Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Le biblisme humaniste et l’Inquisition

Michèle Escamilla

Texte intégral

  • 1 Nous soulignons.
  • 2 « Tempora habemus difficilia, in quibus nec loqui, nec tacere possumus absque periculo. Capti sunt (...)
  • 3 Qui était le neveu du poète Jorje Manrique et le fils de l’Inquisiteur Général Don Alfonso Manriqu (...)

1De Bruges Juan Luis Vives écrivait à Érasme le 10 mai 1534 : « nous passons par des temps difficiles, où l’on ne peut ni parler ni se taire sans danger1. En Espagne, on a arrêté Vergara et son frère Tovar, sans parler d’autres hommes fort savants... »2. L’humaniste valencien, retiré sinon réfugié dans les terres flamandes, faisait cet amer constat sur la foi des tristes nouvelles qui lui parvenaient de sa patrie d’origine depuis plusieurs mois. Ainsi, par un courrier expédié de Paris le 9 décembre précédent, son disciple Rodrigo Manrique3 lui avait communiqué l’incroyable nouvelle de l’arrestation du chanoine tolédan et théologien Juan de Vergara.

2Né le 4 septembre 1492 à Tolède et mort dans ladite ville le 20 février 1557, ce chef de file de l’érasmisme espagnol avait été une des premières recrues formées à Alcalá. Latiniste et helléniste, il avait fait partie de l’équipe rassemblée par le cardinal Cisneros lors de la mise en chantier de sa Bible polyglotte ou Complutense. Une mission aux Pays-Bas au tout début du règne de Charles Quint lui avait permis d’entrer directement en contact avec les humanistes du nord de l’Europe ; mais il avait aussi dû assister, par la même occasion, ainsi qu’un certain Fernando de Valdés (futur Inquisiteur général) qui l’accompagnait, à la tragédie qui s’était jouée à Worms en avril 1521 entre le jeune empereur et un moine allemand nommé Martin Luther. L’enthousiasme suscité chez Vergara par la rencontre avec Érasme et ses amis devait le conduire une douzaine d’années plus tard dans les prisons du Saint-Office tolédan. En effet, le 23 juin 1533 il était arrêté sous un prétexte assez futile – « subornation du Saint-Office » – pour avoir fait passer des lettres, écrites à l’encre sympathique (en l’occurrence du jus d’agrume), à son frère Bernardino de Tovar qui se morfondait déjà dans lesdites prisons. Mais audelà du prétexte l’accusation était, par contre, des plus grave : « luterano, alumbrado y erasmista » ; niant – non sans ironie – les deux premiers griefs, il reconnut le troisième avec une grande dignité.

  • 4 Justement connu comme « Edicto de los alumbrados ».

3C’était, avec celle de María de Cazalla, la première affaire d’importance de la seconde vague de répression de l’« illuminisme » tolédan, condamné par l’Édit de foi du 12 avril 15254 invitant la population à dénoncer les « alumbrados, dejados o perfectos » ; cette fois les inquisiteurs faisaient complaisamment le commode amalgame entre les trois courants spirituels qui agitaient alors l’Europe. Par ce biais, ils pouvaient enfin atteindre cet Érasme, encore intouchable, mais qui depuis longtemps les dérangeait ; car, selon l’adage qui courait alors : « ubi Erasmus innuit, illic Luther irruit » ou, dit plus familièrement, Érasme avait – selon ses ennemis – pondu l’œuf que Luther avait couvé, « œuf de serpent » sans doute aux yeux des inquisiteurs...

  • 5 Du 6 janvier 1536 au 27 février 1537, dans le monastère tolédan de Saint-Augustin.

4La sentence prononcée contre le chanoine humaniste fut certes relativement bénigne : condamné pour simple suspicion d’hérésie, parjure et entrave au fonctionnement du Saint-Office, il dut abjurer publiquement ses « erreurs » chez lui, à Tolède, sur la place du Zocodover, le 21 décembre 1535, soit après deux ans et demi d’incarcération préventive. La peine infligée consistait en une année de réclusion dans un monastère5 ; si la vie reprit ensuite son cours pour une vingtaine d’années, la carrière et la santé du chanoine Vergara se ressentirent durement de l’épreuve ; mais il devait mourir, à l’âge de 65 ans, juste au moment où commençait la persécution par le Saint-Office des « protestants » de la région de Valladolid. Son arrestation, qui en annonçait d’autres, avait donc inspiré à Rodrigo Manrique cette douloureuse confidence épistolaire :

  • 6 Nous soulignons. Ces documents sont cités par Marcel Bataillon, op. cit., p. 529.

Quand je considère la distinction de son esprit, son érudition supérieure – et (ce qui compte le plus) sa conduite sans reproche, j’ai grand’peine à croire qu’on puisse faire quelque tort à cet homme excellent. Mais reconnaissant là l’intervention de calomniateurs très impudents, je tremble, surtout s’il est tombé aux mains d’hommes indignes et incultes qui haïssent les gens de valeur, qui croient faire œuvre bonne, œuvre pie, en faisant disparaître les savants pour un simple mot, ou pour une plaisanterie. Tu dis bien vrai : notre pays est une terre d’envie et de superbe ; tu peux ajouter : de barbarie. Car désormais, il est bien entendu là-bas qu’on ne peut posséder une certaine culture sans être plein d’hérésies, d’erreurs, de tares judaïques. Ainsi l’on a imposé silence aux doctes ; quant à ceux qui couraient à l’appel de la science, on leur a inspiré, comme tu le dis, une grande terreur. Mais à quoi bon ce tableau ? Le parent dont je te parlais m’a raconté qu’à Alcalá – où il a passé quelques années – on tâche d’extirper complètement l’étude du grec ; ainsi que beaucoup, du reste, méditent de le faire à Paris. Quels sont ceux qui entreprennent cette besogne en Espagne, prenant le parti de l’ignorance, c’est facile à deviner...6.

5Quelque trente ans plus tard, Thérèse d’Avila évoquant, au chapitre trente-trois du Libro de la Vida, les difficultés et l’hostilité qu’elle avait rencontrées lors de la fondation du couvent San José, racontera comment on tentait de la dissuader :

  • 7 Libro de la Vida, chapitre 33, paragraphe 5, p. 375 de l’édition des Obras completas de la sainte (...)

También comenzó aquí el demonio, de una persona en otra, procurar que se entendiese que había yo visto alguna revelación en este negocio, e iban a mí con mucho miedo a decirme que andaban los tiempos recios y que podría ser me levantasen algo y fuesen a los inquisidores. A mí me cayó esto en gracia y me hizo reír, porque en este caso jamás yo temí, que sabía bien de mí que en cosa de la fe contra la menor ceremonia de la Iglesia que alguien viese yo iba, por ella o por cualquier verdad de la Sagrada Escritura me pondría yo a morir mil muertes ; y dije que de eso no temiesen, que harto mal sería para mi alma si en ella hubiese cosa que fuese de suerte que yo temiese a la Inquisición ; que si pensase había para qué, yo me la iría a buscar ; y que si era levantado, que el Señor me libraría y quedaría con ganancia7.

6L’œuvre est de 1562 et la réalité évoquée (les premières démarches pour la fondation) date de 1561 ; les bûchers de Valladolid étaient à peine éteints et ceux de Séville brûlaient encore...

  • 8 Selon la juste expression de Joseph Pérez qui intitule précisément « "Tiempos recios". El viraje d (...)
  • 9 Nous renvoyons à ce propos à la page magistrale de Fernand Braudel intitulée « L’alerte protestant (...)

7Entre les « Tempora difficilia » et les « tiempos recios » qu’évoquaient respectivement le philosophe humaniste et la carmélite mystique, entre 1534 et 1562, beaucoup de choses s’étaient passées ; le « virage idéologique »8 s’était confirmé, les positions s’étaient durcies, non seulement en Espagne mais partout en Europe, entre l’intransigeance catholique et l’intransigeance protestante9.

Le tournant des années 1530-1540

8Comme le soulignait Marcel Bataillon (en introduction aux textes de Rodrigo Manrique et de Juan Luis Vives, précédemment cités) : « L’atmosphère change en Espagne depuis 1530. Les érasmistes [...] qui, de l’étranger, sont témoins de cette crise, ne peuvent qu’exhaler leur chagrin... ».

  • 10 Rappelons que le 15 juin 1520 Léon X avait, par une bulle que Martin Luther oserait brûler publiqu (...)
  • 11 Et, parallèlement, au crypto-mahométisme.
  • 12 Un type de « délit » qui ne concernait en outre qu’une partie bien caractérisée et très minoritair (...)
  • 13 Sa forme virale atténuée en quelque sorte, et du point vue de l’inquisiteur, s’entend.

9Mais les graves événements qui s’étaient déroulés – le drame qui s’était joué – loin de la Péninsule ibérique, entre 1520 et 152110 avaient eu, en Espagne, des conséquences somme toute heureuses pour l’Inquisition : la menace luthérienne lui permettait de « rebondir » au moment même où son « utilité » paraissait moins évidente, et son existence – par conséquent – de plus en plus menacée. Dans ce contexte nouveau, un changement – littéralement « essentiel » – survint en effet dans l’activité inquisitoriale, au niveau de la typologie des « délits » relevant de sa juridiction. À la différence du cryptojudaïsme11 (dont la répression avait été jusqu’alors sa « raison d’être » stricto sensu) qui ressortissait plutôt de l’apostasie que de l’hérésie proprement dite12, la dissidence de Martin Luther – l’Hérétique par antonomase – avait, au contraire, fait trembler sur ses bases l’ensemble de la Chrétienté occidentale, avait rompu le rêve sacro-saint (caressé, à défaut d’être jamais réalisé, depuis Charlemagne) d’une paix définitive entre chrétiens : « pax inter christianos ». Le protestantisme (issu du schisme luthérien de 1520 et de « la réforme de la Réforme » introduite par Jean Calvin une vingtaine d’années plus tard) allait donc s’inscrire dans l’éventail inquisitorial des délits menaçant la pureté de la foi, non plus simplement chrétienne mais catholique. Non seulement l’hérésie mais aussi l’hétérodoxie13 tomberaient désormais sous le coup de la loi inquisitoriale, notamment à travers le si commode grief de « proposiciones » jugées plus ou moins hérétisantes par le tribunal... Car contrairement aux « apostasies » évoquées, l’hérésie protestante ou la simple hétérodoxie risquait cette fois d’affecter l’ensemble de la société, dans toutes ses catégories, en touchant également la majorité vieille-chrétienne. Le danger était donc tout autre et, de plus, il venait de l’extérieur comme de l’intérieur.

  • 14 Efforts à porter au crédit de l’Empereur Charles Quint.
  • 15 Et jusqu’au 4 décembre 1563.

10Entre Juan Luis Vives et Thérèse d’Avila, entre 1534 et 1562, il y avait toute l’épaisseur tragique d’un long quart de siècle européen marqué par des événements aux conséquences irréversibles, tels que : le point de non retour atteint à Augsbourg en 1555 par la consommation de l’échec catholique, la rupture, le glas de l’unité chrétienne sonné par l’imposition du « cujus regio ejus religio », qui officialisait en quelque sorte l’hérésie des hérésies, l’Hérésie par excellence ; l’« alerte protestante », selon l’expression braudélienne, au coeur même du royaume, en Castille, qui avait provoqué au niveau recteur – politique et religieux – un émoi sans précédent, et sans lequel on ne saurait comprendre la violence et la rapidité de la répression, entre 1558 et 1562 ; l’ouverture enfin, en 1545, après tant de vains efforts14 pour l’obtenir de Rome, d’un Concile, certes trop tardif mais qui allait marquer d’un sceau indélébile l’histoire de l’Europe catholique. Le 18 janvier 156215 verrait la reprise finale de ses travaux, auxquels l’Église d’Espagne allait achever d’imprimer profondément sa marque au point d’en faire un concile « tan ecuménico como español », selon la célèbre formule de Marcelino Menéndez Pelayo. Et – prévisible à l’heure où la sainte d’Ávila écrivait – l’acceptation empressée par la « monarchie catholique » par excellence, l’espagnole, des nouvelles normes « tridentines » : les décrets publiés le 30 juin 1564 seront en effet officiellement reconnus par Philippe II dès le 12 juillet.

  • 16 Nous signalons à ce propos que la revue des Etudes Germaniques, éditée par Didier Érudition à Pari (...)
  • 17 Parallèlement bien sûr à l’épiscopat auquel incombait le plus gros de la tâche.

11En ces mêmes années, qui ouvrent le « second xvie siècle », l’Europe entrait dans l’ère de la « confessionalisation »16, de la collusion de plus en plus marquée des pouvoirs civils et religieux, de leur intromission dans la vie publique et privée des sujets. En Espagne l’Inquisition, cet instrument idoine et disponible, fut bientôt mise au service17 de cette re-christianisation en profondeur des populations à laquelle elle apportait son potentiel répressif et donc dissuasif. L’époque devait être, dans cette perspective « confessionnelle », notamment marquée par la systématisation (alors nouvelle) – dans l’ensemble de l’Europe restée catholique – d’un contrôle des idées par la censure de l’écrit ; une censure dont l’Espagne inquisitoriale n’eut ni la primauté ni l’exclusivité, mais qui offrait au Saint-Office une nouvelle mission qui renforçait sa position et sa légitimité, ces nouveaux périls semblant rendre l’Institution plus que jamais utile voire même indispensable. Ainsi, entre 1534 et 1562, furent conçus, élaborés, promulgués et appliqués les trois premiers Index inquisitoriaux : les Index Valdés de 1551 et 1559, ainsi que la Censura generalis des Bibles.

