Version classiqueVersion mobile

Aux premiers temps de l’Inquisition espagnole (1478-1561)

 | 
Raphaël Carrasco

Avant-propos

Texte intégral

1Les études inquisitoriales reviennent sur le devant de la scène après une éclipse d’une bonne décennie. Il est vrai que le Saint-Office, en Espagne principalement, mais aussi en Italie et au Portugal, avait connu, au cours des années 1970 et encore au-delà, un engouement considérable qui avait conduit des historiens de plus en plus nombreux à une évaluation scrupuleuse de l’historiographie inquisitoriale, à une saisie fine des ressources archivistiques existantes, à une nouvelle façon, enfin, d’envisager le questionnement de ces sources si fascinantes, façon très scientifique et dépassionnée, certes, mais néanmoins chargée de mémoire. Ce renouvellement des années 70 a donné des fruits si remarquables, qu’on a cru depuis que tout, presque, était dit et qu’il valait mieux passer à autre chose, ou du moins qu’il fallait, si l’on voulait progresser, abandonner les perspectives quantitatives et sérielles, ouvrir les recherches à des aperçus comparatistes intensifs, en un mot, renouveler encore les problématiques et s’orienter vers des recherches impliquant, avec l’Inquisition, d’autres acteurs fondamentaux. Les questionnements en termes de "confessionnalisation" et de "disciplinement", forgés pour l’analyse de sociétés pluri-confessionnelles (ce que ne fut à aucun prix la société espagnole de l’époque moderne) exercent aujourd’hui sur les spécialistes des tribunaux de la foi ibériques une puissante fascination. Porteuse d’une féconde nouvelle étape de réflexion ? Il est trop tôt pour répondre à cette question. Les travaux de recherche sont en cours, la réflexion est loin d’être achevée. Le choix de la question d’agrégation – L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle –, invitant à réfléchir aux liens ayant uni dès l’origine un projet politique précis et une formule religieuse contraignante, va dans le sens de ce récent regain d’activité.

2Le présent ouvrage a pour première ambition de mettre à la disposition des étudiants et des professeurs s’intéressant à la question des débuts - fracassants - du Saint-Office dans la péninsule ibérique, un ensemble de textes difficiles à trouver aujourd’hui. Ces documents, qui intéressent tous les aspects de la vie inquisitoriale de la première modernité, sont mis en perspective, pour ainsi dire, par deux études placées en ouverture du livre et dont ils constituent le fondement archivistique et critique. Ces deux articles préliminaires sont donc à lire en étroite relation avec les textes qui les suivent, leur forte inter-dépendance ayant été expressément recherchée afin que ce livre formât un tout pensé comme se suffisant à lui-même et pouvant apporter son lot indispensable de connaissances et son questionnement propre ; c’est là sa seconde ambition.

3Les documents ont été choisis eu égard à leur fécondité et à leur adaptabilité aux contraintes de l’exercice universitaire du commentaire historique. Nous avons aussi veillé à ce qu’ils ne fassent pas double emploi (à une exception près : l’Édit de foi qu’il nous paraissait difficile de pouvoir omettre ici) avec ceux publiés par Miguel Jiménez Monteserín dans son Introducción a la Inquisición española de 1980 et dont la réédition, entièrement revue, est annoncée dans les meilleurs délais.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search