Version classiqueVersion mobile

Alger, une cité turque au temps de l’esclavage

 | 
Leïla Ould Cadi Montebourg

Chapitre IX. Système monétaire, monnaie de compte, valeur de la monnaie, prix et salaires

Texte intégral

Le système monétaire de la régence d’Alger

1Les rachats de captifs constituaient un volet de l’économie qui aurait longtemps soutenu, selon l’idée qui en est répandue, la grande richesse d’Alger. Nous avons donc tenté de serrer au plus près l’état de son économie à travers le quotidien du père, en recourant dans cette démarche au livre comptable de l’hôpital trouvé à Madrid, tenu jusqu’en novembre 1718. Il nous a été très utile pour approcher l’économie, malgré l’absence de chiffres pour 1719-1720, malgré ses limites, car il livre des prix globaux. Les faits économiques que nous avons pu dégager, à la fois du journal et du livre de compte de l’hôpital, s’organisent autour de trois axes principaux : la monnaie, dont la monnaie de compte, les prix et les salaires.

La monnaie

  • 1 Catálogo general de la moneda española, de Felipe V (1700) a Isabel II (1868), pièces castillanes, (...)
  • 2 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 150.
  • 3 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel » (...)

2Entre 1718 et 1724, la frappe des monnaies à Alger était encore une fonction d’État. Le pouvoir politique étant entre les mains du gouvernement, il frappait deux monnaies propres à la régence : une monnaie d’or, le sultanin, du même poids que l’écu d’Espagne de cette époque1 et une minuscule pièce en argent, « si petite qu’elle fuit des mains2 », l’aspre qui « est comme un ongle3. » Il existait aussi deux monnaies de compte, la saïme et la pataque chique ou pataque d’aspres : deux monnaies en idée, sans réalité matérielle, comme le franc ou la livre tournois à ce moment-là en France ou le ducat castillan en Espagne. La pataque chique avait une valeur fixe de 232 aspres, alors qu’on faisait valoir 50 aspres la saïme, en 1724, qui tendit à disparaître à partir de cette même année, dit Laugier de Tassy. Cela signifie que cette monnaie de compte s’était elle aussi dévaluée, laissant la place à la pataque chique plus adaptée aux transactions.

  • 4 Ximénez fr. Fr., Diario de, año de 1722, tomo V, fol. 46. « Sucessos de Argel del año passado de 1 (...)

3Le témin ou réal chique, monnaie de compte, tiers du réal d’argent, était un sous-multiple de la pataque chique. Il valait un huitième d’une pataque chique ou pataque d’aspres, soit 29 aspres selon Laugier de Tassy. Cette valeur correspond à ce que dit le père en 1721 : « 28 aspres ne font pas le témin4. » On peut donc considérer que le témin n’a pas varié entre 1721 et 1724, voire entre 1718 et 1724 et même avant ces années-là, comme nous le verrons en examinant la comptabilité de hôpital.

  • La caroube valait un demi-temin, soit 14,5 aspres.
  • L’aspre était l’unité monétaire.

4Mais, dans les échanges quotidiens on utilisait plutôt la pataque ou pataque gourde, piastre courante d’Alger.

Monnaies qui circulaient à Alger de 1718 à 1724

  • 5 Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Sólo las monedas antecedentes [le sultanin et l’as (...)

5En dehors des monnaies propres au pays, le sultanin d’or et l’aspre d’argent ou de bronze, les monnaies qui circulaient étaient pour la plupart des monnaies espagnoles5. D’autres monnaies, des pièces étrangères d’or et d’argent, que le père Ximénez ne mentionne pas toujours, circulaient, comme en Europe et ailleurs.

6Pièces d’or

  • La crusade du Portugal, el « doblón de Portugal ».
  • La pistole d’Espagne, « el doblón sencillo ».
  • La pistole de quatre, « el doblón de a quatro ».
  • La pistole de huit, « el doblón de a ocho ».

7Pièces d’argent

  • La piastre mexicaine, « el peso mexicano ».
  • La piastre sévillane, « el peso duro ».
  • Le réal de huit, « el real de a ocho ».
  • Le réal de quatre, « el real de a quatro ».
  • Le réal d’argent, « el real de plata ». Toutes, pièces espagnoles.

8Pièces étrangères

9Arrivaient aussi dans cette ville :

  • Le sequin vénitien.
  • La piastre poids de Livourne.
  • La piastre poids de Tunis.
  • La piastre d’Alexandrie.
  • Le sultanin du Maroc.
  • 6 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « También passan los zequines de o (...)

10Elles avaient cours dans le pays pour leur valeur en poids d’or et d’argent, pour leur valeur intrinsèque6.

11À lire le père on s’interroge : se réfère-t-il aux monnaies et aux valeurs d’Espagne ou à celles d’Alger ? Il ne donne guère de précisions, à quelques exceptions près, car il lui arrive d’écrire « pesos en moneda de España », (piastres en monnaie d’Espagne), puisque, pour lui, comme pour ses contemporains, cela allait de soi. Sauf pour le réal d’argent, il ne fournit pas non plus leur montant en aspres. Parfois, il indique la valeur de change que les rédempteurs voulaient voir retenue, en général à la hauteur du cours qu’avaient ces monnaies en Espagne, c’est-à-dire à un taux supérieur à celui qui était pratiqué dans le pays.

  • 7 Diario de Argel, tomo III, año de 1720, marzo, 31, fol. 64. « El p. Administrador fue a sacar la l (...)
  • 8 La rédemption du Portugal ne pouvait guère apporter de piastres mexicaines, monnaie d’Espagne. En (...)
  • 9 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo III, año de 1720, marzo, fol. 56. « Que siendo imposible q (...)
  • 10 Diario de Argel, tomo III, año de 1720, abril, fol. 82. « Y como dichos papazes no hallen moneda d (...)

12En 1720, par exemple, les rédempteurs de la province du Portugal voulaient que la crusade d’or du Portugal vaille 7 pesos courants du pays, ce qui faisait disaient-ils, « une demi-piastre au-dessous de la valeur intrinsèque fixée pour les monnaies d’or de cette terre7 ». Autrement dit, bien que le cours habituel fût de 7,5 piastres courantes pour les monnaies d’or du pays, les rédempteurs auraient demandé un change inférieur. Cela est peu crédible, leurs propositions défendant en matière de prix leurs intérêts. Le dey accepta toutes les propositions des rédempteurs concernant l’argent quelle qu’en fût la qualité, sauf les offres relatives aux pièces d’or, car nous lisons en mars 1720, au moment où les trinitaires négocient les conditions de la venue des rédempteurs : « Comme il est impossible que l’argent de la rédemption soit en argent mexicain8, n’importe quel argent sera accepté au prix courant en Espagne9. » À cette proposition la réponse est la suivante : « Concedido » (accordé), car la monnaie espagnole était plus forte que la piastre courante d’Alger. Quant à l’or, il sera reçu « au prix courant du pays ». Cette position du dey s’explique par le fait que l’or du Brésil avait remplacé l’argent mexicain dans les échanges. En acceptant l’or portugais au prix courant du pays il était gagnant, car il échangeait une monnaie forte contre une monnaie plus faible. D’autre part, les rédempteurs voulaient pour la pistole d’Espagne, « el doblón sencillo », 4,5 piastres mexicaines valeur d’Espagne, ce que le dey refusa. Il en fixa la valeur au cours de l’or dans le pays, soit à sa valeur intrinsèque comme pour les autres monnaies d’or étrangères. Néanmoins, dans le texte du passeport consenti aux rédempteurs portugais, au mois d’avril 1720, nous lisons : « Si lesdits pères ne trouvaient pas de monnaie d’Espagne [il faut entendre piastres mexicaines, monnaie d’argent de poids] on acceptera les cruzades du Portugal au prix de sept pesos chaque monnaie d’or10. » Ce tarif correspond à la demande exprimée par les rédempteurs en 1720.

  • 11 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de A (...)
  • 12 Il faut entendre, par « là-bas », l’Espagne.

13En fait, chacun des partenaires tirait la couverture à soi. Quand les rédempteurs tentaient une transaction, c’était pour obtenir un change avantageux, parce qu’un change trop faible aurait limité le nombre de rachats de captifs, mais aussi parce qu’ils voulaient éviter les litiges au moment des négociations avec le dey ou les patrons d’esclaves, qui exigeaient des piastres espagnoles de qualité ; des pièces d’argent de poids. Son refus permettait au dey de recevoir une monnaie forte. Il augmentait ainsi son bénéfice et sa capacité commerciale, car, si pour les échanges intérieurs on utilisait l’argent et le bronze, les pièces d’or et le réal de huit, la piastre sévillane et la piastre mexicaine, servaient surtout aux transactions internationales, particulièrement en Orient où, en fonction de l’éloignement, elles croissaient en valeur11. Ces monnaies étaient très recherchées. La demande à Alger en était si forte que toute la monnaie d’or et d’argent d’Espagne passait à Alger, affirmait le père et elle y circulait en bien plus grande quantité que là-bas12.

14Tout cela confirme ce que nous savons de la fuite de l’or et de l’argent espagnols à cette époque. Ce phénomène, en effet, était provoqué par leur plus grande valeur à l’étranger : en l’exportant on augmentait son bénéfice. La dévaluation de la monnaie, comme sa falsification, pouvaient avoir les mêmes effets, étant donné qu’on souhaitait se défaire de la mauvaise monnaie pour ne conserver que la bonne : la mauvaise monnaie chassait alors la bonne.

  • 13 Bloch, Marc, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, (...)

15Par ailleurs, cette demande des deux métaux précieux indique que le volume des échanges n’était pas négligeable à Alger, qui s’insérait dans le circuit monétaire européen et international et qui en dépendait, car la régence utilisait aussi pour ses paiements les trois métaux : l’or et l’argent pour les grands échanges, l’argent et le cuivre pour les autres. De même, elle fonctionnait avec deux monnaies de compte : ce qui voulait dire qu’une somme exprimée en pataques chiques, monnaie de compte, équivalait à un certain nombre de pièces, non réelles, appelées pataques chiques, poids d’argent, dans un rapport fixe, légal, à un certain poids d’or. « Ce rapport s’établissait non directement mais par l’intermédiaire de la monnaie de compte, baromètre général des valeurs13 ». C’est-à-dire qu’une monnaie réelle d’un certain poids et titre, le sultanin, l’aspre, correspondaient à des unités variables de la monnaie de compte, généralement appelée pataque chique, dissociant ainsi l’étalon monétaire de la monnaie circulante.

  • 14 Ibid., p. 53.

16Ces monnaies de compte, non seulement servaient d’étalon, mais elles permettaient aussi les réajustements : les mutations, c’est-à-dire la modification officielle de la valeur d’échange, exprimée en unités monétaires d’une part et du poids de métal, de l’autre. En effet, les monnaies étaient « taillées » à tant du marc — environ 244 g — pour les monnaies d’or et à tant du denier pour l’argent, car, pour calculer le poids d’une monnaie, on exprimait non le poids total, mais le poids en fin. Cela par le système de la taille. C’est-à-dire qu’on calculait le nombre de pièces qu’on « taillait » dans l’unité de poids... Dire qu’on « taille une pièce d’or à 50 du marc veut donc dire que chacune d’elle aura un poids de fin égal à 244/50 (poids du marc divisé par le nombre de pièces voulu) ou un peu plus de 4,88 g14 ».

  • 15 Ibid., p. 24.

17Il ne s’agissait pas d’or pur, car le métal, l’or ou l’argent, n’était pas un agent pur. On évaluait donc les monnaies selon leur titre au 24e pour l’or ; le carat et au 12e pour l’argent ; le denier. En conséquence, « une pièce d’or au titre de 18 carats, contient 18/24 d’or, autrement dit 3/4 ou 750 millièmes. Une pièce d’argent de 9 deniers de loi contenait 9/12 de fin, c’est-à-dire 3/4 encore, ou 750 millièmes ». Si l’alliage est... au 18 carats la pièce réelle pèse un quart de plus, c’est-à-dire environ 6,50 g15.

  • 16 Hauser, Henri, Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, Genève-Pa (...)

18Concrètement, les modifications officielles de la valeur d’échange, les réajustements, les mutations n’étaient pas rares. En effet, « de 1483 à 1789 on ne peut compter moins de cinquante-six mutations. Même histoire pour tous les pays du continent ? Allemagne, Suisse, Espagne, etc. La seule Angleterre, par la réforme d’Élisabeth, établit une valeur invariable de la livre sterling, c’est-à-dire que, dès lors, chez elle, suivant la constatation de William Ashley, la monnaie de compte se confond avec la monnaie réelle. Il y eut bien ailleurs d’analogues tentatives de stabilisation, ... ou lorsque Henri III essaya de donner à l’écu une valeur fixe de trois livres tournois, mais cette réforme échoua misérablement16 ». La monnaie stable n’apparaîtra qu’en 1726 en Europe et nous n’en sommes qu’à la veille, parce que le cours commercial des métaux précieux subissait la loi du marché international de l’offre et de la demande. Ils fluctuaient selon leur rareté ou leur abondance, si bien que le cours commercial et le cours légal se trouvaient souvent en décalage. Il fallait alors réajuster les deux cours ; modifier la valeur des pièces : il fallait opérer une mutation.

Une période de mutation ?

  • 17 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 25 « A venido una embarcación de Alexandría (...)
  • 18 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, martes 6 « Se ha empezado a pagar a los (...)
  • 19 Hauser, H., Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, chap. Les mo (...)
  • 20 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de A (...)

19L’année 1720 aurait été à Alger une période de mutation, si nous nous fions aux dires du père. Ce phénomène révèle un trouble dans la circulation monétaire. La fausse monnaie se multipliait : on maquillait de fausses pièces en pièces d’argent, on rognait les vraies, l’aspre en argent était extrêmement rare, celui en bronze l’avait quasiment remplacé. Les changeurs et les commerçants contrôlaient avec soin les pièces qu’ils recevaient et faisaient parfois des difficultés pour les accepter. Les particuliers aussi se méfiaient. Le père écrit : « On a commencé à payer les particuliers [les patrons à qui les rédempteurs venaient de racheter des esclaves] et il y a quelques différends à propos de la monnaie avec les Turcs, parce que quelques-uns ne veulent que des piastres de “escandería” [c’est-à-dire d’Alexandrie17] qui pèsent exactement une once et d’autres ne veulent pas de réaux de quatre18 ». Le climat n’était pas à la confiance, d’où la demande en monnaie de bon poids ; de bon aloi. D’autant plus qu’on avait diminué le poids du réal de huit — le real de a ocho — qui n’avait plus que le poids de cinq réaux d’argent. On avait donc procédé à un affaiblissement de la monnaie, étant donné que « la diminution du métal précieux dans une pièce de monnaie, qui est une inflation monétaire, change les relations quantitatives et amène toutes choses égales d’ailleurs la hausse des prix, puisqu’il y a plus d’espèces en circulation pour une quantité supposée constante de marchandises, tout comme la dépréciation de la monnaie de compte19 ». La petite monnaie d’argent, l’aspre, avait subi un sort identique. Enfin, « l’aspre n’avait jamais coté aussi bas, parce que 77 aspres faisaient le réal d’argent, dit le père en 172020 ».

20L’attitude des marchands et des changeurs n’était pas étrangère à ce qui se passait : le père accusait les juifs et les maures de falsifier la monnaie et de ce fait d’en provoquer la baisse, donc de spéculer. Ce n’était pas impossible, s’ils restituaient — à équivalence en monnaie de compte, fraction du marc d’argent — en monnaie faible ou en fausse monnaie ce qu’ils avaient reçu en monnaie forte. C’est en quelque sorte ce qui se passait au quotidien, car Laugier de Tassy écrit : « Ceux qui font de la fausse monnaie, à la marque des sultanins d’Alger et des aspres, sont punis du feu ; mais ceux qui la font à la marque des espèces étrangères ne courent aucun risque que de les changer pour des bonnes, lorsque ceux qui reçoivent un paiement s’en aperçoivent. C’est à quoi on ne saurait faire trop attention, tant pour la qualité des pièces que l’on reçoit, que pour le poids.

  • 21 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 150.

21Il y a des changeurs à chaque coin de rue, qui sont des Maures très méprisés et très méprisables, qui changent les espèces en aspres, sans autre bénéfice que des faux aspres qu’ils glissent parmi les bons, à quoi on ne prend pas trop garde et qu’on a bien de la peine à distinguer21 ».

  • 22 Hernández Andreu, Juan, coordinador, Historia monetaria y financiera de España, Historia económica (...)

