Version classiqueVersion mobile

Ángel Vâzquez romancier (1929-1980)

 | 
Nathalie Sagnes Alem

Livre III. Tanger ou le fil conducteur d'un univers fictionnel

Chapitre 7 : Manifestations linguistiques d'une société pluriculturelle

Texte intégral

1L'espace tangérois apparaît comme le fruit d'une histoire originale et porte en son sein l'empreinte de la coexistence de diverses communautés. Chacune d'elles a conservé son mode de vie particulier, son identité culturelle et surtout sa spécificité linguistique. La langue, considérée comme patrimoine collectif (sociolecte) ou comme expression d'une individualité (idiolecte), est tout à la fois un facteur d'intégration et d'exclusion. A Tanger trois langues ont un statut de langue officielle pendant la période où la ville est internationale, l'arabe, l'espagnol et le français, mais d'autres encore y sont parlées. Les romans d'Ángel Vázquez rendent compte par des procédés divers de cette pluralité unique en son genre. Le degré d'assimilation de ces langues par les personnages -ou par l'instance narrative- ainsi que la fonction qui leur est octroyée dans le processus narratif sont d'une grande diversité. En outre, la fonction référentielle de cette expression romanesque originale se double d'une dimension symbolique et poétique croissante dans l'œuvre de l'écrivain tangérois.

  • 1 Henri Boyer, Eléments de sociolinguistique, langues, communication et société, Paris, Dunod, 1976, (...)

2Notre but va donc être d'étudier "aussi bien les rituels de conversation, les situations de communication que les institutions de la langue, les pratiques singulières du langage que les phénomènes collectifs liés au plurilinguisme."1

1. Les langues européennes : la reconnaissance sociale

3Les personnages principaux des romans d'Ángel Vázquez appartiennent tous à la communauté européenne de la ville même si leurs origines sont multiples. Les mères de Cristina, de Juanita, de Paula sont espagnoles, celle de Javier est française. Derrick, Julio et le père de Juanita sont de nationalité britannique alors que le mari de Julieta était belge et madame Marinetti italienne. Tous ces personnages communiquent en espagnol mais leur expression se fait parfois le reflet de leur diversité culturelle.

4Dans El cuarto de los niños où le cadre géographique de l'action n'est jamais nommé, une conversation entendue par hasard permet d'en signifier la singularité. Alors que des enfants jouent sur la plage, Gabrielito s'approche d'eux pour participer à leurs ébats :

  • 2 El cuarto de los niños, p. 238.

" - Comme c'est beau ! palmoteó una niña pécora.
- C'est affreux - exclamó la chiquilla.
- Look, look here.
- Vamos a coronar a Lisette - propuso el chico rubio.
- You will be the queen.
- Moi la reine ? Comme c'est gentil.
- Cio. Dove vai Andrea ?"2

5Chacun est capable de comprendre les rudiments de la langue de l'autre même s'il s'exprime dans la sienne, mais il apparaît qu'aucun petit Marocain n'est intégré au groupe et que l'arabe ne fait pas partie de l'environnement quotidien de ces enfants de la communauté européenne. Ce phénomène linguistique est à la fois la conséquence et la manifestation d'un processus d'exclusion déjà mis en évidence par d'autres procédés. Dans Fiesta para una mujer sola, le plurilinguisme de la ville dans laquelle vient d'arriver Damián est porteur des mêmes contradictions inhérentes à un système colonial qui n'a jamais dit son nom, même s'il est présenté comme un objet d'émerveillement pour le jeune Espagnol :

  • 3 Fiesta, p. 42.

"No era lujoso aquello. Tenía algo. Tal vez los mosquitos o los insectos nocturnos que se agolpaban en torno a la luz. Tal vez el rumor de las conversaciones en inglés. O en francés. O en italiano. Un sordo rumor. Algo que a Damián le pareció un hechizo."3

1.1 L'anglais : emploi mineur

  • 4 Se enciende, p. 26.
  • 5 Fiesta, p. 192.

6Dès le premier roman d'Ángel Vázquez l'anglais est relativement peu employé bien que la famille Cardovan ait des origines britanniques. Les quelques mots qui parcourent le texte ne sauraient suffire à en faire un outil de communication. Même avec Nanny, sa gouvernante anglaise, Cristina parle espagnol et le "darling" affectueux qui lui est adressé ("Cristina, darling, ¿ No te acuerdas de mí ?"4) ne sert qu'à situer la personne que la protagoniste vient de rencontrer, avant qu'elle ne soit identifiée. L'anglais s'impose aussi comme la langue des affaires diplomatiques ou commerciales ("¡Mister Sanders, please. Wait a moment... Miss Edna, a call for you"5) ou celle parlée dans les réceptions offertes par les riches Tangérois.

  • 6 La vida perra, p. 66.
  • 7 La vida perra, p. 97.
  • 8 Ibid, p. 82.
  • 9 Ibid, p. 16.
  • 10 Si l'on se réfère à l'étude démographique de Norbert Blandin, on s'aperçoit qu'en 1940 les Britann (...)

7Juanita utilise comme les autres personnages d'Ángel Vázquez l'anglais avec parcimonie. Pourtant son père, comme celui de Cristina, est un ressortissant britannique, originaire de Gibraltar. Si dans l'espace de la fiction on ne l'entend jamais s'exprimer en anglais, il apparaît néanmoins fidèle à la presse tangéroise anglo-saxonne ("Papá se encerrará en su despacho después de haber comprado el Tangier Gazette"6). La narratrice de La vida perra s'adresse à son père en multipliant les daddy mais cet emploi récurrent a pour effet paradoxal de souligner un vide affectif et de créer une distance faussement respectueuse entre elle et lui (" Tu escoges los vinos, daddy dear"7). En outre, Juanita ne fait pas un usage systématique du terme et, lorsqu'elle est surprise, elle cesse spontanément d'opérer ce décrochage ("¿Qué dices, papá, ¿ Vas a jubilarte definitivamente ?"8). Même si Juanita met un point d'honneur à saluer les ressortissants britanniques qu'elle croise dans les rues de Tanger dans leur langue ("Morning dear"9), on ne la voit jamais poursuivre avec eux une conversation en anglais. Cependant, pour la protagoniste, cet usage ponctuel d'une langue parlée dans la ville seulement par les classes les plus élevées traduit une volonté d'affirmer ses origines tout en se donnant l'illusion de s'élever dans la hiérarchie sociale. Contrairement à l'espagnol ou au français, l'anglais n'était pas une langue qui faisait partie de l'environnement linguistique quotidien des Tangérois. Les ressortissants américains célèbres qui ont contribué à façonner l'image de Tanger à travers le temps - au premier rang desquels les Bowles, mais aussi Jack Kerouac, William Burroughs ou Allen Ginsberg - sont représentatifs d'une petite colonie d'intellectuels marginaux mais ils n'illustrent pas la présence massive d'une population anglophone10.

  • 11 La vida perra, p. 37.
  • 12 Ibid, p. 81.
  • 13 Ibid, p. 202.
  • 14 Ibid, p. 16.
  • 15 Ibid, p. 90.
  • 16 Ibid, p. 141.
  • 17 Ibid, p. 71.
  • 18 Ibid, p. 254.

8Lorsque Juanita intègre au reste de son expression des termes anglais, il s'agit toujours de mots qui ont pratiquement été annexés par les autres langues et banalisés par un usage récurrent. On ne saurait donc accorder à ce phénomène une signification socio-culturelle particulière. La narratrice emploie ainsi les mots "smoking"11, "pudding"12, l'expression "on the rocks" ?13, ou des noms propres "un setter"14, "el lambeth walk"15, "Washington Square"16, qui ont en fait été assimilés par l'espagnol. Les quelques termes qui ont un équivalent espagnol et que Juanita utilise néanmoins ("Aquel beibi que nunca conocimos"17, "la muerte fue un shock"18) traduisent l'insistance sémantique que Juanita veut leur conférer en les détachant de l'ensemble de son discours.

1.2 Le français : le prestige linguistique d'une communauté prosélytiste

  • 19 El cuarto de los niños, p. 256.

9L'usage du français à Tanger doit être mis en rapport avec le rôle prépondérant joué par la France dans la vie administrative et culturelle de la cité. A l'intérieur de ce dispositif, le système éducatif revêt une importance particulière. Gabrielito fréquente le lycée français et sait donc saluer dans cette langue (""Bonjour Madame" - saludó el chiquillo"19) tandis que Cristina, également élève de cet établissement prestigieux, récite des poésies françaises :

  • 20 Se enciende, p. 183.

" Le vent qui les invite,
jamais n'en trouve assez
Valsez, valsez plus vite
Pauvres feuilles, valsez !"20

  • 21 Ibid, p. 268.
  • 22 Ibid, pp. 84-85.
  • 23 Ibid, p. 65.
  • 24 Ibid, p. 238.