L’humanisme sacrifié

12La lutte qui avait opposé Luther à Rome et à l’Empire n’avait pas coupé court à l’hérésie, ni empêché la consommation d’un schisme sans précédent en Europe. Les idées de Luther ayant au contraire prospéré le « protestantisme » s’était développé en multiples et puissants rameaux. Mais c’est l’humanisme chrétien qui en fit les frais : face à la double radicalisation, entre le conservatisme figé de Rome, et la rupture fracassante et irréversible avec Rome, la troisième voie irénique que suggérait l’érasmisme se trouva écrasée, en Espagne comme partout ailleurs en Europe ; mais plus qu’ailleurs peut-être le sacrifice en fut douloureux, à la mesure des enthousiasmes qu’il y avait, très tôt, du temps même du cardinal Cisneros, suscités.

  • 18 Article intitulé « Los estudios sobre Erasmo, de Marcel Bataillon » dans la Revista de Occidente, (...)
  • 19 Celle, notamment, du cardinal Cisneros ou de son successeur à l’archevêché de Tolède Alonso de Fon (...)
  • 20 Celle de l’Enchiridion Militis Christiani sortie des presses de l’éditeur tolédan Juan Ferrer le 1 (...)

13Rappelons très brièvement la chronologie érasmienne en Espagne. Eugenio Asensio, dans un article18 consacré en 1968 aux travaux de Marcel Bataillon, discernait trois étapes dans l’évolution – « sinuosidades y altibajos » – du cheminement d’Érasme en Espagne. La première, allant de 1516 à 1536, embrassait les vingt années qui vont de l’avènement de Charles Quint à la mort du philosophe, de la première traduction réalisée en Espagne d’une de ses œuvres aux persécutions des plus fervents érasmistes du royaume ; une période de combat durant laquelle ses partisans, en Espagne, retranchés derrière le nom de l’Empereur et la protection de l’élite de la hiérarchie ecclésiastique19, ont affronté ouvertement l’opposition d’une partie des ordres mendiants en « exaltant la religion de l’esprit ». Une seconde période de même durée, allant de 1536 à 1556 ou 1559, à savoir jusqu’à l’abdication et la mort de Charles Quint, au retour en Espagne du nouveau roi, à la dernière impression réalisée en Espagne d’une œuvre d’Erasme20 et la publication du second Index valdésien ; aussi, est-ce, écrit Eugenio Asensio, « […] un tiempo de erasmismo adaptado a las circunstancias españolas, lleno de cautelas y discreciones, que pone en el centro de sus meditaciones, más que el menosprecio de las ceremonias y la sublimación del espíritu, el problema de la justificación por la fe y del beneficio de Cristo ». Enfin la dernière période (jusqu’à fray Luis de León et Miguel de Cervantes) est celle de l’« érasmisme souterrain », qui n’ose plus dire son nom ni s’afficher ouvertement.

  • 21 Rappelons le rôle déterminant que joua dans la vocation d’Érasme l’oeuvre de cet illustre romain, (...)
  • 22 Dont la critique historique, elle-même issue de la philologie critique « inventée » par Laurent Va (...)
  • 23 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, édition citée, premières lignes du chapitre XIV consacré aux «  (...)

14L’humanisme qui, en Espagne, avait séduit l’élite cisnérienne c’était l’humanisme chrétien ; celui qu’avait développé, dans le sillage de Laurent Valla21 et grâce aux nouveaux outils22 créés par l’humanisme italien encore paganisant du xve siècle, le Hollandais Didier Érasme : sa Philosophia Christi, au croisement fécond de l’humanisme italien et de la Devotio Moderna du nord de l’Europe, telle que la traduction en espagnol de l’Enchiridion militis christiani la révéla en 1526 aux populations espagnoles qui aspiraient elles aussi au renouveau spirituel. Or, évoquant les « derniers reflets d’Érasme » Marcel Bataillon, la voix la plus autorisée, précise d’emblée23 :

  • 24 Nous soulignons.

Si l’on veut voir comment l’érasmisme se survit à l’époque de Philippe II, il ne faut pas s’attacher seulement aux professeurs d’humanités, qui, avec plus ou moins de prudence, entretiennent le feu du libre esprit qu’Érasme avait incarné. Il faut aller droit aux grands hommes de la “Contre-Réforme” pour discerner certains traits distinctifs de l’érasmisme dans un nouveau visage de l’Espagne religieuse. Un de ces traits essentiels est le biblisme24. Un de ces grands hommes, qui transmettent à l’âge suivant une part de l’héritage érasmien, est Arias Montano.

Le rapport aux Écritures

  • 25 Rappelons que le cardinal Cisneros invita Érasme au moins à deux reprises, au début de 1517, à se (...)

15Le point central, autour duquel toute dévotion rénovée tournait, autant chez les humanistes que chez les réformés, c’était le rapport aux Saintes Écritures. D’ailleurs la rencontre – manquée25 – entre Érasme et Cisneros s’inscrivait précisément dans le cadre de la mise en chantier par le cardinal, à Alcalá, dans son « académie biblique » (selon l’heureuse expression de Marcel Bataillon), d’une nouvelle et très ambitieuse édition de la Bible. Érasme de son côté publiait en février 1516, sur les traces de Laurent Valla, son idole, un Novum Instrumentum (ou Nouveau Testament revu à partir du texte grec), dédié au pape Léon X, et qui suscita l’admiration chez les spécialistes d’outre-Pyrénées.

  • 26 Il suffit d’évoquer la fameuse devise du « sola Fide, sola Scriptura », véritable pomme de discord (...)
  • 27 Pas avant le viie siècle, soit après deux siècles passés plus ou moins sous le boisseau.

16Or, l’irruption de Luther dans le champ scripturaire26 devait rendre ce sujet – le rapport au texte biblique – extrêmement sensible. Et notamment dans deux domaines : celui de la traduction du texte biblique en langue vernaculaire, qui le rendait accessible à n’importe qui, au chrétien de base, sans intermédiaire, et donc, du point de vue de l’Église, non sans danger ; mais aussi, et peut-être surtout, le domaine de l’édition philologiquement critique de ces textes, en remontant pour ce faire aux langues d’origine (hébreu, grec et latin) et, notamment, la remise en question de la traduction de la Bible en latin réalisée par saint Jérôme à Bethléem entre 390 et 405 ; elle s’était imposée tardivement27, mais alors si massivement qu’on l’appela la Vulgate, et devint la version officielle de l’Église, particulièrement tout au long du Moyen-âge.

  • 28 Dont la version dite des Septante, traduction grecque de la Bible hébraïque, réalisée à Alexandrie (...)

17Même si saint Jérôme avait déjà fait lui-même œuvre de philologue, en se fondant sur d’anciennes versions latines ou grecques28 et sur le texte hébreu, au bout d’un long millénaire les progrès de la science philologique, développée par l’humanisme italien du xve siècle, associée à une soif de retour aux sources évangéliques, avaient incité les « humanistes » de la Renaissance, dont Érasme (après Laurent Valla), à remettre en question la Vulgate, pourtant devenue intouchable. Cette aspiration se situait en outre dans le cadre plus général du rejet de la scolastique décadente et du retour au latin classique ; Érasme écrivait ainsi à un correspondant, avec autant d’audace que de prudence :

  • 29 Entendons par là, dans ce contexte, l’étude du latin, mère de la philologie ; aujourd’hui on dirai (...)

La théologie elle-même, reine de toutes les sciences, n’estimera pas indigne d’elle, je pense, que la grammaire29, sa suivante, porte la main sur elle en lui témoignant le respect qui lui est dû. La grammaire est d’un rang inférieur à plusieurs sciences, mais aucune n’apporte une aide plus indispensable. Elle s’occupe de choses fort petites, mais sans lesquelles personne ne peut devenir très grand.

  • 30 Nous citons d’après l’édition bilingue publiée par les éditions Du Cerf, Paris, 1994, Les conciles (...)

18Le Concile réuni à Trente pour la première fois le 13 décembre 1545 prenait position dès le 8 avril suivant, au cours de sa quatrième session, par deux décrets d’importance sur la « réception des Livres saints et des traditions des apôtres », et sur l’« édition de la Vulgate et [la] manière d’interpréter la sainte Écriture ». Ainsi était affirmée la prééminence de la Vulgate ; ce texte, d’une importance capitale, mérite d’être cité en entier30 :

Le saint concile a considéré qu’il pourrait être d’une grande utilité pour l’Église de Dieu de savoir, parmi toutes les éditions latines des Livres saints qui sont en circulation, celle que l’on doit tenir pour authentique. Aussi statue-t-il et déclare-t-il 0que la vieille édition de la Vulgate, approuvée dans l’Église même par le long usage de tant de siècles, doit être tenue pour authentique dans les leçons publiques, les discussions, les prédications et les explications, et que personne n’ait l’audace ou la présomption de la rejeter sous quelque prétexte que ce soit. En outre, pour contenir les esprits indociles, il décrète que personne, dans les choses de la foi ou des moeurs concernant l’édifice de la foi chrétienne, ne doit, en s’appuyant sur son seul jugement, oser interpréter l’Écriture sainte en détournant celle-ci vers son sens personnel allant contre le sens qu’a tenu et que tient notre sainte mère l’Église, elle à qui il revient de juger du sens et de l’interprétation véritables des saintes Écritures, ou allant encore contre le consentement unanime des Pères, même si des interprétations de ce genre ne devaient jamais être publiées. Les contrevenants seront dénoncés par les Ordinaires et punis des peines prévues par le droit.

19Cette affirmation de la prééminence de la Vulgate, était aussitôt assortie de l’imposition d’une censure préalable :

  • 31 Dans cet extrait comme dans le précédent les passages soulignés l’ont été par nous.

Mais le saint concile veut aussi, comme il est juste, imposer une règle en ce domaine aux imprimeurs. Qui, sans aucune règle, c’est-à-dire pensant que tout ce qui leur plaît leur est permis, sans permission des supérieurs ecclésiastiques, impriment les livres mêmes de l’Écriture Sainte, avec des annotations et explications dues indifféremment à toutes sortes de gens, souvent en passant sous silence le lieu d’impression, souvent même en le falsifiant, et, ce qui est plus grave, sans nom d’auteur ; ils mettent aussi en vente des livres de ce genre imprimés ailleurs. Aussi décrète-t-il et statue-t-il que désormais la Sainte Écriture, particulièrement cette édition ancienne de la Vulgate, soit imprimée le plus correctement possible ; qu’il ne soit permis à personne d’imprimer ou de faire imprimer tout livre traitant des choses sacrées sans nom d’auteur, ni de le vendre à l’avenir ou de les garder chez soi, si auparavant ces livres n’ont pas été examinés et approuvés par l’Ordinaire, et cela sous peine d’anathème et d’amende portée au canon du dernier concile du Latran. Et si ces auteurs sont des réguliers, outre cet examen et cette approbation, ils seront aussi tenus d’obtenir la permission de leurs supérieurs, lesquels réviseront ces livres conformément à leurs statuts. Ceux qui communiqueraient ou répandraient ces livres en manuscrits avant qu’ils n’aient été examinés et approuvés, seront soumis aux mêmes peines que les imprimeurs. Et ceux qui les auront ou les liront, s’ils n’en déclarent pas les auteurs, seront tenus comme leurs auteurs. Cette approbation des livres elle-même sera donnée par écrit et paraîtra donc bien en vue en tête du livre, ou manuscrit, ou imprimé. Et tout cela, c’est-à-dire approbation et examen, se fera gratuitement, afin que ce qui doit être approuvé soit approuvé, et réprouvé ce qui doit être réprouvé.
Après cela, voulant réprimer l’audace par laquelle on change et tourne à toutes sortes d’usages profanes les paroles et les passages de l’Écriture sainte, aussi bien pour des plaisanteries que des histoires fabuleuses ou vaines, des flatteries, des médisances, des superstitions, des incantations impies et diaboliques, des divinations, des sorts et même des libelles diffamatoires, le saint concile ordonne et prescrit, pour supprimer une telle irrévérence et un tel mépris, que personne à l’avenir n’ose utiliser de quelque manière que ce soit les paroles de l’Écriture Sainte pour cela et pour d’autres choses semblables. À tous les hommes de ce genre, profanateurs et corrupteurs de la Parole de Dieu, les évêques appliqueront les peines du droit et celles qu’ils jugeront à propos31.

20C’était, au niveau des études scripturaires, tendre la perche aux esprits pusillanimes ou férocement conservateurs qui, par une lecture étriquée du décret conciliaire, concluaient au caractère infaillible et intangible de la traduction de saint Jérôme. Ce qui suscita une polémique qui prit dans l’Espagne inquisitoriale de Philippe II une ampleur et une résonance particulière ; et qui eut des conséquences très négatives.

La dramatique affaire des « biblistes » de Salamanque

  • 32 Éditions réalisées au cours de la décennie 1940-1950.

21Cette survie « souterraine » de l’érasmisme en Espagne, à partir du milieu du xvie siècle, s’était notamment incarnée chez certains professeurs de l’Université de Salamanque, des théologiens spécialistes des Écritures et / ou des langues anciennes de la Bible, reconnus aujourd’hui, par les spécialistes, comme les précurseurs de l’exégèse moderne. L’université de Salamanque : la « Atenas salmantina », comme on disait alors, Salamanca « arca dorada de la ortodoxia », selon la belle formule du père Miguel de la Pinta Llorente, à qui l’on doit l’édition32 de plusieurs des procès ici concernés.

