Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Inquisition et mutations sociales des conversos à Séville : des réformes complexes de société entre 1480 et 1523

Béatrice Pérez

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, Le Robert, Paris, 1 (...)

1Ainsi que le titre tente de le suggérer, nous accorderons au terme de « réformes » un sens général plus proche de l’origine latine du terme reformatio : celui d’une mutation, d’une restauration, d’une amélioration, dans le sens d’un retour à des mœurs jugées meilleures1.

2Il est de bon ton cette année – au regard de la question d’agrégation qui lie l’Inquisition à la construction de la monarchie confessionnelle – de contester la réduction sémantique du terme de « réforme », analysé souvent à l’aune du seul geste de Luther. La remise en cause de cette confiscation abusive, par la Réforme protestante, d’un processus historique profond et ancien, tend d’ailleurs à rendre obsolète la trilogie « Préréforme-Réforme-Contre- Réforme ». C’est dans cette perspective que nous avons souhaité inscrire le champ chronologique de ce travail : depuis 1480 et les prémices d’une restructuration de la société judéoconverse jusqu’à l’année 1523.

  • 2 Voir L’aventure de la Réforme. Le monde de Calvin, sous la direction de Pierre Chaunu, Hermé, Pari (...)

3Le choix de cette date-butoir correspond à la traduction, par les marranes d’Anvers, d’un titre de Luther hautement significatif, Que Jésus-Christ est né Juif2, ouvrage qui fut envoyé à des judéoconvers de Séville.

4Parcourir l’évolution historique depuis la réformation judéoconverse jusqu’à la Réforme de Luther à travers le double prisme des conversos et de l’Inquisition pourrait paraître une gageure. Il nous semble au contraire que le filtre judéoconvers offre une grille de lecture très pertinente, car il permet de mettre en lumière l’action polyvalente de l’Inquisition dans sa volonté de remodeler la société à l’aube du xvie siècle. Par-delà les compétences religieuse et idéologique de l’institution, qui ne deviennent essentielles, nous semble-t-il, qu’au lendemain de la diète de Worms (réunie le 17, 18 et 19 avril 1521), l’Inquisition s’est affirmée sur des bases autant politique, économique que sociale. Mais, en même temps qu’elle modifie en profondeur la société, l’Inquisition elle-même évolue et se structure.

5Notre travail s’organise en deux volets. Nous nous attacherons, d’une part, à montrer le rôle multiple de l’Inquisition, depuis son implication dans la réforme de la société conversa jusqu’à sa propre réformation juridique. D’autre part, nous analyserons l’émergence d’un nouveau parti judéoconvers qui affirme des ambitions de réformes politiques et spirituelles du Saint-Office.

I - D’une réforme de la société conversa à une réformation juridique de l’Inquisition.

a - Des restructurations imposées par l’Inquisition : une société judéoconverse en déroute.

  • 3 Béatrice Pérez, « L’Inquisition en Basse Andalousie occidentale : l’instrument d’un nouveau progra (...)

6Sur le plan politique, la première restructuration de fond dont l’Inquisition fut l’instrument principal est la réorganisation du pouvoir urbain dans les municipalités sous juridiction royale qui étaient très oligarchisées en Basse Andalousie. À Jerez de la Frontera comme à Séville, l’Inquisition a favorisé un renouvellement politique systématique des élites judéoconverses, renouvellement qui s’est fait au profit de clientèles royales. En confisquant les charges municipales au même titre que les biens et en les distribuant de façon très sélective, les fonctionnaires de l’Inquisition ont permis, au cours des vingt premières années de fonctionnement inquisitorial, l’avènement de fidèles serviteurs des Rois Catholiques sur l’échiquier politique local. Nous ne nous attarderons pas davantage sur ce point essentiel car nous l’avons longuement développé ailleurs3. Nous nous centrerons plutôt sur la vente aux enchères des biens confisqués et sur la réorganisation du système d’affermage tel qu’il avait cours parmi les judéoconvers, car il nous semble qu’il s’agit là des deux autres versants de l’éviction politique conversa.

  • 4 Béatrice Pérez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contours d’ (...)
  • 5 Archives de la Cathédrale de Séville (ACS), section IX – Fondo Histórico General, caja 30, doc. 8/ (...)
  • 6 ACS, op. cit., caja 100, doc. 44. Le 18 avril 1482, les maisons confisquées au judéoconvers Rodrig (...)

7A priori, les ventes aux enchères menées par les fonctionnaires de l’Inquisition ne permettent guère d’intervenir dans le choix des nouveaux acquéreurs. Néanmoins à Séville, les multiples irrégularités qui entachent ces ventes à l’encan nous ont permis de déceler un véritable programme de réaménagement du cadastre dans certaines paroisses. En effet, dans les contrats de ventes publiques inquisitoriales établis à Séville à la fin du xve siècle4, un seul artisan s’est imposé lors d’une mise en criée pour acquérir « una casilla pequeña toda derrocada y fecho solar y muladar »5. Tous les autres acheteurs qui l’emportent lors des almonedas inquisitoriales sont des membres de la noblesse vieille-chrétienne et des hommes d’Église. La protobourgeoisie, les classes moyennes dynamiques se sont tenues à l’écart d’un marché pourtant fructueux car elles craignaient d’empiéter sur les stratégies spéculatives de la noblesse. Qui aurait osé surenchérir face au majordome du puissant archevêque de Séville, si ce n’est le commissaire du fisc inquisitorial pour faire monter un peu les prix6 ?

  • 7 Voir Béatrice Pérez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contou (...)
  • 8 Antonio Cascales Ramos, La Inquisición en Andalucía. Resistencia de los conversos a su implantació (...)
  • 9 Voir Béatrice Perez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contou (...)

8De la même manière, les donations de biens confisqués faites par les Rois Catholiques dessinent les contours d’un programme de réorganisation de la trame urbaine : ils ont honoré tantôt un notaire de l’Inquisition, tantôt un ecclésiastique de la cathédrale, sans doute dans le but de « rechristianiser » les quartiers de l’ancienne juiverie peuplés majoritairement de conversos7. Cette éviction physique des judéoconvers, après leur radiation politique, n’est certes pas anodine. À Séville, les différents lignages qui gouvernent la vie politique exercent une mainmise sur les paroisses de la ville8 et les judéoconvers viennent renforcer ce pouvoir en constituant de fidèles clientèles. Ainsi les Guzmán de Orgaz dominent-ils la paroisse de San Esteban peuplée à plus de 52 % de judéoconvers, les Portocarrero s’imposent dans la paroisse de San Bartolomé où les conversos constituent 96 % de la population locale9… Le pouvoir seigneurial s’inscrit jusque dans la trame urbaine et réaménager le cadastre permet, encore une fois, à la monarchie, grâce à l’intervention des fonctionnaires inquisitoriaux, de réorganiser le pouvoir politique en sapant les assises même des grands magnats.

  • 10 Op. cit.
  • 11 À Séville, en 1481, les fermiers en titre de la mense de la cathédrale étaient officiellement au n (...)