10À travers l'espace fictionnel, le français s'impose aussi comme la langue des formalités administratives pénibles. Alors que Damián vient de mourir tragiquement, Paula est convoquée au commissariat de police où la langue connote un environnement étranger et hostile. Les rares paroles de réconfort qui y sont prononcées deviennent des formules froides et impersonnelles ("Ne vous en faites pas, Madame. Tout va s'arranger"21). Chez Damián le français éveille des sentiments ambivalents et même contradictoires. Quand il arrive chez Julieta, cette langue est pour lui synonyme de nouveautés mais bien vite il se sent agressé et exclu du groupe ("Soy español - pensó para sus adentros - Creerá que soy un salvaje " Sintió ganas de gritar. Se contuvo"22). En fait, le français est inconsciemment perçu par Damián comme la langue d'un pays culturellement et politiquement impéraliste. À Tanger, les ressortissants français occupent tous des positions d'un certain prestige tandis que les européens les plus pauvres sont généralement d'origine espagnole. Damián, après quelque temps passé dans la ville, arrivera à se débarrasser de ce "complexe linguistique". Si au début il éprouve une certaine appréhension à s'exprimer en français ("Ça ne fait rien, je vous en prie..." Y enrojeció sintiéndose observado""23, il saura au terme de son parcours initiatique en jouer pour provoquer son ami et se dérober ("Antes de salir del coche da un beso en la frente a su amigo (...) -Toutes ces choses-là n'ont aucune importance. Tout dépend de la façon de les faire"24).

  • 25 Se enciende, p. 87.
  • 26 Ibid, p. 78.
  • 27 Ibid, p. 226.
  • 28 Ibid, р. 65.

11Le français est également utilisé de façon originale par les représentants de la communauté hispanophone tangéroise, qui en saupoudrent leur expression. Ainsi Emma qui est une lectrice assidue du journal Le Monde ("Emma... abstraída en un artículo de Le Monde"25) ponctue son discours de termes français lorsqu'elle veut mettre en valeur leur signification ("Yo era el muchacho de la familia. L'enfant terrible"26). Le personnage de Consuelo a recours à ce même procédé et sa fonction se voit dotée d'un autre statut par le seul fait d'être énoncée en français ; ainsi s'établit une double barrière, sociale et linguistique, entre elle et le reste de la domesticité ("No soy del servicio doméstico. Soy la gouvernante"27). L'instance narratrice du premier roman d'Ángel Vázquez injecte également dans un discours en espagnol quelques termes français, avec les mêmes effets de sémantisme redondant ("Lidia no era, como se decía entonces, ninguna parvenue"28). Ce comportement linguistique est une constance chez les Tangérois hispanophones. Juanita systématise le procédé qui va prendre par son ampleur une autre signification. La multiplication des termes français -ou même de certaines expressions idiomatiques- chez un individu qui n'a jamais fréquenté les établissements scolaires de ce pays traduit l'importance du français à l'intérieur du dispositif linguistique tangérois.

  • 29 La vida perra, p. 46.
  • 30 Ibid, р. 65.
  • 31 Ibid, р. 89.
  • 32 Ibid, p. 100.
  • 33 Ibid, p. 222.
  • 34 Ibid, p. 17.
  • 35 Ibid, p. 108.

12Certes, la narratrice de La vida perra commet parfois quelques erreurs qui sont en fait des hispanismes. Juanita dit "quelle mélange"29 et "la lièvre"30, parce que ces substantifs sont féminins en espagnol. Elle parle également d'un "lit du camp"31 et laisse échapper un "quel beauté"32 ou un "oui, monsieur, c'est lui, le même"33, mais son expression française est généralement de la plus grande correction et ne se voit guère affectée par ces petites imprécisions. On relève aussi quelques gallicismes ("el préstige"34 et "una viejería"35) mais on ne saurait parler de diglossie dans le cas du personnage. Au contraire la langue de Juanita s'enrichit de ces apports linguistiques extérieurs.

  • 36 Ibid, p. 149.
  • 37 Ibid, p. 169.
  • 38 Ibid, p. 25.

13Le français apparaît d'abord dans le texte sous la forme de noms propres ou de mots recouvrant une réalité culturelle intraduisible. Ces éléments sont de nature diverse et variée et renvoient l'image d'un environnement quotidien où la civilisation française -au sens le plus large- est omniprésente. Il s'agit de titres de films que Juanita a probablement vus en version originale comme La Maternelle36 ou Pépé le Moko37, ou de romans. L'emploi du français révèle aussi un degré supérieur d'assimilation de la langue par Juanita puisqu'elle est capable de faire un jeu de mots à partir d'une œuvre de Victor Hugo ("Sí, ya lo sé. Tenéis un sitito para mí. Pero esto que tenía era pasillo, de fácil salir, malgré le pêcheur d'Islande"38).

  • 39 Ibid, p. 84.
  • 40 Ibid, p. 108.
  • 41 Ibid, p. 140.
  • 42 Ibid, p. 156.
  • 43 Ibid, p. 24.
  • 44 Ibid, p. 117.
  • 45 Ibid, p. 104.
  • 46 Ibid, p. 158.
  • 47 Ibid, pp. 17-27-136.
  • 48 Ibid, p. 37.
  • 49 Ibid, p. 60.
  • 50 Ibid, p. 86.
  • 51 Ibid, p. 109 et 111.
  • 52 Ibid, p. 136.
  • 53 Ibid, p. 156.
  • 54 Ibid, p. 157.
  • 55 Ibid, p. 171.
  • 56 Ibid, p. 120
  • 57 Ibid, p. 185.
  • 58 Ibid, p. 176.
  • 59 Ibid, p. 202.
  • 60 Ibid, p. 175.
  • 61 Ibid, p. 215.
  • 62 Ibid, p. 267.

14D'autres termes renvoient à des produits typiquement français comme "unos marrons glacés"39, "la blanquette"40, "foie gras"41, "caja de nougats"42. La diversité culinaire de la ville apparaît déjà comme un facteur d'échange culturel original. Juanita parle aussi des "pillules des Vosges"43, "du vin Valpierre et Chaudsoleil"44 ou encore du "Queso Roquefort"45 et de la "sauce meunière"46. D'autres fois, les termes français ne recouvrent pas une réalité ou un usage spécifique. Seuls l'arbitraire et la volonté de détacher ces unités lexicales de l'ensemble du discours en motivent l'utilisation. On relève ainsi les mots "rouge"47, "sommier"48, "voyante"49, "punaise"50, "cocotte"51, "douche"52, "délicatesse"53, "rendez-vous"54, "canapé"55, "à l'aise"56, "chichi"57, "rapport"58, "chic"59, " recherchée"60, "point"61, "tour de force"62. Enfin, Juanita se différencie des protagonistes des romans précédents parce qu'elle injecte dans la syntaxe espagnole des expressions idiomatiques françaises. Ce comportement illustre parfois une attitude d'auto-dérision comme si le fait de ne pas s'exprimer dans sa langue maternelle lui permettait de se détacher de sa triste condition et de s'en moquer :

  • 63 Ibid, p. 17.
  • 64 Ibid, p. 59.
  • 65 Ibid, p. 61.
  • 66 Ibid, p. 56.
  • 67 Ibid, p. 69.
  • 68 Ibid, p. 80.
  • 69 Ibid, p. 101.
  • 70 Ibid, p. 104.
  • 71 Ibid, p. 105.
  • 72 Ibid, p. 172.
  • 73 Ibid, p. 155.
  • 74 Ibid, p. 188.
  • 75 Ibid, p. 216.

"C'est trop difficile pour moi savoir quoi faire de moi"63, " le décor te va"64, "à chacun son destin"65, "le temps d'un soupir"66, "Juanita, à la charge"67, "es le retour d'âge"68, "laisse tomber, Juani"69, "le vrai bonheur, c'est le bonheur des autres"70, "Va faire dodo, ma chère"71, "Je n'ai pas besoin du côté physique de l'homme, mon chou"72, "Je suis une femme entourée de mystère"73, "deja de hacer la jeune fille mal élevée"74, "lui, est mon point faible."75

  • 76 Ibid, p. 100.
  • 77 "Lorsque le locuteur a le sentiment d'être en situation d'infériorité linguistique face à l'autre, (...)

15Mais le français n'est pas seulement une langue assimilée et intériorisée, Juanita s'en sert pour communiquer lorsque c'est nécessaire : "Merci garçon, cette omelette a l'air délicieuse... Un tournedos pas trop grillé. Non, merci. Oui, mon Cher, vraiment exquise"76. Ce dernier exemple met en scène un personnage en représentation qui souhaite être socialement reconnu en étant assimilé à la communauté francophone de la ville, ce qui explique son vocabulaire quelque peu précieux. En fait, Juanita se trouve là presque dans une situation d'hypercorrection77.

2. L'arabe : langue vernaculaire

  • 78 Voir l'introduction à la thèse de Abdel Chebad, Les emprunts du parler tangérois à l'andalou (thès (...)

16L'utilisation de l'arabe dans l'œuvre romanesque d'Ángel Vázquez nécessite quelques remarques préalables. Tout d'abord, le terme lui-même mérite d'être explicité car il s'agit en fait d'un arabe dialectal, le marocain, qui se parle mais ne s'écrit pas78. À Tanger, la masse de la population arabophone est analphabète et méconnaît donc l'arabe dit classique (la langue du Coran) qui s'écrit mais se parle peu. Les habitants d'origine européenne qui vivent dans la ville internationale n'ont généralement que des rudiments d'arabe dialectal, langue entendue dans la rue, dont ils n'ont qu'une pratique limitée et forcément orale. À un autre niveau, les lettres de notre alphabet ne permettent pas de rendre compte de manière rigoureuse de certains phonèmes arabes et seules des conventions de transcription trés strictes entre les deux systèmes d'écriture permettent d'y pallier. Or Ángel Vázquez a choisi de les ignorer. La langue romanesque qui s'élabore ainsi reflète le degré d'assimilation de l'arabe par les Européens et l'approximation, phonétique, orthographique, sémantique de sa restitution dans la fiction est porteuse de sens si ce n'est d'authenticité. Dans Se enciende y se apaga una luz et dans Fiesta para una mujer sola, l'arabe n'apparaît qu'anecdotiquement alors que dans La vida perra de Juanita Narboni, il investit véritablement le texte.

