Version classiqueVersion mobile

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

 | 
Markus Arnold
, 
Corinne Duboin
, 
Judith Misrahi-Barak

I—Between Land and Water: Motion, Flux and Displacement

Is « The Unity […] submarine1 » ? Hommes et femmes à la mer dans quelques textes des îles du sud-ouest de l’océan Indien

Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo

Résumé

Si, dans l’espace caribéen, les propositions poétiques visant à établir une unité sous-marine à travers le chemin des morts que constitua la traite sont nombreuses et suggèrent une mise en relation des îles par le biais d’une « tidalectic » (Brathwaite), qu’en est-il des littératures de l’océan Indien ? Les textes du sud-ouest de l’océan Indien relocalisent ces propositions caribéennes dans une zone qui, aux mécanismes de la traite et des diasporas, voit maintenant, comme l’ensemble du monde contemporain, s’ajouter des migrations de masse, chaotiques et tragiques, par voie maritime. La précarité extrême des protagonistes mis en scène par Ananda Devi, Nathacha Appanah, Carl de Souza, Johary Ravaloson, Nassuf Djailani, Ali Zamir ou Nassur Attoumani semble mettre en doute la possibilité d’un écotone des mers et des rivages comme relation. Pourtant, la vulnérabilité totale de ces « hommes jetables » (Ogilvie) réduits par les mers à l’état de déchets semble contrebalancée par une autre dimension récurrente qui est celle de la créature des profondeurs, ou du noyé qui parle, et qui pourrait postuler la création d’espaces interstitiels réappropriés. Est-il alors laissé à la littérature la possibilité d’inventer d’autres présences au monde ? les littératures de l’océan Indien font du vide hostile des mers le site de nouvelles énonciations, contestant, décentrant et redéfinissant l’espace des terres. Créent-elles de nouveaux modes de relations des sujets aux lieux, ainsi qu’une nouvelle poétique d’espaces relationnels que l’on pourrait appeler « écotones » ?

Texte intégral

  • 1 Edward Kamau Brathwaite, Contradictory Omens : Cultural Diversity and Integration in the Caribbean(...)
  • 2 Derek Walcott, « Le Schooner Flight, 2 — Extases des profondeurs », Le Royaume du fruit-étoile, Sa (...)

But this Caribbean is whole with the dead
That when I would melt in emerald water,
Whose ceiling rippled like a silk tent,
I saw them corals : brain, fire, sea fans,
Dead-men’s-fingers, and then, the dead men.
I saw that the powdery sand was their bones
Ground white from Senegal to San Salvador2.

  • 3 Nathacha Appanah, Tropique de la violence, Paris, Gallimard, 2016, p. 52.
  • 4 Ananda Devi, Ceux du large, Paris, Bruno Doucey, 2017, p. 19.
  • 5 Nathacha Appanah, op. cit., p. 52.
  • 6 Patrick Chamoiseau et Michel Le Bris (coord.), Osons la fraternité, Les Écrivains aux côtés des mi (...)

1« Quand il y a eu le petit Syrien échoué sur une plage turque3 », le « bébé glacé dans trois pouces d’eau4 », « il m’est arrivé d’espérer que quelqu’un, quelque part dirait qu’ici aussi les enfants meurent sur les plages5 » écrivent presque en dialogue Nathacha Appanah et Ananda Devi. Outre la mobilisation envers les « frères migrants » qui ébranle la francophonie littéraire tout entière6, ces évocations tragiques des migrations contemporaines se multiplient dans les littératures du sud-ouest de l’océan Indien.

  • 7 Il n’a pourtant fait l’objet d’études qu’assez récentes. Margaret Cohen évoque l’« hydrophasia » d (...)
  • 8 Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Mythologies, Paris, Le Seuil, coll. « Pierres Vives  (...)
  • 9 Elizabeth M. DeLoughrey, Routes and Roots. Navigating Caribbean and Pacific Island Literatures, Ho (...)
  • 10 Yaso Nadarajah and Adam Grydehøj, « Island studies as a decolonial project », Island Studies Journ (...)

2Le fait que la littérature fasse référence aux migrants semble permettre une réflexion sur l’état du monde contemporain ainsi que sur la représentation des îles, sur leurs rapports aux éléments et à l’espace, vus depuis la perspective mouvante et transitoire des mers plutôt que depuis la fixité des terres. Le monde des océans et des rivages, pratiqué par les migrants contemporains comme par les esclaves ou les engagés du passé, paraît pouvoir constituer un espace de rencontres et de conflits depuis lequel relire les terres ainsi que les relations entre les cultures. Lieu de l’émergence de nouvelles identités composites, le monde océanique constitue de toute évidence un écotone majeur7. La mer est en effet pleinement historique, et non un espace vide : elle ne peut être lue comme champ « insignifiant » selon les mots de Barthes8 ou comme l’espace romantique des seules histoires de pirates, de naufrages9 ou encore des « grandes découvertes » dont tout impérialisme fut longtemps gommé. Elle ne peut donc être saisie dans une pureté naturelle anhistorique. Elle est en effet pleinement liée aux déplacements, à la constitution de frontières, de systèmes de surveillance, à des compétitions économiques et militaires autant qu’à la constitution d’inégalités tant genrées que raciales parmi ceux qui partent, aussi bien qu’entre ceux qui restent et ceux qui partent. De même, les îles sont de plus en plus inscrites, en particulier dans le champ des island studies, comme l’occasion d’un véritable projet décolonial10.

  • 11 Elizabeth M. DeLoughrey, op. cit., p. 2.
  • 12 Ibid., p. 2 ; 3 ; 21.
  • 13 Meg Samuelson, « Oceanic Histories and Protean Poetics: The Surge of the Sea in Zoë Wicomb’s Ficti (...)
  • 14 Epeli Hau‘ofa, « Our sea of islands » [1993], in We are the Ocean : Selected Works, Epeli Hau‘ofa, (...)

3En ce sens, du côté de l’Atlantique noir, nombreux sont les poètes et les penseurs qui établissent ces mouvements océaniques comme le moyen de fonder un rapport à leur espace, à la manière de Brathwaite avec sa « tidalectics » ou dialectique des marées, « a cyclical model, invoking the continual movement and rhythm of the ocean11 ». Cette approche se donne pour but de rompre les frontières traditionnelles posées entre terre et mer, comme une méthodologie pour lire les littératures des îles, et pour relire différemment l’histoire coloniale et postcoloniale12. Pour Brathwaite comme pour Walcott, Glissant, Benitez-Rojo, Gilroy pour l’Atlantique, ou Hau‘ofa pour le Pacifique et l’Océanie, selon la formule de Walcott, « sea is history ». Elle est une « archive fluide », selon Meg Samuelson13, qui permet de revenir aux passés violents des îles que les histoires officielles avaient occultés. Elle permet également de ce fait d’établir de nouvelles cartographies rhizomatiques ou plutôt en polypes, développant la conscience d’un lien entre les îles qui ne sont plus des mondes fragmentés et isolés mais transforment l’océan en « sea of islands14 ». Ainsi, la mer comme chemin pavé de morts a-t-elle été réinvestie par ces auteurs comme medium de cette restauration d’une « unité sous-marine » qui fait pièce aux trajectoires de conquête.

