Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Chapitre III. Tracé moderne et stabilisation

Texte intégral

La frontière est une isobare politique, qui fixe, pour un temps, l’équilibre entre deux pressions : équilibre de masses, équilibre de forces. [...] Il n’y a pas de problèmes de frontières, il n’est que des problèmes de nations.
Jacques Ancel, Géographie des frontières, 1938

1Durant la période traitée dans le chapitre précédent, le problème des frontières polonaises est en grande partie réglé par l’alliance prusso-russe puis germano-russe, basée sur des intérêts anti-polonais communs. L’instauration durable de cette alliance a permis d’effacer, pendant 123 ans, les frontières politiques polonaises. L’affrontement entre les deux empires permet, après 1919, la réapparition d’un État polonais. Sa nouvelle disparition est la conséquence directe d’un rapprochement entre l’Allemagne et la Russie dans l’entre-deux-guerres, conclu par le pacte germano-soviétique de 1939. Le nouvel affrontement entre les deux puissances et la victoire de l’URSS conduisent, au sortir de la guerre, à l’établissement d’un État polonais assujetti à l’URSS, et dont les frontières sont tracées en majeure partie par Staline.

1 L’État polonais ressuscité

2Les causes du déclenchement de la première guerre mondiale n’ont rien à voir avec « la question polonaise », mais celle-ci revient pourtant à l’ordre du jour dès le début du conflit : pour la première fois depuis 1762, Berlin et St-Pétersbourg sont en guerre. La disparition des empires centraux va permettre la renaissance de l’État polonais, dont les frontières sont largement débattues pendant le conflit (promesses des puissances occupantes pour une indépendance contre le soutien polonais pendant la guerre, revendications polonaises aux alliés et débat interalliés). Les nations victorieuses s’entendent toutes sur le principe d’un État-nation polonais, dont les frontières correspondraient aux bases « ethniques » polonaises.

  • 1 Organisation Polonaise Nationale, mouvement indépendantiste armé.
  • 2 Selon le 13e des 14 points du président Américain Woodrow Wilson : « Création d’une Pologne unie, i (...)

3Pour les Polonais, la délivrance vient de la défaite militaire des trois empires occupant leur territoire, et de leur écroulement simultané au lendemain de la première guerre mondiale. La fin de la guerre à l’Est est marquée par l’armistice de Brest-Litovsk, signé le 15 décembre 1917 entre les puissances centrales et la Russie, cependant l’accord de paix du même nom sera rendu caduc par la capitulation de l’Allemagne. Le jour de l’armistice, Józef Piłsudski, leader du PON1, arrive au pouvoir, alors qu’une partie des émigrés polonais d’Europe occidentale reflue vers leur patrie d’origine. Il est à la tête d’une Pologne qui n’a ni gouvernement, ni frontières. Piłsudski et la plupart des polonais voient en cet État la réincarnation de la Rzeczpospolita, qui avait été partagée au xviiie siècle. Piłsudski, soucieux d’établir la continuité, lui donne le nom de « Deuxième république ». Lors du règlement du conflit à la conférence de paix de Paris (1919-1920), il est acquis qu’une Pologne indépendante, avec un accès à la mer, verrait le jour2, mais la question de ses frontières est un vrai casse-tête pour les diplomates, y compris pour ses deux représentants, Roman Dmowski et Ignacy Paderewski.

Carte 13 – Les minorités nationales dans la région de Vilnius en 1921.

Carte 13 – Les minorités nationales dans la région de Vilnius en 1921.

Carte 14 – Les minorités nationales dans la région de Lwów en 1921.

Carte 14 – Les minorités nationales dans la région de Lwów en 1921.
  • 3 Llyod George, Vittorio Orlando, Georges Clemenceau et Woodrow Wilson.

4Sur quelles bases se fonder Piłsudski, originaire de Lituanie, rêvait de reconstituer l’État multinational d’avant les partages, mais cette éventualité est tout de suite écartée par les négociateurs, favorables à l’établissement d’États-nation en Europe centrale. Une Pologne multinationale constituerait un État gigantesque, dont les frontières seraient difficiles à tracer et dont la stabilité interne ne serait pas garantie. La solution retenue est de créer un État sur les bases ethniques polonaises, décision qui respecte le « principe des nationalités » promu par le Conseil des Quatre3 lors de la conférence de paix de Paris. Reste que la frontière « ethnique » est une vue de l’esprit, qu’il est impossible de matérialiser sur le terrain. Le Drang nach Osten allemand et la colonisation polonaise à l’Est ont créé une large zone-frontière, où l’on observe un fort enchevêtrement des peuples. Les kresy de la République étaient souvent composés d’une population mixte : noblesse polonaise dans les villes et paysans autochtones dans les campagnes (cartes 13 et 14). La ville de Lwów (Lvov) est un bon exemple de cette situation : peuplée majoritairement de Polonais, elle est entourée de campagnes majoritairement ukrainiennes. À l’Ouest, l’industrialisation de la Silésie allemande et tchèque voit l’arrivée depuis quelques décennies d’une masse d’ouvriers-paysans venus en tant que main-d’œuvre industrielle. Dans certaines régions (Teschen, Kattowicz), ce « deuxième Ostflucht* » rend l’élément polonais largement majoritaire.

1.1 Des frontières floues et contestées

5Au sortir de la conférence de paix de Paris, l’État polonais existe, mais ses frontières restent très floues. Lors de la signature du traité de Versailles le 28 juin, la Pologne n’a que quelques kilomètres de frontières officiellement reconnues (hormis une partie de la dyade avec la Tchécoslovaquie, toutes les frontières posent problème). Seul un noyau central correspondant environ à l’ancien Royaume du congrès n’est pas revendiqué par d’autres États. Pour toutes ses frontières, la Pologne connaît différents modes d’horogenèse, du plébiscite à la guerre, en passant par l’arbitrage international (carte 15 p. 113). Les tracés des dyades avec les États riverains (l’Allemagne, la Tchécoslovaquie, la Russie et la Lituanie) font tous l’objet de conflits plus ou moins violents, auxquels s’ajoutent les conflits opposant la Pologne aux peuples n’ayant pas accédé à l’indépendance à cette époque (ukrainien et bélarusse).

1.1.1 La frontière méridionale

  • 4 Ministre des Affaires étrangères.
  • 5 La question posée concerne la langue parlée et non la langue maternelle.

6Lorsque sont déclarées les indépendances de la Tchécoslovaquie (28 octobre 1918) et de la Pologne (11 novembre 1918), aucun consensus issu des négociations informelles menées au cours du conflit ne se dégage. Le plus grand point de désaccord se trouve être la ville de Teschen (Cieszyn) et sa région. Ici ni l’argument historique, ni l’argument ethnique ne permettent de tracer frontière (Tapié, 1936, p. 16). La ville a appartenu aux Piast jusqu’en 1327, puis a toujours fait partie du royaume de Bohême, lorsque celui-ci existait. Alors que les nationalistes polonais et Piłsudski réclament la restauration des frontières de 1772, les nationalistes tchèques veulent celles des provinces de Bohême, Moravie et Silésie autrichienne, que Beneš4 s’est fait promettre par les Alliés. Sur le plan ethnique, les populations sont mêlées, parlant souvent un dialecte silésien local à mi-chemin entre les langues nationales. La Pologne s’appuie sur les résultats du recensement de 1910, effectué par les Autrichiens, où la population polonaise apparaît majoritaire (54,85 % contre 27,11 % de Tchécoslovaques). La Tchécoslovaquie arguë du fait que le recensement n’est pas représentatif des nationalités5 et que la région a subi la colonisation polonaise dans les décennies précédentes, lors de l’exode rural consécutif au développement industriel de la région (Buttin, 2006, p. 66). Les considérations historiques et ethniques ne sont pas les seules qui motivent les protagonistes de ce conflit : après le partage du bassin houiller de Haute-Silésie entre la Pologne et l’Allemagne, celui de Teschen représente potentiellement pour la Tchécoslovaquie 70 % de sa production de fer et 60 % de sa production d’acier (Tapié, 1936, p. 25). De plus, la ville est sur le tracé de la seule ligne de chemin de fer qui relie Prague à la Slovaquie orientale ; elle est donc d’importance vitale pour l’unité territoriale du jeune État.

  • 6 Alors que la Pologne n’a pas encore déclaré officiellement son indépendance.
  • 7 Expression désignant les territoires « au-delà de l’Olza », apparue après la perte de ces territoir (...)

7En l’absence d’accord, les troupes nationales, formées après la fin du conflit, occupent le territoire le plus rapidement possible. C’est l’armée polonaise qui occupe la plus grande partie de la région contestée. Sous la pression de l’Entente, les deux gouvernements s’entendent le 5 novembre 19186 sur un règlement provisoire, qui gèle leurs positions dans l’attente d’un congrès pour la paix. Le district de Frydek (à majorité tchèque) revient à la Tchécoslovaquie, Bilsko et Cieszyn à la Pologne, et Fryštat est partagée. Fin janvier 1919, le gouvernement polonais inclut dans le corps électoral les habitants de ces régions, les considérants de facto comme Polonais. En réponse, l’armée tchécoslovaque occupe la région jusqu’à la Vistule le 23 janvier, trois jours avant le scrutin. Cette opération qui reste connue comme « la guerre de sept jours », fait 200 morts et 1 000 blessés, la plupart parmi les Polonais. Les hostilités sont stoppées sous la pression de l’Entente, avec le protocole de Paris du 3 février, qui crée une commission de contrôle sur la question. Celle-ci envisage plusieurs solutions (plébiscite, arbitrage du roi des Belges), mais sans succès : les plébiscites sont refusés par la Tchécoslovaquie, la Pologne ne veut parler que d’un accord bilatéral. Il est ensuite accepté par cette commission que la frontière serait fixée par arbitrage international à la conférence de Spa, en juillet 1920. Celle-ci décide d’un partage à parts quasi égales, rendant à la Tchécoslovaquie les districts de Fryštat et de Český Těšín : la frontière suit désormais la rivière Olza, coupant Cieszyn en deux. La plus grande partie de la ville (Cieszyn), sur la rive droite, reste à la Pologne ; les faubourgs de rive gauche passent à la Tchécoslovaquie (Český Těšín). La Pologne conserve la plus grande partie de la ville et le château historique des Piast, mais perd la partie occidentale à majorité polonaise. La Tchécoslovaquie conserve la gare et une grande partie des industries de la ville. Un arbitrage, globalement favorable à la Pologne est également rendu concernant les régions litigieuses de Spis et d’Orawa. Les deux gouvernements se soumettent à ces décisions, mais les opinions publiques sont beaucoup plus partagées et ont l’impression de subir la politique du fait accompli. En Tchécoslovaquie, le gouvernement et Beneš sont accusés d’avoir capitulé devant l’occupation rapide des territoires par la Pologne à la fin 1918, cédant des territoires historiques du royaume de Bohême. En Pologne, certains considèrent que l’arbitrage de juillet 1920 est un recul par rapport à l’accord bilatéral du 5 novembre 1918 et que la Pologne a perdu les territoires « zaolzie7 » à majorité polonaise, suite à l’emploi de la force . Au total, 140 000 Polonais vivent au-delà de l’Olza en juillet 1920 (Beauvois, 2004, p. 314).

  • 8 L’opinion polonaise appuie son gouvernement sur certains principes, mais pas sur la manière de gére (...)

8Une relative détente intervient en 1925, lorsque les deux gouvernements signent un accord enregistré à la Société des Nations (SDN), en faveur du respect des minorités nationales (libre usage de la langue, écoles et administration bilingues) et prévoyant la création d’un tribunal d’arbitrage mixte. À la fin des années 1920, un débat fait rage sur les chiffres officiels de la minorité polonaise en Tchécoslovaquie, et du non-respect de ses droits (notamment la liberté de culte et l’enseignement en polonais). En 1934, dans un contexte international très tendu, la situation s’envenime dans un climat de méfiance réciproque (manifestations, incidents, stationnement frontalier de troupes) (Tapié, 1936, p. 41-42). Les deux gouvernements, alors que les deux opinions nationales sont défavorables à toute nouvelle contestation8 et qu’ils font face à une menace commune bien plus sérieuse, ne parviennent pas à apaiser la situation. Hormis leur proximité culturelle et linguistique, tout oppose les deux gouvernements dans les années 1930 : la démocratie tchécoslovaque se place sous la protection de la SDN et se rapproche de l’URSS devant le danger allemand ; la dictature polonaise s’affranchit de la SDN en favorisant les accords bilatéraux, dont un signé avec l’Allemagne en 1934. La région de Cieszyn/Český Těšín se retrouve au centre de ce jeu d’alliances et de rivalités qui dépassent largement les enjeux locaux ou strictement nationaux.

1.1.2 La frontière occidentale et septentrionale

  • 9 La Posnanie est cédée à la Pologne en 1919, à la suite d’une révolte polonaise (26 décembre 1918-16 (...)
  • 10 Une partie de la Poméranie (à l’exception notable de Gdańsk) et un petit territoire du sud de la Po (...)
  • 11 Plus de 60 % de la population choisit le rattachement à l’Allemagne.

