Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Chapitre I. Frontières mouvantes

Texte intégral

Le moi prend conscience de lui-même au contact du non-moi.
Paul Vidal de La Blache, La France de l’Est, 1917

1État dont les limites auront été parmi les plus floues et instables d’Europe, la Pologne a connu au cours de son histoire des phases d’expansion et de contraction territoriales extrêmement violentes. Ces mouvements de grande amplitude ont conduit l’État polonais, à la suite d’une expansion médiévale fulgurante, à une superficie de 1 115 000 km2 en 1492 (sans compter les fiefs et dépendances de la Couronne), ce qui en faisait le plus grand État d’Europe, Russie incluse ; puis, à partir de 1795, à une disparition toute aussi brutale, qui perdurera 123 ans. Après la réapparition d’un État polonais au début du xxe siècle, cette instabilité s’est une nouvelle fois manifestée en 1945, avec le déplacement d’est en ouest du pays lors de l’établissement de ses frontières modernes. Cette instabilité récurrente a cependant affecté certaines frontières plus que d’autres. Par exemple, la frontière méridionale est restée relativement stable au cours de l’histoire, alors que les frontières orientales et occidentales ont connu les mouvements les plus importants.

  • 1 « Les terres polonaises ».
  • 2 « Peu de gens ont douté du fait que la géographie est le problème de l’histoire de Pologne ».

2Le rôle de la géographie physique dans la stabilité relative des différentes frontières de la Pologne apparaît tout autant impossible à nier que difficile à évaluer. Norman Davies, dans son ouvrage God’s playground, a history of Poland, s’interroge, dès les premières lignes du deuxième chapitre intitulé « The Polish Land1 », sur les interactions entre la nature et l’histoire des frontières du pays : « Few people have doubted that Poland’s geography is the villain of her history2 » (Davies, 1982, tome 1, p. 23). Nous récusons, à l’instar de Norman Davies et de la grande majorité des géographes contemporains, le concept de « frontière naturelle » qui ne résiste pas à l’épreuve de l’analyse des faits historiques. Néanmoins, nous pourrons, dans le cadre de ce premier chapitre sur la formation et l’évolution des frontières polonaises, nous interroger sur l’importance de la configuration naturelle qui intervient au sein d’un système se composant d’autres facteurs exclusivement anthropiques.

3Dans ce chapitre, la compréhension du terme « frontière », particulièrement en ce qui concerne les époques médiévales, doit se faire avec précaution. La frontière n’est alors pas celle que nous connaissons actuellement, une ligne nette séparant deux États bien délimités, mais une zone soit inhabitée (marais, lacs, forêts...), soit d’influences partagées, où les pouvoirs locaux pouvaient plus facilement s’émanciper de pouvoirs centraux ayant des difficultés à contrôler leurs marges. Le besoin de protection contre d’éventuels envahisseurs représentait souvent le meilleur frein au désir d’autonomie de ces marches. L’immensité des espaces étudiés et les densités de population largement inférieures à celles d’Europe de l’Ouest, font que cette situation s’est prolongée plus longtemps qu’en Europe de l’Ouest, le plus souvent jusqu’à la Renaissance. Ainsi, pour Jacques Ancel, la « linéarisation*» de la frontière resta longtemps une vue de l’esprit ; elle se matérialisa tard sur une carte et fut reportée sur le terrain encore plus tardivement (Ancel, 1938).

1 Piast : la construction de frontières nationales

4Nous reviendrons ici sur les premières formes qu’ont connues les frontières polonaises. À l’origine simples limites d’un domaine personnel, elles sont devenues, sous la dynastie des Piast, de véritables frontières nationales, qui se caractérisent dans les premiers temps par une grande instabilité territoriale.

1.1 Prodromes

1.1.1 Des origines légendaires ancrées dans l’imaginaire collectif

5Peu de preuves ou de témoignages historiques antérieurs au xe siècle et concernant la localisation exacte des peuples qui sont à l’origine du premier État polonais sont parvenus jusqu’à nous. En revanche, il existe sur cette période bon nombre de contes bien connus de tous les petits Polonais comme celui du chevalier Krak, ayant terrassé le dragon de Cracovie, et de sa fille Wanda, qui préféra se noyer dans la Vistule plutôt que de se marier à un Germain. Le mythe des premiers Piasts, aïeux supposés du premier roi de Pologne Mieszko, qui auraient succédé au légendaire Popiel puis fondé la capitale des Polanes*, à Gniezno, après avoir vu un couple d’aigles s’y installer (gniazdo signifie « nid » en polonais), fait également partie des légendes exaltant le patriotisme polonais et participant à la sacralisation du territoire national. En effet, les Piasts, qui règnent sur la Pologne de 964 à 1370, sont les seuls rois de lignée polonaise et à ce titre sont régulièrement invoqués au cours de l’histoire (parfois abusivement), comme symboles de l’unité nationale lorsque celle-ci semble en danger. L’histoire ancienne de la Pologne semble ainsi sujette à nombreuses controverses, notamment concernant le caractère « natif » du peuple polonais, défendu par les historiens de « l’école autochtone ».

1.1.2 Les premières populations connues

  • 3 Selon toute vraisemblance, ville à l’origine de l’actuelle Kalisz, dans l’actuelle Grande-Pologne.

6Les fouilles du site archéologique de Biskupin, non loin de Gniezno, attestent de la présence de populations de culture lusacienne (Łużyce) sur le territoire polonais (750-400 av. JC). Les recherches effectuées sur ce village lacustre fortifié, nous permettent de savoir que ces populations sont organisées militairement, connaissent l’usage du fer et ont de bons agriculteurs. Elles disparaissent brutalement vers le ive siècle avant notre ère, sans doute victimes des premières incursions des peuples nomades, en l’occurrence probablement des Scythes (Beauvois, 2004, p. 15). L’appellation « proto-slave », utilisée par certains historiens pour désigner ces peuples, apparaît inappropriée, comme nous allons le voir infra. Les premiers témoignages historiques des régions qui constituent aujourd’hui la Pologne datent de l’Empire romain, dont les armées franchissent parfois le limes* situé en Germanie. Cependant, au iie siècle, ni Tacite, ni Pline l’ancien, ni Ptolémée ne mentionnent la présence de populations « slaves » dans leurs écrits. Dans sa Géographie, Ptolémée parle de mystérieux Vendes ou Vénèdes qui ont des relations commerciales avec l’Empire à partir de la ville de Callissia3 située sur la route de l’ambre.

  • 4 Les civilisations lusaciennes ainsi que les Vendes enterraient leurs morts, alors que les slaves pr (...)

7Les récits historiques sont ensuite silencieux pendant six siècles et il nous reste de cette période, sur laquelle il est délicat de faire lumière, plus d’interrogations que d’affirmations. Certains historiens ont affirmé, plus ou moins de bonne foi, que les Polonais étaient des descendants directs de ces Vendes et des Lusaciens qui habitaient autrefois les terres aujourd’hui polonaises. Nous savons désormais avec certitude que les Slaves ne sont pas arrivés en Pologne avant la fin des grandes migrations (viie-viiie siècles). Ceux-ci avaient des coutumes cérémoniales différentes des Vendes, aisément reconnaissables pour les archéologues et ne permettant pas d’entretenir le doute sur leur proximité4 . Ainsi, bien qu’une assimilation ne puisse être écartée, tout autre lien de parenté entre les deux peuples n’est que fantasme ou spéculation (Davies, 1982, tome 1, p. 44-45). Les études linguistiques ont par ailleurs démontré que le vocabulaire slave, jusqu’au ve siècle au moins, était très limité en ce qui concerne le champ lexical maritime et que le mot « ambre » n’en faisait pas partie, rendant toute confusion impossible entre les Vendes, dont nous parle Ptolémée, et les Slaves. Le caractère autochtone du peuple polonais, défendu par de nombreux historiens polonais « romantiques », ne résiste donc pas à l’épreuve des faits historiques. Les ambiguïtés à ce sujet restent pourtant fréquentes dans les ouvrages, ce qui est symptomatique de l’importance du fait historique dans la fondation de l’identité nationale et dans le rapport au territoire.

1.1.3 Le peuplement slave

  • 5 Pluriel du slavon gród, « fortin ».

8Nous savons que les proto-Slaves sont certainement originaires des confins carpatiques du Bélarus, de l’Ukraine et de la Pologne actuels. À partir de ce foyer originel, trois grandes vagues de migrations ont eu lieu vers le nord-est, le sud-ouest et l’ouest. La troisième de ces migrations, la plus tardive, a lieu aux viie et viiie siècles et concerne les « Slaves de l’Ouest », ancêtres des Tchèques, Slovaques, Soraves, Polabes, Poméraniens et Polonais, qui se sont installés à cette époque sur les territoires actuels de la Pologne, de la République tchèque et de la Slovaquie. Ces « Slaves de l’Ouest » se sont ensuite séparés en plusieurs groupes légèrement différenciés en termes culturels et notamment linguistique. Les Slaves établis sur le territoire polonais se sont ainsi divisés en plusieurs tribus distinctes, dont la puissance peut se mesurer par le nombre de grody*5 (places fortifiées) contrôlés. Ces tribus, toutes païennes, vénèrent leurs ancêtres et vouent un culte aux forces de la nature et au soleil. Parmi les tribus les plus influentes, se trouvent les Polanes, établis entre l’Oder et la Vistule, sur le cours de la Warta, les Wislanes sur la haute Vistule, les Mazoviens sur la Vistule moyenne et le Bug, les Poméraniens sur le littoral balte entre Vistule et Oder, et les Silésiens sur la haute Oder (voir carte 5 p. 44). Toutes les zones de peuplement de ces tribus, établies le plus souvent sur des terres calcaires, de lœss ou d’alluvions, peuvent se présenter comme des clairières isolées les unes des autres par de vastes et denses forêts. C’est le défrichement de ces halliers, qui matérialisent les frontières entre ces différentes tribus, qui rend possible l’émergence d’un État les regroupant toutes (Ancel, 1938, p. 57). Toujours pour Jacques Ancel, la « Pologne » reste longtemps isolée, barricadée de ses voisins par une ceinture forestière quasiment impénétrable ; l’histoire polonaise étant « celle d’un peuple qui s’évade peu à peu de sa prison forestière » (idem, p. 58).

1.2 Les premiers Piast : l’établissement de premières frontières « polonaises »

9La « Pologne » entre dans l’histoire de l’Europe à la fin du xe siècle avec le prince polane Mieszko Ier qui, poursuivant les conquêtes de son père et de son grand-père, unifie sous sa personne une grande partie des tribus vivant sur les territoires correspondant grossièrement à la Pologne actuelle (carte 5 p. 44). Les Polanes sont donc à l’origine de l’unité de la Pologne, et de son nom, Polska en polonais, Polonia en latin. Le berceau historique de l’État polonais, le fief des Polanes, prend plus tard le nom de « Grande Pologne » pour souligner sa primauté sur la « Petite Pologne », conquise, à la fin de son règne, par Mieszko sur les Tchèques (et qui deviendra par la suite le nouveau centre de l’État polonais).

1.2.1 Mieszko : les premières frontières « étatiques »

10Le premier contact diplomatique attesté entre l’État de Mieszko et un État voisin remonte à l’an 964, date à laquelle Mieszko Ier décide de payer tribut au Saint-Empire pour préserver sa frontière occidentale, menacée au nord par les Woliniens et au sud par les margraves* Saxons. La même année, il épouse la fille du duc de Bohême, la chrétienne Dubravka, ce qui lui permet de contenir les ambitions territoriales des Tchèques, qui après avoir reconquis l’ancienne Grande Moravie, menaçaient le Sud de son État. Ces deux actions de Mieszko Ier sont révélatrices de sa politique opportuniste. Il mène celle-ci au gré d’alliances militaires ou matrimoniales, souvent peu durables, avec ses deux grands voisins, dans le but d’asseoir son indépendance politique et de protéger puis d’agrandir son territoire. Sa conversion au christianisme, inévitable depuis son assujettissement à l’Empire et son mariage avec Dubravka, relève certainement du même calcul géopolitique, à un moment où les missionnaires Saxons et Bavarois s’apprêtent à imposer le christianisme de gré ou de force au nouvel État vassal de l’Empire (Beauvois, 2004, p. 16). En choisissant, en 966, de se faire baptiser directement sous la protection de la papauté, il obtient ainsi la reconnaissance de l’Occident, en même temps qu’une indépendance spirituelle vis-à-vis de l’Empire. Deux ans plus tard, la papauté instaure dans l’État des Polanes un évêché situé à Gniezno et dépendant directement de Rome.

