Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

L’inquisition de Saragosse et les protestants (1560-1610)

Julián Durán

Texte intégral

1Les commémorations de la mort de Philipe II et de la naissance de Charles Quint en 1998 et 2001 ont donné lieu à de nombreuses manifestations (expositions, congrès, etc.) ayant pour objet les différents aspects de la vie économique, politique, intellectuelle et artistique du xvie siècle européen.

  • 1 D’après les spécialistes, l’étude qui apporte le plus d’éléments et qui semble la mieux documentée (...)

2En parcourant les études contenues dans les catalogues et recueils d’articles correspondant aux actes de ces colloques, nous avons pu vérifier que très peu d’études avaient trait au problème de la réforme protestante en Espagne. Force est de constater que les questionnements au sujet de l’ampleur de l’implantation de la Réforme en terres ibériques n’ont pas enthousiasmé jusqu’à présent la recherche. À l’aube du xxie siècle, il n’existe toujours pas d’histoire du protestantisme en Espagne1.

3Augustin Redondo précisait en 1965 dans son article sur Luther et l’Espagne entre 1520 et 1536 :

  • 2 REDONDO Augustin, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, I (196 (...)

[...] Contrairement à ce que l’on a affirmé, il apparaît que la curiosité à l’égard du moine augustin et de ses thèses entre ces années a été vive en Espagne, non seulement parmi les clercs et les humanistes laïcs mais encore parmi les villageois, les gens du peuple2.

  • 3 Id., ibid., p. 163.
  • 4 BATAILLON Marcel, Erasmo y España, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1975.
  • 5 Il y eut deux autodafés à Valladolid qui virent défiler plus de cinquante personnes accusées de pr (...)
  • 6 Citons les principales : GARCÍA CÁRCEL Ricardo, Herejía y sociedad en el siglo xvi. La Inquisición (...)

4Cependant il considérait qu’il n’y avait pas eu de véritables luthériens en Espagne mais plutôt des sympathisants. Ceux-ci adhérèrent à certaines des idées nouvelles mais ne suivirent pas le moine de Wittenberg dans ses thèses les plus radicales3. Dans le sillon de la célèbre étude de Marcel Bataillon4, qui fait autorité auprès des chercheurs de quelque nationalité qu’ils soient, il est généralement admis que les seules pénétrations significatives du protestantisme furent celles de Valladolid et de Séville qui donnèrent lieu aux spectaculaires autodafés de 1559 et 15605. C’est aussi l’opinion généralement défendue par les auteurs des chapitres portant sur le protestantisme contenus dans les différentes études réalisées sur l’activité de plusieurs tribunaux inquisitoriaux6.

5Comme le résume Juan Blázquez Miguel dans son étude sur le tribunal du Saint-Office de Barcelone :

  • 7 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña [...], ouv. cit., p. 158.

Desde 1521 hasta 1558 el luteranismo estuvo pulsando con cierta intensidad las puertas de España y de no haber sido por la Inquisición la cultura española acaso habría seguido derroteros distintos, semejantes a los de otras naciones europeas7.

6L’Inquisition aurait donc joué un rôle primordial en établissant un efficace « cordon sanitaire ». Celui-ci aurait rendu l’Espagne de la seconde moitié du xvie siècle imperméable à cette hérésie venue du nord.

  • 8 Pour les données sur l’activité générale du Saint-Office dans ses différents tribunaux, nous renvo (...)
  • 9 Convoqué par le pape Paul III à la demande de l’empereur Charles V pour trouver une solution au sc (...)

7En effet, si nous observons le panorama général de l’activité du Saint-Office, nous pouvons constater que la répression du protestantisme n’apparaît pas comme sa première priorité8. Elle ne le fut d’ailleurs jamais. Durant la seconde moitié du xvie siècle, tous tribunaux confondus, il orienta prioritairement son action contre les morisques accusés de retourner à leurs anciennes pratiques religieuses. Cette cause est de loin la première aussi bien en Castille où elle représente environ 32 % des délits qu’en Aragon où le pourcentage s’élève à 40. Après le Concile de Trente9, l’encadrement des vieux chrétiens devint également une des priorités du Saint-Office. Il s’attacha à traquer tous les petits écarts de conduite et surtout de paroles des chrétiens de vieille souche. Ce délit, qui pouvait aller de l’imprécation au blasphème, l’Inquisition le résumait sous une appellation générique : « palabras escandalosas ». Il devint, durant la seconde moitié du xvie siècle, la seconde cause traitée par les tribunaux. Pour la période retenue, elle représente environ 30 % du total des causes en Castille et 22 % en Aragon.

  • 10 Précisons que le Saint-Office ne faisait généralement pas la distinction entre luthériens, calvini (...)
  • 11 CONTRERAS Jaime, HENNINGSEN Gustav, « Forty-Four Thousand Cases [...], ouv. cit., p. 118.

8Cependant, les personnes accusées de protestantisme10 après 1559 sont encore nombreuses. Selon les statistiques établies par Jaime Contreras11 pour la période allant de 1560 à 1614, qui correspond, à quatre années près, à celle que nous avons retenue pour cette étude, il apparaît que 2233 personnes furent jugées pour ce délit par les tribunaux dépendant de la Castille et 1337 pour ceux d’Aragon, ce qui représente une moyenne générale d’environ 66 personnes par an. Même si les inculpés pour protestantisme sont loin d’être aussi nombreux que les morisques, cette cause est malgré tout la troisième pour la période concernée. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène marginal mais d’une réalité bien présente qu’il faut prendre en considération.

  • 12 Il y aurait 456 personnes poursuivies pour protestantisme dans le district de Séville, 283 dans ce (...)
  • 13 Id., Ibid. Pour la période 1560-1614, Jaime Contreras trouve 368 personnes inculpées du délit de p (...)

9Une autre de nos premières constatations est que les tribunaux ayant la plus forte activité anti-luthérienne, mis à part celui de Séville, sont ceux dont les districts étaient frontaliers avec le Béarn calviniste, tel celui de Barcelone, ou de Logroño et surtout Saragosse12. Pour la période concernée, c’est dans ce district que l’on trouve le plus grand nombre de protestants13.

  • 14 GOMEZ François, Le tribunal du Saint-Office de Saragosse (1561-1700). Essai d’étude quantitative, (...)

10Pourtant, ces protestants aragonais n’ont pas semblé susciter l’intérêt de la recherche. À notre connaissance, les seuls éléments de réflexion dont nous disposons sont contenus dans une étude globale sur l’activité du tribunal de Saragosse réalisée par François Gomez, demeurée inédite à ce jour14. Ce travail, remarquable par ailleurs, n’apporte cependant qu’un éclairage partiel sur cette population en s’intéressant essentiellement aux peines que le Saint-Office leur infligea.

  • 15 Les relations de causes du tribunal de Saragosse se trouvent à Madrid, à l’A.H.N., Section Inquisi (...)
  • 16 Les quatre premiers autodafés (les 13 juin 1540 et 1541, le 3 juillet 1542 et le 27 novembre 1548) (...)
  • 17 Un premier accord, signé entre l’Espagne et l’Angleterre en 1604, accordait une liberté de conscie (...)

11À partir des Relaciones de causas conservées à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid, seuls documents dont nous disposons pour l’étude de cette dissidence religieuse, et de certaines des conclusions de l’étude citée, nous allons tenter de mettre en lumière les traits saillants de cette population protestante de Saragosse15. Les premières relations de causes datent de 1540 mais jusqu’en 1560, elles font apparaître très peu de personnes jugées pour protestantisme16. Nous avons donc choisi de faire démarrer notre étude au lendemain des autodafés de Valladolid et de Séville, lorsque l’attention de l’Inquisition se porte plus particulièrement sur cette hérésie, pour la terminer en 1610. La fin de la première décennie du xviie siècle, coïncidant avec l’expulsion des morisques, ébauche une chute de l’activité des tribunaux, toutes causes confondues. Pour ce qui est de l’hérésie protestante, ce siècle ouvre une ère de relative tolérance, dans une grande mesure imposée, il est vrai, par des considérations davantage politiques et commerciales, que religieuses17.

  • 18 DEDIEU Jean Pierre, CONTRERAS Jaime, « Geografía de la Inquisición española : la formación de los (...)

12Créé en 1482, le tribunal inquisitorial de Saragosse était avec Séville, Cordoue et Valence un des plus anciens de la péninsule. Son district s’étendait sur un vaste espace de 43 071 km2, correspondant à une région naturelle. Au nord, il faisait frontière avec la France et plus précisément avec le Béarn. Cette région était dominée, pendant la période que nous avons retenue pour cette étude, par des huguenots calvinistes, partisans d’Henri de Navarre, le futur Henri IV. Ce district comprenait les évêchés de Lérida, Jaca, Barbastro, Huesca et Saragosse ainsi qu’une partie des évêchés de Tarazona, Sigüenza et Pampelune18.

  • 19 GOMEZ François, Le tribunal du Saint-Office de Saragosse […], ouv. cit., tome II, p. 8.

13La spécificité de ce tribunal, comme nous l’avons dit, ce sont les morisques. Sur 3 857 personnes jugées par le tribunal de Saragosse entre 1560 et 1610, 2227 sont des morisques, soit 57,7 % du total19. Sur toute cette période, nous remarquons cependant que les protestants représentent une partie non négligeable des inculpés. Ce sont en effet 359 personnes que le Saint-Office jugera pour protestantisme, soit 9,3 % du total des causes.

  • 20 Augustin REDONDO, « Luther et l’Espagne [...] », ouv. cit., p. 132, signale que le port de Valence (...)

