Version classiqueVersion mobile

Au service du roi

 | 
Pascal Gandoulphe

Première partie. Espace et pouvoirs

Chapitre premier. La maîtrise de l’espace

Texte intégral

I.1 Les grands traits de l’espace valencien

1Du nord au sud, ce territoire qui constituait le royaume de Valence et qui, à peu de choses près, est devenu l’actuelle Comunidad Valenciana, est une étroite bande de 317 kilomètres de long et dont la largeur n’atteint la centaine de kilomètres qu’en deux points de son étendue. Adossée aux montagnes aragonaises et aux contreforts de la Meseta du sud, cette terre est marquée par la dualité entre un arrière pays au relief tourmenté et des plaines ouvertes sur une côte basse, interrompues en quelques endroits par les massifs montagneux qui se prolongent jusqu’à la mer.

  • 1 Lapeyre Henri, Géographie de l’Espagne morisque, Paris, 1959, 304 p., p. 15.

2La géographie distingue trois régions. Au nord, on trouve « ce dédale d’âpres montagnes creusées de vallées profondes », à l’accès difficile, dont a parlé Henri Lapeyre1. Ces contrées, seigneurie de l’ordre de Montesa, dont les rentes appartenaient au Grand-Maître, ont donné à ces terres le nom de Maestrazgo. Première des terres reconquises, on y trouvait les grands domaines de la noblesse aragonaise et des ordres militaires. Les fortifications de Morella, les châteaux des alentours portent en eux le souvenir des batailles qui firent se replier, un peu plus au sud, autour de la ville de Segorbe, les populations maures. Dans ces vallées de l’extrême nord du royaume, vivait, aux Temps modernes, une population en majorité vieille-chrétienne. Sur la côte, quelques plaines étroites séparées par des massifs montagneux, entourent les principales villes.

3À Sagonte, que l’on appelait Morvedre ou Murviedro, s’ouvre la profonde huerta de Valence qui s’étend au sud, jusqu’aux villes de Cullera et d’Alzira sur les bords du Júcar et qui, vers l’ouest, remonte graduellement jusqu’à la Meseta castillane. Ces terres, arrosées par le Turia et par le Júcar, baignées par l’Albufera, étaient peuplées dans leur majorité par des vieux-chrétiens qui avaient repoussé les maures aux limites de la huerta, dans le canton de la Ribera autour d’Alzira et au fond des vallées environnantes.

4Sur la côte, après Cullera, la plaine se rétrécit et se prolonge jusqu’à la huerta de Gandía où la population était plus bigarrée. La physionomie paisible de ce vaste amphithéâtre, qui se déploie autour de la capitale, contraste avec les montagnes qui l’entourent. Entre Siete Aguas et Requena, s’ouvre un étroit défilé qui est toujours la principale voie de communication routière entre Valence et Madrid. Séparée de celle-ci par d’impraticables montagnes où le Júcar a creusé ses gorges, on trouve, à la hauteur de Játiva, une autre ouverture naturelle sur la Castille, jadis secondaire, qu’empruntent aujourd’hui les trains les plus rapides qui relient Valence à Albacete et à Madrid.

5Au-delà de ce passage naturel, les montagnes se dressent à nouveau en une barrière compacte, qui depuis la Castille, se prolonge jusqu’à la mer dans les imposantes falaises du Cap de la Nao. Sillonné de plusieurs vallées, dont les plus occidentales étaient peuplées de vieux-chrétiens alors que plus à l’est les villages morisques du canton de la Marina étaient majoritaires, ce massif montagneux isole complètement du reste du pays la région d’Alicante et d’Orihuela.

6Celle-ci est à tout point de vue différente des terres qui s’étendent au nord. Le climat y est plus chaud et plus sec, la végétation des huertas moins exubérante, Elche et sa palmeraie paraissent transposées d’outre méditerranée, et ce n’est qu’en s’approchant d’Orihuela qu’on retrouve l’aménité des plaines qui entourent Valence. Bien qu’Orihuela et Murcie, distantes d’une quarantaine de kilomètres et arrosées toutes deux par le Segura, appartiennent à un même ensemble géographique, les deux villes se situaient de part et d’autre de la frontière entre la Castille et le royaume de Valence.

7Sur la majorité du pourtour valencien, la Castille et l’Aragon viennent mourir dans une apothéose de pics et de vallées qui constituèrent autant de havres pour des morisques qui pratiquaient toujours la religion d’Allah et d’inexpugnables refuges aux nombreux bandits qui sévissaient dans le royaume. D’indigentes mais parfois terribles rivières ont creusé violemment ce paysage avant de nourrir les plaines côtières qui s’ouvrent tout entières sur la Méditerranée.

  • 2 Ibidem, p. 17.
  • 3 Braudel Fernand, La Méditérranée et le monde méditérranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colli (...)

8Cette géographie compliquée2 s’inscrit dans ce paysage méditerranéen dont Fernand Braudel, embrassant les côtes de Berbérie, le rivage Ligure, ceux de la péninsule ibérique et de la Turquie, a si bien su dégager l’essence commune3. La terre valencienne, à la physionomie tourmentée, était, en outre, quadrillée par de multiples frontières qui ne coïncidaient pas toujours les unes avec les autres.

I.2 Les frontières du royaume

  • 4 On se reportera à la carte de la figure 1 p. 34.

9Les limites de l’actuelle Comunidad Valenciana ne sont pas la réplique exacte de ce qu’étaient les frontières de l’ancien royaume de Valence. Elles n’en sont cependant différentes qu’en deux points4.

