Version classiqueVersion mobile

Figures de la mythification dans l’Espagne du xxe siècle

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Les Guanches des Canaries : genèse d’un mythe identitaire

Mauricette Mazel

Texte intégral

1Aux Canaries, le Guanche, l’aborigène pré-européen, est aujourd’hui, sans conteste, LA référence historico-culturelle des îles. Symbole de l’identité des Canariens, il cristallise sur son image les aspirations politiques et idéologiques régionalistes, nationalistes voire indépendantistes tout autant que les propos scientifiques ou littéraires, socioéconomiques ou artistiques, écologiques ou touristiques. Omniprésent dans toute représentation identitaire, il est devenu « l’ancêtre mythique » des Canariens, le « grand blond nu pacifique », encore de nos jours, le « bon sauvage » de Viera y Clavijo, innocent et vertueux. Il est vrai que dans certaines régions rurales et isolées de ces îles, paradoxalement depuis les conquêtes, peu de choses ont changé quant aux modes de vie. Jusque dans les années 1980, beaucoup d’îliens ruraux vivaient encore sans eau, sans électricité, sans routes, perpétuant les usages guanches des sources, des fontaines, des chemins et les traditions guanches du fromage de chèvre, du « gofio » (farine de céréales grillées), du poisson et de la viande salés : même nourriture de base, même environnement, mêmes activités, mêmes usages, jusque dans les ancestrales pratiques troglodytiques. Pourtant les conquêtes, depuis le xve siècle, avaient considérablement transformé les populations des îles. La réduction des aborigènes par la guerre, l’esclavage ou les maladies et l’apport de colons portugais, normands, français, espagnols, d’esclaves africains et nord-africains, d’Américains et d’« Indianos » ont abouti à des métissages multiples. Il en a résulté un « melting-pot » de peuples et de cultures, fortement dominé depuis l’annexion à la Couronne de Castille en 1479, par l’administration et la langue espagnoles. Point de départ de Christophe Colomb pour les Indes occidentales, puis escale obligée sur la route des Amériques, à cause des vents alizés favorables à la navigation, les Canaries, depuis 1492, ont, toujours été en étroite relation avec le Nouveau Monde, et ont été l’objet d’un important flux migratoire :

  • 1 Pedro HERNÁNDEZ HERNÁNDEZ Natura y cultura de las Islas Canarias (Dir. y coord.) – Romero S.A.1977 (...)

Il existe beaucoup de similitudes entre les modes de vie américain et canarien, phénomène qui ne doit pas nous étonner si nous pensons aux interrelations de tous types qu’il y a eu entre les deux communautés. […] Les îles Canaries doivent, en partie, leur singularité à cette présence américaine dans leur mode de vie.1

  • 2 Claude LÉVI-STRAUSS Anthropologie structurale – Ed. Pocket 1985

2A ce brassage ethnique et culturel s’ajoute, depuis les années 1960, la masse des touristes et des nouveaux résidents étrangers. Mais dans ce tourbillon civilisationnel, l’empreinte des Guanches a perduré jusqu’à devenir l’actuelle référence identitaire des Canariens. Alors peut-on parler d’un mythe « guanche » ? Très justement, Claude Lévi-Strauss a dit que la valeur intrinsèque attribuée au mythe provient de ce que des événements, censés se dérouler à un moment du temps, forment aussi une structure permanente qui se rapporte « simultanément au passé, au présent et au futur »2. C’est précisément ce qui découle de l’analyse des textes et des témoignages sur le sujet guanche. Qu’ils soient scientifiques ou littéraires, historiques ou légendaires, anciens ou contemporains ils se réfèrent à la fois au passé, en se construisant sur les mythes antiques (l’Atlantide de Platon, les îles des Bienheureux…) et les histoires ou légendes des historiographes, au présent, en réactualisant et en idéalisant (commercialisant même) la figure de l’aborigène, et au futur, en investissant de nouveaux champs de réflexion intellectuels, sociaux ou politiques. Dans le cadre sociologique, une question mérite donc d’être posée : l’identité canarienne repose-t-elle sur un mythe ? La « guanchitude » retrouvée (ou jamais perdue selon certains) n’est-elle pas aujourd’hui, dans le prolongement des mythes antiques véhiculés aux Canaries, un nouveau mythe du xxe siècle ? Elle est, en tous cas, l’expression, quasi sacrée, de l’identité socioculturelle de ce peuple insulaire métissé, isolé en plein Atlantique, à l’ultra périphérie de l’Europe. Ainsi, dans la double optique du mythe et de l’identité nationale, se dégage l’hypothèse suivante : après idéalisation des Guanches, la société canarienne, qui se reconnaît volontiers, aujourd’hui, à la fois guanche, européenne (plus qu’espagnole) et américaine (à cause de la forte et quasi-constante émigration canarienne vers l’Amérique, principalement l’Uruguay, Cuba et le Venezuela) s’est forgée une spécificité identitaire qui est fortement cimentée par l’image omniprésente de l’aborigène. Ce particularisme autorise, dans une démocratie, des réflexions et des revendications idéologiques et politiques.

CONQUÊTE ET DESTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ GUANCHE

3Afin de les situer géographiquement, nous dirons que les îles Canaries sont un archipel subtropical de l’hémisphère Nord composé de sept îles principales et plusieurs îlots répartis en trois groupes, et regroupés sous deux provinces (Las Palmas et Tenerife). A l’est : Lanzarote (capitale Arrecife) et Fuerteventura (capitale Puerto del Rosario) ; au centre : Gran Canaria (capitale Las Palmas), Tenerife (capitale Santa Cruz de Tenerife) et La Gomera (capitale San Sebastián) ; à l’ouest : La Palma (capitale Santa Cruz de La Palma) et El Hierro (capitale Valverde). Ces îles présentent des configurations très différentes et variées. Situées dans l’océan Atlantique, au large du Sahara, elles sont sous souveraineté espagnole et constituent l’une des communautés autonomes de l’Espagne (statut d’autonomie depuis le 16 Août 1982). Elles font partie des régions ultra périphériques de l’Union Européenne. Se fondant sur les dernières recherches en date, le géographe canarien Alfonso Pérez, professeur à l’université de Las Palmas, nous éclaire sur leur formation :

  • 3 Alfonso PÉREZ Geografía canaria – Ed. Interinsular 1983

Les îles Canaries sont de grandes structures volcaniques, formées durant les premières phases de séparation des blocs continentaux, c’est-à-dire durant les phases initiales d’ouverture de l’océan Atlantique, il y a 180 millions d’années, processus auquel a succédé, bien plus tard (il y a 30 millions d’années), une intense activité volcanique, formant des plateformes sous-marines, en étroite relation géologique avec la plaque continentale africaine voisine, qui ont fini par émerger, constituant ainsi les îles telles qu’on les connaît aujourd’hui.3

4Mais avant lui, de nombreuses théories ont été élaborées dont celle du géographe allemand Wegener pour qui les îles doivent être considérées comme des fragments détachés des côtes continentales et d’autres encore, peut-être plus fantaisistes, qui ont interprété géologiquement les îles des Açores, de Madère, des Canaries et du Cap Vert comme des restes subsistant d’un même ensemble, supposé être le socle englouti de l’Atlantide.