9La conférence de paix ne résout que partiellement la question de la frontière occidentale de la Pologne : il est acquis que la Pologne obtiendra la Posnanie9, et une partie de la Poméranie Occidentale10, après les soulèvements qui y eurent lieu au lendemain du conflit. Il existe des désaccords au sujet de la Varmie (Prusse orientale), et de la Haute-Silésie. Pour ces régions, le problème sera réglé après consultation des populations, sous l’égide de la Société des Nations, ou à la suite de nouvelles insurrections. En mars 1920, un plébiscite est organisé en Haute-Silésie. Il est perdu par les Polonais11 mais un soulèvement populaire polonais force un arbitrage de la SDN. La Pologne obtient une petite partie du territoire, mais qui est la plus peuplée et la plus riche en industries, avec notamment Katowice. Ce partage, « paradoxalement laissait les villes industrielles germanophones de l’Est à la Pologne et l’Ouest rural et polonophone à l’Allemagne » (Plasseraud, 2007, p. 125). À la suite des règlements frontaliers entre Pologne et Allemagne, environ la moitié des minorités allemande et polonaise de Silésie choisissent de rejoindre l’autre côté de la frontière. C’est au cours de cette période que Katowice et sa région deviennent en grande majorité polonaises et que Oppeln (Opole) et sa région se germanisent (Ther, 2004, p. 21). Le 23 juillet 1920, les villes d’Allenstein et Marienwerder se prononcent, par référendum, à plus de 96 % pour un rattachement à l’Allemagne (Davies, 1982, tome 2, p. 489). À la suite de ce référendum, toute la Prusse orientale est rattachée à l’Allemagne, excepté les villages frontaliers de Janowo, Napromek et Grunwald, qui se sont prononcés pour un rattachement à la Pologne. Ne sachant que faire de la ville de Danzig, allemande à 96 % mais seul point d’accès à la mer Baltique pour la Pologne, les alliés choisissent en novembre 1920 de l’ériger en ville libre, économiquement polonaise et politiquement allemande, ce qui contribue à la rendre socialement explosive. La solution est déjà jugée comme boiteuse à l’époque puisque Foch prophétise la même année : « c’est là que se trouve l’amorce d’un nouveau conflit mondial ». En effet, la ville, en raison de sa situation, sera l’un des principaux foyers du national-socialisme allemand dans les années 1930.

10In fine, le nouveau tracé de la frontière, est assez proche de ce qu’il était en 1772, puisque la frontière germano-polonaise passe à 200 kilomètres environ à l’est de l’Oder-Neisse, avec un saillant polonais au niveau de Poznań (carte 15 p. 113). Francfort-sur-l’Oder retrouve alors sa position dans la zone-frontière, en contact avec la Pologne. Elle devient au lendemain de la guerre une ville garnison. Entre les deux guerres, la ville prospère, et continue de s’étendre sur la rive droite de l’Oder.

1.1.3 La frontière orientale

11Le 8 décembre 1919, la conférence de paix de Paris accepte une ligne de démarcation proposée par les Britanniques, passant par Suwałki, Grodno, Brest-Litovsk, sur le cours du Bug et à l’est de Przemyśl. Sur le terrain, la situation d’après-guerre reste chaotique. Après l’évacuation des Allemands, à qui ils confisquent leurs armes et leur matériel, les Polonais attaquent la Russie, en pleine crise révolutionnaire. Cette ligne n’est pas acceptée par le gouvernement de Varsovie, qui se lance dans un conflit pour reconquérir ses « confins orientaux » de 1772. La ligne proposée par les Britanniques est confirmée lors de la conférence de Spa le 10 juillet 1920, et prend le nom de « ligne Curzon* ». Les Polonais la refusent : ils se sont déjà emparés à ce stade de toute la Galicie orientale et de la région de Minsk, situées bien au-delà. La contre-offensive soviétique les repousse jusqu’aux abords de Varsovie, qui semble condamnée à tomber aux mains de la Révolution russe. Piłsudski, soutenu par les alliés, parvient à encercler les forces soviétiques lors d’une habile manœuvre, qui reste connue comme le « miracle de la Vistule ». Lors de la conférence de Riga, en mars 1921, les Polonais sont donc en situation de force pour négocier, et ils obtiennent presque tout ce qu’ils demandent. La ligne Curzon est abandonnée par les Occidentaux, qui sont désormais favorables à un glacis plus important face aux Soviétiques. Le traité de Riga, signé le 18 mars 1921, fixe la frontière à environ 150 kilomètres à l’est de la ligne Curzon, donnant à la Pologne les villes de Tarnopol, Lwów et Pińsk. Durant le conflit, Brest change deux fois de mains, puis devient une importante garnison de troupes polonaises après la guerre.

  • 12 Le protocole de Spa du 18 juillet 1920 avait déjà validé le rattachement de Vilnius à la Lituanie.
  • 13 La SDN soumet le problème à la Conférence des ambassadeurs, qui valide l’occupation le 16 février 1 (...)

12En octobre 1921, un coup de force de Piłsudski dans sa ville natale permet à la Pologne d’arracher Wilno à la Lituanie. Vilnius et sa région sont revendiquées au sortir de la première guerre mondiale par la Lituanie, qui veut en faire sa capitale, et par la Pologne, pour qui elle est un centre culturel important. La ville est à majorité polonaise, alors que ses environs sont majoritairement lituaniens. Ce territoire, occupé par l’Armée rouge, est cédé à la Lituanie par le traité de Moscou, le 12 juillet 1920. Lors de la guerre polono-russe, la Pologne se voit refuser par la Lituanie le passage de ses troupes dans la région de Vilnius, puis l’impose par le fait accompli. La guerre polono-russe s’étend alors à la Lituanie, qui obtient à cette occasion le soutien de l’Armée rouge. Le 7 octobre 1920, les alliés imposent un armistice aux deux parties. Par la convention de Suwałki, Pologne et Lituanie s’engagent à ne pas utiliser la force, en attendant le règlement définitif de la SDN, qui devrait être favorable à la Lituanie12. Le 9 octobre 1920, l’armée polonaise s’empare de Vilnius et impose à l’Europe son coup de force, validé uti possidetis*, en 1923, par la Conférence des ambassadeurs13. De la même façon, cette conférence règle également le cas de la Galicie orientale, resté en suspens depuis le traité de Riga : ce territoire est finalement attribué à la Pologne.

  • 14 Après la perte de Vilnius, la Lituanie refuse de participer à tout accord international intégrant l (...)
  • 15 Straż Graniczna (SG).

13Dans l’entre-deux-guerres, la frontière orientale ne connaît pas de normalisation ; elle reste l’objet de revendications et le théâtre de nombreux incidents. Dès 1921, la Russie accuse le gouvernement polonais de repousser cette frontière de quelques kilomètres à l’est (jusqu’à 30 par endroits). Des postes-frontière et des villages frontaliers soviétiques sont attaqués par certains Russes « blancs » réfugiés du côté polonais. En Pologne, des organisations clandestines sont soutenues par la Russie soviétique, comme « Gromada », qui lutte pour l’indépendance du Bélarus (Goriély, 1957, p. 225). Dans le même temps, la Pologne tente de nouer des alliances pour sécuriser sa frontière orientale. Un accord militaire est signé avec la Roumanie en 1921, pour la protection mutuelle de leurs frontières orientales. En mars 1922, par l’initiative de Raymond Poincaré, qui cherche à créer un bloc contre la menace soviétique, la Pologne, la Finlande, l’Estonie et la Lettonie signent l’accord de Varsovie, qui ne sera cependant jamais appliqué en raison de la non-participation de principe de la Lituanie14. Contrairement aux autres frontières du pays, qui sont gardées et protégées par une force de police (la Police des frontières15 est créée en 1928), la frontière orientale est défendue par une force militaire spéciale, le Corps de protection de la frontière (KOP). Fondé en novembre 1924, le KOP compte 24 bataillons d’infanterie et 20 escadrons de cavalerie, qui sont formés aux techniques de la police et des gardes frontières.

Carte 15 – La formation du territoire de l’État polonais après la première guerre mondiale.

Carte 15 – La formation du territoire de l’État polonais après la première guerre mondiale.

14En 1923, le projet territorial de Piłsudski de reconstituer une Grande Pologne multinationale est en partie réalisé, la Pologne retrouvant à peu près ses frontières de 1793. La formation de ce territoire s’est faite au prix de guerres ruineuses, de relations diplomatiques devenues conflictuelles avec tous les États riverains et dégradées avec les alliés traditionnels occidentaux. La diversité des populations et des territoires rend difficile la création d’un État polonais homogène, qui s’apparente d’abord, en 1923, à une mosaïque territoriale. En raison de la situation tendue avec les voisins de la Pologne, toutes les frontières terrestres sont marquées par leur relative fermeture durant cette période, pendant laquelle la méfiance réciproque entrave les échanges économiques.

1.2 La Deuxième république

  • 16 Il en comptera 35 millions en 1938.
  • 17 Selon les données du recensement de 1921, citées par Plasseraud (2007, p. 126) : 15 % d’Ukrainiens, (...)

15En 1923, la Pologne, dans ses frontières nouvellement tracées, couvre 380 000 km2 pour 27 millions d’habitants16 (dont 32 % de minorités17), et possède 5 400 kilomètres de frontières, difficiles à défendre et bordées par des États qui les contestent. La majeure partie de son territoire a été ravagée par le front oriental de la première guerre mondiale et les vestiges du démembrement dont elle a été la victime sont encore fortement perceptibles lorsque se déclenche le second conflit mondial.

1.2.1 Les dilemmes existentiels de l’État

16Économiquement, tout est à reconstruire dans le pays, qui n’a pas d’institutions financières ni de monnaie. Il dispose d’un accès à la mer Baltique mais n’a pas de port de commerce propre avant la construction de celui de Gdynia, achevé en 1927. Dans le domaine des transports ferroviaires, la Pologne hérite de trois réseaux distincts, construits et entretenus par trois États qui n’avaient pas favorisé leurs raccordements (voir supra). Ces réseaux sont dotés de trois systèmes de freinage, de deux écartements de rails différents (entre l’Allemagne et l’ Autriche d’une part et la Russie de l’autre) (Davies, 1982, tome 2, p. 176). La densité d’ensemble du réseau est beaucoup plus faible que la moyenne européenne et très inégale selon les anciennes partitions concernées. Dès 1919, l’État polonais entreprend sa modernisation qui implique son homogénéisation (par la mise aux normes occidentales de l’ex-réseau russe), le raccordement entre les trois réseaux hérités, et l’augmentation de sa densité dans la partie orientale. Malgré les efforts considérables entrepris, en 1927, le contraste entre les anciennes partitions allemande (12,3 km de lignes par km2), autrichienne (5,3 km/km2) et russe (2,7 km/km2) est encore criant (Pardé, 1928). Les principales lignes internes ne sont mises en service que tardivement : Silésie-Gdynia, pour l’exportation du charbon en 1929 ; Varsovie-Cracovie en 1933. La Silésie, convoitée puis partagée entre la Pologne, l’Allemagne et la Tchécoslovaquie, subit une industrialisation massive dans l’entre-deux-guerres ; les trois États riverains se lancent dans une exploitation minière à outrance, encouragée par la situation politique incertaine.

17L’État polonais ressuscité hérite également d’une agriculture à plusieurs vitesses et l’une des premières mesures de ses dirigeants est d’entreprendre une réforme agraire pour permettre l’établissement d’une agriculture productive qui favoriserait l’essor d’une classe moyenne. Dès le 15 juillet 1920 une loi exproprie contre indemnités une partie des grands propriétaires. Leurs terres sont partagées entre les petits paysans, qui ne disposent cependant que d’exploitations toujours trop réduites (la Pologne compte alors 74 % de paysans). Cette réforme agraire, puis les suivantes, qui seront entreprises au cours des années 1920 et 1930, n’auront que peu d’effet sur les disparités régionales en Pologne, du fait du manque de moyens des autorités, des effets de la crise économique mondiale, puis de leur interruption avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale.

18Sur le plan politique, deux courants principaux se disputent le pouvoir dans l’entre-deux-guerres, menés par deux hommes politiques charismatiques, Roman Dmowski et Josef Piłsudski. Les deux hommes ont deux conceptions géopolitiques opposées de l’État polonais et de ses frontières, qui découlent de deux analyses différentes d’une même situation (Moczulski, 1999, p. 674). Roman Dmowski est, avec Ignacy Padarewski, le fondateur en 1917 du Comité national polonais, qui négocie avec l’Entente les bases du futur État polonais. Les deux hommes sont les représentants polonais lors de la conférence de paix de Paris et sont d’accord sur la conception d’un État national. Dmowski pense que la force de la Pologne doit venir de son unité, basée sur les deux fondements de la nationalité : la langue polonaise et la religion catholique. Il est favorable à des frontières ethniques, à l’intérieur desquelles les minorités nationales auraient vocation à être soit intégrées, soit expulsées. Après la guerre, il devient le leader du parti national démocrate (ND), et est favorable à une démocratie parlementaire. Sur le plan de la politique extérieure, bien qu’anti-communiste résolu, il est favorable à une alliance avec la Russie pour contrer la menace allemande. Cette Realpolitik est basée sur son analyse, qui identifie le phénomène du Drang nach Osten germanique comme une tendance historique lourde et qui n’est pas éteinte : mieux vaut donc chercher un appui de circonstance à l’Est.

19Josef Piłsudski est le premier chef d’État de la Pologne renaissante. À la tête du parti socialiste polonais (PPS), il est favorable à un projet étatique multinational, sur le modèle et dans les frontières les plus étendues de la Rzeczpospolita. Il s’attache à donner à la Pologne la continuité territoriale, politique (le découpage administratif reprend la plupart des voïvodies et powiats en vigueur à l’époque) et symbolique (en dénommant son État la Deuxième république) avec la Pologne d’avant les partages. Il ambitionne un temps de former une fédération « Międzymorze » (entre les deux mers ») qui comprendrait l’Ukraine, le Bélarus et la Lituanie. C’est à son initiative que la Pologne se lance dans un conflit pour retrouver ses confins orientaux, dont il tire un prestige énorme. Au contraire de Dmowski, il identifie le danger principal à la Russie communiste et ménage les relations avec l’Allemagne pour garder un point d’appui contre la Russie. Partisan d’un régime autoritaire, sa mainmise sur la politique polonaise se transforme en dictature à partir de 1926.