9Par ailleurs, dès 1481, à Séville, les fonctionnaires du Saint-Office se sont attaqués avec virulence aux fermiers de la ville. Leur premier geste d’éclat a été la condamnation des deux majordomes du conseil ainsi que des quarante judéoconvers qui affermaient les rentes municipales au sein de la « compagnie » de Diego de Susán par exemple, ou qui affermaient les rentes ecclésiastiques10. Il convient de préciser que les judéoconvers étaient les tenants du système de l’arrendamiento qui s’imposait sur les terres royales comme sur les terres seigneuriales. Et ce système d’affermage était extrêmement efficace car il reposait sur une organisation fourmilière de sous-fermiers conversos très solidaires. L’exploitation de l’affermage au sein de véritables « compagnies »11 supposait la mise en commun de plusieurs patrimoines et décuplait la capacité financière des judéoconvers qui s’imposaient lors des attributions à l’encan des contrats d’arrendamiento. Cette solidarité financière permettait en outre de limiter les risques de l’entreprise en répartissant les pertes éventuelles.

  • 12 Miguel Ángel Ladero Quesada, La Hacienda real de Castilla en el siglo xv, Universidad de La Laguna (...)
  • 13 L’alcabala est un impôt sur toutes les transactions - à quelques exceptions près - d’une valeur de (...)
  • 14 Pouvoir développer le système de l’abonnement général a toujours été une vieille requête des munic (...)

10Or depuis le milieu du xve siècle, les municipalités avaient toujours sollicité en vain le privilège de développer le système de l’abonnement général (el encabezamiento) au détriment de l’affermage12. Elles souhaitaient prendre à leur charge la collecte des alcabalas et des tercias13 moyennant le paiement d’une somme globale fixe à la monarchie. Les rois s’y sont toujours opposés parce que les revenus que leur garantissent les compagnies privées de fermiers étaient plus élevés, et plus encore parce qu’ils refusent d’abandonner entre les mains des oligarchies alors en place cette force politique et fiscale14.

  • 15 En 1495, les Rois Catholiques raffermissent le contrôle de la Grand-Chambre des comptes et celui d (...)
  • 16 Archives Générales de Simancas (AGS), Contaduría Mayor de Cuentas (CMC), primera época, leg. 100, (...)
  • 17 Il est symptomatique que les Rois Catholiques aient édicté à Séville, le 18 janvier 1500, une prag (...)

11Pourtant en 1495, de façon inattendue et brutale, les Rois Catholiques délaissent l’arrendamiento au profit de l’abonnement dans les grandes municipalités andalouses. Comment expliquer qu’ils favorisent ce système moins rentable pour le Trésor royal alors qu’au même moment, ils reprennent en main les finances malmenées du royaume15, soumettent l’Inquisition à un contrôle financier strict et diminuent d’un quart les salaires du personnel inquisitorial16 ? En 1495, la concession de l’abonnement général scelle, nous le croyons, le pacte passé entre les Rois Catholiques et les nouvelles élites municipales, composées de lignages, issus d’une petite noblesse féale aux souverains, qui s’imposent dans le sillage de l’éviction judéoconverse17. Cette restructuration fondamentale n’a été possible, en 1495, que parce que l’Inquisition, depuis une décennie d’activité sans relâche, a fait voler en éclats la société judéoconverse : en s’attaquant à ses représentants politiques, en laminant ses structures financières, en minant les solidarités du groupe.

12Pendant les vingt premières années de son existence, l’Inquisition a été la cheville ouvrière d’une mutation profonde de la société judéoconverse et des suprématies nobiliaires. Imposée par une Inquisition omniprésente et redoutablement efficace, cette modification est allée de pair avec une contestation des victimes judéoconverses.

b - Les interactions de la contestation conversa : l’Inquisition et ses progressives réformes législatives.

  • 18 Diego Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos y seculares de la muy noble y muy leal ciudad de Sevil (...)

13La contestation, qui émane principalement des victimes à la fin du xve siècle, naît véritablement avec l’Inquisition, concomitamment à celle-ci, même si elle ne gagne de la voix qu’au début du xvie siècle. Elle vise alors à ramener l’Inquisition espagnole moderne à des règles plus claires, plus pures peut-être, certainement plus fidèles à l’esprit de ce que devait être une institution religieuse. Le terme ramener, qui suppose un dévoiement initial, n’est pas abusif, car si l’Inquisition espagnole est une « nouveauté »18, la lutte contre l’hérésie, elle, est une vieille mission religieuse.

14De façon curieuse, dans un mouvement presque d’interaction, il semble bien que ce soient ces critiques nourries dirigées contre l’institution qui aient donné l’impulsion et le rythme des réformes juridiques inquisitoriales, un peu comme si la législation inquisitoriale était venue colmater progressivement les brèches ouvertes par l’expérience. En effet, pendant les premières années d’activité, l’absence d’une codification établie et le flou juridique qui accompagnent la pratique inquisitoriale participent pleinement de l’efficacité de la répression.

  • 19 La pauvreté des Instructions de Torquemada de 1484 et leur caractère lacunaire laissaient une gran (...)
  • 20 AGS, op cit., Inquisition de Jerez de la Frontera, hors numérotation.

15Comment donc lutter contre une institution sans règle précise qui, lorsque certains points de la procédure n’ont pas été sanctionnés par une législation minutieuse, s’en remet à la libre conscience des inquisiteurs locaux ? On sait bien que cette gestion arbitraire des inquisiteurs, suppléant les failles des Instructions quasi inexistantes, confère au personnel du Saint-Office un pouvoir extraordinaire19. D’autre part, comment établir des responsabilités hiérarchiques précises tant que l’inquisiteur général n’a pas figé l’institution dans un cadre normatif ? Très fréquemment, avant les Instructions de 1498, les fonctionnaires inquisitoriaux se réclament de la personne même de Ferdinand le Catholique qui exerce un contrôle permanent sur l’institution. Ainsi, l’inquisiteur de Jerez de la Frontera jusqu’en 1497, le célèbre Diego Rodríguez Lucero, tient-il directement ses ordres de Ferdinand quand son successeur, le licencié Pedro Ramos, met toute sa foi dans l’application stricte des récentes Instructions de 1498, édictées par la toute nouvelle direction collégiale du Saint-Office, les inquisiteurs Martín Ponce et Alfonso de Fuentelsaz. Il souligne sans cesse que ses actions sont guidées par le seul souci qu’il a de servir les inquisiteurs généraux (« al respeto que los muy reverendos y magníficos señores, los señores inquisidores generales del Consejo de la Santa Inquisición lo tienen mandado »20 selon ses propres termes), refusant par là même l’intromission fernandiste dans les affaires inquisitoriales.

16Néanmoins, l’imprécision de la législation inquisitoriale a été à double tranchant pour le tribunal. Elle a certes mis en déroute des judéoconvers qui n’ont alors d’autre arme pour combattre que celles que la Justice leur confère, mais elle a aussi laissé à son personnel une liberté trop grande, une marge de manœuvre dont il a largement abusé. Or précisément, au début du xvie siècle, la contestation judéoconverse prend corps autour de ces excès, qui suscitent chaque fois davantage les crispations des oligarchies municipales. Deux exemples particulièrement significatifs dans l’histoire de la consolidation inquisitoriale suffiront à illustrer notre propos.

