Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Introduction

Texte intégral

Le sujet, avouons-le est dangereux pour un savant, car il est tout pénétré de passions politiques, tout encombré d’arrière-pensées. Les gens ont trop d’intérêts en jeu, quand ils parlent de frontières, pour en parler de sang-froid : le malentendu est permanent !
André Siegfried, Préface de Géographie des frontières
(Ancel, 1938)

  • 1 À ce propos, se référer aux ouvrages de Philippe Moreau-Defarges, La mondialisation, vers la fin de (...)

1La question des frontières de la Pologne a, de tout temps, occupé une place centrale, et souvent vitale, dans l’actualité de cet État. En mars 2008, l’élargissement de l’espace Schengen, dont fait partie la Pologne, a été présenté par certains observateurs comme une nouvelle étape vers la disparition des frontières en Europe, suivant la formule — faussement utopiste — du « monde sans frontières » développée depuis les années 19901. Omniprésente en ces temps de mondialisation, cette rhétorique est présentée comme la « visée ultime de l’économie libérale dont le mot d’ordre est de percer et de démanteler les frontières et de créer des marchés parfaits, idéalement indifférents aux effets-frontière » (Foucher, 2007, p. 11). Malgré cela, la question des frontières, y compris celle des frontières internes à l’espace Schengen, est toujours aussi présente dans l’actualité polonaise depuis l’intégration du pays dans cet espace de libre circulation.

2En 1989, la chute du mur de Berlin, symbolisant une nouvelle ère au cours de laquelle les frontières devaient disparaître les unes après les autres, ne fut qu’une illusion, ne masquant qu’un temps la « barriérisation » du monde actuel et le renforcement du caractère sécuritaire attribué aux frontières. Ainsi, l’Europe compte aujourd’hui 26651 km de frontières de plus qu’en 1990, ce qui représente un peu plus d’un quart de la longueur totale des frontières du continent, franges eurasiatiques incluses (Foucher, op. cit., p. 132). En moins de vingt ans, les frontières de la Pologne ont elles aussi connu d’importants bouleversements, non en ce qui concerne leurs tracés, mais au sujet de leurs statuts et de leurs fonctions. Les trois segments de frontière avec les États bordiers de 1989 (RDA, Tchécoslovaquie et URSS), tous trois fermés et contrôlés au sein du Bloc de l’Est, ont vu ces trois États voisins de la Pologne disparaître pour laisser place aux sept États riverains qui la bordent actuellement (République fédérale allemande, République tchèque, Slovaquie, Ukraine, Bélarus, Lituanie, fédération de Russie). La transition politique et économique engagée en Europe centrale dans les années 1990, le processus d’élargissement de l’Union européenne ont largement influencé les fonctions politiques et le degré d’ouverture de ces frontières. Cet ouvrage propose d’analyser les conséquences géopolitiques induites, sur le territoire polonais et ses frontières, par ces changements de statuts subis par les frontières polonaises depuis le début de la période de transition en Pologne.

1 Les frontières polonaises, un sujet qui suscite encore les passions

3Pour qui s’intéresse aux frontières, la Pologne est avant tout un sujet délicat et un motif de controverses . Au xixe siècle, la « question des frontières polonaises » a régulièrement agité les relations diplomatiques européennes ; au xxe siècle, elle a été la cause directe du déclenchement de la seconde guerre mondiale. La Pologne est aujourd’hui le plus grand (312 686 km2) et le plus peuplé (plus de 38 millions d’habitants) pays d’Europe médiane. Elle représente à ce titre un enjeu majeur pour la stabilité politique de toute l’Europe centrale et orientale.

  • 2 « Les dépenses militaires mondiales ont bondi de 45 % en dix ans », Le Monde, 09/06/08. L’an dernie (...)

4Après la fin du « gel » des frontières, imposé de facto par l’URSS au lendemain de la seconde guerre mondiale, la période de transition a apporté son lot de conflits, dont certains armés, entraînant une remilitarisation intense de la région, et ce dans un contexte mondial très tendu. Au cours de la période 1998-2007, les dépenses militaires dans le monde ont en effet augmenté de 45 % et elles ont dans le même temps bondi de 162 % en Europe de l’Est, région du monde ayant, de loin, connu la plus forte hausse (Le Monde, 20082). La Pologne représente donc, pour le géographe, un excellent laboratoire de recherche en ce qui concerne le processus de construction de l’État-nation et l’établissement concomitant de ses frontières. Celles-ci présentent aujourd’hui une grande variété de situations sur les plans politique, économique, culturel ou physique.

1.1 La géopolitique, une discipline « de fâcheuse mémoire »

5Géographie politique et géopolitique sont deux notions presque confondues lors de l’apparition du néologisme Geopolitik, consacré par Rudolf Kjellén en 1899, dans la lignée directe de la pensée du géographe allemand Friedrich Ratzel. Dans un ouvrage antérieur intitulé Politische Geographie (1897), ce dernier comparait l’État à un être vivant, dont l’évolution est influencée par un géodéterminisme. À la suite de ses travaux, la géopolitique s’impose comme la discipline ayant pour objet central le développement des États et de leurs frontières.

6L’histoire de la géopolitique abordée comme science sociale, nous rappelle sans cesse que la frontière est un objet d’étude délicat à appréhender, car il soulève fréquemment les passions et laisse rarement indifférent, comme ce fut le cas au tournant du xixe siècle. Parce qu’il leur fallait justifier le déplacement brutal de leurs limites, certains États, dont l’Allemagne hitlérienne aux dépens de territoires polonais, ont su travestir à des fins partisanes certains critères naturels ou civilisationnels, tirés ou réinterprétés de travaux géopolitiques. Ces dérives ont conduit au bannissement universel de la géopolitique de la recherche universitaire au lendemain de la seconde guerre mondiale. Cette éclipse durable de la géopolitique, que certains pensèrent définitive, suite à son emploi comme outil de justification de visées expansionnistes, permet de se rendre compte de la dangerosité d’un tel sujet d’étude.

  • 3 L’expression est employée par Pierre George dans une recension de l’ouvrage de Norman J. G. Pounds (...)

