Version classiqueVersion mobile

Figures de la mythification dans l’Espagne du xxe siècle

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

La Transition, un mythe fondateur

Francisco Campuzano Carvajal

Texte intégral

1Leopoldo Calvo-Sotelo évoquait récemment en ces termes la signification que revêt selon lui la Transition vers la démocratie dans l’histoire politique de l’Espagne :

  • 1 Leopoldo CALVO-SOTELO BUSTELO, « Sobre la Transición exterior », Discurso de recepción leído en la (...)

Algunos habíamos creído que la Transición podía ser un terreno firme sobre el que asentar análisis o prospecciones de la historia de España y del futuro inmediato de España. Muchas veces yo he envidiado la existencia de un cimiento así en otros países : la época victoriana en el Reino Unido, la Revolución y aun el gaullismo en Francia, los Padres Fundadores en los Estados Unidos. Nada parecido hay en la convulsa historia española aunque nos alejemos en ella hasta Felipe II o los Reyes Católicos. ¿Por qué no podríamos aceptar la Transición como arranque firme de nuestra historia reciente, como plataforma sobre la que levantar coincidencias y discrepancias ? Es posible que mi convicción y la de muchos de mis amigos en este punto central estuviera contaminada de voluntarismo, […] de una admiración excesiva por lo que entre todos habíamos hecho, de una sacralización de aquel esfuerzo que Umbral, sagaz e irónico a la vez, calificó de Santa Transición. Es muy probable. Pero también es posible moderar aquel ardor y enfriar aquel entusiasmo excesivos sin quebrar por ello la plataforma de la Transición. Se puede revisitar la Transición sin destruirla1.

2Il n’est pas besoin de forcer le sens des propos de Calvo-Sotelo pour y déceler une intentionnalité mythifiante qui, sans aller jusqu’à cette sacralisation raillée par Umbral, transcende la lecture de la Transition espagnole comme processus de passage de l’autoritarisme à la démocratie pour en faire le point de départ d’une nouvelle trajectoire historique. Dans cette perspective, que Calvo-Sotelo n’est pas le seul à défendre, la Transition (avec majuscule) constitue non seulement le moment d’une démocratisation réussie, mais encore celui de l’avènement d’une Espagne nouvelle, en claire rupture avec un passé tumultueux placé sous le signe de la violence et de l’autoritarisme. Érigée en grille de lecture du passé et en schème d’action pour le futur, la Transition en est venue ainsi à acquérir la signification d’un mythe fondateur, à l’instar de ce qu’ont pu signifier dans l’histoire politique du Royaume-Uni, de la France ou des États-Unis les épisodes que cite l’ancien président du gouvernement.

  • 2 Mircea ELIADE, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1988 (1ère éd. 1963), p. 16.
  • 3 Id., p. 17.

3Dans sa version sacrée, nous dit Mircea Eliade, le mythe d’origine raconte les exploits d’« Êtres Surnaturels » qui, « dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements », ont fait naître une réalité nouvelle2. Dans la version profane qui nous occupe ici, le mythe de la Transition ne procède pas bien différemment en élevant ses principaux acteurs, tels le Roi, Adolfo Suárez, Felipe González, Santiago Carrillo et même Manuel Fraga, à la catégorie d’êtres, sinon surnaturels du moins hors du commun, qui ont su tourner la page des antagonismes passés pour établir la démocratie sur des bases consensuelles. Sans oublier, bien entendu, le peuple espagnol, acteur collectif plutôt passif, mais sans la sagesse duquel rien n’eût été possible. Mais le mythe d’origine ne vaut pas que pour le récit qu’il nous fait d’un événement passé. Il vaut aussi, et peut-être surtout, pour son opérativité dans le présent et dans le futur : « Du fait que le mythe relate les gesta des Êtres Surnaturels et la manifestation de leurs puissances, il devient le modèle exemplaire de toutes les activités humaines significatives »3. En d’autres termes, le mythe s’érige en principe d’action pour les générations présentes et futures, auxquelles il assigne l’obligation d’imiter ces Êtres Surnaturels dont les actes sont à l’origine d’une réalité nouvelle qu’il convient de préserver. Une idée semblable a été développée par Claude Lévi-Strauss dans la perspective structuraliste qui est la sienne. Compte tenu des rapprochements qu’elle autorise entre la Transition espagnole et cette mythique Révolution française tant enviée par Calvo-Sotelo, on nous pardonnera d’en citer un long extrait :

  • 4 Claude LÉVI-STRAUSS, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1974 (1ère éd. 1958), p. 239.

La valeur intrinsèque attribuée au mythe provient de ce que les événements, censés se dérouler à un moment du temps, forment aussi une structure permanente. Celle-ci se rapporte simultanément au passé, au présent et au futur. Une comparaison aidera à préciser cette ambiguïté fondamentale. Rien ne ressemble plus à la pensée mythique que l’idéologie politique. Dans nos sociétés contemporaines, peut-être celle-ci a-t-elle seulement remplacé celle-là. Or, que fait l’historien quand il évoque la Révolution française ? Il se réfère à une suite d’événements passés, dont les conséquences lointaines se font sans doute encore sentir à travers toute une série, non réversible, d’événements intermédiaires. Mais, pour l’homme politique et pour ceux qui l’écoutent, la Révolution française est une réalité d’un autre ordre ; séquence d’événements passés, mais aussi schème doué d’une efficacité permanente, permettant d’interpréter la structure sociale de la France actuelle, les antagonismes qui s’y manifestent et d’entrevoir les linéaments de l’évolution future.4

  • 5 Mircea ELIADE, Aspects du mythe, p. 35. Souligné par nous.

4On retiendra d’abord de cette citation l’analogie que l’on est fondé à établir selon Lévi-Strauss entre le mythe et l’idéologie. Ils donnent un sens à un réel qui, de manière tout à fait évidente dans le cas du mythe fondateur, se confond avec un ordre social surgi à un moment donné de l’histoire et que le mythe tend à pérenniser en le dotant de cette atemporalité dont parle Lévi-Strauss. Le mythe raconte un passé tout autant qu’il interprète un présent. On voit bien dans ces conditions comment le mythe peut remplir cette essentielle fonction légitimatrice qu’évoque Mircea Eliade lorsqu’il rappelle que « tout mythe d’origine raconte et justifie une situation nouvelle »5. Le parallélisme entre les sociétés primitives et les sociétés contemporaines trouve cependant ses limites dans la distinction qu’il convient d’établir entre des sociétés peu différenciées, où aucune instance particulière n’a en charge l’élaboration des mythes et où ceux-ci s’imposent comme une réalité intangible à l’ensemble du groupe, et nos sociétés modernes où la différenciation sociale entraîne une différenciation idéologique qui met en concurrence des visions du monde, et donc des mythologies, différentes.

5Appliquées à la Transition espagnole, ces considérations permettent de comprendre la mélancolie dont sont empreints les propos de Calvo-Sotelo. Revisiter la Transition c’est, du moins le craint-il, courir le risque de miner la légitimité d’un système politique qui, pour la première fois dans l’histoire de l’Espagne, s’est établi sur un large consensus. Et il est vrai qu’un discours révisionniste se fait de plus en plus entendre qui insiste sur la nécessité d’une « seconde transition » qui viendrait corriger les imperfections de la première. Ainsi, après avoir fait l’objet d’une mythification qui s’est articulée autour des thèmes de la réconciliation nationale et de la refondation de la nation espagnole, la Transition se trouve actuellement soumise à une révision dont nous verrons cependant que, tout en étant le reflet de la constante difficulté de l’Espagne à s’inventer un destin national, elle est étroitement corrélée à des stratégies de délégitimation non du système politique issu de la Transition, mais de certains des acteurs qui y interviennent.

LA RÉCONCILIATION DES DEUX ESPAGNES

  • 6 Rappelons qu’il fallut attendre le 28 mars 1969 pour que le régime franquiste décrète une amnistie (...)

6La réconciliation des deux Espagnes constitue à n’en pas douter la pierre angulaire sur laquelle s’est construite l’interprétation de la Transition comme une refondation. L’idée était déjà présente dans ce fameux discours de Manuel Azaña du 18 juillet 1937 qui évoquait « el mensaje de la Patria eterna que dice a todos sus hijos : Paz, Piedad, Perdón ». Cet appel ne fut bien sûr pas entendu par les vainqueurs de la guerre, qui se livrèrent pendant et après celle-ci à un impitoyable règlement de comptes dont les victimes se comptèrent par dizaines de milliers. Il n’y eut, de la part du régime né de la victoire du 1er avril 1939, ni pitié ni pardon envers ces vaincus de la guerre qu’il contraignit à l’exil, enferma dans des prisons ou fit passer par les armes6. Cet acharnement répressif restera jusqu’au bout, même sous une forme atténuée, la caractéristique la plus saillante du régime franquiste :

  • 7 Santos JULIÁ, « La muerte de Franco », El País, 19-11-1995.

La muerte de Franco es un acontecimiento fuerte de nuestra historia, un acontecimiento matriz, de los que marcan una divisoria en el tiempo : hay un antes y un después de la muerte de Franco. El antes está bien presente en la memoria : Franco fue el último intento de construir un Estado sobre los rescoldos siempre avivados de una guerra ; un Estado que, en sus orígenes, se basó en una pasión exterminadora y, luego, hasta su fin, en una política de exclusión y represión de una parte de la sociedad española7.

  • 8 Santos JULIÁ, Historia de las dos Españas, Madrid, Taurus, 2004.
  • 9 « — ¿Son ésas las chabolas — preguntó D. Pedro señalando unas menguadas edificaciones pintadas de (...)
  • 10 Il fallut attendre 1951, voire même 1952 selon certains auteurs, pour que le PIB espagnol retrouve (...)

7Si la volonté de souffler sur les braises de la guerre s’est maintenue jusqu’à la mort de Franco, il importe de souligner que cette inextinguible hargne vindicative est à mettre au compte non pas tant des groupes qui lui avaient donné son caractère de confrontation civile que d’un régime dont on a maintes fois répété son déphasage par rapport aux transformations qui s’étaient opérées dans la société espagnole. Si elle n’avait jamais été assumée par le régime, la volonté de dépasser les affrontements de la guerre civile était en revanche un sentiment très majoritairement partagé par les Espagnols dès avant la Transition. Cette volonté avait commencé à se manifester dès les années 1950, dans le camp même des vainqueurs, sous l’impulsion d’intellectuels phalangistes entrés en dissidence et, surtout, d’une génération qui n’avait pas participé à la guerre et qui commença à prendre ses distances avec les haines des générations précédentes. Santos Juliá a analysé dans son Historia de las dos Españas le cheminement suivi par ces jeunes qui en vinrent à considérer que parler le langage de la démocratie c’était, d’abord, parler celui de la réconciliation nationale8. La découverte— si admirablement évoquée par Luis Martín Santos dans Tiempo de silencio9 — d’une réalité sordide fut pour les membres de cette génération un choc traumatisant qui leur fit comprendre que le 18 juillet n’avait nullement accouché de cette Espagne nouvelle dont parlait la propagande du régime et que derrière la rhétorique triomphaliste des discours officiels se cachait l’extrême misère matérielle et morale d’un peuple meurtri par la guerre et un après-guerre qui se prolongea jusque dans les années 195010.

  • 11 Manifiesto a los estudiantes madrileños, Madrid, 1° de febrero de 1956. http://www.filosofia.org/h (...)
  • 12 « La rebelión de los estudiantes (…) borró como dato determinante de la escena política la línea q (...)
  • 13 Javier TUSELL, La oposición democrática al franquismo, Barcelone, Planeta, 1977, p. 295.