  • 21 Op. cit. : « … en algunos (de los inventarios), su reverencia creció o menguó, aniveló ansi de raz (...)
  • 22 Op. cit. : « … y porque non dejó fijos ni herederos forzosos, todos los bienes que dejó echamos de (...)

17Le premier abus concerne l’inquisiteur de Jerez de la Frontera, Diego Rodríguez Lucero, qui en 1496, agissant avec une désinvolture sans égale, s’était octroyé la liberté de réévaluer les inventaires selon ses humeurs et ses sympathies21. Il ne s’acquittait des dettes contractées par les condamnés que dans fort peu de cas, les contraignant de ce fait à faire appel auprès du Conseil Royal pour obtenir protection contre leurs créanciers lésés. Dans le cas même d’un décès dans les geôles inquisitoriales, il a confisqué l’intégralité des biens, car, à l’entendre, il n’a pas reconnu d’« heredero forzoso »22. Pourtant, lorsqu’il s’agit pour l’Inquisition de rentrer dans ses frais, il perçoit la notion d’héritier de façon bien plus large, s’enquérant des éventuelles parentés solvables pour les mettre à contribution :

  • 23 Op. cit., Inquisition de Séville. Le 8 février 1496, dans une lettre qu’il adresse à la Suprême, l (...)

… y lo primero que se sabía de los mismos inhábiles y aun de otros, era qué facultad y bienes tenían para más les cargar en sus conmutaciones… y si tenían parientes ricos de quienes pudiesen ser socorridos para que mejor y más cantidad pagasen23.

  • 24 Op. cit., Inquisition de Cordoue, doc. 4 : « Año de 1495. Traslado de ciertos maravedís que el doc (...)
  • 25 Op. cit. : « Dijo (el testigo) que al tiempo que el señor dean de Guadix (Pedro Guiral) conmutaba (...)
  • 26 Op. cit. : « … mandó pagar a este testigo 20 ducados (soit 7.500 mrs) y este testigo los pagó… por (...)

18Le deuxième abus concerne le tribunal inquisitorial de Cordoue. En 1495, l’inquisiteur Pedro Guiral reçoit des inquisiteurs généraux le privilège de percevoir pour son compte les bénéfices des commutations de sambenitos24, et il en profite plus que de raison. Outre les taxes exorbitantes qu’il impose aux condamnés prétextant, lorsque ces derniers plaident leur pauvreté « que le hacía mucha honra cuando el doble le mandaba pagar la Corte »25, il exigeait d’eux « un real de una cédula que le fue dada firmada del dicho dean », « más un real a un notario porque gelo quitó de encima de los ombros »26.

19Nous invoquons ces deux exemples afin de montrer que la fameuse « affaire Lucero », à Cordoue, en 1506, doit être perçue davantage comme la rencontre d’un tribunal sulfureux et d’un inquisiteur maquignon que comme un cas de prévarication sans précédent.

  • 27 Op. cit. : « dijo que pagó al dicho dean en su cámara… », « … dijo que no avía notario ninguno del (...)
  • 28 Op. cit. : « … y el dicho dean le mandó que so pena de relapso que no dijese a nadie cuánto avía p (...)
  • 29 À partir de 1498, les Instructions se font plus fermes à l’endroit des abus observés ici et là : d (...)
  • 30 Citons pour exemple le cas de la femme de Pedro López, le fils du très puissant échevin de Séville (...)

20Au demeurant, si les turpitudes de Pedro Guiral sont parvenues jusqu’à nous, c’est précisément parce que l’inspecteur dépêché par le Grand-Trésorier pour contrôler la gestion financière inquisitoriale, Diego de Vitoria, a donné la parole, pour la première fois, aux victimes judéoconverses. Et elles ont raconté les sommes qu’elles versaient à l’inquisiteur dans sa chambre, sans la présence d’un notaire27, ses injonctions pour qu’elles gardent le silence « so pena de relapso »28. Par ce geste, Diego de Vitoria en a fait les nouveaux garants d’une procédure orthodoxe. Il a surtout donné à lire que l’institution était réformable, ce qu’attestent les Instructions de 1498 qui ont garanti des droits aux accusés pour leur épargner tout préjudice29. C’est à ce moment précis que la revendication judéoconverse commence à gagner en puissance, principalement autour des héritages et des dots. Les conversos, passée la débandade des premières années, se ressaisissent et multiplient les appels auprès des juridictions ecclésiastique et royale afin de défendre la dot (qui est avant tout une dévolution des biens parentaux, un héritage en somme), et dans la plupart des cas, ils obtiennent une rétractation inquisitoriale30. Entre 1500 et 1508, les femmes, désormais assurées de conserver leur dot, commencent à réclamer les arrhes et la moitié des acquêts lors de la confiscation des biens de l’époux.

  • 31 Tarcisio de Azcona, « La Inquisición española procesada por la Congregación General de 1508 », in (...)

21En 1508, alors que le cardinal Cisneros convoque une congrégation générale qui met sur la sellette pour la première fois un personnel corrompu31, Ferdinand le Catholique tente une dernière manœuvre pour annuler toutes les restitutions de dots prononcées par la justice ecclésiastique sévillane… Mais il est trop tard, car la réorganisation du monde judéoconvers qui se structure désormais en parti, en force de pression, contraint l’Inquisition à un repli juridique précautionneux, à l’image des Instructions de 1498. C’est, en quelque sorte, cette victoire judéoconverse qui suscite des ambitions énormes de réformes politiques et peut-être spirituelles de l’Inquisition.

II - Le nouveau parti judéoconvers et les ambitions de réformes politiques et spirituelles de l’Inquisition

a - Une réforme politique de l’Inquisition

22Dès l’année 1509, les conversos retrouvent une sorte d’allant, de mordant, palpable à certaines déclarations qu’on aurait jugées impensables dix ans auparavant :

  • 32 AGS, section Secretaría de Estado, leg. 12, fol. 192 : « En Medina del Campo. Pesquisa contra algu (...)

que la reina católica estaba en el infierno y que el rey católico venía a robar el reino32.

  • 33 Juan Gil, Los conversos y la Inquisición sevillana, t. I, Universidad de Sevilla, Séville, 2000, p (...)

