Version classiqueVersion mobile

Figures de la mythification dans l’Espagne du xxe siècle

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Incertaines frontières : la mythification de la comarque barcelonaise dans les années 50

Michel Bourret

Texte intégral

Com tu devoran marges y camps, y's tornan pobles los masos que't rodejan, ciutats los pagesius, com nines vers sa mare corrent a passos dobles.
Jacint VERDAGUER, Oda a Barcelona (1883)

  • 1 Manuel Ribas i Piera, Barcelona i la Catalunya-ciutat, Barcelone, Angle Editorial, 2004.
  • 2 sur ce point, cf. Juan José Lahuerta (et al.), « Rodalia, la ciutat del suburbi », L'Avenç, n° 310, (...)
  • 3 Barcelone, Areté, 2005.

1La question des frontières de Barcelone est d'une brûlante actualité. Tandis que Manuel Ribas i Piera prétend invalider le statut séculaire de la cité comtale comme « cap i casal de Catalunya » en fondant l'hypothèse d'une Catalogne-cité sur les réseaux interurbains1, le séminaire de Juan José Lahuerta à l'Universitat Politècnica de Catalunya, significativement intitulé « Rodalia » – banlieue –, prend pour objet cette ville vide – « ciutat buida » – que dessinent les périphéries2. Et l'on ne s'étonnera pas que le dernier roman de Juan Marsé, Canciones de amor en Lolita's Club3, quoique situé à l'époque actuelle, revienne aux marges urbaines indistinctes de sa première œuvre, rédigée dans la deuxième moitié des années cinquante, Encerrados con un solo juguete.

2Singulièrement, si la ville de Barcelone est née tardivement à la littérature dans un mouvement centripète inversement proportionnel à l'expansion centrifuge qu'autorisent la destruction des murailles médiévales et la planification cerdane de l' Ensanche / Eixample, c'est dans l'immédiat après-guerre et précisément sur le contraste du néant existentiel et du plein urbain du premier roman de Carmen Laforet, Nada, que s'amorce une interrogation insistante sur le statut et les limites de la ville-scène.

3Le propos des pages qui suivent est d'analyser comment le choix d'une gestion urbaine à l'échelle de la comarque dans le contexte difficile de l'après-guerre ou, du moins, sa proclamation opère à travers, notamment, l'examen du roman barcelonais d'expression castillane.

L’URBANISATION DES MARGES

  • 4 L'argument de La Felicitat de Lluis-Anton Baulenas, roman historique qui a connu un grand succès ce (...)

4Le développement de Barcelone à l'époque contemporaine est indissociable de sa mythification extérieure ou, plutôt, extravertie. Les temps forts de sa croissance sont rythmés par les échéances internationales qui se sont traduites, à chaque fois par une urbanisation des marges par gravitation. En 1888, l'Exposition Universelle prend place singulièrement autour du glacis non ædificandi de la Citadelle. Le mouvement de rattachement au centre ancien via le quartier de La Ribera est lancé que parachèvera le tracé de la Via Laietana en 19084 et déjà l'on sent s'agréger le quartier industrieux de Pueblo Nuevo dans la première phase de son urbanisation. En 1929, l'Exposition Internationale se déroule sur les pentes septentrionales de la colline de Montjuich, là encore en contrebas d'une citadelle militaire, faisant naître de durables bidonvilles dont on sait qu'ils sont le ferment de la ville. En 1952, le Congrès Eucharistique International est l'occasion de créer ex nihilo des polygones d'habitation pour familles travailleuses sous l'impulsion de l'archevêque Gregorio Modrego et trois ans plus tard les Jeux Méditerranéens parachèvent la re(con)naissance de la métropole sur l'arc méditerranéen. Mais c'est dans la perspective des Jeux Olympiques de 1992 que Barcelone profitera de l'internationalisation de son image pour faire de son décentrement originel le prétexte d'une réorganisation selon douze « àrees de nova centralitat ».

5Densification, restructuration et extériorisation caractérisent le développement urbain barcelonais sur le dernier siècle et demi avec un bémol cependant pour la ville de l'après-guerre. Le développement anarchique que le promeneur constate encore de nos jours procède-t-il du refus ou de l'inexistence d'une planification urbaine ? La réponse est malaisée tant elle contraste avec le discours officiel voire les productions culturelles, immédiates – reportages, photos – ou différées – roman du réalisme social de la génération du demi-siècle.

  • 5 cf. sur ce point Nicolau Ma et Santiago Rubió i Tudurí, Regional Planning. El Pla de distribució de (...)

