Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Calvin, une autre Réforme

Annie Molinié-Bertrand

Texte intégral

Ecclesia semper reformanda

1L’idée de réforme est une constante de l’histoire du christianisme. Le sujet est immense, depuis la première réforme des viiie et ixe siècles, en passant par la seconde dite « réforme grégorienne », jusqu’à celle du temps des réformes et « du temps des confessions » qui va globalement de 1450 à 1620. C’est celle qui nous intéresse ici.

2Pourquoi un tel sujet alors que le Colloque qui nous réunit traite de l’Inquisition ? Calvin, Genève, la Réforme, tout cela peut sembler en dehors du sujet, ou dans le meilleur des cas, se situer sur les marges. De plus, il semble ne pas y avoir d’affinités entre Calvin, le chef de file de la Réforme dure, intransigeante de la vie religieuse, Calvin qui condamne l’Église traditionnelle, romaine et ne reconnaît que le Livre, que la seule autorité de l’Écriture Sainte, et l’Espagne.

  • 1 Miguel Servet (1511-1553) avait publié dès 1531 un volume antitrinitaire : De Trinitatis erroribus(...)
  • 2 Voir à ce propos Marcel Bataillon, « Honneur et Inquisition : Michel Servet poursuivi par l’Inquis (...)

3D’autre part, lorsque le programme de ce Colloque m’était parvenu, j’avais songé à formuler quelques questions au sujet du calvinisme en Espagne au xvie siècle, en étudiant, si possible, les rapports du Français hérétique de Genève, tout en dépassant le simple épisode toujours cité dans ce contexte, tragique au demeurant, de l’Espagnol Miguel Servet, cet Aragonais de Villanueva de Sijena, brûlé le 27 octobre 1553 à Genève, avec, dit-on, à ses pieds, cinq ballots de ses livres, dont la Restitutio Christianissima, éditée à Lyon en 1553. Pour Calvin, Servet était un « blasphémateur du nom de Dieu »1. Dès 1532, la Suprema écrivait aux Inquisiteurs d’Aragon afin qu’ils renouvellent les édits contre les livres de Luther « lutero y sus secaçes » et de Michel Servet « el maestro Reves ».2

  • 3 Marc Lienhard, Histoire du Christianisme, t.VIII, ch.III, p. 119-181.
  • 4 Bernard Vogler, Le monde germanique et helvétique à l’époque des Réformes, 1517-1618,2 vol., Paris (...)
  • 5 Marc Venard, Le temps des confessions (1530-1620-1630) in t.VIII de l’ Histoire du Christianisme, (...)
  • 6 Dans L’Europe protestante, p. 31-52.

4Je dirai d’emblée que, pour cet exposé modeste, n’étant pas moi-même spécialiste de Calvin, je suis redevable à de nombreux historiens depuis Edouard Boehmer au xixe siècle, Spanish Reformers of two centuries, from 1520, Trübner, 1874-1904. On s’appuie également, comme d’habitude, dans ce sujet complexe, s’il en est, sur les publications fondamentales de Pierre Chaunu : Le temps des Réformes. La crise de la chrétienté. L’éclatement, 1250-1550 paru en 1975, et L’Aventure de la Réforme. Le monde de Jean Calvin, 1986 ; l’Histoire Générale du Protestantisme. I. La Réformation de Émile G. Léonard en 1961 ; Marc Lienhard3 pour les anabaptistes, Bernard Vogler4 pour les églises luthériennes, et les tomes VII et VIII de l’Histoire du christianisme sous la direction de Marc Venard5. De surcroît, comme le réclamait dès 1946, il reviendra sur ce débat en 1957, dans Au cœur religieux du xviesiècle, Lucien Febvre, il conviendrait de clarifier le vocabulaire, le lexique. En 1977, Marc Venard reposait cette question essentielle et plus récemment Thierry Wanegffelen dans un article « Réforme, réformations, protestantisme ».6

  • 7 Hubert Jedin, Katholische Reformation oder Gegenreformation ? Ein Versuch zur Klärung der Begriffe (...)