5Les îles Canaries sont probablement connues depuis l’antiquité sous le nom « d’Îles Fortunées ». On sait que les Phéniciens et les Carthaginois y abordèrent. Cependant dans les écrits phéniciens on ne trouve pas un mot sur les aborigènes canariens et il est encore, pour le moment, impossible de déterminer avec certitude quand et par qui ils furent découverts. Certains disent par les Arabes, d’autres par les Portugais, d’autres encore par les Génois. Dès 1335, débarquèrent à Lisbonne deux bateaux affrétés par le roi du Portugal qui avaient atteint les îles Canaries en juillet de la même année sous le commandement du Génois Niccoloso da Recco et du Florentin Angiolino del Teggilaia de Corbizzi. Ils y restèrent cinq mois et à leur retour à Lisbonne rapportèrent quatre prisonniers guanches. Bocacce en personne prit sa plume pour écrire un portrait des Guanches en se fondant sur les données apportées par da Recco : « des terres rocailleuses sans aucun type d’agriculture, mais riches en chèvres et autres animaux et remplies d’hommes et de femmes dénudés s’apparentant à des sauvages. » Deux religieux qui accompagnaient da Recco, Pierre Bontier et Jean Leverrier, étudièrent la vie des indigènes et ajoutèrent une série de détails savoureux à la description de Bocacce. Selon leur témoignage, les Guanches primitifs, vivaient à l’âge de pierre, en communautés matriarcales, se nourrissant de racines et de lait de chèvre, et utilisant, comme armes, des pierres et des pics de bois aiguisés. Ces troglodytes, disaient-ils, « escaladaient les montagnes avec la même aisance que les chèvres et étaient si bon coureurs qu’ils pouvaient chasser un lièvre dans sa course ».

6Dans les années qui suivirent, les îles Canaries devinrent un lieu de prédilection pour les navigateurs, de toutes origines, qui venaient chasser des esclaves pour les vendre aux marchands et aux grands seigneurs d’Afrique du Nord. Les premiers conquérants furent les Normands Jean de Bethencourt et Gadifer de Lasalle, qui s’établirent à Lanzarote en 1402 puis à Fuerteventura et à El Hierro. La population des îles devait alors compter 70 000 Guanches au total (chiffre estimé, dont près de 30 000 à Tenerife et autant à Gran Canaria). La conquête des dernières îles ne se fit qu’en 1491 (La Palma) et 1496 (Tenerife). En débarquant pour la première fois aux îles Canaries, les Normands s’étaient trouvés en présence d’indigènes plutôt blonds, au teint clair et de haute taille. Lorsqu’il leur fut possible de comprendre leur langue, ils découvrirent avec étonnement que les Guanches se croyaient seuls au monde, persuadés d’être les derniers survivants d’une terrible catastrophe qui, plusieurs millénaires auparavant, avait anéanti l’humanité toute entière. Mais avant que Jean de Bethencourt, chambellan du roi Charles VI, nommé « roi des Canaries » par Henri III de Castille, puisse étendre son hégémonie sur les Canaries, ses troupes eurent à faire face à la résistance désespérée des Guanches qui, souvent, préférèrent la mort à la servitude. En 1405, la tentative de conquête sur Gran Canaria est contrariée par la défense aborigène, puis une autre tentative à La Palma avorte également. L’aventurier attaque alors l’île de El Hierro avec l’aide d’un traître, le prince Augeron, aborigène qu’il retient en esclavage. Il massacre les « Bimbaches » de l’île, et les Guanches baptisés de Lanzarote conquièrent deux îles de plus, La Gomera et El Hierro pour le compte du noble normand. Espagnols et Portugais rivalisent alors pour conquérir le reste des îles. Entre 1448 et 1452, les Peraza, avec maintes difficultés, soumettent partiellement les natifs de La Gomera, après une sérieuse résistance et de nombreux soulèvements. Diego de Herrera, lui, échoue à Tenerife. Diego da Silva est mis également en déroute à Gran Canaria en 1468. Finalement Jean de Bethencourt abandonne son entreprise colonisatrice et l’archipel, étape importante sur les routes maritimes conduisant vers l’Afrique australe, l’Asie et, plus tard, l’Amérique, est attribué à l’Espagne en 1479 par le traité d’Alcaçovas. Lors d’une nouvelle tentative, avec des renforts et des moyens supplémentaires, les Espagnols battent les indigènes à Guinigüada et Gran Canaria revient à la Couronne de Castille. En 1483, après quatre ans d’évangélisation et de persécutions le noble indigène Bentejui et le Faican (Prince), pour ne pas être faits prisonniers et subir cet affront de l’envahisseur, se tuent en se jetant dans le vide. Chronique historique ou récit légendaire, les Canariens racontent qu’ainsi s’acheva la conquête de « Canaria », aujourd’hui nommée avec orgueil par ses habitants « Gran Canaria ».

7Un lieu d’intérêt sur la route de Christophe Colomb aura été, sans aucun doute, les Canaries et particulièrement l’île de El Hierro, pour être celle que Ptolemee, le géographe alexandrin dont les travaux avaient été redécouverts et publiés en 1409, avait considérée comme le point occidental le plus extrême du monde connu jusqu’alors. Pour dominer ce territoire hautement stratégique, les troupes espagnoles des xve et xvie siècles durent mener des luttes interminables contre les Guanches jusqu’à leur reddition totale. Dès le début, dans leurs combats, les Normands avaient d’ailleurs reconnu le courage des indigènes. On dit que Jean de Bethencourt raconta lui-même que, ses soldats s’étant emparés d’un groupe de femmes réfugiées dans une grotte de Fuerteventura, il vit l’une d’elles étrangler son enfant pour qu’il ne tombât pas entre leurs mains.

8Quand les derniers Guanches libres eurent disparu, et que le reste de la population, après avoir été baptisée et acculturée, se fut mélangée aux immigrés espagnols, normands, portugais, aux « indianos » et aux nord-africains jusqu’à former un peuple métissé à la peau claire, les ethnologues commencèrent à s’intéresser aux Canariens. Mais il était déjà tard car il ne restait que peu de traces de la culture guanche. Quant aux langues guanches, seuls ont été conservés quelques 700 toponymes et quelques 300 expressions, grâce auxquelles les linguistes ont pu établir, aujourd’hui avec certitude, une relation avec la langue Tamazight parlée par les Berbères et plus spécialement par les Senhadja qui habitent le Hoggar.

9Avec le processus de colonisation des îles Canaries, les indigènes se virent obligés à renoncer à tous les aspects visibles de leur histoire en tant que groupe ethnique, à leurs connaissances sur la nature et à leurs dieux. Ainsi, face à l’impossibilité de maintenir leur système social de « sagesse populaire », dont leur institution religieuse, politique et juridique, la tradition orale resta, pour eux, le seul moyen de transmettre leur héritage symbolique, identitaire et culturel.

10Une des particularités les plus remarquables des Guanches, était leur culte aux morts. Dès le xviiie siècle, on découvre un panthéon de choix, un véritable monument qui éclaire d’un jour nouveau l’histoire antique des rites funéraires guanches. Il s’agit d’une grotte, à l’accès difficile, dans le ravin de Herque, d’un grand volume et qui contenait des niches creusées dans la roche, « si pleines de momies, nous dit le Professeur José Manuel Reverte Coma du Musée d’anthropologie médico-légale et de paléontologie de Gran Canaria, qu’on n’en compta pas moins de mille ».

  • 4 Luis Diego CUSCOY El conjunto ceremonial de Guargacho – Publ. del Museo Arqueológico de Tenerife – (...)

11L’archéologue Luis Diego Cuscoy affirmait, en 1968, que la momification chez les aborigènes des îles Canaries « suppose une stratification sociale et un culte aux morts »4. Et en 1979, il concluait que la momification avait probablement été un signe extérieur de catégorie sociale, car il constatait un contraste entre certains enterrements très soignés, « riches », qui présentaient beaucoup de peaux d’enveloppement et des offrandes abondantes et variées, dans des grottes bien équipées, avec des planches sous les cadavres, et d’autres sites funéraires sans momification ni offrandes.

12Des pyramides, à Gran Canaria, Tenerife et La Palma, ont également été construites, comme sépulcres, dans les zones plus plates et pierreuses appelées « malpaíses ». Sur le plan architectural, Tenerife recèle le lieu archéologique le plus spectaculaire de tout l’archipel : le site de Güimar, avec plusieurs pyramides à degrés présentant une orientation N/S sur l’axe du solstice d’été. La perfection et la taille des structures pyramidales leur confèrent un caractère cérémoniel, voire astronomique puisque l’Institut d’Astrophysique considère leur sommet comme propice à l’observation du ciel. Entre les pyramides, diverses places, ou aires délimitées, pourraient avoir représenté des lieux de culte ou d’expériences agricoles. On suppose en effet que l’observation des mouvements de la lune et du soleil peut avoir servi à l’identification des cycles agricoles, comme semble le confirmer leur localisation près de points d’eau.

