Version classiqueVersion mobile

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

 | 
Markus Arnold
, 
Corinne Duboin
, 
Judith Misrahi-Barak

II—Individuals and Communities: The Human and the Nonhuman Ecotone

Des frontières à géométrie variable : une sociologie des alliances objectives entre citoyens français et étrangers comoriens à Mayotte

Nicolas Roinsard

Résumé

Seule des quatre îles de l’archipel des Comores à avoir refusé l’indépendance en 1974, Mayotte est devenue en 2011 le 101e département français. Une double frontière, politique et économique, s’érige ainsi entre le nouveau département français et ses « îles sœurs » (Anjouan, Grande Comore et Mohéli) tandis que les frontières géographiques sont, pour leur part, beaucoup plus poreuses. En 2017, 44 % de la population recensée à Mayotte est étrangère, et 15 à 20 % sont en situation irrégulière. Les efforts démultipliés de l’État pour enrayer la pression migratoire ont assez peu d’effets, et la population mahoraise n’hésite pas à exprimer, dans la rue ou dans les urnes, son exaspération à l’endroit des Comoriens et plus particulièrement des « clandestins ». Pour autant, les relations sociales entre citoyens français et étrangers comoriens sont beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît : si le citoyen comorien est très souvent renvoyé à son altérité du point de vue de la nationalité, il est aussi en partie intégré dans le tissu social local selon des logiques économiques, matrimoniales, territoriales, politiques, culturelles, religieuses et animistes. Ces alliances objectives entre Mahorais et Comoriens expriment toute la complexité historique et contemporaine des frontières dans cet écotone géoculturel.

Texte intégral

  • 1 Antoine Math, Marie Duflo, « Fantasmes et réalités démographiques », Plein Droit. Revue du GISTI, (...)
  • 2 Parce que la catégorie politique de l’immigré comorien « clandestin » est juridiquement contestabl (...)

1Seule des quatre îles de l’archipel des Comores à avoir refusé l’indépendance en 1974, Mayotte est devenue en 2011 le 101e département français et le 5e département d’Outre-mer. Une double frontière, politique et économique, s’érige ainsi entre le nouveau département français et ses « îles sœurs » (Anjouan, Grande Comore et Mohéli) tandis que les frontières géographiques sont, pour leur part, beaucoup plus poreuses. En 2017, 48 % de la population recensée à Mayotte est étrangère, et environ 12 % est en situation irrégulière1. Les efforts démultipliés de l’État pour enrayer la pression migratoire ont assez peu d’effets, et la population mahoraise n’hésite pas à exprimer, dans la rue ou dans les urnes, son exaspération à l’endroit des Comoriens et plus particulièrement de ceux assimilés comme « clandestins2 ». Pour autant, les relations sociales entre citoyens français et étrangers comoriens sont beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît : si le citoyen comorien est très souvent renvoyé à son altérité du point de vue de la nationalité, il redevient en partie un semblable du point de vue familial, culturel et religieux. Des relations et autres formes d’alliances objectives sont ainsi nouées entre Mahorais et Comoriens. Celles-ci révèlent, en filigrane, toute la complexité historique et contemporaine des frontières dans cet écotone géoculturel.

  • 3 Six enquêtes de terrain, d’environ un mois chacune, ont été menées entre 2013 et 2019. Une premièr (...)
  • 4 Sophie Blanchy, La vie quotidienne à Mayotte, Paris, L’Harmattan, 1990.

2S’appuyant sur des enseignements tirés de plusieurs enquêtes ethnographiques réalisées à Mayotte au cours des six dernières années3, cet article entend discuter et objectiver ces frontières à géométrie variable. Nous rappellerons, dans une première partie, quelques repères historiques sur l’évolution statutaire de Mayotte laquelle a eu pour effet de créer une double frontière politique et économique entre le 101e département français et les trois autres îles de l’archipel. Nous décrirons, dans une seconde partie, la manière dont ce séparatisme politique est sans cesse réactualisé sur le sol mahorais au travers de processus de stigmatisation des « clandestins ». Une troisième partie, enfin, documentera plus avant les logiques d’intégration des étrangers comoriens dans le tissu social local. Si, à l’instar du long et dur mouvement social observé à Mayotte au printemps 2018, le rejet des immigrés semble saturer l’espace public, une observation plus fine des relations nouées entre Mahorais et Comoriens tend à montrer que cette même immigration est en partie intégrée selon des logiques économiques, matrimoniales, territoriales, politiques, culturelles, religieuses et animistes. Si certaines de ces logiques prolongent les rapports d’interconnaissance et d’interdépendance qui ont longtemps structuré les relations sociales à l’échelle de l’archipel4, d’autres se fondent davantage sur de nouvelles inégalités et de nouveaux rapports de domination construits autour de la frontière de la nationalité.