5En 1946, Mgr Hubert Jedin7 publiait un texte traduit aujourd’hui en plusieurs langues (l’édition italienne de 1995 porte le titre bref et significatif de Riforma cattolica o Contrariforma ?) et devenu essentiel : Katholische Reformation oder Gegenreformation ? Ein Versuch zur Klärung der Begriffe nebst einer Jubiläumsbetrachtung über das Triener Konzil, Lucerne,1946. Le délicat problème des mots pour désigner les réformes de l’Église ne cessera dès lors d’apparaître chez les historiens.

  • 8 Guy Bedouelle, La Réforme du catholicisme, Paris, Cerf, 2002.
  • 9 Joël Cornette, L’affirmation de l’État absolu - 1515-1652,Paris, Hachette, 2000, 1ère éd.1992.
  • 10 Denis Crouzet, Jean Calvin, Paris, Fayard, 2002.
  • 11 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los Heterodoxos españoles, 8 tomes, 1947-1948.
  • 12 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, Paris, 1937. Erasmo y España, 2 tomes, Fondo de Cultura Eco (...)
  • 13 Boehmer, Eduard, Spanish reformers of two centuries, from 1520. Their lives and writings, 3 vol. S (...)

6La Réforme du catholicisme (1480-1620) de Guy Bedouelle est un ouvrage très précieux8, ainsi que ceux très récents des spécialistes de la France au xvie siècle, je pense à Joël Cornette9 et Denis Crouzet, Jean Calvin10. Erasme et l’Espagne et l’Histoire des Hétérodoxes espagnols, la somme de Menéndez Pelayo11 ont permis de retrouver ces pseudo-calvinistes espagnols, au rang desquels il faut faire figurer le fameux Julián Hernández. Précisons que Marcel Bataillon12 suit, dans cette quête des « luthériens » espagnols, les « Spanish Reformers » d’Eduard Boehmer13. Ce n’est toutefois qu’à partir de 1937, comme le fait remarquer à nouveau Joseph Pérez dans sa Crónica de la Inquisición española, qu’on a cessé de considérer les condamnés aux autos de fe de 1559-1561 comme tous des protestants / luthériens ; ce terme devait désigner alors des illuminés / alumbrados, d’authentiques adeptes de Luther, voire quelques calvinistes.

7Mon propos, était somme toute ici, de cerner le problème de la réception des œuvres de Calvin – essentiellement l’Institution Chrétienne et les Catéchismes – en Espagne au xvie siècle dans le contexte du temps des réformes de l’Église. Une question qui s’inscrit dans la complexité.

  • 14 Augustin Redondo cite plusieurs lettres du Conseil de l’Inquisition qui montrent la peur des inqui (...)
  • 15 John Miller, L’Europe protestante aux xvie et xviie siècles, Paris, Belin - De Boeck, 1997, p. 13- (...)

8L’on sait depuis longtemps que dans les Pays-Bas et en France il y avait eu des « colporteurs calvinistes », c’est-à-dire des marchands transportant des paquets d’ouvrages interdits de Calvin qui avaient été imprimés à Anvers et à Louvain. En Espagne, pays de frontière, de vieille chrétienté, on a trouvé la trace de revendeurs de livres dans les villes essentiellement universitaires et dans certains ports du royaume, comme Valence et Bilbao et l’on a reconstruit également un circuit allant de Barcelone jusque dans la lointaine Galice14. L’’Espagne d’autre part pose un problème spécifique ; en effet, les Espagnols du premier xvie siècle furent, sans aucun doute, plus érasmisants, plus valdésiens que proches de Luther et encore moins du rigide et moins humain Jean Calvin ; les doctrines de Luther pénétrèrent dans la péninsule, séduisirent une certaine élite et suscitèrent la curiosité de personnes plus modestes, les « gens ordinaires », loin des élites, qui avaient entendu parler du moine augustin et de ses doctrines qualifiées d’hérétiques. Augustin Redondo, dès 1975, déclarait que « contrairement à ce que l’on a affirmé, il apparaît que la curiosité à l’égard du moine augustin et de ses thèses, entre ces années, a été vive en Espagne, non seulement parmi les clercs et les humanistes laïcs, mais encore parmi les villageois, parmi les gens du peuple ». Comme l’écrit John Miller « même l’Espagne et l’Italie ont connu des mouvements de Réforme quasi-protestante »15. On aimerait que cette idée fût un tant soit peu développée dans le cas de l’Espagne moderne.

