture de la frontière suite à l’entrée de la Pologne dans l’UE entraîne une hausse « importante » de la criminalité et des tensions avec les Allemands (fig. 20). Si une majorité des habitants (51,7 %) redoute avant tout une hausse des prix, des effets positifs de l’ouverture sont également perçus, comme celui de pouvoir travailler en Allemagne (40,1 %), ou d’avoir accès à plus de services (46 %).

Figure 19 – Objectifs des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008 (Plusieurs réponses possibles, résultats exprimés en % du total).

Figure 19 – Objectifs des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008 (Plusieurs réponses possibles, résultats exprimés en % du total).

Figure 20 – Effets perçus de l’ouverture de la frontière à Słubice.

Figure 20 – Effets perçus de l’ouverture de la frontière à Słubice.

78Même si d’importantes barrières subsistent entre Francfort et Słubice, des projets ambitieux portés par des acteurs, souvent non-institutionnels à l’origine, ont pu réussir. Pour la quasi-totalité de ces projets, le caractère incitatif des aides financières de l’UE, a encouragé la mise en place de structures de gestion transfrontalières, qui n’ont cependant pas été pérennisées. De ce point de vue, une structure de gouvernance transfrontalière fait toujours défaut en vue d’un développement concerté de la ville-doublon.

Figure 21 – Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008.

Figure 21 – Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008.

79La date du 21 décembre 2007 représente, au même titre que le 1er mai 2004 un événement symbolique très important pour le rapprochement des deux parties de l’agglomération. Cependant, l’élargissement de l’espace Schengen marque pour les populations locales l’événement tangible le plus important de l’intégration européenne, avec la fin des contrôles frontaliers. L’ouverture complète de la dyade a permis la multiplication des contacts, qui sont dans un premier temps souvent motivés par des activités commerciales. Nous l’avons vu, cette multiplication des contacts contribue lentement à une meilleure connaissance du voisin et à de meilleures relations entre les deux populations. Cependant, elle ne garantit pas la création d’une identité transfrontalière ni l’intérêt des habitants pour des projets de coopération transfrontalière. Malgré sa déconstruction politique progressive depuis 1990, la frontière entre les deux villes possède encore une forte fonction de marquage symbolique dans l’imaginaire collectif, conséquence de son tracé resté longtemps conflictuel et tardivement reconnu.

Conclusion

80La déconstruction politique observée sur les dyades internes de l’UE a eu pour premier effet d’en assurer la pacification et la stabilité. Symboliquement, c’est une des barrières de méfiance entre les peuples qui est tombée, la fin des contrôles renforçant le sentiment de confiance réciproque entre les peuples jouxtant la frontière. Dans le cas de l’Oder-Neisse, les échanges économiques, d’abord informels, puis plus organisés, ont permis d’accélérer un rapprochement culturel entre les populations. Cette « suppression concertée de la fonction de barrière » (Foucher, 2007, p. 25) contribue à réaliser la convergence économique souhaitée par l’UE : les discontinuités politiques et économiques sont en train de s’estomper.

Photo. 30 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 30 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.

81Lorsque les barrières historiques et culturelles sont suffisamment effacées, il peut alors se poser la question de l’existence d’un territoire transfrontalier et de sa gestion commune. En effet, même les frontières les plus « dévaluées » au sein de l’espace Schengen représentent encore une discontinuité politique (systèmes administratifs distincts), économique (monnaies différentes) ou logistique (disjonction des réseaux de transport). Les accords transfrontaliers visant à établir une coopération plus renforcée, sont souvent restés la compétence exclusive des États, même lorsque les initiatives venaient des échelons locaux. Une plus grande délégation de ces compétences à des « collectivités transfrontalières » permettrait certainement d’accélérer cette intégration.