23Cette combativité qui s’exprime ici et là se fait davantage tangible dans la réorganisation des élites judéoconverses rassemblées en parti politique autour de quelques familles dont nous n’évoquerons que la plus notoire d’entre elles, la famille Alcázar, Pedro le père, et Francisco le fils. Dès 1508, ils prennent la tête du parti judéoconvers (« señorea y faze cabeza » des judéoconvers écrit un chroniqueur à propos de Pedro del Alcázar33) pour négocier directement avec Ferdinand le Catholique des compositions fiscales :

  • la première, le 8 décembre 1508, grâce à laquelle, moyennant une somme de 20.000 ducats, les judéoconvers parviennent à récupérer l’intégralité des biens confisqués juqu’à la date du 30 novembre 1508, du moins ce qui en restait,
  • la deuxième, le 22 septembre 1509, où Pedro del Alcázar et quelques autres, moyennant la somme de 40.000 ducats, obtiennent cette fois l’annulation des confiscations prononcées depuis le 30 novembre 1508,
  • enfin le 15 juin 1511, la troisième composition offre l’habilitation sociale complète aux conversos de Séville (déclarés aptes pour exercer toute charge de leur choix sans contrainte vestimentaire) ; elle leur donne aussi la possibilité de faire le voyage pour les Indes34. Ces concessions sont importantes, mais la somme versée ne l’est pas moins : 80.000 ducats. À titre de comparaison, le tribunal de Jerez, qui n’a pas ménagé ses efforts sous la gestion de Diego Rodríguez Lucero, a collecté au titre des confiscations, des peines pécuniaires et des habilitations moins de 30.000 ducats35 entre 1491 et 1499.
  • 36 Dans un document inquisitorial de 1516, les judéoconvers sévillans sont qualifiés sans ambiguïté d (...)
  • 37 AGS, section Diversos de Castilla, leg. 8, fol. 86. Le document n’est pas daté, mais nous pouvons (...)

24Ce n’est pas l’aspect financier de ces arrangements qui nous intéresse ici, mais plutôt le fait qu’entre 1508 et 1517, une des familles les plus en vue de Séville n’ait pas craint de manifester au grand jour son origine conversa. Plus encore, elle s’est fait le porte-parole de tout un groupe politique de pression36 qui s’auto-désigne sans complexe « los conversos ». Dans un document sévillan, probablement du début du xvie siècle, on peut lire ceci : « lo que se pide y suplica de parte de los conversos ». Les revendications sont connues ; se sont, dans l’ensemble, les mêmes que celles qui figureront dans le projet de réforme rédigé par Jean le Sauvage en 151837 :

  • que l’on ne confisque pas leurs biens (« que por el crimen y delito de herejía, non puedan ser confiscados los bienes »),
  • que l’on ne puisse prononcer contre eux d’incapacités légales (« que non puedan ser inhabilitados de honras ni beneficios sino que así de lo pasado como de lo porvenir sean hábiles para todo »),
  • que ceux qui avaient pris la fuite pour trouver refuge hors du royaume puissent revenir sans peine aucune « a sus casas y faziendas ».

25Le document se termine sur une phrase très intéressante car l’aval du pape, mis en avant par l’auteur, vient cautionner la légitimité des revendications : « dicen que todo esto se les puede conceder justísimamente por su magestad, y que tratando desta materia, el papa lo tenía concedido, que se tiene por muy cierto que si no fuera justo, no lo concediera ».

  • 38 En réalité, seuls les frères du duc, don Juan de Figueroa et don Francisco Ponce de León, ont été (...)
  • 39 AGS, section Secretaría de Estado, leg. 17, fol. 50, 10 septembre 1520.

26De fait, le parti judéoconvers sévillan est très implanté à Rome entre 1516 et 1521. Quelques jours avant les émeutes de la Comunidad de Séville – qui a duré deux jours et qui a été ici, contrairement aux autres villes de Castille impliquées, un coup de force nobiliaire mené par la faction du duc d’Arcos38 pour ruiner les judéoconvers, alliés du duc de Medina Sidonia, son rival séculaire sur la scène sévillane –, les conversos s’étaient plaints du complot qui se tramait en secret contre eux. Mais les autorités ne leur avaient pas accordé un grand crédit. Un échevin écrit même, une semaine avant les événements : « los conversos, con poca razón, sospecharon esta semana pasada que los querían robar… »39.Grâce à leur entente avec le duc de Medina Sidonia, ils préparent minutieusement la contre-attaque, ce qui explique l’extrême brièveté du mouvement sévillan.

  • 40 Manuel Giménez Fernández, Bartolomé de las Casas, v. II, Séville, 1960, p. 953, note 3191. Selon c (...)
  • 41 Voir Joseph Pérez, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Siglo xxi, Madrid, 19 (...)

27Pour autant, si les conversos, à Séville, ont été pris pour cible en 1520, ils ont compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer ailleurs, en Castille, de ce grand mouvement de contestation pour faire progresser leur propre cause. Alfonso Gutiérrez de Madrid, un des chefs du parti judéoconvers avec Francisco del Alcázar, était alors à Rome pour convaincre le pape de réduire les prérogatives inquisitoriales (« que las cosas del Santo Oficio de la Inquisición se hiciesen con cárcel abierta y testigos públicos »), pendant qu’à Séville « un Fulano de Alcázar, veinticuatro y vecino de Sevilla » (entendons Francisco del Alcázar) prenait contact avec la junta comunera de Tolède40 pour faire inscrire dans le programme des rebelles l’abolition de l’Inquisition, à tout le moins l’allégement des rigueurs de la procédure41. Nous ne croyons pas qu’il soit véritablement pertinent de s’interroger sur l’inspiration judéoconverse éventuelle du mouvement comunero ; ce qui importe davantage pour notre propos, c’est l’émergence d’un parti judéoconvers revendiqué comme tel, puissant et avec une capacité nouvelle de nuisance susceptible de déstabiliser le pouvoir.

  • 42 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sans numérotation. Francisco del Alcázar, le fils de Pedro del Al (...)
  • 43 AGS, CMC, op. cit.

28Ce constat nous amène à soulever plusieurs incohérences qui sont autant de revers inquisitoriaux. Alors qu’on avait cherché à évincer les judéoconvers de la représentation politique à une époque où ils ne semblaient pas constituer une faction très solidaire, ils sont manifestement revenus sur le devant de la scène, mieux organisés et plus virulents au point d’amener l’Inquisition au bord de la faillite au moment des Cortès de Valladolid en 1518. Alors qu’on avait cherché à les évincer de l’affermage des alcabalas et des tercias, ils sont les nouveaux fermiers principaux de la monarchie et leur prestige semble restauré42. En 1513, lorsque les biens de Gonzalo del Puerto, associé à Francisco del Alcázar dans la collecte de l’almojarifazgo sévillan sont confisqués, il suffit d’une intervention de Pedro del Alcázar auprès de Ferdinand le Catholique pour stopper toute action inquisitoriale43.

29Aussi, il faut bien reconnaître que l’Inquisition, en 1518, a échoué dans sa première mission réformatrice. La refonte de la société conversa a donné naissance à une nouvelle génération plus résistante, une sorte de « monstruosité » au regard de l’Inquisition. L’identité hérétique s’est peut-être diluée, mais dans une réorganisation plus pernicieuse et sournoise de la spécificité judéoconverse. De l’alliance familiale, de la parentèle, de l’endogamie, du cryptojudaïsme si l’on préfère, ils ont évolué vers le parti politique, l’alliance, l’exogamie peut-être, la contestation politique.

