Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Deuxième partie. Les officiers royaux

Chapitre VI. Une vie au service du roi

Texte intégral

1Nous avons déterminé plusieurs outils permettant de dessiner une typologie des carrières qu’offraient chacun des réseaux d’institutions que nous avons définis. La durée moyenne, la répartition des durées des carrières et les causes de leur terme constituent trois angles différents dans l’approche des profils des représentants du roi que nous souhaitons mener à bien.

VI.1 Le temps du service

2Les 402 hommes dont on connaît le temps de carrière restèrent au service du roi pour une durée qui varia entre quelques mois et 73 ans, et dont la valeur moyenne était proche de quinze ans.

3Cette variable ne prend tout son sens que lorsqu’on la compare à la durée médiane (qui sépare les effectifs du groupe en deux parties égales) et à la répartition des durées par périodes de cinq ans.

4Si l’on considère l’ensemble des personnels, l’on constate que les carrières les plus courtes, inférieures à une durée de cinq ans, sont les plus nombreuses. Elles représentent 27,1 % du total. Il faut garder présent à l’esprit que la singularité des carrières des vice-rois et des racionales, dont l’activité au service de l’appareil de l’État valencien fut pour 76,1 % d’entre eux inférieure à cinq ans, crée une certaine distorsion lorsqu’ils se trouvent mêlés à l’ensemble de la population étudiée.

5La prédominance des carrières courtes se traduit également par la différence de près de trois années entre durées moyenne et médiane, cette dernière s’établissant à douze ans. La moitié des agents de la couronne ne restèrent au service du roi que pour une durée inférieure à douze ans.

6Le graphique de la figure 3 présente le profil de la répartition en données relatives des durées de carrières pour l’ensemble de la population.

Fig. 3. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières de l’ensemble des officiers royaux (Base 100 = 402)

7Au total, les carrières brèves représentent donc un peu plus du quart de la population dont cette variable est connue. Ensuite le nombre des carrières dont la durée s’échelonne entre cinq et vingt-quatre ans se répartit d’une façon à peu près équilibrée par tranches quinquennales, marquant une légère diminution. En revanche, à partir de la vingt-cinquième année d’activité, la tendance à la baisse s’accentue et reflète ainsi la fatalité des contraintes biologiques. Seulement seize individus, 3,9 % de l’ensemble connurent une carrière qui dépassa quarante ans de service.

8La physionomie générale de la répartition des durées de carrières de l’ensemble de la population traduit un rapport inverse entre la longueur des carrières et leur nombre. Un grand nombre de carrières courtes s’oppose à un petit nombre de carrières longues. Entre les deux extrêmes, la variation est presque continue.

9Au sein de chacun des quatre groupes pour lesquels cette donnée a un sens, la répartition des durées par périodes de cinq ans présente, en revanche, un profil sensiblement différent de celui de l’ensemble de la population.

10Le profil de la distribution des durées des carrières de trois de ces groupes, celui des personnels administratifs subalternes des institutions, celui des représentants locaux des finances et de l’ordre public et enfin celui des charges réservées à la noblesse, présentent entre eux certaines similitudes.

11Comme le graphique de la figure 4 page suivante permet de le visualiser, les durées de carrières des représentants de l’ordre et des finances présentent une distribution des plus singulières.

12L’histogramme fait apparaître deux maxima qui correspondent à des durées fort différentes. En effet, 22 % d’entre eux restèrent au service du roi pour une durée inférieure à cinq ans et 18 % pendant une durée comprise entre quinze et dix-neuf ans. Dans le second cas, le pourcentage est nettement supérieur à celui de l’ensemble de la population de notre échantillon et constitue un trait caractéristique des individus de ce groupe.

13Parmi ces deux durées, courtes et moyennes, se distribuent les carrières de 40 % des bailes et des alguazils. Entre les deux maxima, seulement 16 % servirent la couronne entre cinq et neuf ans et 11,3 % entre dix et quatorze ans. Au-delà des 18 % de carrières, que l’on qualifiera de moyennes et qui durèrent entre quinze et dix-neuf ans, la tendance à la baisse s’affirme à nouveau : 13,2 % des membres de cette population se maintinrent en activité pendant une durée comprise entre vingt et vingt-quatre ans, 8,4 % entre vingt-cinq et vingt-neuf ans.

14Les carrières réparties dans ces trois périodes comprises entre quinze et vingt-neuf ans sont davantage représentées chez les bailes et les alguazils que parmi la totalité des membres des institutions.

Fig. 4. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des représentants locaux de l’ordre et des finances
(Base 100 = 106) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)

15La part des carrières qui durèrent entre quinze et quarante ans diminue régulièrement jusqu’aux durées extrêmes. Les plus longues, supérieures à quarante ans, ne représentent plus que 3,7 % du total, une proportion semblable à celle que nous trouvons pour la population de notre échantillon dans son ensemble.

16On constate donc que deux sous-groupes se distinguent par la durée de leur service. Un premier, qui représente 18 % des bailes et des alguazils, réalisa des carrières dont la durée moyenne est comprise entre quinze et vingt-quatre ans. Un second, qui représente près d’un quart des individus de ce groupe, effectua des carrières brèves, inférieures à cinq ans. Les durées intermédaires sont moins représentées.

17Voyons maintenant comment se distribuent les durées des carrières des infra-letrados.

18La faiblesse du nombre des carrières des infra-letrados dont on connaît la durée exacte rend l’analyse plus délicate que dans le cas précédent. En effet, cette donnée nous est connue pour 53 des 106 membres de ce groupe, exactement la moitié. Étant donné la répartition relativement homogène des durées des carrières des individus de cet échantillon, les effectifs de chacune des neuf périodes quinquennales sont relativement faibles. De ce fait, une simple différence de deux unités au sein d’une période produit une variation de 3,7 des valeurs relatives correspondantes. C’est donc avec certaines précautions que nous entreprendrons de commenter la répartition des durées de carrières de ces personnels.

19Malgré ces considérations, nous présentons, à titre de comparaison avec les autres échantillons, le graphique de la figure 5 qui montre une répartition atypique.

Fig. 5. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des infra-letrados (Base 100 = 53)
(Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)

20Les carrières d’une durée supérieure à quinze ans paraissent être la caractéristique d’une proportion plus importante des infra-letrados que de l’ensemble des personnels des institutions. Les très longues activités, supérieures à trente-cinq ans sont le fait de 17 % des individus de ce groupe, alors qu’elles ne constituent qu’une part de 8,5 % des carrières de tous les agents de la couronne pris dans leur ensemble. À l’inverse, les durées courtes sont moins représentées que pour l’ensemble de notre échantillon. Cela est flagrant pour les carrières dont la durée est inférieure à cinq ans.

21Afin de réduire ce phénomène d’amplification des variations imputable à la faiblesse des effectifs des infra-letrados dont on connaît la durée des carrières, nous pouvons regrouper deux par deux chacune des périodes (on réduira les trois dernières à une seule).

22On remarque, dans ce cas, que 30 % des carrières durent moins de dix ans, 26,5 % entre dix et dix-neuf ans, presque 23 % entre vingt et vingt-neuf ans et enfin 20,8 % ont une durée supérieure à trente années. Le profil de la répartition, qui devient ainsi sensiblement plus lisible, présente une légère diminution des effectifs de chaque période, au fur et à mesure que s’allongent les durées. Cette diminution est cependant beaucoup moins accusée que celle qui caractérise la répartition des durées des carrières de l’ensemble des membres des institutions. Une répartition aussi homogène des durées des temps de services nous conduit à penser que le trait dominant des carrières des infra-letrados réside dans l’extrême diversité de leurs durées.

23La présence dans une proportion plus importante des carrières aux durées longues, est reflétée par les valeurs des durées moyenne et médiane, qui s’établissent respectivement à 19,3 et 17 ans, et qui sont nettement supérieures à celles de la population dans sa totalité.

24Tout porte à croire que les durées des carrières des personnels administratifs subalternes varient considérablement et d’une façon presque homogène. On ne peut définir pour ce groupe une valeur qui représenterait celle de la durée d’une carrière type.

25En troisième lieu, nous allons porter notre attention sur les titulaires des charges réservées à la noblesse avec le graphique de la figure 6 page suivante. C’est dans ce groupe que la différence entre une durée d’activité moyenne de près de dix-huit ans et la valeur de la durée médiane, qui s’établit à quatorze ans, est la plus élevée. Ce décalage est le signe d’une dispersion importante des durées où l’on relève cependant que les plus courtes sont les plus nombreuses.