8Tout aussi décisive fut la révolte étudiante contre le monopole syndical du phalangiste Sindicato Español Universitario (SEU), et tout particulièrement les incidents de février 1956, qui firent manifester dans les rues de Madrid les fils de ces classes privilégiées qui avaient vu dans le soulèvement militaire du 18 juillet un rempart salvateur contre la révolution sociale. Le clivage entre vainqueurs et vaincus allait du coup s’en trouver profondément modifié. À l’origine de ces incidents on trouve en effet un noyau de militants communistes qui s’était associé à des phalangistes dissidents en vue de demander, à travers un manifeste distribué le 1er février sur le campus madrilène, l’organisation d’un « Congreso Nacional de Estudiantes, con plenas garantías para dar una estructura representativa a la organización corporativa de los mismos »11. Il ne fait pas de doute que février 1956 initiait un processus qui allait dans une large mesure rendre caduque la ligne de partage qui avait prévalu jusqu’alors entre vainqueurs et vaincus de la guerre civile12, comme en témoigne la liste des responsables de l’appel que le gouvernement fit arrêter : Miguel Sánchez Mazas, Dionisio Ridruejo, Ramón Tamames, José María Ruiz Gallardón, Enrique Múgica, Javier Pradera et Gabriel Elorriaga. Comme l’a fort justement relevé Javier Tusell, bon nombre de ces jeunes qui avaient basculé dans l’opposition « eran por sus apellidos (…) un componente de lo que en teoría debía ser la clase política futura del régimen franquista »13.

  • 14 Cité par Santos JULIÁ, op. cit., p. 443.
  • 15 Ibid.

9Concomitamment à ces événements, un nouveau discours se fait entendre, qui parle le langage de la réconciliation en soumettant la guerre civile à une révision critique qui n’épargne aucun des deux camps. Le 1er avril 1956, l’Agrupación Socialista Universitaria diffuse un texte rédigé par Jorge Semprún et Javier Pradera dans lequel la phrase « nosotros, hijos de los vencedores y vencidos » identifie une génération qui associe la critique du régime à celle d’une guerre civile qui a désormais perdu son auréole mythique puisqu’elle a cessé de fonctionner comme un signe de ralliement politique. Plus explicitement encore, le « Testimonio de las generaciones ajenas a la guerra civil », rédigé quelques mois après par Esteban Pinilla de las Heras et publié le 22 août 1957 par El Socialista, organe officiel du PSOE à Toulouse, se faisait l’écho du refus de cette génération de faire sien le grand récit de la guerre, quel qu’en fût l’auteur, car, proclamait le « Testimonio », « ahora ya sabemos que la derrota fue de todos y contra todos »14. Cette nouvelle génération qui fait irruption sur la scène politique se déclare donc en opposition au régime instauré par les vainqueurs de la guerre, sans s’identifier pour autant à celui perdu par les vaincus (« No éramos ni tan siquiera ya los hijos de la República » dira Carlos Barral15), et s’assigne la mission de fonder la démocratie à venir sur la base de la réconciliation nationale. À ses yeux, le mythe de la guerre civile ne peut désormais plus fonder la légitimité du discours politique, ni dans un camp ni dans l’autre.

  • 16 Partido Comunista de España, « Por la reconciliación nacional, por una solución democrática y pací (...)
  • 17 Santiago CARRILLO, Memorias, Barcelone, Planeta, 1993, p. 450.
  • 18 Ibid.

10Voyant dans les événements de février 1956 le signe avant coureur d’une crise du régime qu’il juge imminente, le Parti communiste fait sien le discours de la réconciliation et publie en juin 1956 son manifeste « Por la reconciliación nacional », dans lequel, renvoyant dos à dos « el tono de cruzada contra media España » des vainqueurs et « cierto ánimo de revancha » des vaincus, il se déclare prêt à « contribuir sin reservas a la reconciliación nacional de los españoles, a terminar con la división abierta por la guerra civil y mantenida por el general Franco »16. Il faut s’arrêter sur cette phrase : « el tono de cruzada contra media España », qui invalide presque sans crier gare cette lecture mythique, et ô combien réconfortante pour une conscience de gauche, de la guerre comme la lutte héroïque du peuple contre une clique de généraux soutenus par l’Église et l’oligarchie. Elle vaut reconnaissance de l’existence d’un peuple de droite avec lequel la réconciliation devient possible dès lors que « las persecusiones políticas alcanzan también a monárquicos, democristianos, liberales e incluso liberales disidentes ». Ce dont il s’agissait, selon l’argumentation développée par Santiago Carrillo devant le Comité Central du PCE, c’était de parvenir à « un entendimiento muy amplio entre la izquierda y la derecha que ponga fin a la dictadura »17. Et Carrillo d’ajouter rétrospectivement, « con este planteamiento nos anticipábamos veinte años a los hechos »18.

  • 19 Salvador PÁNIKER, Conversaciones en Madrid, Barcelone, Kairós, 1969, p. 310.

11À sa manière, et certainement à son corps défendant, le régime lui-même tire les conséquences de la crise de février 1956 en prenant juste un an après ces événements un virage technocratique qui à bien des égards peut s’interpréter comme une tentative d’asseoir sa légitimité non plus exclusivement sur une mythologie guerrière irrémédiablement condamnée à l’obsolescence, mais sur une efficacité économique censée lui garantir l’adhésion, au moins passive, des Espagnols. Le pari de ces technocrates dont l’influence ne va cesser de s’étendre au cours de la décennie suivante était, on le sait, de créer les conditions qui auraient permis la continuité du régime après la mort de son fondateur sous la forme de cette monarchie autoritaire institutionnalisée par la Loi Organique de l’État que Franco fit approuver par référendum le 14 décembre 1966. La société espagnole se voit alors proposer un pacte dont les termes sont l’acceptation d’un autoritarisme atténué par un tout relatif relâchement de la censure (loi sur la presse de 1966) et par la promesse d’une future légalisation des associations politiques, en échange d’un développement économique teinté de paternalisme social. Pacte que la société espagnole refusa majoritairement, mais dont la logique, résumée par López Rodó dans la formule « un pueblo que disfrute de unas condiciones de vida dignas, se hace menos extremista »19, ne fut pas sans effet sur les attitudes politiques des Espagnols au moment de la Transition.

  • 20 Samuel HUNTINGTON, La tercera ola. La democratización a finales del siglo XX, Barcelone, Paidós, 1 (...)

12L’un des effets majeurs des transformations qui s’opèrent dans la société espagnole au cours des années 1960 aura en effet été de rendre cette société de plus en plus étrangère à celle dont les clivages avaient été à l’origine de la guerre civile. L’Espagne agraire, dont on sait de quel poids elle avait pesé dans le processus de radicalisation qui avait précédé la guerre, s’était profondément transformée sous le double effet de l’exode rural et de la modernisation des exploitations agricoles, si bien qu’au moment de la Transition le thème de la réforme agraire ne pouvait encore mobiliser les journaliers agricoles, dont le nombre avait considérablement diminué, que dans des zones très limitées de l’Andalousie. Il en allait de même de la classe ouvrière, qui avait vu sensiblement s’améliorer ses conditions de vie et dont la mobilisation, qui alla en s’intensifiant dans les dernières années du franquisme, pouvait être motivée, outre la défense de ses intérêts socioprofessionnels, par des revendications politiques, telles la défense des libertés syndicales, mais nullement par une remise en question de la société capitaliste. Or, comme l’a relevé Samuel Huntington dans son analyse des transitions de la troisième vague, la pacification des rapports sociaux induite par l’élévation du niveau de vie de la population peut s’avérer néfaste pour un régime autoritaire dès lors qu’elle le prive du soutien de ces classes moyennes qui avaient vu dans son avènement un rempart contre la révolution sociale20. La crise de légitimité du franquisme peut se lire ainsi comme le résultat parfaitement inverse du dessein continuiste sous-jacent à la modernisation technocratique. S’il est vrai, comme l’avait pronostiqué López Rodó, que la société espagnole était devenue moins extrémiste, il ne l’est pas moins qu’elle portait sur le régime un regard distancié qui mettait à nu son anachronisme dans une société si différente de celle qui l’avait vu naître.

  • 21 Cf. Víctor PÉREZ DÍAZ, La primacía de la sociedad civil, Madrid, Alianza Editorial, 1993, pp. 38-4 (...)
  • 22 Paloma AGUILAR, « Justicia, política y memoria : los legados del franquismo en la transición españ (...)

13Dans cette société pacifiée, l’invention d’une culture démocratique s’est nourrie, outre l’imitation des modèles occidentaux, d’une réflexion sur l’histoire de l’Espagne dans laquelle la République et son épilogue sanglant, la guerre civile, occupent une place centrale. Cette réflexion s’est arrêtée à l’interprétation de la guerre qui cadrait le mieux avec la signification voulue par une société décidée à éviter que ne refassent surface les antagonismes passés : celle d’une tragédie inévitable dans laquelle chacun des acteurs avait sa part de responsabilité. En suivant sur ce point l’analyse de Pérez Díaz21, on soulignera que, dans ses grandes lignes, cette interprétation admettait le caractère illégitime de la rébellion militaire et fasciste tout en soulignant l’appui que lui avaient apporté des secteurs sociaux (paysans, catholiques, classes moyennes) qui se sentaient visés, à juste titre selon cette interprétation, par la menace révolutionnaire brandie par l’extrême gauche. Une part de responsabilité devait ainsi être imputée à la gauche, dont les excès et l’incompétence avaient été pour beaucoup dans la création d’un climat propice à la rébellion. Sans oublier le rôle des puissances étrangères, qui, tels les dieux de la tragédie grecque, avaient poussé les Espagnols à s’entretuer pour ensuite assister impassibles au carnage. D’abord diluées entre tous les acteurs, les responsabilités finissaient par être imputées aux puissances étrangères, voire même, en dernière instance, à la fatalité. Indépendamment de sa véracité historique, c’est l’interprétation qui finit par prévaloir dans une société dont les données démographiques font apparaître que l’année de la mort de Franco 70 % de la population appartenaient à des générations qui n’avaient pas participé à la guerre et où une enquête réalisée cette même année révélait que 80 % des personnes interrogées se déclaraient d’accord avec la phrase « En España lo más importante es mantener el orden y la paz »22.

  • 23 Ces termes sont ceux qu’employa Adolfo Suárez dans le discours qu’il prononça devant les Cortes fr (...)
  • 24 Carlos Arias Navarro en exposait ainsi le principe dans le « Calendario para la reforma política » (...)

14C’est pour avoir ignoré que la Transition devait consister, selon la formule employée par Adolfo Suárez, à « elevar a la categoría política de normal lo que a nivel de calle [era] simplemente normal »23 que le premier gouvernement de la Monarchie échoua dans sa tentative d’imposer une réforme dont la logique d’exclusion réitérait les clivages du passé24. Après le remplacement d’Arias Navarro par Adolfo Suárez, la Transition entra dans une dynamique dont il devint de plus en plus évident qu’elle contraignait les réformateurs franquistes et l’opposition démocratique à s’entendre pour éviter deux alternatives qui leur paraissaient également indésirables : une involution autoritaire ou une radicalisation révolutionnaire, chacune étant d’ailleurs perçue comme pouvant être le prélude de l’autre. C’est dans cette crainte partagée qu’il convient de chercher d’abord les raisons de ce fameux consensus dont on a tant dit, à juste titre, qu’il a été la clef du succès de la Transition. Mais s’il est vrai que la dynamique même de la Transition a dicté dans une large mesure les choix tactiques des acteurs, il ne l’est pas moins que ceux-ci se sont déterminés aussi en fonction de paramètres structurels au nombre desquels il convient de citer ceux qui relèvent d’une culture démocratique certes encore en gestation, mais clairement orientée néanmoins vers les formules de compromis. À cet égard, il est possible d’affirmer que le consensus aurait été beaucoup plus difficile à atteindre sans le préalable du discours de réconciliation nationale qui avait fini par pénétrer l’ensemble de la société espagnole. Le consensus aura été, en somme, la transposition du discours de la réconciliation dans la praxis politique de la Transition.

  • 25 « Los límites de la amnistía », El País, 5-10-1977.