6Le 26 janvier 1939, l'entrée des troupes franquistes dans Barcelone exsangue coupe brutalement le développement de la ville sur les deux plans quantitatif et qualitatif. La métropole atteint le million d'habitants en 1930. Le modèle urbain de la bourgeoisie industrielle devient caduc. Le logement et les équipements font défaut, la demande de transports croît dans la mesure où le divorce entre le lieu de travail et le lieu de résidence est consommé. L'avènement de la Seconde République en 1931 et la gestion autonome du territoire que permet l'Estatut de Núria (1932) se traduisent par un nouveau zonage5 mais aussi une mise en question de la politique infructueuse de création de quartiers de « Casas baratas » instituée par la loi de 1911 et modifiée par les décrets-lois de 1924 et 1925. Pour la première fois de l'histoire contemporaine catalane, un groupe d'architecte, le GATCPAC, est à l'origine de la planification urbaine. Quand Francesc Macià, premier président de la Généralité de Catalogne, ambitionne d'offrir à chaque habitant « la caseta i l'hortet », il n'instaure pas un mythe facile et illusoire dans la droite ligne du souhait d'Alphonse Allais de « bâtir les villes à la campagne ». Il se donne les moyens de créer et de développer des cités-jardins sur le modèle anglosaxon. Pour ce faire, Macià se rapproche de Le Corbusier et du GATCPAC autour de Josep Lluis Sert. Ainsi naît le Plan Macià pour la « Nova Barcelona », une « ville fonctionnelle » qui se construit contre – dans un double mouvement d'appui et de rejet – la ville du début du siècle. Ainsi comprend-on la ré-interprétation du plan d'Ildefons Cerdà par le choix de « macromançanes » dans la zone de Sant Martí de Provençals. La ville fonctionnelle selon le GATCPAC, bien loin de juxtaposer des unités de vie semblables pratiquera par division territoriale en cinq zones : lieux d'habitation (logements, hôtels), centre de production autour du port, zone de repos partagé entre plage et espaces verts et réseau viaire.

  • 6 Joan Busquets, Barcelona, la construcción urbanística de una ciudad compacta, Barcelona, Ediciones (...)
  • 7 « Comarque : Comarca en castillan, qui peut se traduire par « secteur », peut correspondre à la not (...)

7La fin de la Guerre civile et la victoire franquiste ont tôt fait de gommer un mouvement qui avait pour but, par exemple, de réaliser une zone de vacances là-même où SEAT, créée en mai 1950, construirait le premier modèle, la 1400, en novembre 1953. La reconstruction de Barcelone se fait dans le cadre du « Plan General de reconstrucción nacional » sans une réelle gestion territoriale ni une prise en compte des réalités particulières du relief et de l'implantation de l'outil industriel. La loi sur les « Viviendas protegidas » (avril 1939) n'a pas cinq ans quand elle est remplacée par la « Ley de las Viviendas Bonificables » (1944). Souslocation, séjours en pension et bidonvilles sont des réponses provisoires qui dureront quelque vingt-cinq ans. Joan Busquets évalue à 20 000 le nombre de « barracas » au milieu des années quarante6. Paradoxalement, l'essai de réponse à la désagrégation urbaine du centre et des marges, sera donné à l'échelle de la comarque et non pas de la ville ou de l'agglomération. Or le terme de « comarque »7 convient mal à l'espace métropolitain. Tout comme les expressions – et réalités – ultérieures – « área metropolitana », « Gran Barcelona » – il émousse les frontières de la cité. L'implantation d'industries nationales, comme la SEAT dans la Zona Franca au sud-ouest de la ville, entre la colline de Montjuich et l'embouchure du Llobregat principite ce mouvement. Principal inspirateur du Plan Comarcal de 1953, Manuel Baldrich a voulu s'opposer au zonage en vogue sous la Seconde République :

  • 8 Manuel Baldrich, Ante el crecimiento desmesurado de los aglomerados urbanos : la ciudadcomarca, Bar (...)

En este siglo, los urbanistas han aceptado fácilmente el Regional Planning, que convierte el arte de construir ciudades en la organización de la vida colectiva sobre determinado territorio, y aun, del Regional Planning ”fatalista”, buscador de espacio vital con que alimentar el desarrollo urbano impulsado por la atracción voraz de una ciudad metropolitana, se ha pasado al National Planning, que sólo viene condi- cionado por las realidades geográficas, al que no inspira otra fatalidad que el desarrollo demográfico del país y que persigue un equilibrio entre población y riqueza, operando con absoluta libertad de criterio sobre todo el territorio nacional.8

  • 9 cf. supra, note 1.
  • 10 du nom de José María de Porcioles, maire de la ville entre 1957 et 1973 qui a marqué de son emprein (...)
  • 11 Manuel Vázquez Montalbán, Barcelonas, Barcelone, Empúries, 1990.