26La distribution des durées des carrières par périodes quinquennales révèle un profil où les durées inférieures à dix ans représentent 37 % du total et se répartissent également entre les deux périodes de cinq ans ainsi réunies. Puis, les effectifs de chaque période de cinq ans diminuent régulièrement jusqu’à celle où les durées sont comprises entre vingt-cinq et vingt-neuf ans. Au-delà, la part des services se maintient à des taux constants entre 6 % et 8 %. Les carrières longues qui dépassèrent la trentaine d’années représentent donc une part importante, 20 % de cet ensemble, nettement supérieur aux 12 % qu’elles représentent pour la population totale.

Fig. 6. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des titulaires des charges réservées à la noblesse
(Base 100 = 100) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)

27Cette distribution, tout comme la valeur élevée de la durée moyenne d’activité, se rapproche de celle des personnels subalternes des institutions par l’importance de la part des carrières longues. Certes dans une moindre mesure, toutes les durées de carrières sont représentées, les plus brèves étant cependant les plus nombreuses et les carrières moyennes et longues constituant des parts équivalentes de cet ensemble. Il paraît donc encore une fois difficile de déterminer une durée type des carrières des titulaires des charges réservées à la noblesse.

28La répartition des durées du service des individus du dernier groupe auquel nous nous sommes intéressé, celui des magistrats, est nettement différenciée de celle des membres des autres groupes.

29Contrairement à ce que nous avons observé dans les pages précédentes, le profil de la répartition des durées des carrières des magistrats est caractérisé par une forte concentration des effectifs. La durée moyenne de carrière est de seize ans. Le décalage qui s’établit avec la durée médiane, d’une valeur de 14,5 ans, est moins accusé que pour l’ensemble de l’échantillon. Il traduit néammoins, mais dans une moindre mesure que pour l’ensemble de la population, une représentation plus importante des carrières d’une durée inférieure à la moyenne.

30Le profil du graphique de la figure 7 est caractéristique d’une distribution normale, concentrée autour des valeurs intermédiaires et dont les effectifs diminuent en direction des deux extrêmes.

Fig. 7. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des magistrats
(Base 100 = 109) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)

31C’est en effet dans l’intervalle des durées comprises entre dix et quatorze ans que se situe le plus grand nombre de carrières de magistrats, presque un quart de cette population. Au bas de l’échelle, 12,8 % des magistrats eurent une carrière courte inférieure à cinq ans. Ceux qui restèrent entre cinq et neuf ans au service du roi représentent 14,6 % des cent trente-quatre letrados. Au-delà du maximum de 24,7 % atteint pour les durées comprises entre dix et quatorze ans, les effectifs commencent à diminuer. Entre quinze et dix-neuf ans de carrière, on trouve 18,3 % de la population, ils ne sont plus que 12,8 % à avoir été en activité entre vingt et vingt-quatre ans, 5,5 % entre vingt-cinq et vingt-neuf ans et respectivement 3,6 % et 4,5 % dans les deux périodes suivantes. Les carrières les plus longues, celle de Juan Jerónimo Blasco qui dura quarante-cinq ans, celle de micer Martín Ponç qui pendant quarante-deux ans cumula les fonctions d’abogado fiscal et d’abogado patrimonial et enfin, celle de micer Vicente San Juan de Aguirre, d’une durée de cinquante-quatre ans ne représentent plus que 2,7 % de l’ensemble des letrados.

32Une telle répartition, où l’on remarque la concentration des effectifs autour des valeurs moyennes est significative de l’homogénéité des durées des carrières des individus de ce groupe. Nous sommes donc dans le seul cas où la médiane de 14,5 ans et la moyenne de 15,9 ans n’ont pas qu’un sens arithmétique, mais sont un reflet fidèle du comportement du plus grand nombre des letrados des institutions royales.

33Les carrières des letrados se distinguent nettement, par leur homogénéité, de celles des autres personnels de la couronne, nobles et personnels administratifs subalternes qui réalisaient des carrières dont les durées étaient les plus variables.

34Les carrières longues étant relativement peu représentées, l’amplitude de la variation de la durée du service des représentants locaux des deux bailías et des alguazils était plus réduite. Deux tendances semblent s’affirmer.

35Un groupe d’individus dont les carrières furent d’une durée inférieure à neuf ans cohexiste avec un deuxième ensemble dont on remarque la concentration autour des services d’une durée moyenne comprise entre quinze et dix-neuf ans.

36Il convient de s’interroger sur les raisons de cette diversité des durées des carrières selon le type de charge représenté dans chaque groupe. Cette interrogation nous conduit à porter notre regard sur le début et sur le terme de l’activité des membres des institutions. La diversité des temps de service ne peut, en effet, s’expliquer que par une disparité des âges à l’entrée ou à la sortie du service.

37Dans leur majorité, 55,6 % des cas où la cause de cessation de l’activité est connue, les personnels des institutions royales exercèrent leurs fonctions jusqu’à leur mort.

38Il n’est que pour les bailes et des alguazils, que ce pourcentage (48 %) est inférieur à la moyenne. La proportion des magistrats décédés en poste est de 67,2 %, celle des infra-letrados est de 62,8 % et enfin, elle s’élève à 72,2 % pour les nobles valenciens au service de la couronne.

39On ne peut raisonnablement concevoir qu’il y eût, d’un groupe à l’autre, une grande variation de l’âge moyen au décès. Un magistrat était certes moins exposé au danger qu’un alguazil, mais on ne voit pas à quels périls auraient pu être confrontés les personnels administratifs subalternes pour que leur taux de mortalité dans l’exercice de leurs fonctions fût la cause d’un plus grand nombre de carrières brèves.

40En toute logique, si ce n’est pas l’âge à la fin de la carrière qui fait la différence entre chaque groupe, c’est celui de l’entrée au service des institutions.

  • 1 Aucune de ces informations ne provient de registres de baptême mais de documents divers (états de s (...)

41Pour l’ensemble de la population de notre échantillon, nous ne pouvons malheureusement pas apporter une confirmation sans faille de cette hypothèse. En effet nous ne pouvons avancer une estimation1 de l’âge au début de la carrière que pour 53 des 625 membres des institutions. Ces individus pour lesquels nous possédons quelques renseignements, parfois approximatifs, sur l’année de la naissance ne sont pas distribués de façon égale entre les différents groupes. Vingt-sept d’entre eux représentent 20 % des 137 gouverneurs, bailes généraux, alcaides et maestre racionales et seize autres ne représentent que 12 % des 134 letrados mais cette proportion s’élève à 23 % si l’on restreint l’échantillon aux juristes qui exercèrent leur activité à l’Audience de Valence ou au Conseil d’Aragon.

42Nous sommes conscient que la faiblesse de leur nombre ne permet pas à ces individus de constituer, de manière indiscutable, un échantillon représentatif des groupes humains auxquels ils appartenaient. Néammoins, étant donné l’extrème difficulté de recueillir des informations précises concernant un âge qui le plus souvent apparaît caractérisé d’une façon très équivoque (« de buena edad, de mediana edad, muy moço » etc...) nous nous contenterons de ces données pour procéder à une comparaison sommaire des âges de ces quelques hommes à leur entrée au service de la couronne.

Tableau 1. — Répartition par périodes de 5 ans des individus en fonction de leur âge

Tableau 1. — Répartition par périodes de 5 ans des individus en fonction de leur âge

43Le tableau 1 présente la distribution des individus appartenant au groupe des titulaires des charges réservées à la noblesse et à celui des magistrats en fonction de leur âge au début de leur carrière.

  • 2 Dans ces quelques cas, les fonctions devaient être exercées par un substitut jusqu’à ce que le titu (...)

44Alors que les trois premiers magistrats ne commencèrent pas à exercer leur activité dans l’une des cours supérieures du royaume avant d’atteindre un âge compris entre vingt-cinq et vingt-neuf ans, quatre gentilshommes entrèrent au service de la couronne avant d’atteindre leur vingtième année2 et cinq le firent à un âge compris entre vingt et vingt-quatre ans. Ensuite les âges les plus représentés des magistrats sont compris entre trente et trente-neuf ans tandis que ceux des individus de l’autre groupe le sont entre vingt et trente-quatre ans.