15Aussitôt constitué, le Congrès des députés issu des élections du 15 juin 1977 eut à cœur de faire de l’amnistie le premier acte législatif de la nouvelle étape démocratique. Aussi généreuses fussent-elles, la grâce royale du 25 novembre 1975 et les amnisties décrétées par le gouvernement d’Adolfo Suárez en juillet 1976 et mars 1977 pouvaient difficilement signifier une quelconque réconciliation dès lors qu’elles furent interprétées par l’opposition comme des mesures d’élargissement unilatérales et partielles. Pour que la réconciliation entre les ennemis d’hier fût réellement consommée, il manquait un acte solennel qui puisse être interprété comme l’expression d’un pardon réciproque. Il fallait en somme, comme Suárez lui-même en vint à le reconnaître, « una amnistía total que consagre definitivamente la reconciliación de todos los españoles de cara a la futura convivencia »25. C’est cette signification que les acteurs politiques voulurent faire revêtir à la loi d’amnistie du 14 octobre 1977 et que la presse reprit à son compte dans le traitement qu’elle lui accorda :

  • 26 Carlos BARRERA et José Javier SÁNCHEZ ARANDA, « El discurso periodístico sobre la amnistía general (...)

Su importancia era sobre todo simbólica : restaurar la reconciliación entre las dos Españas partidas por la guerra civil de 1936-1939, hacer un « borrón y cuenta nueva » de tal forma que, a partir de aquel momento, no tuviera ya sentido ni cabida la violencia terrorista, que se autoexcluiría así del juego democrático. Se querían restañar las heridas procedentes de la memoria de la guerra civil para iniciar el camino democrático con un nuevo punto de partida26.

16Élaborée consensuellement par la majorité et l’opposition et votée par toutes les forces politiques, à l’exception de deux votes négatifs et de l’abstention de l’AP, la loi d’amnistie s’appliquait donc à tous le délits politiques commis jusqu’au 6 octobre 1977 – en excluant toutefois les délits de terrorisme postérieurs au 15 juin –, ainsi qu’aux « delitos y faltas que pudieran haber cometido las autoridades, funcionarios y agentes del orden público, con motivo u ocasión de la investigación y persecución de los actos incluidos en esta ley », et aux « delitos cometidos por los funcionarios y agentes del orden público contra el ejercicio de los derechos de las personas ». Les deux Espagnes s’amnistiaient réciproquement : telle était la lecture qu’il convenait de faire de cette loi votée par un parlement qui pouvait légitimement apparaître comme l’émanation de la volonté nationale. La réconciliation nationale se trouvait ainsi symboliquement scellée.

LA REFONDATION DÉMOCRATIQUE DE L’ESPAGNE

  • 27 Avec une perfidie non exempte de pertincence, Gregorio Morán note à ce propos : « La clase polític (...)

17Commencée comme un processus de réforme sans solution de continuité ni avec la légalité du régime franquiste ni avec son personnel politique, la Transition n’en a pas moins été décrite comme un processus qui, dans sa phase initiale, se déroule suivant une logique de réforme négociée (« reforma pactada ») pour déboucher ensuite sur une rupture négociée (« ruptura pactada »). Il importe peu pour notre propos de savoir dans quelle mesure la Transition a vraiment été un processus de « reforma pactada-ruptura pactada », ce qui compte c’est de relever que c’est l’interprétation qui a généralement été retenue tant par le discours académique que par le discours politique et qu’à ce titre elle accrédite l’idée que tous les acteurs du processus, quel que fût leur bord politique, participaient de la même intentionnalité démocratique27. C’était assurément une condition nécessaire pour que puisse prendre corps le mythe de la refondation démocratique de l’Espagne.

  • 28 Giovanni SARTORI, Partidos y sistemas de partidos, Madrid, Alianza Editorial, 1997, pp. 158 et ss. (...)

18Les élections générales du 15 juin 1977 ont établi un système de partis dont les caractéristiques diffèrent sensiblement de celles du système de partis de la République. Elles ont donné le jour à un système de pluralisme limité et peu polarisé, selon les catégories définies par Giovanni Sartori28, très distinct de celui de la République, qui se caractérisait par son pluralisme extrême et par une polarisation très élevée. Au niveau national, les élections avaient permis d’atteindre la représentation parlementaire à cinq partis (UCD, PSOE, PCE, AP et PSP), qui ne seraient plus que quatre en avril 1978, après l’intégration du PSP de Tierno Galván dans le PSOE. Ces résultats traduisaient la préférence des électeurs pour les deux partis qui représentaient les options les plus modérées de la droite et de la gauche, soit l’UCD et le PSOE, qui obtenaient respectivement 34,4 % et 29,3 % des voix, et leur distance par rapport à ceux qu’ils percevaient comme les plus extrémistes, c’est-à-dire le PCE et l’AP, qui obtenaient respectivement 9,3 % et 8,2 % des voix.

  • 29 Il y eut des listes du PSOE historique aux élections de 1977. Elles totalisèrent 0,12 % des voix.

19Si la signification politique de ces résultats était claire, leur signification symbolique ne l’était pas moins : les électeurs avaient renvoyé dans la presque marginalité les deux partis qui incarnaient le plus clairement un passé auquel ils ne s’identifiaient pas : celui de la guerre civile et du franquisme. Le PSOE pouvait, en revanche, apparaître détaché de ce passé dans la mesure où celui qui briguait le mandat des électeurs n’était pas le « PSOE historique » de l’exil toulousain, mais le « PSOE rénové » du Congrès de Suresnes29. Il en allait de même de l’UCD, une coalition dans laquelle la présence en nombre d’anciens franquistes ne pouvait pas passer inaperçue, mais que les électeurs n’associaient pas directement au franquisme, et encore moins à la guerre civile, mais à la démocratisation conduite par Suárez. Arrivé à ce point, il nous faut insister sur l’importance de l’image des leaders dans la perception que les électeurs eurent de leurs partis respectifs. Adolfo Suárez et Felipe González pouvaient prétendre incarner la jeunesse et une certaine virginité politique ; ce ne pouvait en aucune manière être le cas de Santiago Carrillo ni de Manuel Fraga, irrémédiablement identifiés à un passé que la majorité des Espagnols ne voulait pas voir resurgir.

20Le vote de l’amnistie fut suivi, le 25 octobre, de la signature du pacte de La Moncloa, qui réunit autour de Suárez l’ensemble des leaders des partis politiques représentés au parlement. La scène, immortalisée par les photographes de presse, participait fortement de cette symboli que consensuelle qui présidait désormais au déroulement du processus transitionnel. Aux yeux du gouvernement et des partis politiques, la nécessité de ce pacte découlait de la crainte que l’aggravation constante de la crise économique provoquée par le choc pétrolier d’octobre 1973 ne vienne compromettre le processus démocratique en cours. Comme ce fut souvent le cas au cours de la Transition, la République fonctionna comme un contre-exemple qui dictait négativement aux acteurs politiques les choix à opérer. En l’occurrence, le scénario à éviter était celui de la déstabilisation à laquelle les conflits sociaux induits par la crise économique avaient soumis l’expérience républicaine. En signant le pacte de La Moncloa, les partis politiques donnaient leur aval aux mesures d’ajustement que le gouvernement n’avait osé prendre jusqu’alors en échange d’une extension de la couverture du chômage et de mesures fiscales visant à mieux répartir les sacrifices. Ce faisant, ils renonçaient à capitaliser politiquement le mécontentement social que ces mesures ne manqueraient pas de provoquer et officialisaient, en quelque sorte, le découplage de la transition politique et de la transition sociale. Les syndicats, qui n’avaient pas participé aux négociations, se voyaient invités à transmettre la consigne à la base. L’heure de la démobilisation des masses avait sonné ; Nicolás Redondo ne serait pas le Largo Caballero de la Transition, ce qu’il n’avait par ailleurs jamais prétendu être.

21Les résultats des élections du 15 juin imposèrent l’élaboration consensuelle de la nouvelle Constitution comme une nécessité non pas tant d’arithmétique parlementaire que de légitimation politique. Il est vrai qu’aucun parti n’avait obtenu la majorité absolue, mais l’UCD et l’AP la dépassaient ensemble avec respectivement 166 et 16 sièges dans un Congrès des députés qui totalisait 350 sièges. Une alliance UCD-AP, qui aurait eu pour effet d’orienter dans un sens conservateur la nouvelle Constitution, était donc en théorie possible. Elle n’était cependant pas envisageable pour l’UCD, qui y aurait énormément perdu en crédibilité démocratique. Plus encore, elle aurait reproduit, mais dans un sens inverse, l’erreur des constituants de 1931 qui, en faisant de la Constitution de la République l’expression du projet politique de la gauche, avaient fait voler en éclats le fragile consensus qui avait présidé à la proclamation de la République. L’élaboration de la nouvelle Constitution devait donc se faire en y associant l’ensemble des forces parlementaires afin de permettre qu’elle soit le fruit d’un consensus qui seul garantirait la consolidation du nouveau système politique.

  • 30 Cf. Richard GUNTHER, « El proceso constituyente español », Revista de Estudios Políticos, 4, janvi (...)

22Sans entrer dans le détail de la procédure qui aboutit à l’adoption du texte définitif, on soulignera que les points les plus litigieux firent l’objet de tractations, souvent secrètes, entre l’UCD et le PSOE et que les compromis conclus par ces deux partis furent souscrits par les autres groupes parlementaires, avec cependant d’importantes réserves de l’AP et des nationalistes basques30. Les libertés publiques, la monarchie ou encore l’économie de marché furent les domaines dans lesquels le consensus s’imposa avec le plus de facilité. Il se révéla en revanche plus difficile à trouver sur la question des rapports entre l’Église et l’État, mais finit néanmoins par prévaloir à travers une formule qui faisait droit à l’exigence d’aconfessionnalité de l’État formulée par la gauche tout en ménageant le souhait de la droite que les pouvoirs publics tiennent compte des croyances des Espagnols en entretenant des « relations de coopération avec l’Église catholique et les autres confessions » (art. 16). Mais ce fut incontestablement sur la question nationale que la logique consensuelle eut le plus de mal à s’imposer. Le compromis qui consistait à reconnaître le droit à l’autonomie des « nationalités et régions », mais dans le cadre de « l’unité indissoluble de la nation espagnole », trouva son expression conceptuelle dans la définition de l’Espagne comme une « nation de nations », une formule souscrite par l’ensemble des forces politiques, mais que ses adversaires, la droite espagnole et les nationalistes basques, eurent tôt fait de rejeter au motif qu’elle ne correspondait à aucune réalité historique. Le compromis sur la question nationale buta ainsi, à un extrême, sur l’hostilité de l’AP, qui voyait dans l’introduction du terme « nationalités » le prélude à la reconnaissance du droit à l’autodétermination, et à l’autre extrême, sur l’exigence des nationalistes basques que l’autonomie soit reconnue comme un droit historique du peuple basque, inscrit dans le vieux pacte foral avec la Couronne, et donc comme l’expression d’une souveraineté antérieure à la Constitution. Le refus des autres forces politiques, y compris les nationalistes catalans, de prendre en considération une demande qu’elles jugeaient incompatible avec la souveraineté de la nation espagnole proclamée à l’article 1-2 (« La souveraineté nationale réside dans le peuple espagnol ; tous les pouvoirs de l’État émanent de lui ») motiva la décision du PNV de ne pas voter la Constitution.

23À l’exception donc du PNV, qui demanda à ses électeurs de s’abstenir, toutes les forces parlementaires appelèrent à voter oui lors du référendum constitutionnel du 6 décembre 1978. Même l’AP, malgré la fronde d’une partie de ses députés, prit officiellement position en faveur du oui, remettant à une future révision constitutionnelle la prise en compte de ses réserves. Au plan national, le oui l’emporta avec 88,5 % des voix, ce qui représentait 59 % des inscrits, mais au Pays Basque, où l’abstention atteignit 55 %, il ne mobilisa que 31 % des inscrits. Il est à remarquer toutefois que lors du référendum sur l’autonomie du Pays Basque de 1979, la participation s’éleva à 59 % et le oui totalisa 95 % des votes, soit 53 % des électeurs inscrits. Dans la mesure où le statut d’autonomie émanait de la Constitution, on put considérer alors que l’adhésion à l’un valait légitimation de l’autre.

  • 31 Cf. Francisco CAMPUZANO CARVAJAL, « L’article 2 de la Constitution de 1978 : une tentative de redé (...)

24Il convient de s’arrêter sur la question nationale, car elle cristallise l’un des enjeux majeurs de la Transition : celui du dépassement de l’échec historique d’un État-nation qui n’a jamais réussi à s’imposer comme une réalité politiquement et culturellement intégrée. On ne s’étonnera guère dans ces conditions de relever que le discours sur la refondation de l’Espagne se soit employé à démontrer que l’instauration de la démocratie signifiait aussi la solution du problème national. Cette corrélation, qui est déjà présente dans la volonté de redéfinir l’Espagne comme une « nation de nations »31, a sans doute trouvé son expression la plus cohérente à travers la tentative d’appliquer à l’Espagne démocratique le concept de patriotisme constitutionnel.

  • 32 CF. Jean-Marc FERRY, « Quel patriotisme au-delà des nationalismes ? Réflexions sur les fondements (...)
  • 33 Cf. Jürgen HABERMAS, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998.

25C’est le politologue allemand Dolf Sternberger qui le premier a utilisé ce concept dans un article publié dans le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung en 1979 à l’occasion du 30e anniversaire de la Loi Fondamentale de la République Fédérale d’Allemagne. Son article visait autant la critique que la gauche radicale allemande faisait de la « démocratie bourgeoisie » incarnée par la République fédérale que le nationalisme culturel de la tradition allemande. La thèse de Sternberger était que la garantie et l’exercice des libertés ne pouvait avoir d’autre cadre que l’État, à condition toutefois que la légitimité de cet État ne repose pas sur un Volk ou une Kulturnation, mais sur une communauté de citoyens libres et égaux. À l’État-nation fondé sur des critères culturels, il opposait l’État de droit fondé sur des principes universalistes auxquels pouvaient s’identifier tous les citoyens quelle que fût leur appartenance culturelle. Le concept fut repris par le philosophe Jürgen Habermas dans le contexte de l’Historikerstreit, la querelle des historiens, qui opposa dans les années 1986-1988 les intellectuels allemands au sujet du nazisme. Le patriotisme constitutionnel allait dès lors se trouver systématisé dans une triple perspective : contextuelle (le débat historiographique allemand), conceptuelle (la quête d’une identité post-nationale) et institutionnelle (la construction de l’Union européenne)32. Alors que les réflexions d’Habermas se situent résolument dans la perspective du dépassement de l’articulation entre ethnos et demos qu’établit l’État-nation33, l’introduction du concept en Espagne a servi avant tout à nourrir un débat non sur la construction d’une citoyenneté post-nationale, mais bien sur la reconstruction d’une identité nationale dans le cadre de l’État des autonomies établi par la Constitution de 1978.

  • 34 Juan José LABORDA MARTÍN, « Patriotismo constitucional y Estado democrático », Sistema, n° 108, 19 (...)

26Alors qu’il était président du Sénat, le socialiste Juan José Laborda prononça en décembre 1991 une conférence au Club Siglo xxi dans laquelle il argumentait la nécessité de susciter un patriotisme enraciné dans l’identification des Espagnols au système démocratique établi par la Constitution. Partant de la vision renanienne de la nation comme plébiscite citoyen (« España, con el acto constituyente de 1978, decidió ser una nación o una patria común »34), il reprenait à son compte le concept de patriotisme constitutionnel en développant la thèse selon laquelle, tout comme l’Allemagne l’avait fait avec la Loi Fondamentale de 1949, l’Espagne post-franquiste avait fondé son identité collective non sur des critères culturels et encore moins sur un passé marqué par le national-catholicisme et par un absolutisme qui se prolonge jusqu’au xixe siècle, mais sur l’adhésion au système démocratique issu d’une Constitution qui « refundaba a España como nación de ciudadanos libres e integradora de los nacionalismos periféricos ».

  • 35 Andrés de BLAS GUERRERO, « La rectificación ante la cuestión nacional », El País, 15-05-2002.

27La proposition de Laborda allait avoir initialement peu d’écho et il faudra attendre la fin des années 1990 pour que ressurgisse le thème du patriotisme constitutionnel. La réactivation du concept s’inscrira alors dans un contexte intellectuel que Blas Guerrero a qualifié de « rectification face à la question nationale » d’une partie de la gauche espagnole, désormais détachée de ce philo-nationalisme qu’elle avait adopté dans les décennies précédentes. Les raisons en ont été selon lui l’exaspération de cette gauche intellectuelle devant la persistance du terrorisme et les critiques des nationalismes périphériques à l’État des autonomies, ainsi que la revendication d’un nationalisme espagnol qui s’inscrit dans une tradition libérale-démocratique et non plus dans le national-catholicisme du régime franquiste35.

  • 36 « El patriotismo constitucional de Zapatero », El País, 2-11-2001.
  • 37 Juan Fernando LÓPEZ AGUILAR, « Autonomías, España, Europa : un orden abierto al futuro y a la glob (...)

28Au niveau du discours politique, le patriotisme constitutionnel va se trouver remis à l’honneur après l’élection de Rodríguez Zapatero au secrétariat général du PSOE en juillet 2000. Considérant que « Habermas (…) ha hecho un gran favor a las personas de izquierda poniendo en circulación la idea de patriotismo constitucional »36, Rodríguez Zapatero entendait en faire un des thèmes centraux du projet politique du PSOE. Dans une conférence prononcée au Club Siglo xxi le 17 décembre 2001, Juan Fernando López Aguilar, qui exerçait à l’époque les fonctions de Secrétaire des Libertés Publiques et du Développement Autonomique de la Commission Exécutive Fédérale du PSOE, soumettait le patriotisme constitutionnel à une exégèse dont quelques citations suffiront à établir la portée mythifiante. Soulignant la qualité du travail accompli par les constituants de 1978 dans le traitement des problèmes de l’Espagne, López Aguilar insistait tout particulièrement sur la résolution du conflit séculaire entre le nationalisme espagnol et les nationalismes périphériques (« Su tarea desembocó en un tratamiento constitucional, tan novedoso como exitoso, de viejos desafíos históricos entre los que sobresalía, como sabíamos entonces, la antigua cuestión regional, el ser nacional de España »). Tout juste, concédait López Aguilar, convenait-il d’apporter quelques retouches au texte constitutionnel afin de permettre au Sénat de devenir une véritable chambre de représentation territoriale et de faire le nécessaire pour que puisse être assurée la représentation des Communautés autonomes dans les conseils de l’Union européenne. Se fondant sur cette réussite, il en venait ainsi à considérer la Constitution comme l’acte fondateur d’une nouvelle Espagne (« Conseguimos de algún modo refundar el ser de España sobre una Constitución democrática, normativa, plenamente legitimada »)37.

  • 38 José María AZNAR, La segunda transición, Madrid, Espasa Calpe, 1994.
  • 39 Id., p. 30.
  • 40 Id., p. 32.
  • 41 Josep PIQUÉ, María SAN GIL, « El patriotismo constitucional del siglo XXI », XIV Congreso Nacional (...)

29Tournant résolument le dos au révisionnisme constitutionnel de l’ancienne AP, en particulier sur la question de l’État des autonomies, le PP va adhérer à son tour à la thèse du patriotisme constitutionnel, dans lequel il voit avant tout un moyen de mettre un terme à la dynamique centrifuge qui a caractérisé le processus autonomique. Dans son ouvrage La segunda transición38, publié en 1994, José María Aznar mettait déjà en avant son acceptation de la pluralité culturelle de l’Espagne (« No creo que en el interior de unas fronteras sea exigible la homogeneidad cultural, étnica o lingüística »39), pour mieux affirmer sa conviction que l’Espagne est une nation (« Mi convicción, después de afirmar la pluralidad de la nación española, es que entre nosotros se da la unidad básica para la existencia de un Estado nacional »40). On ne s’étonnera donc pas qu’il ait trouvé dans le patriotisme constitutionnel, dans sa version re-fondatrice, une élaboration conceptuelle qui convenait tout à fait à sa vision de la nation espagnole. Il en fera le thème de plusieurs colloques organisés par la Fundación para el Análisis y los Estudios Sociales (FAES) tout au long de l’année 2001 et l’inscrira à l’ordre du jour du xive congrès du PP, en janvier 2002, en demandant à Josep Piqué et María San Gil – l’un Catalan et l’autre Basque – de présenter un rapport sur cette question. Tout en le définissant comme un concept-cadre qui n’impose pas à toutes les sensibilités politiques d’avoir une vision monolithique de l’Espagne, le rapport soumis aux délégués n’en proclamait pas moins l’existence de la nation espagnole comme une réalité politique, historique et culturelle. Reprenant l’idée que la Constitution avait signifié la refondation de l’Espagne (« las dos Españas se reconciliaron en una, se zanjó el problema religioso y la cuestión social, la forma de la jefatura del Estado y el modelo territorial »), Piqué et San Gil insistaient sur les progrès qu’elle avait permis de réaliser (« Hoy podemos sentirnos orgullosos de nuestra democracia. Tenemos un gran país ») pour mieux rejeter toute demande de révision constitutionnelle (« El Estado de las autonomías funciona bien. Por ello, el Partido Popular es contrario a abordar en esta etapa una reforma constitucional »)41.

  • 42 Cf. Xacobe BASTIDA FREIXEDO, « Otra vuelta de tuerca. El patriotismo constitucional español y sus (...)
  • 43 Henri MENDRAS, Éléments de sociologie, Paris, Armand Colin, 1975, p. 229.

30On a eu beau jeu de relever que le patriotisme constitutionnel, tel qu’il a été utilisé dans le débat politique espagnol, aussi bien par le PP que par le PSOE, constitue une imposture par rapport au concept habermassien dans la mesure où il fait la part belle au substantif au détriment de l’adjectif et ne retient de la Constitution que l’exaltation de la nation espagnole comme patrie commune et indivisible de tous les Espagnols pour mieux délégitimer ainsi les demandes souverainistes des nationalismes périphériques42. Mais le discours mythique se joue de la rigueur historique comme de la fidélité aux concepts ; il n’est soumis qu’à « une double exigence fondamentale, cohérence logique interne et adaptation au réel »43. Affirmer que la Transition a permis de refonder l’Espagne en tant que nation satisfait sans doute à ces deux exigences, mais cette affirmation demeure une interprétation qui n’est pas moins historiquement sujette à caution que de soutenir que la Catalogne ou le Pays Basque sont des nations. Indépendamment de la plus ou moins grande validité historique ou culturelle de telles assertions, les enjeux qui les sous-tendent sont essentiellement d’ordre politique. C’est bien dans ce sens que l’entend Calvo-Sotelo lorsqu’il met en garde contre une révision de la Transition qui aboutirait à sa destruction. La menace de destruction, si menace il y a, ne concerne évidemment pas la Transition, qui appartient désormais à l’histoire, mais la légitimité du système politique qu’elle a engendré. On ne sera pas étonné dans ces conditions de constater que le débat sur l’interprétation de la Transition se situe non pas sur le terrain historiographique, bien que l’histoire soit mise à contribution, mais sur celui des joutes politiques.

LE MYTHE REVISITÉ

31C’est à partir de la seconde moitié des années 1990 que commence à se faire entendre un discours critique dont il convient de signaler qu’il coïncide avec l’arrivée à l’âge adulte d’une génération qui n’a connu d’autre système politique que la démocratie. Sans doute faut-il reconnaître quelque pertinence à ce propos de Pilar Rahola sur l’attitude de cette génération à l’égard du mythe de la Transition :

  • 44 Pilar RAHOLA, « La muerte de la transición », El País, Cataluña, 12-05-2001.

Rechazo y fatiga de la transición : ésos serían los síntomas de la alergia que muestran las nuevas generaciones hacia nuestro mito intocable. ¿Resulta extraño ? Para nada, aunque sea como resultado de ese axioma inexorable que lleva a toda nueva generación a cuestionar los mitos anteriores e inventarse otros propios.44

32La relève générationnelle commence aussi à toucher la classe politique, où l’on assiste au cours des années 1990 à la sortie de scène de quelques-uns des principaux acteurs de la Transition : Fraga Iribarne, qui cède la place à José María Aznar en 1990 pour se réfugier dans son fief galicien, Santiago Carrillo, contraint à une retraite définitive en 1991, Adolfo Suárez, victime du cuisant échec du CDS aux élections municipales de 1991, Felipe González, qui abandonne le secrétariat général du PSOE en 1997. Une nouvelle génération politique commence ainsi à émerger, moins concernée pour d’évidentes raisons biographiques par l’esprit consensuel qui avait présidé à la fondation de la démocratie. À titre d’exemple, José María Aznar et José Luis Rodríguez Zapatero avaient respectivement 22 et 15 ans au moment de la mort de Franco.

  • 45 La Causa General fut instruite par le régime franquiste au lendemain de la guerre civile en vue de (...)

33La remise en question du mythe de la Transition s’est d’abord attachée à réfuter la thèse de la réconciliation des deux Espagnes en appelant à l’argument qu’il n’y eut pas de réconciliation au moment de la Transition, mais un « pacte de l’oubli » qui exonérait la dictature franquiste de sa responsabilité dans le déclenchement de la guerre civile et de tous les crimes qu’elle avait commis. Faisant valoir qu’aucune Causa General45 n’a été instruite contre le franquisme et qu’aucune « commission de la vérité » n’a permis de procéder à cette catharsis collective qui aurait vu les bourreaux obtenir le pardon de leurs victimes après avoir reconnu leurs crimes, les contempteurs de la thèse de la réconciliation n’ont de cesse d’exiger que réparation soit faite à l’injustice historique commise à l’encontre des vaincus de la guerre. Leur argumentation se trouve bien résumée dans cet extrait de l’apologie du soldat républicain oublié qu’est le livre Soldados de Salamina, de Javier Cercas, où un vieux républicain s’insurge contre l’idée que la Transition ait pu signifier la fin heureuse d’une histoire fratricide :

  • 46 Javier CERCAS, Soldados de Salamina, Barcelone, Tusquets Editores, 2001, p. 27. Publié en mars 200 (...)

[La historia] termina bien para los que ganaron la guerra. Pero mal para los que la perdimos. Nadie ha tenido ni siquiera el gesto de agradecernos que lucháramos por la libertad. En todos los pueblos hay monumentos que conmemoran a los muertos de la guerra. ¿En cuántos de ellos ha visto usted que por lo menos figuren los nombres de los dos bandos ? (…) ¡Y una gran mierda para la Transición !46

  • 47 Vicenç NAVARRO, « Los costes políticos del silencio histórico », El País, 18-01-2006.
  • 48 El Norte de Castilla, 4-01-2006.

34Au-delà de la demande de réparation de l’injustice historique dont auraient été victimes les combattants républicains, toute une thématique révisionniste s’est mise en place avec, comme élément central, l’idée que, soumise à la menace d’un coup militaire, la gauche dut sacrifier sur l’autel du consensus non seulement la mémoire des vaincus mais aussi bon nombre de valeurs dont ils étaient porteurs et qui n’étaient autres que celles que la République avait incarnées. Vicenç Navarro, professeur à l’université Pompeu Fabra, dressait dans un article récent la liste des concessions de la gauche qui constituaient autant de renoncements à ses idéaux républicains : un modèle d’État qui niait le caractère plurinational de l’Espagne, la monarchie et ses symboles (drapeau, hymne), la consolidation de l’école privée, le maintien des privilèges de l’Église, le rôle de l’armée comme garante de l’unité nationale, une trop grande protection de la propriété privée, etc. En définitive, soutenait Vicenç Navarro, en mettant sous l’éteignoir ses valeurs républicaines pendant la Transition, la gauche se soumettait à la vision conservatrice de l’Espagne imposée par la dictature franquiste et reprise à son compte par une droite qui n’avait renoncé à aucun de ses postulats idéologiques. Le corollaire de cette position est que la gauche, désormais affranchie de ses peurs, doit renouer avec l’œuvre de la République : « El gran temor de las derechas – como ha quedado reflejado en muchas de las declaraciones de sus dirigentes – es que las izquierdas quieran conseguir los derechos políticos y sociales que el alzamiento militar interrumpió durante la República »47. D’où il s’ensuit qu’il est nécessaire de faire une « seconde transition », voire une « contre-transition », qui viendrait suppléer aux carences de la première. C’est la thèse que défend, parmi d’autres intellectuels de gauche, Juan Marsé quand il déclare : « Todo el mundo está empezando a comprender que se hizo una Transición que no ha satisfecho a nadie, que quedan pendientes cantidad de cosas »48.

35Il est toujours possible d’opposer à une telle pétition de principe l’argument que la Transition a été porteuse d’avancées politiques et sociales qui ne contredisent en rien les valeurs républicaines. C’est ce que faisait l’écrivain Antonio Muñoz Molina dans un article où, mettant en garde contre la tentation de soustraire le passé à la rigueur de l’analyse historique en le transformant en fiction, il s’interrogeait sur les supposées carences de la Transition :

  • 49 Antonio MÚÑOZ MOLINA, « Notas escépticas de un republicano », El País, 24-04-2006.

Ni una sola de las libertades que afirmaba la Constitución de 1931 está ausente de la de 1978, del mismo modo que las valerosas iniciativas de justicia social, educación e igualdad de aquel régimen no pueden compararse, por la enorme diferencia de los tiempos históricos, con los progresos del Estado de bienestar que disfrutamos ahora. ¿Fueron entonces más iguales las mujeres y los hombres ? ¿Hubo mejor protección para los parados, recibieron mejor atención pública los enfermos ? ¿Estuvieron más respetadas las minorías ? ¿Fue más autónoma Cataluña con el estatuto de 1932 que con el de 1980 ?49

  • 50 Ricard VINYES, « La memoria también ladra », El País, 12-04-2006.
  • 51 Almudena GRANDES, « Razones para un aniversario », El País, 25-03-2006.

36La réponse à ces questions va de soi si l’on se place sur le terrain de l’objectivité historique. Mais le débat n’est pas de nature historiographique mais axiologique. Dans cette perspective, quels qu’aient été les progrès que le système politique issu de la Transition ait permis d’accomplir à la société espagnole, ils ne pourront jamais lui faire expier son péché originel : celui d’avoir permis le recyclage démocratique d’une droite présentée comme idiosyncratiquement liberticide. Il ne s’agit évidemment pas de renier le système démocratique actuel, mais d’en purifier la genèse. C’est dans ce sens qu’il convient d’entendre ces paroles du président du gouvernement, José Luis Rodríguez Zapatero, prononcées le 5 avril 2006 en réponse au sénateur d’Esquerra Republicana de Catalunya, Carles Bonet, qui estimait que l’Espagne a une dette envers la II République : « La España de hoy mira a la España de la II República con reconocimiento y, sobre todo, con satisfacción y orgullo por ver lo que hemos sabido hacer entre todos en esta estapa constitucional ». Au mythe de la Transition se trouve ainsi opposé celui d’une République militairement vaincue mais moralement victorieuse et dont l’exemplarité se projette dans le présent. Dans un article écrit à la veille du 75e anniversaire de la proclamation de la République, l’historien Ricard Vinyes encourageait l’État et les gouvernements autonomes à commémorer avec solennité cet anniversaire car, précisait-il, « izar aquella bandera, no es izar la república como forma de gobierno, sino establecer dónde se halla la identidad ética de nuestra democracia »50. Dans le même ordre d’idées, l’écrivaine Almuneda Grandes, disant parler au nom d’une génération qui s’est affranchie de la peur du passé qui tenaillait ses aînés, proclamait son enthousiasme pour la République en soulignant que « sus valores resultan no sólo admirables en la lejanía, sino imprescindibles en nuestra realidad actual »51.

  • 52 CIS, étude n° 2535, septembre 2003.
  • 53 CIS, étude n° 2401, décembre 2000.

37La délégitimation de la Transition, et son corollaire, l’exaltation de la République comme référent moral de l’actuelle démocratie, trouvent cependant un écho limité dans une opinion publique qui semble assez étrangère aux nostalgies d’une partie des élites politiques et intellectuelles. Selon une enquête réalisée par le Centro de Investigaciones Sociológicas en 2003, 77 % des personnes interrogées pensaient que les Espagnols pouvaient se sentir fiers de la façon dont avait été conduite la Transition vers la démocratie, tandis que 10 % pensaient le contraire et 13 % n’exprimaient pas d’opinion52. Même s’il est vrai que la même question posée en 2000 à l’occasion du 25e anniversaire de l’accession au trône de don Juan Carlos, obtenait 86 % de réponses positives, 8 % de réponses négatives et 6 % de « sans opinion »53, on ne peut que retenir que le sentiment de fierté vis-à-vis de la Transition reste très largement répandu dans la société espagnole.

  • 54 El Mundo, 20-11-2005.
  • 55 CIS, étude n° 2610, décembre 2005.

38Quant à l’option républicaine, elle est certes loin d’être insignifiante dans une société où, selon une enquête de l’institut Sigma Dos réalisée en novembre 2005, 24 % des personnes interrogées se définissaient comme républicaines, face à 38 % qui se déclaraient monarchistes et 38 % qui n’avaient pas d’opinion54. Para rapport à une précédente enquête réalisée par le même institut en 2000, le pourcentage de monarchistes diminue même de cinq points tandis que celui des républicains augmente de huit points. Il convient cependant de relativiser ces données en rappelant que le républicanisme n’est pas aujourd’hui en Espagne une option politique mobilisatrice. Même si des partis tels Izquierda Unida et Esquerra Republicana de Catalunya défendent cette option, peu d’Espagnols déclarent aujourd’hui leur préférence pour un régime républicain. Selon un sondage réalisé par le CIS en décembre 2005, 45 % des Espagnols considèrent nécessaire une réforme de la Constitution, mais parmi ceux-ci seulement 2,5 % estiment que cette réforme doit inclure la monarchie comme forme de gouvernement, cette opinion étant partagée par 6 % des électeurs d’IU et 10 % des électeurs d’ERC55.

  • 56 El País, 17-11-1985.

39Le républicanisme professé par environ un quart de la population espagnole semble donc être un républicanisme plus sentimental que politique, si bien que la monarchie ne paraît pas aujourd’hui en danger en Espagne. Et elle ne le sera pas tant qu’aucun des deux grands partis nationaux, PP et PSOE, refuseront de faire de cette question une arme politique. En ce qui concerne le PP, cela semble évidemment hors de question. Quant au PSOE, après avoir défendu au cours du débat constitutionnel l’option républicaine, il a remisé depuis son discours républicain, sans avoir pour autant renoncé à réactiver à tel ou tel moment des références républicaines qui n’ont d’autre but que de mettre en évidence l’héritage franquiste du PP. Il est intéressant de noter à cet égard que le PSOE a gouverné pendant quatre législatures, de 1982 à 1996, sans trop se soucier de commémorations républicaines ni croire nécessaire de faire disparaître les symboles franquistes encore visibles dans les villes d’Espagne, Felipe González déclarant même à ce propos : « Algunos han cometido el error de derribar una estatua de Franco ; yo siempre he pensado que si alguien hubiera creído que era un mérito tirar a Franco del caballo tenía que haberlo hecho cuando estaba vivo »56. Ces propos correspondent à une période où le PSOE n’avait rien à craindre d’une droite électoralement plombée par le passé franquiste de ses dirigeants, sans que les socialistes aient besoin d’en rajouter sur ce registre. La donne change cependant dans les années 1990, qui voient le PP recentré et désormais dirigé par Aznar venir disputer au PSOE cet électorat modéré sur lequel il avait bâti ses successives majorités absolues. Le PSOE modifie alors son discours au point de faire du retour de la droite franquiste l’un de ses principaux thèmes de campagne aux législatives de 1996, en y incluant même le « no pasarán » des défenseurs de Madrid, repris à son compte par Felipe González lors d’un meeting à Barcelone. En 1999, le PSOE, désormais dans l’opposition, présenta au Congrès des députés un projet de résolution en hommage à l’exil républicain dont la rédaction mettait subliminalement en évidence le passé non démocratique du PP :

  • 57 Cortes Generales, Diario de sesiones del Congreso de los diputados, Comisiones, n° 743, 14 septemb (...)

En este año se cumple el 60 aniversario de la finalización de la Guerra Civil española. El golpe fascista militar contra la legalidad republicana había triunfado y, con él, se abría un negro horizonte que habría de durar casi cuarenta años de dictadura personalista y ausencia total de garantías y libertades. España quedó sumida en las tinieblas del atraso y la ignorancia, de la autarquía y el subdesarrollo, del fanatismo y el rencor. Toda relación exterior fue cortada. En el interior, sólo las organizaciones políticas de la izquierda, los nacionalismos democráticos y grupos de inspiración republicana mantuvieron una larga lucha por la recuperación de la legalidad democrática y las libertades.57

40Sachant que le PP a fondé sa stratégie politique sur le recentrage de la droite, le PSOE peut ainsi être tenté de se poser en héritier des valeurs démocratiques de la République non pour réactiver un projet républicain, qui en tout état de cause n’aurait pas beaucoup de chances d’aboutir dans l’Espagne d’aujourd’hui, mais pour mieux décrédibiliser le pedigree démocratique d’un adversaire irrémédiablement associé à cette droite complice du « coup fasciste militaire contre la légalité républicaine ». Si l’actuelle démocratie est génétiquement associée à la République, il est clair que les seuls vrais démocrates sont ceux qui peuvent en revendiquer l’héritage. Quels qu’aient été les efforts d’Aznar pour s’approprier la figure de Manuel Azaña, la seule filiation idéologique que la gauche lui reconnaît est celle du franquisme. Cela fait partie d’une tactique de disqualification de l’adversaire qui va certes à l’encontre du « pacte de l’oubli » scellé pendant la Transition, mais cela ne constitue pas une stratégie de délégitimation du système politique actuel.

41Il est cependant un domaine dans lequel le pacte de la Transition semble réellement fragilisé. C’est celui qui a trait à la question nationale. On en veut pour preuve les tribulations du patriotisme constitutionnel, aujourd’hui tombé presque dans l’oubli après être apparu comme la formule magique qui allait enfin permettre à l’Espagne de se réinventer un destin national. Son introduction en 1991 dans le débat politique par le socialiste Juan José Laborda ne peut être dissociée de la nécessité dans laquelle s’était trouvé le PSOE, alors au pouvoir, de réaffirmer l’intangibilité du texte constitutionnel face à l’enthousiasme avec lequel les nationalismes périphériques accueillirent la création de nouveaux États au centre et à l’est de l’Europe après l’effondrement de l’URSS. Déjà en décembre 1989, en réponse à un député basque qui réclamait pour le Pays Basque le même droit à l’autodétermination que le Conseil de l’Europe venait de reconnaître à l’Allemagne en vue de sa réunification, Felipe González avait opposé une vigoureuse fin de non recevoir à une éventuelle révision constitutionnelle :

  • 58 Congreso de los Diputados, Diario de Sesiones, IV Legislatura, n° 6, 20-12-1989, p. 196.

Nuestra posición es y será la de defender la unidad de España, y como hace falta una modificación constitucional para plantearse incluso el derecho a la determinación o libre determinación o autodeterminación, nosotros no iremos a esa modificación constitucional mientras lo podamos evitar, seamos Gobierno, seamos oposición o seamos lo que seamos.58

  • 59 El País, 13-12-1989.
  • 60 El País, 16-20-1990.
  • 61 El País, 2-09-1991.

42Mis en sourdine pendant la phase de construction de l’État des autonomies qui suivit l’approbation de la Constitution, le thème du droit à l’autodétermination fit à nouveau irruption dans le débat politique en décembre 1989 sous la forme d’une résolution du parlement catalan qui proclamait que « el acatamiento del marco constitucional vigente, como resultado del proceso de transición política desde la dictadura a la democracia, no significa la renuncia del pueblo catalán al derecho de autodeterminación »59. L’exemple catalan n’allait pas tarder à être imité par le parlement basque qui, le 15 février 1990, proclamait à son tour le droit du peuple basque à l’autodétermination, en précisant toutefois que « la estrategia estatutaria y la profundización en el autogobierno a través del pleno y leal desarrollo de todos y cada uno de los contenidos del estatuto representan para los ciudadanos vascos el marco válido para la resolución progresiva de los problemas de la sociedad vasca »60. Les nationalistes eurent encore le temps de s’enthousiasmer au printemps et à l’été 1991 pour l’indépendance des républiques baltes et yougoslaves avant que la guerre des Balkans ne vienne calmer leurs ardeurs. Si Jordi Pujol faisait preuve d’une certaine prudence en déclarant que la Catalogne était une nation comme la Lituanie ou la Slovénie, mais que l’Espagne n’était ni l’URSS ni la Yougoslavie, le secrétaire général des jeunesses de son parti, Carles Campuzano, se montrait quant à lui beaucoup plus radical en affirmant : « El interés de esta situación es que rompe uno de los mitos que habíamos aceptado : el de que en Europa las fronteras eran inamovibles »61.

43Sans doute ces déclarations étaient-elles à mettre sur le compte d’une tactique qui utilisait la rhétorique indépendantiste comme un moyen de pression sur le gouvernement central pour obtenir le transfert de nouvelles compétences. Les parlements catalan et basque prenaient par ailleurs bien soin d’assortir leurs résolutions en faveur de l’autodétermination de formules qui laissaient entendre que la revendication de ce droit n’impliquait pas nécessairement son exercice. Plus encore : une coalition PNV-PSOE gouvernait le Pays Basque depuis 1987 et en janvier 1988 tous les partis représentés au parlement basque, à l’exception des nationalistes radicaux d’Herri Batasuna, avaient souscrit le pacte d’Ajuria Enea, dont les deux piliers étaient le rejet de la violence et l’acceptation du cadre institutionnel défini par le statut d’autonomie.

44Mais au-delà de leur utilisation tactique, ces déclarations constituaient autant de démentis à la thèse de la refondation de l’Espagne. De manière tout à fait explicite, l’idée que l’Espagne est une « nation de nations » se trouvait rejetée aussi bien par le lehendakari José Antonio Ardanza que par le president Jordi Pujol :

  • 62 Cité par Eduardo LÓPEZ-ARANGUREN, « Las dimensiones de la conciencia nacional y regional », Revist (...)
  • 63 Ibid.

Una Nación puede encontrar cabida y encaje en otro Estado, pero no cabe, desde luego, en otra Nación. Y nosotros, los nacionalistas vascos, creemos que Euskadi es una nación (José Antonio Ardanza, 1994)62.
España es un país plurinacional, pero la nación para mí no es España. Para mí es Cataluña. España es otra cosa, un Estado plurinacional (Jordi Pujol, 1995)63.

45Ces propos ne faisaient que rappeler le malentendu fondamental qui oppose les nationalistes aux tenants de la thèse de la refondation. Si pour ceux-ci la Transition devait marquer un nouveau point de départ dans l’histoire de l’Espagne, pour les nationalistes elle n’a été qu’une étape dans leur combat pour l’émancipation nationale. Le sommet nationaliste qui réunit à Barcelone les 16 et 17 juillet 1998 CiU, PNV et BNG vint en apporter la preuve l’année même où l’on fêtait le vingtième anniversaire de la Constitution. Le sommet s’acheva en effet par une déclaration qui appelait au dépassement de l’État des autonomies afin de parvenir à l’articulation de l’État espagnol comme un État plurinational. Niant que la Constitution ait signifié la refondation de la nation espagnole (« los derechos de nuestras naciones son previos a la Constitución »), le document de travail qui accompagnait cette déclaration venait confirmer que le compromis constitutionnel sur la question nationale (présenté comme « el resultado de la masa crítica conseguida por los movimientos nacionalistas en el momento de la transición ») était désormais considéré caduc même par ceux qui, comme CiU, l’avaient souscrit :

  • 64 La déclaration de Barcelone ainsi que le document de travail sont consultables en ligne : http://w (...)

Debemos superar la fórmula autonómica por cuanto es una carta otorgada por un Estado que, conforme a la definición constitucional, dice basarse en una sola nación, única e indivisible, la nación española, negando el carácter plurinacional del Estado y la coexistencia de otras naciones64.

46La déclaration de Barcelone est à replacer dans le contexte de la très nette dégradation de la situation politique basque provoquée par l’assassinat par l’ETA de Miguel Ángel Blanco, membre du PP et conseiller municipal d’Ermua, le 12 juillet 1997. Les manifestations de protestation rassemblent alors des millions de personnes dans toutes les villes d’Espagne. Au Pays Basque, elles prennent la dimension d’une véritable rébellion citoyenne contre l’ETA et son bras politique, Herri Batasuna, qui se prolonge les mois suivants par une mobilisation sans précédent contre l’hégémonie politique, sociale et culturelle que le nationalisme exerce sur la société basque. Ainsi, le Foro de Ermua, créé en février 1998, appelait-il à l’unité des forces constitutionnalistes et à la substitution du « patriotisme ethno-nationaliste basque » par un « patriotisme républicain ou civique ».

47Craignant que cette mobilisation ne finisse par déboucher sur la défaite politique de l’ensemble du nationalisme (les partis constitutionnalistes n’avaient-ils pas obtenu 52 % des voix et trois députés de plus que les partis nationalistes aux élections législatives de 1996 ?), le PNV amorce alors une stratégie de rassemblement de l’ensemble des forces nationalistes destinée à lui garantir la conservation du pouvoir qu’il exerce sans discontinuer depuis l’accession du Pays Basque à l’autonomie. Cela impliquait un virage souverainiste que le PNV allait négocier en plusieurs étapes au cours de l’année 1998 : ouverture d’un dialogue avec HB qui impliquait l’abandon du Pacte d’Ajuria Enea ; rupture au début de juillet de la coalition PNV-PSOE qui gouvernait le Pays Basque depuis 1987 ; signature en août d’un pacte secret entre PNV, EA et ETA par lequel les trois organisations s’engageaient à « crear una estructura institucional única y soberana que recoja en su seno a Araba, Bizkaia, Gipuzkoa, Lapurdi, Nafarroa y Zuberoa » ; et signature, enfin, par l’ensemble des forces nationalistes, le 12 septembre, d’une « Déclaration de Lizarra » appelant à une négociation politique avec l’ETA et à la reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple basque. Cette déclaration fut suivie, le 16 septembre, de l’annonce d’un cessez-le-feu illimité par l’ETA dans un communiqué où l’organisation terroriste constatait avec satisfaction que toutes les forces nationalistes s’étaient alignées sur ses thèses indépendantistes. La convergence entre les forces nationalistes se concrétisera, après les élections régionales d’octobre 1998, par la signature d’un pacte de gouvernement entre le PNV, EA et les nationalistes radicaux regroupés dans Euskal Herritarrok.

  • 65 Cité par Soledad GALLEGO-DÍAZ, « Raro patriotismo constitucional », El País Domingo, 4-11-2001.

48Le Pays Basque entrait ainsi après la déclaration de Lizarra dans une dynamique de bipolarisation qui voyait s’opposer un bloc souverainiste regroupant l’ensemble des formations nationalistes et un bloc constitutionnaliste constitué du PSOE et du PP. C’est dans cette confrontation, à laquelle se superpose la fin du cessez-le-feu de l’ETA en novembre 1999, que prend place la réactivation du discours sur le patriotisme constitutionnel par le PSOE. En se l’appropriant, le PP va cependant inciter les socialistes à prendre leurs distances avec ce concept et à accuser les PP de l’avoir instrumentalisé dans son offensive contre les nationalismes périphériques : « Es peligroso que esa idea, completamente desvirtuada, sea utilizada por Aznar y el PP para defender un renacimiento del patriotismo español más conservador, ocultándolo tras una defensa a ultranza de la Constitución », expliquait un membre du comité exécutif du PSOE après qu’Aznar eut demandé à María San Gil et à Josep Piqué de rédiger un rapport sur cette question65. Il est vrai, en effet, que le PP commence à s’intéresser au patriotisme constitutionnel à un moment où, fort de la majorité absolue qu’il a obtenue aux élections de mars 2000, il proclame l’achèvement de la construction de l’État des autonomies et caresse l’espoir de déloger les nationalistes basques du gouvernement régional avec l’appui des socialistes. Une stratégie dont le PSOE aura tôt fait de mesurer les inconvénients qu’elle entraînait pour lui aussi bien au Pays Basque qu’en Catalogne.

  • 66 « Una oposición para ser alternativa de gobierno », resolución política del Congreso extraordinari (...)

49Les raisons de leur défiance sont d’abord à chercher dans l’évolution des résultats électoraux au Pays Basque : le PP obtient 14 % des voix aux élections régionales de 1994, 20 % à celles de 1998 et 23 % à celles 2001, tandis que le score du PSE-PSOE se maintient à 17 % d’une élection à l’autre. Le constat que le discours sur la constitution d’une alternative non nationaliste a essentiellement profité au PP va conduire les socialistes basques à changer de stratégie. Après les élections régionales de mai 2001, la ligne constitutionnaliste incarnée par Nicolás Redon-do Terreros se trouve de plus en plus contestée au sein du PSE, au point que Redondo est contraint de démissionner de son poste de secrétaire général en décembre 2001. Il est remplacé par Patxi López, à la suite d’un Congrès où le PSE proclame sa volonté de déterminer « su política de alianzas en Euskadi después de que la ciudadanía se pronuncie en las urnas »66. Renonçant à la ligne de Redondo, qui se plaçait clairement sur le terrain de l’affrontement avec le nationalisme et d’une alliance avec le PP sur la base de la défense de la Constitution et du statut de Guernica, la nouvelle direction laissait entrevoir la possibilité de futurs pactes avec le PNV, dans une tentative de renouer avec la politique antérieure à 1998.

50Réagissant à la démission de Redondo, le sénateur socialiste Jordi Solé Tura, un des pères de la Constitution, mettait en garde contre le danger que représentait pour le PSOE une stratégie d’affrontement avec les nationalismes basque et catalan :

  • 67 Jordi SOLÉ TURA, « Patriotismo constitucional », El País, 24-12-2001.

El PP espera poder liderar con su propuesta [de patriotismo constitucional] un frente amplio que ponga a ambos nacionalismos contra la pared y que, a la vez, deje a los demás partidos bajo su batuta triunfal como dueño y señor de una Constitución convertida en adalid de un nuevo centralismo patrio. Algunos comentaristas, hartos de la insoportable presión etarra, ya han dado su visto bueno a la idea de este patriotismo, y otros que han pasado directamente del franquismo al PP están entusiasmados con la propuesta patriótica. Pero el problema es saber en qué consiste el patriotismo constitucional y hasta qué punto es asumible por otras fuerza políticas y otros comentaristas67.

  • 68 Edurne URIARTE, « El PSOE y el futuro del País Vasco », ABC, 22-12-2001.

51Et Solé Tura de conclure que le PSOE ne pouvait s’aligner sur le PP sous peine de se couper des forces nationalistes voire même de se trouver en porte-à-faux avec les thèses fédéralistes des socialistes catalans du PSC. La conclusion allait de soi : le PSOE devait cesser de se référer au patriotisme constitutionnel dès lors que celui-ci était utilisé par le PP dans son offensive contre les nationalismes périphériques. Un tel alignement impliquait pour lui le risque de se couper de ces formations nationalistes dont le soutien peut s’avérer indispensable en cas de formation d’un gouvernement minoritaire. La priorité pour le PSOE devint alors de se démarquer du PP, si bien que, comme le relevait Edurne Uriarte, « el interés por el patriotismo constitucional se transformó en acusaciones al PP de vuelta al franquismo y de ‘rancio nacionalismo español’« 68.

52Le revirement du PSOE sur la question du patriotisme constitutionnel nous donne sans doute la clef de la fragilité du mythe de la refondation de la nation espagnole. Accepter ce mythe implique pour le PSOE de se situer clairement dans une position antagonique avec les partis nationalistes dont il a besoin pour gouverner. La preuve en a été apportée par les élections du 14 mars 2004, qui ont débouché sur la formation d’un gouvernement socialiste soutenu par la gauche catalaniste avec, comme contrepartie, l’approbation par le PSOE d’un projet de statut qui proclame que la Catalogne est une nation et qui définit l’Espagne comme un État plurinational. Ne voulant pas être en reste, le parlement andalou vient d’approuver avec les voix du PSOE et d’IU un projet de statut qui définit l’Andalousie comme « une réalité nationale » et l’andalou ( !) comme « une modalité linguistique ». Nous sommes bien loin de l’idée de la refondation de l’Espagne « como nación de ciudadanos libres e integradora de los nacionalismos periféricos » qui enthousiasmait naguère le sénateur socialiste Juan José Laborda.

CONCLUSION

  • 69 CIS, estudio n° 2571, Latinobarómetro, VII, septembre 2004.

53Un constat final s’impose : la révision du mythe de la Transition n’affecte pas la solidité de la démocratie dans un pays dont 84 % des citoyens considèrent qu’elle est préférable à toute autre forme de gouvernement69. Que l’on soutienne que la démocratie s’est établie non sur la réconciliation des deux Espagnes mais sur un pacte de l’oubli ne changera sûrement rien à l’affaire. Pas plus que la nostalgie républicaine d’une partie de la gauche intellectuelle et politique ne semble aujourd’hui constituer une menace pour la monarchie. On ne saurait pour autant en conclure à l’innocuité politique de cette révision dès lors qu’elle touche l’un des aspects majeurs du pacte de 1978 : celui de la question nationale. Le pacte constitutionnel incluait une redéfinition des relations entre le centre et la périphérie tant du point de vue politique (création de l’État des autonomies) que culturel (reconnaissance des identités culturelles non castillanes) avec comme contrepartie l’acceptation par les nationalismes périphériques de la souveraineté et de l’indissoluble unité de la nation espagnole. L’erreur des élites espagnoles a été de croire que ce pacte permettrait de résoudre la question nationale. On put voir dès sa conclusion qu’il ne convenait pas aux nationalistes basques, qui ne tardèrent pas à être rejoints par leurs homologues catalans. Pouvait-il en être autrement pour ces élites qui puisent leur légitimité dans la politisation des identités locales et dans la revendication toujours réitérée de nouveaux espaces de pouvoir au nom précisément d’une souveraineté nationale à laquelle elles ne sauraient renoncer sous peine de se renier ? S’étonnera-t-on qu’elles aient rejeté avec la plus grande véhémence l’idée que la Constitution avait permis de refonder la nation espagnole ? Un mythe qui prétend réconcilier le nationalisme espagnol avec la démocratie, mais qui, même sous sa forme la moins exclusive, celle du patriotisme constitutionnel, n’est pas parvenu à ce jour à concurrencer efficacement leurs propres mythologies nationales.

Bibliographie

Bibliographie

• ÁLVAREZ JUNCO, José, « La idea de España en la Constitución », La Constitución a examen, Gregorio Peces-Barba, Miguel Ángel Ramiro Avilés, coord., Madrid, Marcial Pons, 2004, pp. 182-194.

• AGUILAR, Paloma, « Justicia, política y memoria: los legados del franquismo en la transición española », Fundación Juan March, Working Paper 2001/163, février 2001.

• AZNAR, José María, La segunda transición, Madrid, Espasa Calpe, 1994.

• BARRERA, Carlos, SÁNCHEZ ARANDA, José Javier, « El discurso periodístico sobre la amnistía general de 1977, a través de la prensa de Madrid, País Vasco y Navarra », Departamento de Comunicación Pública, Facultad de Comunicación, Universidad de Navarra.

• BASTIDA FREIXEDO, Xacobe, « Otra vuelta de tuerca. El patriotismo constitucional español y sus miserias », Cuadernos de filosofía del derecho, n° 25, 2002, pp. 213-246.

• CALVO-SOTELO BUSTELO, Leopoldo, « Sobre la Transición exterior », Discurso de recepción leído en la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, Madrid, 16 de noviembre de 2005, pp. 79-80.

• CAMPUZANO CARVAJAL, Francisco, « L’article 2 de la Constitution de 1978 : une tentative de redéfinition de la nation espagnole », Les nationalismes en Espagne : de l’État libéral à l’État des autonomies (1976-1978), Francisco Campuzano Carvajal, coord., Montpellier, ETILAL, 2001.

• CARRILLO, Santiago, Memorias, Barcelone, Planeta, 1993, p. 450.

• CERCAS, Javier, Soldados de Salamina, Barcelone, Tusquets Editores, 2001, • COTARELO, Ramón, « La transición democrática española », Transición política y consolidación democrática en España (1975-1986), Ramón Cotarelo, coord., CIS, 1992, pp. 3-46.

• DE BLAS GUERRERO, Andrés, « La rectificación ante la cuestión nacional », El País, 15-05-2002.

• ELIADE, Mircea, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1988 (1ère éd. 1963).

• FERNÁNDEZ GARCÍA, Eusebio, « El patriotismo constitucional », La Constitución a examen, Gregorio Peces-Barba, Miguel Ángel Ramiro Avilés, coord., Madrid, Marcial Pons, 2004, pp. 303-329.

• FERRY, Jean-Marc, « Quel patriotisme au-delà des nationalismes ? Réflexions sur les fondements motivationnels d’une citoyenneté européenne », Sociologie des nationalismes, Pierre Birnbaum, coord., Paris, PUF, 1997.

• FUSI, Juan Pablo, España. La evolución de la identidad nacional, Madrid, Temas de Hoy, 2000.

• GALLEGO-DÍAZ, Soledad, « Raro patriotismo constitucional », El País Domingo, 4-11-2001.

• GRANDES, Almudena, « Razones para un aniversario », El País, 25-032006.

• GUNTHER, Richard, « El proceso constituyente español », Revista de Estudios Políticos, 4, janvier-février 1986, pp. 33-61.

• HABERMAS, Jürgen, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998.

• HUNTINGTON, Samuel, La tercera ola. La democratización a finales del siglo xx, Barcelone, Paidós, 1994

• JULIÁ, Santos, « La muerte de Franco », El País, 19-11-1995. • — Historia de las dos Españas, Madrid, Taurus, 2004. • — « Memoria y amnistía en la transición a la democracia », Transition, democratie et élections, Les Cahiers du Colegio de España, Paris, 2004, pp. 23-33.

• LABORDA MARTÍN, Juan José, « Patriotismo constitucional y Estado democrático », Sistema, n° 108, 1992, pp. 5-14.

• LÉVI-STRAUSS, Claude, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1974 (1ère éd. 1958).

• LINZ, Juan, « La transición a la democracia en España en perspectiva comparada », Transición política y consolidación democrática en España (1975-1986), Ramón Cotarelo, coord., CIS, 1992, pp. 431-457.

• LÓPEZ AGUILAR, Juan Fernando, « Autonomías, España, Europa : un orden abierto al futuro y a la globalización », Club Siglo xxi, Madrid, 17 décembre 2001.

• LÓPEZ-ARANGUREN, Eduardo, « Las dimensiones de la conciencia nacional y regional », Revista Española de Investigaciones Sociológicas, n° 71-72, juillet-décembre 1995.

• MENDRAS, Henri, Éléments de sociologie, Paris, Armand Colin, 1975

• MORÁN, Gregorio, « La transición y sus historiadores », El País, 15-041992.

• MÚÑOZ MOLINA, Antonio, « Notas escépticas de un republicano », El País, 24-04-2006.

• NAVARRO, Vicenç, « Los costes políticos del silencio histórico », El País, 18-01-2006.

• PÁNIKER, Salvador, Conversaciones en Madrid, Barcelone, Kairós, 1969, p. 310.

• PÉREZ DÍAZ, Víctor, La primacía de la sociedad civil, Madrid, Alianza Editorial, 1993.

• PIQUÉ, Joseph, SAN GIL, María, « El patriotismo constitucional del siglo xxi », XIV Congreso Nacional del Partido Popular, Madrid, 26-2728 de enero de 2002.

• POWELL, Charles, España en democracia, Barcelone, Plaza & Janés, 2001.

• RAHOLA, Pilar, « La muerte de la transición », El País, Cataluña, 1205-2001.

• SARTORI, Giovanni, Partidos y sistemas de partidos, Madrid, Alianza Editorial, 1997,

• SOLÉ TURA, Jordi, Nacionalidades y nacionalismos en España, Madrid, Alianza Editorial, 1985.

• — « Patriotismo constitucional », El País, 24-12-2001.

• TUSELL, Javier, La oposición democrática al franquismo, Barcelone, Plane-ta, 1977, p. 295.

• URIARTE, Edurne, « El PSOE y el futuro del País Vasco », ABC, 22-122001.

• VINYES, Ricard, « La memoria también ladra », El País, 12-04-2006.

Notes

1 Leopoldo CALVO-SOTELO BUSTELO, « Sobre la Transición exterior », Discurso de recepción leído en la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, Madrid, 16 de noviembre de 2005, pp. 79-80. http://www.racmyp.es/noticias/2005/2005-11-16%20-%20Discurso_Calvo-Sotelo.pdf

2 Mircea ELIADE, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1988 (1ère éd. 1963), p. 16.

3 Id., p. 17.

4 Claude LÉVI-STRAUSS, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1974 (1ère éd. 1958), p. 239.

5 Mircea ELIADE, Aspects du mythe, p. 35. Souligné par nous.

6 Rappelons qu’il fallut attendre le 28 mars 1969 pour que le régime franquiste décrète une amnistie pour tous les délits antérieurs au 1er avril 1939.

7 Santos JULIÁ, « La muerte de Franco », El País, 19-11-1995.

8 Santos JULIÁ, Historia de las dos Españas, Madrid, Taurus, 2004.

9 « — ¿Son ésas las chabolas — preguntó D. Pedro señalando unas menguadas edificaciones pintadas de cal, con uno o dos orificios negros, de los que por uno salía una tenue columna de humo grisáceo y el otro estaba tapado con una arpillera recogida a un lado y a cuya entrada una mujer vieja estaba sentada en una silla baja. — ¿Ésas ? — contestó Amador —. No ; ésas son casas. » Luis Martín-Santos, Tiempo de silencio, Barcelone, Seix-Barral, 1992 (1ère éd. 1961), p. 37.

10 Il fallut attendre 1951, voire même 1952 selon certains auteurs, pour que le PIB espagnol retrouve son niveau de 1935. Rappelons aussi que le livret de rationnement ne fut supprimé que le 1er avril 1952.

11 Manifiesto a los estudiantes madrileños, Madrid, 1° de febrero de 1956. http://www.filosofia.org/his/h1956b01.htm

12 « La rebelión de los estudiantes (…) borró como dato determinante de la escena política la línea que había dividido desde la guerra a vencedores y vencidos ». Santos JULIÁ, op. cit., p. 440.

13 Javier TUSELL, La oposición democrática al franquismo, Barcelone, Planeta, 1977, p. 295.

14 Cité par Santos JULIÁ, op. cit., p. 443.

15 Ibid.

16 Partido Comunista de España, « Por la reconciliación nacional, por una solución democrática y pacífica del problema español », Boletín de Información, año VI, Praga, 1° de julio de 1956. http://www.filosofia.org/his/h1956rn.htm

17 Santiago CARRILLO, Memorias, Barcelone, Planeta, 1993, p. 450.

18 Ibid.

19 Salvador PÁNIKER, Conversaciones en Madrid, Barcelone, Kairós, 1969, p. 310.

20 Samuel HUNTINGTON, La tercera ola. La democratización a finales del siglo XX, Barcelone, Paidós, 1994 [Titre original: The Third Wave. Democratization in the Late Twentieth Century, University of Oklahoma Press, 1991].

21 Cf. Víctor PÉREZ DÍAZ, La primacía de la sociedad civil, Madrid, Alianza Editorial, 1993, pp. 38-41.

22 Paloma AGUILAR, « Justicia, política y memoria : los legados del franquismo en la transición española », Fundación Juan March, Working Paper 2001/163, février 2001, p. 11n.

23 Ces termes sont ceux qu’employa Adolfo Suárez dans le discours qu’il prononça devant les Cortes franquiste le 9 juin 1976 en défense de la loi légalisant les associations politiques.

24 Carlos Arias Navarro en exposait ainsi le principe dans le « Calendario para la reforma política » qu’il annonça le 28 avril 1976 : « No caeremos en la ingenuidad de construir un sistema de libertades en colaboración con aquellos que las niegan, las desprecian y buscan su destrucción. (…) Nuestra experiencia y la de todos, absolutamente todos los pueblos en los que el comunismo se adueñó del poder, es suficientemente alentadora »

25 « Los límites de la amnistía », El País, 5-10-1977.

26 Carlos BARRERA et José Javier SÁNCHEZ ARANDA, « El discurso periodístico sobre la amnistía general de 1977, a través de la prensa de Madrid, País Vasco y Navarra », Departamento de Comunicación Pública, Facultad de Comunicación, Universidad de Navarra. http://www.ehu.es/zer/zer8/8carlos12.html

27 Avec une perfidie non exempte de pertincence, Gregorio Morán note à ce propos : « La clase política de la transición y sus historiadores se llevaron muy bien, hasta tal punto que acordaron reunirse para decidir cómo se debía escribir la historia. Lo hicieron durante el mes de mayo de 1984 y no se sabe muy bien por qué extraña conjugación del destino el lugar se llamaba San Juan de la Penitencia. Fue en Toledo, bajo los auspicios de la Fundación José Ortega y Gasset. (…) Así fue posible que el gremio de historiadores especializados en la transición construyera una historia angélica basada en los testimonios de los protagonistas ». Gregorio MORÁN, « La transición y sus historiadores », El País, 15-04-1992.

28 Giovanni SARTORI, Partidos y sistemas de partidos, Madrid, Alianza Editorial, 1997, pp. 158 et ss. [Titre original: Party and Party System. A Framework for Analysis].

29 Il y eut des listes du PSOE historique aux élections de 1977. Elles totalisèrent 0,12 % des voix.

30 Cf. Richard GUNTHER, « El proceso constituyente español », Revista de Estudios Políticos, 4, janvier-février 1986, pp. 33-61.

31 Cf. Francisco CAMPUZANO CARVAJAL, « L’article 2 de la Constitution de 1978 : une tentative de redéfinition de la nation espagnole », Les nationalismes en Espagne : de l’État libéral à l’État des autonomies (1976-1978), Francisco Campuzano Carvajal, coord., Montpellier, ETILAL, 2001, pp. 151-183.

32 CF. Jean-Marc FERRY, « Quel patriotisme au-delà des nationalismes ? Réflexions sur les fondements motivationnels d’une citoyenneté européenne », Sociologie des nationalismes, Pierre BIRNBAUM, coord., Paris, PUF, 1997.

33 Cf. Jürgen HABERMAS, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998.

34 Juan José LABORDA MARTÍN, « Patriotismo constitucional y Estado democrático », Sistema, n° 108, 1992, p. 9.

35 Andrés de BLAS GUERRERO, « La rectificación ante la cuestión nacional », El País, 15-05-2002.

36 « El patriotismo constitucional de Zapatero », El País, 2-11-2001.

37 Juan Fernando LÓPEZ AGUILAR, « Autonomías, España, Europa : un orden abierto al futuro y a la globalización », Club Siglo XXI, Madrid, 17 décembre 2001. http://213.9.180.227/NuevasPoliticas-NuevosTiempos/Documentos/Intervenciones-Articulos-Entrevistas/conferencia_JFLA_171201.htm

38 José María AZNAR, La segunda transición, Madrid, Espasa Calpe, 1994.

39 Id., p. 30.

40 Id., p. 32.

41 Josep PIQUÉ, María SAN GIL, « El patriotismo constitucional del siglo XXI », XIV Congreso Nacional del Partido Popular, Madrid, 26-27-28 de enero de 2002. http://www.ppvizcaya.com/pages/patrio.html

42 Cf. Xacobe BASTIDA FREIXEDO, « Otra vuelta de tuerca. El patriotismo constitucional español y sus miserias », Cuadernos de filosofía del derecho, n° 25, 2002, pp. 213-246. http://www.cervantesvirtual.com/portal/DOXA/cuadernos.shtml

43 Henri MENDRAS, Éléments de sociologie, Paris, Armand Colin, 1975, p. 229.

44 Pilar RAHOLA, « La muerte de la transición », El País, Cataluña, 12-05-2001.

45 La Causa General fut instruite par le régime franquiste au lendemain de la guerre civile en vue de recenser les victimes de la répression républicaine.

46 Javier CERCAS, Soldados de Salamina, Barcelone, Tusquets Editores, 2001, p. 27. Publié en mars 2001, le livre n’a cessé d’être réédité depuis.

47 Vicenç NAVARRO, « Los costes políticos del silencio histórico », El País, 18-01-2006.

48 El Norte de Castilla, 4-01-2006.

49 Antonio MÚÑOZ MOLINA, « Notas escépticas de un republicano », El País, 24-04-2006.

50 Ricard VINYES, « La memoria también ladra », El País, 12-04-2006.

51 Almudena GRANDES, « Razones para un aniversario », El País, 25-03-2006.

52 CIS, étude n° 2535, septembre 2003.

53 CIS, étude n° 2401, décembre 2000.

54 El Mundo, 20-11-2005.

55 CIS, étude n° 2610, décembre 2005.

56 El País, 17-11-1985.

57 Cortes Generales, Diario de sesiones del Congreso de los diputados, Comisiones, n° 743, 14 septembre 1999, p. 21857. Souligné par nous.

58 Congreso de los Diputados, Diario de Sesiones, IV Legislatura, n° 6, 20-12-1989, p. 196.

59 El País, 13-12-1989.

60 El País, 16-20-1990.

61 El País, 2-09-1991.

62 Cité par Eduardo LÓPEZ-ARANGUREN, « Las dimensiones de la conciencia nacional y regional », Revista Española de Investigaciones Sociológicas, n° 71-72, juillet-décembre 1995, p. 60.

63 Ibid.

64 La déclaration de Barcelone ainsi que le document de travail sont consultables en ligne : http://www.eaj-pnv.com/minisites/galeuscat/documentos.asp

65 Cité par Soledad GALLEGO-DÍAZ, « Raro patriotismo constitucional », El País Domingo, 4-11-2001.

66 « Una oposición para ser alternativa de gobierno », resolución política del Congreso extraordinario, Donostia, 23 y 24 de marzo de 2002.
http://www.pse-ee.psoe.es/pse/resoluciones/altgobrn.htm

67 Jordi SOLÉ TURA, « Patriotismo constitucional », El País, 24-12-2001.

68 Edurne URIARTE, « El PSOE y el futuro del País Vasco », ABC, 22-12-2001.

69 CIS, estudio n° 2571, Latinobarómetro, VII, septembre 2004.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search