Version classiqueVersion mobile

Le primitivisme mélancolique d’Edward S. Curtis

 | 
Mathilde Arrivé

2 — (In)visibilisation : disparitions monumentales

(In)visibilisation : disparitions monumentales. Introduction

Texte intégral

1Si la République se bâtit sur l’esclavage, la nouvelle démocratie industrielle et l’union transcontinentale s’érigent sur les dépouilles des populations amérindiennes, déplacées, affaiblies, isolées et assignées à résidence. Mais les violences de la conquête, précédemment contenues et justifiées par l’évidence mythique de la Destinée Manifeste, sont une fondation en forme de trauma, qui établissent la nation autant qu’elle la fragilisent : face à l’échec des politiques assimilationnistes, les doutes et ambivalences vont être exacerbés au début du xxe siècle, entre volonté de réparation et tentative d’occultation (des violences et des victimes), entre désir de mémoire et tentation de l’oubli.

2TNAI, à l’interface du mythe et de l’histoire, offre un exemple paradigmatique de ce deuil impossible car partiellement coupable, en mettant la hantise en scène autour de la figure funèbre du Vanishing Indian. Si l’intention officielle de Curtis est de préserver une indianité censément promise à la disparition, l’ouvrage offre un travail de canonisation paradoxal, contribuant autant à honorer qu’à évacuer une Amérique amérindienne dont le photographe est le passeur-fossoyeur. À travers ses fluctuations rhétoriques, iconographiques et idéologiques, TNAI témoigne d’une difficultéface à ce qui le fonde et répercute les inquiétudes qui travaillent l’imaginaire national américain, en négatif des discours officiels. C’est donc la dimension à la fois iconique et iconoclaste de l’imaginaire curtisien qui va désormais nous intéresser, permettant d’examiner à nouveaux frais les enjeux multiples du trope du Vanishing Indian.

3D’un point de vue historiographique, nous nous situerons dans le sillage des analyses de Leslie Fiedler (1972), Lee Clark Mitchell (1981), Alexander Nemerov (1995), Renée Bergland (2000) et Sarah Burns (2004) et leur projet d’écrire une contre-histoire de l’art américain en rendant compte de tensions au cœur même des projets les plus conventionnels. Car si Curtis travaille avec les visualités de son temps (« les manières de voir » l’« Indien »), nous verrons qu’il le fait autant pour elles que contre elles, ouvrant un espace paradoxal qui met en dialogue images et contre-images au sein d’un même opus. En mettant en lumière les envers de la puissance américaine et les « impensables » sur lesquels TNAI se fonde, nous remettrons à l’étude l’Amérique post-conquête et ses atermoiements, loin de l’optimisme essentiel censé caractériser la nouvelle démocratie urbaine et industrielle.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search