45L’éventail complet des âges à l’entrée en service des membres de la noblesse est nettement plus ouvert que celui des magistrats. Au fur et à mesure que l’on avance dans la hiérarchie des institutions, l’écart entre les âges extrêmes des magistrats tend à se resserrer.

46Tout semble confirmer la corrélation entre la concentration de la répartition des durées de carrières des letrados et l’homogénéité des âges de la première nomination dans une institution royale. Inversement, la grande disparité des âges au commencement de l’activité des personnels exerçant les charges réservées à la noblesse est à notre avis la seule explication plausible de l’étalement de la répartition des durées de leurs carrières.

47Nous ne possédons pas un nombre suffisant de renseignements concernant les âges des individus qui composent les deux autres groupes. Il est probable que les mêmes causes aient produit les mêmes effets. Les trois hommes que l’on a classés dans le groupe des infra-letrados dont on connaît l’année de naissance commencèrent en effet à exercer leur activité aux âges de vingt, trente-trois et cinquante-neuf ans.

48Pour ce qui est des alguazils et des bailes locaux, nous pensons que la faiblesse du nombre des carrières longues n’est pas imputable à un déplacement vers le haut de l’éventail des âges au début de la carrière mais plutôt à une modalité particulière des fins d’activité. En effet, nous avons signalé précédemment que ce fut parmi ces individus que les carrières se terminèrent le moins souvent par un décès (48 % au lieu de 56 % pour l’ensemble des cas où il est fait mention du motif de la cessation de l’activité). La carrière de 32,8 % des bailes locaux et des alguazils se termina par la transmission de la charge à une autre personne. On reviendra sur la singularité de cette pratique. Limitons-nous ici à la signaler comme explication de la rareté des très longues carrières au sein de cette population.

49Il semble tout à fait clair que c’est à la diversité des âges des nouveaux serviteurs de la couronne que l’on doit l’existence de profils différents des répartitions des durées de carrières. Parmi tous les personnels des institutions royales, seuls les magistrats étaient d’un âge qui présentait une certaine homogénéité à l’entrée au service du roi. Les autres agents de la couronne paraissent avoir commencé leur activité au sein de l’appareil de l’État à des époques très diverses de leur vie.

50Ce constat nous conduit à nous intéresser aux étapes qui, dans la vie des personnels des institutions, précédèrent l’entrée au service de l’État.

VI.2 L’étape de la formation

51De l’examen des âges au commencement du service des quarante-six individus pour lesquels nous possédons ce renseignement, pour autant que la faiblesse de l’échantillon permît de tirer une telle conclusion, il ressortait que l’éventail des âges en début de carrière était nettement plus resserré pour les letrados que pour les nobles. En outre, les plus jeunes des magistrats avaient un âge proche de trente ans alors que nous avons vu de nombreux gentilshommes âgés d’une vingtaine d’années, parfois moins, entrer au service de la couronne.

52La plus grande brièveté des carrières des magistrats, dont la durée s’établit à seize ans pour les magistrats, à dix-huit ans pour les membres de la noblesse et à 19,3 ans pour les infra-letrados, est un argument supplémentaire en faveur de l’hypothèse formulée. Les impératifs de la formation universitaire des magistrats en sont un autre.

  • 3 ARV MR 218.
  • 4 ARV MR 199, 205.

53L’homogénéité des âges des letrados au commencement de leur activité et la plus grande briéveté de leur carrière trouvent leur explication dans la formation identique que tous avaient reçue. Presque tous étaient en possession du doctorat en droit canon et en droit civil. Seulement trois des 134 magistrats étaient des licenciados. Cela ne semble pas avoir eu de conséquences majeures sur le déroulement de leurs carrières puisque l’un d’eux, le licenciado Andrés Roig devint vicecanciller du conseil d’Aragon en 15983. Un second, don Pedro Sans de Alboy fut nommé abogado fiscal y patrimonial de ce même Conseil en 1594 et régent en 15994.

  • 5 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 202.

54Mis à part ceux qui avaient suivi leurs études dans les prestigieux Colegios Mayores, et qui pouvaient accéder directememt à une place au sein de l’Audience valencienne, les autres letrados étaient tenus de posséder, en sus de leur diplôme, une expérience professionnelle de trois années dans l’une des autres institutions du royaume5.

  • 6 Ibidem, p. 142.
  • 7 Pastor i Fluixà, « Un jurista... », op. cit.

55Teresa Canet, qui s’est intéressée à la formation et aux carrières des magistrats du tribunal supérieur valencien, a relevé la faiblesse du nombre des représentants de cette élite administrative de la monarchie. Ces derniers ne firent qu’une apparition tardive à l’Audience. Teresa Canet a localisé le premier colegial en 16436. Jaume Pastor, dans un récent article consacré à la biographie du vice-chancelier Covarrubias, a affirmé que celui-ci, qui commença sa carrière en 1582 par un poste de magistrat de la chambre criminelle de l’Audience, avait été membre du collège d’Oviedo (aussi appelé de San Salvador)7. Mais il semble que ce fût le seul cas avant ceux qu’a mentionnés Teresa Canet.

56Les effets de cette clause, que la quasi-totalité des magistrats de l’Audience durent respecter, sont observables dans la répartition des durées des carrières. Le graphique de la figure 8 en présente le profil pour les magistrats qui ont exercé leur activité au sommet de l’appareil de l’État, à l’Audience ou au Conseil d’Aragon.

Fig. 8. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des magistrats de l’Audience et du Conseil d’Aragon
(Base 100 = 70) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 109)

57On observe le même type d’histogramme que pour l’ensemble de la population des juges, mais décalé vers les durées d’activité les plus longues. Reflet de l’expérience préalable au sein des tribunaux inférieurs de ces magistrats, ce décalage l’est sans doute aussi de l’allongement du curriculum de ceux qui atteignirent le sommet de la hiérachie. La durée moyenne de la carrière des juristes de l’Audience et du Conseil d’Aragon s’allonge de près de trois ans pour atteindre le chiffre de 18,7 années. Une seule carrière des membres de ce groupe fut d’une durée inférieure à cinq ans.

58Les expressions vagues (« muy buen letrado, de muy buenas letras, etc... ») étaient celles qu’utilisaient le plus souvent les magistrats du Conseil d’Aragon et les vice-rois à l’heure de juger des qualités professionnelles des candidats. L’établissement où s’étaient formés les juristes valenciens n’était que très rarement mentionné dans les consultas du Conseil et il ne semble pas que ce critère fût déterminant dans le choix des personnes. C’est en grande partie pour ces raisons que nos renseignements en la matière sont très lacunaires.

  • 8 Teresa Canet Aparisi mentionne les docteurs Tárrega et Fenollet, pour Cristóbal Roig voir ARV MR 16 (...)
  • 9 ACA CA Leg 634 Exp 4/1 (1617).

59Trois letrados qui font partie de notre population reçurent leur formation à l’université de Salamanque, il s’agit de don Cosme Fenollet, du docteur Gaspar Tárrega qui termina ses études à Huesca, et, peut-être, du docteur Cristóbal Roig8. Deux autres fréquentèrent l’université de Lérida (le docteur Pedro Marco Martí9 en plus du docteur Pedro Rejaule que signale Teresa Canet).

  • 10 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 201.
  • 11 ACA CA Leg 625 Exp 11/1 (1629).
  • 12 Pastor Fuster Justo, Biblioteca valenciana de los escritores que florecieron hasta nuestros días y (...)
  • 13 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 139.

60Pour ce qui est de l’Estudi General de Valence, mis à part un groupe de letrados qui était en fonctions depuis la première moitié du xvie siècle10, cette institution n’avait formé que deux magistrats qui commencèrent leur carrière dans le premier quart du xviie siècle : les docteurs Melchor Sisternes11, qui fut régent de l’Audience puis du Conseil d’Aragon de 1632 à 1642, et Cristóbal Juan Monterde12 qui après avoir été oidor de l’Audience de Valence fut nommé régent de celle de Majorque. L’absence de juristes diplômés de l’Estudi General de Valence pendant cette longue période s’explique par la faible part qu’occupaient les études de droit parmi celles que proposait l’université valencienne. Le budget consacré à la chaire de droit connut une diminution régulière tout au long du xvie siècle jusqu’au redressement des années 1610-162013.

61La faiblesse de la représentation des colegiales avant la seconde moitié du xviie siècle et des diplômés de l’Estudi General de Valence sont (mais il faut tenir compte des lacunes de nos connaissances) les deux faits que l’on retiendra comme étant les plus marquants sinon les plus étonnants de notre population.