  • 33 Né en 1527 et mort en juillet 1598, il fut l’exact contemporain de son roi.
  • 34 En français : bibliste, bibliciste ou biblicisant.
  • 35 Ce sera la Biblia regia, ou Políglota en huit volumes, réalisée entre 1569 et fin 1571.

22Tous ces maîtres partageaient le point de vue de leur ami et / ou condisciple Benito Arias Montano33. Celui-ci, éminent « escriturista »34, avait été envoyé par Philippe II à Anvers en 1568, auprès de l’éditeur Christophe Plantin avec pour mission de superviser une réédition améliorée ou enrichie de la Complutense du cardinal Cisneros35. Aux Pays-Bas, il prit contact pour ce faire avec les meilleurs spécialistes, notamment des langues anciennes, dont l’orthodoxie n’était pas toujours parfaitement claire. Comme le souligne Ben Rekers dès la première page de sa grande étude du personnage et de son œuvre :

  • 36 Ben Rekers, Benito Arias Montano, éd. The Warburg Institute, Londres, 1972, traduction espagnole ( (...)

Enviado a Amberes como supervisor de la edición de la gran Biblia Políglota [...], Arias Montano se halló muy pronto en conflicto con la Inquisición a causa de sus métodos exegéticos [...]. Después, ya en España, logró orientar a algunos de sus compatriotas en una dirección erasmista [...]. Marcel Bataillon describió la pervivencia de su magisterio en sus discípulos de El Escorial36.

  • 37 Entre le milieu de l’année 1575 et la fin de 1576.

23Ayant été rappelé en Espagne pour y prendre la direction de la royale bibliothèque de l’Escorial il fit un détour délibéré d’un an et demi par l’Italie37, un détour qui lui évita peut-être d’être lui-même incarcéré par l’Inquisition comme ses amis de l’Université de Salamanque. Ce séjour romain avait une double finalité : défendre la cause de sa Bible contre certaines attaques qui étaient parvenues jusqu’au Saint-Siège, mais aussi tenter de convaincre les cardinaux d’infléchir, d’assouplir le décret conciliaire de 1546 portant sur la Vulgate, d’en autoriser officiellement une interprétation plus libérale. Mais ce serait peine perdue, car en ce temps-là faisait rage la guerre entre « conservateurs » et « biblistes ».

  • 38 L’heureux traducteur de l’Enchiridion Militis Christiani, qui devint sous sa plume le Manual del C (...)
  • 39 Voir dans Historia de la Inquisición en España y América, dir. par Joaquín Pérez Villanueva et Bar (...)

24Les « biblistes » salmantins des années 1570 étaient, quant à eux, les derniers (vrais) gardiens de l’érasmisme en Espagne. Une génération, d’ailleurs : la seconde voire la troisième des érasmistes espagnols (après celles de Cisneros et d’Alonso Fernández de Madrid, l’« arcediano del Alcor »38) ; tous étaient nés entre 1520 et 1530 : fray Luis de León et Benito Arias Montano, amis et compagnons d’études, naquirent même tous deux la même année – et quelle année ! – en 1527. Ángel Alcalá les qualifie d’ailleurs fort joliment d’« almas gemelas »39.

25Or, Benito Arias Montano – qui considérait la Vulgate comme une « absurdité philologique », selon la formule de Ben Rekers – avait voulu l’écarter au profit d’une version moderne établie sur des critères scientifiques plus rigoureux : celle qu’avait publiée à Lyon en 1527 l’Italien Santes Pagninus (ou Pagnino) ; mais une lettre de Philippe II, datée du 25 mars 1569, l’avait bientôt rappelé à l’ordre en ces termes :

  • 40 Nous soulignons. Document cité par Ben Rekers, op. cit., p. 66. Il est évident que la négation « n (...)

En la muestra que acá envió Plantino había puesto la edición de Xantes Pagnino como habéis visto en lugar de la Vulgata, que en la impresión complutense está junto al texto hebráico. Y porque ha parecido que en esto no conviene que no [sic] haya mudanza, ni se altere ni quite lo de hasta aquí, diréislo así al plantino y haréis que la dicha edición Vulgata se ponga y quede en el mesmo lugar que tiene en toda la Iglesia universal y porque, siendo como es la más principal de todas las versiones, no fuera justo que faltara ni se dejara de poner en una obra tan insigne, y en el principal lugar de aquella40.

26Benito Arias Montano dut s’incliner, à demi, car il décida d’inclure la Vulgate, certes, mais « en plus » de la version de Pagnino...

27Il avait sur place, à Salamanque notamment, des informateurs grâce auxquels il suivait l’évolution de la polémique conduite par certains universitaires « traditionnalistes » à la fois contre sa Bible et contre ses amis « biblistes » tels que fray Luis de León, Gaspar de Grajal, et Martín Martínez de Cantalapiedra, qui croupissaient alors depuis plus de deux ans dans les geôles inquisitoriales. L’un de ces correspondants, Pedro de Fuentidueñas, un théologien espagnol qu’il avait rencontré à Trente douze ans auparavant à l’occasion du Concile, lui adressait ainsi le 12 juillet et le 7 août 1574 les deux messages suivants :

  • 41 Il s’agit ici non pas de fray Luis de León mais de ce León de Castro à qui les collègues incarcéré (...)
  • 42 Il se référait bien sûr à la Biblia regia d’Anvers.
  • 43 Nous soulignons. Textes cités par Ben Rekers, op. cit. pp. 81-82.

El maestro León41, luego que vino esta biblia42, hizo con la universidad de Salamanca que la comprase y apoderóse della ; sucedió que después de haberla visto, se fue a la corte y allá trató con los presidentes de los consejos della, poniéndoles muchos inconvenientes que en ella había... Ellos le dijeron que hiciese los apuntamientos... y ansí lo hizo que vuelto a Salamanca escribió seis pliegos de papel en esta materia [...]. De aquí procede el creer y publicar que todos los originales hebreos y griegos están corrompidos y que se han de corregir por la Vulgata.
...................
Sus designios y su zelo a mi parecer no van regulados por la regla de la cristiandad ni de buena razón... Es una mala intención o voluntad que no se debe presumir de un sacerdote cristiano y docto, sino de una ciega opinión nacida de un decreto del santo Concilio mal entendido... Reprehende a los que quieren averiguar la verdad por los códices hebreos, sino que la Vulgata los desengañe a ellos, y a los que hacen lo contrario llama judaizantes, y que los que buscan otro sentido fuera de la Vulgata son contrarios a nuestra religión... Es lástima que por parecer de uno se desacredite y se diga que está acusada la biblia en el tribunal del Santo Oficio, y que nadie se atreve por ello a comprarla. Un clérigo de Burgos tenía dos y daba la una en treinta ducados menos por esto, y aún no se la quiere, porque están a la mira esperando en lo que ha de parar43.

  • 44 Exactement à la lettre B ; ainsi se suivent dans la même réprobation inquisitoriale l’édition de R (...)
  • 45 Peut-être à cause du changement d’Inquisiteur général et du fait que l’Index de 1559 exigeait noto (...)

28Avant même que ne parût la Biblia regia d’Anvers, menée à bien contre vents et marées par Benito Arias Montano, le conflit – jusqu’alors larvé – avait éclaté à Salamanque à propos d’une autre publication. L’imprimeur Andrea de Portonarii avait édité à Salamanque en 1555, en la présentant comme ayant été revue et corrigée par Domingo de Soto, la Bible dite « de Vatable » : à savoir la version de Santes Pagninus, que son éditeur parisien Robert Estienne avait accompagnée des notes philologiques du célèbre linguiste français François Vatable ; lequel s’était basé sur les textes originaux et sur les commentaires des rabbins, ainsi que sur diverses éditions « protestantes ». En conséquence l’imprimeur parisien avait eu maille à partir avec la Sorbonne qui l’avait accusé d’avoir rendu ladite Bible hérétique par ces annotations. L’édition espagnole de 1555 avait donc été condamnée dans l’Index inquisitorial de 155944. Or, dix ans plus tard, Gaspar de Portonarii, le frère du précédent, estimant que les temps changeaient45, demandait en 1569 l’autorisation de réimprimer la « Biblia de Vatable » après les corrections requises par les autorités.

  • 46 Un tribunal qui était d’ailleurs présent au sein même de l’Université : le maître et doyen Francis (...)
  • 47 Dont Marcel Bataillon rappelle qu’il était le disciple et le successeur du fameux « Comendador gri (...)
  • 48 Martín Martínez dit « de Cantalapiedra » son bourg d’origine.

29En matière de censure et d’expurgation l’Université de Salamanque était bien sûr au tout premier rang, en tant que principale faculté de théologie du royaume ; ses maîtres, constamment sollicités au titre de « qualificateurs » par le tribunal de Valladolid46, avaient largement collaboré aux Index valdésiens. Ainsi fut réunie, à la demande de la Maison Portonarii, une commission d’experts chargée d’examiner et d’amender la « Bible de Vatable » en vue d’une nouvelle édition, cette fois préalablement expurgée. Cette « junta » comprenait une dizaine des meilleurs « escriturarios » – ces théologiens spécialistes d’Écriture sainte – de l’Université. D’un côté, à la tête d’autres « traditionnalistes » le vieil helléniste León de Castro47 – que Miguel de la Pinta Llorente qualifie de « representante de la reverencialidad más apasionada por la versión de los setenta intérpretes y por la Vulgata » – et avec lui, en tandem, le dominicain Bartolomé de Medina : tous deux auront un rôle déterminant dans le drame qui va bientôt se jouer. Leur point de vue (que partageait la majorité de la commission) peut se résumer ainsi : s’en tenir à la Vulgate et à l’autorité des Saints Pères, respecter strictement les consignes de Trente. De l’autre côté, trois « biblistes » érasmiens : l’augustin Luis de León, professeur de théologie et humaniste trilingue, le maître Gaspar de Grajal et le maître Martín Martínez48, spécialiste des trois langues bibliques, et ce dernier professeur d’hébreu si passionné par la langue qu’on le surnommait « el hebreo », lui un vieux-chrétien !

30Ce trio d’illustres professeurs était unanimement partisan d’un « toilettage » de la Vulgate, parasitée par des erreurs et des obscurités introduites au départ par un traducteur faillible (fût-il saint Jérôme), ou au fil du temps et des copies ; ils prônaient pour ce faire le retour aux textes originaux et le recours aux sources philologiques, notamment (pour la révision de l’Ancien Testament) à la version hébraïque et aux commentaires rabbiniques. En effet, tous trois étaient des hébraïsants confirmés autant que des théologiens. L’acquisition de l’hébreu comme outil d’analyse par des exégètes chrétiens était une nouveauté introduite par l’humanisme et, en Espagne, par le rôle capital qu’avait joué à Alcalá de Henares le cistercien Cipriano de Huerga à partir de 1526, et dont Benito Arias Montano avait été l’élève.

31Or, de ces quatre savants Luis de León et Gaspar de Grajal étaient – notoirement – d’ascendance « conversa », ce qui fut maintes fois souligné, et de manière insultante, dans les dépositions de leurs adversaires. Selon l’expression de Melquiades Andrés Martín :

  • 49 Dans la Historia de la Iglesia en España, dir. Ricardo García-Villoslada, tome III-2° portant sur (...)

Los hebraístas basan sus explicaciones en los originales hebreo y griego. Por ello son acusados de judaizar [...]. Sobre la Inquisición martillea el estribillo de que Salamanca hierve de judaizantes49.

32Mais, les inquisiteurs, en l’occurrence plus intelligents que les délateurs, ne firent point, quant à eux, un usage particulier de cet argument.

  • 50 Ibid., p. 303.
  • 51 Ce n’est donc pas un hasard si les trois inculpés le récuseront en tant qu’ennemi mortel, comme un (...)

33La commission d’experts était à peine réunie que l’incompatibilité des points de vue éclatait aussitôt. Ce fut, selon l’expression de Melquiades Andrés Martín50, au sens pugilistique du terme « el encuentro entre teólogos y hebraístas » qui rendit les séances de travail particulièrement houleuses. Ainsi, lors du procès de Luis de León, un témoin de la défense fut interrogé sur ce point précis des « grandes contiendas », que la forte personnalité d’un fray Luis ou la violence pathologique d’un León de Castro aurait suffit à expliquer ; ou la venimeuse perfidie d’un Bartolomé de Medina, qui poussait les étudiants à dénoncer ses rivaux51, homme « de ruines sospechas y ruines entrañas » selon la formule maintes fois répétée par fray Luis. Bref, la question des juges était la suivante :

  • 52 Souligné dans le texte.
  • 53 Cité par Miguel de la Pinta Llorente, O. S. A., dans La Inquisición española y los problemas de la (...)

Item, si sabe [...] que en las juntas de teólogos, especialmente en las que se hicieron sobre la Biblia de Vatablo, había tantas voces y confusión52, que es cosa muy fácil antojársele al Maestro León de Castro o a otro que oyó lo que nunca se dijo53.

  • 54 Dans la huitième partie, où José Luis González Novalín traite de « La Inquisición española », de l (...)

34Cette querelle d’experts autour de la « Bible de Vatable » s’inscrivait à la fois dans la vieille opposition scolastique entre « anciens et modernes » et sur la dangereuse ligne de partage entre catholiques et protestants. Comme l’a bien dit le père José Luis González Novalín : « en este momento, las dos facciones tenían cuentas pendientes desde la lucha erasmiana y cada una creía ver en los signos de aquel tiempo un respaldo de sus posturas... »54.

