Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

L’Inquisition valencienne face au péril luthérien (1521-1575)

David Kahn

Texte intégral

  • 1 Redondo, A., « Luther et l’Espagne de 1517 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. I, Paris (...)
  • 2 Archivo Histórico Nacional (dorénavant AHN), Inquisición, libro 317, 184v.
  • 3 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 122.

1Le 7 avril 1521, alors que l’Espagne vivait la révolution des Comunidades, l’Inquisiteur Général Adrien enjoignait l’ensemble des tribunaux de district des couronnes de Castille et d’Aragon de se faire livrer tous les ouvrages de Luther que l’on trouverait en Espagne1. Le 9 avril, l’Inquisiteur Général faisait part aux membres du Conseil de Castille de l’interdiction de posséder, de vendre ou de publier les œuvres du moine augustin2. Ce jour-là, Adrien d’Utrecht et l’Amiral de Castille exhortaient Charles Quint à poursuivre Luther et ses partisans en ces termes3 :

  • 4 Lettre citée par J.-P. Dedieu, « Le modèle religieux, le refus de la Réforme et le contrôle de la (...)

Non content ce séducteur d’avoir perverti et trompé l’Allemagne, il essaie par ses astuces diaboliquement malignes de […] contaminer vos royaumes d’Espagne. Pour cela, s’appuyant sur des gens qui ici cherchent à gêner et renverser le Saint-Office […] il fait traduire […] en langue castillane ses hérésies pour les […] semer et publier dans notre nation catholique. Petite étincelle peut provoquer grand incendie […] Que Votre Majesté y porte remède, surtout que, vu l’état d’altération de certaines villes de ces royaumes, il pourrait se produire un grand scandale et une flambée telle qu’il serait difficile de l’éteindre4.

  • 5 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit. p. 109-165.
  • 6 On ne dispose pas de données sérielles qui permettraient de saisir avec précision l’étendue de la (...)
  • 7 Thomas, W., La represión del protestantismo en España, 1517-1648, Louvain, Presses Universitaires, (...)

2Les autorités réagissaient vivement à la polémique qui menaçait de déchirer la chrétienté. Et pourtant, l’Inquisition semblait davantage se soucier du commerce et de la diffusion d’ouvrages hérétiques, ainsi que l’a montré A. Redondo5, que des erreurs que pouvaient colporter d’éventuels luthériens en chair et en os6. Le péril résidait véritablement, aux yeux du Saint-Office, dans les idées véhiculées par les livres, plus que dans les hommes, pour la plupart étrangers de surcroît, et dont le luthéranisme semblait bien superficiel et peu cohérent. Le spectre luthérien, ainsi que l’avance Werner Thomas, n’avait pas infléchi les priorités du Saint-Office durant la première moitié du xvie siècle7.

  • 8 Le tribunal de Valence au Conseil, mars 1567 : También vino en el pliego una deposición rezibida e (...)
  • 9 AHN, Inquisición, libro 911, 524r ; AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 57r.
  • 10 AHN, Inquisición, legajo 5312, exp. 18.

3Il fallut attendre les années 1560 pour que l’Inquisition commençât véritablement à pourchasser de façon systématique les luthériens. La découverte des cercles réformés de Séville et de Valladolid eut des répercutions substantielles sur l’activité répressive des tribunaux de district. Dans le sillage de ces affaires, le tribunal de Valence multipliait les procès à leur encontre. Il est délicat, pour les années 1560-1565, de procéder à une reconstitution des flux répressifs à cause non seulement de l’inexistence des relations de causes mais également des problèmes de conservation dont font état les procès de foi. Néanmoins, certains indices montrent que les effets des épisodes de Séville et de Valladolid ne se firent guère attendre à Valence. En 1560, Le Saint-Office infligeait pénitence à l’humaniste Pere Lluis Verga8. Lors de l’autodafé du 8 août 1563, l’Inquisition remettait trois luthériens au bras séculier et brûlait deux effigies9. Le 17 septembre 1564, Gaspar de Centelles périssait sur le bûcher ; ce même jour, les flammes consumèrent l’effigie de Guillermo Maçaner10.

  • 11 Gonzalez-Raymond, A., Inquisition et société en Espagne. Les relations de causes du tribunal de Va (...)

4L’étude statistique d’Anita Gonzalez-Raymond, fondée sur le dépouillement des relations de causes, recense, pour la période 1566-1600, 156 cas de luthéranisme à Valence11 :

Les délits les plus réprimés par le tribunal de Valence (1566-1700) (Nombre de cas et % par rapport à l’activité totale)

Les délits les plus réprimés par le tribunal de Valence (1566-1700) (Nombre de cas et % par rapport à l’activité totale)

Source : A. Gonzalez-Raymond, Inquisition et société en Espagne. Les relations de causes du tribunal de Valence (1566-1700), Paris, Les Belles Lettres, 1996.

  • 12 Soulignons que sur les 260 protestants qui furent jugés entre 1566 et 1700, presque la moitié le f (...)

5À partir des années 1575, les luthériens étaient à nouveau relégués au second plan de l’activité répressive, avec une moyenne de neuf procès tous les cinq ans. Entre 1566 et 1575, en revanche, ils constituaient le second contingent d’accusés, par ordre d’importance, à Valence. Une répression concentrée dans le temps12 et qui revint à des niveaux modestes quinze ans après le démantèlement des cercles de Séville et de Valladolid.

  • 13 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española, Madrid, Fundación universitaria española, 1983, I (...)
  • 14 Lea, H. C., Historia […], op. cit.
  • 15 Dedieu, J. P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit., p. 290.

6Si, à partir de 1558, l’intensification de l’activité anti-luthérienne à l’échelle péninsulaire apparaît comme la conséquence d’une action concertée à partir de la Suprême, il n’en demeure pas moins que les historiens, à l’instar de H. C. Lea, ont douté de l’impact des doctrines réformées sur la péninsule ibérique : le luthéranisme ne suscita que quelques « épisodes passagers », ceux de Séville et de Valladolid, aussi brefs que spectaculaires et tragiques, mais dépourvus d’effets tangibles sur le paysage spirituel et les croyances populaires du xvie siècle13. L’enjeu était avant tout politique14. Fernando de Valdés, soucieux de ne pas tomber en disgrâce, sut tirer habilement parti de ces coups de filet spectaculaires pour se rendre indispensable auprès du monarque. La déferlante luthérienne légitimait ainsi ses projets de consolidation institutionnelle du Saint-Office. Une part de manipulation, en somme, d’autant plus difficiles à mesurer que de vives inquiétudes gagnaient les autorités. La petite étincelle semblait bien avoir provoqué un grand incendie. Des années d’hystérie religieuse, pour reprendre le mot de J. P. Dedieu15, de défiance pour toute manifestation d’hostilité populaire envers l’état ecclésiastique, qui rendaient impérieux un programme idéologique d’uniformisation confessionnelle. Une période qui contraste vivement avec les premiers temps de la répression durant lesquels l’activité anti-luthérienne était résiduelle.

  • 16 Voir Bataillon, M., Erasmo y España. Estudios sobre la historia espiritual del siglo XVI, Madrid, (...)
  • 17 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia, 1530-1609, Barcelone, Península, 1980, p. 332. ; Ha (...)

7De la publication des thèses de Wittenberg à la dernière session du concile de Trente, des années d’indéfinition où l’idéal de Réforme, parce qu’il semblait vague, troublait les contemporains, et parce qu’il semblait imprécis, évoquait le schisme. La chrétienté réagissait contre Luther, puis contre la réformation protestante en définissant ce qu’il fallait entendre par orthodoxie. Plus qu’une simple querelle d’école, c’était une vision de la réformation de l’Église et de la chrétienté toute entière qui se jouait. Une polémique, ainsi que le souligne M. Bataillon16, qui aurait pour issue le triomphe, en Espagne, de la réaction orthodoxe. Aussi a-t-on souligné que la menace luthérienne avait poussé le Saint-Office à définir une stratégie cohérente qui visait à extirper l’érasmisme valencien, dont le paulinisme, en ce temps des ambiguïtés, évoquait à plusieurs égards les prises de position du moine de Wittenberg17. Des années de tensions, de conflits, de manœuvres, où rien n’était joué, mais durant lesquelles l’Inquisition semblait instrumentaliser le péril luthérien pour peser sur le cours des débats en acculant les évangélistes aux frontières d’une orthodoxie encore incertaine. Néanmoins, précisons-le d’emblée, il s’agissait davantage, à Valence, de tentatives timides qui cherchaient à mettre en garde et à faire de Luther un repoussoir absolu.

  • 18 Vénard, M., « Le concile de Trente », Alberigo G. (Dir.), Les conciles oecuméniques. L’Histoire, P (...)

8Car c’est l’œuvre du concile de Trente, « conçue essentiellement en réponse aux thèses protestantes »18, qui non seulement inaugura les nouveaux temps répressifs, où le luthéranisme s’imposait comme l’une des priorités affichées du Saint-Office, mais qui donna également l’aval et le support doctrinal au virage confessionnel exécuté par Philippe II. Le temps des débats était révolu. L’Inquisition s’attachait de plus près aux hommes. La répression du luthéranisme participait désormais du dispositif d’uniformisation confessionnelle déployé par les autorités civiles et religieuses.

