Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Conclusion

Texte intégral

1Nous avions émis l’hypothèse que l’intégration des membres des institutions royales au sein du groupe dirigeant valencien était la clé de la compréhension des relations que la monarchie des Habsbourg entretenait avec le royaume de Valence. L’identification des hommes, comprendre quels furent leur rôle et les modalités de leur carrière devait constituer une étape essentielle dans la connaissance de ce groupe humain au service de la monarchie.

2Le royaume de Valence, par sa taille réduite, était un terrain privilégié pour mener à bien cette expérience qui a consisté à appréhender en un seul regard l’ensemble des personnels des institutions de la monarchie, quels que fussent leur statut et leurs attributions.

3Les études systématiques de personnels politiques ou administratifs s’étant jusqu’à présent limitées à appréhender un groupe humain homogène sur une longue durée, nous possédons peu d’éléments qui nous permettraient de comparer nos résultats globaux à ceux d’autres travaux similaires.

4Une telle approche pouvait paraître une gageure. Qu’avaient de commun un letrado fraîchement promu à l’un des tribunaux valenciens et un noble dont le service du roi s’inscrivait dans une tradition séculaire ? Peu de choses en effet si l’on ne retient de ces hommes que la dimension fonctionnelle. Presque tout, en revanche, s’ils sont replacés en tant qu’acteurs de la société de leur temps.

5Notre méthodologie, fondée sur l’élaboration d’outils communs pour étudier une population disparate a fait ses preuves en contribuant à dégager les traits qui distinguaient les différents groupes mais aussi ceux qui, parfois, les rapprochaient d’une façon étonnante.

6La frontière est nette entre l’univers des letrados et des infra-letrados et celui des nobles et des potentats locaux. Posséder un savoir, maîtriser des techniques étaient les éléments déterminants pour entrer au service du roi lorsqu’on avait choisi d’embrasser la carrière des lettres, celle prestigieuse des études universitaires, ou bien celle plus limitée des notaires et des scribes. Le service des nobles et des représentants des oligarchies locales relevait d’un autre système. Les règles qui le régissaient étaient déterminées par la nature des relations traditionnellement établies entre la monarchie et la noblesse. Plus que des individus aux compétences directement utilisables dans l’exercice de leur fonction, la monarchie recherchait en eux des hommes fidèles capables d’exercer un contrôle sur les secteurs de pouvoir auxquels ils étaient liés.

7Chacune de ces deux pratiques déterminait des modalités de service très différentes.

8Une formation longue et commune à tous les magistrats retardait l’âge auquel les letrados entraient au service des institutions et cela contribua à donner une certaine homogénéité à la durée des carrières au service de l’État. Une telle similitude du temps passé au sein des institutions traduit aussi le projet de la plupart des juristes de consacrer l’essentiel de leur carrière au service de la monarchie, les années de pratique libérale n’étant qu’une étape préalable à l’obtention d’un poste au sein des institutions. L’extrême rareté de la transmission familiale des charges de justice était la conséquence d’un mode de recrutement ouvert où les mérites et l’expérience étaient les critères qui déterminaient le choix des individus.

9Les compétences des personnels subalternes étaient souvent limitées à la lecture du latin, à la maîtrise des règles élémentaires du calcul et à une connaissance sommaire des procédures judiciaires. Elles avaient été acquises de deux façons. Certains infra-letrados avaient été éduqués par leur père, ou parfois par un oncle, dans la perspective de prendre, un jour, leur succession. Il est même probable que les deux générations aient servi ensemble les charges avant qu’elles ne fussent transmises de l’une à l’autre. D’autres possédaient l’expérience que leur avaient apportée les activités les plus diverses, l’exercice du notariat ou de certains offices du gouvernement municipal. La diversité de leur profil explique celle de la durée de leur activité. Pour certains infra-letrados, servir les institutions n’était pas le projet d’une vie mais pouvait être l’ultime étape d’une carrière qui s’était, pour l’essentiel, déroulée en marge de l’appareil de l’État.

10Nous avons constaté la même diversité de la durée des carrières en ce qui concerne la noblesse, les bailes locaux et les alguazils. Les causes apparentes étaient les mêmes : une grande disparité des âges au moment de leur nomination. Ces dernières n’étaient pas dues en revanche à la pluralité des modes de formation des hommes. Les nobles qui occupaient un des postes que leur réservaient les institutions valenciennes présentaient deux profils différents. Certains recevaient la récompense de services effectués sur les champs de bataille alors que d’autres, plus jeunes, retiraient les bénéfices acquis par leurs aïeux.