  • 55 Soit, dans son latin d’origine : Commentaria in Isaiam Prophetam, ex sacris scriptoribus græcis et (...)

35Mais sous les divergences doctrinales bouillaient de moins nobles passions, d’irréversibles inimitiés issues des « competencias a cátedras » : « yo soy el mayor impedimento que tiene en sus pretensiones de cáthedras », arguerait fray Luis pour récuser un éventuel témoignage de Bartolomé de Medina ; en ce qui le concernait ces rivalités remontaient à 1561 et à 1565 (où il avait obtenu deux chaires jusqu’alors détenues par des dominicains). Une rivalité doublement féroce donc, universitaire et monastique, cet « odium theologicum » redoutable entre tous. Intelligence aiguë et ouverture d’esprit des uns, intransigeance laborieuse et bornée des autres : « en poco scientes y en mucho arrogantes », selon l’adage acrimonieusement rappelé par fray Luis de León au cours de son procès ; arrogance des uns, frustration des autres, envies, rancoeurs, honneur froissé, violence verbale, insultes décochées ou reçues dans le feu d’un débat d’école, devant collègues et disciples. Et le tout à portée d’oreille (oreille toujours complaisante...) de l’Inquisition. Ainsi, les trois brillants « biblistes » paieront-ils cher le jugement acerbe qu’ils avaient émis sur l’indigeste commentaire d’Isaïe au titre éloquent55 publié en 1570 par un León de Castro qui y avait mis tous ses espoirs, mais qui fut un échec.

Les procès

36Marcel Bataillon a résumé cette affaire à la fois si simple et si complexe en termes on ne peut plus clairs ; évoquant les trois biblistes hébraïsants de la commission réunie autour de la « Bible de Vatable », il écrit :

  • 56 Marcel Bataillon, op. cit., p. 784. Nous soulignons.

Ceux-ci, à maintes reprises, avaient soutenu qu’on pouvait apporter de nouvelles interprétations de l’Écriture, qui n’allaient pas contre les interprétations anciennes des saints, mais s’y ajoutaient. Ils recouraient au texte hébreu comme à la source la plus pure. Mais plusieurs d’entre eux étaient d’origine juive. Il était tentant de les taxer de partialité judaïque. Surtout, il était facile de leur opposer l’esprit de Trente, l’obligation de laisser intacte l’autorité de la Vulgate et de la tradition catholique. Telle fut la base principale du procès intenté par l’Inquisition à ces trois hommes qui étaient l’honneur de l’Université de Salamanque56.

37Les trois procès furent en fait, comme le souligne à juste titre José Luis González Novalín « un solo proceso a las corrientes científicas », mais, au plan individuel, l’issue n’en fut pas la même, hélas…

  • 57 Cité par Ángel Alcalá dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 932.

38Dès le 2 décembre 1571 Bartolomé de Medina avait fait secrètement parvenir à la Suprême une liste de dix-sept « proposiciones » (rédigées en latin bien sûr) « que no parecían buen lenguaje » et qu’il attribuait à ses trois collègues hébraïsants. Puis il avait porté, quinze jours plus tard, une première accusation devant le commissaire du Saint-Office (et doyen de l’Université) Francisco Sancho ; il dénonçait ainsi certaines « nouveautés » (le grand mot était lâché !) qui pouvaient nuire à la bonne marche et à la réputation de l’Université : « [...] que entiende que en la Universidad hay mucho afecto a cosas nuevas y poco a la antigüedad de la religión y fe nuestra »57. Selon sa pratique habituelle l’Inquisition ordonna une enquête et fit « qualifier » lesdites propositions par deux experts : León de Castro (« catedrático de prima jubilado de gramática ») et le « maestro Mancio » (à savoir fray Mancio Hernández, un dominicain). Dans leur rapport, transmis au Conseil d’Inquisition le 20 janvier 1572 et déterminant, on peut lire cette phrase :

  • 58 Ibid., p. 933. Nous soulignons.

Y por sólo decilles, incluyen en sí pertinacia, y por ser personas que enseñan, se podría seguir yrreparable daño en las cosas de la religión en aquella universidad, y en estos Reynos, pues de todos ellos acuden allí a ser enseñados, y por andar el tiempo tan peligroso en las cosas de la religión y no aver ya por nuestros pecados Reynos con religión, si no son estos de España, y las cosas que han apuntado los maestros Grajal y Martínez son cosas de la escuela de Luthero, y las de Grajal apuntan a esto, y a judaizar58.

39Le lecteur a le sentiment de percevoir, à quatorze années de distance, comme un écho des premiers mots du rapport envoyé à Paul IV le 9 septembre 1558 par l’Inquisiteur général Fernando de Valdés, en pleine instruction des procès de Valladolid et de Séville :

  • 59 L’intégralité de ce rapport figure, notamment, dans le tome II « Cartas y documentos », document 1 (...)

Después que se ha tenido noticia de las herejías y errores de Lutero y sus secuaces y se han extendido por muchas partes de la cristiandad, la provincia que por la gracia de Dios más libre ha estado desta mácula ha sido los riñones de España, por el gran cuidado y vigilancia de los ministros del santo oficio de la inquisición59.

  • 60 Ángel Alcalá, dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 934.
  • 61 La formule est aussi d’Ángel Alcalá.

40Deux mois plus tard les trois inculpés étaient incarcérés sur ordre du tribunal de Valladolid ; le 27 mars 1572, à six heures du soir, fray Luis de León et Martín Martínez de Cantalapiedra rejoignaient Gaspar de Grajal qui les avait précédés de quelques jours. Commençait alors, selon la forte et juste formule d’Ángel Alcalá « todo este calvario inquisitorial del biblismo humanista »60. De ces trois hommes – « considerados el no va más de la erudición bíblica en la españa del xvi »61 – aucun ne ressortit indemne de la terrible épreuve... mais aucun ne fut condamné.

41Gaspar de Grajal n’en sortit pas vivant ; il mourut en prison le 9 septembre 1575, à l’époque même où fray Luis de León manifestait de son côté des signes indubitables de désespoir... Ce qui eut justement pour effet d’inciter le Saint-Office à accélérer le procès des deux autres, qui traînaient affreusement en longueur !

  • 62 Comme on le refusera d’ailleurs à fray Luis de León.
  • 63 Rappelons que la formule « Exurge Domine et judica causam tuam », extraite du Psaume 73, servait d (...)

42En janvier 1573, détenu depuis près d’un an sans que l’on eût rien à retenir contre lui, le maître Grajal criait miséricorde, et réclamait le droit de se confesser... qu’on lui refusa62. A la fin de l’année il réclamait encore, sans rien obtenir, la confession et son transfert dans un monastère, car sa santé était affreusement délabrée ; deux ans passèrent encore, jusqu’à l’été 1575, où il demandait à ses juges – avec une mortelle ironie – que Dieu « judicet causam suam... »63, mais en vain ; si les inquisiteurs demeuraient sourd à ses déchirants appels, Dieu finit par le délivrer à l’aube du 9 septembre 1575, où le geôlier le trouva mort dans sa cellule, sans qu’il eût pu recevoir les derniers sacrements ni même se confesser ! Son innocence devait, pourtant, être déjà bien établie dans l’esprit des juges puisqu’ils le firent inhumer dans une église, avant de l’innocenter et de réhabiliter sa mémoire trois ans plus tard.

43Son sort rappelle celui, plus tragique encore, du frère Alonso Gudiel (un augustin, comme fray Luis León, et comme lui « nouveau-chrétien »), en qui José Luis González Novalín voit à juste titre « un epígono en saber y sufrir ». Cet ex-étudiant d’Alcalá et de Salamanque, alors professeur à Osuna (université de second rang) y fut dénoncé pour les mêmes raisons que ses illustres collègues. Arrêté le 18 juillet 1572 à Valladolid (à l’occasion d’un séjour ecclésiastique), l’effroyable dégradation de sa santé inquiéta le médecin qui alerta, en vain, le tribunal le 20 mars 1573. Le 15 avril le maître Gudiel mourait sans confession et sans sacrements. Il fut enterré dans un simple trou creusé dans une cour d’hospice près du puits, et signalé par deux petites repères en bois ; quelques mois plus tard, ses restes, qui gênaient un projet de construction, furent déplacés et enfouis plus misérablement encore. Un édit contre sa mémoire fut publié à Osuna, et le procès – que sa mort n’avait pas interrompu – fut suspendu en... janvier 1591.

44Procès pathétique s’il en fut que celui du frère Alonso Gudiel, dont ces quelques échos suffiront à donner la mesure. Le 6 avril 1573, en préventive depuis huit mois et se sentant mourir (ce que le médecin confirmait en termes éloquents : « una rezia sarna y corruçion que tiene en el cuerpo... », « enfermo de lepra los braços y el cuerpo... », « con alguna calentura... », « flaco de una evacuaçion de sangre demasiada por la sylla... », « está con muy gran astío, le halla triste y malancólico... », « en peligro ynminente de morir... »), il demandait – du fond des prisons secrètes du tribunal de Valladolid – un confesseur ; après l’avoir entendu, le frère Nicolas Ramos faisait le rapport suivant auprès du tribunal :

  • 64 Causa criminal contra el biblista Alonso Gudiel, Catedrático de la Universidad de Osuna, édition e (...)

Lo que me encomendo el maestro Gudiel, que confesé por mandado de vuestras mercedes, es lo siguiente : Que oi o otro cualquiera dia que vuestras mercedes fueren servidos, el queria delante de un secretario decir y declarar algunas cosas tocantes al caso porque sospechava que le tenian presso, i esto con todo deseo de ser corregido i encaminado en todo lo que ubiesse errado, porque dice que su intencion nunca fue dezir cosa en que entendiese que se apartava de la comun y verdadera doctrina de la Madre Sancta Iglesia de Roma, sino que si algo a dicho mal fue de ignorancia, y ansi esta aparejado para retractarse i tomar con humildad toda i qualquiera penitencia que el sancto Officio le diese. Tiene deseo que manden vuestras mercedes escrebir o le den licencia para que escriba a su madre, pobre i vieja, una carta para la consolar, i que entienda que el moria enmendado i catholico y no herege pertinaz. Desea mucho saver quien es su provincial i diffinidores de su Orden. Tiene tambien deseo de saver si se an perdido sus papeles, o si estan aca, o en Osuna. Esto me pidio presentase a vuestras mercedes64.

  • 65 Disons, schématiquement, que la quinzaine de chefs d’accusation portait, dans l’ensemble, sur le f (...)

45Quatre jours plus tard, le 8 avril, il faisait la déclaration annoncée ; le tribunal, alerté dans la matinée du 11 par le médecin sur l’état critique du détenu, très affaibli par une grave hémorragie, décidait de l’interroger une dernière fois sur les propositions suspectes qu’on lui reprochait ; pour ce faire le docteur Guijano de Mercado, inquisiteur, descendait dans la cellule du moribond ; à la première question – ou, plutôt, au premier chef d’accusation65 – celui-ci répondit « que no tiene que responder aquello, syno irse al çielo, y que el ha respondido lo que tiene que dezir, y no tiene otra cosa que dezir, syno irse al cielo » ; à la cinquième, épuisé, il renvoyait à ses écrits : « que miren los papeles, que el no tiene cabeça ninguna, que el no declaro syno de Jesu Christo » ; à la onzième question, n’en pouvant plus, il suppliait :

  • 66 Ibid., p. 200.

que no le den mas tormento, por amor de Dios, y por estar muy fatigado y responder con mucha pesadumbre ; y que quaestiones clericorum debent esse faciles, maiormente en tiempo de muerte ; y que no le fatiguen mas ; y dize que el ha dicho y dize que el sentido ad litteram es de Jesu Christo, y que miren sus papeles ; y con tanto ceso esta diligencia ; y quedava diciendo : “no mas, no mas” [y luego dixo “bive Christo, que no tengo mas que dezir”] ; y el dicho señor inquisidor se salio de la cárcel66.

46Quelques heures plus tard, le lendemain 15 avril 1573, sur le coup de quatre heures de l’après-midi, le geôlier venait annoncer aux trois inquisiteurs réunis en séance vespérale que le maître Gudiel venait de rendre l’âme.

47Martín Martínez [de] Cantalapiedra sortit vivant de l’épreuve mais y laissa sa santé ; et cette éminence – dont Miguel de la Pinta Llorente, entre autres, souligne « el ingenio privilegiado », la « abrumadora cultura linguística y patrística » – faillit y perdre la raison... Pourtant, à lire ses intelligentes réponses, ses vives réparties au fil du procès on est frappé par sa hautaine assurance, qui semble inébranlable. Or, le 29 novembre 1575 au matin, le geôlier vint alerter le tribunal : « el maestro Martín Martínez estava muy malo, y con calentura, y cuvierto de piojos ». Le médecin appelé en consultation déclara :

  • 67 Proceso Criminal contra el hebraísta salmantino Martín Martínez de Cantalapiedra, édité et comment (...)

que él a visitado al maestro Martín Martínes, presso en las cárceles deste Sancto Officio, y le curó este verano antes que se mudase de las casas de Pedro González, de una enfermedad grave de calentura continua, de la qual quedó muy flaco, convaleciente, y quedando con reliquias della se pasó a esta casa, y le a sobrevenido calentura y una enfermedad de piojos en gran cantidad, que la medicina le llama morbus pedicularis, y está tan flaco y gastado y tan maltratado y suzio de bestidos, por no los querer él mejorar y mudar, que tiene temor que se morirá, si no le sacan a curar [fuera] de las cárceles, adonde le curen con linpieza y cuidado, y este es su paresçer67.