14En établissant une comparaison avec les autres tribunaux de la péninsule, il apparaît qu’après Séville où nous trouvons 456 protestants qui représentent 33,3 %, c’est dans notre tribunal que nous en trouvons le plus grand nombre. À Valence par exemple, ce district proche de l’Aragon avec un port très cosmopolite à fort brassage de population, nous n’en trouvons que 167 et ils représentent 5,1 % des délits traités20. À Tolède, tribunal central dont la ville principale était un marché très cosmopolite, nous trouvons un chiffre très similaire, 163, qui correspond à 7,5 % des délits. À Saint Jacques finalement, région côtière où de nombreux navires anglais et flamands accostaient, lieu de pèlerinage très connu et fréquenté par des étrangers, nous n’en trouvons que 83. Ils représentent 6,7 % des délits.

15Ces chiffres nous indiquent que le tribunal de Saragosse est un de ceux qui ont le plus persécuté l’hérésie protestante durant la seconde moitié du xvie siècle.

  • 21 Le cas de Saint-Jacques est particulier. Les pics que nous pouvons observer dans ce tribunal corre (...)

16Pendant ces 50 ans, contrairement à d’autres tribunaux -c’est le cas de Saint-Jacques par exemple- nous pouvons remarquer une présence continue de cette hérésie en territoire aragonais21. En étudiant l’activité du tribunal de Saragosse par périodes quinquennales, il apparaît en effet que chacune d’entre-elles fait apparaître un certain nombre d’individus poursuivis pour protestantisme. Malgré tout, les flux ne sont pas réguliers. Nous pouvons signaler des « moments forts » où le Saint-Office a particulièrement pourchassé cette hérésie. D’après nos statistiques, la période 1560-1575 apparaît comme la plus féconde. D’un peu plus de 9 % -c’est la moyenne pour l’ensemble de notre période- le protestantisme passe alors à un peu plus de 20 % de la totalité des délits punis par le Saint-Office. De 1576 à 1585, les protestants ne représentent plus que 6,6 %. Le quinquennat 1586-1590 marque un nouveau pic à 20 %. Pour le reste de notre période, le taux avoisinera les 3 %.

  • 22 Citons l’exemple, très certainement le plus célèbre, de l’inquisiteur Fernando de Valdés. La reche (...)

17La présence de ces pics est assez difficile à expliquer. Indépendamment du délit poursuivi, savoir pourquoi le Saint-Office agit plus sévèrement à un moment donné qu’à un autre relève davantage de la supposition que de l’affirmation. Précisons d’emblée que ces chiffres ne signifient pas obligatoirement qu’il y eut plus de protestants pendant cette période mais plutôt que le Saint-Office s’intéressa davantage à eux. Ces écarts dans l’appréciation des délits peuvent s’expliquer par de multiples facteurs. Il peut s’agir de consignes particulières imposées par la Suprema (le conseil de la Suprema y General Inquisición, organisme tuteur des tribunaux de district) ou par le pouvoir. L’influence d’événements aussi bien intérieurs qu’extérieurs oriente également l’action du Saint-Office. D’autres fois encore, c’est à un aspect aussi trivial que la personnalité des inquisiteurs que l’on doit la focalisation d’un tribunal sur telle ou telle hérésie22.

18Dans le cas de la persécution des protestants à Saragosse, nous n’avons pas d’éléments permettant d’expliquer avec certitude les pics que nous avons signalés. Le premier, qui correspond à la décennie 1560, nous paraît être une des conséquences du très fort impact provoqué par la découverte des foyers protestants de Valladolid et de Séville. L’Espagne qui se croyait à l’abri de cette hérésie, découvre qu’elle fleurit en son sein. Après le coup de semonce de la fin des années 50, l’inquiétude pour ne pas dire l’angoisse est grande. Le démantèlement de ces réseaux et les châtiments exemplaires infligés à ces premiers protestants n’apaisent pas les esprits. La focalisation du Saint-Office sur cette hérésie nous donne à penser qu’en haut lieu on croit à l’existence d’autres foyers protestants et qu’on surestime l’importance de la pénétration de cette hérésie en territoire espagnol. Si elle avait pu « infecter » ces deux villes, pourquoi n’en serait-il pas de même ailleurs ? Cette angoisse d’une infiltration protestante qui aurait gagné des autochtones se ressent dans tous les tribunaux mais dans les districts frontaliers de la France, comme Logroño, Barcelone, Saint-Jacques et également Saragosse, elle est évidemment plus perceptible encore. Dans un premier temps, il semblerait que l’Inquisition ait cru en l’existence d’un protestantisme vernaculaire. Au lendemain des événements de 1559, son attention se porta plus directement sur la population vieille-chrétienne. Ainsi, des propos qui auparavant auraient été qualifiés de « blasphèmes » ou de « propos scandaleux » deviennent, sous le coup de la fièvre antiprotestante omniprésente, des discours « luteranos ». 50 % des espagnols condamnés pour protestantisme le sont durant la première période quinquennale de notre étude, c’est-à-dire entre 1560 et 1565.

19Mais il est probable qu’il faille surtout chercher dans des événements extérieurs à l’Espagne des explications à ces périodes d’activité antiprotestante accrue. L’onde de choc du séisme de 1559, bien qu’importante, ne suffit pas seule à expliquer la constance avec laquelle les réformés ou leurs sympathisants furent poursuivis jusque dans les années finales du xvie siècle.

  • 23 Les inquisiteurs de Saragosse étaient conscients de l’importance de leur mission dans un territoir (...)
  • 24 A.H.N., Section Inquisition, livre 988, fol. 101.
  • 25 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña [...], ouv. cit., p. 160.
  • 26 Id., ibid., p. 161. « Gabachons » est un autre terme pour « gabachos ». À l’origine le mot « gabac (...)
  • 27 Les œuvres de Luther furent traduites par les marranes d’Anvers. Ils se chargèrent de les diffuser (...)

20Consciente que le danger venait essentiellement de l’extérieur, l’Inquisition contribua très largement à l’entreprise de prophylaxie menée par la monarchie catholique. Il fallait isoler l’Espagne, protéger le pays que l’on considérait être celui de la vraie foi des assauts de ces hérésies qui ravageaient l’Europe. On s’efforça alors de fermer, dans la mesure du possible, ces frontières du nord si proches des hérétiques calvinistes23, tout en resserrant les contrôles autour d’une population grandissante d’émigrés français, installés de préférence dans les régions du nord de l’Espagne. Dans une lettre datée du 30 octobre 1563, les inquisiteurs de Saragosse rapportent à la Suprema les efforts qu’ils ont mis en œuvre pour le contrôle des frontières du Nord. Ils écrivent : « Esperamos en Nuestro Señor que con el cuidado que se tiene en la visita de los puertos (il s’agit ici des « puertos secos », c’est-à-dire des postes-frontières) y con el castigo que se hace, aseguraremos este reino en lo cual y en todo lo demás trabajamos con todas nuestras fuerzas.24 » Ce contrôle des frontières ne se limita pas au seul district de Saragosse. En 1561, Philippe II écrivait à García de Toledo25, vice roi, pour qu’il mît en oeuvre une surveillance accrue des nombreux Français qui émigraient vers la Catalogne et qu’il fît en sorte que les locaux n’eussent pas de grands contacts avec ceux que l’on appelait de manière dénigrante les « gabachons »26. En 1567, un ordre similaire fut envoyé en Galice. Là-bas la menace venait des Pays-Bas et de l’Angleterre. Les ports allaient bientôt faire l’objet d’une surveillance accrue. Le Conseil Suprême de l’Inquisition, échaudé par la récente tentative d’introduction d’ouvrages protestants27 – ceux-ci avaient été dissimulés dans une cache aménagée à cet effet au fond de tonneaux remplis de vin-, mettait en garde les inquisiteurs. À présent, ils devraient s’efforcer de contrôler le contenu des cargaisons de tout bateau qui entrerait dans un port de Galice. Ainsi, il semble évident que le Saint-Office agit, ou plutôt réagit, en fonction d’événements extérieurs à l’Espagne.

  • 28 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 84.

21Il y a, selon nous, une relation très directe entre le début des guerres de religion en France en 1562, et le sentiment de danger omniprésent perceptible dans les agissements de l’Inquisition. Tout comme les marchands flamands ou les marins anglais étaient perçus par le Saint-Office galicien comme des ennemis politiques et de potentiels agents de diffusion de l’hérésie en territoire espagnol, en Navarre, en Catalogne ou en Aragon, les Français furent considérés comme des hérétiques en puissance, une bombe à retardement placée devant la porte pyrénéenne et susceptible de franchir cette dernière à tout moment, mettant les populations locales en péril. Le district de Saragosse, frontalier du Béarn calviniste et terre d’immigration privilégiée pour de nombreux Français, était aux premières loges. La forte répression contre les protestants que nous pouvons observer entre 1560 et 1575 confirme l’inquiétude nourrie par le Saint-Office à propos d’un possible accueil favorable de certains aspects de cette hérésie qui auraient pu séduire la population vieille chrétienne. Elle révèle la conscience qu’avait l’Office d’être le garant de la vraie foi ainsi que sa ferme détermination à faire du châtiment de ces premiers protestants un exemple, pour les locaux, bien entendu, mais surtout pour d’autres éventuels candidats français à l’exil vers l’Espagne. « Es muy necesario que se haga muy ejemplar castigo así en los luteranos [...] » écrivent les inquisiteurs de Saragosse au Conseil de l’Inquisition le 26 novembre 1562, « [...] porque estamos en este reino al cual como a tierra de libertad (c’est-à-dire une terre où l’on pourrait pratiquer sa religion en toute liberté) acuden muchos bearnes y franceses y otros extranjeros y los más de ellos están tocados de esta herejía de Lutero28 »

22La rébellion hollandaise contribua également, dans une certaine mesure, à ce sentiment. C’est essentiellement le cas à partir de 1566 avec les premiers mouvements iconoclastes contre des églises dont les récits durent faire frémir le clergé espagnol. L’envoi du duc d’Albe en Flandres et l’institution du tribunal du sang en 1568 placèrent définitivement la lutte contre l’hérésie protestante sous le signe de la répression. Si le pouvoir avait choisi cette option en Flandres, pouvait-il en être autrement sur le sol espagnol ?