22Pour comprendre ce que Laugier de Tassy entend par qualité des pièces, il faut rappeler qu’à cette époque, on devait en distinguer le titre, le poids et la valeur. « Le titre c’est la teneur en métal noble. Par conséquent le titre indique le degré de pureté des monnaies. Elle se mesure pour les pièces d’or en carats et pour celles d’argent en deniers. L’amalgame ou mélange d’un métal avec l’or ou l’argent reçoit le nom d’alliage. Dans la mesure où l’on augmentait l’alliage, c’est-à-dire que l’on augmentait la proportion de métal moins noble, on diminuait le titre de la monnaie22 ».

  • 23 Bloch, M., « Esquisse d’une histoire monétaire de Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin 1 (...)

23Le poids était le second élément pris en considération. Reprenons ce que Juan Hernández Andreu explique avec clarté : « L’unité de poids était le marc, équivalent à 230 grammes23. Il se divisait en 8 onces et l’once en 24 deniers. Le denier à son tour se divisait en 24 grains et le grain en 4 cuartos. La taille était le nombre de pièces qu’on obtenait par marc. Leur augmentation par marc, signifiait par conséquent une diminution de leur poids.

  • 24 Hernández Andreu, Juan, coordinador, Historia monetaria y financiera de España, Historia económica (...)
  • 25 Ibid., p. 16. « medir el valor de la moneda en circulación. Todos los pagos podían establecerse en (...)

24Pour en finir avec la valeur d’une monnaie, nous devons distinguer : la valeur nominale ou faciale qui figure sur l’empreinte frappée (par exemple, 8 réaux) et qui est déterminée par l’autorité monétaire. La valeur intrinsèque, qui correspond au prix du marché du métal plus les frais de frappe. Enfin la valeur équivalente à la monnaie de compte. Par exemple, un réal équivalait en Castille à 34 maravedis24. « Pour finir, la monnaie de compte ne correspondait pas toujours à des pièces réelles mises en circulation, mais elle servait à « mesurer la valeur de la monnaie circulante. Tous les paiements pouvaient s’établir en unité de compte, puis être convertis en leur équivalent en diverses monnaies métalliques25 ».

  • 26 S’agissait-il du thaler ?

25Puisqu’on avait diminué le poids du réal de huit et que l’aspre perdait de plus en plus de sa teneur en argent, il y avait eu en 1720 affaiblissement de ces monnaies. Par ailleurs, les cisailleurs aussi se chargeaient de diminuer le poids des pièces. Enfin, l’aspre d’argent avait presque disparu. La loi dite de Gresham se vérifiait, qui veut que « lorsque deux monnaies de valeur intrinsèque inégale circulent dans un pays avec une valeur libératoire égale, la monnaie proportionnellement surévaluée finit par rester seule en circulation ». l’aspre de bronze avait chassé l’aspre d’argent. En conséquence, l’affaiblissement, la diminution du poids du réal de huit par le gouvernement d’Alger, avait certainement eu pour objet la lutte contre la mauvaise monnaie. D’autre part l’or espagnol et portugais, la piastre mexicaine, mais surtout le « peso de escandería » — le peso d’Alexandrie26 — devenaient des valeurs refuges, ce qui n’empêchait pas les pièces espagnoles de fuir, étant donné qu’elles s’exportaient à l’étranger, parce que, plus elles allaient loin, plus elles croissaient en valeur. Elles circulaient en nombre à Alger, même si certains maîtres d’esclaves refusaient le réal de quatre.

  • 27 Bloch, M. « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, (...)
  • 28 Vilar, Pierre, Or et monnaie dans l’histoire, Paris, Flammarion, 1974, p. 267.

26Était-ce la sévère famine de 1714-1715, qui avait décimé la population qui fut cause d’une baisse de l’activité économique ? Était-ce l’entrée en guerre avec le roi de Meknès, Moulay Ismaïl qui, en septembre 1719, avait commencé à envahir l’Ouest algérien : le gouvernement ayant alors intérêt à augmenter ses moyens de paiement pour rémunérer les soldats27 ? Était-ce la peste du Caire qui se propageait vers l’occident méditerranéen et la conséquence des cordons sanitaires établis ou les crises économiques en Europe ? Tous ces événements ont probablement joué leur rôle, mais nous n’avons pas rencontré de commentaires ni d’autres faits qui nous permettraient de comprendre de façon précise quelle était la conjoncture. Nous pouvons seulement affirmer que c’était une période « d’empirance » ; « d’affaiblissement « de la monnaie, comme on disait à l’époque28, donc une circulation monétaire déréglée, révélatrice d’un trouble de l’économie.

  • 29 Bloch, M. « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, (...)
  • 30 Hamilton Earl, J, Guerra y precios en España 1651-1800, War and prices in Spain 1651-1800, Cambrid (...)
  • 31 Le terme pourrait paraître anachronique, mais en 1724, il est utilisé par Laugier de Tassy : voir (...)
  • 32 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 77. « Les habitants du Royaume d’Alger sont natu (...)
  • 33 Bloch, M., « Esquisse d’une histoire monétaire de Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, (...)

27Cependant, il est possible que la hausse des produits de première nécessité ne se soit pas trop fait sentir, dans la mesure où l’État contrôlait et fixait certains prix, même si celui fixé tenait compte des circonstances. C’est pourquoi, malgré la dévaluation « qui entraîne toujours à plus ou moins long terme une hausse des prix29 », le père trouvait la vie moins chère dans la régence qu’en Espagne, d’autant plus que l’Espagne avait alors des problèmes monétaires analogues30. On comprend aussi pourquoi les monnaies d’or et d’argent étrangères de bon aloi étaient recherchées et peut-être pourquoi, pour une piastre, un Algérien31 se serait laissé crever un œil32 : cela revenait très certainement à augmenter son pouvoir d’achat, mais plus sûrement à survivre, les dévaluations ne profitant guère aux petites gens, même si l’augmentation des prix ne se faisait sentir qu’à plus ou moins long terme. Marc Bloch écrit : « Qu’attend-on aujourd’hui d’une augmentation générale des instruments de paiement ? Bien des résultats divers, avoués ou non. Mais le plus souvent, avant tout... des prix plus hauts ou du moins qui cessent de baisser. Je ne sais si, vers la fin du régime des mutations, cet effet n’a pas été parfois escompté et souhaité (après le système de Law, par exemple, en 1724 (renforcement)... Mais certainement, plus anciennement et même à une époque récente, c’était une gêne plus élémentaire qu’on cherchait à secouer. Tout simplement on avait le sentiment que l’économie était véritablement handicapée par la famine monétaire. Il y avait trop peu de monnaies pour permettre les transactions et, en particulier, les petites gens... étaient gênés : au gateau monétaire ils n’avaient aucune part33. » Tels étaient le climat monétaire régnant et les monnaies utilisées.

28Le montant du tribut versé par les beys des trois provinces au gouvernement d’Alger comparé aux chiffres avancés par Laugier de Tassy tendrait à prouver ce trouble de l’économie. Encore qu’il faille rester prudent, tant que d’autres sources n’auront pas permis de comparer, d’expliquer et de trancher. Examinons le tableau des contributions versées par les beys, que fournit le journal, afin de les évaluer et de les comparer ensuite aux éléments livrés par l’ouvrage du chancelier du consulat, Laugier de Tassy (tableaux 29 et 30 page ci-contre).

29Le montant du tribut d’octobre 1718 comme celui d’octobre 1719 du bey du Midi ou du Titteri nous sont inconnus, car aucune garrame venant de ce bey n’est signalée. En revanche, au printemps 1719, le bey était présent à Alger. L’impôt, reposant sur le produit de la terre, dépendait nécessairement de l’étendue du territoire. Situé au sud d’Alger, enserré par les deux autres, moins étendu et touchant celui de la capitale, son imposition était la plus faible.

30Le territoire de l’Ouest était le plus imposé, alors que, selon Laugier de Tassy, ce serait l’inverse. Les montants qu’il propose, classés dans les revenus fixes, sont les suivants :

Par le bey du Levant, 120 000 piastres courantes.
Par le bey du Ponant, 100 000 piastres courantes.
Par le bey du Midi, 50 000 piastres courantes.

  • 34 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 177.
  • 35 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, octubre 26 « Estos alcaídes cobran la garrama de s (...)

31Il est vrai qu’il ne nie pas qu’« il est assez difficile de connaître au juste le revenu du deylik d’Alger, la plus grande partie consistant au casuel, aux garrames ou tailles, aux droits des prises et des esclaves. Voici à peu près sur quoi l’on peut compter chaque année34 ». Il s’agit donc d’un à peu près, non d’une évaluation précise. Les provinces, du moins celle du Levant et celle du Ponant, envoyaient à Alger les sommes exigées qui semblaient fixes, bien que le père raconte que les caïds sont chargés de recouvrer l’impôt de leur territoire et de l’envoyer « à Alger par l’intermédiaire des beys deux fois l’an. Et si le roi est avide ou s’il se trouve dans une situation critique, il envoie demander à l’un de ces caïds dix à vingt mille pesos, et il les envoie sans faux-fuyant aucun, et s’il se dérobait, on lui couperait la tête35 ».

  • 36 Diario de Argel. Año de 1719, octubre 18 « A venido el Jalifa de Poniente, y trahe de garrama diez (...)

32Comme nous ne connaissons pas la totalité de l’impôt en 1718, nous ne pouvons rien dire de plus. Néanmoins, l’impôt versé sur l’année 1719 par le bey du Ponant ou d’Oran fut de 54 charges de monnaies et de 36 chevaux, tandis que son homologue du Levant avait livré au dey 48 charges de monnaies, 38 chevaux, 6 tigres, un lion et 1 charge de fusils. Si nous retenons l’information venue de la rumeur publique notée dans le journal, mais non vérifiée par le père, parce qu’il s’agissait d’un usage, « chaque charge [comptait] deux mille pesos ou deux mille pataques36 ». Si nous totalisons en pataques gourdes, appelées pesos ou piastres courantes d’Alger, l’impôt en piastres atteignait : 218 000 piastres (tableau 31).

Tableau 29. — Tribut versé par les beys en octobre 1718

Tableau 29. — Tribut versé par les beys en octobre 1718

Tableau 30. — Tribut versé par les beys en octobre 1719

Tableau 30. — Tribut versé par les beys en octobre 1719

Tableau 31. — Impôt versé en 1719

Tableau 31. — Impôt versé en 1719

33Nous trouvons une différence de 52 000 piastres entre ce résultat et les 270 000 piastres courantes avancées par Laugier de Tassy en 1724. La dévaluation serait alors forte, ce qui n’est pas impossible. La conclusion de Lemnouar Merouche, qui retrace l’évolution économique de la régence d’Alger dans la longue durée, permettra de situer quelque peu ce premier quart du xviiie siècle presque inconnu et presque absent dans son ouvrage, faute de données et conférera une autre dimension au travail de défrichage auquel nous avons procédé, d’un texte aux informations toujours fragmentaires.

  • 37 La hausse des prix de l’immobilier pouvait aussi être liée à une demande très forte, puisque Alger (...)
  • 38 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. C (...)

34« La période 1580-1620 est marquée par de graves perturbations monétaires : effondrement de la valeur de l’aspre, monnaie de base de l’époque, accompagnée d’une hausse explosive des prix, notamment dans le domaine de l’immobilier et du foncier37. Cette période a pourtant connu une prospérité exceptionnelle liée à la course. F. Braudel la décrit comme “la seconde fortune d’Alger... aussi éclatante que la première, sûrement d’une ampleur accrue38”.

35Malgré la stabilité remarquable de la monnaie d’Alger entre 1630 et 1685 cette époque a connu des famines et des épidémies parmi les plus terribles et une instabilité politique sans précédents.

  • 39 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 152 (...)
  • 40 En effet, les rédempteurs espagnols apportèrent dans leurs bagages en 1723, « tout le biscuit qu’o (...)

36À l’inverse, la stabilité monétaire peut coïncider avec un équilibre politique et une prospérité économique de longue durée, comme ce fut le cas dans la seconde moitié du xviiie siècle. Prospérité indéniable qu’il faut quelque peu relativiser. Elle touche surtout Alger et les régions exportatrices du Constantinois et de l’Oranais et bénéficie spécialement aux groupes dominants et à leurs clientèles39 ». Le journal du père Ximénez, 1718-1720, prend place entre ces deux périodes. Or, Lemnouar Mérouche considère que les années « 1712, 1714, 1716, 1719 et surtout la période 1723-172540 qui est un peu décalée par rapport à la crise alimentaire de 1722-1724 » sont des années chères.

37Que permet de saisir le journal de l’économie de cette période ? Déterminons le baromètre général des valeurs : la monnaie de compte, avant de chercher à déterminer, d’une part la valeur de la monnaie, d’autre part les prix et le pouvoir d’achat du manœuvre. N’oublions pas que 1714 ou 1715 fut une année de sévère famine, 1716 une année de tremblements de terre, ainsi que 1717.

Monnaie de compte, baromètre général des valeurs

38Nous avons recueilli dans le journal un certain nombre de valeurs, auxquelles nous ajouterons, pour éclairer les données difficilement interprétables, les éléments que nous apporte l’examen de la comptabilité de l’hôpital d’Alger, même si elle prend fin en novembre 1718. Cette comptabilité tenue jusqu’en 1711 en réaux et aspres, c’est-à-dire en monnaies réelles, fut à partir de 1712, — date à laquelle le père Navarro, présent à Alger à l’arrivée du père Ximénez, prend son poste d’administrateur de l’hôpital — tenue en monnaie de compte ; en pataques chiques, en témins et aspres. Nous comprendrons mieux ainsi le système monétaire de la régence d’Alger. En possession d’un baromètre des valeurs, il sera plus aisé de convertir les prix et de vérifier s’il y a eu hausse des prix pendant la période de crise de subsistance de 1714 ou 1715, crise que signale le père Ximénez et de savoir si cette hausse a perduré. Pourrons-nous lui emboîter le pas, lorsqu’il affirme que l’aspre n’a jamais été aussi bas qu’en 1720 ?

39Bien que les calculs du livre de comptes de l’hôpital d’Alger soient toujours globaux, ne révélant jamais le nombre de personnes concernées par les achats, ni — sauf exception — les quantités acquises, certains éléments nous ont permis d’établir le baromètre des valeurs : de déterminer la valeur légale des monnaies utilisées. Examinons la consommation de pain en 1715, puis son coût, exprimé en pataques, témins et aspres, ainsi qu’en 1718 et voyons quelles conclusions nous pouvons en tirer (tableau 32 page ci-contre).

40Ce relevé du coût du pain, consommé chaque mois à l’hôpital d’Alger en 1715, permet de déterminer la valeur exacte de la pataque en témins. Il apparaît que le terme « pataca » utilisé par les trinitaires fait référence à la valeur : une pataque = 8 témins. Il s’agit donc de la pataque chique, monnaie de compte, qui valait 232 aspres. Nous trouvons, dans cette même comptabilité, les valeurs de la pataque chique en 1718. Vérifions-en le montant (tableau 33 page suivante).

41Nous obtenons la même valeur : une pataque vaut 8 témins. Établissons maintenant le tableau de la valeur d’autres achats effectués, exprimée clairement en pataques chiques (tableau 34 p. 388).

42La preuve faite de la valeur de la pataque chique, il reste à vérifier la valeur du témin en aspres, ce que permet le compte du verso du folio 245 (tableau 35 p. 388).

Tableau 32. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1715

Tableau 32. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1715

Tableau 33. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1718

Tableau 33. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1718

Tableau 34. — Prix exprimés en patacas chicas

Tableau 34. — Prix exprimés en patacas chicas

Tableau 35. — Compte du folio 245

Tableau 35. — Compte du folio 245

43Si nous additionnons les témins, puis les aspres, nous trouvons :

44Puis, si nous retranchons la valeur du témin que nous connaissons, soit 29 aspres, des 42 aspres nous obtenons : 1 témin 13 aspres. Enfin, si nous ajoutons le témin, dégagé des aspres, aux 1 736 témins, nous avons au total :

45Ce résultat correspond à la comptabilité du livre de comptes. Nous pouvons donc affirmer que la valeur du témin est bien de 29 aspres.

46Il nous faut savoir aussi quelle est, pour cette même année 1715, la valeur de la monnaie que les trinitaires nomment indifféremment « pesso » ou « peso » (tableau 36 page suivante).

47Certaines valeurs diffèrent de la valeur la plus fréquente que l’on peut considérer comme exacte, c’est-à-dire 24 témins pour un peso. Les valeurs différentes sont dûes à des erreurs d’écriture, voire de calcul.

48Nous avons aussi trouvé dans le livre de comptes, les dépenses du père Navarro en 1712 en Espagne, lorsqu’il rejoignait son poste d’administrateur à l’hôpital. Nous pouvons connaître grâce à ce livre, non seulement la valeur en monnaie de compte du « real de vellón », monnaie de billon utilisée en Espagne pour les échanges intérieurs, mais encore celle du réal de huit et du peso — valeur d’Espagne — en monnaie de compte, à cette date (tableau 37 p. 391).