1.2.2 Vers un nouveau partage

20La Pologne de l’entre-deux-guerres est un État isolé. Après s’être brouillé avec tous ses voisins au sujet de ses frontières au sortir de la Grande guerre, elle prend ses distances dans les années 1930 avec la Société des Nations. Piłsudski a pour doctrine internationale de ne traiter que d’État à État, sans arbitrage ni intermédiaire, et sans distinction liée à l’issue de la première guerre mondiale ni aux blocs politiques. En radicalisant les conflits minoritaires ou frontaliers avec ses voisins, la Pologne contribue à affaiblir le « glacis » imaginé par les alliés entre l’Allemagne et l’URSS.

  • 18 Dans le cas des Juifs, le critère est purement religieux. On estime que nombreux d’entre eux, consi (...)

21Le recensement général de la population de 1931 dénombre les minorités nationales par la langue maternelle18 et non plus par la nationalité déclarée comme en 1921. Ce changement de méthode révèle une volonté politique de minimiser la présence des minorités nationales et de montrer les effets d’une décennie d’assimilation des minorités par l’apprentissage du polonais dans la Deuxième république. Les Ukrainiens ou Bélarusses habitant l’État polonais sont souvent bilingues et l’usage du polonais à l’école et dans l’administration peut mener à sous-estimer leur nombre réel par la déclaration d’une langue « maternelle ». Dans la voïvodie de Polésie, la minorité bélarusse a la plupart du temps été classifiée en tant que « tutejsi », c’est à dire utilisant un parler « local », ce qui diminue son importance au niveau étatique. Malgré ces efforts, les minorités nationales représentent plus de 30 % de la population étatique et sont plus nombreuses que l’élément polonais dans les six voïvodies les plus orientales du pays (carte 16 page suivante).

  • 19 « État saisonnier ».

22Le conflit avec la Lituanie divise les alliés, affaiblit la SDN, et rend plus fragiles les frontières polonaises. En 1925, les accords de Locarno inquiètent la Pologne : l’Allemagne reconnaît ses frontières occidentales mais ne donne aucun engagement concernant ses frontières orientales. Un an plus tard, l’impossibilité d’une entente polono-lituanienne dans l’entre-deux-guerres, empêche toute alliance régionale en Europe médiane, au moment où la Russie et l’Allemagne signent un pacte de neutralité et de solidarité. Dans les années 1930, au-delà des alliances distantes avec la France et le Royaume-Uni, la Pologne louvoie entre ses deux grands voisins. En 1932 est signé un pacte de non-agression avec l’URSS. En 1933, avec l’arrivée au pouvoir d’ Adolf Hitler, la position de la Pologne sur l’échiquier européen devient très inconfortable. Pour décrire la Pologne, les historiens du IIIe Reich reprennent l’expression de leurs prédécesseurs prussiens de « Saisonstaat19 », pour mieux justifier les visées expansionnistes allemandes à l’Est. Piłsudski demande la même année à la France de réaliser une intervention militaire préventive pour empêcher le réarmement de l’Allemagne. La France refuse sa proposition. Devant cet échec, Piłsudski choisit finalement de nouer un accord pragmatique avec l’Allemagne par une déclaration de non-agression (1934) commune. Ce rapprochement sera utilisé à merveille par l’Allemagne lors de sa conquête de l’Europe centrale en 1938. L’Allemagne fait miroiter à la Pologne le contrôle du Belarus et de l’Ukraine, et reconnaît ses droits sur la région de Cieszyn. En 1938, la Pologne soutient l’annexion des Sudètes par l’Allemagne, en invoquant le principe des nationalités, et se voit remettre en échange toute la Silésie de Cieszyn (Goriély, 1957, p. 251).

Carte 16 – Les minorités nationales au recensement de 1931.

Carte 16 – Les minorités nationales au recensement de 1931.
  • 20 Selon les accords secrets du pacte germano-soviétique du 23 août 1939, la ligne de démarcation deva (...)

23Cette manœuvre représente pour l’Allemagne une diversion parfaite, qui lui permet de se rapprocher de l’URSS pour planifier la suite de son expansion. Le 23 août 1939 est conclu le pacte germano-soviétique de non-agression, assorti d’un protocole secret prévoyant un nouveau partage de la Pologne (voir carte 17). Le 1er septembre 1939, la violation par le IIIe Reich de sa frontière avec la Pologne est la cause directe du déclenchement de la seconde guerre mondiale. En vertu des accords secrets du pacte Ribbentrop-Molotov, les troupes soviétiques entrent en Pologne le 17 septembre, et rencontrent les Allemands dans le centre de Brześć. La frontière entre le Reich et l’URSS est alors fixée approximativement sur la ligne Curzon (carte 17), le Reich gardant le district de Białystok20. En octobre, l’URSS rend Vilnius à la Lituanie et organise en novembre des élections en Ukraine et au Bélarus, qui donnent 90,7 % et 90,9 % des voix aux candidats socialistes. Cette « parodie de plébiscite », pour reprendre l’expression utilisée par Romain Yakemtchouk (1957, p. 50), marque la transformation des deux États en Républiques socialistes soviétiques (RSS).

Carte 17 – Le partage de la Pologne en 1939-1940.

Carte 17 – Le partage de la Pologne en 1939-1940.

Carte 18 – La Pologne en 1942.

Carte 18 – La Pologne en 1942.

24À partir de la fin 1939, la dictature nazie pratique en Pologne le nettoyage ethnique et les Juifs polonais sont parmi les premiers à être envoyés en camp de concentration. Au total, 3,2 millions de Juifs polonais périssent de la folie nazie. Dès les premiers mois de l’occupation, un million de Juifs et de Polonais sont expulsés du district de Wartheland et remplacés par des « rapatriés » allemands (Ther, 2004, p. 21). Les territoires polonais contrôlés par l’Allemagne subissent une violente germanisation qui touche tous les domaines de la vie matérielle et spirituelle. Avant 1941, Staline avait également aidé Hitler à redessiner la carte ethnique de l’Europe centrale, en expulsant ou en déportant des populations polonaises des confins orientaux. Les deux grandes dictatures ne sont pas les seules à prendre part à ce nettoyage ethnique durant la seconde guerre mondiale. D’autres nations leur emboitent le pas en empruntant leurs méthodes violentes, comme les Polonais et les Ukrainiens : « En 1944, des unités militaires polonaises et ukrainiennes massacrèrent les habitants de villages entiers. En 1945, des rapports mentionnaient les meurtres de femmes enceintes, de vieillards et d’enfants en bas-âge. » (ibid., p. 22) Tout au long du conflit, les nationalistes radicaux ukrainiens et polonais se sont livrés à une course à l’épuration ethnique des zones qu’ils contrôlent. Les Polonais sont expulsés et massacrés en Volhynie, puis dans d’autres régions après 1943. La résistance polonaise expulse les Ukrainiens des zones du Sud-Est polonais se trouvant sous son contrôle. Plus généralement, sur le plan ethnique, certaines régions mixtes avant la guerre se retrouvent en 1945 partiellement ou complètement homogénéisées en raison de l’épuration ethnique et des mouvements de population (ibid., p. 21). La Pologne, pays le plus durement touché par les pertes humaines de la seconde guerre mondiale, a perdu près de 20 % de sa population totale durant le conflit.

25Le 23 juin 1941, le lendemain de l’attaque surprise des nazis contre l’URSS, Brest est occupée, mais sa forteresse va résister pendant plus d’un mois de façon héroïque, en causant de lourdes pertes aux assaillants malgré de faibles effectifs et des provisions insuffisantes. Cet endroit sera après la guerre édifié en l’un des hauts lieux du patriotisme soviétique. La ville de Brześć, qui comptait 41 000 habitants avant la guerre, en dénombre moins de 15 000 au lendemain de celle-ci. Avant leur retraite, début 1944, les occupants détruisent deux centrales électriques, douze boulangeries industrielles, six moulins, la boucherie et la brasserie centrale, tout le réseau de chemin de fer, la gare, le canal Bug-Dniepr et 3 300 habitations. Un an plus tard, l’Armée rouge arrive dans la région de Francfort-sur-l’Oder. La bataille de l’Oder, dont l’enjeu est la prise de Berlin avant les alliés, fait plus de 700 000 morts. L’Oder est finalement franchie le 10 mars. Francfort-sur-l’Oder, située au cœur du Reich, a été durement touchée par les bombardements, et son centre-ville détruit à 95 %.

2 L’établissement du tracé frontalier moderne

26Le problème des frontières de la Pologne est discuté et négocié par les trois grandes puissances alliées, représentées par Churchill, Roosevelt (puis Truman) et Staline, au cours des conférences de Téhéran, Yalta et Postdam. Lors de ces rencontres, Staline se trouve en position de force pour négocier : il est le principal auteur du tracé moderne des frontières de la Pologne. Le principe d’un déplacement vers l’ouest de l’État polonais, accompagné de transferts de populations, est très tôt accepté entre les trois grands. Staline, qui veut obtenir le plus de gains territoriaux possibles de ces négociations, se montre intraitable au sujet de la frontière occidentale de l’URSS. En échange, il propose systématiquement des compensations territoriales pour la Pologne, au détriment de l’Allemagne.

2.1 Un tracé exogène

2.1.1 Les conférences interalliées

27La question des frontières de la Pologne est abordée dès la conférence de Téhéran (28 novembre-1er décembre 1943). C’est d’abord la frontière orientale de la Pologne qui est discutée. Staline se sert des travaux rendus par Lord Curzon 25 années plus tôt comme argument de poids pour repousser la frontière 220 km plus à l’ouest. Pour compenser la perte de ces territoires « recouvrés » par l’URSS, il est convenu que la Pologne obtiendrait des compensations territoriales à l’ouest, aux dépens de l’Allemagne. À la conférence de Yalta (4-11 février 1945), Staline, dont les alliés sont tributaires pour leur situation militaire, impose le principe d’une démarcation polono-allemande située sur une ligne Oder-Neisse, exhumant une frontière vieille d’un millénaire. Ce principe est accepté par les alliés, qui tentent simplement de s’assurer du caractère démocratique du futur État polonais. Une confusion existe cependant entre la Neisse orientale (Neisse de Kłodzko) et la Neisse occidentale (Neisse de Lusace), sur laquelle Staline veut établir la frontière. L’enjeu est de taille, puisqu’il représente la moitié de la Silésie que Staline veut attribuer à la Pologne (102 985 km2 et cinq millions d’Allemands) : la Neisse orientale prend sa source 150 km plus à l’est et se jette dans l’Oder entre Opole et Wrocław. La conférence de Potsdam (17 juillet-2 août 1945) règle les dernières questions concernant les frontières polonaises. Staline apporte quelques modifications au nord de la ligne Curzon (voir carte 20). Concernant la frontière occidentale, les alliés émettent des doutes sur la capacité de l’État polonais à intégrer pleinement les territoires à l’est de la Neisse de Lusace afin d’éviter toute revendication future. Les alliés ne souhaitent pas accabler le vaincu et veulent éviter le déplacement supplémentaire de cinq millions d’Allemands. Finalement, c’est bien la Neisse occidentale qui est retenue. Staline, qui souhaite obtenir un port sur la mer Baltique libre de glace en toute saison, impose même le partage de la Prusse orientale, dont il garde le Nord et Königsberg, en dépit de l’absence totale de revendications russes, historiques ou ethniques, sur la zone. En échange, il donne à la Pologne le port de Stettin (Szczecin), au-delà de l’embouchure de l’Oder.

Carte 19 – Les frontières mouvantes de l’État polonais.

Carte 19 – Les frontières mouvantes de l’État polonais.

2.1.2 L’inscription dans la sphère socialiste

  • 21 Également connu sous le nom de « Comité de Lublin ».
  • 22 Dont Stanisław Mikołajczyk, ancien premier ministre.

28La plupart des frontières de l’Europe médiane, autres que celles concernant l’URSS, ne connaissent en général pas de changements importants (dyade polono-tchécoslovaque) ou sont retracées dans des limites antérieures ; seule la dyade polono-allemande est une exception majeure à cette règle, en raison du déplacement vers l’ouest de la dyade polono-soviétique (Foucher, 1991, p. 479). L’ensemble de l’enveloppe territoriale de la Pologne s’apparente à un « système frontalier », puisque la dyade occidentale a été tracée en fonction de la modification du tracé de la dyade orientale (ibid., p. 495). Pour l’URSS, l’avantage est double : la Pologne ne peut pas contester sa nouvelle frontière orientale à l’État qui est le garant de son accroissement territorial et de sa protection à l’ouest. La question des frontières en Pologne est ainsi surimposée par l’État soviétique. Lors des conférences interalliées, est aussi discutée la question des zones d’influence en Europe ; à la fin du conflit il ne fait plus de doute que la Pologne sera sous la domination politique de l’URSS, malgré les promesses d’élections libres arrachées à Staline par les alliés. Dans les faits, le pouvoir est confié au Comité polonais de libération nationale21 (PKWN), gouvernement fantoche créé pendant la guerre par Staline pour faire contrepoids au gouvernement polonais en exil à Londres. Le PKWN devient le 31 décembre 1944 le Gouvernement provisoire de la république de Pologne (RTRP). Devant les réserves et les demandes émises par Churchill en vue de la tenue d’élections libres, le RTRP s’élargit à certains membres du gouvernement en exil22 pour devenir, le 28 juin 1945, le Gouvernement provisoire d’union nationale (TRJN). Ces différents changements d’acronymes ne coïncidèrent absolument pas avec un changement idéologique ; la Pologne ne connaît pas d’élections libres avant 1989.

Carte 20 – La formation de l’État polonais après la seconde guerre mondiale.

Carte 20 – La formation de l’État polonais après la seconde guerre mondiale.

2.2 Les conséquences de la « translation vers l’ouest »

  • 23 Pour le détail du tracé des frontières modernes, voir l’introduction.