82Il apparaît donc nécessaire d’envisager, à l’échelle de gouvernance de l’UE, la création d’une nouvelle entité d’organisation politico-économique pour répondre aux problématiques des doublons urbains situés sur les mésodyades européennes. C’est dans ce sens qu’a été lancée en 2008 la première phase du projet « Groupement européen de coopération territoriale » (GECT), intervenant dans le cadre du programme Urbact II. Destinée aux régions frontalières des États membres, cette nouvelle structure devrait être dotée d’une personnalité juridique et d’un budget propre, financé en partie par le Fonds européen de développement régional (FEDER). Elle peut être constituée par les États membres, leurs collectivités régionales ou locales, des associations ou tout autre organisme de droit public, sans qu’il soit nécessaire de signer un accord international entre les États membres concernés.

Photo. 31 – Słubice, rue Jedności Robotniczej. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 31 – Słubice, rue Jedności Robotniczej. Cliché : Q. Mackré, 2004.

Photo. 32 – Friche urbaine sur les berges de l’Oder, à Francfort. Cliché : Q. Mackré, 2002.

Photo. 32 – Friche urbaine sur les berges de l’Oder, à Francfort. Cliché : Q. Mackré, 2002.

Photo. 33 – Poste-frontière entre Francfort et Słubice. Le poste-frontière entre les deux villes, entièrement reconstruit en 2002, est depuis 2008 un poste-frontière « fantôme », caractéristique d’une frontière interne de l’espace Schengen. Cliché : Q. Mackré, 2008.

Photo. 33 – Poste-frontière entre Francfort et Słubice. Le poste-frontière entre les deux villes, entièrement reconstruit en 2002, est depuis 2008 un poste-frontière « fantôme », caractéristique d’une frontière interne de l’espace Schengen. Cliché : Q. Mackré, 2008.

83Depuis novembre 2008, Francfort-sur-l’Oder/Słubice fait partie des six agglomérations partenaires de ce projet. Ce GECT doit permettre à l’agglomération de se doter d’une autorité de gestion unique, par exemple pour répondre plus efficacement aux appels de projets lancés au titre des programmes territoriaux de l’UE. Il pourrait représenter l’échelle de gouvernance nécessaire pour un développement plus concerté de la ville-doublon. Pour pouvoir répondre à la nécessité de gouvernance transfrontalière de l’agglomération, ce GECT devra également se doter d’un pouvoir politique, qui est fixé dans chaque convention de GECT. Cela ne sera possible qu’avec le transfert complet de certaines compétences des collectivités locales qui le composent (Kreisfreie Stadt de Francfort-sur-l’Oder, Gmina de Słubice) et demandera certainement une forte implication de l’UE et des États pour y parvenir. Sur le long terme, la réussite de cette structure dépendra également du succès des autres GECT en Europe.

Notes

1 Instrument structurel de préadhésion.

2 Instrument agricole de préadhésion.

3 Pologne-Hongrie, assistance pour la reconstruction économique.

4 « Du point de vue de la législation, il n’est pas exagéré de dire que la Pologne n’était absolument pas équipée. Avant 1989, la seule loi existant en la matière était la loi sur les étrangers de 1963 » (Fonds, 2006, p. 9).

5 La candidature de la Pologne est déposée en avril 1994, celle de la Slovaquie en juin 1995, celle de la Lituanie en décembre 1995 et celle de la République tchèque en janvier 1996.

6 L’évolution des flux frontaliers peut, dans une certaine mesure, être un bon indicateur du degré d’ouverture d’une frontière. L’évolution des flux de personnes est un des indicateurs du niveau des contrôles d’identité migratoires, qui ont totalement disparu depuis le 21 décembre 2007. Les flux de poids lourds peuvent eux renseigner sur la barrière douanière que représente la frontière. Les données présentées ici sont issues des registres de gardes-frontières polonais, tenus entre 1994 et 2007 (l’ouverture de la frontière en 2008 a mis fin au recueil de ces données).

7 « Cross-border cooperation », coopération transfrontalière.

8 Néologismes proposés par Stéphane Rosière (2002), pour désigner « l’enveloppe d’une organisation supra-nationale » (anadyade) et « une frontière étatique à l’intérieur d’un tel espace » (mésodyade).

9 Une clause de cet accord précise cependant qu’il ne s’applique dans un premier temps qu’aux seuls citoyens polonais. D’autres clauses limitent annuellement le nombre de ces réadmissions.