13Les pétroglyphes, très souvent en forme de spirales, que les Guanches ont gravés dans les grottes, sont une autre énigme qu’aujourd’hui encore beaucoup de chercheurs tentent de résoudre, y voyant, pour certains, des représentations astrales, pour d’autres un rituel sacré, pour d’autres encore une écriture à déchiffrer. Autant de suppositions qui alimentent le mythe « guanche », cristallisé aujourd’hui au cœur de l’identité canarienne, qui s’est développé sur le substrat fertile des mythes de la tradition gréco-latine : l’Âge d’Or, le Jardin des Hespérides, les îles des Bienheureux, ou encore les îles Fortunées et l’Atlantide rêvée par Platon dans le Timée et le Critias.

LES MYTHES ANTIQUES

  • 5 J.M. BORY DE SAINT VINCENT Essais sur les Iles Fortunées et l’antique Atlantide (1804) Paris Ed. B (...)

14De nombreux théoriciens se sont accordés, en effet, à affirmer que les archipels des Canaries et des Açores constituent les ultimes vestiges du continent englouti de l’Atlantide D’ailleurs, pour de nombreux géographes, « les colonnes d’Hercule » de l’antiquité, correspondraient à ce que nous appelons aujourd’hui le détroit de Gibraltar. Dès le xviie siècle, le jésuite allemand Athanase Kircher (1602-1680), qui le premier cartographia l’Atlantide, avait, dans son Monde souterrain émis l’hypothèse que les Guanches, prédécesseurs des Espagnols aux îles Canaries, pourraient être des survivants de l’épopée atlante. Au xixe siècle, cette hypothèse a encore un fervent adepte, J.B.M. Bory de Saint Vincent qui à Paris en 1803, rédige son Essai sur les Iles Fortunées et l’antique Atlantide et il arrive qu’on la rencontre, même encore de nos jours, chez des amateurs plus ou moins informés. « Les Atlantes se sont conservés comme par miracle autour des cratères, croyant avoir été les seuls survivants d’une destruction générale. »5

  • 6 HÉSIODE Les Travaux et les Jours – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1964
  • 7 HOMÈRE L’Odyssée IV – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1965

15Platon racontait qu’en ces temps-là, on pouvait traverser cette mer. Hésiode, lui, dans Les Travaux et les Jours, situait les îles des Bienheureux « aux bords des tourbillons profonds et de l’Océan », Zeus leur ayant donné « une existence et une demeure éloignées des hommes, en les établissant aux confins de la terre. »6 Dans l’Odyssée, Homère décrit aussi ces îles Fortunées comme un lieu où « on ne sent que zéphyrs et dont les risées sifflantes montent de l’Océan pour rafraîchir les hommes »7

  • 8 PLATON Le Critias – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1949

16Chez les Anciens, les caractéristiques sont récurrentes d’un texte à l’autre : ces îles sont d’abord et avant tout baignées par un climat d’une douceur exceptionnelle. C’est l’image du printemps éternel chanté dans l’Odyssée. Chez Ovide, l’Âge d’Or se caractérise aussi par un climat d’exception. Ce climat, doux et humide sans être pluvieux, parcouru de souffles légers et rafraîchissants, représente l’idéal absolu et favorise un terrain particulièrement fertile. Les îles Fortunées, pays des Bienheureux, sont ainsi dotées d’une abondance presque miraculeuse. On retrouve là toutes les caractéristiques du paradis terrestre correspondant à l’Âge d’Or décrit par Hésiode, et Platon dans Le Critias dépeint une véritable terre d’abondance et de plaisir où tout est simple et facile, où fleurs, fruits, graines sont « distillés » spontanément.8 Ces fruits généreusement offerts par la terre sont le symbole de la nature finalisée de la mythologie greco-romaine. Or tout au long des siècles, ces terres « bénies des dieux » ont été remises au goût du jour par les nombreux voyageurs et auteurs qui se sont exprimés sur les Canaries.

17Mircea Eliade explique comment, dans une société donnée, peut s’opérer l’appropriation d’événements fabuleux ancestraux :

  • 9 Mircea ELIADE Aspects du mythe – Gallimard / Folio Essais - Paris 1963

Le mythe raconte une histoire sacrée ; il relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des « commencements ». […] En récitant les mythes, on réintègre ce temps fabuleux et, par conséquent, on devient en quelque sorte « contemporain » des événements évoqués.9

18C’est précisément l’effet que produit sur les Canariens, l’identification à ces mythes antiques. Leurs îles, dotées de tous les bienfaits (douceur du climat, fertilité, etc.), leur semblent privilégiées par les dieux. Il est vrai qu’il n’existe sur les îles, à l’état endémique, aucun animal ou insecte dangereux pour l’homme : pas de bêtes féroces, pas de serpents, pas de scorpions ou autres animaux venimeux, et que la vie y est plutôt douce. Or en toute bonne logique géographique, il serait tout à fait impossible d’établir une relation entre la formation de l’archipel et l’engloutissement de l’Atlantide que nous annonce Platon. En effet, toutes les datations archéologiques de minéraux ou de fossiles, effectuées sur le littoral canarien, concluent à un vulcanisme relativement récent, sur des basaltes vieux de millions d’années, ce qui rend caduque la fameuse théorie platonicienne. La supposée civilisation dont nous parle Platon ne peut pas remonter à plus de 4 ou 5000 ans et peut difficilement avoir été témoin de ce cataclysme. Il pourrait donc plutôt se référer aux grosses éruptions volcaniques, accompagnées de forts séismes, auxquelles l’histoire du vulcanisme ancien et récent dans ces îles nous a habitués - Teide, Garachico, Timanfaya, San Juan, Teneguía, etc. - et qui auraient pu avoir détruit ou réellement englouti le territoire de quelque enclave peuplée ou d’un empire marchand de ces îles, provoquant la fuite des Atlantes vers d’autres horizons, à l’exception de quelques uns qui auraient survécu. Mais cela reste une pure spéculation. Qu’on soit d’accord ou pas avec cette hypothèse, il faut reconnaître que l’origine des premiers Canariens pose un réel problème ethnologique.

LE MYSTÈRE DES ORIGINES, UNE OBSESSION IDENTITAIRE

19Les Normands d’abord puis les Espagnols furent très étonnés d’observer ce peuple guanche qui, ignorant l’usage des métaux, des tissus et de la navigation et n’utilisant que des outils en pierre, connaissaient en revanche l’écriture, et l’astronomie, appréciaient la poésie, disposaient d’une législation très élaborée et pratiquaient une religion aux rites compliqués. En 1925, Ernest A. Hooton, l’un des plus éminents anthropologues américains, publia une étude sous le titre The ancient inhabitants of the Canary Islands. A la même époque, l’anthropologue allemand Eugen Fischer et d’autres préhistoriens et ethnologues se consacrèrent au problème des Guanches. Depuis le dernier tiers du xixe siècle déjà, la recherche sur les origines, avait tourné à l’obsession. Selon l’anthropologue Fernando Estévez, aux Canaries l’un des principaux axes de la recherche, dérivés de l’adhésion à la stratégie évolutionniste, a ainsi consisté à déterminer les origines des anciennes populations insulaires. Il est vrai que la détermination des origines représente un objectif important. C’est le « prestige des commencements » dont parle Mircea Eliade. « Une vraie anamnèsis historiographique se traduit par la découverte d’une solidarité avec ces peuples disparus ou périphériques. » D’après les coordonnées théoriques de l’anthropologie du xixe siècle, on était convaincus que, connaissant la provenance des Guanches, on obtiendrait les clés pour comprendre leur culture. Mais Fernando Estévez nous rappelle que cette question est intimement liée aux problèmes de la construction de « l’histoire générale » des Canaries et à la stratégie de la raciologie.

