Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Deuxième partie. Les officiers royaux

Chapitre V. Introduction méthodologique

Texte intégral

V.1 Les officiers royaux et leurs parents

1Entre 1556 et 1626, nous avons retrouvé la trace de 625 membres des institutions royales. Ces derniers furent l’objet de 842 nominations aux 135 charges différentes de l’appareil de l’État du royaume de Valence que nous avons prises en compte pour notre étude. Pour 326 de ces individus, soit 52,1 % de l’ensemble, nous avons identifié 845 parents ou alliés auxquels ils étaient unis par 1319 liens de parenté ou de relation. Parmi ces 845 parents, 278 hommes sont déjà membres des institutions et, par conséquent, font partie des 625 agents du roi dont nous étudions les carrières.

2Cet ensemble, bien sûr, n’est pas homogène. Dans les listes alphabétiques, les vice-rois se trouvent à proximité des personnels subalternes de la bailía de Valence et les gouverneurs des forteresses en ruine côtoient les magistrats du Conseil d’Aragon. Or, tous étaient au service du roi. Cela sera pour nous suffisamment pertinent pour qu’au-delà des diversités des statuts et des fonctions, les membres des institutions royales soient appréhendés comme un ensemble. Nous retiendrons autant les traits communs qui unissaient ces hommes que ceux qui les différenciaient.

  • 1 Aux 625 acteurs des institutions, s’ajoutent les 567 des 845 parents qui n’exercent aucune fonctio (...)

3Pour de multiples raisons, on ne peut considérer notre travail comme entièrement achevé. Le groupe humain que l’on a décidé de faire revivre se compose en tout de 1192 personnes1, dont la plus grande partie se concentrait dans la capitale du royaume, mais dont un certain nombre vivaient dispersés sur le territoire valencien, et qui de surcroît n’appartenaient pas à une institution unique. Il eût été impossible d’atteindre un degré absolu de connaissance de ces hommes quand on sait qu’il n’existait pas, aux xvie et xviie siècles, de « dossiers de carrière » des personnels administratifs ou politiques, comme c’était parfois le cas au xviiie siècle. La moindre reconstruction d’un cursus requiert la consultation de plusieurs types de sources, celle des familles est une véritable enquête où la part du hasard et celle de la chance sont loin d’être négligeables.

  • 2 Il s’agit des forteresses de Caudete, Castellón de la Plana et Jérica popur lesquelles il est cert (...)
  • 3 Dans le cas des charges qui pouvaient être exercées à travers un substitut, c’est le titulaire qui (...)

4Étant donné que notre point de départ est l’étude des carrières des membres des institutions royales, c’est dans ce domaine que nous sommes le mieux renseigné. En ce qui concerne l’identification des personnes qui ont occupé les postes des institutions que nous avons retenus pour ce travail, nos seules lacunes concernent un certain nombre de bailías locales, le gouvernement de certains châteaux et peut être quelques alguazils extraordinaires2. À ces exceptions près, qui ne représentent tout au plus qu’une vingtaine d’individus sur un total de 625, un peu plus de 3 %, le personnel des autres institutions se trouve au complet3.

5Nous ne disposons naturellement pas du même nombre d’informations pour tous. Plus ils avaient gravi la hiérarchie du pouvoir, plus nombreuses sont les traces que ces hommes ont transmises de leur activité. En revanche, ceux qui se trouvaient au bas de l’échelle ont du mal à sortir de l’ombre. De leur passage dans une institution, ils ne nous ont souvent laissé pour toute empreinte que les deux dates qui délimitent la période où ils ont exercé leur charge et la raison de la cessation de leur activité. Le traitement statistique rend cependant ces données parfaitement exploitables.

6Pour chercher ces renseignements relatifs aux carrières, nous avons dépassé les limites chronologiques que nous étions fixées dans les seuls cas des charges les plus importantes, celles des letrados, des gouverneurs, des bailes généraux et des maestre racionales. Lorsque cette recherche semblait hasardeuse et par avance peu fructueuse, elle n’a pas été faite. Cela explique que de l’ensemble des 852 exercices, on en connaît la durée exacte de 599, soit un peu plus de 70 %.

7Dans 74 % des cas nous savons quelle fut la cause de la fin d’exercice des personnels des institutions à chacun des postes occupés. On pourrait s’étonner que ce chiffre soit légèrement plus élévé que celui des exercices dont la durée est connue. Cette distorsion est due à la diversité des situations que recouvrait la nomination d’un adjoint chargé d’assurer la succession du titulaire du poste auquel il était nommé. Parfois, ce dernier exerçait son activité pendant de longues années avant de céder sa place à celui qu’on avait nommé pour lui succéder. Dans les cas où cette situation se prolongeait au-delà des limites chronologiques de notre travail et lorsqu’il n’a pas été possible de déterminer rapidement quelles étaient les circonstances de fin de carrière, c’est la raison « nomination d’un adjoint » qui a été retenue, car elle était significative d’un mode de transmission des charges même si nous n’avions pas pu déterminer la date exacte de fin d’exercice.

  • 4 À l’exception des personnes qui exercèrent des charges dont le mandat était triennal (racionales) (...)

8Il est évident que dans le cadre que l’on s’était donné, la reconstruction des familles ne pouvait être réalisée que pour une partie de la population concernée. Au moins un parent a été identifié pour 326 des 625 individus de notre population, ce qui représente 52,1 % du total. Ici, la position sur l’échelle de la hiérarchie des pouvoirs n’a pas été déterminante de la même façon que pour la connaissance du déroulement des carrières. Les familles ont été identifiées par deux moyens. Dans le cas des transmissions familiales de certaines charges et lorsque les derniers mois de salaires d’un agent récemment décédé étaient versés à son héritier, il était aisé de repérer au moins un membre de la famille. C’est pourquoi au moins un parent a été idéntifé dans 52,1 % de cas. Cette proportion est distribuée de façon relativement homogène dans la population étudiée4.

  • 5 Ce chiffre est la moyenne des pourcentages de connaissance de chaque lien de parenté : par exemple (...)

9En revanche, l’identification de plusieurs membres d’une famille n’était possible que par le recoupement de plusieurs sources, principalement des testaments et des dossiers de candidats à l’entrée dans les ordres militaires. Là encore, les élites ont laissé plus de traces de leur passage dans ce monde et ce sont leurs parents que l’on connaît de la façon la plus homogène. Pour l’ensemble du fichier, on peut évaluer à 11,7 %, le taux de connaissance des parentés5. Ce chiffre monte cependant à 16,6 % pour les magistrats et à 26 % pour les membres de la noblesse. Il est en desssous de la moyenne pour le reste de la population. Précisons cependant que l’on ne s’est pas limité à la recherche de l’identification des pères, épouses et enfants des membres des institutions. Si l’on s’en tient à ces trois liens de parenté, le taux de connaissance des familles passe de 11,7 % à 22,3 % pour l’ensemble de la population. Étant donné qu’on souhaitait mettre en évidence des réseaux de relations, notre recherche a été étendue aux alliés : beaux-parents, gendres et belle-filles et aux parentés latérales : oncles, neveux, frères, sœurs, et beaux-frères. Nous nous sommes intéressé à ce groupe des parents, et plus précisément à leur implication dans l’appareil de l’État, c’est ainsi que 272 des 625 acteurs ont au moins un parent au service de la couronne, soit 43,5 % de l’ensemble. Or si l’on restreint la population de référence à celle dont la famille est connue, le pourcentage des acteurs dont un parent est au service de la couronne est de 83 % de la population dont au moins un membre de la famille est identifié.

  • 6 Nous avons relevé quelques cas où différents documents consultés donnaient des informations contra (...)

10Nous n’avons pas les moyens de formuler une hypothèse précise quant au chiffre qui s’approcherait le plus de la réalité : 43,5 % ou 83 % ? Il est certain que celui de 43,5 % est sous-évalué. Pour la détermination des liens familiaux, nous ne nous sommes pas contenté d’une identité de patronymes, tous les liens que l’on prend en compte sont attestés par la documentation consultée6, par conséquent il est certain que l’amélioration du niveau de renseignement de la base de données entraînerait une augmentation de ce chiffre. Toutefois, elle n’en serait pas proportionnelle, car il est clair que l’identification des familles a largement dépendu de l’implication de celles-ci dans l’appareil de l’État. S’il est permis d’affirmer que le chiffre de 43,5 % constitue une hypothèse basse du taux d’implication des familles dans l’exercice du pouvoir, en revanche, celui de 83 % ne peut pas sérieusement être considéré comme une hypothèse haute.

11En ce qui concerne le groupe des parents, la prise en compte du service a été élargie au-delà des institutions dont on étudie les carrières des membres et des limites chronologiques de notre travail. Ce deuxième cas concerne des parents d’acteurs dont l’activité se situe en début ou en fin de période. Dans le premier cas, nous avons pris en compte l’exercice dans des institutions à l’extérieur du royaume de Valence ou pour le compte du Saint-Office. Les évêques ont été considérés comme étant suffisamment proches du pouvoir pour qu’on les comptât parmi ses serviteurs. En revanche, les fonctions militaires, mises à part celles de Maestre de campo ne nous ont pas semblé revêtir suffisamment d’implication politique pour être retenues. Ces deux cas représentent 47 des 325 parents identifiés qui ont servi l’appareil de l’État, les 278 autres font partie des 625 acteurs des institutions étudiées.

12C’est donc à travers un double éclairage, à la fois fonctionnel et social, que sont appréhendés des agents de la couronne qui n’étaient pas que les acteurs d’un système institutionnel mais de la société valencienne dans son ensemble.

V.2 Méthode d’exploitation des données

13Au moins deux démarches s’offraient à nous pour procéder à cette analyse. La première consistait à prendre les groupes humains comme point de départ de l’étude des carrières. On aurait ainsi distingué entre nobles et non-nobles, entre letrados et non-letrados. Cette approche comportait de sérieuses difficultés. Outre le fait que ces catégories n’étaient pas exclusives, les charges exercées par des personnes de même rang pouvaient être très diverses. La seconde démarche, que nous avons choisie, n’est pas non plus exempte d’inconvénients. Puisque c’est d’abord à travers leurs fonctions que nous avons saisi les hommes et que c’est sur leurs carrières que nous sommes le mieux renseigné, il nous a semblé préférable d’aborder l’analyse de l’ensemble à partir de groupes de fonctions d’après lesquels on définit les groupes d’individus qui les ont exercées.

14C’est pourquoi nous avons constitué cinq groupes dont on confrontera les caractéristiques et au sein desquels viennent s’inscrire les singularités de chacune des charges des institutions valenciennes qui les composent et des groupes humains qui les ont exercées.

15Quelle que fût la démarche choisie, notre perspective de travail rendait nécessaire de tels regroupements. En effet, puisque nous avons décidé d’inclure dans cette étude tous les membres des institutions royales dans une courte durée, nous ne pouvions ni nous limiter à un traitement global, qui nous servira cependant d’élément commun de comparaison, ni procéder à une analyse par postes ou par institutions. En effet au sein d’une même institution coexistaient des postes de nature très différente et le nombre d’acteurs les ayant occupés était le plus souvent insuffisant pour constituer un échantillon assez étoffé.

16C’est ainsi qu’un premier groupe de 254 nominations à des postes réservés aux magistrats se compose de 134 individus. Il est constitué des letrados des institutions royales, membres du Conseil d’Aragon, magistrats de l’Audience, assesseurs et abogados fiscales y patrimoniales des bailes et des gouverneurs.

17Le second groupe représente 137 personnes qui ont reçu 178 nominations. Presque toutes issues de la noblesse valencienne, ces dernières ont été gouverneurs, bailes généraux et receptores des bailías, maestres racionales, ou bien ont exercé leur activité comme gouverneurs des forteresses du royaume de Valence.

  • 7 Pelorson Jean Marc, Les Letrados, juristes castillans sous Philippe III. Recherche sur leur place (...)

18Un troisième ensemble est formé par les employés subalternes des institutions. Ces 106 hommes qui appartenaient à cette catégorie d’individus que Jean-Marc Pelorson7 a appelé les infraletrados, ont exercé 114 fonctions diverses aux postes inférieurs de l’administration de justice ou des finances.

19Les 216 nominations à des charges de bailes locaux et d’alguazils ordinaires et extraordinaires du royaume définissent un quatrième groupe de 207 individus.

20Enfin, le dernier ensemble est composé de charges atypiques que l’on ne peut soumettre au même traitement que l’ensemble du fichier. Il représente les 90 nominations aux postes de viceroi, de veedor de la costa (charge militaire dont le titulaire était chargé d’organiser la défense des côtes), et de racionales, dont le mandat était à durée limitée. De ce fait, les considérations sur la dynamique des carrières perdent leur sens, comme celles sur les connexions familiales des vice-rois dont on sait qu’ils furent pour la plupart étrangers au royaume de Valence. Ces mandats concernent 77 individus.

21On remarquera que la somme des effectifs en hommes de chaque groupe défini par les charges exercées est supérieure à l’effectif total de la population. Il s’avère que 36 des individus qui ont exercé plusieurs charges ont été nommés à des postes que nous avons classés dans des catégories différentes. Ce décalage que nous prendrons en compte au moment de l’analyse et dont nous ne renoncerons pas à expliquer les causes, illustre singulièrement la complexité de l’appareil de l’État. La démarche que nous avons repoussée aurait conduit à ce même type de distorsion, cette fois concernant le nombre d’événements de carrières, dont il aurait sans doute été plus difficile de rendre compte.

22Les quatre premiers de ces cinq grands groupes, les charges qui les composent ainsi que les hommes qui les ont exercées seront passés au crible de l’analyse et c’est une sorte de tableau vivant d’un appareil institutionnel et des hommes qui l’animaient que l’on s’efforcera de présenter dans les pages qui suivent.

23L’étude des hommes qui consacrèrent leur vie au service du roi doit être menée par étapes. On s’intéressera en premier lieu aux carrières prises dans leur globalité. Dans cette première phase de l’analyse nous privilégierons les institutions par rapport aux charges, et le profil général des hommes par rapport aux événements de leur carrière. Ensuite, il conviendra de passer à l’étude de la dynamique des carrières. Au cours de cette deuxième étape, les cursus, la mobilité des hommes et la transmission des charges retiendront toute notre atttention. Enfin, nous consacrerons le troisième chapitre à l’apport d’élements permettant d’appréhender la dimension sociale des agents de la couronne et d’élargir la réflexion au champ du social et à ses pratiques.

Notes

1 Aux 625 acteurs des institutions, s’ajoutent les 567 des 845 parents qui n’exercent aucune fonction connue dans l’appareil de l’État dont on étudie les personnes. Les 278 autres font aussi partie des 625 membres des institutions.

2 Il s’agit des forteresses de Caudete, Castellón de la Plana et Jérica popur lesquelles il est certain que certains de leurs alcaides nous sont inconnus. On constate cette même lacune pour les bailías d’Ademuz, Callosa, Castellfabib, Guadaçucar, Guardamar, Ibi, Nules, San Juan y Benimagrell et Villarreal. D’une façon plus générale, nous avons écarté de notre base de données un certain nombre de charges dont l’exercice relevait pourtant du service de la couronne dans la mesure où leurs titulaires étaient nommés par le roi. Il s’agit des employés subalternes des tribunaux et des institutions, verguers et portiers ou simples scribes dont les fonctions étaient purement mécaniques et sans aucune incidence réelle sur les rouages du pouvoir. En revanche, le choix d’écarter pour les mêmes raisons, les titulaires des escribanías, dont certaines pouvaient constituer un intéressant rapport financier, les escribanos de mandamiento de l’audience et les personnels de chancellerie du Conseil d’Aragon est un peu plus discutable. Dans les deux derniers cas mentionnés, la proximité du pouvoir conférait sans doute une autre dimension à des charges de peu d’importance.

3 Dans le cas des charges qui pouvaient être exercées à travers un substitut, c’est le titulaire qui a malgré tout été pris en compte pour deux raisons. D’une part l’identité des délégués n’apparaît généralement que de façon incidente, ensuite ils sont directement nommés par le titulaire de la charge qui conserve le pouvoir, fûtil nominal, et perçoit une grande partie des bénéfices que procure son exercice.

4 À l’exception des personnes qui exercèrent des charges dont le mandat était triennal (racionales) qui mouraient rarement en poste et qui ne transmettaient pas leur office à un parent. Pour cette population, le chiffre tombe à 7 sur 72, soit 9,7 %. Le cas des 15 vicerois qui se sont succédés à Valence a été traité à part. S’il pouvait être aisé de reconstruire des familles qui appartenaient à la haute noblesse, le profil de ces personnages était trop différent pour qu’un traitement commun ait un sens. La reconstruction des familles avait pour but de mettre en évidence l’importance des liens de parenté au sein des institutions et de la société valenciennnes. L’implication des vicerois qui possédaient des états dans le royaume de Valence était d’une autre nature.

5 Ce chiffre est la moyenne des pourcentages de connaissance de chaque lien de parenté : par exemple, pour l’ensemble des membles des institutions, les acteurs dont le père est connu représentent 24,9 % de la population, au moins un beaupère : 8,1 %, un oncle : 5,7 %, un frère : 9,4 %, un fils : 24,3 %, un gendre : 8,1 %, un neveu : 8,3 %, un beaufrère : 6,8 %, une épouse 17,6 %, une bellefille : 6 %, une fille : 9,6 %. La moyenne qui est de 11,7 %, vaut surtout pour déterminer notre degré de connaissance des familles.

6 Nous avons relevé quelques cas où différents documents consultés donnaient des informations contradictoires. À deux reprises nous avons tranché en faveur d’une des deux sources, dans un cas nous avons noté les deux possibilités (un acteur a deux pères possibles) enfin dans 36 cas, le lien familial était certain mais impossible à définir et ces parentés, qui figurent dans la base de donnée sous la rubrique « À préciser », ont été prises en compte dans tous les calculs généraux où le lien de parenté n’est pas défini.

7 Pelorson Jean Marc, Les Letrados, juristes castillans sous Philippe III. Recherche sur leur place dans la société, la culture et l’État, Le Puy en Velay, 1980, 549 p.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search