Version classiqueVersion mobile

Le primitivisme mélancolique d’Edward S. Curtis

 | 
Mathilde Arrivé

3 — Intégration en réserve et apories primitivistes

Intégration en réserve et apories primitivistes. Introduction

Texte intégral

1« L’homme rouge est toujours parmi nous, mais pas l’un d’entre nous » (« Red Men still with us but not of us » (cité dans Egan 2006a, 259) — le caractère oxymorique de la formule de Peter Philip dans l’article du New York Times du 24 juin 1923 rend bien compte des ambivalences progressistes, nativistes ou primitivistes américaines dans les premières décennies du xxe siècle. Comment, à l’issue des violents conflits anglo-indiens, imaginer les Autochtones en citoyens américains ? Quelle place ou quel rôle leur donner dans l’Ouest post-frontière ? Comment mettre en image leur statut civique, social, politique ? Ce sont ces interrogations qui motivent TNAI.

2Entre 1898 et 1927, période pendant laquelle Curtis collecte ses images, ce n’est plus le conflit qui régit les relations anglo-indiennes, mais le contact et les velléités de contrôle que celui-ci suscite. Jusqu’au Citizenship Act de 1924, du fait de droits politiques nuls et d’un rôle économique et social inexistant, les Amérindiens occupent une place paradoxale dans la nation, soumis à sa juridiction mais privés de la citoyenneté et de ses droits (Trachtenberg 1982,30). Entre inclusion de jure au corps national et refus de facto de l’égalité, les Amérindiens suscitent simultanément des velléités d’assimilation et des réflexes de rejet, ébauchant ce que Frederic Hoxie appelle un régime d’« appartenance partielle » (Hoxie xiii-xiv), dont le photographe teste et éprouve les différentes modalités — gradualisme, accommodationnisme, intégrationnisme, séparatisme (Gervais 45, 62-63) — via l’image.

3Dans le contexte de relations pacifiées mais asymétriques, Edward Curtis est un acteur compliqué des politiques indiennes, fort de la machine photographique qui fonctionne autant en « technologie de pouvoir » (John Tagg) qu’en vecteur de rapprochement et de contact. À l’image, Curtis hésite constamment entre scénarios de la similitude et de la différence, entre impératif assimilationniste et désir primitiviste d’exotisation. La double valence photographique, celle de familiariser l’inconnu et de défamiliariser le connu (Sontag 167) correspond en effet au double geste de Curtis — celui d’acculturer l’Indien et de le retribaliser, de contenir et d’exalter les signes de son extériorité — qui correspond à deux logiques (politique et exotique) et à deux régimes de visibilité (surveillance et spectacle). Curtis fait ainsi de l’Indien la cible d’investissements concurrents, ce dont résulte, nous le verrons, un dispositif complexe, moins paradoxal que synergique : là où l’encyclopédie incorpore, l’acte photographique acculture,tandis que les protocoles de pose bien souvent ensauvagent.

  • 1 Sur l’incorporation économique de l’Ouest, voir Trachtenberg 1982, sur l’incorporation commerciale (...)

4Car à l’heure de l’assimilation (culturelle), de l’intégration (politique) et de la relégation (sociale) des Amérindiens, c’est en effet dans la tentative de les incorporer1 que Curtis constitue un corpus photographique où se font, se défont et se refont différents scénarios de l’identité amérindienne et de la nationalité américaine, et où s’explorent les contours et le devenir de la communauté nationale. En inscrivant ainsi les Amérindiens dans diverses configurations de sens et de relation, nous verrons que Curtis fluidifie les pôles de l’indigène et du national et interroge la validité des modèles relationnels traditionnels à l’épreuve des référents culturels émergents.

Notes

1 Sur l’incorporation économique de l’Ouest, voir Trachtenberg 1982, sur l’incorporation commerciale de TNAI, voir Gidley 1998, 9.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search