29Après cette « translation vers l’ouest », l’enveloppe territoriale de la Pologne est renouvelée à 80 % : seule la dyade avec la Tchécoslovaquie est restée stable par rapport à l’avant-guerre23. La Pologne perd au final 177462 km2 de terres au profit de l’URSS et en gagne 101513 km2 sur l’Allemagne, soit environ un tiers de son nouveau territoire. Ces terres gagnées sur l’Allemagne, de moindre superficie que celles perdues à l’Est, sont cependant plus densément peuplées, plus urbanisées et industrialisées et possèdent, avec la majeure partie de la Silésie, plus de ressources minières. Ces « terres de l’ouest », ou « territoires recouvrés* » sont placés sous « administration polonaise », dans l’attente d’un règlement définitif avec la conférence de paix. Staline se porte garant de l’intégrité territoriale polonaise dans ces nouveaux territoires, ce qui est également pour lui le moyen de minimiser toute contestation sur le tracé de la frontière orientale. Le tracé de la dyade avec la Tchécoslovaquie est reconduit sur la même position qu’avant-guerre, les Tchèques gardant Český Těšín. Staline utilise ici le même moyen de pression qu’avec les Polonais : l’URSS se porte garante de cette frontière, après avoir annexé un territoire plus important sur la Tchécoslovaquie à l’Est.

2.2.1 Les déplacements de population : l’exode oriental

  • 24 Cité par Ther, op. cit.

30À la suite de ces changements frontaliers, la volonté des alliés de faire coïncider les nouvelles frontières politiques avec les frontières des nationalités donne lieu, de 1944 à 1947, à un immense déplacement de population. Le consensus parmi les alliés est de procéder, de manière organisée et humaine, à une homogénéisation ethnique des États d’Europe centrale et orientale, au premier rang desquels la Pologne. En décembre 1944, Winston Churchill déclare dans son discours sur l’avenir de la Pologne : « Il n’y aura plus de mélanges de population pour causer des troubles sans fin. [...] Un coup de balai nettoiera tout ceci24 ». Au final, le déplacement des frontières vers l’ouest est de plus grande ampleur que prévu, et entraîne des déplacements massifs sur les anciens et nouveaux territoires polonais. Avec 2,1 millions de personnes déplacées par-delà les frontières de leur État, les Polonais sont les plus touchés par cet exode, après les Allemands (environ 12 millions).

31Les premiers déplacements commencent en septembre 1944 sur la frontière orientale. Des accords chiffrés sont conclus entre le Comité polonais de libération nationale de Lublin et les Républiques soviétiques socialistes d’Ukraine, du Belarus et de Lituanie, concernant le transfert forcé de 1,5 million de personnes d’URSS vers la Pologne et de 480000 de la Pologne vers l’URSS, les Polonais déplacés venant peupler les territoires pris à l’Allemagne (Ther, 2004, p. 23). Dans les « territoires recouvrés », on dénombrait avant l’offensive soviétique environ 10,5 millions d’habitants, dont 8,5 millions d’Allemands et plus d’un million de Polonais. Précédant la retraite de la Wehrmacht, cinq millions d’Allemands fuient l’Est de l’Allemagne avant la fin des hostilités. Probablement un million d’entre eux tentent de refluer après l’armistice, avant que la ligne de démarcation ne soit bloquée, le 2 août, par les autorités polonaises. Au total, environ 5 millions d’ Allemands sont expulsés des « territoires de l’Ouest », alors que presque autant de Polonais, dont 1,5 million issus des territoires orientaux cédés à l’URSS, viennent les y remplacer (Davies, 1982, tome 2, p. 567).

32À partir du printemps 1945, l’office d’État de rapatriement dirige tous les mouvements migratoires. À la fin de la même année est créée une commission sociale de vérification, composée de représentants polonais autochtones des « territoires de l’ouest », dans le but de vérifier les nationalités et de faire expulser les derniers Allemands (Lachs, 1964, p. 154). En février 1946, il ne restait plus que deux millions d’Allemands environ dans ces territoires. De 1945 à 1948, 4,5 millions de colons polonais viennent s’installer dans ces territoires, dont une grande partie en provenance des voïvodies centrales touchées par un surpeuplement paysan. Ces flux internes se poursuivent de façon décroissante jusqu’en 1956, date de la fin de la réforme agraire (voir infra).

33À partir de 1946, les flux de déplacés diminuent, pour se tarir presque complètement à la fin de l’année 1947, moment où se referment les frontières. La dernière opération planifiée de grande ampleur, baptisée « opération Wisła », concerne la déportation de 150 000 Ukrainiens qui avaient échappé aux mouvements de populations précédents et qui vivaient encore dans la région frontalière, en utilisant la frontière comme refuge. Organisée par le gouvernement polonais avec le soutien du pouvoir soviétique, cette déportation vise à vider cette base-arrière du « maquis ukrainien » et à atomiser la minorité ukrainienne, en la fixant puis en l’assimilant dans les « territoires recouvrés ».

34Ces transferts forcés de populations correspondent à une volonté politique de dessiner une frontière ethnique coïncidant avec la nouvelle frontière politique. Ils sont réalisés de façon contraignante (menaces d’arrestations ou de déportations) et dans des conditions matérielles et humaines déplorables (perte des biens mobiliers, moyens de transports inexistants). Les civils allemands déplacés subissent alors le contrecoup des atrocités commises pendant l’occupation nazie. Polonais et Ukrainiens s’infligent mutuellement des souffrances et brimades, qui dégradent fortement la vision que chacun a de l’autre.

2.2.2 Vers l’État-nation

35Le nettoyage ethnique mené pendant la seconde guerre mondiale et les déplacements de populations qui se sont déroulés à la suite de celle-ci ont largement modifié la répartition des nationalités en Europe centrale. La Pologne est brutalement redevenue un État-nation. Pour la première fois depuis le haut Moyen Âge, les frontières politiques correspondent avec les frontières ethniques de la nation polonaise. La Pologne est même un des États d’Europe présentant le moins de minorités nationales : en 1947, plus de 95 % de sa population est à la fois de langue polonaise et de religion catholique. Les minorités juive, allemande, bélarusse et ukrainienne ont presque complètement disparu. De plus, on dénombre peu de Polonais à l’extérieur des frontières politiques, hormis ceux de la diaspora. L’idéalisation et la nostalgie des confins orientaux se poursuivent dans la culture polonaise, comme c’était le cas avant 1919, mais l’élément polonais à Vilnius ou à Lviv est désormais réduit à une présence symbolique. Si la population de l’État polonais est ethniquement très homogène, ses territoires en revanche, sont marqués par une grande disparité, qui s’explique en premier lieu par les trajectoires géopolitiques qu’ils ont connues avant de composer l’État polonais moderne.

2.2.3 Un territoire moderne composite

  • 25 À partir des années 1960, l’expression plus neutre de « Ziemie Zachodnie » (« territoires de l’Oues (...)

36La première particularité territoriale évidente dans l’espace polonais moderne, est la présence des « territoires recouvrés » (« Ziemie odzyskane25 »), représentant environ un tiers du territoire de l’État. Leur appellation propagandiste ne correspond qu’à une réalité partielle (certains n’avaient jamais fait partie de la Pologne) ou très ancienne (ces territoires avaient été perdus depuis le xiie siècle). Ces territoires, dont les frontières avaient été relativement stables depuis le xiiie siècle, avaient été largement germanisés et étaient devenus des espaces centraux de la Prusse lors de son apogée économique et politique. Malgré leur repeuplement par des populations polonaises, ces territoires, par leur structure foncière, leur densité urbaine, leurs paysages ruraux, leurs infrastructures de transport, se distinguent très largement du reste du territoire polonais. En 1945, le gouvernement juge nécessaire de créer un ministère des Territoires recouvrés pour l’administration de cet espace, afin d’accélérer son intégration au reste du pays. La création de ce ministère répond d’abord à un calcul purement politique. Celui-ci vise à afficher une souveraineté polonaise incontestable sur ces territoires, alors même que l’État, incertain de leur devenir, a longtemps hésité à y investir massivement. En 1947, on compte, pour 100 km2 dans les « territoires recouvrés », 11,1 km de voies ferrées, contre 6 km dans le reste de la Pologne ; 41,4 km de routes goudronnées, contre 25,2 km dans le reste du pays (Gruchman et alii, 1959, p. 233). Ces territoires connaissent, dans les années 1950, un accroissement de population considérable grâce aux migrations de populations et à un solde naturel parmi les plus forts d’Europe (27,2 ‰, contre 19,4 ‰ pour le reste de la Pologne) (Lachs, 1964, p. 233). Les confiscations de biens aux expulsés allemands et l’atomisation de la nouvelle société y favorisent l’implantation des idées socialistes. Dans la Pologne du Centre et du Sud, la résistance à la collectivisation est beaucoup plus forte.

37La seconde distinction territoriale concerne l’héritage de la période des partages, dont les traces n’avaient pu être gommées pendant la courte renaissance de la Pologne dans l’entre-deux-guerres. Au total, la Pologne de 1945 se compose de quatre grands types de territoires, si on considère les héritages géopolitiques (cf. carte 29 p. 264) : ceux gagnés sur l’Allemagne en 1945, ceux gagnés, respectivement, sur l’Allemagne, l’Autriche et la Russie en 1919-1923.

3 Des frontières « assoupies » au sein du bloc socialiste

38En août 1946 est lancée la doctrine Jdanov, qui reconnaît la disposition du monde politique en deux blocs rivaux. Elle prône, en conséquence, un strict contrôle des frontières de l’URSS et de ses satellites pour les prévenir de toute « contamination extérieure ». Cette doctrine s’applique en fait en premier lieu pour éviter la fuite des citoyens du Bloc de l’Est vers le monde occidental. Ainsi, et à titre d’exemple, de nombreux Polonais fuient vers la Suède en profitant de la complicité d’équipages de navires marchands scandinaves, jusqu’à la fin des années 1940. Les personnes physiques autant que les idées sont visées par cette doctrine, qui ne conçoit pas les frontières de la Pologne comme des frontières intérieures du bloc socialiste, mais plutôt comme des sas protecteurs. Les frontières « de l’amitié » entre les « pays frères » sont typiquement contrôlées et imperméables pendant la domination socialiste.

3.1 Des « frontières de l’amitié » surimposées par le pouvoir soviétique

39Malgré la présence de ce que Winston Churchill nomme, dès le mois de mars 1946, le « rideau de fer », l’URSS choisit de sécuriser davantage son territoire et celui de ses républiques satellites par la présence de frontières étatiques contrôlées et peu perméables. L’URSS impose à l’Europe centrale une « Pax sovietica », une paix froide caractérisée par des frontières surimposées, contrôlées et fermées. La protection des frontières polonaises est assurée par l’armée de la défense de la frontière (Wojska Ochrony Pogranicza, WOP), une force militaire qui remplace la police des frontières créée durant l’entre-deux-guerres. Alors que la dyade tchécoslovaque est marquée par un certain apaisement des tensions, la dyade allemande se caractérise par une grande méfiance réciproque. Dans cette période marquée par la guerre froide, la dyade soviétique se distingue par son extrême militarisation.

3.1.1 Les dyades internes au Bloc de l’Est

40Le tracé de la ligne Oder-Neisse, accepté en 1945, présente la particularité de traverser le centre des villes de Görlitz, Guben et Francfort-sur-l’Oder, qui s’étaient développées sur les deux rives de leurs vallées. Cette séparation est accentuée par la coupe dissymétrique de ces vallées, la rive gauche étant en terrasses étagées et la rive droite en pente douce. La frontière de 1945 crée donc trois doublons urbains, qui prennent le nom de Görlitz/Zgorzelec, Guben/Gubin et Francfort-sur-l’Oder/Słubice. Dans les cas de Görlitz/Zgorzelec et Francfort-sur-l’Oder/Słubice, la majeure partie de l’agglomération se trouve du côté allemand, alors que dans le cas de Guben/Gubin, le partage est presque égal, mais le centre-ville se trouve sur la rive polonaise. Sur la dyade tchécoslovaque, la frontière de 1920 est conservée, prolongeant l’existence du doublon de Cieszyn/Český Těšín. De façon volontaire ou forcée, une grande partie des Polonais d’au-delà de l’Olza rentre après 1945 en Pologne.

  • 26 En référence à Zliwitz, premier nom slave d’origine slave de la localité.

41Dès son occupation par l’Armée rouge (mai 1945), Dammvorstadt, la rive orientale de Francfort-sur-l’Oder, est placée sous administration polonaise, qui nomme cette nouvelle commune « Słubice26 » et ordonne l’expulsion des quelques centaines d’Allemands encore présents. Les déplacements de populations consécutifs à la seconde guerre mondiale (voir supra) font que la population de la ville-doublon* est presque entièrement renouvelée après 1945. Des Allemands chassés des territoires gagnés par la Pologne viennent s’installer à Francfort, alors qu’à Słubice arrivent des Polonais transférés des territoires orientaux perdus par la Pologne au profit de L’URSS. Les liens entre les deux parties de la ville sont brutalement coupés et les habitants des deux rives n’ont donc plus aucun vécu commun, si ce n’est le déracinement vis-à-vis de leurs régions d’origine. L’Oder et la Neisse marquent désormais une frontière culturelle très nette entre monde germanique et monde slave. La plupart des ponts sur l’Oder-Neisse ont été détruits en 1945. Celui reliant Francfort à Słubice, détruit après la retraite allemande de 1945 et remplacé par un pont provisoire par l’Armée rouge, n’est définitivement reconstruit qu’en 1952. Malgré sa reconstruction, la frontière est verrouillée par le pouvoir soviétique et les contacts entre les deux villes sont minimes. L’absence de traité de paix et l’incertitude concernant la pérennité du tracé frontalier restent pendant toute la période de domination soviétique un obstacle à l’établissement de bonnes relations de voisinage dans la ville-doublon. Cette frontière devient une des frontières assoupies et imperméables du Bloc de l’Est. En conséquence, les deux municipalités se développent dos à dos et se tournent vers la République démocratique allemande (RDA) et la République populaire de Pologne (RPP), États fortement centralisés dont elles dépendent directement pour leur évolution. À Francfort comme à Słubice, deux imposants boulevards de style socialiste (Karl-Marx et Wojska polskiego) sont aménagés parallèlement à l’Oder et éloignent les deux nouveaux centres-villes des berges. Celles-ci, ainsi que les abords du pont, deviennent des angles morts du développement urbain et sont le plus souvent laissés à l’abandon ou militarisés.