Le premier temps de la répression. Érasmisme et luthéranisme

  • 19 Et ce, à juste titre. Érasme témoignait d’une amitié profonde à l’endroit d’OEcolampade. La lettre (...)
  • 20 Wanegffelen, T., « Réforme, réformations, protestantisme », Miller J. (Dir.), L’Europe protestante (...)

9De la condamnation de Luther (1520) au milieu du xvie siècle, le spectre luthérien hantait les autorités espagnoles de façon croissante. En ce temps de craintes exacerbées, l’Inquisition contribuait à museler les voix qui se réclamaient d’Érasme et appelaient à la réforme de l’Église in capite et in membris. La Suprême invoquait la prise de conscience des effets pernicieux dont pouvaient être à l’origine les doctrines réformées, insinuant invariablement les connivences qui liaient la doctrine du moine de Wittenberg à la spiritualité ambiguë des érasmiens. Car, en ce temps de tâtonnements et d’incertitudes spirituels, entre l’idéal de réforme et l’élan schismatique, la ligne de partage s’avérait bien mince aux yeux des contemporains. D’autant que du côté réformé, l’on s’accorderait, quelques années plus tard, à considérer que la lecture des œuvres d’Érasme avait nourri l’esprit des réformateurs Œcolampade19 et Zwingli20. Aussi, du côté catholique, les esprits malveillants conspiraient-ils le discrédit de celui dont on prétendait qu’il était le père spirituel de Luther. Ainsi, au cours des années 1530, le tribunal de la foi procéda-t-il à une vague d’arrestations spectaculaires dans les milieux érasmiens, véritable coup de filet qui mit en cause les personnalités les plus en vue du royaume, à l’instar du prédicateur de l’Empereur, fray Alonso Ruiz de Virués, incarcéré en 1538.

  • 21 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 328-329.

10À Valence, les cercles érasmiens firent les frais de cette politique répressive déployée à l’échelle espagnole. Et si les archives inquisitoriales ne recensent que deux procès intentés à des érasmiens valenciens en cette première moitié du xvie siècle, ceux de Juan de Molina et de Miguel Mezquita, tous deux jugés en 1536, il n’en demeure pas moins, selon R. García Cárcel, que Luis Vives, le convers Père Joan Oliver, Joan Gelida et Joan Martín Población s’exilèrent à l’étranger probablement pour échapper aux pressions croissantes qu’ils devaient subir21.

  • 22 Lea, H. C., Historia de la Inquisición […], op. cit., III, p. 221.
  • 23 Bataillon, M., Erasmo y España […], op. cit., p. 490.
  • 24 Lettre de la Suprême adressée au tribunal de Valence, 9-01-1536, AHN, Inquisición, libro 322, 1r.

11Et H. C. Lea de conclure : Esta atmósfera general de sospecha y esta exagerada sensibilidad para el posible error exponía a todos al procesamiento por la más inocentemente descuidada expresión22. Ainsi Vivès avait-il écrit à Érasme le 10 mai 1534 : Estamos pasando por tiempos difíciles, en que no se puede ni hablar ni callar sin peligro. En España han sido encarcelados Vergara y su hermano Tovar, como también otros hombres doctos23. En 1536, l’Inquisition de Valence pourchassait Juan de Molina. Les chefs d’accusation que retenait contre lui la Suprême se réduisaient, en substance, à des propos qu’elle tenait pour irréfléchis24.

  • 25 Tellechea Idígoras, J. I., Tiempos recios. Inquisición y heterodoxias, Salamanca, Ediciones Síguem (...)

12Sous le couvert d’endiguer la menace luthérienne, l’Inquisition intriguait contre les cercles érasmiens, ainsi que l’a avancé avec force J. I. Tellechea Idígoras : El luteranismo es, en algunos procesos un comodín ambiguo que se aplica al erasmismo o a posiciones no bien definidas25. Si, dans ces procès, les inquisiteurs prétextaient la menace luthérienne pour incarcérer les suspects érasmiens, jusqu’à quel point la carte luthérienne représentait-elle l’atout maître de la stratégie inquisitoriale ? Comment, à l’échelle valencienne, le tribunal de district s’inscrivit-il dans cette stratégie répressive ?

  • 26 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 129-130.

13À partir de la deuxième décennie du xvie siècle, le spectre luthérien hantait la Suprême. A. Redondo a montré que le livre s’imposait ainsi comme la manifestation, d’autant plus spectaculaire qu’elle apparaissait diffuse et difficilement contrôlable, de l’imminence du danger. Les districts frontaliers et les ports furent mis sous surveillance. Valence apparaissait à la Suprême comme particulièrement exposée aux vents de sédition luthérienne. Parallèlement à la prise de conscience des dommages que pouvaient causer les livres de Luther – il va sans dire que l’heure était aux craintes – les ennemis d’Érasme continuaient méthodiquement le travail de sape de l’autorité de ce dernier, en suggérant sans relâche les pernicieuses affinités des doctrines érasmiennes et luthériennes. Ainsi, en 1524, l’on critiquait, dans ce sens, le De libero arbitrio et l’Hyperaspistes26.

  • 27 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 152.

14Le 12 juin 1530, la Suprême appelait les inquisiteurs de Valence à prendre garde à l’infiltration et au commerce clandestin d’ouvrages hérétiques dont les auteurs étaient inconnus en Espagne27. Le danger n’en apparaissait que plus protéiforme et, par conséquent, plus difficile à tracer. C’est dans ce contexte d’inquiétude que l’Inquisition commençait à pister les érasmiens. Dès 1529, elle recevait le témoignage de Francisca Hernández, qui multipliait les dénonciations de plusieurs luthériens parmi les émules d’Érasme. Le 27 juillet 1530, elle dénonçait Vergara. Les mâchoires de l’étau se resserraient de plus en plus autour des érasmiens.

  • 28 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 155.

15En 1531, on saisissait des livres de Luther à Salamanque. La Suprême réagit. Elle adressait une lettre à tous les tribunaux de district le 27 avril 1531, enjoignant les inquisiteurs de renouveler les édits contre les ouvrages de Luther et contre ses partisans. À une menace imminente, des mesures d’urgence : l’Inquisition devait désormais surveiller prédicateurs et confesseurs au moyen de personnes de confiance28. Pour lutter contre le péril, un dispositif de contrôle accru se déployait. La menace luthérienne justifiait ces mesures « prophylactiques » que la Suprême s’empressait de prendre.

  • 29 García Cárcel, R., Orígenes de la Inquisición española : el tribunal de Valencia, 1478-1530, Barce (...)
  • 30 García Cárcel, R., Las Germanías de Valencia, Barcelone, Península, 1975, p. 239.

16Or, curieusement, les procès intentés contre les « luthériens », dans la première moitié du xvie siècle, ne se distinguaient à Valence ni par leur volume, ni par la rigueur de leurs sentences. Le Saint-Office n’accorda guère d’importance à ces supposés luthériens, pour la plupart étrangers. Le tribunal de la foi ne sanctionna ces prévenus qu’au moyen de peines plutôt légères. Aucun d’entre eux ne fut remis au bras séculier29. Selon R. García Cárcel, il fallut attendre 1528 pour que deux « luthériens » espagnols fussent incarcérés. En outre, ces deux religieux – le prêtre Joan Gomis était maestro ès théologie, et le frère Martí Sanchis, augustin – ne reçurent point de châtiment exemplaire : l’Inquisition se contenta de les bannir du royaume après qu’elle les eut réconciliés30.

  • 31 Lea, H. C., Historia de la Inquisición […], op. cit., III, p. 224.
  • 32 Longhurst pense qu’il s’agirait en fait du célèbre anabaptiste Melchior Hoffmann. Longhurst, J. E. (...)

17Et qui plus est, à l’échelle valencienne, comme en témoigne l’échantillon de procès qui nous est parvenu, des années d’indéfinition et de tâtonnements qui, à première vue, semblent caractériser la marche locale des affaires inquisitoriales, et pourtant, tout aussi sereines, où le tribunal de Valence n’accorde pas de priorité affichée à la répression d’éventuels luthériens. Ainsi Melchior de Württemberg, pourchassé en 1529 parce qu’il avait proclamé haut et fort qu’il avait vu Luther et qu’il l’avait entendu prêcher. Ses propos s’avéraient insensés aux yeux des inquisiteurs valenciens, décontenancés par l’amalgame déconcertant de propositions luthériennes et d’injures proférées à l’endroit de l’Empereur, le tout enchâssé dans des prophéties – il avait prêché que la fin du monde aurait lieu en 1533 – et des considérations qui, selon Lea31, étaient le propre d’un anabaptiste32. Les inquisiteurs, plutôt perplexes, demandèrent conseil à la Suprême qui les enjoignit de suivre la procédure en ces termes :

  • 33 AHN, Inquisición, Legajo 531, exp. 33.

[…] pareçió que las cosas de que está acusado son vanas, y de hombre desvariado y vano, y que no se deve hazer mucho caso dellas, como si fueran dichas por persona cuerda y de más calidad que es el dicho de lado. Mas porque no quede sin castigo pareçió que le sean dados çient açotes al dicho de lado y sea desterrado destos reynos de España, y en el pregón no se haga mençión de lo que dixo de Su Magestad, salvo de las otras cosas de adevinanças y de las que del proçeso resultan33.

  • 34 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 183-184.