8mais aussi répondre à l'afflux de la population immigrée et à la nécessaire fixation de la population paysanne par ce concept de « ciudadcomarca » aux allures d'oxymore. Nul détail précisément situable dans une réflexion insuffisamment mûrie et dont le mérite essentiel est de circonscrire linguistiquement sinon territorialement une aire de développement tiraillée entre initiatives publiques frileuses et incohérentes et pratiques individuelles spéculatives. S'il ne retient que partiellement la leçon de Baldrich, le « Plan de Ordenación de Barcelona y su zona de influencia », nom original du Plan Comarcal de 1953, a le mérite d'entrer dans le détail de l'espace et, plus précisément de l'espace de vie, mais en le proclamant plus qu'en donnant de réels moyens de l'atteindre. Le zonage en 39 unités témoigne d'un maillage relativement serré que renforce le choix de l'expression d'« unidad vecinal » comme élément de base. Un système de parcs et jardins reliés par des « cuñas verdes » est censée aérer la ville... tout en servant de cache-misère au développement centrifuge. Car là est bien le coeur du problème. La plupart des zones vertes se trouvent en dehors de la comarque dans des zones qui seront, dans les années soixante, l'objet d'une urbanisation sauvage et débridée. Il est significatif de constater d'ailleurs qu'entre 1955 et 1965, 25 911 logements sont construits à Barcelone contre 18 205 dans le reste de la comarque alors même que le chiffre s'inverse entre 1965 et 1972 où le chiffre de la capitale représente moins de 10 % du total. Il est un parallèle éloquent : sur les 2 500 ha qu'occupent les 27 communes de la comarque, 1 000 correspondent à des « barrios de expansión suburbana », 900 à des « polígonos de vivienda » et 650 à des zones marginales alors que le simple « Ensanche », qui ne représente que la moitié du projet originel de Cerdà, en occupe 900. De là à penser que le Plan Comarcal de 1953 n'est qu'un trompe l'œil ou un cache misère, il n'y a qu'un pas. Bien loin de la « Catalunya-ciutat » de Manuel Ribas i Piera9, la ville-comarque dilue l'identité régionale, masque le problème du « barraquismo » et permet nolens volens une politique de spéculation immobilière qui triom- phera dans la « ciudad parking » de la Barcelone porcioliste10 selon Manuel Vázquez Montalbán11. Douze ans plus tard, le plan s'effacera au profit d'un « Esquema director del área metropolitana de Barcelona » qui délaisse et dilue la référence à la comarque et marque une prise de distance des autorités par rapport au principe de planification.

LA VILLE-COMARQUE DANS LES PRODUCTIONS CULTURELLES

  • 12 Joan Colom, Fotografías de Barcelona, 1958-1964, Barcelone - Madrid, Lunwerg, 2004.
  • 13 Francesc Català-Roca, Barcelona / Madrid ,años cincuenta, Barcelone - Madrid, Lunwerg, 2003.

9Éphémère conceptuellement, la ville comarque, sans qu'il y soit réellement fait allusion dans ce terme inadéquat, transparaît dans les productions culturelles. Au premier plan, la question du « barraquismo » et des friches pré-industrielles ou pré-résidentielles. L'année même de l'entrée en fonction de José María de Porcioles, la Semana del suburbio attire l'attention des autorités sur les conditions de vie infra-humaines de ces zones d'urbanisation sauvage sur laquelle le pouvoir ferme les yeux ou jette un voile pudique. Elle est relayée par une série d'articles de La Vanguardia Española et une prise de conscience et de parole de l'épiscopat. La photo de reportage social qui retrouve ses lettres de noblesse en poursuivant le chemin ouvert avant la Guerre civile par Agustí Centelles, le révèle. Joan Colom12 qui tire le portrait d'anonymes ou de laissés pour compte et surtout Francesc Català-Roca, qui croque des scènes de la vie urbaine, interrogent la métropole sur ses limites en en révélant le caractère implicite diffus ou explicite illusoire. Un cliché froidement intitulé « Afueras de Barcelona »13 – le substantif fera florès dans le roman ou la poésie des années cinquante, comme nous le verrons ci-après – représente trois personnes chaudement vêtues de dos sortant d'une station de métro. Au-dessus d'elles, sans qu'elles la voient, une enseigne miteuse porte la mention « metro » et projette une ombre pâle sur le sol qui semble leur barrer la route. Puis loin est un terrain vague à l'herbe rare tant elle est foulée par les voyageurs, une ligne ferroviaire, des entrepôts, trois cheminées d'usine et un immeuble de bureaux. Le paysage semble désolé et ne se rattache à la ville que par la référence explicite au métro qui, en perdant par apocope sa racine, montre que le seul lien qui existe entre la ville et ses marges, sinon son ailleurs, ce sont les espaces de circulation souterraine, aveugles, qui pratiquent par hiatus pour occulter les distances métriques, temporelles et sociales. On se rappelle cette scène de Los mares del Sur de Manuel Vázquez Montalbán publié en pleine Transition démocratique qui rapporte un trajet du détective Pepe Carvalho parti enquêter sur le meurtre de Carles Stuart Pedrell à Bellvitge sur la commune d'Hospitalet de Llobregat significativement nommé « San Magín » dans le roman :

