Version classiqueVersion mobile

Figures de la mythification dans l’Espagne du xxe siècle

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

La mythification du couple dans En la carrera de Felipe Trigo

Jean-Paul Campillo

Texte intégral

  • 1 Entre autres, et dans le désordre, il faut citer les travaux de Lily LITVAK, Erotismo fin de siglo(...)

1Depuis la parution au cours de ces trente dernières années, tant en France qu’en Espagne, d’études1 consacrées à « la novela erótica », genre généralement dénigré car considéré comme appartenant à l’infralittérature, le panorama littéraire espagnol du début du xxème siècle s’est considérablement étendu. En témoignent nombre de récentes histoires de la littérature qui systématiquement désormais font une place à des auteurs oubliés dont certains occupaient le devant de la scène littéraire. Commencée en 1976 au moment du « destape », la récupération de textes mis à l’index durant la dictature franquiste s’explique assez facilement. Dans le cas des œuvres de Felipe Trigo, il importait de faire sortir de l’oubli un auteur réputé scabreux qui de surcroît était connu pour ces affinités avec le parti socialiste. À la suite de ce premier mouvement de réhabilitation la principale préoccupation des critiques fut de se réapproprier une parcelle d’histoire oubliée, de ressusciter une image différente de l’Espagne. La perspective était essentiellement historique, les productions romanesques étant considérées comme un moyen d’appréhender plus ou moins directement une Espagne que l’on pensait beaucoup plus fermée et conservatrice qu’il n’y paraissait. Prisonniers des représentations imposées par une critique soucieuse de limiter toute la littérature fin de siècle à deux mouvements, le Modernisme et la Génération de 98, ou à deux catégories, la « grande littérature » et l’infralittérature, ils n’ont pas perçu que tous participaient d’un même mouvement de contestation, favorable à la recherche de nouvelles expressions artistiques.

  • 2 Richard A. CARDWELL, « Los componentes del fin de siglo », En el 98 (Los nuevos escritores), José (...)
  • 3 On retiendra par exemple cette formule souvent reprise par les critiques pour illustrer ce style p (...)

2L’Espagne, avec un certain retard par rapport à d’autres pays européens, a en effet connu au tournant du xixème siècle d’importants changements qui ont provoqué une profonde crise de conscience. Les sentiments de perte, de doute ou d’angoisse ont envahi la littérature qui s’est fait l’écho de ces bouleversements et une pluralité de mouvements artistiques a vu le jour, chacun essayant de répondre à sa façon aux différents discours politiques, sociaux et littéraires2. Felipe Trigo ne fait pas exception à la règle. Ses romans déploient une rhétorique compliquée, confuse qui participe plus globalement de cette recherche d’une esthétique différente3. Et son « roman érotique », celui qu’il défend dans son essai El amor en la vida y en los libros, est tout à la fois le lieu d’une contestation de l’ordre établi et d’une mythification d’un nouvel ordre social. Mais qu’entend-on ici par mythification ?

3La plupart des romans de Felipe Trigo répètent inlassablement les mêmes situations : un jeune homme et une jeune femme frustrés par des expériences amoureuses malheureuses tentent ensemble de trouver une voie d’épanouissement. Ce schéma extrêmement binaire est celui d’une quête individuelle du bonheur dans un monde vécu comme chaotique. La démarche, très didactique, implique un renversement systématique des valeurs et des représentations classiques du couple. Le couple marié ainsi que le couple formé par la prostituée et le client sont dénoncés comme barbares puisque uniquement fondés sur l’intérêt et non sur le plaisir. Le couple librement constitué, l’union librement désirée, au contraire, est magnifiée, au nom de ce même principe de plaisir. On comprend les accusations de pornographie dirigée contre les romans de Trigo. Pour ses accusateurs, le roman, instrument d’éducation, véhicule des valeurs instituées par la société ne devrait en aucun cas peindre les plaisirs charnels, sans quoi il basculerait hors de la littérature. Car l’enjeu c’est le roman. Il s’agit pour Felipe Trigo, à travers ce genre, de véhiculer des idées nouvelles, de trouver la formule, les images appropriées pour que ses idées soient acceptées. Détourner le roman lui-même ainsi que ces motifs classiques afin de faire entendre sa voix, telle fut l’entreprise de Felipe Trigo. Or le processus de mythification prend place dans ce contexte assez complexe. La réécriture de mythes classiques à partir d’idées considérées comme immorales fait partie de cette stratégie de communication fondée sur le détournement.

4Dans de En la carrera, roman que nous allons étudier plus en détail, nous retrouvons exactement cette situation. Le roman, bâti sur une structure dialectique, fonctionne comme une démonstration. La première partie montre les difficultés pour un jeune provincial, Esteban, de mener une vie saine dans un Madrid de débauche ; la seconde, l’absurdité voire le caractère tragique des mariages arrangés ou forcés, notamment à travers le personnage d’Antonia, fiancée d’Esteban ; la troisième, dépassement des deux précédentes, dépeint l’idylle d’Esteban et Antonia, nouveaux Adam et Ève libérés des conventions sociales et du modèle traditionnel de mariage, dans un Madrid métamorphosé. Le roman façonne donc progressivement le mythe d’un couple qui s’impose, du fait de son harmonie et de sa perfection, comme le seul viable. Il est le nouvel ordre social nécessaire. Le récit n’accepte aucune nuance. Au travail de démythification systématique des représentations culturelles et littéraires de la maison close et du mariage traditionnel (alors même qu’ils étaient considérés comme les piliers de l’ordre dans la société du début du xxème siècles), succède l’exaltation des nouvelles valeurs incarnées par deux héros mythifiés qui sont tout à la fois proches du lecteur et suffisamment éloignés de lui pour pouvoir véhiculer cette idée de recherche individuelle du bonheur. Dans la mythification du couple il y a donc une dimension pragmatique et une dimension « idéologique ». L’enjeu est double : rendre acceptable une idée reconnue immorale tout en exaltant le couple.

LES CHEMINS DE LA DÉSILLUSION

  • 4 « - Pues, hijo, ahora, a estudiar, ¡y cuidado con el pito, no te lo vuelvan flauta ! -¿Qué pito ? (...)
  • 5 « Sí, sí ; esta impresión que hoy le causaba a Esteban la estación, « de sitio por donde pudiera i (...)
  • 6 « ¡Media España ! Brindábasele a quien podía pagarlo. Y la idea, al estudiante que iba a buscarse (...)