48Il passera encore deux ans en prison, avant d’être libéré sur l’intervention de la Suprême qui ordonnait au tribunal le 31 mai 1577 :

  • 68 bid., p. 396. Nous soulignons.

que el dicho maestro Martínez sea absuelto de la ynstancia deste juizio, y que en la sala de la audiencia sea gravemente reprehendido y advertido para adelante que tenga mucha reverençia a la edición Vulgata, común ynterpretación y sentido de los sanctos, y a la teulogía escolástica68.

  • 69 Plus connu sous le titre simplifié de Libro de las hipotiposis (Salamanque, 1565).

49Le maître Martín de Cantalapiedra avait écrit une magistrale méthodologie biblique, une introduction moderne et complète à l’étude de la Bible : Hypotyposeon theologicarum sive regularum ad intellegendum Scripturas divinas69 qui, aux yeux de spécialistes tels que Melquiades Andrés Martín, équivaudrait en importance, dans le domaine de l’exégèse, au De locis theologicis de Melchor Cano dans le domaine du dogme et de la morale. Conscient de la valeur de son apport à l’Église, et plein d’un juste ressentiment, l’auteur se plaindra amèrement en ces termes : « A mí, que, a juicio de todo el mundo, he dado forma cómo se entienda la divina Escritura, el premio ha sido destruir mi vida, honra, salud y hacienda ».

50Les trois dernières pièces de son procès sont éloquentes. Dans le mois qui suivit sa libération, un certain Pedro Martínez (peut-être un parent) demandait en son nom un certificat au tribunal de l’Inquisition de Valladolid :

  • 70 Proceso Criminal..., op. cit., p. 398. Nous soulignons.

[...] un testimonio para que por él conste que salió libre el dicho maestro Martínez, porque sin él, el dicho claustro y dotores no le quieren acudir en lo corrido de la cátedra que en las escuelas tiene de todo el tiempo que en este Santo Oficio estubo inpedido, que en estas cárceles estubo presso [...]70

51...ou, qu’à défaut de certificat, le tribunal écrivît au commissaire inquisitorial en ce sens en lui demandant de montrer leur lettre au « claustro ». Ledit Pedro Martínez dut répéter sa demande le 30 juillet, à laquelle le tribunal répondit de manière très évasive. Enfin, la même personne – ce qui laisse supposer que le maître Martín Martínez n’était pas en état (physique et / ou psychologique) de le faire lui-même – réclamait le lendemain, au tribunal, la restitution d’une malle de livres : « los libros que se le habían quedado en este dicho Santo Oficio » ; cette fois, la restitution fut accordée, mais partielle et sélective.

52« ¿ Qué decir del hombre sometido a este proceso ? », écrivait en 1946 le père Miguel de la Pinta Llorente, en conclusion à l’étude qui introduit l’édition qu’il a donnée du procès ; sa réponse :

  • 71 Ibid., p. CXLVII.

Llega a convertirse Cantalapiedra, en la segunda mitad del siglo XVI, en un retoño del genio peninsular, encarnando arrogantemente, con su maciza cultura, su talento crítico, su ironía y genial independencia, la personificación más espléndida del espíritu universitario español71

  • 72 Une soixantaine d’années après les tragiques démêlés de fray Luis de León avec l’Inquisition, Lope (...)
  • 73 Elle était en effet destinée à Isabel Osorio, une jeune religieuse parente de fray Luis de León.

53Que dire alors de l’« Agustino León, Fray Luis divino »72 ? Outre les griefs qu’il partageait avec ses collègues : irrévérence envers la Vulgate et la théologie scolastique, préférence suspecte pour les sources hébraïques, pour les rabbins au détriment des Pères de l’Église et de ses saints, etc., on reprochait aussi à fray Luis de León d’avoir traduit – en ces temps où la traduction des Écritures en langue vernaculaire était interdite – le Shir Ha-Shirim en Cantar de los Cantares. Ce qui était vrai : cependant il s’agissait-là d’une traduction faite, au départ, à titre et à usage privés73, mais qui avait été « piratée » par un jeune admirateur et mise en circulation à son insu. Sans dire que cet aspect de l’affaire, qui est le plus connu du grand public, est anecdotique, ce ne fut pas – et de loin – celui qui pesa le plus dans l’accusation.

  • 74 Obras completas castellanas de Fray Luis de León, prologues et notes de Félix García, O. S. A, éd. (...)

54Fray Luis sortit (pour le plus grand bonheur de la postérité) lui aussi vivant de ce purgatoire, et sans doute l’âme et l’esprit trempés par l’épreuve : « El dolor no malogró, sino más bien densificó aquel alma egregia », conclut le père Félix García dans l’introduction à ses œuvres complètes en espagnol74. Mais la souffrance est bien palpable, criante même, dans les pages de son interminable procès. Car si celui-ci fut d’abord mené tambour battant il s’enlisa bientôt ; lorsque l’inculpé croyait en percevoir la fin, après des dizaines d’heures d’interrogatoires (les redoutables, épuisantes et angoissantes « audiencias »), des dizaines de pages noircies pour se justifier, s’expliquer, se défendre... de nouvelles difficultés, de nouvelles charges survenaient, comme par hasard.

  • 75 Ce document, bien que tronqué (car il manque le début), a été inséré à la suite de El Cantar de lo (...)

55Voici quelques échos de cette tentation du désespoir, qui a posteriori rehaussent encore le mérite et l’éclat de cette âme si bien trempée. Dès la fin de l’année 1573, soit au bout de vingt et un mois d’incarcération, fray Luis de León, répondant aux accusations d’irrévérence ou même d’indécence portées contre lui à propos de sa traduction du Cantique des Cantiques75, soulignait ainsi le sentiment du mal irréparable qui lui était fait :

  • 76 Le père Félix García, dans op. cit., p. 208, n. 41, précise l’expression en ces termes : « Quiere (...)

Y así, concluyendo toda esta razón, a Vms. suplico consideren de tanto número de hombres doctos y religiosos que, por espacio de diez años que anduvo en público este mi libro, le han visto y leído, cuántos más son los que le aprueban, pues los que le condenan son dos o tres solos. Y valga y pueda más en este juicio el sentido de tantos desapasionados que no el antojo de éstos, que, demás de ser pocos, son, como Vms. saben, enemigos míos. Los cuales, si hasta aquí engañosamente en el ministerio de Tribunal tan santo han vengado en mí sus pasiones, y, cuanto toca a lo particular de mi persona, me han destruído, ya de aquí adelante es tiempo que hable de la verdad y sea oído de Vmds. ; y ya que yo no pueda ser reparado, que a lo menos ella lo sea. Porque su daño es mal común, y su reparo es honrar a Dios, que es padre de la verdad y merecedor único de todo lo que de veras es honra y gloria.
En te phylace76, 18 de diciembre de 1573. - Fray Luis de León.

56À l’issue du désespérant interrogatoire du 20 août 1575, au cours duquel on lui annonça que cinq nouvelles « proposiciones » avaient été retenues contre lui, fray Luis de León faisait cette pathétique déclaration, recueillie par le secrétaire Celedón Gustín :

  • 77 Extrait du Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit. à la note 69, p. 594. Dans ce pass (...)

E antes de ser llevado a su carçel dixo quel está muy enfermo de calenturas como a sus mds. les consta, y no tiene quien le cure en su carçel sino un mochachico que está ally presso que es simple y para avelle de despertar padeçe con el y a venido dia de quedarse desmayado de hanbre por no tener quyen le dé su orden que le sirva. Pues en esto no ay enconveniente si ya no quieren permitir de que muera entre quatro paredes solo, que por reverencia de nro. Sr. se duelan del y le den un frayle que esté en su compañia siquyera para que si se muere le ayude a bien morir, y que podra ser que fray Alonso Siluente que a la sazon que a este prendieron estaba en su compañia holgaria de venir a tenersela si está en Salamanca, o sino que sea quien sus mds. mandaren. Con tanto fue llevado a su carcel77.

  • 78 Rappelons que trois jours auparavant, le 9 septembre 1575, Gaspar de Grajal était mort, seul et sa (...)

57Trois semaines plus tard, le 12 septembre78, présentant par écrit sa « defensa » quant aux cinq nouvelles charges ci-dessus évoquées, il terminait en argumentant ainsi sa réfutation finale :

  • 79 Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit., p. 600.

– Lo otro porque ny en mi persona ay fundamento de sospecha ny en el estado que tengo ny en la manera como e bivido, ny en los lugares adonde e bivido, ny con las personas con quien e comunicado, como tengo alegado en este proceso y consta del.
– Lo otro porque la prision de tantos dias que e padecido y padezco y los trabajos que e pasado en ella por el desacomodo en muchas cosas que e tenido, y por my natural flaqueza y enfermedad, a sido un tormento tan long [sic], y tan duro y tan cruel que bastara para purgar todas las sospechas dél mucho por muy fundadas que fueran.
– Lo otro porque en recompensa de tres hombres enemigos mios que dixeron que sospechaban mal de my con todas las faltas que ay en sus dichos, avia el público buen nombre y opinion de my persona y doctrina que a Vs. mds. es notorio, y el testimonio de infinitas gentes que me trattavan y conocian mucho mas que los dichos testigos y de mayor juizio y letras y authoridad que ellos sin comparacion.
Por todo lo qual digo que es notorio y manifiesto que en my no ay conforme razon y derecho alguna color ny parte de sospecha, ny por esta causa puedo ny devo ser detenido por Vs. mds. ny un solo dia, y que en ello recibo claro agravio y que debe ser por Vs. mds. enmendado79.

58Enfin, le 21 novembre 1575, ne supportant plus l’interminable attente, il écrivait aux inquisiteurs pour les supplier en ces termes d’en finir :

  • 80 À prendre au sens étymologique de « souffrances », évidemment.
  • 81 Note d’Ángel Alcalá, l’éditeur : « Convento de los dominicos de Valladolid : por eso el "aunque se (...)
  • 82 Idem : « [].la mención del moro resultaría incomprensible sin recordar el buen número de moriscos (...)
  • 83 Pour mieux saisir ici l’état d’esprit de fray Luis de León rappelons que ce terme – « concluir »(...)

Illmo. Sor.
El M°. frai Luis de Leon en el pleito que tratto con el fiscal deste sto. off°. digo que a casi quatro años que estoy preso por las sospechas que pusieron en mi los dichos de dos hombres notorios enemigos mios y que despues de muchas didligencias [sic] y despues de dos años de prision hallandome libre de las dichas sospechas me fue echo cargo de una letura acerca de la vulgata que yo presenté en este juizio antes de my prision. Y aviendo dado razon de lo que en ella ay con la authoridad de muchos doctores catholicos que lo escrivieron y con muchas firmas de otros que lo aprobaron despues, y ultimamente con la sentencia y firma de M°. Mancio my patron que lo vio, y pareciendo que devia ser dado por libre, por se[r] notorio que lo que tantos catholicos y doctos affirman alomenos [sic] es opinable trate y que yo lo pude decir sin culpa subjetandolo a la censura de la igl[es]ia como lo subjecté, no se haze ansi antes no sé por qué causa se dilata cada dia mas la conclusion desta my causa. Por lo qual y attento a que yo e dado en esto todo el descargo que tengo, y e proferido defenderme con otro y otros muchos patronos, y attento a que como deste processo consta en my no ay ni uvo juizio y a lo mucho que a que estoy preso y a mis pasiones80 y flaquezas en caso que pareciere conveniente que la sentencia deste pleito se dilate, supplico a V. S.. Illma. por Jesuchristo sea servido dando yo fianças suficientes mandarme poner en un monasterio de los que ay en esta villa aunque sea en S. Pablo81 en la forma que V. S.. Illma. fuese servido ordenar hasta la sent[enci]a deste negocio, para que si en este tiempo el Señor me llamare, lo qual devo temer por el mucho trabajo que paso y por mis pocas fuerças, muera como christiano entre personas religiosas ayudado de sus oraciones y recebiendo los sacram[ent]os y no como infiel solo en una carçel y con un moro a la cabecera82. Y pues la pasion de mis contrarios y mis pecados me an quittado lo que en la vida se desea, la mucha piedad y christiandad de V. S.. Illma. quiera darme este bien y descanso para la muerte, porque ninguna otra cosa deseo ny pretendo ya, y esto es la misma verdad. Y si para ello es menester que concluya, yo concluyo83 dende luego con lo que tengo alegado, y me aparto de todo lo demas que puede hazer en my defensa. Y sobre todo imploro la piedad de V. S.. Illma. y de su off°.

59Le 28 septembre 1576 l’affaire touchait à son terme, mais les « votos » définitifs du tribunal ne lui étaient pas tous favorables, et certains demandaient même la mise à la question ! C’est le Conseil d’Inquisition qui finalement trancha en sa faveur le 7 décembre 1576 :

  • 84 Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit., p. 698. Nous soulignons.

Mandaron que el dicho frai Luis de Leon sea absuelto de la ynstançia deste juizio, y en la sala de la audiençia sea reprehendido y advertido que de aquí adelante mire cómo y adónde trata cossas y materias de la qualidad y peligro que las que deste processo resultan y tenga en ellas mucha moderaçión y prudençia como conviene para que cesse todo escándalo y ocassión de herrores, y que se recoja el quaderno de los Cantares traduzido en romançe y ordenado por el dicho fray Luis de León84.

