Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Deuxième partie. Les officiers royaux

Chapitre VIII. Les officiers royaux et leur entourage

Texte intégral

1Affirmer l’implication des agents de la couronne dans la société de leur temps revient à rappeler une évidence. Concernant un territoire comme celui du royaume de Valence, soumis à un régime constitutionnel qui imposait que tous les représentants du roi fussent des Valenciens, cette affirmation prend un relief particulier. Il y a de fortes probabilités pour que les liens qui unissaient les agents de la couronne aux groupes dirigeants fussent plus étroits qu’ailleurs.

2Nous nous intéresserons ici aux familles des membres des institutions royales que nous avons pu reconstituer. Leur degré d’implication dans le fonctionnement des institutions, que la méthodologie que nous avons adoptée permet de mesurer de façon précise, sera le premier élément pris en compte dans notre analyse. L’existence de nombreux liens familiaux unissant les individus sera significative d’une endogamie des agents du pouvoir et de l’inscription de certaines familles dans une continuité du service de la couronne.

3Les modalités de la permanence des familles au sein de l’appareil de l’État pouvait prendre plusieurs formes. La transmission familiale des offices, qui constituera la seconde étape de notre analyse, était une de ces possibilités. La frontière qui s’établit entre les charges transmissibles et celles dont la succession était ouverte sera le dernier élément qui nous permettra de distinguer entre ce qu’il y avait de moderne et d’archaïque dans l’appareil de l’État.

4L’autre aspect de ce même phénomène est moins facile à cerner. Il ne s’agit plus d’une simple transmission des offices mais de la constitutions de liens, le plus souvent familiaux, qui unissaient plusieurs serviteurs de la couronne, tantôt à l’intérieur des institutions, tantôt transversalement, impliquant des représentants d’autres secteurs de pouvoir. Nous effectuerons un premier pas dans l’identification de ces réseaux. Ce sera le troisième point qui retiendra notre attention.

5À travers ces réseaux familiaux qui traversaient les frontières établies par la diversité des origines et des profils des membres des institutions royales, se dessine la dynamique de tout un groupe humain. Différents par leur origine sociale et par le rôle qu’ils jouaient dans l’appareil de l’État, la soif d’honneur des uns se conjuguait à la quête du pouvoir des autres. La convergence de leurs intérêts les unissait en un même groupe dirigeant.

VIII.1 La pression des familles

  • 1 Nous avons expliqué, dans la présentation générale de notre fichier, que nous avons identifié au m (...)

6Près de la moitié (43,5 %) des membres des institutions royales eurent au moins un parent direct impliqué dans le service de l’État1. Selon les différents groupes, cette proportion varie entre 10,4 % et 68,6 %.

7La valeur la plus faible, celle des titulaires de postes dont le mandat était à durée limitée, est peu significative étant donné que la plupart des vice-rois furent étrangers. Pour cette raison, nous nous intéresserons peu à ce groupe. Le pourcentage le plus élevé — 68,6 % — concerne les nobles qui détenaient les charges que leur réservaient les institutions. Avec celui des bailes et de alguazils, qui représente 51,7 %, ce sont les deux seules valeurs supérieures à la moyenne établie (43,5 %) pour la totalité de la population.

8Le tableau 9 page suivante recueille l’ensemble de ces données.

9Ici encore, se dessine une frontière qui séparait les hommes qui s’étaient consacrés à l’exercice des armes de ceux qui avaient choisi la carrière des lettres.

10En effet, l’implication dans les institutions valenciennes des familles de ces deux derniers groupes était moins importante. Parmi les personnels subalternes des institutions, la part des agents qui avaient au moins un parent au service du roi était de 38,7 %, prenant ainsi une valeur légèrement supérieure à celle des magistrats qui s’élevait à 34,3 %.

11Les membres de la noblesse étaient donc ceux dont les connexions familiales étaient les plus nombreuses. En outre, ces liens n’étaient pas simplement limités à un parent (30,7 % des cas) mais s’étendaient souvent à deux (13,1 %) voire à trois (16,8 %). Cette caractéristique est partagée, dans une moindre proportion il est vrai, par les bailes et les alguazils dont 35,7 % eurent un parent qui occupa un poste des institutions royales et 11,3 % en eurent deux.

12Moins nombreuses, les connexions familiales des infra-letrados étaient en outre le plus souvent le fait de l’existence d’un seul parent parmi les officiers du roi (32,1 % des cas) et beaucoup plus rarement de deux membres de la famille (2,8 %).

13Pour ce qui est des magistrats, la part de ceux qui avaient plus d’un parent en poste dans l’appareil de l’État était proportionnellement plus importante que celle établie pour les infra-letrados. Bien que dans leur ensemble, les juristes fussent moins liés à d’autres membres des institutions, un petit nombre d’entre eux possédait de nombreuses connexions familiales au sein de l’appareil de l’État.

14Il convient de séparer, au sein de chacun des groupes de letrados aussi bien que de nobles, les titulaires des hautes charges (voir tableau 9 page suivante) : les magistrats de l’Audience et du Conseil d’une part, les nobles nantis de postes éminents de l’autre. L’application de ce critère d’excellence révèle une accentuation de la tendance à la concentration.

Tableau 9. — Parenté et service

Tableau 9. — Parenté et service

15La proportion des hommes ayant au moins un parent qui fût aussi un serviteur de la couronne augmente (elle passe de 34,3 % à 39,4 % pour les magistrats et de 68,6 % à 78,1 % en ce qui concerne les titulaires des grandes charges de la noblesse). En outre, la répartition des magistrats et des nobles dont plus d’un parent occupait un poste de l’administration valencienne change considérablement.

16Dans la totalité du groupe des juristes, 17,9 % de la population de l’échantillon étaient liés à un seul officier royal. Cette proportion se réduit à 12,7 % si l’on ne prend en compte que les magistrats des tribunaux supérieurs. La conséquence logique est la plus grande représentation, parmi ces derniers (8,5 % au lieu de 5,2 %) de ceux qui avaient deux et trois parents au sein des institutions.

17On observe le même phénomène, avec une tendance encore plus accusée, dans le groupe des nobles titulaires des charges éminentes. Nous en avons recensé 25 % qui eurent un parent au service du roi (au lieu de 30,7 % pour la noblesse dans son ensemble) mais 17,2 % et 21,9 % en eurent deux ou trois (au lieu de 13,1 % et 16,8 %). Il s’en trouve un nombre considérable, 14 % en valeur relative, dont nous avons identifié quatre parents ou plus au sein des institutions valenciennes.

18Si les letrados furent, dans leur ensemble, moins concernés que les autres groupes par la présence de membres de leur famille dans les institutions, ils n’étaient pas cependant totalement étrangers à ce phénomène puisqu’il se vérifiait pour plus d’un homme sur trois. Les membres de la noblesse possédaient, quant à eux, de très nombreuses connexions au sein de l’appareil de l’État. Tous ces groupes humains prospéraient dans l’ombre du pouvoir.

19Le tableau 10 page suivante permet une analyse de la nature des liens de parenté les plus fréquemment identifiés. Nous n’avons pris en compte que les liens directs, ceux des deux générations qui « encadrent » chaque individu et ses frères éventuels, celle des parents et des oncles et celle des fils et des neveux. Les beaux-pères, les beaux-frères et les gendres apportent, quant à eux, de précieux renseignements sur les alliances.

20Parmi les bailes et les alguazils, ainsi que dans le groupe des infra-letrados, les parents qui faisaient partie des institutions royales étaient principalement les pères et les fils et, dans une proportion moindre, des oncles et des neveux. Au sein de ces deux groupes, la concentration des liens de parenté est faible.

Tableau 10. — Nature des liens familiaux unissant les officiers royaux

Tableau 10. — Nature des liens familiaux unissant les officiers royaux

(*) Base 100 = Effectif groupe.
(**) Base 100 = Effectif dont au moins un parent est au service du roi.
(Total supérieur à 100)

21Il s’agit donc essentiellement de liens de descendance directe, ou latéraux, entre deux générations successives. Les familles alliées sont peu présentes et il apparaît, d’ores et déjà, nous le confirmerons par la suite, que la prédominance de ces liens de parenté recouvre le phénomène de transmission familiale des offices.

22Pour ce qui est des membres de la noblesse, la prédominance des liens de filiation directe est manifeste, plus de 50 % des acteurs ont au moins un fils ou leur père au service de l’État (un peu moins de fils pour l’ensemble de la noblesse que pour les titulaires des charges éminentes). La plus grande concentration du nombre de parents fait que les autres liens sont aussi représentés de façon importante (entre 15 % et 25 % pour les oncles, les neveux, les frères, les beaux-frères et les beaux-pères).L’amplitude de cet éventail confirme une large implication familiale dans les institutions des individus de cet échantillon qui englobe la filiation directe mais, à la différence des deux groupes précédents, ne se limite pas à la présence des ascendants et héritiers directs ou latéraux.

23Le chiffre représentant la proportion des nobles dont au moins un gendre exerce une charge, est nettement inférieur aux valeurs prises par les autres catégories familiales. Cet écart est plus particulièrement marqué à propos des 50 titulaires des grandes charges dont seulement deux eurent pour gendre un officier royal. Ce ne peut être la conséquence d’une lacune de notre documentation car c’est pour les individus de ce groupe que nous sommes le mieux renseigné en ce qui concerne la composition des familles.

24Le fait est suffisamment singulier pour qu’on l’examine de plus près. Peu de gendres de nobles au service du roi faisaient eux-mêmes partie des personnels des institutions royales. En revanche, la présence en nombre de leurs beaux-pères et de leurs beaux-frères révèle l’existence d’alliances matrimoniales qui unissaient les familles impliquées dans l’exercice du pouvoir. Ce constat recouvre deux circonstances différentes.

25On peut émettre une première hypothèse selon laquelle si les beaux-pères et les beaux-frères des nobles faisaient assez fréquemment partie des officiers royaux mais pas leurs gendres, c’était qu’en majorité les unions matrimoniales entre membres des institutions concernaient les fils des nobles plutôt que leurs filles.

26Si les filles de nobles épousaient d’autres nobles (comme cela est probable), il pouvait, certes, s’agir d’individus dont la famille (souvent le père ou le frère) était impliquée dans l’appareil de l’État mais qui n’occupaient, eux-mêmes, que rarement un poste dans les institutions. Cependant, étant donné l’importance du nombre de fils de nobles qui étaient aussi au service de la couronne, nous nous inclinons à penser que ces gendres de la noblesse de service étaient plutôt choisis parmi d’autres nobles qui n’exerçaient pas d’activité au sein de l’appareil de l’État. L’examen des cas individuels apportera un éclairage plus précis sur les possibilités de mariage des filles de ce groupe de privilégiés qui occupaient les postes qui leur étaient réservés.

27Il nous semble plus probable que les unions matrimoniales recensées fussent davantage le fait des fils des membres de la noblesse de service. Ceux-ci auraient eu tendance à épouser des filles dont le père faisait aussi partie des institutions. Nombre d’entre eux étaient donc issus du groupe des letrados. Cela explique le décalage entre le nombre de nobles ayant leur beau-père au service du roi et ceux dont le gendre faisait partie des institutions.

28C’est un comportement inverse que l’on remarque en examinant la distribution des liens de parenté des magistrats, qu’il s’agisse de l’ensemble des individus de ce groupe ou de ceux qui siégèrent dans les plus hautes cours de justice.

29Au sein de cette population, la prédominance des liens de filiation directe est sensiblement moins marquée qu’elle ne l’est par rapport à l’ensemble du groupe : pères et fils ne représentent respectivement que 28,3 % et 32,6 % des parents au service du roi. Les gendres, avec 30,4 %, constituent le deuxième type de parenté qui liait les letrados à d’autres officiers royaux. En d’autres termes, près d’un tiers des filles de juristes épousèrent de jeunes gens qui se trouvaient euxmêmes au service de la couronne.

30Deux explications nous paraissent pouvoir être avancées. Ce comportement s’explique, en premier lieu, par une certaine endogamie des letrados des institutions royales. Mais la faiblesse relative de la part de juristes dont le fils était lui-même membre des institutions semble indiquer que de nombreuses filles de juristes épousèrent des nobles qui occupaient un poste dans l’appareil de l’État.

31Enfin, un dernier trait caractéristique de l’éventail des liens de parenté tissés entre les hommes de chacun des groupes retiendra notre attention. À l’exception de l’échantillon des magistrats, nous remarquons que les liens de parenté caractérisant la génération antérieure (pères, beaux-pères et oncles) représentent une part équivalente, même légèrement supérieure dans le cas des bailes et des alguazils ainsi que dans celui de l’ensemble des nobles, à celle de la génération suivante (fils, gendres et neveux). Nous l’interprétons comme un signe de la stabilité, voire, d’un léger effacement, de la présence de ces familles au sein de l’appareil de l’État.

32En revanche, pour ce qui est des letrados, les agents de la couronne sont plus représentés parmi les parents de la génération suivante que dans la génération précédente. La différence, qui n’est pas très accusée, révèle cependant une tendance à intégrer ses héritiers ou à rechercher ses gendres au sein des institutions royales. Ces personnels se trouvent donc pris dans une dynamique ascendante qui les conduit à monopoliser les postes de l’administration. La présence des parents au sein de l’appareil de l’État était manifeste pour tous les membres des institutions. Cette présence est à analyser en deux temps selon qu’il s’agissait d’une extension verticale (trans-générationnelle), ou bien horizontale et intra-générationnelle.

33Nous nous intéresserons d’abord à la première de ces deux modalités selon laquelle les fils marchaient sur les traces de leur père. La transmission directe des offices ne fut fréquente qu’au sein de la noblesse, les bailes et les alguazils et, dans une moindre proportion, parmi les personnels subalternes des institutions. Les letrados, eux, durent développer d’autres stratégies pour faire entrer leurs fils au service du roi.

