Version classiqueVersion mobile

Le primitivisme mélancolique d’Edward S. Curtis

 | 
Mathilde Arrivé

1 — Coordonnées et trajectoires d'une œuvre en relecture

Coordonnées et trajectoires d'une œuvre en relecture. Introduction

Texte intégral

1En 1909, un journaliste de Review of Reviews soulignait le caractère atypique et absolument inclassable de TNAI : « Cette vaste entreprise occupe une classe à part. Elle ne peut être comparée à aucune autre aventure éditoriale dans les annales de l’histoire du livre, en Amérique ou ailleurs. » (« This great enterprise is in a class by itself. It cannot be compared with any publishing venture in the annals of American book-making, or indeed in those of any other nation », CPUW 847-3/2/33.) Œuvre de la synthèse et de la transition, caractérisé par la monumentalité physique et l’hybridité générique, le luxueux album illustré de TNAI occupe dès sa parution un territoire incertain, naviguant à la frontière de l’art, de la science et du divertissement, de l’industrie culturelle et du luxe, entre culture populaire et culture savante, sans jamais y trouver de légitimité pérenne. D’inspiration victorienne dans son format, scientiste dans sa rhétorique et romantique dans son imaginaire, associant des ambitions scientifiques à un style très ouvragé, il construit un espace discursif spécifique — « a field of its own », selon le mot du Bulletin of the American Geographical Society (318).

2Rassemblant au total 2228 images (1506 dans les volumes et 722 dans les portfolios), TNAI se déploie sous le signe de l’exception, que nous souhaitons analyser ici à la lumière du double contexte de sa production et de sa réception, immédiate et différée, en restituant les modalités de sa médiatisation, les étapes de sa (dé-)légitimation intellectuelle et artistique, depuis la naissance du projet jusqu’à sa réception la plus récente, afin de comprendre ce qui, dans le contrat initial que l’œuvre pose et dans l’iconographie qu’elle propose, prépare sa trajectoire contemporaine et posthume. La clé pour comprendre ces itinéraires bigarrés réside, nous le verrons, dans le « pictorialisme anthropologique » d’Edward Curtis (Alison [n.p.]), que nous explorerons dans son articulation aux politiques fédérales, aux institutions universitaires et muséales, mais aussi aux avant-gardes modernistes et, plus largement, à une culture visuelle et un marché de l’image en pleine diversification.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search