49Le real de vellón ne circulait pas à Alger, puisque cette monnaie de cuivre servait aux échanges intérieurs en Espagne. Elle est évaluée à plus ou moins 1,6 témins, valeur la plus fréquente. Nous remarquons de légères fluctuations propres à toute monnaie réelle qui circulait à cette époque (tableau 38 p. 392).

50La valeur de la piastre monnaie d’Espagne en monnaie de compte, en 1712, est donc de 24 témins. Quelle est la valeur du real de a ocho ; du réal de huit ? (tableau 39 p. 392).

51Le réal de huit a la même valeur en monnaie de compte que le peso. Ce n’est pas étonnant puisqu’il s’agit de la même monnaie : la piastre, monnaie d’Espagne, destinée aux échanges internationaux.

52De la même manière, nous pouvons dégager la valeur du réal d’argent en monnaie de compte (tableau 40 p. 392).

  • 41 Ximénez fr. Fr., Diario de Túnez, año de 1722, tomo V, fol. 46. Sucessos de Argel del año passado (...)

53Le réal d’argent vaut donc 3 témins en 1714 comme en 1718, de même que les années suivantes, puisque, en 1721, le père non seulement dit que 28 aspres ne font pas le témin, mais encore qu’il est le tiers du réal d’argent41. Le réal d’argent valait donc 87 aspres.

Tableau 36. — Prix exprimés en pesos en 1715

Tableau 36. — Prix exprimés en pesos en 1715

Tableau 37. — Valeur du « real de vellón » espagnol en 1712

Tableau 37. — Valeur du « real de vellón » espagnol en 1712

Tableau 38. — Valeur du peso en 1712

Tableau 38. — Valeur du peso en 1712

Tableau 39. — Valeur du réal de huit en 1712

Tableau 39. — Valeur du réal de huit en 1712

Tableau 40. — Valeur du réal d’argent en temins en 1714, 1715, 1718

Tableau 40. — Valeur du réal d’argent en temins en 1714, 1715, 1718

a Le peso faisant 24 témins, 24 pesos valaient 576 témins. Or, 24 pesos + 1 réal d’argent font 579 témins, donc 579-576 = 3 témins. Le réal d’argent vaut bien 3 témins.

54Récapitulons les valeurs constantes, ce qui nous permettra d’avoir un point de référence pour aborder les prix réels relevés dans le journal.

Un peso = 24 témins.
Un real de a ocho = 24 témins.

55Le peso a donc la même valeur que le réal de huit. Or Octavio Gil Farres écrit à la page 70 de son ouvrage : « Au temps de Philippe V les monnaies les plus importantes du numéraire espagnol recevaient à l’étranger une dénomination spéciale, qu’il est nécessaire d’avoir pour identifier les quantités respectives : pour l’or, le quart de pistole (un demi-écu, le durillo), la demi-pistole (l’écu), la pistole (doblón, doppia), deux pistoles (doblón de a cuatro o media onza), quatre pistoles (doblón de a ocho u onza).

  • 42 Gil Farres, Octavio, Historia de la moneda española, Madrid, Gráficas ADRADOS, 1976, p. 70. « En t (...)

56Pour l’argent : la piastre (real de a ocho), demi-piastre (real de a quatro), piécette o peseta (real de a dos), et réal (real de a uno), real de plata doble, seize cuartos, trente-deux ochavos, soixante-quatre maravedis, ou deux reales de vellón. le real de vellón de cuenta, (8,5 cuartos, 17 ochavos, 34 maravedis)42. »

57En conséquence, real de a ocho, piastra, peso de a ocho et peso sont donc les noms qui désignent une même réalité : la piastre qui faisait 24 témins.

58Pour les autres valeurs, nous obtenons :

Un real de plata = 3 témins, soit 87 aspres.
Un real de vellón = 1,6 témins ou 46,40 aspres.
Un témin ou réal chique = 29 aspres.

59Pour la pataque chique ; la pataca chica, monnaie de compte nous parvenons à :

Une pataque chique = 8 témins, soit 232 aspres.

  • 43 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724. Paris, Loyse (...)
  • 44 Ximénez fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 71. « Los Christianos de Baylique y Joc (...)
  • 45 Comme le prouvent ces deux passages de récits de rédemptions faites à Alger et à Tunis par García (...)
  • 46 Laugier de Tassy. Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724. Paris, Loyse (...)
  • 47 Ibid., p. 150.
  • 48 En 1720, 1 peso ferait 4,65 saïmes. Le peso valant 24 témins ou 696 aspres, une saïme ferait 149,6 (...)

60Pour l’autre monnaie de compte, la saïme, « qu’on fait valoir 50 aspres43 » en 1724, la traduction du passeport délivré par le dey aux rédempteurs du Portugal, en 1720, donne l’équivalence suivante : « On paiera 1 000 saïmes qui font 215 pesos les Chrétiens du beylique et des écrivains44. » Sachant que le rachat des captifs se faisait toujours en monnaie d’Espagne sonnante et trébuchante45, le peso d’Espagne aurait valu 4,65 saïmes. Si nous comptons la saïme à 50 aspres, nous obtenons : 232,5 aspres, or 232 aspres était la valeur de la pataque chique, monnaie de compte ordinairement employée, le tiers d’une piastre courante d’Alger. Le rachat des esclaves se faisait en piastres espagnoles et non en piastres courantes d’Alger comme l’établit le compte-rendu de la rédemption de 1725, faite à Tunis par les religieux de la Merci. Il faut alors penser que l’équivalence donnée par le dey est erronée ou que le père l’a mal retranscrite, ce qui n’est pas impossible ou encore que la saïme n’a pas toujours eu la même valeur. Les termes utilisés par Laugier de Tassy peuvent conduire à le penser, puisqu’il annonce d’emblée qu’« il n’y a de fixe que la pataque chique ou la pataque d’aspres, laquelle est une monnaie en idée comme le franc ou la livre tournois, qui vaut toujours vingt sols46 », alors qu’« on fait valoir la saïme 50 aspres47 », ce qui suppose une valeur fixée susceptible d’être modifiée. En effet, E. Plantet, cité par Lemnouar Merouche, dit dans sa Correspondance des Deys d’Alger avec la Cour de France, page 134 du tome II, que sa valeur varie de 40 à 50 aspres. La saïme aurait alors valu en 1720, selon le journal, 149, 64 aspres48. La dévaluation de cette monnaie de compte expliquerait son abandon progressif.

61Il ne suffit pas pour aborder les prix de connaître la valeur légale de la monnaie, il faut encore connaître le système qu’utilise le père. Pour clarifier ces données très confuses à la lecture, nous avons établi le tableau des termes dont il use et noté combien de fois ils apparaissent (tableau 41 page suivante).

  • 49 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, octubre, 18, fol. 71. « Cada carga trahe dos mil p (...)

62En examinant ce tableau nous constatons que le père utilise le plus souvent les monnaies réelles, espagnoles d’abord, sauf lorsqu’il doit se référer aux monnaies du pays. Il aurait pu employer le terme pataca gorda qui est le nom de la piastre courante d’Alger, appelée aussi peso par le père49. Or, il n’y a recours que trois fois, alors que reviennent sous sa plume 43 fois le mot peso, 9 fois le terme real de a ocho, enfin, 8 fois celui de real de plata. Il fait très peu appel à la monnaie de compte ; la pataque chique et le témin, mais il se réfère au quarto et une fois à la blanca, monnaies d’Espagne qui n’avaient pas cours dans la régence. Elles étaient une référence uniquement pour les personnes susceptibles de lire son journal en Espagne. Enfin, nous pouvons affirmer que pataca gorda, — la pataque gourde — peso, real de a ocho, peso de a ocho (qui, par son appellation fait le pont entre peso et real de a ocho) sont une seule et même monnaie, l’une d’elles la pataque gourde ou piastre courante d’Alger ne serait alors qu’une piastre rognée ; dévaluée.

  • 50 Les trinitaires rachetaient les objets de culte pris par les corsaires, pour ne pas les laisser au (...)
  • 51 Garcia Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), Madrid, 1946, p. 246. (...)
  • 52 La piastre mexicaine était à 4,5 pesos, soit 108 témins.

63Ce tableau ne dévoile pas uniquement la volonté de proposer aux personnes pour lesquelles il écrit une idée précise de la valeur de la monnaie, en donnant son équivalence, il montre aussi la prégnance des habitudes acquises depuis l’enfance, ainsi que la difficulté de chacun à s’adapter au maniement de la monnaie étrangère. Il révèle également la fréquence d’utilisation des monnaies dans la vie de tous les jours. L’argent domine, car la piastre était la monnaie réelle courante, de même que le réal d’argent. Le témin, monnaie de compte, huitième de la pataque chique et tiers du réal d’argent, apparaît à peine. Quant à l’aspre, c’est vraiment une toute petite monnaie. Les monnaies d’or ne sont pas utilisées au quotidien, mais dans des occasions exceptionnelles. En effet, le sultanin fut remis en paiement aux esclaves de la « caravana » — les esclaves les plus solides, aptes à porter de lourdes charges — lorsqu’ils eurent déménagé la cave de l’hôpital. Ils furent mécontents de ce salaire. Il est vrai qu’ils percevaient rituellement six pesos en monnaie d’Espagne pour transporter l’argent de la rédemption, tarif fixé par le gouvernement d’Alger, soit au moins 144 témins. Or, le sultanin ne valait alors que 2,5 pesos et 1 témin, soit 61 témins, c’est-à-dire, 2,36 fois moins. Une autre pièce d’or, la pistole d’Espagne, le doblón servit au père à racheter un enfant Jésus50 et aux trinitaires à manifester leur gratitude au gardien bachi qui avait obtenu du dey l’autorisation d’agrandir l’hôpital. Il s’agissait encore de circonstances exceptionnelles. Si l’enfant Jésus avait coûté une pistole, soit en 1725, 17 à 18 pesos d’Espagne (180 témins51), le renégat gardien-bachi en avait reçu quarante, soit quarante fois plus, mais aussi, plus que le maure maître d’ouvrage, qui avait œuvré dans le même sens que le gardien-bachi. Sa récompense fut de vingt piastres d’argent mexicaines52.

Tableau 41. — Termes monétaires utilisés par le père

Tableau 41. — Termes monétaires utilisés par le père

Valeur de la monnaie

Équivalences entre la monnaie d’Alger et d’autres monnaies

  • 53 Le père Comelin donne aussi des valeurs qui nous permettent de connaître le cours de la piastre co (...)
  • 54 Navarro, fr. Francisco, Libro de gastos, 30 de noviembre de 1718 « aver gastado 6 487 pessos hasta (...)

64Le vocabulaire clarifié, afin de mieux connaître la réalité monétaire, examinons les différentes données concernant le change qu’offrent les divers documents53. Le 30 novembre 1718, dans le livre de comptes de l’hôpital, nous lisons que le père Navarro, administrateur, reconnaît « avoir dépensé 6 487 pesos jusqu’en novembre 1718 des 12 026 reçus en ajoutant la prime due à la plus grande valeur qu’a la monnaie dans ce pays, il s’ensuit que le solde est de 6 150 pesos en monnaie d’Espagne54 ». Mettons cette opération sous forme de tableau (tableau 42).

Tableau 42. — Équivalences monétaires

Tableau 42. — Équivalences monétaires

65La prime entre pesos monnaie d’Espagne et piastres courantes d’Alger serait de 611 piastres courantes d’Alger, soit 0,10 de prime par peso. Pour vérifier, nous avons relevé les sommes dépensées chaque mois en monnaie de compte, de janvier à novembre 1718 (tableau 43 page suivante).

Tableau 43. — Dépenses mensuelles de janvier à novembre 1718

Tableau 43. — Dépenses mensuelles de janvier à novembre 1718
  • 55 Nous avons décelé des erreurs. Certes, à l’époque le chiffrage précis, statistique, n’était pas un (...)
  • 56 Libro de gastos del hospital de Argel, julio de 1718 « Ajustar cuentas con el cirujano por cuenta (...)

66Nous obtenons en monnaie de compte la somme de 4 654 piastres 7 témins et 22 aspres. Si la comptabilité est exacte55, cette somme serait équivalente en monnaie de compte aux 5 876 pesos espagnols dépensés. En effet, la comptabilité de l’hôpital en juillet 1718 signale l’écart entre l’appréciation du peso espagnol en monnaie de compte et sa valeur sur le marché de la régence ; sa valeur commerciale : « Liquider le compte du chirurgien pour ce qui est de son salaire, sans compter ce qui a été donné à Madrid = 70 piastres d’Espagne, qui font en témins, en les comptant seulement à 24 témins, 1 680 témins56. » À Alger, le cours légal de la piastre d’Espagne était donc inférieur au cours commercial. Pour une plus grande lisibilité, faisons un tableau (tableau 44).

Tableau 44. — Rapport entre peso d’Espagne et monnaie de compte

Tableau 44. — Rapport entre peso d’Espagne et monnaie de compte

Tableau 45. — Valeur de la piastre

Tableau 45. — Valeur de la piastre

67Le rapport de la valeur légale à la valeur du peso espagnol à Alger, serait dans le premier cas de 1,26, soit environ 30 témins 7 aspres ou 877 aspres en 1718. Or, le peso était compté légalement, comme nous l’avons montré, à 24 témins ou 696 aspres. Le rapport est alors de 1. La comptabilité est probablement inexacte. En effet, 5 876 pesos d’Espagne comptés à 24 témins faisaient en monnaie de compte 141 024 témins et non 111 703 t. 22 asp, soit une différence d’environ 29 320 témins ou 1 221 piastres, valeur légale.

68Le peso d’Espagne compté à 24 témins — monnaie de compte — se traduisait en valeur commerciale à Alger par une perte supérieure à la prime, car le rapport entre monnaie d’Espagne et piastre valeur commerciale à Alger était, semble-t-il, comme nous l’avons déterminé, de 1,10. Le chirurgien, en échangeant ses piastres espagnoles sur le marché, aurait obtenu une prime de : (tableau 45).

69Tâchons de vérifier si les valeurs que nous venons de dégager sont acceptables ou non, en les confrontant aux valeurs réelles fournies par le père Ximénez dans son journal. Autrement dit, vérifions si la comptabilité des pères est suffisamment exacte, étant donné que nous avons trouvé des erreurs d’écriture.

Valeur de la piastre d’Alger

  • 57 Ici, il s’agit à n’en pas douter de la valeur de la piastre courante, valeur commerciale, puisque (...)

70Le 14 décembre 1718 le père donne l’équivalence suivante : « 5 patacas que es más de peso y medio57 » ; 5 pataques chiques qui font plus de 1,5 piastre. La pataque chique, tiers de la piastre courante, monnaie de compte d’Alger, ayant une valeur fixe de 232 aspres, 1,5 piastre faisait 1 160 aspres, soit 40 témins puisque le témin faisait 29 aspres. La piastre courante, valeur commerciale d’Alger, était donc à moins de 26,66 témins ou à moins de 3,33 pataques chiques ou était encore au-dessous de 773,33 aspres. Le rapport entre la piastre d’Alger et sa valeur légale était d’environ 1,11, étant donné que la valeur légale de la piastre courante était de 24 témins, soit 696 aspres. Il faut donc ajouter un peu plus de 77 aspres à sa valeur légale pour avoir une piastre courante d’Alger, monnaie réelle, signe de faiblesse de la piastre. Nous pouvons alors calculer l’équivalent en monnaie de compte de la dépense de l’hôpital, soit 6487 piastres courantes (valeur commerciale d’Alger) : 6 487 x 1,11 = 7 200,57 piastres valeur légale. Le rapport entre valeur légale et peso d’Espagne est de : 7 200,57 : 5 876 = 1,22 et non 1,26. Le peso espagnol vaudrait alors : 1,22 x 24 = 29,28 témins ou 849,12 aspres au lieu de 877 aspres. Nous ne sommes pas loin du premier résultat qui, comme nous le pensions, est erroné, puisque la comptabilité de l’hôpital contient des erreurs.

71Si nous prenons la valeur indiquée le 9 mars 1719, nous avons : « 5 patacas que hazen peso y medio » ; « 5 pataques qui font une piastre et demie », soit 40 témins. La piastre vaut dans ce cas : 3,33 pataques chiques ou 26,66 témins ou 773,33 aspres exactement. La valeur commerciale du peso est donc au-dessus de sa valeur légale. Récapitulons : (tableau 46 page suivante).

  • 58 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724, Paris, Loyse (...)