20Le fameux ethnologue anglais James Cowles Prichard, qui était aussi psychiatre, et responsable des asiles londoniens, écrivit, au xixe siècle, une Histoire naturelle de l’homme, établissant formellement une parenté entre les Guanches et les anciens berbères d’Afrique du Nord, également blonds et aux yeux bleus. Parmi les preuves de la provenance nord-africaine des aborigènes canariens, signalons les restes d’écriture guanche (comme ceux de Garafía ou de El Julán), identiques à d’autres trouvés en Lybie et en Algérie, et les similitudes du vocabulaire ou du système numérique. L’historien canarien Antonio Pérez García, en 2005, nous apporte de nouvelles précisions :

  • 10 Antonio PÉREZ GARCÍA Población prehispánica de las islas canarias / article Internet 2005

Actuellement nous considérons que la population aborigène canarienne est issue des peuples berbères d’Afrique du Nord qui se sont déplacés vers le sud, poussés par le processus progressif de désertification nord-africain. […] D’autre part, les restes humains et d’habitat les plus anciens trouvés par les archéologues dans les îles correspondent à une période comprise entre le ie siècle avant J.C et le ie siècle après J.C., ce qui conduit les historiens à penser que l’expansion de l’empire romain en Afrique du Nord, vers la cordillère de l’Atlas saharien et le refus d’une partie de certains secteurs de la population de cette zone à s’intégrer au dit empire, pourrait être la cause du déplacement de ces peuples sur la côte atlantique nord-africaine et de son passage postérieur aux différentes îles de l’archipel canarien, à la recherche de moyens de subsistance.10

21Cette hypothèse de migration depuis les côtes africaines est confirmée par les Canariens Juan Capote Álvarez et Antonio Tejera Gaspar qui ont étudié l’origine des animaux introduits par Colomb en Amérique et ont démontré en 1998 « l’africanité » des ancêtres des chèvres, brebis et porcs embarqués vers le Nouveau Monde qui étaient pris parmi les animaux des populations aborigènes des Canaries. Mais alors, comment expliquer l’ignorance des Guanches en matière de navigation puisqu’il est avéré qu’ils ne possédaient aucune embarcation et ne communiquaient pas d’une île à l’autre ? Certaines thèses envisagent, au début de notre ère, une déportation par les Romains qui auraient abandonné aux Canaries des éléments berbères rebelles avec leurs familles et quelques animaux domestiques. Dans ce cas, pourquoi et comment ces mêmes Romains oublièrent-ils ensuite les voies maritimes pour atteindre ces îles ? Le mystère reste entier.

22Un grand nombre des problèmes théoriques, méthodologiques et empiriques qui apparaissent dans l’élaboration d’une théorie générale sur la culture et la société canariennes sont communs à l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie des îles. Grâce aux découvertes de notre siècle, il a été possible de déterminer que les premiers habitants des Canaries possédaient les mêmes caractéristiques crâniennes et osseuses que l’homme de Cro-Magnon de la dernière période glaciaire. Des études ultérieures, appliquées aux actuels habitants des îles, ont démontré une persistance de ces caractéristiques chez de nombreux Canariens. Mais il a fallu attendre que le développement de la recherche archéologique ait apporté suffisamment d’informations sur la population préhispanique des îles pour détrôner, selon la formule de l’historien Antonio Pérez García, les chroniques ou les mythes –jusque là sources principales pour connaître cette période–.et étudier plus précisément les caractères socioculturels des Guanches. En général, il semble qu’existaient des formes de hiérarchisation politique reposant sur des structures ou des formes de gouvernement basées sur la monarchie (« menceyes » à Tenerife, « Guanartemes » à Gran Canaria). Aux côtés des monarques, ou chefs de tribus, se trouvaient les nobles de chaque royaume qui composaient les castes privilégiées tant au niveau politique que religieux, et qui avaient pour coutume d’élire leur chef et parfois, dans certaines circonstances, de participer à la prise de décisions du gouvernement. En général, la religion de ces peuples était basée sur le culte aux éléments naturels principalement au Soleil.

ÉMERGENCE D’UN MYTHE NATIONAL

  • 11 Fernando ESTÉVEZ GONZÁLEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo etnográfico Aula de cultura de T (...)

23Les études anthropologiques, ethnographiques et sur le folklore sont une vieille tradition aux îles Canaries mais elles ont eu tendance à s’inscrire dans un type d’historiographie traditionnelle qui n’a pas permis aux diverses stratégies mises en jeu de prendre réellement en compte la culture et la société canariennes. Les différentes visions des aborigènes que l’histoire a proposées, l’importance démesurée de la raciologie et l’apport de l’évolutionnisme sont les aspects les plus remarquables des problèmes théoriques qui ont pu se poser depuis cette époque. Jusqu’à la fin du xixe siècle, et même encore au xxe, le fatras de classifications et de typologies anthropologiques n’a pas contribué à éclaircir l’énigme que posait l’histoire des Guanches et, en revanche, a empêché de prendre en compte l’importance déterminante des facteurs socioculturels. La croyance, fermement ancrée, que le degré de civilisation dépendait uniquement de la taille de la boîte crânienne a fait oublier aux premiers anthropologues le rôle déterminant de la culture et, plus largement, des mécanismes sociaux, économiques, politiques et religieux. Professeur à l’Université de La Laguna de Tenerife, l’anthropologue Fernando Estévez González, pour avoir longuement étudié les causes qui génèrent le phénomène ethnique canarien, éclaire d’un jour nouveau les diverses spéculations de l’histoire. Il estime que la présence récurrente de l’aborigène exprime une caractéristique particulière de l’identité canarienne, « en tension constante entre l’autochtone et l’acquis, entre ce qui est d’ici et ce qui est d’ailleurs »11. Pour lui, la persistance de l’aborigène comme signe diacritique de l’identité ethnique canarienne conduit inévitablement à l’histoire de l’anthropologie. Ainsi pense-t-il que les différentes visions et images des anciens Canariens, qui se sont dessinées à des époques diverses, ont été construites, dans une large mesure, à partir des diverses approches théoriques et idéologiques dérivées des études anthropologiques et il démontre comment la présence de l’aborigène, en tant qu’élément récurrent chez les auteurs canariens, en fait l’une des thématiques traditionnelles de l’anthropologie canarienne.

24Il est difficile d’assigner un terme suffisamment précis pour définir cette préoccupation systématique pour l’aborigène. Après avoir parlé de « bon sauvage », « noble sauvage », « bon Guanche », « guanchitude », Fernando Estévez précise que tous ces termes, pour être plus ou moins adaptés à certaines périodes ou approches, ne permettent pas de cerner ce phénomène dans toute sa dimension théorique et historique, c’est pourquoi, dit-il, « nous avons choisi finalement de l’exprimer sous le terme d’indigénisme, étant bien conscients de la charge sémantique de ce terme. »

25L’indigénisme se rapporte à une dimension sociopolitique très significative qu’on remarque clairement dans la littérature canarienne, et ce fait confirme la validité de l’usage de ce terme. Dans l’historiographie canarienne, l’indigénisme a été un thème récurrent qui a uni les premiers chroniqueurs aux historiens et aux anthropologues de la fin du xixe siècle. Or s’il existe bien une continuité thématique, ce thème a été traité de manière différente en fonction des diverses hypothèses théoriques et épistémologiques des différentes époques. Cependant, depuis la vision purement ethnocentrique des premiers commentateurs jusqu’à la récupération, plus récente, de l’image du Guanche à des fins identitaires ou idéologiques, la permanence de la défense de l’aborigène n’a pas seulement représenté une attitude philosophique ou morale. Elle a surtout participé de façon décisive à l’élaboration d’une culture nationale et a constitué, selon l’analyse de Fernando Estévez, « un ingrédient fondamental dans le processus de création de l’identité historique des îles, tant du point de vue idéologique que social et politique. »

26Aux Canaries, l’arrivée de la philosophie des Lumières marque de façon définitive la conception de l’histoire et de la culture. José de Viera y Clavijo, le meilleur représentant des Lumières canariennes, offre une nouvelle vision de l’aborigène par rapport à celle des chroniqueurs et des historiens antérieurs à 1750. Dès 1772, il publie ses Noticias de la historia general de las islas Canarias. Buffon, Rousseau, Voltaire sont ses maîtres. Il décrit ainsi l’état social des indigènes insulaires :

  • 12 José de VIERA Y CLAVIJO Noticias de la Historia general de las Islas Canarias (1792) – Serra - S/C (...)