42Après la seconde guerre mondiale et le retour de la Pologne sur l’Oder-Neisse, le débat sur la légitimité de cette frontière fait rage entre les historiens allemands et polonais. Qui est arrivé le premier sur l’Oder L’histoire a été de chaque côté réécrite. À Francfort-sur-l’Oder et Słubice, par exemple, si l’on se penche sur les versions données officiellement par les municipalités, on se heurte vite à des contradictions. Après 1945, s’est développé dans les écoles polonaises une propagande (comparable à celle connue en France en vue de la récupération de l’Alsace et de la Lorraine mosellane après 1870) visant à légitimer les fondements historiques de la nouvelle frontière occidentale. Les historiens polonais ont même tenté de trouver des origines polonaises à la ville de Słubice. Toujours dans le même but, en 1945, le gouvernement socialiste polonais fait ériger un monument à Cedynia, sur la frontière Oder-Neisse, à l’endroit de la bataille du même nom, qui avait vu Mieszko Ier repousser les Germains en 972 (cf. chapitre i).

43Toute reconnaissance bilatérale de cette frontière est rendue impossible par la division politique de l’Allemagne, lui conférant une situation juridique très fragile. En septembre 1946, le secrétaire d’État américain à la défense James Byrnes exprime son incertitude quant au caractère pérenne de la frontière polono-allemande, provoquant une violente réaction anti-occidentale du gouvernement polonais (Ther, 2004, p. 26). Les remises en cause viennent fréquemment de RFA, où associations de réfugiés et parti conservateur réclament la révision du tracé. Dans toute l’Europe, la ligne Oder-Neisse est l’objet d’interrogations, de spéculations, qui portent sur le caractère définitif de cette frontière, et des implications géopolitiques qu’elle entraînera à long terme. En Pologne, le gouvernement socialiste et le régime communiste installé à la tête de l’URSS sont présentés comme les meilleurs garants de l’intégrité territoriale, faisant de cette frontière un enjeu politique constant. De fait, le « gel » des frontières imposé par la force coercitive de l’URSS exercée sur ses États satellites est le facteur principal ayant permis le statu quo frontalier pendant la guerre froide. Entre la Pologne et la Tchécoslovaquie, la question frontalière ne suscite pas autant de controverses. Le tracé frontalier est rapidement approuvé par les deux gouvernements fantoches. La situation comparable des deux États par rapport à l’URSS entraîne plutôt chez les citoyens une solidarité de principe. Les revendications polonaises sur les territoires anciennement peuplés de Polonais sont largement minorées par la culpabilité qui pèse sur l’alliance opportuniste nouée avec le IIIe Reich en 1938. Cette situation permet aux populations, bien que privées d’une frontière ouverte et donc de contacts réguliers, de normaliser les relations concernant leur frontière commune.

  • 27 « Les urnes furent bourrées et les détails interdits de publication » (Beauvois, 2004, op. cit.).
  • 28 Les accords de Görlitz, signés le 6 juin 1950 par les présidents de la République démocratique alle (...)

44Le gouvernement polonais tente, dans un discours de propagande destiné aux Polonais et à l’opinion internationale, de faire passer le changement de frontières comme « une bonne affaire ». En 1946, il fait approuver par le peuple, grâce à un référendum « à la soviétique27 », le tracé de la frontière germano-polonaise, au cours duquel le « oui » l’emporte à 91 %. En 1949, la création de la RDA stabilise la frontière. Consécutivement, dans les années 1950, les deux États riverains amorcent un dialogue bilatéral qui détend la situation sur l’Oder-Neisse. Le 6 juin 1950, ils reconnaissent mutuellement la ligne Oder-Neisse, « frontière de l’amitié28 » ; un mois plus tard un accord est conclu à Zgorzelec quant à sa délimitation ; en janvier 1951 est signé un acte relatif à sa démarcation par des poteaux (Lachs, 1964, p. 38). À la faveur d’un rapprochement diplomatique entre la RDA et la RPP, la frontière s’ouvre à partir de novembre 1971, date à laquelle les visas sont supprimés. Une simple pièce d’identité suffit alors pour la franchir. Cette décision est prise avant tout pour pallier le déficit de main-d’œuvre de la RDA grâce au surplus disponible en RPP. Les premiers contacts sont tendus entre les habitants des deux rives, mais ils se poursuivent et se développent dans la décennie 1970 à la faveur d’un pragmatisme économique. Les écarts de prix et d’approvisionnement permettent aux frontaliers, en ayant accès aux deux marchés, d’avoir plus de produits à leur disposition et à de meilleurs prix. On observe, près des points de passage, l’installation spontanée de bazars frontaliers. L’ouverture permet également à un flux de travailleurs frontaliers de se développer de Słubice vers Francfort. En 1980, la RDA met brutalement un terme à la politique d’ouverture en sécurisant la frontière, craignant la propagation du mouvement de grève se développant en Pologne. Cette expérience de presque dix ans a toutefois permis, à proximité des points de passage, à une partie de la population des deux rives d’instaurer des liens durables, qu’ils soient purement professionnels, commerciaux ou même affectifs (plusieurs mariages mixtes ont été célébrés durant la période).

3.1.2 La dyade soviétique

  • 29 Expression employée par Paul Geouffre de Lapradelle, cité par Sabine Dullin (2009, op. cit.).

45Le 29 juin 1946, une zone interdite est instaurée par décret le long des frontières de l’Union soviétique. Elle est large de 800 m en Ukraine, au Belarus et en Lituanie ; de 50 km dans l’oblast de Kaliningrad (Dullin, 2009, p. 51). Une politique de « vidage de la zone frontière » est menée par le pouvoir qui démarque ensuite cette zone frontalière sur le terrain par des panneaux d’interdiction et des barrières (ibid.). Les habitants de cette zone doivent justifier d’un passeport spécifique, et toute entrée nécessite une autorisation spéciale. Cette zone apparaît juridiquement comme une « circonscription spatiale29 » de la frontière occidentale. Concrètement, elle marque le domaine d’action réservé des gardes-frontières de l’URSS. Les rangs de ceux-ci sont renforcés par la réaffectation des régiments de l’Armée rouge ayant servi en temps de guerre à la couverture des fronts, à la suite d’un décret signé le 28 septembre 1946. La façade maritime de l’enclave de Kaliningrad est également marquée par ce zonage juridique de la frontière : la largeur des eaux territoriales y est de 12 milles nautiques, alors que l’usage en vigueur dans la Baltique est alors de 3 milles. Ce décalage sera ultérieurement la source de nombreux problèmes frontaliers (Dullin, 2009, op. cit.).

46À partir de 1946, les contrôles se durcissent le long de la frontière polono-soviétique. De janvier à juin de cette année, la plupart des arrestations, effectuées en étroite collaboration entre les douaniers et gardes-frontières polonais et soviétiques, concernent le sens URSS-Pologne (1 375 personnes arrêtées dans ce sens, contre 473 dans le sens opposé). Parmi ces arrestations, 113 concernent des personnes ayant franchi accidentellement la frontière, 236 à la recherche de meilleures conditions de vie et 487 pour des raisons de vie quotidienne (ibid., p. 54). Malgré les déplacements de population et l’arsenal de protection mis en place, la frontière connaît encore des flux de proximité importants (visite à des parents, déplacement du bétail, coupe de bois, troc, vente directe...), qui constituent autant de passages illégaux. Dans un premier temps, « la frontière ne se voit pas », et ces flux perdurent, encouragés par l’absence de barrière naturelle et la faible démarcation. Ces flux sont également un temps tolérés par les gardes-frontière et rendus aisés par la meilleure connaissance de la zone par les populations locales. À partir de 1948, la tolérance des premières années fait place à la sécurisation autoritaire. La frontière est entièrement démarquée par un important dispositif de protection qui comprend : un no man’s land de 10 à 15 m de largeur (régulièrement labouré pour y repérer des traces de pas), des fils de fer barbelés et des miradors. Un programme de protection de la frontière est lancé, « pour impliquer les populations frontalières dans la surveillance de la frontière et les inciter au loyalisme ; on crée au même moment la médaille du meilleur garde-frontière » (ibid., 2009, p. 59). Les habitudes des populations des confins avec la frontière sont rapidement perdues, car le franchissement ne peut plus être un acte fortuit. Franchir la frontière devient très risqué, que ce soit pour quitter définitivement l’URSS ou pour aller visiter un proche. La frontière orientale de la Pologne devient un angle mort des flux locaux de personnes et de biens.

  • 30 Selon l’intitulé du décret qui prévoit ce changement.

47Cette dyade a été voulue et tracée par l’Union soviétique, et continue pendant toute la guerre froide d’être régie par l’URSS, que ce soit pour réguler son ouverture, corriger son tracé ou encore être transgressée par l’Armée rouge. Au début de l’année 1948, le tracé de la frontière est modifié : 130 villages des alentours de Medyka, près de Przemyśl, sont rattachés à la Pologne, 18 à l’URSS. La matérialisation de la frontière est presque immédiate et vise à couper le plus vite possible les liens de proximité existant jusqu’alors. En 1951, a lieu un « ajustement30 » frontalier de plus grande ampleur (concernant 73 000 personnes et 480 km2), prétendument à l’initiative du gouvernement polonais, mais dans les faits imposé par Moscou. Selon l’accord signé en février 1951, la Pologne cède à l’URSS les environs de Bełz, sur la rive gauche du Bug, où viennent d’être trouvés d’importants gisements de charbon ; l’URSS cède à la Pologne les environs d’Ustrzyki Dolne, sur la rive droite du San. La fonction militaire et défensive de la frontière ne doit pas faire oublier que cette frontière est avant tout perçue comme un ultime rideau protecteur, et que la défense de l’Union soviétique est pensée pour être effectuée en avant de la frontière, donnant bien à l’Europe de l’Est son rôle de « glacis protecteur ».

Il est peu d’États au monde où les frontières aient été autant sacralisées et en même temps transgressées par leurs armées, puisque, [...] les armées soviétiques sont présentes des deux côtés de la frontière de l’URSS sur 45 % de l’enveloppe totale. L’Union soviétique est en effet le seul État au monde à avoir eu, jusqu’en 1991, autant de soldats hors de ses frontières — au moins 805 000 hommes au total [...] ce qui représente près de 30 % du total de ses forces.
(Foucher, 1991, p. 433)

  • 31 Ne sachant que faire de l’église uniate, où a été signé le traité, située au milieu de la forteress (...)

48En 1945, Brest devient la principale porte d’entrée de l’URSS et est reconstruite par les Soviétiques. Dans les premières années, très dures, l’économie dépend en grande partie des équipements et matériels confisqués sur le territoire du Reich (et donc souvent dans l’actuelle Pologne). La reconstruction est planifiée, les communications sont d’abord rétablies vers la Russie, avec laquelle sont engagés quasiment tous les échanges. Malgré sa proximité avec la Pologne, la ville est complètement aspirée dans le monde soviétique. De plus, le mouvement national biélorusse, né pendant l’occupation nazie, est proscrit et durement réprimé. En 1965, les autorités décident de développer la ville vers l’est. Le septième plan quinquennal (1966-1970) organise la construction, dans les faubourgs orientaux, de deux énormes usines, modernes pour l’époque ; une de fabrication d’ampoules électriques et l’autre de tapis. De loin les plus grandes de tout l’URSS dans leur domaine, elles étaient destinées à approvisionner tout son territoire. En 1967, un nouveau quartier résidentiel est aménagé à proximité de ces usines pour loger les ouvriers. Comme tout avait été détruit, la reconstruction donne naissance à une nouvelle ville, qui change complètement de la précédente : grandes avenues rectilignes et grands immeubles à l’architecture soviétique, et un réseau de communications complètement tourné vers l’est. En raison de la proximité de la frontière, la propagande envers le capitalisme et « l’impérialisme occidental » sont particulièrement poussés à Brest. En 1971, à quelques centaines de mètres de la frontière est ouvert un mémorial aux héros soviétiques de la guerre, sur le site de la forteresse de Brest, à l’endroit même où avaient étés signés l’Union de Lublin en 159631 et le traité de Brest-Litovsk en mars 1918. Les églises et synagogues sont souvent transformées en cinémas, bibliothèques ou autres bâtiments publics, sinon désaffectées.

49Après la mort de Staline en 1953, le haut niveau de protection observé sur cette frontière se relâche. Les flux de proximité sont à nouveau tolérés, mais certains ont disparu ou ont pris d’autres directions ; ils ne redeviendront jamais aussi forts qu’avant 1947. La sécurisation de la frontière soviétique vise donc deux buts essentiels : protéger militairement (forces armées et espionnage), et décourager ceux qui voudraient émigrer à l’Ouest. La présence de forces armées à l’extérieur des frontières répond elle aussi à un double besoin : la stratégie de « défense de l’avant » d’une « frontière dédoublée » (Foucher, 1991, p. 433), et celui d’augmenter le contrôle et les moyens de pression sur le gouvernement polonais. Toutes les zones frontalières sont durant cette période des espaces périphériques, économiquement dévitalisés, où les densités de population sont faibles. Le long des frontières se sont développés des axes de transport et de communication parallèles et redondants pour pallier la barrière logistique frontalière, autant que pour assurer sa protection.

3.2 La planification : une correction de la diversité des héritages ?

50Le pouvoir soviétique décide, dès 1945, de transformer la Pologne, pays traditionnellement à dominante agricole, en un pays à la fois agricole et industriel, au moyen d’une politique planificatrice autoritaire. Pour des raisons que nous allons développer, les « territoires recouvrés » seront plus sensibles à cette planification socialiste. Dans le domaine agricole, ces territoires n’ont pas retrouvé en 1955 leur niveau de production d’avant-guerre (en raison de la réforme agraire et de l’utilisation moindre de machines et d’engrais). Dans le domaine industriel, en revanche, leur potentiel est pleinement exploité : ils concentrent cette même année 27 % de la production industrielle pour 24 % de la population (Lachs, 1964, p. 223).