3L’île de Mayotte est intégrée à l’Empire colonial français en 1841 en qualité de chef-lieu d’une colonie comprenant d’abord les îles malgaches de Sainte Marie et Nosy Be (respectivement jusqu’en 1876 et 1877), puis les trois autres îles des Comores à partir de 1897. En 1946, les quatre îles comoriennes deviennent un Territoire d’outre-mer (TOM). Les habitants de ce TOM sont appelés à voter pour ou contre l’indépendance en 1974. Une question se pose cependant du côté des autorités françaises : doit-on consulter « la population comorienne » pour un destin commun à l’archipel ou « les populations » pour un destin singulier de chaque île ? Après maintes hésitations, c’est finalement la seconde voie qui est retenue, la France prenant le risque de déroger au droit international et, dans ce cadre, à la règle de l’intangibilité des frontières inscrite par l’Organisation des nations unies (ONU) dans la Charte de décolonisation du 14 décembre 1960. Alors que 95 % des Comoriens votent pour l’indépendance, Mayotte, avec 65 % des suffrages exprimés, fait le choix de rester française. L’ONU prend acte de ce résultat et proclame, le 12 novembre 1975, l’Union des Comores — composée de ses quatre îles — comme pays indépendant, tandis que la France revendique l’appartenance de Mayotte au nom de l’autodétermination des peuples. En 1976, un nouveau référendum est organisé pour confirmer ou non cette volonté. Les résultats sont sans appel : 99,4 % des Mahorais votent pour le rattachement de leur île à la France, les pro-indépendantistes ayant été chassés entre temps ou suffisamment menacés pour voter dès lors le rattachement à la France. Celle-ci prend acte de ce vote en conférant à Mayotte le statut de collectivité territoriale de la République française. En 2001, Mayotte est dotée d’un nouveau statut : celui d’une collectivité départementale. Un programme d’assimilation législative est mis en place afin de préparer la départementalisation, actée le 31 mars 2011. L’île, enfin, rejoint le rang des Régions ultrapériphériques d’Europe en janvier 2014. Cette longue intégration politique, française et européenne, reste juridiquement contestée par l’Union des Comores, l’ONU et l’Organisation de l’unité africaine.

  • 5 Rémi Carayol, « Mayotte, une société disloquée », Plein Droit. Revue du GISTI, no 74, 2007 ; Julie (...)

4Passée la sphère politique et diplomatique opposant la France aux Comores, les circulations entre les quatre îles ont longtemps demeuré courantes pour une population habituée à migrer dans l’archipel pour des raisons essentiellement familiales, économiques et sanitaires5. Un premier visa de circulation est mis en place en 1986, finalement peu contraignant en l’absence de contrôles et d’expulsions régulières. Le visa dit « Balladur », instauré en 1995, crée, quant à lui, une véritable frontière politique entre Mayotte et les trois autres îles comoriennes. Ce visa étant très difficile à obtenir, les populations comoriennes empruntent désormais — et ce au péril de leur vie — de petites embarcations de pêcheurs (kwassa-kwassa) pour parcourir les 70 kilomètres qui séparent Anjouan de Mayotte. Encore aujourd’hui, c’est la principale voie d’accès empruntée par les immigrés comoriens, et ce malgré le renforcement des contrôles de la Police de l’air et des frontières.

5À la frontière politique qui s’érige entre l’Union des Comores et Mayotte s’ajoute une frontière économique qui encourage, de fait, l’immigration comorienne. Le différentiel économique entre les Comores et Mayotte ne cesse de s’accentuer sous l’effet des mesures économiques et sociales de la départementalisation. Le PIB par habitant de Mayotte augmente en moyenne à un rythme de 5 % par an. Il est aujourd’hui dix fois plus élevé que celui des Comores. Ici réside ainsi, pour l’État français, toute la difficulté d’affirmer une frontière politique tout en accentuant la frontière économique. De fait, la seconde affaiblit la portée de la première, au grand dam d’une partie croissante de la population mahoraise qui voit en l’immigré comorien le premier et le principal obstacle au développement de l’île

  • 6 Certaines familles délogées, installées de longue date à Mayotte, étaient de fait en situation rég (...)
  • 7 Dénétem Touam Bona, « Mayotte, l’archipel censuré », Africultures, no 105, 2016, p. 158.

6Au printemps 2018, Mayotte a été secouée par un long et dur mouvement social dont le principal mot d’ordre était « la lutte contre l’immigration clandestine ». Des barrages ont été érigés aux quatre coins de l’île, paralysant ainsi l’économie pendant plus de deux mois. Ce mouvement, d’une ampleur inédite, a révélé le niveau d’exaspération et d’hostilité d’une partie croissante de la population mahoraise vis-à-vis des immigrés comoriens en général, et des Anjouanais en particulier. Les premières manifestations contre l’immigration « clandestine » datent des années 1990. Elles se sont multipliées dans les années 2000 et ont pris des formes de plus en plus violentes : habitats détruits, rixes entre adultes, expulsion des enfants des écoles du village, etc. De janvier à juillet 2016, l’île a connu un triste spectacle de « décasages » dans plusieurs villages de brousse : des « clandestins » ou assimilés comme tels6 ont été chassés de leurs habitats par des collectifs villageois, réunis par la suite sous la bannière du Collectif de défense des intérêts de Mayotte (CODIM). Ces expulsions, réalisées en dehors de tout cadre judiciaire, se sont répétées au printemps 2018. De même, des milices locales ont pu se former au cours de ces dernières années pour traquer et capturer des individus soupçonnés de faits de délinquance afin de les remettre aux mains des forces de l’ordre, partageant ainsi avec ces derniers le « monopole de la traque légitime7 ». Entre mai et septembre 2018, enfin, des manifestants se sont relayés jour après jour devant le bureau de l’immigration de la Préfecture pour empêcher les étrangers de venir faire leurs démarches de titres de séjour. Un blocage populaire initié en signe de représailles face au refus de l’État comorien d’accueillir leurs ressortissants, expulsés en masse par les autorités françaises à la suite du mouvement social.