9Quant à la diffusion de la doctrine de Calvin, s’ajoutait le problème, inextricablement lié, de la traduction en espagnol des œuvres de Calvin et conjointement la question encore non résolue, me semble-t-il, des lisants, des alphabétisés susceptibles de lire ces ouvrages difficiles qui véhiculaient la pensée calviniste. Il n’est pas douteux que la pensée de Calvin est élitiste, insérée dans le courant humaniste et fortement influencée par Saint Augustin. Seule une minorité de chrétiens pouvaient faire un choix confessionnel : ceux qui connaissaient le latin et la théologie mesuraient la portée des débats ; les ecclésiastiques, les moines, en particulier les ordres mendiants de la stricte observance ; on le voit par exemple à Séville, parmi ceux condamnés pour hétérodoxie. Certes, Francisco de Enzinas avait traduit Luther et Calvin en espagnol, ce qui supposait une demande qu’il conviendrait de préciser. Somme toute, il est bien difficile de mesurer l’impact de la Réforme protestante en Espagne, puisque l’on ne dispose que des procès dressés pour « luteranos ».

  • 16 En tout cas en France. Aujourd’hui encore, dans des villes du Quercy comme Montauban, Nègrepelisse (...)
  • 17 Michèle Escamilla, « Don Fernando de Valdés : profil d’un Inquisiteur Général » in Autour de l’Inq (...)

10Il fallait aussi se demander – en reprenant la question si pertinente de Marc Lienhard à propos de Luther, mais quel Luther fut reçu par l’Europe, quel Calvin fut reçu par l’Espagne. Une Espagne qui, comme l’a montré Pierre Chaunu, ne pouvait prendre le risque d’une rupture. Calvin, homme du Nord, pouvait-il séduire l’Espagne. Il semble qu’en Espagne, les conditions étaient peu favorables à la réformation protestante, encore moins aux protestants « calvinistes », ce qui semble une redondance de désignation16. Dans un article récent consacré à l’Inquisiteur Général Fernando de Valdés17, Michèle Escamilla estime à propos de la violente répression des foyers de luthéranime dans les années 1550, qu’il s’agissait plutôt de « tentations calvinistes ». Elle rappelle les deux courants qui s’opposent dans cette interprétation du danger, appelons-le, « protestant » ; le premier, J.L.González Novalín avait estimé que, sans l’Inquisition, se serait développée une Église réformée évangélique ; en revanche, Jaime Contreras va jusqu’à parler « del fantasma de Lutero », en dénonçant l’exagération du péril protestant.

11On s’accorde aujourd’hui pour dire que presque tous les pays d’Europe furent touchés par le message de Luther et l’on rappelle, je l’ai fait, après d’autres, le rôle des marchands qui vendaient des livres diffusant cette pensée et qui les acheminaient via les grandes foires de Lyon – un des centres de l’édition au xvie siècle, Medina del Campo jusqu’à Séville et ailleurs. Il convient de tenir compte également des exilés espagnols de Genève, Francfort, Anvers qui envoyaient bibles et catéchismes et certains ouvrages réformés en Espagne.