  • 14 Manuel Vázquez Montalbán, Los mares del Sur, Barcelone, Planeta, 1979, p. 142.

El metro, cualquier metro, es un animal resignado a su esclavitud de subsuelo. Parte de esa resignación impregna los rostros aplazados de los viajeros, teñidos por una luz utilitaria, removidos levemente por el vaivén circular de la máquina aburrida. Recuperar el metro fue recuperar la sensación de joven fugitivo que contempla con menosprecio la ganadería vencida, mientras él utiliza el metro como un instrumento para llegar al esplendor en la hierba y la promoción. Recordaba su cotidiana sorpresa joven ante tanta derrota recién amanecida. Recordaba la conciencia de su propia singularidad y excelencia rechazando la náusea que parecía envolver la mediocre vida de los viajeros. Los veía como molestos compañeros de un viaje que para él era de ida y para ellos de vuelta. Veinte o veinticinco años después sólo era capaz de sentir solidaridad y miedo.14

10Ce sont surtout deux ouvrages, publiés dans la décennie suivante qui révéleront, par antiphrase, l'« âpre vérité » pour reprendre la formule de Danton : le pamphlet visionnaire d'un jeune architecte appelé à devenir l'un des urbanistes du remodelage olympique, Oriol Bohigas, et le reportage pointilleux et inouï de Francisco Candel, Los otros catalanes.

  • 15 Oriol BOHIGAS, Barcelona, entre el Pla Cerdà i el barraquisme, Barcelone, Edicions 62, 1963.

11Dans Barcelona, entre el Pla Cerdà i el barraquisme, Oriol Bohigas insère un singulier « elogi de la Barraca » qui semble transposer sur le plan sociologique la représentation des « chabolas » madrilènes, « soberbios alcázares de la miseria » que fait Pedro, le jeune médecin de Tiempo de silencio de Luis Martín-Santos publié un an plus tôt. Dénonçant le paternalisme qui préside à la constitution de ce « nou suburbi que neix de macrobarraques sense serveis i allunyades de la ciutat »15, il montre combien cette pré-urbanisation n'existe que dans la mesure où elle autorise une plus-value du bâti à venir sur le même territoire.

  • 16 « del castellà lucharniego, aplicat a gossos ensinistrats a furetejar de nit [...] persona de lleng (...)

12En publiant Los otros catalanes en 1964, Francisco Candel a trouvé un écho que ses romans sociaux n'ont jamais connu. Originalement publié en catalan, ce plaidoyer pour un habitat digne et la reconnaissance de la culture des immigrés promptement massifiés par les Catalans de souche sous le terme de « xarnegos »16. Ainsi comprend-on que l'exhortation des autorités :

  • 17 Francisco Candel, Los otros catalanes, 3ème éd, Barcelone, Ediciones Península, 1976, p. 183. L'édi (...)

Hoy hacen falta en Barcelona y comarca unas 90.000 viviendas. Se calcula que se construyen unas 12.000 por año en Barcelona ciudad sobre las 18.000 que se necesitarían construir, y en la comarca, unas 3.000 ó 4.000 [...] es un poco el cuento de nunca acabar. Como se ve, el problema es ingente. Aquí sí que es cierto que Saturno ha devorado a sus hijos.17

13se double d'une dénonciation violente du traitement qui leur est réservé qui n'est pas exempte d'un savoureux pittoresque :

  • 18 Francisco Candel, p. 254.