  • 14 ACA CA Leg 633 Exp 5/5, Leg 634 Exp 4/1, Leg 623 Exp 21/1, 23/1.
  • 15 ADPV e. 1. 4. caja 5.

62Les carrières au sein des institutions valenciennes de nombre de letrados étaient aussi réduites par quelques années d’un exercice de leur profession que l’on qualifiera de libéral ou, parfois, par une activité d’enseignement. Tel fut le cas de Pedro Marco Martí qui, une fois terminées ses études à Lérida, fut titulaire, de 1583 à 1585, de la chaire de droit canon de cette même université dont il fut nommé vice-recteur. Il exerça ensuite comme avocat à Valence où chaque année, il gagnait plus de mille ducats14. Le docteur Cristóbal Pellicer, qui fut nommé abogado fiscal y patrimonial du Conseil d’Aragon en 1583 puis régent en 1589, avait comme tant d’autres, exercé son activité professionelle à Valence avant de rentrer au service du roi en 1576 comme simple abogado patrimonial de la bailía de Valence. Pendant ces années d’exercice libéral, il fut, à ses dires, l’un des avocats les plus en vue de son temps se prévalant de revenus annuels de plus de deux mille ducats15.

63On ne multipliera pas ces exemples qui n’éclairent que d’une façon impressionniste les étapes antérieures de l’activité professionelle des magistrats. Tout comme celles qui concernent leur formation, ce sont des données éparses qu’il est malaisé de rassembler et de quantifier.

  • 16 AHN Osuna Leg 2280 Vol 1 f° 184 à 199.
  • 17 Ibidem.

64Nous sommes cependant persuadé que cette étape était essentielle dans la constitution des liens que les letrados ne manquaient pas de tisser avec les secteurs les plus influents de la société valencienne. Avant de prendre ses fonctions comme juez de corte de l’Audience en 1622, le docteur Cosme Fenollet était employé par le duc de l’Infantado pour le compte duquel il rendait la justice dans les terres que ce « magnat » possédait dans le royaume de Valence16. Le même duc de l’Infantado s’était assuré les services du futur régent don Luis Blasco qui, en 1615 lui envoya un long rapport pour l’informer de l’état de ses propriétés valenciennes17. Il est fort probable que ces liens se soient maintenus, une fois les letrados entrés au service du roi.

65Une formation théorique commune et l’exigence d’une expérience professionnelle préalable à l’entrée au service de l’État confirment que les letrados étaient détenteurs d’un savoir et d’une technicité qui faisaient d’eux, comme nous l’avons vu dans la première partie, les pièces-clés des nouveaux instruments au service de l’État et les véritables agents des anciennes institutions héritées du Moyen Âge.

66Nous avons signalé la plus grande permanence en activité des employés subalternes des institutions dont la durée moyenne de la carrière, de cinq ans supérieure à celle de l’ensemble des personnels de la couronne, dépasse la durée de dix-neuf ans. Cette donnée est, de surcroît, purement théorique et recouvre de profondes disparités puisque ceux qui restèrent en activité pendant plus de vingt-cinq ans et ceux qui ne firent qu’un bref passage au sein des institutions représentent pour chaque groupe environ un tiers de la population totale.

67La répartition des durées des carrières des infra-letrados a montré une représentation à peu près équivalente des différentes durées, courtes ou longues, qui laisse à penser qu’une grande partie de ces personnels, tout comme ceux occupant des charges réservées à la noblesse, commencèrent très jeunes à exercer leurs activités au service, fût-il modeste, de la couronne.

68À la lumière des observations faites au sujet des letrados, cet état de fait ne peut être que la conséquence d’une moindre formation préalable des individus de ce groupe. Cependant, dans nombre de cas, celle-ci n’était pas inexistante. De ces 106 agents du roi, seulement quatre possédaient le grade de docteur en droit mais quarante-huit étaient des notaires. Les candidats à ces postes n’étaient pas officiellement tenus d’avoir exercé quelque autre fonction qui leur eût permis de faire la preuve de leurs aptitudes professionnelles.

  • 18 ACA CA Leg 626 Exp 13.

69Les exigences étaient cependant bien souvent minimes. Lorsqu’on décida en 1590 de créer un nouvel office de credenciero chargé d’encaisser le produit des taxes sur les marchandises qui transitaient par la douane d’Alicante, la principale qualité qui semblait requise, du moins la mentionnaton pour deux des trois candidats, était que le sujet fût capable d’estimer le prix des marchandises afin d’éviter les fraudes des marchands qui avaient tendance à en sous-évaluer le montant18.

70Savoir lire le latin et savoir compter étaient aussi les deux conditions que l’on exigeait des futurs assistants du maestre racional, qui allaient être chargés de la délicate mission de réaliser le contrôle des comptes de tous les officiers royaux. En 1621, don Pedro Sans de Benimexix demanda que l’on nommât son fils comme adjoint pour sa future succession. Celuici avait alors douze ans. Le marquis de Caracena qui appuyait sa demande décrivait ainsi cet enfant :

  • 19 ACA CA Leg 624 Exp 15.

Es muy bien inclinado virtuoso y recogido, y se ha criado christiana y exemplarmente habilitándose en la latinidad y en escrivir con perfeccíon19...

  • 20 ACA CA Leg 626 Exo 15/1 et 15/2.

71Posséder le titre de notaire semble avoir été la condition requise pour exercer les fonctions de procurador fiscal auprès de l’Audience et des autres tribunaux royaux, comme le prouvent les deux documents où étaient présentés les profils des différents candidats à la succession de Pedro Juan Alzamora et de Jaime Cherta20.

72Même s’ils ne constituaient pas un ensemble aussi homogène que les letrados, les individus de ce groupe pouvaient se prévaloir d’une certaine technicité liée aux caractéristiques des fonctions qu’ils exerçaient au sein des institutions qui les employaient.

73Une formation initiale réduite, mais loin d’être inexistante, contribuait donc à la plus grande durée de la carrière de bon nombre d’individus de ce groupe. L’absence de clause contraignante quant à la possession d’une expérience professionnelle antérieure pouvait être la cause d’une disparité des âges à l’entrée dans l’institution qui seule peut rendre compte de la dispersion des durées de carrières que nous avons signalée précédemment.

74Nous avons constaté l’hétérogénéité des âges, en début de carrière, des ressortissants de la noblesse. Cette diversité engendrait celle des durées de carrière.

75La coexistence, dans ce même groupe, d’individus qui n’exercèrent que des fonctions d’alcaides de forteresses dont certaines n’étaient déjà plus que des ruines et dont on a souligné l’inutilité selon un strict point de vue militaire, aux côtés de ceux qui furent nommés aux charges les plus prestigieuses du royaume, nous a conduit à affiner notre analyse.

  • 21 Il s’agit des gouverneurs et de leurs lieutenants, des lieutenants du trésorier général, des bailes (...)

76Le graphique de la figure 9 page suivante représente la distribution des durées des carrières des cinquante nobles qui occupèrent les postes éminents du royaume21.

77Bien que la faiblesse des effectifs de ce groupe puisse, d’une période quinquennale à l’autre, induire des écarts importants des valeurs relatives qui correspondent à une faible différence du nombre d’individus en valeur absolue, la distribution des durées de carrières semble aussi étalée que celle de la totalité des nobles valenciens.

78Afin d’atténuer ces distorsions, nous regrouperons deux par deux les périodes de cinq ans. Selon ce procédé, on trouve que 32 %des individus restèrent moins de dix ans au service de la couronne et 24 % entre dix et dix-neuf ans, puis 22 % se maintinrent en activité pendant une durée comprise entre vingt et vingt-neuf ans, et enfin, 22 % d’entre eux eurent une carrière qui dura plus de trente ans. Les durées des carrières des nobles valenciens dans les postes qui leur étaient réservés, ne présentent pas un profil différent selon qu’il s’agisse des titulaires des charges les plus éminentes du royaume ou de simples alcaides.

79Comme nous pouvions le voir dans le tableau 1 p. 149, cette diversité correspond aussi, pour les dix-neuf d’entre eux au sujet desquels nous possédons cette information, à des âges d’entrée au service du roi, dans l’appareil institutionnel valencien, qui s’échelonnent entre vingt et soixante-quatre ans.