11Bien que leurs combats eussent été livrés dans d’autres domaines que le militaire, des critères similaires présidaient au choix des bailes locaux. Certains s’étaient distingués pour avoir contribué à rendre un lieu autonome de la ville ou du village dont il dépendait. Ils s’étaient forgé une position dominante au sein de ces conseils municipaux nouvellement créés. Cette position durement acquise était à la fois récompensée et confortée par leur désignation comme baile local. Leurs descendants, pour autant que leur famille réussît à maintenir son contrôle sur le conseil municipal de la ville ou du village, avaient de très fortes probabilités d’occuper plus tard ce poste de pouvoir.

12Il n’est pas étonnant que pour ces deux catégories, nobles et bailes, la transmission familiale des charges fût une pratique fort répandue.

13D’autres traits caractéristiques distinguaient le déroulement des cursus des membres des institutions royales. Seulement un certain nombre de letrados réalisait une carrière, dans le sens bureaucratique du terme, en gravissant un à un les échelons d’une structure étatique hiérarchisée. Commencées à des postes secondaires, auprès d’un gouverneur, les belles carrières pouvaient conduire jusqu’au Conseil suprême d’Aragon.

14Elles se déroulaient en deux temps. Dans une première étape, il s’agissait d’accéder aux chambres civiles de l’Audience de Valence. Pour ce faire, les magistrats pouvaient emprunter deux voies parallèles. La plus sinueuse, celle des affaires criminelles, comportait un plus grand nombre d’étapes que celle des affaires civiles. Cet inconvénient était compensé par des durées d’occupation des postes moins longues dans un cursus que dans l’autre. Les décisions politiques pesaient fortement sur le choix de ceux qui firent partie de la minorité des juristes dont le service se poursuivit au-delà de l’Audience.

15La mobilité des hommes par la promotion à des postes situés à un échelon supérieur de la hiérarchie des institutions fut une pratique dont la généralisation alla de pair avec la disparition progressive des cas de cumul de fonctions. De la même façon, l’augmentation de la part fixe de salaires régulièrement réévalués s’accompagna d’une limitation, voire d’une disparition, des émoluments annexes. La transmission familiale céda le pas devant la pratique du recrutement ouvert et du respect des différentes étapes du cursus de la magistrature. Enfin, bien que la pratique ne fût pas généralisée, on eut recours à la mise à la retraite des magistrats trop âgés pour servir correctement la charge à laquelle ils avaient été nommés.

16À l’exception de quelques nobles qui franchirent l’étape qui séparait un poste de lieutenant d’un gouvernement périphérique de celui de gouverneur d’Orihuela ou de Valence, et d’une infime minorité qui poursuivit une carrière dans des institutions qui appartenaient à un cadre plus large que celui du royaume de Valence, rares furent les titulaires des charges éminentes réservées à la noblesse qui connurent une certaine mobilité au cours de leur service.

17Il en allait de même pour la majorité des personnels administratifs subalternes ainsi que pour les bailes locaux et les alguazils.

18Ces agents de la couronne disposaient d’une autre modalité que la mobilité pour étendre leur activité à d’autres champs que ceux délimités par la principale fonction qu’ils exerçaient. Le cumul de postes était une pratique courante parmi les nobles. La plupart des charges cumulées étaient de faible importance. De ce fait, il s’agissait plus d’une extension symbolique du pouvoir que du signe d’un rôle accru au sein de l’appareil de l’État.

19On aurait pu craindre, en commençant notre travail, que la faiblesse de l’amplitude temporelle de la période étudiée ne vînt masquer la diachronie au profit d’une vision essentiellement statique. Bien que nous ayons accordé une large importance à l’analyse synchronique du fonctionnement du système institutionnel dans lequel se situaient les hommes dont on a étudié les carrières, nous pensons avoir évité en partie cet écueil qui nous eût fait perdre de vue ce qui est la dimension essentielle de l’histoire.

20L’analyse systématique des carrières des agents de la couronne a mis en évidence une rupture nette. Elle sépare les letrados qui commencèrent leur activité avant les années 1560-1570 de ceux qui entrèrent par la suite au service de l’État. C’était, nous l’avons vu, la conséquence d’une décision politique dont les effets se firent sentir d’abord au sein des tribunaux les plus importants pour gagner ensuite les cours de justice secondaires.

21Toutes les caractéristiques des carrières antérieures à la rupture qui se produisit dans la première partie du règne de Philippe II se maintinrent, à l’état résiduel, chez les juristes titulaires des postes les plus périphériques des institutions valenciennes. Elles faisaient aussi partie des modalités du service de la plupart des membres de la noblesse.

22Nous avons pu ainsi dégager, pour les officiers royaux concernés, les contours des carrières en amont et en aval de cette rupture.