Junto a Sant Vicenç dels Horts [...] hay una barriada, la de san José, de nombre común « Mau-Mau ». Los del « Mau-Mau » son gente de Extremadura, murcianos de Collblanc y de la Torrassa y también andaluces. Se trata de un barrio situado en la ladera de una montaña, ladera casi vertical, con casas colgadas, como una Cuenca en pequeño. Los terrenos, pobres y áridos, escarpados y montañosos, son baratos. Dicen que se los ha vendido el propio ayuntamiento de Sant Vicenç o concejales del Ayuntamiento, saltándose la obligación de urbanizar. Es cierto. Esta zona no se urbanizará jamás, ni con la mayor voluntad del mundo, porque es imposible. Las calles – si pueden denominarse así, a aquellos pasos entre hileras de casas – son torrentes.18

14Le roman barcelonais des années cinquante, sous l'influence de la phénoménologie sartrienne et du matérialisme historique marxiste passé au crible de Lukács se fonde sur le réalisme des situations et des arguments. Le personnage et les situations sont archétypiques et ils sont représentés généralement sous l'angle froid de la focalisation externe héritée, entre autres, du Manhattan Transfer de John Dos Passos et de l'Étranger d'Albert Camus. En une curieuse anticipation de l'étude de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, publiée une quinzaine d'années plus tard, la dénonciation de la vie urbaine de la Barcelone franquiste provient pour l'essentiel des fils de la bourgeoisie. C'est le cas de Luis Goytisolo que nous aborderons plus tard.

  • 19 Francisco Candel vient de publier ses mémoires passionnants sous le titre Primera historia, primera (...)

15Le premier à fictionnaliser ses reportages sur le terrain échappe pourtant à ce milieu cultivé et aisé. Francisco Candel19 est né à Casas Altas (Valence) en 1925. Un peu plus âgé que les écrivains de la génération du demi-siècle, il a été élevé à Barcelone où il a eu les métiers les plus divers – céramiste, mécanicien, employé de bureau... – avant de s'engager dans le journalisme. Ses premiers romans – Hay una juventud que aguarda (1956), Donde la ciudad cambia su nombre (1957) et Han matado a un hombre, han roto un paisaje (1959) – sont unis, dans leur titre et leur développement, par un même intérêt pour l'homme en société et l'homme dans le monde, c'est à dire dans un espace de vie. De ces trois romans, seul le deuxième semble avoir survécu et encore sous la forme d'une simple référence significativement inexacte. En substituant « pierde » à « cambia », les citateurs imposent leur lecture de la ville qui fait de la banlieue un non-lieu ineffable. Ils ont pour eux la dénomination viaire elle-même qui numérotait alors les voies de la Zona franca plutôt que de leur donner un nom propre. Mais en intitulant son roman-reportage « donde la ciudad cambia su nombre », Francisco Candel insiste sur la mutation ontologique d'une ville qui oppose sa discontinuité linguistique, sociale et comportementale à l'apparente continuité géographique. Le roman, organise ses 270 pages en 27 chapitres encadrés par un « prólogo profético » et un « epílogo ». Le chronotope qui le clôt à la façon du début d'une lettre – « Barcelona, Port, 10 de octubre de 1956. » – a pour fonction de l'avérer de la même façon que Francisco Candel, sans être lui-même la matière de son livre, à la façon d'un Montaigne, y prend part explicitement comme un témoin, un regard et une ouïe. Se daubant volontiers :

  • 20 Francisco Candel, Donde la ciudad cambia su nombre, Barcelone, G.P., 1973, p. 269.

El Candel, este año, no se ha presentado al Certamen Literario.20

16Francisco Candel, transfiguré en témoin et mis à distance par la troisième personne, est mu par une double nostalgie, la nostalgie lointaine de la terre dont il est originaire et dont il va grappiller les reliefs, et la nostalgie immédiate et pressentie d'un quartier proche et fugace dont il s'essaie à fixer la mémoire :

  • 21 Francisco Candel, , p. 8-9

Una tarde, una buena tarde, el Francisco Candel ha ido a las Casas Baratas o grupo Eduardo Aunós, que suena mucho mejor. Ha ido a la calle Pinatell, antes calle 16, a la parte de arriba, donde tiene algunos de esos amigos que preguntan por la novela [...] el Candel vive en Port, un barrio más distinguido, si se quiere, a un tiro de honda de las Casas Baratas. Pero ha vivido mucho tiempo en esas Casas Baratas o Grupo Eduardo Aunós antes de instalarse en Port [...] El Francisco Candel, aunque parezca extraño, siente la nostalgia de la tierra, o de la calle, mejor dicho.21

  • 22 sur le modèle célien de La Colmena.