72Quatre mois plus tard une infime variation s’est donc produite ; un affaiblissement de la piastre à peine perceptible, puisque 5 pataques chiques font exactement 1,5 peso. Ainsi Laugier de Tassy aurait raison quand il affirme que « la valeur des espèces à Alger n’est point fixe : elle varie selon qu’il convient au bien du gouvernement, mais cette différence dans les variations est fort petite. Les étrangers en supputent la valeur, selon le prix des espèces et des matières dans les places d’Europe. Ainsi on ne saurait faire ici une comparaison juste ni solide de leurs prix à Alger, avec celui qu’elles ont dans d’autres pays58 ».

Tableau 46. — Valeurs de la piastre en 1718

Tableau 46. — Valeurs de la piastre en 1718

73Alger aurait donc eu sa loi propre en matière de commerce, quelle qu’ait été la marchandise, monnaie ou autre produit. Mais en fait, chaque pays procédait de la même façon. Nous craignons que l’affirmation de Laugier de Tassy ne soit pas tout à fait juste, car Alger, comme tous les autres pays, ne pouvait peser sur les cours internationaux. Par son système monétaire semblable aux systèmes européens, la régence était, comme eux, dépendante de l’environnement économique.

  • 59 1720 fut une année de crise monétaire, de dévaluation de la monnaie, selon le père
  • 60 Ximénez, fr. F., Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « ... dos pesos y medio y un tomín (...)

74Les variations de la monnaie étant petites, nous pouvons calculer sans trop d’erreur la valeur approximative59 du peso espagnol en 1720, en utilisant la valeur de la piastre courante en 1719, soit 26,66 témins. En 1720 nous lisons dans le journal, au mois de mai, que « deux piastres et demie et un témin courants d’Alger, [qui] ne font même pas deux pesos d’Espagne60 ». Cela donne : 26,66 multipliés par 2,5 = 66,65 témins, plus 1 témin = 67,65 témins, divisé par 2 = 33,82 témins, c’est-à-dire, 33 témins 23 aspres ou 981 aspres, en arrondissant au chiffre supérieur. Entre monnaie espagnole et monnaie valeur commerciale d’Alger, le rapport serait de 1,26, mais de presque 1,41 avec la piastre monnaie de compte dont la valeur est de 696 aspres. En 1720, l’affaiblissement de la monnaie d’Alger se serait encore accru, puisque le rapport entre peso d’Espagne et piastre courante d’Alger passerait de 1,10 en 1718 à 1,26 en 1720.

75Récapitulons sous forme de tableau les valeurs obtenues pour avoir en tête l’ensemble des résultats (tableau 47 page suivante).

  • 61 Rappelons qu’en décembre 1719, le rédempteur écrit que « la pataque est environ vingt-cinq sols de (...)

76Ces valeurs sont vraisemblables, sinon absolument exactes. Elles confirment l’inflation constatée surtout en 1720. Comparons avec les valeurs fournies par le journal du père Comelin. En décembre 1719, il précise que la pataque chique, tiers de la piastre courante, vaut 25 sols61. La piastre courante d’Alger équivaut à 75 sols soit 3 livres 15 sols, c’est-à-dire 696 aspres, valeur que donne Laugier de Tassy dans son ouvrage daté de 1724. Mais l’auteur nommé en 1717 n’a séjourné à Alger que quelques mois en 1718. Nous avons donc cherché des éléments qui dateraient le texte : les personnes qu’il nomme étaient bien en poste à Alger en 1724. Il faut donc considérer, jusqu’à preuve du contraire, qu’il donne les valeurs de 1724. Notre autre source, le père Comelin, en février 1720, calcule que la piastre sévillane vaut 6 livres 10 sols à Tunis et la piastre de Tunis 4 livres 15 sols (tableau 48 p. 405).

77Le rapport que nous obtenons entre piastre sévillane et piastre asprine de Tunis est de 1,37. Il est de 1,73 entre la piastre sévillane et la piastre courante valeur légale d’Alger, et de 1,27 entre la piastre courante valeur commerciale d’Alger et la piastre de Tunis, alors que Laugier de Tassy estime ces monnaies en 1724 à de moindres valeurs. Elles sont aussi inférieures aux valeurs que nous avons déterminées (tableau 49 p. 405).

  • 62 Garcia Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), p. 46. « se puso promp (...)

78À Alger en 1724, le rapport de la piastre sévillane à la piastre d’Alger serait alors de 1,29, tandis que le rapport de la piastre d’Alger à la piastre d’aspres de Tunis serait de 1,16. Les taux que nous avons calculés précédemment se situent entre les deux. Nous ne pouvons douter des valeurs fournies par le père Comelin arrivé à Tunis pour poursuivre la rédemption, puisqu’il rendait compte de la valeur de la monnaie qu’il utilisait sur le terrain. Le décalage entre le séjour de Laugier de Tassy et la date de parution de son livre nous laisse dans l’incertitude quant à la date véritable, car nous manquons d’éléments concrets de comparaison, bien que nous sachions que les prix des captifs filèrent à la hausse en 1724, après une année de grande pénurie alimentaire en 172362. Malheureusement, Laugier de Tassy ne fournit aucun prix de captif.

Tableau 47. — Valeurs obtenues

Tableau 47. — Valeurs obtenues

Tableau 48. — Valeur des monnaies en livres tournois

Tableau 48. — Valeur des monnaies en livres tournois

Tableau 49. — Valeurs fournies par Laugier de Tassy en 1724

Tableau 49. — Valeurs fournies par Laugier de Tassy en 1724

Le sultanin

79Deux autres pièces circulaient aussi : le sultanin, pièce d’or frappée par le gouvernement de la régence et le réal d’argent. Le 30 décembre 1719, le père donne l’équivalence suivante : 6 sultanins font 15 piastres courantes. Le sultanin valait donc 2,5 piastres courantes.

  • 63 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 152 (...)

80Si nous comptons en monnaie de compte la piastre courante à 24 témins, la valeur du sultanin est de 60 témins ou 1 740 aspres ou encore 7,5 pataques chiques. Mais si nous retenons les valeurs que nous avons calculées précédemment nous obtenons 1 933 aspres ou presque 8,33 pataques chiques, valeur supérieure à celle d’octobre 1721 : 8,13 pataques chiques63. Il est donc raisonnable de penser que le père exprime l’équivalence en monnaie de compte.

Tableau 50. — Valeur du sultanin

Tableau 50. — Valeur du sultanin
  • 64 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Otra moneda ay que llaman sultaní (...)

81Cinq mois plus tard, en mai 172064 : 1 sultanin équivaut à 2,5 piastres d’Alger et 1 témin courant d’Alger ou en monnaie de compte 61 témins, qui font 1 769 aspres ou 7,63 pataques chiques et pas même 2 pesos d’Espagne. Le peso d’Espagne vaudrait alors plus de 884,5 aspres, plus de 3,81 pataques chiques, enfin, plus de 30,5 témins. Si nous retenons plutôt les valeurs commerciales calculées, nous obtenons 67,65 témins, qui font quasiment 1 962 aspres et pas même 2 pesos d’Espagne. Le peso d’Espagne valeur commerciale vaudrait quasi 981 aspres, c’est-à-dire 33,82 témins, valeur que nous avons précédemment dégagée. Récapitulons (tabeau 50).

82Pour obtenir un sultanin il faut par rapport à la fin de l’année précédente ajouter 29 aspres : le prix du sultanin, monnaie d’or, s’est élevé, il y aurait donc bien eu une usure de la monnaie. De plus, cela fait le peso d’Espagne en 1720 à plus de 33,82 témins, soit 33 témins 23,78 aspres. Mais le sultanin ayant baissé, le rapport entre sultanin et peso restant pratiquement le même, on peut dire que le peso a probablement aussi perdu de sa valeur.

Le real de plata

  • 65 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Este aspero ha tenido varios prec (...)

83En 1720, il faut donner 77 aspres pour avoir un réal d’argent dit le père. Or, nous l’avons vu dans la comptabilité de l’hôpital à 3 témins, ce qui donne une valeur légale de 87 aspres ; le réal d’argent est donc au-dessous de la valeur légale, puisqu’il faut moins d’aspres pour avoir un réal. Lorsqu’il explique que « l’aspre a eu plusieurs prix, et [qu’]il n’a jamais été aussi bas que maintenant, parce que 77 aspres font un réal d’argent65 », c’est le réal qui serait dévalué et non l’aspre, malgré ce que dit le père, même si l’aspre, monnaie d’argent à l’origine, voit sa teneur en argent modifiée et l’alliage augmenter, puisqu’on ne trouve pratiquement plus d’aspres d’argent, mais des aspres en bronze. Il est possible de soutenir que l’aspre est dévalué, puisqu’il a perdu de sa teneur en fin, mais il peut avoir conservé sa valeur nominale. Si on s’en tenait à l’explication littérale de cause à effet donnée par le père, le réal aurait perdu de sa valeur et l’aspre aurait été renforcé. En fait, la formulation pose problème et nous sommes pour l’instant dans l’incapacité de résoudre la contradiction, puisque tous les éléments que nous avons analysés jusqu’à présent vont dans le sens indiqué par le père Ximénez, celui de « l’empirance ». En tout cas, il s’agit bel et bien d’un trouble monétaire, qui n’est pas récent d’ailleurs. Peut-être faut-il comprendre qu’auparavant le père obtenait davantage d’aspres avec un réal d’argent. En conséquence son pouvoir d’achat baissait, quand il échangeait des réaux d’argent contre des aspres, puisqu’il en recevait un moins grand nombre.

84Avant de poursuivre notre enquête, rassemblons l’essentiel de ce qu’elle nous a appris. Nous avons tiré la valeur des monnaies de compte des coûts de la consommation de l’hôpital : pataque gourde ou piastre courante et real de a ocho à 24 témins, pataque chique à 8 témins ou 232 aspres, réal d’argent à 3 témins et témin ou réal chique à 29 aspres. Par ailleurs, nous avons constaté que la comptabilité était très certainement inexacte. Malgré tout nous avons pu établir à 1,10 le rapport d’échange entre peso d’Espagne et piastre, monnaie circulante d’Alger, en 1718.

85Nous avons aussi précisé les différentes valeurs de la piastre d’Alger, en confrontant les informations monétaires tirées du journal. La valeur de la piastre en 1718, soit 26 témins et 19,14 aspres se trouverait dans un rapport de moins de 1,11 entre sa valeur réelle et sa valeur légale. La faiblesse de la monnaie d’Alger apparaît puisqu’il faut ajouter à la valeur légale 77 aspres pour avoir une piastre courante, monnaie réelle.

  • 66 Lemnouar, Merouche, Recherche sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520 (...)

86D’autre part, alors que la piastre d’Alger vaudrait 26,66 témins exactement, le peso d’Espagne gagnerait 13 aspres entre 1719 et 1720. Le peso égalerait alors 33,82 témins, presque 981 aspres. Quant au sultanin, il aurait perdu de sa valeur, car il faudrait donner 29 aspres (1 témin) de plus pour l’obtenir en 1720. Mais en 1719, comme en 1720, il valait toujours moins de 2 pesos espagnols, ce qui conduit à penser que parallèlement le peso baissait aussi, puisque le rapport entre les deux monnaies restait le même. Il continuera sa chute, car, en 1723, le sultanin vaudra 2 pesos d’Espagne. Le peso atteindrait, en retenant la valeur du sultanin de sources algériennes proposée par Lemnouar Merouche, 8,62 pataques66 ou 1 000,5 aspres, soit 34,5 témins, mais selon nos calculs, par rapport à la piastre comme au sultanin, près de 981 aspres.

87Il semble que nous devions aller dans le sens du père Ximénez qui aurait raison d’affirmer que la monnaie d’Alger avait perdu de sa valeur, voire qu’elle était au plus bas en 1720. Il faudrait ajouter que le change n’augmentait pas nécessairement en faveur du peso espagnol pour autant et moins encore à l’avantage du réal d’argent. Malgré tout, l’hôpital en 1719 disposait de fonds plus importants, selon le père, grâce au coût de la vie et au change toujours avantageux.

88Notre enquête ne saurait s’arrêter là pour savoir ce qu’il en était de l’inflation. Nous allons donc mesurer les prix à la même aune, en convertissant en témins et aspres, en monnaie de compte, ceux que nous avons rassemblés dans le journal, étant donné que ceux du livre des dépenses se présentaient déjà sous cette forme.

Des prix

Prix en 1714, 1715 et 1718

  • 67 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, agosto, 1 « Avrá unos quatro o cinco años, que suce (...)

89Examinons tout d’abord certaines données extraites du livre de comptes de l’hôpital. Nous avons retenu l’année 1718, d’une part, parce que la comptabilité n’allait pas au-delà, d’autre part, parce qu’elle correspondait à l’arrivée du père Ximénez à Alger ; nous pensions que les données du journal en seraient éclairées. Les années 1714 et 1715 ont aussi retenu notre attention, car l’une ou l’autre était signalée comme une période de crise de subsistance. En effet, le 1er août 1719, le père écrit : « Il y a quatre ou cinq ans, il y eût une famine si grande dans ce royaume et particulièrement à Oran, que les Maures mouraient par les champs et par les rues, sans que personne ne les secourût, et les captifs d’Oran me racontèrent que les Maures avaient recours à eux pour qu’ils leur donnassent une bouchée du pain que leur donnait le Bey, c’est ainsi qu’ils évitèrent à quelques-uns de mourir de faim67. » Commençons donc par regarder sous l’angle de la consommation, donc de la dépense, le pain si rare en 1714 (tableau 51) ou en 1715 (tableau 52 page suivante).

Tableau 51. — Consommation de pain en 1714

Tableau 51. — Consommation de pain en 1714

Pain consommé à l’hôpital en 1714, 1715 et 1718

Consommation en 1714

90Une certaine irrégularité apparaît, imputable aux quantités de pain achetées, liées sans doute aux besoins de l’hôpital. Ces coûts se situent entre 330 et 629 témins, la moyenne correspondant à 425 témins ou 12 325 aspres.

Tableau 52. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1715

Tableau 52. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1715

Consommation en 1715

91En 1715, le père administrateur a payé au minimum 245 témins et 980 témins au maximum. L’irrégularité règne. Mais surtout, à partir du mois d’août, les prix font la culbute. La moyenne se situe autour de 551,5 témins, soit 15 993, 5 aspres. Par rapport à l’année précédente on compte en moyenne 126,5 témins de plus, soit 3 668, 5 aspres, cela représente une augmentation globale de 29,9 %. La famine sévirait plutôt cette année-là où la hausse des prix trahit la pénurie.

Consommation en 1718

92En 1718 (tableau 53 page suivante), trois ans plus tard, les sommes ne descendent pas au-dessous de 661 témins, ni ne dépassent 787 témins. La moyenne se situe à 746 témins environ, c’est-à-dire à 21 634 aspres, ce qui correspond, par rapport à 1715, à une croissance de la dépense de 12,81 % et par rapport à 1714 à une augmentation de 46,61 %. La courbe retrouve un aspect plus homogène.

Tableau 53. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1718

Tableau 53. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1718

93Si nous mettons sous forme graphique ces tableaux, après avoir exprimé ces quantités en aspres, nous constatons qu’en 1714 (figure 20 page suivante), malgré l’irrégularité des achats que traduit le graphique ci-dessous, les coûts se situent autour de l’axe des 10 000 aspres avec une poussée au-delà de 18 000 aspres en février.

94Mais, en 1715, le second graphique (figure 21 p. 413) met en évidence, en début d’année, après des coûts proches de ceux de 1714, voire inférieurs en février et mars, une flambée qui culmine en novembre 1715 à plus de 28 000 aspres. Cette disparité traduit des achats de pain plus importants, dus très certainement à l’aide apportée aux plus démunis. Encore que les esclaves du beylique ne semblaient pas toujours souffrir de la faim, puisqu’ils venaient en aide aux indigènes qui mouraient en nombre. Cette irrégularité peut alors rendre compte de la rareté du pain. Pénurie, qui en provoquerait la hausse, étant donné qu’en octobre, novembre et décembre, nous notons un passage au-dessus de 20 000 aspres. Une chute relative se produira ensuite, mais cette fois la fourchette ne sera plus entre 10 et 20 000 aspres, mais entre 20 et 30 000 aspres. Nous pouvons considérer que le phénomène de la hausse est lisible, bien que nous ne connaissions pas les quantités de pain achetées, variables assurément en fonction du nombre de personnes présentes à hôpital et des personnes secourues.

Figure 20. — Consommation de pain de l’hôpital en 1714

95En 1718 (figure 22 page ci-contre), trois ans plus tard, les coûts se sont stabilisés au-dessus de 20 000 aspres, sauf en janvier. Les quantités achetées sont plus régulières, comme en 1714 et furent probablement plus importantes. En effet, nous constatons à la simple lecture de la comptabilité, que les achats furent en général plus variés et plus abondants cette année-là. Malgré tout l’augmentation est telle que nous ne pouvons l’imputer uniquement à un comportement différent. La hausse du prix du pain n’est certainement pas étrangère à l’accroissement de la dépense.