60Le 9 janvier 1577 il était libre, rétabli dans ses fonctions, charges et honneurs... et l’accueil triomphal qu’il reçut à l’Université est devenu légendaire, tout comme son stoïque et généreux – si beau qu’on veut y croire – « Decíamos ayer... ».

L’impact de ces procès

  • 85 Ben Rekers, op. cit., p. 99. Nous soulignons.

61L’affrontement entre les théologiens dogmatiques – scolastiques décadents et, semble-t-il, encore majoritaires – et le trio de biblistes hébraïsants de l’Université de Salamanque, qui assombrit la décennie 1570-1580, eut-il d’irréparables conséquences sur la vie intellectuelle postérieure ? Cela implique un débat qui dépasse le cadre qui est ici le nôtre. Sans l’aborder complètement, posons quelques jalons. Disons d’emblée qu’outre ces vies et ces espoirs brisés, la victime ce fut l’hébreu ; Ben Rekers85 souligne à ce propos que :

Los estudios hebraicos apenas fueron practicados en España después de su gran renacimiento, el cual, paradójicamente, coincidió con la época de la Contrarreforma. El biblismo alcanzó entonces gran altura gracias al sacrificio de unos pocos hombres que tuvieron que soportar persecuciones y que, a pesar de Trento, dieron nuevo rigor a la verdadera erudición.

62Et il montre qu’à partir de l’affaire des « biblistes » de Salamanque, Arias Montano, cet esprit pourtant intrépide, allait devenir lui-même très circonspect :

[...] el resto de la vida de Montano va a oscilar entre el miedo y la esperanza a medida que sus adversarios insistan en sus acusaciones ante el tribunal de la Inquisición.

  • 86 Il devait s’agir de la longue controverse dite De auxiliis, à cause de laquelle fray Luis de León (...)
  • 87 Cité par Ben Rekers, op. cit., p. 97.
  • 88 De l’avis, entre autres, de l’historien nord-américain Henry-Charles Lea qui, au début du siècle d (...)
  • 89 Bartolomé Bennassar conclut sous ce titre « Le royaume de la conformité », et de manière très écla (...)

63À l’extrême fin du siècle, retiré dans son domaine et malgré la relative tolérance qui régnait alors, ce champion de l’humanisme refusait de s’engager dans aucun débat ; en outre « transmitió esta actitud cautelosa a sus discípulos », ajoute Ben Rekers avant de citer à l’appui la phrase de l’un d’entre eux, Pedro de Valencia, qui écrivait – le 7 décembre 1595 – une lettre dissuasive à son ami le père José de Sigüenza tenté par une controverse qui avait surgi autour de la Grâce et de la Prédestination86 : « Es menester quien vive entre hombres tener la prudencia de la serpiente... »87. Benito Arias Montano – qui, pourtant, n’avait pas eu affaire en personne à l’Inquisition (qui ne s’en prit qu’à son œuvre, et surtout après sa mort) – réduit à la prudence intellectuelle, lui « l’homme le plus savant de son temps »88 ? Belle victoire pour le Saint-Office qui avait ainsi réussi, aux dépens de ces intelligences supérieures, à imposer, selon la formule de Bartolomé Bennassar, le « royaume de la conformité »89.

  • 90 Sans avoir perdu sa combativité, puisqu’il fut impliqué, on vient de le rappeler, dans une autre a (...)
  • 91 Les deux procès furent édités en un seul volume par le C.S.I.C. Instituto Antonio de Nebrija, Madr (...)

64Si fray Luis de León était sorti vivant de l’épreuve et même renforcé intellectuellement et spirituellement90, d’autres y avaient laissé la vie, comme Gaspar de Grajal ou Alonso Gudiel, ou leur prestige et leur honneur, comme Francisco Sánchez de las Brozas alias El Brocense. Il ne s’agit plus à proprement parler d’un « bibliste ». Né en 1523, ce professeur de grec et de rhétorique de Salamanque, considéré lui aussi comme l’homme le plus savant de son temps, qui avait le verbe haut et acerbe (voire grossier), se mêlait trop hardiment de théologie, en pourfendant violemment certaines « superstitions », et traitait avec superbe les théologiens traditionalistes ; cela lui valut de sérieux ennuis avec l’Inquisition. Dénoncé par des collègues et par des étudiants, friands de ce genre de conflits, il fit l’objet de deux procès : en juillet 1584, puis en juin 159391. Il ne fut cependant jamais emprisonné, mais seulement assigné à résidence chez l’un de ses fils. Selon Ángel Alcalá il aurait bénéficié en ces années-là de la bienveillance d’un Conseiller de la Suprême, Pedro de Portocarrero, nommé Inquisiteur général en 1596, mais décédé le 20 septembre 1600 ; aussitôt après cette disparition le Brocense était convoqué par le tribunal. Sa propre mort, survenue au début de décembre, lui épargna peut-être de lourdes épreuves ; mais une quinzaine de jours plus tard son fils demandait au tribunal une attestation prouvant que son père n’avait jamais été incarcéré et que sa réputation était intacte ; en effet, dans l’Université alors survoltée les collègues de son père lui refusaient les honneurs funèbres : « en la dicha Universidad hay grande escándalo y alboroto, y no le quieren hacer las honras que se acostumbran a los graduados en la dicha Universidad ».

65À ce propos Ángel Alcalá se livre – dans une page d’anthologie – à un réquisitoire en règle contre l’Inquisition, en termes aussi énergiques que convaincants :

  • 92 Ángel Alcalá dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 942. Nous soulignons.

Tampoco podía iniciarse con peor signo aquella Navidad del último año de nuestro XVI para el humanismo español, especialmente para el bíblico. Intervenciones inquisitoriales cada vez más duras a lo largo de él han hecho sentir a las mentes más perspicaces que “los tiempos andan peligrosos” y que, por encima de todo, resulta peligrosa la peligrosa novedad. Habrá que dejar para gongorinos y gracianescos primores de mero artificio verbal o conceptista todo compromiso serio con la nueva filosofía o teología o crítica metodológica o ciencia, toda “agudeza y arte de ingenio”. He aquí por qué pudo darse el inmenso siglo de oro literario español al mismo tiempo que se iniciaba la decadencia española no ya en hegemonía política, sino en creatividad aceptable a la entonces ya naciente modernidad.
España había identificado su ser con una hiperortodoxia oficial impuesta coercitivamente por los hombres del Santo Oficio, inteligentes a veces pero descorazonadoramente mediocres las más, víctimas ellos mismos de su oficio y aun del terror que su actuación inspiraba a los demás españoles, incapaces de alentar y menos de solicitar novedades. Mientras tantas ideas en España envejecían, las inteligencias desarrollaban los senderos del conformismo, de la decoración mera apariencia, del desengaño de fondo, sólo en contados casos los de la crítica moderada, siempre con riesgos. Mientras tanto, como escribe Lea, la lectura de los procesos inquisitoriales, y de las censuras, y de tanto libro escolástico de mera y simple repetición, “muestra hasta qué punto se malgastaba la inteligencia española en interminables controversias sobre las cosas más insignificantes y a cuantos peligros se veían expuestos todos los que osaban exponer la más leve originalidad”. Uno no puede menos de lamentar a la vista y estudio de tantos millares de procesos, los más insustanciales y desde nuestra actual perspectiva todos innecesarios, la enorme e irreparable pérdida de tiempo y energías que la Inquisición supuso para España92.

  • 93 Qui fut notamment chargé de « qualifier » la Bible d’Arias Montano, et qui annonçait ses conclusio (...)
  • 94 Le mérite de cette très éclairante citation (extraite du chap. I : Pro editione Vulgata du Tractat (...)
  • 95 Chapitre XVII de l’ouvrage, paru en latin en 1592 et en castillan en 1601.

66En effet, sur cette poignée d’hommes d’élite tous les yeux de l’intelligentsia de l’époque étaient braqués, et plus d’un collègue, plus d’un disciple dut alors en son for intérieur tirer leçon de l’expérience d’autrui, bref « escarmentar en cabeza ajena »... C’est en tous cas ce que le père Juan de Mariana93, évoquant le procès de fray Luis de León, laissait entendre : « Quebró los ánimos de muchos tal suceso, considerando en riesgo ajeno la tormenta que amenazaba a quienes libremente afirmaran lo que pensaran »94. Or, le père Mariana n’était pas particulièrement hostile à l’Inquisition qu’il devait saluer – dans son Historia de España – en ces termes apologétiques : « Mejor suerte y más venturosa para España fue el establecimiento que por este tiempo se hizo en Castilla de un nuevo y santo tribunal de jueces severos y graves a propósito de inquirir y castigar la herética pravedad y apostasía [...»95.

Pour conclure

67Saint-Office et Couronne, associés, avaient ouvert en Espagne, dès la fin du xve siècle, une « ère du soupçon » qui devait durer trois siècles (sinon plus...) ; en érigeant la délation en premier devoir du bon chrétien, d’une part, et en créant de ce fait un climat de défiance confinant à l’absurde, ce que l’affaire des « biblistes » de Salamanque illustre parfaitement. Ce ne pouvait être sans conséquences à long terme. Voici comment se rejoignent les avis sur la question de deux éminents historiens issus d’horizons radicalement différents.

  • 96 En conclusion au chapitre IV de son étude intitulée La Inquisición española y los problemas de la (...)
  • 97 C’est le terme même qu’il emploie, en français dans le texte.

68Le père Miguel de la Pinta Llorente (historien espagnol et catholique) étendait en 195396 ce constat, qu’il avait précédemment fait dans son introduction au procès de Martín Martínez de Cantalapiedra (publié en 1946), à l’ensemble de l’« affaire »97 des biblistes de Salamanque :

La controversia de la que dependió en España el estancamiento de los altos estudios eclesiásticos (los escriturarios, se entiende) tuvo por causa y origen, entre otras, las inquietudes y la falta de humildad de unos hombres que en manera alguna consintieron se destacasen junto a ellos valores de inteligencia y de cultura que pudiesen superar a los suyos.

  • 98 Sinon, comment comprendre la paradoxale floraison littéraire et artistique du fameux Siècle d’or e (...)

69De son côté, Henry-Charles Lea (historien nord-américain et protestant), évoquant la persécution de la pensée et de la parole, concrétisée par la multiplication au cours de la seconde moitié du xvie siècle des procès pour « proposiciones », portait pour sa part ce jugement, péremptoire et sans doute excessif98 mais révélateur :

  • 99 Henry-Charles Lea, op. cit., vol. III, p. 531. Nous soulignons.

Aparecen implicados reos de todas las clases de la sociedad ; pero, como en su mayor parte se refieren a cuestiones teológicas más o menos oscuras, este método de imponer la pureza de la fe frecuentemente cubrió de sospechas las primeras inteligencias de España e hizo de la Inquisición el instrumento por medio del cual los rivales o enemigos podían frustar la carrera de aquéllos en los que se podían poner la sola esperanza del progreso y el desarrollo intelectual. Entre su censura y la minuciosa supervisión que exponía a procesamiento todo pensamiento o expresión en la cual la malevolencia teológica pudiera detectar furtivas tendencias al error, el pensador español encontró su camino acosado por el riesgo. La seguridad se encontraba sólo en la bien batida senda de los convencionalismos aceptados. Mientras en los siglos xvii y xviii pasaba Europa por un período de evolución, la inteligencia española quedó atrofiada. La constante represión de toda originalidad y progreso hizo añicos las espléndidas promesas del siglo xvi, y España pasó de ser la más destacada de las naciones a ocupar el último puesto.
La minuciosidad de la capciosa crítica que expuso a los hombres más eminentes a los horrores del proceso inquisitorial puede comprenderse mejor por medio de dos o tres casos. Quizás el más notable es el del agustino fray Luis de León... »99.

***

  • 100 Au plan personnel : vies brisées, carrières ébranlées ; au plan général : frilosité intellectuelle (...)
  • 101 Là où un « non-lieu » eût certes été plus juste...

70Beaucoup de bruit pour rien ? Beaucoup de bruit et de souffrance... Ce qui frappe particulièrement dans ces affaires c’est le contraste entre, d’une part, la durée des procès, leur volume et leurs conséquences100 et, d’autre part, le fait que tous finirent par déboucher sur un « acquittement »101. Or, l’appréciation de cette discordance peut être radicalement différente... Ainsi, le père José Luis González Novalín, concluant un chapitre consacré à « La Inquisición española y el estudio de la Escritura », après avoir évoqué les procès des trois biblistes salmantins les interprétait en ces termes curieux :

  • 102 Dans Historia de la Iglesia en España, op. cit., tome 3-2°, p. 268. Nous soulignons.

Así se apagó en el siglo xvi lo que los hombres de la Inquisición tendían a interpretar como rescoldo de las hogueras de 1559 o como nostalgia de sangre por la ya domeñada mentalidad hebrea. La ortodoxia fundamental de los procesados demuestra hasta qué punto había ido a raíz del error la represión de los precedentes decenios. Lo que quedaba eran, en todo caso, briznas de una cizaña que ya había consumido la hoguera102.

  • 103 Voir l’étude sublime que José Ignacio Tellechea Idígoras a consacrée, en marge de ses travaux sur (...)