17Chaque chapitre fonctionne comme une « viñeta »22 ou une saynète et, dans le dessein de nous plonger dans la vie des habitants des Casas Baratas Eduardo Aunós, le témoin ne répugne pas à illustrer sa présentation :

  • 23 Francisco Candel, , p. 47.

La populosa barriada de las Casas Baratas o Eduardo Aunós, que suena mucho mejor, consta de veintiuna calles [...] Medio aparrillada. Como un San Lorenzo del Escorial, pero menos.23

  • 24 sur ce point, cf. l'article précieux de Juan José Lahuerta, « Badia des de l'aire i altres vols » i (...)

18d'un plan de la disposition des vingt-et-une rues et des blocs d'habitation qu'elles distinguent. Ce passage est doublement significatif. D'une part en répétant « las Casas Baratas o Eduardo Aunós, que suena mucho mejor », Francisco Candel use de la répétition pour que son lecteur fixe le nom d'un quartier inouï et le changement qui l'a concerné – en une proposition de seconde lecture du titre – mais également il dénonce une politique urbanistique qui nomme plutôt que d'édifier convenablement. D'autre part, en rapprochant le dessin de la zone du plan de l'Escorial, Francisco Candel raille à demi-mot une mythification à l'inverse qui exalte le signifiant pour mieux vider le sens le signifié. Ce faisant, il anticipe le projet du dernier « polígono de viviendas » construit par le franquisme en Catalogne, à Badia del Vallès, « Ciutat Badia » dont l'agencement des blocs reproduisait... la carte de l'Espagne24.

19Le paradoxe de cette aliénation de fait :

– Usted tiene que hacerse una casa aquí. Usted pertenece más a estos barrios que a Barcelona.

20est que le lien avec la ville centré et même avec le pays tout entier se réduit au contrôle exercé par l'autorité :

  • 25 Francisco Candel p. 108.

Si el detenido decía que vivía en las Casas Baratas, lo llevaba debajo de un farol – con una cerilla, como para la documentación no bastaba – ; lo llevaba debajo de un farol, le levantaba la jeta y lo observaba fijamente [...]
– ¿Tú de las Casas Baratas ? ¿Tú de las Casas Baratas ? Mira que yo me sé de memoria las caras de todos los que viven allí y a ti no te recuerdo...
– Es que trabajo todo el día ¿Sabe ? Yo soy de los que van de su casa al trabajo y del trabajo a casa. Yo no me meto con nadie.
– Bueno, bueno, así me gusta. ¡Hala, largo ! ¡Arriba España !
– ¡Arriba España ! – decía el otro, y respiraba aliviado.
25

21L'année suivante, Luis Goytisolo reçoit le premier prix Biblioteca Breve des éditions Seix-Barral pour Las Afueras, un livre singulier, qui avait failli obtenir quelques mois plus tôt le prix Sésamo de contes. Il s'agit en effet d'une collection de sept récits brefs que relient quelques personnages et une maison de campagne en banlieue, La Mata, plus que d'un véritable roman. La perspective est celle de l'inappétence de la jeune génération qui ne croit plus au monde légué par les anciens. On retrouve là l'atmosphère de Hay una juventud que aguarda de Francisco Candel et de Encerrados con un solo juguete de Juan Marsé qui sortira deux ans plus tard. Mais alors que dans les romans de Candel et de Marsé, la marge est perçue du point de vue urbain, dans des constructions en dur ou dans des matériaux de récupération qui masquent la nature environnante, Luis Goytisolo choisit de représenter la marge du point de vue rural – on serait tenté de dire « rurbain » si ce terme n'avait pas acquis une valeur négative – . L'on sent, en arrière fond, l'empreinte du Beatus Ille horacien, la nostalgie d'une nature qui n'est déjà plus, et une communauté de perception et de réflexion avec ce poème de Jaime Gil de Biedma, également intitulé « Afueras » :

  • 26 Jaime Gil de Biedma, « Las afueras, X », in Antología personal, Madrid, Visor, 1998, p. 6.