10 Cité par Albrecht Funk, 1997, op. cit.

11 « The electronic curtain » est par exemple le titre d’un court métrage, réalisé par Walter Grotenhuis, diffusé sur la chaîne franco-allemande Arte en 1997.

12 Cependant, on note une professionnalisation constante des passages de clandestins durant cette période.

13 Après la fin de la période transitoire de 7 ans.

14 Pour les demandeurs d’asile, le titre de séjour, lorsqu’il est accordé, ne vaut que pour l’État dans lequel il a été délivré.

15 Seuls l’Irlande, le Royaume-Uni et la Suède n’ont pas demandé de période transitoire. À l’issue de la première période transitoire de deux ans, certains États comme le Portugal, l’Espagne et l’Italie, ont décidé de ne pas prolonger les restrictions touchant leur marché du travail. D’autres comme la France ou les Pays-Bas, ont décidé de lever progressivement ces restrictions, en commençant par des secteurs dans lesquels existait un fort besoin de main-d’œuvre. D’autres comme l’Allemagne ou l’ Autriche, ont choisi de prolonger cette période transitoire de trois, puis deux années supplémentaires.

16 Cet accord est souvent présenté sous le nom de disposition « 2+3+2 ans ».

17 Le visa de longue durée (plus de trois mois) est encore en cours d’harmonisation entre les États membres.

18 Si un État estime que cela est nécessaire pour sa sécurité intérieure.

19 Amendée à ce sujet par la Convention de Dublin (15 juin 1990) et le règlement « Dublin II » (1er septembre 2003).

20 Il est toutefois permis d’effectuer des séjours de moins de trois mois dans les autres États de l’espace Schengen. Source : Ministère français des Affaires étrangères.

21 Prix exprimés en złotys. Le taux de change au moment de l’enquête était de 100 couronnes tchèques pour 13,5 złotys.

22 Marque identique.

23 Puis l’euro, à partir du 1er janvier 2009.

24 En 1993, Michel Foucher écrivait, dans son ouvrage Fragments d’Europe : « Parmi les scénarios possibles, celui de la frontière américano-mexicaine paraît être le plus plausible en raison, en particulier, de l’écart de niveau de vie observable dans les deux cas de part et d’autre de la frontière. »

25 Chiffre faisant de Słubice la commune générant le 3e chiffre d’affaires grâce à ses bazars, derrière Łęknica (590 millions de złotys) et Cedynia (300 millions de złotys).

26 Source : annuaires téléphoniques locaux, 2008.

27 Source : idem.

28 Soit environ 4,65 euros, au taux de change moyen de 2008.

29 Surtout avant 2004, lorsque les files d’attentes pour les automobiles pouvaient subitement atteindre plusieurs heures.

30 Prix exprimés en złotys. Le taux de change au moment de l’enquête était de 1 euro pour 4,3 złotys.

31 Marque identique.

32 Soit à peine plus d’un euro.

33 Célia Chauffour (2007), « La Pologne s’alarme de l’entrée massive sur son sol de déchets venus de l’Europe de l’Ouest », dans Le Monde, 25 décembre.

34 Seul le secteur de la construction se détache, représentant environ un tiers des firmes présentes. Les autres domaines concernés sont, par ordre d’importance : l’ameublement, l’alimentaire, l’industrie du papier, le textile et la chimie.

35 L’article 1 de l’accord en fixe les trois principaux objectifs : « 1- Réduire progressivement toute contamination de l’Oder et de la mer Baltique par des substances dangereuses et ramener celles-ci à des normes acceptables et durables. 2- Restaurer les systèmes écologiques aquatiques en liaison avec des systèmes terrestres. 3- Faire en sorte que le fleuve Oder puisse être essentiellement utilisé en vue de la production d’eau potable à partir de pompages dans la nappe, et d’une utilisation agricole de l’eau. »

36 Cependant, le coût des travaux de la commission n’est financé qu’à hauteur de 2,5 % par l’Union européenne.

37 Pendant la crue, qui a duré plus d’un mois, une rumeur, totalement infondée, s’est développée en Allemagne selon laquelle les autorités polonaises auraient aggravé l’ampleur de la crue en Allemagne en tentant de protéger la région de Wrocław (région la plus durement touchée, en amont de la confluence de la Neisse et de l’Oder).

