Version classiqueVersion mobile

Ángel Vâzquez romancier (1929-1980)

 | 
Nathalie Sagnes Alem

Introduction

Texte intégral

1Ángel Vázquez (né à Tanger en 1929 et mort à Madrid en 1980) a publié trois romans (Se enciende y se apaga una luz en 1962, Fiesta para una mujer sola en 1964 et La vida perra de Juanita Narboni en 1976) ; son œuvre est dense et originale. Sa reconnaissance littéraire fut immédiate puisque le prestigieux prix Planeta qui allait consacrer ou découvrir après lui des écrivains majeurs de sa génération lui fut décerné pour son premier roman. À partir de là, le projet et l'acte d'écriture décidèrent du sens de son existence même s'il dut attendre quatorze ans pour publier son chef-d'œuvre, La vida perra de Juanita Narboni.

  • 1 La récompense attribuée au festival parallèle de Venise à l'actrice unique du film, Esperanza Roy, (...)
  • 2 Le texte fut publié cette même année par Seix Barrai alors qu'il l'avait initialement été chez Pla (...)
  • 3 Quimera, 1991, n° 106-107, "Especial Frankfurt 1991".
  • 4 La revue avait cité les œuvres de Luis et Juan Goytisolo, Camilo José Cela, Juan Benet, Juan Marsé (...)

2L'adaptation cinématographique de Javier Aguirre à laquelle le roman donna lieu en 19821, entraîna la redécouverte et la réédition d'un texte2 qui avait d'abord reçu un accueil enthousiaste mais qui tombait dans l'oubli. Et en 1991 La vida perra de Juanita Narboni figurait dans la sélection des dix romans espagnols les plus importants depuis la transition démocratique, réalisée par la revue Quimera3. Ángel Vázquez se trouvait ainsi reconnu, une nouvelle fois malgré sa position complètement atypique dans les lettres espagnoles, comme un des grands auteurs de son époque4.

3L'originalité de l'écrivain tangérois s'explique par ses origines géographiques et son itinéraire individuel. Ángel Vázquez a grandi hors d'une Espagne meurtrie et déchirée qu'il ne découvrit qu'en 1965. Son éducation et sa formation se sont faites dans une ville caractérisée par son métissage culturel et son activité intellectuelle et artistique exceptionnelle. Même s'il est incontestable que son œuvre se nourrit de sa ville (Tanger) et de sa propre histoire, devenues objet et agent de l'écriture, notre propos n'est pas d'établir une relation d'identité entre la vie d'un homme et son œuvre. La mimesis est souvent illusoire et le rapport entre l'écrivain et sa production n'est pas analogique mais structurel : la transfiguration poétique déplace le sens, le condense, le retravaille jusqu'à le dissoudre dans le texte même.

4Notre propos est au contraire de retrouver l'itinéraire d'un homme, d'un créateur, par ailleurs emblématique de celui de toute une génération d"'émigrés" très particuliers, tout en révélant la genèse d'une œuvre et ses conditions de production spécifiques. C'est pour cela que nous avons séparé cette étude de celle des textes à proprement parler même si nous serons amenée parfois à établir des correspondances. À un autre niveau, la connaissance biographique ne peut que servir la connaissance des textes, tant il est vrai aujourd'hui que pour exister un roman ne peut rester anonyme. La notoriété de l'auteur conditionne, à tort parfois, la diffusion de ses œuvres. La production d'écrivains "médiatisés" est toujours valorisée par rapport à celle d'autres inconnus ou tout simplement plus discrets.

  • 5 Daniel Madelenat, La biographie, Paris, P.U.F, 1984, 222p.
  • 6 Nous reprenons la formule de Paul Veyne dans Comment on écrit l'histoire, suivi de Foucault révolu (...)

5Mais l'entreprise biographique elle-même pose un certain nombre de problèmes méthodologiques. Grande est la crainte de celui qui s'efforce de la mener à bien de "réécrire" une vie au lieu de l'écrire, de l'interpréter au lieu de la narrer. Ces contradictions irréductibles à la démarche peuvent être toutefois dépassées à condition d'être assumées. En fait, la configuration sémantique du terme "biographie" contient la réponse : si sa configuration est double, comme celle du mot histoire, c'est parce qu'une vie n'acquiert rétrospectivement de réalité et de sens que dans le récit5, à l'instar de l'histoire qui ne se fait qu'en se racontant6. Nous nous efforcerons de serrer au plus près les différents documents dont nous avons pu disposer (lettres de l'auteur, témoignages directs, interviews, articles) tout en les soumettant à une nécessaire organisation critique.

  • 7 Edmond Cros, "Histoire et littérature", Maximilien et le Mexique (1864-1867), sous la direction de (...)

6L'univers romanesque d'Ángel Vázquez se caractérise par la cohérence d'un projet esthétique et narratif par delà les variations formellement apparentes. Dans notre approche méthologique des romans, nous partirons toujours du texte afin de voir comment il produit du sens, quel sens il produit et ensuite seulement comment il s'articule au réel et à l'histoire. D'abord sémantiquement autonome, mais inséré dans un contexte de production spécifique, le texte le rend intelligible à son tour en participant à l'élaboration de son sens. La relation est donc complexe, multiple, mais des plus riches. Notre travail consistera dans sa démarche à déchiffrer "le système sémiotique qui est seul susceptible de rendre compte du sédiment de sociabilité qui est mémorisé dans le texte"7.

7Après avoir rétabli un auteur dans ses droits et avoir explicité le processus d'élaboration d'une œuvre et ses conditions de production, nous analyserons les stratégies narratives développées pour créer le texte et son sens : nous envisagerons d'abord la composition des différents romans au niveau de leur architecture générale, comme l'élaboration de mises en abyme caractéristiques ; puis nous étudierons la structure pivot du récit, le système des personnages, avant de mesurer les enjeux esthétiques et signifiants du monologue. Enfin, nous tenterons de mettre en évidence la spécificité tangéroise de l'univers fictionnel d'Ángel Vázquez. Si Tanger en est le fil conducteur, ce n'est pas tant parce que l'action des différents romans s'y déroule que parce que cette entité -devenue poétique - investit et travaille le texte à tous les niveaux. Les romans seront appréhendés à la fois séparément, afin de ne pas sacrifier leur originalité propre à des constances narratives par ailleurs incontestables, et comme les composants d'un univers multiple mais pourtant unique.

Notes

1 La récompense attribuée au festival parallèle de Venise à l'actrice unique du film, Esperanza Roy, ne pouvait que contribuer au prestige d'un texte magnifiquement interprété (Diego Galán, "Esperanza Roy galardonada con un premio no oficial en la Mostra de Venecia", El País, 9 de septiembre de 1982).

2 Le texte fut publié cette même année par Seix Barrai alors qu'il l'avait initialement été chez Planeta.

3 Quimera, 1991, n° 106-107, "Especial Frankfurt 1991".

4 La revue avait cité les œuvres de Luis et Juan Goytisolo, Camilo José Cela, Juan Benet, Juan Marsé et Manuel Vázquez Montalbán.

5 Daniel Madelenat, La biographie, Paris, P.U.F, 1984, 222p.

6 Nous reprenons la formule de Paul Veyne dans Comment on écrit l'histoire, suivi de Foucault révolutionne l'histoire, Paris, Le Seuil, 1971, 247p.

7 Edmond Cros, "Histoire et littérature", Maximilien et le Mexique (1864-1867), sous la direction de Daniel Meyran, Presses Universitaires de Perpignan, 1992, p. 28.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search