23C’est donc par une série d’oppositions entre des traits relevant d’une vision nouvelle de l’État et d’autres que, par contraste avec les premières, nous avons qualifiées d’archaïques, que nous avons pu dessiner, au sein de l’appareil de l’État, une frontière qui sépare les deux modalités du service que ces caratéristiques recouvrent.

24Les letrados qui exercèrent leur activité au sein des tribunaux supérieurs du royaume et, plus tard, dans les cours de justice des gouverneurs de Valence, d’Orihuela et de Játiva s’inscrivirent pleinement dans une pratique nouvelle qui faisait d’eux de véritables fonctionnaires du roi. Les dispositions qui permirent d’ancrer les letrados dans une nouvelle modalité de servir induisaient un modèle différent de relations entre la couronne et ses agents. Dans ce cadre nouveau, un lien exclusif s’établissait entre l’État et le fonctionnaire qui le servait. Contrairement à ce que l’on a observé en ce qui concerne la noblesse de service, les qualités individuelles primaient celles du lignage. Prodigue en mesures qui assuraient à ses agents une carrière, un salaire élevé ainsi qu’une ascension sociale presque certaine, l’État pouvait en échange exiger qu’ils ne servent que les intérêts de la monarchie.

25Le restant des membres des institutions ne fut pas, ou très peu, concerné par ces pratiques nouvelles qui allaient dans le sens de l’indépendance et de la circulation des hommes et des offices. La plupart continuèrent à occuper un poste à vie qui était souvent transmissible à la descendance, certains en cumulèrent plusieurs et la faiblesse de la part fixe de leurs salaires les rendait tributaires de l’activité qu’ils réalisaient.

26Des tentatives sont perceptibles qui permettent de croire à une volonté de modifier certaines habitudes séculaires. Tantôt on répugnait à entériner la transmission familiale d’une charge, tantôt on en retardait le moment. On exigea qu’un gouverneur se consacrât en personne à l’exercice de la charge pour laquelle il avait été choisi alors qu’on tolérait naguère qu’il déléguât ses fonctions en la personne que lui-même recrutait. Il semble bien que la monarchie ait tenté, dans un premier temps, de repousser cette frontière au-delà du cercle étroit des letrados.

27Ces tentatives échouèrent. On ne peut s’empêcher de mettre en rapport cet échec avec l’émergence dans les carrières des letrados de caractéristiques qui les rapprochaient de la noblesse de service (demandes de transmission de leur charge à un parent, stagnation des salaires). Ces circonstances déterminent une autre rupture, moins nette que la précédente, qui semble se dessiner à l’aube du xviie siècle.

  • 1 Pelorson, Les Letrados..., op. cit., p. 487.

28Ici encore une volonté politique, celle du duc de Lerma, va donner un tour différent à la pratique du pouvoir en s’appuyant plus souvent sur des clientèles personnelles que sur les institutions de l’État. La réaction nobiliaire qui accompagna cette évolution est un fait bien connu et la part qui fut celle des letrados dans ce mouvement a été analysée par Jean-Marc Pelorson1.

29Nous nous sommes attaché à décrire certains des mécanismes sociaux qui ont permis la double aristocratisation de la magistrature. Les processus de dynamique sociale que nous avons partiellement mis en lumière montrent la complexité de ces phénomènes qui vont bien au-delà de l’anoblissement des magistrats et de la vocation nouvelle d’une partie de la noblesse pour la carrière des lettres.

30La diversité des origines et des fonctions au sein de l’appareil institutionnel ne fut pas un obstacle à l’union de familles que tout semblait séparer si ce n’était leur proximité du pouvoir. Le désir de mobilité sociale des uns se conjugua à la volonté des autres d’exercer un contrôle sur des institutions dont ils étaient naguère exclus. L’intégration des letrados dans le groupe des privilégiés fut fortement favorisée par la monarchie. Les mesures prises en faveur des magistrats qui, dans un premier temps, constituaient un groupe de serviteurs plus indépendants d’autres secteurs de pouvoir que ne l’étaient les nobles au service de la couronne, contribuèrent en fait à les intégrer dans des réseaux de solidarités familiales et d’intérêts divers qui allaient phagocyter les institutions.

31Comble du paradoxe, ce serait donc ce souffle de modernité, trop tôt et trop inégalement communiqué à l’appareil de l’État qui serait à l’origine même de sa sclérose future, la monarchie délaissant désormais les institutions au profit des clientèles nobiliaires. C’est ce que semble indiquer le climat politique du premier quart du xviie siècle et le rôle joué par ces réseaux dans la soumission du royaume de Valence lorsque ses représentants acceptèrent, dans une large mesure, d’apporter leur contribution au projet d’Unión de Armas du comte-duc d’Olivarès.

Notes

1 Pelorson, Les Letrados..., op. cit., p. 487.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search