Version classiqueVersion mobile

Géopolitique des frontières de la Pologne

 | 
Quentin Mackré

Préface

Jean-Pierre Doumenge et Jean-Christophe Gay

Texte intégral

1Le présent ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en novembre 2010 à l’université Montpellier 3, dont nous avons été les deux co-directeurs. Cette thèse a obtenu la mention « très honorable », ainsi que les félicitations unanimes des membres du jury. Pour la période la plus contemporaine, c’est le résultat de recherches de terrain réalisées avec minutie, sur plus de six ans, qui constituent un témoignage de première main sur un moment important de l’évolution des pays de l’Est en général et de la Pologne en particulier. Quentin Mackré a eu la chance de vivre une période passionnante et son travail est d’abord un rapport de grande valeur sur les mutations rapides de l’Union européenne, de la Pologne et de ses voisins, donc de ses frontières. De la transition post-socialiste à l’adhésion à l’Union européenne et à l’ouverture de la frontière Schengen, sa thèse est une observation minutieuse et comparative des transformations des frontières polonaises, servie par une grande culture historique et géopolitique. Les descriptions vivantes alternent avec les analyses quantitatives. Le texte produit est dense, bien illustré, convainquant dans sa démonstration. À de multiples reprises, il nous est donné la possibilité de comparer les situations à quelques années d’intervalle. À ce sujet, la mise en regard de photographies prises à quelques années d’écart est édifiante et cette étude hybride, combinant études quantitatives et observations de terrain comblera un public éclairé et ouvert.

2Au-delà de l’analyse des conditions de construction, puis de destruction et enfin de reconstruction d’un vaste État-nation européen, cet ouvrage s’avère particulièrement intéressant par la prise de position critique de son auteur sur les politiques publiques initiées par l’Union européenne, tant en termes d’affermissement de l’organisation économique et sociale d’un nouvel État membre que de coopération régionale menée avec ses voisins immédiats. Partant du constat que la frontière est le résultat d’un jeu de pressions politiques exercées par divers groupes territorialisés pouvant avoir des intérêts communs ou concurrents, Quentin Mackré étudie les possibilités et impossibilités des coopérations transfrontalières. Les comportements des populations comme ceux de leurs représentants politiques sont donc observés attentivement, sur la longue durée. La prise en compte dans sa reflexion de multiples échelles, aussi bien temporelles que spatiales, permet au lecteur d’avoir toutes les clefs du « jeu des frontières » qui se déroule aujourd’hui en Pologne.

3La Pologne tire son intérêt stratégique de sa position à l’interface de deux ensembles géopolitiques (germanique et russe) qui n’ont cessé de s’étendre, avec des fortunes diverses, au cours du dernier millénaire. Jusqu’au milieu xviie siècle, la Pologne a pu s’épanouir parce que le pôle russe manquait de dynamisme. Par contre, sous la pression de l’Ordre teutonique, la Pologne a eu du mal à contenir la poussée du pôle germanique qui s’exerçait à son encontre. Toutefois, la Pologne a pu s’agrandir en glissant en direction de l’est et du sud-est, pour développer un axe commercial majeur entre mer Baltique et mer Noire. La rupture d’avec le monde germanique a été consommée avec la récupération par le « royaume de Pologne et grand-duché de Lituanie » de la Pomérélie au détriment de la Prusse. En déterminant la partition du territoire de son voisin, la Pologne créait alors les conditions d’une revendication territoriale à son encontre chez un des principaux États membres du Saint Empire romain-germanique, puis de son successeur, l’Empire allemand.

4Ce sont les maladresses du pouvoir polonais envers les Cosaques établis dans la vallée du Dniepr, et leur rapprochement avec la Moscovie qui vont créer les conditions d’une prise en tenaille de l’État binational de Pologne-Lituanie. Cela va aboutir, entre 1772 et 1795, à la rétraction, puis à la disparition de cet État au profit des trois puissances riveraines (Prusse, Autriche et Russie). Entre 1807 et 1814, les campagnes napoléoniennes vont permettre de voir apparaître un État de substitution, le duché de Varsovie ; mais, pendant près d’un siècle et demi, le peuple polonais va se trouver écartelé entre trois Empires, ballotté entre assimilation et autonomie de gestion, selon la politique menée par les hommes au pouvoir dans les puissances occupantes. Il n’en reste pas moins que la longue période du « partage » n’a pas provoqué de dissolution du sentiment national polonais : bien au contraire, la pratique dans l’espace domestique de la langue et de la religion catholique vont fortifier le sentiment d’unité des individus se reconnaissant « Polonais ». La puissance de l’enracinement de la paysannerie et le dynamisme de la diaspora vont convaincre les puissances alliées, victorieuses de la première guerre mondiale, de « recréer » la Pologne comme « État-sentinelle » devant permettre de maîtriser à la fois la toute nouvelle Union soviétique et l’Allemagne vaincue et brimée.

5Dès 1918, le tracé des frontières de cet État « ressuscité » va être sujet à contestations, autant de la part de la Pologne que de tous ses pays limitrophes. À l’issue de la seconde guerre mondiale, les problèmes du tracé des frontières polonaises vont se reposer, révélant un nouveau rapport de force entre grandes puissances. Finalement, on constate que c’est certainement parce que les frontières de 1945 se calquent largement sur celles de 992 qu’elles n’ont pas fait l’objet d’une remise en cause par les Polonais, une fois que la force des blindés soviétiques s’est évanouie. Pour les Allemands en revanche, cela signifie le « sacrifice » de plus de 100 000 km2 de territoires acquis entre le xie siècle et le xvie par l’Ordre teutonique, puis la Prusse.

6 Quelques années après la fin de la période socialiste, le processus d’intégration de la Pologne à l’Union européenne a profondément réorienté les flux économiques et modifié les dynamiques territoriales qui s’observent dans le pays. Cette nouvelle donne, dont les changements relatifs aux frontières (statut des frontières étatiques et nouveaux découpages administratifs internes) sont la partie émergée, a des répercussions sur l’ensemble du territoire polonais, notamment en termes de développement régional. Depuis sa candidature à l’UE, la Pologne ne constitue-t-elle pas, pour l’Allemagne actuelle, un espace économique à (ré) investir Comment interpréter la « réactivation » rapide de la partie occidentale de son territoire grâce aux investisseurs d’outre-Oder, sans prise en compte de cette perspective Est-ce que la partie orientale du territoire polonais, actuellement marginalisée, ne représenterait pas à moyen terme un nouvel espace d’expansion pour les intérêts allemands En ce cas, la « fermeture » de la frontière orientale n’est-elle pas une chance plutôt qu’un handicap pour la Pologne La « rémanence » des anciens tracés frontaliers de l’époque des partages a-t-elle un caractère vraiment immuable ? Autant de questions qu’aborde l’ouvrage de Quentin Mackré. Ce livre ouvre donc un vaste débat géopolitique pour les politiques et les scientifiques qui cherchent à évaluer les réelles possibilités d’encadrement par l’UE des puissants flux d’hommes, de biens et de services qui affectent le continent européen depuis la fin de la guerre froide, tout comme l’utilité ou non à inclure dans ce dispositif plurinational de nouveaux États.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search