VIII.2 La continuité du service

34Sur un ensemble de 852 mandats exercés par les membres des institutions royales, la transmission familiale en concerne 151, soit une proportion de 17,7 %. Cette pratique fut davantage le fait de la noblesse titulaire des charges qui lui étaient réservées (35,3 % de postes reçus d’un membre de la famille) et des représentants de l’ordre et des finances locales (28,7 %). La part qui revient aux mandats reçus d’un parent est de 16,6 % parmi les personnels administratifs subalternes et se rapproche ainsi de la moyenne établie pour la totalité des personnels. En revanche une telle circonstance était très rare chez les letrados et ne concerna que 2,3 % des postes occupés par les individus inclus dans cet ensemble.

35Dans la rareté des transmissions familiales au sein du groupe des magistrats, nous voyons autant la primauté que l’on accorda aux qualités individuelles au détriment des lignages, que le signe de la volonté de préserver l’indépendance de ces postes clés de l’appareil de l’État vis-à-vis de familles ou de groupes qui pouvaient chercher à les accaparer. On pratiquait donc un recrutement que l’on qualifiera d’ouvert en comparaison avec le monopole que certaines familles exerçaient sur quelques offices. Cette singularité des modalités de leur recrutement est à porter au compte de la spécificité du profil des magistrats, au même titre que l’exigence d’une formation commune et la définition d’un cursus hiérarchisé balisé par des postes dont les salaires reflétaient une position dans l’échelle des institutions.

36Le mode de transmission des offices qui privilégiait l’appartenance familiale peut être interprété, en revanche, de deux façons. En premier lieu, parmi les infra-letrados concernés par cette pratique, il ne faut voir dans la transmission d’une charge d’un père à son fils, le plus souvent l’aîné, que l’expression d’un phénomène de reproduction sociale dont la portée politique était réduite.

37Mais la transmission familiale avait un tout autre sens lorsqu’elle concernait la noblesse valencienne ou les membres des oligarchies des villes royales que l’on nommait au poste de baile local. Dans les deux cas, il s’agissait de fidéliser des familles dont la collaboration était nécessaire au bon fonctionnement de l’État. Les chiffres concernant ce phénomène sont recueillis dans le tableau 11 page suivante.

VIII.2.1 La stabilité des oligarchies et des lignages

38Dans une proportion proche de 30 %, les charges de bailes et celles d’alguazils furent transmises par leurs titulaires à des membres de leur famille. Parmi les alguazils, le passage du père au fils de la vara qui symbolisait leur autorité ne semble avoir qu’une valeur relevant de la tradition de chaque famille où, comme il était de mise, le métier se transmettait d’une génération à l’autre. Cette pratique prenait un tour nettement plus politique en ce qui concernait les bailes. En effet, ces derniers étaient bien souvent les seuls représentants permanents de l’autorité royale dans les villes et les villages où ils exerçaient leur activité.

Tableau 11. — Transmission familiale des offices

Tableau 11. — Transmission familiale des offices
  • 2 ARV R 439, 430.

39Certaines bailías locales, et pas seulement celles qui avaient été rattachées à la charge de lieutenant de gouverneur de Castellón, échappèrent à la mainmise d’une famille. La tendance dominante fut cependant à une certaine stabilité des oligarchies locales à ce poste. Dans la ville d’Alzira, trois membres de la famille des Salzedo exercèrent successivement la fonction de baile avant de la transmettre à un certain Nicolás Truxá qui n’était autre que le cousin germain du dernier Salzedo à avoir occupé ce poste2.

  • 3 ARV R 430, 432, 436, 439.

40Sur les six titulaires de la bailía d’Onteniente, les deux premiers appartenaient à la famille Arbuxech. Après le mandat d’un certain Gaspar Barberá, le poste ne quitta plus, jusqu’aux années 1630 au moins, la famille Blasco. L’un des membres de cette puissante famille d’Onteniente était le régent don Luis Blasco que le comteduc d’Olivarès avait fait nommer au Conseil d’Aragon sans qu’il eût à franchir les différentes étapes du cursus des magistrats3.

  • 4 ACA CA Leg 583 Exp 7/19 (non daté).

41Les inconvénients qu’entraînait ce renforcement des oligarchies locales étaient bien connus. On savait, par exemple, que le baile de Carcagente avait la fâcheuse habitude de truquer le tirage au sort afin que les hommes qui allaient siéger au conseil municipal ou exercer la fonction de justicia fussent de sa faction. On ordonna au lieutenant de gouverneur de Játiva d’aller assister au tirage au sort, mais on ne profita pas du décès du baile local pour confier cette charge à un membre d’une autre famille4.

  • 5 ARV R 431, 432, 440.
  • 6 Molas Ribalta Pere, « Titúlos de hidalguía valencianos », Hidalgos & Hidalguía dans l’Espagne des (...)

42Celle des Talens occupait ce poste depuis que Carcagente avait un conseil autonome5. Quatre d’entre eux se succédèrent à la bailía de cette ville entre 1580 et le premier quart du xviie siècle. Ils la conservèrent longtemps, et cette fidélité leur fut profitable, si l’on en croit Pere Molas Ribalta qui s’est intéressé à la trajectoire de cette famille à la fin du xviiie siècle. Lorsque furent uniformisés les échelons de la noblesse aragonaise sur le modèle castillan, les Talens furent reconnus hidalgos en vertu de l’exercice, pendant plus d’un siècle, de la charge de baile et d’autres fonctions du gouvernement municipal de Carcagente. En 1779, José Talens reçut le titre de baron de la Calzada et l’on accorda celui de marquis, en 1797, à son fils Vicente qui poursuivait ce qui était devenu une tradition familiale de service, en occupant le poste de regidor de la même ville6.

43Cette politique de renforcement des oligarchies des villes et des villages soumis à la juridiction du roi, aux dépens d’une circulation du pouvoir est la réplique, à l’échelon local, de celle qui fut suivie à l’échelle du royaume de Valence.

  • 7 Nous ne citons que les cas les plus marquants concernant des familles que nous retrouverons par la (...)

44Parmi les membres de la noblesse et, d’une façon encore plus marquée au sein du groupe qui détenait les grandes charges du royaume, la transmission familiale des offices était davantage la règle que l’exception. Nous ne traiterons guère des fonctions d’alcaide étant donné le peu de place qu’elles occupaient sur la scène politique. Certaines peuvent être considérées comme la véritable propriété de leur titulaire. Il en allait ainsi des alcaides de la forteresse de Biar qu’une branche collatérale des seigneurs de Carlet, les Castellví, se transmettaient régulièrement de génération en génération depuis plus de deux cents ans. Ceux de Cullera appartenaient tous à la famille des Zanoguera, ceux d’Alpuente aux Villarrasa7. Mais une telle politique affectait tout autant les charges de baile général, de maestre racional et, dans une moindre mesure, celles de gouverneurs et de lieutenants de gouverneur.

  • 8 Cruselles, El Maestre racional..., op. cit., p. 152.

45La charge de maestre racional du royaume était pour ainsi dire la propriété d’une famille qui la transmettait à ses héritiers depuis l’époque de Ferdinand le Catholique. Le dernier roi d’Aragon avait en effet nommé à ce poste le cavaller Joan Ram Escrivá (ou Scrivá) en 1471. Son fils, du même nom, lui succéda et servit la charge jusqu’en 15488. Auparavant, en 1523, on avait nommé Juan Jerónimo Scrivá, probablement le fils de celui-ci, qui était assuré de recevoir l’office de son père après le décès de ce dernier. Le contenu du privilège officiel de sa nomination est révélateur de l’esprit qui présidait à cette pratique. La charge était en fait donnée aux deux hommes qui pouvaient en disposer entre eux de la façon qui leur convenait :

  • 9 ACA Sástago Lío B Doc 8.

Para que durante la vida de ambos lo exerciesen juntos o cada uno de por sí como si solo huviese un maestre racional y no dos y para la muerte de qualquiera de ellos lo sirviese el sobreviviente9.

  • 10 ARV R 430.
  • 11 AMV h3 (5) 141 v°.

46La même précaution de s’assurer à l’avance que la charge se maintiendrait dans la famille fut prise par Juan Jerónimo Scrivá. En 1561, son fils aîné, Joaquín, recevait le privilège portant mention de sa nomination comme successeur de son père10. Celui-ci décéda en 1565 et Joaquín prêta serment dans les jours qui suivirent11.

  • 12 AHN Consejos Lib 2388 f° 130 r°, (Voir première partie, chapitre III, B).

47Malgré ses agissements douteux à la tête de l’institution chargée du contrôle des comptes des officiers royaux (ayant emprunté d’importantes sommes d’argent au receptor de la bailía, il retardait l’examen des livres comptables susceptibles de révéler les nombreuses irrégularités commises12) il fut maintenu en poste.

48Son fils Melchor devait prendre la relève de don Joaquín mais, à la différence de son père, il n’avait pas reçu de nomination préalable. Lorsqu’on rédigea son contrat de mariage en 1581, don Joaquín Scrivá fit préciser que, parmi les biens qu’il céderait à son fils, il fallait compter la charge de maestre racional. Il s’y engageait en ces termes :

  • 13 ADPV e. 1. 2. caja 2.

Ab effecte que Sa Magestat faça gracia y merce al dit don Melchor Escrivà per via de coadjutoria o de renunciacio o en la forma que millor fer se pora del offici de mestre racional13...

  • 14 AHN OM Santiago Exp 9090, AMV h3 (7) 7 v°, ACA CA Leg 654 Exp 50/15, 16.

49La mort prématurée du fils aîné vint interrompre ses projets et cet accident mit fin à l’emprise de la famille Scrivá de Romani sur l‘office de maestre racional. Don Melchor était le seul fils de don Joaquín, il ne restait que des filles. L’une d’elles, doña Leonor, apporta en dot pour son mariage avec don Bernardino Zanoguera la même promesse qui avait été faite à son frère décédé. Don Bernardino prêta serment en 1600, la transmission familiale avait eu lieu entre le beau-père et son gendre14.L’inclusion d’un office aussi prestigieux dans les contrats de mariage, avec tout de même quelques précautions concernant la volonté du souverain, est significative d’une mentalité aristocratique qui s’appropriait la charge conférée comme un élément du patrimoine.

  • 15 ARV MR 4597.
  • 16 Ibidem.
  • 17 ARV MR 4634.
  • 18 ACA CA Leg 651 Exp 6/85.

50Ce n’était pas un cas isolé. Tous les titulaires de la bailía générale du sud du royaume furent membres de la famille des Vich, après que don Diego de Santángel eut renoncé à ses fonctions, devant notaire, en 156715. Nous savons que ce dernier était lié à don Juan Vich, fils de son successeur don Joaquín Vich. Il fut son mandataire, mais la documentation ne nous a pas renseigné sur la nature exacte des liens qui les unissaient. En revanche, nous avons pu vérifier qu’après quelques mois d’exercice, don Joaquín Vich transmit son office à son fils don Juan16. Celui-ci occupa le poste de baile général d’Orihuela jusqu’à son décès survenu en 161317. Don Juan, au sujet duquel le marquis de Denia, afin d’appuyer une demande de pension, avait écrit qu’il était « pobre cavallero y cargado de hijos »18, n’eut donc aucune peine à trouver un fils pour lui succéder.

  • 19 ARV MR 4638.
  • 20 ACA CA Leg 640 Exp 6/2.

51Ce fut don Juan Vich. Celui-ci reçut sa nomination en 1614 et il occupa le poste de son père jusqu’à son arrestation qui précéda sa révocation en février 162219. La condamnation à mort dont il fut l’objet à la suite d’un meurtre pour lequel il avait été déclaré coupable ne fut pas commuée, comme c’était fréquemment le cas lorsque le condamné était noble, en une peine de substitution. Il fut exécuté en avril 162320. Quelques jours plus tard, on nommait son frère, don Joaquín, pour lui succéder au poste de baile général. Cette étape de la transmission de la charge révèle un certain changement d’attitude à l’égard de ces successions que l’on commençait à trouver excessivement fermées.

  • 21 Bernabé Gil,Monarquía y patriciado..., op. cit., p. 94 à 106.

52Don Joaquín n’avait pas reçu de nomination avant le décès de son parent en poste. Certes les circonstances étaient exceptionnelles. On procéda à un recrutement ouvert, du moins en apparence. Plusieurs gentilshommes se portèrent candidats et furent présentés par le vice-roi, selon les mêmes modalités que l’on suivait afin de pourvoir les charges des autres personnels des institutions. Nous trouvons parmi les postulants deux fils de juristes, dont l’un avait fait partie du Conseil d’Aragon, le seigneur de Busot qui était receptor de cette bailía ainsi que baile local d’Alicante. Le dernier candidat était un Castellví, déjà d’un certain âge, qui avait épousé en secondes noces la mère de l’archévêque de Tarragone. Le Conseil avait proposé en première position le fils de l’ancien abogado fiscal y patrimonial qui avait siégé parmi eux et, comme deuxième nom, un autre juriste qui n’apparaissait pas sur la liste établie par le vice-roi. Il s’agissait du docteur don Luis de Ocaña, récemment anobli en récompense des services rendus pendant une visite mouvementée des officiers municipaux d’Orihuela21. Tous étaient d’accord sur le candidat proposé sauf le trésorier général, le comte de Chinchón, représentant de la vieille noblesse castillane, dont les prises de positions étaient souvent contraires à celles des letrados aragonais, et qui défendait ici les intérêts de la noblesse de souche. Dans son refus, ce dernier avait trouvé un allié en la personne du régent don Francisco de Castellví qui prenait le parti de son parent.