7C’est dans un contexte de guerre froide que le mot « géopolitique » fait ensuite son retour dans le vocable des spécialistes des relations internationales. En 1977, Henry Kissinger exhume ce terme pour qualifier la nouvelle orientation à prendre par la politique étrangère étasunienne. En France, Yves Lacoste tente de réhabiliter la géopolitique qu’il estime injustement décriée, en raison de l’utilisation qui a pu en être faite dans le passé. Au contraire, d’autres géographes considèrent que la « géopolitique de fâcheuse mémoire3 », en raison des récupérations idéologiques dont elle a pu faire l’objet, est toujours sujet à controverse (George, 1964 ; Claval, 1978 ; Sanguin, 1990) . Aussi préfèrent-ils l’emploi du terme « géographie politique » dans leurs études. Aujourd’hui, aucun consensus ne s’est dégagé au sein de la communauté scientifique quant à l’utilisation de ces concepts pour qualifier la dimension spatiale du fait politique.

8Dans le cadre de cet ouvrage, nous retiendrons les définitions données par Stéphane Rosière en 2007, qui précisent les frontières terminologiques entre la géographie politique, qui considère « l’espace comme cadre » et la géopolitique, qui envisage « l’espace comme enjeu » (Rosière, 2007b). Ces définitions permettent en effet d’aborder la géographie politique et la géopolitique de façon complémentaire . Ainsi, ces deux notions sont en interrelation constante : selon le cas, la géopolitique peut aider à comprendre la géographie politique ; et inversement. À titre d’exemple, nous verrons dans cet ouvrage que d’anciens tracés frontaliers peuvent avoir une influence importante sur un découpage administratif récent ou sur des discontinuités majeures observées en géographie électorale ; soulignant ainsi le lien entre géopolitique et géographie politique ainsi définies.

1.2 La frontière comme objet d’étude

9Le présent ouvrage se propose d’aborder tous les aspects de la frontière, en tant que construction politique, telle qu’elle est définie par le géographe Michel Foucher : « la frontière est une discontinuité géopolitique, à fonction de marquage réel, symbolique et imaginaire » (1991, p. 45). En faisant référence à une « discontinuité géopolitique » dans sa définition, ce spécialiste des frontières montre bien que l’étude des frontières n’est pas le domaine réservé des géographes. La géopolitique, dont le sujet central est traditionnellement « l’étude de l’État, de son dynamisme dans l’espace-temps et donc par extension de la nature de ses frontières, se situe en effet aux carrefours de la géographie, de l’histoire, des sciences sociales et politiques » (Rosière, 2007b, p. 9).

  • 4 Dans son essai « The significance of the frontier in american history » (1893). Voir aussi Turner, (...)
  • 5 Cependant, d’autres définitions existent, comme celle de Bernard Reitel : « Deux définitions de la (...)

10Aujourd’hui, en France, l’acception courante du terme frontière, issue du droit international, le définit comme « Limite d’un territoire qui en détermine l’étendue ; limite séparant deux États » (dictionnaire Le Petit Robert, 1968). Cette définition envisage la frontière principalement en tant que ligne, mais nous verrons que la frontière doit aussi être considérée dans bien des cas comme une zone (qui peut être ou non en mouvement). Le vocabulaire anglais permet cette distinction avec les termes de boundary, qui désigne habituellement la ligne de démarcation politique entre deux États, de border, qui rend la notion de zone-frontière et de frontier, qui renvoie au front pionnier, et donc à l’idée de mouvement, comme dans la frontier américaine au sens de Turner4. Ces précisions terminologiques posées5, nous permettent de mieux délimiter notre zone d’étude, celle-ci ne devant pas se limiter à des lignes-frontières figées, mais pouvant être étendue selon les besoins du sujet abordé, parfois jusqu’à l’ensemble du territoire d’un État, dans la mesure où celui-ci constitue une zone-frontière entre deux ensembles plus étendus. À titre d’exemple, l’Ukraine et le Bélarus peuvent aujourd’hui être assimilés à une zone-tampon entre les territoires de la Russie et de l’Union européenne, profitant du différentiel de développement et des atouts complémentaires existant entre ces deux ensembles continentaux (ressources naturelles d’un côté, savoir faire technologique de l’autre). En cela, nous voyons bien que le concept de « frontière » n’est pas uniquement linéaire. La frontière peut aussi être l’épine dorsale d’un espace intermédiaire, dans lequel se nouent des jeux d’intérêts étatiques ou continentaux, donc où s’exercent des phénomènes « osmotiques » de nature économique et culturelle.

  • 6 « La genèse des frontières pourrait être nommée, à partir de la racine grecque servant à désigner l (...)

11L’étude des frontières en géographie a également donné lieu récemment à la création d’un vocabulaire spécifique. Le terme limologie* désigne justement la science dont l’objet est l’étude des frontières (Foucher, 1991). Les néologismes dyade*, qui désigne « une frontière commune à deux États contigus », et horogenèse*, correspondant au « processus de formation d’une frontière6 » sont deux termes consacrés par Michel Foucher dans son ouvrage Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique (ibid., p. 49) et aujourd’hui entrés dans le vocabulaire usuel des spécialistes des frontières. Plutôt que le terme horogenèse, Jean-Christophe Gay utilise dans son livre Les discontinuités spatiales (1995) celui, plus général, de tomogénie*, qui caractérise « le processus de formation des limites ». Il propose également dans le même ouvrage le néologisme physiotomie* pour caractériser une « délimitation s’appuyant sur les éléments naturels ». En 2002, Stéphane Rosière a créé trois néologismes en ajoutant un préfixe à celui de dyade, pour répondre au besoin de hiérarchisation des frontières dans un contexte politique européen marqué à la fois par une intégration à un niveau supra-étatique et une délégation de pouvoirs à l’échelle infra-étatique. Ainsi, une anadyade* correspond à l’enveloppe extérieure d’une organisation supra-étatique intégrée comme l’UE ou l’espace Schengen, une mésodyade* à une frontière étatique à l’intérieur d’un tel espace, et une catadyade* aux divisions administratives infra-étatiques ayant le plus d’importance (Rosière, 2002, p. 52).

