Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Première partie. Espace et pouvoirs

Chapitre II. Les contraintes institutionnelles

Texte intégral

1Ce territoire valencien à la physionomie tourmentée, désarticulé par de multiples frontières faisait partie intégrante de l’ensemble plus vaste qu’était la Monarchie hispanique. Partout où il s’exerçait, le pouvoir du monarque sur l’espace et sur les hommes qui le peuplaient connaissait des limites. Il fallait deux journées pour qu’un courrier rapide parti de Madrid pût rejoindre Valence à marche forcée. Mais ensuite, pour se rendre au plus profond des vallées de la Sierra du Maestrazgo ou dans les villages morisques de la Sierra de l’Espadán, ce n’étaient plus les routes royales qu’il fallait emprunter, mais d’étroits et mauvais chemins qui brisaient à grand-peine l’isolement de ces lieux reculés. Là-bas, l’autonomie des représentants du roi ou des autorités locales était très grande, tout comme la liberté des seigneurs ou celle de leurs administrateurs qui exerçaient le pouvoir au quotidien en l’absence des maîtres qui le plus souvent résidaient à Valence.

2À celles qu’infligeaient les contraintes géographiques, la difficulté des transports, leur lenteur, s’ajoutaient les limites institutionnelles qu’imposait la nature du régime seigneurial. Enfin, plus qu’en Castille, le pouvoir de la monarchie dans les pays de l’ancienne couronne d’Aragon était limité par la nature des relations qui, au fil de l’histoire, s’étaient établies entre le roi et ses royaumes.

II.1 Le roi et le royaume : ordre politique et régime foral

3Bien qu’il fût constamment tenu de négocier avec les autres sources de pouvoir, le pouvoir monarchique en Castille avait toujours refusé de se laisser lier par des accords explicites qui auraient signifié un quelconque partage officiel de ses prérogatives. En revanche, la négociation formelle d’un pacte juridique de gouvernement avec le royaume représenté par des corps constitués était pour les monarques aragonais, l’indispensable condition de la reconnaissance de leur souveraineté.

  • 1 Ladero Quesada Miguel Angel, « La genèse de l’État dans les royaumes hispanique médiévaux (1250-145 (...)

4C’est ainsi que pour être légitimement reconnu, tout nouveau monarque devait prêter le serment du respect des fueros, ou furs en langue vernaculaire, devant chacun des royaumes aragonais réunis en Cortès. Ce n’était qu’après cette cérémonie qu’il recevait l’hommage des représentants du royaume auxquels il s’était adressé. En Castille, c’était l’inverse1.

5Les raisons de cette différence radicale sont à chercher dans l’histoire particulière des deux États hispano-chrétiens qui, dès les premiers temps de la Reconquête, développèrent deux modèles différents de construction d’un ordre politique.

6Les comtés de la Marca hispanica conquis par les Francs furent fédérés sous l’autorité des comtes de Barcelone sous la forme d’un véritable État féodal. L’union dynastique avec les rois d’Aragon donna naissance à une union de royaumes au sein de laquelle, tout en reconnaissant un seul et même roi, chacun des royaumes qui la composaient pouvait maintenir ses particularités institutionnelles.

7Ces caractéristiques étaient du reste fort semblables d’un territoire à l’autre. Tant en Aragon qu’en Catalogne, le roi et les représentants du royaume, constitués en États ou trois brazos, (quatre en Aragon où l’ordre nobiliaire était dédoublé en deux catégories distinctes) clergé, noblesse et représentants des villes royales, exerçaient conjointement le pouvoir législatif et décidaient ensemble du montant de la contribution financière apportée à la couronne. Tous les trois ans, les Cortès devaient être réunies et le pacte de gouvernement explicitement renouvelé.

8C’est de ce modèle d’organisation politique, qu’il qualifie d’État d’Ordres, dont Miguel Angel Ladero Quesada souligne les difficultés d’évolution vers l’État moderne, entendu comme formation politique qui exerce son pouvoir de façon uniforme sur l’ensemble de son territoire.

9Au contraire, les royaumes chrétiens de l’ouest de la Péninsule ne possédaient pas une structure politique proprement féodale. Leur processus de regroupement fut très différent du modèle fédératif des comtats catalans. L’union des premiers États chrétiens en un seul royaume, celui d’Oviedo puis de León, sa réunion avec le jeune royaume de Castille, se firent selon le principe de l’assimilation simple du plus faible par le plus fort.

10Ensuite, tout au long du processus de Reconquête, le royaume de Castille et de León intégra les terres reprises aux Maures et les soumit à son système juridique, jetant ainsi les fondements d’une monarchie péninsulaire et uniforme, à l’image, selon les grandes chroniques castillanes rédigées à la fin du Moyen-âge, de celle des derniers rois wisigoths dont les souverains revendiquaient l’héritage politique.

11À l’est de la Péninsule, les choses étaient fort différentes. Les monarques catalano-aragonais créèrent de nouvelles entités territoriales, qu’ils dotèrent de constitutions particulières inspirées de celles de l’Aragon ou de la Catalogne. Qu’ils fussent le fruit de la Reconquête péninsulaire ou de l’expansion en Méditerranée, les nouveaux territoires vinrent s’ajouter aux composantes originelles de cette union de royaumes. C’est ainsi que furent créés les royaumes des Baléares, de Valence, de Sardaigne et de Sicile, pures constructions politiques en ce qui concernait les terres reprises aux Maures, simples inclusions qui maintenaient presque intactes les structures du pouvoir en place dans le cas des autres territoires.

  • 2 Urbieta Arteta Antonio, Orígenes del reino de Valencia : cuestiones cronológica sobre su reconquist (...)

12En 1239, le royaume de Valence reçut sa constitution, la costum, peu après ce qu’on peut considérer comme la première réunion des Cortes qui eut lieu en 1238, l’année même de la prise de la capitale du Turia par les troupes conduites par Jacques Ier2.

13Tout au long du Moyen-âge, malgré les multiples modifications du corpus législatif valencien, discutées et adoptées pendant les Cortès du royaume, rien ne changea de façon substantielle l’ordre politique établi.

14Pour le royaume de Valence, qui n’avait jamais été le seul territoire d’un monarque « national », l’union dynastique des rois de Castille et de la couronne d’Aragon ne supposait pas une rupture profonde avec la situation antérieure. Il ne s’agissait après tout que du mariage des souverains qui maintenait intacte la spécificité de chacun des États. Tout au plus la nouveauté consacrait-elle l’absentéisme d’un monarque que, de toutes façons, on voyait peu à Valence. Les réformes institutionnelles apportées par Ferdinand à la structure de l’État n’avaient rien à voir avec une quelconque tentative d’uniformisation des deux couronnes.

15Pas plus que le mariage d’Isabelle et de Ferdinand, la transmission héréditaire à la nouvelle dynastie des Habsbourg, n’allait apporter de modification majeure aux deux modèles d’organisation politique en présence. Qui plus est, le caractère largement multinational de la monarchie espagnole, récemment étendue aux terres du Nouveau Monde et auquel était venu s’ajouter l’héritage bourguignon de Charles, se trouva renforcé par l’élection de celui-ci à la tête de l’Empire. Cette situation rendait tout à fait normale la coexistence de multiples formes de gouvernement à l’échelle locale soumis à un même centre de décision, la cour.