3.2.1 La République populaire de Pologne, pays agricole...

51La Pologne fait figure d’exception en ce qui concerne les réformes agraires menées par les régimes socialistes de 1944 à 1956 en Europe centrale. Lancée par décret le 6 septembre 1944, une première réforme agraire prévoit la création d’exploitations de taille moyenne, en démembrant les domaines de plus de 100 ha et en les distribuant sous forme de parcelles de 5 à 15 ha. Pour les « territoires recouvrés », la taille moyenne des terres distribuées est plus importante, le décret du 6 septembre 1946 fixant leur superficie à 15 ha pour la culture de la terre et à 20 ha pour l’élevage (Davies, 1982, tome 2, p. 568). Au final, si cette réforme renforce le poids relatif des exploitations moyennes (de 5 à 20 ha), au détriment des deux extrêmes, elle contribue également à renforcer les inégalités régionales héritées.

52À partir de 1948, l’État entreprend la collectivisation forcée des terres agricoles sur le modèle soviétique. Celle-ci s’opère d’abord par la création de fermes d’État, qui couvrent en trois ans 13 % de la surface agricole utile du pays. Ces fermes d’État sont surtout concentrées dans les « territoires recouvrés », où de grandes exploitations sont constituées avec les domaines laissés derrière eux par les Allemands (Bühler, 1997, p. 161). De 1950 à 1956, la collectivisation s’accélère et prend également la forme de coopératives encouragées et fortement encadrées par l’État. Là aussi, un déséquilibre spatial s’observe entre les « territoires recouvrés » et le reste de la Pologne. Les paysans fraîchement arrivés dans les nouveaux territoires, moins attachés à leurs terres que les autres paysans polonais, s’en séparent moins difficilement. Le déséquilibre s’observe aussi sur les anciennes frontières des partages : dans les anciennes partitions russe et autrichienne, l’importance de la possession foncière et le haut niveau de l’autoconsommation entravent considérablement la collectivisation. Le milieu agricole a ainsi mieux défendu ses positions là où le surpeuplement paysan était le plus prononcé. En effet, les petits paysans sont d’autant plus attachés à leur propriété qu’elle était de surface modeste :

c’est paradoxalement là où les exploitations étaient de petite taille, où le surpeuplement agraire était le plus manifeste, que l’agriculture paysanne a le mieux défendu ses positions, comme si la pression de la masse paysanne parvenait à faire obstacle à la socialisation. (Maurel, 1988, p. 32)

53Le nombre de coopératives progresse jusqu’en 1956, date à laquelle on en dénombre plus de 10 000, qui représentent 8 % de la surface agricole. En matière de rentabilité, la création de coopératives s’avère être autant un traumatisme pour les paysans, qu’un échec coûteux pour l’État, qui se désengage très vite de cette voie après le tournant politique de 1956.

  • 32 Terme russe désignant des paysans riches, ou ceux employant des salariés agricoles.

54Après 1956, coexistent donc deux systèmes, celui des fermes d’État et celui de la propriété privée. Le premier, symbole du système socialiste, concentré sur les « territoires recouvrés », bénéficie de tous les moyens financiers et techniques de l’État. Le second subsiste, entre la volonté pragmatique de l’État de limiter le morcellement des parcelles et sa défiance idéologique envers les « koulaks32 ». Une autre mutation importante s’effectue à partir des années 1950, sous l’influence de l’industrialisation de masse encouragée par le pouvoir. Près des grandes villes et centres industriels (Varsovie, Łódź, Cracovie, Silésie) émerge une classe d’ouvriers-paysans, dont la production agricole se limite typiquement à l’autoconsommation.

55Les héritages géopolitiques des territoires constituant la Pologne moderne sont donc en partie à l’origine des différenciations spatiales observées lors de la collectivisation. Celle-ci a finalement accentué les discontinuités présentes le long des anciennes frontières des partages et sur les limites des « territoires recouvrés », alors qu’elle avait pourtant comme objectif de les estomper. Le nombre total d’exploitations n’a finalement que peu évolué sous la période socialiste : en 1988, on compte 2 843 000 exploitations agricoles individuelles, contre 2 949 000 lors du recensement de 1950, au lendemain de la réforme agraire (Maurel, 1988). En entretenant le maintien de la petite paysannerie, très importante en Pologne orientale, le régime socialiste a aussi contribué à creuser les disparités régionales en Pologne. Les petits paysans, dont les conditions de vie sont plus enviables que celles de nombreux citadins, peuvent ainsi vendre leurs produits à des coopératives de transformation et de commercialisation des produits agricoles, à des prix fixes leur garantissant un revenu suffisant, sans se soucier du problème de leur écoulement.

3.2.2 ... et industriel

  • 33 Littéralement : « nouvelle fonderie ».
  • 34 « Fonderie de Katowice ».
  • 35 « Linia Hutnicza Szerokotorowa ».

56Dès les premières années de la satellisation, l’URSS a la volonté de faire de la Pologne un grand pays industriel, en s’appuyant sur les ressources de son sous-sol et en créant de grands pôles industriels. Parmi les exemples d’aménagement soviétique planifiés les plus marquants et aboutis nous pouvons notamment citer : les chantiers de Gdańsk dans le domaine de la construction navale, le développement intense de Łódź en tant que capitale textile, la création ex nihilo de la ville-usine métallurgique Nowa Huta33, à proximité de Cracovie. La Silésie est industrialisée à outrance, l’exemple le plus marquant étant l’implantation, dans les années 1970, de l’usine sidérurgique de Huta Katowice34, qui deviendra la plus grande du genre en Pologne. L’essentiel du minerai de fer transformé en Silésie provient de la RSS d’Ukraine, mais rapidement son acheminement par chemin de fer devient inadapté, en raison des différences d’écartement des rails entre les réseaux polonais et soviétique. Afin de supprimer la rupture de charge rendue obligatoire à la frontière polono-soviétique, les autorités choisissent, en 1976, de prolonger le réseau soviétique jusqu’en Silésie (Durand, 2009, p. 318). Une ligne à écartement large, connue aujourd’hui sous le nom de « Ligne sidérurgique large » (LHS35), est construite de Medyka, près de Przemyśl, sur la frontière orientale polonaise jusqu’à Sławków, dans l’est de la Silésie. Le minerai est ensuite acheminé vers les usines sidérurgiques silésiennes directement par transbordeur industriel.

  • 36 « Ville du combinat sidérurgique ».

57Le choix de la localisation des activités industrielles peut aussi révéler une stratégie globale de mise en dépendance des États satellites de l’URSS, appuyant la force des « réalités territoriales issues de l’après-guerre » (Foucher, 1991, p. 499). Dans le cadre du CAEM, des investissements sont concentrés en RDA sur la région frontalière avec la Pologne : « matières premières soviétiques, techniciens du CAEM, ouvriers polonais. Chaque centre industriel de RDA avait un bassin d’emploi transfrontalier, géré par les mairies » (ibid.). L’exemple le plus remarquable en est le combinat sidérurgique EKO (Eisenkombinatost), créé en 1950 sur les rives de l’Oder, à 25 km au sud de Francfort-sur-l’Oder, important du fer d’Ukraine et du coke de Pologne. La ville attenante d’Eisenhüttenstadt36 (nommée Stalinstadt de 1953 à 1961), se veut la première ville socialiste d’Allemagne et laboratoire de l’urbanisme soviétique. Il existe d’autres projets industriels localisés pour des raisons stratégiques sur la frontière. L’usine électronique de Francfort-sur-l’Oder, qui recrute une partie de sa main-d’œuvre dans les localités frontalières polonaises de Słubice, Rzepin ou Kostrzyn (ibid.), ou le complexe pétrochimique de Schwedt (à 100 kilomètres au nord de Francfort), lui aussi situé sur la « frontière de l’amitié » et approvisionné par l’oléoduc du même nom, en sont des exemples caractéristiques.

4 Le « dégel » frontalier de 1990

58La victoire de Solidarność aux élections libres de 1989 et 1990 marque l’affranchissement du pays vis-à-vis du bloc communiste. En conséquence de l’effondrement du système soviétique, le CAEM, structure supra-étatique planifiée et centralisée, reposant sur une spécialisation des pays membres et donc sur leur dépendance mutuelle, est dissous en 1991. L’éclatement du Bloc de l’Est entraîne une recomposition géopolitique de la région, qui touche tous les États riverains de la Pologne : réunification allemande, éclatement de l’URSS, division de la Tchécoslovaquie. Ce « dégel » géopolitique entraîne naturellement des changements de statut pour les frontières polonaises, et pose alors la question de la reconnaissance de leur tracé.

4.1 Vers la reconnaissance et l’acceptation définitive

  • 37 Le changement géopolitique est considérable, puisque parmi les États frontaliers en 1995, aucun n’a (...)

59Au tournant des années 1990, la Pologne va signer avec tous ses nouveaux États voisins37 des accords sur la reconnaissance mutuelle et l’inviolabilité des frontières, sur le principe du statu quo ante : les États frontaliers entérinent les tracés issus de la seconde guerre mondiale.

4.1.1 Les frontières issues du Bloc de l’Est

  • 38 À ce moment-là, le seul traité reconnu est celui qui a été adopté à la conférence de Potsdam.
  • 39 Sur 504 députés du Bundestag présents, 486 ont voté pour, 15 contre et 3 se sont abstenus.
  • 40 Un contentieux opposait encore en 1989 la Pologne et la RDA au sujet de la délimitation des zones m (...)
  • 41 Également connu sous le nom de « Traité deux plus quatre », en référence aux pays signataires : les (...)

60Consécutivement à la chute du mur de Berlin s’opère une intégration de la RDA dans la RFA, processus mal rendu par l’expression généralement retenue de « réunification allemande ». En conséquence, la RFA devient le nouvel État bordier de la Pologne sur l’Oder-Neisse. En Allemagne, dans un contexte politique électoral tendu, les déclarations au sujet de la frontière orientale des dirigeants et des candidats sont ambiguës. Helmut Kohl, chancelier de la RFA, accepte une reconnaissance de l’Oder-Neisse sur le principe, mais ne semble pas pressé de signer de traité, afin de ménager le puissant lobby des réfugiés ainsi que l’électorat d’extrême droite. Il déclare aussi qu’un tel traité devra s’accompagner de droits pour les minorités allemandes de Silésie et d’un renoncement de la Pologne à de nouvelles réparations. Il ajoute même, en jouant sur les mots, que, selon les textes en vigueur38, la frontière germano-polonaise est « inviolable », mais pas « intangible ». La Pologne reçoit le soutien sur cette question de tous les voisins de l’Allemagne, France en tête, et des États-Unis, qui ne reconnaîtront l’Allemagne réunifiée qu’après que celle-ci ait elle-même reconnu sa frontière orientale. Le 21 juin 1990, le Bundestag vote une résolution « relative à la frontière germano-polonaise ». Celle-ci, qui rappelle la responsabilité historique des Allemands, pose les nouvelles bases d’une réconciliation avec la Pologne et « affirme l’inviolabilité de la frontière existante pour le présent et l’avenir ». Cette résolution est adoptée à une écrasante majorité39. La réunification apporte enfin la chance de pouvoir reconnaître une fois pour toutes le tracé de la frontière. En effet, cette question a empoisonné les relations entre la Pologne et les deux Allemagne depuis 1945 et jusqu’aux dernières semaines précédant la chute du mur de Berlin40. Préalable sine qua non à la « réunification allemande », la reconnaissance de la dyade germano-polonaise par les deux États représentant l’Allemagne est validée par le traité de Moscou41 signé le 12 septembre 1990. Celui-ci déclare « irrévocable » et « inviolable » la ligne Oder-Neisse, les Allemands s’engageant à renoncer à toute revendication sur les 101513 km2 de territoires anciennement allemands, et les Polonais à ne pas demander dans le futur de quelconques dédommagements. Le 17 juillet 1991 est signé à Bonn un traité « d’amitié et de bon voisinage » par Helmut Kohl et Jan Krzysztof Bielecki, le Premier ministre polonais. Il comprend des clauses sur les droits de la minorité d’origine allemande en Silésie, notamment de libre expression culturelle et linguistique. Ce traité marque le début de la coopération transfrontalière entre les deux pays. L’autre fait marquant de la réconciliation, c’est que la Pologne se trouve désormais en contact direct avec l’Union européenne.

61Leur indépendance politique regagnée, la Pologne et la Tchécoslovaquie établissent rapidement des relations de bon voisinage. Le 15 février 1991, lors d’un sommet entre leurs chefs d’État, la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Hongrie, créent le « groupe de Visegrád », qui a pour but de renforcer la coopération entre les trois pays et de préparer leur entrée dans l’OTAN et l’UE. Le 31 décembre 1992, la Tchécoslovaquie est dissoute pacifiquement. La République tchèque et la Slovaquie, qui en sont issues, poursuivent la politique de bon voisinage avec leur voisin septentrional.

4.1.2 Les frontières issues de l’éclatement de l’URSS

62À la suite de l’éclatement de l’URSS, les RSS de Lituanie, d’Ukraine et du Bélarus deviennent des États indépendants bordiers de la Pologne. Dans les premières années suivant leur indépendance, ces trois États suivent des voies géopolitiques bien distinctes. La Lituanie déclare dès le 11 mars 1990 son indépendance, mais celle-ci ne sera reconnue par le gouvernement soviétique qu’en septembre 1991, après des mois de pressions politiques et militaires pour l’éviter. Très vite, la Lituanie et les deux autres pays baltes choisissent de s’éloigner de la sphère russe, pour se rapprocher du bloc occidental, et plus particulièrement de l’UE. Les relations entre la Lituanie et la Pologne se normalisent ainsi rapidement : le 26 avril 1994, le président polonais Lech Wałęsa se rend en Lituanie, où il signe un traité de coopération et d’amitié portant sur la reconnaissance de la frontière polono-lituanienne et de la minorité polonaise en Lituanie ; le 17 février 1995, le président lituanien Brauzauskas signe à Varsovie une déclaration de coopération polono-lituanienne, notamment dans le domaine frontalier.