18Ce qui comptait, pour la Suprême, c’était d’en faire la publicité, plutôt que de savoir s’il s’agissait vraisemblablement d’un luthérien convaincu, de sensibiliser la population à une hérésie qu’il ne fallait en aucun cas imiter, sans pour autant divulguer au grand public, afin de ne pas les répandre, les propos proférés à l’endroit de l’empereur. Württemberg avait vu Luther ; toutefois, les inquisiteurs ne lui en tinrent pas rigueur. Et si d’aventure, ainsi que le fait remarquer Werner Thomas, il s’était vraiment agi de Melchior Hoffmann, l’on ne peut que s’étonner de l’absence de diligence inquisitive dont fit preuve le tribunal de la foi à l’égard de cette affaire34.

  • 35 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 10; voir Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. c (...)

19Il en allait de même, de ce point de vue, pour le procès du peintre de retables Cornelius de Gand35. Ce dernier se serait rendu coupable, selon les témoins à charge, d’avoir soutenu que Luther n’était pas hérétique, d’avoir réprouvé les indulgences ainsi que le purgatoire et les bienfaits spirituels de la confession. Le prévenu plaida d’emblée le malentendu. On l’accusait à tort. Il avoua avoir été en compagnie de deux soldats flamands :

  • 36 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 33.

[…] y siendo en la iglesia un clérigo pedía con un bacín para los días de purgatorio, y los dichos flamencos preguntaron al confessante qué es lo que pedía el clérigo con el bacín, y el confessante en lengua flamenca les dixo para lo que pedía, y entonces los dichos flamencos le dixeron que mejor era dar a los pobres los dineros que daban en el bacín que no al dicho bacín36.

20Quant aux bulles et aux indulgences, il les croyait inutiles quand il vivait en Flandres. Toutefois, depuis qu’il s’était installé à Valence, il avait cessé de partager ces convictions. Il fut admis à réconciliation. De plus, l’Inquisition ne s’employa pas à pister les soldats flamands qu’évoquait Cornelius. Le tribunal de district ne paraissait pas obnubilé par le danger que pouvait représenter une éventuelle diffusion des thèses luthériennes dans la population.

  • 37 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 157-158.
  • 38 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 159.
  • 39 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit.

21Or, si l’Inquisition ne s’attelait pas à débusquer des luthériens en chair et en os, il n’en allait pas de même pour les livres. En novembre 1532, la Suprême apprit que des imprimeurs aragonais et valenciens œuvraient à la publication d’ouvrages de Luther. L’œuf couvait désormais à l’intérieur des frontières. Selon A. Redondo, il s’agissait là d’une fausse alerte mais qui « montre dans quel climat de crainte vis-à-vis des écrits de Luther vivait l’Inquisition »37. En avril 1535, c’est tout un réseau de passeurs qui fut démantelé en Aragon. La Suprême, dans le cadre de cette affaire, exhortait l’Inquisition de Barcelone à une vigilance accrue. En octobre 1535, au cours d’une visite dans l’archevêché de Tarragone, à la recherche de noyaux luthériens, l’Inquisiteur de Barcelone faisait état aux conseillers de la Suprême du mal causé par les traductions des œuvres d’Érasme, et notamment des Colloques.38 Aussi, en 1536, les ouvrages traduits de ces derniers furent-ils interdits39.

22Aussi, le 9 janvier de cette même année, la Suprême écrivait-elle aux inquisiteurs de Valence :

  • 40 AHN, Inquisición, libro 322, 1r. ; voir Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit. p. 160.

Vimos los artículos de Miguel Costa, lutherano, y pareçe que debéys señores encargar a algunos buenos theólogos que estudien muy bien los dichos artículos, y platiquen con el dicho Miguel Costa, y procuren conbencerle y reduzirle a la verdad porque no se pierda su ánima. Y visto lo que resultare de la plática, y lo que pareçe por el proçesso, hazed señores justicia conforme a derecho y a las ynstrucciones del Santo Officio. Y hágase diligencia para saber si a comunicado estos errores con otras personas, y quién le impuso en ellos, y si tiene libros de luthero o de sus secazes o de Erasmo40.

23Dans quelle mes ure Miguel Costa faisait-il profession de foi luthérienne ? Malheureusement, il s’agit là de la seule allusion à ce prévenu qu’on a pu trouver dans les sources inquisitoriales. Et si la Suprême, à cette occasion, incita les inquisiteurs à rechercher d’éventuels complices, comment ces exhortations furent-elles reçues par le personnel du tribunal valencien ? On peut avancer, tout au plus, que ce qui se dégage avec force, c’est la franche assimilation des œuvres de l’humaniste de Rotterdam à celles du moine de Wittenberg à laquelle procédait désormais le Conseil de l’Inquisition. En outre, dans cette même lettre, la Suprême donna des instructions au sujet des affaires qui mettaient en cause deux érasmiens valenciens : Miguel Mezquita et Juan de Molina.

  • 41 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 38.

24En janvier 1536, l’Inquisition de Valence ouvrait une information contre Miguel de Mezquita, escudero de Teruel. Celui-ci fut accusé par un curé, Pedro Ferrer, d’avoir tenu des propos luthériens41. Le témoignage prêtait à confusion ; il s’avérait délicat de déterminer avec certitude si Mezquita avait effectivement adhéré aux thèses réformées, ou si, en revanche, il était la victime de sinistres intentions. La Suprême en était consciente qui conseillait aux inquisiteurs d’agir avec prudence et doigté afin de rendre justice :

  • 42 AHN, Inquisición, libro 322, 1v.

[…] vimos la informaçión que embiastes contra Miguel Mezquita, y pareçe que la mayor parte de lo que el testigo contra él depone, lo dezía el dicho Mezquita refiriendo lo que hazía Luthero, y dezían los lutheranos, y también se deve haver información del testigo si es fidedigno o si tiene alguna causa de odio contra el dicho Mezquita, y quando no se allase cosa que desminuyese la fe del dicho testigo, pareçe que se poderá llamar el dicho Mezquita a la audiencia, y que se examinare generalmente, y después en particular por lo que el testigo depone contra él, y visto lo que resultare del dicho examen, hazed señores justicia porque pareçe sería mucho rrigor prenderle sin hazer las diligencias susodichas, y veldo an mucha deliberación, y assí proceded en su negoçio con los consultores desse Santo Officio, y la dicha informaçión se os torna a embiar42.

  • 43 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 38.
  • 44 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 38, 6v. Cité par Bataillon, M., Erasmo y España […], op. cit., (...)
  • 45 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española […], op. cit., III, p. 222.
  • 46 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española […], op. cit.
  • 47 Carta acordada du 29 janvier 1536 adressée à toutes les inquisitions de la couronne d’Aragon : Por (...)

25Et si les inquisiteurs citèrent Mezquita à comparaître à l’audience du 19 janvier 1536, le procès ne dura qu’une dizaine de jours, les juges n’ayant pas estimé qu’il fût nécessaire de lui assigner un letrado ni de faire appel à des témoins à décharge. Confronté à sa propre conscience, le prévenu, dans une déclaration écrite, avoua lire Érasme, tout en précisant que c’étaient là des lectures orthodoxes, et qu’en aucune façon il n’avait fait profession de foi luthérienne. Il ajouta que quelques années auparavant il avait dû défendre l’Enchiridion auprès d’un dominicain qui s’employait malicieusement à suggérer qu’Érasme était hérétique43. Et Mezquita de réfuter l’ambiguïté de ses prises de position : y esta voluntad fue porque vi una letra traduzida que dezían la escrivió al Emperador y rey nuestro Señor en que dezía que peleava por Jhesu Christo y que tenía muy al baxo las eregías de Lutero44. Mezquita s’attachait à démontrer aux inquisiteurs que l’érasmisme n’était pas un gage d’hétérodoxie. Et quant aux accusations de luthéranisme, il expliqua qu’à la suite de plusieurs séjours à l’étranger, et notamment en Flandres, il avait été amené à témoigner de ce que l’on disait de Luther dans ces contrées, en se gardant, toutefois, de prendre parti pour le moine augustin45. Cette plaidoirie sembla satisfaire les inquisiteurs, lesquels suspendirent le procès. H. C. Lea invoque que les inquisiteurs surent faire preuve, dans cette affaire, de bon sens46. Néanmoins, alors qu’on libérait Mezquita, la Suprême adressait une carta acordada, le 29 janvier 1536, à toutes les inquisitions d’Aragon, qui interdisait les traductions en langue vulgaire des Colloques d’Érasme47. En tout état de cause, si les inquisiteurs ne s’acharnèrent pas sur ce prévenu et si la Suprême n’exhortait pas à une répression rigoureuse et intransigeante, il n’en demeure pas moins que le Saint-Office mettait en pratique une politique de la présence qui visait à contrôler et à canaliser la production de discours.

26Or, selon la Suprême, Juan de Molina s’était rendu coupable de proférer des paroles imprudentes :

  • 48 Lettre de la Suprême adressée au tribunal de Valence, 9-01-1536, AHN, Inquisición, libro 322, 1r.

Se vieron las confessiones del bachiller Molina, y parece que se puede sospechar que habla muchas vezes cosas no pensadas, y que se le salen las palabras sin mirar si son buenas o malas, por [vicio] que tiene de hablar mucho. Aquí de cierto se sabe que es cristiano viejo y es natural de Ciudad Real, y teniendo respeto a esto se debe hazer interrogatorio con la gratifficación que de justicia y buena consciencia hoviere lugar48.