  • 22 Ibidem.

53Contre l’avis du Conseil d’Aragon, le roi et son valido nommèrent don Joaquín Vich, coupant court à toute tentative de transmission de l’office de baile général d’Orihuela à un autre lignage qu’à celui qui le détenait depuis soixante ans et, par la même occasion, à l’ascension sociale d’un fils de letrado et à celle d’un magistrat récemment anobli22.

  • 23 ACA CA Leg 654 Exp 15/3, 50/15, 16, 17.

54Bien qu’on puisse voir dans l’attitude des juristes du Conseil la volonté de promouvoir l’un des leurs, elle était aussi le signe d’un changement de politique. Quelques mois plus tard, don Bernardino Zanoguera sollicita la nomination de son fils, don Jerónimo, à la charge de maestre racional en prévision de sa succession future. La requête du maestre racional eut pour effet de diviser le Conseil en deux factions. Les uns estimaient, d’une part, que don Jerónimo était trop jeune pour qu’on sût s’il était capable de servir cet office et, d’autre part, que le principe de ces transmissions fermées était préjudiciable à l’émulation au sein de la noblesse valencienne. Les charges prestigieuses étant peu nombreuses, les candidats potentiels étaient découragés de voir qu’on nommait systématiquement le fils, voire le gendre, du titulaire précédent. Les autres magistrats estimaient que la pratique était habituelle pour des postes similaires et que tout portait à croire que le fils d’un aristocrate vertueux, n’eûtil que dixhuit ans, ne pouvait que posséder les mêmes qualités que son père. On refusa cependant de nommer don Jerónimo adjoint de son père au poste de maestre racional. Seule fut renouvelée la possibilité, offerte en 1622, de disposer des charges d’alcaide des forteresses de Morella, d’Olocau et de Callosa afin de les transmettre à son fils Jerónimo23.

  • 24 ARV R 440.
  • 25 Esquerdo, Nobiliario español..., op. cit..

55À la lumière des deux cas cités, on ne sait si les arguments prônant la circulation des offices étaient les véritables raisons du refus d’accorder à un noble en particulier ce qu’on continua à concéder à d’autres. Il se peut cependant que don Bernardino Zanoguera eût formulé sa demande à un moment peu propice où le comteduc d’Olivarès cherchait à mettre en oeuvre une pratique de l’État qui favorisait la mobilité des hommes et des offices. Nous nous rappellerons à ce sujet la tentative malheureuse de nommer un vicechancelier castillan au Conseil d’Aragon. Les nobles qui purent désigner leurs successeurs le firent soit dans les années précédant l’arrivée au pouvoir de don Gaspar de Guzmán soit bien après. Ce fut le cas de don Juan Ferrer de Próxita, gouverneur d’Orihuela qui, en 1618, obtint la nomination de son fils don Luis Ferrer de Calatayud24. À son tour, ce dernier eut la possibilité de faire désigner son fils, mais on était déjà dans les années 164025. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons déterminer, en toute certitude, s’il ne s’agissait que d’une coïncidence ou des conséquences d’une politique délibérée.

56Une évolution des pratiques semble cependant se dessiner. Alors qu’au début du xvie siècle les Scrivá de Romaní étaient laissés libres d’exercer conjointement ou successivement leur charge de maestre racional, le pouvoir royal essaya par la suite d’exercer un contrôle plus strict sur cette pratique. Si par la suite les fils succédèrent encore souvent à leur père, leur nomination, à partir de la fin du siècle, ne fut officiellement annoncée qu’après le décès ou la renonciation du titulaire. On observe ensuite le retour à l’ancienne pratique qui consistait à nommer un fils successeur alors que son père était encore en poste. À défaut de conclusion définitive sur la question, nous proposerons deux hypothèses. Cette évolution peut apparaître comme une tentative allant dans le sens de la circulation d’offices naguère monopolisés par une famille. Une telle mesure qui allait à l’encontre de la conception privative du service de la couronne, héritée du Moyen Âge, et qui était encore celle de la majorité des agents de la monarchie à l’époque considérée, serait inspirée par le même esprit de rationalité qui animait le déroulement des carrières des letrados : une nouvelle politique, en somme, qui viserait à imposer une forme de service où primerait les qualités individuelles sur celles du lignage. Selon une seconde hypothèse, nous pouvons interpréter ce changement, qui semble plus formel que réel, comme un signe adressé à la noblesse pour lui rappeler que sa permanence à certains postes dépendait du bon vouloir du roi. Dans les deux cas, il s’agit d’une manifestation d’autoritarisme de la part de la monarchie qui cherche à exercer un contrôle plus important sur les postes traditionnellement occupés par la noblesse.

57Il n’en demeure pas moins que la plupart des nobles titulaires des charges éminentes, comme des moins importantes, considéraient les offices qu’ils servaient comme un élément de leur patrimoine. Leurs héritiers s’inscrivaient tout naturellement dans les trajectoires familiales et certains lignages monopolisèrent ainsi les grands offices du royaume. Mais, nous le verrons plus loin, leur emprise sur les institutions ne se limitait pas à la transmission familiale de leurs charges.

VIII.2.2 Le privilège du savoir

58Au sein du groupe des personnels administratifs subalternes, les charges transmises à un membre de la famille le furent essentiellement du père au fils et de l’oncle au neveu. Nous n’avons identifié aucun cas de transmission à un membre des familles alliées. Les offices de ce groupe requéraient la maîtrise d’un certain savoir et, dans de nombreux cas, celui qui transmettait sa charge à son fils ou à son neveu le faisait après l’avoir initié et formé à l’exercice de son activité.

59Néanmoins, pour qu’un agent des institutions pût transmettre son office à un parent, il était indispensable, qu’après avoir demandé l’avis du viceroi, le Conseil d’Aragon donnât son accord.

60C’est à cette pratique que l’on doit que deux membres de la famille Cherta, le père et le fils, se succédassent au poste de procurador fiscal de l’Audience. Lorsque Jaime Cherta fut trop âgé pour exercer les activités qui lui incombaient, le viceroi proposa de nommer son fils comme adjoint avec l’assurance de succéder à son père après le décès de celui-ci :

  • 26 ACA CA Leg 626 Exp 15/2.

El dicho Jayme Cherta tiene un hijo notario hábil diligente y confidente y que tiene experiencia del offiçio porque se le ha ayudado à servir à su padre en diferentes occasiones26.

  • 27 ARV MR 198.
  • 28 Casey, El Reino..., op. cit., p. 193.

61De la même façon Gaspar Gil Polo forma lui-même son fils Julián à l’examen du bienfondé des comptes des officiers royaux, de façon à ce que, après son décès, celuici lui succédât au poste de coadjutor du maestre racional27. Comme le rappelle James Casey qui cite cinq membres différents de la famille Gil Polo qui occupèrent des charges auprès du maestre racional28, le lien de parenté n’était, à lui seul, pas suffisant pour qu’une telle transmission eût lieu. Les aptitudes individuelles et la maîtrise du savoir requis en étaient les conditions préalables.

  • 29 ACA CA LEg 632 Exp 5/2.

62C’est ce qui explique qu’aucune de ces charges ne fût transmise sous forme de dot à un futur gendre. En 1582, après le décès de Luis Jerónimo Zaragoza, luimême coadjutor du maestre racional, sa veuve éleva une requête en ce sens auprès du Conseil d’Aragon. Son époux n’avait rien laissé de sa fortune et aucune de ses trois filles n’était mariée. Elle demandait au roi de bien vouloir nommer au poste de son défunt mari, celui qu’elle trouverait pour gendre pour autant qu’il eût les qualités requises à l’exercice de cette fonction. Le Conseil se montra favorable à cette requête, eu égard aux trente-cinq ans de service du défunt et à ceux de son père et de son frère dont il avait pris la succession. Ce fut le roi qui écrivit son refus au dos de la consulta : « No es este officio para darse por contemplaçión de casamiento29... ». La nomination du futur assistant suivrait donc la procédure normale.

63Les charges de la magistrature qui donnèrent lieu à une transmission familiale étaient en grande partie les mêmes que celles demeurées en marge des circuits par lesquels circulaient les hommes au sein des institutions et dont nous avons souligné, dans les chapitres précédents, la prédominance des traits archaïques. En ce sens, leurs titulaires se situaient aux limites des mondes des juristes et des infra-letrados.

  • 30 ACA CA Leg 639 Exp 1.
  • 31 ARV R 435.
  • 32 ACA CA Leg 639 Exp 1, ARV R 434.

64Nous retrouvons ici la plupart des titulaires des charges « sans carrières ». Au gouvernement de Játiva, le docteur Onofre Sancho transmit son office d’abogado fiscal y patrimonial à son fils Jaime en 158530 mais celuici ne put en faire autant dix ans plus tard avant de mourir31. À celui d’Orihuela, l’abogado fiscal y patrimonial d’Alicante Luis Berenguer recommanda avec succès son fils Teófilo pour qu’il lui succédât en 159532.

  • 33 ARV R 432, 431.
  • 34 ARV R 431, 433.

65Parmi les magistrats qui officiaient dans l’entourage du baile de Valence, les trois juges chargés des licences de vente de biens aux institutions religieuses, le juez de amortizaciones, qui se succédèrent à ce poste représentaient les trois générations d’une même famille de magistrats, les Ferrer, Diego, Miguel et Nicolás33. Les deux juges des contentieux sur le paiement de la dîme ecclésiastique furent Domingo et Gabriel Trobado34.

66L’unique charge d’assesseur d’un gouverneur qui donna lieu à une telle transmission fut, et cela n’est pas étonnant, celle du letrado qui siégeait à Castellón. C’était aussi ce poste, nous avons insisté sur cette singularité, qui conduisait le plus difficilement ses titulaires à occuper d’autres charges plus prestigieuses et dont le salaire était le plus faible et sa perception aléatoire.

  • 35 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 87.

67Ces charges se trouvaient faire l’objet des mêmes pratiques qui avaient amené le docteur Martín Pons à exercer pendant quarante-deux ans les fonctions d’abogado fiscal avec celles d’abogado patrimonial comme l’avaient fait son grand-père Felipe, de 1499 à 1502, et son père Martín entre 1502 et 1522. Ce n’était sans doute que parce que ce dernier était mort alors qu’il n’était pas en âge de lui succéder, que le jeune Martín ne prit son service qu’en 153235. Et sans doute avant de mourir, était-il dans ses projets de transmettre, à son tour, les deux offices à son fils Martín, le troisième du nom, si le roi n’avait décidé de modifier une pratique séculaire. C’est du moins ce que laisse entendre une phrase de son testament qu’il rédigea en 1573, un an avant de mourir, par laquelle il indiquait qu’il léguait l’intégralité de sa bibliothèque à son fils Martín :

  • 36 ACP Protocolos no 27465.

Que ha molt anys quem serveix y descansa en lo dit offici de advocat fiscal y patrimonial de sa majestat y en altres negocis propis meus36.

68Il semble bien que, depuis plusieurs années, tous deux exerçaient conjointement les deux charges comme s’il s’était agi d’offices détenus en biens propres. Cette pratique ne s’était pas très éloignée de celle de la délégation, ou substitution, à laquelle les membres de la noblesse avaient si fréquemment recours et qui relevait d’une conception particulière (archaïque pourrions-nous dire, privative sans doute) selon laquelle, en nommant lui-même un substitut pour le remplacer, le titulaire d’une charge attribuée par le roi disposait de celle-ci comme s’il en était le seul maître.

69Nous avons qualifié ces traits d’archaïques parce qu’ils avaient été partagés par un grand nombre de magistrats dont la carrière avait débuté lors d’une étape antérieure aux réformes de l’Audience et aux Cortès de 1585. Leur disparition, mis à part dans les secteurs les plus périphériques de la magistrature, met en évidence que la circulation, non plus ici celle des hommes mais celle des charges, était aussi l’une des principales nouveautés dans le fonctionnement de l’appareil de l’État.

70Au sein du groupe des magistrats qui siégèrent comme assesseurs dans les cours d’autres gouvernements que celui de Castellón ainsi que dans les tribunaux supérieurs du royaume, de telles pratiques n’avaient plus cours. Cela ne voulait pas dire, nous avons vu les chiffres, que de nombreux fils de magistrats ne choisirent pas d’embrasser la carrière de leur père, mais on constate qu’au cours de la période étudiée, ils devaient, avant tout, suivre les étapes du cursus normal de la magistrature.

  • 37 ARV R 434, 439.
  • 38 ACA CA Leg 623 8/3, 4.
  • 39 Ibidem.
  • 40 ARV MR 224.

71Nous n’avons recensé que quelques rares requêtes où un des juristes de l’Audience ou du Conseil sollicitait la nomination d’un parent au poste qu’il occupait. Une d’elles émanait de don Ramón Sans de la LLosa, oidor de la chambre civile de l’Audience. Le fait que celui-ci fît partie des premiers membres de la noblesse valencienne à avoir choisi la carrière des lettres et qu’il exerçât, par ailleurs, les fonctions de lieutenant de trésorier entre 1593 et 161037 (la charge comptait parmi celles qui étaient réservées à la noblesse), n’est pas sans lien avec la requête qu’il formula en 1617. Don Ramón Sans demandait à être mis à la retraite après trente-deux ans de services et une pension conséquente qui le dédommagerait des pertes qu’il avait subies à cause de l’expulsion des morisques qui avait vidé le village dont il était le seigneur. Il demandait aussi qu’on nommât son fils, don Baltasar, docteur en droit, pour lui succéder. Le Conseil d’Aragon émit un avis défavorable : malgré ses qualités reconnues (il avait déjà été proposé par le vice-roi pour d’autres charges vacantes) don Baltasar était trop jeune pour entrer à l’Audience et on lui proposa le poste d’assesseur de la bailía que la mécanique des promotions internes allait bientôt libérer38. En effet, don Ramón, son père, était sur le point de laisser vacante une place à l’Audience qui allait être pourvue en la personne de l’abogado patrimonial d’alors, le docteur Just39. Le poste de ce dernier serait offert à l’assesseur du baile, le docteur Valles40 dont la place reviendrait, en bout de chaîne, à don Baltasar Sans. On le renvoyait donc, comme tous les autres magistrats, à l’entrée du système hiérarchisé qui alimentait l’Audience et le Conseil.