5Commençons par le parcours d’Esteban. Le roman débute lorsqu’il part pour Madrid où il va entamer, conformément aux vœux de sa famille, des études de médecine. Au matin du départ, soit dès les premières pages, ce n’est ni plus ni moins qu’un enfant quittant pour la première fois la maison familiale. Mais rapidement, quelques paragraphes plus loin, dans la solitude du wagon où il effectuera son long voyage, l’enfant innocent, incapable de comprendre les plaisanteries obscènes du contrôleur4, l’enfant impressionné par cette gare de Badajoz qui brutalement le précipite au centre d’un monde en mouvement5 se révèlera être un adolescent passionné, désireux d’affronter la nouveauté, qui en ce début de roman n’est autre que Madrid. La capitale, fantasme lointain dans l’esprit du jeune homme sérieux est alors l’espoir d’une réussite6 au moins à la hauteur de celle de son beau-frère Ramón.

6Mais, les illusions du jeune provincial ne survivront que quelques heures. Au contact d’autres voyageurs, plus expérimentés, la « Corte » qu’il ne connaît qu’à travers ses lectures, change de visage :

  • 7 Id.

Pero Madrid había sufrido una transfiguración en la mente del viajero. Por culpa de las románticas novelas que él leyó, aparecíasele como una ciudad fantástica llena de castillos y situada en una altura... Una ciudad de fastos principescos y de amor, con guante y con espada... « ¡Calle de Fuencarral ! »... Soñó algunas noches que iba por ella, y que encontraba al « vizconde de Rudaguas con el barón del Destierro, con sus capas y tizonas... buscando dónde batirse ». Ahora, en cambio, por culpa del Bomba y del duque y del marqués, se le representaba como un emporio de vicio y de riquezas, donde estuviesen todas las mujeres de postal.7

7Madrid capitale du vice. Au premier chapitre, cette idée provoque encore chez l‘adolescent une vague sensation d’angoisse et d’excitation : dans son esprit se mêlent les fantasmes coquins, les souvenirs tristes de ses premières expériences avec les prostituées et le rêve d’un amour idéal. Mais cette sensation laissera rapidement place à un sentiment définitif de désillusion.

  • 8 La définition que donne le Petit Robert du mot monstre nous semble parfaitement s’appliquer aux pe (...)

8Madrid, ville prodigieuse promesse de folles expériences, va en effet rapidement se réduire à ces quelques lieux tous concentrés autour de la calle de Alcalá : théâtres, salles de bal, bars et maisons closes. El Apolo, Fornos… autant d’endroits célèbres dans toute la littérature de l’époque pour être des lieux de fête, de distraction et de réunion où convergent intellectuels, artistes et autres dames célèbres, forment comme un minuscule et inquiétant labyrinthe. La ville devient une prison exiguë, un espace oppressant. Les voitures, les tramways, la vitesse, la lumière, la foule, agressent et déstabilisent Esteban. Or c’est de cet antre que surgiront peu à peu des monstres aux visages de femmes8.

  • 9 « Sobrábanle las horas en que meditar, y de recuerdo en recuerdo y de idea en idea llegó una vez a (...)

9Car les femmes qui croisent la route d’Esteban et qui forment d’ailleurs, au fur et à mesure que progresse la narration, comme un catalogue9 de toutes les expériences sexuelles ou amoureuses du jeune homme, sont toutes des monstres. Leurs corps sont systématiquement difformes ou mutilés. Voyons-en quelques exemples.

  • 10 « Y lo negro de sus ojos, lo rojo de sus labios, el blanco deslumbrador y puro de sus dientes, pus (...)
  • 11 « Pues, hijo, hace dos años ; en una juerga, de un vuelco de automóvil, se me partió esta rodilla, (...)

10Influencé par ses camarades, qui fréquentent assidûment les maisons closes et les cafés où les serveuses, toutes plus jolies les unes que les autres, n’hésitent pas à proposer leurs services, Esteban, bon gré mal gré, toujours partagé entre l’angoisse et l’appel de la chair, tentera lui aussi sa chance. Après une expérience sans intérêt, sans plaisir, « en casa de la Filo » avec la Merengue, Esteban, seul dans un café, rencontre une prostituée, Camila, au surnom révélateur : La Coja. À première vue, elle lui apparaît comme une femme très attirante, jolie brune au sourire éclatant et à la peau blanche. Mais à peine s’est-elle levée que le mirage s’évanouit : Camila est infirme, elle marche avec une béquille. A-t-elle ses deux jambes ? a-t-elle été amputée ? Ces questions tourmentent Esteban dont les illusions se sont subitement évanouies. Dans l’intimité de l’appartement de La Coja, il découvrira qu’elle a perdu l’usage d’une jambe après s’être fait renverser par une voiture. Camila, dont la beauté aurait fait perdre la tête au jeune homme10, lui apparaît alors comme un mannequin de vitrine. Camila a un corps parfait, sans défaut. Il est impossible de distinguer la jambe paralysée de l’autre et après tout, qu’importe puisque rien n’y paraît11. Cela n’a en effet que peu d’importance puisqu’elle est une prostituée et que les prostituées ne sont que des machines. À travers le personnage de Camila, le roman renvoie le lecteur à la réalité de la prostitution : elle est commerce des corps, de corps sans vie. Or ce qui caractérise à la fois le mannequin et la prostituée c’est l’absence de vie.

11La référence à des corps sans vie ne peut d’ailleurs que nous renvoyer à ce corps monstrueux décrit par le narrateur lors du premier cours de dissection d’Esteban à l’hôpital San Carlos.

  • 12 Id.

Un cadáver entero de mujer, flaco, como la mayor parte de los que bajaban de las clínicas, extenuados por el mal y la miseria ; tenía rapada la cabeza, los senos como dos piltrafas, las caderas puntiagudas y los órganos pubianos, igualmente afeitados a cortaduras y a raspones, cárdenos y sarnosos..., con una horrenda y repugnante tirantez amoratada de larga costra medio seca…12

12On comprend, à demi mot, qu’il s’agit d’une prostituée, quant à elle touchée par la syphilis, vraisemblablement, mais surtout par la misère ; cette misère qui oblige Camila, la Coja, à vendre son corps mutilé pour quelques pesetas. La chair est triste, grise, sans vie, et surtout sans lumière. D’où cette réflexion que se fait Esteban, après avoir multiplié les expériences malheureuses :

  • 13 Id.

Carmen, Petra, Juanita... con sus sonrisas de gracia y seducción a los señores espléndidos, le parecían el diabólico sarcasmo de unas huchas vivas que fuesen recibiendo las monedas por una hendidura lamentable... como los trastos automáticos que él había visto en los paseos.13

  • 14 Id.