2.1 La langue d'une civilisation

  • 79 La vida perra, p. 175.
  • 80 Ibid, p. 190.
  • 81 Ibid, p. 159.
  • 82 Ibid, p. 101.
  • 83 Ibid, p. 171.

17La première manifestation de l'utilisation de l'arabe dans l'espace romanesque correspond à l'expression d'une réalité qui est difficilement traduisible puisqu'elle n'a pas d'équivalent dans notre civilisation. Ces mots permettent de définir le référent géographique de manière plus précise et d'en illustrer la spécificité. Il s'agit tout d'abord de termes qui recouvrent les fonctions propres à cet espace urbain et à son mode de vie. On peut citer le guerrab qui est le porteur d'eau ("Acuérdate de cuando el guerrab tenía que traer el agua a casa"79), le chauch qui est un gardien ou un concierge ("Pareces un chauch"80), le Mendub qui fait office de gouverneur ("No pretenderás que estos pobres conviertan al Mendub"81) ou encore le muezzin qui est chargé d'appeler les fidèles à la prière du haut du minaret ("Ya está cantando el muezzin en la mezquita"82). Le cawashi, quant à lui, désigne une sorte de chef de quartier sans véritables pouvoirs administratifs ("claro la hija del cawashi de la esquina"83). Aucun de ces termes n'a de traduction exacte et le plus souvent une expression syntagmatique ou une périphrase sont nécessaires pour rendre compte de ce qu'ils expriment. En outre, ces substituts ne permettent pas d'évoquer avec précision la complexité de la fonction et de ses implications sociales.

  • 84 Se enciende, p. 81.
  • 85 Fiesta, p. 60.
  • 86 La vida perra, p. 225.
  • 87 Ibid, p. 206.
  • 88 Se enciende, p. 81.
  • 89 Ibid, p. 131.
  • 90 Ibid. p. 257.
  • 91 Fiesta, p. 153.
  • 92 La vida perra, p. 200.
  • 93 Ibid, p. 253.
  • 94 Ibid, p. 160.

18Les autres mots marocains appartiennent surtout aux champs lexicaux de l'attribut vestimentaire et de l'art culinaire. Dans les deux premiers romans d'Ángel Vázquez, Radia et Darbi sont vêtus de caftán ("Radia, vestida con un amplio caftán"84 et "Darbi, envuelto en un caftán"85), vêtement qui illustre à la fois la fidélité à une culture et un désir d'évolution et de modernité. Juanita, pour sa part, déplore la disparition du jaique, du burnous et de la yilaba plus traditionnels("Se acabaron los jaiques y el burnus y la yilaba"86). La protagoniste se souvient également avec nostalgie des mets savoureux qu'Hamruch apportait de chez elle à l'occasion des fêtes religieuses ("cuantas veces traía de su casa un platito con tadjin, pistila o cuscus"87). Dans le roman que couronna Le Planeta, les deux seuls termes culinaires qui apparaissent ont pratiquement été assimilés par le français ou l'espagnol. Il s'agit du mechui88 et du cuscús89. La cuisine est incontestablement un vecteur de l'échange culturel entre les différentes communautés et Juanita fait même référence à la jarira,la soupe du Ramadam avec laquelle les fidèles rompent le jeûne ("No, mira, mi bueno, me llevo dos termos, uno para la jarira y otro para el té"90). On pourrait encore ajouter le "kif", drogue douce dont la vente libre à Tanger a attiré de nombreux touristes ("Ali... fumando una larga pipa de kif"91) ou la aljeña qui n'est autre que le henné que les femmes nord-africaines utilisent comme un véritable cosmétique ("Te has echado toda la aljeña del mundo"92). Quant au dirham93, il s'agit de l'unité de monnaie marocaine apparue après l'indépendance tandis que le "real jasani" était en circulation en des temps plus lointains ("Terrenitos de nada, que nadie los quería por diez reales jasanis el metro"94).

  • 95 Ibid, p. 162.
  • 96 Ibid, p. 116.
  • 97 Ibid, p. 166.
  • 98 La vida perra. pp. 109-110.
  • 99 ibid, p. 111.
  • 100 Ibid, p. 200.
  • 101 ibid, p. 172.
  • 102 Se enciende, p. 17.

19Mais Juanita n'utilise pas toujours avec exactitude les termes arabes qui parsèment son discours. Certains font l'objet d'une interprétation personnelle approximative. Ainsi, elle semble faire de cabileño un synonyme de "paysan" ou de "campagnard" ("Cabileños con sus burros"95) alors qu'une cábila - le mot est employé plus loin à bon escient : "la chiquillería de su cábila"96 -correspond à une tribu. La narratrice a également recours de façon discutable au terme de "yibilo" ("Lo prefiero antes de que lo haga un yibilo y me arranque el bolso"97) dont elle semble ne retenir que la connotation négative et agressive. En fait, un yibilo est un habitant de la montagne mal dégrossi, on pourrait le traduire par "plouc". Lorsque Juanita s'adresse à Hamruch en la traitant de cherifa ("¡Hamruch, Hamruch ! ¿Se echaste un ojo al aceite ? estás en todo, gracias, eres una santa, una cherifa bendita, que Dios te lo pague"98), elle privilégie au contraire la dimension laudative du terme sans tenir compte de la réalité de sa signification. Son usage erroné est confirmé quand elle-même se désigne ainsi ("las solteras somos todas cherifas"99). En réalité, Juanita interprète librement ce qui pourrait correspondre dans notre civilisation à un titre de noblesse. Juanita semble aussi confondre le prénom de Laila (ou Leila) avec le titre de Lalla qui signifie "princesse" ou qui désigne de façon plus générale une femme d'une certaine classe sociale. La proximité phonétique des deux mots explique dans ce cas le déplacement qui a été opéré ("Un vestido de Laila, Laila Juanita"100). La narratrice emploie également le mot de bakalito ("¿De quién iba a ser ? Del bacalito y su familia"101) de façon très personnelle puisqu'elle le construit comme un dérivé du terme bakal, sorte de bazar où l'on trouve toutes sortes d'objets. Le terme apparaît d'ailleurs sous cette forme dans Se enciende y se apaga una luz ("una linterna comprada en un bakal"102).

  • 103 Ibid, p. 100.
  • 104 Ibid, p. 110.
  • 105 La vida perra, p. 116.

20Enfin, le recours à un vocabulaire religieusement connoté traduit chez la protagoniste l'acceptation d'un comportement fataliste et d'une superstition omniprésente dans la culture arabe. Cette assimilation se fait d'autant plus aisément que sa propre culture judéo-chrétienne en est imprégnée. Juanita utilise à plusieurs reprises le terme de jamsa, chiffre cinq en arabe, doté des mêmes pouvoirs magiques que le sept dans d'autres civilisations. Représenté par une main ouverte, il est supposé éloigner le mauvais sort ("Jamsa, jamsa se lleve el mal"103). Le mot baraka est quant à lui d'un sémantisme d'autant plus flou qu'il peut varier en fonction du contexte dans lequel il se trouve. Le terme peut signifier la paix, la chance ou impliquer qu'un stade à ne pas dépasser a été atteint. Juanita privilégie le deuxième sens ("Tengo el baraka"104). De la même façon, Juanita utilise en s'adressant à Hamruch le fameux " si dieu le veut " que les Arabes emploient à tout bout de champ lorsqu'ils parlent d'un événement même anodin qui doit se produire dans le futur. La transcription de la phrase consacrée en un terme unique ("inshaalá") traduit la perception qu'en a le personnage. Incapable de décomposer l'expression, elle la reçoit - et donc l'utilise - comme une lexie simple et figée dont le sens exact lui échappe puisqu'elle l'emploie de façon discutable ("No me mires así Hamruch, inshaalá, pero no me mires así"105).

21L'onomastique s'impose comme un moyen économique de rendre compte de la présence -muette- de toute une communauté. Dans les deux premiers romans d'Ángel Vázquez, la diversité et la multiplication des prénoms arabes permettent de signifier que l'espace tangérois n'est pas investi par les seuls Européens, même si les personnages marocains semblent ne remplir qu'une fonction référentielle ponctuelle, s'effaçant aussitôt du discours :

  • 106 Se enciende, p. 11.
  • 107 Ibid, p. 18.
  • 108 Ibid, p. 23.
  • 109 Ibid, p. 81.
  • 110 Ibid, p. 131.
  • 111 Ibid, p. 141.
  • 112 Ibid, p. 223.
  • 113 Fiesta, p. 23.
  • 114 Ibid, p. 54.
  • 115 Ibid, p. 60.
  • 116 Ibid, p. 154.
  • 117 Ibid, p. 154.

"Zohra, la criada, se obstina a llevar un pesado maletín"106/"Bebsan, el chófer moro"107/"el chófer nuevo, Hamú"108/"Radia vestida con un caftán"109/"he dicho a Rejma que prepare un cuscús"110/"que no olvide decir a Ali"111/" ¿Has mandado a Amina a casa ?"112 /"Kaddush la sirvienta"113/"Hamido le daba el té"114/"Darbi envuelto en un caftán"115/"Cherif, el hijo del jardinero"116/"Ali el jardinero."117

  • 118 "Tout commence par la nomination. Le mépris de l'autre (c'est-à-dire la méconnaissance ou l'incomp (...)
  • 119 Ibid, p. 81.
  • 120 Ibid, p. 24.
  • 121 Ibid, p. 81.
  • 122 Ibid, p. 118.
  • 123 Ibid, p. 138 et p. 249.
  • 124 Ibid, p. 151.
  • 125 Ibid, p. 156.
  • 126 Ibid, p. 227.
  • 127 Ibid, p. 229.
  • 128 Ibid, p. 255.