10À l’ouest, l’actuel canton valencien de la Plana de Utiel, partie intégrante de la Meseta, était inclus dans le royaume de Castille. Jusqu’en 1851, la frontière épousait à cet endroit la limite du plateau sur lequel se trouvent les villes d’Utiel et de Requena. Les terres de Siete Aguas, lieu qui appartenait au seigneur de Buñol, étaient frontalières de la Castille.

11Au sud-ouest, la Castille s’enfonçait jusqu’aux limites des villes de Biar, Elda et Petrer. L’ancien marquisat de Villena et la ville de Sax ne furent détachés des provinces limitrophes qu’à l’occasion des réformes administratives de 1833 et de 1836. Quelques années plus tard, Caudete, qui était une enclave valencienne en Castille, fut détachée de la province d’Alicante et incluse dans celle d’Almansa, en Nouvelle Castille.

12L’enclave du Rincón d’Ademuz, au nord-ouest du royaume, que certaines cartographies hésitantes relient au territoire valencien, s’est maintenue telle qu’elle était à l’Époque moderne, entourée par la Castille et l’Aragon et isolée du reste du royaume de Valence.

13Sur cet ancien espace valencien, peu différent de l’actuelle communauté autonome, les frontières entre les diverses institutions étaient multiples. Les limites des évêchés n’épousaient pas les frontières des États, celles-ci étaient ignorées par les districts des tribunaux de l’Inquisition.

I.3 Les frontières ecclésiastiques

  • 5 L’évêché de Segorbe ne fut séparé de celui d’Albarracín qu’en 1557.
  • 6 On se reportera à la carte de la figure 1 p. 34.

14Trois évêchés5 et un archevêché se partageaient l’espace spirituel valencien. Jusqu’à la création de celui d’Orihuela en 1564, deux d’entre eux ignoraient les frontières des États6.

15Au nord, il n’y eut aucun changement. Une grande partie du diocèse de Tortosa s’étendait sur la portion du territoire du royaume de Valence qui correspondait aux premières terres reprises aux Maures avant que les troupes de Jacques Ier n’atteignent Valence.

  • 7 Escolano Gaspar, Década primera de la historia de la insigne, y coronada Ciudad y Reyno de Valenci (...)
  • 8 Ibidem, Livre 8, chap 4.

16Vers l’intérieur, la limite du diocèse épousait en gros la frontière nord-est des états du duc de Villahermosa, puis descendait presque selon l’axe nord-sud vers la mer en traversant les domaines du duché de Segorbe jusqu’au nord de la ville de Sagunto (anciennement Morvedre). Selon Escolano, au village de Canet (aujourd’hui Canet de Berenguer), se rejoignaient les évêchés de Tortosa, Segorbe, Valence et Majorque que le chroniqueur valencien étendait jusqu’au rivage de la Péninsule7. Le quart du royaume se trouvait dans l’évêché de Tortosa, ce qu’Escolano ne manquait pas de regretter lorsqu’il évoquait la vieille revendication des Cortès de créer un nouveau siège épiscopal à Morella8.

17Au sud-ouest de l’évêché de Tortosa, vers l’intérieur des terres, s’étendait celui de Segorbe jusqu’aux confins du royaume de Castille. Il incorporait l’enclave d’Ademuz mais aussi les quelques hameaux qui la séparaient du royaume de Valence. C’est peut-être cette singularité qui a parfois fait oublier que le Rincón d’Ademuz était bien séparé de Valence.

18Les terres comprises entre l’évêché de Segorbe, au nord, la frontière avec la Castille et une ligne presque horizontale orientée est-ouest et passant au-delà des villes de Biar et de Jijona constituaient le diocèse de Valence. Cette limite épousait au sud, l’ancienne frontière du royaume avec la Castille avant que celle-ci ne rendît à la couronne d’Aragon la partie du royaume maure de Murcie qui lui revenait.

  • 9 Ibidem, Livre 6, chap 5.

19Malgré cela, cette terre continua de faire partie du diocèse de Murcie. En 1513, le pape Jules III émettait la Bulle qui décrétait la scission de cette partie du diocèse et la création du nouveau siège épiscopal d’Orihuela. Cette décision ne fut pas appliquée avant 15649.

  • 10 Contreras Jaime, Dedieu JeanPierre, « La geografía de la Inquisición Española : la formación de lo (...)

20Les districts des tribunaux inquisitoriaux ne se confondaient pas plus que les évêchés avec les frontières politiques des différents royaumes. La cause en était différente, il ne s’agissait plus là du rythme inégal des avancées de la Reconquête mais de l’implantation planifiée de la seule institution commune à tous les territoires de la monarchie10. Le tribunal de Valence installé en 1482 officiait dans un district nettement plus étendu que le royaume du Levant. Outre les deux diocèses uniquement valenciens de Segorbe et de Valence, il comprenait l’intégralité de celui de Tortosa et les évêchés de Teruel et d’Albarracín.

21De ce fait, le Saint-Office de Valence, étendait sa juridiction en Catalogne et en Aragon. En revanche, le sud du royaume, nouvellement séparé du diocèse de Murcie, continua d’être soumis à la juridiction du tribunal inquisitorial de ce siège épiscopal. Le district de Murcie s’étendait jusqu’aux confins de ceux des tribunaux de Cuenca, de Tolède, de Cordoue et de Grenade.

22Les frontières religieuses, qui isolaient du reste du royaume la pointe sud où se trouvaient Alicante et Orihuela, soulignaient les contraintes physiques imposées par la géographie du royaume. Mais cette désarticulation géographique, administrative et religieuse n’était pas sans conséquence sur le contrôle de l’espace et d’incessants conflits juridictionnels surgissaient entre ces différents pouvoirs.