  • 8 On notera que la variation des valeurs entre 2017 et 2019 est étroitement liée au niveau de l’abst (...)

7Les signes ne trompent pas. Qu’ils soient de nature infra politique comme l’illustrent ces différentes formes de contestation populaires (et illégales) ou de nature électorale avec, notamment, la percée du vote Front National lors des élections présidentielles d’avril 2017 (27,28 % au 1er tour, contre 2,77 % en 2012) et des élections européennes de mai 2019 (45,56 % pour le Rassemblement national8), tous témoignent de l’approche d’un point de rupture : Mayotte ne peut accueillir indéfiniment « toute la misère du monde », précisément ici celle de l’archipel. Avec 256 500 habitants recensés en 2017, la population résidant à Mayotte a doublé en 20 ans, et a été multipliée par 5,5 en 40 ans. D’une superficie de 374 kilomètres carré, l’île est aujourd’hui le département français le plus densément peuplé (hors Île-de-France), tout en composant avec un déficit important d’infrastructures (éducatives, sanitaires, immobilières, etc.). Le sentiment communément partagé est que Mayotte, in fine, ne pourra jamais vraiment bénéficier du développement escompté du fait de cet accroissement démographique : écoles surchargées, hôpital sous-tension, bidonvilles qui prolifèrent, montée de la délinquance de survie, etc. Certains vont encore plus loin en prétendant que la départementalisation profite avant tout aux étrangers, intégrés par les institutions françaises (école, hôpital, droit des étrangers, etc.) et défendus par les associations dites « droits-de-l’hommiste » (la CIMADE en particulier). C’est précisément le sens du slogan porté par le « mouvement des Femmes leader » qui s’inscrit dans le droit-fil du combat départementaliste : « Nous avons semé et d’autres récoltent ».

  • 9 Antoine Math, « Mayotte, terre d’émigration massive », Plein Droit. Revue du GISTI, no 96, 2013, p (...)
  • 10 Myriam Hachimi Alaoui, Élise Lemercier, Élise Palomares, « Reconfigurations ethniques à Mayotte. F (...)

8Une crainte renforcée par la structure de la population et le risque afférent d’un renversement démographique. La part de la population étrangère dans la population totale est en effet passée de 15 % en 1990 à 41 % en 2007, et 48 % en 2017. Dans le même temps, entre les recensements de 2002 et de 2012 précisément, on enregistrait un solde migratoire négatif : le nombre de Mahorais quittant l’île tous les ans était alors bien supérieur au nombre d’arrivées9. Selon l’enquête « Migrations, famille et vieillissement » réalisée par l’INED, 45 % des 18-24 ans et 26 % des 18-79 ans natifs de Mayotte vivaient hors du département en 2012. Ils migrent dans les autres départements français pour poursuivre leurs études, trouver un emploi ou encore disposer de droits sociaux plus avantageux que ceux en vigueur à Mayotte. Alors que Mayotte s’est distinguée des trois autres îles comoriennes en refusant l’indépendance au profit d’une intégration dans la République française, beaucoup estiment aujourd’hui que ce destin politique leur est volé du fait de la dynamique migratoire : les Mahorais quittent le département, les Comoriens s’y installent. Dans ce contexte, la figure de l’Anjouanais sans papier cristallise toutes les tensions et autres formes de stigmatisation10.

  • 11 Si la part de l’immigration, régulière et non régulière, atteint en effet des niveaux qui interrog (...)

9Le traitement médiatique, local et national, du mouvement social observé au printemps 2018 a pu donner l’impression que la population mahoraise dans son ensemble fustigeait une immigration « clandestine » devenue si importante qu’elle catalyserait, à elle seule, tous les maux de la société locale11. Or, il est capital ici de multiplier les échelles d’appréciation d’une immigration, globalement contestée à l’échelle de la société dans son ensemble, mais en partie intégrée à des échelles microsociologiques. Ces logiques d’intégration empruntent différentes voies : économiques, démographiques, matrimoniales, territoriales, politiques, culturelles, religieuses et animistes.

  • 12 Perrine Burnod, Jean-Michel Sourisseau, « Changement institutionnel et immigration clandestine à M (...)
  • 13 Locations qui peuvent être très onéreuses compte tenu du niveau de confort et de salubrité des dit (...)
  • 14 Ainsi, certaines attestations d’hébergement sont monnayées en échange de l’acquittement de facture (...)