  • 44 Pierre Chaunu, L’Espagne de Charles Quint, Sedes, Paris, 1973, t. II, p. 503.
  • 45 Le 12 avril 1521, le cardinal Adrien d’Utrecht et l’Amiral de Castille mettent en garde Charles V (...)

30Pierre Chaunu disait, en parlant des Maures grenadins à la fin du xve siècle, « l’ennemi de la Castille ne peut être qu’en dehors. L’intériorisation est un luxe de vieille terre »44. Il faut croire que l’intériorisation est aussi un luxe de vieille institution. Si en 1492, la lutte inquisitoriale repose sur l’apostasie des conversos voués à la dissidence religieuse, en 1520, leur restructuration a déplacé le sens de la contestation vers une réforme depuis l’intérieur. Sans la conjoncture de Worms, l’Inquisition n’aurait sans doute pas survécu dans sa forme originelle. L’hérésie de Luther, dès les origines de la diète, va autoriser le cardinal Adrien d’Utrecht, alors inquisiteur général, à raffermir l’institution sur de nouvelles bases confessionnelles solides45, ruinant ainsi les tentatives de réformes inquisitoriales entreprises par les judéoconvers depuis l’avènement de Charles.

b - Des aspirations confuses vers une réforme spirituelle

  • 46 H. Martin, « Le legs du Moyen Âge (1450-1520) », in Histoire des catholiques en France, sous la di (...)

31Toutefois, cette nouvelle hérésie a ouvert la voie vers une réforme spirituelle cette fois, qui devait permettre aux judéoconvers de réhabiliter la religion ancestrale. Leur but, au moment de traduire les œuvres de l’hérésiarque et de les envoyer en Castille, n’était-il que de déstabiliser, voire de supprimer l’Inquisition ? Certains conversos, taraudés comme leurs contemporains par des inquiétudes spirituelles nouvelles, n’ont-ils pas ressenti alors « des aspirations confuses vers autre chose »46 ?

  • 47 Marc Lienhard, « Luther et l’Europe », in L’aventure de la réforme. Le monde de Calvin, sous la di (...)
  • 48 Marc Lienhard, Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Histoire et Société, nº 21, Labor et (...)
  • 49 Selon l’archevêque Bartolomé Carranza, dans son Catecismo Cristiano, les Rois Catholiques avaient (...)

32En 1523, les marranes d’Anvers ont traduit l’œuvre de Luther Que Jésus Christ est né Juif47, qui fait l’objet, cette année-là, de neuf éditions48. Dans cet ouvrage, Luther affirme la solidarité entre les chrétiens et les juifs, dans un but il est vrai prosélyte. Mais à brève échéance, ce dialogue entre chrétiens et juifs qu’il appelle de ses vœux annonce la fin de l’affrontement religieux. Quelques temps auparavant déjà, dans la Préface à l’Ancien Testament, il redonnait toute sa place à l’Ancienne Loi dans l’interprétation du Nouveau Testament, niant ainsi, de façon indirecte, le bien-fondé des censures inquisitoriales prononcées contre les Bibles en langue vulgaire49 :

  • 50 Martin Luther, Préface à l’Ancien Testament, in De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible, tr (...)

Il faut donc estimer précieux l’Ancien Testament, dans la mesure même où il ne faut pas mépriser le fondement et la démonstration du Nouveau50.

33Des phrases comme celles-ci ne pouvaient que séduire un public converso que Luther ne vouait pas aux gémonies puisqu’il osait affirmer, de surcroît, que la responsabilité des échecs des conversions des juifs incombait aux chrétiens eux-mêmes. Par voie de conséquence, l’apostasie des néophytes judéoconvers, retournant à leur ancienne Loi devant le triste spectacle des pratiques peu édifiantes de leurs nouveaux coreligionnaires, leur était également imputée :

  • 51 Martin Luther, Que Jésus Christ est né Juif, cité par Marc Lienhard, Martin Luther. Un temps, une (...)

Car nos bouffons, les papes, les évêques, sophistes et moines, ces ânes bâtés, ont agi jusqu’ici de telle manière avec les juifs qu’un bon chrétien aurait bien pu souhaiter devenir juif. Si j’avais été un juif et que j’eusse vu de tels lourdauds et butors régir et enseigner la foi chrétienne, j’aurais préféré devenir une truie plutôt qu’un chrétien51.

  • 52 Voir José Luis González Novalín, « La herejía luterana y el nuevo rumbo del Santo Oficio », in His (...)
  • 53 Béatrice Pérez, op. cit. Citons les cas de Luis Márquez, Pedro Márquez et Marcos de Gibraleón, qui (...)

34On s’est toujours demandé comment les conversos de Séville avaient pris connaissance des œuvres de Luther. On avance fréquemment l’idée d’une introduction frauduleuse de celles-ci dans des tonneaux de vin52 grâce à des commerçants judéoconvers qui tiennent le négoce des spiritueux. De fait, à Séville, les judéoconvers établissent, dès la fin du xve siècle, des liens commerciaux privilégiés avec le nord de l’Europe et affrètent des navires chargés de bastardos, des vins cuits53.

  • 54 Il s’agit du juif renégat Pfefferkorn. Soutenu par les dominicains de Cologne, il rédige divers pa (...)
  • 55 Le terme « naître » est un peu abusif, car depuis le début du xvie siècle, se développent des cour (...)
  • 56 Cette haine et la répression sévère qu’il exerce à l’encontre des conversos suscitent les protesta (...)

35Sans doute la présence du parti converso sévillan à Rome depuis 1516 apporte-t-elle une nouvelle réponse. En 1516, la Curie a pris position pour Johannes Reuchlin dans le conflit violent qui l’oppose aux dominicains de Cologne depuis sept ans. En effet, Reuchlin avait alors pris la défense du Talmud contre un repris de justice, juif apostat qui, pour prix de sa liberté, avait renié sa religion et s’était lancé dans une diatribe contre le Talmud54. « L’affaire Reuchlin » (comme l’a qualifiée Érasme) a cimenté le clan humaniste : les solidarités humanistes se tissent alors autour de cet homme (qui n’est autre que l’oncle de Melanchton) et elles s’affirment contre les hommes « obscurs » – comme les qualifie l’humaniste Hutten qui entre en lice en publiant Les épîtres des hommes obscurs (1515) – contre les barbares, les dominicains. C’est, il nous semble, cette affaire qui a fait naître dans le clan converso sévillan, par l’intermédiaire de leur relais à Rome, Alfonso Gutiérrez de Madrid, une quasi attente eschatologique55. En 1523, la haine anti-conversa hors de propos qu’éprouve García de Loaysa56, Général de l’Ordre des dominicains en Espagne et nouvel Inquisiteur Général, ne se comprend-elle pas au regard de cette propagande judéoconverse qui assimile dans un même rejet « dominicains, obscurantisme et Inquisition » ?

Conclusion

  • 57 En effet, Rabbi Abraham Ben Elieser Ha Levi, qui voyait en Luther un crypto-juif, avait prévu la v (...)