23Tout cela contribuait à faire de l’extrême sud du royaume un territoire à part, bien plus proche de la turbulente ville de Murcie que de celle de Valence. Parler de no man’s land est sans nul doute excessif, mais ainsi que nous l’ont révélé de nombreuses affaires dont nous avons trouvé trace dans les archives, au sud de Jijona, la justice du roi avait le plus grand mal à se faire respecter.

I.4 Les divisions territoriales internes

  • 11 Voir la carte de la figure 2 p. 35.

24Le territoire était divisé en deux gobernaciones, on dira gouvernements, d’inégale extension, séparés par cette ligne horizontale qui passait légèrement au sud de la ville de Jijona11.

25Cette ligne avait été la dernière frontière de la Reconquête et séparait autrefois le royaume de Valence de celui de Castille. Contestée par les Aragonais, cette frontière fut déplacée vers le sud lorsque la Castille fut contrainte, par la sentence arbitrale du roi Denis du Portugal, de céder en 1304 une partie du territoire nouvellement conquis de l’ancien royaume arabe de Murcie.

26Deux gouverneurs, appelés portant-veus de general governador dellà Xexona et portant-veus de general governador de la Ciutat y Regne de Valencia exerçaient leur juridiction de part et d’autre de cette ligne et siégeaient l’un à Valence, l’autre, en principe à Orihuela, parfois à Alicante.

27Le gouvernement du nord, soumis dans son intégralité à la juridiction du portant-veus de general governador de la Ciutat y Regne de Valencia, était à son tour divisé en trois espaces. La frontière entre les deux principaux gouvernements, au sud, et le Júcar, au nord, délimitaient un territoire où officiait un gouverneur délégué, llochtinenent de portant veus de general governador della Xuquer deça Xexona qui siégeait à Játiva.

28Au nord, la zone comprise entre la frontière avec la Catalogne et la rivière Uxó constituait l’aire de juridiction d’un second llochtinent de portant veus de general governador della Uxó, dont la cour de justice se trouvait à Castellón de la Plana.

29Entre le Júcar et l’Uxó, s’étendait un espace où intervenaient directement le portant veus de general governador de la Ciutat i Regne de Valencia et un troisième homme, officiellement dénommé llochtinent de portant veus de general governador de la Ciutat i Regne de Valencia à qui n’était assigné aucun territoire particulier.

30On comprendra que, dans un souci de concision, la correspondance courante, surtout celle en langue castillane, préférait utiliser le terme de gobernador. Il est fréquent de trouver de nombreuses allusions aux gouverneurs de Valence, d’Orihuela, de Castellón et de Játiva. Cette simplification ne rendait pas compte de la subordination hiérarchique, du moins théorique, des deux gouverneurs, ceux de Játiva et de Castellón, à l’égard de celui de Valence.

31Sur la frontière des deux gouvernements était modelée celle des deux bailías du royaume. L’un des deux bailes siégeait à Valence, l’autre à Orihuela. Leurs attributions, dans la théorie assez étendues, se réduisaient presque essentiellement à la perception des revenus du patrimoine royal et des impôts qui revenaient au roi.

32Ils avaient des délégués dans chacune des villes royales et parfois dans certaines communes (universitats). Les attributions des bailes locaux, n’étaient pas strictement limitées au domaine financier. Outre la perception les regalías, ils exerçaient aussi un contrôle politique sur les offices municipaux.

I.5 La présence militaire

33Pas plus qu’en Catalogne ou en Aragon, les fueros du royaume n’autorisaient le roi à lever des troupes valenciennes pour participer à des opérations dont le théâtre se serait situé à l’extérieur des frontières de Valence. Cela n’empêchait pas, bien entendu, les Valenciens qui le souhaitaient, de s’engager à titre individuel dans les armées royales, quelles que fussent leurs destinations.

  • 12 Voir la carte de la figure 1 p. 34.

34La présence militaire était de ce fait très ténue. L’ancien réseau des vingt-deux forteresses royales médiévales que l’on continuait plus ou moins d’entretenir était presque entièrement obsolète12.

35Avec leurs meurtrières tournées vers la Castille, les châteaux d’Olocau, d’Alpuente, d’Ademuz, de Castellfabib, de Caudete et de Biar ne présentaient pas un grand intérêt stratégique depuis que les deux couronnes, désormais unies dans une communauté des destins, n’avaient plus à se combattre. Les forteresses de Penáguila et de Jijona se trouvaient à l’ancienne frontière méridionale du royaume.

36La seule véritable frontière d’importance stratégique était la côte méditerranéenne. Ce n’est pas étonnant si l’essentiel des moyens en hommes et en matériel se concentrait sur ce rivage ouvert aux razzias des pirates de Berbérie et soumise à la menace, plus fictive que réelle, d’incursions turques.

  • 13 Braudel, op. cit., p. 180.
  • 14 Garcia Martinez Sebastián, Bandolerismo, piratería y control de moriscos en Valencia durante el re (...)

37Au milieu du xvie siècle, ces moyens n’étaient guère impressionnants. Déjà Fernand Braudel rapportait l’étonnement de Philippe II lorsqu’il apprit en 1559, que la forteresse d’Alicante n’était gardée que par six hommes13. Aux Cortès de 1552, les représentants valenciens mirent l’accent sur la nécessité de renforcer le système de surveillance et de défense des côtes. Plusieurs tours de guet furent ainsi remises en condition, on entreprit la fortification de quelques villes côtières, dont Cullera qui avait été mise à sac par Dragut en 1551. Jávea et Villajoyosa qui jusqu’alors laissaient la zone de la Marina ausi vulnérable aux attaques extérieures que perméable aux fuites des morisques vers Alger, virent, elles aussi, leur système défensif amélioré. La troupe stationnée à Alicante fut étoffée et cette ville devint, d’après Sebastián García Martínez, la mieux défendue du royaume14.