11Il ne faut pas chercher dans la conversion de Mieszko le souhait d’une protection militaire, compte tenu de l’éloignement de Rome et de la faiblesse de son pouvoir temporel. Il faut plutôt y voir le besoin d’inscrire « son » État dans la Christiana respublica et le monde latin, ainsi qu’une forte volonté d’indépendance spirituelle vis-à-vis de ses voisins. Cette conversion ne concerne à l’origine que les élites, les rites païens se mêlant longtemps à la nouvelle religion chrétienne. Cependant, cet évènement est fondamental pour la future société polonaise, puisqu’il inscrit de façon durable une discontinuité religieuse entre la Pologne et ses voisins. Cette discontinuité ne cesse ensuite de s’accroître au fur et à mesure des différenciations observées au sein de la chrétienté européenne. L’affirmation d’Aymeric Chauprade : « le fait religieux est une donnée importante dans l’établissement de discontinuités perceptibles sur le long terme » (Chauprade, 2003), est donc particulièrement vérifiable pour la Pologne . Ainsi, ce « particularisme romain » de la Pologne est un critère puissant et durable de distinction entre le peuple polonais et ses voisins, et pour commencer vis-à-vis des peuples germaniques intégrés à l’Empire.

  • 6 La bataille s’est déroulée le 24 juin 972 près de la localité de Cedynia, située sur la rive droite (...)

12Mieszko utilise par la suite ses talents de diplomate et de chef de guerre pour étendre le territoire des Polanes. En 972, avec l’appui des Tchèques, il repousse, à la bataille de Cedynia6, le margrave de Lusace Odo Ier. Il fixe ainsi la frontière sur l’Oder dont il s’assure également le contrôle de l’embouchure. Il conquiert ensuite la Silésie et la région de Cracovie en s’alliant avec les Saxons contre ces mêmes Tchèques (977-987). Malgré l’accroissement considérable du territoire de son État, Mieszko exerce toujours un pouvoir personnel sur l’ensemble de celui-ci, qui, de ce fait, présente une organisation fortement centralisée. Nous savons qu’un impôt est levé sur le territoire des Polanes pour entretenir l’armée de Miezsko, constituée de plus de 3 000 cavaliers et d’au moins autant de fantassins très bien entraînés pour l’époque.

Carte 5 – L’État « polonais » vers l’an 1000.

Carte 5 – L’État « polonais » vers l’an 1000.
  • 7 Les marais de Polésie, vastes zones inondées par le Bug et le Pripiat constituent alors une frontiè (...)
  • 8 Ancien nom de la ville de Brest (Brześć en polonais).

13À la mort de Mieszko Ier, en 992, l’État polonais s’étend de la Baltique aux Carpates, de l’Oder au Bug et compte environ 1 125 000 habitants, soit une densité de 4,5 hab./km2. Cette densité est certainement décroissante d’ouest en est, à en juger par celles des États voisins : 10 hab./km2 pour le Saint-Empire et 3 hab./km2 pour la Rous* de Kyiv* (Davies, 1982, tome 1, p. 51). Le dagome ludex, document rédigé en latin et conservé à Rome, destiné à faire l’inventaire des territoires de la « principauté de Gniezno » en vue de la succession de Mieszko, nous donne une idée assez précise des frontières de cet État à l’aube du premier millénaire (voir carte 5). Au nord, ces frontières « longent la mer », du golfe de Gdańsk à la baie de Poméranie. La frontière avec le Saint-Empire (ou ses marches) passe non loin de celle d’aujourd’hui, puisqu’il est précisé qu’elle est établie légèrement à l’est de la Neisse et « sur le cours de l’Oder ». près les conquêtes de la Silésie (Silésiens) et de la région de Cracovie (Wislanes), faisant autrefois partie de la grande Moravie et arrachées aux Tchèques, l’État de Mieszko s’étend approximativement jusqu’aux barrières physiques méridionales que sont les Sudètes et les Carpates et contrôle la trouée de Moravie. La frontière orientale est, en revanche, celle qui est la moins bien définie et se caractérise par une vaste zone relativement moins peuplée, constituée de terres moins hospitalières (marais7, forêts). Ces confins séparent le jeune État des Polanes de celui de la Rous de Kyiv, premier État « ruthène » fondé après la conquête de Kyiv par le prince varègue Oleg en 882. Après avoir contrôlé un temps le gród de Czerwien et la bourgade de Bierascie8, les Polanes doivent se replier 150 kilomètres environ à l’ouest du Bug, après en avoir été chassés par la Rous de Kyiv en 981. C’est à cette époque que commence l’essor de Bierascie, qui devient à la fois une forteresse et une place commerçante située aux confins de la Pologne, de la Lituanie et de la Rous de Kyiv. Cette place stratégique, au confluent du Boug et du Mukhavets, va d’ailleurs souvent changer de mains entre les xie et xive siècles.

  • 9 Formule utilisée par Jacques Ancel dans sa Géographie des frontières (1938).

14Quatre ans avant la mort de Mieszko Ier, cette frontière orientale « ondoyante9 » et mal bornée marque déjà la limite entre christianisme romain et christianisme byzantin. Le prince de Kyiv Vladimir s’est en effet converti, en 988, au christianisme d’orient, ce qui lui apporte le soutien du clergé et la protection de l’Empire grec. Au Nord, le littoral poméranien est mal contrôlé par les Polanes, qui ont laissé les Vikings danois et suédois établir plusieurs colonies entre Kołobrzeg et l’embouchure de la Vistule. L’Est de celle-ci est contrôlé par la tribu balte des Borusses, qui assure le commerce de l’ambre par la ville de Truso, important carrefour commercial. Les similitudes des frontières de la principauté de Gniezno avec celles de la Pologne moderne ont été relevées par de nombreux géopolitologues, en présentant parfois les cartes des deux États côte à côte. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce fait, mais nous pouvons tout de même préciser dès à présent qu’il ne faut pas se laisser tromper, premièrement, par l’illusion cartographique que représente une ligne-frontière aux alentours de l’an mille et, deuxièmement, par le fait que la réalité de 992 ne fut qu’une brève étape dans l’histoire des frontières polonaises, ne correspondant en aucun cas à celle observée un demi siècle plus tôt ou plus tard. À partir de sa base millénaire, l’État polonais connaît d’importants changements territoriaux, et ce, dès les premiers successeurs de Mieszko Ier.

1.2.2 Bolesław Chrobry : les premières frontières « polonaises »

15Le fils aîné de Mieszko, Bolesław, qui sera surnommé plus tard « chrobry » (le Vaillant »), lui succède et s’emploie à poursuivre la politique opportuniste de son père. Ses premières actions ont pour objectif de consolider l’État et les frontières qui lui ont été légués. Son règne marque l’inauguration de deux des directions les plus constantes des volontés d’expansion territoriales polonaises : le littoral balte et la Rous de Kyiv. Il tente, dans les premières années de son règne, de soumettre les tribus baltes borusses, en envoyant l’évêque tchèque Aldabert (Wojciech) les christianiser. L’assassinat de ce dernier marque l’échec de cette première tentative d’expansion. L’émoi provoqué dans le monde chrétien par la mort d’Aldabert et sa canonisation rapide à Gniezno renforce cependant le pouvoir interne de l’État polane. À la suite de cette canonisation, Rome instaure la capitale Gniezno en archevêché ayant autorité sur trois évêchés créés par la même occasion : celui de Cracovie pour les Wislanes, celui de Kołobrzeg pour les Poméraniens et celui de Vratislav (Wrocław) pour les Silésiens. Seul l’évêché de Poznań préserve son autonomie. La création de ces structures est une aubaine pour le prince des Polanes en vue de la cohésion de ses possessions territoriales, ceci d’autant plus que le pape lui octroie la capacité d’investir les évêques. À ce pouvoir religieux s’ajoute un pouvoir temporel renforcé avec la visite, en l’an 1000, de l’empereur Otton III, qui désire se recueillir sur la tombe de Saint-Aldabert et introniser le frère de celui-ci archevêque de Gniezno. Accueilli par Bolesław le Vaillant avec tous les honneurs, l’empereur le remercie en lui posant sa couronne sur la tête et en lui offrant la lance de Saint-Maurice, symbole du pouvoir royal. Ce geste sera ensuite interprété par certains historiens comme un couronnement officiel (Beauvois, 2004, p. 19).

16La mort d’Otton III, en 1002, et l’avènement d’Henri II à sa succession, ouvrent une nouvelle période de confrontation avec l’Empire, dont le premier enjeu sera le contrôle des marches intercalées entre les deux États, la Lusace et la région de Bautzen, jusqu’à présent sous influence impériale. De 1007 à 1018, plusieurs attaques et contre-attaques ont lieu, aboutissant en 1018 à la victoire de Bolesław et de ses alliés (la Bohême et la Rous de Kyiv) sur l’empereur. La paix de Bautzen, signée à l’issue de cette victoire, assure à Bolesław le contrôle sur la marche de Lusace. Jamais plus cette frontière ne s’étendra aussi loin vers l’ouest. Bolesław entreprend ensuite d’agrandir son territoire vers l’est, en direction de la Rous de Kyiv, avec laquelle le conflit prend rapidement une connotation religieuse, attisée par les luttes d’influences entre Byzance et Rome. Un temps maître de Kyiv (1018), Bolesław le Vaillant ne parvient à conserver que le gród de Czerwien.

17C’est sous le règne de Bolesław que l’on voit pour la première fois l’apparition écrite du mot « Pologne », sur les premières monnaies polonaises frappées peu après l’an mille et portant l’inscription Princeps Poloniae, autour du dessin d’un aigle (ibid, p. 20). Bolesław est aussi connu pour avoir jalonné le Dniepr et la Saale de pieux métalliques pour borner physiquement les territoires de ses conquêtes (Davies, 1982, tome 1, p. 66), mais il n’y avait encore à cette époque pas ou peu de frontières linéaires fixes et encore moins d’État polonais au sens moderne du terme. Cette volonté de matérialisation relevait vraisemblablement plus d’une « clôture de propriétaire que d’une limite de compétences », pour reprendre la formule de Jacques Ancel dans sa Géographie des frontières. Le contrôle des Piast est tout récent sur les Wislanes, incomplet sur les Mazoviens et incertain sur les Silésiens et les Poméraniens. Après son extension rapide, l’État de Bolesław illustre bien l’idée développée par Jean-Christophe Gay que « la frontière se caractérise en premier lieu par la faiblesse du pouvoir central sur ses marges » (Gay, 1995, p. 21). Ainsi, le pouvoir central de Bolesław devait paraître bien lointain et abstrait pour un habitant de la frontière par rapport au pouvoir plus palpable de son seigneur, celui de l’évêque local ou même parfois de l’État voisin.

  • 10 En tchèque « Těšín ».

18Culturellement, le pays et surtout ses élites, se sont fortement occidentalisés : les membres de la famille royale reçoivent une éducation occidentale et l’usage du latin se répand. Cette occidentalisation se fait aussi par la religion, grâce aux contacts directs établis avec Rome depuis le baptême de Mieszko. Elle passe également parfois par le biais de la culture tchèque comme avec les exemples de Dubravka et Aldabert, si bien qu’il est à l’époque difficile de distinguer au sein de la culture slave-occidentale des différences importantes entre Tchèques et Polonais. La proximité entre les deux cultures est la plus grande en Silésie, qui forge alors son identité sur sa mixité polono-tchèque, à l’image de la ville de Cieszyn10, fondée dans le courant du xe siècle. La Pologne des origines est donc religieusement, démographiquement et politiquement, très ancrée à l’Ouest.

19En ne parvenant pas à léguer son État à un seul de ses fils, comme il le souhaitait, Bolesław entraîne, après sa mort en 1025, le début de longues querelles dynastiques et l’émiettement du Royaume polonais. Cette époque coïncide également avec les prémisses d’un mouvement qui allait s’affirmer comme durable et très puissant : la poussée germanique vers l’est, décrite par certains historiens comme le fait géopolitique majeur du deuxième millénaire en Europe centrale.

1.3 Origines et premières manifestations de la poussée vers l’est

1.3.1 La période de « démembrement territorial* »

20La « poussée vers l’est » est souvent exprimée dans sa version allemande Drang nach Osten, car c’est un mouvement aux origines avant tout germaniques. Cependant, elle désigne autant la pression germanique sur la Poméranie, la Prusse et la Livonie, que celle des Polonais et des Lituaniens vers l’Ukraine et celle des Russes vers la Sibérie dans une vaste et durable mécanique de mouvements en chaîne, dont les liens de causes à effets sont assez bien attestés par les historiens. En Pologne, ce phénomène se caractérise dans un premier temps par la reconquête, lors du xie siècle, des marches impériales situées à l’ouest de l’Oder et de la Neisse par les princes germaniques. Cette pression sur la frontière est l’une des causes d’un autre évènement géopolitique majeur du Moyen Âge polonais : le déplacement, en 1038, de la capitale de Gniezno à Cracovie, qui suit et accélère à la fois le tropisme oriental de l’État polonais.

21À la fin du xie siècle, la désagrégation du pouvoir entraîne une réaction païenne dans tout le pays et marque un affaiblissement du pouvoir central dans certaines régions, notamment en Silésie et en Poméranie. Cette dernière devient au xiie siècle un enjeu entre les missions chrétiennes polonaises, saxonnes et danoises pour sa christianisation. C’est finalement l’empereur Lothaire III qui tire parti de la situation, en imposant au pouvoir polonais de Bolesław III, en pleine déliquescence, que la Poméranie devienne fief de l’Empire (1135). Bolesław III prend soin, avant sa mort, de partager son territoire au profit de quatre de ses cinq fils, l’aîné recevant la plus grande partie du territoire, composée de la Silésie et de la Petite Pologne, ainsi que le titre de prince. Il favorise ainsi l’émiettement du pouvoir et ravive les querelles de succession. Sa mort, en 1138, marque la fin de l’unité du Royaume des Piast, pour une période de près de deux siècles de « démembrement » des territoires polonais, pendant laquelle les particularismes régionaux vont s’affirmer.

  • 11 Dont le nom signifie littéralement « contre les forêts ».
  • 12 Appelé Conrad Ier de Mazovie (en polonais Konrad I Mazowiecki).

22Après les conflits et les échecs successifs des quatre premiers fils de Bolesław III pour prendre le pouvoir, c’est finalement le cinquième, Kazimierz II, qui s’en empare, en 1177, et tente de restaurer l’unité de l’État en imposant l’hérédité du trône. Il parvient pour quelque temps à rétablir un pouvoir central suffisamment fort pour avoir des visées au-delà de ses frontières, principalement en prenant part à l’avancée catholique vers l’est. Il soumet d’abord les Yatvègues, tribu balte païenne, puis encourage la colonisation de cette région-frontière qui deviendra plus tard la Podlasie11. À l’est, il prend les principautés ruthènes orthodoxes de Brześć, Włodimierz, Belz et Halicz, marches de la Rous de Kyiv en déclin. La mort de Kazimierz II, en 1194, relance les luttes intestines, car son fils Leszek est trop jeune pour régner. Finalement, Leszek « Biały » (Le Blanc ») met huit ans avant d’accéder au pouvoir, mais sous la tutelle de Rome et des grands. Il passe ensuite une grande partie de son règne dans des luttes internes contre les Piasts de Grande Pologne, de Poméranie et de Silésie qui revendiquent le trône. Le frère de Leszek, Conrad12, se voit confier la Mazovie et est aux prises sur ses frontières septentrionales avec les tribus païennes Borusses qu’il tente de soumettre en les christianisant.

1.3.2 L’appel aux Krzyżacy*

  • 13 Le nom complet de l’ordre est « Ordre de la maison des chevaliers de l’hôpital de Sainte Marie des (...)

23En 1226, Conrad de Mazovie est à l’origine d’une action que de nombreux historiens polonais qualifieront de funeste pour l’intégrité du pays pour les siècles à venir. En leur promettant la région de Chełmno, il invite les chevaliers teutoniques à venir christianiser les Borusses, qu’il peine à soumettre. En 1226, l’Ordre teutonique13, créé à la suite de la chute de Jérusalem en 1187 et rentré en Europe sans terres après l’échec de la troisième croisade, est une organisation croisée sans État, qui monnaye ses services pour évangéliser les païens avec l’espoir d’obtenir des terres pour fonder un État indépendant. Un an auparavant, l’Ordre venait d’être expulsé de Hongrie par le roi André II (qui avait fait appel à lui en 1211 pour christianiser les Coumans), à la suite de la revendication — pourtant soutenue par le pape — de créer un État teutonique sur le territoire hongrois (Bogdan, 1995, p. 96). Le grand maître de l’Ordre, Herman von Salza, accepte, en 1226, la proposition de Conrad de Mazovie, après avoir fait reconnaître par le pape et l’empereur les promesses de dons qu’il avait reçues du prince polonais. À l’insu de ce dernier, le grand maître a même négocié avec l’empereur Frédéric II, une de ses proches connaissances, l’obtention du titre de prince d’Empire en récompense de la soumission des Borusses (Beauvois, 2004, p. 30).

  • 14 « Kulm » est la forme allemande de « Chełmno ».
  • 15 Les Borusses sont aussi appelés « Prussiens », ou « Vieux-Prussiens » par certains auteurs.
  • 16 La Prusse, puis l’Allemagne à partir de 1871.

24Selon les termes de cet accord, Conrad de Mazovie concède aux chevaliers teutoniques « le pays de Kulm14 (Kulmerland), c’est-à-dire un territoire de quelque 3 000 km2 situé dans la basse vallée de la Vistule, ainsi que les autres territoires qui seraient conquis sur les Prussiens15 » (Bogdan, 1995, p. 98). Les raisons exactes de cette action longtemps maudite par les rois polonais sont encore troubles. Il semble que Conrad était en grande difficulté militaire contre les Borusses, mais peut-être moins qu’il le prétendait pour avoir pu faire accepter son appel aux chevaliers germaniques. Il est possible également qu’il ait voulu faire contrepoids aux abbés cisterciens qu’il avait lui-même encouragés à aller évangéliser la Prusse, lorsqu’il s’aperçut que ceux-ci avaient pour intention d’y fonder un État épiscopal indépendant de la Pologne. Il semble en tout cas qu’il n’ait absolument pas mesuré les conséquences géopolitiques à long terme d’un tel acte. Conrad de Mazovie a ainsi initié l’installation d’un puissant État rival, à l’origine de nombreux conflits frontaliers qui opposeront plus tard la Pologne et l’Allemagne. L’État continuateur de l’Ordre teutonique16 revendiquera toujours les terres promises par le duc polonais, en raison de leur conquête aux dépens de tribus païennes rivales de la Couronne polonaise.

25Dès 1231, les chevaliers teutoniques s’installent sur la terre de Chełmno, sur la rive droite de la Vistule, où ils fondent la ville de Thorn (Toruń). Cette première ville nouvelle est bâtie selon un modèle germanique en damier, autour d’un espace central où se trouvent la place du marché, l’église et l’hôtel de ville, et est entourée de remparts. Elle sert de modèle aux fondations ultérieures, comme Kulm (fondée en 1232, en polonais Chełmno), Marienwerder (1233, Kwidzyn), Elbing (1237, Elbląg), Braunsberg (1240, Braniewo), Heilsberg (1240, Lidzbark Warmiński), Marienburg (1274, Malbork) ou Königsberg (1286, l’actuelle Kaliningrad), pour ne citer que les plus importantes. L’ambition territoriale des chevaliers teutoniques et leur bellicisme, sous couvert de missions évangélisatrices, ayant la bénédiction de la papauté, leur permettent de coloniser une grande partie de la Poméranie et de la Mazurie, puis de continuer à repousser leur frontière plus à l’est.

  • 17 Entre les ixe et xie siècles, la population de l’Empire connaît une des plus fortes croissances dém (...)

26Au fur et à mesure de l’avancée de la croisade contre les Borusses, l’Ordre distribue les terres au profit des grands et des princes (dont quelques Polonais) qui se sont illustrés sur le champ de bataille. Ceux-ci font venir du nord de l’Empire des colons fermiers pour les mettre en valeur et en tirer une rente. Cette colonisation germanique, principalement d’origine allemande, mais aussi hollandaise et flamande, entraîne des changements profonds et durables dans ces territoires. Les colons sont motivés d’une part par la pression démographique et foncière qui sévit dans le Nord de l’Empire17, et d’autre part par un système de tenure beaucoup plus avantageux. Arrivant avec une main-d’œuvre nombreuse, ils organisent le défrichement, l’assèchement et la mise en culture des terres, grâce à leur technique et leur puissance de travail. Cette colonisation permet d’augmenter à la fois la surface totale cultivée et les rendements agricoles. C’est de cette période que datent de nombreux toponymes germaniques de Poméranie et de Prusse, mais aussi de toutes les autres régions polonaises, concernées à des degrés moindres par cette colonisation.

27C’est en milieu urbain que cette colonisation est la plus visible : « les villes, où l’afflux germanique fut plus considérable encore et où les usages concernant les foires, les échanges et l’artisanat reprenaient en grande partie ceux en vigueur à Magdebourg » (Beauvois, 2004, p. 30). Ce droit allemand dit « de Magdebourg » s’impose à Wrocław (1243), Poznań (1253) puis Cracovie (1257), malgré les tentatives de blocage des féodaux locaux polonais. En conséquence, ces trois villes slaves attirent de nombreux bourgeois et marchands allemands, puis commencent à se tourner vers le commerce international ; elles sont bientôt également connues sous leurs noms allemands de Breslau, Posen et Krakau. Dans les premiers temps, chacune des deux parties trouve un avantage, notamment économique, à cette colonisation et la cohabitation entre Germains et Polonais permet même à une « double culture germano-polonaise » de voir le jour, notamment dans le monde religieux (ibid., p. 31).

28Au cours du xiiie siècle, les divisions internes empirent après la mort de Leszek le Blanc en 1227 : les descendants des Piasts deviennent des seigneurs rivaux qui contribuent successivement à la déliquescence du pouvoir central. Leurs possessions (notamment Grande-Pologne, Petite-Pologne, Mazovie, Silésie) s’affirment comme des forces centrifuges grandissantes, revendiquant tour à tour leur emprise sur le Royaume. Pendant cette période d’émiettement féodal, seule l’Église, autour de l’archevêché de Gniezno, contribue encore à préserver l’unité d’un territoire « polonais ». Ce démembrement territorial profite à une nouvelle classe bourgeoise et urbaine, souvent d’origine allemande, qui tire profit de l’instauration du droit allemand dans la plupart des grandes villes. Il profite également aux États voisins hongrois et tchèque qui renforcent leur propre puissance, en traitant diplomatiquement avec un voisin affaibli et divisé. À l’est, Yatvègues et Lituaniens mènent des raids de plus en plus à l’intérieur des territoires polonais. Au nord, la croissance de l’Ordre teutonique, qui incorpore celui des Cisterciens en 1235 et celui des Porte-Glaive en 1237, devient une menace pour les princes polonais. Un État de Prusse, germanisé cette fois, s’étend très rapidement de l’embouchure de l’Oder à celle de la Dvina. Cependant, ce nouvel État ne jouit pas d’une continuité territoriale, du fait de sa construction émanant de conquêtes de diverses poches de résistance païennes et de l’incorporation d’autres ordres. Ainsi Gdańsk et l’embouchure de la Vistule, sous le contrôle du royaume de Pologne et le territoire du grand-duché de Lituanie, qui résiste à la colonisation teutonique, empêchent la continuité du territoire de ce jeune État.

1.3.3 Le début des conflits avec l’Ordre teutonique

29Le premier conflit ouvert avec l’Ordre éclate moins d’un siècle après l’appel de Conrad de Mazovie, à Gdańsk, en 1308. Cette année-là, le magistrat polonais de la ville fait une nouvelle fois appel aux Chevaliers pour mater une rébellion poméranienne soutenue par Valdemar, margrave du Brandebourg. Les chevaliers teutoniques, après avoir écrasé la révolte des Poméraniens, chassent le margrave du Brandebourg de Gdańsk en l’achetant et s’emparent de la ville, massacrant au passage de nombreux habitants polonais (Davies, 1982, tome 1, p. 91). À la suite de ce coup de force, les chevaliers étendent leur emprise sur une grande partie de la Poméranie. Un an plus tard, le grand maître de l’Ordre installe sa résidence à Marienburg, à 50 km au sud-est de Gdańsk, sur la rive droite du Nogat, affluent de la Vistule. Cette place stratégique pour le contrôle de Gdańsk devient l’une des plus grandes forteresses d’Europe et la capitale de l’Ordre, qui règne sans partage sur Gdańsk et la Poméranie pendant plus d’un siècle et demi. Le contrôle de la Poméranie permet en outre à l’Ordre de réaliser la jonction entre ses territoires de Prusse occidentale et orientale. Pendant cette période, Gdańsk est colonisée par des populations germaniques et devient, sous le nom de Danzig, le centre névralgique du commerce teutonique. À la suite de cette conquête et de sa colonisation, la ville et sa région deviennent l’objet de conflits récurrents entre la Pologne et l’État teutonique (puis ses continuateurs).