71On pourrait tout aussi bien souligner le « mérite » d’un tribunal qui avait su – en l’occurrence – reconnaître, en fin de compte, l’innocence... Mais on serait plutôt tenté de s’écrier encore, comme José Ignacio Tellechea Idígoras : « ¡ Revueltos debían andar los tiempos... ! ». C’est en évoquant la mort de Charles Quint à travers les témoignages du procès de Bartolomé Carranza, et notamment les ultimes et magnifiques paroles que ce dernier prononça pour aider à mourir l’Empereur en agonie, paroles dont on lui fera – qui l’eût cru ! – grief au cours de son procès, que l’auteur, le père Tellechea Idígoras, s’était ainsi douloureusement exclamé : « ¡ Revueltos debían andar los tiempos cuando se purgaban ideas de tan rancio sabor cristiano ! »103.

  • 104 La traduction espagnole de ce grand ouvrage de Marcel Bataillon le dit peutêtre mieux encore : « H (...)
  • 105 Dans la quatrième partie, consacrée à « La Inquisición y la cultura española », du volume collecti (...)

72Marcel Bataillon, évoquant la persécution menée en Espagne par l’Inquisition contre les humanistes de la grande vague érasmienne (Juan de Vergara, María de Cazalla, Juan de Valdés et autres), concluait qu’« un vent de délation a passé, et flétri104 le printemps de l’érasmisme espagnol ». Et l’expression, très éloquente, reparaît sous la plume d’Ángel Alcalá105, qui dénonce cette « “mentalidad inquisitorial” agostadora de novedades ». Filant la métaphore, nous dirons – pour conclure – qu’à Salamanque, dans les années 1570, il en a gelé aussi l’automnale floraison...

Notes

1 Nous soulignons.

2 « Tempora habemus difficilia, in quibus nec loqui, nec tacere possumus absque periculo. Capti sunt in Hispania Vergara et frater ejus Tovar, tum alii quidam homines bene docti... », texte cité par Marcel Bataillon dans Érasme et l’Espagne.- Recherches sur l’histoire spirituelle du xvie siècle, chapitre IX intitulé « Persécution des érasmistes », paragraphe VIII, p. 529, note 2 dans l’édition originale, Librairie E. Droz, Paris, 1937.

3 Qui était le neveu du poète Jorje Manrique et le fils de l’Inquisiteur Général Don Alfonso Manrique de Lara.

4 Justement connu comme « Edicto de los alumbrados ».

5 Du 6 janvier 1536 au 27 février 1537, dans le monastère tolédan de Saint-Augustin.

6 Nous soulignons. Ces documents sont cités par Marcel Bataillon, op. cit., p. 529.

7 Libro de la Vida, chapitre 33, paragraphe 5, p. 375 de l’édition des Obras completas de la sainte par Fr. Tomás de la Cruz, C. D., Editorial « Monte Carmelo », Burgos, 1977.

8 Selon la juste expression de Joseph Pérez qui intitule précisément « "Tiempos recios". El viraje de 1559 » le chapitre V de son récent ouvrage Crónica de la Inquisición en España, éd. Martínez Roca, Barcelone, 2002, pp. 141-160.

9 Nous renvoyons à ce propos à la page magistrale de Fernand Braudel intitulée « L’alerte protestante » dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, troisième partie, chapitre I « 1550-1559 : reprise et fin d’une guerre mondiale », paragraphe 4 consacré à « L’Espagne au milieu du siècle », pp. 271-273 de l’édition Armand Colin, Paris, 1966, tome 2.

10 Rappelons que le 15 juin 1520 Léon X avait, par une bulle que Martin Luther oserait brûler publiquement le 10 décembre suivant, condamné les provoquantes « 95 thèses » que celui-ci avait affichées à Wittenberg ; que le 3 janvier 1521 le moine dissident était excommunié et, après sa houleuse comparution devant la Diète à Worms, les 18 et 19 avril 1521, se trouva définitivement mis au ban de l’Empire par l’Édit impérial du 25 mai.

11 Et, parallèlement, au crypto-mahométisme.

12 Un type de « délit » qui ne concernait en outre qu’une partie bien caractérisée et très minoritaire de la société espagnole, et ne constituait pas, en fait, de réelle menace pour la foi majoritaire de ces royaumes ni, a fortiori, au niveau européen.

13 Sa forme virale atténuée en quelque sorte, et du point vue de l’inquisiteur, s’entend.

14 Efforts à porter au crédit de l’Empereur Charles Quint.

15 Et jusqu’au 4 décembre 1563.

16 Nous signalons à ce propos que la revue des Etudes Germaniques, éditée par Didier Érudition à Paris, a consacré le numéro 3 (juillet-septembre) de l’année 2002 à « La confessionalisation dans le Saint-Empire xvie-xviiie siècles » ; cette approche du concept par des germanistes et des historiens allemands qui en sont à l’origine peut éclairer utilement ; voir en particulier les articles de Jean-Marie Valentin et de Heinz Schilling (un des pères de l’idée de « confessionalisation »), pp. 395-420, et les trois interventions de la « Table ronde », pp. 545-576.

17 Parallèlement bien sûr à l’épiscopat auquel incombait le plus gros de la tâche.

18 Article intitulé « Los estudios sobre Erasmo, de Marcel Bataillon » dans la Revista de Occidente, VI (1968), n° 63 ; le texte a été repris dans « En torno a Erasmo y España » par Marcel Bataillon et Eugenio Asensio, dans la Historia y crítica de la literatura española, dir. par Francisco Rico, vol. 2 : Siglos de oro : Renacimiento, dir. par Francisco López Estrada, Editorial Crítica, Barcelona, 1980, pp. 71-84, texte de référence p. 71 note 1.

19 Celle, notamment, du cardinal Cisneros ou de son successeur à l’archevêché de Tolède Alonso de Fonseca, ou celle l’Inquisiteur Général Alonso Manrique de Lara.

20 Celle de l’Enchiridion Militis Christiani sortie des presses de l’éditeur tolédan Juan Ferrer le 12 décembre 1556.

21 Rappelons le rôle déterminant que joua dans la vocation d’Érasme l’oeuvre de cet illustre romain, Lorenzo della Valle dit Laurentius, en particulier ses fameuses In Novum Testamentum adnotationes, qui datent de 1448.

22 Dont la critique historique, elle-même issue de la philologie critique « inventée » par Laurent Valla. Voir notamment, sur cette question, la remarquable synthèse de Pierre Chaunu dans Le Temps des Réformes.- Histoire religieuse et système de civilisation, éd. Fayard, Paris, 1975 ; édition plus récente en deux volumes aux Éditions Complexe, Bruxelles, 1984 ; plus précisément le chapitre V consacré à « L’humanisme » dans la deuxième partie, tome 2.

23 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, édition citée, premières lignes du chapitre XIV consacré aux « Derniers reflets d’Érasme "Les Noms du Christ" et "Don Quichotte" », p. 781.

24 Nous soulignons.

25 Rappelons que le cardinal Cisneros invita Érasme au moins à deux reprises, au début de 1517, à se rendre en Espagne mais que celui-ci déclina l’offre ; ses propres commentaires, notamment son fameux mais laconique « Non placet Hispania », qui figure dans une lettre adressée en juillet à son ami Thomas More, laissent encore perplexes ; voir à ce sujet Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, éd. citée, p. 83.

26 Il suffit d’évoquer la fameuse devise du « sola Fide, sola Scriptura », véritable pomme de discorde entre les deux chrétientés, et la traduction intégrale de la Bible en allemand, que Luther acheva en 1546, peu avant sa mort.

27 Pas avant le viie siècle, soit après deux siècles passés plus ou moins sous le boisseau.

28 Dont la version dite des Septante, traduction grecque de la Bible hébraïque, réalisée à Alexandrie entre le iiie et le iie siècle avant Jésus-Christ, par soixante-douze rabbins réunis, selon la légende, par Ptolémée II Philadelphe.

29 Entendons par là, dans ce contexte, l’étude du latin, mère de la philologie ; aujourd’hui on dirait « linguistique ».

30 Nous citons d’après l’édition bilingue publiée par les éditions Du Cerf, Paris, 1994, Les conciles oecuméniques, dir. par G. Abérigo, vol. 2** : Les Décrets.- De Trente à Vatican II, pp. 1353-1354, Session IV du 8 avril 1546 : « Deuxième décret : édition de la Vulgate et manière d’interpréter la sainte Écriture, etc. »

31 Dans cet extrait comme dans le précédent les passages soulignés l’ont été par nous.

32 Éditions réalisées au cours de la décennie 1940-1950.

33 Né en 1527 et mort en juillet 1598, il fut l’exact contemporain de son roi.

34 En français : bibliste, bibliciste ou biblicisant.

35 Ce sera la Biblia regia, ou Políglota en huit volumes, réalisée entre 1569 et fin 1571.

36 Ben Rekers, Benito Arias Montano, éd. The Warburg Institute, Londres, 1972, traduction espagnole (à laquelle nous nous référons ici) d’Ángel Alcalá, éd. Taurus, Madrid, 1973. Nous soulignons.

37 Entre le milieu de l’année 1575 et la fin de 1576.

38 L’heureux traducteur de l’Enchiridion Militis Christiani, qui devint sous sa plume le Manual del Caballero Cristiano.

39 Voir dans Historia de la Inquisición en España y América, dir. par Joaquín Pérez Villanueva et Bartolomé Escandell Bonet, éd. Biblioteca de Autores Cristianos / Centro de Estudios Inquisitoriales, Madrid, 2000, vol. III « Temas y problemas », l’ensemble du remarquable chapitre II consacré par Ángel Alcalá à : « El control inquisitorial de intelectuales en el Siglo de oro. De Nebrija al "Índice" de Sotomayor de 1640 », pp. 829-956, et particulièrement le paragraphe IX qui traite de « Escolástica e Inquisición frente a humanismo bíblico », pp. 923-956 ; la belle formule citée en référence figure p. 925.

40 Nous soulignons. Document cité par Ben Rekers, op. cit., p. 66. Il est évident que la négation « no (haya mudanza) », illogique, est ici superflue et doit être considérée comme une « coquille ».

41 Il s’agit ici non pas de fray Luis de León mais de ce León de Castro à qui les collègues incarcérés d’Arias Montano devaient leur malheur.

42 Il se référait bien sûr à la Biblia regia d’Anvers.

43 Nous soulignons. Textes cités par Ben Rekers, op. cit. pp. 81-82.

44 Exactement à la lettre B ; ainsi se suivent dans la même réprobation inquisitoriale l’édition de Robert Estienne (au bas de la page 13 de l’Index valdésien de 1559) et celle d’Andrea Portonarii (en haut de la page 14).

45 Peut-être à cause du changement d’Inquisiteur général et du fait que l’Index de 1559 exigeait notoirement d’être revu.

46 Un tribunal qui était d’ailleurs présent au sein même de l’Université : le maître et doyen Francisco Sancho, qui y enseignait (et qui deviendra par la suite évêque de Segorbe), était commissaire du Saint-Office ; c’est lui qui, à ce titre, enregistra les premières « plaintes » ou accusations portées par certains de ses collègues contre d’autres, dont Luis de León, Gaspar de Grajal et Martín Martínez dit de Cantalapiedra.

47 Dont Marcel Bataillon rappelle qu’il était le disciple et le successeur du fameux « Comendador griego » Hernán Núñez qui avait, en compagnie d’autres savants tels qu’Antonio de Nebrija (latiniste) et Pablo Coronel (hébraïste), mis en chantier la Bible Polyglotte du cardinal Cisneros.

48 Martín Martínez dit « de Cantalapiedra » son bourg d’origine.

49 Dans la Historia de la Iglesia en España, dir. Ricardo García-Villoslada, tome III-2° portant sur « La Iglesia en la España de los siglos xv y xvi », éd. B.A.C., Madrid, 1980, la neuvième partie intitulée « Pensamiento teológico y vivencia religiosa en la reforma española (1400-1600) », pp. 269-361, est due à la plume de Melquiades Andrés Martín qui, dans le chapitre II, consacré aux grands théologiens espagnols des xve et xvie siècles, évoque « Los biblistas y sus problemas. Encuentro entre teólogos y hebraístas » ; texte cité p. 304.

50 Ibid., p. 303.

51 Ce n’est donc pas un hasard si les trois inculpés le récuseront en tant qu’ennemi mortel, comme un seul homme, dans leur respective « audiencia de tachas ».

52 Souligné dans le texte.

53 Cité par Miguel de la Pinta Llorente, O. S. A., dans La Inquisición española y los problemas de la cultura y de la intolerancia (Aportaciones inéditas para el estudio de la cultura y del sentimiento religioso en España), Ediciones Cultura Hispánica, Madrid, 1953 (tome I) et 1958 (tome II) ; texte cité : tome I, p. 181 ; une grande partie du chapitre IV, pp. 151-191, est consacrée au mouvement « bibliste » en Espagne et à sa persécution par le Saint-Office. Nous soulignons les derniers mots du passage cité.

54 Dans la huitième partie, où José Luis González Novalín traite de « La Inquisición española », de la Historia de la Iglesia en España, dir. Ricardo García-Villoslada, tome III-2°, déjà citée, le chapitre IX, consacré à « La Inquisición española y el estudio de la Escritura », évoque notamment la persécution des biblistes espagnols ; texte cité p. 261.