10L’économie mahoraise est dominée par le secteur tertiaire qui compte, à lui seul, plus de huit emplois sur dix, et dont la moitié sont des emplois publics (éducation, hôpital, administrations, action sociale.). Pour autant, ces emplois ne profitent qu’à une faible proportion de la population. Selon l’Insee, seuls 38 % des Mahorais âgés de 15 à 64 ans occupent un emploi en 2017, contre 69 % en métropole. Une grande partie de la population survit ainsi en recourant à l’économie agraire d’autosubsistance et aux emplois non déclarés, réputés en nombre. Si l’importance de l’économie dissimulée renvoie à des conditions d’échange du travail qui ont longtemps été organisées en dehors de tout cadre salarial, elle est également soutenue par le poids démographique des étrangers en situation irrégulière12. Dans une pure logique de survie économique, ces derniers se voient dans l’obligation d’accepter ces emplois non déclarés pour des salaires compris bien souvent entre 150 et 250 euros mensuels. L’importance du recours à une main-d’œuvre « sans papiers » dans les BTP, l’agriculture, la pêche et les services domestiques (ménage, gardiennage, garde d’enfants et/ou de personnes âgées) notamment, justifie ainsi l’installation de familles entières dans des villages de brousse. Ainsi, lors des « décasages » survenus en 2016, plusieurs étrangers, d’abord chassés de leurs habitats, ont rapidement été recontactés pour qu’ils reviennent travailler car il n’y avait plus de maçons pour construire les maisons, plus de paysans pour travailler la terre, de bouviers pour surveiller les zébus... De même, les petites boutiques d’approvisionnement (douka) que l’on retrouve dans tous les villages de brousse ont connu alors une baisse sensible de leur chiffre d’affaire, une grande part de leur clientèle étant composée d’étrangers en situation irrégulière qui, à l’inverse de la population mahoraise, peuvent difficilement se déplacer vers les grandes surfaces (peur des contrôles, absence de moyens de mobilité, etc.). Enfin, des rapports économiques sont également observés sur la question de l’hébergement à travers la location d’habitat13 ou l’achat d’attestation d’hébergement14, condition sine qua none pour pouvoir scolariser les enfants dans le village notamment. Dans un certain nombre de cas, l’occupation d’un terrain se fait en échange d’une prestation de travail, de nature agricole, domestique ou même « salariée » : ainsi certains agents de nettoyage embauchés par les communes ont pu organisé une sous-traitance partielle de leur propre emploi salarié au profit de « sans-papiers » dans des conditions économiques très favorables pour le donneur d’ordres.

  • 15 Mayotte Hebdo, no 132, septembre 2003.
  • 16 En novembre 2016, l’une des porte-paroles du CODIM a été condamnée pour travail dissimulé : elle a (...)

11On observe ici un des paradoxes manifeste auxquels est confronté la population mahoraise : dire non à l’immigration « clandestine » tout en disant oui aux rapports économiques avec les « clandestins ». Un paradoxe bien ancré dans les rapports sociaux interethniques. Ainsi témoignait déjà, il y a quinze ans, un élu à la suite de manifestations de violence de femmes mahoraises à l’encontre des immigrés : « Les clandestins, c’est nous qui les logeons, nous qui leur prêtons nos barques pour qu’ils aillent pêcher, notre terrain pour qu’ils le cultivent. Il faut que chacun prenne ses responsabilités15 ». À ce titre, un des mots d’ordre du CODIM qui est à l’origine des « décasages » est désormais de « faire le ménage » dans ses propres rangs, au risque sinon de perdre toute crédibilité dans son action de lutte contre l’immigration irrégulière16.

  • 17 Insee, « La moitié des mahorais vivent en couple », Insee Flash Mayotte, no 26, 2016.

12Réduites aujourd’hui à la figure de « clandestins », les populations comoriennes ont, en réalité, circulé de tout temps au sein de l’archipel, pour des raisons essentiellement économiques et matrimoniales. Peu de familles mahoraises ne comptent pas, parmi leurs apparentés, de membres issus des autres îles de l’archipel. Les données récentes sur le nombre d’unions mixtes à Mayotte montrent que les logiques matrimoniales continuent très largement de dépasser les frontières politiques au sein de l’archipel. On enregistre ainsi trois fois plus d’unions mixtes à Mayotte (32 % du total des unions) qu’à l’échelle nationale, et la moitié de ces unions sont le fait d’une femme née aux Comores et d’un homme né à Mayotte17. On peut comprendre l’intérêt pour ces femmes étrangères de contracter une union mixte avec un homme mahorais de nationalité française. Si l’union prévient en soi les risques de paupérisation attachés au statut de famille monoparentale, l’union mixte a l’avantage ici d’ouvrir des droits pour le conjoint étranger et ses enfants et palier ainsi une citoyenneté politique en négatif : la reconnaissance de paternité permet à l’enfant d’acquérir la nationalité française, et à la mère d’obtenir plus facilement un titre de séjour de dix ans et d’ouvrir ainsi des droits à la Sécurité sociale et à la Caisse d’allocations familiales. Ainsi, le choix d’un conjoint français s’inscrit parfois dans la stratégie-même de migration et d’installation. Il est mentionné comme tel dans nombre d’entretiens réalisés auprès de femmes comoriennes pour qui le choix matrimonial est solidaire d’une logique d’intégration et de survie économique sur le sol mahorais. Une logique connue de tous et qui transparaît dans les représentations émiques :