72La pratique de recrutement ouvert où les qualités individuelles primaient l’appartenance familiale, rendait impossible la transmission d’un office comme s’il se fût agi de l’élément d’un patrimoine. S’ils s’inscrivaient dans la ligne du service de leur père, les fils de juristes le faisaient selon une toute autre modalité que les jeunes nobles.

  • 41 ARV R 431, MR 200.
  • 42 ARV R 430, 434, MR 228.

73Deux discours tenus par des pères (l’un était un letrado l’autre un noble) à leur fils héritier illustrent les différences dans les représentations que chaque groupe humain se faisait du service de la couronne. Le premier, le docteur Cristóbal Pellicer, commença sa carrière comme abogado patrimonial du royaume de Valence en 1576 et la termina occupant une place de régent du Conseil d’Aragon jusqu’à son décès survenu en 159241. Le second, don Jaime Ferrer, fut gouverneur de Valence de 1593 à 1621 après avoir assisté son père au poste de lieutenant de gouverneur de 1564 à 159342. Tous deux consacrèrent un passage de leur testament à formuler quelques conseils à leur fils aîné, leur recommandant de servir la couronne.

74Laissons la parole à don Jaime Ferrer :

  • 43 ACP Protocolos no 11577 (Souligné par nous).

Encargo al dicho don Luis Ferrer de Cardona mi hijo y heredero infrascrito y a todos sus herederos y sucesores que procuren de conservar la cadena de los servicios de los serenísismos Reyes echa por mis abuelos bisabuelos y por mis padres predecessores míos de centenares de años a esta parte y continuada y conservada por mí, prosiguiendo y continuando aquella de la manera que los míos y yo la havemos continuado procurando con todas sus fuerças de servir a su Magestad del Rey Nro Snr y a todos los decendientes de su Magestad con la fidelidad devida y acostumbrada por ser ésta la más principal cosa que mis predecessores y yo havemos heredado de unos en otros y la que yo puedo dexar al dicho don Luis Ferrer de Cardona mi hijo la cual confío que la continuará como a buen cavallero43.

75Bien sûr, c’était le discours convenu de la noblesse dont le service et la fidélité à la monarchie étaient le fondement essentiel du rôle social. Nul n’était besoin d’acquérir des qualités qui étaient transmises tout naturellement de génération en génération.

76Les recommandations que fit le docteur Pellicer à son fils étaient d’une autre nature :

  • 44 ADPV e. 1. 4. caja 5 (Souligné par nous).

E mane expressamente al dit Diego Pellicer mon fill que en tot cas segueix[ca] ma voluntat y de la dita sa mare en respecte de acabar sos estudis y sia en aço tan obedient com yo de aquell molt confie [,] perque per moltes rahons que li tinch dites li es convenient y necessari pera viure honrradament acabar sos estudis pera que puga prosseguir avant mos serviçis y servir a Sa Magestat y Sa Real corona [,] en lo qual cas tenint ell merits estich confiat de la real clemencia de Sa Magestat quel empleara en son real servei44.

77Tout était différent pour un magistrat. Le service de la couronne ne s’inscrivait pas dans une tradition familiale séculaire mais venait de débuter en la personne de Cristóbal Pellicer. Il souhaitait cependant que son fils poursuivît sa trajectoire dans cette même direction qui avait été la sienne. Mais pour ce faire, ce père reconnaissait que son jeune fils devait encore faire la preuve de ses qualités avant d’être éventuellement choisi pour ses mérites individuels.

  • 45 Maravall, Poder, honor y élites..., op. cit., p. 41 à 60.

78Deux mentalités différentes, dont les contours sont bien connus45, structurent ces deux discours et reflètent les trajectoires de ces deux groupes humains qui furent les piliers de l’État. Le destin de chacun de ces deux serviteurs de la couronne les faisait appartenir à deux mondes différents. Don Jaime Ferrer avait été nommé adjoint de son père don Luis à l’âge de vingt ans et son fils don Luis Ferrer de Cardona prendrait sa relève peu après son décès. En revanche, Cristóbal Pellicer avait déjà bravé mille dangers lorsqu’il fut nommé régent du Conseil d’Aragon. Dans son testament, il retraçait les étapes de sa carrière.

  • 46 ADPV e. 1. 4. caja 5.

79Après qu’il eut instruit les procès des agitateurs de Teruel sous la direction du régent aragonais Campi, il fut victime d’un attentat à l’arquebuse (on le blessa au bras) commis par des réfugiés de Teruel et leurs sympathisants à Valence. Lorsqu’il était abogado patrimonial, on le chargea de contrôler la légitimité des milicias et des titres de noblesse de nombreux roturiers qui se réputaient cavallers. Après avoir dénoncé plus de 150 familles qui ne pouvaient prouver l’authenticité de leurs privilèges, il reçut de nombreuses menaces de mort. Plus tard, à l’occasion des procès intentés à des seigneurs qui avaient, quant à eux, usurpé des juridictions qui appartenaient à la couronne (à Corbera et à Nules entre autres lieux), il dut affronter les protecteurs de ces derniers qui étaient des grands de Valence. À la suite de ces affaires, en 1580, on lui tira un autre coup d’arquebuse, qui cette fois manqua sa cible, par la fenêtre de sa maison, à la tombée de la nuit. Son départ à Madrid, alors qu’il allait prendre ses fonctions au Conseil d’Aragon, fut mouvementé. Son domestique, qui se trouvait à cet instant à la place que luimême devait occuper dans sa voiture, fut attaqué à l’arme blanche46. Son cursus semble avoir fait de lui un représentant du pouvoir du royal honni de la noblesse valencienne. Son épouse en faisait cependant partie. Doña Francisca Vich, qui passa la plus grande partie des années de son veuvage à Orihuela, était apparentée aux bailes généraux de cette ville et à son gouverneur don Alvaro Vich y Manrique.

80La différence des profils de chacun de ces serviteurs de la couronne et la nature de leur engagement au service de l’État était loin de constituer un obstacle à l’établissement des liens qui allaient les unir en un même groupe de pouvoir.

VIII.3 Les enjeux du pouvoir : mobilité sociale, solidarités familiales et clientèles

81La résistance de la noblesse à voir diminuer l’emprise qu’elle avait sur l’appareil de l’État, au profit d’un nouveau type de personnel dont le profil était foncièrement différent, est un fait bien connu. Le désir de promotion sociale des letrados, entravé en théorie par les barrières que dressait une société d’Ordres entre les hommes que la naissance avait placés dans la roture et ceux qui appartenaient à la noblesse, est une question qui a aussi fait l’objet de plusieurs études. Plus qu’à chacun de ces deux phénomènes pris séparément, nous nous intéresserons ici à la combinaison des aspirations de ces deux groupes humains fortement liés à l’exercice du pouvoir.

82La dépendance des magistrats à l’égard de la monarchie n’est plus à démontrer. Elle était la conséquence même de la singularité de leur formation et du déroulement de leur carrière. La noblesse, du moins celle que nous trouvons aux postes qui lui étaient réservés au sein de la structure médiévale de l’appareil de l’État, était, elle aussi fortement dépendante de la couronne. Parmi les nobles qui servirent le roi en occupant les postes que leur réservaient les institutions valenciennes, nous ne trouvons bien souvent que des individus qui appartenaient à ce qu’il sera convenu d’appeler une noblesse moyenne, parfois désargentée, qui trouvait dans le service de la monarchie le moyen d’exercer sur la société valencienne un pouvoir dont le seul statut de privilégiés ne leur aurait pas permis de disposer.

83En outre, bien que les membres de la noblesse eussent tendance à considérer que les charges qu’ils servaient faisaient partie d’un patrimoine transmissible, l’effacement de certaines familles ainsi que l’émergence d’autres lignages aux charges éminentes prouve qu’ils étaient, eux aussi, soumis à une dynamique qui pouvait les conduire à se maintenir en place ou bien à disparaître des institutions. Une telle disparition de l’appareil de l’État pouvait être la conséquence de deux réalités fort distinctes.

84Il semble bien que certaines familles quittèrent la scène politique parce que le pouvoir voulait qu’il en fût ainsi. C’est sans doute, mais nous n’en sommes pas totalement certain, le cas des Cabanilles et des Villarrasa que les Ferrer remplacèrent au poste de gouverneur de Valence qu’ils avaient occupé tout au long du xvie siècle. Mais l’effacement d’autres lignages des institutions valenciennes pouvait être aussi la conséquence d’une ascension à un échelon supérieur de la hiérarchie nobiliaire, soit par le biais de promotions à des postes plus prestigieux en dehors du royaume de Valence, soit au moyen d’alliances avec des familles qui arboraient une plus grande ancienneté de leurs titres de noblesse.

85En ce sens, cette moyenne noblesse valencienne développait une stratégie identique à celle qu’utilisaient les letrados pour se glisser dans le monde des privilégiés.

86Pour ces deux groupes humains, l’exercice du pouvoir était la condition préalable à toute ascension sociale. Or, pour se maintenir dans une position dominante, cette noblesse moyenne dut, avant toute autre chose, s’allier avec la magistrature. Les aspirations des uns et des autres se mêlaient en une communauté d’intérêts. La couronne voyait ainsi se constituer, du moins à court terme, une clientèle de fidèles serviteurs de l’État.

87Nous nous consacrerons dans un premier temps à l’analyse des grandes tendances de la dynamique sociale et des moyens utilisés par les différents acteurs en présence. Puis, nous étudierons la constitution de certains réseaux de pouvoir et les enjeux qu’ils recouvraient. Il ne faut pas voir dans cette présentation en deux temps le signe du lien univoque de cause à effet entre la mobilité sociale et la constitution de réseaux de pouvoir et de solidarité familiale. Nous sommes au contraire convaincu que, tour à tour cause et conséquence de l’un et de l’autre, les dynamiques de chacun des deux phénomènes s’alimentaient mutuellement par une série d’interactions.

VIII.3.1 La mobilité sociale

88Fruit d’aspirations individuelles, mais aussi partagé par des groupes humains dans leur ensemble, le désir d’ascension sociale permit à de nombreux individus d’origine roturière de se fondre dans la noblesse et de traverser ainsi les cloisons qui séparaient les différentes catégories de la société d’Ordres, que l’on s’accorde à trouver aujourd’hui moins étanches que ne le laissaient supposer les fondements idéologiques de cette société.

89Dans une large mesure, la monarchie elle-même permit cette mobilité sociale. Dans la seconde moitié du xvie siècle, avant que ne se développât la vente des titres d’hidalguía, l’exercice d’une charge de l’administration fut un moyen courant d’accéder à la noblesse. Celle-ci n’était pas homogène, encore moins dans la couronne d’Aragon qu’en Castille.

  • 47 On trouvera dans l’ouvrage suivant une description précise des différents échelons de la noblesse (...)

90Dans le royaume de Valence, on distinguait les cavallers et les generosos, ces deux groupes constituant les deux premiers échelons de la noblesse valencienne, des privilégiés qui pouvaient utiliser la particule don47.

91Bien que le diplôme de docteur conférât à son titulaire le titre d’hidalgo en Castille et de cavaller à Valence, la noblesse ainsi acquise n’était pas transmissible. Cela conduisit donc de nombreux letrados à solliciter un privilegio militar ou une milicia (l’équivalent d’une ejecutoria en Castille) afin de confirmer et de transmettre à leur descendance cette noblesse récemment acquise. Demander un privilegio de nobleza pouvait constituer une seconde étape d’ascension sociale au sein de ce corps.

92L’examen du tableau 12 page ci-contre permet d’appréhender globalement quelle fut la politique de la couronne en matière de récompenses octroyées à ses serviteurs et à leurs parents.

93Nous sommes tenté d’écrire que l’on apportait à chacun ce qui lui manquait le plus : de l’honneur aux letrados et de l’argent à la noblesse.

94Dans une large mesure, ce furent les magistrats qui siégèrent à l’Audience de Valence et au Conseil d’Aragon qui monopolisèrent l’essentiel des récompenses que réservait le roi aux letrados qui le servaient. Seulement quatre juristes parmi ceux qui n’atteignirent pas cet échelon du pouvoir obtinrent une des vingt gratifications en numéraire, six d’entre eux furent parmi les 26 anoblis et aucun ne reçut d’habit d’ordre militaire.

95Ce décalage est moins marqué entre les nobles qui occupaient les postes éminents et la totalité des individus de leur groupe, et il semble que les pensions furent également distribuées en nombre aux titulaires des charges mineures. Cela s’explique aisément par le fait que de telles gratifications étaient souvent le prix du service de certains des nobles dans les armées. Plus largement, cette pratique s’inscrivait dans le cadre des relations de fidélité monnayée entre la couronne et la noblesse.

Tableau 12. — Service, récompense et parenté

Tableau 12. — Service, récompense et parenté

La colonne « acteur » représente les individus de chaque groupe.
Les autres colonnes représentent le nombre d’individus de chaque groupe dont au moins un des parents, dont la nature est précisée, est l’objet de l’une des trois mesures indiquées.
Nous n’avons pas inclus les autres groupes, dont les individus anoblis, recevant une pension ou un habit de chevalier, appartenaient aussi aux groupes précédents.
* Privilège militaire ou de noblesse pour les parents.

