Version classiqueVersion mobile

Ángel Vâzquez romancier (1929-1980)

 | 
Nathalie Sagnes Alem

Remerciements

Texte intégral

1Nous sommes particulièrement reconnaissante au Professeur Jean Tena, notre directeur de thèse, d’avoir su répondre ci notre attente en nous faisant découvrir Angel Vázquez dont la vie et l’œuvre étaient pratiquement vierges de toute étude au moment où nous avons entrepris ce travail.

2La providence de nos recherches madrilènes nous a permis de rencontrer Julia del Hierro et Gregorio Solera, qui avaient été les compagnons de travail puis les amis de notre auteur et Emilio Sanz de Soto, l’éternel confident, l’admirateur et le pygmalion de Vázquez ; c’est à lui que nous sommes particulièrement redevable. Emilio nous a reçue chaleureusement lors de toutes nos visites et a mis à notre disposition les textes de Vázquez qu’il avait conservés ainsi que sa correspondance. Il nous a également permis de consulter les lettres que l’écrivain avait adressées à son frère, Carlos Sanz de Soto, autre ami fidèle et intime. Tous deux nous ont autorisée à utiliser ces documents pourvu que cela serve la connaissance et la reconnaissance de celui en lequel ils n’avaient jamais cessé de croire.

3Nos recherches nous ont conduite à retourner à Tanger, sur les lieux de vie et d’écriture d’Angel Vázquez, mais nos visites enrichies de nos lectures nous ont fait porter un regard neuf sur cette ville pétrie d’histoire. Nous y avons rencontré Manuel Pancorbo, actuel directeur du Centro Cultural Español et ancien camarade de classe de notre auteur, qui a répondu aimablement à nos questions et Sélim Chérif dont l’érudition linguistique nous a parfois été précieuse. À Casablanca, Alberto Pimienta, le destinataire de la dédicace du roman inachevé que Vázquez brûla la veille de sa mort, nous a fait partager ses souvenirs.

4À tous ces intermédiaires privilégiés entre Angel Vázquez et nous-même, nous tenons à exprimer notre gratitude ainsi qu’au Professeur Daniel Meyran qui n’a jamais cessé d’encourager nos efforts et qu’au Professeur Aziza Bennani, doyenne de la faculté des lettres de Mohammedia, qui nous a reçue aimablement à Rabat.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search