— Parce que les gens ils disent : deux pwéré ne se marient pas, dans le symbolique lié aux étrangers, des comoriens, deux pwéré, dans les qualificatifs préjugés, le pwéré c’est un poisson, c’est surtout les Anjouanais qui le pêchent, donc même eux, les Anjouanais, ils disent : deux pwéré ne se marient pas, parce que ça annule tout l’intérêt. Mais si tu es un Mahorais, d’office c’est un enfant français.
— Oui, avec la reconnaissance de paternité ?
— Voilà, si c’est deux pwéré, il faudra attendre le droit du sol. Les stratégies migratoires à Mayotte, c’est vraiment avoir un homme mahorais, et une fois qu’on l’a, la stratégie de la grossesse pour les papiers et tout ça. La grossesse, c’est pas seulement pour les papiers, c’est aussi pour les factures, la prise en charge, et pour partir, c’est-à-dire une fois que tu as l’homme et que tu es enceinte tu ne peux plus, enfin ça va être compliqué d’accueillir sous le même toit que ta sœur, et donc du coup la personne (la femme) va dire : il faut qu’on construise quelque part, un banga (habitat de tôle). Donc du coup, à un moment donné, les gens ils sont aussi humains, aussi musulmans et l’aspect solidarité. Après la fratrie qui peut être là, parce que si le père n’est pas là, la dame anjouanaise peut venir me voir moi, le frère. Il y a aussi la mère, si la mère aime bien la femme, elle va la protéger, elle va lui donner un endroit où habiter, si y a une sœur qui l’aime bien pareil. (travailleur social mahorais, 42 ans)

  • 18 Le mariage à Mayotte est, dans la très grande majorité des cas, un mariage avant tout religieux, c (...)
  • 19 Sophie Blanchy, La vie quotidienne à Mayotte, op. cit.
  • 20 « Dans les décennies passées, la répartition des devoirs entre conjoints était claire : la femme j (...)
  • 21 Sophie Blanchy, « Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et re (...)

Comme indiqué dans cet extrait d’entretien : à l’alliance matrimoniale18 entre un homme mahorais et une femme anjouanaise peuvent s’ajouter, dans certains cas, des logiques d’intégration territoriale rattachées aux logiques d’honneur et d’économie symbolique propres à l’organisation sociale traditionnelle19. La règle de la matrilocalité ne pouvant s’appliquer pour une immigrée qui n’a pas sa famille à Mayotte, le mari se doit de loger sa femme et leur(s) enfant(s), le cas échéant sur un terrain familial. Son honneur d’homme, de père/géniteur et de bon musulman y est en jeu. L’homme se doit de subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants « du moment », c’est-à-dire du ménage, de l’union qu’il consomme actuellement. Les enfants issus d’une union précédente sont censés être pris en charge par le nouveau mari ou la famille de son ex-femme. Ces logiques d’intégration matrimoniales et territoriales s’inscrivent ainsi dans un ordre social endogène qui supplante les divisions construites autour de la nationalité, opérantes sur d’autres scènes sociales. Pour l’homme mahorais, se marier religieusement avec une étrangère en situation irrégulière lui permet aussi de recouvrer une position dominante qu’il a en partie perdue avec les nouvelles règles juridiques d’égalité homme-femme et la possibilité, pour les épouses, de recourir au droit commun pour des affaires familiales (avec, en premier lieu, la demande de pension alimentaire20). En fournissant la maison, il place sa femme dans une position vulnérable, de dépendance. « Dans le cas des Mahoraises mariées à des étrangers, la relation jouit au contraire d’un rééquilibrage en faveur de la femme. Grâce à elle, le conjoint peut obtenir un titre de séjour et trouver du travail : il se montre plus respectueux, elle plus autoritaire21. »

  • 22 Estelle Richard, Compétence métisse : mobilisations et métier politique à Mayotte (1975-2005), Doc (...)

13Le poids démographique de la population comorienne présente à Mayotte joue également un rôle éminemment politique. Outre les enfants français nés d’une union mixte entre un conjoint comorien et un conjoint mahorais, beaucoup d’enfants nés à Mayotte de parents étrangers bénéficient, à l’âge adulte, de la nationalité française par le droit du sol. Ils ont ainsi le droit de vote et constituent une réserve électorale nécessairement approchée par les candidats à un mandat politique. À Mayotte, voter pour un candidat plus qu’un autre, c’est d’abord affirmer une affiliation, une obligation morale vis-à-vis de celui ou celle qui appartient à son réseau (villageois, de parenté, de classe d’âge, religieux, animiste), bien plus qu’une adhésion à un projet politique22. Mais ce soutien que l’on peut compter auprès de ses affiliés, il faut ensuite le payer... Les logiques clientélaires sont au cœur des rapports sociaux entre élus et administrés. Des familles comoriennes, agrégées à une échelle territoriale, vont ainsi monnayer le vote de leurs enfants français en échange d’un contre-don qui peut prendre différentes formes : mise à disposition d’un terrain, obtention d’un emploi, dons de nourriture, etc. Dans certaines communes, le poids démographique des jeunes adultes naturalisés est tel qu’il peut aussi faire basculer une élection. Aussi peut-on entendre dire que le maire du chef-lieu Mamoudzou, d’origine anjouanaise, a-t-il été élu par « les votes de la forêt », c’est-à-dire des populations naturalisées mais qui vivent au milieu des bidonvilles de « clandestins ». Ces logiques démographiques et politiques participent, en retour, de l’exaspération des Mahorais et de la peur du renversement démographique. De ce point de vue, les Comores seraient finalement en train de récupérer Mayotte par la démographie, là où le combat politique et diplomatique avec la France serait perdu d’avance.