23Finalement, dans les années 1580, la guerre larvée que se livraient l’Espagne et l’Angleterre protestante (attaques de ports espagnols ou de navires d’or en provenance des Indes, puis expédition de l’Invincible Armada...) même si elle n’était pas uniquement motivée par des différents religieux, contribua à renforcer un sentiment antiprotestant déjà fort répandu.

***

24Après avoir évalué quantitativement l’importance du phénomène protestant dans le district inquisitorial de Saragosse pendant la seconde moitié du xvie siècle, il nous faut tenter de définir à présent qui étaient ces protestants aragonais.

25À partir des relations de causes du tribunal de Saragosse, nous avons tenté de systématiser, par l’élaboration de différents tableaux statistiques, les caractéristiques principales de ces protestants. Ceux-ci, nous le verrons, sont fort différents de la population protestante jugée par les tribunaux de Castille.

26La caractéristique la plus frappante qui ressort de ces évaluations est que ces dissidents sont des étrangers dans leur immense majorité. C’est le cas de 83 % des protestants jugés par le tribunal saragossain. Autre constat : ces hérétiques étrangers sont quasiment tous des Français (98 %). Presque la moitié d’entre eux (44,6 %) vient du Béarn et la plupart des restants, du grand Sud-Ouest. C’est donc une des premières différences que nous pouvons observer entre le protestantisme castillan et l’aragonais. Le nombre d’Espagnols inculpés pour ce délit est très mineur par rapport au nombre d’étrangers.

  • 29 Dans son étude sur le protestantisme catalan, Juan BLÁZQUEZ MIGUEL constate que certains Français (...)

27Ainsi, le protestantisme traité par le tribunal de Saragosse est essentiellement un phénomène que nous pouvons appeler « d’immigration ». Ces protestants sont majoritairement des Français originaires du Sud-Ouest. Donc, pour la plupart, il s’agit d’individus ayant fait le choix de la religion réformée. Nés en France et n’ayant à priori aucune attache en Espagne, ils ont traversé les Pyrénées et se sont établis en Aragon avant tout pour des raisons économiques29. Les autres données que nous avons pu réunir à partir de l’étude des relations de causes confirment cette impression.

  • 30 Voir tableau La répression des protestants en annexe n° 1.

28En premier lieu, il s’agit essentiellement d’un protestantisme masculin30. Les hommes représentent 95 % des victimes.

29Les documents consultés nous informent également que ces hommes sont jeunes. Même si dans 40 % des cas l’âge n’est pas précisé dans les relations de causes, l’échantillon réuni nous paraît suffisant pour l’affirmer. Si nous considérons les 60 % de cas où l’âge est exprimé, il apparaît que :

309,4 % ont moins de 20 ans

3132,2 % ont entre 20 et 25 ans

3222,1 % ont entre 26 et 30 ans

3319,1 % ont entre 31 et 40 ans

34et finalement

3517,2 % ont plus de 40 ans.

36Ainsi, presque 83 % des inculpés dont nous connaissons l’âge ont moins de quarante ans. Si nous enlevons les moins de 20 ans qui, pour la plupart, ne font pas encore partie de la population dite active, il apparaît que les neuf dixièmes sont en âge de travailler.

37L’examen des professions qu’exercent ces protestants jugés à Saragosse révèle d’autres surprises. Contrairement aux foyers découverts à Valladolid et à Séville et même au protestantisme valencien qui touchait, dans une forte proportion, des personnalités de haut rang faisant partie des élites politiques, religieuses et intellectuelles, ou encore aux protestants jugés dans d’autres régions comme la Galice, par exemple -la plupart d’entre eux étaient des marchands, des marins, des soldats ou des mercenaires-, le protestantisme de Saragosse se présente sous un autre jour. Toutes les catégories socio professionnelles sont représentées et non seulement les plus mobiles ni les plus en contact avec l’étranger. Par ailleurs, les emplois qu’occupaient ces protestants lorsqu’ils furent arrêtés impliquent pour la plupart une sédentarisation dans le pays « d’accueil » et, de ce fait, permettent de supposer une relative intégration dans la société espagnole de cette communauté d’émigrés français.

* % I : Par rapport au total par secteurs.
** % II : Par rapport au total par délit.
(Secteur 1 : agriculture, pêche, élevage...) (Secteur 2 : artisanat, industrie...)
(Secteur 3 : marchands, fonctionnaires, prêtres...)

38Le secteur primaire représente à peine 11 % des inculpés. Les deux secteurs prépondérants et pratiquement représentés de manière égale sont le secondaire et le tertiaire. L’un compte presque 1/3 des accusés et l’autre 28,4 %. Précisons que dans presque 30 % des cas nous ne connaissons pas la profession des inculpés.

39Ces chiffres sont logiques. Bien que l’Aragon soit une région très rurale, il semble normal que le secteur primaire soit en retrait car ce type d’immigrants s’installe plus volontiers en ville qu’à la campagne. Il est plus facile d’y trouver un emploi. D’autre part, le monde rural étant moins encadré et surveillé, il fournit donc moins de victimes de la répression. La prédominance du secteur secondaire sur le tertiaire est, en revanche, étonnante car c’est dans ce dernier secteur que nous trouvons les « intellectuels » et les marchands qui correspondent aux profils de ceux qui normalement sont les plus à même de véhiculer cette nouvelle religion réformée.

40Lorsque nous trouvons des protestants issus du secteur primaire, ce sont essentiellement des journaliers agricoles et des bergers.

41Pour le secondaire, il s’agit surtout d’artisans de la confection comme des tailleurs, des cardeurs de draps, des tisserands, mais sur nos listes figurent également des ouvriers et des cordonniers.

42Les inculpés occupant un emploi dans le tertiaire sont majoritairement des soldats, des marchands, des domestiques, des valets, des laquais, des étudiants et finalement quelques prêtres. Cette population française est donc essentiellement citadine.

43Ces données statistiques nous informent également qu’au moment de leur arrestation, ces protestants français vivent en Espagne déjà depuis un certain temps. Souvent, ils ont épousé une femme espagnole et ont fondé avec elle une famille. Et c’est là une donnée d’importance car, tout comme en Catalogne, c’est bien la perspective de trouver un travail et de s’établir en Espagne qui pousse ces français à émigrer.

  • 31 SOLANO Fernando et ARMILLAS José Antonio, Historia de Zaragoza, Saragosse, 1976, p. 272.

44Le nombre exact de français ayant participé à cette émigration de type économique vers l’Espagne, et plus particulièrement dans le district inquisitorial de Saragosse, est très difficile à fixer de manière précise. Dans leur Historia de Zaragoza, Fernando Solano et José Antonio Armillas soulignent une croissance de la population française en territoire aragonais durant la période qui nous intéresse. D’un cinquième de la population vers 1577, elle passe à un quart en 160931.

  • 32 Un feu comptait généralement entre 4 et 5 personnes. Nous avons donc choisi l’indice 4,5 pour nos (...)
  • 33 D’après nos calculs, il y aurait environ 5625 hommes d’origine française sur environ 12 000 hommes (...)

45Cette étude avance également une évaluation de la population de Saragosse. En 1577, la capitale aragonaise aurait compté 4954 feux, soit environ 22 293 personnes. En 1609, elle en aurait compté 6192, soit environ 27 864 âmes32. Pour notre période, nous obtenons donc une moyenne de 5573 feux, soit environ 25 078 individus. En tenant compte des proportions de Français dans la population totale indiquées plus haut et en considérant que la population est répartie à peu près à parts égales entre hommes et femmes, il apparaît que les hommes français sont au moins aussi nombreux que les espagnols à Saragosse33. Si l’on considère ces proportions, il semble clair que cette présence française dérangeait. Elle dut être perçue comme une véritable invasion plus encore par les couches les plus populaires de la population.

46Ces chiffres, bien qu’approximatifs, nous aident à comprendre une autre dimension fondamentale de la répression du protestantisme aragonais qui est la haine du « gabacho ».

47Au-delà des préoccupations d’ordre religieux et politique de la couronne, de l’Église et du Saint-Office, les Français représentèrent rapidement, au fur et à mesure de l’accroissement des flux migratoires vers l’Espagne, une menace grandissante pour les locaux et particulièrement pour les hommes. Ils représentaient tout d’abord une menace économique. De l’avis de tous, les Français « enlevaient » le travail aux Espagnols et, de plus, ils ramenaient bien souvent leurs économies en France à leur famille restée là-bas. Un groupe non négligeable de ces protestants, par le métier qu’ils exerçaient – c’est essentiellement le cas des marchands –, retournaient en effet fréquemment en France et gardaient d’étroits contacts avec leur pays d’origine.

  • 34 Dans une très forte proportion, les protestants furent soumis à la honte publique et sortirent en (...)
  • 35 CONTRERAS Jaime, El Santo Oficio [...], ouv. cit., p. 615, insiste également sur l’importance de l (...)
  • 36 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Albacete, Albacete, C.S.I.C., 1985, p. 81, rapporte ce dev (...)