16Celle des Rois Catholiques était itinérante. Le couple royal se déplaçait de ville en ville, occupant ainsi la totalité de l’espace qu’il soumettait à son pouvoir. Cette mobilité du centre de décisions de la monarchie perdura, quoique selon d’autres modalités, pendant le règne de Charles Quint où, lors des longues et fréquentes absences de l’empereur, le gouvernement était confié à une régence. En revanche, Philippe II, qui résida presque en permanence à proximité des grands conseils de gouvernement, exerça une tutelle directe sur les organes centraux de la monarchie désormais installés à Madrid.

17Dans toutes les possessions de ce vaste ensemble, la question cruciale était celle de l’articulation entre un centre de décisions unique, établi depuis peu au cœur de l’espace castillan, et des territoires qui, de ce fait, acquéraient une position périphérique au sein de la monarchie.

18À Valence, comme dans le reste des pays de la couronne d’Aragon, le fonctionnement des structures politiques héritées de l’État d’Ordres, rendait cette articulation plus épineuse encore. Dans ce contexte, une lourde responsabilité allait peser sur les hommes chargés d’exercer le pouvoir au nom d’un roi que l’on percevait désormais de plus en plus castillan.

19Là encore, les fueros du royaume de Valence imposaient une limite de taille à l’exercice du pouvoir : les hommes exerçant dans les institutions royales devaient obligatoirement posséder la « naturalité » valencienne. Celle-ci était acquise pour toute personne née dans le royaume de Valence de parents valenciens, elle pouvait être concédée conjointement par le roi et les représentants du royaume réunis en Cortes.

20À l’exception des vice-rois que la couronne pouvait nommer quelle que fût leur nationalité, des régents de l’Audience qui pouvaient être des ressortissants des autres royaumes de la couronne d’Aragon, tous les autres agents du pouvoir royal devaient être des Valenciens.

  • 3 Molas Ribalta Pedro, Consejos y audiencias en el reinado de Felipe II, Valladolid, 114 p., p. 86-87

21En Castille, le monarque pouvait exiger qu’on lui proposât, pour officier dans l’une des deux chancelleries et dans les audiences du royaume, des magistrats qui ne fussent pas originaires des régions où ils allaient devoir exercer leurs fonctions. Ce faisant, on créait les conditions d’une mobilité géographique des serviteurs de l’État qui limitait leur dépendance par rapport au milieu sur lequel ils exerçaient leur activité3.

22Mais sur un territoire dont la population, vers 1600, n’excédait pas les 450 000 âmes, dont environ un tiers de morisques qui ne pouvaient bien entendu exercer aucune charge de l’administration royale, l’obligation de choisir les agents du pouvoir royal parmi les naturels valenciens était une contrainte de taille. Ces hommes chargés de faire respecter à Valence le pouvoir d’un monarque que l’on identifiait de plus en plus nettement avec le royaume voisin, étaient aussi des acteurs de la société valencienne qu’ils étaient chargés de gouverner.

23La sédentarisation du centre de toutes les décisions au cœur de l’espace castillan n’apportait aucune modification au morcellement politique de la couronne d’Aragon. L’eût-il voulu, le roi était mis dans l’impossibilité, à l’heure de choisir les hommes chargés d’y servir l’État, de puiser dans un vivier plus large que celui qu’offrait le royaume de Valence.

II.2 Le roi face aux Cortès

  • 4 Salvador Esteban Emilia, « Poder central y poder territorial. El Virrey y las Corte en el Reino de (...)

24Tout cela ne saurait laisser croire à un immobilisme total des institutions royales à Valence. La réalité est bien sûr plus complexe. Les études les plus récentes admettent que tout en respectant l’ordre constitutionnel en vigueur, le roi était loin d’avoir les mains liées face aux représentants du royaume. Lorsque le système était trop contraignant et les résistances trop fortes, on n’hésitait pas non plus à passer outre la stricte légalité4. Déjà à l’époque des Rois Catholiques, les trois royaumes aragonais avaient finalement dû accepter, après maintes protestations juridiquement imparables, l’établissement sur leurs territoires des tribunaux de l’Inquisition.

25Simple signe de la volonté implacable d’un monarque ou preuve d’un irrémédiable affaiblissement des institutions représentatives du royaume ? Sans doute les deux à la fois. Mais il est certain que la lente décadence que connurent les assemblées parlementaires de la couronne d’Aragon s’amorça en cette fin du xve siècle.

  • 5 Ibidem, p. 24 à 26.

26Cela est vrai plus encore pour celles de Valence que pour les Cortès d’Aragon ou de Catalogne. Charles Quint les réunit six fois et respecta presque la périodicité des réunions, tous les trois ans, établie par les fueros de Valence. En revanche, Philippe II ne siégea que deux fois face aux représentants valenciens en quarante-trois ans de règne. Il avait cependant présidé les Cortès de 1547 en l’absence de son père, profitant ainsi de l’occasion pour prêter serment en tant que prince héritier. Mais après son avènement, il avait attendu sept années avant de réunir les parlements de la couronne d’Aragon. On était loin du délai d’un mois que prescrivaient les constitutions valenciennes à tout nouveau monarque pour se faire reconnaître par les Cortès. Philippe III ne rencontra le parlement qu’une seule fois, en 1604 et Philippe IV le fit deux fois, en 1626 et 1645. En cette année 1645, les Cortès valenciennes célébrèrent leur dernière assemblée de l’Époque moderne car Charles II ne les convoqua jamais5.

  • 6 Lario Dámaso de, El comte-duc d’Olivares i el Regne de València, Valence, 1986, 369 p., passim.

27La diminution progressive de la fréquence de ces réunions ne peut être qu’un signe manifeste de la réduction inexorable de l’importance du rôle législatif que jouait l’assemblée. Avec Dámaso de Lario et Emilia Salvador Esteban, il faut aussi convenir que les Cortès valenciennes étaient des forces d’opposition et de proposition de moins en moins efficaces6.

28Cela était dû principalement à la faiblesse de la représentativité des Cortès dans leur ensemble tout autant qu’à la composition de chacun des trois brazos. Le militaire et l’ecclésiastique ne représentaient que les catégories privilégiées du royaume, le reste de la population n’était présent qu’à travers les délégués des villes royales.

  • 7 Casey James, op. cit., p. 232 et 233.
  • 8 Hermann Christian, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988, 339 p., p. (...)

29Le brazo ecclésiastique était formé par l’archevêque de Valence et des trois évêques dont les diocèses se trouvaient dans le royaume, celui de Segorbe, celui d’Orihuela créé en 1564 et celui de Tortosa, dont le diocèse s’étendait de part et d’autre de la frontière entre Valence et la Catalogne. Venaient ensuite quatre représentants de chacun des chapitres des mêmes villes. Le groupe était complété par un commandeur de chacun des cinq ordres militaires présents sur le territoire valencien (Montesa, Saint-Jacques, Alcántara, Calatrava, les hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem) enfin les abbés des grands monastères cisterciens de Valldigna, Benifasá et Poblet (de Catalogne), les prieurs de la chartreuse de Valldechrist, des hiéronymites de San Miguel de los Reyes et le général de la Merced siégeaient au sein du brazo eclesiástico. De ces dix-neuf personnes, James Casey en compte neuf qui étaient directement dépendantes de la couronne : les trois évêques, l’archevêque et la totalité des cinq représentants des ordres militaires. À ces neuf personnes, il ajoute le représentant du chapitre de la cathédrale d’Orihuela dont la quasi totalité des membres étaient nommés par le roi et celui de la cathédrale de Valence dont les chanoines, suffisamment proches des cercles du pouvoir pour prétendre à des charges d’évêque n’allaient pas mettre en péril leur carrière en s’opposant à la couronne7. De plus, le roi nommait le Prieur du monastère de San Miguel de los Reyes qui était sous patronage royal8 ainsi que celui des mercedarios. Il est incontestable que le roi détenait dans ce corps une majorité plus que confortable.