38 « Nationaldemokratische Partei Deutschlands ».

39 Enquête réalisée le 10 juillet 2008 auprès de 1 000 habitants de la ville-doublon, menée par l’auteur en collaboration avec Michał Męczyński et Krzysztof Stachowiak, docteurs en géographie à l’université A. Mickiewicz, Poznań (Institut de géographie socio-économique et d’aménagement de l’espace). La représentativité de l’échantillon a été obtenue par la méthode des quotas (critères de lieu de résidence, d’âge, de sexe et de catégorie socio-professionnelle).

40 Commune mixte (littéralement « commune urbaine-rurale », voir tableau 13 p. 263, pour plus de précisions).

41 Ville-arrondissement.

42 Commune.

43 Arrondissement.

44 Ces chiffres sont cependant difficiles à interpréter, en raison d’un fort taux de transit et du report sur le poste-frontière de Francfort-sur-l’Oder/Słubice du trafic du poste-frontière de Świecko, constamment saturé avant 2004. L’ouverture régulière de nouveaux points de passage a également dilué les flux de transit.

45 Au sujet de ce référendum, voir également la carte 42 p. 296.

46 Auquel Słubice a participé en tant qu’ancienne composante de Francfort, avant de célébrer, deux ans plus tard, son 60e anniversaire (Tölle, 2007).

47 « Rue des cigarettes ».

