Version classiqueVersion mobile

Recherches philosophiques sur l’origine des idées que nous avons du Beau et du Sublime

 | 
Edmund Burke

Préface de l’auteur

Texte intégral

1Comme je voulais rendre cette seconde édition plus parfaite et plus satisfaisante que la première, j’ai rassemblé avec beaucoup d’exactitude tout ce qui a été écrit contre mes idées ; je l’ai lu avec la plus grande attention. Mes amis ne m’ont pas peu servi : par leur candeur et leur franchise, ils m’ont mis en état de voir tous les défauts de mon ouvrage. Aussi n’ai-je rien épargné pour les faire disparaître. J’y ai travaillé avec d’autant plus de plaisir que j’avais entre autres motifs l’indulgence avec laquelle il a été accueilli, tout imparfait qu’il était, quand je lui ai fait voir le jour. Quoique je n’aie point trouvé de raison suffisante ou que je n’aie pas cru en avoir pour faire des changements considérables dans mon système, il m’a paru qu’il s’y trouvait des endroits qui avaient besoin d’explications, d’exemples, d’un peu plus de force : j’y ai pourvu. J’ai de plus augmenté cet ouvrage d’une dissertation sur le goût. Outre que le sujet est curieux par lui-même, il peut servir d’introduction à ces Recherches. Si j’ai grossi mon livre, je puis avoir en même temps multiplié mes fautes. Ce n’est pas que je n’y aie employé toute l’attention dont je suis capable. Quoi qu’il en soit, j’avouerai que je crois avoir encore plus besoin d’indulgence que lorsqu’il a paru pour la première fois.

2Ceux qui sont accoutumés à étudier des matières de la nature de celle-ci savent qu’il s’y trouve toujours beaucoup de fautes ; j’espère qu’ils me passeront celles qu’ils rencontreront. Ils n’ignorent pas qu’il y a dans la matière que nous traitons bien des objets de recherche obscurs et compliqués, et qu’il en est beaucoup d’autres que des raffinements affectés ont rendus tels. Ils sont convaincus que ce sujet est rempli de difficultés, que les préjugés des autres, ainsi que les nôtres même, sont des obstacles considérables qui font qu’il est fort difficile de faire paraître sous son vrai jour la nature telle qu’elle est. Ils savent enfin que tandis que l’esprit examine le système général des choses, il faut qu’il lui en échappe quelques particularités, et que nous sommes souvent obligés de soumettre notre style au sujet et de renoncer au charme flatteur de la louange que nous mériterait l’élégance pour nous borner à la simple clarté.

  • 1 « On le dit aussi au figuré des auteurs dont le style n’a point d’élévation ou est rampant. » (Tré (...)

3Les caractères de la nature se lisent, il est vrai, mais ils ne sont pas assez marqués pour que ceux qui courent puissent les bien lire. Nous ne devons procéder qu’avec beaucoup de précaution, qu’en tremblant même si je puis m’exprimer ainsi. Le vol n’est point fait pour nous puisqu’il est très certain que nous pouvons à peine prétendre d’aller terre à terre1. Lorsque nous examinons un sujet complexe, il faut que nous passions en revue toutes ses parties les unes après les autres, que nous les réduisions toutes, autant qu’il nous est possible, à leur première simplicité. Notre nature veut que nous nous restreignions à une loi stricte et que nous nous renfermions dans des bornes fort étroites. Nous devons faire ensuite un nouvel examen des principes suivant l’effet de l’ensemble, aussi bien que de l’ensemble suivant celui des principes. Il faut que nous comparions notre sujet avec des choses d’une nature semblable et même avec des choses d’une nature opposée ; car on peut faire et l’on fait souvent par le contraste des découvertes qui échapperaient si l’on n’avait pas recours aux comparaisons. Plus nous en faisons, plus nous étendons nos connaissances et plus nous acquérons de certitude, fondées comme elles sont, sur des inductions et plus nombreuses et plus certaines.

4Si, en suivant ce plan, malgré tous les soins et toute l’exactitude que nous y aurions apportés, nous finissions par ne pas pouvoir découvrir la vérité, nous n’en retirerions peut-être pas moins d’utilité pour cela puisque cette recherche nous ferait voir la faiblesse de notre entendement. Si elle n’étendait pas le cercle de nos connaissances, elle nous enseignerait du moins à être modestes. Peut-être ne nous préserverait-elle pas de l’erreur ; du moins elle nous empêcherait de courir le risque d’y tomber ; en nous faisant voir qu’après tant de peine et de travail, il se trouve encore tant de difficultés et d’incertitudes, elle nous apprendrait qu’il ne faut prononcer qu’avec prudence et qu’on ne doit point le faire avec précipitation.