  • 15 Braudel, op. cit., p. 296.

38Mais jusqu’à l’expédition que le duc de Medinaceli mena en 1559 contre le pirate Dragut, dont l’échec retentissant allait être à l’origine du sursaut de l’Espagne en Méditerranée15, aucun projet de grande envergure ne fut entrepris pour améliorer le système défensif des côtes du Levant espagnol.

  • 16 Garcia Martinez, op. cit., p. 15 à 38.

39Il fallut attendre 1562 pour que commençât, sous la direction de l’architecte italien Giovanni Battista Antonelli, l’édification de la nouvelle forteresse de Bernia dont le rôle était de contrôler le littoral de la Marina. Les Cortès de 1564 acceptèrent de consacrer la somme annuelle de douze mille livres pour l’entretien des tours et des soldats de la garde de la côte, mais refusèrent de financer le projet de réorganisation générale du système défensif du royaume que Philippe II avait proposé de faire élaborer par l’italien Antonelli16. Dix ans plus tard et en dehors des Cortès, les estaments donnèrent leur accord à un projet similaire. La somme considérable de 100 000 livres fut versée au prince de Sabbionetta, don Vespasiano Gonzaga Colonna, alors vice-roi, mais elle fut finalement utilisée à d’autres fins.

40Le pas décisif vers une augmentation significative de la présence militaire dans le royaume de Valence fut franchi en 1597, avec l’installation de la « milice effective » imaginée en 1596 par le marquis de Denia alors qu’il exerçait la charge de vice-roi de Valence.

41Dans un article publié en 1992, Pablo Pérez García a minutieusement étudié la genèse, la mise en place et l’organisation de cette milice permanente de 10 000 soldats armés par la Généralité valencienne. Les 10 000 volontaires recrutés sur l’ensemble du territoire ne recevaient de salaire qu’en cas de mobilisation et étaient soumis à un entraînement périodique. Afin de rendre l’engagement attrayant, tous les cadres de la milice relevaient de la justice militaire et tous les hommes, quel que fût leur rang, étaient autorisés à porter des armes que la loi interdisait. Chaque milicien était affecté à une compagnie de cent hommes commandée par un capitaine. Dix compagnies formaient un tercio qui était basé, en cas de mobilisation, dans l’un des dix quartiers placés chacun sous le commandement d’un maestre de campo et distribués sur l’ensemble du territoire valencien. En temps normal, les miliciens résidaient dans leurs villages. Les maestres de campo qui devaient appartenir à la noblesse valencienne étaient nommés par le vice-roi, capitaine général du royaume. Les armes et les munitions devaient être payées par les finances locales, de même que les soldes pendant les moments d’activité de la milice.

  • 17 Pérez García Pablo, « Origen de la Milicia efectiva valenciana : Las vicisitudes del proyecto del (...)

42La création de ce que Pablo Pérez García qualifie de première armée régulière du royaume de Valence, avait été motivée par la nécessité de renforcer le système défensif du littoral. Or l’étude détaillée de l’origine géographique des miliciens et des achats d’armes par les municipalités concernées montre que l’essentiel de l’effort, tant en hommes qu’en matériel, était concentré sur les zones de l’intérieur, à proximité des noyaux de forte densité de population morisque. La milice joua d’ailleurs un rôle essentiel dans le maintien de l’ordre au cours de l’expulsion des morisques du royaume17. Le contrôle de cette frontière intérieure qui séparait les vieux-chrétiens des morisques, était au moins d’une aussi grande importance que celui des côtes du Levant, désormais hors d’atteinte d’une menace turque que la nouvelle suprématie espagnole avait repoussée vers la Méditerranée orientale.

43Il restait à se protéger des pirates de Berbérie que la trève hispano-turque ne concernait pas et qui poursuivaient les attaques des villages du littoral valencien. Pour ce faire, on comptait sur la garde de la côte.

  • 18 Ces renseignements sont tirés de la description générale du royaume du chroniqueur Gaspar Escolano

44D’après Gaspar Escolano, cinq compagnies de cavalerie étaient stationnées en permanence à Canet, Moncosa (près d’Almenara) au Grao de Valence, Oliva et Villajoyosa. Tout au long des 62 lieues de côtes divisées en neuf zones, les partidos, un réseau de tours de guet, environ 65, permettait d’exercer la surveillance de la mer. La majorité de ces tours étaient gardées par quatre soldats, deux fantassins et deux cavaliers, certaines n’en comptaient que trois18.

  • 19 Voir carte de la figure 1 p. 34.

45Ce dispositif était complété au nord par la forteresse de Peñíscola qui abritait dix soldats et deux artilleurs et, au sud, par les garnisons stationnées à Bernia et à Alicante19.

46Inégalement répartie sur le territoire, la présence militaire fut, de fait, fort discrète jusqu’à la fin du xvie siècle.

I.6 Terres du roi et terres des seigneurs

  • 20 Au sujet du régime seigeurial, voir Pierre Goubert, Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, (...)

47La justice du roi, cette composante essentielle du pouvoir d’Ancien régime, ne s’exerçait en fait que sur une part réduite du territoire de la monarchie. À côté des villes et des terres du domaine royal, s’étendaient les seigneuries20.

