Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Chapitre II. Territoires en partage

Texte intégral

Les frontières sont du temps inscrit dans l’espace ; elles restent des buttes-témoins du passé ou des fronts vifs, selon les conjonctures locales, toujours des lieux de mémoire et parfois de ressentiment.
Michel Foucher, L’obsession des frontières, 2007

1À partir de 1795, et jusqu’au règlement du premier conflit mondial, la Pologne cesse d’exister en tant qu’État souverain. Hormis quelques expériences de relative autonomie politique, limitées dans le temps et l’espace, comme le duché de Varsovie, le Royaume du congrès ou la république de Cracovie, le territoire national polonais est directement administré par les trois empires se l’étant partagé à la fin du xviiie siècle. Au cours de cette période des partages, diverses méthodes d’assimilation politique sont mises en place par les puissances occupantes. C’est l’objet du premier point développé dans ce chapitre que de les détailler, et de voir dans quelle mesure elles ont pu réussir. De la sorte, nous verrons que la période des partages a également favorisé l’essor de l’identité nationale polonaise. De fait, les tentatives d’assimilation culturelles et d’effacement des frontières d’avant les partages s’en trouvèrent limitées. Dans un deuxième point, nous reviendrons sur les dynamiques de différenciation territoriales entraînées lors de la période des partages. Placés pendant 123 ans sous la tutelle d’États dont ni les régimes politiques, ni le niveau de développement économique n’étaient comparables, les territoires polonais ont connu des trajectoires socio-économiques radicalement divergentes. Dans certains domaines, la rémanence de ces frontières héritées de la période des partages s’avère très forte puisqu’elle s’observe encore aujourd’hui (cf. chapitre vi).

1 L’effacement des frontières polonaises ?

2Nous revenons ici sur l’évolution politique des territoires polonais, dans leurs limites d’avant les partages, de 1795 à 1919. Au cours de cette période, ceux-ci font l’objet de plusieurs politiques d’assimilation qui ont, entre autres buts, d’effacer les frontières du particularisme polonais au sein des empires occupants. Nous nous interrogeons ici sur la permanence de ces frontières au sein de l’Empire austro-hongrois, de l’Empire russe et du royaume de Prusse. Dans le même temps, nous verrons que la période des partages coïncide avec l’essor d’un puissant sentiment national polonais, qui contribue, dans une dynamique opposée, à affirmer les frontières du particularisme polonais. Cet essor se manifeste également à l’étranger, où de nombreux Polonais représentent leur pays et d’où les représentations du territoire polonais restent vivaces.

1.1 Incorporations politiques

1.1.1 Les premières années : une occupation prudente (1795-1807)

3Les premières années d’occupation voient les puissances au pouvoir faire preuve de prudence dans leur domination des territoires polonais. Le pouvoir prussien envoie 9 000 fonctionnaires allemands à Varsovie, mais tolère la langue et la culture polonaises. Dans la partition russe, la tolérance envers la langue polonaise va encore plus loin puisque celle-ci est la seule qui est reconnue par le système éducatif, contrairement au bélarusse, au lituanien, à l’ukrainien ou au yiddish qui y étaient auparavant utilisés. Le prince polonais Adam Czartoryski, patriote polonais et ami du tsar, est nommé conservateur de l’académie de Wilno en 1803, puis ministre des Affaires étrangères de la Russie l’année suivante. L’université de Wilno devient un centre dynamique de la culture et de la langue polonaises. Dans le même temps, les tentatives de résistance sont très isolées. Les principales, menées par des membres de la noblesse dans la partition autrichienne, sont rapidement écrasées.

1.1.2 Le duché de Varsovie : une relative et éphémère autonomie (1807-1815)

4En 1807, après sa victoire lors de la campagne de Prusse, Napoléon rencontre l’empereur Alexandre Ier à Tilsit. Une alliance militaire est conclue entre les deux empires, qui se partagent à leur tour la partition prussienne. Celle-ci est érigée en duché de Varsovie, la Russie recevant la région de Białystok et Danzig obtenant le statut de ville libre (carte 9 page suivante). Le duché de Varsovie, après avoir repoussé l’attaque des armées autrichiennes en 1809, grâce à Józef Poniatowski, est agrandi aux régions de Cracovie et de Lublin, acquises sur la partition autrichienne. En juin 1812, la Grande armée pénètre dans la partition russe. Les rêves de Poniatowski de reconstituer une grande Pologne sont vite déçus : 70 % des 100 000 soldats polonais meurent dans la retraite l’hiver suivant (Beauvois, 2004, p. 212). L’épisode du duché de Varsovie, même s’il fut bref, a impulsé d’importants changements politiques et sociaux dans les limites de ses frontières (voir infra).

5Aujourd’hui, les historiens polonais et français s’accordent pour affirmer que la création du duché de Varsovie relève plus d’un calcul politique que d’une sympathie pour la cause polonaise. Pour Napoléon, la création de cet État est un moyen d’affaiblir sur leurs marges les trois empires continentaux rivaux de la France. Resté de facto sous autorité française, le duché de Varsovie n’a jamais eu vocation à devenir un « État polonais ». Doté d’une constitution et du code Napoléon, textes qui représentaient un véritable progrès juridique et social, son système d’administration est calqué sur celui de la France. Le code, qui prévoit l’abolition du servage et le développement d’une économie capitaliste, permet la formation de nombreux cadres, l’émancipation des petits paysans et de la bourgeoisie, malgré les résistances de la noblesse. Napoléon, très réticent à l’idée de recréer un royaume de Pologne, permet cependant, avec le duché de Varsovie, le développement de la culture polonaise par la création de nombreuses facultés et lycées. Après le rattachement de Cracovie au duché, l’université de cette ville redevient polonaise.

Carte 9 – Le duché de Varsovie (1807-1815).

Carte 9 – Le duché de Varsovie (1807-1815).

1.1.3 Une autonomie incomplète et inégale (1815-1830)

  • 1 Appelé ainsi en référence au congrès de Vienne.
  • 2 Également connue sous l’appellation de « ville libre de Cracovie ».

6En 1815, le congrès de Vienne ouvre une nouvelle perspective de stabilité territoriale à long terme. Les principaux vainqueurs de Napoléon (Prusse, Autriche, Russie et Angleterre) procèdent au redécoupage de l’Europe et à ce que certains observateurs décrivent comme « le quatrième partage de la Pologne ». La Russie, qui occupe le duché de Varsovie, parvient à s’attirer la sympathie des Français et Polonais en proposant, par la voix de Czartoryski, une très grande autonomie à ce territoire (contrairement à la Prusse, qui ne propose qu’un retour à la situation d’avant 1807). Alexandre Ier parvient ainsi à conserver une grande partie de l’ancien duché de Varsovie, qui est érigé en Royaume du congrès1, entité administrée de façon autonome et dont il devient le roi. La Prusse récupère Danzig et la région de Toruń, et elle crée le grand-duché de Posen autour de Poznań et sa région. L’Autriche conserve la Galicie et récupère Tarnopol ainsi que Wieliczka et ses mines de sel. La ville de Cracovie en revanche, bénéficie de la rivalité de la Russie et de l’Autriche pour finalement obtenir le statut de république « libre, neutre et indépendante » de Cracovie2.

  • 3 Ce mot, diminutif de « congrès » est employé couramment pour souligner que ni le territoire, ni le (...)

7Les territoires jouissant d’une relative autonomie politique (ville libre de Cracovie, Royaume du congrès, grand-duché de Posen), et les régions totalement absorbées par les puissances occupantes (Poméranie, Galicie, confins orientaux) sont socialement et culturellement assimilés à des degrés très différents jusqu’en 1830. Pendant cette période, la situation culturelle et économique est sans doute la meilleure dans la ville libre de Cracovie. Placée sous l’autorité des trois puissances, elle reçoit une constitution lui donnant une relative autonomie politique et des lois s’inspirant du code Napoléon. La culture et la langue polonaise peuvent s’y développer librement, et l’université prospère en attirant des étudiants de tous les territoires polonais. Le Royaume du congrès, également appelé Kongresówka3 par les Polonais, a comme roi le tsar de Russie, mais conserve beaucoup des avantages apportés par le duché de Varsovie, dont il se veut le continuateur. Alexandre Ier, très progressiste, toujours conseillé dans les affaires polonaises par Czartoryski, y préserve l’autonomie législative de la diète, la liberté de la presse en polonais ainsi que la liberté de culte. Le grand-duché de Posen est cédé par le Royaume du congrès à la Prusse, contre la promesse de Frédéric II d’auto-administration, de libre développement et de respect des spécificités culturelles. La puissance souveraine y est relativement tolérante avec la population polonaise. Le modèle prussien d’administration est cependant introduit, ainsi que des fonctionnaires de langue allemande dans les villes. Un système éducatif de langue allemande est également introduit, et se développe parallèlement au polonais.

Carte 10 – Les territoires polonais après le congrès de Vienne (1815).

Carte 10 – Les territoires polonais après le congrès de Vienne (1815).

8Les anciens territoires de la Rzeczpospolita ne bénéficiant pas de statut d’autonomie particulier sont directement incorporés dans les États des puissances occupantes (carte 10). Les politiques d’assimilation culturelle y sont très inégales, la partition russe continuant d’être la plus tolérante. L’université polonaise de Wilno y est toujours le principal pôle de développement de la culture polonaise. Les cours d’histoire polonaise de Joachim Lelewel y suscitent la passion de nombreux étudiants patriotes. Ce dernier enseigne librement jusqu’en 1824, date à laquelle il perd son poste pour avoir été en contact avec une association patriotique interdite. L’université de Wilno permet à une part importante de la petite noblesse de développer son sens de la patrie ainsi que d’obtenir des postes à responsabilité dans l’empire. Cependant, les postes accessibles sont de moins en moins nombreux et, dans le même temps, de plus en plus de nobles refusent de devenir fonctionnaires de l’empire Russe. Ils forment une masse instruite déçue par l’occupant, qui propage sa vision patriotique de la Pologne (Beauvois, 2004, p. 222). La situation la plus critique pour la culture polonaise est observée dans la partition autrichienne. L’ensemble des administrations, toute la presse et l’enseignement ont comme seule langue l’allemand ; le polonais et la culture polonaise se trouvent exclus de la sphère publique. La plupart des patriotes activistes se réfugient dans la ville libre de Cracovie ; ceux qui restent sont contraints à la clandestinité.