36L’intérêt des judéoconvers pour Luther apporte une composante supplémentaire au conflit qui les oppose à l’Inquisition. Jusque-là, celui-ci s’était cantonné aux terrains économique, juridique ou politique. La rencontre des inquiétudes spirituelles des conversos avec la Réforme de Luther a donné corps à la nostalgie d’une pureté religieuse perdue ravivant la folle illusion d’un temps messianique : un juif de l’Empire57 avait même prophétisé la venue du messie pour 1540. Ce sera le moment de la radicalisation de Luther qui évolue vers un antijudaïsme haineux autant que celui des nouveaux « tiempos recios » inquisitoriaux.

Notes

1 Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, Le Robert, Paris, 1993. « Réforme », du latin reformare, signifie que l’on rende quelque chose à sa forme première, qu’on le restaure, le corrige. Le terme de réformation, qui a précédé celui de « réforme », a introduit dès le xiiie siècle une notion d’amélioration, car tout retour à une forme, conçue généralement comme ancienne et primitive, était jugé meilleur.

2 Voir L’aventure de la Réforme. Le monde de Calvin, sous la direction de Pierre Chaunu, Hermé, Paris, 1986, p. 104.

3 Béatrice Pérez, « L’Inquisition en Basse Andalousie occidentale : l’instrument d’un nouveau programme politique à la fin du xve siècle. L’exemple de Jerez de la Frontera », in Inquisition d’Espagne, Ibérica, nº 14, sous la direction d’Annie Molinié et Jean-Paul Duviols, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, p. 45-62 ; « Aux premiers temps de l’Inquisition : une institution dans la genèse d’un État moderne », in Aux premiers temps de l’Inquisition espagnole (1478-1561), sous la direction de Raphaël Carrasco, E.T.I.L.A.L, Université de Montpellier III, Montpellier, 2002, p. 9-49.

4 Béatrice Pérez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contours d’une histoire politique et sociale à la fin du xve siècle, thèse soutenue sous la direction d’Annie Molinié, Université de Paris-Sorbonne, décembre 2001.

5 Archives de la Cathédrale de Séville (ACS), section IX – Fondo Histórico General, caja 30, doc. 8/1.

6 ACS, op. cit., caja 100, doc. 44. Le 18 avril 1482, les maisons confisquées au judéoconvers Rodrigo de Palma étaient mises en vente moyennant la somme de 30.000 maravédis. Le seul acheteur qui se présenta fut le majordome du Grand-Trésorier de l’archevêque de Séville et sans doute escomptait-il emporter la vente à bon prix. Mais le commissaire de l’Inquisition surenchérit à sept reprises adjugeant les biens 71.000 maravédis.

7 Voir Béatrice Pérez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contours d’une histoire politique et sociale à la fin du xve siècle, op. cit.

8 Antonio Cascales Ramos, La Inquisición en Andalucía. Resistencia de los conversos a su implantación, Biblioteca de Cultura Andaluza, Séville, 1986, p. 24. La mainmise des lignages sur les différentes paroisses de la ville donne une indication assez précise de la répartition géographique du pouvoir local.

9 Voir Béatrice Perez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contours d’une histoire politique et sociale à la fin du xve siècle, op. cit.

10 Op. cit.

11 À Séville, en 1481, les fermiers en titre de la mense de la cathédrale étaient officiellement au nombre de deux, mais on sait qu’ils s’appuyaient sur un réseau de vingtquatre sous-fermiers conversos, chacun s’engageant dans l’aventure fiscale aux côtés de membres de sa famille. Voir Béatrice Pérez, op. cit.

12 Miguel Ángel Ladero Quesada, La Hacienda real de Castilla en el siglo xv, Universidad de La Laguna, Santa Cruz de Tenerife, 1973, p. 31.

13 L’alcabala est un impôt sur toutes les transactions - à quelques exceptions près - d’une valeur de 10 % de ladite transaction. Les tercias « appelées aussi novenos, étaient les deux neuvièmes de toutes les dîmes ecclésiastiques accordées au roi d’Espagne par le pape ». Voir Annie Molinié-Bertrand, Vocabulaire historique de l’Espagne classique, Nathan, col. 128, 1993.

14 Pouvoir développer le système de l’abonnement général a toujours été une vieille requête des municipalités qui escomptent, par ce biais, obtenir pour leur compte une marge de profit intéressante. Comme le souligne Miguel Ángel Ladero Quesada, op. cit., p. 29, l’affermage n’est pas une affaire si convoitée : « A decir verdad, el cobrar las rentas reales sólo interesaba al propio rey y a los arrendadores, aunque por motivos distintos ; a las demás fuerzas políticas del país - nobleza, concejos - les habría interesado recaudar con algunas ventajas para sí, pero no con todas para el monarca… ».

15 En 1495, les Rois Catholiques raffermissent le contrôle de la Grand-Chambre des comptes et celui de la Grand-Chambre des finances. Ils nomment Alonso de Morales à la tête de la Chambre des comptes et Diego de Vitoria est chargé des inspections fiscales sur le terrain. Par ailleurs, les salaires du personnel cessent d’être perçus directement : ils ne sont plus inscrits sur la data, ce compte sur lequel sont portés les frais et les dépenses, mais sont désormais financés sur le solde de la comptabilité, après le contrôle fiscal.

16 Archives Générales de Simancas (AGS), Contaduría Mayor de Cuentas (CMC), primera época, leg. 100, Inquisition de Jerez de la Frontera, hors numérotation : « por cuanto, por mandado de sus altezas, por nos fue acordado de abajar los salarios que los receptores y los otros ministros del dicho Santo Oficio tenían desde el primer día de enero de 1493 años ».

17 Il est symptomatique que les Rois Catholiques aient édicté à Séville, le 18 janvier 1500, une pragmatique interdisant aux conversos nouvellement convertis d’affermer les rentes royales durant trois ans (voir Miguel Ángel Ladero Quesada, op. cit., p. 27, note 35). Cette pragmatique avait déjà été promulguée à Burgos une première fois en 1496.

18 Diego Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos y seculares de la muy noble y muy leal ciudad de Sevilla, Madrid, Imprenta Real, 1796, p. 110 : « Año 1481. Con tan ilustre novedad comenzó el año de 1481 cuyo asiento fue en el Castillo de Triana (siège du tribunal inquisitorial de Séville), según consta de procesos que he visto en él fulminados, siendo grandeza notable de Sevilla haber en ella tenido principio este Santo Tribunal… ».

19 La pauvreté des Instructions de Torquemada de 1484 et leur caractère lacunaire laissaient une grande part d’intervention au personnel inquisitorial local. D’ailleurs, le dernier article des Instructions, l’article XXVIII, en appelait justement à l’équité et à la probité des inquisiteurs : « …porque todos los casos y las circunstancias dellos, según que particularmente ocurren o pueden ocurrir de cada día, no se pueden declarar, se debe dejar todo el albedrío y discreción de los inquisidores, para que, conformándose con el Derecho, en lo que aquí no se pudo dar forma, hagan según sus conciencias, como vieren que cumple al servicio de Dios y de sus Altezas », voir Miguel Jiménez Monteserín, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, Biblioteca de visionarios heterodoxos y marginados, Madrid, 1980, p. 105.