22Dans La vida perra de Juanita Narboni, la fonction référentielle de l'onomastique est identique mais elle recouvre aussi un comportement de nature différente. En effet, à chaque fois que la protagoniste s'adresse à un représentant masculin de la communauté marocaine, elle le fait en le nommant "Mohammed". Ce qui au début pourrait apparaître comme un geste de familiarité, finit par s'imposer comme la manifestation d'un racisme larvé118. Si "Mohammed" - selon une transcription française - est un prénom particulièrement répandu, il n'a pas la signification d'un substantif masculin. Au contraire, ce prénom fait l'objet d'un traitement particulier puisque par respect pour le prophète on le fait souvent précéder de Sidi (Monsieur), même si l'on s'adresse à un familier ou à un parent. Dans l'espace textuel, on trouve ce prénom généralement orthographié "Mohamed" mais une fois il apparaît sous la forme de "Mojamed"119. Cette transcription correspond à sa prononciation par les Espagnols tandis que la précédente semble induire une prononciation "à la française". Sous ce terme générique, Juanita interpelle successivement un ouvreur au cinéma120, l'épicier du quartier121, le gardien de l'église122, un passant123, un employé des postes124, un enfant125, un chauffeur de taxi126 ou de bus127. Une seule fois le prénom semble effectivement porté par l'individu concerné ("Me paré delante de un puesto y... qué quieras que te diga, mi reina : caí. Tenía hambre. Memshal Mohamed ? Passez, Madame, passez, vous êtes chez vous, Mademoiselle Narboni !"128).

  • 129 Ibid, p. 81.
  • 130 Ibid, p. 218.
  • 131 Ibid, p. 251.
  • 132 Emma Leon, art. cit., p. 66.

23Juanita use d'un même réflexe socio-linguistique avec les femmes de la communauté arabe mais, parce que les relations avec les Marocaines sont paradoxalement moins nombreuses qu'avec leurs homologues masculins, le phénomène ne revêt pas la même ampleur. En effet, dans cette société où l'influence de la religion musulmane est omniprésente, les femmes ne prennent pas part de façon directe à la vie de la cité. Les emplois qu'elles occupent hors du foyer sont ceux de domestiques. Les seules femmes de la communauté arabe que Juanita mentionne sont toutes bonnes dans les familles juives ("la fátima de los Azerraf"129) ou européennes de la ville ("la fátima de Mona"130, cette dernière étant désignée aussi comme "la fatma que trabaja con Mona"131). Fatma et Fatima sont en fait les deux variantes du même prénom féminin qui est devenu "dans les zones du protectorat espagnol tant que français nom commun soit pour désigner une femme arabe, soit la bonne. On comprendra aisément le rôle de la colonisation dans ce passage du prénom au sens de domestique."132

2.2 La langue de l'autre : acceptation et communication

24Le lexique arabe que l'on trouve dans les romans d'Ángel Vázquez ne désigne pas seulement une réalité spécifique intraduisible. Comme c'était déjà le cas du français, certains termes qui ont pourtant un équivalent espagnol sont injectés dans le discours avec des effets de sens divers mais concordants. Souvent cette substitution s'explique parce que le terme s'adresse directement à un représentant de la communauté marocaine ou parce qu'il y fait référence. À partir de cet usage, le mot sera assimilé, intégré par la narratrice et pourra être utilisé dans un contexte différent.

  • 133 La vida perra, p. 171.
  • 134 Emma Léon, art. cit., p. 65.
  • 135 La vida perra, p. 193.
  • 136 Ibid, p. 21.
  • 137 Ibid, p. 107.

25C'est ainsi le cas de menloca que Juanita emploie souvent pour qualifier Hamruch ("Hamruch... esa menloca es más vaga que yo"133). Étymologiquement, il s'agit d'un terme qui désigne une personne possédée par les démons et donc qui n'a plus toute sa raison. Mais Emma Léon lui prête une autre origine et un autre sens ("menloca semble être une hispanisation d'un mot arabe utilisé par les Juifs : melhoc, dont le sens est très imprécis, utilisé au vocatif ou comme qualificatif, il a surtout un sens péjoratif"134). Comme ce sera le cas pour toutes les explications discordantes dont le vocabulaire de Juanita fait l'objet, il ne faut pas envisager les différentes hypothèses dans un système d'opposition, de façon exclusive et contradictoire, mais considérer au contraire qu'elles sont complémentaires. Même si l'une des interprétations est à privilégier, il est probable que la proximité d'un autre phénomène linguistique, sémantiquement ou phonétiquement proche, a pu contribuer à motiver l'emploi d'un mot ou d'une expression. Dans le cas de menloca, on peut même ajouter que son utilisation récurrente dans le discours de Juanita s'explique également par la ressemblance avec l'adjectif féminin loca. Mais si l'arabe, comme l'espagnol, construit substantifs et adjectifs féminins en "a", il ignore le "o" final au masculin. La forme masculine du mot est memluk et non pas menloco comme le dit Juanita ("Creerá este menloco que le voy a pedir prestado"135). Le phénomène est similaire dans le cas de l'emploi de surraca qui signifie en arabe " voleuse " ("Lo bueno que tiene es que no es surraca"136). Utilisé dans la fiction au masculin sous la forme de surraco, il s'agit à nouveau d'une création à partir du féminin, fondée sur l'opposition des voyelles o/a, propre à l'espagnol. En arabe, le terme masculin est surrac. Le mot de jaluf (le cochon) est également hispanisé selon un même procédé : "Échate aceite con el pan, o mantequilla, te juro que no es de jalufo"137. On remarque que Juanita emploie le terme arabe au milieu d'une phrase en espagnol, afin de bien être comprise d'Hamruch pour laquelle c'est un crime que de manger de la viande de porc.

  • 138 Ibid, p. 18.
  • 139 Ibid, p. 117.
  • 140 ibid, p. 127.
  • 141 Ibid, p. 201.
  • 142 Ibid, p. 107.
  • 143 Ibid, p. 131.
  • 144 Ibid, p. 40.

26Juanita utilise d'autres termes de façon redondante, en les faisant précéder ou suivre de leur traduction espagnole. C'est le cas de bujalí qui est en fait une expression syntagmatique qui signifie " quelqu'un qui est en transe " et par extension " dépourvu de bon sens " ("¿A quién se le ocurre venir hoy a la playa si no es una chiflada como yo ? A una bujalí que prefiere la soledad fuera de casa"138) ou de shunta qui fait d'ailleurs l'objet d'une variante orthographique : "agacha la cabeza, como yo, de vergüenza que tengo ! ¡Shuma, shuma !"139 et "¿Crees que soy una surraca. S'chuma. Vergüenza"140. Dans ce dernier cas, Juanita emploie le terme à l'intention de Hamruch mais aussi pour donner plus de force à son expression et d'intensité à son sentiment. Enfin, d'autres termes de la vie quotidienne se substituent à leur équivalent espagnol dans les fragments dialogués qui s'adressent à Hamruch. Il s'agit par exemple du flus ("Flus, hija, el flus bentido que ya llegó"141) qui signifie "argent" ou du caua142, le café. Quant au mot de mejará, son utilisation dans la fiction est plus complexe car, si l'on peut admettre que Juanita ait adopté le terme ("En la mejará deberíais estar"143), il est en revanche plus discutable qu'elle le prête à Hamruch ("A la mejará como dice Hamruch"144). En effet, selon les explications concordantes d'Emma Léon et de Renée Fauveau la mejará serait un substantif arabe utilisé exclusivement par les Juifs. Toutefois à Tanger, lieu des métissages en tout genre, on peut admettre qu'une Marocaine emploie de façon individuelle un terme dont l'usage appartient à une autre communauté. De plus, le sens ne se fait pas toujours par une soumission à la réalité que le discours poétique transcende et dote d'une dimension symbolique.

  • 145 Ibid, p. 227.
  • 146 Ibid, p. 81.
  • 147 Ibid, p. 127.
  • 148 Ibid, p. 109.

27Hamruch est l'interlocutrice marocaine privilégiée mais elle n'est pas la seule. La narratrice de La vida perra intègre toujours à son discours un mot arabe dés lors qu'elle s'adresse à un Marocain. C'est le cas lorsqu'elle tente d'établir une conversation avec un chauffeur de taxi ("No, no soy lijudi. Nesrania. Mohamed"145) ou qu'elle marchande les prix auprès des commerçants de la médina : "¡Mojamed ! Jureles... ¿Shal el kilo ?..."146, "¿Jash el chumbo ?"147. Juanita emploie deux termes phonétiquement et sémantiquement proches mais néanmoins différents pour traduire " combien ". Seul le premier, shal, est correctement utilisé ; Jash pourrait correspondre à "quoi". D'ailleurs, le mot apparaît une nouvelle fois à mauvais escient ("A ver, a ver, lo que traes, ¿Jash ? Quince pesetas"148) et cette fois-ci encore l'incertitude orthographique semble signifier l'hésitation et l'approximation sémantiques.

  • 149 Ibid, p. 156.
  • 150 Ibid, p. 217.
  • 151 151,) Ibid, p. 217.
  • 152 Ibid, p. 60.
  • 153 Ibid, p. 227.
  • 154 Ibid, p. 181.

28Enfin, venue fleurir la tombe de sa mère, Juanita n'a pas le courage d'aller chercher de l'eau et elle interpelle un jeune garçon pour qu'il l'aide : "¡Ashi, ashi, mohamed !"149 (ce qui signifie "viens"). On remarque qu'elle n'use pas de précaution rhétorique particulière et qu'elle ne fait même pas preuve d'une politesse élémentaire. En fait, la langue de l'autre - du colonisé - apparaît clairement ici comme un instrument de domination sociale. Ceci se vérifie également lorsqu'elle s'adresse à Hamruch. Même quand elle exprime une forme de sollicitude vis à vis de sa fidèle bonne, elle lui donne encore un ordre : "gles, gles, chuai, shad el bab" (assieds-toi, assieds-toi, doucement, ferme la porte"150). Le terme de chuai que nous avons traduit selon l'acception que semblait lui conférer Juanita signifie en fait " un peu ". Ce n'est que sous la forme de b'chuai qu'il a le sens de "doucement". On le retrouve avec une orthographe différente et toujours un emploi erroné dans cette même séquence ("Arrastra, arrástralo todo al domitorio. Ya suai, suai..."151). Le discours de Juanita traduit donc une certaine connaissance de la langue de l'autre (surtout au niveau lexical) mais met aussi en évidence ses limites. La narratrice utilise à trois reprises une même phrase, ce qui a pour effet paradoxal de souligner le peu de maîtrise qu'elle a de la syntaxe arabe : "No, no, gualo majandishi, no queremos lirios, ni mimosas"152, "Manaraf, gualo, gualo majandishi"153 ; "Si fuera un pobre a pedir a sus puertas, dirían en seguida : gualo, gualo, majandishi"154. "Majandishi" signifie "je n'en ai pas", "manaref" "je ne sais pas" tandis que "gualo" correspond à "rien du tout".

  • 155 La vida perra, p. 81.
  • 156 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.
  • 157 La vida perra, p. 34.
  • 158 Ibid, p. 85.
  • 159 Renée Fauveau. art. cit., p. 60.

29L'utilisation très personnelle que la narratrice de La vida perra fait de l'arabe, mais aussi les nombreuses imprécisions phonétiques liées à une transcription approximative de cette langue, engendrent parfois quelques problèmes étymologiques. Ainsi, Juanita emploie le terme de chajatáa("¡La chajatá que va a caer"155) alors qu'il n'existe sous cette forme dans aucune langue. Pour Renée Fauveau, il s'agirait d'une déformation de l'espagnol chaparrada qui signifie "averse"156. Cette arabisation du mot espagnol paraît être une hypothèse tout à fait plausible mais peut-être peut-on la combiner avec le fait qu'en arabe la pluie se dit chtá et y voir donc conjointement une hispanisation du mot arabe. Le métissage linguistique qui caractérise le discours de Juanita a dans ce cas donné naissance à un véritable hybride lexical. De la même façon, la syntaxe de Juanita est parfois incorrecte et on peut se demander d'où proviennent des formules comme "voy de Sam Benoliel"157 et " iremos de Chocrón y Caro"158 qui sont expliquées par la même Renée Fauveau par une influence de la syntaxe anglaise ("une phrase comme "voy de Marinita" est la reproduction de l'anglais "I go to Marinita's" "où l'énoncé est elliptique du nom "house" ou "casa"159). Une autre hypothèse peut se greffer à nouveau sur celle-ci sans l'invalider. En arabe "chez" se traduit par aud et il est possible qu'il y ait eu une interférence avec ce phénomène.

3. La yaquetía : De la langue d'une communauté à une expression originale

3.1 Les Juifs à Tanger : une présence historique

  • 160 La vida perra, p. 34.
  • 161 Ibid, p. 23.
  • 162 Ibid; p. 50.
  • 163 Ibid, p. 49.
  • 164 Ibid, p. 38.
  • 165 Ibid, p. 48.
  • 166 Ibid, p. 80.
  • 167 Ibid, p. 81
  • 168 Ibid, p. 80.
  • 169 Ibid, p. 92.
  • 170 Ibid, p. 86.
  • 171 Ibid, p. 157.
  • 172 Emma Leon, art. cit., p. 69.

30Le troisième roman d'Ángel Vázquez se différencie des deux précédents également par l'importance accordée à la communauté juive tangéroise. Dans La vida perra de Juanita Narboni, la protagoniste vit au cœur de la vieille ville et est très proche de cette communauté, intégrée à la vie de la cité depuis des siècles. Autonome à l'intérieur du système social avec son cimetière, son hôpital, ses lieux de culte et d'enseignement et sa langue, elle a toujours conservé son identité tout en s'adaptant au mode de vie dominant, arabo-berbère puis européen. La présence importante des Sépharades (Juanita ignore les Juifs ashkenazes qui sont arrivés pendant la seconde guerre mondiale) est d'abord attestée dans le roman par de simples références onomastiques. Celles-ci permettent d'illustrer une réelle convivialité entre Juanita et la communauté juive, puisqu'elle est capable d'identifier nombre de ses membres : "Sam Benoliel"160, "Yolanda Nohan"161, "Rachelita Bentos"162, "Messody Laudy"163, "Simita Benchimol"164, "Rebeca Benamar"165, "Yudah"166, "los Azerraf"167, "Isaquito Agazuli"168, "Dido Zarraf"169, "Benoliel"170, "las Benguigui"171. Il semblerait par ailleurs que Momi -surnom du célèbre travesti tangérois qui croise souvent la route de Juanita- soit le diminutif affectueux de Salomon. Comme le remarque Emma Léon, les prénoms de ces juifs expulsés d'Espagne au xvème siècle sont souvent restés espagnols alors que les noms de famille ont généralement été arabisés172.

  • 173 La vida perra, p. 86.
  • 174 Ibid, p. 86.
  • 175 Ibid, p. 112.
  • 176 La vida perra, pp. 116-117.
  • 177 Se enciende, p. 73.
  • 178 La vida perra, p. 77.
  • 179 Ibid, p. 133. On remarque une variation orthographique, difficile à interpréter dans ce cas autrem (...)

31Juanita fréquente ses voisins juifs et elle a établi des relations d'amitié avec certains d'entre eux. Esther est son amie d'enfance ("Deja que recline la cabeza en tu hombro, Esther, como cuando éramos niñas..."173) et l'une des rares personnes à laquelle la protagoniste voue une affection sincère. Le discours de la narratrice traduit une certaine connaissance des manifestations les plus importantes du judaïsme. Juanita se souvient d'une anecdote malheureuse de son enfance qu'elle associe à un jour de Purim ("En casa de Harita Menoliel fue donde me metí por la nariz el capullito de una rosa salvaje y tuvieron que llevarme entre Cara Burro y papá al dispensario... Un día de Purím, me acordaré siempre"174). La fête du Purim, manifestation joyeuse et carnavalesque, célèbre la délivrance du peuple juif par Esther, la femme du roi Assuerus. Quant à la fête des "teffelines" ("Mesa de teffelines me estará poniendo ésta no la puedo dejar sola un minuto"175), elle correspond à la célébration du passage de l'état d'enfant à celui d'adulte, à l'âge de treize ans. Enfin, la Mimona, appelée encore Timimona ("Quiero hablar con tu hermana. ¡A bueno está ! ¿De mimona ? En Tetuán..."176) célèbre le dernier soir de la Pâque juive, Pessah. On trouve ce terme dans le premier roman d'Ángel Vázquez ("Jacky también había vuelto para pasar con ella las fiestas de Pessah"177). Juanita utilise les termes de sabbat ou de sábado indifféremment ce qui révèle une fois encore sa perméabilité à une autre langue et à une autre culture ("era un día de sabbat178, hoy sabat"179).

  • 180 La vida perra, p. 10.
  • 181 L'étude démographique de Robert Escallier démontre que la population marocaine israélite était dix (...)

32Le discours de Juanita exprime une réceptivité à l'"autre" d'une tout autre ampleur par l'appropriation et la récurrence de certains termes ou expressions de yaquetía. Mais Juanita n'est pas juive et sa langue demeure le castillan malgré ces apports étrangers. Ángel Vázquez lui-même dans son prologue ou avis au lecteur apporte quelques restrictions : "...lo único que he hecho al escribir las desventuras de Juanita Narboni ha sido procurar recoger en directo -en lenguaje inmediato- lo que de yaquetía pueda haber en el hablar de un tangerino típico"180. De plus, Juanita n'utilise pas cet outil linguistique à des fins de communication avec la communauté sépharade parfaitement hispanophone. Elle se contente de faire un usage personnel, parfois approximatif, d'une langue hybride qu'elle a souvent entendue parler mais qu'elle n'a jamais apprise. Elle continuera à employer ces éléments de yaquetía intériorisés et souvent déformés bien des années après que ses amies juives aient quitté la ville181, le plus souvent pour le Canada ou Israël.

  • 182 "A Caracas ou à Montréal, on reconnaît les Tangérois à leur langue. Ils parlent un sabir connu d'e (...)
  • 183 "Elle s'exprime encore en chaquetilla, la langue du temps de Cervantes, répond le procureur" (Domi (...)
  • 184 Pénina Ohayon-Benitha, op. cit., p. 32.

33Le terme de yaquetía mérite quelques éclaircissements. Ángel Vázquez en fait un substantif masculin (el yaquetía) comme Daniel Rondeau qui transforme en outre le mot en "hakitica"182. Dominique Pons parle de la chaquetilla183 et Pénina Ohayon-Benitha a également recours à un subsantif féminin mais elle se référe à la haketiya ou hakitiya184 Avant de définir la réalité linguistique que recouvre le mot, il semble donc nécessaire de revenir sur son étymologie. Selon José Benoliel, dont les explications sont les plus érudites, le terme exact est celui de hakitía :

  • 185 José Benoliel, Dialecto judeo-hispano-marroquí o hakítía, reedición patrocinada por Rafael Benazer (...)

"La palabra hakitía, como millares de otras, podría muy bien haber sido formado de raíz árabe y terminación castellana ; lo que es tanto más probable cuanto que, en la misma hakitía, figura no raras veces la voz hekai o hekaiata, y el plural hekaiat con la significación de dicho agudo, ocurrencia feliz, acción o chasco digno de atraer la atención ; y derivada del verbo haka, conversar, hablar, decir, narrar, cuyo pasivo, como se sabe, es palabra consagrada en principio de cualquier narrativa."185

34Pour la définition du terme, nous retiendrons celle d'Alegría Bendelac qui est extrêmement précise et complète :

  • 186 Alegría Bendelac, op. cit., p. 23.

"C'est un Espagnol très particulier, qui, ayant gardé un grand nombre de tournures, mots et expressions tombés en désuétude en Espagne, a ajouté à ces archaïsmes un grand nombre d'emprunts à l'hébreu et à l'arabe dialectal marocain. Cette langue, connue de ses usagers sous le nom de yaquetía est une langue savoureuse et imagée qui doit son originalité profonde au fait que ses formes propres sont nées et se sont moulées sur les besoins de la réalité quotidienne, en brassant avec flexibilité et invention les trois langues en présence. Mode d'expression essentiellement oral et qui a peu connu les contraintes et déformations dues aux nécessités de l'écriture et mandements des grammairiens, il traduit exactement et épouse dans tous ses hiatus mentaux et toutes ses articulations affectives de la pensée, la vie, les croyances, les peurs, les joies et les tabous de ce groupe humain particulier. Ces caractéristiques se traduisent non seulement au niveau des mots et des tournures, mais aussi dans le ton sur lequel les mots et les phrases sont proférés, il y a véritablement une sorte de chant de la yaquetía."186

3.2 La langue de Juanita : une utilisation personnelle de la yaquetía

35La présence de la yaquetía dans le discours de Juanita se traduit par l'emploi ponctuel ou récurrent de certains termes. Les imprécisions phonétiques ou sémantiques qu'elle leur fait subir s'expliquent par les difficultés d'assimilation et de prononciation d'une langue qui comporte de nombreux phonèmes étrangers à l'instance émettrice, mais peut-être également par la nature-même de la yaquetía (langue hybride en raison de ses multiples emprunts à l'hébreu, à l'arabe, à l'espagnol classique) qui se prête à ces variations par rapport à la norme. Les relations particulières que Juanita entretient avec ses amies juives met en œuvre des phénomènes psycho-affectifs qui justifient que la narratrice ait recours à des comportements linguistiques (maintes fois entendus mais peut-être pas toujours bien compris) qui lui semblent rendre compte avec plus d'intensité de sa situation.

  • 187 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.
  • 188 Emma Léon, art. cit., p. 67.

36Juanita a intégré de façon privilégiée les expressions qui traduisent le malheur ou sont porteuses de malédiction. Les deux termes que Juanita utilise le plus souvent sont guós et massaj. Tous deux font d'ailleurs l'objet d'interprétations controversées. Pour Renée Fauveau l'origine du premier se trouve dans le mot anglais woe qui signifie malheur, infortune, et qui est employé dans des expressions comme woe is me ou woe betide you if ou woe worth the day187 tandis que pour Emma Léon il s'agit d'une "déformation du mot woh-woh que les Juifs utilisaient pour signifier la douleur d'un deuil. L'emploi en dehors de ce contexte pouvait signifier l'expression d'une difficulté, d'un danger mais, en général, c'était un mot qu'on évitait d'utiliser et qui avait des consonnances plutôt vulgaires"188. Le guós de Juanita est bien un emprunt à la yaquetía mais on peut tout à fait imaginer que la proximité d'un autre phénomène a joué, à la fois sémantiquement et phonétiquement, dans la récurrence de son usage. Cette explication est d'autant plus plausible que le père de Juanita est britannique.

  • 189 La vida perra, p. 26.
  • 190 Ibid, p. 86.
  • 191 Ibid, p. 161.
  • 192 Ibid, p. 107.
  • 193 Ibid, p. 136, p. 174, p. 108, p. 183, p. 185, p. 194, p. 204, p. 211, p. 222, p. 251, p. 268.
  • 194 Ibid, p. 138.
  • 195 Ibid, p. 153.
  • 196 Ibid, p. 214.

37Juanita emploie guós dans l'absolu et on est alors tenté de l'assimiler à une onomatopée ("Guós, guós que es esto"189/ "guós, guós, culchingada"190/" ¡Guós,guós, toca madera ! "191/"¿tomaste el café ? Guós, negra, ¿Y porqué no lo dices ?"192). L'expression "Guós por mí se haga"193 qui semble impliquer une sorte de mortification verbale pourrait être traduite par "bien fait pour moi" ou "je l'ai bien mérité". On trouve également une variante du pronom personnel ("¡Guós por ti se haga !"194 /"¡Guós por ella se haga !"195/" ¡Guós por él se haga !"196). Enfin, Juanita fait du terme un véritable substantif dont le sens est indéfini -ou plutôt variable en fonction du contexte- mais toujours négativement connoté :

  • 197 Ibid, p. 107.
  • 198 Ibid, p. 153.
  • 199 Ibid, p. 162.
  • 200 Ibid, p. 176.
  • 201 Ibid, p. 187.
  • 202 Ibid, p. 197.
  • 203 Ibid, p. 211.
  • 204 Ibid, p. 214.
  • 205 Ibid, p. 219.
  • 206 Ibid, p. 220.
  • 207 Ibid, p. 223.
  • 208 Ibid, p. 228.
  • 209 Ibid, p. 264.

"¡Qué guós me entró a mi esta mañana" !197, "¿Qué guós será esto ?"198, "¿Qué guós de mierda es esto ?"199, "¡No haya un guós, a lo mejor es de doña María Guerrero !"200, "¿Y qué guós hago yo ?"201, ¿Quién guós sabe quién eran ?202, ¿Qué guós me corre por las piernas ?203, "¿Qué guós pasa esta noche ?"204, "¿Qué guós fue entonces lo que yo oí anoche ?"205, "¿Qué guós hará esto bajando la cuesta ?"206, "Me entre un guós"207, "mira donde guós vine a parar"208, "guós con todo el polvo que me está cayendo en la cara."209

  • 210 Ibid, p. 17, p. 56, p. 101, p. 109, p. 152, p. 162.
  • 211 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.
  • 212 La vida perra, p. 118.
  • 213 Ibid, p. 184.
  • 214 Ibid, p. 129.
  • 215 Il y a eu pourtant des tentatives de répertorier le lexique original né de la fusion des deux lang (...)

38Quant au mot massaj, il fait également l'objet de divergences étymologiques. La définition qui en fait un dérivé de l'arabe máshara (qui signifie "bouffon", "personnage ridicule" et induit par conséquent une traduction de l'expression récurrente "Se te caiga el massaj"210 par "que Dieu te rende ridicule"211) nous semble fantaisiste. Massaj semble plutôt être une déformation du mot hébreu mazal qui signifie la chance, le destin. Juanita a recours généralement à cette expression employée par les femmes juives des milieux populaires sous la forme de Se te caiga el massaj, invective toujours muette qui s'adresse indifféremment à elle-même ou à son interlocuteur. On ne trouve jamais le pronom réfléchi "me" avec cette expression. Par contre, une fois Juanita l'utilise avec un pronom à la deuxième personne du pluriel ("Se os caiga el massaj"212) et une fois avec une troisième personne du singulier ("Se le caiga el massaj"213). Mais là où Juanita semble se différencier de l'usage, c'est lorsqu'elle opère une synthèse et donne naissance à une expression double ("Se te caiga la lengua y el massaj"214). Il est toutefois extrêmement difficile d'apprécier dans ce cas précis le degré de liberté que prend le personnage par rapport à l'usage qu'en font les juifs sépharades. La yaquetía ne s'écrivant pas et ne se parlant plus, on ne peut répertorier les variantes d'une expression consacrée.215

39Le cas posé par le terme de farajmá est encore plus complexe car aucune hypothèse n'est entièrement satisfaisante, ou plutôt les mécanismes de glissement phonétique et sémantique restent flous. La protagoniste utilise systématiquement farajmá comme un substantif masculin ou féminin -seul le démonstratif ou l'article qui le précède permet d'en déterminer le genre- à connotation péjorative :

  • 216 La vida perra, p. 85.
  • 217 Ibid, p. 116.
  • 218 Ibid, p. 148.
  • 219 Ibid, p. 142.
  • 220 Ibid, p. 121.
  • 221 Ibid, p. 142.
  • 222 Ibid, p. 186.
  • 223 Ibid, p. 226.

"Por culpa de esa farajmá que es un dijin en persona"216, "le digo al farajmá que tenemos en casa"217, "¿Qué vino te dio ese farajmá ?"218, " ella se tiene que acordar de este farajmà por fuerza"219, "Gracias, farajmá, toma"220, "la muy farajmá"221, "¿Acaso no te acuerdas del farajmá que te está esperando detrás de aquella puerta ?"222, "la farajmá que me acaba de dar un pisotón"223.

  • 224 "Il s'employait dans un contexte très précis : quand on parlait d'événements malheureux, de malade (...)
  • 225 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.

40Il apparaît que Juanita dote ce terme du même degré d'ouverture sémantique que guós. L'interprétation qui fait de farajmá une déformation d'une expression de yaquetía, ferajmal ou ferazmal, (elle-même issue de l'espagnol fuera el mal) semble la plus vraisemblable. Pourtant, les emplois dans le texte de Vázquez sont très éloignés du contexte précis dans lequel ce terme était utilisé par les juifs sépharades224. L'hypothèse qui fait de farajmá un dérivé de l'espagnol faramalla : -qui signifie : cosa de mucha apariencia y poca identidad225- semble encore moins adaptée au contexte dans lequel l'utilise Juanita. On peut en émettre une dernière : en arabe fi-er-rahma signifie que en gloria esté et se trouve donc toujours associé à un nom de personne. L'interférence de divers phénomènes peut encore une fois expliquer l'emploi incongru et personnel qu'en fait la protagoniste de La vida perra, ainsi que le brouillage sémantique et phonétique qui est intervenu.

  • 226 La vida perra, p. 86.
  • 227 lbid, p. 105, p. 228, p. 242.
  • 228 Alegría Bendelac nous donne une autre acception du terme :"Si la fête du Kippur tombait dans la pé (...)
  • 229 Emma León, art. cit., p. 66.

41Juanita a également recours à une autre expression juive cappará por mí et le sens qu'elle lui confère semble bien imprécis si ce n'est impropre. On remarque d'ailleurs que l'orthographe du mot est hésitante puisqu'on le trouve tantôt écrit cappará226, tantôt capará227. Le substantif cappara est un mot hébreu qui signifie "sacrifice"228. L'expression originale semble être Me vaya cappara qui servait à traduire le don total, la suprême affection. Le mot s'employait également lorsqu'on ne voulait pas avoir de regret pour un objet perdu, de l'argent gaspillé229. Juanita à nouveau s'éloigne de la forme et du sens véritables du terme à chaque fois qu'elle l'utilise puisqu'elle semble vouloir se fustiger verbalement :

  • 230 La vida perra, p. 86.
  • 231 Ibid, p. 105.
  • 232 Ibid, p. 228.
  • 233 Ibid, p. 242.

"¿Otra copita ? No la estaremos cogiendo ? Cappará por mi"230, "¡Capará por mí, nunca te he visto llorar así !"231, "¿Qué pregonan ésos ? Erizos de mar (...) ¡Capará por mí ! Una comida llena de espinas era lo que me faltaba"232, "¡Capará por mí porque si tu supieras ! A fuerza de haber sido tan chupado de mi dedito no quedaba nada."233

42La récurrence du terme à l'intérieur de la communauté juive tangéroise peut expliquer que Juanita s'en soit saisie et le fait qu'elle ne s'en serve pas dans la communication, qu'elle ait persévéré dans un emploi erroné.

  • 234 Ibid, p. 146.
  • 235 Ce qui bien sûr s'explique par l'étymologie latine commune.
  • 236 La vida perra, p. 100.
  • 237 Ibid, p. 128.
  • 238 Ibid, p. 145.
  • 239 Ibid, p. 146.
  • 240 Ibid, p. 167.
  • 241 Ibid, p. 174.
  • 242 Ibid, p. 180.
  • 243 Ibid, p. 184.
  • 244 Ibid, p. 190.
  • 245 Ibid, p. 232.
  • 246 Ibid, p. 232.
  • 247 Ibid, p. 181.
  • 248 Ibid, p. 28.
  • 249 Ibid, p. 106.
  • 250 Ibid, p. 109.
  • 251 Ibid, p. 148.
  • 252 Ibid, p. 213.

43Le mot cajarás qui n'intervient qu'une fois dans le texte ("Maldita de mi que para una hora de gozo, tengo cien de cajarás"234) est aussi un terme hébreu mais sa signification est par contre bien comprise puisque le terme signifie la tristesse. Le champ sémantique recouvert par les emprunts que Juanita fait à la yaquetía est souvent celui du malheur ou de la malédiction. C'est également le cas de l'adjectif preto qui peut à la fois être compris comme un dérivé de l'espagnol classique prieto et une utilisation directe du terme portugais preto. La convergence des deux phénomènes est ici d'autant plus recevable que le sens est identique dans les deux langues235. Il signifie "noir" au propre comme au figuré. Juanita utilise le plus souvent l'adjectif dans cette deuxième acception ("una suerte preta"236, "preta contestación"237, "tiene un bajío preto"238, "las nubes pretas"239, "pretos bazares"240, "pretas curiosidades"241,"alguien de preto corazón"242,"preta suerte la mía"243, "ese preto sol"244, "estas Navidades pretas"245, "pretos deseos"246"). Lorsqu'elle veut au contraire signifier la couleur, elle opère une précision sémantique instinctive en faisant également intervenir l'adjectif negro ("Un gato negro y preto como la noche"247). La narratrice de La vida perra utilise à de multiples reprises l'adjectif comme un véritable substantif à connotation péjorative, ce qui traduit la perception hostile qu'elle a des autres ("tengo monos en la cara, preta"248, "¿Adonde irá ese preto tan temprano ?249, "esta preta cuando coge el hilo"250, "¿Qué le entró a esa preta ?"251, "¿Qué se estarán comiendo ahora los pretos ? "252).

  • 253 Ibid, p. 205.
  • 254 Ibid, p. 22.
  • 255 Ibid, p. 64.
  • 256 Ibid, p. 78.
  • 257 Ibid, p. 105.
  • 258 Ibid, p. 116.
  • 259 Ibid, p. 165.
  • 260 Ibid, p; 257;
  • 261 Emma León, art. cit., p. 70.

44La yaquetía dans le discours de Juanita affecte parfois sa syntaxe. Le premier cas concerne l'emploi de porque suivi du subjonctif avec le sens de para que, ce qui est un héritage direct de l'espagnol classique : "Al principio trató de corromperme porque yo fuera como ella"253. Mais on peut trouver aussi cet archaïsme dans la langue mexicaine et la diffusion de films de cette origine à Tanger a pu conforter et légitimer l'utilisation de la formule. L'autre archaïsme concerne l'emploi des adverbes couplés au possessif ("No me digas que va a mear. Y justo enfrente. Delante mía"254 ; "No me gusta que corten las flores delante mía"255"¿El Zorro ! ¿Qué haces detrás tuya ?"256, "No soporto que nadie llore delante mía257, "Vagando detrás mía"258, "los voy a ver pasar delante mía"259). Enfin, Juanita utilise ponctuellement une des seules expressions de yaquetía à avoir perduré par delà les époques et les frontières : "No sea tu falta" ("Y cuando me paro en un bacalito, compro gallitatas o pan con margarina, y y a está la cena. No sea ta falta. A veces me queda té"260). Il s'agit d'une expression restée dans la langue des sépharades même quand l'espagnol s'est perdu et qui peut apparaître au milieu d'une phrase en français ou en anglais, pour déplorer l'absence de quelqu'un à une réjouissance ou à une fête261. Juanita regrette ici que sa mère -son interlocutrice- ne soit plus là pour partager son frugal repas.

45Par son utilisation trés personnelle de la yaquetía, le personnage apparaît "perméable" à son environnement linguistique et culturel. Mais cette langue, intériorisée et mal assimilée, signifie aussi les limites et les contradictions de ce qui apparaît d'abord comme une forme de syncrétisme original. Si la langue romanesque est avant tout l'expression d'une individualité, elle n'en reste pas moins emblématique d'un phénomène collectif et historique. C'est dans cette tension entre le particulier et l'universel que le sens se crée.

Notes

1 Henri Boyer, Eléments de sociolinguistique, langues, communication et société, Paris, Dunod, 1976, 147 p.

2 El cuarto de los niños, p. 238.

3 Fiesta, p. 42.

4 Se enciende, p. 26.

5 Fiesta, p. 192.

6 La vida perra, p. 66.

7 La vida perra, p. 97.

8 Ibid, p. 82.

9 Ibid, p. 16.

10 Si l'on se réfère à l'étude démographique de Norbert Blandin, on s'aperçoit qu'en 1940 les Britanniques étaient à peine 800 à Tanger tandis que les citoyens des Etats-Unis étaient encore moins nombreux (Norbert Blandin, art.cit., p. 106.

11 La vida perra, p. 37.

12 Ibid, p. 81.

13 Ibid, p. 202.

14 Ibid, p. 16.

15 Ibid, p. 90.

16 Ibid, p. 141.

17 Ibid, p. 71.

18 Ibid, p. 254.

19 El cuarto de los niños, p. 256.

20 Se enciende, p. 183.

21 Ibid, p. 268.

22 Ibid, pp. 84-85.

23 Ibid, p. 65.

24 Ibid, p. 238.

25 Se enciende, p. 87.

26 Ibid, p. 78.

27 Ibid, p. 226.

28 Ibid, р. 65.

29 La vida perra, p. 46.

30 Ibid, р. 65.

31 Ibid, р. 89.

32 Ibid, p. 100.

33 Ibid, p. 222.

34 Ibid, p. 17.

35 Ibid, p. 108.

36 Ibid, p. 149.

37 Ibid, p. 169.

38 Ibid, p. 25.

39 Ibid, p. 84.

40 Ibid, p. 108.

41 Ibid, p. 140.

42 Ibid, p. 156.

43 Ibid, p. 24.

44 Ibid, p. 117.

45 Ibid, p. 104.

46 Ibid, p. 158.

47 Ibid, pp. 17-27-136.

48 Ibid, p. 37.

49 Ibid, p. 60.

50 Ibid, p. 86.

51 Ibid, p. 109 et 111.

52 Ibid, p. 136.

53 Ibid, p. 156.

54 Ibid, p. 157.

55 Ibid, p. 171.

56 Ibid, p. 120

57 Ibid, p. 185.

58 Ibid, p. 176.

59 Ibid, p. 202.

60 Ibid, p. 175.

61 Ibid, p. 215.

62 Ibid, p. 267.

63 Ibid, p. 17.

64 Ibid, p. 59.

65 Ibid, p. 61.

66 Ibid, p. 56.

67 Ibid, p. 69.

68 Ibid, p. 80.

69 Ibid, p. 101.

70 Ibid, p. 104.

71 Ibid, p. 105.

72 Ibid, p. 172.

73 Ibid, p. 155.

74 Ibid, p. 188.

75 Ibid, p. 216.

76 Ibid, p. 100.

77 "Lorsque le locuteur a le sentiment d'être en situation d'infériorité linguistique face à l'autre, il réagit en surveillant son langage et en lui faisant subir des corrections par rapport à celui qui est le sien en situation familière et qu'il sait stigmatiser : l'insécurité linguistique entraîne un processus d'hypercorrection, qui affecte aussi bien le vocabulaire que la syntaxe et la prononciation"(Henri Boyer, op. cit., p. 6).

78 Voir l'introduction à la thèse de Abdel Chebad, Les emprunts du parler tangérois à l'andalou (thèse de 3ème cycle, Nice, 1988. 300 p).

79 La vida perra, p. 175.

80 Ibid, p. 190.

81 Ibid, p. 159.

82 Ibid, p. 101.

83 Ibid, p. 171.

84 Se enciende, p. 81.

85 Fiesta, p. 60.

86 La vida perra, p. 225.

87 Ibid, p. 206.

88 Se enciende, p. 81.

89 Ibid, p. 131.

90 Ibid. p. 257.

91 Fiesta, p. 153.

92 La vida perra, p. 200.

93 Ibid, p. 253.

94 Ibid, p. 160.

95 Ibid, p. 162.

96 Ibid, p. 116.

97 Ibid, p. 166.

98 La vida perra. pp. 109-110.

99 ibid, p. 111.

100 Ibid, p. 200.

101 ibid, p. 172.

102 Se enciende, p. 17.

103 Ibid, p. 100.

104 Ibid, p. 110.

105 La vida perra, p. 116.

106 Se enciende, p. 11.

107 Ibid, p. 18.

108 Ibid, p. 23.

109 Ibid, p. 81.

110 Ibid, p. 131.

111 Ibid, p. 141.

112 Ibid, p. 223.

113 Fiesta, p. 23.

114 Ibid, p. 54.

115 Ibid, p. 60.

116 Ibid, p. 154.

117 Ibid, p. 154.

118 "Tout commence par la nomination. Le mépris de l'autre (c'est-à-dire la méconnaissance ou l'incompréhension de l'autre non assortie d'un effort de connaissance ou de compréhension) se manifeste dès les premiers contacts coloniaux dans l'entreprise taxinomique"(Louis-Jean Calvet, op. cit., p. 56.

119 Ibid, p. 81.

120 Ibid, p. 24.

121 Ibid, p. 81.

122 Ibid, p. 118.

123 Ibid, p. 138 et p. 249.

124 Ibid, p. 151.

125 Ibid, p. 156.

126 Ibid, p. 227.

127 Ibid, p. 229.

128 Ibid, p. 255.

129 Ibid, p. 81.

130 Ibid, p. 218.

131 Ibid, p. 251.

132 Emma Leon, art. cit., p. 66.

133 La vida perra, p. 171.

134 Emma Léon, art. cit., p. 65.

135 La vida perra, p. 193.

136 Ibid, p. 21.

137 Ibid, p. 107.

138 Ibid, p. 18.

139 Ibid, p. 117.

140 ibid, p. 127.

141 Ibid, p. 201.

142 Ibid, p. 107.

143 Ibid, p. 131.

144 Ibid, p. 40.

145 Ibid, p. 227.

146 Ibid, p. 81.

147 Ibid, p. 127.

148 Ibid, p. 109.

149 Ibid, p. 156.

150 Ibid, p. 217.

151 151,) Ibid, p. 217.

152 Ibid, p. 60.

153 Ibid, p. 227.

154 Ibid, p. 181.

155 La vida perra, p. 81.

156 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.

157 La vida perra, p. 34.

158 Ibid, p. 85.

159 Renée Fauveau. art. cit., p. 60.

160 La vida perra, p. 34.

161 Ibid, p. 23.

162 Ibid; p. 50.

163 Ibid, p. 49.

164 Ibid, p. 38.

165 Ibid, p. 48.

166 Ibid, p. 80.

167 Ibid, p. 81

168 Ibid, p. 80.

169 Ibid, p. 92.

170 Ibid, p. 86.

171 Ibid, p. 157.

172 Emma Leon, art. cit., p. 69.

173 La vida perra, p. 86.

174 Ibid, p. 86.

175 Ibid, p. 112.

176 La vida perra, pp. 116-117.

177 Se enciende, p. 73.

178 La vida perra, p. 77.

179 Ibid, p. 133. On remarque une variation orthographique, difficile à interpréter dans ce cas autrement que comme une erreur typographique.

180 La vida perra, p. 10.

181 L'étude démographique de Robert Escallier démontre que la population marocaine israélite était dix fois moins nombreuse en 1971 qu'en 1927 puisque de 15 000, elle est passée à 1 728 habitants (Robert Escallier, op. cit., pp. 22-.

182 "A Caracas ou à Montréal, on reconnaît les Tangérois à leur langue. Ils parlent un sabir connu d'eux seuls, le hakitica, langue mimétique née de la fusion de trois langues = l'hébreu, l'arabe et l'espagnol" (Daniel Rondeau. op.cit., pp. 88-.

183 "Elle s'exprime encore en chaquetilla, la langue du temps de Cervantes, répond le procureur" (Dominique Pons, op.cit., p. 219.

184 Pénina Ohayon-Benitha, op. cit., p. 32.

185 José Benoliel, Dialecto judeo-hispano-marroquí o hakítía, reedición patrocinada por Rafael Benazeraf, Madrid, 1977, p. 4.

186 Alegría Bendelac, op. cit., p. 23.

187 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.

188 Emma Léon, art. cit., p. 67.

189 La vida perra, p. 26.

190 Ibid, p. 86.

191 Ibid, p. 161.

192 Ibid, p. 107.

193 Ibid, p. 136, p. 174, p. 108, p. 183, p. 185, p. 194, p. 204, p. 211, p. 222, p. 251, p. 268.

194 Ibid, p. 138.

195 Ibid, p. 153.

196 Ibid, p. 214.

197 Ibid, p. 107.

198 Ibid, p. 153.

199 Ibid, p. 162.

200 Ibid, p. 176.

201 Ibid, p. 187.

202 Ibid, p. 197.

203 Ibid, p. 211.

204 Ibid, p. 214.

205 Ibid, p. 219.

206 Ibid, p. 220.

207 Ibid, p. 223.

208 Ibid, p. 228.

209 Ibid, p. 264.

210 Ibid, p. 17, p. 56, p. 101, p. 109, p. 152, p. 162.

211 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.

212 La vida perra, p. 118.

213 Ibid, p. 184.

214 Ibid, p. 129.

215 Il y a eu pourtant des tentatives de répertorier le lexique original né de la fusion des deux langues comme le Dictionnaire du judéo-espagnol de Joseph Nehama (Joseph Nehama, Dictionnaire du judéo-espagnol, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 1.

216 La vida perra, p. 85.

217 Ibid, p. 116.

218 Ibid, p. 148.

219 Ibid, p. 142.

220 Ibid, p. 121.

221 Ibid, p. 142.

222 Ibid, p. 186.

223 Ibid, p. 226.

224 "Il s'employait dans un contexte très précis : quand on parlait d'événements malheureux, de malade... et qu'on voulait nommer un proche, on faisait précéder le prénom de "ferajmal" (Emma León, art. cit., p. 66.

225 Renée Fauveau, art. cit., p. 60.

226 La vida perra, p. 86.

227 lbid, p. 105, p. 228, p. 242.

228 Alegría Bendelac nous donne une autre acception du terme :"Si la fête du Kippur tombait dans la période des fiançailles, le fiancé envoyait à sa fiancée une poule blanche pour la rédemption, la capparah"(Alegría Bendelac, op. cit., p. .

229 Emma León, art. cit., p. 66.

230 La vida perra, p. 86.

231 Ibid, p. 105.

232 Ibid, p. 228.

233 Ibid, p. 242.

234 Ibid, p. 146.

235 Ce qui bien sûr s'explique par l'étymologie latine commune.

236 La vida perra, p. 100.

237 Ibid, p. 128.

238 Ibid, p. 145.

239 Ibid, p. 146.

240 Ibid, p. 167.

241 Ibid, p. 174.

242 Ibid, p. 180.

243 Ibid, p. 184.

244 Ibid, p. 190.

245 Ibid, p. 232.

246 Ibid, p. 232.

247 Ibid, p. 181.

248 Ibid, p. 28.

249 Ibid, p. 106.

250 Ibid, p. 109.

251 Ibid, p. 148.

252 Ibid, p. 213.

253 Ibid, p. 205.

254 Ibid, p. 22.

255 Ibid, p. 64.

256 Ibid, p. 78.

257 Ibid, p. 105.

258 Ibid, p. 116.

259 Ibid, p. 165.

260 Ibid, p; 257;

261 Emma León, art. cit., p. 70.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search