  • 9 Salvador Esteban Emilia, « Las cortes de Valencia », Las Cortes de Castilla y León en la Edad Moder (...)

30Les représentants des villes royales étaient choisis parmi les membres des oligarchies municipales. Les cinq sindics de la ville de Valence faisaient partie du gouvernement municipal et à ce titre, ils avaient tous été désignés avec l’assentiment du roi. Il s’agissait du jurat en cap, du racional, de l’un des avocats ordinaires et des deux sindics de la ville. Les autres villes royales étaient au nombre de vingt-deux en 1510, puis leur nombre augmenta jusqu’à trente-deux en 1645, elles possédaient chacune une voix contre les cinq dont disposait Valence9. Les querelles intestines entre les sindics de Valence, qui réclamaient pour eux seuls la moitié des voix du brazo real, et ceux des autres villes du royaume étaient un facteur important d’affaiblissement de ce corps. Leurs délégués n’échappaient pas non plus totalement au contrôle du roi. Certes celui-ci avait moins de moyens directs de contrôle que vis-à-vis des sindics de la capitale, mais il savait récompenser les bonnes volontés.

31Enfin, seul le brazo militaire échappait, du moins en théorie, au contrôle direct du roi, puisque quiconque ayant apporté la preuve de son appartenance aux groupes des cavallers, des generosos ou des nobles, pouvait en faire partie. Dans la pratique, le plus fourni des trois brazos (entre 250 et 500 participants selon les époques) ne jouissait pas d’une totale indépendance. James Casey et Dámaso de Lario ont parfaitement mis en évidence le jeu des clientèles, qui depuis le sommet de l’État pouvait mobiliser des groupes entiers d’individus en faveur d’une cause particulière.

  • 10 Gandoulphe Pascal, « Les finances de la bailía general de Valence (1555-1624) : moyens et reflets d (...)
  • 11 Lario Dámaso de, op. cit., p. 139.

32Une grande partie de la noblesse valencienne dépendait aussi de la faveur du roi pour sa subsistance. Dans un article publié en 1993, nous avons souligné que, de 1555 à 1624, la couronne avait pu redistribuer à la noblesse locale, plus de 30 % de ses revenus valenciens sous formes de pensions et d’aides ponctuelles et que le flux de ces grâces royales connaissait des pics pendant les mois précédant les réunions des Cortès de 1563-64, 1585 et 160410. Le roi était source d’honneur, ne l’oublions pas. Dámaso de Lario a montré comment la promesse de la concession d’une pension ou d’un habit d’ordre militaire étaient d’excellents moyens pour concilier les esprits les plus rétifs11.

  • 12 Gil Pujol Xavier, De las alteraciones a la estabilidad. Corona, fueros, política en e reino de Arag (...)

33Il n’y avait à cela rien d’étonnant. Gagner la loyauté des dirigeants locaux par un bon usage du patronage royal était la clé du fonctionnement du corps politique, peut-être autant que l’étaient les progrès du fonctionnement de l’administration12.

  • 13 Casey James, op. cit., p. 248.

34Le pouvoir royal savait aussi, moins souvent il faut le reconnaître, user de l’intimidation pour arriver à ses fins. James Casey a mentionné comment après les Cortès de 1626, on fit emprisonner deux des membres de la noblesse valencienne qui s’opposaient trop farouchement à la levée d’une taxe supplémentaire13.

II.3 La Diputación del general

35Plus encore que dans le choix et le contrôle des représentants des trois brazos, c’est dans le mode de sélection des délégués de ceux-ci à la diputación del general (la Généralité valencienne) que se faisait pressante l’intervention de la couronne.

  • 14 Pour une étude des origines et du fonctionnement de la Généralité, nous renvoyon à la lecture de l’ (...)

36Chargée du recouvrement des sommes que les Cortès avaient décidé de concéder au roi, la Généralité était composée de six députés, six contadores, trois administrateurs et autant de clavarios, soit un total de dix-huit postes dont le mandat était triennal et que se partageaient à parts égales les trois brazos14. Les représentants des villes et du clergé, nous l’avons vu, tombaient plus facilement que les autres sous l’influence de la couronne. En 1581, le comte d’Aytona qui venait de prendre ses fonctions de vice-roi de Valence, informait le roi des affaires de la Généralité :

  • 15 ACA CA Leg 632 Exp 7, le 6 décembre 1581.

Y por hablar en cosas de la generalidad, digo que es y será siempre de importancia tener en la diputación, personas inclinadas al servicio de V. Md al cual conviene que el general de la Merced, que es uno de los diputados eclesiásticos acabe su triennio en la diputación, y cumpliéndose el tiempo de ser general dentro de seis meses, y el que le ha de succeder en este offo, no le succede en el de diputado, sino que se hará extractión de otro, que puede no ser conviniente, me ha parezido advertir dello a V. Md, diziendo que convendría mucho que se le alargasse el ser general, hasta que acabasse el triennio de diputado, porque haze muy bien lo que le toca, y tiene partes de intelligencia en las cosas de la diputación, modo y expedientes para lo que del servicio de V. Md se offrece, y con muy aparejado ánimo de servir, y assí sería notable la falta que haría por haver algunos hombres arrimados a opiniones particulares15.

37En ce qui concernait les délégués de la noblesse, plus n’était besoin de vaincre les résistances par les coûteux procédés que nous avons mentionnés plus haut. C’était le roi lui-même qui établissait la liste des nobles et des cavallers à partir de laquelle les députés et les autres délégués de la Généralité allaient être tirés au sort, tous les trois ans, par le système de l’insaculación.

38C’était donc par le contrôle des hommes que passait celui des corps constitués qui auraient pu entraver l’exercice du pouvoir royal.

39Certes, l’institution valencienne n’était qu’un pâle reflet de ses homologues catalane et aragonaise. Si leurs attributions en matière financière étaient semblables, l’institution valencienne, de création plus récente, n’avait pas pu élargir ses compétences au domaine politique. Ce n’était pas la Généralité valencienne qui incarnait la représentation du royaume en dehors des sessions des Cortès.

II.4 Les estamentos

40Ce rôle était l’apanage des estaments qui étaient une émanation des trois États siégeant aux Cortès. Ce qui les différenciait des trois brazos, c’était une représentativité encore plus faible de la société valencienne. L’estament real se réduisait aux seuls représentants de la ville de Valence à l’exclusion de toute autre ville royale. Quant à celui de la noblesse, seuls y siégeaient ceux qui résidaient dans la capitale.

  • 16 ACA CA Leg 651 Exp 87/1, 90/1, 91/1 et 2.