  • 68 Il s’agit probablement, non pas du biscuit cuit deux fois pour mieux le conserver, qui servait à a (...)

96Il serait vraisemblable que la crise de subsistance ait eu lieu en 1715, étant donné la hausse plus forte de la dépense en une année. La majoration entre 1715 et 1718 est inférieure à celle de 1714-1715. Si nous avions eu connaissance de la valeur du pain à l’unité nous aurions pu en tirer des conclusions, mais il n’apparaît pas dans la comptabilité, à l’exception, en 1718, du coût du pan bizcocho. Cependant, nous pouvons en estimer par déduction le montant en 1718 et 1719, car il est fait état de trois sortes de pains : el pan vizcocho o bizcocho68, qui apparaît d’abord fin 1715, ensuite — plus souvent — en 1718, ainsi que : el pan de soldado et el pan blanco. On achetait occasionnellement le premier. On consommait parallèlement les deux autres. En juillet 1718 nous lisons ceci : 250 panes de soldado del mes, 26 tomines. Cela fait le pain à environ 3 aspres. Et, d’après le journal, un pain blanc de dix onces — 290 g. — acheté au marché le 1er décembre 1719 coûtait 5 aspres. Enfin, le pan bizcocho coûtait 8 à 9 témins en 1718. En voici la preuve (tableau 54).

97Le tarif du pain bizcocho évalué, récapitulons les prix des différents pains à l’unité (tableau 55 page ci-contre).

Figure 21. — Consommation de pain de l’hôpital en 1715

Figure 22. — Consommation de pain de l’hôpital en 1718

Tableau 54. — Valeur du pan bizcocho

Tableau 54. — Valeur du pan bizcocho

* À l’époque, l’orthographe n’était pas fixée : nous trouvons indifféremment bizcocho ou vizcocho.

Prix du pain à l’unité

98Si nous avons l’avantage de connaître le poids d’un pain blanc au détail, nous ignorons quel était le poids du « pan bizcocho » que les trinitaires achetaient pour l’hôpital. Nous pouvons sans peine imaginer que ce pain plus élaboré était d’un autre poids, étant donné la grande différence de prix entre les deux sortes de pains. Nous ne pouvons guère aller au-delà, car les données fournies par la comptabilité, ainsi que celles qu’offre le journal, ne le permettent pas.

Tableau 55. — Valeur des différents pains à l’unité

Tableau 55. — Valeur des différents pains à l’unité

Dépense et hausse des prix

99Le phénomène de la hausse était-il général ? Regardons de près le graphique des dépenses globales des années 1714 et 1718 sur un même laps de temps ; sur onze mois, puisque la comptabilité de 1718 s’arrête en novembre. Que remarquons-nous ? (figures 23 et 24 p. 416-417)

Dépenses en 1714

100En 1714, deux pics apparaissent, en avril et en septembre : deux dépenses extraordinaires. En avril, le père administrateur paie 3 ans de salaire au chirurgien de l’hôpital. En septembre, il porte en compte l’envoi, frais inclus, de produits d’Espagne : ordonnances, serviettes, nappes, torchons, tabac, chocolat, baril de thon. Pour le reste, l’ensemble des dépenses se situe le plus souvent entre 1 500 et 2 000 témins. D’autre part, le peu de valeur de l’aspre frappe : le graphique le souligne, puisque la ligne colle au zéro.

Dépenses en 1718

101En 1718 nous rencontrons des dépenses importantes et exceptionnelles, en juillet et en septembre. En juillet, le chirurgien de l’hôpital reçoit le reste de son salaire et 48 pièces de tissu sont achetées pour faire des draps et des taies. Enfin, on règle au frère Théodore le safran qu’il a rapporté d’Espagne. En septembre, une autre dépense importante figure dans la comptabilité : les vendanges sont terminées et l’on achète le raisin et le matériel pour faire le vin. Pendant les autres mois, les dépenses courantes dominent et l’on s’aperçoit que les sommes déboursées tournent autour de 4 000 témins : le net décrochement du graphique global des dépenses entre 1714 et 1718 (figure 25 p. 418), fait apparaître l’élévation des frais. Mais ce développement implique-t-il pour autant une hausse des prix ?

Figure 23. — Dépenses de l’hôpital en 1714

Dépenses des années 1714 et 1718

102Essayons de déterminer, en étudiant d’autres prix, si ce décrochement traduit simplement une dépense plus grande, donc un pouvoir d’achat plus important ou une plus grande cherté de la vie ou les deux à la fois.

Figure 24. — Dépenses de l’hôpital en 1718

Figure 25. — Dépenses des années 1714 et 1718

Tableau 56. — Prix du raisin

Tableau 56. — Prix du raisin

Tableau 57. — Prix de la charge de charbon

Tableau 57. — Prix de la charge de charbon

Pouvoir d’achat de l’hôpital et hausse des prix

Prix du raisin

  • 69 Le quintal faisait 100 livres castillanes et la livre castillane 464 g., mais, page 288 de son liv (...)

103En quatre ans environ (tableau 56 page ci-contre) le prix de revient du quintal69 de raisin — frais inclus — a baissé de 1 témin 4 aspres, soit de 6 %. En quantité, l’achat a augmenté de presque 5 % et l’investissement de 74 %. L’hôpital a investi davantage à un prix un peu plus intéressant.

104Nous avons aussi rencontré le prix du bois de chauffage que nous pouvons comparer à celui du charbon (tableau 57).

Prix de la charge de charbon

105L’unité, la « carga », la charge de charbon a baissé de 6 témins (174 aspres) en 4 ans, soit une première baisse de 22,8 %, puis une seconde entre le 1er juillet 1718 et le 29 juillet 1718 de 12,8 %. En quatre ans, la baisse atteint 32,7 %. En quantité, l’augmentation de l’achat sur quatre années a été de 16,6 %. Quant à l’investissement, il est compris entre 77,8 % au premier juillet 1718 et 73,8 % en fin de mois.

106Voyons le prix du bois de chauffage (tableau 58 page suivante), puis comparons-le à celui du charbon.

Tableau 58. — Prix du bois de chauffage

Tableau 58. — Prix du bois de chauffage

Tableau 59. — Prix de la cola de azeite

Tableau 59. — Prix de la cola de azeite

Prix du bois de chauffage

107Nous ne connaissons pas le prix du bois de chauffage pour les autres années. Cependant, il est intéressant d’en avoir une idée, car, rapproché de celui du charbon (même s’il s’agit du prix de 1714 en mai-juin), nous observons qu’une charge de charbon vaut un an plus tôt, 16 témins 2 aspres (466 aspres), quand la charge de bois de chauffage vaut 3 témins 14 aspres (101 aspres), c’est-à-dire 4,6 fois plus. L’écart réel a pu être inférieur, puisque le charbon en 1718 passait de 12 à 10 témins, mais malgré ce manque de précision, nous disposons d’un terme de comparaison, d’un ordre de grandeur.

108Le journal fournit d’autres prix, que nous allons examiner.

Prix de la cola de azeite

  • 70 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 152 (...)
  • 71 Esquisse de l’État d’Alger cité par Kaddache, Mahfoud, Algérie durant la période ottomane, Alger, (...)

109Le terme cola appliqué à l’huile ne figurant pas au dictionnaire espagnol, il s’agit donc de la transposition du terme qulla ou al colla utilisé à Alger ; mesure d’huile ou de vinaigre d’une capacité de 16 litres70 ou « (sorte de jarre) valant 10 litres » d’après William Shaler71.

  • 72 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, 199 (...)

110Nous constatons que le nombre de « colas de azeyte » augmentent avec les années ; la dépense est plus grande pour des quantités plus importantes (tableau 59 page précédente). Cela peut s’expliquer en partie par un change favorable aux trinitaires qui reçoivent de la maison-mère à Madrid l’argent de leur budget72 en monnaie espagnole et par le fait que la vie à Alger est peu chère en comparaison avec l’Espagne, enfin, par la baisse des prix toujours favorable au consommateur. En un mot, le pouvoir d’achat de l’hôpital s’est accru, alors que, entre 1715 et 1718, en trois ans, la baisse n’est que d’un demi-réal d’argent, c’est-à-dire de 7,1 %. Sur quatre années, elle a été de 27,7 %.

  • 73 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Pareze a querido Dios no sólo conservar (...)

111En ce qui concerne les quantités achetées, l’augmentation entre 1714 et 1715 est de 70 % et de 69 % de 1715 à 1718, enfin, de 48,2 % entre 1714 et 1718, c’est-à-dire en 4 ans. L’investissement a augmenté de 1714 à 1715 de 11,1 % et de 37,8 % de 1715 à 1718. En 4 ans — de 1714 à 1718 — le taux d’investissement aura atteint 53,2 %. Nous remarquons le même phénomène que précédemment : on achète et l’on dépense au-delà de ce qui correspondrait à la baisse du produit. Ce constat est conforme à l’impression que nous avions en examinant la comptabilité : on dépensait plus volontiers et de façon plus diversifiée en 1718, alors qu’en 1714 et 1715 on achetait l’indispensable, sans pour autant sacrifier l’équilibre alimentaire. La richesse plus grande que signale le père en 1719, qui permit l’agrandissement de l’hôpital, n’est certainement pas étrangère à cette consommation plus forte73. D’autre part, plus le prix est bas, plus les quantités sont importantes ou encore plus les quantités sont importantes plus le prix est intéressant ?

112Nous pouvons conclure que la dépense n’est pas provoquée seulement par un prix plus attractif, puisqu’elle est supérieure à la baisse du produit, mais sans doute aussi par un change favorable aux trinitaires, qui reçoivent l’argent du budget en monnaie espagnole et par le fait que la vie à Alger est pour eux bon marché. En un mot le pouvoir d’achat de l’hôpital s’est accru.

Prix des produits importés

113Le sucre, le chocolat et le safran (tableaux 60 à 62 page ci-contre), produits de luxe utilisés par l’hôpital, étaient des marchandises importées. Quel en était le prix ?

Prix du sucre

114En moins de deux ans, la livre de sucre — de 464 g. en Espagne, mais de 546 g. à Alger — a augmenté soit légèrement, soit de plus de 50 aspres, c’est-à-dire de 50,8 % par rapport au début de l’année 1714. Nous ne connaissons malheureusement pas le prix du sucre en 1718, si bien que nous ne pouvons en certifier la hausse continue, ni le prix exact à la livre.

Prix du chocolat

  • 74 Mateu y Llopis Felipe, La moneda española. Breve historia monetaria de España, Barcelona, 1946, p. (...)
  • 75 Ces prix sont un reflet de la situation monétaire en Espagne à ce moment-là. Stabilité de la monna (...)

115La circulation en Aragon, en Catalogne, en région valencienne et en Castille, de monnaies différentes, au pouvoir d’achat inégal, poussa Philippe V à s’occuper personnellement des problèmes monétaires et à tenter d’uniformiser le système, en prenant « de nombreuses dispositions sur la valeur de la monnaie74 ». En conséquence en Espagne, le prix de la livre de chocolat variait grandement en fonction du lieu où l’on procédait à l’achat ; en Castille ou dans la région de Valence75, mais aussi vraisemblablement selon les quantités acquises, les prix de détail étant plus élevés que les prix de gros. Le prix du chocolat était moins élevé à Alger en 1714 qu’en 1712 en Espagne.

Tableau 60. — Prix de la livre de sucre

Tableau 60. — Prix de la livre de sucre

Tableau 61. — Prix de la livre de chocolat

Tableau 61. — Prix de la livre de chocolat

Tableau 62. — Prix du safran

Tableau 62. — Prix du safran

a. Le quintal variait de 100 à 150 livres à Alger.
b. L’once, sous-multiple de la livre, dont le poids variait en fonction du produit.

Prix du safran

116Le safran coûtait 1,8 fois plus cher à Alger qu’en Espagne, malgré la baisse de presque 10 % entre 1714 et 1718. Mais ces prix étaient-ils comparables ? L’achat à Alger était inférieur en poids — la livre valant 16 onces — à celui qui fut fait par les trinitaires en Espagne, même si la livre d’Alger pour les épices était de 546 g contre 464 g. pour la livre castillane. Si les trinitaires procédaient de la sorte, c’est qu’ils y trouvaient avantage et que le tarif espagnol était inférieur au tarif algérois.

  • 76 Braudel F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme xve-xviiie siècles. Les structures du (...)

117Les produits d’importation, comme le sucre ou le safran, le chocolat ou le tabac qui valait 16 témins la livre, étaient des marchandises onéreuses. Ce n’est pas étonnant, puisque le sucre, le chocolat et le safran étaient des produits de luxe, tandis que le tabac stimulant était devenu un dopant, souvent une compensation aux difficultés alimentaires sérieuses. Ce prix élevé s’explique, puisque l’on tira l’eau de sucre de la canne à sucre, originaire de la côte du Bengale, puis le sucre. Considéré comme un médicament, c’était un produit que l’on peut dire industriel, car sa fabrication « réclame une grosse main d’œuvre... des installations coûteuses... La canne doit être écrasée sous des rouleaux, actionnés par des bêtes, par la force des eaux ou celle du vent, parfois à bras d’homme, comme en Chine, ou même sans rouleaux, tordue à la main comme au Japon. Le suc des plantes exige traitements, préparations, précautions, et se cuit longuement dans des cuves de cuivre. Cristallisé dans des formes de terre, il donnait le sucre brut76 ».

118Le sucre est en Égypte au xe siècle, les Arabes l’avaient véhiculé et il prospérait en Sicile et à Valence. Les Croisés l’avaient rencontré en Syrie. Il traversa ensuite le Maroc et les Açores et vers 1520 passa au Brésil. Pourtant au xviiie siècle, toute l’Europe ne connaît pas le sucre et même si son prix baisse relativement, cela reste un produit de luxe. Tout comme le chocolat venu du Mexique vers 1520 en Espagne et aux Pays-Bas espagnols, avant de gagner la France où il ne s’imposera qu’avec la Régence. Il atteindra aussi l’Angleterre. Il devint parfois la boisson des Grands, celle des vieux, mais jamais celle du peuple, écrit Fernand Braudel. Le chocolat l’a emporté en Espagne et les trinitaires usent à l’hôpital espagnol d’Alger de cette boisson de la sociabilité.

  • 77 Ibid., p. 224.

119Quant au tabac originaire du Nouveau Monde, il passera en Europe, comme plante des jardins botaniques ou pour des vertus médicinales. Cultivé en Espagne au milieu du xvie siècle, le tabac se répandra en France, en Angleterre, en Italie, dans les Balkans et en Russie. Il arrivera aux Philippines, en Virginie et au Japon, en fin de siècle. Au début du xviie siècle, vers 1605-1610, il atteindra Macao, Java, l’Inde et Ceylan. Le tabac sera véritablement commercialisé au xviie siècle et « il va s’emparer du monde entier77 ».

120Le prix élevé de ces produits importés témoigne également de la faiblesse de la monnaie dans les échanges extérieurs, alors que les produits du pays auraient eu au contraire une propension à la baisse, comme le raisin, l’huile et le charbon. On observe aussi que la chute du prix de certains produits est plus importante entre 1714 et 1715 qu’entre 1715 et 1718. La crise de subsistance que le père indique et dont on noterait les effets à la hausse à partir d’août 1715, serait-elle suivie d’une dépression, puisque certains prix ont baissé en 1718 ? Toutefois les produits importés restent chers et le cours du change demeure favorable aux monnaies d’argent d’Espagne. Cette hypothèse serait-elle confirmée si nous disposions de séries de prix ? Ferions-nous le même constat pour l’ensemble des denrées alimentaires ?

121Nous avons recueilli un certain nombre de prix, mais nous n’avons pu établir qu’une échelle de la valeur des produits les uns par rapport aux autres, car nous nous sommes heurtée à l’impossibilité d’obtenir de véritables séries. En effet, les sommes inscrites dans la comptabilité sont le plus souvent globales ; elles servent la plupart du temps de référence au poids comme le montre l’exemple suivant.

Prix du tabac

122Nous remarquons qu’il est difficile de comparer avec l’année 1718, bien que nous ayons le prix réel du tabac en 1715. En effet, la quantité achetée est mesurée par le prix : une pataque chique de tabac, c’est-à-dire 232 aspres ou 8 témins. A-t-on pour ce prix 232 g de tabac, soit la moitié de la livre castillane ? Quoique qualitative, cette approche reste néanmoins envisageable pour apprécier l’évolution des prix (tableau 63 page suivante).

Tableau 63. — Prix du tabac

Tableau 63. — Prix du tabac

Prix des denrées alimentaires

123Que coûtaient les légumes en 1715 et 1718, étant donné que nous ignorons leur prix en 1714 (tableau 64).