13Cette référence à des femmes tirelires pourrait paraître, à première vue, d’une extrême misogynie, et sûrement y a-t-il quelque chose de cela. Toutefois, si on la considère par rapport à ce qui précède, la métaphore dit une vérité évidente qui n’en est pas moins tragique : le corps est une machine, une simple machine, faite de nerfs et de chair, une somme d’articulations plus ou moins défectueuses, un simple objet, inerte. La citation précédente nous le confirme. Les jeunes femmes dont nous parle Esteban, qu’il appelle d’ailleurs par leur prénom, apparaissent d’abord comme des jeunes filles pleines de vie (« con sus sonrisas de gracia y seducción »), et finissent par devenir de vulgaires objets (« trastos »). Elles ont perdu toute personnalité et sont devenues des machines esclaves d’une pièce. Esteban, jeune étudiant en médecine, contemple le Madrid de la prostitution, celui des soi-disant plaisirs, avec le regard d’un philosophe désabusé : la chair morte, la chair déformée dit la « degradación humana »14. L’analyse que fait Alain Corbin du phénomène prostitutionnel au xixème siècle, ressemble fort aux situations que décrit le roman :

  • 15 Alain Corbin, Le temps, le Désir et l’Horreur, Paris, Aubier, 1991, p. 135

La prostitution soulage la temporaire misère sexuelle de ces ghettos de célibataires que commis de boutique, voyageurs de commerces, étudiants et, plus encore, ouvriers temporaires, constituent au centre des grandes villes.15

  • 16 Jean-Louis GUEREÑA, « "Un mal nécessaire". La réglementation de la prostitution en Espagne au xixè (...)
  • 17 « Vivir es llenar grata y sabiamente la vida de placeres. Toda la misión de la inteligencia está e (...)

14La prostitution, dans le roman, est synonyme de dégradation, de déformation. Son caractère répétitif et misérable empêche, nous le répétons, le plaisir et son épanouissement. Elle est un mal que d’aucuns considèrent comme nécessaire16, dans ce contexte particulier des rapports homme femme, mais qui ne sert en rien l’hygiène de l’amour telle que la conçoit Felipe Trigo17. Dans l’économie du roman, la prostitution n’est qu’un triste cortège funèbre :

  • 18 Felipe TRIGO, En la…

No podía evitarse (Esteban) imaginar el número de trenes que en cada octubre traía de las provincias tantos niños llenos de bondad y de ilusión… y el número de trenes con que, en cada junio, Madrid le devolvía a toda España tanta sífilis en marcha, tantos sabios fracasados, tantos hombres destrozados para siempre.18

15Et la recherche du plaisir (satisfaction d’un besoin vital) est un long et cauchemardesque cheminement à travers les rues de la ville et ses grandes avenues, mais aussi à travers les nombreux couloirs sombres de la pension ou ceux des divers bordels que fréquentera Esteban. À la fin de la première partie du roman, après quelques mois passés dans la capitale, le jeune provincial rentre à Badajoz quelque peu désabusé : ses fantasmes ont été rudement éprouvés, ses espoirs d’amour tous déçus, ou presque.

L’ABSURDE DES UNIONS FORCÉES

  • 19 Comme Colette Rabaté, nous entendrons par féminisme : « Mouvement qui préconise l’extension des dr (...)

16À travers le parcours tragique d’Antonia, que l’on ne découvre que dans la seconde partie du roman, Felipe Trigo continue de bousculer les conventions et relaye cette fois, très précisément, les prises de positions des « féministes »19 de la fin du xixème et du début du xxème dont une des préoccupation fut de reconsidérer la place de la femme dans la société espagnole. Felipe Trigo féministe ? Lily Litvak n’hésite pas à franchir le pas :

  • 20 Lily LITVAK, « Felipe Trigo. Erotismo y feminismo en la "Belle Epoque" », Actas del Congreso Inter (...)

Contra este telón de fondo [celui d’un réception dédaigneuse des thèses féministes en Espagne], destaca la actitud de Felipe Trigo, doblemente interesante, pues busca la emancipación de la mujer, sin tener como meta la imitación del hombre, sino el encuentro de la personalidad femenina.20

  • 21 « Lorsque Emilia Pardo Bazán entre dans l’arène (du féminisme), un siècle plus tard, la tâche lui (...)

17Dans cette perspective, Antonia, la candide fiancée d’Esteban, véritable martyre du roman, serait une des pièces maîtresses du « jeu » de Trigo. Elle lui servirait à prendre position par rapport à des problèmes très concrets, qui comme le soulignent tant Colette Rabaté que Lily Litvak, étaient sinon largement débattus, au moins connus21, au moment où parut ce roman. Ainsi, Antonia serait à la fois la jeune femme sans éducation qui n’a d’autre destin que le mariage, ou le couvent (au début de la seconde partie) ; la jeune femme seule, sans ressource, et déshonorée, dépendante du bon vouloir des hommes (après avoir passé une nuit avec Esteban et été obligée d’avorter) ; une de ces femmes sans travail, et sans trop de possibilités pour travailler, qui basculent, pour survivre, dans la prostitution (à la fin du roman, après s’être séparée d’Esteban). Tout cela est indéniable, et a été fort bien démontré par Lily Litvak dans l’article déjà cité : « Felipe trigo. Erotismo y feminismo en la “Belle Epoque” ». Toutefois nous voudrions ajouter que Felipe Trigo va plus loin que cela. Car si le personnage d’Antonia, inséparable ici de celui d’Esteban, est bien le moyen d’affirmer l’assujettissement des femmes dans la société espagnole, il est aussi un moyen, plus globalement, de reconsidérer l’idée d’union.

  • 22 Il faudrait ici renvoyer le lecteur à « La Encuesta » réalisée par le journal El Tiempo en 1911 au (...)

18L’aventure d’Esteban et d’Antonia dit en effet une chose tout à fait scandaleuse et inconcevable en littérature en ce début de xxème siècle, la tentative d’introduire de la sensualité dans le couple légitime22. Car tel qu’il est envisagé conventionnellement, et surtout tel qu’il nous apparaît dans le roman, le mariage ne laisse aucune place au plaisir partagé, il est uniquement une sorte d’accord artificiel, forcé parfois. Or ce rapport dissymétrique est un facteur de désordres violents. Trois couples se succèderont, au fur et à mesure du récit, chaque fois plus tragiques, et la conclusion sera chaque fois la même : le mariage est à l’origine de la dégradation des couples.