  • 15 Bertrand Ogilvie, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, Paris, Amsterd (...)

4Dans l’espace des îles du sud-ouest de l’océan Indien, un imaginaire marin et sous-marin différent apparaît dans de nombreux textes contemporains. Pour cette réflexion, je me suis appuyée sur une lecture des œuvres Ceux du large et La Vie de Joséphin le fou d’Ananda Devi, Ceux qu’on jette à la mer de Carl de Souza, Anguille sous roche d’Ali Zamir, Tropique de la violence de Nathacha Appanah, Géotropiques de Johary Ravaloson, Autopsie d’un macchabée de Nassur Attoumani, Comorian vertigo de Nassuf Djailani. La tragédie des migrations marines immédiatement contemporaines est-elle compatible avec des propositions comme celles de Brathwaite et de la « tidalectics » ou même des écotones qui datent de la fin du xxe siècle ? Ce qui frappe à la lecture de ces textes, c’est en effet la récurrence du motif des hommes et des femmes jetés morts ou vifs ou tombés à l’eau, noyés ou échoués, dans la plus radicale des solitudes. Pourtant, la vulnérabilité totale de ces « hommes jetables15 » réduits par les mers à l’état de déchets semble contrebalancée par une autre dimension récurrente qui est celle de la créature des profondeurs, ou du noyé qui parle, et qui pourrait postuler la création d’espaces interstitiels réappropriés. Est-il alors laissé à la littérature la possibilité d’inventer d’autres présences au monde ? En somme, je me demanderai si les littératures de l’océan Indien font de l’hostilité des mers le site de nouvelles énonciations, contestant, décentrant et redéfinissant l’espace des terres. Créent-elles de nouveaux modes de relations des sujets aux lieux, ainsi qu’une nouvelle poétique d’espaces relationnels que l’on pourrait appeler « écotones » ?

  • 16 Elizabeth M. DeLoughrey, op. cit., p. 26.

5Dans les îles de l’océan Indien, la mer produit une sensation de vide et de dangerosité angoissante. La proposition poétique de « peuple corallien » du Réunionnais Gilbert Aubry (1979) pour désigner les peuples du sud-ouest de l’océan Indien est ainsi restée peu entendue. Alors que des historiens, à la suite de Michael Pearson (2003), de Markus Vink (2007) ou de Françoise Vergès (2003) ont lancé des travaux fondateurs sur la recherche de principes d’unité de l’océan Indien, permettant d’aller vers l’élaboration de ce que Subrahmanyam nomme une « histoire connectée », en littérature, une vision de l’océan comme écotone de la relation est plus problématique. Des travaux comme ceux d’Isabel Hofmeyr sur l’océan Indien comme méthode, de Meg Samuelson sur l’esthétique amphibie, de Namrata Poddar sur le « metroport » de Port-Louis ou les bateaux, de Véronique Bragard sur les plages ou sur les dialogues transocéaniques, de Bruno Jean-François et Evelyn Kee-Mew sur les traversées observent les écotones relationnels. Toutefois, ils préviennent contre toute forme d’idéalisation de la représentation des mers et des flux diasporiques ou migratoires. Comme le rappelle DeLoughrey en effet, « the recent tendency to configure the sea as a space beyond territorialism can exaggerate the agency of migrants and minimize their experiences of border policing16 ».

  • 17 Kerry Bystrom and Isabel Hofmeyr, « Oceanic Routes : (post-it) Notes on Hydro-colonialism ». Acla (...)
  • 18 Philip Steinberg and Kimberley Peters, « Wet Ontologies, Liquid Spaces : giving Depth to Volume th (...)

6Qui plus est, toute proposition de lecture idéaliste des mers reste contrecarrée par le poids d’une histoire qui n’a pas encore connu de perlaboration : « the heaviness of slavery gives the ocean a spectral density17 ». Peu évoquée directement, la traite fait l’objet de transferts de motifs dans des textes qui évoquent d’autres traversées (Magdelaine-Andrianjafitrimo 2008 ; Jean-François et Kee-Mew 2012), rejouant sans cesse dans une sorte de boucle historique le scénario de la marchandisation et de la réification des corps, d’autant que les mouvements de l’océan paraissent abolir les distinctions temporelles : « the ocean suggests that we think with a different, non-linear, nonmeasurable notion of time18 ».

  • 19 Aimé Cesaire, Cahier d’un retour au pays natal, [1939], Paris, Présence africaine, 1947, p. 29.
  • 20 Nassuf Djailani, Comorian Vertigo, Moroni, KomEdit, 2017, p. 45 et p. 54.

7« Le bruit d’un qu’on jette à la mer19 » est ainsi l’un des thèmes constitutifs qui permettent ce passage entre les époques, des traites aux migrations contemporaines. L’écho est évident entre mémoire des négriers, corps des clandestins morts, suicidés, victimes de tempêtes, qui tous se retrouvent à la mer et finissent par échouer sur les terres. La mer est « ocre à force de dégorger des corps » « car nuits et jours, la mer fauche des ballots de vie. […]. C’est un mur de corps déchiquetés qui se dresse sur l’océan Indien » écrit Djailani20. Dès lors, l’espace liminaire du rivage se transforme en décharge, souillée par l’arrivée continuelle de ces cadavres.

  • 21 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, Paris, Gallimard, coll. « Continents noirs », 2003, p. 35.
  • 22 Bertrand Ogilvie, op. cit., p. 73-74.

8Pourtant, une différence essentielle fait que le présent tout à la fois reprend le passé mais en même temps le transforme. Les esclaves, les engagés, s’ils étaient des « sans-valeur » dont l’humanité n’était pas reconnue, avaient une forte valeur marchande, celle de la tractation engagée dans la vente de leur corps, et celle de la force de travail qu’ils incarnaient. Or les migrants modernes, les Chinois de Carl de Souza, « Ceux du large » de Devi ou tous les migrants comoriens mis en scène par Djailani, Attoumani, Appanah ou Zamir sont des « désemparés de la terre21 » et surtout des surnuméraires qui coûtent plus qu’ils ne rapportent. Leurs déplacements sont rendus illicites par ceux qui pensent occuper légitimement les terres et qui, pour se prémunir d’eux, produisent de nouvelles techniques de contrôle. La peur suscitée par ces migrants rend impossible toute pensée d’un continuum entre les terres et les mers en imposant l’idée de la nécessité de nouvelles frontières pour les maintenir au large. Ce sont en effet des hommes et des femmes « de trop ». Leur puissance de travail et d’invention n’est pas envisageable tant est fort le discours sur la dépense et la perturbation qu’ils engendrent. De plus, s’opère une forte dissociation genrée dans laquelle les femmes sont assignées à une seule fonction, la reproduction d’enfants qui à leur tour deviennent des bouches inutiles à nourrir. Ces migrants à l’assaut des mers et des terres incarnent ce qu’Ogilvie nomme une « population-poubelle, rebut, déchet », celle « de l’homme-jetable22 ». De son macchabée, Attoumani écrit :

  • 23 Nassur Attoumani, Autopsie d’un macchabée, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 32.

Dans la mangrove où je l’ai ramassé, son corps était ballotté entre les sachets en plastique, les couches de bébés, les pneus de voiture et les serviettes hygiéniques […] À lui seul il représente les restes d’un peuple décapité, jeté à la poubelle23.

Le motif du détritus associe de manière ironique conscience écologique, conscience économique et critique politique. Il témoigne d’une surconsommation de la marchandise qui nous revient à l’état de déchet, et d’une labilité de l’humain consommateur et consommé qui ne trouve pas sa place dans les lois mondialisées des marchés à force d’y être remplacé, substituable à l’infini. Dans un monde de la marchandise périssable, où la valeur n’est qu’éphémère, humains et objets sont les restes solides de ce qui a été consommé, polluant de la même manière les eaux comme les terres.

  • 24 Nassuf Djailani, op. cit., p. 54.
  • 25 Greg Garrard, Ecocriticism : The New Critical Idiom, New York, Routledge, 2004, p. 145.
  • 26 Ali Zamir, Anguille sous roche, Paris, Le Tripode, 2016, p. 310. Le texte étant composé d’une seul (...)

9Le lieu interstitiel de la plage construit alors non plus une représentation de l’île utopique, mais de la malédiction des espaces infernaux qui maintient une très forte tension symbolique entre terre et mer. Cet ordre spatial interdit aux uns de quitter l’île, aux autres d’y entrer, comme l’évoque Djailani : « j’ai au ventre cette vieille angoisse carcérale des insulaires. Bouger, changer d’espace est un luxe qui se monnaye en sang et en cadavres24 ». L’océan est le complice de cet interdit pour lequel il fourbit les armes des vagues, décrites comme des coups de fouet ou de feu. Le rivage constitue un lieu intermédiaire où se rencontrent les restes de ces deux figurations stéréotypées de l’île prison et de l’île édénique. L’homme déchet est le reste abject de ce qui n’a pu s’inscrire dans aucune de ces représentations. Il est la crudité du corps démantelé qui nous éblouit de toute l’effroyable réalité du fonctionnement économique global. Les hommes jetés, ceux qui ne produisent rien, font discordance par rapport au topos de la plage paradisiaque. Ils rendent impossible tout paysage de loisir ou « landscape of leisure25 » et dévaluent ce haut lieu touristique en étant réduits à une masse obscène de corps hétérogènes : « les vagues […] nous remuaient comme des pourritures, de telle sorte que nous nous retrouvions entremêlés, amassés, les uns sur les autres, sens dessus dessous26 ».

  • 27 Guillaume Le Blanc, Dedans, dehors, La condition d’étranger, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur d (...)
  • 28 Ibid., p. 85.

10Ils sont « membra disjecta27 », vies non autorisées qui veulent faire « intrusion, c’est-à-dire qui décontenance[nt] la nation de destination28 ». Ils transforment ainsi tout autant le lieu dans lequel leur corps a abordé qu’ils sont eux-mêmes transformés en déchets à débarrasser. Ils nous permettent de nous demander si l’écotone transitif de la plage et du rivage, au haut pouvoir de régénérescence, qu’analysent Poddar (2013), Dening (2004) Samuelson (2013) ou encore Bragard (2017) n’est pas ici défait par des frontières qui n’avaient été que très illusoirement effacées par la fluidité apparente des mers.

11Contre le lyrisme et l’exaltation d’une « dialectique des marées », ne resterait-il de l’écotone du rivage qu’un lieu d’échec de la rencontre ou plus encore, de renforcement d’un dispositif global qui intègre à son système de la marchandise le déchet remplaçable, les hommes et les femmes anonymes que leur absence de valeur ne permet même pas d’identifier ?

12Cette lecture suppose en fait une vision plane de l’espace, selon laquelle la mer s’échoue sur la terre. Or la poétique amphibie ou l’hydropoétique montrent que se constituent des relations plus complexes entre ordres humains et naturels par l’intermédiaire de l’espace maritime. Ce ne sont pas seulement les surfaces planes de la traversée qui constituent cet espace mais aussi celles des profondeurs inconnues, dimensions unies par le flux constant qui brasse le dessus et le dessous et abolit leurs différences. Là où le réel sans fard, à travers les images d’actualité, imprime dans nos rétines des scènes insoutenables et révoltantes, la littérature va tenter de faire travailler autrement la représentation de ces vies jetables pour leur redonner une place dans les éléments et pour donner à l’océan, perçu cette fois dans sa profondeur et non plus par sa surface, des fonctions plus ambivalentes.

13C’est à partir de la construction de figures hétérogènes que les textes tentent de transmuer l’abject en formes esthétiques, et quel meilleur vecteur que l’écriture des eaux pour ce faire ? En mettant en scène des « créatures amphibies », les textes peuvent en effet efficacement déconstruire les catégories, que ce soit celles du mort et du vivant, du solide et du liquide, faisant symboliquement passer l’une dans l’autre. Ils interrogent les frontières des espèces et en particulier la nature même de l’humain et de ce qui est censé constituer l’humain dans ses valeurs et ses vertus morales, dans son rapport à l’altérité et aux éléments. Ces créatures, en affrontant la profondeur autant que le dessus des eaux plutôt que leur surface, permettent de percevoir les territoires insulaires selon d’autres perspectives.

  • 29 Johary Ravaloson, Géotropiques, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2010, p. 46. Moïse est auss (...)
  • 30 Meg Samuelson, « Oceanic Histories and Protean Poetics », op. cit. L’expression « the potential fl (...)

14Certains corps jetés à la mer sont sauvés des eaux et sortent sur les terres. Le surfeur de Géotropiques de Ravaloson se compare ironiquement à Moïse29 pour évoquer son « débarquement » en tant que migrant clandestin malgache à La Réunion, sur une planche de surf, après avoir sauté d’un bateau de plaisance. Comme né des eaux, il apporte avec lui les débris de piquants d’oursins et de coraux qui se sont fichés dans ses jambes et qui font de son corps quelque chose d’à la fois aquatique, végétal et minéral. Il convoie sur le sol réunionnais finalement moins la présence malgache que ce qui fait lien entre les îles. Son itinéraire illustre ce que Samuelson nomme la « potentielle fluidité30 » des corps, défaisant les autochtonies et les enracinements, passant d’un espace à l’autre sans les nécessaires papiers ni aucune autorisation. Il défait l’image d’une insularité perçue comme fermeture des îles. La mer n’est plus séparation mais passage complexe qui refonde un sujet pluriel. « Moïse » incarne l’expérience matérielle et concrète de la relation entre plusieurs lieux, plusieurs mémoires des océans. Par la métaphore du surf et de la vague s’expriment ainsi la variabilité des perspectives et l’impossible localisation. Le surf constitue en effet

  • 31 Jon Anderson, « Relational places : the surfed wave as assemblage and convergence ». Environment a (...)

[…] the very definition of a place that is unreliable, inconsistent, wholly provisional, and unstable. It is a place that, at any moment, emerges in time and space from the web of flows and connections meeting at a particular node31.

  • 32 Johary Ravaloson, op. cit., p. 218.

Le narrateur incarne l’idée que cette labilité spatiale permet de briser les linéarités et les identités figées. L’instabilité de l’eau témoigne des possibilités créatrices de ces espaces reconfigurés qui « transforme[nt] en harmonique de paix le bleu du ciel avec le bleu de la mer32 ». Pourtant, cette paix se brise sans cesse et le surfeur verra son spot interdit par les attaques de requins, donc par la mer elle-même. Il sera renvoyé dans ses hautes terres natales, cette fois par la voie des airs.

  • 33 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 28.
  • 34 Ibid., p. 29.

15Le Joséphin de Devi est certainement la créature amphibie qui a été la plus étudiée (par Bragard, Poddar, Montaut en particulier). Joséphin n’a pas été créé par Devi pour évoquer le sort des migrants contemporains, mais il s’inscrit dans une réflexion qui lui est chère sur la souffrance des origines des peuples diasporiques et sur l’exclusion de l’autre. Il incarne toutes les formes d’ambivalences : il est à la fois meurtrier et protecteur, masculin et féminin, animal et humain, vivant et mort33, solide et liquide34. Poussant au plus loin la contestation de la domination des êtres humains dont il montre toutes les déroutes, il offre une réflexion sur la nature de ce que pourrait être un sujet non cartésien, non anthropocentré, un sujet englobant d’autres rapports à la nature, aux eaux et à ceux qui les peuplent. Il privilégie en effet ces liens alternatifs par la métamorphose constante de son corps, et par son intégration dans des systèmes organiques autres.

  • 35 Namrata Poddar, « Postcolonial Ecocriticism, Island Tourism and a Geopoetics of the Beach ». Inter (...)
  • 36 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 47.

16Créature thériomorphe, il s’est lui-même jeté à la mer par manque d’amour et pour fuir la morale sauvage et prédatrice des humains, il est devenu « homme-anguille », capable de vivre sous l’eau. Joséphin incarne donc une nouvelle localisation possible, participant d’un monde non agressif dont la seule cruauté est celle de la loi de la survie. Il semble fondu dans un monde holiste et « helps to rethink the relationship between the human world and its non-human others (animals or nature35) ». Dans une sorte de perspective posthumaniste il devient océan et créature marine à la fois : « tout ce qu’elle vomit, la mer, se trouve sous ma peau, j’ai déjà tout avalé et je suis liquide comme elle à l’intérieur36 ». Le monde aquatique lui donne le modèle d’un cycle de vie éternellement reconduit suivant des finalités qui lui sont propres :

  • 37 Ibid., p. 23.

[…] chaque créature est offerte à l’enlisement naturel des sables et vite remplacée par d’autres, œufs devenus poissons, poissons devenus corail, corail devenu sable, tout cède face à la finalité de l’océan, pas pour un misérable temps d’homme37

  • 38 Ibid., p. 47.
  • 39 Ibid., p. 49.
  • 40 Ibid., p. 48-49.

17Joséphin, rebut social, déchet des terres, voit dans les mers une cosmogonie nouvelle et une géographie inversée qui sont les seules qu’il peut comprendre, « parce qu[’il a] accepté [s]a nature38 » outrepassant l’humain. La mer, pour Joséphin, est donc un espace signifiant et réorganisé dans lequel les temporalités se refont, cette fois cycliques et toujours recommencées, le transformant en maillon d’une chaîne ininterrompue de solidarités nouvelles : se nourrissant d’anguilles, il se donnera finalement à elles pour qu’elles fassent de son corps un nutriment qui l’amalgamera à elles, à leur généalogie et à leur cycle de vie et de mort « sans jamais qu’une génération manque à la règle39 ». Le monde des anguilles donne donc le modèle d’une organisation sociale, généalogique et temporelle à un bâtard oublié et abandonné de sa mère et des humains dont « [la] mémoire […] ne va pas plus loin qu’hier40 ».

18Néanmoins, sujet maudit sur terre, Joséphin est un monstre qui tue deux fillettes sous l’eau, et que la mer ne rédime pas. Elle reste indifférente à son crime et s’il se donne à dévorer aux anguilles dans les dernières lignes de l’œuvre, c’est peut-être moins pour intégrer leur cycle que selon une sorte de conscience morale humaine qui le pousse à chercher le pardon et la punition.

19Figure de l’altérité terrifiante, de l’humain repoussé aux frontières de l’humanité mais continuant d’y participer par cette forme de conscience morale in extremis, Joséphin reste disqualifié, expulsé de notre intelligibilité et de toute légitimité à être, dans les eaux autant que dans les terres, toutes deux espaces inhabitables qui le repoussent. Il déstabilise les catégories des genres comme des espèces. Mais en fait, il n’y a nul aspect heureux dans cette déstabilisation : la paix apparente du corps du Joséphin aquatique est retravaillée par sa perturbation affective qui le laisse inconsolable et lui inspire des accès d’une violence humaine. Son hybridité permet-elle alors de réviser profondément sa situation et de lui conférer une résistance cachée en le faisant échapper à la règle de l’espèce humaine, ou bien le condamne-t-elle à sa vie maudite ? Guillaume Le Blanc nous alerte : les déterritorialisations sont aussi parfois tout simplement des « trous » où meurent les vagabonds et les exclus.

20La complexité du personnage amphibie de Joséphin nous invite donc à ne pas négliger le fait que l’entre-deux dans lequel évolue le protagoniste est aussi celui de sa déréliction et adresse une question éthique à la littérature et à l’analyse. La mise en procès du sujet humain par le pouvoir poétique du texte autorise-t-elle une réorganisation des façons d’habiter le monde ou bien n’est-elle pas un aveu d’impuissance de la littérature, une esquive face à l’insoluble question de la place de l’humain dont personne ne veut dans les terres et avec les autres ?

21La création des créatures amphibies pourrait en effet être considérée comme un discrédit involontaire des corps-déchets des plages, semblant témoigner de ce que leur vie est irrécupérable à moins de revenir sous la forme de ces monstres qui les rend seule visibles, et que les États voient d’ailleurs déjà en eux. Le corps allogène jeté dans cet espace interstitiel entre terre et mer paraît n’avoir plus comme seul lieu de refuge que ce qui, précisément, n’est ni habitable ni vivable, manifestant l’impossibilité à concevoir et à rendre pensable leur présence dans le lieu insulaire.

  • 41 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 127.
  • 42 Ali Zamir, op. cit., p. 9.

22Les êtres jetés à la mer et surnuméraires, devenus créatures aquatiques, demeurent des « vies non autorisées41 ». Ils montrent le refus des terres à les voir débarquer, mais aussi l’indifférence des mers qui demeurent un espace allogène. La solitude du noyé est radicale, la souffrance de celui qui s’est jeté à la mer, absolue. « Oh, la terre m’a vomie, la mer m’avale, les cieux m’espèrent, et maintenant que je reprends mes esprits, je ne vois rien, n’entends rien, ne sens rien, mais cela ne pèse pas un grain puisque je ne vaux rien » : c’est par ce propos d’Anguille que s’ouvre le roman de Zamir42.

  • 43 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 154.

23Toutefois, « Une vie peut-elle n’être que consentement à sa propre disparition et à son ajournement ? » demande Guillaume Le Blanc43. Si, bien sûr, les textes et les explorations du dessous des eaux ne peuvent en aucun cas « définir un programme de vie », ils permettent néanmoins une interpellation poétique sur la question de l’invisibilité et du visible. Du fait du pouvoir même du texte et des déplacements des autorités et des possibles qu’il manifeste, le pessimisme désespéré de cette vision victimaire sans issue paraît toutefois partiellement se réélaborer.

  • 44 Nous reprenons bien sûr cette expression à Françoise Lionnet et Shu-mei Shih, Minor Transnationali (...)

24À défaut de pouvoir constituer des zones relationnelles apaisées entre ceux des terres et ceux des mers, le discours sur ceux qu’on jette à la mer semble créer des unités nouvelles, envisagées comme « transnationalismes mineurs44 ». Les textes mettent en rapport Mayotte avec Lampedusa ou Gibraltar. Les écrivains travaillent les mémoires multidirectionnelles pour établir une solidarité transhistorique et transnationale entre les déplacés :

  • 45 Nathacha Appanah, op. cit., p. 52.

C’est l’histoire de ces êtres humains qui se retrouvent sur ces bateaux et on leur a donné de ces noms à ces gens-là, depuis la nuit des temps : esclaves, engagés, pestiférés, bagnards, rapatriés, Juifs, boat people, réfugiés, sans-papiers, clandestins45

  • 46 Citant Pierre Fédida, Guillaume Le Blanc rappelle que « le site porte le virtuel des lieux qu’il r (...)
  • 47 Michel Foucault, La Vie des hommes infâmes, [1977], Paris, Les Prairies ordinaires, en ligne, p. 1 (...)

L’hydropoétique, libérée des enfermements dans des frontières nationales, veut nouer des solidarités non plus seulement diasporiques mais aussi sous-marines. Elle revêt en tout cas une évidente dimension politique. Le détour par le fond des mers, par la très fragile liminalité entre la mort et la vie forme une sorte de seuil tout autant que de site fluctuant46 d’énonciation. Ce site d’énonciation décale, décentre et multiplie les points de vue. Il vise à faire entendre la « plainte et l[e] petit vacarme47 » des personnes vulnérables jusque-là mutiques.

  • 48 Ali Zamir, op. cit., p. 314.
  • 49 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 77.

25Des voix fragiles et précaires s’élaborent. Chez Zamir, Anguille est en train de se noyer et c’est au seuil de sa mort qu’elle retrace son histoire, en une seule et longue phrase inachevée et titubante avant d’être engloutie par les eaux. Elle bénéficie d’un « laps de temps » offert par la mer, pour réordonner son récit. Malgré la faiblesse de sa parole condamnée à mort, elle peut ainsi prendre conscience de la valeur de sa vie : « parce que ma vie mérite bien un bilan, je suis un monde à part entière48 ». De même, le récit fragile qu’élabore Joséphin au moment de mourir lui permet de repenser la nature du déchet : « tout est beau dans le corps humain, même ses déchets, même ses restes pourris, même tout ce qui se passe lorsqu’il est mort, même son cadavre, même sa carcasse49 ». Ce déchet est réamalgamé à un cycle de vie qui donne au monstre une nouvelle fonction au sein d’un système à la fois déplacé et en déplacement.

  • 50 Carl De Souza, Ceux qu’on jette à la mer, Paris, Éditions de l’Olivier, 2001, p. 16.
  • 51 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 174. L’auteur fait ici référence à la traduction française de Jam (...)

26L’homme jeté passe du statut de « l’ordure insignifiante50 » à celui de signifiant poétique et politique. Les récits qui s’élaborent depuis des espaces d’énonciation anomiques, la mort, le fond des mers, donnent à lire une contestation de l’espace où nous vivons. Ils constituent ce qu’avec Scott on pourrait nommer une forme d’« infrapolitique des gens ordinaires », cette infra-politique consistant à « redéfinir le champ de la visibilité politique51 ».

27Le problème politique majeur qui est posé ici par la structuration symbolique des espaces et de la mer est en effet celui de la tension entre l’invisible et le visible. Le sujet au fond des eaux est de fait condamné à l’invisibilité :

  • 52 Ali Zamir, op. cit., p. 316.

[…] d’après vous où pouvait se trouver un zeste de trace de toute cette tourbe, un cadavre par exemple, une tête, un pied, un œil au moins, ou bien une mèche de cheveux, rien, d’accord, alors qu’aucune trace d’épave non plus, comme si on avait lavé ces flots, c’est ça, comme si on cherchait à étouffer l’affaire52.

  • 53 Edward Said, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1994. Voir en particulier la quatri (...)
  • 54 C’est aussi ce que permettent les wet ontologies qui, sur le plan de l’organisation spatiale et gé (...)
  • 55 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 175.

Or les textes, par la « perspective du contrepoint » et des « expériences discordantes » chères à Edward Saïd53, vont contribuer à le faire accéder à la visibilité. L’écriture du fond de l’océan propose de redéfinir les régimes d’accession au visible et de ce fait, au(x) sens et elle repose sur une forte dimension heuristique et herméneutique54. Dans ce monde caché s’élaborent en effet le récit d’une expérience, la trajectoire unique et sensible d’un sujet, aux prises avec sa propre vie et sa propre mort. L’invisible « émerge de son anonymat souverain ». Ainsi, « l’invisibilité n’est pas soustraite à la politique, elle la reformule55 ».

28Les textes insistent sur ces voix qui ressurgissent toujours, quelle que soit la violence faite au sujet que l’on cherche à faire disparaître. Cette voix remet en question la brutalité des pouvoirs internationaux, économiques, et sociaux de manière imprévisible, depuis des espaces qui ne peuvent être ni pensés ni identifiés par ces mêmes pouvoirs. La mer invite donc à avoir non pas une vision sublimante, abolissant les frontières, mais à mieux comprendre comment ces dernières ont investi tous les espaces, renvoyant sans cesse l’individu plus loin, plus au fond et le poussant à prendre sans cesse de nouvelles voies jusqu’aux plus impensables, jusqu’aux plus matériellement impossibles, pour tenter de les déjouer et de se faire entendre. Joséphin et Anguille, en se racontant au seuil de la mort, dans la vase ou dans l’eau, questionnent la possibilité d’accéder à la surface visible en même temps qu’ils témoignent de la politique de la littérature, le texte littéraire constituant une reformulation possible de cette expérience sensible.

  • 56 Ali Zamir, op. cit., p. 315.
  • 57 Ibid., p. 317.
  • 58 Ibid.
  • 59 Monde englouti, la Lémurie, prétendument peuplée de Lémures, aurait constitué un continent dont le (...)

29De même que la densité de l’eau a permis de faire émerger le dessous des terres et des réalités sociales vécues par les hommes jetables, le volume de l’intertextualité, les résurgences d’hypotextes et de références permettent de transformer les voix et les vies de ces hommes infâmes en récits, et surtout, de créer de nouvelles solidarités poétiques en convoquant des imaginaires pluriels, sans frontières culturelles ni nationales. Anguille structure son histoire selon des mythologies qui la conduisent à parler de coryphée, des « vagues cyclopéennes en furie56 », du « monde des mânes ou bien celui des lémures57 », de l’enfer ou paradis58 donnant à sa perception du monde des références musulmanes, gréco-romaines, mais aussi puisant aux sources du seul mythe de fondation d’un espace indianocéanique relié, le mythe de la Lémurie59. Le volume des littératures, la mémoire d’imaginaires communs semblent donner de l’agentivité aux sujets fragiles, les faire exister dans notre conscience et à nos yeux.

  • 60 Carl De Souza, op. cit., p. 200.

30La littérature et l’intertextualité ne peuvent toutefois être idéalisées ni coupées du réel au point de leur faire pleinement jouer le rôle de nouveaux écotones hospitaliers. Les noyés restent solitaires, les fantômes inconsolés, les voyages sont « pleins de fantômes et de sang60 ». Toutefois, la façon dont la littérature représente leur mort permet de la transformer en une expérience de la mélancolie qui maintient des liens constants avec les absents :

  • 61 David Eng and David Kazanjian, Loss : The Politics of Mourning, Berkeley, University of California (...)

[…] while mourning abandons lost objects by laying their history to rest, melancholia’s continued and open relation to the past finally allows us to gain new perspectives on and new understandings of lost objects61.

En introduisant une réflexion sur la perte et le reste, cette mélancolie, précisément, se laisse lire et entendre. De ce fait, elle permet, à travers l’espace d’énonciation — tout précaire qu’il soit — que les textes ont créé, à tout le moins d’assurer une visibilité, une mémoire, une transmission et de redonner à chaque mort une expérience et une identité singulières.

31L’écotone, dans ces textes de l’océan Indien, si on le conçoit comme espace alternatif de dé/reterritorialisation, de renouvellement des relations, semble donc encore à l’état d’interrogation et de problème, qu’accroît la réalité internationale des migrations. Le recours à ces spatialités intermédiaires que sont le rivage et l’eau laisse encore entendre des lieux irréductiblement impossibles, qui demeurent terrifiants, des expériences extrêmement précaires et parfois contradictoires entre fertilité et mort. Le lien entre le sujet et l’espace, apaisé un temps par la dimension matricielle de l’océan ou de la boue des rivages (Bragard 2017), est aussi fragile que celui qui s’est tissé avec les terres. Certes l’océan et les espaces liminaires des plages invitent à des mélanges de temporalités, à tisser des formes de contre-narrations qui permettent aux fantômes d’outremer d’accéder à la visibilité et à la densité du récit. Mais ce que disent ces récits, c’est d’abord la hantise de l’altérité, la fascination terrifiée du « débarquement » des autres, un discours sur des frontières impossibles à franchir. Les « écotones » seraient alors plutôt à définir comme espaces de rencontres faites de conflits, d’instabilité et de tensions élaborant non de grands récits, mais des mises en relation fragiles d’idées et de temporalités locales et globales. « L’écotone » se fait « voix en écho » sinon pour recréer un autre globe terraqué plus heureux, du moins pour faire revenir à la surface du nôtre les mémoires et les présences des hommes et des femmes perdus dans les flots. C’est bien là le pouvoir incandescent de la littérature, dans la mélancolie et l’inquiétude, que de redonner au sujet sa place dans les écosystèmes et à l’humain, sa dignité.

Bibliographie

Anderson Jon, « Relational Places: the surfed Wave as Assemblage and Convergence ». Environment and Planning D : Society & Space, vol. 30 (2012), p. 570-587.

Appanah Nathacha, Tropique de la violence, Paris, Gallimard, 2016.

Attoumani Nassur, Autopsie d’un macchabée, Paris, L’Harmattan, 2009.

Aubry Gilbert, Créolie, une âme pour mon île, disque, Auvidis, 1979.

Barthes Roland, Mythologies, Paris, Le Seuil, coll. « Pierres Vives », 1957.

Benitez-Rojo Antonio, The Repeating Island, Durham, Duke University Press, 1992.

Bragard Véronique, « Enfant des vagues ou de la vase ? Symbolique marine dans La Vie de Joséphin le fou d’Ananda Devi », Women in French Studies, vol. 15 (2017), p. 84-97.

Bragard Véronique, Transoceanic Dialogues : Coolitude in Caribbean and Indian Ocean Literatures, Brussels, Peter Lang, 2008.

Brathwaite Edward, Kamau, Contradictory Omens : Cultural Diversity and Integration in the Caribbean, Mona, Jamaica, Savacou Publications, 1974.

Bystrom Kerry and Isabel Hofmeyr, « Oceanic Routes : (post-it) Notes on Hydro-colonialism », Acla forum, Comparative Literature, Duke UP, vol. 69, no 1 (2017), p. 1-6.

Césaire Aimé, Cahier d’un retour au pays natal, [1939], Paris, Présence africaine, 1947.

Cohen Margaret, « Literary studies on the terraqueous globe », PMLA, vol. 125 (2010), p. 657-662.

DeLoughrey Elizabeth M., Routes and Roots. Navigating Caribbean and Pacific Island Literatures, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2007.

Dening Greg, Beach Crossings: Voyaging across Times, Cultures and Self, Philadelphia, Pennsylvania University Press, 2004.

De Souza Carl, Ceux qu’on jette à la mer, Paris, Éditions de l’Olivier, 2001.

Devi Ananda, Ceux du large, Paris, Ed. Bruno Doucey, 2017.

Devi Ananda, La Vie de Joséphin le fou, Paris, Gallimard, coll. « Continents noirs », 2003.

Djailani Nassuf, Comorian Vertigo, Moroni, KomEdit, 2017.

Eng David and David Kazanjian, Loss : The Politics of Mourning, Berkeley, University of California Press, 2003.

Foucault Michel, La Vie des hommes infâmes, [1977], Paris, Les Prairies ordinaires, texte en ligne, adresse : http://www.lesprairiesordinaires.com/uploads/2/1/0/6/21065838/archives_infamie.pdf

Gilroy Paul, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Cambridge Massachusetts, Harvard University Press, 1993.

Glissant Édouard, Poétique de la Relation, Paris, Gallimard, 1990.

Hau'ofa Epeli, « Our sea of islands », [1993], in We are the ocean : Selected Works, Epeli Hau'ofa, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2008, p. 27-40.

Hofmeyr Isabel, « Universalizing the Indian Ocean », PMLA, vol. 125 (2010), p. 721-729.

Hofmeyr Isabel, « The Complicating Sea : The Indian Ocean as Method », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, vol. 32, no 3 (2012), p. 584-590.

Jean-François Emmanuel Bruno et Evelyn Kee Mew, « L’écriture de la déportation chez les écrivaines mauriciennes contemporaines ; entre mémoire de la violence et violence de la mémoire », Les Cahiers du Grecelf, vol. 3 (mai 2012), p. 103-121.

Le Blanc Guillaume, Dedans, dehors, La condition d’étranger, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2010.

Lionnet Françoise and Shu-mei Shih, Minor Transnationalism, Durham and London, Duke University Press, 2005.

Magdelaine-Andrianjafitrimo Valérie, « Ethnicisation ou créolisation ? Le paradigme de la Traite dans quelques romans francophones mauriciens contemporain » dans « L'ici et l'ailleurs » : Postcolonial Literatures of the Francophone Indian Ocean, Julia Waters (coord.), ouvrage en ligne, adresse : http://www.reading.ac.uk/e-france, vol. 2, (2008).

Montaut Annie, « Les monstres d’Ananda Devi : radioscopie de la folie ou manifeste du dire poétique ? », Purushartha (2014), p. 11-48.

Nadarajah Yaso et Adam Grydehøj, « Island studies as a decolonial project », Island Studies Journal, vol. 11, no 2 (2016), p. 437-446.

Ogilvie Bertrand, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, Paris, Amsterdam, 2012.

Pearson Michael N., The Indian Ocean, New York, Routledge, 2003.

Poddar Namrata, « La poétique du bateau dans la fiction mauricienne », Itinéraires, vol. 2 (2009), p. 77-91.

Poddar Namrata, « The Islands within: Alterity, imperialism and the Metroport in Mauritian fiction », Dalhousie French Studies, vol. 94 (2011), p. 39-51.

Poddar Namrata, « Postcolonial Ecocriticism, Island tourism and a Geopoetics of the Beach », International Journal of Francophone Studies, vol. 16, nos 1&2 (2013), p. 51-71.

Ravaloson Johary, Géotropiques, La Roque d’Anthéron,Vents d’ailleurs, 2010.

Said Edward, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1994.

Samuelson Meg, « Oceanic Histories and Protean Poetics: The Surge of the Sea in Zoë Wicomb's Fiction », Journal of Southern African Studies, vol. 36, no 3 (2010), p. 543-557.

Samuelson Meg, « Coastal Form : Amphibian Positions, Wider Worlds and Planetary Horizons on the African Indian Ocean Littoral », Comparative Literature, Duke UP, vol. 69, no 1 (2017), p. 16-24.

Samuelson Meg, « Abdulrazak Gurnah’s Fictions of the Swahili coast : Littoral Locations and Amphibian aesthetics », Social Dynamics : A Journal of African Studies, vol. 38, no 3 (2012), p. 499-515, article en ligne : http://dx.doi.org/10.1080/02533952.2012.749014.

Samuelson Meg, « Sea Changes, Dark Tides and Littoral States: Oceans and Coastlines in Post-apartheid South African Narratives », Alternation — Special Edition 6 (2013), p. 9-28.

Scott James C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam, 2009 (traduction de l’anglais par Olivier Ruchet de Domination and the Arts of Resistance : Hidden Transcripts, New Haven and London, Yale University Press, 1990).

Steinberg Philip and Kimberley Peters, « Wet Ontologies, Liquid spaces : giving Depth to Volume through Oceanic thinking », Environment and planning D : Society and Space, vol. 33, no 2 (2015), p. 247-264.

Vergès Françoise, « Writing on water : Peripheries, flows, capital, and struggles in the Indian Ocean », Positions, vol. 11, no 1 (2003), p. 241-257.

Vink Markus P. M., « Indian Ocean studies and the new “thalassology” », Journal of Global History, vol. 2 (2007), p. 41-62.

Walcott Derek, Le Royaume du fruit-étoile, Saulxures, Circé, édition bilingue, traduit de l’anglais par Claire Malroux, 1992.

Zamir Ali, Anguille sous roche, Paris, Le Tripode, 2016.

Notes

1 Edward Kamau Brathwaite, Contradictory Omens : Cultural Diversity and Integration in the Caribbean. Mona, Jamaica, Savacou Publications, 1974, p. 64.

2 Derek Walcott, « Le Schooner Flight, 2 — Extases des profondeurs », Le Royaume du fruit-étoile, Saulxures, Circé, édition bilingue, traduit de l’anglais par Claire Malroux, 1992, p. 14-15.

3 Nathacha Appanah, Tropique de la violence, Paris, Gallimard, 2016, p. 52.

4 Ananda Devi, Ceux du large, Paris, Bruno Doucey, 2017, p. 19.

5 Nathacha Appanah, op. cit., p. 52.

6 Patrick Chamoiseau et Michel Le Bris (coord.), Osons la fraternité, Les Écrivains aux côtés des migrants, Paris, Philippe Rey, 2018.

7 Il n’a pourtant fait l’objet d’études qu’assez récentes. Margaret Cohen évoque l’« hydrophasia » de la critique avant que ne commencent à se développer les « island studies » ou les « blue cultural studies », voir Margaret Cohen, « Literary studies on the terraqueous globe ». PMLA, vol. 125 (2010), p. 657-662, citations p. 658.

8 Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Mythologies, Paris, Le Seuil, coll. « Pierres Vives », 1957, note p. 219.

9 Elizabeth M. DeLoughrey, Routes and Roots. Navigating Caribbean and Pacific Island Literatures, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2007, p. 21.

10 Yaso Nadarajah and Adam Grydehøj, « Island studies as a decolonial project », Island Studies Journal, vol. 11, no 2 (2016), p. 437-446.

11 Elizabeth M. DeLoughrey, op. cit., p. 2.

12 Ibid., p. 2 ; 3 ; 21.

13 Meg Samuelson, « Oceanic Histories and Protean Poetics: The Surge of the Sea in Zoë Wicomb’s Fiction ». Journal of Southern African Studies, vol. 36, no 3 (2010), p. 543-557; l’expression « fluid archive » est à la page 543.

14 Epeli Hau‘ofa, « Our sea of islands » [1993], in We are the Ocean : Selected Works, Epeli Hau‘ofa, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2008, p. 27-40. (Cité dans DeLoughrey 2007, p. 24).

15 Bertrand Ogilvie, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, Paris, Amsterdam, 2012.

16 Elizabeth M. DeLoughrey, op. cit., p. 26.

17 Kerry Bystrom and Isabel Hofmeyr, « Oceanic Routes : (post-it) Notes on Hydro-colonialism ». Acla forum. Comparative Literature, Duke UP, vol. 69, no 1, (2017), p. 1-6. Citation p. 2.

18 Philip Steinberg and Kimberley Peters, « Wet Ontologies, Liquid Spaces : giving Depth to Volume through Oceanic Thinking ». Environment and Planning D : Society and Space, vol. 33, no 2 (2015), p. 247-264, citation p. 16.

19 Aimé Cesaire, Cahier d’un retour au pays natal, [1939], Paris, Présence africaine, 1947, p. 29.

20 Nassuf Djailani, Comorian Vertigo, Moroni, KomEdit, 2017, p. 45 et p. 54.

21 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, Paris, Gallimard, coll. « Continents noirs », 2003, p. 35.

22 Bertrand Ogilvie, op. cit., p. 73-74.

23 Nassur Attoumani, Autopsie d’un macchabée, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 32.

24 Nassuf Djailani, op. cit., p. 54.

25 Greg Garrard, Ecocriticism : The New Critical Idiom, New York, Routledge, 2004, p. 145.

26 Ali Zamir, Anguille sous roche, Paris, Le Tripode, 2016, p. 310. Le texte étant composé d’une seule phrase, ce sont des virgules qui en constituent la scansion.

27 Guillaume Le Blanc, Dedans, dehors, La condition d’étranger, Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2010, p. 111.

28 Ibid., p. 85.

29 Johary Ravaloson, Géotropiques, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2010, p. 46. Moïse est aussi le prénom du protagoniste de Tropique de la violence d’Appanah et du « macchabée » d’Attoumani, à qui la forme théâtrale redonne voix et corps.

30 Meg Samuelson, « Oceanic Histories and Protean Poetics », op. cit. L’expression « the potential fluidity of these bodies » est à la page 544.

31 Jon Anderson, « Relational places : the surfed wave as assemblage and convergence ». Environment and Planning D : Society & Space, vol. 30 (2012), p. 570-587, citation p. 575. Cité dans Philip Steinberg et Kimberley Peters, op. cit., p. 3.

32 Johary Ravaloson, op. cit., p. 218.

33 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 28.

34 Ibid., p. 29.

35 Namrata Poddar, « Postcolonial Ecocriticism, Island Tourism and a Geopoetics of the Beach ». International Journal of Francophone Studies, vol. 16, nos 1&2, (2013), p. 51-71, citation p. 58.

36 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 47.

37 Ibid., p. 23.

38 Ibid., p. 47.

39 Ibid., p. 49.

40 Ibid., p. 48-49.

41 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 127.

42 Ali Zamir, op. cit., p. 9.

43 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 154.

44 Nous reprenons bien sûr cette expression à Françoise Lionnet et Shu-mei Shih, Minor Transnationalism, Durham and London, Duke University Press, 2005.

45 Nathacha Appanah, op. cit., p. 52.

46 Citant Pierre Fédida, Guillaume Le Blanc rappelle que « le site porte le virtuel des lieux qu’il rassemble sans en tenir aucun pour “point de vue” puisque ce qui lui est propre c’est l’engendrement d’autant de points de vue comme localités inactuelles », op. cit., p. 160.

47 Michel Foucault, La Vie des hommes infâmes, [1977], Paris, Les Prairies ordinaires, en ligne, p. 12.

48 Ali Zamir, op. cit., p. 314.

49 Ananda Devi, La Vie de Joséphin le fou, op. cit., p. 77.

50 Carl De Souza, Ceux qu’on jette à la mer, Paris, Éditions de l’Olivier, 2001, p. 16.

51 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 174. L’auteur fait ici référence à la traduction française de James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam, 2009 ; traduit de l’anglais par Olivier Ruchet à partir de Domination and the Arts of Resistance : Hidden Transcripts, New Haven and London, Yale University Press, 1990. Rappelons que pour Scott, « l’infrapolitique des dominés », produite en marge de toute histoire et de tout récit officiel, est « le domaine de l’autorité informelle et de l’absence d’élite, de la conversation et du discours oral, et de la résistance clandestine » (p. 217) [« infrapolitics is, by contrast, the realm of informal leadership and nonelites, of conversation and oral discourse, and of surreptitious resistance », p. 200]. « L’infrapolitique est de la vraie politique » (p. 217) [« Infrapolitics is, to be sure, real politics », p. 200], reposant sur une forme d’insubordination invisible, inassignable, dont la logique est de « laisser le moins de traces possible sur son passage » (p. 217) [« The logic of infrapolitics is to leave few traces in the wake of its passage », p. 200], de rester informelle et insaisissable. Cette invisibilité émerge ici à la surface du visible qu’elle interroge et dont elle distend les sphères de perception et d’intelligibilité.

52 Ali Zamir, op. cit., p. 316.

53 Edward Said, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1994. Voir en particulier la quatrième partie du chapitre I, « Discrepant Experiences », p. 31-43.

54 C’est aussi ce que permettent les wet ontologies qui, sur le plan de l’organisation spatiale et géographique, proposent de voir les profondeurs de l’océan comme nouvelle épistémologie, comme décentrement nécessaire du point de vue critique et comme exploration de ce qui a été un point aveugle des critiques (voir Philip Steinberg and Kimberley Peters, op. cit.).

55 Guillaume Le Blanc, op. cit., p. 175.

56 Ali Zamir, op. cit., p. 315.

57 Ibid., p. 317.

58 Ibid.

59 Monde englouti, la Lémurie, prétendument peuplée de Lémures, aurait constitué un continent dont les îles du sud-ouest de l’océan Indien ne seraient que les reliquats. Cette rêverie des origines du Réunionnais Jules Hermann (Les Révélations du Grand Océan, 1927) a influencé le Mauricien Malcolm de Chazal et est donnée comme le seul mythe littéraire de fondation transinsulaire indianocéanique.

60 Carl De Souza, op. cit., p. 200.

61 David Eng and David Kazanjian, Loss : The Politics of Mourning, Berkeley, University of California Press, 2003, p. 4. (Cité par Meg Samuelson dans « Abdulrazak Gurnah’s fictions of the Swahili coast : Littoral locations and Amphibian aesthetics », Social Dynamics: A Journal of African Studies, vol. 38, no 3 (2012), p. 499-515. Article en ligne, p. 4.)

Auteur

Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo est Maître de conférences en littératures françaises et francophones à l’université de La Réunion, membre du laboratoire LCF. Rédactrice en chef de la revue NEF — Nouvelles Études Francophones, membre du comité de rédaction des Carnets de recherche de l’océan Indien, revue numérique de l’université de La Réunion. Francophoniste spécialisée dans les littératures de l’océan Indien, les littératures de la diaspora indienne dans les Caraïbes et l’océan Indien, les problématiques postcoloniales liées aux questions des dominations et des résistances, aux questions des « races, nations, classes » et aux études de genres, elle a co-organisé plusieurs colloques, publié de nombreux articles, codirigé ou dirigé plusieurs ouvrages sur ces champs de questionnements. Parmi ses derniers ouvrages ou numéros de revues dirigés, Interculturel francophonies « Écrivaines de l’Île Maurice et de La Réunion, “Tisser des fils épars” » (2016), en co-direction avec M. Arino Iles/Elles. Résistances et revendications féminines dans les îles des Caraïbes et de l’océan Indien (XVIII-XXIe siècles) (2015), en co-direction avec G. Armand et Y. Parisot, TrOPICS, n° 4, Discours artistiques du contemporain au prisme de l'océan Indien : fictions, critique et politiques (2018).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search