Prix des légumes

Tableau 64. — Prix des légumes

Tableau 64. — Prix des légumes

124Les légumes étaient abordables eu égard à leur prix ; l’un des plus bas. Ils auraient baissé de 14 aspres en trois ans. Bien que nous ne connaissions pas les quantités acquises, nous savons qu’à l’hôpital elles devaient satisfaire approximativement les besoins d’une centaine de personnes. Ces prix étaient-ils alors des prix de détail ?

  • 78 Libro de gastos, año de 1718, 30 de abril « Se compraron a primeros de diciembre del año passado 1 (...)

125Nous pouvons établir aussi l’évolution d’autres valeurs. Le livre des dépenses fournit le prix du mouton sur pied. Il coûtait au début du mois de décembre 1717 : 31,5 aspres ou 1 témin et 2,5 aspres, si bien que, en avril 1718, un mouton vif revenait aux trinitaires à 55 aspres, soit 1 témin et 26 aspres, une fois le salaire payé au berger qui les soignait. Malgré la perte de quatre moutons ils furent néanmoins gagnants, même s’ils durent ensuite payer les services d’un boucher78. Ces données permettent de mesurer l’écart entre l’animal vif et la viande de boucherie, l’écart entre le prix du poids brut et celui du poids net (tableau 65).

Tableau 65. — Prix du mouton

Tableau 65. — Prix du mouton

Prix du mouton

126Des variations saisonnières des prix s’échelonnent au long de l’année. Il faut cependant se montrer prudent étant donné que le prix de chaque denrée n’est pas toujours fourni. Nous avons dû les approcher par comparaison parfois, ce qui n’exclut pas l’erreur. Il ne s’agit, par conséquent, que d’un ordre de grandeur.

Tableau 66. — Tableau récapitulatif du prix du mouton

Tableau 66. — Tableau récapitulatif du prix du mouton

127Récapitulons, afin de mieux embrasser l’évolution de ces prix (tableau 66).

  • 79 À l’exception du porc dont le prix est exorbitant en terre d’Islam par rapport aux autres prix. Le (...)

128Le prix du mouton, viande la plus chère79 consommée par tous les groupes sociaux, évolue à la baisse en mai 1714 et en juin 1715 pour repartir à la hausse en décembre. Peut-être même avant décembre 1715, phénomène que nous avons déjà rencontré. Le mouton a plus que doublé entre juin et décembre 1715. En 1718 les prix sont plus élevés qu’en 1715 et qu’en 1714 et semblent se maintenir autour de 27-30 témins. Nous retrouvons le mouvement des dépenses à l’année.

129Essayons de préciser les variations des prix au cours des années 1714, 1715 et 1718, en comparant des prix globaux, puisque nous n’avons pas d’autres solutions (tableau 67 page suivante).

130Les tarifs changent au cours de l’année, car les prix baissent au moment de la naissance des agneaux, le bétail devient plus abondant. Mais si ces variations saisonnières sont assez fortes, elles ne sont pas extrêmes ; cette instabilité liée à la production n’était pas anormale à l’époque. D’un autre côté la hausse des prix est progressive ; elle se fait par paliers.

Tableau 67. — Variation des prix

Tableau 67. — Variation des prix

131Nous pouvons aussi apprécier l’évolution d’autres prix, par ex. celui du poisson associé aux légumes, au couscous, aux citrons, voire au pain acheté au marché (tableau 68 page suivante).

Autres prix

132L’augmentation des prix est progressive et constante. En un an et quelques mois, entre 1714 et 1715, l’augmentation sur les mêmes produits a été de 4 témins 26 aspres. Puisque nous savons que le pain acheté au marché en décembre 1719 valait 5 aspres nous pouvons estimer le coût du poisson, des légumes et du couscous en 1718 à 20 témins environ. Cet ensemble de produits essentiels dans l’alimentation aura donc été en constante augmentation.

133Considérons cet autre ensemble de produits (tableau 69 page suivante).

134Comparés au mouton et au poisson, les légumes, les pâtes, la semoule et le bœuf ne sont pas chers. Par ailleurs, les prix en 1718 sont bien supérieurs aux prix de 1714 : 39 témins 10 aspres pour du poisson, des légumes et des pâtes, contre un mouton, du poisson, des légumes et des pâtes à presque 26 témins, soit plus de 13 témins d’écart, avec un mouton en plus en 1714.

Tableau 68. — Autres prix

Tableau 68. — Autres prix

Tableau 69. — Autres ensembles de produits

Tableau 69. — Autres ensembles de produits

135La semoule de l’autre groupe d’achats, article d’un prix raisonnable, ne saurait être cause d’une hausse de 36 témins environ (plus du double), même si l’on estime que les quantités achetées ont été supérieures. La hausse des prix ne saurait être écartée.

136Nous avons donc constaté que certains prix avaient baissé, parfois de façon saisonnière, tandis que d’autres augmentaient ; que le mouvement des prix annuels recouvrait une réalité : dans l’ensemble, les prix de 1714 avaient baissé durant le premier semestre 1715 pour remonter ensuite brusquement, puis lentement, jusqu’en 1718. Les courbes des dépenses globales de 1714 et de 1718, que nous avions au départ, sont bien le reflet d’une situation réelle. Nous serions en 1718 et davantage en 1720 dans une période d’affaiblissement de la monnaie : dans une période d’« empirance », puisqu’il y a eu hausse des prix.

  • 80 Le terme mesura est sans doute l’hispanisation du mot arabe mizûra, voire du mot français mesure, (...)

137Nous pouvons établir une échelle du prix des produits : le mouton, le poisson et les œufs sont les denrées alimentaires les plus chères. Les fruits viennent ensuite, mais les citrons et le lait utilisés comme médicaments, sont d’un prix plus élevé. Le bœuf est abordable et les lentilles, les pâtes, la semoule, le couscous et les légumes verts sont d’un prix relativement faible. L’orge et le millet sont plus chers que le riz, tandis que le sucre, à 145 aspres, le miel à 64 aspres et les dattes à 49 aspres la livre, sont plus chers que le riz à 24 aspres. Nous ne pouvons juger du prix des pois chiches, car nous ignorons quelle était la capacité d’une mesure80.

138Rassemblons l’essentiel des résultats de cet examen des prix. L’étude de la consommation de pain de l’hôpital révèle qu’en 1714, malgré l’irrégularité des achats, le coût annuel du pain se situe autour de 10 000 aspres, avec une poussée en février au-delà de 18 000 aspres. En 1715, après un début d’année dans la fourchette des coûts de 1714, voire inférieurs, on note, en février et en mars, une flambée qui culmine à plus de 28 000 aspres en novembre 1715. Trois ans plus tard, en 1718, cette dépense s’est stabilisée entre 20 000 et 30 000 aspres. L’augmentation en pourcentage est de 29,9 % de 1714 à 1715 et de 12,81 % de 1715 à 1718. Sur la totalité de la période elle atteint 46,61 %. Cet état de fait conduit à se demander s’il faut lier cette augmentation à la hausse des prix ou à un pouvoir d’achat plus élevé des trinitaires.

139Poussée plus avant, notre enquête montre que les quantités achetées en 1718 étaient, comme en 1714, plus régulières. Au vu de la comptabilité un constat s’impose : les produits étaient plus variés et plus abondants. On ne peut imputer l’augmentation de la dépense par rapport à 1714 à cette seule politique d’achat et la hausse du prix du pain ne doit pas être écartée.

  • 81 Mais 2 aspres pour les tolbas, (les étudiants) ce qui va dans le sens de ce qu’affirme Laugier de (...)

140Il est plausible aussi que la crise de subsistance soit survenue en 1715, car la hausse a été plus forte, plus brutale cette année-là, et elle a été supérieure à celle qui s’est produite entre 1715 et 1718. Nous l’aurions su d’emblée si nous avions disposé du prix du pain pour chacune de ces années. Nous savons qu’il existait trois sortes de pains à des tarifs différents selon leur qualité. Le plus cher, une viennoiserie, el pan vizcocho, qui apparaît dans la comptabilité à la fin de l’année 1715 et plus souvent en 1718, coûtait cette année-là entre 8 et un peu plus de 9 témins, soit 232 à 267 aspres. El pan blanco fabriqué par les boulangers de la ville — qui pesait 10 onces (290 g.) l’un — coûtait 5 aspres81 le 1er décembre 1719 quand on l’achetait au marché. Quant au pan de soldado il était à 3 aspres l’un en 1718.

  • 82 Merouche, Lemnouar, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1 (...)

141La comparaison entre la dépense globale annuelle de l’hôpital en 1714 et celle de 1718 a fait apparaître le net accroissement des dépenses. Nous avons observé qu’elle se tenait entre 1 500 et 2 000 témins en 1714 et, autour de 4 000 témins en 1718, soit le double. Pour savoir si cela impliquait une hausse des prix ou un pouvoir d’achat plus élevé ou les deux à la fois, nous avons examiné le prix de certains produits du pays. Il s’avère que l’on achetait et que l’on dépensait au-delà de ce qui correspondait à la baisse du produit. L’investissement fait par le père administrateur pour un achat d’huile passe de 11 % en 1715 à 37,8 % entre 1715 et 1718. L’investissement en 4 ans a augmenté de 53 %. En conséquence, la dépense n’était pas provoquée uniquement par un prix plus attractif, mais aussi par une richesse plus grande due à la vie moins chère à Alger qu’en Espagne et à une baisse de certains prix. On observe également que la chute des prix de certains produits fut plus importante entre 1714 et 1715 qu’entre 1715 et 1718. Ces produits courants furent-ils davantage taxés pendant la période de crise pour en limiter les effets ? Ordinairement, seuls étaient taxés le savon, une pâtisserie au miel, la zlâbiya et le pain indexé sur le prix du blé. Les responsables allaient « constater les variations de prix du blé sur la rahba, place du marché au grain à Alger. Ils [enregistraient] les variations qui [atteignaient] un niveau significatif et les [communiquaient] au plus haut responsable du pays... À partir des critères établis par les règlements, ils [suggéraient] au Dey la fixation du poids du pain vendu par les boulangers d’Alger aux particuliers à un prix fixe mais d’un poids variable... Il va de soi que cette variation de poids [restait] dans des limites au-delà desquelles c’[était] le prix lui-même qui [était] modifié82 ».

142L’analyse des prix de quelques produits importés montre qu’ils étaient onéreux, même quand leur prix baissait. Nous avons donc essayé d’aller plus loin en approchant de façon qualitative, faute de mieux, les prix des denrées alimentaires, puisqu’il nous a été impossible de constituer des séries. Nous avons remarqué qu’ils avaient évolué à la baisse en mai 1714 et en juin 1715 pour repartir à la hausse, peut-être même avant décembre 1715, où ils avaient plus que doublé. Hausse qui s’était poursuivie ensuite par paliers jusqu’en 1718 malgré des baisses saisonnières, signe d’une instabilité des prix liée à la production, normale à cette époque. Nous retrouvons une fois de plus une hausse progressive constante sur un ensemble de produits essentiels dans l’alimentation.

143Pour en terminer, nous avons constaté la même évolution, pour chacun des trois aspects examinés — la consommation de pain de l’hôpital, la dépense globale annuelle, le prix des denrées alimentaires — une baisse durant le premier semestre 1715, une remontée brutale d’abord, puis lente jusqu’en 1718 : une hausse constante des prix, une « empirance » en 1718 et bien plus encore en 1720. Parallèlement la diversité plus grande des produits achetés en 1718 et l’augmentation des investissements au-delà de la baisse des produits, montre une hausse du pouvoir d’achat, une plus grande richesse de l’hôpital que le père confirme en 1719.

144Nous avons apprécié les prix, par rapport aux pratiques de l’hôpital, mais pour mieux en juger, il reste encore à connaître le prix du travail, donc les salaires.

Salaires, rétributions, taxes et pouvoir d’achat du manœuvre

Salaires

145Nous connaissons certains salaires : ils apparaissent dans la comptabilité de l’hôpital ; le Libro de gastos (tableau 70 page suivante). Nous ajouterons le salaire du manœuvre. À ces rémunérations, il faudra joindre les rétributions accordées à certains pour leur activité.

  • 83 Merouche, Lemnouar, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1 (...)

146Nous avons calculé le salaire de base du manœuvre, à l’aide des données que nous avons trouvées dans le Diario y Viaje de Argel, salaire exprimé en monnaie d’Espagne, en quartos ou encore en dobla de asperos. Si nous établissons sa valeur, à partir de celle du réal fournie par le père Ximénez, soit 77 aspres, le salaire du manœuvre du bâtiment, équivalant à 5 quartos d’Espagne, serait de l’ordre de 45,29 aspres, sachant que le réal valait 34 maravédis et le quarto 4. Cependant, si nous faisons le même calcul en retenant la valeur légale du réal d’argent, soit 87 aspres, le salaire serait alors de 51,17 aspres environ. Toutefois si nous l’établissons à partir du peso d’Espagne valeur commerciale, ce salaire atteindrait 57 aspres environ. Cette évaluation paraît vraisemblable, comparée aux valeurs proposées par Lemnouar Merouche83. La comptabilité offrant des salaires en monnaie de compte, nous retiendrons, afin d’établir des comparaisons, la valeur de 51,17 aspres du salaire perçu dans cette monnaie par le manœuvre.

Tableau 70. — Salaires

Tableau 70. — Salaires

147Le salaire du chirurgien de l’hôpital a augmenté de 8,5 % environ en un an, entre 1714 et 1715. Ce salaire s’est accru, entre 1715 et 1718, car les 134 aspres journaliers ne représentent que la part versée à Alger. Nous ignorons le montant de la somme remise en Espagne, ce qui interdit tout calcul du pourcentage d’augmentation. Les salaires étant en général liés aux prix, l’augmentation des uns entraînent à plus ou moins longue échéance celle des autres. Nos résultats se trouvent confirmés.

148Le médecin français, employé temporairement, est mieux rémunéré que le chirurgien espagnol engagé à plein temps. Mais il est nourri et logé. L’écart entre les différents salaires est mesurable approximativement : le salaire du pharmacien de l’hôpital est presque 6 fois inférieur à celui du chirurgien en 1715. N’oublions pas cependant que l’un et l’autre bénéficiaient d’avantages en nature puisqu’ils vivaient à l’hôpital. Celui du berger est au moins 7 fois inférieur à celui du chirurgien. La rémunération du manœuvre en 1719 est sans conteste bien au-dessous du salaire versé au chirurgien, même si une année sépare ces deux salaires. Sa rétribution est 2,5 fois supérieure à celle du berger. La hiérarchie des salaires est la suivante : médecin d’abord, pharmacien ensuite, compte tenu qu’il est logé, nourri, blanchi et que le salaire est celui de 1715, puis manœuvre, ensuite berger. Le travail qualifié est donc mieux rétribué que le travail ne demandant pas de formation particulière.

149Puisque nous avons une idée de la fourchette des rémunérations, penchons-nous sur les prix du quotidien, offerts par le journal du père Ximénez. Disposant d’un certain nombre de tarifs, il sera davantage possible de déterminer le pouvoir d’achat du manœuvre. Commençons par l’examen des rémunérations. Utilisons les valeurs légales — la monnaie de compte — pour transformer les divers salaires en aspres, puisque le salaire journalier du berger — un peu plus de 18 aspres — se situe au-dessous d’un témin (29 aspres).

Rémunérations84 et pouvoir d’achat du manœuvre

  • 84 Dans les tableaux, les prix donnés, calculés en aspres, sont indiqués en italique.
  • 85 Originaires de la région de Biskra, les « Biscri » ou « Biscara » se trouvaient au bas de l’échell (...)
  • 86 Ce qui a été effectivement exécuté contre les boulangers, comme nous l’avons exposé précédemment l (...)
  • 87 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, Loysel, 1992, p. 80.
  • 88 Seuls, le pain, le savon, le beurre et le miel auraient été taxés.

150Remarquons (tableau 71 page suivante), grâce à la conversion en aspres, que le manœuvre a reçu pour toute une journée de travail presque deux fois moins que le prêtre qui a servi la messe et presque sept fois moins que celui qui l’a dite. Presque trois fois et demie moins que la jeune femme noire qui a préparé un bon repas aux trinitaires, plus de treize fois moins que le musicien rencontré sur la route de Blida et presque trente-sept fois moins que la caravana qui a déménagé en deux heures la cave de l’hôpital, bien qu’il faille penser que cette somme a été partagée entre tous les acteurs. Enfin, plus de quatre-vingt une fois et demie moins que lorsque ces hommes transportaient l’argent de la rédemption. Nous pourrions vraiment nous interroger sur le pouvoir d’achat du manœuvre, du Biskri85, si nous ne savions que « c’est un usage assez reçu chez les mahométans, mais particulièrement à Alger, de taxer les denrées comme le pain, le vin, les légumes et généralement les autres choses nécessaires à la vie, qui se vendent en détail. Aucun marchand n’oserait outrepasser le prix, de peur de s’exposer à de rudes peines86. Ce prix est augmenté ou diminué, selon l’abondance ou la disette, les saisons ou les conjonctures87 ». Lemnouar Mérouche, s’appuyant sur un document ottoman, récuse certains termes de cette affirmation88. Ce désaccord nous incitera davantage à nous pencher sur les prix recueillis dans le journal, tout d’abord sur ceux de la nourriture (tableau 72 page ci-contre).