19Un des couples sur lesquels la narration s’étend le plus est celui formé par Renata Mir et Zacarías Collado. D’emblée ils nous sont présentés comme un couple absurde - soulignons, avant d’en donner une description plus détaillée, que l’auteur force volontiers le trait. Tout les oppose : Renata est une belle blonde aux yeux couleur de myosotis, alors que Zacarías a un visage ingrat, mince et allongé, sur lequel pousse une barbe aux poils raides. Lui est considéré comme l’idiot du village, toujours occupé à se récurer les ongles ou simplement à bâiller, elle comme une jolie femme élégante et cultivée dont la conversation n’est jamais ennuyeuse – elle joue du piano, lit des romans et des poèmes. Ils forment un couple caricatural qui dit le ridicule d’une union uniquement fondée sur l’intérêt. Renata ne le cache pas d’ailleurs : le mariage a été arrangé par la famille, c’est un mariage sans amour.

  • 23 Mario PRAZ, La chair, la mort et le diable, Paris, Denoël, 1977

20Sans aucun lien affectif avec son mari idiot, voilà la belle aventurière libre de multiplier les amourettes, de s’entourer d’un protecteur fortuné et en même temps de chercher les flatteries de quelques amants doués pour le verbe. On retrouve là un portrait d’aventurière assez conforme aux modèles du genre. Renata par certains aspects est la « belle dame sans merci » dont Mario Praz suit les traces dans la littérature européenne du xixème siècle, toute occupée à jouer avec les nerfs de ses compagnons. Elle est la femme qui se fait idole, celle pour qui l’homme se pâme de passion23. Renata est une femme fatale à ce détail près qu’elle doit satisfaire néanmoins aux exigences du mariage et notamment à ce principe essentiel : donner une descendance à son mari. Seulement Zacarías est, selon les termes d’Esteban, « un burro » :

  • 24 Felipe TRIGO, En la…

– (…) En Badajoz han dicho los médicos que la tengo lastimada... porque, vamos, porque es una pintura, porque dicen que no guarda proporción..., que soy muy hombre.24

21En quelques mots Zacarías nous fait entrevoir le tragique d’une union artificielle et surtout forcée. Soudain il n’y a plus rien de burlesque dans cette union, ni rien de frivole, même, dans l’adultère, simplement de la souffrance. Ils forment un couple qui, au sens propre comme au sens figuré, se déchire.

22La souffrance sera également omniprésente dans le couple formé par Laura et Desiderio Gamboa, les parents d’Antonia. Don Desiderio ressemble beaucoup à Zacarías. Le même visage allongé et cette même manie de marcher seul dans la ville et ses alentours, avec une idée fixe cependant dans le cas de don Desiderio : trouver à tout prix un quelconque gisement de minerai à exploiter pour enfin devenir riche. Idée saugrenue qui en fait un personnage décalé, complètement coupé des réalités de la vie quotidienne, un maniaque obsédé par les pierres, au bord de la folie. Cet égarement de Desiderio pourrait justifier les amants de Laura Gamboa, belle femme toujours avide de séduire. Il donnerait à l’adultère comme un parfum d’évasion. Seulement la démence de don Desiderio est avant tout synonyme de pauvreté et l’adultère, en conséquence, est l’occasion d’y remédier :

  • 25 Id.

No de otra manera ni menos heroicamente se había entregado a otros amores..., salvando a sus hijos y a su casa años y años de la estrechez económica a que la hubiesen condenado las míseras tres mil pesetas del marido. Y esto con dignidad..., sin dejar de ser ni un punto la dama entre señores.25

23On retrouve dans le destin de cet autre couple cette même manière de faire subir au corps la désagrégation du couple. Comme si le corps devait systématiquement supporter ou montrer la dégénérescence de ces unions absurdes. Ici le mariage est une comédie, dont l’un des actes obligé est l’adultère, mais une comédie dramatique puisque les protagonistes ont la souffrance chevillée au corps.

24Cette situation atteint son paroxysme avec le « couple » formé par Antonia et Navarro. Antonia, toujours amoureuse d’Esteban, qui l’a déshonorée et mise enceinte, refuse d’obéir à sa mère, qui veut à tout prix, pour réparer son honneur, la marier à Navarro – sombre personnage dont l’intention n’est autre que de profiter de la pauvreté de la famille et du déshonneur d’Antonia. Et Laura Gamboa et Navarro parviendront à leur fin et plongeront brutalement Antonia dans les abîmes de l’humiliation. Sa mère la forcera à « vestirse de largo » pour paraître plus femme aux yeux de Navarro, elle la forcera à accepter ses rendez-vous et Navarro, quant à lui, après qu’elle aura avorté et que son déshonneur sera connu de tous, lui « offrira » la possibilité de le rejoindre à Cadix, sans pour autant accepter de se marier, cela va sans dire.

  • 26 « Como categoría estética, el término expresionismo ha sido interpretado como una cualidad de cier (...)

25À force de multiplier ces exemples d’unions funestes, le roman quitte les chemins du réalisme pour emprunter ceux de l’expressionnisme26. Plus aucune proportion n’est gardée, les personnages deviennent caricaturaux, leurs traits se déforment (visage allongé de Zacarías, teint pierreux de don Desiderio), ils s’animalisent (Zacarías est un âne, Laura Gamboa un serpent, Navarro un vautour). Les corps se dégradent au même rythme que les couples. Le lecteur est plongé dans un univers absurde où tout n’est qu’absence de communication, de communion.

26Définitivement, le mariage traditionnel, le mariage sous contrat, est synonyme de souffrance et les expériences malheureuses d’Antonia sont uniquement là pour en convaincre le lecteur. Son avortement, dans le quatrième chapitre de la seconde partie du roman, nous apparaît comme la punition de cette première tentative d’union sensuelle avec Esteban (elle est un prélude à la troisième partie du roman) et sa relation avec Navarro comme une manière brutale d’insister, comme nous l’avons déjà souligné, sur le fait que l’union de deux personnes n’est qu’une entente obligée. Lily Litvak a raison d’insister sur le fait que Felipe Trigo « describe matrimonios por rutina, por dinero, por venganza, para encubrir la pérdida de la virginidad ; todos igualmente tristes », raison aussi de dire que pour lui « el matrimonio no es la cuna sino la tumba del amor ». Mais il faut ajouter qu’il s’agit d’un amour sensuel, d’un amour à partager, que dans le roman, comme si les protagonistes étaient dans le Jardin des supplices de Mirbeau, la société se charge soigneusement de détruire. Tout n’est alors qu’humiliation, dégradation, dégénérescence et torture des corps.