Fig. 9. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des titulaires des grandes charges du royaume
(Base 100 = 50) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 100)

80L’examen des cas individuels révèle l’existence, au sein de cette population, de deux profils différents qui même s’ils ne rendent pas entièrement compte de la diversité des âges permettent, dans la plupart des cas, d’en comprendre la raison.

  • 22 ACA CA Leg 651 Exp 8/22.

81Pour nombre de ces personnels, l’accès à une fonction au sein de l’appareil de pouvoir faisait suite à une carrière militaire parfois déjà longue. C’est ainsi qu’avant d’être nommé lieutenant de gouverneur de Játiva à l’âge de cinquante ans, don Alvaro Vich y Manrique avait déjà effectué une trentaine d’années de service dans les armées du roi d’Espagne, dont il avait eu le titre de page pendant plusieurs années. Plus tard, il servit sous les ordres de don Juan de Austria et de don Sancho de Leyva dans les galères royales. Il fut de ceux qui participèrent à la guerre des Alpujarras, cette fois comme lieutenant de la compagnie que commandait son frère don Pedro Vich. On le retrouve capitaine de galère à la bataille de Lépante où il fut grièvement blessé, puis participant aux expéditions de Navarin et de Tunis. Au cours de cette dernière, il faisait partie du tercio de don Diego Enríquez qui était chargé de l’avant-garde, -et il fut en première ligne des combats à La Goulette22. Son curriculum est un livre ouvert sur les grandes batailles que livra la monarchie espagnole en Méditerranée dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 23 ARV MR 4630.
  • 24 ACA CA Leg 684 Exp 38.

82Il fut nommé à la charge de lieutenant de gouverneur de Játiva en 1586. Trois ans plus tard, il occupait celle de gouverneur d’Orihuela où il resta en poste jusqu’à sa mort, survenue en 160823. Son remplaçant au gouvernement de Játiva, le cavaller Guillermo Ramón de Blanes, avait exactement le même profil de militaire aguerri par trente années de guerre quand il entra au service des institutions valenciennes à l’âge de cinquante ans24.

  • 25 ACA CA Leg 653 Exp 4, 10/23, ARV R 435, 438.

83C’était un curriculum similaire que présentait don Juan de Castellví qui fut nommé, à l’âge de trente-neuf ans, lieutenant de gouverneur de Castellón de la Plana en 1593, puis de Valence en 1606, après une vingtaine d’années de services dans les tercios en Flandres, en France puis en Italie et en Méditerranée25.

84Nous avons vu, dans la première partie, que parmi les attributions des gouverneurs et des lieutenants de gouverneur, la plus importante des tâches qui leur incombait était de contribuer au maintien de l’ordre en pourchassant les bandits ou les morisques rebelles et en repoussant les attaques des pirates qui harcelaient les côtes du royaume de Valence. Nul doute que l’expérience acquise pendant les longues années de service dans les armées du roi d’Espagne, pût être un gage de la qualité de leur action future à un poste de gouverneur.

  • 26 ACA CA Leg 651 Exp 8/17.
  • 27 AMV h3 (7) f° 7 v°.

85Mais ces excellents militaires ne furent pas seulement nommés à des charges où dans le cadre de leur mandat ils devaient encore manier l’épée. Parfois ils furent appelés à exercer des fonctions où leur connaissance des champs de bataille ne leur était pas d’une grande utilité. Don Bernardino Zanoguera avait servi pendant plus de dix ans, dont six en tant que capitaine, dans les galères de la flotte basée à Naples, lorsqu’en 1597 il sollicita une gratification quelconque, une pension ou bien une commanderie de l’Ordre de Montesa dont il était déjà chevalier. Le Conseil d’Aragon estima qu’il fallait lui proposer de poursuivre son service à Naples jusqu’à ce qu’on trouvât à lui donner une occupation26. Trois ans plus tard, il était alors âgé de trente-deux ans, ce militaire rompu à la navigation et au combat naval prêtait serment comme maestre racional du royaume de Valence27. Dorénavant, il allait devoir troquer l’épée pour la plume d’oie et exceller dans le contrôle des comptes des officiers royaux des institutions valenciennes.

86De nombreux individus de ce groupe eurent des parcours identiques au sein des armées royales avant d’entrer au service de l’appareil de l’État. Au cours de cette étape, la plupart de ces derniers furent des cadres que l’on pourrait qualifier d’intermédiaires, aucun d’entre eux ne dépassa le grade de capitaine, nul maestre de campo ne prolongea son activité parmi les titulaires des postes de prestige des institutions valenciennes. Après la dureté de la vie militaire, une nomination à un poste de gouverneur ou de maestre racional ressemblait davantage à l’octroi d’une récompense pour les services rendus à la guerre, qu’au début d’une carrière au service de l’État.

  • 28 ACA CA Leg 640 Exp 6/2.
  • 29 AMV h3 (7) f° 206 r°, ARV R 440.

87Mais le moule n’était pas unique. D’autres hommes, moins nombreux certes, furent nommés aux mêmes charges alors qu’ils n’avaient aucun service à leur actif. Don Joaquín Vich fut nommé baile general d’Orihuela en 1623 alors qu’il n’était âgé que de vingt-cinq ans28 et don Basilio de Castellví avait vingt-quatre ans lorsqu’il prêta serment comme lieutenant de gouverneur de Valence en 1624, quatre années après avoir reçu le privilège de sa nomination29.

88Aucun de ces deux jeunes hommes n’avait connu les rigueurs des campagnes militaires ni ne s’était illustré en d’autres lieux que sur le fameux Prado de Valencia, au bord du Turia, où l’on donnait les joutes et les tournois qui rassemblaient la fine fleur de la noblesse valencienne. Tous deux, en revanche, avaient en commun de succéder dans leur poste à un parent proche. Don Basilio de Castellví reprenait la charge qui avait été celle de son père don Juan de Castellví, et don Joaquín Vich prenait la relève de son frère don Juan.

89Voilà peut-être l’illustration de la diversité des âges et des durées de carrière. Faire l’objet d’une nomination à une des charges réservées à la noblesse pouvait avoir deux significations bien distinctes. Dans certains cas, des nobles qui s’étaient déjà longuement illustrés dans les armées du roi voyaient leurs mérites ainsi récompensés, dans d’autres cas, des familles dont on avait permis qu’elles s’approprient une charge, la transmettaient à leurs successeurs.

90Le service au sein des armées pouvait constituer, en quelque sorte, une étape de formation pour les gouverneurs et les lieutenants chargés en premier lieu du maintien de l’ordre sur les territoires de leurs gouvernements. Leurs fonctions requéraient des compétences que possédaient ceux qui, pendant de longues années, s’étaient exercés au commandement et au service des armes. La diversité des hommes qui occupèrent ces postes montre qu’une telle expérience n’était nullement indispensable.

91Contrairement aux magistrats qui devaient faire leurs preuves et avoir acquis une certaine expérience avant d’être nommés aux postes clés qu’étaient ceux de l’Audience, on confia parfois les charges les plus prestigeuses du royaume, celles qui étaient réservées à la noblesse, à de jeunes gens inexpérimentés.

  • 30 Maravall José Antonio, Poder, honor y élites en el siglo xvii, Madrid, 1989, p. 41 à 61.

92On reviendra sur la question lorsqu’on s’intéressera plus particulièrement à la transmission des offices mais on peut rappeler ici que bien que l’idée selon laquelle la noblesse était synonyme de vertu fût encore bien vivace, certains secteurs de la société espagnole de l’époque, bien souvent des letrados, ne manquaient pas de la discuter30. Or, les magistrats du Conseil d’Aragon qui se prononçaient sur toutes les nominations aux charges des institutions valenciennes ne firent preuve d’aucune réserve à l’heure de procéder à la nomination des jeunes nobles à des postes éminents.

93Il est vrai que ces charges constituaient l’ossature d’un appareil d’État hérité du Moyen Âge. Nous avons montré, dans la première partie, qu’une large part de cette structure, davantage les bailes et les maestres racionales que les gouverneurs, était victime d’une double décadence. Celle des anciennes institutions, au profit de l’Audience d’une part, et celle des titulaires des grandes charges au bénéfice des personnels inférieurs des institutions qu’ils dirigeaient. Une telle politique qui hésitait entre récompenser des services déjà rendus et maintenir en place des familles dont on s’assurait la fidélité, n’était peut-être que l’une des conséquences du passage au second plan de ces anciennes institutions, dans la hiérarchie effective des différents instruments du pouvoir de l’État.