Tableau 71. — Rémunérations en 1719

Tableau 71. — Rémunérations en 1719

Tableau 72. — Prix fournis pour la nourriture par le père

Tableau 72. — Prix fournis pour la nourriture par le père

Prix de la nourriture

  • 89 La piastre courante valant 696 aspres, selon Laugier de Tassy — (p. 150 de son ouvrage) —, le quar (...)

151Un veau coûtait 278 et 313 fois le prix d’un pain et le poisson entier 232 fois ce prix, tandis que la perdrix atteignait 4 fois sa valeur. Le coût d’un pigeon s’élevait à 9 fois un pain. Or le manœuvre gagnait en une journée de quoi acheter 10 pains environ. Il aurait pu acheter cinq pains et une perdrix, ou deux pigeons, ou encore un pain et demi et 600 g. de congre. Par lune — par mois lunaire — il gagnait environ 1510 aspres, soit un peu plus de 2 piastres courantes : pas même le prix d’un veau. Si nous nous reportons aux prix que nous avons rencontrés dans le Libro de gastos, la semoule, le couscous, le riz à 24,3 aspres la livre, le bœuf accompagné de légumes à 145 aspres étaient encore à sa portée. Mais l’acquisition d’un morceau de savon nécessitait d’avoir un témin, comme l’entrée au hammam, c’est-à-dire 29 aspres89. Cette somme représentait plus de la moitié d’une journée de travail. La livre de miel — 464 g — à 64 aspres (2,2 témins), la livre de sucre à 5 témins — 145 aspres — la livre de dattes à 34,8 aspres soit 1,2 témin, étaient déjà un luxe.

  • 90 Libro de gastos, 30 de abril de 1714. « 3 años al cirujano se pagó que hazen 502 pessos sin inclui (...)

152Voilà une première approche de la réalité économique au quotidien, mais nous pouvons encore préciser le contexte en regardant de près les autres prix : le prix de ce que nous appellerions aujourd’hui une nuit d’hôtel. Celui de ce que nous appelons le loyer de la liberté et que devait payer un esclave pour ne pas dépendre de son maître, pour exercer une activité, comme le fit l’un des chirurgiens de l’hôpital90. Enfin le montant de quelques taxes, impôts et achat de matériel.

Logement du voyageur

  • 91 RR. PP. Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)

153La différence est immense entre une chambre nue au fondouk pour passer un jour et une nuit sur une natte et la location du palais de la Reine ou casa de la limosna, pour le temps d’une rédemption (tableau 73 page précédente page précédente). Belle demeure que décrit le père Comelin, résidence des ambassadeurs en mission91 ; types extrêmes des lieux de séjour du voyageur. Si nous prenons en compte la durée de la rédemption soit soixante-douze jours, la location par vingt-quatre heures du palais des ambassadeurs revenait à 966,6 aspres, c’est-à-dire 241,6 fois le prix du fondouk pour la même durée.

Le loyer de la liberté

154Les esclaves, qui avaient un métier ou qui voulaient exercer une activité, avaient la possibilité de se soustraire à la tutelle de leur patron. Moyennant une redevance, ils pouvaient exercer la médecine, fabriquer des outres, tenir une taverne par exemple. Nous avons rassemblé dans le tableau ci-dessous les sommes payées (tableau 74 page précédente).

155Le tarif courant du prix de la liberté se tenait entre 1 et 1,5 peso, soit 24 à 36 témins par lune, donc 24 ou 36 aspres par jour ou, grossièrement, la moitié du salaire journalier du manœuvre, voire — plus rarement — au-delà et jusqu’à 144 aspres par jour, ce qui représentait presque trois fois ce salaire.

Impôt par lune payé par les prostituées au Mezouard92

  • 92 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 146. « Le mezouard est (...)

156Le journal indique le montant de l’impôt dont étaient redevables les « femmes de mauvaise vie » (tableau 75 page ci-contre).

Tableau 73. — Prix du fondouk et du logement des rédempteurs

Tableau 73. — Prix du fondouk et du logement des rédempteurs

Tableau 74. — Loyer de la liberté

Tableau 74. — Loyer de la liberté

Tableau 75. — Impôt payé par les prostituées

Tableau 75. — Impôt payé par les prostituées

Tableau 76. — Taxes perçues sur les esclaves libérés

Tableau 76. — Taxes perçues sur les esclaves libérés

157Suivant leur jeunesse et les critères de beauté de l’époque, critères que nous ignorons, les prostituées versaient au dey en décembre 1719 un impôt qui, calculé à la journée, allait de 18 aspres à 96 aspres : presque deux fois le salaire journalier du manœuvre pour les mieux loties. Quant aux moins favorisées, le salaire du manœuvre représentait près de trois fois l’impôt qu’elles auraient versé par jour si telle avait été la règle.

158Si les prostituées acquittaient un impôt mensuel, les esclaves rachetés, eux, devaient régler des droits avant d’être libérés.

Taxes perçues

Droits payés pour chaque esclave racheté

  • 93 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 168. « D’une manière ou (...)

159Le salaire du manœuvre, rapproché des taxes payées pour chaque esclave libéré au gardien du bagne en 1718, était au minimum 231 fois inférieur à ce prix. Quant au tarif des droits des portes, il était plus de 943 fois supérieur93. À ces droits payables par tous (tableau 76 page précédente), s’ajoutaient les sommes du rachat dont voici les prix.

Prix de rachat des captifs

  • 94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 13 « Oy se fue la redempción de nuestra (...)

160Nous connaissons le prix de cent quatre-vingt-quinze captifs — chiffre fourni par le père Ximénez94 — rachetés en 1718, sur les deux cent soixante-sept que la rédemption aurait emmenés (tableau 77 page suivante). Le captif du beylik coûtait ordinairement 225 pesos. Nous retrouvons ce montant jusqu’en 1723. Les prix au-dessus de ce tarif concernaient comme nous l’avons vu les esclaves vendus par les particuliers. Les prix les plus élevés s’appliquaient aux esclaves attachés à la maison du dey ou qui appartenaient aux dignitaires, estimés avoir une grande valeur, soit à cause de leur rang, soit à cause de la richesse qu’on leur prêtait, soit, quand il s’agissait de femmes, à cause de leur jeunesse. Les captifs revendus à bas prix, parfois simplement pour le montant des droits de porte (40 pesos), étaient souvent ceux dont on souhaitait se débarrasser, à cause de leur inaptitude au travail, quelle qu’en fût la raison : résistance ou usure du corps. La fourchette des prix était donc large : 115 à 3 000 pesos. Malgré tout l’esclave était un objet de luxe que seuls les riches pouvaient s’offrir. Comparons avec les prix de 1720 (tableau 78 page ci-contre).

Tableau 77. — Prix des captifs en pesos ou pataques en 1718

Tableau 77. — Prix des captifs en pesos ou pataques en 1718

Ces résultats seront plus significatifs sous une forme graphique : figure 26 page suivante

Figure 26. — Prix des captifs en 1718

161En 1720 nous constatons une différence : même si le prix de rachat du captif se maintient à 225 pesos, les prix sont, en plus grand nombre, inférieurs à cette somme. Le graphique (figure 27 p. 446) montre la variation, mais le compte-rendu de la rédemption, faite par le père, manque de rigueur ; nous ne savons pas exactement quel est le nombre d’esclaves rachetés, ni le prix de tous les captifs, puisque folio 100 le père écrit : « On a racheté aux particuliers à différents prix les [captifs] suivants » : 59 au total.

Tableau 78. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720

Tableau 78. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720

a. Le mot « forzosos » était le terme qui désignait les esclaves que les rédempteurs avaient l’obligation d’acheter. En général, ceux qui n’étaient plus rentables au travail, le père dit en avril 1720, fol. 95-96 « El Rey les hizo fuerza en que avían de llevar diez y seis de los impedidos, y que no aprobechan para el trabajo ».

Figure 27. — Prix des captifs en 1720

  • 95 Porres Alonso, Bonifacio. Libertad a los cautivos. Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, t.  (...)

162Les trinitaires rachetèrent moins de personnes en 172095. Les Rédempteurs n’avaient-ils plus les mêmes moyens en 1720 ou bien le nombre des esclaves à Alger avait-il baissé ? Quoi qu’il en soit il est certain que les particuliers et le dey voulurent se défaire des esclaves dans l’incapacité de travailler ou qui se faisaient tirer l’oreille. En effet, les prix les plus bas touchaient d’abord les esclaves du beylique et 20 esclaves de particuliers, tandis qu’en 1718, le premier prix s’élevait à 115 pesos : plus de deux fois celui de 1720. La monnaie du pays s’était-elle à ce point dévaluée pour que le prix de l’esclave en pesos espagnols soit si favorable aux rédempteurs ? Car même les esclaves de la maison du dey furent moins bien vendus qu’en 1718. Un cuisinier du dey vendu 3 000 pesos en 1718 ne coûtait que 1 000 pesos en 1720 : trois fois moins. Si nous cherchons à préciser le prix moyen du captif, en nous fondant sur nos données, incomplètes malheureusement, nous obtenons 367,9 pesos en 1718, contre 191,5 pesos environ en 1720 ; presque deux fois moins. 1720 année de forte dévaluation, dit le père. Malgré la baisse de moitié du cours de l’esclave, ces prix, comparés au salaire du manœuvre, restaient très élevés.

163L’activité portuaire de la régence ne se bornait pas à la course dont les captifs étaient un produit. Les droits perçus sur les navires en témoignent (tableau 79 page suivante).

Droits perçus sur les navires

164Anglais et Français avaient passé des accords commerciaux avec la régence, de sorte que leurs navires payaient la moitié des droits d’ancrage exigés de toute autre embarcation, qui équivalaient à presque 544 fois pour les uns et 1 088 fois pour les autres le salaire du manœuvre. Le dey percevait aussi une taxe à la journée sur les bateaux qui demeuraient dans le port. Elle correspondait à peu près à 13,5 fois le salaire du manœuvre. C’était donc de l’activité commerciale et portuaire que la régence d’Alger tirait une partie de ses profits les plus élevés. Nous pouvons ainsi mesurer les moyens dont disposaient les détenteurs des salaires les plus bas : le berger et le manœuvre.

165Dans le cadre de l’activité marchande, on achetait aussi du matériel et l’on nolisait des bateaux. Voici ce que valait un bateau, une voile et l’affrètement d’une tartane (tableau 80 page suivante).

166Une embarcation coûtait une fortune, c’est pourquoi la capture d’un navire était une aubaine, tant pour le bâtiment lui-même que pour son chargement. Aubaine dont les trintaires profitaient en rachetant à prix avantageux des produits de la prise. Ainsi le père Ximénez signale-t-il que le poisson acheté — la « corbina » — provenait de la vente du butin d’un corsaire. Les chiffres sont tels, qu’il serait vain de calculer combien de journées de salaire du manœuvre il faudrait pour acquérir un bateau.

167Quant au coût du fret, nous le connaissons, grâce au texte du père Comelin qui faisait partie de la rédemption française. En décembre 1719, il nolise une tartane d’Agde à Mahon, pour Marseille, au prix de 1 000 livres, qui font — puisqu’il dit qu’une pataque chique (232 aspres) fait 25 sols et le tiers d’une piastre — 13,3 pesos, soit 320 témins ou 9 280 aspres.

Tableau 79. — Droits perçus sur les navires

Tableau 79. — Droits perçus sur les navires

Tableau 80. — Achat de matériel

Tableau 80. — Achat de matériel
  • 96 Ximénez, fr. Fr. Viaje de Argel. Año de 1719. febrero, 14 « pues deve tener según su estilo diez o (...)
  • 97 Viaje de Argel, año de 1719, diciembre, 1 « Sólo en los hornos donde se cueze el pan tienen obliga (...)
  • 98 Viaje de Argel, año de 1719, mayo, 19 « Se compró una corbina que es un pescado llamado assí que p (...)

168Pour tout dire, seuls, le salaire journalier du manœuvre, l’alimentation au détail — certains produits au détail étant taxés — une chambre au fondouk, un passage au hammam se trouvaient à portée de l’un des salaires les plus bas. Il s’élevait pour le manœuvre — rappelonsle — à une dobla de asperos, soit cinq cuartos d’Espagne ; un peu plus de 51 aspres, voire en 1719 à 57 aspres, assez pour acheter dix pains de dix onces96 — 290 grammes — à cinq aspres l’un97, ou 730 grammes du poisson bon marché dont le père dit que « c’est un poisson... qui devait bien peser trente sept livres et demie [17 400 g.] et [qui] a coûté cinq pataques, qui font un peso et demi, chose extraordinaire98 ». Ou encore deux pigeons ou quatre perdrix, ou bien la cinquante et unième ou cinquante-huitième partie d’un veau. C’est dire que l’on pouvait peut-être vivre à Alger avec peu d’argent, mais aussi que le gain des journaliers était minime : il était même inférieur aux aumônes que donnaient les trinitaires et au-dessous du prix de rachat d’objets religieux, comme le montrent les tableaux 81 et 82 page suivante.

169Il est évident que tout cela dépasse largement le salaire journalier du manœuvre, mais qu’en était-il des aumônes faites par les trinitaires ?

170Les aumônes étaient de l’ordre du peso et, d’après le Libro de Gastos, elles n’étaient jamais inférieures au réal d’argent, car pour les trinitaires une « dobla de asperos » ; cinq « cuartos » d’Espagne, n’étaient vraiment rien. De quoi seulement améliorer sans trop d’excès un repas de survie qui revenait à deux « quartos » de Castille (à peu près 11 aspres) et qui se composait de pain noir et de petit-lait. La pauvreté, voire le dénuement, touchait comme partout ailleurs une partie de la population de la régence.

Tableau 81. — Rachat d’objets du culte

Tableau 81. — Rachat d’objets du culte

Tableau 82. — Aumônes

Tableau 82. — Aumônes

Les Biskris et l’économie à l’intérieur du pays

  • 99 Laugier de Tassy. Histoire du Royaume d’Alger, Paris : éd. Loysel, 1992, p. 93.
  • 100 Ximénez, fr. Fr. Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », (...)
  • 101 Bloch, Marc, « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Col (...)

171Les Biskris, auxquels appartenait le manœuvre dont nous avons tenté d’évaluer le pouvoir d’achat, gagnaient par jour, si nous nous en tenons aux affirmations du père, de quoi acheter un peu plus de deux repas de survie, composés de pain noir et de petit-lait. Mais, quel était réellement le pouvoir d’achat d’un Biskri, portefaix ou manœuvre ? De ces Biskris ou Biscaras, qui venaient « ... du sud du royaume de Labez... où il y a toujours garnison pour contenir les habitants de cette province, qui campent sous des tentes. Le pays est fort misérable — dit Laugier de Tassy —. Ce sont les Biscaras qui apportent dans les ports de mer du royaume d’Alger, les lions, les tigres, et les autres bêtes féroces qu’on trouve domestiquées, et ils les vendent aux étrangers qui veulent en avoir. Il y a toujours à Alger un nombre de ces arabes... qui y viennent pour faire les plus vils ouvrages. Ils charrient de l’eau dans les maisons, ils nettoient les lieux, les puits, ramonent les cheminées, portent les fardeaux ; et lorsqu’ils ont gagné une dizaine d’écus, ils retournent chez eux, où ils sont regardés comme très riches, l’argent y étant presque invisible99 ». Le père dit des Moros Pisgres, des Biscaras qu’« Ils s’emploient dans des petits métiers et on les appelle ainsi parce qu’ils sont originaires de Biskra ; ils se traitent bien misérablement et chaque année quelques-uns de leurs parents viennent et eux s’en vont et l’année suivante ils font l’échange, afin de ne pas perdre le gain que représentent pour eux les tâches qu’on leur donne à faire100 ». Ces gens allaient et venaient entre leur région d’origine et Alger, se remplaçant mutuellement, puisqu’ils étaient interchangeables. Ces gens pour qui le groupe comptait se trouvaient au bas de l’échelle sociale à Alger. S’ils se contentaient de peu, c’est que la richesse — ce que les occidentaux entendaient par richesse — ne leur était pas familière, car ils vivaient dans leur région à l’écart des courants monétaires, où les biens en nature avaient plus de valeur que l’argent : c’était une économie des besoins, puisque l’argent y était « presque invisible ». Néanmoins, ils pratiquaient un système qui leur permettait de ne pas rompre les liens avec le groupe, tout en participant à l’économie de marché, aux échanges : ils rentraient au pays pour un an, un autre membre du groupe prenait leur place et amenait avec lui un certain nombre de marchandises à vendre aux étrangers. Ils se procuraient ainsi comme tous les migrants un volant de monnaie qu’ils réinjectaient dans l’économie de leur groupe sinon de leur région. On peut donc se poser la question de savoir s’il s’agissait vraiment d’une économie fermée, c’est-à-dire d’un groupe qui entendait « “vivre du sien”, un régime où les échanges, sans peut-être être tout à fait absents sont rares et considérés comme mauvais101 », ce que laisse entendre la description de Laugier de Tassy. Mais l’utilisation de la monnaie ne suppose-t-elle pas l’existence d’un marché ? Par ailleurs, les trois beys auraient-ils pu apporter à dos de bêtes de somme l’impôt récolté en monnaie sonnante et trébuchante, si elle n’avait circulé dans les campagnes ? Le bey de Titire livra 7 charges, celui du Levant 26 charges et celui d’Oran 24 charges en 1719. Certes, les prélèvements en nature existaient et les marchandises étaient très certainement revendues pour fournir le trésor en pièces que l’on pesait. Mais une telle quantité de pièces ne pouvait être réunie que si la monnaie circulait dans les campagnes plus qu’on a pu le penser. De plus, il semblerait que ces gens de Labez ne se résignaient guère à leurs conditions de vie, puisqu’il fallait les contenir : la révolte couvait en permanence.