27Nous sommes ici, de notre point du vue, pleinement dans ce qui caractérise les univers fictionnels de Felipe Trigo, c’est-à-dire la démesure. Il pousse jusqu’au bout les souffrances de ses protagonistes, pratiquement jusqu’au dégoût, il les précipite au bord du gouffre et de la décomposition, avant de les faire renaître. De sorte que le lecteur, après avoir assisté au spectacle de l’horreur et après avoir suivi le travail de déconstruction de cette notion de couple, est maintenant prédisposé à entendre la voix dissonante du réformateur.

ANTONIA ET ESTEBAN, NOUVEAUX ADAM ET ÈVE

28Felipe Trigo dans les deux premières parties du roman construit en effet les conditions qui rendront possibles l’émergence d’un mythe du couple dont la physionomie est en tout point opposée aux représentations habituelles du couple socialement accepté. Souffrance et plaisir sont les deux faces d’une même médaille. L’un ne va pas sans l’autre : pas de plaisir sans souffrance. Ils sont un seul et même moment dans la mythification du plaisir. Le paradis sera d’autant plus radieux que l’enfer était sinistre, le plaisir d’autant plus fort que la souffrance était intense. La processus de mythification fonctionnera d’autant mieux que le travail de démythification aura été systématique. Nous sommes dans un système binaire, fait de simplifications, un système qui révèle à chaque instant son schématisme, mais qui n’en est pas moins efficace. Essayons donc de pénétrer la fabrique de ce mythe qui n’avait rien de nouveau dans la littérature, mais qui en revanche avait un parfum de scandale dans l’Espagne du début du xxème siècle.

  • 27 Robert COUFFIGNAL, « Éden », Dictionnaire des mythes littéraires, Pierre Brunel coordin., Paris, E (...)

29Dans la mesure où tout le roman se présente comme une interrogation sur le couple, il était naturel que Felipe Trigo reprenne dans son roman le traditionnel mythe de l’Éden. Quelle autre référence pouvait-il convoquer pour figurer les amours purs de deux jeunes gens au sortir de l’adolescence, sinon celle d’Adam et Ève ? Mais, le texte biblique de la genèse n’est pas exactement le support direct de la réécriture. En la carrera s’inscrit à sa manière dans une certaine tradition de réélaboration de ce texte premier, proche du « naturisme »27 - sans se confondre complètement avec. Comme dans les textes qui adoptent cette attitude, il ne subsiste que la première partie du conte, on s’arrête avant le drame - plus exactement, dans le texte qui nous concerne, le drame est déjà derrière : l’interdit est transgressé dans la seconde partie du récit. Il y a une inversion manifeste : la faute n’amorce pas la seconde partie du conte, celle de la perte du Paradis, elle est au contraire la condition pour y accéder. L’Éden moderne de En la carrera n’est ni un paradis perdu, ni un paradis retrouvé, mais un paradis à construire : la connaissance, toujours synonyme de faute, est la condition sine qua non pour accéder au paradis.

  • 28 On pourra objecter que dans la troisième partie il y a une chute. Après quelques mois de bonheur, (...)

30Le résultat, malgré tout, est sensiblement identique à celui des textes qui composent la tradition naturiste puisque le récit s’attarde sur l’idylle et que la notion de faute est mise à part28. On a l’impression en effet, qu’à partir de cet Éden circonscrit à l’appartement qu’habitent Esteban et Antonia le paradis pourrait s’étendre au reste du monde. Deux exilés sur leur terre natale, l’idylle des nouveaux Adam et Ève est comme la promesse d’un renouveau de l’humanité :

  • 29 Felipe TRIGO, En la…

El corazón ratificábale su odio mortal hacia lo antiguo, hacia todo lo pasado, que sólo le servía de lección de fuga a un porvenir de ciudades rectas entre parques, entre flores, y en una diáfana modernidad ligera y ancha, donde no quedasen otros monumentos que los levantados en floraciones de mármol y de gracia por el anónimo amor de los humanos.29

  • 30 Id.
  • 31 Robert COUFFIGNAL, « Eden », Dictionnaire…, p. 459

31Ce paradis futur, contemplé depuis un présent où le temps s’est en quelque sorte arrêté, est envisagé comme ce qui doit être. Esteban le formule très clairement : « ¡ESTO MATARÁ A AQUELLO ! »30. Deux visions du bonheur se mêlent, celle d’inspiration mythique qui figure un paradis présent qui a tout d’un jardin d’Éden moderne, et celle d’inspiration positiviste, où le progrès technique est la garantie d’un progrès de l’humanité. Mais surtout, et c’est ce qui fait le lien entre ces deux visions du bonheur, dans l’espace restreint de cet appartement, le Mal n’est pas. Antonia et Esteban sont l’embryon d’une nature humaine bonne31 – c’est ici précisément que Felipe Trigo rejoint la tradition naturiste.

32L’appartement, situé face au Retiro à Madrid, devient alors un rêve idéal dans lequel le couple humain est exalté. Il y a un retour à l’innocence, un retour à l’enfance du plaisir. Les protagonistes sont frère et sœur, ils sont des enfants candides, débarrassés des contraintes de la société. La nudité d’Antonia en est le symbole le plus éclatant. Libérée de ses habits – robe, corset, sous-vêtements, bas et chaussures – elle n’est plus un corps dont l’homme devrait prendre possession comme s’il n’était qu’un objet, mais la promesse d’une union :

  • 32 Felipe TRIGO, En la...

Era fácil desnudarse de amada amante sin lujuria que sabe cómo y cuando está el amor en el alma de su carne. Se acercó a Esteban con dulce desenfado ; y Esteban, con calma dulce, tendió un brazo, tendió una mano, y se la aposó en un seno llenamente. Por un rato, contempláronse, sin más voluptuoso contacto que el de la mirada serena de sus ojos y el de la presión suave de aquella mano en aquel seno.32

33L’idylle d’Esteban et d’Antonia est un véritable sacre de l’amour charnel, il est un bref moment de plaisir. Les baisers sans cesse échangés entre les deux protagonistes disent la communion de deux corps qui n’ont rien d’immatériels :

  • 33 Id.