48Ces hommes français, jeunes, en âge de prendre épouse et de fonder un foyer étaient également considérés par les espagnols comme de potentiels rivaux. Eu égard au nombre important d’inculpés français qui, au moment de leur arrestation, étaient mariés avec des femmes espagnoles, cet aspect revêt, pensons-nous, une importance tout aussi fondamentale que le premier. Ils dominaient mal la langue de leur nouveau pays mais avaient malgré tout trouvé un emploi et fondé une famille. Bien avant la menace religieuse, que les autorités inquisitoriales et ecclésiastiques se chargeaient de rappeler aux population locales par une répression visible34 et des sermons dénigrants35, ces émigrés français représentaient donc pour le « gros » des Espagnols une menace d’un autre type. Prenant une dimension plus affective qui s’enracinait dans la vie quotidienne, ces aspects du problème influeront sur les dépositions et les témoignages plus efficacement que l’obligation qui avait été faite à tout Espagnol de dénoncer les hérétiques au Saint-Office36. Souvent, ceux-ci semblent avoir été motivés par la jalousie, par le simple rejet du Français non parce qu’il était « luterano » mais parce qu’il était étranger. Le protestantisme fut ainsi sans doute, dans nombre d’accusations, un prétexte, un moyen pour le local de s’assurer la ruine tant financière que physique, morale et surtout sociale de l’étranger. Cette réalité apparaît plus clairement encore lorsqu’on s’intéresse aux charges que les inquisiteurs retinrent à leur encontre. L’Inquisition qualifie ces inculpés français de protestants, les délateurs et les témoins les reconnaissent comme tels mais le sont-ils vraiment ? Comme pour d’autres délits, on semble s’être servi du Saint-Office comme moyen de régler des querelles bien éloignées du domaine religieux.

49Le protestantisme est une hérésie assez difficilement détectable. À la différence du mahométisme et du judaïsme, la religion réformée ne se manifeste pas par des démonstrations extérieures foncièrement différentes de celles des catholiques. L’erreur protestante consiste essentiellement en une négation de certains dogmes de la religion catholique. Ainsi, dans la grande majorité des cas que nous avons pu observer, les personnes accusées de protestantisme le sont avant tout pour des délits de paroles. En d’autres temps, et si les inculpés n’avaient pas été français, leur délit aurait vraisemblablement été répertorié sous la dénomination de « palabras escandalosas ».

50En raison de cette ambiguïté et pour lutter plus efficacement contre cette nouvelle forme de dissidence plus insidieuse, l’Inquisition, durant la décennie 1560, avait résumé l’hérésie protestante en plusieurs erreurs cardinales qui étaient exposées dans l’édit de foi. Concernant l’hérésie de Luther, il y est dit :

  • 37 Le non respect des jours de jeûne était le seul aspect vraiment visible de cette hérésie.
  • 38 Nous citons d’après le texte publié par Miguel JIMÉNEZ MONTESERÍN dans Introducción a la Inquisici (...)

[...] Item, si supiéredes que alguna o algunas personas hayan dicho, tenido, o creído que la falsa y dañada secta de Martín Lutero y sus secuaces es buena, o hayan creído y aprobado algunas opiniones suyas, diciendo que no es necesario que se haga la confesión al sacerdote, que basta confesarse a sólo Dios, y que el Papa ni sacerdotes no tienen poder para absolver los pecados. Y que en la hostia consagrada no está el verdadero cuerpo de Nuestro Señor Jesucristo. Y que no es necesario rogar a los Santos y que no ha de haber imágenes en las iglesias. Y que no hay purgatorio, y que no hay necesidad de rezar por los difuntos. Y que no son necesarias las obras, que basta la fe con bautismo para salvarse, mediante la Pasión de Nuestro Señor Jesucristo que pagó por todos ; y que cualquiera puede confesar y comulgar uno a otro debajo de entrambas especies pan y vino. Y que el Papa no tiene poder para dar indulgencias ni perdones ni bulas, y que los clérigos, frailes y monjas se pueden casar. O que haya dicho mal de los frailes y religiones, diciendo que no ha de haber frailes ni monjas ni monasterios, quitando las ceremonias de la religión ; y que no haya fiestas más de los domingos, y que no es pecado comer carne en viernes ni en Cuaresma, ni en vigilias, porque no hay ningún día prohibido para ellos37. O que hayan dicho o afirmado que es mejor el estado de los casados que el de los clérigos o frailes. O que hayan tenido o creído alguna o algunas otras opiniones del dicho Martín Lutero y sus secuaces, o de alumbrados o dejados38 [...].

  • 39 A.H.N., section Inquisition, livre 990, fol. 37.
  • 40 La plupart du temps, dans les relations de cause, les inquisiteurs ne spécifient pas autant les ac (...)
  • 41 Nous utilisons sciemment cette formulation prudente car le bas Clergé avait la réputation d’être à (...)
  • 42 Citons à titre d’exemple le cas de Guillén de Tolosa, un berger d’origine gasconne, qui fut dénonc (...)

51La plupart des personnes condamnées à Saragosse nièrent un des dogmes de la religion catholique, voire plusieurs d’entre eux. D’autres manifestèrent qu’elles ne croyaient ni aux bulles ni aux indulgences. Sébastien Potin, par exemple, un Français âgé de 30 ans déclara à un prêtre qu’il ne se soumettait à aucun des commandements de l’Église et qu’il n’obéissait qu’à ceux de Dieu. Il aurait même ajouté qu’il était stupide de vénérer des images, que les bulles et les indulgences étaient inutiles et qu’il trouvait anormal que l’on interdise les bibles en langue vulgaire. Un cas aussi clair, un peu trop peut-être, de protestantisme ne pouvait que le conduire au bûcher. Refusant de se rétracter, il fut relaxé au bras séculier le 3 août 159839. Mais les témoignages ne sont pas toujours aussi explicites ni les délateurs aussi experts en la matière40. Si nous sommes en droit d’imaginer qu’un prêtre, comme celui qui dénonça Sébastien Potin, était susceptible41 de savoir reconnaître à travers ses propos un hérétique protestant, il nous est permis de douter des « compétences » de la majorité des autres délateurs. La plupart, voisins, connaissances ou membres de la famille de leur épouse –les belles-mères figurent « curieusement » parmi les délatrices les plus fréquentes42- étaient issus d’une catégorie de la population qui dominait à grand peine les rudiments de la doctrine catholique. Dans quelle mesure connaissaient-ils celle des réformés ? Comment ne pas imaginer qu’il y eut bien vite amalgame entre étranger et hérétique, confusion entre blasphèmes et hérésie formelle et finalement interprétation d’un discours qui la plupart du temps n’était qu’anticlérical ?

52Car, contrairement au protestantisme découvert à Valladolid ou à Séville, les hérétiques de Saragosse ne s’étaient pas constitués en groupes organisés. Ils ne se réunissaient pas pour écouter des prêches et des commentaires de la Bible. En Castille, il s’agissait d’un protestantisme plus « intellectuel » qui se fondait sur l’étude d’ouvrages. Les protestants dénoncés à l’Inquisition de Saragosse ne le sont pas parce qu’ils ont tenté de convaincre d’autres personnes du bien fondé de cette nouvelle manière de penser la religion mais pour de simples propos souvent prononcés dans un cadre familial ou entre amis. La plupart du temps, nous l’avons dit, c’est un voisin, un ami ou même un membre de la famille qui les dénonce.

53Juan Blázquez Miguel fait le même constat pour le district de Barcelone. Il rapporte que la plupart des protestants sont arrêtés

  • 43 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña […], ouv. cit., p. 160.

[...] por meras conversaciones con un ligero tufillo a herejía o por proferir alguna frase, en el calor de una discusión, en la que se creyó ver algo contrario a la doctrina ortodoxa y que al instante era asociado a luteranismo43.

  • 44 Contrairement à la Galice, les personnes arrêtées par le Saint-Office de Saragosse ne possédaient (...)

54Car la majortité de ces protestants n’ont jamais lu les écrits de Luther ou de Calvin. Ils ne possèdent pas de bible protestante44. Ce ne sont pas des « missionnaires » protestants partis en terres espagnoles en quête de nouveaux adeptes mais simplement des personnes qui ont entendu parler des idées défendues par ces deux hommes. Réalité ou montage de l’Inquisition, les documents que nous avons consultés informent que ces français auraient répété les idées « luteranas » les plus susceptibles d’être acceptées par les locaux comme les remises en cause de l’autorité du pape, du rôle de l’Église et la dénonciation de sa richesse et de ses fastes.

  • 45 A.H.N., section Inquisition, livre 988 fol. 206r. Pour cette déclaration, il dut porter les insign (...)

55Même s’ils ont déjà assisté à des « prexes » – l’Inquisition « castéllanise » ainsi le mot français- lorsqu’ils étaient en France, ils n’en organisent pas en Espagne et ne prétendent pas non plus dogmatiser. Il s’agit simplement d’une population qui a été élevée dans les préceptes calvinistes et qui estime, comme par exemple Juan Boyach, un béarnais résidant à Huesca, que « eran mejores cristianos los luteranos que los católicos45 ».

  • 46 Citons le cas du licencié Martín de Andosilla, un médecin originaire de Un Castillo, qui fut accus (...)
  • 47 Voir tableau : Sentences dans les procès pour protestantisme en Annexe n° 2.
  • 48 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 119.