Il est facile de se convaincre que les anciens Canariens furent une nation originale et aux coutumes simples, semblables à celles des héros et des patriarches, car, quiconque observe leurs usages, leurs idées, leurs cérémonies et leurs modes de penser, examine leur gouvernement et leur religion, compare leur mode de vie avec celle des premiers hommes, aura, sans aucun doute, la satisfaction et même le plaisir, de trouver la nature dans toute sa simplicité et sa première enfance.12

27Viera nous dépeint ici un âge fabuleux où des êtres d’exception réunissent dans leur petite société des qualités rares, dignes des meilleures utopies, ce qui nous autorise à reprendre la phrase de Mircea Eliade, selon laquelle « plutôt que d’une invention du bon sauvage, on devrait parler du souvenir mythisé de son Image exemplaire. »

28Pour F. Estévez, « la contribution d’une bonne partie de la réflexion philosophique (dont celle de Viera) a été l’élaboration d’une idéologie coloniale pour l’humanisme bourgeois ». En effet au xviiie siècle, les « sauvages » ne sont déjà plus que les vestiges de quelques petites nations défigurées par l’esclavage. Une fois convertis au christianisme, ils n’offrent plus qu’une image floue de leur passé, que le discours anthropologique devra reconstruire sur la base de témoignages imprécis et de récits plus ou moins teintés d’intérêts ou de préjugés. En fait, chez Viera y Clavijo, le « bon Guanche », de même que le « bon sauvage » pour le siècle des Lumières, ne serait que « l’image en négatif de la société du moment. »

  • 13 Sabin BERTHELOT Mémoire sur les Guanches (1841) – Ed. Mémoires de la Société d’Ethnologie 1978

29S’exprimant sur la production littéraire insulaire du début du xixe siècle, le français Sabin Berthelot (1794-1880), Canarien d’adoption, fait remarquer que l’émergence du Romantisme est intimement liée « au processus d’industrialisation européen et au rôle social de plus en plus actif des classes moyennes. »13

  • 14 F. ESTÉVEZ GONZÁLEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo Etnográfico Aula de Cultura de Tenerif (...)
  • 15 A. SÁNCHEZ ROBAYNA Poetas canarios románticos – Ed. Noticias de la Historia de Canarias – Madrid P (...)
  • 16 José PLACIDO SANSÓN-GRANDY Ensayos literarios

30Aux Canaries, le Romantisme s’est particulièrement distingué pour ses innovations dans le domaine des arts et spécialement de la littérature. Il a substitué l’esthétique à la politique, la critique culturelle à la critique sociale et a représenté une exigence de liberté artistique plutôt que de liberté politique. Fernando Estévez voit dans le mouvement romantique canarien les prémices d’un sentiment national basé sur l’exception culturelle. Le philosophe du xviiie siècle sera remplacé par le « génie romantique », le génie qui doit vivre intensément ou disparaître, un génie doué d’une intelligence supérieure, qui doit rejeter le rationalisme bourgeois pour sa vulgarité. « Ce sentiment de différence, contribuera fortement au développement de l’idée de sentiment national, de génie national »14. Et de fait, aux Canaries, le Romantisme a eu une répercussion particulière sur la façon de percevoir les aborigènes. Il a tout autant influencé les sphères scientifiques que la culture populaire. Les journaux et les revues des îles ont joué un rôle important, comme l’hebdomadaire La Aurora (1847-1884) et le volume des Poetas canarios de E. Mújica. Ainsi, la presse a-t-elle contribué, dans le cadre du Romantisme à cimenter une « conscience régionale », et un fervent idéalisme. Les thèmes romantiques reprennent les variables du cosmopolitisme, du sentiment de la mer, de l’isolement insulaire, et la « tradition interne », comme la définit Sánchez Robayna15 –et que Unamuno a qualifiée de « isloteñismo »– est parfaitement exprimée par les mots de José Plácido Sansón-Grandy qui, dans ses Ensayos literarios dit se sentir « enfermé dans une île de l’Atlantique, loin du grand monde artistique européen, sans maîtres à consulter, sans aucun stimulant, juste recentré sur mon individu »16

  • 17 María Rosa ALONSO El poema de Viana – Consejo Superior de Investigaciones Científicas – Madrid 195
  • 18 José PLÁCIDO SANSÓN-GRANDY Hernan Peraza (teatro)

31María Rosa Alonso affirme, dès 1952 dans son œuvre El poema de Viana, que c’est le groupe du mouvement romantique des îles qui a remis en valeur –conformément à son credo esthétique et spirituel– le rôle que la race indigène a joué quant aux origines du peuple canarien. « Nos romantiques régionaux exaltent le thème de l’homme naturel comme les hispano-américains celui de l’indianisme »17. José Plácido Sansón, qui glorifie le rôle du « caudillo guanche », subit l’interdiction, par les censeurs de l’époque, de faire jouer son drame Hernán Peraza. Dans sa tragédie Anacaona, la violence espagnole est mise en scène en terre américaine. « Si les Espagnols furent cruels en Amérique, quelles cruautés terribles durent donc subir les tranquilles habitants des îles Fortunées. »18

  • 19 Nicolas ESTÉVANEZ Canarias – Revista de Canarias 1878

32Les auteurs romantiques ne tarissent pas sur le sujet et la poésie, tout autant que le théâtre, réalisent des variations sur le thème de la conquête, comme encore, vers la fin du siècle des drames tels que Tanausú de Pedro Tarquis Rodríguez, ou Guanchiada de Jesús Doreste Silva. Dans ce climat, seul le poète Désiré Dugour verra positivement la présence des « conquistadors », alors que le reste de ses contemporains la censurera fermement. Il reprend le thème indigène du théâtre romantique canarien avec Tenerife en 1492, où se reflète déjà l’équilibre entre vainqueurs et vaincus, qui trouvera son prolongement dans la production postromantique de l’école régionaliste. A la fin du siècle, l’école régionaliste reprend le flambeau du Romantisme et ses thèmes, en y intégrant les courants « néovianistes » qui s’efforcent d’unir les « races ». En 1878, Nicolas Estevánez, rétrospectivement solidaire ou paternaliste, avec les indigènes, exprime sa compassion. « Vous êtes mes enfants : j’entends votre plainte/ et je vois le malheur sur votre visage/ et comme un père je me joins a votre deuil/ pour sécher les pleurs de vos yeux. » Mais il revendique également le métissage avec les Espagnols comme une force, comme une chance historique. « Pour la patrie que vous aimez en bons fils,/ recevez l’Espagnol parmi vous,/ et de votre sang mêlé,/ naîtra une race de colosses. » et il exprime par son témoignage aigre-doux, la frustration d’une histoire et d’une culture nationales. « Ma patrie, ce n’est pas le monde ; ma patrie ce n’est pas l’Europe ; ma patrie c’est l’ombre douce, fraîche et inoubliable d’un amandier. »19

33Au xixe siècle le mirage de « l’origine noble » induit une véritable passion pour l’histoire nationale, surtout pour les phases les plus anciennes de cette histoire. Mircea Eliade a longuement traité ce sujet et s’il y décèle le signe du « réveil des nationalités » il constate surtout, sous les pressions politiques, l’effet d’un réductionnisme culturel.

  • 20 Mircea ELIADE Aspects du mythe – Gallimard / Folio Essais 1963

Un peuple sans histoire (lisez : sans « documents historiques » ou sans historiographie) est comme s’il n’existait pas. On reconnaît cette anxiété dans toutes les historiographies nationales de l’Europe centrale et orientale […] Sauf quelques exceptions, toutes les historiographies respectives se sont confinées dans l’histoire nationale et ont abouti finalement à un provincialisme culturel.20

34Alors, le Romantisme aux Canaries a-t-il été l’ébauche d’un chant patriotique, d’un idéal national, ou d’un « provincialisme culturel » ? Il est difficile de définir de façon précise la nature et le rôle de ce mouvement littéraire dans la construction nationale identitaire canarienne, cependant F. Estévez estime que malgré l’importance évidente qu’a eu l’indigénisme parmi les poètes romantiques, il ne saurait être défini par l’idée de « conscience nationale » ou comme l’archétype patriotique.