12Afin de traiter chacun de ces angles d’approche, il faudra considérer dans notre étude un certain nombre d’acteurs qui interviennent sur les frontières. Au premier rang de ces acteurs se trouve l’État : traditionnellement, il assume un rôle important dans la configuration du « jeu des frontières » puisqu’il détient les attributs de la souveraineté. Cependant, l’omniprésence de l’État dans l’analyse géopolitique ne doit pas occulter l’importance grandissante d’autres acteurs supra et infra-étatiques qui interviennent dans les dynamiques frontalières. Parmi ceux-ci se trouvent bien sûr les entités politiques infra-étatiques (régions, communes...), qui interviennent dans un cadre défini au niveau étatique. Les organisations supra-étatiques telles que l’Union européenne jouent aujourd’hui un rôle de plus en plus important dans la gestion des frontières de leurs pays membres et viennent concurrencer le rôle central de l’État en termes de politique frontalière*. À ce titre, une partie conséquente de cette étude évoquera le rôle structurant ou intégrateur des organisations internationales à vocation régionale (Conseil de l’Europe, Union européenne) ou mondiale (ONU, OTAN), et ce quelle que soit leur nature (économique, politique ou militaire). Nous serons aussi amené au cours de ce travail à envisager d’autres acteurs, tels que les sociétés civiles ou les ensembles de populations composant les différentes entités politiques que nous étudierons. En effet, un décalage important a souvent été constaté entre les institutions politiques et les populations qu’elles représentent, tant en termes de politique frontalière que de perception de la frontière. Ce décalage peut aussi apparaître en modifiant l’échelle d’observation, par exemple entre les volontés d’un peuple et celles de ses populations frontalières. C’est ce décalage qu’il sera intéressant d’étudier, en analysant à une échelle fine le résultat d’un scrutin électoral national par exemple. Enfin, il nous faudra bien sûr considérer des acteurs de nature exclusivement transfrontalière : associations, populations présentant un particularisme transfrontalier, ou encore structures politiques transfrontalières comme par exemple les « eurorégions* ». L’affirmation de ces acteurs, encore marginaux il a quelques décennies, a été rendue possible par la fin de l’ordre bipolaire et encouragée par le phénomène de régionalisation à l’échelle de l’Europe. Ce sont aujourd’hui des acteurs dont le rôle politique s’accroît, notamment sur les frontières internes de l’espace Schengen.

1.3 Un cadre physique monotone mais des supports frontaliers très variés

13Largement remaniées au cours de l’histoire du pays, les frontières modernes de la Pologne sont fixées depuis 1945 et comptent aujourd’hui sept États bordiers, ainsi qu’une façade maritime. Elles ont pour particularité de présenter une multitudes de supports physiques.

14Au nord, le pays possède une façade maritime sur la mer Baltique, longue d’environ 440 km. Celle-ci présente fréquemment une côte à lido, où dunes et bancs de sable séparent une partie du littoral de la lagune et des lacs côtiers ; elle est donc généralement peu propice à l’installation de ports. La côte présente une grande baie à son extrémité occidentale (baie de Poméranie), qui est partagée avec l’Allemagne, et dans laquelle se jette l’Oder. Au niveau du delta de la Vistule, un large golfe est dessiné dans la région de Gdańsk (golfe de Gdańsk), limité au Nord par un cordon littoral formé par les alluvions du fleuve, qui forme une flèche de plus de 40 km de longueur. Le bras oriental du delta se jette dans une lagune séparée de la Baltique par un cordon littoral, formé avec des débris glaciaires et des alluvions du fleuve. Cette lagune (lagune de la Vistule), longue de 90 km et large d’environ 10 km, est partagée avec la Russie, qui contrôle son accès à la haute mer (détroit de Baltiisk).

Carte 1 – Structure physique schématique de la Pologne.

Carte 1 – Structure physique schématique de la Pologne.

15Aux environs du centre de cette lagune, au Nord de Braniewo, la frontière polonaise se poursuit vers l’est à travers la plaine en suivant une ligne légèrement incurvée, qui marque la frontière avec l’oblast* russe de Kaliningrad (210 km). La frontière se dirige ensuite pendant environ 104 km vers le sud-est, cette portion marquant la dyade avec la Lituanie. Elle prend ensuite la direction du sud, en séparant la Pologne de ses voisins orientaux, le Bélarus* (418 km) et l’Ukraine (535 km). La frontière est alors établie soit sur des portions du réseau hydrographique (Bug et San), soit louvoie non loin de la limite de partage des eaux entre la Baltique et la mer Noire, soit suit une ligne rectiligne n’ayant donc aucun support naturel.

16Au sud de la dyade ukrainienne, la frontière remonte les 50 premiers kilomètres du cours du San et atteint sa source sur les premiers contreforts des Carpates qu’elle suit vers l’ouest pour marquer les dyades avec la Slovaquie (541 km) et la République tchèque (796 km). Établi le plus souvent sur la ligne de crête, la ligne de partage des eaux, ou les contreforts des Carpates, le tracé de la frontière s’appuie également par endroits sur des cours d’eaux, comme dans les trouées entre les principaux massifs (Poprad, Dzika Orlica). La principale de ces trouées est la grande trouée de Moravie, entre les sources de l’Oder et de la Vistule (cf. carte 1 page précédente). Dans son ensemble, la frontière méridionale marque donc une barrière difficilement franchissable.

17Lorsque la frontière rencontre la Neisse aux alentours de Zittau, elle marque le tripoint* avec la république Tchèque et l’Allemagne. Son tracé suit ensuite le cours de la Neisse vers le nord, puis celui de l’Oder après la confluence avec la Neisse, pour marquer la dyade avec l’Allemagne (467 km). Le tracé de la frontière est établi sur le cours des deux fleuves jusqu’à 70 km de l’embouchure de l’Oder, endroit à partir duquel il bifurque, pour s’éloigner du cours de l’Oder vers l’ouest, laissant à la Pologne une bande d’environ 25 km de largeur comprenant la ville de Szczecin.

18Le tracé de ses frontières fait de la Pologne un pays composé essentiellement de plaines, et bien que le point culminant soit situé à 2499 m au-dessus du niveau de la mer (mont Rysy dans le massif des Tatras), 97 % des terres du pays se trouvent à des altitudes inférieures à 500 m. La Pologne tire d’ailleurs de cette caractéristique son nom, qui dérive du slavon pole (champ », « plaine »). La moitié nord de la plaine présente des paysages marqués par la période glaciaire avec de nombreux lacs et marécages, notamment dans le nord-est, ainsi qu’un relief irrégulier de basses collines, qui est également un héritage des moraines de fond des glaciers.