56Bien que les cas de prosélytisme fussent très peu nombreux46 tout comme les Espagnols gagnés à cette hérésie, l’Inquisition punit très sévèrement les inculpés pour protestantisme. Le pourcentage de « relajados al brazo secular » en personne ou en effigie est assez significatif : 3,9 et 1,9 respectivement47. Cette peine extrême fut normalement réservée aux personnes qui refusaient d’abjurer. Elle ne concerne que des hommes et particulièrement des Français. Cependant, durant la première période quinquennale de notre étude, le tribunal aragonais ne semble faire aucune différence entre les locaux et les étrangers. Les espagnols reconnus coupables d’hérésie formelle et persistant dans leurs erreurs seront également relaxés. En 1567, Antonio de León, un tailleur résidant à Almolda mais originaire de Toulouse, sera exécuté par le feu pour avoir maintenu ses convictions « luteranas » face aux inquisiteurs48.

  • 49 Ibid., fol. 246r.

57En 1563, son compatriote Philippe Bardají sera également relaxé mais en effigie seulement car, comme un certain nombre d’inculpés par l’Inquisition, il avait réussi à fuir en franchissant les Pyrénées49.

  • 50 Pour le détail par années voir le tableau : Autodafés publics en Annexe n° 3. À titre de comparais (...)

58Durant la période concernée, l’Inquisition exhibe ses protestants. Elle ne se contente pas de confisquer leurs biens, de leur infliger des peines pécuniaires et de lourdes condamnations à des peines de galère mais elle les fait sortir en autodafés avec les insignes caractéristiques des protestants ce qui équivaut à l’infamie publique. Ce sera le cas pour 67,4 % des protestants jugés par le tribunal de Saragosse50.

59Même si nous pouvons douter de la sincérité de certains témoignages, ils portaient du moins sur la religiosité des prévenus.

  • 51 Les cas attestant une utilisation politique du Saint-Office sont nombreux. Prenons un exemple célè (...)
  • 52 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 320v et livre 989, fol. 290v.
  • 53 Rappelons qu’à l’époque les mercenaires étaient nombreux à offrir leurs services à qui voulait bie (...)

60À partir de 1562 avec le début des guerres de religion en France, de nouvelles accusations font leur apparition : l’hérétique n’est plus seulement celui qui nie les dogmes de la foi catholique. Toute personne ayant aidé d’une manière ou d’une autre les calvinistes dans leurs combats contre les catholiques était accusée, non pas de trahison ou de collaboration avec l’ennemi, mais de protestantisme. Ces accusations d’un genre nouveau sont, selon nous, l’indice révélateur d’un glissement qui s’opère chez les autorités inquisitoriales entre le concept d’ennemi religieux et celui d’ennemi politique. Comme souvent, l’Inquisition sera l’instance chargée de punir un délit qui à la base n’était pas forcément religieux51. Le pouvoir, redoutant une invasion des territoires frontaliers par des calvinistes français, ne jugea pas leur attitude à la seule aune de l’orthodoxie religieuse. Les intérêts politiques comptèrent pour beaucoup dans cette chasse aux protestants. Dans certains cas, comme celui des béarnais Domingo Berguer et Pedro Plana, les condamnés avaient effectivement pris part à des combats du côté des protestants, en pillant des villages catholiques et en brûlant des églises52. Il était juste de considérer qu’ils avaient vraisemblablement des affinités avec l’hérésie calviniste. Pour d’autres, ce fut le cas de nombreux mercenaires payés par les calvinistes, la dimension religieuse de ces conflits était vraisemblablement secondaire53. Ils subirent pourtant le même sort que les anti-papistes convaincus. L’Inquisition se montra très sévère avec toutes ces personnes qu’elle considéra comme des ennemis de la vraie foi. Tout comme les hérétiques de fait, elle exposa ces hérétiques en puissance à la honte publique en les faisant sortir durant les autodafés avec les insignes des protestants. Il y eut bien peu d’égards pour les faits qui avaient été à l’origine de leur accusation pour protestantisme. Comme s’il s’agissait d’hérétiques convaincus, les collaborateurs de la puissance hérétique ennemie qui refusaient d’admettre leurs erreurs furent relaxés au bras séculier.

  • 54 A.H.N., section Inquisition, livre 989, fol. 13. Autodafé du 5 avril 1582.
  • 55 Ibid., livre 988, fol. 393.

61La vente d’armes ou de chevaux à des français fut également considérée comme une hérésie et à ce titre sévèrement punie. Domingo de Mares, un tailleur gascon converti en trafiquant d’armes, fut condamné à la prison à vie avec confiscation de biens et à une peine de quatre ans de galère54. Durant l’autodafé du 16 novembre 1579, Miguel Solano et Juan de Nuevevillas, un paysan et un tailleur de Barbastro au nord est de Saragosse se virent également infliger de lourdes peines pour avoir aidé à acheminer des chevaux jusqu’en France55.

  • 56 Ibid., fol. 348v. L’Histoire ne dit pas si les personnes qui aidèrent Antonio Pérez à passer les P (...)

62Pour les français qui aidaient des morisques à passer les Pyrénées vers la France, comme Arnaud de Puy, l’Inquisition se montrera également intransigeante. Ce berger français sortira durant l’autodafé du 21 avril 1578, accusé du même délit que son compatriote, et sera condamné au fouet et à trois ans de galère56.

  • 57 En février 1592, il y eut une tentative d’incursion de calvinistes aidés par les conseils d’Antoni (...)
  • 58 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 349. Rafael Jesús VALLADARES RAMÍREZ avance un début (...)

63La même année, Bernard Serra, un prêtre français qui officiait comme laquais à Saragosse fut accusé d’avoir participé à une vaste conspiration visant à renforcer les troupes calvinistes au Béarn pour remporter la guerre contre les papistes. Le Saint-Office découvrit des français installés en Aragon, comme Bernard Serra, qui auraient servi d’intermédiaires et auraient été chargés de convaincre les morisques du royaume d’Aragon que s’ils allaient aider les calvinistes français, ceux-ci les aideraient en retour. La menace d’une invasion des territoires frontaliers par des calvinistes français favorisée par une aide turque et un soulèvement des morisques du royaume d’Aragon, considérés comme une cinquième colonne, semble avoir été prise au sérieux par l’Inquisition plus encore après 1568 et le soulèvement des morisques de Grenade57. Pour ces simples rumeurs de conspiration et pour un délit qui était avant tout politique, il sortira durant l’autodafé de 1579 avec les insignes des protestants et sera condamné à six ans de galère58.

  • 59 Après 1610, il y aura trois fois moins de protestants jugés par le tribunal de Saragosse. Selon le (...)
  • 60 Nous constatons également une chute des peines physiques comme le fouet, l’emprisonnement ou la co (...)
  • 61 La dernière personne exécutée pour protestantisme fut un certain Jean Deiros. Âgé de 26 ans, il ré (...)

64Comme nous l’avons déjà signalé, le xviie siècle ouvre une ère de relative tolérance vis-à-vis de cette hérésie, imposée au Saint-Office directement par le pouvoir. Les effets de cette nouvelle politique se feront ressentir dans le nombre des inculpés qui chutera de manière remarquable après 161059, et sur la sévérité des peines60. De 1611 à 1700, la réconciliation et la relaxation au bras séculier61 cèdent le pas à une autre peine, moins radicale et révélatrice d’une plus grande tolérance : l’absolution ad cautelam. Indépendamment de la faute commise et de l’origine des prévenus l’écart « luterano » sera désormais, dans un peu plus de 76 % des cas, sanctionné par cette peine. Autre signe que les « tiempos recios » des protestants touchaient à leur fin, après 1610 environ 71 % des protestants se présentent d’eux-mêmes à l’Inquisition, comme s’il s’agissait d’une formalité à remplir pour pouvoir vivre dans le pays de la vraie foi.

  • 62 DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi [...], ouv. cit., p. 296.
  • 63 Id., ibid., p. 296-297.
  • 64 Augustin REDONDO, « Luther et l’Espagne [...] », ouv. cit., p. 146, signale cette coïncidence entr (...)
  • 65 A.H.N., Section Inquisition, livre 989, fol. 288r.

65La très grande sévérité dont firent preuve les inquisiteurs à l’égard des protestants indique que, dans un premier temps du moins, ils craignaient certainement une acceptation plus massive de cette hérésie parmi la population locale. Dans les premières années de notre période, le spectre d’une Espagne gagnée à la cause calviniste fut vraisemblablement assez vif, particulièrement dans ce territoire proche des hérétiques huguenots. Il y avait urgence et la sévérité des peines prouve que l’Inquisition, appuyée par la Monarchie Catholique, sut prendre les devants. L’évolution des faits motivant une dénonciation prouve également que pour l’autorité inquisitoriale le protestantisme devint rapidement un problème politique tout autant que religieux. Mais, contrairement aux craintes du Saint-Office, il n’y eu pas de crypto protestantisme. En territoire aragonais, comme dans le reste du pays d’ailleurs, l’osmose entre catholiques et réformés ne se fit point, non pas seulement en raison de la présence en Espagne de l’Inquisition qui réprima cette hérésie de manière spectaculaire, mais tout simplement parce que la religion réformée n’attira pas les espagnols. Comme l’explique Jean Pierre Dedieu, lorsqu’il mettait le peuple en garde contre les protestants, suscitant une espèce de phobie, et qu’il réprimait durement cette hérésie, le Saint-Office « [...] était en parfaite harmonie avec les mentalités religieuses de son temps62. » Il ajoute même : « [...] par l’importance qu’il accordait au sentiment de fidélité aveugle à la foi et aux signes extérieurs qui manifestaient l’appartenance du fidèle, par son insistance à réduire la Réforme luthérienne à un refus d’obédience à Dieu et à l’Église, par l’exaltation du sentiment national, il caressait des sentiments qui déjà existaient63 ». Si certains points défendus par Luther ou Calvin trouvèrent un terrain favorable dans certains cercles humanistes ou parmi les Alumbrados64, elle ne sut pas convaincre la masse des espagnols. Et ce d’autant moins que l’unique représentant de cette nouvelle religion mal connue de l’immense majorité des espagnols, l’émigré français, devint bien vite aux yeux de la population aragonaise, sans pour autant que la défense de la vraie foi ne soit au premier plan, un indésirable. L’Inquisition, en s’attaquant à ces « étrangers » qui refusaient de rentrer dans le moule d’une identité religieuse et nationale « acceptée » de tous, marginalisait plus encore une population qui avait déjà été mise au ban de la société. Sur la question des protestants, pour des raisons fort différentes, le Saint-Office et les aragonais trouvèrent un terrain d’entente. Les uns dénoncèrent et les autres punirent des personnes pour protestantisme bien souvent uniquement parce qu’elles étaient françaises. Le cas le plus frappant et emblématique de cette Espagne gagnée par l’hystérie religieuse et une certaine forme de xénophobie, ce que d’aucuns ont appelé la réforme, catholique cette fois, est celui de Juan Pallesa. Ce français originaire de Dax, âgé de 31 ans, sortit durant l’autodafé de 1587 avec les insignes des protestants et fut condamné à 10 ans de galère pour avoir proféré des injures à l’encontre de vieux chrétiens. La dimension hérétique de ses propos nous échappe encore65.

