Version classiqueVersion mobile

L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle

 | 
Marie-Catherine Barbazza

Avant-propos

Texte intégral

1Au sein de l’Équipe d’Accueil ETILAL, un certain nombre de chercheurs s’intéressent à l’Espagne classique et plus particulièrement à l’Inquisition. Avant que n’ait été choisie la question de concours de l’année 2003, l’organisation d’un colloque avait été décidée sur le thème suivant : L’Inquisition espagnole et ses réformes au xvie siècle. Nous souhaitions réunir au cours de cette manifestation des spécialistes pouvant apporter un regard nouveau sur le sujet. Nous avons ensuite décidé d’ouvrir ce colloque à un public plus large en diversifiant les interventions de sorte que des aspects importants soient présentés selon une approche susceptible d’aider des étudiants d’Agrégation dans leur travail.

2Nous avons fait le choix d’ouvrir ce colloque par une évocation des premiers temps de l’Inquisition en Espagne et dans l’Amérique coloniale (José Enrique Sánchez Bohórquez). La répression inquisitoriale exercée contre les judéo-convers et les mutations sociales qu’elle a provoquées à la fin du xve et au début du xvie siècle est présentée à travers l’exemple de Séville (Béatrice Pérez).

3Trois autres aspects essentiels de la répression ont été retenus ensuite avec la persécution des « biblistes » salmantins des années 1570 (Michèle Escamilla), la lutte contre le protestantisme menée par les tribunaux de Valence (David Kahn), de Saragosse (Julián Durán) entre les années 1560 – 1610 et l’influence de Calvin en Espagne (Annie Molinié-Bertrand). Il est intéressant de confronter ces trois contributions avec l’étude d’un collègue angliciste sur « L’Angleterre moderne et les inquisitions » et d’avoir ainsi un regard croisé sur la répression inquisitoriale (Luc Borot).

4Trois contributions s’attachent au problème plus spécifique du personnel du Saint-Office. La première permet de mieux appréhender le rôle des évêques inquisiteurs à l’époque de Philippe II (Ignasi Terricabras). La deuxième nous fait découvrir les familiers du tribunal de Cuenca (Anita Gonzalez Raymond). La troisième est constituée d’une étude de cas : la visite du licencié Diego de Haedo dans le district inquisitorial de Saragosse (1575).

5Le dernier aspect abordé au cours de ce colloque concerne les vieux chrétiens à travers l’analyse des causes mineures du tribunal de Cuenca dans la deuxième moitié du xvie siècle (Pascal Gandoulphe).

6La communication de Raphaël Carrasco sur « L’Inquisition espagnole et le « disciplinement » : questions et perspectives de recherche », qui introduit ces actes, constitue à la fois le bilan d’une longue réflexion menée au sein des séminaires de l’équipe et une invite à reconsidérer le rôle réel qu’a pu jouer l’Inquisition espagnole, à mieux saisir les subtiles imbrications entre pouvoir politique et religieux, leur intromission dans la vie publique et privée des sujets dans la société espagnole du temps des premiers Habsbourg.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search