12Si je me suis intéressée à Calvin et l’Espagne, c’est encore parce que l’on avait souhaité qu’au cours de ce Colloque il y eût comparaison avec les autres réformes : j’aurais aussi bien pu parler des anabaptistes, de Zwingli, dont la réforme est plus radicale que celle de Luther ; de Martin Bucer, le « réformateur de la première génération » et ami de Calvin et les autres, autant d’Églises nouvelles et séparées. Ce qui enfin avait achevé de me convaincre de choisir Jean Calvin, c’est l’entreprise de disciplinement intégré dans la réforme de Calvin. On associe en effet souvent calvinisme et discipline des comportements, tant il est vrai que « la crainte (de Dieu) est le fondement de la religion », selon Calvin qui souhaita l’édification de l’Église de Dieu ».

Calvin et l’Institution de la religion chrétienne

13Tel est le titre de l’édition française de 1541. C’est une proclamation de foi, le livre de sa vie, sans cesse remanié et augmenté. Calvin, rappelons-le, n’est ni un moine, ni un membre du clergé séculier, c’est un laïc, un brillant humaniste et l’Institution Chrétienne est un traité qui s’adresse à ces nouveaux laïcs versés dans la science de l’Écriture, aux étudiants en théologie ; ceux qui d’autre part n’ont pas suivi Luther, moins radical. Elle fut rédigée en latin Christianae religionis institutio, et publiée à Bâle en 1536, chez Platter et Lessius, Calvin ne cessera entre 1536 et 1560 de retoucher et d’augmenter ce livre, ce manuel, qui au départ ne comptait que six chapitres, en affermissant sa doctrine, principalement de la doctrine du salut par la foi fide sola et de la suprématie de l’Écriture sola scriptura. Il s’agit pour lui de revenir à la « vraye religion », à la « vraye piété » - la pietas est un comportement chrétien, « l’attitude droite du croyant » (G. Bedouelle) – qui sont « ensevelies » dans l’Église romaine. Calvin utilise assez peu reformatio et réformer ; il insiste plutôt sur le fait que l’Église est déformée, très malade bien qu’encore vivante : semipulta. Il introduit de la sorte la version française de l’Institution :

14« Premièrement l’ay mis en latin : à ce qu’il peut servir à toutes gens d’étude, de quelque nation qu’ils feussent ; puis après, désirant de communiquer ce qui en pouvait venir de fruict à nostre Nation françoise, l’ay aussi tranlaté en nostre langue ».

15Dans sa forme définitive, elle compte quatre livres. En 1541, le livre est précédé d’une adresse à François Ier, une épître rédigée en 1535, une espèce de manifeste adressé au roi qualifié de « Très Chrétien ». C’est un résumé de ses thèses, un traité de théologie qui s’inscrit dans un contexte européen particulier : les souverains avaient alors le choix d’une rupture avec Rome, c’est ce que fait Henri VIII. Calvin offre donc les arguments théologiques pour rompre avec l’Église de Rome et le pape, c’est-à-dire pour intégrer le camp de la Réforme. Mais le calvinisme exclut l’existence d’un roi très chrétien, comme le roi de France, car, selon Calvin, « théologien de la foi » le sacre et la thaumaturgie sont des superstitions. L’Institution chrétienne est une sorte de « catéchisme supérieur », « c’est toute une dogmatique ». Comme l’écrit Pierre Chaunu, « l’Institution est tout une confession […] Tout, chez Luther, est jaillissement, tout, chez Calvin, est organisation ». Il est clair que l’Institution chrétienne n’est pas une œuvre populaire. Il y a toute une technicité en particulier pour l’édition de 1560. Le nombre des références est impressionnant, avec une part majoritaire pour Saint Augustin, on l’a dit.

Le Catéchisme de Calvin

  • 18 Alphonse Dupront, Genèses des temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, Seuil (...)

16Les catéchismes sont des instruments des réformes. Les catéchismes furent d’abord protestants. Selon Marc Venard et Bernard Vogler, « la catéchisation des enfants est un des aspects majeurs de la confessionnalisation du christianisme ». Pour les réformés, il s’agit d’arracher des erreurs, en faisant un nouveau type de croyants dès le plus jeune âge. Les enfants auront donc un catéchisme à leur disposition avec les rudiments de la foi et les croyances. Luther, Melanchton rédigèrent des catéchismes. Pour eux, le catéchisme est « un modèle de vulgarisation théologique » afin que les ministres du culte et le peuple des fidèles aient le même outil de connaissance de leur religion18.