Se quedó sentado en el borde del sofá, enlazado por los brazos de su gloria..., reclinado en la suave gloria de los hombros de su amada..., sintiéndola junto al mismo corazón la elástica belleza dura de la gloria viva de la los senos... Ella se había torcido, cayendo de su regazo al suelo la novela que tenía en su nombre una conjunción de alma y labios, y por todo lo demás del largo asiento se tendía graciosa y libre la gloria tibia de su estatua.33

  • 34 Robert COUFFIGNAL, « Eve », Dictionnaire…, p. 549
  • 35 Il s’agit du titre d’un roman de Felipe Trigo publié en 1903.

34Ils sont définitivement le signe de la communion entre un Homme et une Femme. Car comme nous le dit Robert Couffignal, Ève (Antonia), c’est la femme. Ève est une autre Vénus, plus proche de nous, épouse et mère, qui connaîtrait notre sort tragique. Ève nue n’est pas qu’une belle statue immobile mais une femme vivante, avec une psychologie exemplaire, où dominent tour à tour naïveté, sensibilité, sensualité34. Il ajoute, et c’est une idée essentielle compte tenu des portraits de femmes que nous avons dessinés dans les paragraphes précédents que sa « nudité éveille le désir ». Or nous touchons précisément à ce qui est l’exaltation du plaisir. Cet Éden moderne, habité par des êtres « purs », est la condition même de la satisfaction d’un désir né entre deux adolescents habités par la Sed de amar35, il est la condition essentielle pour qu’il puisse y avoir un baiser. L’exaltation d’un couple quasi divin placé en état de grâce est ce qui permet à l’auteur de magnifier le désir, d’en célébrer les vertus.

35L’appartement déjà mentionné situé face au Retiro est quant à lui ce lieu en quelque sorte irréfutable, à l’opposé, bien entendu, des misérables maisons d’étudiants, et des infâmes bordels dont le Madrid du roman est peuplé, où ce désir peut s’exprimer. Les personnages sont inséparables de ce lieu tout aussi mythique qu’eux. Il nous faut encore insister sur cet aspect-là du roman pour montrer comment se construit ce couple idéal.

36Il est important d’insister sur ce lieu car il y a une correspondance entre l’appartement et les deux jeunes gens : ils nous sont décrits dans les mêmes termes. L’appartement est une métaphore du corps des adolescents ainsi que de la libre circulation du désir.

37Si Esteban, dont nous n’avons presque aucune description, est un Adam, beau et fort, et si Antonia est cette Ève aussi parfaite qu’une Vénus, chacune des cinq pièces de l’appartement est un vaste espace ouvert sur le ciel. La perfection de ses dimensions et de son agencement, en font un lieu harmonieux, en accord avec l’extérieur, un lieu tout aussi harmonieux que les corps des deux amants :

  • 36 Felipe TRIGO, En la…

Desde las dos ventanas, por el lado en que las tardes enviábanles sus despedidas de nácares y púrpuras, veían el Prado ; y detrás el panorama de la ciudad diáfana e inmensa. Dos balcones, dos ventanas..., aire y luz ; jaula, cada habitación, del cielo, puesto que no tenían más que cuatro, amplias y con los estucos blancos y nuevos de casa nueva : dormitorio y gabinete tocador sobre el Retiro, cocina y comedor sobre Madrid.36

38C’est un espace lumineux et la couleur des murs est naturellement le blanc. Cette couleur est évidemment synonyme de pureté – elle renvoie à l’innocence des relations d’Esteban et Antonia – mais aussi à la notion propreté. Cette référence est d’une importance capitale dans la mesure où la mythification du couple est un moyen de promouvoir une nouvelle hygiène des relations homme-femme. L’hygiène des corps qui trouve un écho dans l’hygiène de l’appartement est là pour stigmatiser la vétusté de la tradition, souvent représentée dans les romans de Trigo par des femmes-clowns sales et fardées.

39Enfin c’est un appartement équipé de tout le confort moderne : eau courante au robinet, lumière électrique et système de chauffage. Or cette libre circulation de l’eau, de l’énergie électrique ainsi que de la chaleur nous renvoie immanquablement à la libre circulation du désir. Les pulsions sexuelles contrariées du début du roman sont, dans la troisième partie, naturellement satisfaites. Le baiser une nouvelle fois, mais aussi la parole, en sont manifestations les plus évidents – en témoigne ce long passage que nous tenons néanmoins à citer :

  • 37 Id.

La entró Esteban del balcón, por la cintura, y dejaron caer el stor de paja que tenía estampado un ibis. De pie, la estrechaba contra su corazón y contra su vida. Sus almas besábanse sin beso por encima del dolor.
Doliente el amoroso, dijo :
– ¡Tengo hambre de ti !
Y dejándola, fue a abatirse en la butaca.
– ¡Tengo hambre de ti ! ¡Mucha hambre de tu vida ! ¡Sáciame ! -volvió a pedir.
Sonrió Antonia, y sacudió la cabeza lentamente.
Sonriendo, de pie, allí mismo, lenta y leve, quitóse el matiné de color de arena..., desprendió de sus hombros la camisa, y casi juntas, sin saberse cómo, dejóse caer a la cadera la camisa, la falda y la enagua ; se sentó, sostúvose estas ropas hasta que tiró al lado los zapatos y las medias, y sólo entonces, de pie otra vez, surgió de los cendales -caídos a sus plantas- divina Hebe.37

  • 38 « La limitación temática de la que se le acusa, se explica si pensamos en que la relación sexual, (...)

40Comme nous l’avons dit quelques lignes plus haut, la perfection de l’appartement, qui en fait un autre jardin mythique, permet d’exalter la pureté d’une union dont la satisfaction du plaisir devient la seule préoccupation. Esteban, Antonia et l’appartement forment un tout harmonieux. En pénétrant dans leur intimité et celle de l’appartement, le lecteur contemple le quotidien sans heurts d’un couple exemplaire. Ils ne sont qu’une seule personne, et construisent main dans la main leur bonheur – le bonheur étant ici synonyme d’unité.38

CONCLUSION

41Peut être comprend-on mieux maintenant la portée critique des œuvres de Felipe Trigo, tant au niveau littéraire, qu’au niveau social. La mythification du couple est une prise de distance par rapport au présent, elle est une exaltation sans concession du plaisir, d’un plaisir éprouvé à deux. L’érotisme des pages qui décrivent cette union en est le symbole. L’auteur de En la carrera pouvait-il être plus à contre courant en réécrivant le mythe de l’Éden ? Certainement pas, vu le jugement que porte Antonio de Zozaya sur cette littérature érotique (il fait partie de ceux qui ont participé à « La Encuesta » de 1911) :

  • 39 Antonio Zozaya, « El erotismo en la novela », Nuestro Tiempo, Madrid, n° 149 (Mai 1911), p. 165

Las novelas que nos dan repugnancia, han repugnado antes a sus autores. ¿Para qué decirles cuándo han traspasado los límites de la honestidad y el decoro si ellos mismos lo saben ? Su instinto les dice que cuando la función genésica deja de ser función para convertirse en obsceno vicio ; cuando pierde su carácter secreto y privado y pretende hacer partícipes de sus goces ó sus torturas á gentes extrañas, la naturaleza protesta.39

  • 40 « Surge entonces un nuevo ideal de fuerza, vitalidad, consciencia del propio cuerpo, salud y belle (...)