  • 23 Perrine Burnod, Jean-Michel Sourisseau, « Changement institutionnel et immigration clandestine à M (...)
  • 24 Sophie Bouffart, La possession comme lieu et mode d’expression de la complexité sociale : le cas d (...)
  • 25 Sophie Bouffart, La possession comme lieu et mode d’expression de la complexité sociale : le cas d (...)

14Une des dernières voies d’intégration des Comoriens dans le tissu social tient au partage d’une même langue (qui se décline sous deux formes à l’échelle de l’archipel) et d’une même culture religieuse, animiste et archipélique. Les populations comoriennes et mahoraises partagent d’abord une même religion, l’Islam sunnite, qui représente de fait un support important de lien social. La nationalité, française ou étrangère, n’a pas lieu d’être à l’entrée d’une mosquée ou lors des nombreuses fêtes religieuses qui rythment la vie sociale à Mayotte. De même, l’administration des mosquées et des écoles coraniques est, dans certains villages, le fait de Grands Comoriens ou d’Anjouanais, et plus particulièrement de ceux et celles qui peuvent se réclamer d’une lignée Kabaila (aristocratie arabo-persane dite shirazienne). On peut ainsi être étranger du point de vue civil, mais occuper une position des plus honorables à l’échelle du village : l’Imam et le fundi (maître) coranique sont écoutés, respectés pour leur culture islamique. D’autres activités villageoises, de type ludique ou culturel, témoignent, elles aussi, d’un « vivre ensemble » organisé selon d’autres déterminismes que la citoyenneté politique et civile23. Enfin, les alliances entre Mahorais et Anjouanais s’objectivent également via les réseaux de possession. À Mayotte, on recense principalement des esprits mahorais (patrosi), malgaches (trumba), grand-comoriens (rauhani) et anjouanais (mugala), qui témoignent ainsi de l’intégration sociale des populations issues des différentes vagues migratoires. Stigmatisés aujourd’hui au travers de la figure de l’immigré « clandestin », les Anjouanais ont été intégrés dans les sphères animistes : les lieux sacrés des mugala se situent d’abord à Anjouan, mais les patrosi qui sont leurs alliés, leur ont laissé des sites sacrés sur le sol mahorais24. Or, la possession à Mayotte se présente comme un acte politique visant à réaffirmer la nécessaire coordination des lieux de pouvoirs sur l’île : celui des hommes et celui des esprits. Le rituel de possession est toujours une entreprise de réparation d’un préjudice subi. Les esprits communiquent d’abord et avant tout aux initiés pour réaffirmer leur pouvoir, supérieur à celui des humains, et les rappeler au nécessaire respect des traditions animistes. On observe ainsi des interactions entre des réseaux de possession et des réseaux politiques dans une logique, à la fois, de réserve électorale et de diffusion d’un message, d’un projet, les esprits n’hésitant pas à donner leurs avis et conseils aux élus et autres candidats à un mandat25. Le canal animiste constitue ainsi une des voies des plus invisibles de l’intégration des populations comoriennes dans le tissu social local.

15Contre une lecture centrée essentiellement sur le séparatisme politique entre Mayotte et les trois îles comoriennes — séparatisme qui donne ainsi un cadre d’interprétation conjoint aux politiques migratoires répressives et à la contestation sociale observée localement — nous avons fait le choix, ici, de décrire la société mahoraise sous un angle plus rarement commenté : celui des relations sociales qui structurent les rapports entre citoyens français et étrangers comoriens. Si la départementalisation de l’île a entériné une frontière politique et économique entre Mayotte et ses « îles sœurs », la dynamique migratoire observée sur le sol mahorais donne lieu à des alliances objectives entre mahorais/français et comoriens/étrangers qui s’originent dans des logiques économiques, matrimoniales, territoriales, politiques, culturelles, religieuses et animistes. Ces logiques ne sont pas totalement nouvelles. Elles s’inscrivent dans l’historicité-même de ces sociétés qui se sont formées au gré des circulations et des mariages inter-îles. Une historicité largement occultée par les modes de gouvernance postcoloniaux et leur appropriation dans l’espace public qui transforment ainsi les cadres sociologiques de la mobilité et de la culture archipéliques en catégories juridiques de la clandestinité et de l’altérité. De fait, les alliances objectives entre citoyens français et étrangers comoriens ainsi observées de nos jours ne sauraient être appréciées à leur juste valeur sans avoir à l’esprit les rapports de domination qui, dans bien des cas, les sous-tendent. On note, en particulier, un durcissement des rapports ethniques et de genre sous l’effet de la démultiplication des frontières, politiques et sociales.

Bibliographie

Blanchy Sophie, La vie quotidienne à Mayotte, Paris, L’Harmattan, 1990.

Blanchy Sophie, « Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et redéfinition des pratiques », Ethnologie française, n169, 2018, p. 47-56.

Blanchy Sophie, Damien Riccio, Nicolas Roinsard, Juliette Sakoyan, « Mayotte : de quoi la violence est-elle le nom ? », Mediapart, 24 avril 2018, https ://blogs.mediapart.fr/nicolas-roinsard/blog/240 418/mayotte-de-quoi-la-violence-est-elle-le-nom-6 : Accédé le 26 avril 2018.

Bouffart Sophie, La possession comme lieu et mode d’expression de la complexité sociale : le cas de Mayotte, Doctorat en ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre, 2009.