Nos reciben las calles conocidas
y la tarde empezada, los cansados
castaños cuyas hojas, obedientes,
ruedan bajo los pies del que regresa,
preceden, acompañan nuestros pasos.
Interrumpiendo entre la muchedumbre
de los que a cada instante se suceden,
bajo la prematura opacidad
del cielo, que converge hacia su término,
cada uno se interna olvidadizo,
perdido en sus cuarteles solitarios
del invierno que viene. ¿Recordáis
la destreza del vuelo de las aves,
el júbilo y los juegos peligrosos,
la intensidad de cierto instante, quietos
bajo el cielo más alto que el follaje ?
Si por lo menos alguien se acordase,
si alguien súbitamente acometido
se acordase... La luz usada déjà
polvo de mariposa entre los dedos.26

22La définition de l'édition de 1956 du dictionnaire de la Real Academia Española (Del lat. Ad foras, a las puertas) 3. f. pl. Alrededores de una población.) autorise cette approche informelle et distante. Le premier récit joue de la dilatation descriptive et diégétique pour accroître la distance. Víctor, de retour dans la villégiature de son enfance, s'y est rendu en train puis en autocar afin de savourer le retour dans l'espace et sur le passé. Il provoque en cela l'incompréhension des habitants qui voient en Víctor l' « homme pressé » à la Morand dont la voiture est une simple excroissance qui lui permet d'abolir les distances :

  • 27 Luis Goytisolo, Las Afueras, Barcelone, Seix Barral, 1976, p. 8.

« ¿En tren ? », dijo Claudina. Y eso mismo era lo que muchos comentaban en el pueblo. ¿Por qué ? ¿Por qué en tren ? Apenas se hablaba de otra cosa. « ¿Por qué venir en tren teniendo coche ? », decían. La Mata quedaba a más de una hora del pueblo y hasta allí, desde el ferrocarril de la costa, había media hora en autocar. La combinación era buena para los pobres pero, ¿por qué utilizarla teniendo coche ?27

  • 28 « Tomó asiento al borde del estanque, bajo las higueras. El estanque era pequeño y ruinoso y en el (...)

23Le résultat de cette double dilatation est une évacuation de l'espace et son usure prématurée28. Sans être tout à fait la campagne, le village de la côte et ses alentours ainsi que le mas dépeignent en creux la ville centrée par suspension ou dénaturation de son activité étourdissante :

  • 29 Luis Goytisolo, p. 10.

Una vez fuera [de la estación], caminó pegado a la valla que separaba la calle del ferrocarril. La calzada se alargaba metida entre aquella valla y una soleada hilera de casas blancas. La valla estaba pintada de gris y los listones proyectaban su minucioso rayado sobre los adoquines. Por entre los listones se veía el mar, azul y tranquilo tras la vía férrea, tras la playa blanca y desierta.29

24Tout comme Donde la ciudad cambia su nombre mais de façon inverse, Las Afueras invalide la construction mythifiée de la ville-comarque en accentuant par dilatation et non par opposition l'habitat humain. Épuisé, vidé de ses habitants, et en suspens permanent, la nature péri-urbaine s'avère être un refuge illusoire. Le retour au centre de la Métropole semble être la seule issue d'un roman qui se mord la queue :

  • 30 Luis Goytisolo, pp. 199-200.

Fuera caía un sol blanquecino que enturbiaba el horizonte y hacía daño a la vista. En la playa, un hombre desmontaba las últimas casetas de baño [...] A partir del paso a nivel siguió por la vía férrea. Un camino sin trabas, recta y brillante la vía férrea. A cada lado se alargaba una cerca de maderas grises [...] Pasó a la sala de espera, fresca y sombría, ahora casi desierta [...] Alvarito se inclinó sobre la taquilla. Al otro lado, una mano.
– Barcelona. Primera clase.30

25La planification porcioliste qui est passée de la ville-comarque à l'aire métropolitaine puis la réflexion nouvelle menée sous la démocratie sous le gouvernement municipal de Narcís Serra et de Pasqual Maragall avec la définition d'un polycentrisme autour des douze « àrees de nova centralitat », ont densifié l'aire barcelonaise en émoussant ses frontières. La ville proprement dite s'est vidée de quelque cent mille habitants au profit de sa périphérie. La « ciudad-parking » de José María de Porcioles est devenue une City des affaires et un immense parc thématique à l'intention des touristes, pour reprendre l'expression du journaliste et romancier Xavier Moret. La scène littéraire est le centre décentré autour des Ramblas et du Quadrat d'Or de l'Eixample et une double périphérie : périphérie spatiale dans les romans noirs de Manuel Vázquez Montalbán, Andreu Martin, Francisco González Ledesma et Alicia Giménez Bartlett, périphérie temporelle avec le succès d'un roman historique qui, depuis La verdad sobre el caso Savolta d'Eduardo Mendoza (1975) jusqu'à La sombra del viento de Carlos Ruiz Zafón (2002) n'a cessé d'interroger les mutations urbaines pour y dessiner l'essence diverse et changeante de l'homo barcinensis contemporain.