  • 48 ACA CA Leg 654 Exp 15/3, 50/15, 16, 17.

96En valeur absolue, les nobles reçurent en plus grand nombre que les letrados une récompense sous une forme financière. Dans une certaine mesure, le versement d’une pension compensait la faiblesse des salaires attachés à la plupart des postes réservés à la noblesse. Don Bernardino Zanoguera dont le salaire de maestre racional ne s’élevait qu’à la somme de 300 livres, en percevait 600 de plus sous forme de deux pensions, l’une payée par la bailía de Valence et l’autre par la mensa magistral de l’ordre de Montesa dont il était chevalier48. La plupart des nobles qui occupèrent les postes de gouverneurs, de baile ou de maestre racional reçurent ainsi des pensions dont le montant variait en général entre 200 et 400 livres valenciennes.

  • 49 Carrasco Raphaël, Dérozier, Molinié Bertrand, Histoire et civilisation de l’Espagne Classique, 149 (...)
  • 50 AHN OM Montesa Exp 460.
  • 51 Pastor « Un jurista al servei... » op. cit.
  • 52 AHN OM Montesa Exp 393.

97Les magistrats reçurent davantage de privilèges militaires ou de noblesse (28 % des membres de l’Audience et du Conseil) que de récompenses financières (22,5 %). Cette mesure était la première étape d’une intégration au sein de la noblesse. Un nombre plus réduit d’entre eux obtint une habit d’ordre militaire. Ces dix magistrats furent tous au moins régents de l’Audience (deux) ou siégèrent au Conseil Suprême (huit). Une telle gratification était réservée à l’élite de la magistrature. Encore s’agissait-il d’un habit de chevalier de l’Ordre de Montesa dont le prestige, et le revenu moyen des encomiendas49, était sensiblement moins important que ceux des ordres de Saint-Jacques, d’Alcántara et de Calatrava. En outre, huit de ces dix letrados qui devinrent chevaliers de Montesa appartenaient déjà à la noblesse valencienne avant leur entrée au service de la couronne. Seulement deux, le vicechancelier Covarrubias et le régent don Melchor Sisternes50 furent anoblis peu avant la consécration que représentait l’obtention d’un habit de Montesa. À notre connaissance, seulement deux des dix chevaliers de Montesa, reçurent en plus une encomienda de leur Ordre. Tous deux furent vice-chanceliers du Conseil. Il s’agit des docteurs Covarrubias51 et Roig52. Ce dernier, on s’en souvient, avait retenu notre attention en raison de la rapidité de son ascension au sein des institutions.

  • 53 Nous n’avons pas identifié de quel ordre était l’habit qu’avait obtenu le régent don Juan Sentis.

98Il n’est pas étonnant de constater que les nobles furent admis en plus grand nombre au sein des ordre militaires (34,4 % des titulaires des grandes charges). Contrairement aux magistrats qui n’obtinrent que des habits de Montesa, la majorité des nobles valenciens qui exercèrent une charge au sein de l’appareil de l’État furent admis dans les ordres castillans. En effet, douze gentilshommes devinrent chevaliers de l’Ordre de Montesa, quatorze arborèrent la croix de Saint-Jacques, cinq obtinrent un habit de l’Ordre de Calatrava et un seul fut admis dans celui d’Alcántara53.

99L’accès à un ordre castillan représentait une ouverture certaine vers un horizon plus large que celui qu’offrait le royaume de Valence et, par conséquent, l’entrée dans des réseaux de relations de qualité et d’envergure supérieures. Cela signifiait aussi des possibilités de promotion plus vastes que celles que réservaient les institutions valenciennes. Parmi les chevaliers de Saint-Jacques nous trouvons cinq nobles dont la carrière se déroulait, en partie ou totalement, à l’extérieur du royaume de Valence. Il n’est pas sans importance que sept des gouverneurs et lieutenants de gouverneur, les plus importantes du royaume d’un point de vue politique, fissent partie de l’ordre de Saint-Jacques.

100Il semble donc que les deux groupes humains, letrados et nobles au service du roi se situaient tous deux dans une dynamique sociale ascendante. Cette hypothèse trouve sa confirmation dans l’analyse des récompenses octroyées aux pères et aux fils identifiés des individus de ces deux groupes.

101Pour ce qui est des letrados, rares furent ceux dont les pères avaient reçu quelque récompense que ce fût. En cette seconde moitié du xvie siècle, la plupart d’entre eux, comme le régent Cristóbal Pellicer, ne constituaient que ce qu’on pourrait appeler le premier maillon de cette chaîne de serviteurs de la couronne qu’ils souhaitaient former dans l’avenir. En revanche, le nombre de fils de juristes qui obtint un habit d’ordre militaire est sensiblement égal à celui de nos juristes en ayant obtenu aussi, ce que nous interprétons comme le signe d’une certaine réussite dans l’intégration de ces familles au sein de la noblesse.

102Le fait que quelques uns des nobles, sans doute de simples cavallers, tout comme neuf de leurs pères aient reçu un privilège de noblesse nous renvoie, ici encore l’image d’un groupe qui connaissait une ascension sociale grâce à l’exercice d’une charge des institutions valenciennes. Ce constat est confirmé par un nombre d’habits d’ordres militaires accordés aux pères (16) qui se trouve être largement inférieur à celui concernant les gentilshommes au service de la couronne (33). La génération suivante maintint, ou vit diminuer légèrement, le nombre d’habits distribués.

103L’anoblissement et, pour ceux qui faisaient partie de l’élite de ces derniers, l’obtention d’un habit d’ordre militaire, constituaient les premières étapes de l’ascension sociale des magistrats. Mais une intégration au sein de la noblesse n’était réussie que si elle se concrétisait par l’établissement d’une union matrimoniale. C’était en outre, une des clés de la dynamique de ces deux groupes qui permettait à la noblesse de maintenir son influence sur les institutions.

104La distribution des gratifications en numéraire aux filles des magistrats représente la quasitotalité des récompenses accordées aux filles des membres des institutions royales (12 sur 14).

  • 54 Nous avons pris en compte ces sommes au titre des filles des magistrats et non au compte des letra (...)
  • 55 ACA CA Leg 13 « Viudas e hijas de ministros del consejo » (sans cote).

105Le versement d’une somme d’argent afin d’aider les membres du Conseil d’Aragon à constituer, pour le mariage d’une de leurs filles, une dot digne de leurs prétentions était une pratique réglementée54. Une fille de vice-chancelier percevait la quantité non négligeable de 2 000 ducats, celle d’un régent en recevait 1 000. Une même règle établissait le montant des pensions à verser aux éventuelles veuves des ministres du Conseil. Celle d’un vice-chancelier se voyait gratifiée de la somme de 2 000 ducats versée en une seule fois et bénéficiait jusqu’à la fin de ses jours d’une pension annuelle de 6 000 réaux (payés 600 livres de monnaie valencienne). Les veuves des régents recevaient, quant à elles, 1 000 en un seul versement et une pension de 3 000 réaux (payés 300 livres)55.

106Le paiement systématique d’une pension et d’une aide ponctuelle (celle-ci était utilisée le plus souvent pour acquitter les frais occasionnés par le retour dans leur ville d’origine) marquait la volonté de permettre aux veuves de maintenir le rang qui avait été celui de leur époux. La pratique de subvenir aux besoins des veuves et d’aider au mariage des jeunes filles n’était certes pas un fait exceptionnel en soi. Elle s’inscrivait dans le cadre des relations de maître à serviteur, de protecteur à protégé et était un facteur de renforcement des liens de fidélité qui unissaient le roi à son personnel. C’est la systématisation et la réglementation dont cette pratique fut l’objet qui est remarquable. En outre, le fait que ces gratifications fussent versées en priorité aux veuves plutôt qu’aux fils, comme c’était plus fréquemment le cas lorsqu’il s’agissait de membres de la noblesse, mérite notre attention. Ces deux modalités de ce que l’on pourrait appeler la rétribution de la fidélité diffèrent dans la mesure où en privilégiant la veuve on récompensait l’entourage direct de l’individu. Nous avons pu constater que la pension des veuves n’était pas transmissible aux enfants. C’était en quelque sorte une retraite reversée. En revanche, les pensions que percevaient les fils de la noblesse étaient souvent issues de celles que recevaient leur père. Cette rétribution s’inscrivait donc dans une continuité de lignage et ne se limitait pas aux proches des serviteurs de la couronne. On le voit, malgré les similitudes, le service des nobles et des magistrats obéissait à des logiques quelque peu différentes.

  • 56 ACA CA Leg 651 Exp 8/2 et 8/3.

107En ce qui concernait les juristes, ces mesures étaient réservées à ceux qui étaient en poste au Conseil. En 1584, le régent catalan de l’Audience de Valence en avait en vain sollicité le bénéfice pour constituer la dot de sa fille dont on projetait le mariage avec don Luis de Castellví, fils aîné du seigneur de Benimuslim. Le vice-roi, le comte d’Aytona, appuyait cette demande qui trouvait un écho favorable au Conseil mais à laquelle s’opposa farouchement le comte de Chinchón (tous les membres de cette famille qui, ainsi qu’on l’a vu, occupaient le poste de trésorier général de la couronne d’Aragon, furent tous de farouches défenseurs de la fermeture de la noblesse) et dont Philippe II suivit l’avis afin d’éviter un précédent qu’il jugeait nuisible aux finances de la couronne d’Aragon56.

  • 57 Une étude portant sur 967 dots de contrats de mariages réalisés à Valence montre que seulement 227 (...)
  • 58 ACA CA Leg 13 (Sans cote).
  • 59 ACP Protocolos no 20653, ARV R 669.

108Apporter à un conseiller un complément, sous forme d’argent liquide, à la dot qu’il constituait pour une de ses filles, relevait aussi d’une volonté affichée de favoriser la promotion sociale des magistrats qui siégeaient au Conseil. Ces 1 000 ou 2 000 ducats n’étaient pas, à eux seuls, des quantités suffisantes pour constituer des dots substantielles, mais un tel apport, surtout en argent frais, n’était pas négligeable57. Le vice-chancelier Andrés Roig maria sa fille au fils aîné du marquis de Villasor58 et le régent don Melchor Sisternes, fils de magistrat et petit-fils de notaire, put constituer une dot de dix mille livres valenciennes pour le mariage de sa fille Feliciana avec don Lorenzo Bou, seigneur de Ceniza et de Tormos, apparenté aux seigneurs de Millás et choisi par le roi, en 1619, pour participer au tirage au sort des officiers de la Généralité du royaume59.

109Dans l’état actuel de nos connaissances, mis à part le cas du vice-chancelier Roig (il s’agissait du plus haut personnage des institutions de la couronne d’Aragon), il semble que les magistrats valenciens, fussent-ils du Conseil ou de l’Audience, limitèrent leurs prétentions et n’établirent de liens matrimoniaux qu’avec des fils des familles de la noblesse non titrée ou bien des branches collatérales des grandes familles du royaume. En outre, la plupart de ces gentilshommes occupaient déjà un poste au sein de l’appareil de l’État.

  • 60 AHN OM Calatrava Exp 520 et ARV MR 205 (Versement des mille ducats dans le chapitre « merces per u (...)
  • 61 ADPV e. 1. 2. caja 2, ARV R 431.

110La fille du régent Martín Pons épousa en 1599, huit ans après le décès de son père, don Juan de Castellví qui était gouverneur de Valence depuis 159360. La soeur de Martín Pons, Angela, avait elle même épousé en 1561 don Pedro Quintana, lieutenant de baile general de Valence et fils du gouverneur d’Orihuela don Juan Quintana61.

111La trajectoire de ces familles et de celles d’autres letrados qui ne firent pas partie du Conseil d’Aragon, montre qu’ils purent, à l’échelon local, s’introduire au sein des familles de ces nobles impliqués dans l’appareil de l’État et qui occupaient une position moyenne dans le corps hétérogène de la noblesse. Bien que nous soyons moins informé sur les gendres des gentilshommes qui occupaient un poste dans les insitutions valenciennes, si ce n’est qu’ils furent rarement eux-mêmes titulaires d’une charge, nous pouvons avancer une hypothèse quant à la dynamique de ce groupe humain.

  • 62 ARV R 436, ACA CA Leg 632 2/3.
  • 63 ARV Protocolos n° 4375.
  • 64 ARV R 437, MR 4642.
  • 65 ARV R 440, MR 4642, Esquerdo, Nobiliario español..., op. cit.
  • 66 AHN OM Santiago Exp 3051.

112Il semble bien que, après avoir fait épouser à leurs fils des filles de magistrats, ces derniers recherchaient pour leurs filles des époux dont les familles se situaient à un niveau supérieur dans la hiérarchie de la noblesse. Ce processus pouvait prendre deux générations pour s’accomplir. Tel fut le cas de don Carlos de Borja, lieutenant de gouverneur de Castellón de 1607 à 163262, qui épousa en secondes noces la fille d’un magistrat de l’Audience, Teodora Guardiola et dont la fille du premier mariage s’unit au fils aîné du marquis d’Albaida63. Les membres les plus éminents de cette noblesse de service, les gouverneurs, eurent tendance à marier leurs filles à des fils de familles titrées. Le cas des Ferrer peut nous servir d’exemple. Don Juan Ferrer, le fils de don Francisco Ferrer (gouverneur de Játiva de 1544 à 1564), fut lui-même gouverneur d’Orihuela entre 1608 et 162664. Il épousa l’héritière du comté d’Almenara, doña Luisa de Próxita, qu’il assassina sans doute pour adultère, et qui apportait à leur fils, don Luis Ferrer de Próxita, gouverneur d’Orihuela comme son père, le titre de sixième comte d’Almenara65. Son cousin don Jaime, le gouverneur de Valence, épousa, quant à lui, doña Blanca de Cardona qui appartenait à la famille de l’Amiral d’Aragon66.