20 AGS, op cit., Inquisition de Jerez de la Frontera, hors numérotation.

21 Op. cit. : « … en algunos (de los inventarios), su reverencia creció o menguó, aniveló ansi de razón algunas cosas que resultaron de sus inventarios… ».

22 Op. cit. : « … y porque non dejó fijos ni herederos forzosos, todos los bienes que dejó echamos de penitencia… ».

23 Op. cit., Inquisition de Séville. Le 8 février 1496, dans une lettre qu’il adresse à la Suprême, le licencié Pedro Ramos déplore en ces termes les pratiques de son prédécesseur, Diego Rodríguez Lucero.

24 Op. cit., Inquisition de Cordoue, doc. 4 : « Año de 1495. Traslado de ciertos maravedís que el doctor Pedro Guiral, inquisidor de Córdoba, recibió de ciertas personas por razón de los sambenitos que les quitó y cómo dellos le fue fecha merced… ».

25 Op. cit. : « Dijo (el testigo) que al tiempo que el señor dean de Guadix (Pedro Guiral) conmutaba los dichos sambenitos, a este testigo le quitó el sambenito que ella traía y le mandó pagar y pagó… 200 reales de plata (soit, à l’époque, 6.200 mrs)… y que al tiempo que el dicho dean le mandó pagar los dichos maravedís, este testigo dio petición de muy pobre y el dicho dean le respondió que se le hacía mucha honra cuando 12.000 mrs le mandaba pagar la Corte… ».

26 Op. cit. : « … mandó pagar a este testigo 20 ducados (soit 7.500 mrs) y este testigo los pagó… por la conmutación del dicho sambenito e más un real a un notario porque gelo quitó de encima de los ombros y otro real por la cédula que le dieron… ».

27 Op. cit. : « dijo que pagó al dicho dean en su cámara… », « … dijo que no avía notario ninguno delante… ». En vertu de l’article VII des Instructions de 1488, toutes les écritures et tous les actes inquisitoriaux doivent être signés par le notaire du tribunal et conservés dans un coffre, sur le lieu même d’exercice des inquisiteurs : « Asimismo acordaron que todas las escrituras de la Inquisición, de cualquier condición que sean, estén a buen recaudo en sus arcas, en lugar público, donde los inquisidores acostumbran hacer los actos de la Inquisición… y las llaves de las dichas arcas estén por manos de los dichos inquisidores en poder de los notarios del dicho Oficio por ante quien pasan las tales escrituras y actos… ». Voir Miguel Jiménez Monteserín, op. cit., p. 110.

28 Op. cit. : « … y el dicho dean le mandó que so pena de relapso que no dijese a nadie cuánto avía pagado ».

29 À partir de 1498, les Instructions se font plus fermes à l’endroit des abus observés ici et là : désormais, les sentences devront être rendues avec diligence pour ne pas causer de tort à l’accusé et à sa famille (p. 118, art. III) ; les inquisiteurs ne pourront plus accepter de présents de la part des accusés (p. 147, art. V & p. 148, art. IX) et leur salaire, qui doit leur permettre de vivre décemment selon leur fonction, devra leur être garanti afin d’éviter qu’ils ne cèdent à la tentation d’alourdir les peines pour assurer leurs gages (p. 118, art. V) ; l’accusé sera informé des chefs d’inculpation qui pèsent sur lui (p. 117, art. III) et aura à ses côtés un avocat pour plaider sa cause ; nulle procédure ne sera plus engagée sur dénonciation anonyme, même si les noms des accusateurs ou témoins seront tenus secret. Enfin, les inquisiteurs ne seront plus autorisés à commuer les pénitences (jeûne, flagellation, pèlerinage…) en peine pécuniaire (p. 119, art. VI). Les numéros de pages renvoient à l’ouvrage de Miguel Jiménez Monteserín, op. cit. Voir également Historia de la Inquisición en España y América, t. I, sous la direction de J. Pérez Villanueva et B. Escandell Bonet, Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), Madrid, 1984, p. 318-322.

30 Citons pour exemple le cas de la femme de Pedro López, le fils du très puissant échevin de Séville, Diego López, qui avait apporté au soin du ménage une dot de 335.000 maravédis. Au moment de la condamnation de son père, en 1494, le tribunal lui a confisqué sa dot en récupérant les biens acquis par le condamné - son père défunt – depuis le premier jour supposé du délit. Au terme de six années d’une procédure acharnée, Pedro López parvient à récupérer l’intégralité des biens dotaux de son épouse et obtient même un désavoeu hiérarchique de la gestion du receveur local. Voir Béatrice Pérez, L’Inquisition et les judéoconvers en Basse Andalousie occidentale. Les contours d’une histoire politique et sociale à la fin du xve siècle, op. cit.

31 Tarcisio de Azcona, « La Inquisición española procesada por la Congregación General de 1508 », in La Inquisición española. Nueva visión, nuevos horizontes, sous la direction de J. Pérez Villanueva, Siglo xxi, Madrid, 1980, p. 89-163.

32 AGS, section Secretaría de Estado, leg. 12, fol. 192 : « En Medina del Campo. Pesquisa contra algunos que hablan mal de la reina católica y de su marido… (1509) ».

33 Juan Gil, Los conversos y la Inquisición sevillana, t. I, Universidad de Sevilla, Séville, 2000, p. 247.

34 Claudio Guillen, « Un padrón de conversos sevillanos (1510) », in Bulletin Hispanique, Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, t. LXV, 1963, p. 54 et suivantes. Voir également Juan Gil, op. cit., p. 238 et suivantes.

35 La somme exacte est de 28.504 ducats. Voir Béatrice Pérez, op. cit.

36 Dans un document inquisitorial de 1516, les judéoconvers sévillans sont qualifiés sans ambiguïté de « faction » (partido) : « Comisión de Su Magestad el año de 1516… sobre ciertas querellas que se dieron por parte de la ciudad de Sevilla contra Pedro de Villacis, receptor que fue en aquella Inquisición… en que se pretendía el dicho receptor aver fecho exacciones y agravios a diversas personas de aquel partido… » (Archivo Histórico Nacional, section Inquisición, libro 1254, fol. 11).

37 AGS, section Diversos de Castilla, leg. 8, fol. 86. Le document n’est pas daté, mais nous pouvons affirmer qu’il est contemporain de la pragmatique de réforme de Jean le Sauvage précisément en raison de la teneur des revendications qu’il contient. Pour plus de précisions, se reporter à la pragmatique, reproduite dans l’ouvrage publié sous la direction de Raphaël Carrasco, Aux premiers temps de l’Inquisition espagnole (1478-1561), Université de Montpellier III, 2002, p. 300-312.