  • 49 Dans une lettre du 10 décembre 1535, émanant de la Suprême, l’on apprend que le duc de Calabria, F (...)
  • 50 AHN, Inquisición, Legajo 934-3. Ne nous sont parvenues que quelques lettres échangées entre la Sup (...)
  • 51 Lettre de la Suprême adressée aux inquisiteurs de Valence, 28 Avril 1536 : El proçeso del bachille (...)
  • 52 El proceso del bachiller Molina se os enbió con mensagero propio que pareció de aquí a treynta de (...)

27Juan de Molina, au cours d’un procès somme toute conciliant49, fut accusé d’avoir tenu des propos peu révérencieux à l’égard de la sainte Église et du tribunal de la foi50. Le 28 avril 1536, la Suprême conseillait aux inquisiteurs de Valence de faire preuve de clémence à l’endroit du prévenu51. Cette dernière réitérait, dans une lettre du 9 mai 1536. Le Conseil, faisant part d’une requête du Duc de Calabria, incitait les inquisiteurs à n’infliger qu’une peine légère au prévenu et à ne pas procéder à la confiscation de ses biens52, car il désirait s’attirer la très haute bienveillance du Vice-roi, représentant l’autorité de l’Empereur en pays valencien, personne sur laquelle devait compter le tribunal de district pour mener à bien sa mission, accaparée notamment par les morisques, tan dañosos a la república cristiana, comme en témoigne l’incipit de cette même lettre :

  • 53 Idem.

Recebimos vuestra carta con este mensagero de ventinueve del pasado, y la información sobre los ayunos que se izieron por la bitoria de barbaroxa, la qual se a visto en este consejo, y nos parece que devéis usar con estos de todo el rigor que de derecho obiere lugar por ser la cosa tan mal echa y que requiere castigo exemplar53.

  • 54 Lettre du 23 décembre 1536, AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. f.
  • 55 Requête de Juan de Molina adressée aux inquisiteurs de Valence, AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. (...)
  • 56 AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. f.

28Aussi la sentence ne se limita-t-elle qu’à une peine de réclusion dans un monastère trinitaire54. Or, qui plus est, le 1er mai 1536, Juan de Molina adressait une requête aux inquisiteurs, demandant à purger sa peine auprès de sa fille, dont la mère venait de passer de vie à trépas, requête à laquelle ces derniers s’empressèrent de satisfaire55. Enfin, le 23 décembre 1536, Juan de Vergara en personne, alors qu’il était censé purger lui-même une peine de réclusion, se rendait au tribunal de Valence, au nom du duc de Calabria, afin d’obtenir que l’Inquisition laissât Juan de Molina visiter les sœurs de Ferdinand d’Aragon lorsque celui-ci se rendrait auprès de l’Empereur. Les inquisiteurs se montrèrent fort coopératifs et bienveillants : los señores inquisidores provehieron y mandaron que el dicho bachiller Molina pueda hyr las vezes que quisiere a visitar a las señoras infantas como a visitar a Su Excelencia y ohir misas en los dichos monasterios sin incurrir en pena alguna56.

  • 57 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 190-191.
  • 58 Dedieu, J.-P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit., p. 266.
  • 59 Le Conseil au tribunal de Valence, 10 mars 1552 : Recevimos vuestras cartas de 4, 15 de hebrero y (...)
  • 60 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 12.

29Ainsi s’achevaient les premiers temps de la répression. Le tribunal de Valence jugeait au coup par coup et se montrait davantage soucieux de mettre en garde que de sanctionner réellement. Les inquisiteurs manquaient d’initiative, témoignant de bienveillance, mais également d’hésitations qui accusaient l’absence d’une procédure uniforme en matière de luthéranisme. Car, pour le Saint-Office, le livre apparaissait, plus que les hommes, comme le vecteur principal de l’hérésie. Néanmoins, à la fin des années 1530, la Suprême semblait s’attacher désormais de plus près aux luthériens. L’affaire John Tac, en 1539, avait révélé, à Bilbao, le défaut de concertation entre les tribunaux de districts ainsi que les lacunes juridiques qui entravaient le bon déroulement des procès instruits contre les luthériens57. Entre 1546 et 1550, l’activité anti-luthérienne de l’Inquisition de Logroño s’intensifia. Les luthériens y représentaient alors 10 % du total des inculpés58. En 1552, le Saint-Office commençait à pister le docteur Egidio et son entourage. Dans ce contexte, le tribunal de Salamanca, Ediciones Sígueme de Centelles59. Cette même année, l’effigie du joaillier français, Louis Mouton, accusé d’être un luthérien notoire, était brûlée à Valence60.

La déferlante luthérienne ? (1558-1575)

  • 61 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 229-230.

30La découverte des cercles réformés de Séville et de Valladolid bouleversa les autorités. Plus de trois décennies durant, malgré les efforts de l’Inquisition, les ouvrages hérétiques semblaient avoir jeté en Espagne les semences de la révolution religieuse. Les doctrines de Wittenberg viciaient les âmes de plusieurs centaines d’Espagnols, parmi lesquels on comptait nombre d’influentes personnes ; à présent, aux yeux de la monarchie, l’hérésie gangrenait dangereusement l’unité de la foi. L’Inquisition prenait la mesure de l’étendue du mal et craignait le pire. Étourdi par la complexité théologique de la spiritualité des prévenus, Fernando de Valdés mit au fait la papauté. L’heure n’était plus aux tâtonnements. Le 4 janvier 1559, Paul IV autorisait les inquisiteurs à remettre au bras séculier les prévenus à l’endroit desquels on usait, d’ordinaire, de miséricorde : désormais, ils pourraient condamner au bûcher ces prévenus qui avaient confessé leurs délits et s’en étaient repentis. La monarchie soutenait corps et âme le tribunal de la foi : dès 1558, Philippe II fit accroître la surveillance de la frontière française. Toutes les juridictions du royaume furent mises à contribution. L’épiscopat était appelé à surveiller ses diocèses et la grandesse, ses territoires61. L’alarme était donnée et l’Inquisition déployait un dispositif à l’échelle de toute la péninsule ibérique qui visait à extirper le luthéranisme.

  • 62 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 339-340 ; Haliczer, S., Inquisició (...)
  • 63 Voir Firpo M., « Alcune considerazioni sull’esperienza religiosa di Sigismondo Arquer », Rivista s (...)
  • 64 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 248.
  • 65 AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 149r.
  • 66 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 336.
  • 67 AHN, Inquisición, legajo 521, exp. 9.
  • 68 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 339-340.

31En 1562, le tribunal de Valence démantelait à Pedralba62 un cercle réformé à la tête duquel se trouvaient le noble Gaspar de Centelles et le Sarde Sigismond Arquer63. L’Inquisition parvint à perquisitionner des lettres qu’ils avaient échangées. Des questions théologiques telles que la justification par la foi et la transsubstantiation y étaient abordées64. Gaspar de Centelles fut remis au bras séculier en personne en 1564. Sigismond Arquer périt par le feu au terme d’un procès d’une durée de neuf années, engagé par le tribunal de Tolède. Quant aux autres membres du cercle, Miquel Pérez fut admis à réconciliation en 1567 ; l’humaniste Père Lluis Verga, dont il semble qu’il avait maintenu des liens avec les cercles de Séville, périt sur le bûcher en 157265. Enfin, l’humaniste Jeroni Conqués fut condamné à abjurer ses erreurs de vehementi en 1564. Pour l’Inquisition, leur luthéranisme ne faisait aucun doute, et l’émotion des autorités était d’autant plus forte que les doctrines de Wittenberg semblaient corrompre les plus hautes sphères de la société valencienne. Ainsi que l’a montré R. García Cárcel, d’importantes personnalités de la noblesse valencienne et du clergé témoignèrent en la faveur de Gaspar de Centelles au cours de son procès66. Toutefois, seul un des témoins à décharge, Mosén Monserrat, de l’église de San Salvador, fut inquiété par le tribunal de la foi. L’Inquisition l’accusa de calvinisme en 1567. Il s’en tira à bon compte en abjurant ses erreurs devant le chapitre de l’Église de San Salvador67. En 1571, le tribunal de la foi incriminait Miguel Vera, chartreux de Porta-Celi, en lui imputant plusieurs propositions hérétiques. En 1574, c’était le tour du Prieur Juan Bellot68.

32L’Inquisition étouffa rapidement ces noyaux embryonnaires. À Valence, le volume de prévenus espagnols inculpés de luthéranisme fut réduit. Le luthéranisme était avant tout une affaire d’étrangers, un luthéranisme d’importation, et, dans la plupart des cas, d’importation française.

Nationalité des luthériens jugés par le tribunal de Valence (1566-1575)

Nationalité des luthériens jugés par le tribunal de Valence (1566-1575)

Source : AHN, Inquisición, libro 936.

  • 69 Poitrineau, A., « La inmigración francesa en el reino de Valencia », Moneda y crédito, 137, juin 1 (...)