ANNEXE N° 1 : LA RÉPRESSION DES PROTESTANTS

ANNEXE N° 1 : LA RÉPRESSION DES PROTESTANTS

* Évolution du protestantisme féminin sur les périodes données.
** Évolution du protestantisme masculin sur les périodes données.

ANNEXE N° 2 : SENTENCES DANS LES PROCÈS POUR PROTESTANTISME

ANNEXE N° 2 : SENTENCES DANS LES PROCÈS POUR PROTESTANTISME

* Pourcentage de femmes par rapport au nombre total de protestants
** Pourcentage d’hommes par rapport au nombre total de protestants.

ANNEXE N° 3 : AUTODAFÉS PUBLICS

ANNEXE N° 3 : AUTODAFÉS PUBLICS

ANNEXE N° 4 : SENTENCES LUES DANS LA SALLE

ANNEXE N° 4 : SENTENCES LUES DANS LA SALLE

ANNEXE N° 5 : LES PEINES INFLIGÉES AUX PROTESTANTS

ANNEXE N° 5 : LES PEINES INFLIGÉES AUX PROTESTANTS

 % I : Par rapport au total par peines (habits, insignes, vela...)
** % II : Par rapport au total par délit (protestantisme..)

* % I : Par rapport au total par peines (instruction...)
** % II : Par rapport au total par délit (protestantisme..)

* Par rapport au total par peines (fouet...)
** Par rapport au total par délit (protestantisme)

* % I : Par rapport au total par peines.
** % II : Par rapport au total par délits.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARTOLA Miguel (Dir.), Enciclopedia de Historia de España, Tome V, Madrid, Alianza Editorial, 2001.

BATAILLON Marcel, Erasmo y España, Méjico, Fondo de Cultura Económica, 1975.

BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña. El tribunal del Santo Oficio de Barcelona, 1487-1820, Tolède, Edit. Arcano, 1990.

BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Albacete, Albacete, C.S.I.C., 1985.

CARDAILLAC Louis, Morisques et Chrétiens (Un affrontement polémique 1492-1640), Paris, Klincksiek, 1977.

CARRASCO Raphaël, MILHOU Alain, La “monarquía católica” de Felipe II y los españoles, Paris, Editions du temps, 1998.

CONTRERAS Jaime, DEDIEU Jean Pierre, “Geografía de la Inquisición española : la formación de los distritos (1470-1820)”, en Hispania (RevistaEspañola de Historia), Madrid, tomo XL (1980), pp. 37-93.

CONTRERAS Jaime, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia (Poder, sociedad y cultura), Madrid, Akal, 1982.

CONTRERAS Jaime, HENNINGSEN Gustav, “Forty-Four Thousand Cases of the Spanish Inquisition (1540-1700): Analysis of a Historical Data Bank”, dans HENNINGSEN Gustav, TEDESCHI John et AMIEL Charles (éd.), The Inquisition in Early Modern Europe, Studies in Sources and Methods, Dekalb, Nothern Illinois University Press, 1986.

DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 1989.

GARCÍA CÁRCEL Ricardo, Herejía y sociedad en el siglo xvi. La Inquisición en Valencia (1530-1600), Barcelona, Península, 1980.

GARCÍA FUENTES José María, La Inquisición de Granada en el siglo xvi, Granada, Diputación provincial de Granada, 1981.

GOMEZ François, Le tribunal du Saint Office de Saragosse (1561-1700) Essai d’étude quantitative, 2 tomes, Thèse soutenue à l’université Paul Valéry -Montpellier III, 1998.

GRACIA BOIX Rafael, Autos de fe y causas de la Inquisición de Córdoba, Córdoba, Diputación provincial de Córdoba, 1983.

JIMÉNEZ MONTESERÍN Miguel, Introducción a la Inquisición española, Madrid, Editora Nacional, 1980.

MOURRE Michel, Dictionnaire encyclopédique d’Histoire, Paris, Bordas, 1978. (8 vols).

NOVALÍN José Luis, El inquisidor general Fernando de Valdés. Su vida y su obra, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1968.

REDONDO Augustin, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Paris, Editions de Boccard, 1965 (Tome 1er), pp. 109-165.

REGUERA Iñaki, La Inquisición española en el País Vasco. Luteranos, judíos, moriscos, brujería, Saint Sébastien, Txertoa, 1984.

SOLANO Fernando, ARMILLAS José Antonio, Historia de Zaragoza, Tomo II, Edad Moderna, Zaragoza, Ayuntamiento de Zaragoza, 1976.

Notes

1 D’après les spécialistes, l’étude qui apporte le plus d’éléments et qui semble la mieux documentée est une œuvre écrite en allemand voici un siècle et qui n’a toujours pas fait l’objet d’une traduction en espagnol. Il s’agit de SCHAEFER Ernst, Beiträge zur Geschichte des spanishen Protestantismus und der Inquisition im 16ten Jahrhundert, 3 vol. , Gütersloh, C. Bertelsmann, 1902. Tout récemment viennent de paraître deux importants volumes qui constituent une avancée importante dans notre connaissance du protestantisme péninsulaire : THOMAS Werner, La represión del protestantismo en España, 1517-1648, Louvain, 2001 et du même auteur, Los protestantes y la Inquisición en España en tiempos de la Reforma y Contrarreforma, Louvain, 2001.

2 REDONDO Augustin, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, I (1965), p. 161-162.

3 Id., ibid., p. 163.

4 BATAILLON Marcel, Erasmo y España, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1975.

5 Il y eut deux autodafés à Valladolid qui virent défiler plus de cinquante personnes accusées de protestantisme. Lors du premier, le 21 mai, dix protestants furent relaxés au bras séculier. À cette occasion, Alonso Cano prononça un sermon mémorable. Le second, le 8 octobre, vit périr par les flammes douze protestants sous les yeux du roi qui y assista. Les protestants de Valladolid étaient issus de l’élite sociale et intellectuelle du pays. Les autodafés de Séville furent encore plus sanglants. Le 24 septembre 1559, ce sont 18 personnes qui furent brûlées et le 22 décembre 1560, 14 prisonniers périrent par les flammes. Les protestants de Séville étaient majoritairement des artisans et des gens du peuple mais il y eut également des ecclésiastiques comme les docteurs Egido et Constantino, qui officiaient dans la cathédrale de la ville, ainsi que des moines hiéronymites. Des milliers de personnes assistèrent à ces quatre autodafés qui furent organisés en grande pompe.

6 Citons les principales : GARCÍA CÁRCEL Ricardo, Herejía y sociedad en el siglo xvi. La Inquisición en Valencia (1530-1600), Barcelone, Península, 1980. CONTRERAS Jaime, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia, Madrid, Akal, 1982. GRACIA BOIX Rafael, Autos de fe y causas de la Inquisición de Córdoba, Cordoue, Diputación Provincial de Córdoba, 1983. REGUERA Iñaki, La Inquisición española en el País Vasco. Luteranos, judíos, moriscos, brujería, Saint-Sébastien, Txertoa, 1984. BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Albacete, Albacete, CSIC, 1985 et La Inquisición en Cataluña. El tribunal del Santo Oficio de Barcelona (1487-1820), Tolède, Edit. Arcano, 1990. DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 1989. GONZALEZ Anita, Inquisition et société à Valence, Besançon, 1996.

7 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña [...], ouv. cit., p. 158.

8 Pour les données sur l’activité générale du Saint-Office dans ses différents tribunaux, nous renvoyons le lecteur aux statistiques réalisées par Jaime Contreras pour la période 1560-1614. Celles-ci sont reprises dans CONTRERAS, Jaime, HENNINGSEN Gustav, « Forty-Four Thousand Cases of the spanish Inquisition (1540-1700): Analysis of a Historical Data Bank », HENNINGSEN Gustav, TEDESCHI John et AMIEL Charles (éd.), The Inquisition in Early Modern Europe, Studies in Sources and Methods, Dekalb, Nothern Illinois University Press, 1986, p. 118.

9 Convoqué par le pape Paul III à la demande de l’empereur Charles V pour trouver une solution au schisme ouvert par Luther au sein de l’Église Catholique, ce concile général ecclésiastique se réunit entre le 13 décembre 1545 et le 4 décembre 1563 de manière discontinue. Il y eut au total 24 sessions. Ses décrets furent confirmés par le pape Pie IV qui proclama la bulle Benedictus Deus le 26 janvier 1564 qui consistait en une réaffirmation de plusieurs dogmes de la religion catholique remis en cause par les protestants. D’après BOUZA ÁLVAREZ Fernando, ARTOLA Miguel (ed.) Enciclopedia de Historia de España, Tome V, Madrid, Alianza editorial, 2001, p. 1158-1159 (article "Concilio de Trento").

10 Précisons que le Saint-Office ne faisait généralement pas la distinction entre luthériens, calvinistes et anglicans. Dans les documents inquisitoriaux que nous avons manipulés, l’Inquisition ne fait pas la différence entre ces trois confessions. Luthériens et calvinistes (à Saragosse, nous trouvons très peu d’anglicans) apparaissent sous l’appellation unique de « luteranos », alors qu’en très grande majorité ils sont calvinistes puisqu’ils viennent pour la plupart du sud ouest de la France. Cette absence de nuances de la part des inquisiteurs révèle également une méconnaissance des différences fondamentales entre les adeptes de Luther et ceux de Calvin. Jean Pierre DEDIEU avait fait le même constat pour le tribunal de Tolède. Voir DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi, ouv. cit., p. 294.

11 CONTRERAS Jaime, HENNINGSEN Gustav, « Forty-Four Thousand Cases [...], ouv. cit., p. 118.

12 Il y aurait 456 personnes poursuivies pour protestantisme dans le district de Séville, 283 dans celui de Barcelone et 255 dans celui de Logroño entre 1560 et 1614. À des fins de comparaison, soulignons que pour la même époque, on compte 134 cas dans le tribunal de Tolède, 132 cas dans celui de Valence et 102 pour celui de Saint Jacques. Cf. Id., Ibid., p. 118.

13 Id., Ibid. Pour la période 1560-1614, Jaime Contreras trouve 368 personnes inculpées du délit de protestantisme dans le district de Saragosse. Pour la période comprise entre 1615 et 1700, c’est le tribunal de Barcelone qui aura affaire au plus grand nombre de protestants. Selon la même étude, il y en aurait 343. Le tribunal de Saragosse passerait en deuxième position avec 130 personnes inculpées pour protestantisme, puis Logroño et Saint Jacques, 111, et finalement Valence avec 91. Pour une évaluation chiffrée du nombre de protestants dans les autres tribunaux que nous n’avons pas mentionnés, nous prions le lecteur de se reporter à l’étude citée.

14 GOMEZ François, Le tribunal du Saint-Office de Saragosse (1561-1700). Essai d’étude quantitative, 2 tomes, Thèse soutenue en 1998 à l’université Paul Valéry (Montpellier III).

15 Les relations de causes du tribunal de Saragosse se trouvent à Madrid, à l’A.H.N., Section Inquisition, livres n° 988, 989 et 990. Les procès de ces protestants ont malheureusement disparu.

16 Les quatre premiers autodafés (les 13 juin 1540 et 1541, le 3 juillet 1542 et le 27 novembre 1548) ne mentionnent aucun inculpé pour protestantisme soit parce qu’il n’y en eut point, soit parce que leur délit ne fut pas répertorié comme tel mais sous l’appellation plus vague de « palabras escandalosas », soit finalement parce que les documents que nous avons manipulés sont incomplets. Quoiqu’il en soit, il faut attendre l’autodafé du 7 juin 1549 pour voir apparaître des « luthériens ». Cinq personnes furent jugées cette année-là pour protestantisme et toutes furent réconciliées avec des peines assez légères. Après 1549, aucun autodafé n’est répertorié avant l’année 1559. Le 17 avril ce cette année, deux « luteranos » furent jugés, l’un fut réconcilié et l’autre condamné à porter l’habit, à quatre ans de galères et à la prison à vie. Il faut attendre l’autodafé suivant, le 27 mai 1560, pour voir l’Inquisition se pencher plus sérieusement sur la lutte anti-protestants. 28 protestants sortiront durant cet autodafé ce qui nous laisse penser que les événements de Valladolid et de Séville durent malgré tout marquer les esprits. À partir de 1560, nous pouvons trouver des protestants dans pratiquement tous les autodafés. Voir tableau des autodafés en annexe n° 3.

17 Un premier accord, signé entre l’Espagne et l’Angleterre en 1604, accordait une liberté de conscience relative aux anglais sur la péninsule. Cet accord ne concernerait pas les personnes qui décidaient de s’installer en Espagne mais uniquement les gens de passage. Il s’adressait essentiellement aux marchands qui venaient en Espagne pour leurs affaires et aux marins qui accostaient dans les ports de Galice. Ces hérétiques de passage en terres espagnoles pouvaient conserver leur religion mais ils avaient l’obligation de l’exercer en privé et sans scandale. Après ces accords, le contrevenant ne s’exposait plus, comme c’était le cas auparavant, à des peines physiques et sociales mais à une instruction dans la salle et à des peines pécuniaires. Ces accords avec l’Angleterre allaient être renouvelés ponctuellement tout au long du xviie et du xviiie siècle. Un accord de « tolérance » serait également signé avec les hollandais en 1609, puis en 1612 et 1648. En Aragon, l’effet de l’application de ces mesures tarda à se faire sentir d’autant plus qu’aucun traité ne protégeait officiellement les Français. Malgré tout, après 1606, il n’y aura plus de condamnations au bûcher pour ce délit. Jean Deiros, un Français de 26 ans originaire de Bayonne sera le dernier condamné à ce type de peine. L’absolution ad cautelam devint, au cours du xviie siècle, la sentence systématiquement infligée aux protestants. Elle sera appliquée dans 76,10 % des cas.

18 DEDIEU Jean Pierre, CONTRERAS Jaime, « Geografía de la Inquisición española : la formación de los distritos (1470-1820) », Hispania (Revista Española de Historia), XL (1980), p. 37-93, p. 41. Pour plus de précision, nous renvoyons le lecteur à la thèse de François GOMEZ, Le tribunal du Saint-Office de Saragosse [...], ouv. cit.

19 GOMEZ François, Le tribunal du Saint-Office de Saragosse […], ouv. cit., tome II, p. 8.

20 Augustin REDONDO, « Luther et l’Espagne [...] », ouv. cit., p. 132, signale que le port de Valence était un des points de pénétration des oeuvres de Luther en Espagne.

21 Le cas de Saint-Jacques est particulier. Les pics que nous pouvons observer dans ce tribunal correspondent à des arrivées d’anglais ou de flamands dans les ports de Galice. Contrairement à Saragosse mais également à Logroño et à Barcelone, nous ne trouvons pas une présence continue de protestants en terres galiciennes. Voir CONTRERAS Jaime, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia [...], ouv. cit., p. 512.

22 Citons l’exemple, très certainement le plus célèbre, de l’inquisiteur Fernando de Valdés. La recherche a mis en lumière qu’il exagéra l’importance des foyers protestants de Valladolid et de Séville dans le double objectif de s’assurer les bonnes grâces du roi mais également d’obtenir les moyens financiers nécessaires à la survie du Saint-Office à un moment où la validité de son maintien était discutée. Voir DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi [...], ouv. cit., p. 289 et NOVALÍN José Luis, El inquisidor general Fernando de Valdés. Su vida y su obra, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1968, p. 287-348.

23 Les inquisiteurs de Saragosse étaient conscients de l’importance de leur mission dans un territoire si proche des hérétiques calvinistes. Dans une lettre du 26 octobre 1567 adressée à la Suprema, ils s’expriment en ces termes : « Y es muy necesario que se haga ejemplar castigo en los luteranos por estar este Reino tan cerca de Bearne y Francia de donde si no fuese por temor de la pena y castigo que en este Santo Oficio se les da podría venir mucho daño [...] ». Cf. A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 130. La conscience qu’avaient les autorités civiles et inquisitoriales de la perméabilité des frontières du nord est rappelée par BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña [...], ouv. cit., p. 159.

24 A.H.N., Section Inquisition, livre 988, fol. 101.

25 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña [...], ouv. cit., p. 160.

26 Id., ibid., p. 161. « Gabachons » est un autre terme pour « gabachos ». À l’origine le mot « gabacho » (du provençal « gavach » : personne grossière ; qui parle mal) désignait les habitants de l’un ou de l’autre côté des Pyrénées. Bien vite, il devint une manière irrespectueuse, pour les espagnols, de désigner les français. Cf COROMINAS Joan et PASCUAL José A., Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, T. III (GMA), Madrid, 1980, p. 8-9.

27 Les œuvres de Luther furent traduites par les marranes d’Anvers. Ils se chargèrent de les diffuser en Espagne comme défi à l’Inquisition et dans le but de l’affaiblir. Dès le 21 mars 1521, le pape Léon X avait interdit la vente, la publication et la possession de livres de Luther. La Galice était un des points de la péninsule par où les idées et les œuvres de Luther pouvaient pénétrer le plus facilement. Cf. REDONDO Augustin, « Luther et l’Espagne » [...], ouv. cit., p. 109-165, p. 120, 121 et 150.

28 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 84.

29 Dans son étude sur le protestantisme catalan, Juan BLÁZQUEZ MIGUEL constate que certains Français ont fui leur pays pour échapper aux guerres de religion. Cf. BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en cataluña [...], ouv. cit., p. 160. Pour Saragosse, nous n’avons trouvé aucun cas de Français ayant déclaré au Saint-Office qu’il était venu en Espagne pour fuir les guerres de religion en France.