38 En réalité, seuls les frères du duc, don Juan de Figueroa et don Francisco Ponce de León, ont été compromis dans la révolte du 17 septembre 1520, le duc lui-même ayant fermement nié toute implication. Pour autant, cette distinction très captieuse établie entre le duc et sa fratrie laissait sceptique à Séville où l’on évoquait volontiers « los del bando de Ponce de León ». Voir Antonio Benítez de Lugo, Discurso de la Comunidad de Sevilla qu’escrivió un clérigo apasionado de la Casa de Niebla año 1520, Séville, 1881. Voir également Joseph Pérez, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Siglo xxi, Madrid, 1998, p. 393.

39 AGS, section Secretaría de Estado, leg. 17, fol. 50, 10 septembre 1520.

40 Manuel Giménez Fernández, Bartolomé de las Casas, v. II, Séville, 1960, p. 953, note 3191. Selon cet auteur, en 1531, lorsque l’Inquisition de Tolède commença ses investigations sur les implications d’Alonso Gutiérrez de Madrid dans le mouvement comunero, un témoin vint déclarer : « …que antes de las Comunidades e casi en aquel tiempo oyó decir este testigo que Alfonso Gutiérrez de Madrid entendía en que las cosas del Santo Oficio de la Inquisición se hiciesen con cárcel abierta e testigos públicos e que oyó decir quel dicho Alfonso Gutiérrez lo negociaba en Roma… ».

41 Voir Joseph Pérez, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Siglo xxi, Madrid, 1998, p. 506-507 et p. 543-545.

42 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sans numérotation. Francisco del Alcázar, le fils de Pedro del Alcázar, et Gonzalo del Puerto afferment conjointement les rentes de l’almojarifazgo de Séville dès l’année 1509. En 1520, la famille Alcázar, toujours plus puissante, emporte le contrat d’affermage des rentes de l’alcabala de Séville moyennant la somme substantielle de 34.000 ducats (voir Juan Gil, op. cit., p. 287).

43 AGS, CMC, op. cit.

44 Pierre Chaunu, L’Espagne de Charles Quint, Sedes, Paris, 1973, t. II, p. 503.

45 Le 12 avril 1521, le cardinal Adrien d’Utrecht et l’Amiral de Castille mettent en garde Charles V sur le grand péril qu’il y aurait à laisser se répandre les thèses de Luther dans la péninsule, d’autant que ceux qui y travaillent ambitionnent la ruine de l’Inquisition : « … con incitación y ayuda de algunos destas partes que desean impedir o enervar el Santo Oficio de la Inquisición ha tenido forma de hacer traducir y poner en lengua castellana sus heregías y blasfemias y embiarlas a sembrar y publicar en esta católica nación… », cité par Augustin Redondo, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », in Mélanges de la Casa de Velázquez, I (1965), p. 122. Officiellement, à Worms, une rétractation de Luther restait possible. Mais le courrier du cardinal, antérieur à la réunion, manifeste précisément les inquiétudes des instances dirigeantes espagnoles devant la rencontre des aspirations des conversos et de la Réforme protestante dans un contexte de grande turbulence politique due, en partie, à la révolte des comuneros.

46 H. Martin, « Le legs du Moyen Âge (1450-1520) », in Histoire des catholiques en France, sous la direction de François Lebrun, Privat, col. Pluriel, Paris, 1980, p. 72.

47 Marc Lienhard, « Luther et l’Europe », in L’aventure de la réforme. Le monde de Calvin, sous la direction de Pierre Chaunu, Hermé, Paris, 1986, p. 104.

48 Marc Lienhard, Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Histoire et Société, nº 21, Labor et Fides, Genève, 1991.

49 Selon l’archevêque Bartolomé Carranza, dans son Catecismo Cristiano, les Rois Catholiques avaient été contraints de prononcer des censures contre les Saintes Écritures pour éviter que les conversos n’enseignent leurs enfants dans la Loi de leurs pères : « Después que los judíos fueron echados de España, hallaron los jueces de la religión que algunos de los que se convirtieron a nuestra Santa Fe, instruían sus hijos en el judaísmo, enseñándoles las ceremonias de la Ley de Moisés por aquellas Biblias vulgares en España, las cuales, ellos después imprimieron en la ciudad de Ferrara. Por esta causa tan justa se vedaron las Biblias vulgares… » (voir José Martínez Millán, « Aportación a la formación del Estado Moderno y a la política española a través de la censura inquisitorial durante el periodo 1480-1559 », in La Inquisición española. Nueva visión, nuevos horizontes, sous la direction de J. Pérez Villanueva, Siglo xxi, Madrid, 1980, p. 543-544).

50 Martin Luther, Préface à l’Ancien Testament, in De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible, traduction de Philippe Büttgen, Point Essais, Paris, 1996, p. 99.

51 Martin Luther, Que Jésus Christ est né Juif, cité par Marc Lienhard, Martin Luther. Un temps, une vie, un message, op. cit.

52 Voir José Luis González Novalín, « La herejía luterana y el nuevo rumbo del Santo Oficio », in Historia de la Iglesia en España, sous la direction de Ricardo García-Villoslada, BAC, Madrid, 1980.

53 Béatrice Pérez, op. cit. Citons les cas de Luis Márquez, Pedro Márquez et Marcos de Gibraleón, qui exportent des bastardos vers les Flandres dans les années 1490.

54 Il s’agit du juif renégat Pfefferkorn. Soutenu par les dominicains de Cologne, il rédige divers pamphlets contre la littérature rabbinique, entraînant dans la polémique l’humaniste allemand Reuchlin qui entendait, pour sa part, placer la littérature rabbinique au centre d’une érudition nouvelle. Voir L’aventure de la Réforme. Le monde de Calvin, op. cit., p. 70-71 et Renée Neher-Bernheim, Histoire juive de la renaissance à nos jours. Faits et documents, éd. Klincksieck, Paris, 1971.

55 Le terme « naître » est un peu abusif, car depuis le début du xvie siècle, se développent des courants messianiques inspirés souvent par des juifs convertis : Isaac Abrabanel avait prédit la venue du messie pour 1503 ; quant à David Reubeni, il chercha, sans succès, à gagner Charles V à la cause des juifs.

56 Cette haine et la répression sévère qu’il exerce à l’encontre des conversos suscitent les protestations très vives des représentants des villes aux Cortès de Valladolid en 1523. Voir Historia de la Inquisición en España y América, t. I, op. cit., p. 447-448.

57 En effet, Rabbi Abraham Ben Elieser Ha Levi, qui voyait en Luther un crypto-juif, avait prévu la venue du messie en 1540. Pourtant, dès la diète d’Augsbourg, en 1530, le rabbin Joselmann de Rosheim, représentant des juifs de l’Empire auprès de Charles V, avait condamné les excès eschatologiques des juifs séduits par Luther en dénonçant la théorie de la justification par la foi seule (voir Marc Lienhard, op. cit., « Les réactions des juifs à l’émergence du mouvement luthérien » et Renée Neher-Bernheim, op. cit., p. 35). En 1546, il saluera même la victoire de Charles sur les protestants à Smalkade.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search