1.1.4 Résistances et répressions (1830-1864)

9Le deuxième tiers du xixe siècle voit les positions entre puissances occupantes et patriotes polonais se radicaliser, jusqu’à prendre plusieurs fois la forme de soulèvements armés (1830-1831, 1846, 1848-1850, 1863-1864). Dans le Royaume du congrès, la succession, en 1825, de Nicolas Ier à Alexandre marque un tournant réactionnaire et conservateur. En 1830, les troubles révolutionnaires que connaissent la France et la Belgique ont un écho important en Pologne, et lorsque Nicolas Ier décide d’envoyer des troupes polonaises combattre en France et en Belgique, une insurrection éclate à Varsovie, puis gagne l’ensemble du Royaume. « L’insurrection de novembre » tourne rapidement en guerre ouverte, que perdent finalement les insurgés, faute de soutien étranger et de celui de la petite paysannerie. Pendant la guerre, Metternich fait bloquer la frontière entre son territoire d’occupation et le Royaume du congrès. La Prusse empêche les Polonais de Posnanie de venir en aide aux leurs en faisant bloquer les avoirs bancaires à Berlin, et en laissant les troupes russes passer sur sa partition, par Thorn, pour mieux encercler les insurgés (Beauvois, 2004, p. 231).

10Ces évènements persuadent les trois empires de s’entendre pour faire face aux mouvements indépendantistes. La Russie, l’ Autriche et la Prusse signent en 1833 la convention de Varsovie qui affirme leur droit d’intervention armée contre les troubles révolutionnaires. Après 1831, les trois États jouissant jusqu’alors d’une relative autonomie voient la tutelle de leurs empires respectifs se raffermir. Dans le grand-duché de Posen, une force de police répressive est mise en place et, à partir de 1832, l’enseignement de la langue polonaise interdit. Hors des États partiellement autonomes, c’est-à-dire les trois partitions à strictement parler, l’assimilation et la répression s’accélèrent à partir de 1830. Dans la partition russe, la noblesse perd le droit polonais (le statut lituanien) et doit adopter le droit russe, qui lui est beaucoup plus défavorable. En 1839, l’Église uniate, un des grands symboles de la présence polonaise, est interdite et ses deux millions de fidèles doivent se convertir à l’orthodoxie.

11La ville libre de Cracovie, le grand-duché de Posen et le Royaume du congrès sont formellement maintenus mais deviennent progressivement des États fantoches. Après 1831, le Royaume du congrès subit une « normalisation », organisée par le général Ivan Paskievitch, le vainqueur de 1831, qui est nommé lieutenant du Royaume. Il supprime rapidement le statut libéral du Royaume, suspend sa constitution, confisque les domaines des insurgés et les biens de l’Église catholique. Ce territoire subit une russification poussée, dans l’administration et surtout l’enseignement. Le gouverneur du grand-duché de Posen étend l’usage obligatoire de l’allemand, supprime les monastères catholiques et encourage les colons allemands à s’installer en rachetant des parcelles polonaises. La ville libre de Cracovie, perçue comme la base arrière des dissidents polonais, est peu à peu privée de ses libertés et est occupée, dès 1836, par les troupes des trois empires. Dans les années 1840, l’agitation patriotique grandit dans les territoires polonais. L’évènement le plus notable est le soulèvement de Cracovie en 1846, qui conduit finalement à son intégration dans la Galicie autrichienne.

12En 1848, la révolte libérale en Europe, dirigée contre le système de Metternich, touche inégalement la Pologne. L’agitation est forte dans les partitions autrichienne et prussienne, alors que le « printemps des peuples » épargne presque complètement la partition russe. Les soulèvements nationalistes sont rapidement matés et suivis d’un accroissement de la répression anti-polonaise. La division des insurgés affaiblit grandement le mouvement d’insurrection. Certains se battent pour plus d’autonomie, d’autres pour une Pologne indépendante. La question des frontières pose alors systématiquement problème, tout comme le statut de la Lituanie et de la Ruthénie. Malgré les promesses d’abolition du servage faites par les partisans, la levée en masse est encore une fois rendue impossible par la méfiance des serfs vis-à-vis de ce mouvement. Au contraire, l’insurrection se double d’un mouvement paysan contre la noblesse exploitante. Les puissances occupantes ont ainsi souvent tiré profit de cette fracture au sein de la société polonaise pour mieux pouvoir régner. Pendant l’insurrection de Cracovie, en 1846, les autorités autrichiennes promettent aux paysans qui dénoncent leur maître de les émanciper du servage. La même année, Nicolas Ier, plus par calcul que par conviction, étend les droits des serfs vis-à-vis des seigneurs. Il est alors interdit aux seigneurs d’alourdir la corvée ou d’exproprier les serfs, et ceux-ci peuvent déposer plainte pour abus (Beauvois, 2004, p. 246). La révolution de 1848 marque la fin de l’autonomie du grand-duché de Posen, qui est transformé en province de Posnanie, directement intégrée à la Prusse.

13La multiplication des actions patriotiques et des répressions anti-polonaises meurtrières créent en 1860 les conditions d’un soulèvement dans le Royaume du congrès. L’année suivante, le mécontentement grandit dans la classe paysanne, qui réclame l’application immédiate de l’abolition du servage, tout juste déclarée mais prévue avec une application différée de deux ans. Les deux mouvements ne parviennent pas à s’unir . Au contraire, des paysans lituaniens ou ruthènes des provinces russes de l’Ouest s’en prennent aux propriétaires polonais, accusés de soutenir le conservatisme impérial. Les activistes sont également divisés, entre ceux réclamant l’indépendance complète, les « Rouges », et les « Blancs », plus modérés, qui se contenteraient dans un premier temps d’une plus grande autonomie vis-à-vis de la Russie. Les Rouges sont également divisés sur les frontières à attribuer à l’État polonais. Une majorité d’entre eux souhaite s’en tenir aux frontières du Royaume, une minorité souhaite intégrer les confins orientaux d’avant les partages. La conception finale de cet État polonais tant désiré varie donc de l’État-nation à la fédération polono-lituanoruthène, en passant par le rétablissement de la « République » multinationale sous domination polonaise. Le pouvoir tsariste joue sur la division entre les Blancs et les Rouges, en montrant quelques signes d’apaisement qui incitent les Blancs à participer au pouvoir.

14En octobre 1862, le chef du gouvernement civil annonce une levée de recrues, qui s’avère toucher en priorité les conspirateurs. Cette « rafle des recrues » marque le début d’un soulèvement généralisé, auquel se joignent les Rouges comme les Blancs et une partie de la paysannerie du Royaume, mais qui s’avère vite trop désorganisé pour inquiéter le pouvoir russe. Une fois encore, les paysans ne soutiennent que sporadiquement l’insurrection, malgré la promesse de leur accorder la propriété de la terre. Le mouvement reste cantonné principalement au Royaume, les paysans ruthènes ou lituaniens montrant toujours autant de défiance envers le pouvoir tsariste qu’envers la noblesse polonaise. En 1863, tout juste nommé ministre-président de Prusse, Otto Von Bismarck se rapproche de la Russie, où est signée la convention Alvensleben, qui permet aux deux États de pouvoir poursuivre les émigrés polonais sur leurs territoires respectifs. Malgré les espoirs des partisans, la France, qui s’inquiète du rapprochement russo-prussien, n’intervient pas. L’insurrection se caractérise par une grande désorganisation à sa tête et ne repose que sur des actes de bravoure isolés des partisans. Cette désorganisation est due, entre autres raisons, aux désaccords subsistant entre Rouges et Blancs. Leur guérilla est facilement écrasée par l’armée russe, dont presque tous les effectifs sont présents dans le Royaume et les provinces occidentales. Le 2 mars 1864, la Russie octroie aux paysans du Royaume la propriété de leurs terres, moyennant un impôt pour dédommager les propriétaires féodaux. Dans les provinces occidentales, les paysans bénéficient d’un rabais de 20 % par rapport aux conditions de l’acte d’abolition du servage. Ce règlement permet à la Russie de satisfaire les masses paysannes, réduisant par la suite le soulèvement à des actes de bravoure de la noblesse, épars et voués à l’échec.

1.1.5 Vers l’assimilation (1864-1914)

15Les évènements des années 1860 marquent un tournant pour les territoires polonais en partages. Ceux sous autorité russe et prussienne voient les politiques de répression anti-polonaise et d’assimilation devenir encore plus fermes après l’insurrection de 1863-1864. La partition autrichienne, qui était au début de la période des partages celle où la répression était la plus forte, connaît l’évolution inverse après la guerre austro-prussienne de 1866.

  • 4 Puis Royaume du congrès et pays de la Vistule.

16En 1868, le Royaume du congrès avait déjà perdu, en 1841, sa monnaie le złoty, au profit du rouble, puis en 1847, le code Napoléon au profit du droit russe. En 1849, son système de poids et de mesures, cesse également d’exister formellement, au profit du russe. Le Royaume du congrès est directement incorporé à l’empire russe sous le nom de « Pays de la Vistule », appellation purement géographique qui souligne bien la volonté de nier son caractère polonais. De nombreux insurgés sont déportés en Sibérie, et leurs terres confisquées. Toutes les institutions propres de l’ancien Royaume sont peu à peu supprimées. Le russe devient langue officielle, toutes les universités sont russifiées, le christianisme orthodoxe est promu religion d’État. Un régime policier drastique rend impossible toute forme d’activisme culturel ou de soulèvement armé. Le travail et le développement économique deviennent pour le peuple polonais le principal moyen de résister, de survivre et de prouver sa valeur. Cet accomplissement par le développement économique, couplé à des actes de promotion culturelle dans les limites de la loi, est ce que l’historiographie a retenu comme le « travail organique » (praca organiczna). Cette idéologie politique, positiviste par défaut, apparaît après les insurrections de 1830 et 1863 dans les partitions prussienne et russe. Elle prend peu à peu le dessus sur une logique insurrectionnelle dans l’impasse. La russification va encore plus loin dans les provinces occidentales de l’empire : le pouvoir tsariste incite les gouverneurs de provinces à expulser tous les propriétaires polonais. Pour les contraindre à partir, une taxe spéciale de 10 % de leurs revenus est instaurée. Au cours de la période des partages, la frontière entre les anciens confins orientaux et la Russie s’est donc petit à petit estompée, alors que celle entre duché de Varsovie4 et provinces occidentales russes est devenue plus marquée.

17Le processus de construction de l’unité allemande, au cours des années 1867-1871, marque un tournant de la politique d’assimilation des territoires prussiens issus du démembrement de la Pologne. La constitution de la confédération de l’Allemagne du Nord en 1867, sous hégémonie prussienne, relègue la « traditionnelle frontière germano-polonaise, dont ni la disparition de la Pologne en 1795, ni celle du duché de Varsovie en 1815, n’avaient changé le tracé » au rang de frontière administrative intérieure, entre provinces allemandes (Serrier, 2002, p. 45). À partir de la création de l’Empire allemand en 1871, les trois provinces de Posnanie, Prusse occidentale et Prusse orientale deviennent partie intégrante du territoire de l’État-nation créé par Bismarck :

en enclenchant désormais puissamment cette logique nationale, la fondation de l’empire allemand entraîna un tournant décisif dans la politique prussienne en matière polonaise. Le passage de la frontière d’État à la frontière de la Nation, [...] inscrivait dans les textes cette prétention d’homogénéité issue d’une définition de l’Empire allemand comme État national, à l’intérieur duquel il semblait normal que concordent nation et population. (idem, p. 48)

  • 5 « Combat pour la culture ».