Notes

1 Manuel Ribas i Piera, Barcelona i la Catalunya-ciutat, Barcelone, Angle Editorial, 2004.

2 sur ce point, cf. Juan José Lahuerta (et al.), « Rodalia, la ciutat del suburbi », L'Avenç, n° 310, Barcelone, février 2006.

3 Barcelone, Areté, 2005.

4 L'argument de La Felicitat de Lluis-Anton Baulenas, roman historique qui a connu un grand succès ces dernières années dans l'aire barcelonaise, naît précisément de la mort des quartiers anciens avant le percement de la voie et la désertion de leurs habitants. En fait, comme l'a souligné le colloque « La reforma interior de Barcelona, segles xix i xx organisé les 28 et 28 septembre 2001 par l’Universitat Autònoma de Barcelona », ce n'est qu'à la fin des années cinquante qui servent de cadre à notre article que les travaux d'aménagement de la Vía Layetana ont été (considérés comme) achevés.

5 cf. sur ce point Nicolau Ma et Santiago Rubió i Tudurí, Regional Planning. El Pla de distribució de zones del territori català, Barcelona, Generalitat de Catalunya, 1932, reed. Barcelona, Novatecnia, 1976.

6 Joan Busquets, Barcelona, la construcción urbanística de una ciudad compacta, Barcelona, Ediciones del Serbal, 2004, p. 268.

7 « Comarque : Comarca en castillan, qui peut se traduire par « secteur », peut correspondre à la notion de pays en France. C'est une division géographique, historique, culturelle, ethnographique, économique, etc. dans un territoire défini, sans valeur juridictionnelle, en Espagne. » (Wikipedia)

8 Manuel Baldrich, Ante el crecimiento desmesurado de los aglomerados urbanos : la ciudadcomarca, Barcelone, Casa de la Caridad, 1952.

9 cf. supra, note 1.

10 du nom de José María de Porcioles, maire de la ville entre 1957 et 1973 qui a marqué de son empreinte les (non)choix urbanistiques.

11 Manuel Vázquez Montalbán, Barcelonas, Barcelone, Empúries, 1990.

12 Joan Colom, Fotografías de Barcelona, 1958-1964, Barcelone - Madrid, Lunwerg, 2004.

13 Francesc Català-Roca, Barcelona / Madrid ,años cincuenta, Barcelone - Madrid, Lunwerg, 2003.

14 Manuel Vázquez Montalbán, Los mares del Sur, Barcelone, Planeta, 1979, p. 142.

15 Oriol BOHIGAS, Barcelona, entre el Pla Cerdà i el barraquisme, Barcelone, Edicions 62, 1963.

16 « del castellà lucharniego, aplicat a gossos ensinistrats a furetejar de nit [...] persona de llengua castellana resident a Catalunya i no adaptada lingüísticament al seu nou país. », Gran diccionari de la llengua catalana, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1998.

17 Francisco Candel, Los otros catalanes, 3ème éd, Barcelone, Ediciones Península, 1976, p. 183. L'édition originale a été publiée en catalan par Edicions 62 en 1964.

18 Francisco Candel, p. 254.

19 Francisco Candel vient de publier ses mémoires passionnants sous le titre Primera historia, primera memoria (Barcelone, ed. Península / edicions 62, 2006).

20 Francisco Candel, Donde la ciudad cambia su nombre, Barcelone, G.P., 1973, p. 269.

21 Francisco Candel, , p. 8-9

22 sur le modèle célien de La Colmena.

23 Francisco Candel, , p. 47.

24 sur ce point, cf. l'article précieux de Juan José Lahuerta, « Badia des de l'aire i altres vols » in « Rodalia, la ciutat del suburbi », L'Avenç, n° 310, Barcelone, février 2006.

25 Francisco Candel p. 108.

26 Jaime Gil de Biedma, « Las afueras, X », in Antología personal, Madrid, Visor, 1998, p. 6.

27 Luis Goytisolo, Las Afueras, Barcelone, Seix Barral, 1976, p. 8.

28 « Tomó asiento al borde del estanque, bajo las higueras. El estanque era pequeño y ruinoso y en el fondo crecían algas verdinegras que, mansamente agitadas, oscurecían la superficie. El caño de la pila estaba roto y el agua se descolgaba sin ruido hacia abajo, por entre los musgos de la pared. » (Luis Goytisolo, p. 19.)

29 Luis Goytisolo, p. 10.

30 Luis Goytisolo, pp. 199-200.

Auteur

Université Paul-Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search