113Tout porte à croire que ces deux groupes humains, celui des letrados qui siégeaient à l’Audience et au Conseil d’Aragon et celui des nobles qui servaient les charges éminentes du royaume, faisaient partie d’un même monde qui prospérait à l’ombre de l’État qu’ils servaient.

VIII.3.2 Solidarités familiales et clientèles

114À la fois fin et moyen de la dynamique sociale des agents du roi, la constitution de réseaux de solidarités familiales qui regroupaient les membres de différentes institutions et, souvent, les unissaient à d’autres détenteurs de pouvoir, ne pouvait être sans conséquence sur le fonctionnement de l’État.

115La démarche que nous avons adoptée pour l’identification des réseaux familiaux et de solidarités est le fruit d’un compromis. L’outil informatique nous permettait de prendre en compte tous les liens de parenté et d’intérêt recensés entre les membres des institutions royales, leurs parents et les parents de leurs parents (quand ceux-ci occupaient un poste au sein de l’appareil de l’État). Nous pouvions ainsi obtenir, à partir d’un individu isolé, un ensemble de personnes dont certaines avaient fait partie des agents de la couronne et d’autres étaient restées en marge des principales institutions. Le caractère systématique de cette méthode était aussi séduisant que risqué. À partir du gouverneur don Jaime Ferrer, nous pouvions recenser un groupe de 102 individus qui se limitait à 57 si l’on ne prenait en compte que les hommes. Dans ce groupe 36 individus avaient occupé un poste au sein des institutions valenciennes. Certes, ces 36 officiers royaux n’appartenaient pas tous à la même génération, mais, ils semblaient constituer un groupe trop dispersé pour représenter un véritable réseau efficace de pouvoir et de solidarité.

  • 67 Un certain nombre d’ouvrages apportent de précieux cadrages pour cette question. Nous citons les p (...)

116Par ailleurs, ne prendre en compte que les liens de parenté directe, ou les unions matrimoniales nous paraissait extrêmement réducteur eu égard à la dimension du phénomène de l’établissement de réseaux de solidarités et de clientèles67.

117Nous avons donc décidé de ne pas nous laisser enfermer par l’une ou l’autre des démarches. À partir des ensembles dégagés par le traitement informatique nous avons retenu les liens dont d’autres sources documentaires soulignaient la force.

118Les réseaux identifiés et retenus sont de diverses natures. Une catégorisation sommaire permet de distinguer entre, d’une part de simples unions significatives de la tendance endogamique d’un groupe professionnel, des réseaux qui mobilisèrent un petit nombre de familles pendant plusieurs générations autour de quelques postes précis et de plus amples clientèles qui réunissaient en leur sein des représentants des différentes institutions royales ainsi que d’autres individus influents présents sur la scène politique valencienne.

  • 68 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 254 à 267.
  • 69 Casey, EL reino..., op. cit., p. 203, Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 145.

119Parmi les réseaux du premier type, nous avons identifié de nombreux groupes familiaux dont le noyau était formé par des magistrats. Certains ont été mentionnés par Teresa Canet et nous avons pu les compléter68. Les docteurs Marco Antonio Sisternes, Melchor Sisternes, Cristóbal Pellicer, Vicente Pablo Pellicer et San Juan de Aguirre, d’une part, ainsi que les docteurs don Pedro Sans de Alboy et Esteban Vives, dont les enfants avait été unis par le mariage, formaient deux réseaux de parenté parmi lesquels trois du premier groupe et les deux du second siégèrent ensemble à l’Audience. Celleci comptait entre onze et treize membres. Teresa Canet et James Casey ont mit l’accent sur les mesures prises au Conseil d’Aragon, à partir de 1610, pour éviter, non sans raison, les excès du népotisme des magistrats dont les parents se portaient candidats pour exercer les charges vacantes69.

120Mais la question devient plus intéressante si le phénomène ne se limite pas à une simple tendance endogamique après tout fort répandue dans la plupart des corps de métiers.

  • 70 Ibidem, p. 262.

121Nous avons pu relier un autre des noyaux de magistrats, par ailleurs signalé par Teresa Canet, à d’autres secteurs de la société valencienne70.

  • 71 ARV R 439, 437, AHN OM Montesa Exp 320.
  • 72 ACP Protocolos n° 10113.

122Les docteurs Felipe Monterde et Vicente Vidal siégeaient tous deux à l’Audience de Valence dans les années 1580. Le premier était le fils d’un escribano de mandamiento et le second avait eu pour père Guillermo Vidal qui était cirujano. Tous deux étaient en phase d’ascension sociale et Felipe Monterde avait épousé la soeur aînée d’un autre docteur en droit, Joaquín Real qui entra plus tard à la chambre civile de l’Audience et dont il devint régent en 161071. Le fils de Felipe Monterde, Cristóbal, choisit lui aussi de faire carrière dans le droit et il entra dans le même tribunal que son père et que son oncle maternel avant d’être promu à l’Audience de Majorque. Il avait pris pour épouse, en secondes noces, la fille de Vicente Vidal, Isabel72.

123Les autres liens matrimoniaux que les membres de ce groupe de magistrats établirent révèlent que cette endogamie n’était pas exclusive et que d’autres mariages furent conclus avec de jeunes membres de la noblesse liés au pouvoir.

  • 73 AHN OM Montesa Exp 145.
  • 74 ARV R 669.
  • 75 ACP Protocolos n° 10099.

124Une des filles de Felipe Monterde, Beatriz, épousa Melchor Cruilles73. C’était un generoso, chevalier de l’ordre de Montesa qui avait été jurat de la ville de Valence et qui fut, par la suite, choisi par la couronne pour participer au tirage au sort des représentants permanents du royaume à la Généralité74. Le docteur Vicente Vidal fit épouser à sa file Vicenta, le frère du seigneur de Bicorp, don Jaime Vilanova75. Don Jaime, qui n’était qu’un cadet, fut un des cinq capitaines de la garde chargée de surveiller le littoral valencien.

125Si nous nous enfonçons un peu plus dans cet entrelacs familial, nous voyons le fils de Melchor Cruilles et de Beatriz Monterde épouser la fille de don Onofre Sans de la LLosa, lieutenant du baile général de Valence et chevalier de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.

  • 76 AHN OM Montesa Exp 439.

126Ce dernier était lui-même le fils du lieutenant de trésorier général, don Ramón Sans de la LLosa, qui occupait simultanément une place d’auditeur à l’Audience. Don Onofre Sans de la LLosa était aussi le frère de don Baltasar, qui, on s’en souvient, avait été proposé par son père pour lui succéder au poste qu’il occupait à l’Audience et qui était alors assesseur du baile général de Valence76.

127Un tel groupe, uni par de nombreuses relations familiales, étendait ses ramifications audelà des institutions royales.

128Un autre cas extrêmement intéressant est celui que présentent les individus qui, n’exerçant aucun rôle direct dans les institutions, n’entretenaient pas moins d’étroites relations avec les officiers royaux.

129Le cas de don Ramón Boyl, seigneur de la baronnie de Bétera et des villages de Chirivella et Maçanaça, chevalier de l’Ordre de Calatrava et gentilhombre de la boca del Rey, se distingue par la convergence des liens de parenté et d’intérêt qui l’unissaient au monde des serviteurs de la monarchie, letrados et nobles.

  • 77 L’ensemble de ces renseignements ainsi que ceux relatifs à ses connexions familiales sont extraits (...)

130Sans analyser par le menu le patrimoine de don Ramón Boyl, tel n’est pas ici notre propos, il est néanmoins important d’en donner un rapide aperçu afin de le situer, ne seraitce que d’une façon sommaire, parmi les hommes de son temps77.

  • 78 À titre de comparaison, l’extension des terres situe la propriété de don Ramón Boyl parmi les plus (...)

131Notre homme vécut dans la seconde moitié du xvie siècle ; il décéda au mois de janvier de l’an 1603. Don Ramón Boyl possédait la pleine juridiction, civile et criminelle, sur la baronnie de Bétera et sur les deux autres villages dont il était le seigneur. Il possédait dans les environs de Valence des propriétés d’une extension d’environ 240 caffisades (environ 120 hectares) pour la plupart plantées de vignes, d’oliviers et autres arbres fruitiers, mais dont une vingtaine permettait des cultures plus intensives78. Il possédait 46 tableaux, aux sujets les plus divers, dans la maison qu’il habitait à Valence (paroisse de San Andrés) et 59 autres dans sa demeure seigneuriale de Bétera. C’était, à n’en point douter, un aristocrate fortuné, de ceux que l’on ne rencontre que rarement parmi les membres des institutions royales valenciennes.

  • 79 ARV R 430, 432.

132Don Ramón Boyl était directement lié à la famille des gouverneurs de Valence, les Ferrer. Il avait pris pour épouse doña Francisca Ferrer qui lui avait apporté une dot de 9 000 livres. Celle-ci était la fille de don Luis Ferrer, lieutenant du gouverneur de Valence pendant soixante-huit ans et chargé, à quatre reprises, de la régence de la vice-royauté. Le seigneur de Bétera était donc le beau-frère du gouverneur de Valence d’alors, don Jaime Ferrer et l’avait été du lieutenant de gouverneur de Játiva, don Jerónimo Ferrer79.

  • 80 Il était cavaller et reçut une patente de noblesse en 1585 (ACA CA Leg 651 Exp 31/1).
  • 81 AHN OM Calatrava Exp 2057 (1587).
  • 82 Les renseignements concernant Martín Pons (père) sont tirés de son testament : ACP Protocolos n° 2 (...)

133Sa sœur Juana avait, quant à elle, épousé don Gaspar Pons, noble de fraîche date80 et récemment fait chevalier de l’Ordre d’Alcántara81 (comme don Ramón Boyl). Don Gaspar Pons, qui avait embrassé la carrière des armes, était le fils du docteur Martín Pons qui fut abogado fiscal et abogado patrimonial de 1532 à 1574. Ce cas est l’un des rares où un fils de magistrat prit pour épouse une fille de noble, mais les Pons étaient depuis longtemps alliés à la noblesse valencienne. Martín Pons avait épousé en 1537 une Castellví (du lignage des seigneurs de Carlet), son fils Martín s’était uni à une Milán (du lignage des marquis d’Albaida), sa fille Angela, enfin, avait pris pour époux don Pedro Quintana (lieutenant de baile général et fils du gouverneur d’Orihuela don Juan Quintana)82.

  • 83 ARV R 431, G 851, R 432.
  • 84 ARV MR 188.

134Mais revenons aux Boyl. Don Ramón était donc aussi le beaufrère par alliance du docteur Martín Pons qui fut oidor de l’Audience de 1579 à 1581, puis éphémère régent du Conseil d’Aragon83. Ce dernier décéda quelques mois à peine après avoir pris ses fonctions à Madrid84.

135À côté de cette parenté fortement impliquée dans le fonctionnement de l’appareil de l’État, don Ramón Boyl entretenait aussi de nombreuses relations d’un autre ordre avec certains juristes de l’Audience. Parmi les témoins dont le nom figure sur son testament, nous trouvons le docteur Andrés Roig dont nous avons mentionné la carrière fulgurante qui le conduisit en huit ans du poste d’assesseur des affaires criminelles du gouverneur de Valence jusqu’au Conseil d’Aragon dont il fut le vice-chancelier de 1612 à 1623. Au moment du décès de don Ramón Boyl, il n’en était qu’aux débuts de cette carrière prometteuse.

  • 85 ARV R 434, MR 213.

136Don Ramón Boyl avait aussi désigné trois exécuteurs testamentaires parmi lesquels nous retrouvons son beau-frère don Jaime Ferrer. L’un des deux autres était le docteur Pedro Gerardo de Sola dont la carrière commencée en 1593 l’avait amené à l’une des deux chambres des affaires civiles de l’Audience où il siégea de 1599 jusqu’à son décès qui survint en 160785. Ce dernier s’était distingué par la qualité de ses services lors d’une visite des officiers royaux en Catalogne et le vice-roi, le marquis de Caracena, l’avait choisi à plusieurs reprises parmi les magistrats de l’Audience pour remplacer le juriste de ce tribunal qui était plus particulièrement chargé des affaires militaires. À la mort du docteur Sola, le marquis écrivit au roi pour demander que l’on accordât une gratification à sa veuve. Il s’exprimait en ces termes :

  • 86 ACA CA Leg 701 Exp 88.

Ha perdido V Md un onrado prudente y limpio ministro recto gran letrado y zelosísimo de su servicio de que yo quedo con mucho sentimiento86.

137Nous ignorons quelle fut la nature exacte des services que le docteur Sola rendit à don Ramón Boyl, mais celuici lui réserva une récompense de choix. Une clause de son testament, qu’il fit rajouter peu avant de mourir, faisait grâce au docteur Sola du paiement des droits seigneuriaux, à concurrence d’une valeur de transaction de 6 000 livres, sur l’achat de toute propriété, heretat, qui se vendrait sur les terres de Chririvella. Il l’exonérait également du paiement des droits d’emphytéose qui seraient attachés aux acquisitions du docteur Sola.

  • 87 PORCAR Juan (Mosén), Coses evengudes en la ciutat y regne de Valencia, (Dietario de Mosén Juan Por (...)

