Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Conclusion

Texte intégral

1Nous voici au terme de notre essai sur la réalité de la régence d’Alger des années 1718-1720 à travers le témoignage, fertile en informations prises sur le vif, d’un trinitaire, interprète d’une manière de voir héritée du passée, propre à son groupe et à son époque, qui désirait que son journal servît à quelque histoire. En prenant ce journal comme source, nous avons tenté d’établir le contexte historique et économique dans lequel il est né, en confrontant texte et réalité, en incluant les impensés identitaires, idéologiques et culturels de l’auteur et d’en vérifier la validité pour l’historien.

2Nous avons observé que la régence d’Alger avait changé de physionomie au cours du temps, dans son fonctionnement institutionnel comme dans la construction de l’espace et dans son utilisation, tout en s’adaptant au terrain. Les signes urbains : l’augmentation des caravansérails, des marchés, des bains, des mosquées — à défaut de données plus précises — nous ont conduite à considérer que le développement d’Alger, urbain, démographique et économique, commencé au xvie siècle, s’était accru au cours du xviie siècle, pour continuer à se développer, avec moins d’intensité, dans le premier quart du xviiie siècle.

3La régence d’Alger n’était pas encore cette cité décadente annoncée, mais plutôt une cité sur sa lancée du xviie siècle, en relations amicales ou hostiles avec les grandes puissances européennes, auxquelles elle a pu résister pendant plus d’un siècle encore, en utilisant dans la guerre de course déclarée à une puissance désignée les mêmes navires que ses ennemis, puisque, par un habile système mis en place, tout commerce hors de ses ports lui était interdit, sauf à utiliser des intermédiaires occidentaux. Si le xviiie siècle a vu le déclin de l’activité corsaire européenne et maghrébine, dans le premier quart du siècle la guerre de course faisait partie intégrante des échanges commerciaux, prouvant ainsi que l’économie de la mer intérieure était fortement liée à l’économie européenne et mondiale de l’époque.

4Dans cette cité qui durait, les relations entre les groupes sociaux qui se côtoyaient étaient, comme toujours en tous lieux, très complexes et non dénuées de violence. Néanmoins le sort des captifs n’était pas non plus tel que le père le jugeait en toute bonne foi. L’analyse des données de son journal montre une situation moins monolithique, où l’esclave masculin était protégé par la loi islamique, plus que les captives, plus que les femmes noires qui souffraient davantage, plus à l’abri que l’autochtone, grâce à une loi du travail ; à la loi islamique, à l’exploitation qu’il faisait du système, grâce à son coût que les rédempteurs cherchaient à réduire afin de libérer le plus possible de chrétiens, signe de la victoire de la Chrétienté sur l’Islam. Les esclaves chrétiens étaient mieux lotis que leurs homologues musulmans en Italie qui réclamaient de pouvoir exercer une activité commerciale ou que les Turcs et les forçats sur les galères de France auxquels on appliquait, entre autres, « le petit châtiment ordinaire » ou qu’en Espagne. Beaucoup avaient une vie agréable, voire dorée, malgré l’absence de liberté liée à leur statut d’esclave, au point que certains s’efforçaient de le conserver. C’est pourquoi l’apostasie menaçait.

5Or, les objectifs fondamentaux des institutions liées à l’Église visaient à écarter les captifs chrétiens de l’hérésie et de l’apostasie, à soigner les corps pour sauver les âmes, à éduquer, à inciter à la patience, à la résignation, à préparer à la mort, à maintenir les chrétiens dans la foi catholique romaine. Dans ce dessein, les trinitaires implantèrent l’hôpital sur les voies principales de communications de la ville, sur le chemin des esclaves qui se rendaient au travail. Sa structure et son fonctionnement inscrivaient l’établissement dans la lignée des hôpitaux d’Ancien Régime, voire du Moyen Âge, dont la conception traditionnelle de l’assistance était expiatoire et caritative.