30C’est sur la base de l’intérêt commun à contenir les visées expansionnistes de l’Ordre teutonique sur le territoire de leurs États, que s’opèrera, à partir du xive siècle, le rapprochement entre le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie, d’autant que ces deux États font également face à la menace mongole à l’est (raids en 1259 et 1287). Ces menaces extérieures contribuent, dans un premier temps, à éveiller la conscience nationale et à rétablir l’unité politique sous les derniers Piast, notamment avec les longs règnes de Władysław le Bref (1306-1333) puis de Kazimierz le Grand (1333-1370).

1.3.4 L’essor de Francfort-sur-l’Oder

  • 18 Le nom de la ville serait formé à partir des mots « Franken », du nom des marchands Francs s’y étan (...)

31L’apparition d’une agglomération sur la rive occidentale du site de Francfort-sur-l’Oder remonte aux environs de 1226 lorsqu’un marché, puis une église, sont créés sous l’impulsion de commerçants « Francs » (Kilian, Knefelkamp, 2003). Le site, à l’endroit d’un gué, en aval de la confluence de la Neisse et de l’Oder18, est choisi pour sa situation commerciale stratégique, sur les confins de la marche de Brandebourg avec le royaume de Pologne. En 1253, le Margrave Jean 1er de Brandebourg octroie à Francfort les droits urbains. Une colonie établie sur la rive orientale de l’Oder est alors mentionnée sous le nom d’origine slave de Zliwitz. Le premier pont reliant les deux rives est construit aux alentours de l’an 1300 (ibid.), alors que la frontière se déplace progressivement vers l’est sous la pression du Drang nach Osten. Francfort tire ensuite rapidement parti de sa situation sur le fleuve, qui devient un axe majeur de son essor. La ville devient un carrefour commercial important entre la mer Baltique et les pays germaniques et slaves.

1.4 Les derniers Piast : la naissance du sentiment national polonais

1.4.1 Langue et religion, vecteurs d’une identité collective

  • 19 Celui-ci, de la dynastie des Piast, meurt dans cette bataille.

32Au cours de la période de démembrement territorial, les descendants des Piast, quels que soient leur rang et leurs possessions, se proclamaient tous « de Pologne », signifiant ainsi leur appartenance à un territoire commun. Ce territoire polonais unifié n’a en effet jamais disparu au Moyen Âge grâce à l’archevêché de Gniezno, qui continue de réunir auprès de Rome l’ensemble des terres polonaises qu’il organise, depuis 1279, en paroisses. Depuis la bataille de Legnica (1241), remportée par Henri le Pieux19 contre les Tatars, l’Église polonaise sublime le mythe d’une Pologne qui s’érige en rempart de la chrétienté. C’est également autour de l’archevêché de Gniezno que s’affirme un sentiment national polonais, autour de la religion chrétienne bien sûr, mais également de la langue polonaise, grâce notamment à l’archevêque Jacub Świnka (Beauvois, 2004, p. 35). Celui-ci impose dans l’ensemble de l’archevêché, qu’il dirige de 1283 à 1314, l’usage exclusif du polonais, au détriment du latin, du tchèque et surtout de l’allemand, et ce à la fois pour la prédication et l’enseignement. À partir de cette époque, la langue polonaise devient étroitement associée à l’idée de sentiment national polonais.

33Suite à près de deux siècles de luttes intestines et d’occasions manquées, c’est finalement sous Władysław le Bref que se réunifie le royaume de Pologne. Władysław réussit, à la suite de nombreuses tentatives, à devenir duc de Cracovie, en 1306. Un an après la perte de la Poméranie, il parvient, en 1309, avec autant de persévérance, à réunir la Petite Pologne et la Grande Pologne. Cette réunification s’opère à la faveur de la lutte pour la succession du prince de Grande Pologne Henri de Glogau, décédé en 1309, et grâce au soutien de l’archevêque Świnka et de la petite noblesse, qui luttent avec lui contre les cinq jeunes héritiers du prince de Grande Pologne, soutenus quant à eux par la bourgeoisie urbaine. La lutte entre ces héritiers et Władysław prend alors des allures de conflit d’intérêts entre petite noblesse polonaise pauvre et bourgeoisie urbaine fortunée sous influence allemande. À la suite de la victoire de Władysław, la noblesse polonaise prend, sous son règne et celui de son successeur Kazimierz le Grand, le pas sur la bourgeoisie en tant que classe liée au pouvoir. Władysław le Bref parvient, après le rattachement de la Grande Pologne en 1314, à réunifier tous les territoires polonais sous la couronne royale, à l’exception de la Poméranie et de la Cujavie.

  • 20 « Lentilles, roue, moudre, moulin ».

34Le dynamisme allemand, à travers la réussite de sa bourgeoisie et l’implantation de la langue allemande dans le commerce, l’Église et les cours, suscite dans tout le Royaume la méfiance, puis une réaction de rejet de la part des Polonais, exacerbée il convient de le dire, par la culture allemande de l’Ordre teutonique voisin. La cohabitation pacifique entre Polonais et Allemands prend fin en 1311 avec la révolte de la bourgeoisie allemande de Cracovie (menée par le maire Albert et l’évêque Muskata) ayant pour but de renverser Władysław le Bref. La répression de cette révolte fait apparaître les premiers signes d’un chauvinisme polonais : « tout suspect qui pouvait répéter et prononcer correctement “soczewica, koło, miele, młyn20” était jugé loyal ; ceux qui échouaient jugés coupables » (Davies, 1982, tome 1, p. 94). L’emploi d’un vocable désignant la nationalité des insurgés est révélateur de la volonté du pouvoir d’exalter un nationalisme polonais. Les « Tchèques », soupçonnés de collaboration avec la bourgeoisie « allemande » pendant la révolte, sont pour la première fois appelés « étrangers » ou « ennemis du peuple polonais » (ibid.). Grands gagnants de cette opposition, la petite noblesse et les chevaliers ayant donné leur soutien au roi sont largement récompensés en terres et en espèces. Le couronnement de Władysław le Bref en 1320, sous la bénédiction du pape, entérine la réunification du royaume de Pologne. En 1333, sa succession, au bénéfice de son fils Kazimierz III Wielki (Casimir le Grand), âgé de 23 ans et ne souffrant d’aucune contestation, rend possible la continuité et le renforcement des institutions politiques polonaises.

1.4.2 L’émergence d’un État-nation

35Sur le plan de la politique extérieure, Kazimierz III se révèle être un habile diplomate, capable de faire, dans les premières années de son règne, des concessions mesurées lui permettant d’asseoir sa puissance et de nouer des alliances profitables. Au titre de ces concessions, Casimir renonce, en 1335, à toute la Silésie (paix de Višegrad), qui passe sous l’autorité des rois de Bohême. En commençant par faire la paix sur ses frontières, il peut mener une ambitieuse politique de restructuration interne de l’État polonais, avec pour objectif l’unification politique et juridique du Royaume. Il renforce l’emprise du pouvoir central sur des territoires jusqu’alors dans son orbite mais mal intégrés, comme la Mazovie (1351) ou le duché de Chełm (1366). De nombreuses villes nouvelles sont créées sous son règne ; beaucoup d’autres, à l’exemple de Cracovie, sont rénovées, entourées de remparts, dotées de marchés couverts et adoptent le droit de Magdebourg. Pour ne pas être tributaire de cette forme de loi importée, il crée dans la capitale une cour d’appel destinée à s’y substituer pour les conflits urbains. À partir de 1347, Kazimierz va plus loin et entreprend la publication du corpus de toutes les lois existant dans le Royaume, sous la forme de deux textes juridiques fondamentaux (les « statuts » de Piotrków pour la Grande Pologne et de Wiślica pour la Petite Pologne). L’objectif de cette codification, si elle reconnaît formellement la dualité du Royaume, est en fait de l’unifier juridiquement. Ces lois fondamentales sont la base juridique en Pologne pour les quatre siècles à venir. Ces statuts confèrent à la petite noblesse un rôle plus important, au détriment de la bourgeoisie. Les chevaliers et la petite noblesse sont mis sur un pied d’égalité juridique pour former une nouvelle noblesse unifiée, la szlachta*. Celle-ci est fortement liée au roi, car elle lui doit service armé à l’intérieur des frontières du Royaume en échange d’importants privilèges. Elle devient de fait un des piliers de l’État polonais. En 1364, deux ans après l’achèvement des deux statuts de Kazimierz, Cracovie se dote de la première université polonaise, où des spécialistes de droit sont formés pour les faire appliquer. Toutes ces réalisations permettent à l’État et sa capitale d’obtenir un rayonnement culturel important dans toute l’Europe et au commerce de prospérer. C’est à cette période que la première grande immigration de Juifs vers la Pologne a lieu, principalement en provenance d’Allemagne. Ceux-ci contribuent au développement du commerce et sont à l’origine de la création de nombreuses villes comme celle de Kazimierz, juste en dehors des murs de Cracovie.

36Malgré de nombreuses tentatives de rapprochement avec le grand-duché de Lituanie en vue d’une alliance contre les Teutoniques, les négociations échouent à chaque fois à cause de la rivalité au sujet de la Ruthénie ou du refus de l’abandon du paganisme en Lituanie. Kazimierz parvint dans les dernières années de son règne à soustraire la Ruthénie rouge (Przemyśl, Halicz et Lwów) à l’influence lituanienne (1366). C’est la première extension véritable de la Pologne en direction de terres exclusivement non polonaises. Le contrôle de cette région et de la ville de Lwów, en plein développement, lui permet d’ouvrir de nouvelles routes commerciales vers la mer Noire.

  • 21 Le powiat est une circonscription territoriale déconcentrée qui a vu le jour au xive siècle, à la t (...)

37À la veille de sa mort (1370), Casimir le Grand règne sur un Royaume aux frontières bien définies et solidement défendues par un réseau de places fortifiées. Son territoire, organisé en powiats21, est bien contrôlé par un pouvoir central renforcé. Sur le plan territorial, les frontières ont été consolidées à l’ouest au prix de concessions au début du règne et dans un deuxième temps étendues en direction du sud-est. L’État polonais est une des grandes puissances diplomatiques et militaire d’Europe, dont le fonctionnement politique est pour une part importante calqué sur les grandes monarchies d’Europe de l’Ouest. Tout comme la France, la Pologne est alors une monarchie se voulant État-nation, qui connaît le même système successoral et où le pouvoir central cherche à étendre ses prérogatives sur l’ensemble des territoires dont il assure la défense. À la suite de l’extinction de la dynastie des Piasts, la Pologne devient, jusqu’en 1795, un État au fonctionnement original, tant par la composition de son territoire et de sa population que par son fonctionnement politique.

Carte 6 – La Pologne de Casimir le Grand (1370).

Carte 6 – La Pologne de Casimir le Grand (1370).
  • 22 En polonais Jagiełło, en lituanien Jagajlo.

38Casimir aura réussi presque tout ce qu’il avait entrepris durant son long règne, mais son principal échec est de n’avoir pu assurer sa succession. En effet, malgré plusieurs mariages, le dernier roi de la dynastie des Piast ne laisse à sa mort aucun fils légitime en position de lui succéder. Conformément à l’accord de Buda (1355) mais contre l’avis de la chancellerie polonaise, Louis Ier d’Anjou, roi de Hongrie, hérite de la couronne de Pologne avec la bienveillance du pape Urbain V. Malgré son élection au titre de « roi de Pologne », il est plus réaliste historiquement d’écrire que le Royaume est incorporé à son domaine personnel. Hormis pour son couronnement, il ne réside jamais en Pologne et confie la régence à sa mère Élisabeth (fille de Władysław le Bref) ; puis à la mort de celle-ci, en 1380, à un conseil de régence présidé par l’évêque de Cracovie. Cette régence permet de continuer le développement économique en Pologne : elle profite avant tout aux villes. Les conséquences de ce règne distant sur la structure politique sont la confirmation et le renforcement des pouvoirs de la noblesse et du clergé dans l’échiquier politique du Royaume. Sans héritier mâle, Louis de Hongrie tente de convaincre avant sa mort les représentants de la noblesse, des villes et du clergé de prendre une de ses trois filles comme reine. Il y parvient finalement, au prix de larges concessions qui voient la noblesse et le clergé quasiment déchargés de tout impôt. À la mort du roi en 1382, le conseil de régence et notamment la noblesse de Petite Pologne imposent la benjamine, Jadwiga, alors âgée de 11 ans. Bien que déjà promise à un Habsbourg, ils proposent le 14 août 1385 à Krewo, sa main à Jagellon22, grand-duc de Lituanie, dans le cadre d’un accord permanent d’union entre les deux États.

2 Jagiełło : le tropisme lituanien

39Nous allons nous pencher ici sur le rapprochement géopolitique original conclu entre la Pologne et la Lituanie pour faire face aux menaces communes des deux États. Impliquant un fonctionnement politique inédit, cette union prend, petit à petit, la forme d’une domination politique et culturelle de la Pologne sur la Lituanie. Avec la progression de ce nouvel État vers la Ruthénie, les frontières étatiques s’apparentent progressivement à des frontières coloniales.