138D’autres exemples similaires soulignent l’intensité des relations existant entre les membres des institutions royales et la noblesse qui n’y était pas directement impliquée. James Casey a cité le cas des Sisternes que protégeait le duc de Segorbe. Nous pouvons mentionner le docteur Guardiola auditeur de l’Audience, fils de notaire et frère du chanoine Miguel Jerónimo Guardiola. Sa fille Teodora avait épousé un Borja, sans doute d’une branche collatérale de celle des ducs de Gandía et qui fut lieutenant de gouverneur de Castellón. Ce magistrat, le docteur Guardiola, vivait à Valence dans la maison du duc de Pastrana87.

139Les magistrats, pour une bonne part d’entre eux, n’étaient pas des modèles d’indépendance vis-à-vis des autres facteurs de pouvoir de la société valencienne. Parmi les 71 juristes qui siégèrent à l’Audience ou au Conseil d’Aragon, nous en avons recensé 11 qui avaient eu, ou bien qui maintenaient, un lien personnel avec la municipalité et la Généralité valenciennes et 25 de leurs parents étaient dans le même cas.

140Nous nous limiterons à signaler cette circonstance car, dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons en tirer de conclusion définitive. En effet, ces magistrats avaient pour la plupart exercé les fonctions d’avocat de la ville ou de la Généralité lors d’une période préalable à leur entrée au sein des institutions royales. Leur présence auprès des jurats ou des députés valenciens peut être interprétée autant comme une manifestation purement technique de l’activité courante des letrados que dans une perspective plus politique. La question mériterait un examen approfondi.

141Un autre type de réseau de pouvoir est celui qui mobilisait une famille, parfois deux, autour d’une charge, ou de plusieurs charges appartenant à un même champ d’activité. Du fait de la pratique de la transmission familiale des postes, la noblesse inscrivait ses stratégies dans ce type de réseau plus facilement que les magistrats.

142Nous avons maintes fois mentionné la présence des Ferrer aux postes de gouverneur et de lieutenant de gouverneur de Valence. Leur emprise sur ces charges, les plus importantes de la structure médiévale de l’appareil de l’État valencien, alla en s’accroissant au cours des soixante-dix ans que nous avons retenus pour notre étude : ils accaparèrent sept des vingt-six mandats de gouverneur ou de lieutenant que nous avons recensés.

143Dans les années 1550, deux frères de la famille Ferrer, don Luis et don Francisco, servaient le roi dans les institutions valenciennes. Bien que le premier ne fût que lieutenant de gouverneur de Valence, c’était lui que l’on choisissait pour remplacer les vice-rois pendant leurs absences ou entre deux mandats au détriment du gouverneur don Jerónimo Cabanilles. Ce dernier, qui avait succédé à son parent don Juan Lorenzo de Villarasa, n’était pas apprécié en haut lieu. À son décès, une consulta du Conseil indiquait la piètre opinion que l’on avait du service de Cabanilles :

  • 88 ACA CA Leg 633 Exp 3/1.

Conviene se provea el officio en persona de hazienda y que tenga pocos deudos y entendimiento y discurso para negocios y salud y agilidad para executar qualquier cosa y que no ande en contemplaciones y respectos porque en el muerto y otros que viven ha mostrado la experiencia de quanto daño ha sido su tibieza y floxedad y los respectos con que andan en todas las cosas88.

  • 89 ARV MR 228.

144Don Jerónimo Cabanilles mourait en 1592 sans laisser de descendance masculine mais il semble que la recherche d’un serviteur plus efficace et moins soumis aux groupes de pression de la société valencienne fût décisive pour que cette charge échappât aux deux lignages alliés qui l’avaient monopolisée précédemment. On nomma donc son lieutenant don Luis Ferrer. Celui-ci, déjà âgé, décéda avant même que ne lui fût notifiée sa promotion. Il fut remplacé par son fils don Jaime qui avait été choisi en 1564 pour la succession future de son père alors qu’il était âgé de vingt ans. En 1624, son fils don Luis Ferrer de Cardona lui succéda89.

  • 90 ARV R 430.
  • 91 ARV R 432.
  • 92 ARV R 437.

145Mais revenons deux générations en arrière. Don Francisco avait été nommé lieutenant de gouverneur de Játiva en 1544 et il occupa ce poste jusqu’à son décès en 1564. Son frère don Luis exerça un éphémère intérim (il cumulait donc sa charge et celle de son frère) avant de faire nommer un autre de ses fils, don Jerónimo, issu d’un mariage différent de celui qui avait donné naissance à don Jaime, au gouvernement de Játiva90. Après le décès, sans doute prématuré, de don Jerónimo survenu en 158191, l’extension de cette branche de la famille connut un temps d’arrêt. Ce ne fut que pour mieux s’affirmer, un quart de siècle plus tard, lorsque son fils don Juan Ferrer de Calatayud obtint d’être nommé gouverneur d’Orihuela en 160892.

146Les deux gouverneurs du royaume étaient donc des cousins germains qui tous deux transmirent ces charges éminentes à leur fils. Les Ferrer s’étaient hissés des postes de lieutenant de gouverneur jusqu’à ceux de gouverneur. Cela s’était accompagné, nous l’avons vu dans le chapitre précédent, d’une ascension sociale indiscutable.

147Parmi les nombreux exemples dont nous disposons, il en est un autre qui permet de mettre en évidence la stratégie mise en œuvre par une famille qui perdit un poste qu’elle détenait depuis longtemps afin d’en retrouver un autre.

148Il s’agit des Scrivá de Romaní que nous avons vus se succéder aux fonctions de maestre racional du royaume pendant plus d’un siècle avant de transmettre cette charge à un Zanoguera. Cet exemple est d’autant plus intéressant qu’il révèle l’enjeu dont fut l’objet le poste clé de la bailía de Valence, celui de receptor. L’évolution du statut des différents titulaires de ce poste, d’abord exercé par un noble puis par plusieurs individus au profil disparate (un mercader, un notaire, au moins trois anciens officiers municipaux) avant de retourner définitivement à la noblesse, présente un mouvement révélateur de la tentative avortée d’écarter la noblesse de cette charge. Nuançons notre propos : cette volonté de réserver la recepta de la bailía de Valence se manifesta clairement pendant le règne de Philippe II, puis la monarchie laissa agir les acteurs en présence.

  • 93 ACA CA Leg 626 Exp 2/2.
  • 94 Les renseignemnts concernant Jaime Bertrán proviennent des documents suivants: ACA CA Leg 864 Exp (...)

149Examinons les faits. Moins d’un an après que don Joaquín Scrivá y de Romaní eut renoncé à la charge de maestre racional en faveur de son gendre don Bernardino Zanoguera, on nomma à celle de receptor le ciudadano Jaime Bertrán. Ce dernier avait auparavant exercé à deux reprises les fonctions de racional de Valence, l’homme du roi au sein de l’administration municipale93. Il appartenait à une famille de ciudadanos et il n’était autre que le frère de San Luis Bertrán94. Sa fortune personnelle lui avait permis de secourir, en 1589, la ville de Valence, menacée de manquer de blé, par l’achat de la cargaison de sept navires chargés de froment en provenance de Sicile. Apparemment spécialiste des affaires financières, il avait travaillé pour le compte du duc de Segorbe, il avait placé de l’argent conjointement avec don Cristóbal de Cardona, Amiral d’Aragon ainsi qu’avec don Felipe de Borja. Alors qu’il exerçait son deuxième mandat de racional, il avait été remarqué par le duc de Lerma qui occupait la vice-royauté de Valence.

  • 95 Pastor, « Un jurista... », op. cit.

150Cette rencontre allait être le facteur décisif dans l’ascension de Jaime Bertrán vers les plus hautes sphères du pouvoir et de l’honneur. D’abord sa nomination au poste de receptor, alors qu’il n’était pas proposé par le vice-roi, fut le fait du marquis de Denia par l’intermédiaire du vicechancelier Covarrubias que le valido venait de faire nommer à ce poste95. Le magistrat valencien décrivait ainsi Jaime Bertrán :

Oy es racional de la presente ciudad de Valencia, hombre de buena edad, de mucha bondad qualidad y hacienda, de grande inteligencia diligencia y confianza [...] de que podrá el duque de Lerma informar a V. Md. plenamente que le ha tratado mucho y deve conoscer bien.

151Peu de temps auparavant, le même Covarrubias lui avait personnellement adressé le courrier l’avertissant que son privilegio militar venait d’être ratifié et l’assurant de son entier dévouement en vue de l’obtention de grâces royales de plus grande importance. Il recevrait un courrier de la même teneur du secrétaire Domingo Ortiz deux ans plus tard.

152Jaime Bertrán était donc le maillon d’un des réseaux de clientèle politique du duc de Lerma dans le royaume de Valence au sein de laquelle il occupait le poste sensible de receptor. Cela rendit sans doute ce cavaller de fraîche date plus intéressant aux yeux de certains nobles qui souhaitaient consolider leur pouvoir en exerçant une plus grande emprise sur les institutions. Les Scrivá étaient justement en mal d’activité. Certes le frère de don Joaquín, don Onofre était Maestre de la Ceca (la maison de la monnaie), mais la charge valait plus pour son caractère honorifique que pour l’action qu’elle permettait sur la société. La recherche du pouvoir des uns et la quête d’honneur des autres trouvèrent une convergence en un projet commun. Un mariage fut arrangé entre la fille de Jaime Bertrán, Angela, et le fils de don Onofre Scrivá, don Pedro. Jaime Bertrán dota sa fille de la somme de 15 000 livres. Leur fils, don Pedro Scrivá, puis leur petit-fils, don Luis Scrivá récupérèrent, avec la bénédiction du roi et de son valido, la charge que la noblesse avait perdue soixante ans plus tôt.

153Ces avatars traduisent le profond changement, que l’on connaît bien, qui affecta la pratique du pouvoir lorsque le duc de Lerma se chargea d’en contrôler les rouages. Ces postes sensibles avaient été retirés à la noblesse valencienne par un monarque soucieux d’éviter qu’ils ne fussent trop dépendants des groupes de pression locaux. En raison de la politique du valido de Philippe III, ils retournèrent dans leur giron.

154Il semble bien que désormais, les clientèles allaient jouer un rôle politique croissant dans un contexte de réaction nobiliaire caractéristique du xviie siècle. Un dernier exemple illustrera cette pratique du pouvoir qui consistait à s’appuyer autant sur des réseaux de solidarités que sur les institutions.

  • 96 ARV R 441.
  • 97 ACA CA Leg 640 Exp 21/1.
  • 98 AHN OM Calatrava Exp 2713, ADPV e. 1. 2. caja 3.

155Don Francisco de Castellví est un personnage que nous avons déjà croisé lorsque nous avons évoqué sa carrière qui le conduisit à occuper un poste de régent du Conseil d’Aragon de 1617 à 163896. Nous ignorons quel était son degré de parenté exact avec les Castellví qui venaient de recevoir le titre de comte de Carlet à l’issue des Cortès de 1604, mais il est certain qu’il appartenait à une branche collatérale de cette puissante famille. Ce letrado qui faisait partie de l’ancienne noblesse valencienne avait, comme tant d’autres, établi de nombreux liens familiaux avec des représentants d’autres institutions du royaume. L’une de ses deux filles avait épousé le lieutenant de gouverneur de Valence, don Basilio de Castellví qui n’était autre que son cousin. L’autre prit pour époux un gentilhomme de Morella, don Jerónimo Valls, que don Francisco recommanda pour assurer la succession du lieutenant de gouverneur de Castellón, don Francisco de Borja, en 163297 et pour lequel il avait obtenu un habit de chevalier de Calatrava qui faisait partie de la dot qu’apportait doña Cecilia de Castellví en 162398.

  • 99 Casey, El Reino..., op. cit., p. 205.

156Ce personnage disposait d’un solide réseau dont les individus mentionnés ne représentent sans doute que la partie la plus apparente. James Casey a mentionné que don Francisco Castellví, alors qu’il n’était qu’oidor de l’Audience put en 1615 faire échouer une mission chargée de mettre en vente des terres ayant appartenu aux morisques expulsés99.

  • 100 Lario, El comteduc d’Olivarès..., op. cit., p. 97 à 124.

157En 1626, don Francisco de Castellví fut chargé de se rendre à Valence afin de présenter le projet d’Unión de Armas que le comteduc d’Olivarès allait proposer aux Cortès valenciennes. Son rôle, d’après Dámaso de Lario, fut déterminant dans l’acceptation finale du projet100.

158Il semble bien qu’en 1626 la couronne ait pu bénéficier de l’appui des nombreuses relations du régent. La monarchie avait donc utilisé à son profit un réseau qui pouvait, en d’autres occasions paralyser son activité. Trois ans plus tard, le régent Castellví demandait à être nommé régent de l’Audience de Valence afin de pouvoir terminer ses jours auprès des siens. Sa demande fut rejetée. Mis à part le caractère peu commun de cette requête (le poste de régent de l’Audience était hiérarchiquement inférieur à celui de régent du Conseil), on craignait surtout de voir don Francisco favoriser ses parents et ses fidèles qui n’étaient pas tous des modèles de tranquillité. Le vice-roi exprimait ainsi ses craintes :

  • 101 ACA CA Leg 625 Exp 11/1.