17Calvin rédigea plusieurs catéchismes « par demandes et réponses » pour exposer les points essentiels de la doctrine évangélique. La version du catéchisme de novembre 1541 est faite pour être expliquée aux enfants le dimanche. Il suit un plan différent de celui de Luther : la Foi, la Loi et la Prière. Celui de 1542 est une Confession. Il y eut différents catéchismes issus de la Réformation, celui de Luther, le catéchisme d’Heidelberg de Henri Bullinger en 1563, les petits catéchismes de Calvin.

18Le catéchisme va de pair en quelque sorte avec la discipline ; il comprend 52 leçons sur le Credo, le Décalogue, le Pater, les sacrements, selon la grande tradition des catéchismes, c’est « le formulaire d’instruire les enfants en la chrestienté, faict en manière de dialogue où le ministre interroge et l’enfant répond ».

  • 19 Ainsi le Catéchisme de l’Église catholique fut-il publié en 1992, trente ans après le concile Vati (...)
  • 20 Guy Bedouelle, La Réforme du catholicisme (1480-1620), p. 95.

19Il est clair que chaque grande réforme de l’Église fut accompagnée de la publication d’un catéchisme19. Le Concile de Trente est à l’origine du « catéchisme romain ». Le catéchisme du concile était au départ plutôt destiné aux pasteurs de l’Église catholique. Le 13 novembre 1564, la « profession de Foi » du concile de Trente incorpora « des dogmes catholiques comme le septénaire sacramentel, la transsubstantiation, le culte de la Vierge et des saints, la primauté de Rome, etc.20 Le Credo fut confié, comme le rappelle encore Guy Bedouelle, aux pères espagnols. Le jésuite Pierre Canisius avait rédigé la Summa doctrinae christianae.

20Dans son entreprise de reprise en main, il publia un abrégé de la doctrine catholique ; cela allait de pair avec la réception des décrets tridentins de réforme de la chrétienté.

Le disciplinement

21Le disciplinement imposé par Calvin et les messieurs du Consistoire – qui doit veiller à la moralité des laïcs et à leur foi – à la société genevoise peut être mis – mutatis mutandis – en parallèle avec le contrôle que l’Inquisition espagnole va exercer sur la société post-tridentine et la poursuite des « para-hérésies ». Une Académie avait été créée à Genève dont Théodore de Bèze fut le premier recteur ; Genève où la Réforme avait été adoptée dès 1535. Le calvinisme participa au processus de discipline des comportements, à un contrôle de la société. Le réformé devait bannir de sa vie quotidienne tout vice, tout péché et appliquer le Décalogue. Être calviniste, c’est une autre manière de se gouverner soi-même, de voir le monde. La Bible était alors la référence constante pour conduire sa vie, pour « bien ordonner sa vie ». Pour Calvin « l’autorité séculière » et l’Église doivent faire appliquer la discipline. Le blasphème, l’hérésie sont des délits qu’il faut punir.

22Le Consistoire composé de pasteurs et d’anciens, est chargé de la discipline morale qui s’applique à tous : « Comme la doctrine est l’âme de l’Église pour la vivifier, aussi la discipline et la correction des vices sont comme les nerfs pour maintenir le corps en son état et vigueur ». Immoralité, hérésie, idolâtrie sont exclues. Il suffit de lire les procès-verbaux des registres du consistoire de Genève pour mesurer l’ampleur de la volonté de disciplinement. Jean Calvin assistait aux séances et faisait des « remontrances en consistoire ». C’est un point fort de son ecclésiologie : la discipline est à l’Église « comme les nerfs sont dans le corps pour unir les membres et les tenir chacun en son lieu et ordre ». Tous les gestes de la vie quotidienne étaient contrôlés, ainsi que les paroles. Comment ne pas songer aux pratiques inquisitoriales en Espagne ? L’ivrognerie, les jeux de quilles, de dés, de cartes, les péchés de la langue, le blasphème considéré comme une transgression de la loi divine. Citons l’édit contre les tavernes et la calvinisation des noms de baptême avec l’imposition de prénoms bibliques à Genève en 1546, la calvinisation de la société en somme. Comme l’écrit Olivier Millet, « désormais la discipline pastorale d’édification des fidèles se confondait avec l’ordre public », on ajoutera par le biais du Consistoire. C’est ce processus que l’historiographie française, à la suite de la modélisation allemande, désigne aujourd’hui par le terme qui s’est imposé de « confessionnalisation ».