Burnod Perrine, Jean-Michel Sourisseau, « Changement institutionnel et immigration clandestine à Mayotte : quelles conséquences sur les relations de travail dans le secteur agricole ? », Autrepart, no 43, 2007, p. 165-176.

Carayol Rémi, « Mayotte, une société disloquée », Plein Droit. Revue du GISTI, no 74, 2007, p. 7-12.

Florence Sophie, Jacques Lebas, Sophie Lesieur, Pierre Chauvin. Santé et migration à Mayotte, Paris, Inserm, UMRS 707, rapport final à l’AFD, 2008.

Geisser Vincent, « Mayotte, si loin de Paris et pourtant si emblématique de nos “hypocrisies françaises” », Migrations Société, no 164, 2016, p. 5-18.

Hachimi Alaoui Myriam, Élise Lemercier, Élise Palomares, « Reconfigurations ethniques à Mayotte. Frontière avancée de l’Europe dans l’Océan indien », Hommes et migrations, no 1304, 2013, p. 59-65.

Hachimi-Allaoui Myriam, Lemercier Élise, Palomares Élise, « Les “décasages” : une vindicte populaire tolérée », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 20-23.

Insee, « La moitié des mahorais vivent en couple », Insee Flash Mayotte, no 26, 2016.

Math Antoine, « Mayotte, terre d’émigration massive », Plein Droit. Revue du GISTI, no 96, 2013, p. 31-34.

Math Antoine, Duflo Marie, « Fantasmes et réalités démographiques », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 16-19.

Riccio Damien, « Vivre clandestinement et accéder au travail : des logiques communautaires entre résistance et consentement », colloque « Développement et activités informelles à Mayotte, réalités, enjeux et perspectives », CUFR de Dembeni, 30 nov. 2017.

Richard Estelle, Compétence métisse : mobilisations et métier politique à Mayotte (1975-2005), Doctorat en sciences politiques, Université de Montpellier I, 2009.

Roinsard Nicolas, « Conditions de vie, pauvreté et protection sociale à Mayotte : une approche pluridimensionnelle des inégalités », Revue française des affaires sociales, no 3, 2014, p. 28-49.

Roinsard Nicolas « Une jeunesse en insécurité », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 32-35.

Sakoyan Juliette, Un souci en partage. Migrations de soins et espace politique entre l’archipel des Comores et la France, Doctorat en anthropologie, Paris, EHESS, 2010.

Touam Bona Dénétem, « Mayotte, l’archipel censuré », Africultures, no 105, 2016, p. 154-167.

Notes

1 Antoine Math, Marie Duflo, « Fantasmes et réalités démographiques », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 16-19.

2 Parce que la catégorie politique de l’immigré comorien « clandestin » est juridiquement contestable du point de vue du droit international d’une part (cf. infra), et parce que son usage, devenu courant dans l’espace public, a un pouvoir éminemment performatif d’autre part, nous utiliserons les guillemets à chacune de ses occurrences pour bien faire apparaître que notre propos renvoie aux représentations et catégories sociales émiques.

3 Six enquêtes de terrain, d’environ un mois chacune, ont été menées entre 2013 et 2019. Une première partie des enquêtes a été conduite dans le cadre d’une recherche collective financée par l’Agence nationale de la recherche (Foued Laroussi [dir.], La départementalisation de Mayotte : construction et traitement des inégalités sociales et linguistiques, DySoLa, Université de Rouen, 2012-2015), une seconde à titre individuel. Le corpus de données se compose de notes d’observations et d’une centaine d’entretiens réalisés auprès de familles mahoraises et étrangères, de jeunes déscolarisés, de travailleurs sociaux, d’élus et de militants associatifs.

4 Sophie Blanchy, La vie quotidienne à Mayotte, Paris, L’Harmattan, 1990.

5 Rémi Carayol, « Mayotte, une société disloquée », Plein Droit. Revue du GISTI, no 74, 2007 ; Juliette Sakoyan, Un souci en partage. Migrations de soins et espace politique entre l’archipel des Comores et la France, Doctorat en anthropologie, Paris, EHESS, 2010 ; Sophie Florence, Jacques Lebas, Sophie Lesieur, Pierre Chauvin, Santé et migration à Mayotte, Paris, Inserm, UMRS 707, rapport final à l’AFD, 2008.

6 Certaines familles délogées, installées de longue date à Mayotte, étaient de fait en situation régulière ou en voie de l’être. Aussi les « décasages » les ont-elles plongées dans une situation juridique, économique et familiale de nouveau très fragile. Voir : Myriam Hachimi-Allaoui, Élise Lemercier, Élise Palomares, « Les “décasages” : une vindicte populaire tolérée », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 20-23.

7 Dénétem Touam Bona, « Mayotte, l’archipel censuré », Africultures, no 105, 2016, p. 158.

8 On notera que la variation des valeurs entre 2017 et 2019 est étroitement liée au niveau de l’abstention : 56,43 % pour la présidentielle, 71,36 % pour les européennes. Ces chiffres sont intéressants pour notre propos : ils montrent bien que les voix qui portent dans l’espace public dénoncent invariablement l’immigration comorienne, mais que ces voix ne sont représentatives que des votants et non de l’ensemble de la population en âge de voter.