18Bismarck instaure de ce fait dans la partition prussienne une violente politique germanisatrice. Dans le cadre du Kulturkampf5, jugé nécessaire selon lui en raison de l’élément polonais, l’Église catholique se voit retirer l’état civil, la formation et la nomination des prêtres et l’organisation de l’école élémentaire (Beauvois, 2004, p. 273). Dans l’enseignement secondaire, les Allemands occupent peu à peu tous les postes d’enseignants, le polonais devenant une matière optionnelle (Serrier, 2002, p. 54). Dans les années 1880, un « combat pour le sol » s’ajoute au Kulturkampf. Pour tenter d’effacer les anciennes frontières, une loi de colonisation prévoit, en 1886, le rachat de terres polonaises par la Commission de colonisation, afin de permettre l’installation de colons allemands. Au total, entre 80 000 et 120 000 agriculteurs allemands bénéficient de ce programme (ibid., p. 57). De nombreux Allemands sont envoyés dans les villes des « provinces polonaises », où ils font partie de la classe dominante. Deux populations s’y côtoient alors, mais le plus souvent sans se mélanger. Malgré ces incitations politiques, la croissance démographique polonaise, l’exode allemand vers l’ouest de l’Empire ainsi que l’afflux de travailleurs polonais en provenance des autres partitions, permettent à l’élément polonais de préserver sa place de majorité régionale. Au début du xxie siècle, la frontière invisible entre catholicisme et protestantisme, entre langues allemande et polonaise est toujours clairement perceptible. En Posnanie, la part de la population polonaise reste ainsi de 60 à 65 % environ, selon les chiffres pourtant défavorables des bureaux statistiques prussiens (Serrier, 2002, p. 31).

  • 6 Et dans le duché de Varsovie (1807-1813), puis le Royaume du congrès (1815-1830).

19La culture polonaise avait pu s’exprimer dans la partition russe6 de 1795 à 1830, à Cracovie de 1815 à 1846, dans la partition prussienne de 1830 à 1850. C’est dans la partition autrichienne qu’elle va pouvoir trouver refuge à partir de 1866. La défaite de Sadowa et l’exclusion de l’ Autriche de l’unité allemande encouragent François-Joseph, par calcul autant que par obligation, à accorder plus de libertés aux peuples de son Empire. La Galicie devient alors le principal foyer de la culture polonaise. Cette partition, et notamment Cracovie, deviennent une terre d’immigration importante pour tous les Polonais des autres partitions. L’université de Cracovie est repolonisée, les Polonais peuvent participer à la vie politique de leur région (le comte polonais Alfred Potocki étant même un temps Premier ministre à Vienne). Ce « réveil national » ne touche cependant pas l’ensemble de cette partition. Les campagnes de Galicie orientale, de culture ruthène, et dont l’économie est considérée comme très arriérée pour l’époque, sont elles marquées par un mouvement national ukrainien, s’élevant avant tout contre la noblesse polonaise.

20La cassure ancienne et persistante entre la naród (nation), représentée par la szlachta, et le lud (peuple) ou plus précisément la masse paysanne, explique en partie les échecs de la Pologne lors de son effacement, puis lors des insurrections successives faisant suite à son démembrement. Politiquement et économiquement, les territoires polonais dans leur ensemble sont devenus, durant la période des partages, des « régions » plus ou moins bien intégrées d’empires occupants. La Pologne n’a plus de centre, elle est devenue un agrégat de trois périphéries d’empires. Pour autant, les limites de la nation polonaise ne se sont pas diluées dans les empires occupants, elles ont même eu tendance, dans un réflexe de survie, à s’affirmer.

1.2 Des frontières figées par le sentiment national

  • 7 Le 3 mai est le jour de la fête nationale en Pologne, en souvenir de la constitution de 1791 (la pr (...)

21La manifestation la plus visible du sentiment national polonais est sans conteste la résistance armée qui est opposée aux envahisseurs et occupants. Le xixe siècle est rythmé par les mouvements d’insurrection qui ont touché les partitions polonaises, dont les plus importants sont ceux de 1795, 1830-1831, 1846, 1848 et 1863-1864 (voir supra). Nous pouvons qualifier ces insurrections de « nationales », car elles ont toujours eu pour ambition le rétablissement d’un État « polonais » et se sont souvent étendues aux trois partitions polonaises, malgré toutes les précautions prises par les empires pour éviter toute propagation. Les réseaux patriotiques sont implantés à la fois dans les trois partitions et à l’étranger et tentent de rester en contact permanent. Les dernières réactions en réponse à la menace étrangère, comme la constitution du 3 mai 1791 et l’insurrection de 1794, puis l’épopée des légions (voir infra) et les mouvements d’insurrection successifs, prennent avec le temps valeur de mythes nationaux7.

1.2.1 La nation polonaise : une notion ambiguë

22La période des partages correspond en Europe à l’émergence de l’idée de nationalité ainsi qu’à l’avènement de la plupart des États-nations. Durant cette période, le mot « Pologne » ne désigne, politiquement, plus qu’un souvenir, une aspiration future, et pour le présent, une vue de l’esprit. Dans le puzzle européen des nations, la nation polonaise a dû attendre plus d’un siècle avant de reprendre une forme politique, encore très indécise entre 1919 et 1939. Le concept de nationalité est sensiblement différent en Europe de l’Est, où la notion de citoyenneté d’un État est souvent distincte de celle de nationalité. La « République des deux nations », bien qu’à dominante polonaise, en est un exemple précoce : ses citoyens pouvaient émarger à la nationalité polonaise ou lituanienne.

23À l’époque de la Rzeczpospolita, la domination polonaise sur les éléments lituanien, ruthène, prusse et juif ne fait que renforcer l’ambigüité entre les deux concepts. Après la disparition de cet État, la notion de nationalité polonaise va se développer selon les deux principales acceptions retenues pour ce terme en Europe. La première, comparable à celle qui fait l’unité allemande au xixe siècle, est basée sur des critères objectifs d’appartenance à un groupe ayant en commun une langue, une religion, une histoire, une culture ou une origine ethnique. La seconde, appliquée aux États-Unis d’Amérique (US) ou en Belgique, développée par les idées de la révolution française, a comme critère principal — et cette fois subjectif — la volonté de populations de construire un avenir collectif au sein d’un même État. Dans le cas de la Pologne, la définition de l’idée de nation est particulièrement délicate, l’État polonais ayant connu les deux formes d’organisation au cours de son histoire. Le sentiment national polonais, qui reste bien vivace pendant la période des partages, conserve alors son caractère équivoque. L’étendue du territoire considéré, selon l’acception retenue de la nationalité, varie ainsi considérablement, notamment sur ses confins orientaux.

1.2.2 Langue et religion, piliers de l’identité polonaise

  • 8 Fait notable, d’autant qu’elle était soumise à cette époque à de puissantes tentatives de modificat (...)

24Durant la période des partages, l’identité « polonaise » se cultive à travers deux principaux ferments : la langue et la religion. L’élément principal de la résistance est sans aucun doute la persistance de la langue polonaise, malgré les tentatives menées pour la faire disparaître. Même s’il est banni de la vie publique, le polonais reste en effet la langue du foyer, de la famille polonaise. Même si des locuteurs étrangers s’installent dans les pays polonophones, les lignes d’isoglosses* entre le polonais et les langues voisines restent bien marquées. La langue polonaise a d’ailleurs la particularité de n’avoir quasiment pas évolué pendant toute la période des partages8, ce qui montre bien l’attachement des Polonais à leurs valeurs traditionnelles. Il est intéressant de noter que le rôle de la langue polonaise en tant que ciment de l’union nationale a gagné en importance au cours de la période des partages. Dans la Rzeczpospolita en effet, le polonais n’avait pas un tel statut puisque la cour utilisait successivement le français, l’italien ou l’allemand. L’État ainsi que Église utilisaient volontiers le latin, langue officielle, en tant que pivot pour communiquer avec une population linguistiquement hétérogène. Le polonais commence à s’imposer comme dénominateur commun au xviiie siècle, notamment en Lituanie, où il s’impose à la cour et au sein de la noblesse. Avec l’occupation, le retrait du latin comme langue officielle et l’imposition du russe ou de l’allemand, le polonais devient une composante importante de l’héritage commun, un vecteur de la résistance. Il contribue désormais à réunir nobles et paysans, catholiques et non-catholiques, comme les uniates ou les juifs. La langue polonaise est sévèrement visée par la politique de russification consécutive au soulèvement de 1863-1864. À partir de 1864, le russe est imposé comme langue officielle unique dans le Royaume du congrès, et devient la langue exclusive de toutes les administrations et ouvrages officiels. Le russe est également la seule langue enseignée à l’école. Malgré tous les efforts du pouvoir russe pour fermer les écoles polonaises clandestines, pour censurer et détruire les ouvrages de littérature polonaise, la langue continue d’être parlée dans les familles, imprimée dans des ouvrages non autorisés, si bien que son usage ne faiblit pas. Bien au contraire, ces écoles clandestines apparaissent être un excellent vecteur de maintien de la langue polonaise durant cette période, exaltant le lyrisme des auteurs romantiques polonais, comme Mickiewicz ou Sienkiewicz, et perpétuant l’usage exclusif du polonais dans la vie quotidienne. La nation polonaise existe toujours par sa langue, qui reste un élément déterminant de son identité, et dont la transmission s’effectue en premier lieu au sein du foyer familial.

25De la même façon, dans la partition prussienne, la langue constitue un élément de résistance à l’occupation favorisant le maintien d’une conscience communautaire, à défaut de pouvoir légalement s’afficher comme support d’identité nationale. La germanisation des institutions progresse à la fin du xixe siècle, mais se heurte à une forte résistance lorsque qu’il s’agit de tenter de faire reculer ou disparaître l’usage du polonais. Au cours du xixe siècle, le Bureau prussien de statistique, fondé en 1805, a pour rôle d’évaluer l’efficacité de la germanisation. En 1860, Ernst Engel, qui vient d’être nommé à sa tête, uniformise les critères et les méthodes de recensement en les centralisant. Bien avant la formation de l’État allemand, il retient la langue familiale comme principal critère de nationalité (Labbé, 2003, p. 46). En 1866, Richard Böckh, statisticien recruté par le Bureau prussien de statistique, dans un article intitulé « L’importance statistique de la langue nationale comme caractère de la nationalité » (Böckh, 1866), défend le critère de la langue maternelle comme le seul caractère de nationalité stable, opérationnel et quantifiable (ibid., 2003, p. 47). Lors de la formation de l’État allemand, la langue se retrouve donc au centre des enjeux et de la politique nationaliste. Les chiffres des recensements sont alors considérés comme d’intérêt national. Afin d’amoindrir les chiffres des effectifs de nationalité polonaise, les autorités prussiennes font, à partir de la fin du xixe siècle, comptabiliser à part les langues mazurienne et cachoube qui étaient jusqu’alors considérées comme des dialectes assimilés au polonais (ibid., p. 44). De façon concomitante, la population polonaise se resserre autour de sa langue, dont l’usage devient un moyen de résistance collective à une politique d’occupation. Ainsi, en 1901 et 1906-1907, des mouvements de grève impliquant près de 100 000 écoliers touchent les écoles prussiennes, pour protester contre la germanisation de l’enseignement et le catéchisme obligatoirement pratiqué en allemand (Serrier, 2002, p. 55).