63En août 1991, l’Ukraine et le Bélarus accèdent à leur tour à l’indépendance. La Pologne est, dans les deux cas, l’un des premiers États à reconnaître l’indépendance de ses nouveaux voisins. En 1992, elle signe avec eux des accords frontaliers prévoyant le démontage des systèmes d’alarme électronique de l’ex-frontière de l’URSS. Le 8 décembre 1991, les leaders de la Russie, de l’Ukraine et du Bélarus signent à Minsk la dissolution de l’URSS et son remplacement par la Communauté des États indépendants (CEI), dont ils deviennent les trois membres fondateurs. Toutes les anciennes RSS de l’URSS rejoignent la CEI, à l’exception notable des trois pays baltes. Le Bélarus choisit donc de rester dans l’orbite russe ; ses citoyens ayant approuvé avant l’indépendance, par référendum, le principe d’une nouvelle Union rénovée pour remplacer l’URSS. Au lendemain de l’indépendance, le Bélarus conserve ses liens économiques privilégiés avec la Russie et reste d’ailleurs intégré à la zone rouble. Jusqu’en 1993, l’économie du Bélarus se dégrade beaucoup moins rapidement que celle du reste de l’ex-URSS. Cette situation entraîne une volonté populaire et politique en faveur de liens plus approfondis avec l’ex-URSS. Le 5 janvier 1994, les Premiers ministres russe et bélarusse signent un accord sur l’instauration d’une monnaie commune, dont la mise en circulation sera cependant repoussée sine die.

  • 42 La Pologne est par exemple le premier État à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine.

64La Pologne est le premier soutien de l’Ukraine au cours de son processus politique vers l’indépendance42. La déclaration sur le développement des relations polono-ukrainiennes, signée en octobre 1990, est le premier document bilatéral signé par les deux États ; le premier signé par un gouvernement ukrainien en 46 ans (Wolczuk, Wolczuk, 2002, p. 9), alors que l’Ukraine est encore formellement une république soviétique socialiste. Cette déclaration d’intention est suivie, en mai 1992, par un traité de bon voisinage et de coopération, dans lequel les deux États renoncent mutuellement à toute revendication territoriale, reconnaissent l’inviolabilité de la frontière et garantissent les droits des deux minorités nationales (idem). État légalement continuateur de l’URSS, la Russie conserve une frontière avec la Pologne, sur la partie méridionale de l’oblast de Kaliningrad, qui devient un territoire russe exclavé entre la Pologne, la Lituanie et la mer Baltique.

4.2 Une ouverture complète au début des années 1990

65La normalisation des relations bilatérales et le caractère désormais intangible des frontières permettent l’ouverture progressive de celles-ci dans les années 1990. Prévu dès octobre 1990, le rétablissement de la police des frontières, qui remplace l’armée de défense des frontières, est le symbole de la démilitarisation des frontières polonaises. Le bouleversement géopolitique des années 1990 conduit, dans les premières semaines de l’ouverture, à une migration massive vers l’ouest ; d’Ukraine et du Bélarus vers la Pologne, comme de Pologne vers l’Allemagne. Cette vague migratoire inquiète l’Europe occidentale, mais le flot se tarit au bout de quelques mois. L’observation des flux frontaliers de personnes dans la décennie 1990 dispense deux principaux enseignements. Le premier est une augmentation considérable des flux, le second une augmentation régulière de la part des flux enregistrés sur la frontière occidentale. lors qu’on enregistre seulement 19,3 millions de passages transfrontaliers en 1985, on en compte 278,4 millions en 2000. Cette ouverture s’est accompagnée d’un net basculement vers l’ouest, puisque, à cette date, presque la moitié des franchissements sont enregistrés sur la frontière avec l’Allemagne (136,9 millions) (Osiński, 2002, p. 197). Cette augmentation des flux est en grande partie due à des migrations liées au différentiel économique que représente la frontière. À l’est comme à l’ouest, l’ouverture des frontières a provoqué la naissance de tout un commerce lié à la frontière, qui profite aux régions frontalières jusque là économiquement anesthésiées. L’utilisation de la discontinuité économique frontalière permet une division du travail augmentant la productivité et les possibilités commerciales. Ce différentiel est particulièrement marqué à l’ouest et à l’est, où il est amplifié par la réunification allemande et la situation de crise s’installant dans l’ex-URSS. Les flux recensés par la police des frontières polonaise (figure 2 p. 143) confirment la brutale hausse des traversées à partir de 1990. Cette hausse est plus constante et plus forte en ce qui concerne les flux d’étrangers entrant en Pologne, dont une partie importante en provenance d’ex-URSS.

  • 43 L’auteur définit cinq types de migrations : primitive, forcée, encouragée, libre et de masse.
  • 44 Parmi lesquels, une grande majorité venant de l’ex-URSS, et une minorité d’Asie.
  • 45 Source : GUS.

66Sur la frontière orientale, on observe quatre types de flux migratoires liés au différentiel économique : les flux de navetteurs, les flux pendulaires, les flux circulaires ou les migrations incomplètes (Iglicka, 2001, p. 506). Considérant que tous ces comportements sont la résultante de besoins vitaux, Krystyna Iglicka les regroupe dans ce qu’elle appelle des flux « primitifs43 », en considérant que ces flux observés après la chute du communisme sont dus à une pénurie de biens de première nécessité. Dès les premières années de la décennie 1990, on assiste à une spécialisation et une professionnalisation (bien que souvent non déclarée) des usagers de la frontière. La quantité des biens transportée, quoique difficilement chiffrable, prend une part croissante dans l’économie de la région. Les navetteurs, habitant à proximité de la frontière, ont pour activité de traverser, autant de fois que possible la frontière pour vendre à meilleur prix des produits courants de l’autre côté de la frontière (cigarettes, alcools, produits alimentaires). Dans un premier temps, la plupart des flux de biens se font vers la Pologne, les flux sortants correspondant à des demandes résiduelles et temporaires. À partir de 1993-1994, des produits spécifiques (mais impliquant une traversée en véhicule) sont demandés dans l’autre sens (vêtements, chaussures, équipements électroniques) (Iglicka, 2001, p. 508). Les flux pendulaires correspondent le plus souvent à des résidents frontaliers de l’ex-URSS monnayant informellement leurs services de l’autre côté de la frontière (ménage, maçonnerie...). Des flux saisonniers ou « incomplets » sont aussi enregistrés, dont une grande partie vers Varsovie. En 1995, il est estimé qu’environ 500 000 Ukrainiens se rendent régulièrement en Pologne pour y travailler (idem). L’exemple le plus caractéristique de ces migrations circulaires est le bazar de Varsovie, dont le chiffre d’affaires est estimé en 1995 à 500 millions de dollars. Au total ce grand marché orienté dans les produits textiles est directement à l’origine de plus de 6 000 emplois (dont la moitié environ d’étrangers44) ; et plus de 60 000 en comptant les navetteurs ou les entreprises l’approvisionnant (Iglicka, op. cit., p. 509). Au cours de la décennie, la part de ces flux souterrains est considérable par rapport au nombre de permis de travail délivrés (entre 7 000 et 10 000 par année, dont un tiers environ pour des Russes, Ukrainiens ou Bélarusses45). La plupart des permis délivrés aux voisins orientaux de la Pologne concernent des travailleurs manuels sans qualification (idem, p. 514).

67À l’ouest, on observe le même type de migrations basé sur les écarts de niveau de vie, entraînant cette fois des flux importants de Pologne vers l’Allemagne. La configuration de la zone frontalière, avec la présence d’une capitale dynamique à proximité de la frontière, entraîne les mêmes types de migrations saisonnières ou incomplètes vers Berlin et des flux de navetteurs polonais comparables. La barrière de la langue représente cependant ici un obstacle plus important lorsqu’il s’agit pour un Polonais de travailler en Allemagne. L’ouverture de la frontière à partir des années 1990 permet la multiplication des échanges entre les deux parties des villes-doublon. Ces échanges restent avant tout fondés sur des relations commerciales mettant à profit les différences de niveau de vie entre Allemagne et Pologne, celles-ci variant sensiblement selon le taux de change entre le złoty et le mark.

68À Francfort-sur-l’Oder et Słubice, les berges de l’Oder et les abords du pont passent en quelques mois du statut d’espaces économiquement répulsifs à celui d’espaces extrêmement attractifs, surtout du côté polonais, où ils sont « mis en valeur » par le jeu des intérêts économiques individuels. En effet, les écarts de niveau de vie observés de part et d’autre de l’Oder donnent lieu, près des points de passage, puis dans les villes frontalières polonaises, à l’essor d’un commerce caractéristique de la frontière, symbolisé par les bazars frontaliers.

69Dès l’ouverture de la frontière, apparaissent près des points de passage, du côté polonais, de gigantesques marchés à ciel ouvert, parfois en plein champs. Pouvant contenir jusqu’à 3 000 étals, ces « marchés », spontanés et anarchiques, sont très prisés des Allemands, qui peuvent y trouver nombreux produits qui font alors défaut dans leur pays. À partir de 1991, des bazars frontaliers, de taille plus réduite, se développent, cette fois surtout dans les villes. Peu à peu, ils sont contrôlés par les municipalités qui cependant, se gardent bien de leur ôter leur côté désordonné, un peu exotique, qui fait leur charme pour la clientèle allemande. Nourriture, vêtements, tabac ou alcool, sont vendus à des prix inimaginables en Allemagne. Les produits à la vente sont très variés : on y trouve des produits typiquement polonais, des gadgets kitch, ou encore du matériel militaire issu de l’ex-armée soviétique. Les lunettes de visée nocturne sont par exemple très prisées des passeurs, qui en sont équipés avant les douaniers. Les vendeurs sont majoritairement polonais (dont certains viennent de très loin) mais il y a là aussi des Russes ou même des Vietnamiens. Les clients eux, presque tous Allemands, font parfois quelques centaines de kilomètres pour y venir. Le 26 mars 1995, l’application de la convention Schengen, dont la dyade polono-allemande est l’enveloppe externe, marque un ralentissement des échanges transfrontaliers, avec le renforcement des contrôles frontaliers. Les délais pour traverser la frontière deviennent prohibitifs et brident ce commerce frontalier.

70Sur la frontière avec la Tchécoslovaquie, on n’observe pas en 1990 d’écarts de niveau de vie aussi importants que sur les frontières orientales ou occidentales. L’ouverture de la frontière permet pourtant, dans des proportions moindres, et sur une base symétrique, d’observer une augmentation des flux frontaliers.

  • 46 Source : Straż graniczna (police des frontières).

71En raison de ces activités, le trafic transfrontalier explose au début des années 1990. Les rares points de franchissement frontaliers hérités de l’époque socialiste et prévus pour contenir un trafic de passagers résiduel sont rapidement saturés. Pour le trafic par poids lourds vers l’Allemagne, il n’y a que dix points de passage possibles, et l’attente y est en permanence de plusieurs dizaines d’heures. En 1998, Świecko, Gubin et Olszyna faisaient partie des six postes frontières pour lesquels les délais d’attente étaient les plus longs en Europe46, malgré l’ouverture de points de passages supplémentaires prévue par le traité de Bonn du 17 juin 1991.

4.3 Le rapprochement avec l’Union européenne

Si nous ne rejoignons pas l’Ouest à temps, l’Est va nous rattraper.
(Lech Wałęsa, Un chemin d’espoir, 1995)

  • 47 Source : GUS.
  • 48 Source : GUS.

72Dès les premières semaines suivant l’émancipation polonaise du bloc de l’Est, le nouveau pouvoir en place choisit de mener une brutale conversion de son économie vers le modèle capitaliste occidental, avec la « thérapie de choc » du ministre des Finances Leszek Balcerowicz. Le passage vers l’économie de marché doit permettre au pays d’accélérer son rapprochement avec l’autre modèle d’intégration politique et économique qu’est l’Union européenne. Les restructurations économiques engendrées par le changement de système provoquent une grande instabilité économique et la montée du chômage dans les espaces fortement socialisés devenus non rentables (fermes d’État, industrie lourde...). L’ensemble de l’ex-URSS est durement touché, tout comme la zone frontalière de l’ex-RDA (Schwedt, Eisenhüttenstadt, Francfort-sur-l’Oder...). La transition économique concerne également l’orientation du commerce international, qui est complètement bouleversée après 1990. En 45 années, les pays du Bloc de l’Est sont devenus dépendants de cet espace, tout particulièrement de l’URSS. En 1988, la Pologne réalisait ainsi 43,5 % de ses exportations vers le Bloc de l’Est, d’où provenaient également 43,8 % de ses importations47. Dès 1991, l’Allemagne devient le premier importateur et premier exportateur en Pologne, aux dépens de la Russie, dont le commerce avec les PECO s’écroule, sauf en ce qui concerne les livraisons de matières premières énergétiques (gaz, pétrole). La valeur de leurs échanges passe de 9,3 milliards d’euros en 1993 à 28,7 milliards en 2001. En 2000, l’Allemagne fournit à la Pologne 24 % de ses importations et absorbe 35 % de ses exportations48. L’Allemagne devient également le premier investisseur en Pologne dans la décennie 1990.