6Malgré l’intégration des conceptions nouvelles du xviiie siècle en matière d’hygiène et de construction, l’hôpital n’apparaît pas comme un lieu de guérison ; ce miracle venant de Dieu, mais comme un lieu de soulagement des souffrances, de réconfort et d’accompagnement pour « bien mourir dans la foi catholique romaine », car on en était encore à une médecine traditionnelle plus ou moins efficace. Cependant, une alimentation plus conséquente, plus variée, voire plus équilibrée, était un facteur important pour le rétablissement de certains captifs malades ou dans le besoin. Par rapport à l’Espagne et à l’Europe de la première moitié du xviiie siècle, les trinitaires n’étaient pas en décalage et l’hôpital d’Alger se classait parmi les bons établissements. Il était géré par des hommes convaincus de leur mission, qui veillaient au grain et faisaient de leur mieux dans le cadre traditionnel de l’Église et de la médecine de l’époque.

7Ce même objectif conduisait les rédempteurs trinitaires et mercédaires à racheter les captifs. Ils se situaient d’emblée dans une logique de hiérarchie sociale et d’économie des moyens financiers, car, en matière financière, non seulement le contrôle était sévère, mais il était encore assorti d’un contre-pouvoir en la personne du notaire désigné. De plus, bien que sous la houlette de l’un des leurs, ils étaient tous ensemble responsables de la conduite de la rédemption. Trinitaires et mercédaires furent les instruments du pouvoir papal pour les uns, royal pour les autres, dans leur lutte contre l’Islam. Mais ils incitèrent aussi, par leur comportement et leurs rivalités, papes et rois à intervenir, à légiférer, à structurer, à contrôler et à exiger pour éviter les dérives. Les supérieurs des ordres mirent en place des contrepouvoirs dans un cadre hiérarchique marqué. Sous une expression extrêmement policée, les ordres étaient impératifs, les responsabilités déterminées, tout en mettant en avant l’égalité des frères. Ce cadre ne laissait guère sur le terrain de marge de manœuvre. Ainsi l’hôpital des trinitaires, enjeu socio-politique, représentait-il à la fois le pouvoir royal espagnol et le pouvoir de l’Église à Alger. Les dirigeants turcs en avaient conscience, qui tenaient les trinitaires espagnols pour des espions du roi d’Espagne et les considéraient comme des intermédiaires.

8En utilisant cette source pour une histoire d’Alger dans le premier quart du xviiie siècle, il paraissait nécessaire, non seulement de tenter d’établir le contexte dans lequel le journal était né, mais encore d’approcher l’économie d’un pays réputé riche et tout-puissant. Le journal l’offre au quotidien dans son éparpillement, sa diversité, son aspect très fragmentaire. Les faits économiques que nous avons pu dégager à la fois du journal et du livre de compte de l’hôpital s’organisent autour de trois axes principaux : la monnaie, dont la monnaie de compte, les prix, les salaires. Nous avons pu, non seulement établir une hiérarchie des salaires, si limitée soit-elle, mais encore déterminer le salaire du manœuvre et constater des phénomènes qui affectaient aussi l’économie européenne : l’« empirance », les réajustements de la monnaie, les crises de subsistance, la montée des prix.

9L’analyse des données du livre de compte de l’hôpital a rendu possible une approche qualitative à défaut de pouvoir constituer des séries de prix. Nous avons remarqué que ces prix avaient évolué à la baisse pour repartir à la hausse. Hausse qui s’est poursuivie par paliers malgré les baisses saisonnières jusqu’en 1718, signe d’une instabilité des prix, liée aussi à la production, normale à l’époque. Ce mouvement sur certains produits recoupe l’évolution des prix : baisse durant le premier semestre 1715, puis remontée brutale due à une crise de subsistance, suivie d’une augmentation lente jusqu’en 1718. Une hausse constante se produit jusqu’à une forte dévaluation de la monnaie, répercutée sur le prix des esclaves en 1720, au profit des rédempteurs. Parallèlement, la diversité plus grande des produits achetés par l’hôpital et l’augmentation des investissements au-delà de la baisse des produits montre une hausse du pouvoir d’achat des trinitaires et une plus grande richesse de l’hôpital, que le père confirme en 1719. Richesse due au change avantageux de la monnaie espagnole conjugué à une vie moins chère qu’en Espagne, étant donné que l’hôpital recevait ses fonds de la maison-mère à Madrid. Il faut aller dans le sens du père Ximénez lorsqu’il affirme que la monnaie d’Alger avait perdu de sa valeur et qu’elle était au plus bas en 1720. Il faudrait pourtant conforter cette approche en élargissant la recherche à d’autres sources, en établissant des équivalences fiables entre les monnaies sur la longue durée, en rassemblant aussi les relations de rédemptions, dont les données permettraient l’étude de différents paramètres, en particulier les prix des captifs sur le long terme. Elle conduirait à mesurer un aspect de l’apport réel de la course à l’économie de la régence et son incidence sur celle des pays rédempteurs, dont l’Espagne : d’examiner à une autre échelle cette économie et de juger alors de la richesse réelle d’« Alger la guerrière », d’« Alger la bien gardée ».