48Aussi diverses qu’elles pussent être, les seigneuries relevaient du régime féodal en ce sens que les habitants qui les peuplaient étaient soumis à la justice d’un seigneur avant de l’être à celle du monarque. Certes, le seigneur, le baron ou le titré se devait, puisque c’était du roi qu’il détenait son privilège, de faire appliquer le même droit que le monarque, mais sauf dans des cas exceptionnels où les vassaux pouvaient faire appel d’une sentence rendue par le tribunal du seigneur devant la justice royale, c’était au seigneur et à lui seul d’exercer cette prérogative.

  • 21 ACA CA Leg 583 Exp 7/12 (non daté).

49Cette limitation de taille au pouvoir du roi fut l’une des causes esentielles de conflits entre les représentants de l’État et les pouvoirs locaux, notamment à l’occasion de la répression du banditisme. Parfois, les délinquants étaient tout simplement des hommes de main des seigneurs dont ils recevaient la protection sur leurs terres, ce qui faisait écrire au régent don Luis Blasco dans les années vingt du xviie siècle que « se ha visto a su sombra [de los señores de lugares] jugar a la pelota los bandoleros y passearse como si anduviessen en otro Reyno... »21

  • 22 ARV R 253 f° 101 r° et ADPV e. 1. 5. caja 5.
  • 23 ARV R 253 f° 128 v°, 141 r° et ADPV e. 1. 5. caja 5.
  • 24 La question du banditisme méditerranéen a été magistralement évoquée et analysée par Braudel Ferna (...)

50Ces propos, peut-être teintés d’exagération, émanaient, il faut le dire, d’un fervent serviteur de la monarchie, sans doute un fidèle du comte-duc d’Olivarès. Mais les exemples sont nombreux qui montrent que la justice du roi ne dépassait pas aisément les potences qu’érigeaient les seigneurs à l’entrée de leurs terres, en signe de leur souveraineté juridique. Don Galcerán de Castellví, l’un des turbulents seigneurs de Carlet (son fils don Pedro fut accusé plus tard d’avoir participé à l’assassinat de l’Amiral d’Aragon) avait été condamné à mort pour crime de sang commis sur les personnes de don Miguel Costa et de Bernabé García. Comme cela était courant dans les affaires criminelles auxquelles la noblesse était mêlée, eu égard à la qualité de sa personne, la sentence avait été commuée en service dans les armées du roi, à la Goulette. Mais le climat de l’Afrique du nord ne convenant pas à don Galcerán, il demanda et obtint son transfert à l’île de Malte. Il y résida quelques mois puis on perdit sa trace. On la retrouva en 1572 : il se trouvait confortablement installé dans son palais de Carlet à une quarantaine de kilomètres de Valence « en menosprecio grande de la justicia y mal exemplo della22... ». Le 13 décembre, on donna l’ordre au vice-roi de le faire arrêter. Puisqu’on considérait que le pardon accordé était suspendu, il redevenait passible de la peine de mort à laquelle il avait été condamné. Au terme de quatre mois pendant lesquels on s’efforça en vain, à plusieurs reprises, de le faire sortir de ses terres, on finit par le conduire auprès du vice-roi afin qu’il reçût, semble-t-il, une réprimande. Ce fut fait au mois de février. En mai, cela ne l’empêchait pas de tourmenter son épouse, pour une délicate question de dot. Victime d’une agression commise par des hommes de main de son malintentionné mari, elle dut se réfugier dans un couvent pendant qu’elle en appelait à la justice du roi23. On pourrait répéter les anecdotes. Toutes confirment la difficulté qu’éprouvaient les représentants de l’ordre à l’heure de le faire respecter au-delà des territoires de realengo24.

51Curieusement, l’on ne dispose d’aucune évaluation de la répartition de la population et des terres valenciennes selon leur appartenance au domaine royal ou aux juridictions privées.

  • 25 Voir, à ce sujet, la description générale du royaume par Escolano, Década..., op. cit., livres VI (...)

52Dans sa description générale du royaume de Valence, Gaspar Escolano a apporté des précisions sur le régime juridictionnel de plusieurs seigneuries. Cependant, la liste des villages que décrivit le chroniqueur valencien n’est pas exhaustive et les renseignements relatifs à la population, exprimés pour certains endroits en nombre de maisons, pour d’autres en nombre d’habitants (parfois cette précision est tout simplement omise) ne sont pas toujours utilisables par l’historien25.

  • 26 Mateu i Llopis Felipe, El País valencià, L’Estal, Quaderns d’Orientació Valencianista, Valence, 19 (...)
  • 27 Pascual Boronat, Los moriscos españoles y su expulsión, Valence, 1901, 2 tomes. tome 1, p. 428 à 4 (...)
  • 28 Ciscar Pallarés Eugenio, Tierra y señorío en el País Valenciano (1570-1620), Valence, 1977, 411 p.

53La liste des principales seigneuries, avec les villages et les hameaux qui les composaient, que publia Felipe Mateu i LLopis ne comporte, quant à elle, aucune évaluation du nombre d’habitants26. Plusieurs études, réalisées au sujet de l’expulsion des morisques, mentionnent une liste des juridictions publiée en son temps par Pascual Boronat et extraite d’un document manuscrit, adressé en 1609 par le marquis de Caracena, vice-roi de Valence, à Philippe III. Dans cette liste que reprend Henri Lapeyre dans son étude de la population morisque, sont portées toutes les seigneuries et la quasi-totalité des villes et des villages du domaine royal, à l’exclusion de la capitale, avec une estimation du nombre de maisons27. Cette liste a également été reprise par Eugenio Císcar Pallares28.

  • 29 Lapeyre Henry, op. cit., p. 32.

54En croisant les renseignements apportés par ces auteurs, il est possible d’avancer une estimation de la répartition de la population sur les terres de diverses juridictions. Les seigneuries laïques représenteraient un peu moins de 50 000 maisons, les seigneuries religieuses 3 400, celles des ordres militaires 7 600 et enfin les villes et villages du roi, hormis Valence, compteraient un peu plus de 27 000 maisons. Pour avoir une estimation complète de la population, il faut ajouter à ce chiffre celui de 12 327 feux qu’a avancé Henri Lapeyre pour la ville de Valence du début du xviie siècle29.

55Ce qui nous intéresse ici n’est pas tant la précision de l’évaluation de la population valencienne avant l’expulsion des morisques du royaume que sa répartition entre le domaine royal et les seigneuries. En utilisant les chiffres mentionnés plus haut, tout en étant conscient du caractère quelque peu aléatoire de cette démarche, nous avons élaboré la carte reproduite à la fin du chapitre qui rend compte de la répartition entres les terres de realengo et celles soumises aux juridictions privées.

56Malgré l’incorporation à la couronne du dernier des ordres militaires autonomes, celui de Montesa, qui eut lieu en 1587, on doit considérer que les habitants des terres des commanderies des ordres de Saint-Jacques, Alcántara, Calatrava, Saint-Jean (Hospitaliers) et Montesa relevaient d’une juridiction seigneuriale. On trouve ainsi que près de 60 000 feux vivaient dans les seigneuries (séculières, ecclésiastiques ou militaires) et que seulement 40 000 familles vivaient sur les terres du domaine royal. Près de 60 % des habitants du royaume de Valence, plus d’un homme sur deux, étaient soumis à une autre justice qu’à celle du roi.

  • 30 Ciscar Pallarés, op. cit., p. 86.

57Cette proportion doit être sans doute quelque peu révisée à la baisse. Aucune étude exhaustive, à l’échelle de l’ensemble du royaume, n’a malheureusement été menée sur la nature du pouvoir juridictionnel exercé par les seigneurs sur leurs domaines. Certains d’entre eux, seulement une minorité selon Eugenio Císcar Pallarés, ne pouvaient rendre la justice que dans les affaires civiles, mer imperi, à l’exclusion des affaires criminelles30. Tous les seigneurs ne disposaient donc pas de cette juridiction suprême, appelée juridiction Alphonsine ou plus souvent mer i mixt imperi, qui leur donnait le droit de vie et de mort sur leurs vassaux.

58La seigneurie juridictionnelle, normalement conférée par privilège mais parfois simplement usurpée et exercée depuis des lustres, n’était bien sûr pas l’apanage du royaume de Valence, mais l’une des caractéristiques essentielles de la société féodo-seigneuriale d’ancien régime.

  • 31 Elliott J. H., La rebelión de los catalanes. Un estudio sobre la decadencia de España (1598-1640), (...)

59En Catalogne, il semble que le nombre de sujets directement soumis à la justice du roi fût encore plus réduit. Elliott affirme que dans la principauté, 71 % du territoire relevait de juridictions privées31. Les deux chiffres ne sont pas exactement comparables, l’un se réfère au nombre de feux, l’autre au nombre de juridictions. Tous deux indiquent néanmoins, qu’en termes de contrôle de l’espace, le pouvoir royal n’était pas en position de force.

  • 32 ADPV e. 1. 4. caja 5.

60À la fin du xvie siècle, la monarchie s’efforça de réduire cette part du territoire valencien qui échappait à sa juridiction. Plusieurs procès instruits par l’Audience de Valence témoignent de cette volonté d’accroître ce contrôle de l’espace par le biais de l’exercice direct de la justice sur des territoires naguère soumis à celle des seigneurs. Tel furent les cas des procès contre le duc de Maqueda pour la réduction de la ville d’Elche à la juridiction royale ou de ceux qui rendirent la ville de Nules ou la baronnie de Corbera à la justice du roi32.

I.7 Les villes royales

61Les villes royales ont vu leur nombre évoluer au xvie et au xviie siècle. Au début du xvie siècle, elles étaient vingt-quatre : après Valence, les villes d’Orihuela, Alicante, Játiva, Castellón de la Plana, Morella, Alcira, Villarreal, Onteniente et Alcoy formaient un premier groupe de « ciutats e viles mes principals ». Burriana, Cullera, Liria, Biar, Bocairente, Alpuente, Peñíscola, Penáguila, Jérica, Jijona, Villajoyosa, Caudete, Castellfabib et Ademuz, agglomérations de moindre importance, complétaient l’ensemble des villes royales.

  • 33 Salvador Esteban Emilia, « Las cortes de Valencia », Las Cortes de Castilla y León en la Edad Mode (...)

62À la fin du xvie siècle, certains villages ayant demandé de se séparer des villes dont ils dépendaient, ce premier groupe s’agrandit. En 1587, Yesa se sépara d’Alpuente et Villanueva de Castellón en fit de même de Játiva, suivie, en 1588, du village de Ollería. En 1589, Carcagente se détachait d’Alcira et Callosa d’Orihuela. En 1602 Benigánim devenait à son tour ville royale indépendante de Játiva et en 1608, Algemesí se séparait d’Alcira. Enfin les villes de Corbera et Onda qui étaient passées du domaine royal, respectivement à la famille Vilaragut et aux ducs de Villahermosa, retournèrent au patrimoine du roi à cette époque. Le tout formait un groupe de trente-trois villes royales au début du xviie siècle33.

63Leur distribution sur le territoire valencien était fort peu régulière, comme le montre la carte reproduite à la fin de ce chapitre (figure 2 p. 35). Au nord, seules Morella, Peñíscola et Castellón de la Plana pouvaient arborer ce titre. Celles-ci mises à part et compte tenu que Morella exerçait sa juridiction sur une quinzaine de villages de sa contribution, la partie septentrionale du royaume était dominée par de grandes seigneuries. Celles de l’ordre militaire de Montesa, de l’abbaye cistercienne de Benifasa, les duchés de Segorbe et de Villahermosa étaient les plus importantes.