94On s’attardera moins sur le cas des individus qui limitèrent leur activité aux charges de bailes locaux ou d’alguazils. Nous verrons plus loin que leur moindre longévité était la conséquence d’un mode particulier de transmission de leurs charges. Nous avons vu qu’il était aussi fort probable que la diversité des temps de carrière eût la même cause que pour les individus des deux autres groupes dont le profil de la répartition des durées d’activité est similaire. Quant à ce qu’il y avait à l’amont de leur carrière, nous sommes assez peu renseigné sur le sujet.

  • 31 ARV R 431.
  • 32 ARV R 431.

95On peut apporter quelque lumière au cas de certains bailes locaux. Lorsqu’un lieu prenait le rang d’universitat, se dotant ainsi d’un conseil municipal autonome, l’une des premières conséquences en était la nomination d’un baile. Tel fut le cas de Carcagente en 1579, dix ans à peine avant que ne lui fût concédé le titre de ville royale. On nomma comme baile en 1579 un certain Marco Talens31. Cette nomination suscita de vives protestations de la part d’un autre Talens dont le prénom était Bernardo. C’était lui qui avait œuvré pour que Carcagente devînt une universitat et c’était un autre que l’on récompensait. Très vite on rétablit les choses et un nouveau privilège fut rédigé, cette fois au nom de Bernardo Talens32.

  • 33 ARV R 433.

96En 1588, Villanueva de Castellón obtint le statut de ville royale, et comme à Carcagente, la première nomination d’un baile vint récompenser un certain Pedro Calp dont le privilège évoquait le rôle qu’il avait joué dans la modification du statut de ce village33.

97Dans d’autres cas, la transmission familiale de ces charges nous amène à penser que la politique qui guidait la couronne dans le choix des bailes locaux, et sans doute, dans celui des alguazils, suivait les principes de la récompense et de l’assurance des fidélités. En ce sens, elle était semblable à celle qui inspirait les nominations aux charges réservées à la noblesse.

98Bien qu’il subsiste des zones d’ombre, cette incursion dans la période antérieure au début de l’activité proprement dite nous a permis d’éclairer les principes qui guidaient le recrutement des différents types de personnels de l’appareil de l’État. Les modalités de la cessation d’activité complètera notre vision des carrières des membres des institutions royales.

VI.3 Les fins de carrière

99Nous connaissons le motif de la cessation de l’activité de 406 individus, soit 65 % de la totalité des agents du roi. Cette proportion varie d’un groupe à l’autre. Elle est la plus faible pour les infra-letrados (52,9 %), et pour les bailes et des alguazils (59 %). Nous sommes davantage informé dans les deux autres groupes puisque ce pourcentage s’élève à 66,7 % des titulaires des charges réservées à la noblesse et à 80 % des magistrats.

100Deux cent vingt-six membres des institutions moururent alors qu’ils étaient encore titulaires de leur charge. Ils représentent 55,6 % des 406 individus dont on connaît la cause de la fin de leur carrière. Mais ce chiffre que l’on avance est certainement sous-estimé car dans les groupes où nos connaissances sont les plus étoffées, cette part est beaucoup plus élévée : elle représente une proportion approchant les 70 %. Loin devant les autres motifs, donc, le décès fut la première des causes de l’arrêt de l’activité des hommes au service du roi.

101Les 56 nominations d’adjoints constituent la deuxième cause avec 13,8 %, puis les fins de mandat ou d’intérim représentent 13,6 %. Renonciations et retraites avec tout ou partie du salaire sont l’apanage, respectivement, de 7,6 % et de 5,4 % des agents de la couronne. Enfin, les suspensions définitives et les révocations, dont on a dénombré seulement huit cas, ne constituent qu’une part minime, égale à 2 % de la population.

102À l’exception de la part prédominante des décès, qui était une caractéristique partagée par l’ensemble de la population, ces chiffres globaux recouvrent certaines disparités entre les différents groupes de serviteur du roi.

103C’est la mort qui mit un terme à la carrière de 62,3 % des infraletrados. Ce chiffre est très largement sous-estimé. Nous sommes convaincu que bon nombre de fins de carrières dont la cause n’apparaissait pas mentionnée, tant elle était évidente, était le décès.

104Le fait qu’on maintînt les titulaires dans leurs postes jusqu’à l’épuisement de leurs possibilités, était une entrave au bon déroulement de l’activité de l’institution à laquelle ils appartenaient. Une consulta du Conseil d’Aragon faisait état de ces difficultés en 1582. À la mort de Luis Jerónimo Zaragoza qui était coadjutor ordinario du maestre racional, on déplorait qu’il n’y eût plus personne pour réaliser les activités de contrôle des comptes qui incombaient à l’institution car :

  • 34 ACA CA Leg 632 Exp 5/2.

Están los otros tres coadjutores impedidos por absencia o por enfermedad o por vejez. Pídase nómina al virrey y audiencia luego, por que no conviene diferirse esta provision34.

105Comme le prouve cette insistance du roi à rappeler au Conseil, au dos de la consulta, l’urgence qu’il y avait à nommer un remplaçant à Zaragoza, on était conscient des inconvénients qu’entraînait cette situation. La pratique n’en fut pas pour autant modifiée. Aucun des 106 individus qui composent ce groupe ne put bénéficier d’une mesure de retraite avec tout ou une partie de son salaire, et seulement 10 % d’entre eux renoncèrent à leur charge avant la fin de leurs jours.

106Le recours officiel à la nomination d’un adjoint représente, dans ce groupe, une part sensiblement équivalente à celle que cette pratique occupe parmi l’ensemble des membres des institutions.

107Nous en trouvons un exemple dans le cas du procurador fiscal de l’Audience, Jaime Cherta, dont le Conseil examinait la situation en 1590 :

  • 35 ACA CA Leg 626 Exp 15/2.

El Virrey de Valençia scrivió que Jayme Cherta, [...] por su edad y enfermedades no servía el offiçio con la diligencia y assistençia que se requería para la buena administración de la Justicia y que convenía poner remedio en ello, [...] el dicho Jayme Cherta tiene un hijo notario hábil diligente y confidente y que tiene experiençia del offiçio, porque se le ha ayudado à servir à su padre en diferentes ocasiones, y que se podría nombrarle por adiuncto de su padre con futura sucçessión, y que con esso el offiçio será bien servido35.

108Une telle prévision dans la gestion des personnes était rare et ne concerna qu’une minorité des individus recencés dans ce groupe. Dans la majorité des cas, on exerçait tant bien que mal son activité jusqu’à l’épuisement de ses dernières forces.

109Dans une proportion semblable à celle de leurs subalternes, 67,2 % de l’échantillon des letrados au sujet desquels nous possédons cette information, finirent leur carrière en même temps qu’ils finirent leurs jours.

110En revanche les magistrats se distinguent de tous les autres personnels des institutions par un recours plus important à la mise à la retraite avec la jouissance d’une partie ou de l’intégralité du salaire versé durant la période d’activité. Cette procédure a été appliquée dans 19,6 % des cas alors qu’elle ne le fut que pour 5,4 % de l’ensemble de la population. Il s’agit d’une caractéristique pour ainsi dire exclusive de la carrière des magistrats. En effet, pour l’ensemble de notre échantillon, nous n’avons recensé que vingt-trois carrières terminées par une mise à la retraite et ce furent vingt et un letrados qui en bénéficièrent.

111Au sein des 134 magistrats, 71 terminèrent leur carrière à l’Audience ou au Conseil d’Aragon. Parmi ces derniers, nous en avons identifié seize qui ont eu le privilège de bénéficier de l’une des vingt et une mises à la retraite prononcées en faveur des individus de ce groupe. Seulement cinq des letrados qui n’exercèrent pas au-delà des cours des gouverneurs ou des bailes purent terminer leurs jours en étant dégagés de leurs obligations professionnelles tout en percevant leur salaire. Cette mesure semble donc concerner ce qu’il est convenu d’appeler l’élite de la magistrature. Toutefois, ce propos doit être nuancé.