Por los inconvenientes que se offrescen respecto a los muchos deudos y [...] pendencias que tiene y encuentros particulares que se offrescen con ellos, y se fomentarían los excessos y procedimientos que oy tienen inquietos al Reyno con los del conde de Carlet su cabeça y otros deudos a quien no puede deprimir ni podrá dexar de valer como lo ha hecho, de que se pueden prometer muchas desdichas y desaciertos, juntándose a esto el estar encontrado y mal affecto a todos generalmente, de manera que he entendido que si los estamentos supiesen que se trata de ocuparle en esta plaça, harían particular instancia poniéndose a los reales pies de V Magd para que no se la diese, y conoscidamente en lugar demejorarse todas la materias del servicio de V. Magd. y de lo tocante al de las Cortes de 1626 en que puso la mano, se mal lograría todo, por tenerlo tan gastado y irritados los que concurren en esto, que lo han manifestado con muchas veras en diferentes ocasiones, que será desdicha de ministro tan recto y importante pero causa precissa y digna de ser advertida a V. Magd.101

  • 102 Casey, El Reino..., op. cit., p. 205.

159Il apparaît aussi que don Francisco de Catellví s’était attiré l’animosité de nombreux secteurs de la société valencienne par le rôle qu’il avait joué lors des Cortès de 1626. Or, quelques années plus tard, cela ne l’empêcha pas, d’après James Casey, de s’opposer à la politique d’enrôlement forcé que pratiqua Olivarès à Valence102. L’intérêt du personnage réside dans l’ambiguïté de sa position sur l’échiquier politique. Son importante clientèle pouvait jouer en faveur de la monarchie ou bien, au contraire, s’opposer à certaines de ces décisions.

160Au sein de ces différents réseaux, les membres des institutions tissèrent entre eux et avec la société valencienne un entrelacs de relations familiales, de liens de solidarité ou d’intérêt. La politique de la monarchie à leur égard fut ambiguë et variable. Il semble bien que l’on puisse distinguer trois époques qui correspondent, pour les deux premières, au règne de Philippe II et de Philippe III et, pour la troisième, aux premières années de celui de Philippe IV.

161Pendant la première période, les clientèles répondaient avant tout aux nécessités des individus de s’intégrer dans une dynamique sociale. L’endogamie des letrados de la première génération était le moyen de s’élever au-dessus du monde des notaires et des scribes qui était bien souvent celui de leurs parents. Cela n’était pas très dangereux pour le fonctionnement de l’État d’autant plus que la politique conduite à l’époque de Philippe II limitait le rôle des clientèles nobiliaires. Celui-ci favorisait par ailleurs l’anoblissement des juristes ou de leurs fils.

162Le phénomène prit une autre ampleur sous l’impulsion du duc de Lerma qui fit du clientélisme la pratique par excellence du pouvoir. Nous avons pu voir que cette politique fut loin d’être inefficace. Elle consacrait cependant la faillite d’un projet d’État comme seule forme de pouvoir.

163La dernière époque nous apparaît comme plus insaisissable dans ses contours. Dans la mesure où la présence des clientèles au sein des institutions pouvait être une entrave au pouvoir de l’État, la couronne chercha à en limiter officiellement la force. Les mesures prises au Conseil d’Aragon qui visaient à exclure du vote les parents des postulants à des charges du royaume étaient un moyen d’y parvenir. Une certaine réticence à voir se pérenniser certaines familles coexistait avec la volonté de maintenir d’autres lignages aux quelques postes éminents du royaume. En revanche, dans d’autres circonstances, la monarchie n’hésita pas à s’appuyer fortement sur des réseaux de clientèles pour arriver à ses fins.

Notes

1 Nous avons expliqué, dans la présentation générale de notre fichier, que nous avons identifié au moins un parent de sexe masculin pour 305 des 625 membres des institutions recensés dans notre échantillon. Ce chiffre est sans doute légèrement sous-évalué. Néammoins les valeurs relatives seront calculées en prenant comme base le chiffre total de la population. Si nous limitions la base au nombre d’individus dont on connaît au moins un parent de sexe masculin, le calcul des valeurs relatives aurait exagéré l’importance du nombre de parents au service de la couronne. En effet, étant donné que nous avons avant tout consulté des documents relatifs à l’administration, notre connaissance des familles est très souvent liée à leur implication dans l’appareil de l’État. Il est probable que lorsque nous n’avons identifié aucun parent cela signifie qu’aucun d’entre eux n’a exercé de fonctions au sein des institutions. Entre une sous-évaluation probablement légère et une exagération certainement forte nous avons choisi le moindre des deux inconvénients.

2 ARV R 439, 430.

3 ARV R 430, 432, 436, 439.

4 ACA CA Leg 583 Exp 7/19 (non daté).

5 ARV R 431, 432, 440.

6 Molas Ribalta Pere, « Titúlos de hidalguía valencianos », Hidalgos & Hidalguía dans l’Espagne des xvie-xviiiesiècles, Éditions du C.N.R.S., 1989, p. 189 à 205.

7 Nous ne citons que les cas les plus marquants concernant des familles que nous retrouverons par la suite.

8 Cruselles, El Maestre racional..., op. cit., p. 152.

9 ACA Sástago Lío B Doc 8.

10 ARV R 430.

11 AMV h3 (5) 141 v°.

12 AHN Consejos Lib 2388 f° 130 r°, (Voir première partie, chapitre III, B).

13 ADPV e. 1. 2. caja 2.

14 AHN OM Santiago Exp 9090, AMV h3 (7) 7 v°, ACA CA Leg 654 Exp 50/15, 16.

15 ARV MR 4597.

16 Ibidem.

17 ARV MR 4634.

18 ACA CA Leg 651 Exp 6/85.

19 ARV MR 4638.

20 ACA CA Leg 640 Exp 6/2.

21 Bernabé Gil,Monarquía y patriciado..., op. cit., p. 94 à 106.

22 Ibidem.

23 ACA CA Leg 654 Exp 15/3, 50/15, 16, 17.

24 ARV R 440.

25 Esquerdo, Nobiliario español..., op. cit..

26 ACA CA Leg 626 Exp 15/2.

27 ARV MR 198.

28 Casey, El Reino..., op. cit., p. 193.

29 ACA CA LEg 632 Exp 5/2.

30 ACA CA Leg 639 Exp 1.

31 ARV R 435.

32 ACA CA Leg 639 Exp 1, ARV R 434.

33 ARV R 432, 431.

34 ARV R 431, 433.

35 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 87.

36 ACP Protocolos no 27465.

37 ARV R 434, 439.

38 ACA CA Leg 623 8/3, 4.

39 Ibidem.

40 ARV MR 224.

41 ARV R 431, MR 200.

42 ARV R 430, 434, MR 228.

43 ACP Protocolos no 11577 (Souligné par nous).

44 ADPV e. 1. 4. caja 5 (Souligné par nous).

45 Maravall, Poder, honor y élites..., op. cit., p. 41 à 60.

46 ADPV e. 1. 4. caja 5.

47 On trouvera dans l’ouvrage suivant une description précise des différents échelons de la noblesse et des offices anoblissants : Madramany y Calatayud Mariano, Tratado de la Nobleza de Aragón y de Valencia comparada con la de Castilla, para ilustración de la Real Cédula del señor don Luis I de 14 de agosto de 1724, Copie en fac-similé, Valence, 1788-1985, 501 p. + cxxii p.
Nous limitant ici à l’essentiel, nous n’aborderons pas le cas des ciutatans (que l’on ne peut considérer comme appartenant à la noblesse). La question de leur statut et des fondements idéologiques qui le justifiaient a été étudiée par Pérez García Pablo, « Los « Ciudadanos » de Valencia, estatuto jurídico y jerarquía social de un grupo privilegiado : memoriales y tratados de los siglos xvi, xvii y xviii », Estudis 15, Valence, 1989, p. 145-188.

48 ACA CA Leg 654 Exp 15/3, 50/15, 16, 17.

49 Carrasco Raphaël, Dérozier, Molinié Bertrand, Histoire et civilisation de l’Espagne Classique, 1492-1808, Nathan Université (Fac Histoire), Paris, 1991, p. 160.

50 AHN OM Montesa Exp 460.

51 Pastor « Un jurista al servei... » op. cit.

52 AHN OM Montesa Exp 393.

53 Nous n’avons pas identifié de quel ordre était l’habit qu’avait obtenu le régent don Juan Sentis.

54 Nous avons pris en compte ces sommes au titre des filles des magistrats et non au compte des letrados eux-mêmes car cette aide pouvait être versée à la jeune fille après que son père fut décédé (cas de la fille du docteur Martín Pons).

55 ACA CA Leg 13 « Viudas e hijas de ministros del consejo » (sans cote).

56 ACA CA Leg 651 Exp 8/2 et 8/3.

57 Une étude portant sur 967 dots de contrats de mariages réalisés à Valence montre que seulement 227 dépassaient un montant de 1 000 livres et 121 représentaient un capital supérieur à 2 000 livres. Seulement douze dépassèrent les 10 000 livres. Voir à ce sujet : Baixauli Juan Isabel Amparo, « La dona davant la crisi económica del matrimoni : devolucions de dots en la València del segle xvii », Estudis 18, Valence, 1993, p. 261-278.

58 ACA CA Leg 13 (Sans cote).

59 ACP Protocolos no 20653, ARV R 669.

60 AHN OM Calatrava Exp 520 et ARV MR 205 (Versement des mille ducats dans le chapitre « merces per una vegada »).

61 ADPV e. 1. 2. caja 2, ARV R 431.

62 ARV R 436, ACA CA Leg 632 2/3.

63 ARV Protocolos n° 4375.

64 ARV R 437, MR 4642.

65 ARV R 440, MR 4642, Esquerdo, Nobiliario español..., op. cit.

66 AHN OM Santiago Exp 3051.

67 Un certain nombre d’ouvrages apportent de précieux cadrages pour cette question. Nous citons les principaux : Mousnier Roland, Les institutions de la France sous la monarchie absolue 1598-1789, Paris, 1990, tome I, 586 p. (plus particulièrement les pages 85 à 93) Durand Yves, Les solidarités dans les sociétés humaines, Paris, 1987, 280 p. et, du même auteur « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », Hommage à Roland Mousnier : Clientèles et fidélités en Europe à l’Époque moderne, Paris, 1981, p. 324., Labatut Jean-Pierre, Les noblesses européennes de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle, Paris, 1978, 184 p.et Fayard Janine, Les membres du Conseil..., op. cit.

68 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 254 à 267.

69 Casey, EL reino..., op. cit., p. 203, Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 145.

70 Ibidem, p. 262.

71 ARV R 439, 437, AHN OM Montesa Exp 320.

72 ACP Protocolos n° 10113.

73 AHN OM Montesa Exp 145.

74 ARV R 669.

75 ACP Protocolos n° 10099.

76 AHN OM Montesa Exp 439.

77 L’ensemble de ces renseignements ainsi que ceux relatifs à ses connexions familiales sont extraits, sauf indication supplémentaire, de son testament et de l’inventaire de ses biens : ACP Protocolos n° 11556.

78 À titre de comparaison, l’extension des terres situe la propriété de don Ramón Boyl parmi les plus importantes de celles qu’a étudiées Jean Mouyen en ce qui concerne l’oligarchie municipale de la ville de Valence.
Mouyen Jean, « Identification et situation de fortune de l’oligarchie urbaine de Valence dans la deuxième moitié du xviie siècle », Les élites locales et l’État dans l’Espagne moderne du xvie au xixe siècle, Paris, 1993, p. 97-128.

79 ARV R 430, 432.

80 Il était cavaller et reçut une patente de noblesse en 1585 (ACA CA Leg 651 Exp 31/1).

81 AHN OM Calatrava Exp 2057 (1587).

82 Les renseignements concernant Martín Pons (père) sont tirés de son testament : ACP Protocolos n° 27465.

83 ARV R 431, G 851, R 432.

84 ARV MR 188.

85 ARV R 434, MR 213.

86 ACA CA Leg 701 Exp 88.

87 PORCAR Juan (Mosén), Coses evengudes en la ciutat y regne de Valencia, (Dietario de Mosén Juan Porcar, capellán de San Martín, 15891629, transcipción y prólogo de Vicente Castañeda Alcover), Madrid, 1934, 2 tomes, vol 1 : 333 p., vol 2 : 341 p.

88 ACA CA Leg 633 Exp 3/1.

89 ARV MR 228.

90 ARV R 430.

91 ARV R 432.

92 ARV R 437.

93 ACA CA Leg 626 Exp 2/2.

94 Les renseignemnts concernant Jaime Bertrán proviennent des documents suivants: ACA CA Leg 864 Exp 151, 152, Leg 626 Exp 2/2, Leg 653 Exp 11/1, Leg 647 Exp 7/1, 2 et ACA Sástago Lío I 2 Doc 69, Lío K Doc11, Lío H 2 Doc 21.

95 Pastor, « Un jurista... », op. cit.

96 ARV R 441.

97 ACA CA Leg 640 Exp 21/1.

98 AHN OM Calatrava Exp 2713, ADPV e. 1. 2. caja 3.

99 Casey, El Reino..., op. cit., p. 205.

100 Lario, El comteduc d’Olivarès..., op. cit., p. 97 à 124.

101 ACA CA Leg 625 Exp 11/1.

102 Casey, El Reino..., op. cit., p. 205.

Table des illustrations

Titre Tableau 9. — Parenté et service
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Tableau 10. — Nature des liens familiaux unissant les officiers royaux
Légende (*) Base 100 = Effectif groupe.(**) Base 100 = Effectif dont au moins un parent est au service du roi.(Total supérieur à 100)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Tableau 11. — Transmission familiale des offices
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tableau 12. — Service, récompense et parenté
Légende La colonne « acteur » représente les individus de chaque groupe.Les autres colonnes représentent le nombre d’individus de chaque groupe dont au moins un des parents, dont la nature est précisée, est l’objet de l’une des trois mesures indiquées.Nous n’avons pas inclus les autres groupes, dont les individus anoblis, recevant une pension ou un habit de chevalier, appartenaient aussi aux groupes précédents.* Privilège militaire ou de noblesse pour les parents.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540