19Le pays est drainé, presque en totalité, par les deux grands fleuves polonais que sont la Vistule et l’Oder. Le premier prend sa source dans les monts Beskides et son bassin versant, avec ses principaux affluents que sont le San, le Wieprz et le Bug s’étend sur plus de 60 % du territoire polonais. L’Oder prend sa source dans les Sudètes tchèques près d’Olomouc et forme avec ses deux principaux affluents, la Neisse et la Warta, un bassin versant s’étendant sur tout le tiers occidental du pays. Le réseau hydrographique présente des caractéristiques similaires dans l’ensemble du pays : un écoulement du sud vers le nord, mais dans la moitié septentrionale, les faibles pentes, les lacs, marécages et restes de moraines, sont autant d’éléments qui perturbent l’écoulement, rendant les débits très faibles. La topographie glaciaire est aussi un facteur explicatif du tracé caractéristique des cours d’eau : ceux-ci, au contact des anciennes moraines frontales, ont une orientation est/ouest ou sud-est/nord-ouest, avant de trouver leur percée vers la Baltique. Ainsi le cours des grands fleuves suit d’est en ouest ces barrages naturels du centre de la grande plaine, avant de se diriger vers la mer. Ces « chenaux glaciaires », appelés en polonais pradoliny*, constituent des paysages typiques de cette plaine et ont pour autre conséquence la grande dissymétrie (le bassin versant rive droite étant largement plus étendu) du réseau hydrographique de la région. Ils sont également propices à l’établissement de voies de communication est-ouest, sur le flanc méridional de leurs talus.

1.4 Des enjeux aux origines anciennes et d’échelle continentale

20Les frontières du pays constituent également un laboratoire intéressant par la diversité qu’elles présentent en termes historique, culturel, économique et politique. La longue et conflictuelle horogenèse des frontières de la Pologne, sur laquelle nous reviendrons au début de notre recherche, est indispensable pour comprendre les enjeux actuels que connaissent les frontières du pays. Les discontinuités que représentent les frontières du pays, qui sont pour certaines parmi les plus fortes d’Europe sur le plan culturel ou économique, sont aujourd’hui l’objet de nouveaux enjeux d’ordre politique. Au cours de ce travail, une attention particulière sera portée à l’analyse de ces discontinuités et des effets qu’elles produisent sur les frontières, ainsi qu’au processus d’ouverture ou de fermeture des frontières, aspect essentiel de la politique frontalière contemporaine.

21À l’heure de la construction européenne et du grand marché commun de l’espace Schengen, la dévaluation des frontières est en effet synonyme de prospérité et de stabilité politique, et celles-ci sont alors des interfaces qui favorisent le commerce et les rapprochements entre les peuples. À l’inverse, une frontière fermée est de nos jours souvent perçue comme le vestige d’une époque féodale, qui entrave les échanges et le commerce. La frontière est alors défavorable au développement économique, et sa région souvent une marge constituée de deux périphéries délaissées. Analyser l’évolution du degré d’ouverture des frontières polonaises depuis la fin du communisme dans le pays sera donc indispensable pour comprendre leur situation actuelle.

  • 7 Le traité de Schengen fait partie intégrante de l’acquis communautaire depuis l’entrée en vigueur d (...)

22À la suite de la chute de l’URSS et de la fin de la satellisation des pays d’Europe centrale et orientale (PECO), toutes les dyades polonaises ont dans un premier temps connu une ouverture politique, qui a cessé d’entraver le développement des flux commerciaux et permis le rapprochement des populations riveraines. Depuis la fin des années 1990, ces dyades connaissent des dynamiques opposées, en fonction du statut des États bordiers vis-à-vis de l’UE. À la faveur de l’élargissement de l’UE, la dynamique d’ouverture a pu se poursuivre pour les dyades avec l’Allemagne, la République tchèque, la Slovaquie et la Lituanie, qui sont devenues, en 2004, des frontières internes de l’UE. Les dyades avec l’Ukraine, le Bélarus et la Russie se sont, dans le même temps, progressivement refermées car elles subissent la politique de contention frontalière imposée par l’UE à la Pologne, qui doit intégrer l’ensemble de l’acquis communautaire7*. Ainsi, les frontières avec l’Allemagne, la République tchèque, la Slovaquie et la Lituanie n’ont pu s’ouvrir complètement que lorsqu’ont été complètement verrouillées celles avec l’Ukraine, le Bélarus et la Russie. Entre mai 2004 et mars 2008, la ligne de fracture politique est/ouest divisant le continent européen, et qui depuis 1990 suivait la dyade germano-polonaise, s’est déplacée sur la frontière orientale de la Pologne (cartes 2 et 3 page ci-contre). Dans ce pays, l’adhésion à l’Union européenne et l’entrée dans l’espace Schengen sont vécues comme des dates marquant le « retour à l’Ouest », après celles de la chute du régime communiste en 1990 et de l’adhésion à l’Organisation du traité de l’ Atlantique Nord (OTAN) en 1999. Tous ces événements ont impliqué des changements géopolitiques profonds à l’intérieur du territoire polonais et plus encore sur ses frontières.

Carte 2 – L’Europe politique en 1989.

Carte 2 – L’Europe politique en 1989.

2 Les questionnements soulevés

23À travers cet ouvrage, nous nous proposons d’analyser la portée géopolitique des brutaux changements de statuts (fonction politique, degré d’ouverture...) qu’ont connu les frontières polonaises depuis le début de la période de transition en Pologne. Afin de répondre à cette problématique principale, d’autres questionnements, présentés ci-après, seront soulevés dans ce travail.

Carte 3 – L’Europe politique en 2010.

Carte 3 – L’Europe politique en 2010.