35Avec les nouvelles approches scientifiques, Sabin Berthelot (17941880) amorce un changement d’orientation sur l’image de l’aborigène canarien. Arrivé aux Canaries pour la première fois en 1820, ses premiers travaux en font le collaborateur du naturaliste Ph. Barker Webb, avec qui il élabore sa monumentale Histoire naturelle des Iles Canaries (1836-1850). Berthelot introduit un élément nouveau qui ébranle la théorie sur laquelle Viera a abordé le problème de l’aborigène : la race. Contrairement aux croyances du siècle des Lumières sur l’unité de la nature humaine, au xixe siècle on croit fermement que les sociétés humaines sont différentes sous l’action de lois biologiques immuables. Berthelot, contre Viera, signale la survivance de la race aborigène, dans la mesure où la raciologie à laquelle il souscrit part de l’hypothèse que « les caractères raciaux essentiels » se maintiennent sans modification substantielle même après croisement entre différentes populations. Cette nouvelle thèse, qui insiste sur la survivance des caractères biologiques du Guanche chez les Canariens actuels, sera adoptée par tous les anthropologues de la fin du xixe siècle. Cependant, l’évolution historique des études raciologiques montre sans équivoque que non seulement le concept de race n’est pas significatif pour expliquer la culture et la société humaine, mais qu’en plus il a conduit, dans l’immense majorité de ses formulations, à la justification « scientifique » de la supériorité de certaines « races » sur d’autres. Malgré tout, l’anthropologie canarienne du xixe siècle, en suivant la méthodologie et les principes théoriques de l’anthropologie physique française, a pleinement assumé la raciologie comme voie principale pour l’étude des aborigènes.

  • 21 Sabin BERTHELOT Etnografía y Anales de la Conquista de las islas Canarias (1842) – Museo Canario L (...)
  • 22 Sabin BERTHELOT Antonio VIANA: poeta-historiador – Revista de Canarias II 1880

36Démontrant constamment son intérêt pour l’ethnographie et l’histoire des habitants primitifs de l’archipel, depuis ses Ethnographie et Annales de la conquête des Iles Canaries, rédigées en 1836 jusqu’à ses Antiquités canariennes, écrites en 1879, Berthelot se montre ouvertement favorable aux indigènes canariens. Il écrit dans son Ethnographie que les insulaires des îles Fortunées purent vivre libres et heureux jusqu’à ce que les navigateurs, aventuriers et « conquistadors » arrivent, « guidés par le fanatisme et la rapine », pour se jeter sur l’Océan à la recherche de nouvelles contrées sous prétexte de convertir des nations idolâtres. « Alors ont commencé les croisades de l’Occident, les conquêtes sans pitié, sous lesquelles les vaincus n’ont pas eu d’autre choix que l’esclavage ou la mort. »21 Les Guanches n’ont pas pu résister à l’envahisseur, mais ils restent auréolés de la gloire du martyre. Berthelot voit aussi, dans les poèmes de Viana, l’épopée et le trait d’union entre les Guanches et le peuple « créole » généré par la conquête. Pour lui, Viana représente le patriotisme et le chant de l’identité canarienne. « Il ne chante pas seulement les tendres sentiments, il célèbre aussi l’amour de la patrie à un degré sublime. Il chante les derniers combats d’un peuple courageux, de braves qui ont défendu coûte que coûte le sol de leur patrie et qui ont péri, victimes du plus noble héroïsme. »22

37La disparition du « modèle » guanche, que les auteurs de tous genres se sont ingéniés à retrouver est essentielle dans l’histoire du mythe car elle a exigé une reconstitution de l’aborigène sous forme exclusive d’image (représentation historique plus ou moins romancée ou création de l’esprit). Cependant, face à ceux qui avaient maintenu la thèse de la destruction totale de la population indigène, Berthelot pour la première fois, met en évidence quelques aspects fondamentaux de l’histoire des conquêtes, qui démontrent que les peuples conquérants, malgré toute leur barbarie, n’ont jamais pu détruire une nation entière et n’ont pas non plus exercé leur entière domination immédiatement après la conquête. Cette survivance du Guanche –physique, morale, psychologique– et la conservation des traits culturels indigènes parmi les paysans îliens, trois siècles après la conquête, est contradictoire avec la thèse du génocide. Soulignant l’importance de la théorie de Berthelot, Fernando Estévez en tire trois conclusions déterminantes pour l’évolution de l’histoire des îles et du sentiment national. La première : à la différence de ce que Viera et les autres penseurs des Lumières du xviiie au xixe siècle affirmaient, pour Berthelot le Guanche « n’est pas mort ». Il a survécu aux conquêtes et il « vit » chez les îliens actuels. La deuxième : cette survivance peut être démontrée par l’étude des traits physionomiques et des us et coutumes de la population, particulièrement des paysans. La troisième (fait le plus significatif pour comparer les différents éléments rationnellement et scientifiquement) les deux premières conclusions dépendent de « l’adhésion à une nouvelle stratégie de recherche à partir de laquelle on se met à relire et à reconstruire l’histoire. »

38Vers la fin du xviiie siècle et au début du xixe, les grands schémas évolutifs étaient déjà élaborés (Millar, Robertson, Condorcet, Turgot), mais, aux Canaries, il fallut attendre la fin du xixe siècle pour que la conviction que l’évolutionnisme –biologique comme historique– pourrait contribuer efficacement à la compréhension du passé aborigène, fût totale chez des chercheurs comme Chil, Bethencourt Alfonso, Millares Torres, R. García Ramos, etc. En butte aux fortes résistances des milieux extra-scientifiques et particulièrement des cercles ecclésiastiques, les défenseurs canariens de l’approche évolutionniste ont dû surmonter de sérieuses difficultés. Victimes, d’une part, des fortes pressions idéologiques et religieuses, et, d’autre part, de leur propre éclectisme, qui parfois les opposait, ils n’ont pas été à même de développer une réelle analyse des phénomènes socioculturels de la société canarienne. Et le réductionnisme biologique, particulièrement racial, est resté, jusqu’à une période relativement récente, l’un des principaux obstacles à la compréhension du rôle décisif joué par la culture dans le développement et l’évolution historique du peuple canarien.