33La question luthérienne, au lendemain des événements de Séville et de Valladolid, se posait avec d’autant plus d’acuité dans le royaume de Valence que celui-ci apparaissait, par son dynamisme économique, comme une terre d’accueil prometteuse pour les émigrants français qui cherchaient fortune. Leur nombre est estimé à trente mille dans les dernières années du xvie siècle69. Aussi l’Inquisition semblait-elle se préoccuper grandement de cet état de choses. Le 17 avril 1567, Sebastián Gutiérrez, pensant avoir infiltré, par le plus grand des hasards, un cercle huguenot établi à Teruel, appelait vivement les autorités à prendre garde aux Français :

  • 70 AHN, Inquisición, Libro 911, f. 666r-v, cité par Haliczer, S., Inquisición y sociedad […], op. cit (...)

Yo sería de parecer que ningún francés viniesse en España […] a lo menos que se tuviesse con ellos grande cuenta porque son tantos los que vienen […] que he encontrado muchos con mugeres y hijos en este viage que de infectar las ánimas infectan los cuerpos, […] está el ayre infectado en hartos pueblos, y muchos, y por la mayor parte pobres trahen consigo la pestilencia como lo puede entender qualquier hombre de intuizión, y que ellos causan […] que semejante infección sea tan viva en Cataluña y Aragón y que de allí vaya cundiendo a las demás partes de España70.

34En outre, la Suprême craignait que les huguenots ne fissent entrer en Espagne des ouvrages hérétiques. Ainsi, en janvier 1572, elle exhortait ses tribunaux de district à redoubler de vigilance :

  • 71 AHN, Inquisición, libro 1233, 101r.

Porque tenemos relación que de cierta junta que la prinçesa de Bearne a tenido con luteranos, a resultado que algunos de sus ministros viniesen disfraçados a estos reynos por diversas partes siendo esto de la qualidad […] que es, a pareçido, señores, advertiros dello […] que el fuego no se emprenda por este camino, de manera que sea tan dificultoso de apagarle como se puede temer de la calamidad del tiempo y […] vezindad que tenemos71.

  • 72 AHN, Inquisición, libro 936, 38r.
  • 73 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 13.
  • 74 AHN, Inquisición, libro 936, 106v.
  • 75 Témoignage de Jusepe Esquerdón, 23 mai 1565 : Dixo que en la dicha cárcel están un clérigo que se (...)
  • 76 AHN, Inquisición, libro 936, 20r.

35Néanmoins, il s’en faut que les relations de causes et les procès conservés confirment le bien fondé de cet émoi. Le protestantisme valencien ne fut pas, dans l’ensemble, le fait d’Espagnols. Les inquisiteurs ne découvrirent aucune communauté importante digne des cercles de Séville et de Valladolid, tant par la qualité des personnes mises en cause que par leur nombre. Les documents ne font pas état de pratiques crypto-luthériennes collectives et encadrées de grande envergure. Et si les relations de causes font allusion à un théologien72, il ne s’agit pas d’un grand prédicateur réformé mais d’un simple laquais : Jusepe Petripoli avait étudié la philosophie et la théologie à Bordeaux et à Toulouse, jusqu’à l’âge de vingt-trois ans, mais, au vrai, en dilettante. Puis il intégra un monastère bénédictin, où tous les moines, selon ses dires, étaient luthériens. Il affirma, lors de la première audience, en 1568, qu’il s’était défroqué pour ne pas vivre parmi les hérétiques. Mais il revint vite sur ses déclarations. Quelques jours passèrent et il demanda à être reçu par les inquisiteurs. Et il avoua tout. Sa conceptions des indulgences, du pape, des bulles, des curés, « ces hommes qui couchent puis vont dire la messe », tout comme ce qu’il pensait de l’hostie, de la confession, des manquements au jeûne du carême. On consigna dans le procès son attitude, appréciée des inquisiteurs au moyen d’une phrase que l’on retrouve dans de plusieurs autres causes : se arrepiente de lo por él hecho y cometido en deservicio de dios nuestro señor, y le pide misericordia, y a sus señorías penitençia con toda benignidad y clemencia, y a este propósito dixo algunas buenas palabras. Il dénonça alors un autre luthérien, Français comme lui, et avec qui il avait conversé. Il ne manquait que le Purgatoire. Le lendemain, il demandait à nouveau une audience et c’était chose faite73. Ce prévenu peu opiniâtre ne donna aucun fil à retordre aux inquisiteurs, lesquels, cependant, ne lui pardonnèrent pas de s’être défroqué. Il fut condamné aux galères pour dix années. L’Inquisition ne jugea qu’un instituteur qui aurait pu insuffler aux enfants des idées luthériennes : Antoine Vinoix, flamand, fut condamné à cent coups de fouet, à l’exil, et à l’interdiction d’exercer son métier74. Enfin, les inquisiteurs n’appréhendèrent qu’un prédicateur « luthérien » espagnol. Mosén Gerónimo Biosca s’était risqué à usurper les fonctions sacerdotales. Luthérien ? L’on ne connaît pas les charges retenues contre lui. Néanmoins, il semblerait que son luthéranisme ne se fût pas révélé doctrinalement sûr. Selon lui, la justification par la foi allait de pair avec la reconnaissance des œuvres75. Lors de son procès, il s’obstina à nier ses erreurs. Sa condition de vieux-chrétien catalan ne joua certainement pas en sa faveur. Cela suffit pour que les inquisiteurs le remissent au bras séculier lors de l’autodafé du 3 novembre 1566, pour l’exemple76.

  • 77 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 343 ; Wagner, C., « Los lu (...)
  • 78 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 343.
  • 79 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 12.

36Un luthéranisme qui s’avère, au demeurant, d’autant plus incertain et problématique lorsqu’on tente de le saisir depuis une perspective doctrinale. Les études bâties sur les procès conservés de Tolède, de Cuenca ou de Valence77 font clairement état de la superficialité du contenu doctrinal des propositions que s’étaient rendus coupables de proférer les inculpés « luthériens ». Un luthéranisme dénué de fondements théologiques solides, en somme, et s’accordant à la rudesse d’accusés issus, dans leur grande majorité, du peuple ; leurs propositions semblent participer davantage d’une hostilité populaire envers les cadres religieux ainsi que contre certains dogmes et prescriptions de l’Église. Un luthéranisme « grossier » et superficiel78, qui ne peut être apprécié à l’aune d’une culture théologique que le vulgaire était loin de maîtriser ; un luthéranisme pragmatique qui, pour l’Inquisition, ne se détachait guère du luthéranisme « authentique ». Ainsi, Louis Mouton, alias de la Perla pour les valenciens, joaillier de son métier, français, né à Pernes-les-Fontaines, à quelques lieues d’Avignon, pour qui « les luthériens, tout comme nous, croient dans l’Évangile »79, fut pourchassé par le tribunal de Valence en 1552 pour des propos fort désobligeants prononcés à l’égard de la foi. Or, celui-ci fut accusé de paroles qu’il aurait proférées à Lyon, à quelque vingt-quatre lieues de Genève, comme tint à le souligner un témoin à charge direct, et où il était par ailleurs considéré comme un protestant notoire. Les propositions dont on l’incriminait n’étaient guère différentes de celles des luthériens établis à Valence. On y retrouve tous les lieux communs : injures à l’endroit de la Vierge, cette « putana de nuestra señora », critiques acerbes et boutades mordantes à l’égard du Saint-Père, de ses bulles et des sacrements, négation du purgatoire, manquements à l’observance du jeûne du carême… Et qui plus est, le projet scandaleux de gagner quelques milliers de ducats lors de ses différents séjours à Valence pour couler une retraite heureuse en pays calviniste, terre « de libertés » selon ses dires. Et même si l’on apprend qu’il possède un petit livre en latin, « écrit par le plus grand homme de science et de lettres », il n’en demeure pas moins qu’il lui servait de support pour assimiler l’hostie à Joan Blanco.

  • 80 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 4.
  • 81 AHN, Inquisición, libro 531, exp. 15.
  • 82 AHN, Inquisición, libro 936, 115v.

37Le luthéranisme populaire était considéré, à Valence, comme un fait social, prédéterminé ; aux yeux de l’inquisiteur, il était l’apanage de Français qui représentaient une menace pour l’unité religieuse. C’est pourquoi les juges s’attachaient, au cours des procès, et notamment par le biais du discurso de vida, à déterminer la nature des liens que les inculpés pouvaient maintenir avec leur pays d’origine. Ainsi, Jaime de Lazor, arrêté en 1567, armurier, établi à Castellón de la Plana où il était marié à une Valencienne, fut dénoncé par un voisin qui avait été scandalisé de l’entendre prendre le parti des luthériens, lors d’une discussion au sujet de leur révolte contre le roi de France, et de s’obstiner à affirmer qu’ils n’étaient pas plus mauvais que les catholiques, et pour cause, ils bénéficiaient de l’appui de l’Angleterre. Or, et c’est ce qui intéressait les inquisiteurs au premier chef, il avait accompagné son frère, un an auparavant, qui se rendait auprès des « ministros que predicaban la secta de Lutero ». Les juges s’attachèrent alors à découvrir s’il adhérait aux prises de position luthériennes ; l’inculpé nia, arguant même qu’il avait oublié la langue française, et qu’il n’avait rien compris au prêche. Néanmoins, il avoua après la publication des témoignages à charge sa culpabilité, et refusa l’aide d’un letrado pour se défendre. Il fut admis à la réconciliation au cours de l’autodafé du 7 juin 1568, ses biens furent condamnés et l’Inquisition l’envoya aux galères80. Un autre prévenu, Juan Pomet, jugé en 1574, avait déclaré à un certain Juan Gascón – lequel lui conseillait de ne pas rentrer en France à cause du trouble qu’y jetaient les luthériens –, que les huguenots étaient meilleurs que les catholiques. Ces origines conditionneront la sentence, « el susodicho es de nación biarnés […] que es la madre de los luteranos »81, ainsi que le faisait remarquer le procureur dans son acte d’accusation. Il fut condamné aux galères. Andrés Guises, vieux-chrétien, Espagnol, fut accusé « d’avoir dit qu’auprès des luthériens, il vivait en luthérien et que parmi les catholiques, en catholique ». Les inquisiteurs ne lui infligèrent qu’une amende de dix ducats, et, ainsi que le précisent les relations de causes : no se le dio mayor pena porque constó en sus defensas que no había estado en tierra de luteranos82.