2.1 Permanence et réversibilité des discontinuités créées par les tracés frontaliers

24L’instabilité chronique des frontières de la Pologne nous amène à nous questionner sur les dynamiques frontalières en termes de discontinuités économiques ou sociales. Les frontières politiques sont en effet créatrices de discontinuités, et il nous paraît intéressant, au vu de l’histoire polonaise, de nous interroger sur la permanence et la réversibilité de ces discontinuités créées par les tracés frontaliers. La grande instabilité des frontières du territoire polonais jusqu’à l’époque moderne, puis au xxe siècle est-elle encore décelable sur les territoires et les populations contemporains La Pologne présente la particularité d’avoir disparu de la carte politique pendant le siècle de « l’éveil des nations » en Europe. La disparition durant 123 ans de l’État polonais, son partage entre trois empires, dont les caractéristiques socio-économiques étaient très différentes, représente pour nous une source multiple de questionnements. Comment, après quatre générations, les frontières de la nation polonaise ont-elles pu se maintenir aussi clairement, au sein de trois empires hostiles Quelles marques les frontières étatiques de ces trois empires ont-elles laissé au sein du territoire polonais et de sa population Aujourd’hui, les tracés d’anciennes frontières peuvent encore être visibles sur certaines cartes et dans le paysage polonais, mais selon une intensité ne dépendant pas uniquement de leur ancienneté. Il sera alors intéressant, a posteriori, de s’interroger sur la spécificité des faits historiques qui ont marqué de façon durable l’espace polonais et ses frontières.

Carte 4 – Situation politique de la Pologne et de ses frontières en 2010.

Carte 4 – Situation politique de la Pologne et de ses frontières en 2010.

2.2 Quelle perméabilité pour les barrières douanières et migratoires ?

25Dans le contexte actuel de mondialisation, la chute des frontières douanières est encouragée à différentes échelles par des organisations internationales libérales (OMC, UE...). En effet, les frontières douanières sont souvent perçues comme un frein au développement économique, devenant de fait des périphéries du monde en développement. Dans le même temps, les inégalités mondiales ne cessent de progresser et mènent les États les plus riches à mettre en place des barrières migratoires, toujours plus nombreuses et se voulant imperméables, pour protéger leur prospérité. L’Union européenne n’échappe pas à cette ambivalence et l’amplifie même en effaçant ces deux types de frontières à l’intérieur de son territoire et en les déplaçant sur son enveloppe externe.

26Il y a encore vingt-cinq ans frontières fermées et contestées au sein du Bloc de l’Est, les dyades allemande, tchèque, slovaque et lituanienne (à l’époque RDA, Tchécoslovaquie et RSS de Lituanie) sont aujourd’hui devenues, après des changements géopolitiques importants, des frontières ouvertes et en voie de dévaluation au sein de l’UE et de son marché commun. Comment une ouverture si rapide s’est-elle concrétisée sur le terrain Les disparités économiques ont permis le développement d’un commerce particulier, lié à la frontière, qu’il sera intéressant d’analyser. Sur le plan culturel, l’ouverture a-t-elle marqué le retour des animosités nationales latentes liées à la question des frontières ou au contraire le point de départ d’une réconciliation durable entre les peuples Le cas de la frontière polono-allemande, qui concentre une grande partie de ces tensions sera, dans ce domaine, particulièrement intéressant. Les coopérations commerciales qui s’y sont récemment développées relèvent d’un pragmatisme économique et ouvrent la voie à des relations de voisinage plus détendues. Cette dyade va-t-elle pouvoir à court ou moyen terme devenir une frontière aussi dévaluée et apaisée que l’est devenue la frontière franco-allemande, avec laquelle elle a de nombreux points communs

27L’entrée de la Pologne dans l’Union européenne a soulagé la dyade polono-allemande de nombreuses complications liées à la présence de la frontière externe de l’UE. Ainsi les problèmes concernant les flux illicites, la pression migratoire, les difficultés de franchissement dues aux contrôles et la relative anémie économique, résultant de la marginalisation des régions frontalières, ont tous disparu ou sont en passe d’être réglés. La plupart d’entre eux se sont en effet mécaniquement déplacés sur la nouvelle frontière externe de l’UE, sur laquelle est pratiquée une politique stricte de contention frontalière. Une grande partie de la frontière de l’UE se trouve, depuis le 1er mai 2004, sur les frontières orientales de la Pologne. Depuis cette date, la Pologne est en effet le nouvel État membre (NEM) ayant à sa charge le plus long tronçon de frontière externe terrestre (1155 km sur les trois dyades avec la fédération de Russie, le Bélarus et l’Ukraine) de l’Union européenne. Comme l’affirme cette dernière, sa nouvelle frontière externe pourra-t-elle devenir une zone d’échanges et de prospérité, sorte de laboratoire à un éventuel élargissement, comme cela a été auparavant le cas Ou bien cette frontière se transformera-t-elle définitivement en un nouveau « rideau de fer », ce qui contribuerait à transformer ses régions, pourtant déjà en crise économique, en marges défavorisées de l’Union européenne Qu’adviendra-t-il de la dyade avec l’oblast russe de Kaliningrad, complètement enclavé depuis le 1er mai 2004 par l’Union européenne Jusqu’à présent, la frontière de l’Union européenne était considérée comme une limite en mouvement. En ce qui concerne notre zone d’étude, cette frontière s’est-elle fixée définitivement le 1er mai 2004 ou bien est-elle encore susceptible, dans un avenir proche ou lointain, de se déplacer encore vers l’Est Dans les années 1990, la Pologne avait vu comme un atout l’ouverture de sa frontière orientale, mais aujourd’hui, la « sécurisation » de cette frontière en application des accords de Schengen est un coût à payer en contrepartie de l’adhésion à l’Union européenne.

2.3 Le jeu des frontières sur le développement régional

28Cette ouverture des frontières à l’ouest et leur fermeture à l’est risquent d’avoir des conséquences géopolitiques profondes et durables non seulement sur les frontières polonaises, mais sur l’ensemble du territoire de la Pologne. Après un demi-siècle de planification socialiste, ce « jeu des frontières », cumulé à la loi du marché, amène une nouvelle donne pour le développement régional du pays. La situation actuelle des frontières risque par exemple de réactiver et de renforcer l’ancien gradient est-ouest existant en termes de développement économique. Cette nouvelle donnée géopolitique vient donc se rajouter aux autres déjà existantes, qui expliquent l’organisation de l’espace dans le pays. Ces données peuvent être actives, comme les politiques actuelles de développement régional, ou bien inertes comme le tracé d’anciennes frontières étatiques qui restent encore visibles sur certaines cartes du pays et semblent pratiquement indélébiles. Car, comme le rappelait Aymeric Chauprade, « certains faits sont constants, inscrits par la nature ou l’homme et mettent longtemps à s’effacer » (Chauprade, 2003). Ce sera aussi l’objet de notre étude que de cerner ces « constantes » et de tenter de définir leur influence actuelle dans l’organisation spatiale du pays.

2.4 Une gouvernance transfrontalière ?

29La stabilisation et l’ouverture des frontières, la délégation des pouvoirs de l’État à des collectivités régionales ou locales, la création d’entités institutionnelles transfrontalières comme les eurorégions, sont autant d’éléments encourageant la recomposition des territoires frontaliers. Cette recomposition passe d’abord par la prise de conscience des populations et des autorités politiques de l’existence d’un territoire transfrontalier commun à mettre en valeur. Elle se réalise ensuite par la mise en place de projets communs. Elle pourrait se développer avec l’apparition d’entités territoriales transfrontalières dotées d’un pouvoir politique. Nous tenterons, au cours de ce travail, de déterminer quelles sont les forces qui encouragent ou ralentissent la mise en place de tels projets de coopération transfrontalière*.

3 Le cheminement adopté

30La première étape de ce travail a été de réaliser une étude bibliographique s’appuyant sur les écrits des spécialistes du phénomène frontalier en Pologne. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer, et de manière non exhaustive : Marie-France Gaunard-Anderson, Tomasz Komornicki, Marek Koter, Gilles Lepesant, Roman Matykowski, Tadeusz Stryjakiewicz et Alexander Tölle, dont les travaux seront fréquemment cités dans cet ouvrage. Malgré l’intérêt naissant, le sujet est encore peu étudié en France ; en Pologne ou dans les pays voisins, il reste encore relativement « tabou » lorsqu’il est abordé par un angle géopolitique. Les articles et ouvrages présentant en détail les projets de coopération transfrontalière sont nombreux, mais il n’existe pas à notre connaissance d’ouvrage récent traitant de la globalité de notre sujet.

31Tout en restant en dehors des débats d’écoles concernant les places respectives de la géographie et de la géopolitique dans les sciences humaines, nous pensons qu’il est indispensable, pour pouvoir traiter dans son ensemble un sujet comme celui des frontières d’un État, de procéder par une approche à la fois pluridisciplinaire et à plusieurs échelles, d’espace et de temps.

32Cet ouvrage propose de participer au débat provoqué par l’étude des frontières en géographie, sans parti pris sur la méthodologie à employer. Le terme « géopolitique », utilisé dans le titre, sert donc à préciser la portée du sujet et non à définir une orientation épistémologique. Ce travail, qui s’appuie sur des sources principalement polonaises, est cependant très influencé par la production géographique française sur les frontières, notamment celle de Jean-Christophe Gay, Michel Foucher et Stéphane Rosière.

33Comme nous l’avons précédemment indiqué, nous avons choisi d’utiliser de manière complémentaire les analyses empiriques d’une part ; quantitatives et modélisatrices d’autre part. En partant d’analyses qualitatives et quantitatives nous aboutirons à des éléments de synthèse nous permettant de vérifier ou de renouveler des points théoriques traitant de la frontière.

34La prise en compte des échelles constitue, nous venons de le voir, un point important de l’expertise du géographe dans l’analyse du fait politique. À ce titre, cet ouvrage aura pour aspiration de mettre en exergue les jeux d’échelles auxquels sont soumis les phénomènes pris en compte.

3.1 Un retour sur l’origine de certaines discontinuités, indispensable pour la compréhension des phénomènes actuels

  • 8 « La géopolitique attend, car elle a fait le pari du temps long et compte sur le retour des permane (...)
  • 9 « La géographie est une étude fondamentalement synchronique. Mais elle ne peut ignorer les tensions (...)
  • 10 Davies, 1982.

35Science du présent, la géographie est néanmoins intimement liée, depuis ses origines, à la discipline historique, et à l’analyse diachronique. La place du paradigme historique est cependant variable dans les différentes écoles s’intéressant au fait politique : alors qu’elle est centrale dans l’école géopolitique, elle est plus en retrait pour les tenants de la nouvelle géographie. À titre d’exemple, d’un côté, Aymeric Chauprade regrette de ne pas pouvoir remonter assez loin dans le temps pour comprendre l’établissement des constantes de l’histoire8 ; de l’autre, Roger Brunet met en garde contre tout historicisme, ou déterminisme historique9. Dans le cadre de cette étude, compte tenu de « l’obsession territoriale10 » dont parle Norman Davies au sujet de la Pologne, nous pensons qu’il est fondamental, au risque d’être accusé de déterminisme historique, d’étudier en détail le passé, afin de mieux comprendre le présent. Ainsi, pour reprendre les termes de Roger Brunet, nous démontrerons, qu’il reste en Pologne beaucoup d’éléments actifs et puissants dans les héritages reçus et les mémoires du système.

  • 11 En valent pour preuve les 64,3 % des personnes interrogées lors d’une enquête menée à Słubice sur l (...)

36Revenir sur l’histoire des frontières de la Pologne en quelques dizaines de pages est une tâche ardue, mais c’est également une étape indispensable pour avoir toutes les données nécessaires à leur compréhension actuelle. Le fait historique est important dans toute étude sur les frontières, mais il l’est encore plus dans le cas de la Pologne, comme nous l’ont prouvé nos observations, nos entretiens et nos enquêtes menés sur le terrain11. Pour ce faire, et compte tenu de la complexité de la question, nous avons choisi de suivre le fil chronologique des événements historiques, une approche thématique se prêtant peu à l’exercice et pouvant même le compliquer. Cette approche chronologique, dont les bases remontent à l’aube de l’an 1000, nous permettra de pouvoir mieux réaliser que certains faits historiques anciens peuvent encore avoir une grande influence sur le présent.

37Dans les trois premiers chapitres de cet ouvrage, qui proposent un éclairage historique, nous avons fait appel à des travaux d’historiens reconnus comme Daniel Beauvois ou Norman Davies, mais également aux publications des géographes contemporains des périodes étudiées, comme Élisée Reclus ou Jacques Ancel. L’ouvrage n’apporte ici aucune donnée de première main ni d’avancée quelconque pour la science historique. Au-delà d’un travail de synthèse et de contextualisation, c’est une lecture géographique des faits historiques qui est recherchée, afin de mieux comprendre les origines de certains phénomènes actuels.

38Certains de ces phénomènes ont des racines très anciennes. Nous commencerons par nous pencher sur l’histoire des frontières polonaises depuis leur création ; d’abord pour comprendre le bornage du territoire où s’exerce la souveraineté de l’État polonais, puis pour saisir les dynamiques propres aux espaces périphériques de ce même État. Nous reviendrons ensuite sur l’instabilité chronique des frontières polonaises, d’une ampleur inégalée en Europe. La poussée vers l’est, l’expansion du territoire polonais au Moyen Âge, l’union des États polonais et lituanien, sont autant d’évènements qui trouvent souvent un écho dans la période contemporaine (chapitre i). Nous reviendrons ensuite sur la période des partages, époque marquante de l’histoire polonaise, aussi bien pour la mémoire collective que pour le territoire du pays (chapitre ii). Nous étudierons enfin l’horogenèse moderne et la stabilisation des frontières polonaises, de la résurrection de l’État polonais dans l’entre-deux-guerres, jusqu’à la période de transition économique et politique engagée en 1989, à la suite de la chute du mur de Berlin et de la désagrégation du Bloc des pays de l’Est (chapitre iii). L’événement retenu comme borne chronologique de ce chapitre est le début des négociations d’adhésion de la Pologne à l’UE, en 1998, car cette date marque un tournant dans la géopolitique des frontières du pays.

3.2 Une approche typologique et comparative

  • 12 Le fait politique est toutefois traité à des échelles dyssymétriques pour les frontières internes e (...)

39La variété des problématiques dégagées tout au long de nos recherches nous a conduit, pour mener à bien ce travail, à construire, à partir d’une approche comparative de différents territoires d’étude, une typologie basée sur la notion de « degré d’ouverture des frontières ». C’est à partir de 1998 que les dyades du pays sont entrées dans les dynamiques d’ouverture ou de fermeture qui sont les leurs actuellement. À partir de cette date, les frontières avec les États n’étant ni membres de l’UE ni candidats à l’être (Russie, Bélarus, Ukraine) ont nécessité, pour l’aboutissement des négociations, une sécurisation progressive, en accord avec la politique communautaire en matière de gestion des frontières. Au contraire, les dyades avec le membre de l’UE de l’époque (RFA) et les pays alors candidats (République tchèque, Slovaquie et Lituanie) ont accéléré leur ouverture. Dans les chapitre iv et v, les données quantitatives et qualitatives recueillies sur ces deux types de frontières, feront, autant que possible, l’objet d’un traitement similaire, avec des entrées thématiques identiques (politique12, économique et culturelle), afin de pouvoir mieux procéder à leur comparaison.

40Nous étudierons la dynamique d’ouverture des « frontières en déconstruction politique » dans le chapitre iv. Une distinction sera faite entre la dyade allemande, qui a été, pendant 15 ans, la frontière externe de l’Union européenne et sur laquelle s’observent aujourd’hui encore des discontinuités économiques et culturelles parmi les plus fortes d’Europe, et les dyades tchèque, slovaque et lituanienne, qui étaient durant la même période des frontières entre « pays en transition ». Le chapitre v s’intéressera ensuite aux autres dyades polonaises qui marquent désormais la nouvelle frontière externe de l’UE, de l’espace Schengen et de l’OTAN. Après avoir connu une brève ouverture dans les années 1990, ces dyades sont aujourd’hui des « frontières en reconstruction », qui accentuent en de nombreux domaines les discontinuités entre les États qu’elles séparent. La combinaison des transformations étudiées dans ces deux chapitres fait que la Pologne, d’abord par choix, mais aussi par contrainte, s’est largement tournée vers l’ouest du continent. Ce « jeu des frontières » induit pour elle des transformations majeures, sur ses frontières mais également sur l’ensemble de son territoire ; transformations qu’il sera intéressant d’analyser dans un sixième chapitre. Cet ultime chapitre prendra aussi en compte deux types de frontières n’ayant pas pu entrer dans notre typologie de par leur aspect réticulaire, mais qui participent de façon croissante au « jeu des frontières » : les frontières maritimes et aériennes.

3.3 L’analyse d’un jeu d’échelles

41Les effets produits par un même phénomène peuvent varier en fonction des ordres de grandeur spatiaux et temporels dans lequel celui-ci s’inscrit. Ainsi, comme l’a démontré Jean-Christophe Gay, « Le discontinu contient [...] du continu. Ce qui peut être apprécié comme discontinu à un certain niveau d’observation apparaîtra continu à une échelle plus grande » (Gay, 1995). Une des spécificités du géographe est de repérer, dans les échelles temporelle et spatiale, les ruptures et, a contrario, les continuités qui permettent de mieux appréhender les faits étudiés. L’analyse diatopique permet de percevoir les ensembles constitutifs d’un objet, ainsi que ceux dans lesquels il est englobé. Le jeu d’échelle consiste donc à repérer les superpositions, les articulations, les confrontations entre les échelles ; et par extension celles des acteurs qui s’y inscrivent.

  • 13 Cité par Jacques Ancel (Ancel, 1938, p. 3).

42Notre sujet place a priori l’État polonais au centre de notre étude, puisque, pour reprendre la formule de Lucien Febvre, « ce n’est pas le cadre qui importe, mais ce qui est encadré13 ». Si l’État polonais constitue à ce titre notre premier référentiel d’étude, ainsi que les États avec lesquels il partage une dyade, il nous sera cependant nécessaire d’en changer aussi souvent que nécessaire, pour mieux comprendre les enjeux dont font l’objet les frontières polonaises. La différenciation du degré d’ouverture des frontières, nous l’avons vu, a été impulsée principalement à l’échelle supra-étatique de l’UE. Ainsi, la fonction de certaines frontières dépasse de plus en plus souvent le cadre de la gestion étatique. À l’inverse, l’analyse des tronçons frontaliers menée dans les chapitres iv et v nous conduit à utiliser d’autres échelles comme référentiel : échelle régionale ou locale. Trois localités feront ainsi l’objet d’une attention particulière tout au long de cet ouvrage : les villes-doublons* de Słubice/Francfort-sur-l’Oder et Cieszyn/Český Těšín, ainsi que la région de Terespol/Brest. Ces localités sont des points de passage importants de leurs frontières respectives, généralement plus densément peuplées que le reste de la zone frontalière. Elles ont étés choisies car elles sont des lieux historiquement emblématiques et aujourd’hui stratégiques des trois grands types de frontières politiques abordées dans cette étude : frontière avec un membre de l’UE-15, frontière avec un autre NEM, et frontière avec un pays non membre de l’UE. Ils constituent ainsi des laboratoires de recherche variés. Le chapitre vi, en s’intéressant au développement régional en Pologne, nous amènera régulièrement à utiliser comme référentiel des cadres infra-étatiques, comme les voïvodies ou les powiats* polonais.

Notes

1 À ce propos, se référer aux ouvrages de Philippe Moreau-Defarges, La mondialisation, vers la fin des frontières, (1993) et de de Kenichi Ohmae, The borderless world, power and strategy in the interlinked economy, (1994), ainsi qu’aux articles de John Agnew « The territorial trap : the geographical assumptions of international relations theory », (1994), et de David Newman, « World society, globalization and a borderless world. The contemporary significance of borders and territory », (2005). Gabriel Wackermann dans son ouvrage Les frontières dans un monde en mouvement, écrivait au sujet de la mondialisation, qu’une « vision à long terme implique nécessairement le dépassement des frontières, en somme à un globe à “frontière 0”, si l’on veut faire face de manière efficace aux problèmes dont la solution ne saurait être possible dans un compartimentage mondial d’États plus ou moins égoïstes ou plus égocentriques les uns que les autres » (Wackermann, 2003, p. 90).

2 « Les dépenses militaires mondiales ont bondi de 45 % en dix ans », Le Monde, 09/06/08. L’an dernier, les dépenses militaires mondiales ont atteint 1 339 milliards de dollars (851 milliards d’euros) tirées à 45 % par les États-Unis d’Amérique. Des dépenses qui correspondent à 2,5 % du produit intérieur brut (PIB) mondial ou encore à 202 dollars (128,4 euros) par personne, soit un niveau proportionnellement supérieur (en rapport au PIB) à celui de la seconde guerre mondiale. Le pourcentage d’augmentation le plus fort est à mettre à l’actif de l’Europe de l’Est (162 %) (idem).

3 L’expression est employée par Pierre George dans une recension de l’ouvrage de Norman J. G. Pounds Political Geography : « la lecture du livre de Norman J. G. Pounds permet de mesurer tout ce qui sépare la géographie politique de la géopolitique de fâcheuse mémoire » (1964).

4 Dans son essai « The significance of the frontier in american history » (1893). Voir aussi Turner, 1921.

5 Cependant, d’autres définitions existent, comme celle de Bernard Reitel : « Deux définitions de la frontière semblent donc coexister : l’une a une dimension culturelle et sociale et est exprimée par l’anglais frontier et l’autre a une dimension plus politique (frontière d’État) et est traduite par border ou boundary. » (2004) ; ou celle de John House qui écrit en 1980 « que la frontière (“frontier”) est une zone s’étendant des deux côtés d’une ligne qui démarque une frontière (“boundary”) internationale, ce qui tente de concilier deux conceptions » (cité par Foucher, 1991, p. 45).

6 « La genèse des frontières pourrait être nommée, à partir de la racine grecque servant à désigner les limites politiques du territoire des cités — “horo”, qui a donné en français “horizon” —, horogenèse (le terme de frontogenèse étant déjà utilisé en météorologie) ».

7 Le traité de Schengen fait partie intégrante de l’acquis communautaire depuis l’entrée en vigueur du traité d’ Amsterdam, le 1er mai 1999. Ainsi les nouveaux États membres entrés dans l’UE en 2004 ont-ils tous rejoint l’espace Schengen en mars 2008.

8 « La géopolitique attend, car elle a fait le pari du temps long et compte sur le retour des permanences, sur la réalité des peuples qui finit par balayer toutes les constructions impériales, toutes les utopies territoriales. Elle sait que l’histoire bégaie souvent, progrès des sciences ou non, même si elle ignore fondamentalement à quel moment les permanences se sont installées dans l’histoire. » (Chauprade, 2003, p. 843).

9 « La géographie est une étude fondamentalement synchronique. Mais elle ne peut ignorer les tensions, tendances, mouvements qui se font jour dans le temps présent, et se porte ainsi vers l’avenir. Quant au passé, elle ne s’y est que trop longtemps portée ; certes, il faut identifier, dans les héritages reçus et les mémoires du système, ce qui est actif et ce qui ne l’est pas ; cependant, la tentation généalogiste est souvent excessive [...]. Il serait bon de déplacer un peu la diachronie vers l’aval » (Brunet, 1993, p. 471).

10 Davies, 1982.

11 En valent pour preuve les 64,3 % des personnes interrogées lors d’une enquête menée à Słubice sur la frontière polono-allemande, en 2008, qui ont jugé que « l’histoire » faisait partie des obstacles à de meilleures relations polono-allemandes de façon « importante » ou « très importante ». Ces résultats, bien que s’appliquant à l’échelle d’une commune frontalière, sont révélateurs du poids de l’histoire dans les relations actuelles entre les polonais et leurs voisins.

12 Le fait politique est toutefois traité à des échelles dyssymétriques pour les frontières internes et les frontières externes de l’UE. En effet, les acteurs de la politique et de la coopération frontalières ne sont pas les mêmes en Russie, en Ukraine et au Bélarus, où l’État reste un acteur incontournable, et avec les autres voisins de la Pologne, où des acteurs infra-étatiques jouissent de compétences dans ce domaine.

13 Cité par Jacques Ancel (Ancel, 1938, p. 3).

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Structure physique schématique de la Pologne.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Carte 2 – L’Europe politique en 1989.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Carte 3 – L’Europe politique en 2010.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Carte 4 – Situation politique de la Pologne et de ses frontières en 2010.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search