Encadré 1 : La russification selon Élisée Reclus.
Reclus, Nouvelle géographie universelle, 1880, tome 5, p. 405-406.
Quant à l’œuvre de « russification » entreprise en Pologne, d’ailleurs sans méthode et esprit de suite, elle ne pouvait aboutir, et la nation reste plus polonaise que jamais. Déjà séparée des Russes par les traditions patriotiques, par la religion, par les mœurs, elle continue de l’être par la langue.
Sans doute, les jeunes gens des gymnases apprennent le russe et savent s’exprimer dans l’idiome de leurs vainqueurs ; sans doute aussi les écoles secrètes polonaises ont été partout découvertes et fermées ; maintenant tous les manuels des écoles primaires sont rédigés en russe et les questions posées par l’instituteur dans la langue étrangère ; mais, que les enfants comprennent ou non la leçon qu’on leur donne, le polonais n’en reste pas moins leur langue maternelle, celle dans laquelle ils pensent. La littérature polonaise est toujours cultivée avec le même zèle et chaque année s’enrichit d’ouvrages originaux et surtout de traductions nombreuses.

26Après la langue, l’autre élément important de l’identité polonaise, pendant la période des partages, est la religion. Au contraire de la langue, la religion catholique s’est depuis longtemps imposée comme ferment d’unité de la nation polonaise. Depuis la conversion de Mieszko Ier, le catholicisme est un moyen pour le peuple polonais d’affirmer son indépendance, puis sa différence vis-à-vis de ses voisins. Au Moyen Âge, le catholicisme romain est en effet devenu un élément distinctif majeur du peuple polonais avec ses voisins germanique et russe. Après 1795, il reste un moyen, avec la langue, de marquer son appartenance à la nation polonaise, notamment dans les régions frontalières où la langue polonaise est faiblement implantée. Ainsi un paysan lituanien ou ruthène catholique, même s’il ne parle pas polonais dans son foyer et dit la messe en latin, sera souvent considéré comme « polonais ». Dans les confins orientaux, le catholicisme s’apparente à la « religion polonaise », à la différence de l’orthodoxie et de l’uniatisme (Davies, 1982, tome 2, p. 18). Dans la partition prussienne, « la fusion de la polonité et de la catholicité se consolida dans la population polonaise » (Serrier, 2002, p. 55). Les frontières de la Pologne, disparues sur les cartes, étaient, sous ces deux aspects principalement, toujours observables autour du territoire polonais dépecé par ses voisins.

  • 9 « In the absence of national state, Polish national consciousness drew on four fundamental sources (...)

27Au-delà de la langue et de la religion, d’autres critères sont retenus par certains observateurs pour caractériser la nation polonaise. Norman Davies place par exemple au même niveau que la langue et la religion les critères de « race » et d’« histoire9 ». D’autres historiens, comme Lelewel, insistent sur l’héritage de la Rzeczpospolita et la « volonté de vivre ensemble ». Sans réfuter la pertinence de ces différents critères de référence, il nous semble cependant difficile d’appeler « polonais » quelqu’un qui ne parle pas polonais ni ne pratique la religion catholique. Lorsque certains Ruthènes ou Juifs revendiquent leur appartenance à la Pologne, ils le font sur la base de la conversion au catholicisme ou de la pratique de la langue polonaise. De nombreux Polonais possédant l’héritage de l’histoire polonaise ont pu être assimilés dans l’empire allemand, de gré ou de force, la clef étant souvent de leur faire changer de langue et/ou de religion. Quant à l’héritage revendiqué de l’appartenance à la Rzeczpospolita comme composante de l’identité polonaise, il fait référence à un État multinational, bien que fortement polonisé, et ne nous semble pas répondre à un critère d’identité nationale. Ainsi, si les critères de « race », d’héritage historique, ou de volonté de vivre ensemble se surimposent dans une grande majorité des cas à ceux de la langue et de religion, ils ne peuvent être considérés, seuls, comme participant à l’élaboration de l’identité nationale. Durant la période des partages, la polonité s’affirme donc, de plus en plus distinctement, comme la combinaison de la langue polonaise et de la religion catholique.

Carte 11 – Les revendications territoriales nationales en 1900 d’après Davies.

Carte 11 – Les revendications territoriales nationales en 1900 d’après Davies.

28Dans son ouvrage God’s playground, Norman Davies nous donne une vision simplifiée des revendications territoriales des nations vers 1900 (1982, p. 67). Malgré les approximations qu’elle implique, cette vision shématique permet de rendre compte de la réalité de l’enchevêtrement des nationalités au tournant du xxe siècle (carte 11). L’amplitude est très forte entre l’ensemble des territoires revendiqués comme polonais, et les territoires « exclusivement polonais », c’est-à-dire ceux ne souffrant pas de revendications nationales étrangères. Ces derniers sont réduits à un quadrilatère central, englobant les villes de Varsovie au nord, Cracovie au sud, Łódź à l’ouest et Lublin à l’est. En dehors de ce « cœur », tous les autres territoires ayant été polonais dans l’histoire sont, à l’époque de l’éveil des nationalités en Europe, revendiqués par au moins une autre nation limitrophe (dont les centres urbains de Poznań, par les Allemands, Cieszyn, par les Tchèques, Lwów, par les Ukrainiens et Wilno, par les Lituaniens).

1.2.3 Un renouveau culturel

29Époque d’effacement politique, la période des partages coïncide avec un âge d’or de la culture polonaise. Un phénomène est commun à tous les territoires polonais occupés : l’apparition d’un très fort mouvement patriotique, malgré la volonté des puissances occupantes de contenir ou de réprimer la polonité. Pour cela, les générations brillantes d’artistes ou de chercheurs se réfugient dans la partition où le pouvoir est le moins répressif, sinon à l’étranger. C’est d’abord dans le Royaume du congrès et la partition russe que la tolérance culturelle permet à un mouvement romantique polonais de se développer et de se propager aux autres partitions et à l’Europe occidentale. Le poète Adam Mickiewicz ou l’historien Joachim Lelewel, tous deux élèves puis enseignants à l’université de Wilno, en seront des vecteurs importants. Expatriés ou non, ils auront toujours à cœur de revendiquer leur appartenance à la nation polonaise. Lorsqu’ils le peuvent, nombre d’entre eux utilisent leur art pour glorifier le passé de la République, comme le romancier Henryk Sienkiewicz ou le peintre Jan Matejko. Sienkiewicz, un des auteurs les plus lus en Pologne de son temps, romance l’histoire polonaise, à travers des œuvres chevaleresques comme Ogniem i mieczem (Par le fer et par le feu, 1884), potop (Le déluge, 1886) ou Krzyżacy (Les chevaliers teutoniques, 1900). Certaines nouvelles de Sienkiewicz sont aussi des critiques de l’occupation impériale, qu’il doit nuancer pour éviter la censure. Ainsi son Z pamiętnika poznańskiego nauczyciela (Journal d’un instituteur de Poznań) devait à l’origine s’intituler « Journal d’un répétiteur de Varsovie ». Jan Matejko développe son art de la peinture en immortalisant des scènes de l’histoire polonaise. Ses toiles, comme « La bataille de Grunwald », « L’hommage prussien » ou « L’union de Lublin » sont autant de rappels de la grandeur et de l’unité de la nation. Dans le cas de certains artistes, scientifiques ou personnages célèbres, ce sont les patriotes qui exaltent le caractère « polonais » de l’auteur et de l’œuvre, pourtant assez peu revendiqué chez certains. Marie Curie-Skłodowska et Frédéric Chopin, « revendiqués » également par la nation française ou Nicolas Copernic, considéré comme un des leurs à la fois par les Polonais (Mikołaj Kopernik) et par les Allemands (Nikolaus Kopernikus), sont tous mis en avant par les patriotes polonais. Karol Libelt, philosophe polonais, parle dans les années 1840, d’intelligentsia polonaise pour décrire la classe sociale qui détient le savoir, dans laquelle se trouvent les nobles, les ingénieurs, les professeurs et les membres du clergé ; elle est particulièrement active dans le développement et la propagation de la culture polonaise. Cette classe, longtemps opposée à la petite paysannerie, s’en rapproche désormais grâce aux points communs que sont la langue, la religion et la répression étrangère qu’ils subissent.

1.2.4 Le village polonais, creuset de la nation polonaise

30Les Polonais, qui ont préservé leur identité à travers leur langue et leur religion notamment, ont été réfractaires à tout apport allogène. À ce sujet, une forte distinction villes/campagnes s’observe au cours de la période des partages. Les villes sont le point d’appui de la présence étrangère en Pologne, le premier espace qu’elle colonise et assimile. L’implantation dans les campagnes est beaucoup plus limitée, l’élément polonais y restant ainsi majoritaire, là où il l’était avant 1795. La relative faiblesse du pouvoir d’occupation hors des centres urbains permet aux habitants des campagnes de s’organiser pour mieux résister en créant, de façon clandestine ou non, des banques rurales ou coopératives agraires polonaises (encadré 2). Selon Jacques Ancel, l’élément vital à la survie de la nation s’avère être les campagnes polonaises, plus précisément les villages polonais, qui résistent mieux que les villes aux politiques d’intégration des États dominants. De la même façon, nous constatons que lorsque la domination polonaise (dans la colonisation des confins orientaux notamment) ne s’est pas couplée d’une forte implantation dans les campagnes, elle ne résiste pas, par la suite, aux éveils nationaux.