Calvin en Espagne

  • 21 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición española, p. 154.

23On peut à la suite d’Edouard Boehmer, de Marcel Bataillon, de Menéndez Pelayo et, plus récemment de Joseph Pérez21, citer quelques Espagnols – toujours les mêmes – qui se montrèrent favorables aux idées de Calvin : le Docteur Constantino Ponce de la Fuente – érudit et célèbre prédicateur à la Cour - fut convaincu de luthéranisme, en 1543, il publia la Summa de doctrina Cristiana en que se contiene todo lo principal y necesario que el hombre cristiano debe saber y obrar. Dans ce texte, tout le non dit est révélateur : il ne parle ni du Purgatoire, ni des indulgences, ni du pape ; le nom d’Érasme n’est jamais prononcé. Il publia également un Catecismo Cristiano (1547), ces livres figureront dans l’Index de 1559. Lié au mouvement de Séville, il fut déclaré « protestant », luterano, eu égard à ses positions en matière de justification par la foi et de la prédestination.

24Le Docteur Egidio – de son vrai nom Juan Gil -, prédicateur de talent, avait été nommé chanoine à la cathédrale de Séville par Manrique, il fut arrêté en 1549, contraint d’abjurer en 1552, il se rétracta en partie et il mourut en 1555, accusé de luterano. On a choisi de garder le mot qui apparaît régulièrement dans les procès, car luthérien me semble plus précis et suppose une doctrine au sein des Réformateurs et non seulement une adhésion au protestantisme, terme flou désignant l’ensemble non catholique, inspirée de Luther, ou peut-être parfois aussi de Calvin.

  • 22 Ricardo Saez rappelle comment la livraison de L’Image de l’Antéchrist à un catholique de Séville v (...)
  • 23 Marcelino Menéndez Pelayo, op.cit., lib. IV, cap. IX.

25Antonio del Corro, moine hiéronymite de San Isidro del Campo à Séville a pu être taxé de « audaz e independiente calvinista » par Menéndez Pelayo ; il avait quitté Séville en 1557 avec dix autres moines pour se rendre à Genève. Ils avaient lu des bibles, et des œuvres de Luther et autres hérétiques importés par un personnage curieux, adepte de la doctrine de Calvin, un certain Julianillo22– Julián Hernández -. Il aurait transporté de Genève deux tonneaux contenant des exemplaires du Nouveau Testament traduits par le Docteur Juan Pérez de Pineda et les fit circuler dans les milieux favorables de Séville23.

26Parmi les protestants de Séville, on peut également citer Casiodoro de Reina et Cipriano de Valera, ce dernier fut un calviniste déclaré, qui avait vécu un certain temps en Allemagne et à Genève. En 1597, il publia une traduction du Catéchisme de Calvin : Institución de la religión Cristiana compuesta en cuatro libros y dividida en capítulos. Por Juan Calvino. Y ahora nuevamente traduzida en romance castellano por Cypriano de Valera. Ce livre fut édité grâce au soutien de marchands et résidents espagnols calvinistes tels que Fernando Bernuy et son épouse, Ana Carrión, Jerónimo Daza ou encore Isabel de Burgos Baena.

  • 24 24 Francisco de Enzinas, Memorias. Historia del Estado de los Países Bajos y de la religión en Esp (...)