  • 1 Bloch, Marc. Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe. Cahiers des Annales. Paris : A. Colin. (...)

10Par ailleurs, l’économie du pays est aussi présente, non seulement sous la forme de la consommation courante, mais encore sous celle du système que pratiquaient les gens de Biscra venus travailler dans la capitale. Système qui leur procurait, comme à tous les migrants, un volant de monnaie qu’ils réinjectaient dans l’économie de leur groupe et de leur région. L’utilisation de la monnaie supposant l’existence d’un marché, la question d’une économie fermée se pose. S’agissait-il d’un groupe qui entendait « vivre du sien », d’« un régime où les échanges, sans peut-être être tout à fait absents sont rares et considérés comme mauvais1 » ? Nous n’en sommes pas persuadée : la monnaie circulait dans les campagnes plus qu’on a pu le croire, puisque l’impôt était versé au dey sous forme d’espèces.

11Intéressée par cette œuvre originale, nous avons procédé à un défrichage que personne n’avait tenté, parce qu’il était impossible, à notre avis, sans moyens informatiques d’en traiter toute l’information et de mettre en regard les faits et le discours d’un auteur hostile à la régence d’Alger. Nous avons ainsi montré — pensons-nous — tout l’intérêt de ce type de document, en remettant en question, avec bénéfice, la réputation des rédempteurs, au point de faire surgir parfois une vérité contraire au discours tenu. Nous savons désormais que ces sources malgré leurs limites non seulement sont fiables, mais sont exploitables par l’historien. Les accusations de falsification de la réalité portées contre les rédempteurs ne sont pas réellement recevables. En l’occurrence le discours négatif du père est celui d’un missionnaire militant, espagnol de surcroît, qui lutte en toute bonne foi contre l’Islam : en aucun cas il n’a voulu dévoyer la réalité. Il a jugé selon les valeurs de son temps, de son milieu, selon sa culture et ses options personnelles. En dépit de cette vision orientée, les faits dépouillés de leur gangue discursive et replacés dans leur contexte s’éclairent tout autrement. Partial et partiel, le texte dit vrai : le père Ximénez raconte ce qu’il voit de façon juste lorsqu’il relate des faits. Il erre davantage lorsqu’il porte un jugement de valeur ou qu’il rapporte ce qu’il a entendu. Voir et ouï-dire restreignent le champ d’appréhension de la réalité. Cela explique l’information insuffisante, anecdotique parfois, qui nous laisse sur notre faim, mais qui demeure une porte ouverte sur une réalité que le père connaissait.

12L’examen de ce texte montre à la fois ses limites et sa diversité, son réel intérêt, celui du terrain. Grâce à l’ordinateur, à ses capacités de comptage, à la mise au point d’une grille de lecture, nous avons classé les faits, les séparant du discours prégnant de l’auteur, si bien que le texte livre à son insu un contenu décalé de son propos et passe ainsi de l’anecdote à l’histoire. Nous espérons avoir montré que ce type de texte, loin de devoir rejoindre « les poubelles de l’histoire », mérite qu’on s’y attache.

Notes

1 Bloch, Marc. Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe. Cahiers des Annales. Paris : A. Colin. 1954, p. 27.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540