Encadré 2 : « Pologne, Nation vivace », selon Jacques Ancel.
Jacques Ancel, Géographie des frontières, 1938, p. 192-193.
À l’inverse, voici sur les plaines, sinon monotones, au moins immenses, la Pologne : malgré les bornes des découpages artificiels que lui impartit l’Histoire, en dépit des avatars que lui font subir des voisins puissants et brutaux, elle ne cesse de demeurer une Nation vivante. Certes, pas toujours un Etat. Mais une volonté, une conscience, une collectivité, qui persistent. Et, à défaut de frontières physiques rébarbatives, d’intangibles frontières humaines : sa langue, slave, mais distincte des autres parlers slaves ; son écriture latine, entre la cyrillique, la russe, et la gotique, l’allemande ; sa religion, catholique, qui échappa à l’orthodoxie et résista à la Réforme ; sa civilisation originale, où l’effluve méridional de l’urbanisme jésuite et italien tempère la frustre paysannerie du Nord, et qui tire de la lutte constante contre le danger germanique ou le danger oriental l’impérieux devoir de la singularité. Peu de pays plus menacés par l’absence de frontières physiques. Peu de peuples plus résistants aux épreuves, plus entêtés dans le vouloir-vivre.
La nation polonaise est vivace. Non l’Etat polonais. Jamais la conscience de l’unité, exprimée par les plaintes, les fureurs d’un Chopin, la nostalgie, les croisades d’un Mickiewicz, ne fut si ferme qu’aux temps de la dissociation, des partages. Et cependant, l’Etat polonais, ballotté, écartelé, fond dans ces horizons bas, cette immense trouée — jusqu’à 1 300 kilomètres- d’entre la Baltique et les Karpates, qui ignore les remparts. [...]
Le village polonais, oasis de platitudes, est vraiment l’élément vital. C’est lui qui a résisté au germanisme, à la russification. Aux jours de l’écartèlement, quand l’Allemand colonisait la terre polonaise, quand le Russe, pour mieux régner, opposait le paysan au seigneur, c’est lui qui fit éclore cette auto-défense, banques rurales, coopératives agraires, coups d’arrêts de la Pologne arc-boutée sur son sol, et qui, aux heures suprêmes où se jouait l’Indépendance, fit surgir du terroir les Légions de Piłsudski. La foi soulève les Montagnes. La Nation rompit les chaînes des frontières. [...] Ces frontières n’ont cessé de bouger au cours des siècles. Comme partout, ce sera l’Etat le plus stable, la Nation la plus enracinée dans la Campagne, qui attirera et maintiendra.

1.3 Polonia : la Pologne représentée hors des frontières

1.3.1 Une émigration de masse

31Les partitions polonaises ont engendré, au gré des répressions, une émigration considérable vers l’Amérique et l’Europe de l’Ouest. Si des communautés polonaises existent déjà à l’étranger au xviiie siècle, c’est à partir de 1795 que l’émigration polonaise prend d’importantes proportions à l’échelle européenne. Les principales causes de cette émigration sont politiques ou économiques. Dès les premières années de l’occupation, de nombreux opposants choisissent l’exil, le plus souvent vers Paris, pour continuer leur lutte contre les puissances occupantes. Des vagues successives les rejoignent au gré des répressions touchant les partitions polonaises, la plus importante étant celle de la grande émigration (Wielka emigracja) des années 1830, consécutive à l’insurrection de 1830-1831. En 1835, les émigrés étaient au nombre de 8 000 à 9 000, dont les trois quarts appartenaient à la petite ou moyenne noblesse (Beauvois, 2004, p. 237). Une décennie plus tard, leur nombre sera deux fois moins important. À partir des années 1840, c’est l’émigration économique qui est majoritaire. Elle concerne surtout les paysans du Royaume et de la partition russe. Dans un premier temps, nombre d’entre eux s’orientent vers la Prusse pour des séjours courts, comme saisonniers à l’usine ou la mine pendant la période hivernale, ou pour quelques années avant de revenir chez eux. Les conditions économiques se dégradant, ils sont ensuite de plus en plus nombreux à s’installer plus durablement en Belgique ou en France. À partir des années 1860, la dégradation de la situation politique en Russie, et économique en Autriche, donne lieu à une émigration de masse vers l’Europe de l’Ouest et les Amériques.

1.3.2 Une armée de l’étranger

  • 10 « La Pologne n’est pas morte tant que nous vivons ».

32Après chaque défaite militaire, nombreux sont les soldats et les partisans polonais à s’engager à l’étranger pour continuer à se battre pour leur cause. La révolution française leur donne rapidement l’occasion de s’illustrer contre les occupants de la Pologne, avec « l’épopée des légions ». Ces légions sont formées par l’immigration polonaise, et surtout par les prisonniers galiciens faits sur les troupes autrichiennes par les armées françaises lors de la campagne d’Italie en 1796-1797. Après avoir été stationnées en Italie, puis utilisées à Saint-Domingue, Napoléon les conduit en 1806 dans sa campagne contre la Prusse. Si cette « épopée des légions » ne concerne que 10 000 soldats tout au plus, elle acquiert durant les campagnes napoléoniennes un caractère mythique. L’hymne national polonais, « Jeszcze Polska nie zginęła póki my żyjemy10 » est issu d’un chant écrit par Józef Wynicki pendant l’épisode lombard des légions.

33Plus tard, des patriotes polonais prennent part, à l’étranger, à des actions militaires dirigées contre les puissances occupantes. Certaines de ces actions, comme celle du poète Adam Mickiewicz combattant, en 1848, à la tête de sa « légion » de 14 hommes au service de la Lombardie, s’avèrent efficaces surtout par leur portée symbolique. Par la suite, de nombreux polonais prennent part à des révolutions nationales, ou participent à des actions militaires contre les empires, comme lors de la guerre de Crimée. Ces actions restent toutefois éparses et ne purent jamais être menées pour servir directement leur but : le rétablissement d’une Pologne indépendante.

1.3.3 La « quatrième partition »

34L’influence diplomatique des émigrés polonais, leurs actions symboliques et leurs réseaux contribuent à placer, durant 123 ans la « question polonaise » en bonne position dans toutes les conférences diplomatiques d’Europe. La partie la plus influente de ces émigrés est issue de la grande émigration des années 1830, qui voit de nombreux hommes politiques, écrivains, artistes et professeurs rejoindre l’Europe de l’Ouest. Parmi cette intelligentsia en exil, Adam Czartoryski, jouit de la plus grande notoriété et des faveurs de Louis-Philippe puis de Napoléon III. Installé dans son hôtel Lambert à Paris, où il accueille une bibliothèque et diverses sociétés littéraires ou d’entraide, il représente ce que l’on peut appeler politiquement la droite de cette communauté d’émigrés. Il est aussi considéré comme le candidat évident à un éventuel couronnement en cas de rétablissement d’un royaume de Pologne. La gauche est, quant à elle, regroupée autour du mouvement de la Towarzystwo demokratyczne polskiej (Société démocratique polonaise), fondé en 1836 à Paris également. Cette société réunit des nobles et des démocrates sur la base d’un manifeste publié par eux, et qui sera une source d’inspiration pour la plupart des activistes polonais jusque dans les années 1860. D’autres courants et mouvements politiques sont représentés en Europe occidentale, comme le groupe de l’historien Lelewel, Komitet narodowy polski (Comité national polonais).

35En juin 1848 se tient à Prague un congrès panslave, principalement pour débattre du problème des Slaves d’Autriche-Hongrie, mais où des représentants polonais sont conviés. La cause polonaise ne reçoit que peu de soutien des représentants des autres nations slaves. Les représentants polonais sont eux-mêmes divisés sur la nature de l’État « polonais » qu’ils revendiquent. Le manifeste de la Société démocratique polonaise présente une Pologne dont les frontières s’étendent de l’Oder au Dniepr et de la Baltique à la mer Noire, c’est-à-dire reprenant son extension territoriale maximale. C’est également la vision de l’historien Lelewel, pour qui la nation polonaise s’étend à « tous les fils de la terre de l’ancienne République » (Davies, 1982, tome 2, p. 343). À cette vision, majoritaire depuis l’effacement de la carte européenne, s’ajoute celle défendue par le philosophe Karol Libelt, d’une fédération de tous ces mêmes territoires. Peu de patriotes polonais militent pour un État polonais strictement national, c’est-à-dire amputé de ses éléments lituaniens et ruthènes. Cette vision se développe pourtant durant la période des partages, mais portée plutôt par des diplomates étrangers, ainsi que par les patriotes lituaniens et ukrainiens. Ces différentes représentations du territoire de la Pologne continuent à s’opposer jusqu’à l’établissement des frontières de la Pologne moderne.

36Les 123 années de disparition politique de la Pologne, marquées par de nombreuses tentatives d’assimilation, ont donc également coïncidé avec l’affirmation progressive de l’idée de nationalité polonaise. À la fin de la période, les forces centripètes l’emportent largement (dans ce domaine) sur les forces centrifuges, si bien que les limites des territoires culturellement polonais ont, dans l’ensemble, été préservées telles qu’elles étaient fixées avant la période des partages. Si elle a finalement conduit à l’affirmation des frontières de la nation polonaise, nous allons maintenant voir que la période des partages a également contribué a inscrire sur ce territoire des discontinuités internes durables, à l’endroit où s’établissaient les frontières d’empire.

2 L’inscription de nouvelles discontinuités

pour arbitraires que soient certaines frontières, elles influencent à la longue les domaines circonscrits.
(Jean-Christophe Gay, Les discontinuités spatiales, 1995)

37Séparés politiquement par des frontières inter-étatiques, les territoires polonais connaissent durant la période des partages des trajectoires politiques, mais aussi socio-économiques distinctes. La période des partages coïncide en effet avec l’époque où les États européens sont marqués, à des temps et des degrés divers, par des mutations agraires et industrielles qui les modifient profondément. Au cours de cette période, les partitions polonaises, tout comme les trois États qui les administrent, vont connaître des évolutions radicalement différentes. Celles-ci sont à l’origine de l’inscription de discontinuités importantes entre les territoires polonais, suivant le tracé des frontières politiques de la période des partages.

2.1 Intégrations politiques

38La cause la plus évidente de différenciation des territoires polonais est liée à leurs intégrations politiques respectives au sein des États auxquels ils appartiennent. Dans les partitions russe et autrichienne, ils ne sont que des marges mal intégrées de leurs empires respectifs, très centralisés, qui ne les considèrent le plus souvent que comme des glacis protecteurs. Ces régions bénéficient de ce fait de peu d’intérêt du pouvoir central pour leur mise en valeur. La partition prussienne fait elle l’objet d’une assimilation forcée, ce qui lui confère une meilleure intégration politique au sein de la Prusse puis de l’Empire allemand.

39La partition russe a subi une russification de plus en plus sévère au cours de la période des partages et suite aux rébellions polonaises répétées. Les tsars successifs choisirent toujours la voie de la soumission politique et culturelle, au prix du développement économique, préférant sans doute voir une « Pologne » dévastée et affaiblie plutôt que d’encourager son développement et de risquer de la voir un jour se retourner contre la Russie. Excepté dans les premières années du Royaume du congrès, l’intégration politique des territoires polonais se fait donc de plus en plus systématiquement par la force et les territoires de cette partition sont directement incorporés en tant que provinces de l’empire. Les powiats sont maintenus mais vidés de leurs compétences, si ce n’est celle de relais du pouvoir central. La tendance est inverse dans la partition autrichienne, où la faiblesse progressive de l’Empire permet, à la fin de la période, une représentation politique des élites polonaises. Dans la partition prussienne, la plus grande structuration de l’État, qui s’autoproclame « de droit », permet l’organisation rationnelle de l’assimilation ou de la répression de l’élément polonais. Dans la partition russe, les sujets polonais connaissent l’oppression, par l’arbitraire, la brutalité du pouvoir tsariste et par l’intermédiaire de la police ou de l’armée. Dans la partition prussienne, ils la rencontrent par l’organisation et l’intransigeance de l’administration et de la bureaucratie, à travers de nombreux fonctionnaires locaux, garants du droit prussien.

40Après la disparition du duché de Posnanie et son intégration à la Prusse, ce territoire fait l’objet d’une mise en valeur, sur un pied d’égalité politique avec les autres territoires prussiens. Le droit de vote, même si son système de scrutin est défavorable aux paysans et ouvriers — c’est-à-dire à l’élément polonais — est exercé de façon identique dans toute la Prusse. Après la réalisation de l’unité allemande, le gouvernement local est réorganisé en Prusse. L’État est divisé en 14 provinces, parmi lesquelles la Prusse orientale, la Prusse occidentale, la Poméranie, la Posnanie et la Silésie, comprennent une part importante de populations polonaises. Chaque province est divisée en Regierungsbezirke (région administrative), elles-mêmes subdivisées en Kreise (arrondissements). Dans les régions anciennement polonaises, les powiats servent souvent de base à l’établissement des Kreise. Le Bezirksrat (conseil régional) et Kreiserat (conseil d’arrondissement) sont élus localement, même si le pouvoir exécutif y est détenu par un haut fonctionnaire nommé par le pouvoir central. De fait, dans les partitions autrichienne et prussienne, s’observe même une certaine forme de loyauté des sujets polonais pour leur pouvoir, en raison des bénéfices matériels allemands ou de la tolérance culturelle de l’ Autriche-Hongrie, et surtout, à partir de la fin du xixe siècle, de la haine universelle de la Russie. Avec la probabilité toujours plus grande d’un affrontement direct entre la Russie et l’Allemagne, les revendications polonaises dans la partition allemande se retrouvent souvent minorées par le besoin de protection contre la Russie.

41Fait historiquement rare, les deux grands empires ont, pendant la disparition de l’État polonais, une longue frontière commune. Celle-ci s’apparente plutôt à une ligne de front en temps de paix, tant elle fait l’objet de contrôles militaires : elle représente, durant toute son existence, une barrière logistique. La Russie, pour qui les territoires polonais sont une périphérie très distante, utilise ces derniers comme un glacis protecteur contre l’Allemagne : « La Pologne a été transformée par les Russes en une vaste forteresse contre l’Allemagne » (Reclus, 1880, p. 402). Cette frontière inter-impériale est l’une des mieux gardées d’Europe. Norman Davies précise, pour le côté russe, que les gardes-frontière sont déployés sur trois zones distinctes selon leur éloignement de la frontière. Sur toute la longueur de la ligne-frontière, des gardes sont positionnés à intervalles définis, qui sont réduits à une petite dizaine de mètres sur les segments les plus sensibles. La deuxième zone s’étend sur une bande d’environ deux à trois kilomètres longeant la frontière, où patrouillent régulièrement les gardes-frontière. Enfin la troisième, qui a une largeur pouvant atteindre 160 kilomètres environ, comprend les principales villes polonaises ou lituaniennes. Elle correspond administrativement à une « zone-frontière » où le contrôle péremptoire des forces de police peut s’exercer sur les routes, dans les gares ou les hôtels (Davies, 1982, tome 2, p. 97). La frontière est un obstacle majeur pour de nombreux Polonais, pour lesquels elle traverse l’espace pratiqué. Ainsi beaucoup sont ceux qui ont de la famille ou des possessions dans une autre partition que celle où ils résident. Les frontaliers connaissent en général bien les points faibles de la frontière et certains organisent des activités de passage pour les émigrants, réfugiés ou révolutionnaires. Dans le même temps, le trafic régulier, dont une part de plus en plus importante s’effectue par le rail, est souvent entravé par des contrôles excessifs. Dans les années 1850, Karl Baedeker, dans ses guides de voyage, conseille aux voyageurs de ne pas emporter de journaux avec eux pour éviter des délais inutiles (ibid., p. 98).

  • 11 Les voies y sont à écartement dit « large » de 1,52 m, contre 1,44 m en Allemagne et dans la majori (...)

42De manière générale, le pouvoir russe ne cherche d’ailleurs pas, pour des raisons stratégiques, à établir un réseau de connections transfrontalières avec l’Allemagne. Les différents réseaux de transports (autres que ceux préexistants) ne sont donc pas développés pour faciliter le franchissement de la frontière, ce qui est à l’origine de la création d’une importante discontinuité logistique sur le tracé de cette jeune frontière politique. Cette obsession de la protection militaire va même plus loin : pour ralentir l’éventuelle pénétration de convois ferroviaires allemands en cas de conflit, l’écartement des rails de chemin de fer dans cette partie de la Russie est volontairement différent de celui en vigueur en Allemagne11.

43Du point de vue de la Prusse et de la Russie, l’occupation de la Pologne se veut, dans les deux cas, perpétuelle. Pour en venir à leurs fins, ces deux États ont cependant utilisé des stratégies différentes. La Russie cherche à affaiblir à tout prix l’élément polonais car elle ne voit dans sa partition rien d’autre chose qu’un glacis protecteur. Au contraire, l’occupation des territoires polonais par la Prusse passe par une intégration politique et économique complète.

2.2 Des trajectoires agraires divergentes

44Avec le recul, il est possible d’affirmer aujourd’hui que c’est sur le plan agricole que les trajectoires en partage des territoires polonais ont été les plus différenciées et également les plus durablement visibles, comme nous serons amené à le voir dans le chapitre vi.

2.2.1 La partition prussienne : l’essor d’une agriculture productiviste

45Dès la fin du xviiie siècle, les terres de la Couronne et de l’Église sont confisquées et confiées sous forme de grands domaines à de nouveaux junkers*, afin de répondre à la pression foncière qui sévit en Prusse. En 1807, celle-ci est largement touchée par certaines idées progressistes de la Révolution française. Après le traité de Tilsit (1807), l’État prussien doit procéder à des réformes intérieures et notamment à l’abolition définitive du servage. Pendant la période napoléonienne, des confiscations de terres permettent à des paysans d’accéder à la propriété, mais le comité prussien de colonisation légifère dès les premières défaites françaises pour limiter le morcellement des parcelles cultivées dans ces territoires. Une loi agraire, par exemple, rend difficile la division d’une ferme lors d’un héritage, ce qui favorise les regroupements de parcelles. À la faveur de la révolution industrielle, la Prusse connaît au xixe siècle une croissance économique considérable, favorisant l’essor d’une agriculture capitaliste. Elle se trouve alors à la pointe des progrès agronomiques, avec des chercheurs comme Albrecht Daniel Thaer, qui crée à Möglin la première école d’agriculture (1806), ou Justus Von Liebig, à qui l’on doit la mise au point des engrais azotés ainsi que la « loi des facteurs limitants » (1850). Les rendements agricoles connaissent, en conséquence, une hausse importante tout au long du xixe siècle. Le développement de l’industrie dans les villes (avec le besoin de main-d’œuvre qu’il implique), et en parallèle, la mécanisation de l’outil de production dans les campagnes, provoquent un surplus de main-d’œuvre qui alimente ainsi un considérable exode rural. Dans le même temps, le pouvoir prussien accompagne ce phénomène en encourageant les regroupements de parcelles (encadré 3).

Encadré 3 : La propriété foncière en Pologne prussienne.
Reclus, Nouvelle géographie universelle, 1878, tome 3, p. 908-909.
Jadis la petite propriété n’était que très faiblement représentée en Allemagne ; presque partout de grands domaines se partageaient le territoire, et la puissance politique appartenait aux possesseurs du sol ; ils étaient à la fois maîtres, juges, distributeurs du travail et du salaire. Il est même arrivé en certaines provinces, notamment en Poméranie que les petites propriétés des paysans libres ont été graduellement accaparées par les riches seigneurs ; ceux-ci, appuyés sur la législation qu’ils avaient faite eux-mêmes, ont pu réussir en maints endroits à mettre la main sur les faibles parcelles environnantes pour transformer les campagnards, naguère indépendants, en domestiques et en valets de ferme. [...]
Pour obvier au morcellement des propriétés en parcelles de toute grandeur, qui nécessitent la construction d’une multitude de chemins et de sentiers et font gaspiller à la fois le temps et la terre du cultivateur, le gouvernement a édicté récemment une loi presque révolutionnaire, d’après laquelle les propriétaires de terrains enclavés les uns dans les autres sont autorisés à échanger leurs parcelles pour arrondir leur domaine, et qui rend cette réunion de parcelles obligatoire, quand les trois quarts des intéressés la réclament. La demande, une fois faite, ne peut être retirée que par l’unanimité de ses auteurs, et la restitution des immeubles échangés ne peut être demandée qu’en cas d’erreur ou de fraude ; quatre années après le jugement, le droit de réclamation est prescrit.

2.2.2 La partition russe : le développement de la petite paysannerie

46Dans le Royaume du congrès, l’agriculture reste pendant longtemps arriérée, le progrès de la révolution agricole ne franchissant pas la frontière avec la Prusse. La constitution octroyée au Royaume prévoit bien la modernisation des campagnes et la liberté des paysans, mais dans les faits, c’est la dynamique inverse qui s’observe. En 1818, les paysans doivent à nouveau obtenir l’accord de leur seigneur pour se déplacer et voient les châtiments corporels rétablis (Beauvois, 2004, p. 221). Dans la partition russe, le servage reste en vigueur jusqu’en 1864, date d’une réforme agraire voulue par le tsar Alexandre II, à la suite de laquelle de nombreux paysans reçoivent sans rachat les terres qu’ils cultivent. Dans ces territoires, l’occupation aboutit à une organisation foncière duale où domine largement le modèle des minifundia, mais où subsiste aussi, surtout vers l’est, celui des latifundia, legs médiéval de la colonisation nobiliaire des confins orientaux.

47La politique agricole menée dans la partition russe conduit à un émiettement de la propriété foncière. À la suite de l’insurrection de 1863, dont les plus fâcheuses conséquences sont pour les classes riches avec l’abolition des privilèges de la noblesse et du clergé, les réformes agraires engagées ont des effets plus favorables pour les classes moyennes et pauvres. En 1859, les propriétaires terriens ne sont que 218 000, sur une population totale de 3,6 millions d’habitants ; la foule des cultivateurs étant composée de fermiers, de journaliers et de valets. Une loi agraire, appliquée en 1864, permet à de nombreux fermiers et journaliers d’accéder à la propriété. À partir de 1866, la distribution des terres de la Couronne et de l’Église est étendue. En l’espace de huit années, le nombre des exploitations agricoles augmente ensuite d’un peu plus d’un demi-million. Cette redistribution des terres correspond également à une extension considérable des surfaces cultivées (encadré 4).

48À court terme, les conséquences de cette politique de redistribution des terres sont très profitables aux rendements agricoles, la production totale de céréales passant par exemple de 27 à 43 millions d’hectolitres de 1864 à 1874 ; cette augmentation bénéficiant largement aux classes les plus pauvres. Cette politique d’accession à la petite propriété foncière est poursuivie puisque encourageante par ses résultats et, fait assez rare, approuvée par une majorité de la population (noblesse et clergé évidemment exclus). Ces mesures contribuent à fixer la population paysanne, dont la part relative reste stable, sur des parcelles dont la taille moyenne ne cesse de diminuer. L’exode rural, qui bat son plein en Europe de l’Ouest, est plus tardif et de moins grande ampleur dans le Royaume du congrès et presque inexistant dans la partition russe.

Encadré 4 : La propriété foncière en Pologne russe.
Reclus, Nouvelle géographie universelle, tome 5, 1880, p. 402-403.
En 1859, le nombre des propriétaires du sol, presque tous nobles, dépassait à peine 218 000 et ne représentait pas même la seizième partie de la population. La foule des cultivateurs était composée de fermiers, de journaliers et de valets. Mais depuis la loi de 1864 les fermiers et quelques journaliers sont devenus propriétaires, et depuis 1866 la distribution des terres de la couronne et des églises a commencé en faveur de ceux qui n’avaient encore rien reçu. Des mesures analogues ont été prises dans les petites villes et les bourgs. Avant 1864, treize villes seulement sur 468 étaient bâties sur un sol appartenant aux habitants ; toutes les autres étaient, suivant les us féodaux, la propriété des seigneurs ou de la couronne. De ces prétendues villes, 337 ont été transformées en villages agricoles et les terres en ont été assignées aux paysans.
Les conséquences de ces réformes agraires sont considérables. Le nombre des exploitations agricoles, accru au profit exclusif des laboureurs, s’est augmenté en huit années de plus d’un demi-million d’hectares ; en 1872, la superficie du territoire de culture concédé aux paysans s’étendait sur un espace d’environ le tiers de la Pologne et plus du dixième était en possession communale ; la moyenne du terrain appartenant à chaque famille de laboureurs est de plus de 8 hectares. Durant les quinze années antérieures à 1859, les terres en culture dans l’étendue du royaume ne s’étaient accrues que d’environ 220 000 hectares ; l’augmentation a été de 550 000 hectares pendant les 10 années qui ont suivi la remise des terres libres aux paysans ; plus de deux millions d’individus, en y comprenant les familles, prennent part à la possession de la terre.

2.2.3 La partition autrichienne : misère et surpeuplement paysans

  • 12 Rendue célèbre en 1888 par l’ouvrage de l’économiste galicien Stanisław Szczepanowski intitulé Nędz (...)

49Dans la partition autrichienne, le servage n’est aboli qu’en 1848 et l’absence de législation et de volonté politique en matière de propriété foncière a conduit à une atomisation des parcelles agricoles. La Galicie est l’une des régions les plus arriérées de l’Empire et le surpeuplement paysan qui y est observé rend la « misère galicienne » proverbiale12. Il n’est pas rare d’y voir des parcelles partagées de génération en génération, en bandes de 500 m de long pour 10 m de large. La structure de la société est extrêmement inégalitaire. Elle est dominée par l’aristocratie, seule classe socialement et politiquement bien intégrée à l’empire. Du fait du faible impact de la révolution industrielle, la société se caractérise par l’absence de classe moyenne ou ouvrière. Les paysans, qui en 1887 représentent 81 % de la population (Davies, 1982, tome 2, p. 143), sont extrêmement pauvres, le plus souvent illettrés et alimentent une émigration massive. Celle-ci s’oriente principalement vers l’ouest et notamment la partition prussienne, où la productivité agricole moyenne est deux fois supérieure et l’industrie en plein développement (ibid., p. 146).

50En matière de productivité agricole, la période des partages a aggravé les déséquilibres qui s’observent entre l’Est et l’Ouest du pays. Au cours de cette période, le dégradé d’ouest en est, qui existait avant 1772, s’est transformé en une nette ligne de rupture établie sur les frontières politiques en vigueur à cette époque. La structure foncière agricole s’en est trouvée fortement différenciée entre les trois partitions, notamment en matière de surface moyenne des parcelles. De la même façon, la répartition par secteurs d’activité a peu évolué à l’Est, où la population est restée en majorité rurale et paysanne, alors qu’à l’Ouest la révolution industrielle et l’exode rural l’ont profondément modifiée.

2.3 Économies en partages

51La révolution industrielle gagne les territoires polonais par l’ouest, au moment où ceux-ci passent sous l’autorité politique des puissances voisines. La Prusse est la première d’entre elles à enclencher, à la suite du Royaume-Uni, de la Belgique et de la France, sa révolution industrielle. Celle-ci se diffuse d’ouest en est, les premières aciéries de la Ruhr étant construites dans les années 1780, celles de Silésie la décennie suivante. La diffusion de ce progrès reste longtemps une entreprise exclusivement allemande, touchant de fait les territoires les plus germanisés. La partition prussienne, qui fait l’objet d’une politique d’assimilation forcée, a vocation d’être, à terme, pleinement intégrée au reste de la Prusse, comme le furent depuis le Drang nach Osten toutes les terres colonisées à l’est de l’Oder. Dans la partition russe, le renforcement de l’oppression culturelle s’accompagne d’une dégradation relative de la situation économique . près la suppression du Royaume du congrès, la partition prend aux yeux du pouvoir une valeur avant tout militaire et fiscale, ce qui bride son développement économique :

Les provinces de la Vistule, découpées arbitrairement dans l’ancien royaume, n’ont plus désormais pour le gouvernement russe qu’une valeur administrative et militaire : le fisc apprécie la Pologne comme la région la plus populeuse, la plus industrielle, la plus riche et la plus imposée de l’empire et l’état-major y voit le quadrilatère de forteresses le plus formidable de l’Europe centrale.
(Reclus, 1880, p. 387)

52Pour autant, ces régions connaîtront une révolution industrielle plus intense que le reste de la partition russe.

2.3.1 Révolution industrielle et unité territoriale de l’Allemagne

  • 13 Union douanière allemande.

53En Prusse, le développement économique est amplifié par la puissance de l’État, qui joue le rôle de planificateur et d’investisseur. Sous l’impulsion de la Prusse, est créé, en 1834, le Zollverein13, qui instaure des barrières douanières communes pour les États y participant. Le Zollverein leur permet de développer leur industrie naissante, à l’abri de la concurrence anglaise et française. Les territoires polonais sous autorité prussienne, y compris le Grand-duché de Posen, sont intégrés sans distinction à ce marché commun qui permet au commerce de prospérer, grâce au libre échange intérieur. À partir de 1857, le thaler prussien devient la monnaie unique de cet ensemble économique. Au cours du xixe siècle, la construction de l’unité allemande, qui accompagne et accélère à la fois ces mutations industrielles, s’effectue autour de l’extension du Zollverein, qui s’opère sous le contrôle de la Prusse. La constitution de la Confédération germanique en 1815, puis celle de la Confédération germanique d’Allemagne du Nord en 1867, et enfin de l’Empire allemand en 1871, fortifient ainsi la domination politique et économique de la Prusse sur les autres territoires allemands inclus dans ces plus vastes ensembles. L’Autriche, qui prétendait également à ce rôle, est reléguée au second plan après la défaite de Sadowa (1866) et exclue de cette union allemande économique et monétaire. La Russie ne connaît aucune modification comparable de son système économique, qui reste à la fois fortement centralisé et compartimenté par des barrières douanières.

2.3.2 L’exemple de Łódź : atouts et handicaps de la partition russe

54Dans la partition russe, le développement du commerce se trouve donc entravé, vers l’ouest par la présence de la frontière douanière du Zollverein et vers l’est par le « demi-cercle de douanes qui se développe autour d’elle [Varsovie] de 100 à 200 km de distance » (Reclus, 1880, p. 413). La révolution industrielle touche la Russie de façon plus tardive et plus limitée, ne prenant un réel essor que dans la seconde moitié du xixe siècle, grâce à l’investissement étatique et aux capitaux étrangers, notamment anglais et français. La localité de Łódź, comme d’autres situées près de la frontière, est mise en valeur en raison de ce positionnement stratégique (Foucher, 1991, p. 50). Ses filatures de coton sont le symbole de la concentration industrielle dans le Royaume du congrès, puis dans les provinces de la Vistule. Après 1815, la relative tolérance et les avantages octroyés par le pouvoir russe pour sa mise en valeur attirent des immigrants d’Allemagne et du reste de l’Europe. Grâce aux incitations du pouvoir russe, aux industriels juifs, aux investisseurs allemands et à la main-d’œuvre polonaise, Łódź connaît une croissance économique importante, très orientée vers l’industrie du coton. La ville profite, en 1845, de l’ouverture de la ligne de chemin de fer vers Varsovie, qui lui permet d’être reliée à Saint-Pétersbourg en 1862, via Terespol. En 1850, la levée des barrières douanières entre le Royaume du congrès et la Russie, puis l’intégration complète à la Russie en 1867 permet à Łódź d’étendre son marché. Elle peut désormais fournir l’Empire tout entier, dont elle devient le principal centre textile. Elle connaît une croissance démographique fulgurante au cours du xixe siècle, pendant lequel elle passe de quelques centaines d’habitants à plus de 315 000. Les Allemands (40 % environ) et les Juifs (30 % environ) sont alors les deux plus importantes communautés de la ville. À Łódź comme dans le reste de la Russie, la révolution industrielle reste cependant très liée à la pénétration des investisseurs venus d’Allemagne et d’Europe de l’Ouest, ainsi que marquée par de nombreux coups d’arrêts. Les soulèvements successifs du xixe siècle et la violence des répressions qu’ils ont entraînée, marquent autant de phases de ralentissement économique. La situation douanière entre la Russie et le Royaume du congrès (puis les provinces de la Vistule) est également un facteur important du développement économique. La Russie et la Prusse se parant de barrières douanières au cours du xixe siècle, les principales possibilités économiques de ce territoire sont avec la Russie, lorsqu’elles ne sont pas entravées. De 1832 à 1850, l’exclusion du Royaume du congrès des frontières douanières russes, pour des raisons purement politiques, isole le Royaume et bride le développement économique de Łódź. L’élan sera une nouvelle fois brisé en 1904-1905 par la guerre russo-japonaise et la révolution russe. Au cours de la période des partages, Łódź et toute la partition russe sont devenues économiquement dépendantes de la Russie, avec laquelle s’effectue une part grandissante de son commerce. En 1890, 70 % de celui-ci est orienté vers la Russie (Davies, 1982, tome 2, p. 176).