2.1 Un mariage de raison

2.1.1 Une union militaire

40Géopolitiquement, l’alliance entre les deux États, depuis longtemps envisagée mais sans cesse repoussée, apparaît comme une évidence au vu des synergies que la Pologne et la Lituanie peuvent en tirer. Militairement, les deux États peuvent grâce à cette alliance espérer prendre le dessus sur leur voisin teutonique. Économiquement, leur rapprochement permet de contrôler dans leur totalité les routes commerciales reliant la Baltique à la mer Noire. Pour la Pologne, l’alliance permet également l’arrêt immédiat des incursions lituaniennes dans l’Est de son territoire. La conversion de Jagellon et de tous ses sujets renforce le rôle religieux de l’État polonais en Europe orientale et fait perdre sa raison d’être à l’État teutonique. Pour la Lituanie, la conversion au christianisme est devenue inévitable à court terme et cette solution apparaît comme la moins regrettable. L’alliance permet également à l’État lituanien de s’occidentaliser et ainsi de se démarquer d’une pression orthodoxe de plus en plus forte à l’est.

  • 23 Le terme latin employé dans le document signé, « applicare », pouvait se traduire à la fois par « r (...)

41L’accord de Krewo, préparé par la noblesse polonaise, prévoit, outre l’union dynastique et militaire, la conversion de Jagajlo ainsi que celle de tous ses fidèles encore païens à la religion catholique, son couronnement en tant que roi de Pologne, la libération de tous les prisonniers chrétiens détenus par les Lituaniens et l’union (ou l’incorporation23) « perpétuelle » des terres de Lituanie et de Pologne sous la souveraineté des lois de la Pologne. Le sacre d’un roi étranger présente aussi pour la noblesse l’avantage de garantir sa propre émancipation. L’alliance se concrétise en 1386 avec la conversion de celui qu’on appelle désormais Jagiełło, son mariage avec Jadwiga, son élection par la noblesse à Lublin puis son couronnement sous le nom de Władysław Jagellon à Cracovie. Son règne inaugure l’avènement de la dynastie des Jagellons ainsi que le début d’une lente et difficile union entre deux États encore très différents dans leur fonctionnement et leur culture. Le Grand-duché ne compte plus à ce moment qu’une portion infime de culture « lituanienne » ; les éléments blanc-ruthènes et ruthènes y sont largement dominants, le vieux-ruthène étant utilisée comme langue d’usage du peuple et des boyards*.

2.1.2 Le reflux de l’Ordre teutonique

  • 24 Côté allemand avaient participé à la bataille de nombreux chevaliers venus de tout l’Empire et de l (...)
  • 25 Après la bataille « c’est Hindenburg qui insistera auprès de Guillaume II, chef de la maison de Hoh (...)

42La constitution d’un ensemble polono-lituanien impose, par son importance territoriale et militaire, le respect des États voisins, à l’exception des Teutoniques. Ceux-ci redoublent en effet leurs efforts en direction de la Lituanie, en contestant la sincérité de la conversion des sujets lituaniens. La confrontation entre les deux forces donne lieu, en 1410, à une des plus grandes batailles médiévales, près de Grünwald, qui marque avec éclat la fin de la suprématie des Teutoniques dans la région. En Allemagne, elle reste connue sous le nom de « bataille de Tannenberg », en référence à l’endroit où les Chevaliers avaient établi leurs quartiers. Cette bataille marque profondément les mémoires collectives polonaise et allemande, et plus généralement slave et germanique. D’un côté, la bataille de Grünwald appartient aux mythes fondateurs de l’unité nationale polonaise, de l’autre, la bataille de Tannenberg marque la défaite du monde germain contre les peuples coalisés par les Slaves24. L’affront subi par les Allemands à cette bataille restera longtemps ancré dans les mémoires, si bien qu’il fera l’objet, cinq siècles plus tard, d’une tentative de revanche sur l’histoire de la part de Paul Von Hindenburg. Celui-ci, après sa victoire sur les Russes près de Hohenstein25, fera appeler la bataille qu’il vient de remporter « la seconde bataille de Tannenberg ».

  • 26 La Samogitie est, à la suite du traité de Thorn, confiée en viager à Wiltold, qui l’assurera défini (...)

43La retentissante bataille de Grünwald, après l’échec du siège de Marienburg, débouche finalement sur un traité de paix (traité de Thorn, signé en 1411) qui n’octroie que de maigres avancées pour les Polono-Lituaniens. Les frontières sont confirmées, le commerce sur la Vistule assuré et la Samogitie* revient temporairement aux Lituaniens (confiée en viager à Wiltold26). Cependant, elle renforce la conviction des peuples polonais et lituaniens du bien-fondé de leur alliance et pousse les deux États à l’approfondir. En 1413, l’alliance entre la Pologne et la Lituanie est renforcée par les accords de Horodło (sur le Bug), qui rapprochent les noblesses des deux pays : des assemblées communes se tiennent désormais pour les questions concernant les deux pays et pour l’élection du grand-duc. Le statu quo frontalier avec l’Ordre teutonique perdure jusqu’en 1454, date de la révolte d’une partie de la population de Danzig, Thorn et Elbing contre celui-ci. La révolte est appuyée par la Ligue prussienne*, créée en 1440 par des villes et des nobles de Prusse pour influer sur l’administration de l’État, qui demande la protection du roi Casimir IV Jagellon.

44Ce mouvement et le soutien de Casimir conduisent à la guerre de Treize ans entre l’Ordre teutonique et le Royaume polono-lituanien (1454-1466). Le conflit tourne très vite à l’avantage du Royaume qui occupe rapidement Thorn puis Marienburg en 1457, forçant le grand-maître à s’installer à Königsberg. Le conflit est réglé le 19 octobre 1466, par la médiation du pape, qui aboutit au deuxième traité de Thorn. Celui-ci est beaucoup plus défavorable aux Teutoniques : leur État est découpé en trois, les trois parties passant toutes, à des degrés différents, sous tutelle polonaise. La partie occidentale de la Prusse (comprenant la Poméranie de Danzig, la région de Kulm, Marienburg, Elbing et la Varmie) est incorporée au Royaume en tant que province autonome de « Prusse royale ». La partie orientale de la Prusse (avec Königsberg comme nouvelle capitale) reste sous l’autorité de l’ordre mais devient fief de la couronne polonaise. La Livonie reste, quant à elle, placée sous l’autorité de l’ordre de Livonie, sous la dépendance de l’Ordre teutonique. Le second traité de Thorn marque le début du déclin de l’Ordre teutonique et reste connu dans les mémoires allemandes comme un arbitrage injuste. Cette cruelle « partition* de la Prusse » sera plus tard invoquée par Frédéric II de Prusse lorsqu’il préparera le premier partage de la Pologne, en 1772. Sur le plan territorial, le second traité de Thorn permet à la Pologne de s’assurer durablement un débouché vers la Baltique et de contrôler l’ensemble du cours de la Vistule, qui devient un axe majeur de l’État polono-lituanien. Ce règlement, laissant sous domination germanique les terres orientales de l’État teutonique, et assurant à la Pologne une façade maritime avec Gdańsk et sa région, supprime la continuité des territoires germaniques sur les rives de la Baltique. Cette nouvelle configuration territoriale sera source de conflits récurrents entre la Pologne et la Prusse (puis l’Allemagne).

45À l’est, l’alliance polono-lituanienne se traduit par une expansion territoriale rapide, l’État jagellonien monopolisant désormais le rôle évangélisateur des Teutoniques. La Lituanie occupe, vers 1403, l’embouchure du Dniepr et la Pologne crée, en 1430, grâce à ses nouvelles conquêtes, la Voïvodie de Podolie de Kamieniec. En 1453, la prise de Constantinople par les Turcs renforce le rôle religieux de l’alliance polono-lituanienne en tant que premier rempart de la chrétienté en Europe.

2.2 La « République des nobles »

  • 27 À la mort de Casimir, le trône de Pologne revient à l’un de ses fils, Jean Ier, et le titre de gran (...)
  • 28 Les trois organes de la diète sont alors la chambre des députés, le sénat et le roi.
  • 29 À l’exception des lois concernant uniquement les paysans, villes, mines, domaines en possession de (...)

46À partir de la fin du xve siècle, la Lituanie puis la Pologne sont menacées à l’est par l’émergence d’une nouvelle grande puissance européenne : la Moscovie d’Ivan III le Grand, marié depuis 1472 avec Sophie Paléologue, nièce du dernier empereur byzantin. Cette union légitime le titre de tsar que se donne Ivan le Grand depuis la chute de Constantinople et confère à Moscou celui, honorifique, de « troisième Rome ». Cet évènement ancre définitivement les territoires russes dans la sphère orthodoxe. Auréolé de son titre de tsar et de défenseur de l’orthodoxie, Ivan le Grand mène une politique agressive d’expansion territoriale. Après avoir soumis, par la force, en 1471, la République de Novgorod, jusqu’alors ouverte aux intérêts lituaniens, et s’être émancipé de la tutelle de la Horde d’Or en 1480, il oriente sa stratégie expansionniste vers la Lituanie, puis la Pologne. Sa tâche est facilitée par la mort de Casimir IV en 1492, qui désunit pour un temps l’alliance personnelle entre Pologne et Lituanie27. Malgré le mariage en 1492 de sa fille Hélène avec Alexandre Ier Jagellon, le tsar multiplie, sous des prétextes religieux, les attaques en direction de la Lituanie et de la Pologne. Les Lituaniens sont battus en 1500 et sont contraints de signer une paix qui leur enlève environ un tiers de leurs territoires orientaux. À la mort de son frère en 1501, Alexandre Ier récupère le trône de Pologne, mais se trouve dans une situation délicate autant sur le plan extérieur qu’intérieur ; il doit régulièrement faire des concessions à la diète*28 pour lever de nouveaux impôts et défendre les frontières. Dans ces conditions, le 3 mai 1505, l’acte Nihil Novi* est signé par la diète à Radom. Cet acte change radicalement la structure de l’État : il inscrit dans la loi l’importance grandissante de la Szlachta, qui représente alors près de 10 % de la population totale du Royaume. En vertu de cet acte, le roi ne peut plus émettre de lois — « rien de nouveau » — sans l’accord de la noblesse, représentée à la diète par la chambre des députés et le sénat29 : c’est le début de la « République des nobles ».

47En 1506, Sigismond Ier, dit le Vieux, succède à son frère aîné et doit faire face, malgré ses pouvoirs diminués, aux mêmes problèmes que ses frères. Sur le plan extérieur, il ne peut éviter la perte de Smolensk (1514), mais parvient à réformer l’armée en établissant la conscription. En nouant une double alliance matrimoniale avec les Habsbourg, il peut rendre impossible tout rapprochement entre la Moscovie, l’Autriche et la Prusse, rivales de la Pologne, tout en s’assurant la neutralité de la Hongrie et de la Bohême (Davies, 1982, tome 1, p. 142). Cette habile manœuvre diplomatique lui permet de pouvoir concentrer ses forces au nord et au sud-est. En 1525, Albert Von Hohenzollern, grand maître de l’Ordre teutonique, sécularise son État et en fait le premier État luthérien. Il prend alors le titre de duc de Prusse et rend hommage à Sigismond le Vieux, empêchant ainsi toute rivalité avec la Pologne et la Lituanie. En 1526, Sigismond Ier parvient à rattacher la Mazovie au royaume de Pologne, à la faveur de l’extinction de la maison ducale des Mazures, après la mort de leur dernier représentant, Janusz III de Mazovie.

48Au sud-est, les conflits avec la Prusse et la Moscovie avaient permis, depuis le début du xve siècle, aux Ottomans et leurs vassaux de lancer des raids de plus en plus fréquents et destructeurs à l’intérieur des territoires polonais et lituanien. Depuis 1412, Wiltold et ses successeurs ont bâti un réseau de forts sur la frontière, où ils placent en garnison des mercenaires tatars connus sous le nom de Kazakhs. Petit à petit, ceux-ci sont rejoints par un nombre grandissant de paysans (et de quelques hors-la-loi) slaves, principalement ruthènes. Ces « gardiens de la frontière » seront à l’origine du phénomène cosaque* (cf. infra) qui se développera plus tard sur les marges sud-est de l’État polono-lituanien (Lebedynsky, 2004, p. 28). Ils seront d’une importance capitale pour le contrôle de ces frontières lointaines et très menacées, mais deviendront parfois eux-mêmes difficilement contrôlables par le pouvoir central.