55 Soit, dans son latin d’origine : Commentaria in Isaiam Prophetam, ex sacris scriptoribus græcis et latinis confecta, adversus aliquot commentaria et interpretationes quasdam ex Rabinorum Scriniis compilates, publié en 1570 à Salamanque ; Melquiades Andrés Martín le mentionne dans op. cit., p. 305 n. 41 sous un titre légèrement différent, qui se termine par ce commentaire : Est opus totum argumentorum quo adversus iudaeorum nationem rebellem...

56 Marcel Bataillon, op. cit., p. 784. Nous soulignons.

57 Cité par Ángel Alcalá dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 932.

58 Ibid., p. 933. Nous soulignons.

59 L’intégralité de ce rapport figure, notamment, dans le tome II « Cartas y documentos », document 157, pp. 215-221, de l’admirable biographie écrite par José Luis González Novalín : El Inquisidor General Fernando de Valdés (1483-1568), éd. Universidad de Oviedo, 1968 (tome I) et 1971 (tome II).

60 Ángel Alcalá, dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 934.

61 La formule est aussi d’Ángel Alcalá.

62 Comme on le refusera d’ailleurs à fray Luis de León.

63 Rappelons que la formule « Exurge Domine et judica causam tuam », extraite du Psaume 73, servait de devise au Saint-Office, et entourait sur son blason la croix flanquée d’une épée dressée et d’un rameau d’olivier.

64 Causa criminal contra el biblista Alonso Gudiel, Catedrático de la Universidad de Osuna, édition et étude préliminaire par Miguel de la Pinta Llorente, O.S.A, éd. C.S.I.C. Instituto Jerónimo Zurita, Madrid, 1942 ; texte cité, p. 191-192.

65 Disons, schématiquement, que la quinzaine de chefs d’accusation portait, dans l’ensemble, sur le fait que l’accusé « dava dos sentidos a la prophecia literales, uno historial y otro spiritual prophetico », comme il apparaît notammant au point 5 : « Que se podía dar corriente de letra a todas las cosas de la Sagrada Scriptura, de manera que se puede dar sentido literal que no sea de Christo », ce que le censeur (en l’occurrence le frère Mancio Hernández, qualificateur du Saint-Office) avait ainsi « qualifié » : « Dezir que se puede dar corriente de letra a toda la Scriptura de prophetas y psalmos, sin encontrar con Christo en sentido literal, es heregía » ; nous renvoyons, dans Causa criminal contra el biblista Alonso Gudiel, op. cit., au document n° 33, pp. 178-187 : liste des « Proposiciones que se han de calificar ».

66 Ibid., p. 200.

67 Proceso Criminal contra el hebraísta salmantino Martín Martínez de Cantalapiedra, édité et commenté par Miguel de la Pinta Llorente, O.S.A., éd. Instituto Arias Montano de Estudios Hebraicos y Oriente Próximo, Madrid-Barcelona, 1946, Document 58, p. 275. Nous soulignons.

68 bid., p. 396. Nous soulignons.

69 Plus connu sous le titre simplifié de Libro de las hipotiposis (Salamanque, 1565).

70 Proceso Criminal..., op. cit., p. 398. Nous soulignons.

71 Ibid., p. CXLVII.

72 Une soixantaine d’années après les tragiques démêlés de fray Luis de León avec l’Inquisition, Lope de Vega devait en effet lui consacrer, en 1630, dans son Laurel de Apolo, « Silva IV », ces deux douzaines de vers, comme autant de fleurs : « ¡ Qué bien que conociste / El amor soberano, / Agustino León, fray Luis divino, / Oh dulce analogía de Augustino ! / ¡ Con qué verdad nos diste / al rey propheta en verso castellano, / Que con tanta elegancia traduciste ! / ¡ Oh cuánto le debiste, / Como en tus mismas obras encareces, / A la envidia cruel, por quien mereces / Laureles inmortales ! / Tu prosa y verso iguales / Conservarán la gloria de tu nombre, / Y los Nombres de Cristo soberano / Te le darán eterno, porque asombre / La dulce pluma de tu heróica mano / de tu persecución la causa injusta. / Tú fuiste gloria de Augustino augusta, / Tú el honor de la lengua castellana, / Que deseaste introducir escrita, / Viendo que a la romana tanto imita, / Que puede competir con la romana. / Si en esta edad vivieras / Fuerte león en su defensa fueras » ; nous citons d’après l’édition de la B.A.E., vol. XXXVIII, Madrid, 1950, p. 200.

73 Elle était en effet destinée à Isabel Osorio, une jeune religieuse parente de fray Luis de León.

74 Obras completas castellanas de Fray Luis de León, prologues et notes de Félix García, O. S. A, éd. Biblioteca de Autores Cristianos, Madrid, 1959.

75 Ce document, bien que tronqué (car il manque le début), a été inséré à la suite de El Cantar de los Cantares par le père Félix García dans son édition des œuvres complètes, op. cit. dans la note précédente, pp. 207-208 ; le document ne figure pas dans l’édition paléographique et critique, annotée par Ángel Alcalá, du Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, éd. Junta de Castilla y León / Consejería de Cultura y Turismo, 1991.

76 Le père Félix García, dans op. cit., p. 208, n. 41, précise l’expression en ces termes : « Quiere decir en la cárcel, donde firma Fr. Luis este precioso documento ».

77 Extrait du Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit. à la note 69, p. 594. Dans ce passage, comme dans les trois suivants, nous soulignons.

78 Rappelons que trois jours auparavant, le 9 septembre 1575, Gaspar de Grajal était mort, seul et sans les secours de l’Église, dans ces mêmes geôles inquisitoriales.

79 Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit., p. 600.

80 À prendre au sens étymologique de « souffrances », évidemment.

81 Note d’Ángel Alcalá, l’éditeur : « Convento de los dominicos de Valladolid : por eso el "aunque sea" ». p. 604 n. 22.

82 Idem : « [].la mención del moro resultaría incomprensible sin recordar el buen número de moriscos que en estos años encarceló el tribunal vallisoletano. La mentada soledad se refiere, pues, a que entonces debía de estar compartiendo su cárcel con uno de ellos ». p. 604 n. 23.

83 Pour mieux saisir ici l’état d’esprit de fray Luis de León rappelons que ce terme – « concluir » – appartient au jargon technique de la procédure inquisitoriale et n’est pas aussi anodin qu’il y paraît ; après la fallacieuse « publicación de testigos » suivie des réponses défensives de l’inculpé, et juste avant l’examen de l’ensemble du procès par le tribunal et ses experts et la décision de sentence, se situe cette audience particulière ou « monición al reo antes de la conclusión », ainsi définie par Fernando de Valdés dans ses Instrucciones de 1561 (article 39) : « Recibidas las defensas importantes, los Inquisidores manden parecer ante sí al reo, juntamente con su Letrado y certifíquenle [que] las defensas que tiene pedidas y le han podido relevar en su causa están hechas, por tanto, que si quisiere concluir podrá y si alguna otra cosa más quisiere lo diga, porque se hará. Y, no queriendo pedir otra cosa, se debe concluir la causa, aunque es más acertado que el Fiscal no concluya, pues no es obligado a ello y porque con más facilidad pueda pedir cualquiera diligencia que de nuevo convenga » (nous soulignons) ; une astuce très « inquisitoriale », on le voit, selon laquelle on amenait l’inculpé, le moment venu, à demander lui-même la conclusion de son affaire (comme c’est ici le cas de fray Luis de León qui, épuisé et désespéré, demande la conclusion de la sienne, dans le sens de « qu’on en finisse » ou « alea jacta est... ») ; en lui notifiant le voeu de l’inculpé les inquisiteurs ordonnaient au procureur de conclure ; ce dernier, de son côté, en ne le demandant pas lui-même se réservait la possibilité de rouvrir éventuellement le procès.

84 Proceso Inquisitorial de Fray Luis de León, op. cit., p. 698. Nous soulignons.

85 Ben Rekers, op. cit., p. 99. Nous soulignons.

86 Il devait s’agir de la longue controverse dite De auxiliis, à cause de laquelle fray Luis de León s’était trouvé une seconde fois aux prises avec le Saint-Office, échappant de justesse à la prison et même à l’humiliation d’une rétractation publique grâce à la relative bienveillance d’un Gaspar de Quiroga, qui intervint semble-t-il pour étouffer l’affaire en février 1584.

87 Cité par Ben Rekers, op. cit., p. 97.

88 De l’avis, entre autres, de l’historien nord-américain Henry-Charles Lea qui, au début du siècle dernier, voyait en Arias Montano « el español más sabio de su época », dans son History of the Inquisition in Spain, New-York, 1906-1907, 4 volumes ; nous nous référons à l’édition espagnole, Historia de la Inquisición española, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1983, 3 volumes ; texte cité, vol. III, p. 564 n. 49.

89 Bartolomé Bennassar conclut sous ce titre « Le royaume de la conformité », et de manière très éclairante, l’ouvrage collectif consacré à L’Inquisition espagnole xve-xixe siècle, éd. Hachette, Paris, 1979 ; nouvelle édition, dans une autre collection (« Pluriel ») en 1994.

90 Sans avoir perdu sa combativité, puisqu’il fut impliqué, on vient de le rappeler, dans une autre affaire au début des années 1580.

91 Les deux procès furent édités en un seul volume par le C.S.I.C. Instituto Antonio de Nebrija, Madrid, 1941 : Procesos inquisitoriales contra Francisco Sánchez de las Brozas, édition et étude préliminaire par Antonio Tovar et Miguel de la Pinta Llorente, O.S.A.

92 Ángel Alcalá dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 942. Nous soulignons.

93 Qui fut notamment chargé de « qualifier » la Bible d’Arias Montano, et qui annonçait ses conclusions sur la question en août 1577, soit six mois après la libération de fray Luis de León ; voir sur la question Ben Rekers, op. cit., p. 89-91.

94 Le mérite de cette très éclairante citation (extraite du chap. I : Pro editione Vulgata du Tractatus septem édité à Cologne en 1609, p. 589) revient à Ángel Alcalá dans « El control inquisitorial [...] », op. cit., p. 836 ; précisons que Ben Rekers, qui cite le document dans la liste de ses sources, op. cit., p. 212, date – sous réserve (comme l’indique le point d’interrogation qui accompagne la référence) – ce jugement émis par le père Mariana de 1576.

95 Chapitre XVII de l’ouvrage, paru en latin en 1592 et en castillan en 1601.

96 En conclusion au chapitre IV de son étude intitulée La Inquisición española y los problemas de la cultura y de la intolerancia, op. cit., tome I, p. 190 ; l’auteur, se citant lui-même, reprenait littéralement ces mots qui figuraient déjà (et soulignés par lui en italique dans le texte) en conclusion à l’avant-dernier paragraphe de son étude préliminaire au Proceso Criminal contra el hebraísta Martín Martínez de Cantalapiedra (qu’il avait édité sept ans auparavant), op. cit., p. CXLIV ; une telle répétition, délibérée mais dépourvue de tout nombrilisme, ne donne que plus de poids à ce jugement.

97 C’est le terme même qu’il emploie, en français dans le texte.

98 Sinon, comment comprendre la paradoxale floraison littéraire et artistique du fameux Siècle d’or espagnol, par ailleurs contemporain du déclin général de l’Espagne aux plans politique, militaire et économique ? En fait, c’est peut-être au niveau de la pensée spéculative, de la philosophie, que les conséquences sclérosantes de la persécution des biblistes salmantins devaient se faire le plus sentir, ce que la luxuriance littéraire aurait en quelque sorte masqué : vaste question qui dépasse, elle aussi, le cadre ici retenu.

99 Henry-Charles Lea, op. cit., vol. III, p. 531. Nous soulignons.

100 Au plan personnel : vies brisées, carrières ébranlées ; au plan général : frilosité intellectuelle et conformisme.

101 Là où un « non-lieu » eût certes été plus juste...

102 Dans Historia de la Iglesia en España, op. cit., tome 3-2°, p. 268. Nous soulignons.

103 Voir l’étude sublime que José Ignacio Tellechea Idígoras a consacrée, en marge de ses travaux sur Bartolomé Carranza, à la mort de Charles Quint : Así murió el Emperador.- La última jornada de Carlos V (Yuste, 21 septiembre 1558) ; à l’origine ce texte – qui enthousiasma à juste titre le docteur Gregorio Marañón – avait fait l’objet d’une conférence prononcée devant la Real Academia de la Historia en 1958 puis, selon l’auteur, « fue publicada en el Boletín de la Academia y olvidada quedó entre sus páginas » ; elle fut heureusement rééditée en 1994 par les Publicaciones Universidad Pontificia de Salamanca ; texte cité, p. 37 ; le « dossier » concernant la mort de l’Empereur, extrait du procès de Bartolomé Carranza, figure également dans le tome I du grand ouvrage du père Tellechea Idígoras intitulé El arzobispo Carranza y su tiempo, Ediciones Guadarrama, Madrid, 1968, pp. 269-345.

104 La traduction espagnole de ce grand ouvrage de Marcel Bataillon le dit peutêtre mieux encore : « Ha pasado un viento de delación que ha agostado la primavera del erasmismo español », Chapitre IX : « Persecución de los erasmistas », édition espagnole, Fondo de Cultura Ecónomica, México, 1983, p. 491.

105 Dans la quatrième partie, consacrée à « La Inquisición y la cultura española », du volume collectif intitulé Inquisición española y mentalidad inquisitorial, éd. Ariel, Barcelona, 1984, dont il était le coordinateur, Ángel Alcalá a lui-même traité du « Control inquisitorial de humanistas y escritores », pp. 288-314 ; l’expression citée figure p. 291.

Auteur

Université Paris X - Nanterre

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr