Version classiqueVersion mobile

Figures de la mythification dans l’Espagne du xxe siècle

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

La guerre civile en débat : l’histoire et la mythification

Florence Belmonte

Texte intégral

1A l’image de tout bouleversement politique, la guerre civile espagnole et ses prolongements sont accompagnés d’un foisonnement mythologique. A chaud, chaque camp eut son interprétation, en fit son récit. Devant l’ampleur et l’horreur de la tragédie et l’issue des combats, chacun produisit son explication de la réalité. Les deux camps pourtant se rejoignirent dans la simplification dualiste et manichéenne de l’affrontement qui trouvait sa légitimation dans le mythe, réactivé par les circonstances, de l’existence de deux Espagnes. Pour les auteurs du coup d’Etat, il y avait l’Espagne et l’Anti Espagne, la civilisation chrétienne et la barbarie, l’Espagne au service de Dieu agressée par le communisme international dont Moscou tirait les ficelles. Les Républicains de leur côté faisaient du combat une lecture politique et idéologique dans laquelle ils voyaient le peuple en lutte contre la classe des privilégiés (réactionnaires, monarchistes et fascistes) et leurs alliés étrangers, l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie. On le sait, ces visions dualistes et épiques des événements, qui ont retardé le moment de l’analyse critique, devaient connaître des développements ultérieurs dans le domaine historiographique tout comme dans les discours politiques et les représentations construites par les deux camps et par une part de leurs héritiers. En effet, l’Unification, la douloureuse réalité de la victoire des rebelles à la République et la longévité d’un Régime qui, après avoir usé de la force, avait choisi de se consolider par la répression, l’épuration et la censure, ouvrirent une voie royale à l’épanouissement du mythe de la Croisade conduite par l’homme d’exception, providentiel, inaccessible au doute. Du côté républicain, les dissensions politiques internes survenues pendant la guerre et l’atomisation géographique conséquence de la défaite, de la répression et de l’exil furent des conditions contraires à la construction d’une interprétation unitaire de la guerre et qui pût prendre ses distances avec celle d’un combat antifasciste. Après cette période de construction des récits fondateurs, chaque inflexion ou césure politique a procédé à ses réinterprétations, à ses réécritures tantôt scientifiques tantôt émotionnelles.

UNE AMNÉSIE VOLONTAIRE

2Dans les années soixante, un nouveau schéma interprétatif voit le jour. Cette évolution accompagne les changements économiques et sociologiques ainsi que la relève générationnelle que connaît le pays. Peu enclin aux concessions politiques, le Régime était cependant soucieux de la nécessaire modernisation du pays et de l’image de modernité dont dépendait en partie sa stabilité. Même si la réponse politique qu’elle faisait aux revendications de justice, de liberté et de réelle élévation du niveau de vie des citoyens restait la répression, les transformations économiques et sociales conduisirent immanquablement la dictature à l’abandon de la rhétorique épique et à tolérer une interprétation qui avait vu le jour dans des secteurs de son opposition. Il y avait eu en premier lieu l’analyse politique de certains phalangistes qui s’étaient détournés du soutien originel qu’ils avaient apporté au Mouvement. Puis était venue la réflexion morale des milieux Démocrates Chrétiens dans leur positionnement par rapport à la guerre civile qui les amenait depuis le milieu des années cinquante à interroger l’Église catholique sur son implication aux côtés d’un Régime autoritaire et sur ses responsabilités dans la réaffirmation de pratiques d’injustice sociale antérieures aux années trente. En prenant leur distance à l’égard du Régime, Phalangistes et Démocrates Chrétiens se rapprochaient des secteurs marxistes, du Parti Communiste clandestin qui, lui, avait fait en 1956 la proposition d’une réconciliation nationale pacifique, après avoir de son côté constaté que la violence, mode d’action des guérillas après la guerre, n’était pas opérationnelle. A la même période, le Parti Socialiste parlait d’une tuerie fratricide inutile. Enfin, l’arrivée à l’âge adulte d’une génération née après la guerre et qui avait déjà fait le constat de la responsabilité des différentes familles politiques du Régime, de celle, morale, de l’Eglise et de celle encore des dissensions politiques internes au camp républicain, avait aussi contribué à faire évoluer les substrats d’opposition qui se redéfinissaient entre autre par l’adoption progressive d’un discours de réconciliation. Dès lors, on vit s’affirmer un nouveau récit de la guerre qui refusait la représentation de l’Espagne caricaturalement divisée entre vainqueurs et vaincus sans toutefois exclure le schéma des deux Espagnes. Cette interprétation entra en concurrence avec la simplification originelle, -manichéenne, explicative et justificatrice-, qui était née du besoin de cimentation des deux camps. Conviction ou pragmatisme, les secteurs de l’opposition firent désormais la lecture d’une folie, d’une tragédie collective, honteuse pour tous, dont il fallait effacer le souvenir dans la perspective de la construction d’un avenir démocratique commun. En effet, la démarche qui consistait à assumer une faute collective en excluant l’évaluation de la gravité de la culpabilité de chacun, apparut alors comme étant le prix à payer pour que s’éteignent ou, à défaut, se taisent haine et désir de vengeance. Cette démarche tacite, marquée du sceau des valeurs chrétiennes que sont le repentir et le rachat, que l’on exigeait donc de tous, impliquait un acte d’oubli volontaire. L’amnésie admise par chacun devait engendrer le pardon mutuel qui, à son tour, devait conduire à l’amnistie de tous les vaincus que la dictature avait condamnés. En retour et par anticipation, tous les vainqueurs aussi devaient se voir absoudre d’avoir soutenu un Régime injuste. C’est dans cette leçon morale et dans les transformations économiques et sociologiques de l’Espagne des années soixante que, semble-t-il, prend ses racines le pragmatisme de la transition. Elle rénove alors et prolonge le mythe de la tragédie collective par un slogan simplificateur mais en son temps utile qui du fait de sa commodité n’a cessé de resurgir depuis à chaque tragédie politique que traversent les sociétés occidentales. Le cri, Plus jamais ça, globalisant, que l’on jette dans un élan du cœur, sensé exprimer l’indicible n’exprime en fait que le rejet et, simultanément, l’incapacité ou le refus de son analyse. Ce slogan simplificateur cimente dans le rejet mais paralyse l’acte d’analyse des situations et les prises de position raisonnées, rationnelles, en n’autorisant que l’expression de la perception émotionnelle de l’événement et d’une réaction affective sans lendemain agissant.

LA MÉMOIRE HISTORIQUE DES VAINCUS

  • 1 Entre autres, Paloma AGUILAR, Memoria y olvido de la guerra civil española, Alianza editorial, Mad (...)

3Actuellement, les travaux de l’historiographie de la guerre civile progressent au rythme de l’ouverture des archives. A ses côtés, les associations de citoyens qui ont ramené le débat sur l’espace public en réclamant la reconnaissance de la parole des vaincus et la réhabilitation de leur mémoire, complètent peu à peu la connaissance de la guerre civile. Reconstruction, mémoire, témoins, persistance ou effacement des traces, responsabilités, culpabilité, réhabilitation, pardon, réconciliation, oubli sont au cœur des plus récents cheminements de la prodigieuse et hétérogène bibliographie qu’a produite la guerre civile espagnole. Malgré donc les décennies qui séparent l’Espagne de ces événements, la question de leur interprétation, vestige additionnel de la guerre, anime aujourd’hui avec une force renouvelée, un débat, on l’a vu, resté longtemps en état de latence mais qui n’a jamais cessé d’habiter la société espagnole, même lorsque régnait l’interprétation originelle et caricaturale de la guerre. On sait aussi que même si l’interrogation a disparu des débats politiques officiels pendant la transition où l’on a parlé d’un pacte de silence ou d’un pacte de l’oubli1, elle est restée consciemment ou inconsciemment vivante dans l’espace public, comme en attestent l’intérêt ininterrompu que la littérature et le cinéma ont porté à cette période et le succès qu’ils ont remporté.

  • 2 1996 : absence des plus hautes autorités gouvernementales lors de l’hommage rendu aux anciens comb (...)
  • 3 1995 : Asociación de Amigos de las Brigadas Internacionales (AABI) ; 1997 : scission de l’AABI, na (...)

4Pour qui observe l’évolution suivie par l’Espagne dans ce domaine depuis la fin de la dictature, il est difficile de ne pas se sentir intéressé, voire humainement ému, par les revendications des héritiers des vaincus. Depuis une dizaine d’années, en effet, après, apparemment, qu’en 1995 le PSOE encore au pouvoir a décidé d’accorder la nationalité espagnole aux survivants des Brigades Internationales, la demande d’un réexamen du récit de la guerre civile a surgi du sein de la société. Ce souhait semble avoir été exacerbé par l’attitude hostile des dirigeants du Partido Popular. Arrivé au pouvoir en 1996, celui-ci, en effet, a immédiatement manifesté des réticences certaines et répétées à le satisfaire.2 Une histoire de la guerre civile dont les vaincus étaient pour la première fois le centre d’intérêt est alors apparue lors des affrontements entre l’opposition parlementaire et le Partido Popular. Les activités des associations citoyennes3 n’ont pas été étrangères, loin s’en faut, à cette évolution d’un débat politique en partie né de leurs revendications. Ce sont elles en effet qui, à la suite des associations d’anciens combattants et d’anciens prisonniers politiques qui s’étaient auparavant constituées dans la mouvance du PSUC et du PCE, ont attiré l’attention des pouvoirs publics, ont lancé des appels à l’ensemble de la société afin de ne pas laisser disparaître les derniers survivants de la guerre civile sans avoir recueilli leur témoignage, sans avoir satisfait le besoin de reconnaissance de leur histoire, sans avoir entendu et fait entendre leur vérité. Au-delà du respect que ces associations réclamaient pour la mémoire des vaincus/victimes de la dictature, on a pu observer qu’elles s’insurgeaient aussi au nom de leurs héritiers, habités par les pesants non dits historiques qu’ont été les pratiques de corruption et de répression sous le franquisme.

  • 4 Santos JULIÁ, (coord.), Julián CASANOVA, Josep Maria SOLE i SABATÉ, Joan VILLARROYA, Francisco MOR (...)
  • 5 Gerald Brenan, Pierre Vilar, Hugh Thomas.

5Sur cette dernière question, on ne peut que saluer d’ailleurs les effets bénéfiques des résultats des travaux historiographiques qui ont récemment apporté une réponse encore partielle mais éclairante et humainement et intellectuellement apaisante à la question de la répression par des évaluations précises4. Dans le prolongement du processus de désacralisation des mythes politiques ouvert par l’historiographie dès les années soixante5 et qui n’a jamais interrompu sa progression, les résultats de la recherche historique mettent aujourd’hui fin à un autre mythe, celui d’une aussi grande férocité exprimée par les deux camps. Cette représentation tendait à faire oublier que si les mêmes pratiques de terreur ont bien eu cours de part et d’autre pendant la guerre, la répression sauvage des premiers temps qui ont suivi l’armistice, l’institutionnalisation de la répression et l’épuration acharnée par la suite ont été l’œuvre d’un appareil d’État en accord avec d’amples secteurs de la société et non l’initiative d’éléments incontrôlés. L’on ne peut en effet en aucun cas assimiler les exactions commises dans les deux camps lors qu’on envisage la question de leurs modalités d’expression et l’ampleur de leurs conséquences. Ensemble, on le voit, associations de citoyens et historiens modifient peu à peu les interprétations successives de la guerre et font inexorablement avancer le processus d’invalidation des mythes politiques construits dans les périodes précédentes en portant à la connaissance de tous, ou de qui veut les entendre, des pans de vérité jusqu’alors tus volontairement ou non, objets de souffrance pour certains, de mépris pour d’autres et d’ignorance pour une part croissante de la population espagnole pour laquelle l’épisode de la guerre civile était déjà tombé dans l’oubli.

UN RÉVISIONNISME RÉACTIONNAIRE

6La vérité, c’est précisément en entendant ce mot que d’autres voix s’élèvent pour clamer que les vaincus, leurs héritiers et les historiens n’en ont pas le monopole. En observant le contexte politique et culturel espagnol actuel, l’on se sentait autorisé à penser qu’il n’allait pas se trouver grand monde pour s’indigner, d’un point de vue politique, moral et humain, des revendications des mouvements citoyens pour la réhabilitation de la mémoire historique des vaincus ni pour critiquer les résultats de la recherche historiographique qui font tomber des mythes politiques persistants construits sous le franquisme. On pouvait s’attendre peut-être à entendre s’exprimer plus de réticences face au démontage du mythe né dans les années soixante qui avait transformé la geste héroïque en tragique guerre fratricide, représentation que sous-tendait l’idée d’une responsabilité partagée. L’analyse critique aussi de l’apparente dimension consensuelle exemplaire de la transition démocratique pouvait faire craindre de vives réactions dans les secteurs qui y lisent, toutes proportions gardées et par contraste avec la sombre période qui la précède, l’avènement d’un Âge d’Or. Pourtant, c’est précisément à la faveur des critiques qui se sont exprimées à l’égard du processus d’instauration de la démocratie, auquel les héritiers des opposants du Régime dictatorial reprochent d’avoir confondu amnistie politique et amnésie historique, réconciliation et oubli, que des tenants du mythe franquiste originel saisissent l’occasion pour faire resurgir les thèses du franquisme qu’on croyait à tort en déroute dans la plupart des esprits. En effet, lorsque les héritiers des vaincus qui se sentaient à juste titre humainement et historiquement floués par le peu de considération qui leur avait été témoignée lors de la transition l’ont accusée de trahison, ils ont ouvert une brèche dans laquelle s’est exprimée une critique sévère, sûrement hâtive, qui portait sur la lâcheté politique, l’indifférence humaine et le cynisme dont se serait rendu coupable le processus transitionnel. Les ennemis traditionnels de la démocratie et de la recherche du consensus qui lui est inhérente y ont immédiatement vu l’occasion à saisir de reconquérir une audience.

7Ils l’ont trouvée tout naturellement en premier lieu dans les secteurs nostalgiques de la dictature, orphelins d’une réponse susceptible de rivaliser avec l’interprétation aujourd’hui dominante, une réponse qui dédouanerait les vainqueurs et leurs héritiers de leurs responsabilités historiques et humaines mais que l’avancée des recherches sur la guerre civile et la reconnaissance progressive réelle des souffrances du camp républicain interdisent à jamais. Privés d’audience par la condamnation du Régime de Franco depuis sa disparition, ils avaient découvert un univers politique nouveau qui ne les contraignait pas à contenir leur point de vue par la force mais par la disqualification morale. A leur tour ils avaient pu ressentir, encore que de façon bien atténuée par rapport à l’expérience que leur camp politique avait imposée à ses opposants traditionnels, ce que signifiait devoir se taire. Apparemment, ils n’avaient pas tiré de la réflexion morale que leur imposait la transition la leçon d’humilité qu’elle aurait pu leur inspirer et s’étaient au contraire cantonnés dans une position d’attente de jours jugés plus favorables à l’expression de leurs intactes convictions.

8On peut voir aussi que leur ont immédiatement emboîté le pas les naïfs qui se déclarent déçus par le système démocratique et lui imputent les problèmes que l’Espagne partage avec les autres sociétés occidentales et qui ne relèvent pas de l’instauration de la démocratie. On sait ces secteurs particulièrement fragiles sur le plan idéologique, parfois sur le plan social aussi, et perméables aux réponses les plus réductrices qui, à défaut d’être les plus proches de la vérité, restent souvent les plus séduisantes. On compte parmi eux aussi ceux qui avec le temps ont oublié les dimensions funestes de la dictature et ceux qui, sans les avoir oubliées, ne voient pas que les thèses qu’ils épousent désormais y prennent leurs racines. Il y en a enfin parmi ceux qui ne l’ont pas connue, certains qui, démunis de capacité d’analyse des situations et des discours politiques, véhiculent les contre vérités les plus éculées et les plus simplificatrices et donc apparemment accessibles. Ils reprennent la mythification politique inlassablement entretenue par les secteurs réactionnaires à l’égard des parlementaires et des intellectuels.

  • 6 Pio Moa est historien et journaliste. Lorsqu’il était bibliothécaire de l’Athénée de Madrid, il y (...)
  • 7 Grupo de Resistencia Antifascista Primero de Octubre. Il s’agissait de membres du Parti Communiste (...)

9C’est cette veine qu’exploitent des individus dont la démarche est plus dérangeante, tout comme l’ampleur de l’audience qu’ils parviennent à recueillir. On observe en effet des cas de provocation politique et intellectuelle comme celui du très polémique Pio Moa6, ancien militant du PCE et du GRAPO7, qui en est la figure emblématique. Journaliste qui s’autoproclame historien mais auquel les historiens professionnels refusent ne serait-ce que l’étiquette de révisionniste, cet auteur de best seller sur la guerre civile déclare s’exprimer au nom du séduisant mais mythique rétablissement de la vérité historique. Prenant le prétexte d’une démythification politique, d’une clarification des événements et du rôle des dirigeants politiques des deux camps au moyen d’un réexamen global de vérités communément admises, il semble proposer une invitation à regarder l’envers des décors construits par deux propagandes ennemies. On comprend que cette annonce d’une mise au point historique déclarée accessible à tous –son ouvrage sur les mythes de la guerre civile est dédié aux jeunes générations qui doivent connaître l’Histoire– d’une confrontation des mécanismes de deux machines de propagande pour aider à la disparition des idées reçues, puisse paraître au premier abord attirante. Celle d’une réécriture dépassionnée de la guerre civile ne l’est pas moins. À cela s’ajoute la promesse de pénétrer des mystères que l’actuel monde universitaire, jugé par l’auteur humainement trop distant et trop inféodé à une interprétation de gauche, aurait tenus pour quantité négligeable ou volontairement passés sous silence. Et voilà que refleurissent les épouvantails toujours opérants de l’homme politique véreux et de l’intellectuel médiocre et arrogant.

10En réalité, les marques caractéristiques des discours réactionnaires sont instantanément perceptibles chez Pio Moa dont l’objectif annoncé de démythification politique dénuée de tout esprit partisan aboutit à un échec immédiat. Démarche simplificatrice, ton agressif, choix lexicaux ambigus, traitement implicite de l’information, affirmation péremptoire, références historiques allusives, tout chez cet auteur dément la justesse de ton et la neutralité annoncées. Tout est propice aussi à des manœuvres de manipulation politique qui ont fait leurs preuves. Les pages de Pio Moa qui finalement aboutissent à la réfutation des thèses désormais admises par l’ensemble de l’historiographie la plus récente sont pain béni pour les nostalgiques du franquisme : la responsabilité de la guerre civile reviendrait à la gauche ; la révolution de 1934 aurait été le point de départ de la guerre et la droite catholique et républicaine avec Gil Robles et Lerroux, le dernier rempart de la paix ; le soulèvement de 1936 n’aurait donc pas été une atteinte portée à la démocratie mais une légitime réaction face à un mouvement révolutionnaire qui détruisait toute trace de légalité démocratique ; l’action des insurgés se serait avérée, dans l’ensemble, positive pour l’avenir historique de l’Espagne en empêchant l’avènement d’un régime totalitaire communiste ; enfin, le Régime franquiste, auteur d’une société nouvelle sur la base d’un développement économique dynamique, aurait jeté les bases matérielles nécessaires à la construction de la démocratie qui s’est instaurée après la mort du dictateur.

11L’aubaine est d’autant plus belle pour les secteurs réactionnaires que la démonstration émane d’un ancien membre du PCE. On voit l’ennemi numéro un du franquisme se présenter au lecteur en justicier de l’Histoire et lui soumettre une légitimation de la dictature inespérée pour les tenants de l’autoritarisme. Par ailleurs, quoi de plus réjouissant et opportun pour eux que de voir un ex membre du PCE et du GRAPO, un témoin direct, aller puiser à la source de l’anticommunisme, détourner l’attention du citoyen vers ce qui ne manque pas d’être interprété comme une confirmation venue de l’intérieur des pratiques occultes et coupables dans le camp des vaincus, précisément au moment où celui-ci semblait se trouver en position favorable pour demander des comptes au camp des vainqueurs ?

  • 8 Pío MOA, Los mitos de la guerra civil. La esfera de los libros. Madrid. 2003.
  • 9 Enrique MORADIELLOS, Los mitos de la guerra civil. Península. Barcelone. 2004.

12Le succès de Pio Moa tient aussi à la manipulation médiatique, raccrocheuse et perverse, d’attitudes de défiance tenaces dans les sociétés occidentales actuelles à l’égard, on l’a vu, du parlementaire qui serait opportuniste, de l’intellectuel qui s’engagerait traditionnellement et sans discernement à gauche, bien sûr, mais aussi plus récemment du militantisme politique avec lequel les citoyens ont en général pris des distances en déclarant vouloir échapper à la récupération politique. Cette manipulation médiatique, loin de travailler à l’extinction des mythes politiques, tente de remettre face à face les combattants du passé et leurs interprétations de la guerre dans un métaphorique nouveau combat médiatique. Évènement qui mit en jeu des rapports humains troubles et tragiques dont le souvenir refoulé fascine, la guerre civile fait vendre. Rallumer la guerre sur le terrain éditorial réactive la vente. C’est ce qu’ont fait des éditeurs peu regardants en publiant les ouvrages de Pio Moa, Los mitos de la guerra civil8, et de l’historien Enrique Moradiellos, 1936, los mitos de la guerra civil9, –au risque de jeter le discrédit sur cet ouvrage d’une grande qualité scientifique–, en laissant penser au lecteur peu averti qu’il assistait à un savoureux affrontement entre historiens et révisionnistes, donc implicitement entre les deux camps. Cette manœuvre indélicate relègue l’ouvrage composé selon les règles de la discipline historique au rang de celui qui véritablement s’en rit. Elle contribue à la réactivation à la fois des mythes originels manichéens produits par le franquisme et du mythe des responsabilités partagées à égale hauteur. Elle travaille sans trop de vergogne à la partielle invalidation du travail des historiens dont les éclaircissements sans appel ne stimulent pas aussi amplement les ventes que les ouvrages polémiques. Elle prend le risque, enfin, de la légitimation des mensonges. Présenter, en effet, ces deux essais sur un pied d’égalité, c’est ne pas trancher, c’est entretenir chez le lecteur l’attente de la révélation d’une vérité absolue que l’on cantonnerait au secret, bien entendu jusqu’au prochain scoop éditorial porteur, qui sait, de toutes les réponses.

13Malheureuse Histoire ! Dans le contexte de l’Espagne démocratique où s’est enfin développée la pratique de l’enquête contradictoire, la discipline échappe désormais aux dictats des pouvoirs politiques, mais pas économique. Par ailleurs, ses apports sur l’authenticité des faits sont justifiés par l’analyse de documents mais sa vérification restant toujours partielle, elle n’interdit quasiment jamais la remise en question. Dans le domaine de la guerre civile, elle rencontre de farouches résistances car elle énonce des faits exacts dont la révélation est, pour les coupables et leurs familles, si honteuse, si humiliante et désespérante que le recours à la mythification simplificatrice et au repli vindicatif garde plus d’attraits qu’un essai si documenté et si exact soit-il sur le décompte des victimes et les circonstances de leur disparition.

14La célébration, en novembre 2005, du trentième anniversaire de la mort du général Franco ainsi que celle, en avril 2006, du soixante-quinzième anniversaire de la proclamation de la seconde République ont donné lieu à la publication dans la presse d’une nouvelle avalanche d’articles. La liste des documentaires diffusés sur les chaînes de télévision ne cesse de croître. Le 27 avril dernier, l’approbation par l’ensemble des groupes parlementaires, exception faite du Partido Popular, d’une proposition de loi qui déclare l’année 2006, Année de la Mémoire Historique et demande au gouvernement de présenter, dans un délai d’un mois, un compte rendu sur la situation des victimes de la guerre civile et du franquisme, vient aussi d’enrichir un précieux laboratoire propice à l’observation de la progression du débat.

LA NÉCESSAIRE RECTIFICATION HISTORIOGRAPHIQUE

  • 10 Ils s’étaient pourtant consacrés auparavant au « démontage » des mythes construits par les histori (...)

15Alors que les historiens professionnels avaient montré des réticences à se consacrer à la critique des versions néofranquistes de l’Histoire10, on observe que des voix s’élèvent désormais du monde de l’historiographie espagnole pour leur apporter une controverse publique. On voit aussi que les résultats de la recherche, longtemps cantonnés aux cercles universitaires, aux congrès scientifiques et aux revues spécialisées, parviennent à un public un peu plus élargi et séduisent les médias qui en même temps que l’intérêt de la société espagnole pour cette question ont saisi tout le parti économique qui pouvait être actuellement tiré du marché de l’affrontement des mémoires, de deux passés, de deux interprétations et de deux approches, les courants de la mythification néo franquiste soumettant, on le sait, les souvenirs au principe du tri sélectif.

  • 11 Jordi GRACIA, « Gallos de pelea », El País 17/12/2005.
  • 12 Javier CERCAS, « Cómo acabar de una vez por todas con el franquismo ». El País, 29/11/2005.

16Dans cette confrontation, l’historiographie est soumise à la tentation d’apporter une réponse hâtive et extrémiste aux pernicieuses mais séduisantes mystifications des révisionnistes, de revenir à des positionnements anciens qui lui ont fait, par moments, privilégier une attitude de fidélité vis-à-vis des vaincus. Les néo franquistes tels que Pío Moa ou César Vidal, à n’en pas douter, entretiennent la nostalgie, travaillent à rallumer les passions politiques, à faire resurgir les anciens drapeaux de la gauche espagnole et à attirer les historiens professionnels sur le terrain d’un positionnement politique sans nuance aux côtés des vaincus. Prises au piège de cette manœuvre politique, les patientes et lucides reconstructions historiques réalisées ces dernières années s’avéreraient discréditées par leur assimilation aux méthodes des professionnels de la propagande. C’est oublier que l’intellectuel authentique n’a pas vocation à jouer les « coqs de combat » ou à « planter des banderilles »11. Le sacrifice de la conviction politique personnelle dans le respect des règles déontologiques de la discipline, l’effort produit pour comprendre les mécanismes politiques et humains qui ont présidé au positionnement politique de chaque camp sont le fruit d’une forme d’intelligence et d’humanité qui a peu de chance d’être prise dans les filets pervers de cette grossière propagande philo-franquiste. Et c’est l’équanimité qui l’emporte car si peu de lecteurs des ouvrages révisionnistes sont susceptibles d’être sensibles au travail lent et nuancé d’un Julián Casanova, d’un Enrique Moradiellos ou encore d’un Santos Juliá, pour ne nommer que les historiens professionnels les plus médiatisés actuellement, il n’en reste pas moins que leur œuvre de vulgarisation prépare inexorablement le terreau de la pacification. Les articles nombreux qu’ils publient dans la presse nationale, -tout en confirmant ce que bien des Espagnols étaient loin d’ignorer, à savoir les conditions de capitulation totale et cruelle imposées aux vaincus-, font une œuvre de vérité et de démythification patiente. Des journalistes et des hommes de Lettres leur emboîtent le pas, comme, par exemple, le romancier Javier Cercas dont l’ouvrage Soldados de Salamina avait été l’un des déclencheurs du débat collectif et qui, à l’occasion de la célébration du trentième anniversaire de la mort du général Franco, est revenu sur le mythe du « pacte de l’oubli » pendant la transition et a exprimé le rejet de cette représentation, un cliché, à ses yeux, dont la dimension romanesque et théâtrale de l’affirmation de l’existence d’un pacte en soulignait toute l’ampleur fictionnelle. Dans ce long article12, il tente une analyse rationnelle du phénomène transitionnel qui, dit-il, a exigé la mise à l’écart du travail de mémoire, un acte sensé de celui qui cherche le consensus lors d’une négociation, […] le franquisme n’a pas été plongé dans l’oubli, on l’a écarté des débats, […] un acte nécessaire, […] un acte inévitable. Au passage, prévenant les inévitables critiques prêtes à surgir d’une partie du camp des vaincus, déçue par la lenteur du processus de reconnaissance de ses souffrances, de sa réhabilitation et de la condamnation officielle des vainqueurs, il interroge. Qui, d’ailleurs, exprime une réelle critique de la transition ? Pas grand monde, à son sens, pas même les petits-enfants des vaincus qui sont pourtant ceux qui réclament le plus haut que la vérité soit faite sur le franquisme. On remarque aussi un ton à la fois grave et apaisant qui soutient, par moments, son analyse et vient opposer aux critiques la gratitude des citoyens conscients du contexte historique et humain du processus transitionnel :

No ignoramos el esfuerzo de equilibrios inverosímiles y dolorosas renuncias que, en muchos casos, con coraje admirable, hizo posible que los protagonistas y los hijos de los protagonistas nos condujeran sin traumas indigeribles del franquismo a la democracia.

  • 13 Julián CASANOVA, « ¿Adiós al franquismo ? » El País, 20/12/2005.

17Ses conclusions ne sont pas étrangères à un certain idéalisme, peut-être une naïveté feinte, lorsqu’il fait le souhait que la démocratie apporte enfin une réparation morale, juridique et économique aux victimes de la guerre et à tous ceux qui ont été persécutés par la dictature, réparation qui permettrait à son sens que le franquisme soit définitivement confiné à la honteuse place qui lui revient. Elles n’échappent pas non plus, un mois plus tard, aux remarques de l’historien Julián Casanova qui s’interroge13, sur « l’enterrement » du franquisme que certains auteurs d’articles ont, lui semble-t-il, hâtivement pronostiqué dans le mois qui a précédé. Il rappelle que d’anciens ministres du général Franco, comme Manuel Fraga, éloignent la perspective d’en finir une bonne fois pour toutes avec le franquisme dans la mesure où ils sont encore présents pour ressusciter inlassablement le mythe d’un franquisme qui aurait été un processus politique rationnel, aurait apporté paix et prospérité à l’Espagne et l’aurait mise sur les rails de la démocratie.

18Au-delà de cette mise au point, l’article recentre le débat sur les trois questions qui ne cessent d’habiter la société espagnole actuelle : Que faire pour les victimes ? Comment procéder avec l’histoire et la mémoire de ces quatre décennies ? Quelle attitude adopter –alors que tant d’années se sont écoulées et que la démocratie est instaurée– face aux apologistes de la dictature ? L’évocation sobre qu’il livre à la suite pour retracer les grandes lignes de la période franquiste pourrait faire pressentir ou craindre un appel à la vengeance :

Franco y los vencedores en la Guerra Civil pusieron en marcha y consolidaron un Estado de terror, basado en la jurisdicción militar, en juicios y consejos de guerra. No fueron grupos privados o poderes autónomos los que ejercieron la violencia, como ocurrió, por ejemplo, en Francia o Italia con la persecución de los colaboradores nazis en la inmediata posguerra. El nuevo Estado franquista tuvo desde el principio el monopolio de la violencia, con mecanismos extraordinarios de terror sancionados y legitimados por leyes. Ese sistema procesal levantado tras la guerra mantuvo su continuidad durante toda la dictadura. La tortura se legalizó con el Fuero de los Españoles, el texto político de declaración de derechos del franquismo, aprobado el 17 de julio de 1945, en el noveno aniversario de la sublevación militar. Los detenidos permanecían en comisaría días y días, humillados y atormentados. Había ocasiones en que la detención ni siquiera se registraba.
La dictadura franquista fue, en suma, un régimen de terror que violó sistemáticamente los derechos humanos. No hay ninguna duda sobre la definición y existencia de esos crímenes políticos.

19L’exposition des faits est à elle seule une condamnation sans appel. Il n’en prône pas moins l’apaisement, estimant que l’heure, n’est plus à la justice punitive mais à la justice corrective, à la réparation des victimes du franquisme par leur reconnaissance politique et juridique.

20Il aborde enfin la question désormais taraudante et très complexe de la gestion de la mémoire historique car les mouvements de récupération de la mémoire ont fait naître une nouvelle vague de mythification. Nombreux sont ceux, en dehors de l’exemple de Manuel Fraga, qui se servent de l’Histoire pour façonner le présent selon leurs convictions, pour se disputer aussi chaque centimètre du territoire politique ou géographique. Par ailleurs, outre qu’il faut lutter contre l’apparition d’une vérité historique selon chacun, voici que surgit la naïve proposition de l’écriture d’une histoire du franquisme consensuelle qui soulignerait ce qui unit les Espagnols dans l’Histoire au lieu de mettre l’accent sur ce qui les divise. Et le professeur d’Histoire de rappeler qu’aucun pays n’y est parvenu et que face à l’histoire officielle manipulée par les pouvoirs dans le but de faire adhérer le citoyen aux orientations des dirigeants de l’État, des voix marginales se sont toujours élevées pour rappeler les divisions sociales, ethniques, linguistiques, religieuses, etc.

21Dans ce débat qui n’est pas près de s’éteindre, la discipline historique, on le voit, reste gardienne de privilèges qui ne sauraient lui être contestés : étendre la mémoire collective au-delà de tout souvenir effectif, la questionner, la commenter, voire la démentir lorsque dans des situations déterminées, elle se replie dans des autoreprésentations imaginaires commodes, sourde aux souffrances et au dialogue.

Notes

1 Entre autres, Paloma AGUILAR, Memoria y olvido de la guerra civil española, Alianza editorial, Madrid, 1996. Nicolás SARTORIUS, Javier ALFAYA, La memoria insumisa. Sobre la dictadura de Franco, Espasa Calpe., Madrid, 1999.

2 1996 : absence des plus hautes autorités gouvernementales lors de l’hommage rendu aux anciens combattants des Brigades Internationales. 1999 : le Partido Popular refuse de signer une proposition qui condamnait explicitement « le coup d’Etat militaire fasciste contre la légalité républicaine ». 2001 : proposition « no de ley » pour la révision des sentences, la réhabilitation des victimes des exécutions franquistes et des guérilleros antifranquistes, l’aide économique accordée aux exilés, la réparation morale et économique des victimes. 2002 : même attitude sur la question de l’ouverture des tombes sauvages et anonymes des républicains fusillés dans les premiers temps de l’épuration. 2003 : absence du Partido Popular lors de l’hommage rendu par le Congrès des députés aux victimes du franquisme.

3 1995 : Asociación de Amigos de las Brigadas Internacionales (AABI) ; 1997 : scission de l’AABI, naissance de Y AGE (Archivo, Guerra y Exilio : La Asociaciôn para la creación del Archivo de la Guerra Civil, las Brigadas Internacionales, Los Niños de la Guerra, la Resistencia y el Exilio Español. 2000 : Asociación para la Recupéración de la Memoria Histórica, 2003 : Foro por la memoria.

4 Santos JULIÁ, (coord.), Julián CASANOVA, Josep Maria SOLE i SABATÉ, Joan VILLARROYA, Francisco MORENO, Victimas de la guerra civil, Temas de Hoy, Historia selección, Madrid, 2004, 407 p. Il résulte de l’ensemble de ces travaux que les données fournies par l’historiographie franquiste sont presque toujours revues à la hausse en ce qui concerne la répression conduite par les artisans du coup d’État du 18 juillet 1936 et à la baisse dans le cas de la répression exercée par le camp républicain. En effet, en 1938, le général Franco avait déclaré que « la horde marxiste avait assassiné 470 000 Espagnols », puis, en 1939, le Régime avait fait effectuer par ses services un décompte par province qui avait abouti à un bilan de 70 000 victimes. On sait désormais que la terreur exercée par le camp républicain s’est soldée par 50 000 disparus. De son côté la répression franquiste qui avait été estimée, avant l’avènement de la démocratie, à 57 000 fusillés, s’est avérée beaucoup plus importante en nombre. En effet, lorsqu’il fait l’état de la question, Santos Juliá avance, sur la base de 90 194 exécutions incontestables, la projection d’un minimum de 50 000 victimes supplémentaires étant donné que le décompte n’était terminé que pour un peu plus de la moitié du territoire espagnol au moment de la publication de cet ouvrage. Le nombre de personnes emportées par la justice sommaire des insurgés dès 1936, puis sous le franquisme, jusqu’en 1950, pouvoir être situé à l’échelle de 140 000 personnes, 100 000 pendant la guerre et 40 000 dans les années qui suivirent

5 Gerald Brenan, Pierre Vilar, Hugh Thomas.

6 Pio Moa est historien et journaliste. Lorsqu’il était bibliothécaire de l’Athénée de Madrid, il y a dirigé la revue historique Ayeres et la revue de pensée Tanteos. Il publie régulièrement des articles politiques, historiques et culturels dans de nombreux journaux et revues. Parmi ses oeuvres, on remarque une trilogie sur la République et la guerre civile, Los personajes de la República vistos por ellos mismos, Los orígenes de la guerra civil y El derrumbe de la II República y la guerra, De un tiempo y de un país, Los Mitos de la Guerra Civil

7 Grupo de Resistencia Antifascista Primero de Octubre. Il s’agissait de membres du Parti Communiste Reconstitué. Auteurs d’un attentat qui avait provoqué la mort de quatre policiers lors d’une manifestation de soutien au Caudillo qui s’était rassemblée sur la Plaza de Oriente le premier octobre 1975 à Madrid, ils ont prolongé leur activité terroriste bien après la disparition de la dictature.

8 Pío MOA, Los mitos de la guerra civil. La esfera de los libros. Madrid. 2003.

9 Enrique MORADIELLOS, Los mitos de la guerra civil. Península. Barcelone. 2004.

10 Ils s’étaient pourtant consacrés auparavant au « démontage » des mythes construits par les historiens/propagandistes du premier franquisme : Joaquín Arrarás, Ramón Salas Larrazábal ou encore Ricardo de la Cierva.

11 Jordi GRACIA, « Gallos de pelea », El País 17/12/2005.

12 Javier CERCAS, « Cómo acabar de una vez por todas con el franquismo ». El País, 29/11/2005.

13 Julián CASANOVA, « ¿Adiós al franquismo ? » El País, 20/12/2005.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search