49En 1548, Sigismond II succède à son père Sigismond le vieux sur le trône de Pologne. Dès le début de son règne, il doit intervenir dans l’État livonien en pleine désagrégation (sous l’effet de la réforme protestante et de conflits politiques internes) et menacé par la Moscovie, la Suède et le Danemark. Il parvient, en 1561 à vassaliser la Livonie sur le modèle de ce qu’avait fait son père avec la Prusse en 1525. Riga et la Livonie restent cependant durant près de deux siècles l’objet de conflits entre la Pologne, la Suède et la Moscovie.

50Durant la deuxième partie de son règne, il s’attache à renforcer l’union entre la Pologne et la Lituanie. Les arguments en faveur de ce nouveau rapprochement sont les mêmes que ceux qui avaient mené à l’alliance personnelle : le danger commun (cette fois-ci en provenance de la Moscovie), l’inadéquation des systèmes militaires, administratifs et financiers. De plus, la Lituanie, ou du moins ses élites, s’est largement polonisée depuis l’Union de Krewo : le catholicisme est largement dominant et les grands-ducs utilisent le polonais comme langue d’usage, Alexandre Ier étant le dernier d’entre eux à parler lituanien. Les réticences à une union plus approfondie viennent surtout des boyards lituaniens qui craignent de perdre leurs spécificités et surtout leurs pouvoirs, face à une noblesse polonaise plus nombreuse et plus influente. De son côté, celle-ci ne souhaite pas se ruiner sans contrepartie pour sauvegarder des territoires lituaniens dans une guerre contre la Moscovie. Finalement, ce sont les forces centripètes qui prennent le dessus en 1569, l’élément décisif étant certainement la perspective de voir la dynastie des Jagellons disparaître après Sigismond II. Toujours sans enfant plus de 15 ans après son troisième mariage, il était en effet évident qu’il n’aurait pas d’héritier pour lui succéder et que la dynastie s’éteindrait après lui.

2.3 L’Union de Lublin

51Dans les dernières années de son règne, le roi convoque à maintes reprises la diète pour débattre de la question de l’union, et cède à presque toutes les requêtes des magnats lituaniens. Les débats de la diète de Lublin, convoquée par le monarque dans le seul but de sceller une union constitutionnelle entre les deux États, prennent plus de six mois avant d’aboutir. Le roi, pressé par la szlachta, emploie finalement la méthode forte (incorporation à la couronne des territoires méridionaux du Grand-duché : Ruthénie, Volhynie, Podolie et région de Kyiv) pour faire plier les derniers magnats, réticents mais désormais sans autre alternative devant l’urgence militaire de la Lituanie. Le 1er juillet 1569, l’acte d’union est voté par la diète. L’Union de Lublin fusionne les deux États en une « République » (Rzeczpospolita*) régie par un seul monarque cumulant les titres de roi de Pologne et de grand-duc de Lituanie. La diète voit ses pouvoirs étendus puisqu’elle a pour tâche d’élire le roi, et doit se réunir au moins tous les deux ans. Le liberum veto* est également institué pour chacun de ses membres, leur conférant un immense pouvoir de blocage. L’Union de Lublin accorde à la noblesse lituanienne les mêmes droits qu’à la noblesse polonaise, et place théoriquement les deux nations sur un pied d’égalité. Elle prévoit également de réformer la justice et l’armée pour mieux les réunir et l’instauration du złoty* comme monnaie commune. L’Union de Lublin donne place à un État se disant démocratique et fédéral. En réalité, le système est plus proche d’une oligarchie où l’élément polonais domine largement par son nombre (deux tiers des membres de la diète) et son influence.

52Après la mort de Sigismond II en 1572, la première élection du roi et grand-duc de la Rzeczpospolita donne lieu à d’intenses tractations. Celles-ci aboutissent finalement à l’élection en 1573 d’un roi étranger, Henri de Valois, qui quittera Cracovie pour le trône de France moins d’un an plus tard. Après la dynastie nationale des Piast puis la dynastie lituanienne des Jagellons, Henri de Valois est le premier d’une longue série de monarques issus de dynasties étrangères. Ceux-ci sont choisis par la diète pour les perspectives d’alliances qu’ils représentent mais aussi sous la pression de la szlachta pour conserver ses privilèges et suite à des manipulations de la chancellerie pour faire échouer d’autres candidatures « nationales ». La fuite d’Henri de Valois est suivie d’une nouvelle élection qui aboutit au règne d’un autre roi issu d’une dynastie étrangère. Le candidat hongrois Étienne Báthory est proclamé roi en 1574, et règne jusqu’en 1586, en s’étant marié en 1576 à Anna Jagellon, sœur de Sigismond II. Son successeur Sigismond III (qui règnera de 1587 à 1632), bien que fils d’une autre sœur de Sigismond II, Catherine, est issu par son père Jean III de la dynastie suédoise des Vasa. Celle-ci donnera ensuite à la République deux autres souverains, Władysław IV et Jean II Casimir, deux fils de Sigismond III, qui règneront respectivement de 1632 à 1648 et de 1648 à 1668.

  • 30 En 1618, l’État polono-lituanien est le plus étendu d’Europe, avec une superficie d’environ un mill (...)
  • 31 Cette polonisation s’appuie sur la diffusion rapide de la langue polonaise et de la religion cathol (...)

53Après l’Union de Lublin, le phénomène de colonisation des terres et de création de villages s’accélère, notamment en Grande Pologne et en Mazovie où le système de tenure se développe. Dans le même temps, la colonisation de la Ruthénie par la noblesse polonaise s’amplifie, grâce aux donations royales qui permettent à de grands domaines de se multiplier. Dans les frontières de l’immense République cohabitent et se forment les quatre nations polonaise, lituanienne, ukrainienne et bélarusse30. Les trois dernières se forgent dans un contexte de « polonisation31 » et souvent en réaction à celle-ci, comme c’est le cas pour le mouvement cosaque. En conséquence, la discontinuité établie sur les anciennes frontières étatiques entre les deux territoires constituants de la République se déplace peu à peu vers l’est en devenant en même temps plus diffuse dans l’espace.

3 Rzeczpospolita : la Pologne hors de ses frontières

54La « République » marque l’apogée de l’expansion territoriale et de la domination politique de l’élément polonais au sein de cet État multinational. Deux siècles plus tard, ce sont autant les troubles internes que les périls externes qui causent finalement la disparition de cet État et par extension de la Pologne de la carte européenne.

Tableau 1 – Confessions religieuses de la Rzeczpospolita en 1660 et 1772 (en % du total).

Tableau 1 – Confessions religieuses de la Rzeczpospolita en 1660 et 1772 (en % du total).

Auteur : Q. Mackré, Source : Davies, 1980.

3.1 L’Union de Brest

55En conséquence de l’Union de Lublin, le centre de gravité de l’État polono-lituanien se déplace plus encore vers l’est ; la ville de Brest, qui est définitivement perdue par la Rous de Kyiv depuis 1341, en devient une place centrale. C’est là qu’est signée, en 1596, l’Union de Brest, consacrant le rapprochement, au sein de la Rzeczpospolita, des Églises d’orient et d’occident, grâce notamment au rôle central accordé à l’Église uniate*. Celle-ci pratique le rite oriental tout en étant placée sous l’autorité du pape et en respectant les règles théologiques catholiques. Elle permet à l’État polono-lituanien de se doter d’une confession religieuse faisant la synthèse de ses deux composantes principales, tout en se consolidant dans l’allégeance romaine. La confession uniate prend une importance grandissante au sein de la République polono-lituanienne (voir tableau 1), devenant l’élément unificateur majeur de cet État composite. La même année que l’Union de Brest, est également consacrée l’importance grandissante de Varsovie, qui est choisie comme nouvelle capitale de la République. Depuis le rattachement de la Mazovie en 1526, cette province et sa capitale sont en effet mieux connectées à l’État. La Mazovie profite alors de sa nouvelle situation de pivot dans la République et Varsovie de sa position sur la Vistule, désormais sécurisée et navigable de la source à l’embouchure. À un point de transbordement stratégique pour les marchandises en provenance du bassin hydrographique de la mer Noire, Varsovie tire profit de sa situation géographique et de son rattachement récent pour affirmer son importance : « Varsovie fut choisie comme le lieu de réunion des diètes, précisément parce qu’elle n’était ni polonaise, ni lituanienne, et se trouvait sur le territoire neutre de la Mazovie » (Reclus, 1880, p. 413).

  • 32 Selon Norman Davies, ces exportations s’élèvent à 12 800 tonnes en 1491, 23 000 en 1537, 151 800 en (...)
  • 33 Chiffres de l’année 1641, assez représentatifs de la période selon l’auteur.

56La pacification et les progrès agricoles permettent à la Lituanie et la Pologne de devenir largement excédentaires aux xvie et xviie siècles. Le contrôle par la Pologne de toute la Vistule (et de ses affluents comme le Bug ou le San) profite dans une mesure encore plus grande à Gdańsk, qui est le point de passage presque obligatoire du commerce du grain vers l’étranger. Les exportations de céréales, en augmentant exponentiellement32 au xvie siècle, assurent à la ville une grande prospérité. Gdańsk prend pleinement profit de sa situation d’interface exceptionnelle entre la Pologne et l’Europe du Nord, puisqu’y transitent au début du xviie siècle environ les trois quarts du commerce extérieur du pays. Les exportations, largement excédentaires, se composent surtout de matières premières : céréales et autres produits agricoles (71,3 % et 8,4 %), minerais et métaux (11,4 %), enfin bois — ayant pour beaucoup servi au transport fluvial — (3,8 %). Les produits importés sont essentiellement des produits manufacturés (40,7 %) et coloniaux (21,2 %) (Davies, 1980, tome 1, p. 27333). La ville de Gdańsk, sous le giron polonais depuis la deuxième paix de Thorn (1466), reste cependant toujours à majorité allemande et devient une ville cosmopolite où s’installent des marchands et artisans de toute l’Europe.

Carte 7 – La « République » au xviie siècle.

Carte 7 – La « République » au xviie siècle.
  • 34 Le mot Viadrina est dérivé du latin et signifie « sur l’Oder ».

57La première moitié du xviie siècle marque l’apogée territoriale de la République, où cohabitent de nombreux peuples de confessions différentes. La Rzeczpospolita apparaît comme l’un des États les plus tolérants d’Europe, alors même que ses voisins se déchirent en raison de la réforme protestante, puis de la contre-réforme catholique. Autour de la confession uniate cohabitent catholiques, orthodoxes et protestants, alors que dans le même temps des immigrés juifs arrivent de toute l’Europe. À l’ouest, la frontière religieuse devient plus marquée suite à la progression du protestantisme dans les pays allemands. Francfort est désormais définitivement ancrée dans le monde germanique, et entre officiellement, en 1430, dans la Ligue hanséatique ; son port de pêche et de commerce devient le point central de son développement. Le rayonnement de la ville se traduit par l’ouverture, en 1506, d’une université, baptisée Viadrina en référence à sa situation sur l’Oder34, et qui abritera d’illustres élèves, tels Thomas Müntzer ou les frères Alexander et Wilhelm Von Humboldt. Dès la première année, la ville, qui compte alors environ 5 000 habitants, attire plus de 800 étudiants venus de tous les États germaniques, mais également de Pologne ou de Scandinavie.

  • 35 Bernard Wapowski (1450-1535) est l’un des premiers cartographes polonais. En 1526, en tant que secr (...)
  • 36 Marcin Kromer (1512-1589) est un religieux, diplomate et géographe polonais. Il publie en 1577 une (...)
  • 37 Il faut cependant garder à l’esprit que les deux modèles de la frontière-zone et de la frontière-li (...)
  • 38 Grande Pologne, Petite Pologne, Lituanie, Livonie.

58La Pologne-Lituanie connaît également un intense développement culturel et scientifique. Les progrès de la cartographie, initiés par Bernard Wapowski35 et Marcin Kromer36 au xvie siècle permettent au pouvoir central de mieux connaître son territoire et notamment ses régions périphériques. La frontière occidentale est celle qui est la mieux limitée car cartographiée aux alentours de 1520 par Martin Waldseemüller pour l’empereur. À une échelle plus fine, la cartographie des marges se développe avec le besoin des princes d’une délimitation précise en vue de la collecte des impôts. Les frais liés à l’arpentage et à la mise en carte étant encore très importants à l’époque, cette cartographie à grande échelle n’est rentable que dans les zones densément peuplées, c’est-à-dire principalement à l’ouest de l’État. Au gré des traités frontaliers successifs, la frontière-ligne remplace progressivement la frontière-zone comme limite du territoire, notamment à l’ouest et au nord. Cette asymétrie ouest/est perdure longtemps en Pologne, la frontière occidentale restant longtemps plus précisément délimitée que la frontière orientale37. Le terme polonais kresy* que l’on pourrait traduire par « confins », ne désigne en effet exclusivement que les confins orientaux de la Pologne, alors que la frontière occidentale est généralement appelée granica (frontière »). Pour faciliter l’administration de cet immense territoire, les powiats, à partir du début du xviie siècle, sont regroupés en voïvodies (régions), qui sont elles-mêmes regroupées en quatre provinces38.