  • 2 « Terme latin qui signifie milieu, moyen. » (Trévoux).

5Je souhaiterais fort qu’en examinant mon système, on voulût bien suivre la méthode dont j’ai tâché de ne pas m’écarter en le composant. Les objections devraient, je pense, n’attaquer que les différents principes considérés séparément ou la justesse des conséquences que l’on en tire ; mais il n’est que trop ordinaire de passer rapidement les prémisses et la conséquence, et de produire comme objections des passages poétiques dont il ne paraît pas qu’on puisse rendre aisément raison selon les principes que je tâche d’établir. J’imaginerais que cette manière de procéder est fort impropre. Le travail serait infini si nous ne pouvions établir de principes qu’après avoir d’abord développé la combinaison de toutes les images, de toutes les descriptions que l’on rencontre dans les poètes et dans les orateurs. Quand nous ne pourrions jamais faire accorder l’effet de ces images avec nos principes, cela ne renverserait pas notre système fondé, comme il est, sur des faits certains et incontestables. Un système qui a pour fondement l’expérience et qui n’est point hasardé est toujours bon pour ce qu’il explique. L’incapacité où nous sommes de le pousser jusqu’à l’infini n’est point du tout une raison suffisante pour le détruire. Cette incapacité peut venir de ce que nous ignorons quelques médiums2 nécessaires, de ce que nos applications ne sont pas justes et de bien d’autres causes, outre le défaut qui se trouve dans les principes que nous employons. Le sujet demande réellement beaucoup plus d’attention que la manière dont nous le traitons ne nous permet d’en attendre.

6Il faut que j’avertisse mon lecteur que je n’ai pas prétendu faire une dissertation complète sur le beau et le sublime : j’ai borné mes recherches à l’origine de ces idées. Si l’on trouve que les qualités que j’ai rangées sous l’article du sublime s’accordent les unes avec les autres et qu’elles diffèrent toutes de celles que j’ai placées sous l’article de la beauté ; de même, si dans celles qui composent la classe du beau, on trouve la même conformité entre elles et qu’elles soient également opposées à celles de la classe du sublime, je dois peu m’embarrasser qu’on adopte le nom que je leur ai donné ou non, pourvu qu’on convienne que les choses que je mets sous différents articles sont réellement différentes par leur nature. On pourra blâmer l’usage que je fais des mots, mon sens pourra paraître ou trop serré ou trop étendu, mais il ne sera guère possible qu’on n’entende pas ce que je veux dire.

  • 3 Plus exactement : « Est enim animorum ingeniorumque naturale quoddam quasi pabulum consideratio co (...)

7Je finis en assurant que quelque peu considérable que soit le progrès que je puis avoir fait quant à la découverte de la vérité dans le présent ouvrage, je ne me repens point de la peine que j’ai prise : des recherches de cette nature peuvent être fort utiles. Tout ce qui fait revenir l’âme sur elle-même tend à concentrer ses forces et à la mettre en état d’acquérir des connaissances plus étendues et plus solides. En examinant les causes physiques, notre esprit s’ouvre et s’étend et, soit que nous réussissions ou non, il est certain que les efforts que nous avons faits nous sont toujours utiles. Cicéron, tout attaché qu’il était à la philosophie de Platon et conséquemment tout porté qu’il était à rejeter la certitude des connaissances physiques, ainsi que de toute autre espèce de connaissances, convient pourtant qu’elles sont d’une très grande importance pour l’entendement humain : « Est animorum ingeniorumque naturale quoddam quasi pabulum consideratio contemplatioque naturæ3. » L’examen et la contemplation de la nature sont une espèce de nourriture naturelle pour l’esprit. S’il nous est possible de nous servir des lumières que nous tirons de ces spéculations élevées pour éclairer notre imagination lorsque nous cherchons les sources de nos passions et que nous en traçons le cours, non seulement nous pourrons communiquer au goût une espèce de solidité philosophique, nous pourrons encore répandre sur les sciences les plus difficiles un peu de cette élégance et quelques-unes de ces grâces sans lesquelles la connaissance la plus profonde aura toujours l’air de quelque chose de dur et de rebutant.

Notes

1 « On le dit aussi au figuré des auteurs dont le style n’a point d’élévation ou est rampant. » (Trévoux).

2 « Terme latin qui signifie milieu, moyen. » (Trévoux).

3 Plus exactement : « Est enim animorum ingeniorumque naturale quoddam quasi pabulum consideratio contemplatioque naturæ ». Cicéron, Academica II, 127.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search