39Chacun, à sa façon, analyse l’histoire en la réécrivant. Pour la génération positiviste canarienne, la fascination pour les aborigènes, la revendication de leur culture et de leurs valeurs morales, de même que l’emphase appliquée à la dignité de ces peuples et de ces pays, aussi petits fussent-ils, ont été héritées du Romantisme. Mais dorénavant, comme l’a signalé Diego Cuscoy (1975), qui fut directeur du Musée Archéologique de Santa Cruz de Tenerife, il s’agit plus ambitieusement de conférer aux îles le caractère « d’état historique » et Fernando Estévez ajoute que sous l’influence du positivisme, « hommes, races, territoire et culture s’interpénètrent pour confirmer une nationalité. » Dans son livre Les Guanches (1975), Cuscoy pense que cette « nationalité » répondrait au « modèle de la Renaissance » mais Estévez González fait remonter « cette construction de la nationalité » à des influences plus récentes parmi lesquelles, et pas des moindres, « celles dérivées des processus d’ascension politique de la bourgeoisie, et de la configuration étatique moderne des pays européens dans le contexte du colonialisme occidental ». Quelque modèle que l’on retienne, force est de constater une évolution subtile de l’indigénisme mimétique, partisan ou compatissant, vers une forme plus idéologique de construction nationale, un glissement progressif du mythe identitaire vers le mythe politique. Par son œuvre, Chil, médecin et chercheur canarien de formation française, a beaucoup contribué à l’émergence de l’idée d’une culture nationale canarienne, en dépit des nettes résonances ethnocentriques de la raciologie et de l’évolutionnisme. Quant à la théorie de l’Atlantide, comme le Phénix renaît de ses cendres, le continent submergé a resurgi de façon récurrente dans toute l’historiographie canarienne. Viera l’avait défendue avec cohérence du point de vue méthodologique en fonction des modèles scientifiques de son époque. Quelques années plus tard ; Bory de Saint Vincent avait proposé sa théorie sur les origines et la destruction du continent énigmatique. Chil, à son tour, se demande en 1876 : « les Guanches sont-ils les descendants de cette grande nation ? », et adoptant la position de Viera, il souligne la contradiction de l’entreprise coloniale, qui, pour convertir des hommes à la « vraie religion », a eu recours à la violence et à l’extermination. Même Bethencourt Alfonso finit par adhérer totalement à la thèse de l’Atlantide. Dans la Prensa de Santa Cruz de Tenerife, le 31 Mai 1925, il écrit : « ce n’était pas un peuple primitif mais les descendants d’une très ancienne et sage civilisation, et comme nous le dit Bory de Saint Vincent, les Guanches sont les Atlantes réfugiés au pied des montagnes… ». Fernando Estévez estime que ces digressions de Chil et de Bethencourt ont pour réel motif de faire reconnaître tout la dimension et la portée historiques de la société et de la culture guanche afin de justifier la dignité de son histoire et de son rôle dans le processus d’évolution des « grandes cultures » et il souligne que « les dérives idéologiques de ces positions requièrent une analyse systématique en tant qu’élément de première importance dans les processus de formation de l’identité ethnique canarienne à partir de la fin du xixe siècle. »

CONCLUSION

40Les Canariens, comme nous l’avons démontré, voient dans le Guanche leur « ancêtre commun ». S’ils ne sont pas, pour la plupart, héritiers de ses gênes, il n’en reste pas moins qu’ils le sont de beaucoup de ses us et de ses coutumes. L’alimentation, l’élevage, l’habitat troglodytique, le lexique (quoique restreint), même les sports de plus en plus à la mode, comme le « jeu de bâton », la « lutte canarienne » ou le « saut à la lance », qui sont des pratiques ancestrales des Guanches, et jusqu’à leur accent, dérivé du parler guanche et leurs légendaires pacifisme et hospitalité, ont été résolument perpétués, au long de plus de cinq siècles. Les Canariens ont ainsi fondé sur les aborigènes à la fois leur singularité insulaire et leurs valeurs communes. On peut distinguer là une farouche volonté mimétique d’identité qui aboutit aujourd’hui à une mise en perspective des enjeux politiques. En tant que « puissance d’identité », le mythe « guanche » incarne et concrétise aujourd’hui la nation canarienne, notamment à travers l’aborigène qui « forme » et identifie le peuple canarien. Il est l’expression d’une identité commune à des gens d’origines les plus variées et les plus métissées mais qui restent, dans leur isolement insulaire, spécifiquement attachés à leur terre.

  • 23 Fernando ESTEVEZ GONZALEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo Enográfico Aula de cultura de Te (...)

Les Guanches furent et sont, à la fois, les « autres » et nous-mêmes. […] Vivants ou morts, dévalorisés ou honorés, revendiqués ou reniés, ils cristallisent les tensions historiques de notre peuple. […] Les aborigènes canariens sont ce que nous voulons qu’ils soient, ce que nous avons voulu qu’ils soient, prétendant voir dans le passé la confirmation de nos visions d’aujourd’hui. A partir de leurs différents négatifs, nous voulons obtenir notre propre image en positif.23

41Dès la fin du xixe siècle, avec la perte pour l’Espagne de ses dernières colonies, les premières idées indépendantistes voient le jour aux Canaries. Une figure emblématique, Sebastiano Delgado, apparaît, revendiquant l’indépendance de la « nation guanche », mais il n’obtient pas grand écho. Les îles sont sous tutelle espagnole depuis plus de quatre siècles et les liens avec la péninsule restent très étroits. Cependant la graine était semée et, dès les années 20, elle regermerait dans les cercles d’intellectuels. Le xxe siècle verrait ainsi se développer cette nouvelle plante idéologique, nourrie de « l’exception guanche ».

Bibliographie

Bibliographie

ABREU GALINDO Fray Juan de : Historia de la conquista de las siete islas de Canaria (1632)–– Goya Ediciones – Tenerife - 1977

• ALONSO María.Rosa. : El poema de Viana – Consejo Superior de Investigaciones científicas – Madrid 1952 / La literatura en Canarias (s. xvi-xix)

1977 En A. Millares Torres, Historia general de las Islas Canarias

• BARKER WEBB Ph. et BERTHELOT S : Histoire naturelle des îles Canaries

– Paris Béthune - 1842

• BARTHES Roland : Mythologies – Ed. du Seuil - 1995

• BASTIDE ROGER : Les Amériques Noires in Religions en conserve et religions vécues– Ed. Payot – Paris 1967

• BATISTA José Juan : Tradición y originalidad en Die Canarischen Inseln (1831) de Francis Mac-Gregor– Universidad de la Laguna de Tenerife dans Institutum Canarium « Almogaren XXXVI - 2005 » – Autriche

• BERNARD-GRIFFITHS Simone et PESSIN Alain : Peuple, mythe et histoire – 1997 – Presses Universitaires du Mirail - Toulouse

• BERTHELOT Sabin : Mémoire sur les Guanches - 1841 – Mémoires de la Société d’Ethnographie 1

• BETHENCOURT ALFONSO J : Dos palabras con relación al estudio de los aborígenes de Canarias – Revista de Canarias II 1880

• BORY DE ST VINCENT J.M.B. : Essais sur les îles Fortunées et l’antique Atlantide ou précis de l’histoire générale de l’archipel des Canaries - 1804 – Paris Ed. Baudoin, Germinal an XI

• CAUSSAT Pierre : De l’idéologie culturelle, mythe ou réalité – Ed. Desclée de Brouwer - 1989

• CHANEL-TISSEAU DES ESCOTAIS Josette : Culture et mythologies des îles Canaries - Ed. l’Harmattan - col. Horizon Espagne – 2004 – Paris

• CHIL : Platón y su Timeo / Platón y la Atlántida– El Museo Canario II 1880 / La antropología auxiliar de la historia – El Museo Canario VI 1882

• CIORANESCU Alexandre. : Formación cultural de Viera y Clavijo. En J. Viera y Clavijo, Historia de Canarias – 1950 / El mito del buen guanche en la historiografía canaria – Estudios Canarios IV – 1961 / Crónicas francesas de la conquista de Canarias – Goya Ediciones - 1980

• CORNELLIER Louis : Vérité, mythe et culture politique – Le Devoir 6/11/1999

• DESROCHES Henri : Sociologie de l’espérance – Ed. Calmann Levy/Col. Archives des Sciences sociales - 1973

• DIEGO CUSCOY Luis : Paleontología de las Islas Canarias – 1963 / Los Guanches. Vida y cultura del primitivo habitante de Tenerife - 1968 / El conjunto ceremonial de Guargacho – 1979 - Publicaciones del Museo Arqueológico de Tenerife. S/C de Tenerife

• DUCHET M. : Antropología e historia en el siglo de las Luces - 1975 – México – Siglo XXI

• DUMAS Claude : Les mythes et leur expression au xixe siècle dans le monde hispanique et ibéro-américain (Etudes réunies par Claude DUMAS – Ed. Presses universitaires de Lille - col. UL3-1988)

• DURAND Gilbert : Structures anthropologiques de l’imaginaire – Ed. Dunod - 1992

• DURKHEIM Emile : Les formes élémentaires de la vie religieuse – Ed. P.U.F. -1968

• ELIADE Mircéa : Aspects du mythe – Ed. Gallimard – 1996 / Le mythe du bon sauvage ou les prestiges de l’origine in Mythes, rêves et mystères (1957)– Ed. Gallimard/Folio Essais 1989

ESPINOSA Fray Alonso de . : Del origen y milagro de la Sta imagen de Nuestra Senora de Candelaria (1594) – En introducción de A. CIORANESCU – S/C de Tenerife – Goya Ediciones – 1980

• ESTEVANEZ Nicolas. : Canarias (1878) – Revista de Canarias

• ESTEVEZ GONZALEZ Fernando : Indigenismo, raza y evolución - 1987 – ACT/ Museo etnográfico – Aula de cultura de Tenerife

• GANNIER Odile : Les derniers indiens des Caraïbes. Image, mythe et réalité.