112Quelques indices semblent montrer que les privilèges de retraite ne furent pas accordés de façon constante tout au long des soixante-dix années qui ont retenu notre attention. Dix cas le furent dans la première moitié du xviie siècle, deux en 1599 et seulement quatre sont antérieurs à 1580. On ne sait s’il faut y voir la conséquence d’une maturation de l’appareil de l’État et de ses dirigeants qui ayant pris la mesure des difficultés qu’entraînait le maintien en activité des magistrats physiquement diminués aux plus hautes institutions du pouvoir, cherchaient à remédier à cette situation. C’était peut-être le cas. Il est vrai que plusieurs consultas prouvent que la bonne santé et les aptitudes physiques des candidats étaient des éléments que l’on prenait en compte, du moins en théorie, lorsqu’il s’agissait de procéder à des nominations aux postes les plus élevés de la magistrature valencienne.

  • 36 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 206-207.
  • 37 ACA CA Leg 633 Exp 5/5.

113Cependant, une mise à la retraite n’était pas toujours la récompense à de bons et loyaux services. Si plusieurs magistrats sollicitèrent au roi de pouvoir cesser leur activité de cette façon, ce procédé apparaît aussi, dans certains cas, comme un châtiment déguisé envers un juriste dont on souhaitait se débarasser. Teresa Canet a évoqué le cas du docteur don Pedro Rejaule, dont les agissements avaient fait l’objet de plusieurs rapports critiques, et que l’on força à accepter un honorable départ à la retraite36. Tel fut aussi le cas du docteur Felipe Salinas, assesseur du gouverneur de Valence. Ce dernier se plaignait souvent auprès des magistrats de l’Audience, de la vieillesse de son assesseur qui n’était plus capable d’exercer ses fonctions avec assiduité. Le Conseil d’Aragon lui proposa de mettre un terme à sa carrière tout en lui conservant le salaire de son poste dans son intégralité. Le docteur Felipe Salinas accepta cette issue avantageuse37.

  • 38 Casey, op. cit., p. 201.

114Bien que ce fût un moyen qu’on utilisa de façon ponctuelle pour remédier à des situations préjudiciables à la bonne marche de la justice, cette pratique ne fut pas érigée en système pour sauver l’Audience de la sclérose qui la guettait à certains moments de son histoire38. En aurait-on eu l’idée que la mise en œuvre d’un tel programme eût soulevé de nombreux problèmes d’ordre financier et humain.

  • 39 AHN Osuna Leg 540 Exp 70.
  • 40 ACA CA Leg 623 Exp 31/(fin de cote illisible).
  • 41 Ibidem et ACA CA Leg 623 Exp 31/7 et 31/8.

115La pension des magistrats qui avaient cessé leur activité était financée à la fois par la couronne et par les nouveaux letrados qui les avaient remplacés. Lorsqu’en 1617 on accepta à sa demande de décharger don Ramón Sans de La LLosa de ses fonctions d’oidor tout en lui maintenant intégralement le salaire de six cents livres, il fallut trouver l’argent nécessaire sans grever les finances royales. Pour ce faire, deux magistrats nouvellement promus ne perçurent que la moitié de leur salaire, c’est-à-dire trois cents livres, auxquelles s’ajoutaient le versement de cent livres à chacun sous forme de pension annuelle sur le patrimoine royal. Cela devait durer tant que vivrait don Ramón Sans. Or ce dernier vécut encore trente ans39. Quatre ans plus tard, l’un des deux juges qui finançaient la retraite de don Ramón Sans, le docteur Juan Bautista Just, était à son tour mis à la retraite avant qu’il n’eût pu jouir de son salaire entier. Il percevrait dorénavant trois cents livres40. À la fin des années 1620, alors que survivaient cinq membres retraités de l’Audience, cinq des onze magistrats en activité ne percevaient qu’une partie de leur salaire pour financer les pensions de leurs collègues plus âgés41. Telle fut sans doute la raison pour laquelle ce système ne fut pas étendu à l’ensemble des membres du tribunal.

116Même s’il ne concerna qu’une minorité de juristes, ce trait fondamental qui distingue leur carrière de celle des autres membres des institutions méritait qu’on s’attardât à en définir les contours.

117La pratique de la mise à la retraite, dans une version encore balbutiante, est la traduction d’un certain souci de rentabilité, de recherche d’efficacité mais aussi de paternalisme dont fit preuve l’État dans la gestion des personnels de son principal instrument de pouvoir à l’échelon territorial. Ce procédé, qui relève d’un fonctionnement délibérément moderne de la bureaucratie ne fut pas, en fin de compte, pleinement assumé par l’État.

  • 42 Fayard Janine, Les membres du Conseil de Castille à l’Époque Moderne (1621-1746), Genève, 1979, p.  (...)

118La modernité du procédé qui permit à près de 20 % des magistrats de percevoir une pension tout en étant relevés de leurs fonctions ne doit pas faire oublier que 67,2 % des letrados furent maintenus en activité jusqu’à leur décès. Cette proportion les mettait sur le même plan que les autres membres des différentes institutions. Faute de ressources financières suffisantes, mais aussi d’une vision politique qui n’était pas encore pleinement élaborée (sans doute était-il encore trop tôt), les institutions les plus modernes de l’appareil de l’État ne s’étaient pas défait, au début du xviie siècle, de certains traits archaïques. Cependant, cette proportion de 20 %est largement supérieure à celle qu’a indiquée Janine Fayard au sujet des conseillers de Castille du xviie siècle. D’après cette historienne, les conseillers dont elle a étudié les carrières ne furent que 5 % à bénéficier d’une mesure de mise à le retraite42. Étant donné que les deux populations ne sont pas entièrement comparables, on ne peut tirer de véritable conclusion de cet écart. Nous en relèverons d’autres qui tendraient à prouver que la période que nous étudions, fut pour la magistrature espagnole une époque privilégiée.

119Au sein du groupe des titulaires des charges du domaine réservé de la noblesse valencienne, la part des carrières qui se terminèrent par un décès s’élève à 72,2 %, un taux supérieur de cinq points à celui enregistré pour les magistrats.

  • 43 ACA CA Leg 636 Exp 3.
  • 44 AHN Consejos Lib 2389 f° 205 v°206 r°.
  • 45 ARV MR 195.

120Nous avons évoqué dans la première partie les difficultés qu’avait entraînées l’incapacité de don Juan Aguilón à assumer les obligations de ses charges de lieutenant de gouverneur de Castellón de la Plana et de baile general de Valence. Cette situation avait même été à l’origine d’un rapport du comte d’Aytona qui porte la date de 158343. Don Juan avait alors près de quatre-vingts ans. Trois ans plus tard, le Conseil d’Aragon lui proposa de renoncer à l’exercice de l’office de lieutenant de gouverneur tout en conservant le titre et le salaire qui y étaient attachés. Don Juan repoussa cette offre qu’il jugeait infamante. Il estimait que son honneur souffrirait si l’on procédait ainsi envers un si fidèle serviteur de la couronne. En dépit de ses protestations on lui força la main et on lui nomma un successeur. Un courrier adressé au viceroi le priait d’aller trouver don Juan Aguilón afin de le rassurer et de le persuader que ce n’était pas parce qu’il avait démérité aux yeux du roi qu’il se trouvait dépossédé de sa charge mais simplement à cause de son grand âge44. On remarquera du reste qu’on le maintint dans ses fonctions de baile général jusqu’à son décès qui survint quelques mois plus tard45.

121Il fallait prendre des précautions pour faire admettre l’exigence d’efficacité à des serviteurs dont la représentation de l’activité au service du roi relevait d’une conception intimement liée au code d’honneur de la noblesse.

  • 46 ACA CA Leg 632 Exp 2/3.

122Cinquante ans plus tard, il se présenta exactement la même situation. Le lieutenant de gouverneur d’alors, don Carlos de Borja, était âgé de soixante et onze ans et il souffrait de la goutte. N’étant plus en mesure d’exercer ses fonctions en personne, il avait, de son propre chef, nommé un substitut46. Or, tout comme pour celui qu’en son temps don Juan Aguilón avait désigné pour le remplacer, il s’agissait d’un habitant de la ville de Castellón qui ne réussissait pas à imposer le respect de l’autorité à ses concitoyens et qui, en quelque temps, avait déjà été victime de plusieurs agressions.

123Les magistrats du Conseil prirent la décision d’écarter don Carlos de Borja mais il fallait surtout éviter que son honneur s’en trouvât entamé. Pour préserver la réputation du titulaire, on ne parla ni de retraite, ni de renonciation :

Supuesto que don Carlos está justamente impedido y sus servicios no merescen que se le provea el cargo no halla [este Consejo] otro expediente para remedio dello como nombrarle un conjuncto.

