Version classiqueVersion mobile

Recherches philosophiques sur l’origine des idées que nous avons du Beau et du Sublime

 | 
Edmund Burke

Préface du traducteur

Texte intégral

  • a L’auteur y a mis tant de vérité et d’exactitude, tant d’impartialité et de philosophie, le style e (...)
  • 1 La traduction du Paradis perdu de Milton la plus récente était celle de Louis Racine (1755), mais (...)

1Quoiqu’il ne soit donné qu’à un très petit nombre d’hommes de créer ou d’inventer, s’ensuit-il que tous les autres doivent se contenter de les admirer tacitement ? Il me semble que non. J’imaginerais au contraire que ceux qui ne se sentent pas assez de forces pour voler de leurs propres ailes, comme ces hommes de génie qui seuls méritent le nom d’auteurs, peuvent ou comme imitateurs les prendre pour modèles et travailler d’après eux, ou comme commentateurs développer, étendre leurs idées lorsqu’elles sont trop compliquées, éclaircir celles qui se trouvent obscures, chercher à perfectionner ce qu’il y a d’imparfait, ou bien comme critiques rectifier leurs idées ou la manière dont ils les ont rendues ; ils peuvent enfin comme traducteurs se livrer au talent aussi utile que difficile de faire passer les idées d’une langue dans une autre. Que de richesses et de trésors pour les sciences et les arts qui sans ce talent resteraient comme enfouis ! Que d’ouvrages d’agrément qui seraient perdus pour le plus grand nombre ! Prenons pour exemple les productions anglaises auxquelles notre langue a procuré le double avantage d’instruire et de plaire dans toutes les parties du monde. N’est-ce pas à des traducteurs fidèles et quelquefois élégants que nous devons la connaissance que nous avons de la sublimité de Milton et de celle de Shakespeare, de la profondeur de Locke, de l’agréable morale d’Addison, de l’harmonieuse délicatesse de Pope ? Connaîtrions-nous sans leur secours cette excellente Histoire d’Angleterre où l’on voit avec autant de plaisir que de satisfaction le précieux assemblagea de ce qu’on ne trouve que dispersé dans toutes celles qui l’ont précédée1 ?

2Je cours aujourd’hui la carrière des derniers et c’est moins pour éprouver mes talents que pour chercher à me rendre utile à la patrie. Si ma version me procure cet avantage, je reconnais d’avance que je le devrai en partie à un jeune seigneur anglais aussi distingué par ses talents et les grâces de son esprit que par ses vertus et les qualités de son cœur, qui m’a engagé à l’entreprendre. Les difficultés, bien loin de me décourager, ont été un motif de plus pour m’y déterminer. Cependant, quoique je croie avoir rendu l’original avec exactitude quant au fonds, je crains fort qu’il n’ait perdu considérablement du côté du style.

  • 2 Jean-Pierre de Crousaz était l’auteur d’un Traité du beau (1715) ; il était également traducteur d (...)

3J’imagine que ces recherches feront d’autant plus de plaisir qu’il me semble que nous n’avons rien ni de si suivi ni de si étendu sur ce sujet. Ce serait ici le lieu de faire voir en quoi cet ouvrage est conforme aux traités du beau, du sublime et du goût qui ont paru jusqu’à présent, et en quoi il en diffère ; mais je crois la chose inutile, car je pense que ceux qui liront cette version connaissent les Crousaz, les André, les Dubos, les Montesquieu2 etc. etc.

4Je me contenterai de dire que notre auteur n’a pas travaillé uniquement pour les savants et les artistes : il a voulu que le beau sexe pût profiter de son ouvrage. Bien loin d’abandonner les femmes à la frivolité qui passe pour être le seul objet de leurs soins, mais qu’on doit regarder comme une conséquence de leur raisonnement puisqu’elles sont obligées de l’employer pour plaire, persuadé, convaincu qu’elles pensent, réfléchissent et raisonnent, il a voulu raisonner pour elles et avec elles ; en effet, examinons-le et nous verrons qu’il s’énonce partout avec tant de clarté qu’on l’entend toujours ; il marche avec tant de sagesse que jamais il n’égare ; on pense avec lui et presque toujours comme lui. Ce n’est point à des arguments durs et assommants qu’il a recours pour subjuguer la raison : il se contente de lui faire une douce violence en la conduisant de principes en principes jusqu’au moment où il la fait conclure avec lui que son système a toute la probabilité que l’on peut exiger dans des matières de cette nature.

  • 3 Suivent des errata dont il a été tenu compte dans l’établissement du texte, et la table des matièr (...)

5Voilà la manière dont il m’a affecté ; s’il affecte de même mes lecteurs, j’aurai rempli mon objet.3

Notes

1 La traduction du Paradis perdu de Milton la plus récente était celle de Louis Racine (1755), mais en 1765, Hochereau publiait une fois de plus celle de Dupré de Saint-Maur (1729). Dans Le Théâtre anglois (1746-1749), Pierre-Antoine de La Place avait traduit plusieurs pièces de Shakespeare. Pierre Coste restait le grand traducteur de l’Essai philosophique concernant l’entendement humain de Locke (1705). Destouches venait d’adapter Le Tambour nocturne d’Addison (1765) et Hochereau avait publié dix ans plus tôt Le Spectateur. Alexander Pope était abondamment traduit depuis le début du siècle. La publication de l’Histoire d’Angleterre depuis la descente de Jules César jusqu’au traité d’Aix-la-Chapelle en 1748 par Tobias Smollett, traduite par Jean-Baptiste Targe, en 19 vol., s’était achevée en 1764.

2 Jean-Pierre de Crousaz était l’auteur d’un Traité du beau (1715) ; il était également traducteur de Pope. Yves-Marie André donna un Essai sur le beau (1741), Jean-Baptiste Dubos, des Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture (1719) et Montesquieu, un Essai sur le goût (1757).

3 Suivent des errata dont il a été tenu compte dans l’établissement du texte, et la table des matières reportée à la fin de la présente édition.

Notes de fin

a L’auteur y a mis tant de vérité et d’exactitude, tant d’impartialité et de philosophie, le style en est si pur et si élégant, on voit tant de noblesse et de chaleur dans ses expressions, enfin ses portraits, ainsi que ses tableaux sont si bien faits que l’on peut dire avec raison que cette histoire est la meilleure qui ait jamais été écrite.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search