  • 83 [Para los inquisidores] los protestantes eran gentes que negaban la existencia del purgatorio ; se (...)
  • 84 84 Parece sencillamente que tan pronto los obispos empredieron la labor “de reforma” que en las se (...)
  • 85 Il en va de même à Tolède, voir Dedieu, J. P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] » (...)

38Dans cette perspective, les inquisiteurs ne s’attachaient pas à saisir, dans toute sa complexité, la configuration théologique de la pensée de ces accusés. Ainsi que le souligne W. Monter, le Saint-Office, dans un souci d’efficacité, réduisait les transgressions des huguenots en matière de foi à quelques points cardinaux, facilement identifiables, qu’elle considérait comme autant d’atteintes à l’orthodoxie post-tridentine83. Pour le tribunal de Valence, tout Français qui approuvait Luther et les luthériens dans leur travail de sape de l’autorité et de la légitimité institutionnelle de l’Église romaine, devait être jugé pour luthéranisme, en ce temps où la Monarchie et l’Église s’employaient à relayer les mots d’ordre définis par les décrets tridentins. Calomnier l’Église en contestant l’autorité du pape et en diffamant le clergé, tout comme refuser le célibat des clercs, c’était faire preuve d’hostilité contre l’œuvre disciplinaire du concile de Trente. Quiconque calomniait la confession orale, comme l’a avancé M. Jiménez Monteserín, était tenu pour dissident, dans la mesure où cette dernière avait été érigée par les autorités religieuses en instrument privilégié de contrôle des fidèles84. La nier, c’était, d’une certaine façon, tenter de miner le labeur contre réformiste de l’Église romaine. Les inquisiteurs étaient attentifs, dans ce sens, aux pratiques religieuses : ne pas entendre la messe, s’opposer aux indulgences, aux sacrements, au culte des saints et au jeûne du carême constituait autant de chefs d’accusation. En revanche, les inquisiteurs n’approfondissaient guère les questions doctrinales au cours des procès de ces étrangers85. Cette typologie catalyse les priorités de l’Inquisition en matière de luthéranisme populaire. Le labeur inquisitorial consistait à stigmatiser des comportements – par le biais des pratiques religieuses – et des opinions – dans leur dimension idéologique – qui étaient tenus pour de sérieux outrages à l’ordre post-tridentin.

  • 86 AHN, Inquisición, libro 936, 37r, 51r.
  • 87 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 1.
  • 88 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 2.
  • 89 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 1.

39Les luthériens français étaient perçus par l’Inquisition comme une menace pour le projet d’uniformisation confessionnelle conçu par les autorités civiles et religieuses. C’est pourquoi le Saint-Office témoignait, durant ces années, d’une sévérité et d’une rigueur sans précédent à leur encontre : entre 1563 et 1575, huit accusés furent remis en personne au bras séculier. 80 % des luthériens qui périrent brûlés au xvie siècle à Valence furent exécutés entre ces deux dates. Le tribunal de la foi, obnubilé par le péril protestant, n’hésitait pas à exclure l’étranger hérétique de la société valencienne. Une proportion importante de luthériens furent exclus du tissu social : 46 % des condamnés furent admis à réconciliation avec confiscation de leurs biens. 29 % des accusés furent bannis (dont 25 % à perpétuité). Les inquisiteurs ne veillaient guère au salut des accusés luthériens. Seule une minorité de prévenus, cinq au total, se virent infliger des peines de réclusion dans un monastère, qui visaient à leur instruction, dont deux grâce à leur jeune âge86. Ainsi Bernat de Laso87, jeune Français de 20 ans, inculpé en 1567 pour avoir tenu des propos luthériens, se montra fort coopératif en avouant sans résister son hérésie, implora la miséricorde de ses juges, regretta ses erreurs et dénonça son ami Pierre Causat, qu’il avait connu en France, bien avant de s’installer à Valence. Pierre Causat n’avait que dix-huit ans, et son procès présentait, dans l’ensemble, la même allure que celui de son dénonciateur88. Leurs sentences furent délibérées lors de la même séance. Et là les avis divergèrent, le procureur souhaitant les envoyer aux galères et les bannir à perpétuité du royaume de Valence, faisant ainsi grand cas des directives imposées par la Suprême, les qualificateurs, quant à eux, souhaitant pour chacun des deux inculpés [que cada uno] sea recluso en un monasterio desta ciudad adonde sea instruido porque no lo está y parece que no ha tenido otra doctrina cathólica sino la que los hereges les adezaron, y hechado en galeras se estará en esa maldita secta todos los días de su vida89. Les échanges de vue aboutirent à un consensus : Pierre Causat, étant donné son jeune âge eut droit à la Compagnie de Jésus ; Bernat de Laso aux galères, pour quatre années. Ainsi, l’Inquisition jeta aux galères, entre 1566 et 1575, 53 prévenus (soit 42,7 % du volume total des accusés pour cette période).

Sources : élaboré à partir des relations de causes du tribunal de Valence, AHN, Inquisición, libro 936.

40Le 30 octobre 1565, l’inquisiteur de Valence adressait cette requête à la Suprême :

  • 90 AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 113v-114r.

Destos dos autos de la fe que últimamente se an hecho en esta ciudad, he entendido la poca enmienda que en estos françeses luteranos se muestra, no por tenerlos en las cárceles perpetuas ni en los monesterios no se conoçe dellos emienda en la vida, a parezido a los consultores que después de reconçiliados es lo mejor hecharles a galeras por algún tiempo, y no me a pareçido mal porque ellos todos son gente ruyn y baxa, mas no he querido platicarlo sin consultarlo con vuestras señorías, sino a sido en uno o dos que después de concluso sus proçeso en las carçeles an buelto a ablar palabras sospechosas en la fe. Supplico a vuestras señorías manden en esto lo que fueren servidos para que acá vistas las qualidades de los negoçios y de las personas se puedan algunos dellos hechar a galeras90.

  • 91 AHN, Inquisición, libro 936, 16r, 36v, 51v, 67v, 76r, 76v.
  • 92 Recebimos vuestra carta de 4 del presente y con ella la rrelación de las personas que salieron en (...)
  • 93 Recebimos vuestra carta de 4 del presente y con ella la rrelación de las personas que salieron en (...)

41Le tribunal de Valence tenait les huguenots pour d’incorrigibles récidivistes, et justifiait ainsi ses choix répressifs. Ainsi, seuls 7,2 % des luthériens pourchassés se virent infliger des peines de prison (soit neuf cas). Les relations de causes précisent, du reste, que six de ces accusés furent jetés en prison plutôt qu’aux galères à cause leur état de santé ou de leur âge91. Le 12 novembre 1566, la Suprême exhortait le tribunal de Valence, soucieuse d’exclure définitivement les huguenots de la société espagnole, à allonger la durée des peines de galères92. Enfin, le 15 janvier 1568, la Suprême ordonnait, par le biais d’une carta acordada adressée à ses tribunaux de district, de ne pas jeter les prévenus aux galères pour une durée inférieure à trois ans, car elle souhaitait rentabiliser l’opération : Aquí se entiende que de hechar a las galeras a los reconciliados en ese Santo Officio por menos de tres o quatro anos se siguen yncombenientes a causa de ser más el gasto que en ellas hazen que el servicio que dellos tiene su magestad93. Les huguenots de Valence fournissaient ainsi un contingent de rameurs qui pouvait servir à moindres frais Sa Majesté.

42Les inquisiteurs sanctionnaient sévèrement et mettaient en garde la population valencienne. En effet, 76 % des prévenus luthériens comparurent en autodafé entre 1566 et 1575. L’Inquisition souhaitait faire de ces derniers l’exemple à ne pas suivre. Durant ces années, le tribunal de la foi s’attachait à créer une frontière confessionnelle qu’illustrait la cérémonie de l’autodafé. Il s’agissait d’imprimer dans l’esprit des fidèles un sentiment d’aversion à l’égard de l’hérétique luthérien tout en dressant, par le biais des sentences lues, un catalogue des propos à ne pas tenir et un inventaire des pratiques contrevenantes à l’orthodoxie catholique. L’heure était à la xénophobie. L’étranger hérétique servait ainsi à créer une cohésion nationale autour de la foi orthodoxe.

  • 94 Dedieu, J.-P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit. p. 280.
  • 95 Jiménez Monteserín, M., « Los luteranos ante el tribunal de la Inquisición de Cuenca […] », op. ci (...)