27Francisco de Enzinas, issu d’une famille de marchands de Burgos, avait étudié à Louvain et fréquenté Melanchton. En 1540, il avait traduit le Catéchisme de Calvin avec le titre de Breve y compendiosa institución de la religión christiana escripta por el docto varón Francisco de Elao, sous le pseudonyme de Elao (qui signifie chêne en hébreu). Plusieurs centaines d’exemplaires devaient pénétrer en Espagne l’année suivante, mais l’Inquisition veillait24.

28Casiodoro de Reina avait fui Séville pour Genève, sans doute séduit dans un premier temps par Calvin, mais très vite il se détourna de Calvin et gagna Francfort, puis Londres, passant du calvinisme au luthéranisme, mais en l’occurrence, cela avait-il vraiment un sens pour ces Espagnols, refusant l’Espagne et l’Inquisition et l’Église de Rome et désireux de réformes. C’est une figure originale du « protestantisme espagnol ».

  • 25 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición en España.

29Citons encore Juan Pérez de Pineda qui était parti pour Genève en 1555 et qui avait utilisé les presses de Jean Crespin qui fournit à l’Espagne des publications réformées. Ce furent les presses essentiellement de Genève et de Francfort qui permirent la diffusion des doctrines protestantes en Espagne. Joseph Pérez cite le nom d’un libraire d’Anvers, Marcos Pérez, qui envoyait des livres de propagande calviniste dont 30000 exemplaires de l’Institution chrétienne25- en forme de dialogue. Menéndez Pelayo signale que le premier catéchisme « calviniste » en langue espagnole, sous forme de dialogue, fut imprimé en 1550 à Genève. Et pourtant l’on ne cesse de pourchasser ceux qui vendent, achètent, ou possèdent des livres hérétiques.

30La deuxième vague, la deuxième génération de la Réforme protestante, les idées de Calvin n’ont pas représenté un danger pour l’Espagne, même si des livres comme l’Institution chrétienne et le Catéchisme furent introduits depuis les Pays-Bas par des colporteurs et des marchands en relation avec les libraires. Il est possible que dans les universités, des clercs, dans certains couvents, des moines et des théologiens aient lu quelque œuvre de Calvin. Il n’est toutefois pas douteux que la lecture de la Bible et des écrits réformateurs, évangéliques, trouvait ses limites dans celle de l’alphabétisation. On ne peut parler de curiosité des gens pour les idées de Calvin, en Espagne, à l’exception de quelques individus isolés ou de petits cercles, comme on l’a fait pour Luther.

31Il est révélateur, somme toute, sinon totalement pertinent, que dans le livre déjà cité sur l’Europe protestante – il s’agit d’une Europe du Nord - on ne trouve aucune référence, aucune allusion, à ces « noyaux » de luthéranisme ou à ces tout petits groupes de « calvinistes » – ou plus modestement de partisans de Calvin – qui avaient surgi en Espagne, en dépit de la redoutable machine inquisitoriale. Ignorance ou juste appréciation du phénomène ? Rappelons que régnait en Espagne, depuis la découverte des foyers « protestants » de Valladolid et de Séville une véritable obsession, une chasse aux « protestants », à l’hérésie venue du Nord de l’Europe. Encore en 1561, on demande à Philippe II de prendre des mesures contre l’hérésie protestante dans les Pays-Bas méridionaux. Je ne pense pas toutefois qu’une autre Église, réformée celle-là, simultanée, parallèle, ait pu s’implanter durablement dans l’Espagne du roi Prudent, pays de vieille chrétienté.

Notes

1 Miguel Servet (1511-1553) avait publié dès 1531 un volume antitrinitaire : De Trinitatis erroribus. Il fut condamné à mort à la fois par le Magistrat à Genève et par l’Inquisition à Vienne.

2 Voir à ce propos Marcel Bataillon, « Honneur et Inquisition : Michel Servet poursuivi par l’Inquisition espagnole » in Bulletin Hispanique, t.XXVII (1925) et Augustin Redondo, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », in Mélanges de la Casa de Velázquez, t. I (1965), p. 157-163.