9 Antoine Math, « Mayotte, terre d’émigration massive », Plein Droit. Revue du GISTI, no 96, 2013, p. 31-34.

10 Myriam Hachimi Alaoui, Élise Lemercier, Élise Palomares, « Reconfigurations ethniques à Mayotte. Frontière avancée de l’Europe dans l’Océan indien », Hommes et migrations, no 1304, 2013, p. 59-65 ; Vincent Geisser, « Mayotte, si loin de Paris et pourtant si emblématique de nos “hypocrisies françaises” », Migrations Société, no 164, 2016, p. 5-18 ; Touam Bona, 2016.

11 Si la part de l’immigration, régulière et non régulière, atteint en effet des niveaux qui interrogent la capacité de la société mahoraise à absorber ces flux de population, elle ne saurait expliquer à elle seule la montée de l’insécurité civile observée ces dernières années. Des explications sont également à chercher du côté d’une insécurité sociale objective, marquée par un accroissement des inégalités, une pauvreté endémique et un déficit des politiques sociales. Voir : Nicolas Roinsard, « Conditions de vie, pauvreté et protection sociale à Mayotte : une approche pluridimensionnelle des inégalités », Revue française des affaires sociales, no 3, 2014, p. 28-49 ; Sophie Blanchy, Damien Riccio, Nicolas Roinsard, Juliette Sakoyan, « Mayotte : de quoi la violence est-elle le nom ? », Mediapart, 24 avril 2018 ; Nicolas Roinsard, « Une jeunesse en insécurité », Plein Droit. Revue du GISTI, no 120, 2019, p. 32-35.

12 Perrine Burnod, Jean-Michel Sourisseau, « Changement institutionnel et immigration clandestine à Mayotte : quelles conséquences sur les relations de travail dans le secteur agricole ? », Autrepart, no 43, 2007, p. 165-176 ; Damien Riccio, « Vivre clandestinement et accéder au travail : des logiques communautaires entre résistance et consentement », colloque « Développement et activités informelles à Mayotte : réalités, enjeux et perspectives », CUFR de Dembeni, 30 novembre 2017.

13 Locations qui peuvent être très onéreuses compte tenu du niveau de confort et de salubrité des dits logements...

14 Ainsi, certaines attestations d’hébergement sont monnayées en échange de l’acquittement de factures (eau, électricité, etc.) attachées au logement du propriétaire.

15 Mayotte Hebdo, no 132, septembre 2003.

16 En novembre 2016, l’une des porte-paroles du CODIM a été condamnée pour travail dissimulé : elle avait embauché des « sans-papiers » pour la construction de sa maison.

17 Insee, « La moitié des mahorais vivent en couple », Insee Flash Mayotte, no 26, 2016.

18 Le mariage à Mayotte est, dans la très grande majorité des cas, un mariage avant tout religieux, célébré par un cadi (juge musulman) qui rappelle ainsi les droits et obligations des époux dans le mariage coutumier islamique. S’il est désormais sans valeur légale, le mariage religieux reste d’une importance capitale en cela qu’il réaffirme les normes morales et sociales locales.

19 Sophie Blanchy, La vie quotidienne à Mayotte, op. cit.

20 « Dans les décennies passées, la répartition des devoirs entre conjoints était claire : la femme jouit d’une maison et d’un champ vivrier, assure les soins domestiques, est disponible sexuellement, en échange de la force de production et de reproduction de son mari, géniteur de ses enfants, chargé de l’entretien de la maison et de ses occupants. Les registres des cadis consultés montrent de tout temps les plaintes des femmes dont le mari n’assume pas cet entretien » (Sophie Blanchy, « Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et redéfinition des pratiques », Ethnologie française, no 169, 2018, p. 49-50).

21 Sophie Blanchy, « Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et redéfinition des pratiques », art. cit., p. 52.

22 Estelle Richard, Compétence métisse : mobilisations et métier politique à Mayotte (1975-2005), Doctorat en sciences politiques, Université de Montpellier I, 2009.

23 Perrine Burnod, Jean-Michel Sourisseau, « Changement institutionnel et immigration clandestine à Mayotte : quelles conséquences sur les relations de travail dans le secteur agricole ? », art. cit.

24 Sophie Bouffart, La possession comme lieu et mode d’expression de la complexité sociale : le cas de Mayotte, Doctorat en ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre, 2009.

25 Sophie Bouffart, La possession comme lieu et mode d’expression de la complexité sociale : le cas de Mayotte, op. cit., p. 214-222.

Auteur

Nicolas Roinsard est sociologue, maître de conférences à l’université Clermont Auvergne, et membre de l’équipe d’accueil Communication et Sociétés. Ses travaux de recherche portent sur les transformations des sociétés françaises de l’océan Indien occidental (La Réunion et Mayotte). Il s’intéresse à la fois aux inégalités internes qui structurent ces sociétés (inégalités de classe, de genre, de génération et de citoyenneté), et aux inégalités externes qui informent des flux migratoires observés dans cette région du monde, fortement marquée par l’histoire coloniale et postcoloniale française. Il poursuit actuellement une série d’enquêtes à Mayotte dans une perspective dynamiste mettant en tension les logiques exogènes (départementalisation, assimilation, occidentalisation, globalisation) et endogènes (propriétés sociales, culturelles et démographiques de la société locale) du changement social.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search