41Là aussi le roi se permettait d’intervenir si bon lui semblait. En 1591, la répression des troubles de Teruel battait son plein et les estaments valenciens se réunirent pour examiner la situation. Tout en demandant que la procédure respectât pieusement les constitutions valenciennes, on menaça de destitution le sindic de l’estament militar, don Gaspar Mercader, fils du seigneur de Buñol, puis on lui retira son habilitation de familier du Saint-Office. Il était soupçonné de vouloir manipuler les représentants de la noblesse à de seules fins personnelles. Il est beaucoup plus probable que son soutien manifeste à certains séditieux de Teruel et la décision d’envoyer une ambassade pour solliciter la clémence du roi pour les Aragonais, aient fortement déplu à celui-ci16.

42Mais c’était malgré tout aux estaments que se réduisait l’authentique force vive du royaume. La noblesse turbulente pouvait se mobiliser rapidement puisque tous vivaient à Valence. Loin du regard des ministres du roi, on y débattait plus aisément, parfois on y désignait des elects qui se chargeaient de prendre les décisions au nom des estaments. Mais sans cadre juridique ni politique précis, cet activisme était voué à l’échec, à l’impuissance. C’est en ce sens qu’il faut interpréter la continuelle demande que formulaient les elects, délégués des estaments, de pouvoir mettre sur pied une junte permanente, sorte de version politique de la diputación, qui aurait été chargée d’examiner les atteintes aux fueros qu’étaient supposés commettre les agents du pouvoir royal.

43Il fallut attendre les dernières Cortès de l’Époque moderne, celles de 1645, pour que cette requête fût satisfaite. Entre temps, il ne restait que la formation et l’envoi de délégations, on disait ambassades, à la Cour pour essayer d’y faire entendre ses doléances.

44Ces ambassades déplaisaient au roi. En cherchant à atteindre directement le monarque, ceux qui s’érigeaient en portevoix des revendications du royaume court-circuitaient la structure locale de la représentation de l’État.

  • 17 Salvador Esteban Emilia, Las cortes valencianas del reinado de Felipe II, Valence, 1974, LX p. + 17 (...)

45Aux deux réunions des Cortès du règne de Philippe II, on discuta de l’envoi des ambassades à la cour. En 156364, les représentants du royaume demandèrent que la Généralité participât à leur financement. La réponse du monarque fut sibylline : « Plau a sa Magestat, ab que no se envien embaxades, sino quant nos puga excusar, y ab lo menys gasto que ses pora ». Elle laisse entrevoir tout de même la condamnation du procédé. Vingt ans plus tard, la situation s’était modifiée et aux Cortès de 1585, c’était la liberté de pouvoir dépêcher des délégations à Madrid que réclamaient les représentants valenciens. C’était là un signe implicite du durcissement de l’attitude des représentants de la couronne à Valence. À cette demande, on répondit, cette fois, par une claire volonté normalisatrice. Les griefs des estaments devraient désormais être présentés au vice-roi, et seulement dans le cas où celui-ci ne résoudrait pas le conflit dans un laps de dix jours de temps, alors le roi admettrait que l’on pût envoyer une ambassade à la Cour. Un seul ambassadeur accompagné d’un magistrat formerait l’éventuelle délégation et il ne recevrait que quatre ducats par jour pendant le temps de l’absence de Valence, assortis de deux cents ducats de subvention17.

46C’est ainsi qu’en 1606, pour ne prendre qu’un exemple parmi tant d’autres, on essaya d’empêcher les estaments d’envoyer à Madrid don Juan Valltera pour protester contre la confiscation, au profit de la couronne, de la juridiction du comte d’Anna. Celui-ci avait résisté à l’autorité du lieutenant de gouverneur de Játiva qui avait arrêté l’un de ses fidèles :

  • 18 ACA CA Leg 603 Exp 70.

No solamente se resistió con armas prohibidas a ministro tan preeminente de V. Md como lo es el governador de Xátiva estando advertido por el que mirasse lo que hazía, sino que respondió que en su lugar y por su deudo, a todo aquello estava obligado, quitándole a su alguacil con violencia el preso que ya tenía en su pode18.

47Dès qu’elle fut prévenue de l’affaire, l’Audience prit la décision de confisquer la juridiction du coupable sur son comté. Immédiatement, les estaments se réunirent et protestèrent que cette mesure était contraire au for 67 de la législature de 1585 qui précisait qu’aucune confiscation ne pouvait être décidée avant que ne fût prononcée la sentence du procès, même si le délit était passible d’une telle condamnation. Il s’agissait en quelque sorte d’un vice de procédure qui mettait à mal les lois constitutives du royaume. Les estaments parlaient déjà de l’envoi d’une ambassade à Madrid pour obtenir réparation.

48Le régent de la vice-royauté, le Valencien don Jaime Ferrer, demanda, quant à lui, que l’on respectât la procédure établie par les Cortes de 1585, c’est-à-dire que l’on attendît les dix jours réglementaires avant de décider du départ de la délégation. Cinq jours après l’affaire, le choix de l’ambassadeur en la personne de don Juan Valltera était déjà établi.

49Pendant ce temps, le Conseil d’Aragon émettait un avis qui confirmait le bien-fondé de la procédure engagée par l’Audience, en tout point semblable à la démarche suivie dans des cas analogues, parfois de moindre importance. Mais le document qu’avaient rédigé les magistrats n’avait pas été signé par le roi suffisamment tôt pour qu’on pût l’envoyer à Valence avant la fin du délai des dix jours. On était donc certain à Madrid que l’ambassade était déjà partie. Sur ordre du roi (Esta carta buelbe firmada y el consejo tenga la mano en que se castiguen los culpados en la resistencia que se hizo a la justiçia) on envoya un courrier qui ordonnait à don Juan Valltera de rebrousser chemin et aux représentants des estaments de se présenter à don Jaime Ferrer :

  • 19 Ibidem.

En caso que [don Juan ] acuda donde V. Md se halla que se buelva a Valencia sin detenerse un punto, y se presente ante el Regente la Lugartenencia general, que aquí se hará lo mismo si llegare a dexarse ver, como se cree que lo intentará por averse entendido después, que partió ya a executar su embaxada, y agora se embía un portero con un mandato deste consejo que contiene lo mismo por si le topare en el camino, porque demás de todo lo dicho es bien que los estamentos entiendan que no en todos los casos les es lícito hazer embaxadas, y que sólo se les han de admitir las justas y fundadas en razon, y que fueren con licencia y approbación del ministro que en aquel Reyno representa la persona de V. Md, y a don Jaime [Ferrer] se le podrá responder que hable en esta conformidad a los electos de los estamentos y les diga el disgusto que V. Md recive de que en un caso como el presente quieran intentar los estamentos voluntariamente lo que tan contrario es al servicio de V. Md y al bien de aquel Reyno como impedir las execuciones de la justicia19...

50On remarquera que ce n’était pas le principe de l’ambassade en lui-même qui était récusé par le Conseil d’Aragon et par le roi, mais la nature du délit que venait de commettre le comte d’Anna. C’est qu’au-delà de l’anecdote, le conflit était de taille. Chacune des parties avait remis en cause le pouvoir de l’autre dans sa dimension la plus sensible : l’exercice de la justice.

  • 20 AHN Consejos Lib 2388 f° 104 v° et 178 v°.

51Dans d’autres cas, le roi savait faire preuve de plus de souplesse. En 1581, les représentants des trois estaments protestèrent contre la concession en la personne d’un « étranger » castillan d’un bénéfice ecclésiastique. Ils estimaient que c’était contraire aux fueros. Dans un courrier au vice-roi en date du mois de novembre 1581, on lui conseilla de faire patienter les estaments pendant qu’on demandait à l’ambassadeur auprès du Saint Siège d’obtenir la confirmation que le roi d’Espagne était dans son droit. En février 1582, le comte d’Aytona recevait l’ordre de faire amende honorable devant les estaments dont le Vatican avait confirmé le bienfondé de la requête20. L’affaire, il est vrai, dépassait la stricte compétence du pouvoir royal.

  • 21 ACA CA Leg 651 Exp 91/3.

52Souvent, c’était au tour du monarque et de ses représentants de rappeler les turbulents Valenciens au respect des fueros. Au mois de septembre 1591, les estaments envoyèrent un chevalier valencien en ambassade à Madrid en respectant la procédure établie. Mais au même moment, ils en chargeaient un autre, don Pedro Vilarrasa, de se rendre à la Cour avec les mêmes objectifs mais à l’insu du vice-roi. Il fut rappelé à l’ordre au nom de ces mêmes règles qu’on l’avait chargé de défendre auprès du roi21.

53Les sujets de conflits ne manquaient pas entre le roi et les représentants du royaume. Les tensions donnaient lieu parfois à d’étranges marchandages.

II.5 Le gouvernement du royaume : entre affrontement et recherche du consensus

  • 22 Garcia Martinez Sebastián, op. cit., p. 59 à 84.

54Deux affaires de première importance, qui se sont produites à vingt ans d’écart, nous semblent particulièrement édifiantes En 1585, le comte d’Aytona occupait la charge de vice-roi depuis quatre ans et sa politique implacable d’éradication du banditisme portait ses fruits, au mépris parfois du strict respect des fueros du royaume22. L’une de ses nombreuses ordonnances dont les estaments contestaient la conformité à la constitution valencienne, était celle par laquelle il avait exigé des seigneurs de morisques qu’ils apportent une contribution financière pour aider à la poursuite des délinquants. Parallèlement, depuis au moins deux ans, se déroulait une visite de contrôle des officiers de la Généralité qui laissait planer au-dessus des têtes de nombreuses personnalités valenciennes la menace des sanctions financières qui frappaient toute personne dont la gestion était mise en cause par ce procédé ou dont on découvrait qu’elle avait des dettes envers l’institution. Depuis deux ans, les protestations des estaments contre cette visite étaient régulières. À Madrid on écoutait les doléances et on s’efforçait de persuader les émissaires du royaume des bonnes intentions de la couronne.

55Au mois de mars 1585, Philippe II convoqua la réunion des deuxièmes Cortès aragonaises de son règne. Le roi et ses royaumes devaient se retrouver au mois de mai à Monzón. Le monarque n’y arriva qu’à la fin du mois de juin. Emilia Salvador Esteban a souligné l’abondance des plaintes formulées par les représentants des trois brazos motivées par les infractions aux fueros commises par les agents de la couronne dans le maintien de l’ordre public.

56Le 30 juillet, Philippe II, contraint à la négociation, écrivait au comte d’Aytona de suspendre l’exécution de son ordonnance relative à la contribution financière des seigneurs à la poursuite des bandits du territoire. Dans la même lettre, le roi décrétait la fin de la visite de la diputación et réprimandait à mots à peine couverts le comte d’Aytona pour avoir tant tardé dans son instruction :

  • 23 AHN Consejos Lib 2389 f° 154 r°, v°.

Y como diversas vezes se os ha scripto que diéssedes fin a los negocios de la visita de la diputación, porque yva a la larga y sea justo tengamos por cierto que la fidelidad y cuydado de los que dessean hazer sus officios tan cumplidamente como se espera de los que agora son officiales en la casa de essa generalidad meresca esta merced, seremos servido y os dezimos encargamos y mandamos que con todo effecto y de todo punto cesse la comissión de la dicha visita que teneys para esto23.

57Ce faisant, il contredisait en partie le contenu d’autres courriers antérieurs qui abordaient ce sujet. Mais la fin justifiait les moyens. Intimider la partie adverse, céder sur un sujet pour obtenir autre chose, voilà bien les règles de base de la négociation. Ce que l’ordre institutionnel ne permettait pas d’obtenir par la force pouvait toujours faire l’objet d’un compromis. Telle semblait être la pratique du jeu politique.

58La gestion des finances de la Généralité valencienne devait être suffisamment sujette à caution pour que la menace d’un contrôle exhaustif soulevât tant d’opposition. Vingt ans plus tard, Philippe III, conseillé par le duc de Lerma qui était un fin connaisseur de la réalité valencienne, allait renouveler l’expérience.

  • 24 Ciscar Pallares Eugenio, Las cortes valencianas de Felipe III, Valence, 1973, 211 p., p. 54 (for 97 (...)
  • 25 ACA CA Leg 654 Exp 2/1.
  • 26 ACA CA Leg 654 Exp 2/6, 2/7.

59Aux Cortès de 1604, on décida de soumettre certains officiers de la diputacion del general à l’examen de leur administration24. Cette mesure précisait que seuls étaient concernés les titulaires des charges permanentes et excluait de ce fait les officiers élus dont le mandat était triennal. Or, quelques mois plus tard, soulignant la gestion désastreuse des finances de la Généralité, le Conseil d’Aragon proposait au roi la nomination de l’Inquisiteur Figuerola, du tribunal de Saragosse, pour diriger une visite générale qui contrôlerait l’ensemble des officiers de la diputacion.25 On ne sait de qui venait l’initiative de ce détournement du for 97 des Cortès de 1604, mais ce fut bien en ces termes que commença la visite. La protestation des estaments ne se fit pas attendre. Ils dépêchèrent à la cour Baltasar Vidal de Blanes pour faire valoir leurs arguments, au demeurant juridiquement fondés. On le reçut puis on le renvoya à Valence avec une lettre du roi qui expliquait que cette visite ne pouvait que satisfaire les représentants du royaume qui ne cessaient de proclamer que la situation financière de la Généralité était mauvaise. Il en allait en somme du bien du royaume. Mécontents de cette réponse et ne faisant aucun cas des remarques sur l’inutilité de ces démarches coûteuses pour des finances précaires, ils envoyèrent un autre émissaire, Felipe Penarroja. Lui aussi fut reçu et renvoyé à Valence avec la même réponse. Pendant ce temps, la visite durait, les magistrats qui contrôlaient les comptes et les procédures découvraient d’énormes négligences dans la gestion des fonds de la Généralité. Trois ans passèrent, on dut déplorer la mort de l’Inquisiteur Figuerola et le remplacer. En 1608, les estaments, par la voix de don Ximen Pérez Juan qui était le troisième ambassadeur envoyé à Madrid aux frais de la diputación, renouvelaient leur requête de suspension de la visite. Le roi suivit l’avis des magistrats du Conseil d’Aragon qui était de poursuivre, quitte à admettre par la suite que les officiers mis en cause par la visite puissent faire appel de leurs condamnations auprès du Conseil Suprême dont c’était aussi les attributions26. On le pria de rentrer à Valence, ce qu’il ne fit pas, prétextant qu’il avait d’autres affaires à régler à Madrid. La tension monta d’un cran au début de l’année 1609.

60Un nouvel émissaire des estaments venait de rejoindre Ximen Pérez Juan à Madrid. Marco Antonio Penarroja avait quitté Valence sous un autre prétexte, mais le véritable motif de son séjour à la Cour était bien, pour lui aussi, d’obtenir la suspension de la visite et la promesse de ne pas faire exécuter les condamnations prononcées par les instructeurs avant que le Conseil d’Aragon n’examinât en appel les arguments de ceux qui avaient déjà été déclarés coupables de mauvaise gestion. En mars, il était rejoint à la Cour par don Jerónimo Ferrer qui s’en était allé de Valence sans en référer au vice-roi, le marquis de Caracena. À Madrid, trois émissaires essayaient chacun de leur côté d’infléchir la détermination du roi, pendant ce temps, à Valence où l’on tremblait des résultats de la visite, la tension était à son comble.

  • 27 ACA CA Leg 654 Exp 3/1, 3/2.
  • 28 Ibidem.

61En avril, le marquis de Caracena intervenait en faveur d’une rapide conclusion de la visite qui paralysait l’activité de la Généralité, ce qui, d’après lui, suffirait à calmer les esprits. Dans ce même courrier, il avertissait que si aucune décision en ce sens n’était prise, de nouveaux ambassadeurs chercheraient à se rendre à Madrid. Le Conseil d’Aragon, qui avait reçu la même information par d’autres sources, interprétait cette avalanche d’émissaires comme la volonté délibérée de saborder les finances de la Généralité que manifestaient les personnes dont les contrôleurs de la visite avaient mis en cause la gestion27. Le 28 juin, contre l’avis du vice-roi qui appelait à la modération, les magistrats conseillaient la plus grande fermeté à l’égard de ces représentants qui se discréditaient « haziendo causa general del Reyno lo que es particular suya »28.

62Quelques mois plus tard, contre toute attente, le roi communiquait sa décision de faire suspendre la visite et d’accorder son pardon aux personnes qui faisaient l’objet de poursuites de la part des magistrats instructeurs. Peu après, on proclamait l’expulsion générale des morisques du royaume. Malgré la ruine qui guettait certains de leurs domaines, peu nombreux furent les seigneurs qui protestèrent avec autant de virulence que les élus des estaments contre la visite de la Généralité.

63Certes, il n’y avait aucun lien apparent entre ces deux affaires, ni rien de commun. On ne peut nier que la portée religieuse de l’expulsion fût autre que celle d’un simple contrôle des finances de la diputación, ni que l’expulsion pût être présentée sous ses jours les plus avantageux à des seigneurs dont les revenus étaient inexorablement érodés par une inflation jusqu’alors inconnue. Mais le caractère inattendu de la suspension de cette visite qui avait duré près de cinq ans et la coïncidence avec la mesure d’expulsion, ne peuvent pas laisser indifférent.

64Ces deux exemples illustrent le jeu politique qu’imposait le décalage des systèmes castillan et valencien. La nature du régime constitutionnel valencien conduisait le centre de pouvoir de la monarchie lorsqu’il manifestait ses tendances autoritaires, à pratiquer une politique d’intimidation des représentants des institutions locales de gouvernement. En se focalisant sur un sujet grave mais qui mettait en danger avant tout des intérêts particuliers, puis en relâchant la pression, la couronne avait montré sa force. Elle faisait aussi la preuve que personne, en haut lieu, n’était la dupe des agissements de certains de ceux qui représentaient le royaume. Laisser planer la menace d’une reprise des hostilités était un bon moyen de contrôler des hommes dont on savait qu’ils n’étaient pas au-dessus de tout soupçon.

65Le pacte de gouvernement du royaume valencien prenait ainsi des allures de pacte « mafieux », comme on dirait aujourd’hui, où chacune des deux parties tolérait les écarts de l’autre pour autant qu’on continuât à s’entendre.

66Reconnaître cette nécessaire collaboration, fût-elle motivée par la loyauté ou par l’intérêt, entre la couronne et le groupe dirigeant du royaume est sans doute indispensable à la bonne compréhension de la pratique du pouvoir. Les exemples qu’on vient de citer, qui reflètent des moments de tension dans les relations entre la monarchie et les pouvoirs locaux, ne sauraient faire oublier d’autres événements où la collaboration des deux parties est davantage placée sous le signe de l’harmonie et du respect mutuel.

67Il en est ainsi de la concession d’importantes sommes d’argent, 100 000 livres en 1574, encore 100 000 livres en 1595, puis près de 400 000 livres (exactement 387 075) en 1602 destinées à la fortification du littoral et parfois utilisées par le roi à d’autres fins, ou bien de l’acceptation en 1597, par la Généralité, de la mise en place et de l’entretien des milices effectives chargées de la défense du royaume. L’affaire de la suspension de l’ordonnance du vice-roi sur la participation financière des seigneurs à la répression du banditisme, même si cette décision prise pendant les Cortès de 1585 était loin d’être désintéressée, est tout de même révélatrice d’une réelle volonté, de ne pas bouleverser l’ordre politique établi.

  • 29 Gil Pujol Xavier, op. cit., p. 7.

68Nous pensons, comme Xavier Gil Pujol, qu’il faut se garder d’interpréter les relations, parfois conflictuelles qu’entretenaient le pouvoir royal et les représentants locaux, à la lumière des ruptures futures29. En aucun cas les poussées d’autoritarisme de la monarchie n’avaient pour objet la suppression des libertés constitutionnelles valenciennes, pas plus que la vivacité des protestations des estaments qu’elles provoquaient n’était teintée d’une remise en question de la légitimité du pouvoir du roi.

69Dans toute la documentation consultée de l’époque de Philippe II, les ordres envoyés aux vice-rois, les nouvelles pragmáticas et les rapports du Conseil d’Aragon font constamment référence à l’obligation du respect des fueros valenciens « conforme a fueros y justicia fuere permitido ». Il s’agit certes de documents officiels et il faut faire la part de la rhétorique et d’un possible double langage.

70Ce n’est qu’à partir des années 1620, que cette même documentation officielle fait état d’un durcissement de l’attitude de la monarchie. Plusieurs rapports sur les moyens qu’on envisageait de mettre en œuvre pour éradiquer le fléau du banditisme ne considèrent plus les fueros valenciens comme une contrainte dont il fallait tenir compte, mais comme un obstacle que la gravité de la situation justifierait de balayer. C’est en ces termes que s’exprimait le régent don Luis Blasco dans un de ses nombreux papiers sur la répression du banditisme dans lequel il préconisait la mise en place d’une police à l’image de la Santa Hermandad castillane :

  • 30 ACA CA Leg 583 Exp 7/12.

Que se publique com prématica y sin reparar en fueros si algunos lo contradizen : pues los delittos nuevos, nuevo remedio han menester30.

71Encore ne préconisait-il là qu’une simple entorse à la tradition constitutionnelle valencienne et non un profond bouleversement.

72Contrairement à ce que de nombreuses affirmations réductrices pourraient laisser croire, les relations entre le pouvoir royal et les représentants du royaume de Valence étaient beaucoup plus complexes que ce que supposerait un simple affrontement. Les avancées de l’autoritarisme monarchique, si souvent dénoncées, n’étaient pas que le fruit des agissements implacables d’un personnel politique entièrement dévoué au roi, au détriment de pouvoirs locaux défenseurs des intérêts du royaume.

  • 31 ACA CA Leg 651 Exp 1/4.

73À titre d’anecdote, nous soulignerons que le marquis d’Aytona dont on fait volontiers le parangon de cet autoritarisme, s’efforça en vain pendant les cinq années qui précédèrent sa mort, d’obtenir des estaments la concession exceptionnelle de 100 000 livres pour la réorganisation de la défense du royaume. Son successeur, le marquis de Denia, dont les méthodes étaient plus pacifiques, y réussit sans peine en quatre mois de négociations31.

74Dans cette coopération tantôt forcée, tantôt harmonieuse, le roi disposait d’un atout de taille : le contrôle d’une large part des finances publiques.

II.6 Le pouvoir des finances

  • 32 Pour un aperçu des différents prélèvements effectués par chaque institution, voir Aliaga GIirbes Jo (...)

75L’organisation des finances publiques dans le royaume de Valence à l’Époque moderne obéissait à un modèle triangulaire où les trois centres de pouvoir, la couronne, la diputación del general et les conseils municipaux, contrôlaient chacun le recouvrement et la gestion des ressources qui leur correspondaient32.

  • 33 Elliott J. H., op. cit., p. 89-90.

76Dans son ouvrage sur la Catalogne, J. H. Elliott, souligne que les revenus du patrimoine royal au début du xviie siècle permettaient à peine de payer les salaires des officiers du roi. D’après un document de 1632, Elliot chiffre à 37 000 livres catalanes le volume global des ressources du roi dans la principauté. Cette somme représentait la moitié des revenus de la seule ville de Barcelone et le quart de ceux de la Généralité. La monarchie pouvait difficilement mener à bien, dans ces conditions, une politique de séduction ou d’offensive à l’égard des contrepouvoirs hostiles à Madrid33.

  • 34 Salvador Esteban Emilia, La economía valenciana en el siglo xvi. Comercio d importación, Valence, 1 (...)
  • 35 Artola Miguel, La Hacienda del Antiguo Régimen, Madrid, 1982, 511 p., p. 180 à 194.
  • 36 Gandoulphe Pascal, « Les finances de la bailía general de Valence (1555-1624) : moyens et reflets d (...)

77Tout porte à croire que la situation financière de la couronne dans le royaume du Levant était bien meilleure qu’en Catalogne. Il est désormais reconnu que la reconquête tardive de Valence et la volonté de Jacques Ier de limiter l’influence de la noblesse aragonaise avaient permis la constitution d’un important patrimoine royal dans le nouveau territoire incorporé à la couronne d’Aragon. La prospérité valencienne de la seconde moitié du xvie siècle a été mise en lumière par Emilia Salvador Esteban34 dans son étude sur l’activité commerciale et Miguel Artola, dans les quelques pages qu’il consacre à à Valence dans son ouvrage sur les finances espagnoles de l’Ancien Régime, a insisté sur le fait qu’au sein de la couronne d’Aragon, Valence produisait la part la plus importante des revenus de la tesorería general35. Dans une étude portant sur les revenus et les dépenses de la bailía de Valence, nous avons montré que la couronne dégageait de substantiels excédents du royaume de Valence, dont une partie, 17 % des revenus de la bailía de la capitale, était transférée aux autres territoires de la couronne d’Aragon36.

78En 1621, malgré la dépression économique qui avait suivi l’expulsion des morisques, il rentrait un peu plus de 60 000 livres valenciennes dans les caisses du receptor de la bailía de Valence. La même année à Orihuela, le baile encaissa environ 10 000 livres. Ces sommes qui n’étaient pas l’intégralité des revenus valenciens représentaient déjà le double du total des revenus du roi en Catalogne.

  • 37 Casey James, op. cit., p. 241.
  • 38 Ibidem.

79Les revenus moyens annuels de la Généralité, tels qu’on peut les calculer d’après les chiffres que donne Casey pour la période 1599-1626 représentaient un montant de 87 300 livres, soit deux fois moins que le montant des revenus de son homologue catalane37. Ceux des deux bailías du royaume, dépassaient légèrement cette somme pour atteindre la quantité de 88 000 livres annuelles. La différence est minime. Mais n’oublions pas que la monarchie disposait encore d’autres revenus qui étaient versés directement à la trésorerie générale de la couronne d’Aragon. D’autre part, les 87 300 livres annuelles de la diputacion étaient en partie destinées à payer les annuités des services concédés en Cortes et retombaient dans les caisses du trésor royal. Ces revenus ne suffisaient pas à couvrir l’ensemble des dépenses de l’institution locale, dont 21 % avaient été occasionnées par les fameuses ambassades à Madrid. Entre 1599 et 1626, le déficit cumulé était de plus d’un million de livres38.

  • 39 AMV h3 7 f° 79 r° à 102 v°, Rapport des jurats sur les finances de la ville.

80La ville de Valence, tout comme la capitale catalane possédait des revenus conséquents. Vers les années 1610, les ressources annuelles de la capitale du Turia s’élevaient à 135 000 livres. À cette époque, le total des dépenses dépassait les revenus d’une somme de 71 000 livres39.

81Si en Catalogne, le roi percevait la portion congrue des richesses du territoire, son assise financière à Valence était autrement plus solide. À l’inverse, c’étaient les finances des principales institutions locales qui connaissaient les plus graves difficultés. Le partage de l’espace fiscal valencien était nettement plus favorable au roi que dans n’importe quel autre territoire de la couronne d’Aragon. De ce fait, l’État disposait à Valence de davantage de moyens financiers pour conduire sa politique que dans les royaumes voisins.

II.7 Au cœur du pacte de gouvernement : les élites locales

82Les règles du jeu institutionnel qu’imposaient les fueros valenciens, malgré quelques accrocs, furent respectées dans leur ensemble. Jusqu’à l’élaboration du projet d’intégration péninsulaire du comte duc d’Olivarès, la monarchie se satisfaisait du type de relation qui l’unissait à son royaume de Valence.

83Les attentes que le roi pouvait avoir de ses sujets valenciens étaient sans doute satisfaites sans qu’on ressentît la nécessité d’altérer substantiellement le régime pactiste des constitutions valenciennes. En rapport avec les possibilités de sa faible population, mais grâce au dynamisme de son économie, le royaume de Valence apportait malgré tout au trésor royal des revenus réguliers qui lui faisaient cruellement défaut en Catalogne et en Aragon.

84Outre le revenu de son patrimoine, le roi put aussi apprécier à plusieurs reprises la générosité des représentants valenciens qui offrirent d’importants services financiers en dehors des Cortès. En ce domaine, nous avons pu mesurer que la négociation et le tact du marquis de Denia avaient été plus efficaces que l’intimidation brutale qui avait été le fait du marquis d’Aytona. Ces services financiers obtenus sans contrepartie, du moins apparente, doivent être interprétés comme des avancées significatives du pouvoir royal dans le cadre du régime institutionnel du royaume de Valence. En d’autres occasions, la monarchie disposait aussi de moyens de pression et de séduction qui permettaient d’esquiver les obstacles que pouvait rencontrer l’extension de son pouvoir.

85Les institutions représentatives du royaume, les municipalités, n’étaient que ce que les hommes qui les animaient voulaient bien qu’elles fussent. Pour la monarchie espagnole, manifester un autoritarisme croissant tout en respectant le pactisme institutionnel, rendait indispensable le contrôle et la maîtrise, tout au moins dans une proportion suffisante pour les neutraliser, des hommes qui disposaient des moyens constitutionnels de limiter l’étendue du pouvoir du roi. Ce contrôle effectif des individus, pour lequel la monarchie avait davantage de moyens financiers à Valence qu’à Barcelone ou à Saragosse, est à l’origine du décalage entre les possibilités d’action politique des institutions locales et la réalité de leur activité.

  • 40 Thompson I.A.A., « The End of the Cortes of Castile », Parliaments, Estates an Representation, vol (...)

86À ce sujet, et tout en prenant garde de ne pas confondre deux situations sensiblement différentes, on fera l’analogie avec l’intéressante thèse de I.A.A. Thompson sur la décadence des Cortès castillanes. On retiendra surtout de l’analyse, le constat selon lequel la procédure de négociation directe du renouvellement du service des « Millions » entre la couronne et les villes, arrangeait en fait chacune des deux parties. D’après l’historien anglo-saxon, l’État affaibli évitait ainsi une confrontation avec les Cortès et les villes se voyaient de ce fait confortées dans leurs attributions en matière fiscale40.

87À nos yeux, le parallélisme est certain. La négociation et la concession des services financiers en dehors des Cortès du royaume, révèle l’acceptation de la part des représentants des estamentos valenciens de ce qui constituait une entorse à la règle selon laquelle tout nouveau service devait être accepté par l’ensemble des représentants réunis en Cortès. Cela n’était possible que parce que les estamentos valenciens se voyaient investis d’un pouvoir décisionnel qui était normalement la prérogative des Cortès. C’est donc paradoxalement par le renforcement d’un groupe dirigeant local que le pouvoir monarchique put assurer le plus sûrement son emprise sur le royaume de Valence, parce qu’il avait réussi à rendre ce groupe en grande partie dépendant de ses faveurs.

Notes

1 Ladero Quesada Miguel Angel, « La genèse de l’État dans les royaumes hispanique médiévaux (1250-1450) », p. 9 à 65, Le Premier âge de l’État en Espagn 1450-1700, Paris, 1989, 414 p., p. 24. Une vision générale de la question des relation entre couronnes et parlements nous est apportée par : Koenigsberger, H. G., « Dominium Regale o Dominium Politicum et Regale. Monarquías y parlamentos e la Europa moderna. », Boletín de la Real Academia de la Historia, tomo CLXXIV, cuadern III, p. 461-493, Madrid, 1977. Voir également l’étude de Fernandez Albaladej Pablo, « Monarquía, Cortes y « Cuestión Constitucional » en Castilla durante la Eda Moderna », Revista de las Cortes Generales 1, Madrid, 1984, p. 11-34.

2 Urbieta Arteta Antonio, Orígenes del reino de Valencia : cuestiones cronológica sobre su reconquista, cuarta edición, Saragosse, 1981, 278 p., p. 214-217. Voir également : Guichard Pierre, « La conquista militar y la estructuración política del reino », Nuestra Historia Vol III, p. 14-42, Valence, 1980 et Font Rius Josep María, « La conquesta : un procés históric », En torno al 750 aniversario. Antecedentes y consecuencias de l conquista de Valencia I, Valence, 1989, p. 237-178.

3 Molas Ribalta Pedro, Consejos y audiencias en el reinado de Felipe II, Valladolid, 114 p., p. 86-87.

4 Salvador Esteban Emilia, « Poder central y poder territorial. El Virrey y las Corte en el Reino de Valencia. », Estudis 12, 1985-86, p. 9-28, Valence, 1986, 242 p.

5 Ibidem, p. 24 à 26.

6 Lario Dámaso de, El comte-duc d’Olivares i el Regne de València, Valence, 1986, 369 p., passim.

7 Casey James, op. cit., p. 232 et 233.

8 Hermann Christian, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988, 339 p., p. 49.

9 Salvador Esteban Emilia, « Las cortes de Valencia », Las Cortes de Castilla y León en la Edad Moderna, p. 735 à 821, Valladolid, 1989, 821 p.

10 Gandoulphe Pascal, « Les finances de la bailía general de Valence (1555-1624) : moyens et reflets d’une politique. », p. 735, Mélanges de la Casa de Velázquez, tome XXIX-2, 1993.

11 Lario Dámaso de, op. cit., p. 139.

12 Gil Pujol Xavier, De las alteraciones a la estabilidad. Corona, fueros, política en e reino de Aragón, 1585-1648, Thèse de doctorat sous la direction de Pere Molas i Ribalta, Université de Barcelona, 1988, 1 164 p., 899-900.

13 Casey James, op. cit., p. 248.

14 Pour une étude des origines et du fonctionnement de la Généralité, nous renvoyon à la lecture de l’ouvrage de María Rosa Muñoz Pomer, Orígenes de la Generalida Valenciana, Valence, 1987, 413 p.

15 ACA CA Leg 632 Exp 7, le 6 décembre 1581.

16 ACA CA Leg 651 Exp 87/1, 90/1, 91/1 et 2.

17 Salvador Esteban Emilia, Las cortes valencianas del reinado de Felipe II, Valence, 1974, LX p. + 179 p., p. 35-36 et p. 96-97.

18 ACA CA Leg 603 Exp 70.

19 Ibidem.

20 AHN Consejos Lib 2388 f° 104 v° et 178 v°.

21 ACA CA Leg 651 Exp 91/3.

22 Garcia Martinez Sebastián, op. cit., p. 59 à 84.

23 AHN Consejos Lib 2389 f° 154 r°, v°.

24 Ciscar Pallares Eugenio, Las cortes valencianas de Felipe III, Valence, 1973, 211 p., p. 54 (for 97).

25 ACA CA Leg 654 Exp 2/1.

26 ACA CA Leg 654 Exp 2/6, 2/7.

27 ACA CA Leg 654 Exp 3/1, 3/2.

28 Ibidem.

29 Gil Pujol Xavier, op. cit., p. 7.

30 ACA CA Leg 583 Exp 7/12.

31 ACA CA Leg 651 Exp 1/4.

32 Pour un aperçu des différents prélèvements effectués par chaque institution, voir Aliaga GIirbes José, Los tributos e impuestos valencianos en el siglo xvi. Su justicia moralidad según F. Miguel Bartholomé Salón O.S.A. (1539 ?-1621), Rome, 1972, 348 p.

33 Elliott J. H., op. cit., p. 89-90.

34 Salvador Esteban Emilia, La economía valenciana en el siglo xvi. Comercio d importación, Valence, 1972, 404 p., p. 337 à 357.

35 Artola Miguel, La Hacienda del Antiguo Régimen, Madrid, 1982, 511 p., p. 180 à 194.

36 Gandoulphe Pascal, « Les finances de la bailía general de Valence (1555-1624) : moyens et reflets d’une politique », p. 735, Mélanges de la Casa de Velázquez, tome XXIX-2, 1993.

37 Casey James, op. cit., p. 241.

38 Ibidem.

39 AMV h3 7 f° 79 r° à 102 v°, Rapport des jurats sur les finances de la ville.

40 Thompson I.A.A., « The End of the Cortes of Castile », Parliaments, Estates an Representation, vol 4, n° 2, décembre 1984, p. 125-133, cité par Joseph Pérez, « L’idéologie de l’État », Le Premier âge de l’État en Espagne 1450-1700, Paris, 1989, p. 191-216. Les analyses de Thompson sont corroborées par celles de Pablo Fernández Albaladejo développées dans Fragmentos de monarquía : trabajos de historia política, Madrid, 1992, 487 p.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search