48 Bara Prochazkova (2009), « Schattenstadt Słubfurt », dans Presseurop, 6.08.

Table des illustrations

Titre Figure 3 – Flux migratoires avec la Lituanie (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 4 – Flux de poids lourds avec la Lituanie (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 5 – Flux migratoires avec la République tchèque (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 6 – Flux de poids lourds avec la République tchèque (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 7 – Flux migratoires avec la Slovaquie (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 8 – Flux de poids lourds avec la Slovaquie (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Photo. 1 – Berge de l’Oder à Francfort le 1er mai 2004. Les barrières frontalières ouvertes, deux agents de la BGS observent les festivités et la population traverser librement le pont. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Photo. 2 – Poste-frontière de Francfort-sur-l’Oder le 1er mai 2004. À l’occasion de l’entrée de la Pologne dans l’UE et devant la foule se pressant aux abords du pont, les contrôles frontaliers sont temporairement suspendus. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Photo. 3 – Słubice, rue Jedności Robotniczej le 1er mai 2004. La rue se situant dans le prolongement du pont frontalier se transforme en un lieu de fête populaire le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 9 – Flux migratoires avec l’Allemagne (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 10 – Flux de poids lourds avec l’Allemagne (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Photo. 4 – Vue d’un des bazars frontaliers de Cieszyn. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Photo. 5 – Étals d’un des bazars de Cieszyn, le samedi matin. Chez la plupart des commerçants, il est possible de payer en złotys ou en couronnes tchèques. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Photo. 6 – Magasin vietnamien de vêtements à Český Těšín. Commerce situé à 50 m du poste-frontière. Les écriteaux, qui vantent les prix bas sont en langues tchèque et polonaise. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Photo. 7 – Commerce d’alimentation rapide à Český Těšín. Les restaurants « asiatiques » sont bien représentés à Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 11 – Évolution de la population des villes-doublons depuis 1945.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Photo. 8 – Allée d’un des deux bazars de Słubice. Depuis l’incendie de 2007, l’endroit est sécurisé par la municipalité (affichage des issues de secours, vérifications électriques...) Cliché : Q. Mackré, 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Photo. 9 – Restaurants dans un bazar de Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Photo. 10 – Affichage commercial d’un cabinet de dentistes à Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Photo. 11 – Pancarte pour un « atelier de couture — salon de coiffure » à Słubice.
Crédits Cliché : Q. Mackré, 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Photo. 12 – Słubice. Taxis en attente de clients aux abords du pont sur l’Oder.
Crédits Cliché : Q. Mackré, 2003.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Photo. 13 – Camionnettes aménagées en « minibus », proposant des navettes vers les bazars frontière. Cliché : Q. Mackré, 2003.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photo. 14 – Travaux de rénovation du pont sur l’Oder entre le poste-frontière de Francfort (au premier plan) et Słubice. Cliché : Q. Mackré, 2002.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo. 15 – Le poste-frontière de Radomierzyce/Hagenwerder (5 km kilomètres au sud de Görlitz/Zgorzelec), quelques mois après son ouverture. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photo. 16 – Centre-ville de Gubin, l’hôtel de ville et l’église. Guben est à l’arrière-plan. À l’endroit de l’ancien centre historique de Guben, l’église protestante est en ruine depuis 1945, au milieu d’un parking proche du poste-frontière. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Photo. 17 – Vue du marché de Gubin. Le marché est situé sur l’ancien centre historique de Guben, dont peu de bâtiments ont été reconstruits. On aperçoit à l’arrière-plan une des tours des anciennes fortifications de la ville. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photo. 18 – Monument de « la Silésienne ». Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photo. 19 – Affiche présentant le monument de l’entre-deux-guerres (1934-1939).
Crédits Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 12 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure 13 – Flux migratoires entre Cieszyn et Český Těšín (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Photo. 20 – Pont sur l’Olza entre Cieszyn et Český Těšín. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Photo. 21 – Petits commerces le long de l’Olza à Cieszyn. Installés sur le trajet entre les deux postes-frontière, ces commerces sont destinés principalement à une clientèle tchèque. Cliché : Q. Mackré, 2007.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Photo. 22 – Le pont sur l’Oder en mai 2003. Au début des années 2000, le paysage urbain est marqué en permanence par des files de véhicules s’étirant sur plusieurs kilomètres. Cliché : Q. Mackré, 2003.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo. 23 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Le jour de l’adhésion de la Pologne à l’UE, les barrières frontalières sont temporairement levées et la foule se masse sur le pont de l’Oder. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 14 – Flux migratoires entre Słubice et Francfort-sur-l’Oder (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 15 – Flux migratoires à Świecko (1994-2007).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Photo. 24 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992. Cette rue, située dans le prolongement du pont, présente un caractère monofonctionnel résidentiel. Cliché : B.K., www.grenzen.150m.com, 1992.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo. 25 – Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002. Les rez-de-chaussée de la « Zigarettenstrasse », devenue entre-temps piétonne, sont tous occupés par des commerces. Cliché : Q. Mackré, 2002.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo. 26 – Les berges de l’Oder à Francfort en 1990. Kelm, 2000, p. 38-39.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo. 27 – Les berges de l’Oder à Francfort en 2000. Kelm, 2000, p. 38-39.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 16 – Fréquence des traversées de la frontière à Francfort et Słubice (2008).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 17 – Appréciation des relations bilatérales dans deux villes-doublons (1993).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Figure 18 – Appréciation des relations bilatérales à Francfort et Słubice (2008).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Photo. 28 – Bâtiment à usage touristique (office du tourisme) et commercial, construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder. C’est le premier bâtiment accessible après avoir traversé la frontière. Les panneaux publicitaires en allemand mettent en avant « la frontière des prix ». Cliché : Q. Mackré, 2009.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo. 29 – Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.
Crédits Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure 19 – Objectifs des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008 (Plusieurs réponses possibles, résultats exprimés en % du total).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 20 – Effets perçus de l’ouverture de la frontière à Słubice.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 21 – Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Photo. 30 – Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Photo. 31 – Słubice, rue Jedności Robotniczej. Cliché : Q. Mackré, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo. 32 – Friche urbaine sur les berges de l’Oder, à Francfort. Cliché : Q. Mackré, 2002.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo. 33 – Poste-frontière entre Francfort et Słubice. Le poste-frontière entre les deux villes, entièrement reconstruit en 2002, est depuis 2008 un poste-frontière « fantôme », caractéristique d’une frontière interne de l’espace Schengen. Cliché : Q. Mackré, 2008.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7034/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search