– Ed. Ibis rouge - 2003

• GIRARDET Raoul : Mythes et mythologies politiques - Ed. Seuil – col. Histoire – 1986

GLAS George: Enquiry into the origin of the ancient inhabitants of the Canary Islands (1764) Traduction de José Juan BATISTA 2005

• GRIMAL Pierre : Mythologies classiques

• HERNANDEZ HERNANDEZ Pedro : Natura y Cultura de las Islas Canarias – Impresión A. Romero S.A. - 1977

• HESIODE : Les travaux et les jours – Les Belles Lettres, Coll. Budé – 1964 -Paris

• HOMERE : L’Odyssée – Les Belles Lettres, Coll. Budé – 1965 -Paris

• KALFA Elisabeth : Les survivants de l’Atlantide (article Internet 2006)

• KIRCHER Athanase : Le monde souterrain 1602-1680

• LEVI-STRAUSS Claude : Mythologiques 4 : L’homme nu – Ed. Plon - 1986 / Anthropologie structurale – Ed. Pocket 1985

• LOÊR Franz Von - 1873

• MARTIN SANCHEZ Manuel : Seres míticos y personajes fantásticos españoles – Ed. Edaf/Ensayo - 2002

• MARTINEZ ESCOBAR E.. : El positivismo y lo absoluto - 1880 – Revista de Canarias II

• MAYOL Pierre. : Océans - 1981

• MORALES MATOS : Geografía de las islas Canarias – Gran Canaria - 1993

• NEGRIN Ignacio : Ensayo poético sobre la Conquista de Tenerife

• NUNEZ DE LA PENA Juan : Conquista y antigüedades de la isla de Gran Canaria – 1676

• OSSUNA Y SAVIÑON Manuel de. : Los Guanches o la destrucción de las monarquías de Tenerife - 1832 – Madrid – Taller de Ediciones J.B. 1978

• OVIDE : Les métamorphoses – Ed. Les Belles Lettres, Coll. Budé – 1966 Paris

• PAGEAUX Daniel-Henri : De l’imagerie culturelle à l’imaginaire in P. Brunel (dir.) Précis de littérature comparée

• PEREZ Alfonso: Geografía canaria – Ediciones Interinsular - 1983

• PEREZ GARCIA Antonio : Población prehispánica de las islas canarias (article internet 10/2005)

• PINDARE : Olympiques, 2 – Ed. Les Belles Lettres, Coll. Budé – 1970 - Paris

• PITTON DE TOURNEFORT Joseph : Relation d’un voyage au levant – Imprimerie Royale – 1717 - Paris

• PIZARROSO BELMONTE Carlos. : Los aborígenes de Canarias - 1880 – S/C de Tenerife – Imprenta isleña de F. Hernandez

• PLACIDO SANSON-GRANDY José. : Ensayos literarios / Hernán Peraza (teatro)

• PLATON : Le Timée /Le Critias – Ed. Les Belles Lettres, coll. Budé – 1949 -Paris

• PLUTARQUE : Vie de Sertorius – Ed. Les Belles Lettres, coll. Budé – 1973 -Paris

• REVERTE COMA José Manuel, professeur Musée d’Anthropologie médico-légale, de Paléontologie et de Criminalistique de Gran Canaria (article internet 2005)

• RODRIGUEZ FARIÑA Agustín : El último auarita – 2004 - Ed. Cabildo de La Palma

• SANCHEZ ROBAYNA A. : Poetas canarios románticos - 1981 – En S. DE LA NUEZ – Ed. Noticias de la Historia de Canarias – Madrid – Planeta

• SCHMITT Ph. : Connaissance des îles Canaries dans l’antiquité – 1968 – Latomus 27

• STOCKING Georges W. Prologue in Indigenismo, raza y evolución de F. Estevez - 1987

• TEJERA GASPAR Antonio y CAPOTE ALVAREZ Juan : Colón y la Gomera - 2005 – Ed. Taller de Historia 39 – Gobierno de Canarias

• TEJERA GASPAR Antonio : Los cuatro viajes de Colón y las islas Canarias, 1492-1502- Cabildo de La Gomera. Ed. Francisco Lemus - 1998

• VERNANT Jean-Pierre : Entre mythe et politique Ed. Seuil- coll. Points Essais - 1996

• VIANA Antonio de : Conquista de Tenerife – Ed. Interinsular Canaria. Ed de Alejandro Cioranescu, 2 tomos – 1986 / Antigüedades de las Islas Afortunadas – La Laguna 1905

• VIDAL-NAQUET Pierre : L’Atlantide – Ed. Les Belles Lettres - 2005

• VIERA Y CLAVIJO José de : Noticias de la Historia general de las Islas Canarias (1792) – Ed. Serra S/C de Tenerife – Goya Ediciones – 1950

• WENDT Herbert : Empezó en Babel – 1960 / Origines germaniques du Guanche (article Internet)

Notes

1 Pedro HERNÁNDEZ HERNÁNDEZ Natura y cultura de las Islas Canarias (Dir. y coord.) – Romero S.A.1977 [p.250)

2 Claude LÉVI-STRAUSS Anthropologie structurale – Ed. Pocket 1985

3 Alfonso PÉREZ Geografía canaria – Ed. Interinsular 1983

4 Luis Diego CUSCOY El conjunto ceremonial de Guargacho – Publ. del Museo Arqueológico de Tenerife – S/C de Tenerife 1979

5 J.M. BORY DE SAINT VINCENT Essais sur les Iles Fortunées et l’antique Atlantide (1804) Paris Ed. Baudoin –Germinal an XI

6 HÉSIODE Les Travaux et les Jours – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1964

7 HOMÈRE L’Odyssée IV – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1965

8 PLATON Le Critias – Ed. Les Belles Lettres / Col. Budé – Paris 1949

9 Mircea ELIADE Aspects du mythe – Gallimard / Folio Essais - Paris 1963

10 Antonio PÉREZ GARCÍA Población prehispánica de las islas canarias / article Internet 2005

11 Fernando ESTÉVEZ GONZÁLEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo etnográfico Aula de cultura de Tenerife 1987

12 José de VIERA Y CLAVIJO Noticias de la Historia general de las Islas Canarias (1792) – Serra - S/C de Tenerife Goya 1950

13 Sabin BERTHELOT Mémoire sur les Guanches (1841) – Ed. Mémoires de la Société d’Ethnologie 1978

14 F. ESTÉVEZ GONZÁLEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo Etnográfico Aula de Cultura de Tenerife 1987

15 A. SÁNCHEZ ROBAYNA Poetas canarios románticos – Ed. Noticias de la Historia de Canarias – Madrid Planeta 1981

16 José PLACIDO SANSÓN-GRANDY Ensayos literarios

17 María Rosa ALONSO El poema de Viana – Consejo Superior de Investigaciones Científicas – Madrid 1952

18 José PLÁCIDO SANSÓN-GRANDY Hernan Peraza (teatro)

19 Nicolas ESTÉVANEZ Canarias – Revista de Canarias 1878

20 Mircea ELIADE Aspects du mythe – Gallimard / Folio Essais 1963

21 Sabin BERTHELOT Etnografía y Anales de la Conquista de las islas Canarias (1842) – Museo Canario Las Palmas 1977

22 Sabin BERTHELOT Antonio VIANA: poeta-historiador – Revista de Canarias II 1880

23 Fernando ESTEVEZ GONZALEZ Indigenismo, raza y evolución ACT/Museo Enográfico Aula de cultura de Tenerife 1987

Auteur

Université Paul Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search