2.3.3 La partition autrichienne : un développement inégal

55Avant son rattachement à l’ Autriche, la ville libre de Cracovie jouit d’un statut très privilégié. près les premières années suivant le traité de Vienne, elle bénéficie des rivalités des trois puissances à son sujet, ce qui lui permet d’obtenir une relative autonomie. L’abolition du servage, l’utilisation du code Napoléon, et l’octroi de droits de douane avantageux avec les trois États partageants permettent à la ville de prospérer. Après 1830, la plupart des avantages sont minorés puis disparaissent avec l’annexion à l’Autriche en 1846. À partir de 1867 et l’Ausgleich austro-hongrois, les autorités autrichiennes renoncent à l’idée d’un empire unitaire et se contentent d’acquérir la fidélité de leurs sujets en leur accordant l’autonomie régionale, comme en Galicie. C’est la plus pauvre des trois zones occupées, mais la faiblesse du pouvoir central permet à une culture polonaise de s’y développer, notamment avec la repolonisation des universités de Cracovie et Lemberg (Lwów). Au sein de la partition autrichienne, la révolution industrielle est très inégale. La Silésie de Teschen (Cieszyn) est rapidement touchée, grâce à la proximité de la Silésie prussienne et ses ressources propres. La région représente, à la fin du xixe siècle, 97 % de la production de charbon de tout l’empire (Beauvois, 2004, p. 278). À l’Est, la Galicie n’est que peu affectée par les mutations économiques de la révolution industrielle et reste largement rurale et paysanne (voir supra).

2.3.4 Le développement des réseaux de chemin de fer

56La révolution industrielle s’accompagne de la construction des réseaux nationaux de chemin de fer en Europe. Le développement du chemin de fer devient même, par le jeu des connections entre les États, l’une des bases de l’unité territoriale allemande au même titre que le Zollverein. Le développement du réseau est extrêmement rapide dans les États allemands. Dans les années 1840, une des premières lignes de chemin de fer de Prusse relie Berlin à Francfort-sur-l’Oder, puis un peu plus tard à Breslau (Wrocław). À cette époque, grâce à l’aménagement du canal Oder-Spree, Stettin (Szczecin) s’affirme comme le débouché naturel de Berlin sur la Baltique. Le développement des villes de Poméranie et du Brandebourg, comme Stettin et Francfort-sur-l’Oder bénéficie de la proximité de la capitale prussienne :

Stettin a l’avantage d’être le port de Berlin sur la Baltique comme l’est Hambourg sur la mer du Nord, mais elle est deux fois plus rapprochée de la capitale que ne l’est la cité libre de la Hanse. (Reclus, 1878, p. 871)

  • 14 Le « Faubourg-digue ».

57La période prussienne marque la fin de l’âge d’or de Francfort-sur-l’Oder avec l’essor de Berlin, la création du canal Oder-Spree en 1668, ainsi que le déplacement de l’université à Breslau (Wrocław) en 1811, un an après la création de l’université de Berlin. La ville se développe ensuite dans l’orbite de la capitale prussienne : l’inauguration de la ligne de chemin de fer Berlin-Francfort, en 1842, permet par la suite aux foires organisées à Francfort de prospérer. Francfort-sur-l’Oder est « son port sur l’Oder moyenne et son activité commerciale profite directement des progrès de la métropole » (ibid., p. 868), lui conférant une grande activité commerciale (marchés, foires) et industrielle. En 1895, un nouveau pont en pierre est construit entre les quartiers de la rive gauche et celui de la rive droite. Ce quartier situé sur la rive droite est baptisé « Dammvorstadt14 », car il est circonscrit par une digue, cette rive étant marécageuse .Aujourd’hui, le plan de Słubice suit toujours les contours de cette digue. Le nouveau pont en pierre permet aux deux parties de la ville de ne plus être séparées lors des inondations ou des dégâts causés par la glace et surtout d’être reliées par une ligne de tramway à partir de 1898. La ville compte alors près de 60 000 habitants.

58Le réseau ferré interne de l’empire russe, s’il est le 5e du monde par sa longueur en 1880, ne correspond, rapporté au nombre d’habitants, qu’à ceux de pays comme le Portugal ou la Roumanie. Le contraste est fort avec l’Allemagne qui dispose, après l’Angleterre, du réseau le plus dense au monde (carte 12 page suivante). En cette période de révolution industrielle où une grande partie du développement a pour vecteur le chemin de fer, les frontières entre les empires russe, allemand et austro-hongrois représentent l’une des discontinuités économiques les plus importantes d’Europe. Celle-ci est accentuée par le fait que le nombre de connections transfrontalières est très limité, pour des raisons logistiques (deux écartements de voies et trois systèmes de freinage différents) et surtout politiques. En 1914, 50 lignes prussiennes et autrichiennes rejoignent la frontière russe, mais seulement 10 la traversent (Davies, 1982, tome 2, p. 177). Dans les territoires polonais comme dans le reste de l’Europe, le développement du réseau de chemin de fer s’opère suivant le modèle centre-périphérie, pensé à l’échelle étatique : les marges possèdent un réseau moins dense, et sont rarement connectées entre elles (carte 12).

Carte 12 – Le réseau ferré en Europe centrale en 1880.

Carte 12 – Le réseau ferré en Europe centrale en 1880.

59La Silésie, le territoire polonais le plus affecté par la révolution industrielle est un exemple marquant de cet « écartèlement territorial ». Au xixe siècle, l’industrie lourde s’y développe des trois côtés des frontières. En matière de concentration industrielle, la haute Silésie est, après la Ruhr, le deuxième centre d’Allemagne ; le bassin de Dąbrowa, le plus important du Royaume du congrès, et pendant longtemps, de tout l’empire Russe ; le duché de Teschen, le premier de tout l’Empire austro-hongrois. Les trois zones se caractérisent par la prépondérance de l’entreprenariat allemand et de leur main-d’œuvre polonaise. En dépit de cette similitude et de leur proximité géographique, ces trois espaces se développent dos-à-dos. Malgré les synergies évidentes qui pourraient se créer avec des échanges stratégiques transfrontaliers développés, ces derniers ne constituent que des exceptions. Le développement industriel, considéré comme secteur stratégique sensible par les trois États, doit autant que possible s’effectuer en autarcie complète. Les trois partitions ont donc tissé au cours de la période des partages des liens économiques presque exclusifs avec leurs États respectifs. L’acier utilisé à Dąbrowa provient, par exemple, du bassin du Donets, plutôt que de l’autre côté de la frontière (Davies, 1982, tome 2, p. 170). En conséquence, les lignes de chemin de fer s’étirent de part et d’autre de la Silésie vers Varsovie, Berlin et Vienne, mais les connections transfrontalières sont peu nombreuses. Réalisées plus tardivement, ces lignes transfrontalières sont bridées par la lenteur des contrôles qui y sont imposés, par les différences techniques des trois réseaux et par la guerre douanière qui oppose la Russie à la Prusse puis l’Allemagne.

60Dans le domaine économique, une discontinuité majeure à l’échelle européenne s’est creusée sur le tracé des frontières de la période des partages. Des évènements majeurs, posant les bases du développement économique pour de nombreuses années, se sont produits durant la période des partages à des temps et intensités différents (abolition du servage, réforme agraire, industrialisation, urbanisation, développement du chemin de fer). Ils représentent pour les territoires polonais autant d’héritages, qui contribuent à les différencier jusqu’à aujourd’hui. Il ne faut cependant pas croire que l’occupation a créé de toutes pièces un déséquilibre est/ouest, qui existait déjà dans la Pologne du xviiie siècle. Cette période a cependant créé une discontinuité forte, là où auparavant il existait un gradient. Il faut également garder à l’esprit que d’autres discontinuités, certes moins importantes, existent au sein des trois partitions. Celles-ci sont souvent observables entre les territoires directement administrés et ceux, souvent à majorité polonaise, ayant bénéficié, même temporairement, d’une relative autonomie (par exemple entre Royaume du congrès et partition russe stricto sensu ou entre duché de Posnanie et partition prussienne). Que ce soit entre les trois empires, ou entre les portions « assimilées » et celles plus autonomes, les 123 années d’occupation ont créé, à l’intérieur du territoire polonais, des divisions, dont certaines vont rester jusqu’à l’heure actuelle comme des cicatrices de cette époque.

Conclusion

61L’étude de la période des partages nous a permis de distinguer deux forces contradictoires dans la dynamique territoriale de la Pologne. D’une part, le phénomène de résistance et d’éveil national polonais lors de l’occupation étrangère, à travers le rôle prépondérant de la langue polonaise et de la religion catholique. La disparition des frontières politiques ne semble pas avoir affecté le mouvement national polonais, sinon en l’amplifiant. Cette période d’effacement étatique se caractérise donc par l’affirmation du territoire national polonais, sur les marges de trois États qui voulaient le faire disparaître. D’autre part, les trois territoires polonais en partage ont connu, durant 123 ans, des trajectoires socio-économiques divergentes qui ont contribué à les rapprocher des trois États qui les administraient. La période des partages représente ainsi pour ces territoires l’inscription d’héritages distincts, notamment dans les secteurs agricole et industriel. Le bilan des forces centrifuges et forces centripètes s’avère donc très contrasté selon la nature des thèmes envisagés. Sur le plan culturel et identitaire, la période des partages marque le regain de cohésion entre les territoires polonais. Du point de vue économique et social, elle marque leur différenciation.

62La renaissance d’un État polonais indépendant, lorsque les conditions seront réunies, est une évidence pour beaucoup. En revanche, son contenu et ses limites sont plus que jamais incertaines, tant les différents concepts de l’État polonais et de ses frontières sont floues et diverses, et que les territoires qu’il inclut sont devenus, sur certains points, « étrangers » les uns des autres.

Notes

1 Appelé ainsi en référence au congrès de Vienne.

2 Également connue sous l’appellation de « ville libre de Cracovie ».

3 Ce mot, diminutif de « congrès » est employé couramment pour souligner que ni le territoire, ni le régime politique ne correspondait aux aspirations des Polonais.

4 Puis Royaume du congrès et pays de la Vistule.

5 « Combat pour la culture ».

6 Et dans le duché de Varsovie (1807-1813), puis le Royaume du congrès (1815-1830).

7 Le 3 mai est le jour de la fête nationale en Pologne, en souvenir de la constitution de 1791 (la première en Europe).

8 Fait notable, d’autant qu’elle était soumise à cette époque à de puissantes tentatives de modifications (germanisation ou russification) de la part des puissances occupantes.

9 « In the absence of national state, Polish national consciousness drew on four fundamental sources of inspiration — Church, Language, History, and Race » (Davies, 1982, tome 2, p. 18).

10 « La Pologne n’est pas morte tant que nous vivons ».

11 Les voies y sont à écartement dit « large » de 1,52 m, contre 1,44 m en Allemagne et dans la majorité du réseau ferré européen.

12 Rendue célèbre en 1888 par l’ouvrage de l’économiste galicien Stanisław Szczepanowski intitulé Nędza Galicji w cyfrach i program energicznego rozwoju gospodarstwa krajowego (La misère de la Galicie en chiffres et programme de développement énergique des fermes d’État).

13 Union douanière allemande.

14 Le « Faubourg-digue ».

Table des illustrations

Titre Carte 9 – Le duché de Varsovie (1807-1815).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Carte 10 – Les territoires polonais après le congrès de Vienne (1815).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Carte 11 – Les revendications territoriales nationales en 1900 d’après Davies.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Carte 12 – Le réseau ferré en Europe centrale en 1880.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search