43Le propos de l’Inquisition, en matière de répression luthérienne, était avant tout didactique. Le tribunal de Valence, tout comme ceux de Tolède94 ou de Cuenca95, instrumentalisait la menace luthérienne, témoignant ainsi de la volonté d’uniformisation confessionnelle affichée par la monarchie catholique de Philippe II. Le concile de Trente avait fixé les frontières de l’orthodoxie. L’Inquisition le relayait en imposant une frontière confessionnelle nette. Durant ces années, le Saint-Office, en tant qu’instrument coercitif au service du politique, garantissait l’autorité de l’Église, muselait les voix dissidentes, condamnait la population à se fondre dans le moule unique des pratiques religieuses réglementées. En bâillonnant les détracteurs de la messe et de la confession, elle rendait ainsi au clergé la crédibilité qui lui était nécessaire pour mener à bien la plus grande entreprise d’acculturation de l’Espagne moderne.

Notes

1 Redondo, A., « Luther et l’Espagne de 1517 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. I, Paris, Boccard, 1965, p. 121.

2 Archivo Histórico Nacional (dorénavant AHN), Inquisición, libro 317, 184v.

3 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 122.

4 Lettre citée par J.-P. Dedieu, « Le modèle religieux, le refus de la Réforme et le contrôle de la pensée », Bennassar B. (Dir.), L’Inquisition espagnole. xve-xixe siècles, Paris, Hachette, 1979, p. 269-270.

5 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit. p. 109-165.

6 On ne dispose pas de données sérielles qui permettraient de saisir avec précision l’étendue de la répression anti-luthérienne pour la première moitié du xvie siècle. En effet, les relations de causes n’apparurent qu’en 1540, et ne se généralisèrent que progressivement. Ainsi la première série de rapports de l’activité du tribunal de Valence date-t-elle de 1566 [AHN, Inquisición, libro 936]. Néanmoins, jusqu’aux années 1560, le tribunal de Valence ne semblait pas faire des luthériens une priorité de son activité comme en témoignent certains indices. Les registres de la correspondance échangée entre la Suprême et le tribunal de district ne font que rarement allusion à des prévenus luthériens. Les quelques procès qui nous sont parvenus rendent compte des hésitations d’inquisiteurs peu chevronnés en matière de luthéranisme. Des années d’incertitudes et d’indéfinition doctrinales, durant lesquelles l’Inquisition se limitait à pourchasser des cas isolés, n’engageant guère d’actions concertées ni systématiques. R. García Cárcel ne recense que six affaires avant 1530 (García Cárcel, R., Orígenes de la Inquisición española : el tribunal de Valencia, 1478-1530, Barcelone, Ediciones Península, 1976, p. 203-204).

7 Thomas, W., La represión del protestantismo en España, 1517-1648, Louvain, Presses Universitaires, 2001, p. 157-189.

8 Le tribunal de Valence au Conseil, mars 1567 : También vino en el pliego una deposición rezibida en essa corte por el comisario de Toledo contra un Luis Berga natural desse reyno y se manda se ponga en los registros desse santo oficio ; el dicho Luis Berga fue aquí penitenciado en el año de 1560 por palabras sospechosas de la seta luterana de que agora por esta deposición está atestiguado ; el mismo año se enbió para después de penitenciado una deposición de la Inquisición de Sevilla contra el mesmo de donde se entiende su mal camino, AHN, Inquisición, Legajo 503, exp. 1, 149r.

9 AHN, Inquisición, libro 911, 524r ; AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 57r.

10 AHN, Inquisición, legajo 5312, exp. 18.

11 Gonzalez-Raymond, A., Inquisition et société en Espagne. Les relations de causes du tribunal de Valence (1566-1700), Paris, Les Belles Lettres - Annales littéraires de l’Université de Franche Comté, 1996, p. 96-106.

12 Soulignons que sur les 260 protestants qui furent jugés entre 1566 et 1700, presque la moitié le fut entre 1566 et 1575, cf. Gonzalez-Raymond, A., Inquisition et société […], op. cit. p. 47.

13 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española, Madrid, Fundación universitaria española, 1983, III, p. 213.

14 Lea, H. C., Historia […], op. cit.

15 Dedieu, J. P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit., p. 290.

16 Voir Bataillon, M., Erasmo y España. Estudios sobre la historia espiritual del siglo XVI, Madrid, FCE, 1991, p. 124-125.

17 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia, 1530-1609, Barcelone, Península, 1980, p. 332. ; Haliczer, S., Inquisición y sociedad en el reino de Valencia (1478-1834), Valence, Alfons el Magnànim, 1993, p. 445.

18 Vénard, M., « Le concile de Trente », Alberigo G. (Dir.), Les conciles oecuméniques. L’Histoire, Paris, Cerf, Le Magistère de l’Église, 1994, p. 315.

19 Et ce, à juste titre. Érasme témoignait d’une amitié profonde à l’endroit d’OEcolampade. La lettre 605, écrite en juillet 1517 authentifie l’ascendant spirituel qu’exerçait Érasme – et qu’il semble par ailleurs assumer dans cette lettre – sur le futur réformateur de Bâle. Cf. Gerlo, A., Foriers, P., La correspondance d’Érasme, Bruxelles, Presses Académiques Européennes, 1975, vol. 3, p. 20-21.

20 Wanegffelen, T., « Réforme, réformations, protestantisme », Miller J. (Dir.), L’Europe protestante aux xvie et au xviie siècles, Paris, Belin - De Boeck, 1997, p. 34.

21 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 328-329.

22 Lea, H. C., Historia de la Inquisición […], op. cit., III, p. 221.

23 Bataillon, M., Erasmo y España […], op. cit., p. 490.

24 Lettre de la Suprême adressée au tribunal de Valence, 9-01-1536, AHN, Inquisición, libro 322, 1r.

25 Tellechea Idígoras, J. I., Tiempos recios. Inquisición y heterodoxias, Salamanca, Ediciones Sígueme, 1977, p. 26.

26 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 129-130.

27 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 152.

28 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 155.

29 García Cárcel, R., Orígenes de la Inquisición española : el tribunal de Valencia, 1478-1530, Barcelone, Ediciones Península, 1976, p. 203-204.

30 García Cárcel, R., Las Germanías de Valencia, Barcelone, Península, 1975, p. 239.

31 Lea, H. C., Historia de la Inquisición […], op. cit., III, p. 224.

32 Longhurst pense qu’il s’agirait en fait du célèbre anabaptiste Melchior Hoffmann. Longhurst, J. E., Luther’s Ghost in Spain (1517-1546), Lawrence, Coronado Press, 1964, p. 28.

33 AHN, Inquisición, Legajo 531, exp. 33.

34 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 183-184.

35 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 10; voir Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 184-185.

36 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 33.

37 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 157-158.

38 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit., p. 159.

39 Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit.

40 AHN, Inquisición, libro 322, 1r. ; voir Redondo, A., « Luther et l’Espagne […] », op. cit. p. 160.

41 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 38.

42 AHN, Inquisición, libro 322, 1v.

43 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 38.

44 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 38, 6v. Cité par Bataillon, M., Erasmo y España […], op. cit., p. 278.

45 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española […], op. cit., III, p. 222.

46 Lea, H. C., Historia de la Inquisición española […], op. cit.

47 Carta acordada du 29 janvier 1536 adressée à toutes les inquisitions de la couronne d’Aragon : Por muchas vías tenemos información que los Colloquios de Erasmo, o algunos dellos que están traduzidos en romance an causado, y causan muchos errores en la fe [cerca] de los ánimos de las personas que los leen y oyen, porque diz que están no verdaderamente traduzidos, ni retamente impresos, y porque desto se podrían seguir muy grandes ynconvenientes en las cosas de nuestra santa fe católica y religión xpiana, conviene que con toda diligençia se provea el remedio dello […] Por ende, proveed luego señores que en todas las librerías de vuestra juridición se sepa y aberigue si ay los dichos Colloquios, o algunos dellos traduzidos en romance según dicho es, y todos los que se allaren los haze tomar y traer ante vosotros, y poner en la cámara del secreto dese Santo Officio, para que se aga dellos lo que fuere justiçia, y proivid a los impresores dese partido que no los inpriman, y libreros, so graves censuras y penas, que no conpren, ni tengan, ni vendan los dichos Colloquios romançados, por las causas y razones susodichas [], AHN, Inquisición, libro 322, 5v-6r.

48 Lettre de la Suprême adressée au tribunal de Valence, 9-01-1536, AHN, Inquisición, libro 322, 1r.

49 Dans une lettre du 10 décembre 1535, émanant de la Suprême, l’on apprend que le duc de Calabria, Ferdinand d’Aragon intervint en personne afin d’infléchir le cours cette affaire : Sobre lo que dezís que el receptor desse Sancto Officio os dixo que havía sabido que el duque de Calabria havía embiado a llamar a la muger de un bachiller Molina preso en essa Inquisición, y que le dixo que tenía pedido a su magestad merced de los bienes del dicho su marido en caso de confiscación, y a esta causa estáis determinados de penitenciarlo en poco menos de los que valieren sus bienes. En esto no se os puede responder sin que nos escriváis el estado en que está la causa criminal del dicho bachiller Molina. Havisadnos dello y también si sus culpas merescen que se le confisque bienes, y también si ay alguna más claridad en la merced que dizen ha hecho su magestad, para que sabido lo uno y lo otro se os pueda responder lo que paresciere que más convenga, AHN, Inquisición, libro 321, 354v.