3.2 Le mouvement cosaque

3.2.1 L’émergence d’un « peuple de la frontière »

59Au xvie siècle, les frontières de l’État sont de plus en plus menacées, notamment au sud par les Tatars, qui envahissent, en 1516, la Galicie et la Podolie. Les Cosaques, paysans soldats d’origine slave, installés sur cette frontière depuis près d’un siècle, en assurent la défense en échange de privilèges, peu souvent attribués dans les faits. Citoyens à part entière de la République, ils demandent régulièrement au roi plus de droits au sein d’un État qui ne les traite qu’en citoyens de deuxième classe. Devant les blocages incessants de la noblesse à leur égard, ils deviennent progressivement incontrôlables et s’organisent en communautés autonomes. Ces communautés sont gagnées par de nombreux Ruthènes qui « se font Cosaques », autant pour se défendre des Tatars que pour se soustraire à l’autorité d’un État dans lequel ils ne se reconnaissent plus. Ils lancent fréquemment des raids contre les voisins de la Pologne-Lituanie ou certains grands seigneurs installés en Ruthénie, entrainant d’importantes représailles de la Couronne.

  • 39 Traduction littérale de « zaporogue ».

60En conséquence des rattachements territoriaux faits en préalable à l’Union de Lublin, les communautés cosaques passent toutes sous le contrôle de la Couronne polonaise. À cette époque se développent de puissants groupes cosaques sur les confins Ruthènes de la République, dont les Zaporogues*, installés « au delà des rapides39 » du Dniepr. Cet élément cosaque devient rapidement incontrôlable dans les nouvelles structures de la République des Deux Nations. En effet, les Cosaques s’organisent en sociétés guerrières de facto auto-administrées, fédérées autour de leur capitale, la Sitch* (dont l’emplacement s’avére variable au cours du temps), où se tient leur assemblée, le rada*. Ils lancent des raids, même en temps de paix, contre les voisins Tatars et Turcs, entraînant pour la Pologne-Lituanie d’importants problèmes diplomatiques ou représailles. Afin d’éviter une intervention armée, le roi Étienne Báthory doit s’excuser à maintes reprises auprès du Khan de Crimée qui lui demande des comptes en raison d’incursions de Zaporogues sur son territoire. Dans une correspondance avec le Khan, il assure que ces attaques sont perpétrées « à Notre insu » et explique qu’il ne parvient pas à maîtriser les Cosaques car « Nous n’avons pas assez de Nos forces dans ces endroits pour leur tenir tête ». Il assure même au Khan que « Non seulement, Nous ne souhaitons pas les protéger, mais bien au contraire, Nous voudrions les exterminer » (cité par Lebedynsky, 2004, p. 46).

61En réalité, si les Cosaques sont parfois embarrassants pour la République, ils représentent aux yeux de Báthory une protection efficace contre les Tatars. En 1578, celui-ci tente donc de mieux les contrôler en créant un règlement leur attribuant un statut de gardes-frontière reconnu par le pouvoir polonais. Par ce règlement, 500 Cosaques sont intégrés dans un régiment commandé par un starchyï*, sous l’autorité directe du roi. Les Cosaques de ce régiment sont rémunérés pour participer à la défense de la frontière, pour servir de force de police en Ruthénie mais aussi pour servir dans des guerres comme celle contre la Moscovie, de 1579 à 1581. En 1581, un registre officiel est créé pour répertorier ces Cosaques, qui sont dès lors régulièrement appelés « Cosaques enregistrés », par opposition au reste des Zaporogues, appelés « Cosaques libres ». Le nombre des Cosaques enregistrés sur le registre royal est porté à 600 hommes en 1583 puis à 1 000 en 1590. Ce registre ne permet cependant d’enrôler qu’une infime partie de la population totale des Zaporogues, qui connaît alors une augmentation très importante sous l’effet d’un exode important en provenance de toute la Ruthénie. La cause principale de cet exode est la détérioration des conditions de vie depuis l’Union de Lublin, notamment en raison des pressions polonaises pour la conversion des orthodoxes à l’Église orientale catholique. près l’Union de Brest, bien acceptée par le clergé mais vécue par une partie importante de la population comme une conversion forcée, de nombreux habitants de Ruthénie rejoignent le mouvement cosaque qui ainsi se renforce, puis se radicalise. À partir de cette date, ce mouvement prend rapidement un caractère anti-polonais et anti-catholique, conduisant à des pillages sur les terres des partisans de l’Union puis à un affrontement direct avec la Couronne (1596-1597), qui se termine par la reddition et le massacre de nombreux Cosaques, déclarés « rebelles et ennemis de la patrie » par la diète (Lebedynsky, 2004, p. 51).

3.2.2 Le phénomène zaporogue

62La disgrâce des Cosaques prend fin au début du xviie siècle, lorsque des régiments sont recrutés pour aller combattre en 1600 en Valachie (4 000 hommes) puis l’année suivante en Livonie (2 000 hommes). Après leur participation aux troubles entre la Moscovie et la République (1604-1613), l’agressivité des Cosaques se reporte exclusivement contre les Tatars et les Ottomans. En 1614, le pouvoir polonais doit prendre de nouvelles mesures restrictives pour éviter une crise diplomatique avec ses voisins méridionaux. La diète ordonne aux Cosaques de résider dans la « Zaporoguie » et de se limiter à des opérations défensives. En échange, elle leur attribue une rente annuelle, puis leur reconnaît, en 1618, le droit de nommer leur « aîné ». Le rôle de gardes-frontière est pour la première fois reconnu à l’ensemble des Cosaques, mais hormis la nomination du starchyï, aucune forme autonome de gouvernement ni le titre d’hetman* ne leur est reconnu par la diète. Dans le même temps, le nombre des Cosaques enregistrés, fixé unilatéralement, fluctue très sensiblement au gré des besoins de l’armée et donc des conflits. Le registre compte plus de 10 000 Cosaques enregistrés en temps de guerre, mais se réduit à quelques centaines d’hommes en temps de paix, servant comme force de police ou gardes-frontière. Servant de variable d’ajustement à l’armée de la République lors de conflits successifs, les Cosaques enregistrés, une fois démobilisés, continuent souvent expéditions et pillage en temps de paix, notamment contre les Tatars et les Ottomans, entrainant d’importants incidents diplomatiques.

63Le début de la guerre avec les Ottomans, en 1620, entraîne la levée d’un corps de 20 000 Cosaques et résout provisoirement le problème des Cosaques non enregistrés. En 1621, les Cosaques sont les artisans de la victoire polono-lituanienne à la bataille de Khotyn. À l’issue de la paix de Khotyn, signée la même année, la plupart d’entre eux sont aussitôt démobilisés et se voient interdire, selon les termes du traité de paix, de sortir en mer Noire. Moins d’un an plus tard, les Cosaques exclus du registre reprennent leurs raids périodiques au-delà de la mer Noire et attaquent les environs de Constantinople. Malgré une intervention victorieuse des troupes royales en 1625 pour détruire leur flotte, il faut attendre les défaites cosaques lors des campagnes de Crimée en 1628 et 1629 pour faire cesser leurs attaques. Ces défaites provoquent des dissensions entre les Cosaques et le pouvoir polonais, mais plus encore entre les Cosaques enregistrés, au statut privilégié et généralement fidèles au roi, et la masse des Cosaques libres qui vivent d’expéditions militaires en temps de guerre ou de paix.

64En 1632, la mort du roi Sigismond III et la succession sur le trône de son fils Władysław IV ramène le calme dans les communautés cosaques, à la faveur des ambitieux projets militaires du souverain. Cependant, les troubles reprennent dès 1635 avec la fin des guerres contre la Suède et la Moscovie. La même année, les Polonais font construire près de l’embouchure du Dniepr le fort de Kodak, destiné moins à protéger la frontière contre les invasions extérieures qu’à contenir l’agressivité des Cosaques en leur empêchant de prendre la mer. Aussitôt achevé, les Cosaques parviennent à le détruire avant l’intervention des troupes polonaises. En 1637 et 1638, les Cosaques libres se soulèvent à nouveau et s’attaquent aux grands domaines des colons et à des garnisons de Cosaques enregistrés. Les rebelles comptent 23 000 hommes, recrutés principalement parmi les Cosaques démobilisés mais aussi chez les paysans et des Cosaques enregistrés. Après plusieurs batailles en leur défaveur, la rébellion cosaque est définitivement écrasée en 1638 par le prince polonais d’origine Ruthène Jérémie Wiśniowiecki. Les conditions de la capitulation imposées par le pouvoir polonais sont cette fois très dures envers les Cosaques et la plupart des avantages concédés précédemment sont supprimés. Le registre est ramené à 6 000 hommes et le droit d’élection des officiers aboli. Cette capitulation marque le point de départ d’un renforcement de la répression polonaise en Ruthénie, où la noblesse polonaise ou polonisée impose de fait une oligarchie locale sur la majeure partie du territoire. En conséquence, les révoltes cessent pendant une décennie, qui reste connue a posteriori en Pologne comme celle du « calme d’or ». En 1646, le projet de croisade contre les Ottomans du roi Władysław IV, qui prévoit le rétablissement des privilèges cosaques et d’un registre de 12 000 hommes, ravive l’espoir chez les Cosaques. La même année, la diète s’oppose à toute opération militaire et exacerbe la rivalité entre les Cosaques et la szlachta ruthène.

65En 1648, les Cosaques zaporogues élisent Bogdan Chmielnicki à leur tête en lui octroyant le titre d’hetman. Noble ruthène bien intégré au système polonais, Chmielnicki a personnellement subi la discrimination polonaise lors d’un conflit personnel contre le staroste* polonais Czapliński, au terme duquel il ne put obtenir justice, y compris après un recours auprès du roi. Lorsqu’il arrive à la tête des Cosaques, son parcours personnel symbolise le point de non-retour atteint dans la relation entre les Cosaques et la République nobiliaire. Encouragé par la décision de la diète d’interdire toute opération militaire malgré l’avis du roi, Bogdan Chmielnicki parvient à lever une armée, en ralliant à sa cause de nombreux Cosaques mécontents. Il surprend le pouvoir polonais en s’alliant avec les Tatars et chasse les garnisons étrangères de la Sitch. Contre l’avis du roi, les hetmans polonais de Ruthénie tentent d’écraser le soulèvement, mais le ralliement des Cosaques enregistrés à Chmielnicki provoque la défaite des armées polonaises en mai 1648. Le mouvement Cosaque s’étend à toutes les campagnes de Ruthénie et menace toute la noblesse polonaise, le clergé uniate ainsi que les Juifs. La situation devient confuse et rapidement incontrôlable pour les principaux antagonistes. D’un côté Chmielnicki n’a pas d’autorité effective sur les masses paysannes ruthènes qui se soulèvent et doit également faire face à l’instabilité des Tatars qui organisent des raids en Pologne et en Ruthénie. De l’autre, la République est affaiblie par ses divisions internes et la mort de Władysław IV en mai 1648. Alors que la diète tente de négocier avec Chmielnicki, de puissants nobles locaux lèvent leurs armées pour tenter de contrer les forces Cosaques et mènent une féroce répression dans les campagnes.

66Les revendications de Chmielnicki, modestes à l’origine, s’étendent au fur et à mesure que se radicalise le conflit. Demandant au départ le simple rétablissement d’un registre de Cosaques partiellement autonome, il réclame ensuite la limitation du pouvoir nobiliaire, la restitution des biens religieux orthodoxes, puis même le statut de nation de la République pour les Ruthènes, au même titre que pour les Polonais et les Lituaniens. Le refus catégorique de la diète conduit à une guerre ouverte pendant laquelle les Cosaques font encore appel aux Tatars contre les troupes de la République. C’est la première d’une série de guerres, qui sera appelée dans l’historiographie polonaise potop*, « le déluge ». Ce conflit conduit à la perte d’influence de la Pologne-Lituanie sur une large part de ses confins du sud-est. Le soulèvement de Chmielnicki est souvent présenté comme un des actes fondateurs de la nation ukrainienne, Chmielnicki revendiquant au plus fort du conflit l’héritage de la Rous de Kyiv. Finalement, les Cosaques se rapprochent de la Russie en demandant sa protection par le traité de Pereïaslav en 1654. Celui-ci est le point de départ d’une guerre polono-russe (1654-1667) qui voit les Suédois, le Brandebourg et la Prusse s’allier un temps aux Russes et envahir le pays par l’ouest et le nord. In fine victorieuse militairement, la Pologne-Lituanie sort tout de même affaiblie par les traités de Welhau (1657), qui assure à la Prusse une relative indépendance, et d’Androussovo (1667), par lequel elle cède la rive gauche du Dniepr à la Russie (carte 7 p. 64). Le traité de Pereïaslav marque de façon brutale et durable le détachement de l’élément cosaque et par extension ukrainien de l’aire d’influence polonaise, au profit de la Russie.

Tableau 2 – Division du territoire de la Rzeczpospolita au cours des trois partages.

Tableau 2 – Division du territoire de la Rzeczpospolita au cours des trois partages.

* En milliers ** En millions. Auteur : Q. Mackré, Source : Davies, 1980, Beauvois, 2004.

3.3 Finis Poloniae

  • 40 Utilisé pour la première fois en 1668.

67La seconde moitié du xviie siècle marque la fin brutale de l’âge d’or polono-lituanien, suite à cette série de conflits qui laisseront l’État dépeuplé, ruiné et militairement affaibli. Cependant la Rzeczpospolita est avant tout victime de son fonctionnement politique dérivant peu à peu vers l’oligarchie. La « liberté dorée » de la noblesse, symbolisée par le liberum veto40, va progressivement paralyser la capacité de réaction de l’État face aux dangers internes et externes.

68Sur le plan économique, le « déluge » marque le début du déclin de la République qui perd près d’un tiers de sa population sur la période et voit son territoire être dévasté. La classe paysanne, contrairement au reste de l’Europe, est de plus en plus asservie par la noblesse, ce qui limite la diffusion des innovations techniques dans l’agriculture. Le commerce du grain, qui soutenait en grande partie la réussite économique durant l’âge d’or, génère de moins en moins de profits. Cette période marque également la fin de la relative tolérance religieuse de la Rzeczpospolita. Après les conflits, les frontières religieuses sont mieux marquées : à l’ouest et au nord avec le Brandebourg, la Prusse et la Livonie protestantes ; à l’est avec la Russie orthodoxe. Les confessions minoritaires des ennemis (orthodoxe, protestante, musulmane) sont malmenées et les Juifs commencent à être persécutés.

69L’anarchie et le système du liberum veto profitent aux puissances voisines qui peuvent, à la faveur de pressions ou de quelques pensions versées à des petits nobles, assurer l’incapacité de réaction de la Rzeczpospolita face aux périls étrangers. Le délabrement interne du mode d’administration de l’État coïncide avec la montée en puissance de trois grands empires voisins, aux visées expansionnistes, dont la République ne pourra cette fois pas empêcher l’alliance. La Russie, la Prusse et l’ Autriche, vont, en 1772, 1793 et 1795 parvenir à s’entendre pour se partager l’ensemble du territoire polonais et le rayer ainsi de la carte d’Europe (tableau 2 et carte 8). Les tentatives tardives de réaction à la menace étrangère, comme la promulgation de la première constitution européenne en 1791 ou l’insurrection héroïque menée par Tadeusz Kościuszko en 1794, ne font que rendre les derniers moments de la Pologne indépendante plus dramatiques. Les tentatives de résistance aux puissances étrangères, menées par la noblesse, ne sont que faiblement soutenues par les masses paysannes et révèlent la fracture existant dans la société polonaise entre ces deux classes. Cet épisode reste en effet un des plus douloureux de la pensée collective polonaise, sûrement parce qu’à cette époque, contrairement à la situation politique et militaire, la culture polonaise était en plein renouveau. Pendant les 123 ans qui suivent, la nation polonaise va connaître l’occupation de trois puissances étrangères, qui, si elles ne purent pas anéantir sa civilisation, laissèrent cependant des marques encore visibles sur son territoire.

Carte 8 – Les trois partages de la Pologne-Lituanie au xviiie siècle.

Carte 8 – Les trois partages de la Pologne-Lituanie au xviiie siècle.

Conclusion

70Cette période de l’histoire polonaise voit le concept de nation polonaise, et donc de frontières « polonaises » largement évoluer. Cette évolution de l’idée de nation polonaise est d’ailleurs en partie responsable de l’instabilité des frontières polonaises. Dans le haut Moyen Âge, elle correspond à des critères purement ethniques. L’identité polonaise s’étend ensuite autour de la langue polonaise et de la religion catholique. À la renaissance, cette idée se dilate encore, dans le cadre de la Rzeczpospolita, vers celle d’une nation issue de la volonté de vivre dans le périmètre d’un même État, et dans une moindre mesure, en étant dirigé par un même souverain. Cependant, cette évolution n’est pas complète lorsque disparaît l’État polonais à la fin du xviiie siècle.

  • 41 « La géographie physique constitue la donnée constante qui fonde la continuité de la politique étra (...)

71Certains géographes comme Élisée Reclus, ont souligné, a posteriori, le rôle ingrat de la « géographie » dans la disparition de cet État. Mais les conditions naturelles rendant les frontières de l’État et son territoire difficilement défendable valent aussi pour les États voisins de la Pologne. Les conditions naturelles ont sans doute amplifié les variations territoriales de la Pologne, mais ne peuvent certainement pas en être données comme la cause41. La disparition du pays de la carte d’Europe trouve avant tout son explication dans la concordance de causes externes (montée en puissance simultanée de trois empires mitoyens ayant tous une stratégie expansionniste) et internes (fonctionnement politique ne permettant pas de répondre aux menaces extérieures).

Notes

1 « Les terres polonaises ».

2 « Peu de gens ont douté du fait que la géographie est le problème de l’histoire de Pologne ».

3 Selon toute vraisemblance, ville à l’origine de l’actuelle Kalisz, dans l’actuelle Grande-Pologne.

4 Les civilisations lusaciennes ainsi que les Vendes enterraient leurs morts, alors que les slaves pratiquaient à cette époque la crémation.

5 Pluriel du slavon gród, « fortin ».

6 La bataille s’est déroulée le 24 juin 972 près de la localité de Cedynia, située sur la rive droite de l’Oder, à environ 60 kilomètres de l’embouchure.

7 Les marais de Polésie, vastes zones inondées par le Bug et le Pripiat constituent alors une frontière très solide entre la Pologne et la Rous de Kyiv.

8 Ancien nom de la ville de Brest (Brześć en polonais).

9 Formule utilisée par Jacques Ancel dans sa Géographie des frontières (1938).

10 En tchèque « Těšín ».

11 Dont le nom signifie littéralement « contre les forêts ».

12 Appelé Conrad Ier de Mazovie (en polonais Konrad I Mazowiecki).

13 Le nom complet de l’ordre est « Ordre de la maison des chevaliers de l’hôpital de Sainte Marie des Teutoniques à Jérusalem ».

14 « Kulm » est la forme allemande de « Chełmno ».

15 Les Borusses sont aussi appelés « Prussiens », ou « Vieux-Prussiens » par certains auteurs.

16 La Prusse, puis l’Allemagne à partir de 1871.

17 Entre les ixe et xie siècles, la population de l’Empire connaît une des plus fortes croissances démographiques d’Europe, passant de moins de 3 à environ 7 ou 8 millions d’habitants.

18 Le nom de la ville serait formé à partir des mots « Franken », du nom des marchands Francs s’y étant installés et « Furt », signifiant « gué ».

19 Celui-ci, de la dynastie des Piast, meurt dans cette bataille.

20 « Lentilles, roue, moudre, moulin ».

21 Le powiat est une circonscription territoriale déconcentrée qui a vu le jour au xive siècle, à la tête de laquelle se trouve le staroste, qui est le représentant direct du roi.

22 En polonais Jagiełło, en lituanien Jagajlo.

23 Le terme latin employé dans le document signé, « applicare », pouvait se traduire à la fois par « réunir » ou « incorporer ». À la suite de l’Union de Krewo, le titre de grand-duc de Lituanie subsiste et est occupé par Władysław, mais il sera ensuite revendiqué par d’autres que le souverain de Pologne à commencer par Wiltold, influent duc lituanien et cousin de Władysław. L’ambiguïté sera levée avec l’Union de Vilnius et Radom (1401), qui amende l’Union de Krewo en reconnaissant la dyarchie avec le titre de grand-duc (qui revient à Wiltold) et une autonomie interne à la Lituanie, sous suzeraineté du roi de Pologne.

24 Côté allemand avaient participé à la bataille de nombreux chevaliers venus de tout l’Empire et de l’Europe de l’Ouest ; côté polonais et lituanien étaient présents de nombreux cavaliers ruthènes ainsi que des mercenaires venus de toute l’Europe centrale et principalement de Bohême.

25 Après la bataille « c’est Hindenburg qui insistera auprès de Guillaume II, chef de la maison de Hohenzollern — et à ce titre héritier lointain du dernier grand maître de l’Ordre teutonique — pour que soit donné à la victoire qu’il venait de remporter le nom de Tannenberg » (Bogdan, 1995, p. 164).

26 La Samogitie est, à la suite du traité de Thorn, confiée en viager à Wiltold, qui l’assurera définitivement à la Lituanie après un nouveau conflit en 1422 (paix de Mielno).

27 À la mort de Casimir, le trône de Pologne revient à l’un de ses fils, Jean Ier, et le titre de grand-duc de Lituanie à Alexandre Ier, un autre de ses fils, qui deviendra en 1501 roi de Pologne à la mort de son frère.

28 Les trois organes de la diète sont alors la chambre des députés, le sénat et le roi.

29 À l’exception des lois concernant uniquement les paysans, villes, mines, domaines en possession de la Couronne et les Juifs.

30 En 1618, l’État polono-lituanien est le plus étendu d’Europe, avec une superficie d’environ un million de km2. Il est alors peuplé de 11,5 millions d’habitants, parmi lesquels Polonais (4,5 millions), Ukrainiens (3,5 millions), Bélarusses (1,5 million), Lituaniens (0,75 million), Allemands (0,75 million) et Livoniens (0,5 million). Source : Davies, 1980.

31 Cette polonisation s’appuie sur la diffusion rapide de la langue polonaise et de la religion catholique et sur la domination économique des élites polonaises.

32 Selon Norman Davies, ces exportations s’élèvent à 12 800 tonnes en 1491, 23 000 en 1537, 151 800 en 1563 et 271 400 en 1618, année qui ne sera jamais égalée (Davies, 1980, p. 257).

33 Chiffres de l’année 1641, assez représentatifs de la période selon l’auteur.

34 Le mot Viadrina est dérivé du latin et signifie « sur l’Oder ».

35 Bernard Wapowski (1450-1535) est l’un des premiers cartographes polonais. En 1526, en tant que secrétaire du roi, il réalise avec Nicolas Copernic une cartographie complète du Royaume de Pologne et du grand-duché de Lituanie.

36 Marcin Kromer (1512-1589) est un religieux, diplomate et géographe polonais. Il publie en 1577 une œuvre sur « l’emplacement, la population et l’administration de la Pologne », dont le premier chapitre s’intéresse exclusivement aux frontières de l’État.

37 Il faut cependant garder à l’esprit que les deux modèles de la frontière-zone et de la frontière-ligne ont pu longtemps coexister sur la même dyade.

38 Grande Pologne, Petite Pologne, Lituanie, Livonie.

39 Traduction littérale de « zaporogue ».

40 Utilisé pour la première fois en 1668.

41 « La géographie physique constitue la donnée constante qui fonde la continuité de la politique étrangère des États. Les données historiques changent — mondialisation des flux économiques et de l’information, progrès technique — mais la situation géographique des États reste la même. [...] La géographie physique dans toutes ses composantes est donc bien le premier déterminisme géopolitique ; c’est celui qui a placé les peuples là où ils sont, qui a rendu possible la construction d’États sédentaires, ou au contraire des mouvements nomades, c’est aussi lui qui a abrité les particularismes religieux et ethniques. Mais ce déterminisme n’est ni seul à agir sur les groupes humains, ni parfaitement irrésistible ». (Chauprade, 2003, p. 201).

Table des illustrations

Titre Carte 5 – L’État « polonais » vers l’an 1000.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Carte 6 – La Pologne de Casimir le Grand (1370).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 1 – Confessions religieuses de la Rzeczpospolita en 1660 et 1772 (en % du total).
Crédits Auteur : Q. Mackré, Source : Davies, 1980.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Carte 7 – La « République » au xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2 – Division du territoire de la Rzeczpospolita au cours des trois partages.
Crédits * En milliers ** En millions. Auteur : Q. Mackré, Source : Davies, 1980, Beauvois, 2004.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Carte 8 – Les trois partages de la Pologne-Lituanie au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search