3 Marc Lienhard, Histoire du Christianisme, t.VIII, ch.III, p. 119-181.

4 Bernard Vogler, Le monde germanique et helvétique à l’époque des Réformes, 1517-1618,2 vol., Paris, 1981.

5 Marc Venard, Le temps des confessions (1530-1620-1630) in t.VIII de l’ Histoire du Christianisme, Paris, 1992 et la remarquable mise au point « Réforme, Réformation, Pré-Réforme, Contre-Réforme…, Étude de vocabulaire chez les historiens récents de langue française », in Ph. Joutard, Historiographie de la Réforme, Neuchâtel- Paris, 1977, p. 352-367.

6 Dans L’Europe protestante, p. 31-52.

7 Hubert Jedin, Katholische Reformation oder Gegenreformation ? Ein Versuch zur Klärung der Begriffe nebst einer Jubiläumsbetrachtung über das Trienter Konzil, Lucerne, 1946.

8 Guy Bedouelle, La Réforme du catholicisme, Paris, Cerf, 2002.

9 Joël Cornette, L’affirmation de l’État absolu - 1515-1652,Paris, Hachette, 2000, 1ère éd.1992.

10 Denis Crouzet, Jean Calvin, Paris, Fayard, 2002.

11 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los Heterodoxos españoles, 8 tomes, 1947-1948.

12 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, Paris, 1937. Erasmo y España, 2 tomes, Fondo de Cultura Económica, México, 1950.

13 Boehmer, Eduard, Spanish reformers of two centuries, from 1520. Their lives and writings, 3 vol. Strasbourg – Londres, 1874-1904.

14 Augustin Redondo cite plusieurs lettres du Conseil de l’Inquisition qui montrent la peur des inquisiteurs de Barcelone de voir entrer les livres et doctrines de Calvin dans les royaumes périphériques d’Espagne : « porque como esta en lugares donde suelen tener comunicacion con francia puede se temer que se les pegue algun daño de los errores que alli ha havido ». Il s’agit des écrits réformés en général, aussi bien ceux de Luther que de Calvin.

15 John Miller, L’Europe protestante aux xvie et xviie siècles, Paris, Belin - De Boeck, 1997, p. 13-14.

16 En tout cas en France. Aujourd’hui encore, dans des villes du Quercy comme Montauban, Nègrepelisse, Bioule ou Saint Etienne de Tulmont et dans la Haute Garonne, les protestants, ce sont les calvinistes.

17 Michèle Escamilla, « Don Fernando de Valdés : profil d’un Inquisiteur Général » in Autour de l’Inquisition, Paris, Indigo - Université de Picardie, p. 132-134.

18 Alphonse Dupront, Genèses des temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, Seuil / Gallimard, 2001, p. 163.

19 Ainsi le Catéchisme de l’Église catholique fut-il publié en 1992, trente ans après le concile Vatican II.

20 Guy Bedouelle, La Réforme du catholicisme (1480-1620), p. 95.

21 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición española, p. 154.

22 Ricardo Saez rappelle comment la livraison de L’Image de l’Antéchrist à un catholique de Séville va déclencher les soupçons et la machine inquisitoriale. Cet ouvrage faisait partie des publications « hérétiques » traduites en espagnol et acheminées par Julianillo qui fut réconcilié lors du second autodafé de décembre 1560.

23 Marcelino Menéndez Pelayo, op.cit., lib. IV, cap. IX.

24 24 Francisco de Enzinas, Memorias. Historia del Estado de los Países Bajos y de la religión en España. Écrit en latin ; traduction et édition de Francisco Socas, Madrid, Ediciones Clásicas, 1992.
Joseph Pérez rappelle qu’en 1542 les inquisiteurs de Calahorra signalent une tentative d’introduire en Espagne plusieurs centaines d’exemplaires de cet ouvrage. Le texte en latin avec une traduction française est de 1543-1545. Il avait aussi publié une traduction du Nouveau Testament à Anvers.

25 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición en España.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search