124Don Carlos conserva son salaire et le titre de gouverneur pendant que son successeur en exerça effectivement les fonctions.

125Ce furent, à notre connaissance, les deux seuls cas où l’on prit de telles mesures. Il serait tentant de conclure à l’existence d’un fossé qui aurait séparé letrados et noblesse. Les premiers eussent accepté une mesure que les seconds considéraient comme déshonorante. Mais les faits sont parfois rétifs et s’ils ne contredisent pas absolument cette interprétation, ils ne la confirment pas non plus complètement.

  • 47 ACA CA Leg 701 Exp 61/1, 2.
  • 48 ARV MR 4630.

126Dans d’autres circonstances similaires, ce furent les magistrats du Conseil d’Aragon qui se montrèrent peu enclins à accepter que certains gouverneurs qui le souhaitaient pussent terminer leurs jours en toute tranquillité. Don Alvaro Vich y Manrique avait eu cette intention en 1607 après qu’il eut servi le roi pendant plus de vingt-cinq ans dans divers corps d’armées puis pendant dix-huit ans comme gouverneur de Játiva et d’Orihuela47. Il était alors âgé de soixante-neuf ans et réclamait un repos bien mérité et une rente solide. Son frère, l’archevêque de Tarragone, appuyait vivement cette requête. Il estimait qu’il était bénéfique pour la monarchie de monter ostensiblement qu’elle savait récompenser ceux qui l’avaient servie. Rien n’y fit et don Alvaro ne cessa ses fonctions qu’un an plus tard lorsque la mort vint le surprendre48.

  • 49 ACA CA Leg 632 Exp 23/1, 23/2, ARV MR 228.

127Don Jaime Ferrer connut le même sort. Dans la requête qu’il avait adressée au Conseil d’Aragon il demandait seulement que son fils, qui devait de toutes façons lui succéder à la charge de gouverneur de Valence, n’eût pas à attendre sa mort pour prendre possession de son office. Quarante ans plus tôt, cela avait été accordé à son père don Luis qui était lieutenant de gouverneur de Valence et lui, il avait prêté serment bien avant la mort de son père. À deux reprises, en 1604 puis en 1611, on refusa de satisfaire cette requête et don Jaime fut maintenu en poste jusqu’à son décès qui survint en 162149.

  • 50 ACA CA Leg 624 Exp 3/1, 2.

128À l’inverse, le docteur Vicente Vidal, magistrat de la chambre civile de l’Audience, qui avait en 1597 demandé une gratification pour les services qu’il avait rendus au cours de sa carrière, s’était vu proposer une mise à la retraite. Sa réaction avait été virulente. Il estimait que cette proposition allait « contra su buen nombre, crédito y auctoridad50 ».Les frontières entre les mentalités aristocratiques et celles des letrados étaient déjà assez floues pour que certains nobles sollicitassent en vain ce que refusait un magistrat drappé dans son orgueil.

129En dépit de ces exemples, la loi des nombres s’impose. Seulement deux nobles, soit 2,2 % des individus de ce groupe, furent déchargés de leurs fonctions tout en conservant leur salaire, et qui plus est sans qu’on prononçât le mot de jubilación, alors que l’immense majorité, 72,2 % d’entre eux, ne finirent leur carrière que lorsqu’ils furent arrivés au terme de leur vie.

130Cette dernière circonstance, ou bien la renonciation pure et simple mais sans contrepartie financière (qui fut l’issue de 10 % de cette population) était bien la caractéristique dominante des fins de carrière de la noblesse.

131De tous les groupes, il s’en détache donc un, celui des letrados, dont les différents paramètres des carrières (homogénéité des durées, nature de la formation, recours à la mise à la retraite) traduisent la place particulière qu’ils occupaient au sein de l’appareil de l’État.

Tableau 2. — Durée des carrières

Tableau 2. — Durée des carrières

Notes

1 Aucune de ces informations ne provient de registres de baptême mais de documents divers (états de services que l’on envoit au conseil d’Aragon pour demander une pension, enquêtes généalogiques pour être admis au sein d’un ordre militaire, etc...) dans lesquels il est mentionné l’âge d’un individu à un moment donné. Néammoins, étant donné le caractère extrèmement aléatoire et peu rentable d’une recherche dans les registres de baptême de l’année de naissance d’une population définie, nous avons retenu les données que nous fournissaient les documents mentionnés plus haut.

2 Dans ces quelques cas, les fonctions devaient être exercées par un substitut jusqu’à ce que le titulaire eût atteint l’âge de vingt-deux ans.

3 ARV MR 218.

4 ARV MR 199, 205.

5 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 202.

6 Ibidem, p. 142.

7 Pastor i Fluixà, « Un jurista... », op. cit.

8 Teresa Canet Aparisi mentionne les docteurs Tárrega et Fenollet, pour Cristóbal Roig voir ARV MR 166 (il est indiqué en marge du reçu du versement de son salaire que celuici vient de Salamanque).

9 ACA CA Leg 634 Exp 4/1 (1617).

10 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 201.

11 ACA CA Leg 625 Exp 11/1 (1629).

12 Pastor Fuster Justo, Biblioteca valenciana de los escritores que florecieron hasta nuestros días y de los que aún viven, Imprenta y Librería de José Ximeno, Frente al Miguelete. 1828, Édition fac-similé, Valence, 1980, 2 vol. 548 p. et 356 p.

13 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 139.

14 ACA CA Leg 633 Exp 5/5, Leg 634 Exp 4/1, Leg 623 Exp 21/1, 23/1.

15 ADPV e. 1. 4. caja 5.

16 AHN Osuna Leg 2280 Vol 1 f° 184 à 199.

17 Ibidem.

18 ACA CA Leg 626 Exp 13.

19 ACA CA Leg 624 Exp 15.

20 ACA CA Leg 626 Exo 15/1 et 15/2.

21 Il s’agit des gouverneurs et de leurs lieutenants, des lieutenants du trésorier général, des bailes generales, des maestre racionales, du baile de Játiva et des receptores des deux bailías generales. Pour un effectif total de soixantequatre individus, nous connaissons la durée exacte de la carrière de cinquante nobles.

22 ACA CA Leg 651 Exp 8/22.

23 ARV MR 4630.

24 ACA CA Leg 684 Exp 38.

25 ACA CA Leg 653 Exp 4, 10/23, ARV R 435, 438.

26 ACA CA Leg 651 Exp 8/17.

27 AMV h3 (7) f° 7 v°.

28 ACA CA Leg 640 Exp 6/2.

29 AMV h3 (7) f° 206 r°, ARV R 440.

30 Maravall José Antonio, Poder, honor y élites en el siglo xvii, Madrid, 1989, p. 41 à 61.

31 ARV R 431.

32 ARV R 431.

33 ARV R 433.

34 ACA CA Leg 632 Exp 5/2.

35 ACA CA Leg 626 Exp 15/2.

36 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 206-207.

37 ACA CA Leg 633 Exp 5/5.

38 Casey, op. cit., p. 201.

39 AHN Osuna Leg 540 Exp 70.

40 ACA CA Leg 623 Exp 31/(fin de cote illisible).

41 Ibidem et ACA CA Leg 623 Exp 31/7 et 31/8.

42 Fayard Janine, Les membres du Conseil de Castille à l’Époque Moderne (1621-1746), Genève, 1979, p. 543.

43 ACA CA Leg 636 Exp 3.

44 AHN Consejos Lib 2389 f° 205 v°206 r°.

45 ARV MR 195.

46 ACA CA Leg 632 Exp 2/3.

47 ACA CA Leg 701 Exp 61/1, 2.

48 ARV MR 4630.

49 ACA CA Leg 632 Exp 23/1, 23/2, ARV MR 228.

50 ACA CA Leg 624 Exp 3/1, 2.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières de l’ensemble des officiers royaux (Base 100 = 402)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des représentants locaux de l’ordre et des finances (Base 100 = 106) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des infra-letrados (Base 100 = 53)(Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des titulaires des charges réservées à la noblesse (Base 100 = 100) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des magistrats(Base 100 = 109) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 402)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 1. — Répartition par périodes de 5 ans des individus en fonction de leur âge
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des magistrats de l’Audience et du Conseil d’Aragon(Base 100 = 70) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 109)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 9. — Répartition par périodes de 5 ans des durées de carrières des titulaires des grandes charges du royaume(Base 100 = 50) (Rappel : base 100 de l’ensemble = 100)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 2. — Durée des carrières
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search