73La répartition des investissements allemands (carte 21 p. 144) est spatialement très marquée, selon trois critères prépondérants. Les investissements sont d’abord très concentrés dans les grands centres urbains (Varsovie, Wrocław, Poznań, Szczecin, Gdańsk). Ensuite, ils sont plus importants dans les voïvodies les plus proches de l’Allemagne, et enfin, on observe qu’ils sont plus importants dans les territoires ayant appartenu à l’Allemagne dans le passé. Ce dernier critère se révèle encore plus important lorsque l’on distingue les investissements ex-nihilo (effet de proximité prépondérant), des investissements dans des sociétés en cours de privatisation (effet historique prépondérant) (Domański, 2000, p. 33-34). La répartition spatiale des plus gros investisseurs extra-européens (USA, Japon) répond elle à une logique de polarisation dans les grands centres urbains, avec une domination très nette de la capitale (idem).

  • 49 Ce qui représente au moins 43 % du total de leurs exportations.

74En 1998, les voïvodies polonaises, nouvellement redessinées, ont dans leur grande majorité des relations commerciales tournées vers l’Europe de l’Ouest et l’Allemagne (fig. 1 page ci-contre). Les voïvodies occidentales (Poméranie occidentale, Lubusz, Grande Pologne, Poméranie, Opole et Basse-Silésie), réalisent plus de 75 % de leurs exportations avec les pays frontaliers en direction de la RFA49. Au-delà de cette forte attraction économique, on observe un effet de proximité géographique pour les trois voïvodies orientales de Lublin, Podlasie et Basses-Carpates, dont les exportations s’orientent en majorité vers la Russie, le Bélarus et l’Ukraine. De la même manière, les voïvodies les plus proches des États candidats à l’UE (Silésie, Petite-Pologne, Podlasie), sont aussi celles qui réalisent la plus grande part d’exportations en direction de ces pays, bien que leur attraction soit beaucoup plus limitée.

Figure 1 – Exportations des voïvodies polonaises vers les pays frontaliers en 1998.

Figure 1 – Exportations des voïvodies polonaises vers les pays frontaliers en 1998.

Figure 2 – Entrées d’étrangers et sorties de Polonais de 1985 à 1998.

Figure 2 – Entrées d’étrangers et sorties de Polonais de 1985 à 1998.

Carte 21 – Répartition spatiale des investissements allemands en 1994.

Carte 21 – Répartition spatiale des investissements allemands en 1994.

Stryjakiewicz, Kaczmarek, « Transborder co-operation and development in the conditions of great socio-economic disparities : the case of the Polish-German border region », 2000, p. 57 (Pologne : 100 %).

75Après l’effondrement du Bloc de l’Est, la Pologne et certains de ses pays riverains engagent un processus de rapprochement avec la Communauté économique européenne. Les États membres du triangle de Visegrád sont les premiers à montrer leur volonté d’intégration : le 16 décembre 1991, ils signent avec la CEE un « traité d’association » et des « accords européens » prévoyant, à terme, leur adhésion. La Pologne présente sa demande d’adhésion le 8 avril 1994 ; son statut de pays candidat est reconnu le 31 mars 1998, date à laquelle commencent officiellement les négociations d’adhésion (tableau 3 page suivante).

76Simultanément au rapprochement de la Pologne avec la CEE, les États membres de celle-ci complètent leur intégration économique. Avec les accords de Maastricht, l’UE remplace la CEE ; la zone de libre-échange devient une union douanière. Le 1er janvier 1993 entre en vigueur le Marché unique, fondé sur les quatre libertés de circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux à l’intérieur de son espace. La politique douanière de l’UE détermine un tarif douanier commun (TDC) et une politique commerciale commune à tous ses membres vis-à-vis de l’extérieur. En conséquence, les frontières douanières internes sont abolies. L’entrée des accords de Schengen dans l’acquis communautaire, un peu plus d’un an après le début des négociations d’adhésion de la Pologne à l’Union européenne (mai 1999), confirme l’ouverture politique complète et automatique que connaîtront les dyades polonaises qui deviendront des frontières internes de l’UE après l’adhésion. Parallèlement, les dyades polonaises se trouvant sur la frontière externe de l’UE, auront vocation à se refermer, pour assurer la sécurité migratoire et l’union douanière de cet espace.

Tableau 3 – Étapes principales de la délégation de la politique frontalière à l’UE.

Date

Lieu

Événement

4-06-1985

Schengen

Premiers accords de Schengen

19-09-1989

Varsovie

Signature avec la CEE du traité de coopération économique et commerciale.

19-06-1990

Espace Schengen

Signature de la convention de Schengen

16-12-1991

Bruxelles

Signature du traité européen et de l’accord d’association avec la CEE.

1-01-1993

ue-12

Entrée en vigueur du Marché unique.

8-04-1994

Bruxelles

Dépôt de la candidature officielle.

26-03-1995

Espace Schengen

Entrée en vigueur de la convention de Schengen.

8-08-1996

Varsovie

Lancement du Comité d’intégration européenne, organe directeur pour l’intégration à l’UE.

31-03-1998

Varsovie

Début des négociations d’adhésion.

1-05-1999

Amsterdam

Entrée des accords de Schengen dans l’acquis communautaire de l’UE

13-12-2002

Copenhague

Fin des négociations d’adhésion.

16-04-2003

Athènes

Signature du traité d’accession.

7-8-06-2003

Pologne

Référendum sur l’adhésion à l’UE

1-05-2004

Dublin

Entrée officielle de la Pologne dans l’UE

21-12-2007

Pologne

Entrée de la Pologne dans l’espace Schengen (frontières terrestres)

1-03-2008

Pologne

Entrée complète dans l’espace Schengen (frontières aériennes et maritimes)

Conclusion

  • 50 Nous retenons cette date, qui marque le début de la mise en place des premières mesures juridiques (...)

77Le xxe siècle peut correspondre, pour plusieurs raisons, à une révolution complète pour la Pologne. C’est d’abord le siècle du retour de l’État polonais sur la carte politique de l’Europe ; c’est ensuite celui du retour de cet État sur ses bases frontalières millénaires ; du retour à sa situation d’État-nation ; et enfin du retour de l’ancrage à l’ouest du pays. À la suite de sa « translation vers l’ouest », la Pologne moderne est un pays ethniquement très homogène, mais dont les territoires présentent des héritages structurels très diversifiés. Ses frontières modernes, entièrement exogènes, et à 80 % inédites, restent durant 45 ans des lignes fermées et contrôlées par l’État qui les avait imposées. À partir de 1990, elles connaissent toutes une stabilisation (reconnaissance par leurs États bordiers) complète et une ouverture progressive. Avec le processus d’adhésion de la Pologne à l’UE, elles sont, à la fin de la décennie, marquées par des évolutions radicalement opposées, notamment en ce qui concerne leur degré d’ouverture. La frontière avec l’Allemagne connaît d’abord une relative fermeture à partir du 26 mars 1995, date de l’entrée en vigueur de la convention de Schengen. À partir du 1er janvier 199850, les frontières avec les États de l’UE (Allemagne) ou en train de la rejoindre (République tchèque, Slovaquie, Lituanie) reprennent ou accélèrent leur ouverture et leur « déconstruction » politique. Celles avec les États restant en dehors de ce processus d’intégration (Ukraine, Bélarus, Russie), deviennent les frontières externes de cet espace intégré et donc des frontières en « reconstruction » politique.

Notes

1 Organisation Polonaise Nationale, mouvement indépendantiste armé.

2 Selon le 13e des 14 points du président Américain Woodrow Wilson : « Création d’une Pologne unie, indépendante et autonome, avec un accès libre et sans restrictions à la mer ».

3 Llyod George, Vittorio Orlando, Georges Clemenceau et Woodrow Wilson.

4 Ministre des Affaires étrangères.

5 La question posée concerne la langue parlée et non la langue maternelle.

6 Alors que la Pologne n’a pas encore déclaré officiellement son indépendance.

7 Expression désignant les territoires « au-delà de l’Olza », apparue après la perte de ces territoires.

8 L’opinion polonaise appuie son gouvernement sur certains principes, mais pas sur la manière de gérer le problème, qui conduit à l’isolement de la Pologne. L’opinion tchèque est plutôt favorable à un apaisement et pour une solidarité de principe avec un autre peuple slave. L’opinion slovaque quant à elle soutient la cause polonaise, y voyant certaines similitudes avec certaines de ses propres revendications, tout en mettant au premier plan l’alliance avec la France et le Royaume-Uni (Tapié, 1936, p. 63-73).

9 La Posnanie est cédée à la Pologne en 1919, à la suite d’une révolte polonaise (26 décembre 1918-16 février 1919).

10 Une partie de la Poméranie (à l’exception notable de Gdańsk) et un petit territoire du sud de la Posnanie sont accordés à la Pologne lors du traité de Versailles le 28 juin 1919.

11 Plus de 60 % de la population choisit le rattachement à l’Allemagne.

12 Le protocole de Spa du 18 juillet 1920 avait déjà validé le rattachement de Vilnius à la Lituanie.

13 La SDN soumet le problème à la Conférence des ambassadeurs, qui valide l’occupation le 16 février 1923.

14 Après la perte de Vilnius, la Lituanie refuse de participer à tout accord international intégrant la Pologne.

15 Straż Graniczna (SG).

16 Il en comptera 35 millions en 1938.

17 Selon les données du recensement de 1921, citées par Plasseraud (2007, p. 126) : 15 % d’Ukrainiens, 8 % de Juifs, 4 % de Bélarusses, 3 % d’Allemands, auxquels il faut ajouter des moindres pourcentages de Russes, Lituaniens, Tchèques... On estime en outre qu’entre un et deux millions de Polonais vivent en dehors des frontières de l’État polonais de l’entre-deux-guerres.

18 Dans le cas des Juifs, le critère est purement religieux. On estime que nombreux d’entre eux, considérant le polonais comme leur langue maternelle, ne sont pas déclarés en tant que « Juifs ».

19 « État saisonnier ».

20 Selon les accords secrets du pacte germano-soviétique du 23 août 1939, la ligne de démarcation devait suivre les cours du Narew, de la Vistule et du San, mais après l’avancée rapide des Allemands, il fut décidé de la fixer autour de la ligne Curzon. Il faut noter que le district de Białystok fut vendu par le Reich, avant l’Opération Barbarossa, à l’URSS.

21 Également connu sous le nom de « Comité de Lublin ».

22 Dont Stanisław Mikołajczyk, ancien premier ministre.

23 Pour le détail du tracé des frontières modernes, voir l’introduction.

24 Cité par Ther, op. cit.

25 À partir des années 1960, l’expression plus neutre de « Ziemie Zachodnie » (« territoires de l’Ouest ») est de plus en plus employée.

26 En référence à Zliwitz, premier nom slave d’origine slave de la localité.

27 « Les urnes furent bourrées et les détails interdits de publication » (Beauvois, 2004, op. cit.).

28 Les accords de Görlitz, signés le 6 juin 1950 par les présidents de la République démocratique allemande et de la République populaire de Pologne reconnaissent, dans l’attente d’un traité de paix définitif, cette « frontière de la paix et de l’amitié entre les peuples » comme inviolable. Ces accords ne seront pas reconnus par la RFA .

29 Expression employée par Paul Geouffre de Lapradelle, cité par Sabine Dullin (2009, op. cit.).

30 Selon l’intitulé du décret qui prévoit ce changement.

31 Ne sachant que faire de l’église uniate, où a été signé le traité, située au milieu de la forteresse, les autorités l’ont laissée à l’abandon pendant 45 ans.

32 Terme russe désignant des paysans riches, ou ceux employant des salariés agricoles.

33 Littéralement : « nouvelle fonderie ».

34 « Fonderie de Katowice ».

35 « Linia Hutnicza Szerokotorowa ».

36 « Ville du combinat sidérurgique ».

37 Le changement géopolitique est considérable, puisque parmi les États frontaliers en 1995, aucun n’avait en 1989 d’existence juridique sous la même forme.

38 À ce moment-là, le seul traité reconnu est celui qui a été adopté à la conférence de Potsdam.

39 Sur 504 députés du Bundestag présents, 486 ont voté pour, 15 contre et 3 se sont abstenus.

40 Un contentieux opposait encore en 1989 la Pologne et la RDA au sujet de la délimitation des zones maritimes dans la baie de l’Oder. Un traité fut conclu entre les deux le 22 mai 1989, après d’âpres négociations.

41 Également connu sous le nom de « Traité deux plus quatre », en référence aux pays signataires : les deux Allemagne (RDA et RFA), plus les quatre alliés (France, Royaume-Uni, États-Unis et URSS).

42 La Pologne est par exemple le premier État à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine.

43 L’auteur définit cinq types de migrations : primitive, forcée, encouragée, libre et de masse.

44 Parmi lesquels, une grande majorité venant de l’ex-URSS, et une minorité d’Asie.

45 Source : GUS.

46 Source : Straż graniczna (police des frontières).

47 Source : GUS.

48 Source : GUS.

49 Ce qui représente au moins 43 % du total de leurs exportations.

50 Nous retenons cette date, qui marque le début de la mise en place des premières mesures juridiques spécifiques aux frontières avec la Russie, le Bélarus et l’Ukraine en vue du début des négociations d’adhésion à l’UE.

Table des illustrations

Titre Carte 13 – Les minorités nationales dans la région de Vilnius en 1921.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Carte 14 – Les minorités nationales dans la région de Lwów en 1921.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Carte 15 – La formation du territoire de l’État polonais après la première guerre mondiale.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Carte 16 – Les minorités nationales au recensement de 1931.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Carte 17 – Le partage de la Pologne en 1939-1940.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 18 – La Pologne en 1942.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Carte 19 – Les frontières mouvantes de l’État polonais.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Carte 20 – La formation de l’État polonais après la seconde guerre mondiale.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 1 – Exportations des voïvodies polonaises vers les pays frontaliers en 1998.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 2 – Entrées d’étrangers et sorties de Polonais de 1985 à 1998.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Carte 21 – Répartition spatiale des investissements allemands en 1994.
Crédits Stryjakiewicz, Kaczmarek, « Transborder co-operation and development in the conditions of great socio-economic disparities : the case of the Polish-German border region », 2000, p. 57 (Pologne : 100 %).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7029/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search