30 Voir tableau La répression des protestants en annexe n° 1.

31 SOLANO Fernando et ARMILLAS José Antonio, Historia de Zaragoza, Saragosse, 1976, p. 272.

32 Un feu comptait généralement entre 4 et 5 personnes. Nous avons donc choisi l’indice 4,5 pour nos calculs.

33 D’après nos calculs, il y aurait environ 5625 hommes d’origine française sur environ 12 000 hommes au total à Saragosse ce qui représente environ 46,8 %. Si nous tenons compte du fait que la quasi-totalité des Français immigrant vers l’Espagne sont des hommes (95 % rappelons-le), les proportions que nous venons d’indiquer devraient être corrigées à la hausse. Ainsi, il est fort probable que dans une ville comme Saragosse les hommes français aient même été plus nombreux que les espagnols.

34 Dans une très forte proportion, les protestants furent soumis à la honte publique et sortirent en autodafé.

35 CONTRERAS Jaime, El Santo Oficio [...], ouv. cit., p. 615, insiste également sur l’importance de la prédication. Les prêtres se chargeaient dans leurs prêches de mettre en garde la population contre l’hérésie protestante et tout simplement contre l’étranger, l’Anglais ou le Flamand en Galice et le Français en Aragon. L’Église contribua largement à faire de l’étranger un hérétique et un ennemi politique, en usant de son influence auprès des couches les plus populaires.

36 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Albacete, Albacete, C.S.I.C., 1985, p. 81, rapporte ce devoir de délation imposé aux Espagnols : « Carlos I prohibió los libros favorables a la Reforma y prohibió, bajo pena de muerte, poseer, leer y difundir las obras de Lutero, declarándose obligatorio, bajo pena de pecado mortal y excomunión mayor, la denuncia de cualquier sospechoso de esta herejía. »

37 Le non respect des jours de jeûne était le seul aspect vraiment visible de cette hérésie.

38 Nous citons d’après le texte publié par Miguel JIMÉNEZ MONTESERÍN dans Introducción a la Inquisición española, Madrid, Editora Nacional, 1980, repris dans CARRASCO Raphaël, MILHOU Alain, La « Monarquía Católica » de Felipe II y los españoles, Paris, 1998, p. 330-331.

39 A.H.N., section Inquisition, livre 990, fol. 37.

40 La plupart du temps, dans les relations de cause, les inquisiteurs ne spécifient pas autant les accusations. Ils précisent simplement que telle ou telle personne a été arrêtée « ...por cosas de Lutero... ». Cette formulation révèle une méconnaissance de cette hérésie tant de la part des témoins et des délateurs que des inquisiteurs eux-mêmes.

41 Nous utilisons sciemment cette formulation prudente car le bas Clergé avait la réputation d’être à peine plus instruit que les ouailles dont il avait la charge.

42 Citons à titre d’exemple le cas de Guillén de Tolosa, un berger d’origine gasconne, qui fut dénoncé à l’Inquisition par sa belle-mère et sa propre femme. Son délit ? Avoir affirmé au cours du premier repas de Carême, où il avala une omelette au lard, que les curés et même le pape étaient les plus grands pécheurs qui existaient.

43 BLÁZQUEZ MIGUEL Juan, La Inquisición en Cataluña […], ouv. cit., p. 160.

44 Contrairement à la Galice, les personnes arrêtées par le Saint-Office de Saragosse ne possédaient pas de bibles. Ils en faisaient encore moins le trafic. Nous n’avons pas d’ordres émanant de la Suprema pour que les inquisiteurs visitent les librairies à la recherche d’ouvrages protestants. Le livre ne semble pas avoir représenté pour les inquisiteurs de Saragosse une menace de diffusion de l’hérésie.

45 A.H.N., section Inquisition, livre 988 fol. 206r. Pour cette déclaration, il dut porter les insignes des protestants et abjurer de vehementi lors de l’autodafé de 1574. Il serait condamné à 6 ans de galères.

46 Citons le cas du licencié Martín de Andosilla, un médecin originaire de Un Castillo, qui fut accusé non seulement d’être « luterano revocante », mais d’avoir dogmatisé. Il allait être relaxé au bras séculier lors de l’autodafé du 20 novembre 1562. Cf. A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 98v.

47 Voir tableau : Sentences dans les procès pour protestantisme en Annexe n° 2.

48 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 119.

49 Ibid., fol. 246r.

50 Pour le détail par années voir le tableau : Autodafés publics en Annexe n° 3. À titre de comparaison voir le tableau : Sentences lues dans la salle en Annexe n° 4. Pour le détail des peines infligées aux protestants de Saragosse voir les tableaux : Peines sociales, spirituelles, physiques et pécuniaires en Annexe n° 5.

51 Les cas attestant une utilisation politique du Saint-Office sont nombreux. Prenons un exemple célèbre qui a trait à l’Aragon. Les délits commis par Antonio Pérez relevaient-ils de la compétence de l’Inquisition ? Pour des délits politiques, l’ex-secrétaire royal fut pourtant poursuivi par l’Inquisition en terres aragonaises avant de réussir à s’enfuir vers la France.

52 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 320v et livre 989, fol. 290v.

53 Rappelons qu’à l’époque les mercenaires étaient nombreux à offrir leurs services à qui voulait bien les rémunérer. Les considérations politiques ou religieuses n’entraient généralement pas en ligne de compte pour ces professionnels de la guerre uniquement intéressés par l’argent qu’ils pouvaient gagner à combattre. Ainsi, se battre aux côtés des calvinistes n’impliquait pas qu’ils le fussent. Il est connu que parmi les gens de troupes de l’empereur Charles V, il y avait également des lansquenets allemands dont certains étaient luthériens.

54 A.H.N., section Inquisition, livre 989, fol. 13. Autodafé du 5 avril 1582.

55 Ibid., livre 988, fol. 393.

56 Ibid., fol. 348v. L’Histoire ne dit pas si les personnes qui aidèrent Antonio Pérez à passer les Pyrénées vers le Béarn calviniste à la fin de l’année 1591 furent arrêtées pour ce délit. Si tel fut le cas, il n’est nul besoin de spéculer sur la qualification de leur acte.

57 En février 1592, il y eut une tentative d’incursion de calvinistes aidés par les conseils d’Antonio Pérez. Elle se solda par un cuisant échec pour les français.

58 A.H.N., section Inquisition, livre 988, fol. 349. Rafael Jesús VALLADARES RAMÍREZ avance un début d’explication à cet amalgame des autorités espagnoles entre le délit religieux commis par les protestants et un délit politique. Il dit : « Se ha apuntado que este temprano celo antiprotestante tiene sus raíces en el temor de que la herejía alemana pudiera reactivar la recién fenecida revuelta comunera. Habría pues, desde sus comienzos en España, una relación entre disidencia religiosa protestante y desestabilización política, tan cara a los comienzos de la modernidad.” Cf. ARTOLA Miguel (Dir.), Enciclopedia de Historia de España, Tomo V : Diccionario temático, Madrid, Alianza, 2001, p. 987 (art. « Protestantismo »).

59 Après 1610, il y aura trois fois moins de protestants jugés par le tribunal de Saragosse. Selon les chiffres de CONTRERAS Jaime, HENNINGSEN Gustav, « Forty-Four Thousand Cases [...] », ouv. cit, p. 118, il n’y aura plus que 130 personnes inculpées de protestantisme entre 1615 et 1700.

60 Nous constatons également une chute des peines physiques comme le fouet, l’emprisonnement ou la condamnation aux galères. Même les peines pécuniaires, comme la confiscation des biens ou l’amende, sont en recul après 1610.

61 La dernière personne exécutée pour protestantisme fut un certain Jean Deiros. Âgé de 26 ans, il résidait à Saragosse mais était originaire de Bayonne. Il périra par les flammes durant l’autodafé de 1606. Cf. A.H.N., section Inquisition, livre 990, fol. 399.

62 DEDIEU Jean Pierre, L’administration de la foi [...], ouv. cit., p. 296.

63 Id., ibid., p. 296-297.

64 Augustin REDONDO, « Luther et l’Espagne [...] », ouv. cit., p. 146, signale cette coïncidence entre les « erreurs » des illuminés et celles des protestants.

65 A.H.N., Section Inquisition, livre 989, fol. 288r.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende * % I : Par rapport au total par secteurs.** % II : Par rapport au total par délit.(Secteur 1 : agriculture, pêche, élevage...) (Secteur 2 : artisanat, industrie...)(Secteur 3 : marchands, fonctionnaires, prêtres...)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre ANNEXE N° 1 : LA RÉPRESSION DES PROTESTANTS
Légende * Évolution du protestantisme féminin sur les périodes données.** Évolution du protestantisme masculin sur les périodes données.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre ANNEXE N° 2 : SENTENCES DANS LES PROCÈS POUR PROTESTANTISME
Légende * Pourcentage de femmes par rapport au nombre total de protestants** Pourcentage d’hommes par rapport au nombre total de protestants.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre ANNEXE N° 3 : AUTODAFÉS PUBLICS
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre ANNEXE N° 4 : SENTENCES LUES DANS LA SALLE
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre ANNEXE N° 5 : LES PEINES INFLIGÉES AUX PROTESTANTS
Légende  % I : Par rapport au total par peines (habits, insignes, vela...)** % II : Par rapport au total par délit (protestantisme..)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende * % I : Par rapport au total par peines (instruction...)** % II : Par rapport au total par délit (protestantisme..)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende * Par rapport au total par peines (fouet...)** Par rapport au total par délit (protestantisme)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende * % I : Par rapport au total par peines.** % II : Par rapport au total par délits.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Casa de Velázquez - Madrid

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search