50 AHN, Inquisición, Legajo 934-3. Ne nous sont parvenues que quelques lettres échangées entre la Suprême et le tribunal de Valence. Le procès a disparu.

51 Lettre de la Suprême adressée aux inquisiteurs de Valence, 28 Avril 1536 : El proçeso del bachiller Molina se rrecibió y no ay que ver en él más de tornaroslo a enbiar como se os enbía con la presente, y pues estáys señores conformes, hazed justiçia, y aunque no havemos visto enteramente el dicho processo, pareçió que el reo confiessa más de lo que está testificado, y consyderado ésto, y que es cristiano viejo, nos paresçe se puede y deve usar con el dicho bachiller Molina de toda la gratificaçión que buenamente ubiere lugar. AHN, Inquisición, libro 322, 29r.

52 El proceso del bachiller Molina se os enbió con mensagero propio que pareció de aquí a treynta de abril como creemos avréis visto. Del señor duque de Calabria avemos rrecebido huna carta cuyo traslado con la que se le a repondido por este Consejo será con la presente, pero nostante aquello, si os determináis señores en no confiscar los bienes al dicho bachiller molina sino imponerle penitencia, ansí por esto como por ser cristiano viejo, y por la buena manera de su confesión, y aun tanbién por tener grato al señor duque para las cosas que tocan al Santo Officio, y sus ministros, y especialmente para esto que agora se trata del serviçio que se pide a los officiales, no terníamos por ynconbeniente que después de echo el ato general se hiziese otro particular con el dicho bachiller en una yglesia qual os pareciese, pues que aquello será tan público que se cumpliría bien con la disposiçión de derecho, y el señor duque quedaría obligado a las cosas del Santo Offiçio, como avemos dicho, y receviría de vuestra mano esta buena obra, pues por esta causa se os a remetido, y no se a probeido cosa alguna por este Consejo como beréis por nuestra carta que de su parte os será dada […], AHN, Inquisición, libro 322, 34v-35r.

53 Idem.

54 Lettre du 23 décembre 1536, AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. f.

55 Requête de Juan de Molina adressée aux inquisiteurs de Valence, AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. f.

56 AHN, Inquisición, legajo 934-3, s. f.

57 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 190-191.

58 Dedieu, J.-P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit., p. 266.

59 Le Conseil au tribunal de Valence, 10 mars 1552 : Recevimos vuestras cartas de 4, 15 de hebrero y con ellas la testificación contra don Gaspar Centellas, la qual se enbió luego a Cerdeña para que se hiziese la diligencia, y que de lo que sucediese os diesen señores aviso pudiéndose hazer primero a esta corte, y la misma diligencia se hará a calahorra si el duque no se oviere de azercar a esta tierra como se cree. AHN, Inquisición, libro 322, 172v.

60 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 12.

61 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 229-230.

62 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 339-340 ; Haliczer, S., Inquisición y sociedad […], op. cit., p. 447-451 ; Monter, W., La otra Inquisición. La Inquisición española en la corona de Aragón, Navarra, el País Vasco y Sicilia, Barcelone, Crítica, 1992, 159-160.

63 Voir Firpo M., « Alcune considerazioni sull’esperienza religiosa di Sigismondo Arquer », Rivista storica italiana, CV, 1993, p. 411-75.

64 Thomas, W., La represión del protestantismo […], op. cit., p. 248.

65 AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 149r.

66 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 336.

67 AHN, Inquisición, legajo 521, exp. 9.

68 García Cárcel, R., La Inquisición en Valencia […], op. cit., p. 339-340.

69 Poitrineau, A., « La inmigración francesa en el reino de Valencia », Moneda y crédito, 137, juin 1976, p. 106-107, 112-113, cité par Haliczer, S., Inquisición y sociedad […], op. cit., p. 454.

70 AHN, Inquisición, Libro 911, f. 666r-v, cité par Haliczer, S., Inquisición y sociedad […], op. cit., p. 455.

71 AHN, Inquisición, libro 1233, 101r.

72 AHN, Inquisición, libro 936, 38r.

73 AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 13.

74 AHN, Inquisición, libro 936, 106v.

75 Témoignage de Jusepe Esquerdón, 23 mai 1565 : Dixo que en la dicha cárcel están un clérigo que se dize mossén Hierónimo Biosca y un francés que se dize Joan Casanyosas a los quales ha visto algunas vezes disputar el uno con el otro sobre diversas cosas, y entre otras se acuerda que el dicho Joan Casañosas ha porfiado que […] sola la fe basta para que el hombre se salve, […] y el dicho Biosca dize que no basta sola la fe sino que son menester obras y sobre esto los ha visto diversas vezes porfiar el uno contra el otro teniendo cada uno su opinión como arriba está dicho, Affaire Joan Casanyosas, AHN, Inquisición, legajo 530, exp. 8.

76 AHN, Inquisición, libro 936, 20r.

77 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 343 ; Wagner, C., « Los luteranos ante la Inquisición de Toledo en el siglo xvi », Hispania Sacra, Madrid, Centro de Estudios Históricos, vol. XLVI, n. 94, 1994, p. 504 ; Jiménez Monteserín, M., « Los luteranos ante el tribunal de la Inquisición de Cuenca, 1525-1600 », Pérez Villanueva, J. (Dir.), La Inquisición española : nueva visión, nuevos horizontes, Madrid, Siglo xxi de España, 1980, p. 710-711.

78 García Cárcel, R., Herejía y sociedad en el siglo xvi […], op. cit., p. 343.

79 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 12.

80 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 4.

81 AHN, Inquisición, libro 531, exp. 15.

82 AHN, Inquisición, libro 936, 115v.

83 [Para los inquisidores] los protestantes eran gentes que negaban la existencia del purgatorio ; se oponían a que se rezase a los santos, especialmente a la Virgen ; no reconocían la autoridad papal ni sus bulas, especialmente la bula de la cruzada, que se vendía en casi todos los rincones de España ; no reconocían la necesidad del celibato para los clérigos ; se negaban a confesarse ante un clérigo ; no guardaban los días de ayuno, ni siquiera en Cuaresma ; y negaban la presencia real de Cristo en la eucaristía, W. Monter, La otra Inquisición […], op. cit. p. 284.

84 84 Parece sencillamente que tan pronto los obispos empredieron la labor “de reforma” que en las sesiones conciliares de Trento se les urgió, su insistencia sobre la práctica de la confesión anual adquirió una primordial relevancia en ella, no sólo porque era la ineludible condición para acercarse a recibir la eucaristía, y por tanto, hacer pública profesión de adhesión a la fe orthodoxa, sino porque el íntimo contacto permitía establecer entre confesor y penitente constituía, como más arriba se dijo, un privilegiado instrumento de adoctrinaminento y penetración en las conciencias, Jiménez Monteserín, M., « Los luteranos ante el tribunal de la Inquisición de Cuenca », op. cit, p. 729.

85 Il en va de même à Tolède, voir Dedieu, J. P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit., p. 280-281.

86 AHN, Inquisición, libro 936, 37r, 51r.

87 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 1.

88 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 2.

89 AHN, Inquisición, legajo 531, exp. 1.

90 AHN, Inquisición, legajo 503, exp. 1, 113v-114r.

91 AHN, Inquisición, libro 936, 16r, 36v, 51v, 67v, 76r, 76v.

92 Recebimos vuestra carta de 4 del presente y con ella la rrelación de las personas que salieron en el abto de la fee que se celebró en esa cibdad […] y pues parece que a los rreconciliados por la secta de Lutero no les aveys condenado a galeras sino por dos años, y por menos tiempo y poco más, o por ninguno, que por ser estrangeros y por el daño que podrían hazer si bolbiesen a ese reyno después de aver servido en las galeras, sería bien alargarles de aquí adelante el tienpo de las galeras conforme a la calidad de sus delitos mayormente en este tienpo que tanto ba estendiendo en todas partes esta mala secta, AHN, Inquisición, libro 324, 125r.

93 Recebimos vuestra carta de 4 del presente y con ella la rrelación de las personas que salieron en el abto de la fee que se celebró en esa cibdad […] y pues parece que a los rreconciliados por la secta de Lutero no les aveys condenados a galeras sino por dos años, y por menos tiempo y poco más, o por ninguno, que por ser estrangeros y por el daño que podrían hazer si bolbiesen a ese reyno después de aver servido en las galeras, sería bien alargarles de aquí adelante el tienpo de las galeras conforme a la calidad de sus delitos, mayormente en este tiempo que tanto ba estendiendo en todas partes esta mala secta, AHN, Inquisición, libro 1233, 93r.

94 Dedieu, J.-P., « Le modèle religieux, le refus de la Réforme […] », op. cit. p. 280.

95 Jiménez Monteserín, M., « Los luteranos ante el tribunal de la Inquisición de Cuenca […] », op. cit., p. 735-736.

Table des illustrations

Titre Les délits les plus réprimés par le tribunal de Valence (1566-1700) (Nombre de cas et % par rapport à l’activité totale)
Légende Source : A. Gonzalez-Raymond, Inquisition et société en Espagne. Les relations de causes du tribunal de Valence (1566-1700), Paris, Les Belles Lettres, 1996.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Nationalité des luthériens jugés par le tribunal de Valence (1566-1575)
Légende Source : AHN, Inquisición, libro 936.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Sources : élaboré à partir des relations de causes du tribunal de Valence, AHN, Inquisición, libro 936.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr