Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Première partie. Espace et pouvoirs

Chapitre III. L’appareil de l’État : les nouveaux instruments de la monarchie

Texte intégral

  • 1 Molas Ribalta Pedro, Consejos y audiencias en el reinado de Felipe II, Valladolid, 114 p., Vicens (...)

1Le système de conseils multiples (polisinodial) qui caractérisait le gouvernement de la monarchie espagnole est désormais bien connu1,. Le roi était assisté par une série de conseils dont les domaines d’intervention étaient définis selon les cas par des critères techniques ou géographiques. Des assemblées (les juntas) formées par des membres des différents conseils se réunissaient pour traiter des sujets plus larges ou bien pour faire face à des situations d’urgence.

  • 2 Voir à ce sujet Escudero José A., Los secretarios de Estado y Despacho 1474-1724, Madrid, 1969 et, (...)

2En marge de ces organes officiels, les secrétaires de Philippe II et les favoris (validos ou privados) de ses successeurs ont, bien entendu, pesé d’une façon déterminante dans les choix politiques des monarques qu’ils ont servis. Ce rouage essentiel de l’appareil de l’État a fait l’objet de plusieurs études, nous n’en évoquerons que les effets les plus manifestes sur le fonctionnement des institutions valenciennes2.

3L’administration territoriale reproduisait en grande partie le modèle synodal du centre de la monarchie. Vice-rois, gouverneurs, bailes généraux et dans une moindre mesure, les maestres racionales étaient assistés par des magistrats, des letrados, dans l’exercice quotidien de leurs fonctions. Constitués en conseils, simples assesseurs du titulaire de la charge ou bien réunis en assemblées aux attributions spécifiques, les magistrats étaient présents, aux côtés de la noblesse, à presque tous les échelons de pouvoir des institutions royales valenciennes.

  • 3 On trouvera une excellente synthèse sur l’évolution des institutions valencienne dans Alberola Rom (...)

4Dès le dernier quart du xvie siècle, l’appareil politique et institutionnel de la monarchie espagnole à Valence avait acquis la forme qui allait perdurer jusqu’aux décrets de Nueva Planta de 1707. Certaines institutions étaient aussi vieilles que le royaume, d’autres s’étaient implantées au fil de l’époque médiévale, enfin une nouvelle impulsion, qui allait être donnée par Ferdinand le Catholique surtout, mais aussi par Charles Quint et Philippe II, se traduisit par l’établissement et la consolidation de nouveaux instruments de pouvoir. Par la suite, on ne retoucha que des détails qui laissèrent inchangée l’architecture générale de l’édifice institutionnel3.

  • 4 Goubert Pierre ; Roche Daniel, Les Français et l’Ancien Régime, Paris, 1991, 2 volumes, vol I, p.  (...)

5Le système tel que le connaissaient les Valenciens de la fin du xvie siècle était donc davantage le produit d’une sédimentation que celui d’une évolution. On se souviendra à ce titre, des mots de Pierre Goubert sur l’État français d’Ancien Régime : « Ce régime ne supprimait pas, il superposait4 ». Quiconque se penche sur l’organisation de la monarchie espagnole à l’Époque moderne, et sur l’administration territoriale valencienne, ne peut que souligner la pertinence de ce constat de l’historien français.

  • 5 Cette question, dans le domaine de l’exercice de la justice est particulièrement bie analysée dans (...)

6De ce conservatisme naturel des sociétés d’Ancien Régime, où coexistaient différents organes de pouvoir dont les attributions se chevauchaient plus souvent qu’elles ne se complétaient, naît cette impression de confusion qui se dégage de la vision du panorama institutionnel saisi à un moment donné de son histoire5. S’il est relativement aisé d’appréhender une institution, quelle qu’en soit la nature, et d’en suivre les avatars au cours d’une période donnée, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit de rendre compte du fonctionnement d’un système dans toute sa complexité, tout en conservant une vision diachronique.

7Pour ce faire, deux possibilités au moins nous étaient offertes. La première démarche, la plus brillante eût consisté à privilégier une vision de synthèse de l’évolution d’un système médiéval sur lequel venaient se greffer de nouvelles institutions qui forcément déplaçaient les champs d’activité des anciennes. La seconde, plus modeste, était de présenter les différents organes de gouvernement et les principales étapes de l’évolution de leurs structures et de leurs attributions.

  • 6 Sans prétendre à l’exhaustivité, nous citons ici les principaux travaux, ouvrage publiés ou thèses (...)

8Des deux approches possibles nous avons choisi la seconde. Certainement plus laborieuse, mais aussi plus pédagogique, elle permettra néanmoins une appréhension plus aisée de l’appareil de l’État valencien que rend nécessaire l’état actuel des connaissances. En effet, malgré les admirables travaux qu’ont réalisés les historiens espagnols consacrés à l’ancienne couronne d’Aragon6, auxquels les pages suivantes doivent beaucoup, ou les belles synthèses de J. H. Elliott et de James Casey, aujourd’hui encore, les instruments du pouvoir dans les royaumes de la couronne d’Aragon sont parfois mal connus.

9Dans cette présentation du panorama institutionnel, nous partirons du centre pour atteindre la périphérie. On commencera par les instruments du pouvoir les plus proches du roi pour ensuite aborder ses rouages les plus insérés dans la société valencienne, tout en dégageant de la pluralité des instruments de pouvoir, l’héritage médiéval des créations modernes.

III.1 Le Conseil d’Aragon

10Parmi les conseils aux compétences géographiques, il en était deux, celui de Castille et celui d’Aragon qui constituaient le noyau originel du système polysynodal de la monarchie espagnole.

11Le Conseil d’Aragon fut créé par Ferdinand le Catholique en 1494 sur le modèle de l’ancien conseil royal de la couronne d’Aragon qu’il remplaçait. Vue des rives du Turia, la principale innovation apportée consistait dans le fait que désormais, le Conseil siégerait définitivement en Castille auprès du roi. Ses attributions ne se voyaient pas modifiées par cette nouvelle situation. Bien avant l’union dynastique des deux couronnes, la singularité de la confédération catalano-aragonaise avait rendu nécessaire l’existence d’une structure de pouvoir commune à l’ensemble des royaumes et forcément localisée dans l’entourage de monarques qui se réservaient la possibilité de résider dans chacune des capitales de leurs royaumes.

III.1.1 De la Curia au Conseil d’Aragon

  • 7 Salrach José María, « La Corona de Aragón », p. 199-364, Feudalismo y consolidación de los pueblos (...)
  • 8 Garcia de Cortazar José Angel, La Época Medieval, Historia de España dirigida por Miguel Artola, V (...)

12Le conseil royal et les Cortès de la couronne d’Aragon avaient une origine commune, la Curia, dont les attributions, dans le cadre de ce que l’historien appelle le pactisme institutionnel, étaient, d’après José María Salrach, aussi étendues que celles du souverain. Sa composition variait selon qu’il s’agissait de réunions ordinaires ou extraordinaires7. La Curia restreinte des séances ordinaires évolua vers l’établissement d’un conseil royal entre 1285 et 12918, l’assemblée élargie des réunions extraordinaires deviendrait les Cortès.

  • 9 Ibidem.

13Apparu dès la fin du xiiie siècle, précédant ainsi d’une centaine d’années son homologue castillan9, et renforcé par Pierre IV Le Cérémonieux, le conseil royal était à la fois un instrument de gouvernement qui assistait le roi et un tribunal suprême de justice dont la juridiction s’étendait sur tous les territoires de la couronne d’Aragon.

14D’après ce modèle Ferdinand le Catholique établit en 1494, le Conseil d’Aragon dont les fonctions se maintinrent tout au long de l’Époque moderne.

  • 10 Molas Ribalta Pedro, op. cit., p. 87 à 89.

15Les attributions différaient quelque peu selon les territoires. Elles étaient moindres pour l’Aragon et la Catalogne qui, à la différence de Valence et de Majorque, n’admettaient pas que les sentences prononcées par les tribunaux territoriaux puissent faire l’objet d’un appel auprès de cette instance suprême qu’était le Conseil d’Aragon10.

16L’institution fut chargée dans un premier temps, à l’image du conseil royal, de l’ensemble des territoires de la couronne d’Aragon, y compris des possessions italiennes. Soucieuse de contrôler au mieux les royaumes d’Italie, dont on connaît l’importance stratégique et économique, et de limiter l’influence qu’y exerçaient les Aragonais, la monarchie ordonna en 1555 la création du nouveau Conseil d’Italie dont les attributions s’étendaient aux royaumes de Naples et de Sicile, ainsi qu’au duché de Milan. Désormais, les affaires d’Italie allaient être gérées par des personnalités castillanes et des natifs des territoires italiens, à l’exclusion de leurs anciens maîtres, Catalans, Valenciens ou Aragonais. La Sardaigne, les îles Baléares et les trois royaumes péninsulaires de la couronne d’Aragon, restaient soumis à l’autorité du Conseil d’Aragon.

17Le Conseil était présidé par le vice-chancelier, l’équivalent mais non l’égal du président du Conseil de Castille. Une lutte sourde opposait les deux dirigeants et leurs conseillers respectifs. En théorie, les deux conseils étaient sur un pied d’égalité : ils représentaient les deux couronnes fondatrices de la monarchie espagnole. Lors des représentations officielles où les conseils accompagnaient le roi, celui de Castille dans son ensemble se regroupait derrière son président à la droite du souverain et à sa gauche, les conseillers d’Aragon se tenaient derrière le vice-chancelier.

18Mais le président de Castille toujours désireux de montrer qu’il était, après le roi, le second personnage de la monarchie jouissait de fait d’un prestige nettement plus grand que le vice-chancelier d’Aragon. Les conseillers de Castille rentraient au palais en voiture, ceux d’Aragon, malgré leurs protestations devaient la laisser en dehors de l’enceinte royale.

  • 11 ACA CA Leg 1 Exp 26.

19Parmi les dirigeants des différents conseils, seul le président de Castille pouvait s’enorgueillir de recevoir le traitement de señoría ilustrísima. Malgré ses requêtes et même si l’usage l’avait peu à peu permis, le vice-chancelier d’Aragon n’avait pas réussi à obtenir officiellement l’égalité de traitement avec son homologue de Castille. Or voilà que de nouvelles dispositions prises en 1623 spécifiaient que seuls le président de Castille et l’Inquisiteur Général pouvaient se prévaloir de cette appellation. Le Conseil dans son ensemble ressentit comme un affront la promotion de l’inquisiteur dans la hiérarchie protocolaire. On envoya une requête au roi, dont la réponse évasive « Siempre tendré mucho cuidado con lo que me representa el consejo » était une fin de non recevoir11.

20À la portée purement symbolique, mais on connaît la force de ces symboles dans un monde régi par l’étiquette, cette mesure entérinait sur le plan protocolaire le recul de la couronne d’Aragon au second plan des intérêts vitaux de la monarchie. Une telle maladresse n’était pas la première de celles qu’allait commettre le comte duc d’Olivarès dans ses relations avec les royaumes aragonais.

21Le Conseil d’Aragon, en plus du vice-chancelier, était composé d’un trésorier général de la couronne d’Aragon, de six régents et d’un abogado fiscal y patrimonial.

  • 12 I. ACA CA Lib 12, 20 et Vol 110 et 216.

22Les attributions du trésorier sont aisément identifiables. D’une part, c’était lui qui supervisait, mais sans les contrôler, les institutions territoriales chargées du recouvrement des revenus du patrimoine royal et des impôts royaux (à Valence les bailías) et ses délégués territoriaux, les lieutenants du trésorier général, qui dans le cas valencien tout au moins, encaissaient les sommes d’argent, amendes et compositions de condamnations, qui étaient versées à l’Audience et aux tribunaux des gouverneurs. D’autre part, la trésorerie générale percevait directement le produit des licences d’amortissement des biens de mainmorte et les annuités du paiement des services concédés à la couronne par les Cortès des royaumes12.

  • 13 La question a été étudiée plus largement par B.
  • 14 Gandoulphe Pascal, op. cit. La monnaie catalane est légérement plus faible que la valencienne : 1 (...)

23Le trésorier, dans les caisses duquel rentraient des sommes d’argent qui provenaient de l’ensemble des territoires soumis à la juridiction du Conseil, jouait un rôle clé dans la redistribution des moyens financiers au sein des différents royaumes de la couronne d’Aragon. Nous avons étudié les mouvements de fonds de deux années13. En 1570, le royaume de Valence apporta la somme de 250 000 sous à la trésorerie générale mais n’en reçut que 33 000 en paiements divers. En revanche, la Catalogne qui envoya 12 000 sous barcelonais à la trésorerie en reçut 250 000. De la même façon, en 1590 alors que d’autres sommes d’argent s’en allaient directement de la bailía de Valence vers l’Aragon et la Catalogne sans transiter par Madrid, le royaume du Levant déposa 700 000 sous dans les coffres du trésorier général et ne fut crédité, en retour, que de 3 430 sous. La même année, la trésorerie générale envoya 750 000 sous de monnaie jaquesa à Saragosse, alors que ses ressources régulières dans le royaume d’Aragon ne dépassaient pas 230 000 sous de la même monnaie. Il est clair que c’était l’argent valencien qui subvenait à certaines dépenses de la monarchie en Aragon, notamment le salaire du vice-roi14. Le trésorier était au centre de ce mouvement de redistribution financière où l’argent valencien palliait les carences du trésor royal dans les autres territoires de la couronne d’Aragon.

  • 15 Arrieta Albendi Jon, op. cit., p. 362.

24L’abogado fiscal y patrimonial était chargé plus précisément de la défense des intérêts de la couronne dans les procès où était en cause le patrimoine royal et il représentait l’État dans les affaires criminelles15. Ces affaires que le conseil d’Aragon jugeait en appel après un premier procès dans les audiences locales, concernaient principalement le royaume de Valence puisque le Conseil n’admettait de procédure d’appel que celles qui émanaient des royaumes de Valence et de Majorque. Jon Arrieta a expliqué ainsi que des magistrats valenciens aient été plus souvent nommés à ce poste que leurs confrères, Catalans ou Aragonais.

25Les six régents, deux pour chacun des trois royaumes (Majorque et la Sardaigne ne disposaient pas de représentation directe au Conseil), étaient des magistrats « polyvalents », si l’on peut dire, sans attributions spécifiques.

26L’abogado fiscal y patrimonial et les régents étaient obligatoirement originaires de la couronne d’Aragon. En revanche, aucune obligation de « naturalité » ne concernait la charge de trésorier occupée depuis 1542 par un Castillan et qui, de fait, était transmise de façon héréditaire dans la famille des comtes de Chinchón depuis 1558. Ce poste suivait immédiatement celui de vice-chancelier dans la hiérarchie du Conseil, en cas d’absence du plus haut magistrat c’était au trésorier qu’incombait son remplacement.

  • 16 ACA CA Leg 16, document du 20 juillet 1623.
  • 17 Bennassar Bartolomé, « Un État, des États », Le Premier âge de l’État en Espagne 1450-1700, p. 69 (...)

27Pour Pedro Molas Ribalta, la même clause de « naturalité » s’étendait au vice-chancelier et aux régents. Jusqu’en 1623, cette condition fut toujours respectée16. La nouveauté fut introduite sur les conseils du comte duc d’Olivarès qui préconisait une plus grande intégration des royaumes péninsulaires. Il était indispensable, d’après le valido, que les fonctions de gouvernement pussent être indistinctement exercées par les Portugais, les Catalans, les Aragonais ou les Valenciens. Olivarès allait jusqu’à suggérer de nommer un sujet originaire de la couronne d’Aragon à la présidence du Conseil de Castille. Mais comme le souligne Bartolomé Bennassar, il avait commis l’erreur de commencer cette politique en nommant un Castillan au poste de vice-chancelier du Conseil d’Aragon17. Cette nomination d’un ancien membre du Conseil de Castille, à la plus haute magistrature des royaumes de la couronne d’Aragon, allait déclencher les protestations les plus vives des conseillers eux-mêmes qui voyaient leur échapper la possibilité d’atteindre la magistrature suprême, mais aussi des représentants des royaumes. Le tout nouveau vice-chancelier mourut fort opportunément avant de prendre possession de sa charge et la malheureuse expérience ne fut pas renouvelée.

  • 18 Pérez Joseph, « España moderna (1474-1700) Aspectos políticos y sociales », La frustración de un I (...)

28Cette tentative était bien sûr le signe d’une vision nouvelle des liens qui devaient unir les royaumes de la couronne d’Aragon et la pièce maîtresse de la monarchie qu’était la Castille. On se souvient des conseils adressés par Olivarès à Philippe IV à la fin de l’année 1624, sur la nécessité de ne plus être seulement roi des différents royaumes péninsulaires mais enfin roi d’Espagne18. Dans cette perspective, laisser aux natifs de la couronne d’Aragon le soin d’appliquer une politique décidée à Madrid pouvait paraître paradoxal et l’on pouvait craindre que cela constituât un frein à sa mise en œuvre. Un rapport, malheureusement non daté ni signé, mais dont on peut situer la rédaction peu après la nomination du vice-chancelier castillan, et qui fait apparaître en marge le nom du comte de Chinchón, sans que cela permette de savoir s’il en était l’auteur ni s’il lui était adressé, est significatif de l’image que l’on avait réellement, ou de celle que l’on voulait donner, des magistrats du Conseil afin de justifier la nomination d’un vice-chancelier castillan :

  • 19 AHN Consejos Lib 2065 f° 201 r° à 207 v°.

Como siempre se ha dado este cargo cassi, a Regente del mesmo Consejo de Aragón, y por esso hechavan de ver todos que hera ascensso a que podían aspirar quando bacase, le han mirado con ojos de cossa propia y por esso aunque ayan desestimado y perdido alguna vez el respecto (por enquentros o, otras causas qye ay havido) a las personas que le han tenido por lo menos, al officio siempre le han trado [sic] con grande estimación. [...]
Después que la corona de Aragón se juntó con la de Castilla, ocupados los Reyes y sus Ministros en cossas mayores, han dejado correr con menos noticia las de estos Reynos, lo qual y el poco conocimiento de los sugetos para los premios y oficios y beneficios, ha sido ocassión de que tubiesen en ello mayor mano los Bicecancilleres, de que han husado los más, sin perder ocassión tomando para sí lo mejor, y destribuyendo entre sus deudos amigos y criados quanto les ha parecido, y muchas vezes con daño particular del Patrimonio y Regalías Reales, que como lo uno y lo otro es corto, qualquier perjuicio causado en ello es mucho peor19.

29Ces accusations, à peine déguisées, visant le carriérisme et le népotisme dont faisaient preuve les membres du Conseil dans leur ensemble, et qui n’étaient pas dénuées de tout fondement, comme nous le verrons plus loin, étaient la simple conséquence du système. Elles illustrent parfaitement, à notre sens, l’ambiguïté de la position de ces magistrats qui tout en étant au service de la monarchie étaient aussi des acteurs de la société valencienne. Ce constat rend indispensable à la compréhension de la mécanique du pouvoir, l’étude des hommes et de leurs carrières.

III.1.2 L’activité du Conseil d’Aragon

  • 20 Le fonctionnement et les attributions ont été étudiés par Jon Arrieta Albendi, op. cit.

30Les membres du Conseil, réunis au complet, débattaient des décisions de politique générale, se prononçaient sur la nomination de tous les représentants de la couronne dans les institutions territoriales et examinaient en appel certains procès vus en première instance par les Audiences de Valence et de Majorque20.

31À l’issue de ses réunions, le Conseil rédigeait une consulta, une synthèse des discussions assortie d’une proposition de décision qu’il soumettait au roi. Le monarque décidait. Telle était, en théorie, la procédure que suivait toute prise de décision.

  • 21 Escudero José, op. cit., Francisco Tomas Y Valiente, op. cit.

32Le facteur humain introduisait bien sûr une marge de flottement dans ce qu’était le fonctionnement théorique de l’institution. On connaît l’importance des secrétaires des negociados, sortes de départements spécialisés, qui géraient l’aspect bureaucratique de l’activité du Conseil. Ceux-ci, au nombre de quatre, un pour chacun des trois royaumes péninsulaires (celui d’Aragon traitait aussi les affaires de Majorque) et un quatrième pour la Sardaigne, jouaient un rôle non négligeable dans les coulisses du pouvoir en ce sens qu’ils servaient souvent d’intermédiaires entre les différents conseils ou bien entre le vice-chancelier, les secrétaires privés du roi et plus tard, son valido21. En 1620, une note du roi interdisait à tous les officiers du Conseil et de la chancellerie de défendre les intérêts de quelque personne ou institution que ce fût :

  • 22 ACA CA Leg 1 Exp 16.

Porque también he savido que algunos de los scrivanos de mandamiento o registro officiales de los secretarios y criados suyos y de otros ministros de esse consejo, se suelen encargar de algunos negocios, assi de universidades como de particulares, dando cartas y memoriales y solicitando despachos22...

33Cette influence restait malgré tout limitée au domaine des nominations des personnes pour des charges subalternes, des concessions de privilèges ou bien de pensions. L’influence politique était l’apanage d’individus d’une autre envergure.

  • 23 Jon Arrieta Albendi, op. cit., p. 84.

34À l’époque de Philippe II, les consultas étaient vues par une junta de gobierno. Celle-ci réunissait autour du monarque, son secrétaire particulier et le comte de Chinchón, trésorier de la couronne d’Aragon23. Le Conseil d’Aragon y était donc représenté par le seul de ses membres qui n’était pas un magistrat, et qui appartenait, de surcroît, au groupe castillan de tendance réactionnaire de l’entourage du duc d’Alba.

  • 24 Ibid., p. 86.

35L’avènement des validos marquait une étape du déclin des secrétaires du roi. Pendant la période d’influence du duc de Lerma, il semble que celui-ci se soit davantage appuyé sur la personne du vice-chancelier valencien Covarrubias, dont il avait favorisé la carrière, au détriment du comte de Chinchón24.

36Que certains des membres du Conseil fussent des fidèles des personnalités de l’entourage du roi, cela n’avait rien d’étonnant. En outre, ces magistrats qui faisaient partie des rouages essentiels du pouvoir et de sa transmission étaient tous originaires des territoires qu’ils administraient. Ils se trouvaient ainsi au centre de toutes les pressions.

III.1.3 Au centre de toutes les pressions

37Il est assez malaisé de déterminer quel put être le degré d’influence des différents acteurs du pouvoir au plus haut niveau. Cependant, en ce qui concerne la nomination des personnels des institutions, domaine qui nous intéresse au premier chef, quelques indices peuvent être produits.

38Les letrados du Conseil d’Aragon étaient chargés d’examiner les candidatures chaque fois qu’une charge était vacante dans les nombreuses institutions royales des territoires placés sous sa juridiction. Dans un premier temps, le Conseil étudiait la liste d’au moins trois candidats, la terna, qu’avait élaborée le vice-roi assisté de l’Audience. Souvent on modifiait le classement que proposait le représentant du roi et parfois on rajoutait quelques noms. Ensuite, si les magistrats ne parvenaient pas à un accord, ils procédaient à un vote pour départager les candidats. Cela donnait lieu à un classement final ou bien au choix d’un seul nom que l’on proposait au roi.

39Nous disposons de trente consultas complètes qui font apparaître les positions de chacune des instances de pouvoir : vice-roi et Audience, Conseil d’Aragon, décision finale du roi. Ces documents concernent les mouvements de personnels à l’Audience de Valence.

40Dans dix consultas sur trente, le Conseil d’Aragon proposa en première position le même candidat que celui proposé par le vice-roi et l’Audience. À cinq reprises, seul le classement fut modifié. Enfin, dans quinze des trente cas étudiés, le candidat proposé par le Conseil en première position n’apparaissait pas dans la terna des instances territoriales.

  • 25 ACA CA Leg 623, 624 et 625 (nous n’avons utilisé ici que les documents qui recueillaient tous les (...)

41En revanche, vingt-et-un des trente candidats placés en première position par le Conseil d’Aragon furent choisis par le roi et par trois fois le monarque nomma un letrado qui était classé en deuxième ou troisième position. Dans seulement six cas sur trente, l’avis du Conseil d’Aragon ne fut pas suivi par le roi. Pour deux de ces six nominations ou promotions, le monarque avait choisi le candidat proposé par le vice-roi et dans les quatre autres cas, la candidature était parvenue à la Cour par des canaux totalement extra institutionnels25.

  • 26 James Casey, op. cit., p. 202.

42On ne peut certes pas conclure à un désaveu des instances locales dans la mesure où souvent les magistrats proposés par le Conseil d’Aragon faisaient déjà partie des institutions territoriales. De ce fait, on jugeait qu’ils étaient candidats d’office et depuis 1593, ils ne devaient plus apparaître sur les listes confectionnées par les vice-rois et l’Audience26. Mais dans la mesure où les letrados qui siégeaient à Madrid puisaient en priorité dans ce vivier, les noms des magistrats qu’ils soumettaient au roi, les propositions que faisaient le vice-roi et l’Audience prenaient un caractère secondaire. Il semble bien que ce fût leur avis, plutôt que celui du vice-roi, qui était prépondérant dans le choix des personnes qui allaient occuper les postes les plus importants de l’administration territoriale valencienne.

  • 27 Ibidem, p. 203.
  • 28 ACA CA Leg 624 Exp 22/1 et 23/3.
  • 29 James Casey, op. cit., p. 203.

43James Casey a relevé que l’attitude de la couronne en la matière allait évoluer vers la fin des années 161027. Le problème était une fois de plus celui des réseaux de relations des magistrats du Conseil, que l’on soupçonnait d’être favorisés par ce mode de proposition des candidatures à l’exercice des charges de l’administration territoriale. En 1624, le roi décidait que fussent exclus du vote tous les régents dont l’un des candidats serait un parent jusqu’au quatrième degré. Naturellement les membres du Conseil, à l’exception du comte de Chinchón qui était un farouche partisan de cette mesure, protestèrent de leur bonne foi. Ils estimaient même que, puisqu’ils connaissaient les qualités et les défauts de leurs parents, ils n’en étaient que mieux placés pour juger de leur candidature. La mesure faisait suite à l’élaboration d’une consulta pour la nomination d’un magistrat de l’Audience, et le vote du vice-chancelier en faveur de son gendre qui n’était pas un candidat proposé par le vice-roi, semblait avoir provoqué quelques tensions entre le comte de Chinchón et les autres membres du Conseil28. La pratique du vote secret que le comte duc d’Olivarès avait réussi à imposer au Conseil n’allait pas survivre à sa disgrâce. Peu de mois après que le favori eut été écarté du pouvoir, le Conseil reprenait ses vieilles habitudes29.

44Ce domaine n’était pas le seul où les magistrats du Conseil d’Aragon affichaient une prépondérance certaine sur le représentant direct du monarque.

45L’essentiel des informations qui circulaient entre Madrid et Valence transitaient par cet organe de pouvoir. D’après Jesús Lalinde, c’est en 1547 que se consolida nettement la position du Conseil comme médiateur incontournable de la correspondance entre le roi et ses délégués dans les territoires de la couronne d’Aragon. Le prince Philippe qui agissait alors en tant que gouverneur général des royaumes de la couronne d’Aragon s’adressait en ces termes au marquis d’Aguilar :

  • 30 Cité par Jon Arrieta Albendi, op. cit., p. 71.

Vos rogamos y encargamos que tengays correspondancia con los deste supremo real consejo de la corona de Aragón, donde se tractan y apuntan los negocios de la governación dessos reynos30.

  • 31 Les archives familiales des comtes de Benavente furent transmises à la maison d’Osuna. Elles se tr (...)

46Cette position centrale du Conseil est confirmée par la documentation que nous avons consultée. C’est en vain que nous avons effectué des recherches dans les papiers privés de don Antonio Alfonso Pimentel de Herrera et de don Juan Alfonso Pimentel de Herrera, tous deux comtes de Benavente et vice-rois de Valence de 1567 à 1572 et de 1598 à 1602. Les lettres envoyées par les monarques que nous avons consultées portaient toutes, à deux exceptions près, la signature des magistrats du Conseil. Nous en avons retrouvé certaines recopiées dans les registres de la chancellerie31.

47Le renforcement du Conseil d’Aragon au détriment de l’alter nos du roi est à mettre en parallèle avec l’affaiblissement du contenu de la charge de vice-roi. Dans les territoires de la couronne d’Aragon, l’écran du Conseil Suprème s’interposait désormais entre le roi et ses représentants directs, les vice-rois.

III.2 Le vice-roi de Valence

48De la même façon que la structure composite de la couronne d’Aragon avait imposé très tôt l’existence d’un Conseil royal aux attributions élargies à l’ensemble des territoires et qui jamais n’avait siégé en permanence dans le royaume de Valence, cette singularité avait rendu nécessaire la pratique d’une délégation presque permanente du pouvoir royal.

  • 32 Mis à part l’ouvrage de Mateu Ibars Josefina, Los virreyes de Valencia. Fuentes para su estudio, V (...)

49Les vice-rois de l’Époque moderne exerçaient des fonctions qui étaient l’aboutissement d’une longue évolution du système de représentation du monarque à l’échelon de chacun des royaumes32.

III.2.1 L’alter nos royal

  • 33 Lalinde Abadía Jesús, « Virreyes y Lugartenientes medievales en la Corona de Aragón », p. 97-172, (...)

50Plusieurs travaux, parmi lesquels il convient de citer ceux de Jesús Lalinde Abadía, nous permettent d’établir quels furent les précédents médiévaux des délégués territoriaux du monarque catalano-aragonais33.

51Jusqu’à la fin du xiiie siècle, le système de délégation fut inorganique et changeant, hésitant entre deux tendances : la concentration d’une délégation de gouvernement en une seule personne, généralement l’héritier de la couronne, ou bien la nomination de plusieurs délégués qui assumaient, chacun, la représentation du monarque.

52Le développement de ces deux modèles, qui parfois se sont exclus mais qui ont aussi souvent coexisté, a donné lieu à deux charges distinctes. La première, permanente dès le xive siècle, s’incarnait dans la figure du gouverneur général de la couronne d’Aragon, presque exclusivement le fils aîné du monarque ou le parent le plus proche lorsqu’il n’y avait pas de descendance directe. Celui-ci disposait des pouvoirs du souverain dont il était le successeur direct. Mais cette charge, commune à l’ensemble des royaumes, ne permettait pas une plus grande souplesse dans l’articulation entre la couronne et ses multiples territoires.

53Elle se maintint malgré tout, une fois établi le système des vice-royautés. Ce fut en tant que gouverneur général de la couronne d’Aragon que le prince Philippe présida les Cortès de 1547. De la même façon, de nombreux documents qui datent des deux dernières années du règne de Philippe II portent la signature de son successeur qui se donne le même titre de gouverneur général.

54Il disposait de délégués territoriaux dont la juridiction ne s’étendait pas forcément sur l’intégralité d’un royaume mais pouvait se limiter à une zone précise. Leur charge était semblable à celle des gouverneurs de l’Époque moderne.

  • 34 Belenguer Cebrià, op. cit., p. 19 à 21 et « Precisiones sobre los comienzos del virreinato en Vale (...)

55La seconde charge, dont les attributions exacte sont difficiles à définir, allait se révéler plus riche en possibilités d’évolution. Il semble que des situations d’urgence ou des périodes d’absence prolongée du monarque aient entraîné la nomination de délégués spécifiques dans chacun des États de la confédération. Ceux-ci disposaient, pour une durée limitée et après assentiment des représentants des royaumes, du pouvoir d’agir au nom du roi dans les Cortès des différents territoires. Jusqu’à l’époque de Ferdinand le Catholique, le recours à cette forme de délégation, qui allait plus tard conduire à l’institutionnalisation de la charge de vice-roi, n’eut que le caractère exceptionnel et provisoire que lui accordaient les fueros du royaume34.

56Pendant son règne, Ferdinand, dont le contrat de mariage précisait qu’il résiderait en Castille auprès d’Isabelle, s’efforça de consolider le statut de son représentant permanent à Valence malgré l’opposition des représentants valenciens.

  • 35 Id, València..., op. cit. p. 98-101.

57En 1478, le monarque nommait à la vice-royauté de Valence son cousin germain Enrique, duc de Segorbe. Les pouvoirs qui lui étaient accordés étaient limités. En accord avec les fueros du royaume, on lui interdisait la possibilité de convoquer et de présider les Cortès. On nomma ensuite le grand-maître de Montesa, Luis Despuig. Celui-ci était désigné pour remplacer Ferdinand pendant les Cortès qui devaient assurer au roi la concession d’un service financier capable de subvenir aux besoins de la campagne militaire contre le dernier royaume musulman de la Péninsule. Mais l’ampleur des pouvoirs que le roi avait conférés au grand-maître de Montesa allait déclencher une forte opposition du gouvernement municipal lorsque survint la mort du vice-roi contesté35.

  • 36 Ibidem, p. 230.

58Le choix pour un second mandat, de 1496 à 1505, de l’infant Enrique, cette fois avec des pouvoirs élargis, suscita de nouvelles réactions hostiles. Ferdinand réussit à faire accepter que figurât sur le privilège de son cousin la possibilité de se substituer au roi pour la convocation et le déroulement des Cortès, tout en reconnaissant que cette attribution était contraire aux fueros valenciens. Ferdinand promettait que le vice-roi n’userait jamais de cette possibilité que lui offrait son privilège de nomination36.

59Jusqu’à la mort du duc de Calabre, troisième époux de Germaine de Foix, les vice-rois successifs furent des membres directs de la famille royale et, à l’image du monarque qu’ils représentaient, ils exerçaient leur mandat jusqu’à la fin de leurs jours.

60Il fallut attendre le milieu du siècle pour que s’estompent progressivement ces traits caractéristiques et que commence à se profiler le personnage du vice-roi tel qu’on le connaissait à la fin du xvie siècle. Désormais, un membre de la haute noblesse parfois catalane ou valencienne, mais le plus souvent castillane, se voyait nommé pour une durée limitée de trois années à la vice-royauté de Valence.

III.2.2 Un représentant fonctionnarisé

61On attribue généralement au système aragonais l’origine de la vice-royauté américaine, mais la vice-royauté aragonaise de la seconde moitié du xvie siècle ressemblait davantage à son homologue d’outre-atlantique qu’à son modèle du début du siècle.

62La fin du lien familial direct et la détermination a priori d’une durée précise de leur mandat faisaient en effet davantage ressembler les vice-rois de la couronne d’Aragon à de hauts fonctionnaires qu’à des alter nos du monarque.

63Dans le cas des royaumes de la couronne d’Aragon, la proximité de Madrid jouait un rôle déterminant. Il fallait bien sûr deux journées de voyage pour qu’un courrier rapide se déplaçât d’une capitale à l’autre, mais qu’étaient ces deux jours comparés au temps qu’il fallait pour seulement se rendre à Naples ou pour effectuer la longue traversée de l’Atlantique. Entre Madrid et Valence, la relative rapidité de la circulation des informations permettait le maintien d’un contrôle étroit de l’activité du vice-roi.

64En théorie, les monarques déléguaient à ces derniers l’intégralité de leurs attributions. C’était du moins ce qui apparaissait dans les privilèges royaux que recevait chaque vice-roi au moment de sa nomination. La délégation du pouvoir, que seule rendait légale l’absence quasiment permanente du roi perdait tout effet lorsque celui-ci se trouvait en personne dans le royaume de Valence et était en mesure d’exercer directement son pouvoir. Pour anecdotique qu’elle soit, cette précision est hautement révélatrice de la dimension symbolique de représentation du roi en la personne du vice-roi. Le monarque présent, celui qui lui tenait lieu d’alter nos perdait immédiatement tous les pouvoirs dont naguère il était investi.

  • 37 La réalité des attributions du vice-roi a été étudiée avec lucidité par Salvador Esteban, « Poder (...)

65Mais au-delà de leur dimension symbolique qu’il ne faut en aucun cas négliger, ces prérogatives très larges ne reflétaient pas la réelle marge de manœuvre dont disposaient les représentants du souverain dans leur activité quotidienne37.

  • 38 Castañeda Vicente, « Las instrucciones de Felipe II al Conde de Benavente para la gobernación del (...)

66Depuis que Vicente Castañeda, puis Emilia Salvador Esteban et Rafael Benítez Sánchez-Blanco, ont publié les instructions de gouvernement données au comte de Benavente et au duc d’Arcos, on sait que les attributions des vice-rois étaient immédiatement limitées par la volonté expresse du monarque et qu’elles étaient nettement moins étendues que ne le laissaient entendre leurs privilèges de nomination38.

  • 39 AHN Consejos Lib 2388 f° 58 r° à 69 r°.

67Nous avons trouvé les instructions délivrées au comte d’Aytona lorsqu’il fut nommé le 20 mars 1581 vice-roi de Valence39. Ce document tend à confirmer, comme le pensaient Emilia Salvador et Rafael Benítez, que tous les représentants du monarque reçurent de tels conseils de gouvernement au moment de leur nomination.

68Ces instructions limitaient de façon formelle (parfois même elles les contredisaient) les attributions que donnaient à leurs titulaires les privilèges officiels qu’ils venaient de recevoir. Quatre des cinquante-neuf paragraphes des instructions au comte d’Aytona, insistaient sur ces limitations :

  • 40 AHN Consejos Lib 2388 f° 66 v° et 67 r° (entre ces deux feuillets et en milieu de phrase, l’écritu (...)

Aunque en el Privilegio de lugarteniente general, se os da facultad tan cumplida como vereys para hazer qualesquiera remissiones y compossiciones de crímenes, encargamos os mucho que en ninguna manera las hagays de los que fueren calificados y enormes [...]
También se os da facultad de armar los cavalleros que quisiéredes, en esto seremos servido y assí os lo encargamos y ordenamos que no armeys ninguno porque los que se arman cavalleros son después muy grande estorbo en las cortes y demás de la pesadumbre que dan algunos, impiden nuestro servicio a lo qual conviene prevenir con tiempo.
Asimismo, teneys facultad, en el dicho privilegio para conceder licencias y salvos conductos pero seremos servido y assí os lo encargamos y ordenamos que en ninguna manera los deis para Argel, ni otras tierras de enemigos nuestros [...]
Y aunque en el dicho privilegio de lugarteniente general se os da poder tan cumplido como avéis visto, pero es nuestra voluntad y assí os lo ordenamos y encargamos que vos no uséis de la facultad de imponer sisas ni hazer pragmáticas, ni convocar cortes, ni proveáis officio ninguno desse Reyno sino solamente encomendarlos para durante nuestra mera y líbera voluntad [...] para que los sirvan entretanto que vos nos dais aviso dello y se provean aquí a quien más pareciere convenir, esto se entiende no siendo los tales officios alguno de los Regentes la cancillería, advogado fiscal, lugarteniente de Thesorero general, doctores de la Real audiencia, governadores, maestre Racional y bayles generales desse Reyno porque éstos, nuestra voluntad es que ni los proveáis ni encomendéis a ninguno, y excéptanse os estas facultades porque todas son cosas cuya provisión nos reservamos para nos40.

69La valeur symbolique de la représentation du pouvoir mise à part, l’activité du vice-roi se trouvait ainsi réduite au simple rôle de transmission d’informations et d’exécution des décisions prises en haut lieu.

  • 41 Salvador Esteban Emilia, Benítez Sánchez-Blanco Rafael, « Las instruccione reservadas de Felipe IV (...)

70À la lecture des cinquante-neuf chapitres qui composent les instructions données au comte d’Aytona, nous avons, nous aussi, été frappé par l’absence d’actualisation de ces conseils de gouvernement. Ceux donnés en 1581 reproduisaient presque intégralement les instructions de 1567. Celles-ci représentaient 70 % de l’ensemble des conseils de gouvernement donnés en 1642 au duc d’Arcos41. Seuls trois points, qui concernaient les conflits protocolaires entre le maestre racional et le baile de Valence, le salaire de l’alguazil de la prison et une dispute entre deux artisans qui prétendaient avoir chacun le monopole des travaux publics à Valence, développés en 1567, n’apparaissaient plus en 1581.

  • 42 Ibidem, p. 169-170.

71On ne peut donc croire que ces documents, trop vagues pour prétendre initier les ministres du roi aux subtilités de la politique valencienne, fussent d’une réelle importance stratégique. Emilia Salvador et Rafael Benítez ont fait remarquer l’absence d’allusion, en 1642, à la révolte qui secouait la Catalogne voisine. Cette troisième version des instructions réservées ne fait que corroborer le constat que faisaient les deux historiens valenciens. Bien que ces documents traduisent davantage la réalité que ce qu’indiquent les privilèges de nomination, ils ne sont pas pour autant de fidèles reflets des finesses de la vie politique du royaume de Valence42.

  • 43 Ibidem, p. 152.

72En revanche, nous ne partageons pas le point de vue d’Emilia Salvador ni de Rafael Benítez, qui donnent à ces instructions un caractère éminemment privé43. Certes, le fait que les instructions adressées au duc d’Arcos aient été découvertes parmi la documentation patrimoniale de ce lignage conservée dans le fonds Osuna, ainsi que le caractère quelque peu mystérieux de l’origine du document publié en son temps par Vicente Castañeda, qui n’indique d’autre provenance que celle de sa bibliothèque personnelle, ont pu faire croire, et nous l’avons cru également, qu’il s’agissait de conseils qui étaient personnellement adressés au vice-roi et à lui seul.

  • 44 À titre d’exemple, en 1585 lorsque le Valencien don Simón Frígola fut nommé vice-chancelier, tout (...)

73Or, nous avons trouvé les instructions destinées au comte d’Aytona dans un vulgaire registre de la chancellerie. Qui plus est, le document, tout comme celui dont Castañeda reproduisit une photographie de la dernière page, porte la signature de l’ensemble des membres du Conseil d’Aragon, qui n’étaient pas toujours, loin s’en fallait, d’une discrétion exemplaire44. Ces instructions, recopiées presque mot pour mot par des scribes consciencieux et contresignées par l’ensemble des magistrats de l’instance suprême de la couronne d’Aragon, n’avaient à notre avis rien de très confidentiel.

74Ce constat nous paraît être suffisamment important pour qu’on s’y arrête un moment. En effet, du caractère confidentiel de ces instructions dépendait leur valeur stratégique. Les registres de la chancellerie n’étaient certes pas accessibles à tout un chacun. Mais le simple fait que ces documents portent la signature du conseil d’Aragon au grand complet, peut nous assurer que les élites valenciennes ne devaient pas se faire beaucoup d’illusions quant aux attributions réelles de leur vice-roi.

75Outre ces prérogatives que les instructions royales réduisaient comme une peau de chagrin, puisque aucune décision d’envergure ne pouvait être prise sans l’accord de Madrid, il revenait au vice-roi de présider l’Audience de Valence. Nous reviendrons plus loin sur la genèse, le fonctionnement et le rôle de cet organe de gouvernement et de justice. On s’intéressera ici à l’équilibre qui devait exister entre ce qu’il est convenu d’appeler les deux instances territoriales supérieures de la monarchie.

  • 45 Canet Aparisi La Audiencia..., op. cit., p. 66 à 69 et p. 103 à 104.

76À la fin du xvie siècle, la balance ne penchait plus en faveur du vice-roi. Teresa Canet Aparisi a mis en lumière comment, en ce point d’inflexion que constituait la publication de la pragmática de 1572, s’inversaient définitivement les termes de l’équilibre entre les deux autorités45.

  • 46 Ibidem, p. 13 à 90.
  • 47 Benítez SánchezBlanco, « El virreinato... », op. cit., p. 73.

77Alors qu’au début du siècle, l’Audience n’exerçait auprès du vice-roi qu’un rôle de conseil, comparable à celui qu’exerçait le Conseil d’Aragon auprès du monarque, ses attributions s’étaient vues progressivement renforcées46. En vertu de la pragmática de 1572, la présence et le vote du représentant du monarque n’étaient plus nécessaires pour que le tribunal valencien pût exercer son activité. S’il votait, il devait le faire en dernier afin de ne point influencer les magistrats. À titre d’anecdote, si les intempéries rendaient peu commodes les déplacements, l’Audience ne se réunissait plus au palais royal où résidait le vice-roi, mais au domicile du régent du tribunal47.

  • 48 Lalinde Abadía, La institución virreinal..., op. cit., p. 387.

78Dans l’administration de la justice, le rôle du vice-roi devenait secondaire par rapport à celui de l’Audience. Cette situation était identique à celle que Jesús Lalinde a décrite en Catalogne comme étant significative du passage d’un système où un lieutenant général était assisté d’un conseil de magistrats à celui où une Audience était présidée par un vice-roi48.

  • 49 Lettre citée par Benítez Sánchez-Blanco, « El virreinato... », op. cit., p. 73.
  • 50 Ibidem.

79Ce recul au second plan, derrière les letrados de l’Audience, qu’entérinait l’ordonnance de 1572, diminuait encore le prestige déjà entamé de la charge de vice-roi de Valence. Alors qu’il était pressenti pour exercer cette fonction en 1572, le duc d’Arcos fut averti, par un de ses employés qui s’était rendu à Valence pour y préparer l’installation de son maître, de la promulgation d’une pragmática « [que] en el Consejo de Aragón se avía hecho [...] tan en desonor del virrey de aquel Reino »49. Don Luis Cristóbal Ponce de León, duc d’Arcos, refusa finalement d’exercer une charge, dont il avait compris l’ampleur de la dévalorisation50.

80La très grande dépendance des vice-rois à l’égard du roi, mais aussi des magistrats du Conseil d’Aragon et de l’Audience, se reflétait parfaitement dans la pratique quotidienne du pouvoir.

81L’exemple du comte d’Aytona donne la mesure de l’ambiguïté du rôle du vice-roi dans le jeu politique et institutionnel. Sans doute de tous les vice-rois valenciens, don Francisco de Moncada y Folch de Cardona est celui qui a laissé, à juste titre, l’image la plus empreinte d’autoritarisme et d’interventionnisme dans les affaires locales. On prête généralement ce zèle à la simple traduction de la politique délibérément autoritaire de Philippe II. D’ailleurs, le mandat du comte, nettement plus long que la coutume (quatorze ans au lieu de trois) semble confirmer la satisfaction qu’on avait en haut lieu de ce ministre que l’on craignait tant à Valence.

82Cependant, la correspondance officielle de l’époque de son mandat regorge de rappels à l’ordre où l’on condamne explicitement ses initiatives. Au cours de l’année 1584, trois affaires donnèrent au roi l’occasion de réprimander le comte qui avait agi sans en référer préalablement au conseil d’Aragon ou à l’encontre de ce que préconisait l’Audience.

83Après l’arrestation des assassins présumés de l’Amiral d’Aragon, le vice-roi avait décrété que l’on pouvait commencer l’instruction du procès. Aytona reçut une première lettre du 10 novembre dans laquelle on lui rappellait :

  • 51 AHN Consejos Lib 2389 f° 123.

Tocante a lo de Gaspar Monsoriu, estareys advertido que diversas vezes os ha sido encargado que no se procediesse en el negocio del Almirante [...] sin que avisando primero a lo que ahy se fuere haziendo, se dé orden para ello de acá51.

84Un autre courrier du 27 novembre 1584 révèle que le vice-roi n’avait pas tenu compte de ces avertissements :

  • 52 AHN Consejos Lib 2389 f° 135 v°.

Visto lo que dezís tocante al particular de Monsoriu, según lo que se os scrivió los días pasados y ultimamente, ha sido de gran admiración que no embargante aquello, hayáis permitido se tractasse de su negocio, porque en ninguna manera lo haviades de consentir52.

85La deuxième affaire était plus ancienne. En 1582, micer Tomás Cerdán de Tallada, éminent juriste et abogado fiscal de l’Audience avait fait l’objet de plaintes qui mettaient en cause l’honnêteté de ses procédés. Le vice-roi l’avait fait emprisonner. Déjà cette procédure avait été critiquée par le roi car elle remettait en question l’autorité de l’Audience. Mais deux ans plus tard, la suspension de Cerdán de Tallada était levée et il en sortait blanchi de tout soupçon. L’initiative du comte d’Aytona était alors fermement désavouée :

  • 53 AHN Consejos Lib 2389 f° 45 v°.

De aquí adelante, quando os paresciere que haya razón para proceder a suspensión de algún official de semejante calidad estareys advertido de avisarnos dello y espere [sic] nuestra orden53.

86De la même façon, lorsque le marquis d’Albaida, don José Alonso Milán de Aragón avait violemment insulté certains magistrats de l’Audience, l’ordre ferme avait été donné au vice-roi de ne rien faire sans avoir préalablement reçu l’accord du Conseil d’Aragon.

87On pourrait apporter d’autres exemples similaires qui montrent la complexité et l’ambiguïté des rapports établis entre Philippe II et le comte puis marquis d’Aytona. D’une part la prolongation de son mandat et la concession du titre de marquis étaient des preuves tangibles que l’on approuvait à Madrid la façon dont le vice-roi conduisait sa politique. Par ailleurs, l’abondance des réticences et des réprimandes, officiellement notifiées au marquis d’Aytona par l’intermédiaire du conseil d’Aragon, laisse planer un doute sur la fermeté de ce soutien.

88S’agissait-il d’un habile double langage à destination des magistrats valenciens et de leurs réseaux de parents et de fidèles dont les ramifications s’étendaient jusqu’au plus profond de la société valencienne ? Dans cette hypothèse, cela aurait permis de préserver l’image d’un roi attentif aux requêtes de ses sujets, tout en rejetant implicitement la responsabilité des excès du pouvoir sur le seul vice-roi, réduit au rôle peu enviable de « fusible » garantissant l’intégrité de l’image sacralisée du monarque. Nous ne disposons pas des éléments qui permettraient de répondre sans ambiguïté à cette délicate question.

  • 54 ACA CA Leg 651 Exp 6/90.

89Toujours est-il qu’on ne récompensa pas comme il se devait un serviteur si dévoué. La veuve du marquis d’Aytona, sollicita une première fois la gratification que les services de son défunt époux méritaient. Malgré l’avis favorable du Conseil d’Aragon qui proposa de lui verser une pension de deux mille ducats, Philippe II ne donna pas suite à cette requête. Trois ans après le décès du marquis, doña Lucrecia Gralla renouvelait sa demande, alléguant que celui-ci avait servi « con tanta efficacia que por ello fue odioso ». Cette fois, on refusa catégoriquement, prenant prétexte des difficultés financières de la monarchie54.

  • 55 ACA CA Leg 651 Exp 1/4 et voir chapitre I.

90Ingratitude cynique du monarque envers un fidèle serviteur que l’on avait maintenu en poste jusqu’aux derniers jours de sa vie ou désaveu final des méthodes excessivement autoritaires qu’il avait employées ? Là encore, on s’interrogera. Mais en 1597, devant les brillants succès que venait de remporter le duc de Lerma en tant que titulaire de la vice-royauté valencienne, l’éclat de ceux du marquis d’Aytona s’était sans doute terni. D’autant plus que le duc de Lerma, nous l’avons mentionné dans le premier chapitre, avait réussi précisément là où avait échoué l’autoritaire marquis : en quelques mois, il était parvenu à faire accepter aux représentants du royaume de Valence la concession volontaire d’une somme de 100 000 ducats alors que don Francisco de Moncada avait essayé en vain pendant cinq années, d’obtenir le même résultat55. Il venait aussi d’organiser la mise en place de la première armée régulière valencienne, les milices effectives. Par la négociation, les avancées du pouvoir royal avaient été beaucoup plus sensibles que par les pratiques autoritaires du marquis d’Aytona.

91On se gardera cependant de donner une image par trop réductrice de l’alter nos royal. Certes, dans la plupart des domaines, il ne pouvait agir qu’avec l’accord du monarque et le plus souvent, après que le Conseil d’Aragon eut donné son avis. Si sa présence nominale restait indispensable à l’existence même de l’Audience puisqu’en cas de vacance de la charge, celle-ci perdait tout pouvoir juridictionnel, sa présence effective n’était plus requise pour le fonctionnement normal du tribunal. Le vice-roi ne disposait plus que d’un pâle reflet des attributions et du prestige du monarque : l’audience du vendredi au palais royal, la responsabilité des affaires militaires que lui conférait son titre de capitaine général du royaume, le protocole enfin, qui faisait de lui le premier personnage du royaume.

92Cependant, sa présence à Valence n’en était pas moins essentielle en ce sens qu’il représentait la personne royale, pour le meilleur et pour le pire, sera-t-on tenté de dire, dans les négociations avec les représentants des institutions locales, mais aussi auprès de la société valencienne tout entière.

93Mais sans doute, le plus important obstacle auquel se heurtait le vice-roi était-il son mandat éphémère de trois courtes années. Alors qu’il était pourchassé par la garde du vice-roi, Leandro Escals, un curieux bandit valencien qui, par amour pour la belle Calixta Cardona, s’était engagé avec son rival Vicent Adell, dans une lutte sans merci qui avait pris un tour de sanglante guerre de clans, rassurait en ses termes sa bienaimée :

  • 56 Gandoulphe Pascal, « Désordre amoureux / désordre politique : un aspect des luttes de clans dans l (...)

Sólo te digo que no me embaraça el virrey aunque se quede quanto y más que se va por mayo, y ansí en esta parte no tienes que reparar56.

94Alors qu’au palais royal de Valence, un vice-roi en remplaçait un autre, dans la société valencienne, les bandits, les nobles turbulents, mais aussi les magistrats, les gouverneurs et les autres représentants de la couronne se maintenaient en place. De tous les agents du roi, son alter nos était celui qui pouvait le moins inscrire son action dans la durée. Ce rôle qui n’était plus le sien, était désormais dévolu à d’autres instruments du pouvoir royal.

III.3 L’Audience royale

95De loin la mieux connue des institutions de la monarchie espagnole dans le royaume de Valence, grâce aux récents travaux de Teresa Canet Aparisi, la Real Audiencia occupait, conjointement avec le vice-roi, la plus haute place dans la hiérarchie des instruments du pouvoir royal.

III.3.1 Genèse et renforcement de l’Audience valencienne

96Créé par Ferdinand le Catholique en 1506, ce tribunal d’administration et de justice s’est progressivement consolidé tout au long du xvie siècle.

  • 57 Voir à ce sujet, Dominguez Ortiz Antonio, El Antiguo Régimen : Los Reyes Católicos y los Austrias, (...)

97L’établissement d’une nouvelle cour de justice dans le royaume de Valence, s’inscrivait tout d’abord dans une dynamique plus générale : celle de l’organisation de l’État par les Rois Catholiques au tournant du xve siècle, et dans les premières années du xvie siècle57.

98On décida en 1486 de réorganiser la Chancellerie de Valladolid. En 1494 fut établie celle de Ciudad Real, qui fut ensuite transférée en 1505 à Grenade. À la même époque on redéfinit la composition et les attributions des grands Conseils, celui de Castille en 1480 et celui d’Aragon en 1494.

  • 58 Canet Aparisi, La Audiencia..., op. cit., p. 19-20.

99Dans ce contexte, la complexité des institutions de la couronne d’Aragon rendait encore plus urgente qu’en Castille, la nécessité d’implanter, dans chaque royaume, une cour de justice aux compétences élargies à l’ensemble du territoire. Le Conseil d’Aragon étendait ses attributions sur tous les états membres de la confédération, mais il siégeait en Castille, dans l’entourage du roi. À l’échelon local, l’administration de la justice était entravée par les conflits de compétence des différentes instances dont les champs d’action se chevauchaient. Justicias municipaux, cours des gouverneurs et des bailes, et Audience du vice-roi se partageaient l’espace juridique, souvent sans respect de leurs strictes attributions. Le Conseil d’Aragon se voyait submergé par les pourvois en appel58.

100La création de l’Audience en 1506, institutionnalisait la présence permanente d’un tribunal sous la tutelle directe du monarque. C’était en effet le roi ou le prince héritier, ou en cas d’absence, leur représentant local, c’est-à-dire le vice-roi, qui exerçaient la présidence nominale de l’Audience. Ils devaient être assistés dans cette tâche par le vice-chancelier de la couronne d’Aragon ou en son absence, par le régent de l’Audience appelé regente de la Cancillería. Du centre à la périphérie, c’était le même organigramme d’État que l’on reproduisait : l’organisation du Conseil d’Aragon inspirait celle de l’Audience territoriale et l’ensemble que composaient le roi, le vice-chancelier et le Conseil était transposé à l’échelon local par celui que formaient le vice-roi, le régent et l’Audience.

101La pragmática de 1506, qui fixait à huit le nombre de juges qui feraient partie de l’Audience, laissait au représentant du monarque la liberté du choix de ces magistrats. Ceux-ci pourraient continuer à se consacrer à leur activité privée tout en siégeant à l’Audience valencienne.

102Dès l’année suivante, de nouvelles dispositions vinrent renforcer la toute nouvelle Audience. Son double rôle, à la fois de tribunal ordinaire et de cour suprême du royaume de Valence, était réaffirmé. Il était précisé que seule une sentence rendue par l’Audience, à l’exclusion de toute autre cour de justice du royaume, pouvait être examinée en appel au Conseil d’Aragon. Par la même ordonnance, la monarchie s’efforçait d’en consolider la stucture : désormais au nombre de quatre, les magistrats devaient se consacrer exclusivement à leurs fonctions officielles et abandonner toute activité privée parallèle.

  • 59 Ibidem, p. 26-33.

103De sa naissance à la réforme décisive de 1543, l’Audience connaîtra des vicissitudes que Teresa Canet a minutieusement retracées59. Il semble que l’empereur écouta les virulentes critiques que les représentants du royaume, réunis en Cortès en 1542, manifestèrent au sujet du fonctionnement de l’institution, puisque dès la clôture de l’assemblée, la suspension de l’activité de l’Audience fut prononcée. Les décisions de justice étaient très lentes, les procédés des magistrats, qui n’étaient rétribués que par un prélèvement sur les condamnations qu’ils prononçaient, n’étaient pas toujours d’une honnêteté exemplaire.

  • 60 Ibidem, p. 34-38.

104La suspension du tribunal dura jusqu’à ce que fût promulguée la pragmática de 1543. Cette nouvelle ordonnance ne modifiait par sensiblement les attributions de l’Audience. Elle établissait en revanche un véritable réglement interne du fonctionnement de l’institution ainsi qu’un code de procédure qui régulait son activité. Deux années plus tard, les magistrats de l’Audience commençaient à recevoir un salaire fixe qui venait s’ajouter aux seuls émoluments qu’ils percevaient jusqu’alors60.

105L’étape essentielle de ce que Teresa Canet a dénommé la maturité institutionnelle de l’Audience fut atteinte en 1564. Quelques jours après la première visite de Philippe II à Valence, à l’issue des Cortès qui s’étaient tenues à Monzón, le monarque fit publier la pragmática de Siete Aguas qui allait définir le profil que garderait l’Audience jusqu’à sa suppression par les décrets de Nueva Planta au xviiie siècle. La pragmática, qui synthétisait et complétait les décision prises pendant les Cortès instituait la séparation de la cour en deux salles spécialisées, l’une dans les affaires civiles et l’autre dans le domaine criminel.

106Désormais, les réformes que connut l’Audience n’altérèrent en profondeur ni ses attributions ni sa structure. À l’issue des Cortès de 1585, on fonda une seconde chambre chargée des affaires civiles afin d’accélérer le traitement des dossiers. À la demande des représentants du royaume elle fut supprimée en 1604 pour augmenter le nombre de magistrats chargés des causes criminelles, mais celle-ci fut rétablie par pragmática en 1607. La dernière innovation consista en la création en 1645 de deux sièges de capa y espada réservés à la noblesse valencienne. Telle fut sa configuration jusqu’à la suppression de l’Audience en 1707.

III.3.2 Fonctionnement et composition de l’Audience

107Tout en se voyant confirmée dans son rôle de conseil auprès du vice-roi, l’Audience avait été progressivement émancipée de la tutelle du représentant du monarque en matière de justice. Dans ce domaine, les mesures prises en 1572, nous l’avons évoqué précédemment, marquaient désormais la claire supériorité des magistrats sur leur président nominal, le vice-roi.

108Il s’agissait désormais de la pièce maîtresse de l’appareil de l’État à l’échelon territorial. L’action de cette institution permanente au service de la consolidation du pouvoir monarchique allait être complémentaire de celle qu’exerçait le vice-roi. À ce dernier revenait la représentation symbolique du pouvoir personnel du monarque, l’important travail de négociation avec les élites locales, le commandement militaire du royaume et enfin la transmission des ordres et des informations. L’Audience, quant à elle, travaillerait en profondeur pour la défense et le respect de la loi et de l’intérêt général que prétendait incarner la monarchie, face aux intérêts particuliers des seigneurs, des corps et des groupes de pression locaux. La même condition de « naturalité » qui était exigée aux magistrats du Conseil d’Aragon, s’appliquait aux membres du tribunal territorial.

  • 61 Graullera Sanz Vicente, « Los regentes de la Audiencia valenciana en la época foral », Dels Furs a (...)

109En ce qui concernait le régent de l’Audience, la condition de naturalité qui apparaissait dans la pragmática de 1506, disparut de celle de 1507. Mais il fallut attendre 1555 pour que l’on nommât le premier régent catalan. Cette tendance à nommer des régents « étrangers « commença à la suite du jugement de résidence du régent Fillibert en 1550, qui fut accusé de trafic d’influences61. De 1555 à 1596, quatre régents catalans se succédèrent à ce poste. Ensuite, à partir de 1596, on revint à la nomination de régents valenciens. On ne peut s’empêcher de voir dans ce retour des natifs du royaume, certains des effets de la politique du marquis de Denia qui venait de prendre ses fonctions à la vice-royauté de Valence.

  • 62 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 80 à 95.

110Les autres letrados de l’Audience étaient tous des Valenciens. Au cours des deux siècles de l’activité du tribunal, le nombre d’oidores des salles civile et criminelle oscilla entre quatre et onze, non compris les deux conseillers de capa y espada qui furent intégrés à l’institution en 1645. À ces magistrats, il fallait ajouter le lieutenant de trésorier général, délégué du trésorier qui siégeait au Conseil d’Aragon, chargé d’encaisser les amendes infligées par les tribunaux territoriaux, et l’abogado fiscal qui conduisait l’accusation dans les affaires où était transgressé l’ordre public. L’activité de ces derniers n’était pas limitée aux délibérations de l’Audience et s’étendait, dans leurs domaines respectifs, à tous les tribunaux valenciens62. Aux Cortès de 1585, fut décidée la nomination de quatre magistrats, les relatores, dont l’activité consisterait à dresser les comptes rendus des procès, charge qui jusqu’alors incombait aux oidores. La première nomination n’intervint qu’en 1590 et la charge fut supprimée par les Cortès de 1604.

  • 63 Ibidem, p. 103-114.

111À l’échelon inférieur, deux procuradores fiscales secondaient l’abogado fiscal dans le suivi de l’instruction et le respect des sentences rendues. Les tâches essentiellement bureaucratiques étaient effectuées par les escribanos, dont Teresa Canet décrit précisément les attributions et le profil63.

112Tant dans les affaires civiles que criminelles, l’appartenance des magistrats à la société valencienne était un fait déterminant dans l’exercice de leurs fonctions. Lorsqu’en 1623 l’Audience eut à juger d’un procès pour meurtre dans lequel le principal accusé était don Juan Vich, baile général d’Orihuela, elle se trouvait, d’après le vice-roi, marquis de Tavara, dans l’impossibilité d’exercer ses attributions :

  • 64 ACA CA Leg 623 Exp 14.

Con la muerte del doctor Valles que hera juez de la caussa de don Juan Vique, han quedado en el consejo criminal don Cosme Fenollet y don Pedro Rejaule. Don Cosme es muy pariente, él o su mujer destos cavalleros de Agres y don Pedro tiene particular amistad con la cassa del conde de Alaquas, y éstos muy estrecha con la de don Juan, y aunque es bien cierto que no por eso don Pedro dejaría de cumplir con sus obligaciones, todavía a parecido que tiene inconveniente. Y si quisiera averme valido de algún juez de las dos salas civiles, la de don Marco Antonio Cisternes es la que trata de su contención y en la del doctor Ariño, manda su Magd que el doctor Tárrega y don Melchor Cisternes no traten della. Con lo que viene a quedar sólo el doctor Ariño que fuera de sus achaques ordinarios, está muy cargado de causas civiles64.

113Tout autant que les magistrats valenciens du Conseil d’Aragon, ceux de l’Audience étaient dans la situation singulière de représenter à Valence un pouvoir que la société valencienne percevait comme de plus en plus castillanisé.

114Ici encore, l’étude des hommes et des relations qu’ils entretenaient avec leur milieu permettra de mieux comprendre le fonctionnement d’une institution que l’on ne peut se limiter à présenter comme un instrument entièrement dévoué aux seuls intérêts de la monarchie.

III.4 L’autonomie surveillée des villes royales

115Parallèlement au développement d’instruments de gouvernement et de justice à l’échelon du royaume tout entier, la couronne chercha à exercer un contrôle sur les principales villes royales.

III.4.1 Le racional de Valence

  • 65 Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 39 à 41.
  • 66 Gaspar Escolano cité par Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 40, Ginar Nofre Berthomeu, Re (...)

116La charge de racional de la ville de Valence existait depuis la fin du xive siècle65. À l’origine, il s’agissait d’un personnage dont le rôle consistait essentiellement à se consacrer au contrôle des finances municipales. On sait peu de choses sur les premiers temps de cet administrateur de la municipalité, si ce n’est que son mandat était triennal, ni sur le moment exact où son rôle prit une coloration nettement politique. À ce sujet la bibliographie ancienne n’est pas du tout explicite : Escolano, de même que les juristes valenciens Tarazona et Ginart, ne fait allusion qu’aux attributions financières du racional66.

  • 67 Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 40-41.
  • 68 Ibidem, p. 68 à 92 et plus généralement tout le chapitre III.
  • 69 Ibidem, p. 197-198.

117D’après Ernesto Belenguer Cebrià, c’est afin de se consacrer tout entier à une Catalogne en guerre civile pendant les années 1462-1472, que le roi se serait reposé, pour la gestion des affaires du royaume de Valence, sur la personne de Guillem Çaera qui occupa le poste de racional de le ville pendant vingt et un ans67. À la mort de celui-ci en 1477, s’ouvrit une période de tensions entre les représentants de la ville, soucieux de retrouver une part de l’autonomie perdue pendant le long mandat de Çaera, et Jean II puis Ferdinand le Catholique, qui souhaitaient continuer à disposer d’un homme de confiance en contrôlant la nomination du racional qui incombait légalement au Conseil de la ville68. Cette période incertaine se solda par une claire victoire du roi qui, en 1488, inaugura la pratique de nommer lui-même les nouveaux racionales sans en référer aux autorités municipales69.

  • 70 Ibidem, p. 201-203.

118L’enjeu de la nomination du racional était double. Disposer du pouvoir de nommer ce contrôleur des finances municipales était s’assurer d’un droit de regard sur le trésor de la capitale du royaume. On sait que Ferdinand n’hésita pas à utiliser ces ressources pour aider au financement de la dernière étape de la reconquête de Grenade70. Mais d’autre part, à travers le racional, c’était aussi l’ensemble du gouvernement municipal, les jurats, équivalents des regidores castillans, que l’on pouvait contrôler.

  • 71 La liste complète des villes valenciennes ayant reçu un privilège d’insaculación es donnée par Alb (...)
  • 72 Ibidem, p. 93-97.

119À la différence de plusieurs des capitales de la couronne d’Aragon comme Barcelone, Saragosse, Majorque et des principales villes valenciennes, Játiva, Orihuela, Alicante, et Castellón71, et malgré les requêtes du Conseil de Valence, les membres du gouvernement municipal n’étaient pas choisis par tirage au sort (insaculación) mais à partir d’une liste que proposait au roi le racional de la ville72. Or tant que ce fonctionnaire municipal était nommé par le Conseil, l’autonomie de la capitale était garantie. Il en allait tout autrement si celui-ci était choisi par le roi.

120La nomination du racional allait suivre désormais la procédure classique : le vice-roi envoyait la proposition de trois noms, le Conseil en proposait un, le roi décidait. On ne nommait certainement pas des individus dont on n’était pas certain de la fidélité. En 1589, le vice-roi proposait parmi les trois candidatures, celle de Juan Jerónimo Perpiñán :

  • 73 ACA CA Leg 626 Exp 2/1.

Ha sido diputado del Reyno, y tenido otros offiçios de la ciudad y en todo se ha havido muy bien y en lo que se ha offresçido del servicio de V. Md. en la diputaçión y en la casa de la ciudad se ha empleado con mucha voluntad, particularmente en el serviçio extraordinario de que se trató siendo él jurado73.

121Bien que le Conseil d’Aragon eût choisi de proposer l’un des deux autres candidats (« El más conveniente de los nombrados con ventaja muy conosçida es Vicente Vidal ») le roi se décida pour Perpiñán, dont le curriculum montrait qu’il était déjà un fidèle serviteur de la monarchie.

  • 74 Felipo Orts Amparo, El centralismo de nuevo cuño y la política de Olivares en el País Valenciano. (...)

122Jusqu’à la concession fort tardive du privilège de tirage au sort, octroyé une première fois en 1634 contre le paiement de la somme de 20 000 livres (il fut retiré en 1646 pour être à nouveau accordé en 1648) les listes annuelles des candidats aux fonctions de jurat furent élaborées par le racional en collaboration avec le vice-roi74. Ensuite, la liste, ou ceda, était envoyée au Conseil d’Aragon et la procédure de désignation était identique à celle des officiers royaux. Enfin à partir de la liste envoyée par le roi, on procédait à l’élection des six jurats qui allaient présider aux destinées de la ville pendant une année.

  • 75 ACA CA Leg 651 Exp 39.

123En 1589, le racional Nofre Martorell et le marquis d’Aytona envoyèrent la ceda des douze ciudadanos et d’autant de caballeros au Conseil d’Aragon. Les magistrats proposèrent d’en rayer quatre et de les substituer par d’autres personnes de leur choix. Le roi décida la radiation de trois d’entre eux et s’en remit au vice-roi pour le sort du quatrième75. La pratique était courante, le contrôle de la machine municipale élaboré par Ferdinand fonctionnait à merveille.

III.4.2 Les autres villes royales

  • 76 Bernabé Gil David, Hacienda y mercado urbano en la Orihuela foral Moderna, Alicante, 1989, 309 p., (...)

124D’autres villes du royaume connaissaient également la figure du racional parmi leurs officiers municipaux, mais leurs attibutions loin d’être comparables à celui de Valence, semblent avoir davantage été limitées au domaine financier76.

  • 77 Ibidem, p. 23.

125À Orihuela, cette charge fut créée lors de la réforme du gouvernement municipal qui eut lieu à l’occasion du renouvellement de la concession du privilège d’insaculación en 1568. Le racional y avait, d’après David Bernabé Gil, tout pouvoir juridictionnel pour entreprendre les démarches de recouvrement des dettes que les particuliers avaient envers la ville d’Orihuela77.

  • 78 Alberola Romà, « Els municipis... » op. cit., p. 446.

126Le cas d’Alicante était similaire bien que dans cette ville l’office existât depuis, semble-t-il, le xve siècle avec des attributions limitées aux affaires financières78. Cependant, les premières nominations par privilèges royaux conservées dans les registres de la chancellerie datent de 1574 et il est probable qu’une réforme des institutions municipales ait eu lieu peu avant cette date. Le choix de l’officier municipal se faisait à partir d’une liste de trois noms envoyée par les jurats d’Alicante au Conseil d’Aragon. En 1602, après avoir demandé au vice-roi, comte de Benavente de s’enquérir des qualités des trois candidats, celui-ci répondait que :

  • 79 ACA CA Leg 633 Exp 6/1.

Por ser este officio de importancia, y fiel de la hazienda de aquella ciudad, pudieran ser mejores sugetos los propuestos79.

  • 80 ACA CA Leg 653 Exp 63.

127Il semble, d’après un document de 1608 envoyé au Conseil d’Aragon, qu’il y eût à Alicante une alternance entre cavallers et ciutatans à chaque mandat d’un nouveau racional. On procédait à une insaculación préalable, les jurats tiraient au sort trois noms dans le sac (la bolsa) des caballeros ou des ciudadanos selon l’alternance. La liste des trois noms tirés au sort était ensuite envoyée au Conseil d’Aragon80.

  • 81 ACA CA Leg 653 Exp 83/2.

128En ce qui concerne la ville de Játiva, un racional fut directement nommé par le roi à partir d’une liste de trois candidats élaborée par le conseil municipal à partir de 159181.

129Malgré les attributions différentes dont jouissait cet officier municipal selon qu’il s’agissait de celui de Valence ou des autres villes du royaume qui en possédaient un, il était, au sein des gouvernements municipaux, l’homme du roi, comparable ainsi au corregidor castillan. Celui de Valence contrôlait les finances et les nominations des officiers d’une ville qui, ne l’oublions pas, encaissait chaque année plus d’argent que ne le faisaient les deux bailías du royaume.

130La maîtrise qu’exerçait la couronne sur cet homme au mandat triennal était capitale pour la cohérence de l’appareil de l’État.

131Bien qu’ils s’inscrivent dans une continuité de la délégation et de la représentation du pouvoir royal, déjà une réalité au Moyen Âge, les quatre instruments de pouvoir qu’étaient le Conseil d’Aragon, les vice-rois, l’Audience et les racionales, se différenciaient des autres institutions royales par leur dépendance directe et exclusive, du moins en théorie, vis-à-vis de la monarchie. Ils représentaient, de ce fait, les pièces-clés de l’État monarchique dans le royaume de Valence.

Notes

1 Molas Ribalta Pedro, Consejos y audiencias en el reinado de Felipe II, Valladolid, 114 p., Vicens Vives Jaime, « Estructura administrativa estatal en los siglos xv y xvii », Obra dispersa, tome 2, Barcelone, 1967, p. 359377, Tomas Y Valiente Francisco, Gobierno e instituciones en la España del Antiguo Régimen, Madrid, 1982, 316 p., Pérez Bustamante Rogelio, El gobierno del Imperio español : los Austrias (1517-1700), Madrid, 2000, 586 p. et, pour une approche plus générale : La frustración de un Imperi (1476-1714), Historia de España dirigida por Manuel Tuñón de Lara, Labor, tomo V, Barcelone, 1989, 508 p. et Dominguez Ortiz Antonio, El Antiguo Régimen : Los Reye Católicos y los Austrias, Historia de España dirigida por Miguel Artola, Madrid, 1988, 448 p.

2 Voir à ce sujet Escudero José A., Los secretarios de Estado y Despacho 1474-1724, Madrid, 1969 et, en ce qui concerne la question des validos, Tomas Y Valiente Francisco, Los Validos en la monarquía española del siglo xvii, Madrid, 1963, 216 p.

3 On trouvera une excellente synthèse sur l’évolution des institutions valencienne dans Alberola Romà Armando, « El panorama institucional valenciano durante l época foral », Poder político e instituciones en la España moderna, p. 67-92, Alicante, 1992, 193 p.

4 Goubert Pierre ; Roche Daniel, Les Français et l’Ancien Régime, Paris, 1991, 2 volumes, vol I, p. 198.

5 Cette question, dans le domaine de l’exercice de la justice est particulièrement bie analysée dans la première partie de Pérez García Pablo, El Justicia criminal de Valenci (1479-1707). Una magistratura urbana valenciana ante la consolidación del Absolutismo, Valence, 1991, 479 p., p. 25 à 128.

6 Sans prétendre à l’exhaustivité, nous citons ici les principaux travaux, ouvrage publiés ou thèses qui abordent la question des institutions royales dans la couronn d’Aragon. Une évaluation de l’exacte marge de manoeuvre des viceroi valencien a fait l’objet de trois articles édifiants : Salvador Esteban Emilia, « Poder central poder territorial. El Virrey y las Cortes en el Reino de Valencia », Estudis 12, 1985-86, p. 928, Valence, 1986, 242 p., Benítez SánchezBlanc Rafael, « El virreinato d Valencia en el « cursus honorum » de un noble andaluz : designación y renuncia de Duque de Arcos (1571-1572) », I° Congreso de Historia del País Valenciano, Vol III, p. 65-81, Valence, 1976, 854 p. et de Salvador Esteban Emilia, Benítez SánchezBlanc Rafael, « Las instrucciones reservadas de Felipe IV al Duque de Arcos, virrey de Valenci (1642) », Estudis no 13, p. 151-170, Valence, 1989, 306 p. L’audience de Valence fait l’objet des deux livres de Canet Aparisi Teresa, La Audiencia valenciana en la époc foral moderna, Valence, 1986, 279 p. et La Magistratura Valenciana en la época fora moderna, Valence, 1990, 299 p.. On citera enfin les travaux de Pérez García Pablo, E Justicia criminal de Valencia (1479-1707). Una magistratura urbana valenciana ante l consolidación del Absolutismo, Valence, 1991, 479 p., Bernabé Gil David, Monarquía y patriciado urbano en Orihuela, 1445-1707, Alicante, 1990, 252 p., Belenguer Cebrià Ernest, València en la crisi del segle XV, Barcelone, 1976, 380 p., Gil Pujol, De las alteraciones... op. cit., Lalinde Abadía Jesús, La institución virreinal en Cataluña (1476-1716), Barcelone, 1964. et La gobernación general en la Corona de Aragón, Madrid-Saragosse, 1963, 574 p. et Colas Latorre J. A., Sala Ausens Gregorio, Aragón en el siglo xvi. Alteraciones sociales y conflictos políticos, Saragosse, 1982, 664 p.

7 Salrach José María, « La Corona de Aragón », p. 199-364, Feudalismo y consolidación de los pueblos hispánicos (siglos XI-XV), Historia de España dirigida por Manuel Tuñón de Lara, tomo V, Barcelone, 1987, 475 p., p. 296.

8 Garcia de Cortazar José Angel, La Época Medieval, Historia de España dirigida por Miguel Artola, Vol 2, Madrid, 1988, 425 p., p. 353.

9 Ibidem.

10 Molas Ribalta Pedro, op. cit., p. 87 à 89.

11 ACA CA Leg 1 Exp 26.

12 I. ACA CA Lib 12, 20 et Vol 110 et 216.

13 La question a été étudiée plus largement par B.

14 Gandoulphe Pascal, op. cit. La monnaie catalane est légérement plus faible que la valencienne : 1 sou barcelonais vaut environ 0,95 sous valencien. La livre vaut 20 sous.

15 Arrieta Albendi Jon, op. cit., p. 362.

16 ACA CA Leg 16, document du 20 juillet 1623.

17 Bennassar Bartolomé, « Un État, des États », Le Premier âge de l’État en Espagne 1450-1700, p. 69 à 86, Paris, 1989, 414 p., p. 85.

18 Pérez Joseph, « España moderna (1474-1700) Aspectos políticos y sociales », La frustración de un Imperio (1476-1714), Historia de España dirigida por Manuel Tuñón de Lara, tome V, Barcelone, 1989, p. 137 à 262, p. 231.

19 AHN Consejos Lib 2065 f° 201 r° à 207 v°.

20 Le fonctionnement et les attributions ont été étudiés par Jon Arrieta Albendi, op. cit.

21 Escudero José, op. cit., Francisco Tomas Y Valiente, op. cit.

22 ACA CA Leg 1 Exp 16.

23 Jon Arrieta Albendi, op. cit., p. 84.

24 Ibid., p. 86.

25 ACA CA Leg 623, 624 et 625 (nous n’avons utilisé ici que les documents qui recueillaient tous les avis que l’on se proposait de prendre en compte).

26 James Casey, op. cit., p. 202.

27 Ibidem, p. 203.

28 ACA CA Leg 624 Exp 22/1 et 23/3.

29 James Casey, op. cit., p. 203.

30 Cité par Jon Arrieta Albendi, op. cit., p. 71.

31 Les archives familiales des comtes de Benavente furent transmises à la maison d’Osuna. Elles se trouvent actuellement incluses dans le fonds du même nom de l’Archivo Histórico Nacional. Nous avons consulté plusieurs liasses dans lesquelles se trouvaient des lettres du roi.

32 Mis à part l’ouvrage de Mateu Ibars Josefina, Los virreyes de Valencia. Fuentes para su estudio, Valence, 1963, 404 p., il n’existe pas d’étude exhaustive de la viceroyaut valencienne, comparable à celle de Lalinde Abadía Jesús, La institución virreina en Cataluña (1476-1716), Barcelone, 1964. Plusieurs chercheurs ont abordé la question sous l’angle de l’étude du mandat d’un vice-roi particulier : Pinilla Pérez de Tudel Regina, El virreinato conjunto de doña Germana de Foix y don Fernando de Aragón (1526-1536). Fin de una revuelta y principio de un conflicto, Thèse de doctorat (inédite), Université de Valence, 1982., Salvador Lizondo María Dolores, Los Virreinatos de los Duques de Maqueda y de Segorbe (1553-1563) : Configuración del bandolerismo, presión islámica y problemática de sus gobiernos, Thèse de doctorat (inédite), Universit de Valence, 1986-87., Piles Almela María Antonia, El virreinato interino de don Joan LLorens de Vilarrasa, (octubre de 1563-mayo de 1567), Mémoire de maîtrise (inédit), Université de Valence, 1981, 350 p. dont un résumé a été publié dans la revue Estudis 9, Universidad de Valencia, 1982., Vila Lopez Cristina María, Un triennio crítico en e virreinato de Valencia : 1640-1643, Mémoire de maîtrise (inédit), Université de Valence, 1972-73. Enfin, la question est abordée d’une façon plus générale par Guía Marín Luis Julián, Felipe IV y los avances del autoritarismo real en el País Valenciano : Las cortes de 1645 y la guerra de Cataluña, Thèse de doctorat, Valence, 1976.

33 Lalinde Abadía Jesús, « Virreyes y Lugartenientes medievales en la Corona de Aragón », p. 97-172, Cuadernos de Historia de España, Buenos Aires, 1960, La gobernación general en la Corona de Aragón, Madrid-Saragosse, 1963, 574 p., La institución virreinal en Cataluña (14761716), Barcelone, 1964., Canet Aparisi Teresa, « La administración real y los antecedentes históricos de la audiencia moderna », Estudis 11, Valence, 1985, p. 740., Mateu Ibars, op. cit.

34 Belenguer Cebrià, op. cit., p. 19 à 21 et « Precisiones sobre los comienzos del virreinato en Valencia durante la época del rey católico », I° Congreso de Historia del País Valenciano, Vol III, p. 47-53, Valence, 1976.

35 Id, València..., op. cit. p. 98-101.

36 Ibidem, p. 230.

37 La réalité des attributions du vice-roi a été étudiée avec lucidité par Salvador Esteban, « Poder central... », op. cit.

38 Castañeda Vicente, « Las instrucciones de Felipe II al Conde de Benavente para la gobernación del reino de Valencia, 1566 », Boletín de la Real Academia de la Historia, tomo CXXIV, variedades, p. 451-471, Madrid, 1949, 488 p. et Salvador Esteban Emilia, Benítez Sánchez-Blanc Rafael, « Las instrucciones reservadas de Felipe IV al Duque de Arcos, virrey de Valencia (1642) », Estudis 13, p. 151-170, Valence, 1989, 306 p.

39 AHN Consejos Lib 2388 f° 58 r° à 69 r°.

40 AHN Consejos Lib 2388 f° 66 v° et 67 r° (entre ces deux feuillets et en milieu de phrase, l’écriture et l’orthographe changent : le document a été recopié par deux personnes différentes).

41 Salvador Esteban Emilia, Benítez Sánchez-Blanco Rafael, « Las instruccione reservadas de Felipe IV al Duque de Arcos, virrey de Valencia (1642) », Estudis 13, p. 151-170, Valence, 1989, 306 p., p. 164.

42 Ibidem, p. 169-170.

43 Ibidem, p. 152.

44 À titre d’exemple, en 1585 lorsque le Valencien don Simón Frígola fut nommé vice-chancelier, tout Valence était déjà au courant avant même que la nomination fût officiellement annoncée, ce qui avait provoqué la colère du comte de Chinchón qui voyait là l’illustration de la force des liens qui unissaient les régents avec les groupes d pression locaux.

45 Canet Aparisi La Audiencia..., op. cit., p. 66 à 69 et p. 103 à 104.

46 Ibidem, p. 13 à 90.

47 Benítez SánchezBlanco, « El virreinato... », op. cit., p. 73.

48 Lalinde Abadía, La institución virreinal..., op. cit., p. 387.

49 Lettre citée par Benítez Sánchez-Blanco, « El virreinato... », op. cit., p. 73.

50 Ibidem.

51 AHN Consejos Lib 2389 f° 123.

52 AHN Consejos Lib 2389 f° 135 v°.

53 AHN Consejos Lib 2389 f° 45 v°.

54 ACA CA Leg 651 Exp 6/90.

55 ACA CA Leg 651 Exp 1/4 et voir chapitre I.

56 Gandoulphe Pascal, « Désordre amoureux / désordre politique : un aspect des luttes de clans dans le royaume de Valence au xviie siècle. », p. 267-286, Mélanges offerts au Professeur Guy Mercadier, Presses de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1998, ACA CA Leg 584 Exp 25/7, année 1645.

57 Voir à ce sujet, Dominguez Ortiz Antonio, El Antiguo Régimen : Los Reyes Católicos y los Austrias, Historia de España dirigida por Miguel Artola, Madrid, 1988, 448 p., p. 18-24 et Joseph Pérez, Isabelle et Ferdinand : Rois Catholiques d’Espagne, Paris, 1988, 486 p., p. 150-172.

58 Canet Aparisi, La Audiencia..., op. cit., p. 19-20.

59 Ibidem, p. 26-33.

60 Ibidem, p. 34-38.

61 Graullera Sanz Vicente, « Los regentes de la Audiencia valenciana en la época foral », Dels Furs a l’Estatut, Actes del I Congrés d’Administració Valenciana : de la Història a la Modernitat, Valence, 1992, p. 691-700.

62 Canet Aparisi, La Magistratura..., op. cit., p. 80 à 95.

63 Ibidem, p. 103-114.

64 ACA CA Leg 623 Exp 14.

65 Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 39 à 41.

66 Gaspar Escolano cité par Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 40, Ginar Nofre Berthomeu, Repertori general y breu sumari per orde alphabetich de totes les materies dels Furs de Valencia fins les Corts del Any 1604 inclusive, y dels Privilegis de dita ciutat y Regne, Copie en facsimilé, Valence, 1608-1990, 321 p., p. 196, Tarazona Pere Hieroni, Institucions dels Furs, y Privilegis del Regne de Valencia. e o Summari e Reportori de aquells, En la estampa de Pedro Huete, Valence, 1580, Copie facsimilé, Valence, 414 p., p. 55.

67 Belenguer Cebrià, València..., op. cit., p. 40-41.

68 Ibidem, p. 68 à 92 et plus généralement tout le chapitre III.

69 Ibidem, p. 197-198.

70 Ibidem, p. 201-203.

71 La liste complète des villes valenciennes ayant reçu un privilège d’insaculación es donnée par Alberola Romà Armando, « Els municipis reialencs valencians durant l’època foral moderna : estructura política i funcionament », Dels Furs a l’Estatut, Actes del I Congrés d’Administració Valenciana : de la Història a la Modernitat, Valence, 1992, p. 443-456. Les villes de Játiva, Villajoyaosa, Orihuela, Alcira, Castellón de la Plana, Villareal, Alicante l’ont reçu entre 1427 et 1459, au début du xvi</pc>e siècle, ce fut au tour d’Alcoy, de Jijona et d’Onteniente. Entre 1561 et 1604, les villes de Bocairente, Ibi, Ollería, Carcagente, Liria, Biar, Caudete et Penáguila reçurent ce privilège. Enfin, dans le deuxième quart du xvii</pc>e siècle, Bañeres de Mariola, Muchamiel, Valence, Callosa, Jérica, Agullent et Almoradí furent dotées du privilège de tirage au sort des officiers municipaux.

72 Ibidem, p. 93-97.

73 ACA CA Leg 626 Exp 2/1.

74 Felipo Orts Amparo, El centralismo de nuevo cuño y la política de Olivares en el País Valenciano. Fiscalidad, control político y hacienda municipal (1621-1634), Valence, 1988, 291 p., p. 193 à 210.

75 ACA CA Leg 651 Exp 39.

76 Bernabé Gil David, Hacienda y mercado urbano en la Orihuela foral Moderna, Alicante, 1989, 309 p., p. 23.

77 Ibidem, p. 23.

78 Alberola Romà, « Els municipis... » op. cit., p. 446.

79 ACA CA Leg 633 Exp 6/1.

80 ACA CA Leg 653 Exp 63.

81 ACA CA Leg 653 Exp 83/2.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search