64Dans la partie centrale du royaume, la ville de Valence exerçait sa juridiction jusqu’à Morvedre (Sagunto) Olocau et Chiva. Vers l’ouest, jusqu’aux grands domaines des seigneurs de Buñol, le territoire était morcelé en diverses petites seigneuries, dont toutes ne possédaient pas la juridiction complète, civile et criminelle, et quelques villages qui dépendaient de la capitale. Il en allait de même plus au sud, jusqu’aux terres de l’abbaye de Valldigna et celles des seigneurs de Carlet.

65Pour le reste, à l’exception des états des ducs de Gandía, des marquis de Denia, de Guadalest, d’Albaida, des comtés de Cocentaina et de Parcent qui formaient une sorte d’imposant bloc seigneurial qui occupait les montagnes et les côtes de part et d’autre du Cap de la Nao, le gouvernement de Játiva concentrait à lui seul quinze des trente-trois villes royales.

66Le sud du royaume était dominé par trois grands domaines seigneuriaux et deux villes royales. Les terres des marquis d’Elche, des comtes d’Elda et des seigneurs de Rafal jouxtaient les vaste étendues que contrôlaient les villes d’Alicante et d’Orihuela.

67Cette distribution inégale suivait, du nord vers le sud, l’évolution du rapport de forces entre Jacques Ier et la noblesse aragonaise au cours des différentes étapes de la Reconquête. Aux premières terres reprises aux maures correspondent d’abord les grands domaines de l’ordre de Montesa et les concessions territoriales faites à la noblesse aragonaise.

68Vient en deuxième lieu le vaste territoire situé autour de la capitale que Jacques Ier fut soucieux de rattacher au domaine royal. Au-delà du Júcar, qui servit de frontière depuis la prise de Valence jusqu’à la poursuite de l’avancée chrétienne, ce furent en majorité des villes royales qui furent créées. Mais dans la partie méridionale du territoire, dont l’intégration à la couronne d’Aragon fut postérieure, on retrouve les grands domaines et les municipalités importantes, caractéristiques du peuplement castillan de la Reconquête en Andalousie.

  • 34 Vaño Silvestre Francisco, « Bocairente. La designación de autoridades por insaculación », Actas de (...)

69Mais gardons-nous encore d’une excessive simplification en opposant d’une façon trop tranchée señorío et realengo. Le roi conservait toujours un droit éminent de justice sur les domaines des seigneurs et les vassaux pouvaient faire appel, ils ne s’en privaient pas, devant les tribunaux royaux en cas de désaccord avec la justice de leur seigneur. D’autre part, le contrôle de la couronne sur les terres du domaine royal n’était pas absolu, il s’exerçait en première instance par l’intermédiaire des villes où siégeait un magistrat, le justicia. Son mode de nomination pouvait varier selon que la ville avait ou non reçu le privilège de procéder au choix par tirage au sort (insaculación) à partir d’une liste préétablie avec l’aide des autorités locales34. La nomination était de toute façon, le fruit d’une négociation avec les oligarchies de la ville. Cela n’était pas toujours facile. Un document intitulé « Advertimientos para el Virrey sobre la persecución y expulsión de los bandoleros » indique qu’il fallait remédier aux irrégularités que commettaient les autorités de Carcagente dans le processus d’insaculación :

  • 35 Le redolín était une boule creuse de cire dans laquelle était glissé un papier portant le nom du c (...)
  • 36 ACA CA Leg 583 Exp 7/19 (non daté).

Se ha entendido que en la villa de Carcaxent se siguen grandes inconvenientes por aver dos bandos y que el bayle, que es quien publica los redolines35 de los officios de los que están insaculados concertándose con los que intervienen en esto. La noche antes de la elección saca de las bolsas los nombres de los que quiere que no concurran y aun quando sale el redolín publica uno por otro. Será bien se ordenasse al governador de Xátiva que en cada un año al tiempo que se ha de hazer elección de justicia y jurados en aquella villa fuesse personalmente a ella y reconociese las bolsas de los que están insaculados haziendo escrivir los nombres en un libro aparte y que en su presencia se hiziesse la extracción en la forma que lo dispone el privilegio que tiene la villa36.

Fig. 1. — Carte des juridictions du royaume de Valence

Fig. 2. — Carte du royaume de Valence

70Le mandat du justicia était annuel. Cela le rendait particulièrement vulnérable aux pressions diverses. Dans un autre rapport, le régent don Luis Blasco que nous avons cité précédemment, analysait ainsi les inconvénients de cette magistrature temporaire :

  • 37 ACA CA Leg 583 Exp 7/24 (non daté).

La desigualdad que hay en hazer justicia es el principio de todo el daño, porque quien la administra no solo haze cortesía en el año que le cabe : pero casi es forçoso que, quando le toca esta suerte, govierne mal, para que no se venguen del, al dia siguiente los castigados, pues viéndole sin vara, quedan sus iguales37.

71Partout, entre le monarque et ses sujets, s’interposaient d’autres institutions détentrices d’une délégation du pouvoir royal. Le contrôle de l’activité de ces autorité locales était d’autant plus malaisé que celui-ci s’effectuait dans un cadre institutionnel fort contraignant.

Notes

1 Lapeyre Henri, Géographie de l’Espagne morisque, Paris, 1959, 304 p., p. 15.

2 Ibidem, p. 17.

3 Braudel Fernand, La Méditérranée et le monde méditérranéen à l’époque de Philippe II, Armand Collin, Paris, 5e édition, 1982, 1.

4 On se reportera à la carte de la figure 1 p. 34.

5 L’évêché de Segorbe ne fut séparé de celui d’Albarracín qu’en 1557.

6 On se reportera à la carte de la figure 1 p. 34.

7 Escolano Gaspar, Década primera de la historia de la insigne, y coronada Ciudad y Reyno de Valencia. (Libros I a X), Reproduction en facsimilé en 5 tomes, Valence, 1610-1972, 2006 colonnes Livre 7, chap 23.

8 Ibidem, Livre 8, chap 4.

9 Ibidem, Livre 6, chap 5.

10 Contreras Jaime, Dedieu JeanPierre, « La geografía de la Inquisición Española : la formación de los distritos ; 1478-1820 », Hispania, C.S.I.C., Madrid, 1980, p. 37-93.

11 Voir la carte de la figure 2 p. 35.

12 Voir la carte de la figure 1 p. 34.

13 Braudel, op. cit., p. 180.

14 Garcia Martinez Sebastián, Bandolerismo, piratería y control de moriscos en Valencia durante el reinado de Felipe II, Valence, 1984, 119 p., p. 23.

15 Braudel, op. cit., p. 296.

16 Garcia Martinez, op. cit., p. 15 à 38.

17 Pérez García Pablo, « Origen de la Milicia efectiva valenciana : Las vicisitudes del proyecto del marqués de Denia para la creación, pertrecho y movilización de los tercios del Reino de Valencia (15961604) », Dels Furs a l’Estatut, Actes del Io Congrés d’Administració Valenciana : de la Història a la Modernitat, p. 199-211, Valence, 1992, 770 p.

18 Ces renseignements sont tirés de la description générale du royaume du chroniqueur Gaspar Escolano.

19 Voir carte de la figure 1 p. 34.

20 Au sujet du régime seigeurial, voir Pierre Goubert, Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, 2e édition, Paris, 1991, 2 volumes, 383 p. et 391 p.

21 ACA CA Leg 583 Exp 7/12 (non daté).

22 ARV R 253 f° 101 r° et ADPV e. 1. 5. caja 5.

23 ARV R 253 f° 128 v°, 141 r° et ADPV e. 1. 5. caja 5.

24 La question du banditisme méditerranéen a été magistralement évoquée et analysée par Braudel Fernand, dans La Méditérranée..., vol 2, p. 75 à 94. La dernière étude de synthèse du banditisme valencien à l’époque de Philippe II est celle, déjà citée, de Sebastián Garcia Martinez. L’ouvrage de Pérez García Pablo, La comparsa de malhechores. Un ensayo sobre la criminalidad y la justicia urbana en la Valencia preagermanada, 1479-1518, Valence, 1990, 342 p., constitue la seule approche à la fois quantitative et qualitative du phénomène mais concerne une époque antérieure. La dimension politique du phénomène est analysée par Guía Marín LuisJulián, « La guerra de Cataluña y el bandolerismo valenciano (1640-1652) », Actes du Ier Colloque sur le Pays Valencien à l’époque moderne, p. 117-141, Publications de l’Université de Pau et de la Maison des Pays Ibériques, Université de Pau, 1980, 397 p. et d’une façon plus synthétique et générale par Vazquéz de Prada Valentín, Conflictos socio-políticos en la Corona de Aragón en el reinado de Felipe II, Revueltas y alzamientos en la España de Felipe II, p. 4164, Colección « Síntesis » no 8, Universidad de Valladolid, Cátedra « Felipe II », Valladolid, 1992, 137 p. Enfin des études plus ponctuelles, parmi lesquelles celle de Salvador Lizondo María Dolores, « Notas sobre el bandolerismo nobiliario a comienzos del virreinato del duque de Máqueda (1553-1554) », I° Congreso de historia del País Valenciano, vol III, p. 177-180, Universidad de Valencia, 1976, 854 p. apportent un éclairage précis sur le phénomène.

25 Voir, à ce sujet, la description générale du royaume par Escolano, Década..., op. cit., livres VI à IX.

26 Mateu i Llopis Felipe, El País valencià, L’Estal, Quaderns d’Orientació Valencianista, Valence, 1933, 133 p., p. 6266.

27 Pascual Boronat, Los moriscos españoles y su expulsión, Valence, 1901, 2 tomes. tome 1, p. 428 à 442.

28 Ciscar Pallarés Eugenio, Tierra y señorío en el País Valenciano (1570-1620), Valence, 1977, 411 p.

29 Lapeyre Henry, op. cit., p. 32.

30 Ciscar Pallarés, op. cit., p. 86.

31 Elliott J. H., La rebelión de los catalanes. Un estudio sobre la decadencia de España (1598-1640), 573 p., p. 92.

32 ADPV e. 1. 4. caja 5.

33 Salvador Esteban Emilia, « Las cortes de Valencia », Las Cortes de Castilla y León en la Edad Moderna, p. 735 à 821, Valladolid, 1989, 821 p.

34 Vaño Silvestre Francisco, « Bocairente. La designación de autoridades por insaculación », Actas del I° Congreso de historia del País Valenciano, vol III, p. 189-199, Valence, 1976, 854 p.

35 Le redolín était une boule creuse de cire dans laquelle était glissé un papier portant le nom du candidat au poste à pourvoir.

36 ACA CA Leg 583 Exp 7/19 (non daté).

37 ACA CA Leg 583 Exp 7/24 (non daté).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte des juridictions du royaume de Valence
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 2. — Carte du royaume de Valence
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search