42Trigo dévoile ce qui ne devrait pas l’être, il mythifie ce qui d’ordinaire est masqué : des corps sains, sensibles, habités par le désir. Or, ce dévoilement en fait, de manière plus générale, très précisément, un écrivain typiquement fin de siècle. La volonté de rupture, qui passe par la proposition d’une utopie du couple impertinente, fait écho entre autres au mouvement « décadentiste » dont l’un des chefs de file en Espagne fut Antonio de Hoyos y Vinent. En réalité ces deux tendances, « décadentisme » ou volonté de réforme, ne forment qu’un seul et même mouvement40. La mythification du couple est une forme de contestation littéraire qui fait écho à nombre d’autres mouvements de contestation en Europe. Le plus proche étant peut être celui de la Sécession viennoise : Le baiser de Gustav Klimt, symbole d’une unité retrouvée, ne fait-il pas écho, dans une certaine mesure, à En la Carrera ?

Notes

1 Entre autres, et dans le désordre, il faut citer les travaux de Lily LITVAK, Erotismo fin de siglo, Barcelona, Antonio Bosch, 1979 ; ceux de Fernando GARCIA LARA, notamment la monographie consacrée à Felipe Trigo, El lugar de la novela erótica, Granada, Diputación Provincial de Granada, 1986 ; l’ouvrage de José María FERNANDEZ GUTIERREZ La novela Corta Galante : Felipe Trigo (1865-1916) –sachant que ces deux ouvrages, ceux de F. García Lara et celui de J.M. Fernández Gutiérrez, même s’ils sont consacrés à Felipe Trigo, présentent un tentative d’approche générale du problème de la littérature érotique espagnole du début du siècle ; l’article de Luis S. GRANJEL, « El sexo como problema en la España contemporánea (pesquisa bibliográfica) », Cuadernos de Historia de la Medicina Española, XIII, (1974), p. 111-131 ; Manuel LONGARES, La novela del Corsé, Barcelona, Seix Barral, 1979 ; F.C. SAINZ DE ROBLES, La promoción de « El Cuento Semanal » (1907-1920), Madrid, Espasa Calpe, 1975 ; enfin la thèse non publiée de Marie-Stéphane BOURJAC, Eros et Thanatos en Espagne 1900-1920 (L’oeuvre narrative de Felipe Trigo et de Antonio Hoyos y Vinent), Thèse de Doctorat, Nice 1985. Il faudrait ajouter nombre d’articles consacrés à quelques-uns des auteurs que nous citons en introduction, mais le manque de place nous oblige à renvoyer le lecteur aux bibliographies des ouvrages que nous venons de mentionner.

2 Richard A. CARDWELL, « Los componentes del fin de siglo », En el 98 (Los nuevos escritores), José Carlos MAINER et Jordi GRACIA, coord., Madrid, Visor Libros, 1997.

3 On retiendra par exemple cette formule souvent reprise par les critiques pour illustrer ce style particulier : « El cielo bajando a la tierra con su azul. Venus ennoblecida por el místico resplandor de la Concepción Inmaculada ». Felipe TRIGO, Las Ingenuas, Madrid, Renacimiento, 1930 (première édition en 1901).

4 « - Pues, hijo, ahora, a estudiar, ¡y cuidado con el pito, no te lo vuelvan flauta ! -¿Qué pito ? – preguntó el chiquillo ingenuamente. », Felipe TRIGO, En la…

5 « Sí, sí ; esta impresión que hoy le causaba a Esteban la estación, « de sitio por donde pudiera irse a todas partes »..., se le imponía ; y por primera vez hacíase cargo de que Badajoz no era un aislado rincón donde él hubiera pasado preso de cariños su niñez, sino un pueblo que estaba abiertamente en los caminos de la tierra. », id.

6 « ¡Media España ! Brindábasele a quien podía pagarlo. Y la idea, al estudiante que iba a buscarse el porvenir, le produjo una honrada exitación a ser hombre de provecho… ; hombre capaz de ganar lo suficiente para viajar algún día en primeras, en berlinas…, como su hermana y Ramón. », id.

7 Id.

8 La définition que donne le Petit Robert du mot monstre nous semble parfaitement s’appliquer aux personnages que nous décrirons par la suite : « Etre vivant ou organisme de conformation anormale (par excès, défaut ou position anormale des parties). »

9 « Sobrábanle las horas en que meditar, y de recuerdo en recuerdo y de idea en idea llegó una vez a tener que sorprenderse ante la estrecha, ante la constante, ante la perfecta armonía de las mujeres con el orden mismo de su vida. Una mujer, siempre, una complaciente mujer, detrás de más o menos engaños de fealdad, o frivolidad, coincidía con cada esencial y favorable transformación de su conducta. La Coja le desvaneció los miedos infantiles atraído por su belleza con plena valentía a aquella casa abandonada. La pobre asturiana horrible le dio la calma necesaria para sacar siquiera algunas notas en San Carlos. Antonia, en fin, salvándole de bestias y de feas, le había dado alternativamente, cuando contaba con su paz, el gusto de todas la serenidades y deberes nobles y cuando sentíasela robada, como ahora, el tedio y el desbarajuste indomables... Una que quedaba, Renata, funesta en aquellos meses de Madrid, no hacía sino confirmar la observación, por contraprueba : Renata habíale sido perturbadora, justamente, como... « negación de amor y de mujer... », ¡coqueta !... », Felipe TRIGO, En la...

10 « Y lo negro de sus ojos, lo rojo de sus labios, el blanco deslumbrador y puro de sus dientes, pusieron al muchacho en condiciones de darla..., no cualquier cosa, sino la vida y el alma que encontrase en un bolsillo. », id.

11 « Pues, hijo, hace dos años ; en una juerga, de un vuelco de automóvil, se me partió esta rodilla, y los médicos dijeron que, habiendo de quedárseme sin juego, cómo quería yo la pierna, recta o algo doblada. Preferí lo último, porque una pierna tiesa al sentarse... y sobre todo en la cama... ¡En la cama, tú veras, no se me nota ! », id.

12 Id.

13 Id.

14 Id.

15 Alain Corbin, Le temps, le Désir et l’Horreur, Paris, Aubier, 1991, p. 135

16 Jean-Louis GUEREÑA, « "Un mal nécessaire". La réglementation de la prostitution en Espagne au xixème siècle », article à paraître.

17 « Vivir es llenar grata y sabiamente la vida de placeres. Toda la misión de la inteligencia está en eso, en saber crearlos, en saber volar con inocencia sobre los colmos o tormentas de placer de los sentidos », Felipe TRIGO, Alma en los labios, Sevilla, Renacimiento, 2004. (première édition en 1905)

18 Felipe TRIGO, En la…

19 Comme Colette Rabaté, nous entendrons par féminisme : « Mouvement qui préconise l’extension des droits, du rôle de la femme dans la société », Colette RABATE, « "Féminismes" fins de siècle : Josefa Amar y Borbón et Emilia Pardo Bazán », Les fins de siècle en Espagne, J.R. AYMES et S. SALAÜN, coordin., Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 167

20 Lily LITVAK, « Felipe Trigo. Erotismo y feminismo en la "Belle Epoque" », Actas del Congreso Internacional sobre el Modernismo Español e Hispanoamericano, Guillermo CARNERO coordin., Córdoba, Excma Diputación Provincial de Córdoba, 1987, p. 102

21 « Lorsque Emilia Pardo Bazán entre dans l’arène (du féminisme), un siècle plus tard, la tâche lui a été facilitée en particulier par Gertrudis Gómez de Avellaneda, Rosa Marina, Margarita de Celis et surtout par Concepción Arenal. », Colette RABATE, « "Féminismes" fins de siècle… », p. 187 ; « Por aquellos años, Europa estaba plenamente comprometida en la lucha feminista. (…) Sin embargo, mientras las sufragistas inglesas y norteamericanas, italianas y francesas ponían al servicio de la causa feminista todo su esfuerzo, en España había pocos o nulos esfuerzos para unirse a la lucha, y las noticias sobre el movimiento se reseñaban, aun en las publicaciones vanguardistas de la época, con una especie de condescendencia burlona. », Lily LITVAK, « Felipe trigo. Erotismo y feminismo… », pp. 101-102.

22 Il faudrait ici renvoyer le lecteur à « La Encuesta » réalisée par le journal El Tiempo en 1911 au sujet de la profusion de romans érotiques en Espagne. Dans celle-ci, en effet, les différents auteurs qui prennent la parole définissent assez précisément ce qui a lieu d’être en littérature et, logiquement, ce qui est hors littérature.

23 Mario PRAZ, La chair, la mort et le diable, Paris, Denoël, 1977

24 Felipe TRIGO, En la…

25 Id.

26 « Como categoría estética, el término expresionismo ha sido interpretado como una cualidad de ciertas obras artísticas y como un modo de « expresión » que no se circunscribe a una determinada etapa de la historia del arte (en este caso, la de las vanguardias), sino que es recurrente a lo largo de la historia, y del que se ha creído ver manifestaciones, p. e., en el arte rupestre, egipcio, griego arcaico, gótico, barroco, etc. (…) Esta acepción del término ha sido recogida también en la crítica literaria por Leo Spitzer y por algunos críticos italianos, como G. Contini o M. Corti, que habla de una « secular tradición expresionista italiana » de la que serían representantes A. B. Ruzzante, T. Folengo, etc. En este sentido, se podría hablar, igualmente, de una tendencia expresionista en ciertos escritores españoles como Quevedo o Valle-Inclán. », Demetrio ESTEBAÑEZ CALDERON, Diccionario de términos literarios, Madrid, Alianza Editorial, 1998, p. 398

27 Robert COUFFIGNAL, « Éden », Dictionnaire des mythes littéraires, Pierre Brunel coordin., Paris, Edition du Rocher, 1988

28 On pourra objecter que dans la troisième partie il y a une chute. Après quelques mois de bonheur, en effet, les deux protagonistes sont rattrapés par la société et ses conventions – celle-là mêmes que nous avons décrites plus haut – et se voient alors obligés de renoncer à leur bonheur. Simplement aucun des deux protagonistes ne cède à une quelconque tentation. La chute n’est pas provoquée par la faute d’Antonia, il n’y a pas non plus de serpent, etc. La chute est simplement là pour signifier au lecteur que le bonheur vécu par nos deux protagonistes est rationnellement ce qui devrait être.

29 Felipe TRIGO, En la…

30 Id.

31 Robert COUFFIGNAL, « Eden », Dictionnaire…, p. 459

32 Felipe TRIGO, En la...

33 Id.

34 Robert COUFFIGNAL, « Eve », Dictionnaire…, p. 549

35 Il s’agit du titre d’un roman de Felipe Trigo publié en 1903.

36 Felipe TRIGO, En la…

37 Id.

38 « La limitación temática de la que se le acusa, se explica si pensamos en que la relación sexual, falseada como estaba a escala nacional, era para Trigo, una metáfora del falseamiento del resto de las relaciones sociales : así el prejuicio sobre el honor y la virginidad, el temor a la malediciencia, la reducción de la mujer a un gineceo progresivamente confortable son atentados contra la libertas del individuo. », Juan Carlos MAINER, Literatura y pequeña burguesía en España, Madrid, Cuadernos para el Diálogo, 1971, p. 61

39 Antonio Zozaya, « El erotismo en la novela », Nuestro Tiempo, Madrid, n° 149 (Mai 1911), p. 165

40 « Surge entonces un nuevo ideal de fuerza, vitalidad, consciencia del propio cuerpo, salud y belleza, todo ello – una vez más – en radical oposición a la sociedad industrial burguesa. El ambiente de decadencia es sustituido por una voluntad de cambio y ruptura. Naturalmente, todo ello debe entenderse como un proceso dialéctico : pro y contra están unidos por un lazo indisoluble. Nietzsche lo sabía cuando, con gran dosis de pesimismo, escribió : "Los hombres que recobran la salud no son sino un tipo dentro de los degenerados". », Hans HINTERHÄUSER, « El concepto de fin de siglo como época », Actas del Congreso Internacional sobre el modernismo español e hispanoamericano, Guillermo Carnero coordin. Córdoba, Diputación Provincial de Córdoba, 1987, p. 16

Auteur

Université de Franche-Comté, Besançon

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search