  • 102 RR. PP. Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des ca (...)

172Cela dans un certain contexte politique et économique, étant donné que la régence entrait en guerre avec le Maroc en 1719 et que la peste venant du Caire gagnait l’Ouest. Mais surtout, la famine de 1715, la peste de 1717, ainsi que le tremblement de terre qui se produisit à Alger le 3 février de l’année précédente102, avaient déjà décimé la population des villes et des campagnes, provoquant la misère encore présente en 1719-1720. Années de hausse des prix, d’affaiblissement de la monnaie, de mutation : de circulation monétaire déréglée pendant lesquelles la régence subissait comme les autres pays la loi du marché international, celle de l’offre et de la demande, si bien que cours commercial et cours légal ne devaient pas trop s’écarter, du moins dans les échanges extérieurs, car les variations de la monnaie circulant à l’intérieur du pays restaient limitées.

  • 103 La France en 1714-1715 dévalue ou renforce sa monnaie. Archives communales de la ville de Marseill (...)
  • 104 Merouche, Lemnouar. Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1 (...)

173Pour conclure, malgré le caractère quelquefois imprécis des données, leur faible nombre dans le journal, l’absence de séries de chiffres significatifs surtout, qui auraient permis d’analyser avec précision la situation économique, nous pouvons emboîter le pas au père Ximénez et affirmer que les années 1718-1720 ont été des années « d’empirance », car la monnaie avait perdu de sa valeur ; elle était moins cotée sur le marché européen. Cependant, la régence était logée à la même enseigne que les pays d’Europe : les mutations-dévaluations ou renforcements de la monnaie n’étaient pas rares, ni propres à la régence d’Alger103. Nous pouvons ajouter que, grâce à la comptabilité de l’hôpital — le Libro de gastos —, nous avons défini le baromètre des valeurs ; la monnaie de compte et essayé de déterminer, avec moins de certitude il est vrai, le rapport existant entre les diverses monnaies. Ce document nous a conduite à approcher le prix des produits et à constater qu’effectivement le manœuvre et les plus pauvres n’auraient peut-être pas survécu sans la taxation de denrées vendues au détail, information qu’apporte Laugier de Tassy. Les données économiques issues du Diario de Argel, très utiles pour soulever le voile sur cette période, ne peuvent s’interpréter qu’éclairées par d’autres sources, à cause de leur aspect fragmentaire. Mais il ne faut pas oublier que l’économie ne faisait pas partie du projet du père : elle surgit sous sa plume tout naturellement au fil de la vie quotidienne. Ces lacunes seront-elles comblées un jour ? À l’heure actuelle malheureusement les derniers travaux font état du manque de données et de sources pour ces années104.

Notes

1 Catálogo general de la moneda española, de Felipe V (1700) a Isabel II (1868), pièces castillanes, l’écu d’Espagne pesait alors environ 3,4 g.

2 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 150.

3 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo 1, fol. 146. « Las monedas que ay más usuales son una llamada asperos, que es de plata tan pequeña, que por ponderación suelen decir este aspero es como uñas. »

4 Ximénez fr. Fr., Diario de, año de 1722, tomo V, fol. 46. « Sucessos de Argel del año passado de 1720 », año de 1721. « Le encontraron con veinte y ocho asperos en la boca, que aun no llega a un tomín, que es la tercera parte de un real de plata ».

5 Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Sólo las monedas antecedentes [le sultanin et l’aspre] son las que he visto con el sello de Argel. Las demás son de España ».

6 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « También passan los zequines de oro de Venecia ; y las monedas de oro de Portugal, y quales quiera por el valor del oro y plata ».

7 Diario de Argel, tomo III, año de 1720, marzo, 31, fol. 64. « El p. Administrador fue a sacar la licencia y passaporte para que pueda venir la redempción de nuestra Provincia de Portugal, y le ha concedido el Rey de Argel menos el que el dinero aya de valer cada moneda de oro de Portugal a siete pessos corrientes de esta tierra, que es medio pesso menos de el valor intrinco en que están tasadas las monedas de oro de esta tierra ».

8 La rédemption du Portugal ne pouvait guère apporter de piastres mexicaines, monnaie d’Espagne. En revanche les mines d’or du Brésil, colonie portugaise, étaient au plus fort de leur production en 1720, selon Pierre Vilar. Or et monnaie dans l’histoire, Paris, Flammarion, 1974, p. 283-284.

9 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, tomo III, año de 1720, marzo, fol. 56. « Que siendo imposible que la limosna vaya en plata mexicana, se ha de recibir qualquiera plata al precio que corriere en España, sin poner tacha si es corta o larga. Concedido ».

10 Diario de Argel, tomo III, año de 1720, abril, fol. 82. « Y como dichos papazes no hallen moneda de España se les recibirá los doblones de Portugal a razón de siete pesos cada moneda de oro ».

11 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Capítulo I, fol. 146. « Toda la moneda de plata y oro passa en Argel y la más estimada es la mexicana y la llevan a Oriente para sus tratos y mientras más lexos, vale más ».

12 Il faut entendre, par « là-bas », l’Espagne.

13 Bloch, Marc, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, 1954, p. 53-54.

14 Ibid., p. 53.

15 Ibid., p. 24.

16 Hauser, Henri, Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1985, p. 35.

17 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, marzo, 25 « A venido una embarcación de Alexandría a quien los Turcos llaman Escandería ».

18 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1718, diciembre, martes 6 « Se ha empezado a pagar a los particulares y ay algunas diferencias con los Turcos sobre la moneda porque algunos no quieren sino pesos de escandería que es una onza cabal y otros no quieren los reales de a quatro ».

19 Hauser, H., Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, chap. Les monnaies. Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1985, p. 34.

20 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, mayo. « Noticias históricas de los hospitales de Argel ». Cap. I. « Este aspero ha tenido varios precios, y nunca ha estado más baxo que aora ; porque setenta y siete asperos hazen un real de plata ».

21 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 150.

22 Hernández Andreu, Juan, coordinador, Historia monetaria y financiera de España, Historia económica, 1996, p. 17. « En toda moneda para apreciar su calidad se debía distinguir ley, peso y valor. La ley es el contenido de metal noble. Por tanto la ley indica el grado de pureza de las monedas. Esta se mide para las de oro en quilates y para las de plata en dineros. La aleación o mezcla de un metal con el oro o la plata recibe el nombre de liga. En la medida en que aumentaba la liga, es decir la proporción del metal menos noble, así disminuía la ley de la moneda ».

23 Bloch, M., « Esquisse d’une histoire monétaire de Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin 1954, p. 24. « Le marc avait une valeur différente selon les lieux. Le marc de Troyes, employé à Paris, pesait un peu plus de 244 g ».

24 Hernández Andreu, Juan, coordinador, Historia monetaria y financiera de España, Historia económica, 1996, p. 16. « La unidad de peso era el marco, equivalente a 230 gramos. Se dividía en 8 onzas y la onza en 24 dineros. El dinero a su vez, se dividía en 24 granos y el grano en 4 cuartos. La talla era el número de piezas que se obtenían por marco. Un aumento de éstas por marco significaba por tanto una disminución de su peso.
Para finalizar, respecto al valor de una moneda debemos distinguir :
1. El valor nominal o facial, que figura en el sello acuñado (por ejemplo, 8 reales) y que es determinado por la autoridad monetaria.
2. El valor intrínseco, que corresponde al precio del mercado del metal más los gastos de acuñación.
3. El valor equivalente en la unidad de cuenta. Por ejemplo, un real equivalía en Castilla a 34 maravedís ».

25 Ibid., p. 16. « medir el valor de la moneda en circulación. Todos los pagos podían establecerse en una unidad de cuenta y luego convertirse a su equivalente en las diversas monedas metálicas ».

26 S’agissait-il du thaler ?

27 Bloch, M. « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, 1954, p. 63. « Opération qui aboutit sur un marché donné à augmenter la quantité des instruments de paiement sans que la masse métallique se trouve en elle-même accrue ».

28 Vilar, Pierre, Or et monnaie dans l’histoire, Paris, Flammarion, 1974, p. 267.

29 Bloch, M. « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, 1954.

30 Hamilton Earl, J, Guerra y precios en España 1651-1800, War and prices in Spain 1651-1800, Cambridge, Mássachusetts Harvard University Press, 1947, p. 67 et ss.

31 Le terme pourrait paraître anachronique, mais en 1724, il est utilisé par Laugier de Tassy : voir note suivante.

32 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, p. 77. « Les habitants du Royaume d’Alger sont naturellement fort avares, et [qu’] ils ne font pas de difficulté de se reconnaître tels. Ils disent communément que lorsque les chrétiens veulent peindre un Algérien, ils représentent un homme à qui on bouche un oeil avec une piastre, pendant qu’on lui crève l’autre avec un couteau ; ce qu’il se laisse faire pour gagner la piastre ».

33 Bloch, M., « Esquisse d’une histoire monétaire de Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin, 1954, p. 5.

34 Laugier de Tassy, Histoire du royaume d’Alger, p. 177.

35 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1719, octubre 26 « Estos alcaídes cobran la garrama de su partido y la embían a Argel con los Beyes dos vezes al año. Y si el Rey es codicioso, o se ve en algún aprieto, embia a pedir a alguno de estos alcaídes diez o veinte mil pesos, y los embia sin escusa alguna, y si lo repugnara le quitara la cabeza ».

36 Diario de Argel. Año de 1719, octubre 18 « A venido el Jalifa de Poniente, y trahe de garrama diez y ocho cavallos y treinta cargas de moneda, y según dizen cada carga trahe dos mil pesos o patacas ». Venture de Paradis, Jean-Michel, Tunis et Alger au xviiie siècle, Paris, Sinbad 1983, p. 250. « En même temps les soixante mules qui portaient le tribut ont commencé à défiler, ayant chacune sur sa barde un sac de 2 000 piastres ».

37 La hausse des prix de l’immobilier pouvait aussi être liée à une demande très forte, puisque Alger se développait à cette période.

38 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1966. t. 2, p. 205.

39 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, Bouchène, 2002, p. 281.

40 En effet, les rédempteurs espagnols apportèrent dans leurs bagages en 1723, « tout le biscuit qu’on jugea nécessaire pour le retour de la rédemption (parce que à Alger, d’après ce qu’on nous a écrit, on ne pourrait s’en procurer, même à un prix excessif, à cause du manque de blé et de la famine dont on souffrait ». (Fr. Melchor Garcia Navarro, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), p. 46. « se puso prompto todo el biscocho que se juzgó necessario para la vuelta de la redención (porque en Argel, según nos escibieron, no se podría lograr, aun a precio excesivo, a causa de la carestía de trigo y de la hambre que se padecía) ».

41 Ximénez fr. Fr., Diario de Túnez, año de 1722, tomo V, fol. 46. Sucessos de Argel del año passado de 1720, año de 1721. « Le encontraron con veinte y ocho asperos en la boca, que aun no llega a un tomín, que es la tercera parte de un real de plata ».

42 Gil Farres, Octavio, Historia de la moneda española, Madrid, Gráficas ADRADOS, 1976, p. 70. « En tiempos de Felipe V las monedas más importantes del numerario español recibían en el extranjero denominaciones especiales que es preciso tener para identificar los dinerales respectivos : en oro 1/4 de pistole (1/2 escudo, durillo), 1/2 pistole (escudo), pistole (doblón, doppia), 2 pistoles (doblón de a cuatro o media onza), 4 pistoles (doblón de a ocho u onza).
En plata : piastra (real de a ocho), 1/2 piastra (real de a cuatro), piécette o peseta (real de a dos) y real (real de a uno) ».

43 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724. Paris, Loysel, 1992, p. 150.

44 Ximénez fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, abril, fol. 71. « Los Christianos de Baylique y Jochas se pagarán 1 000 zaímas que hazen 215 pesos ».

45 Comme le prouvent ces deux passages de récits de rédemptions faites à Alger et à Tunis par García Navarro, fr. Melchor, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), p. 293. « Pidió a quatrocientos pesos de España por cada uno. Estrañamos el exceso quando él ponderaba lamoderación. Procurando atraherle y reducirle con razones, hicimos memoria de los precios en Argel, ofreciéndole 225 pesos, que eran los que allí pagábamos por los cautivos de baylique, después de darnos veinte o treinta menos fuertes a 215 ». (Il [le dey de Tunis] demanda quatre cents piastres d’Espagne pour chacun. Nous nous étonnâmes de cet excès quand il prônait la modération. Pour essayer de le gagner et de le réduire par des arguments, nous lui dîmes les prix d’Alger, en lui offrant 225 pesos, qui fut ce que nous payâmes là-bas pour les captifs du beylik, après qu’ils nous eurent donné vingt ou trente captifs moins forts à 215 piastres.)
Autre exemple tiré du même ouvrage, page 301 : « Respondimos que el ánimo nuestro sólo podía llegar a dar 280 pesos de España por cada cautivo puesto a bordo y embarcado ». (Nous répondîmes que ne nous pouvions aller au-delà de 280 piastres d’Espagne pour chaque captif arrivé à bord et embarqué).
Ou encore, page 245 : « Por los esclavos de baylique, cobra el guardian baxi diez pesos de aquella moneda, que hazen siete de España, y en Argel lleba diez y siete de los nuestros ». (pour les esclaves du beylique, le gardien bachi perçoit dix pesos de cette monnaie, qui en font sept d’Espagne, et à Alger il prend dix-sept des nôtres.)

46 Laugier de Tassy. Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724. Paris, Loysel, 1992, p. 149.

47 Ibid., p. 150.

48 En 1720, 1 peso ferait 4,65 saïmes. Le peso valant 24 témins ou 696 aspres, une saïme ferait 149,68 aspres au plus.

49 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1720, octubre, 18, fol. 71. « Cada carga trahe dos mil pesos o dos mil patacas ». (chaque charge [apportée par le calife du ponant] contient deux mille pesos ou deux mille pataques.)

50 Les trinitaires rachetaient les objets de culte pris par les corsaires, pour ne pas les laisser aux mains des musulmans.

51 Garcia Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), Madrid, 1946, p. 246. « En Argel, un doblón de a ocho se reputa por diez y siete pesos de España, y muchos se regulan por diez y ocho ».

52 La piastre mexicaine était à 4,5 pesos, soit 108 témins.

53 Le père Comelin donne aussi des valeurs qui nous permettent de connaître le cours de la piastre courante d’Alger ou pataque gourde et celui de la piastre de Tunis par rapport à la livre tournois, monnaie de compte. En décembre 1719, le rédempteur écrit que « la pataque est environ vingt cinq sols de notre monnoye. » La pataque chique valant le tiers de la piastre courante cela fait la piastre à 75 sols. Sachant que la livre, monnaie de compte vaut toujours 20 sols, la piastre d’Alger vaut donc 3 livres 15 sols : la livre vaut donc 185,6 aspres, soit 6 témins et 11,6 aspres ; le rapport piastre courante / livre est de 3,75.
En février 1720, le père Comelin arrivé à Tunis écrit que « la piastre séviliane étoit pour lors de six livres dix sols de nôtre monnoye, et la piastre asprine de quatre livres quinze sols ». La différence de valeur entre la piastre de Tunis et la piastre d’Alger est d’une livre. Quant à la piastre sévillane, elle vaut trois livres cinq sols de plus que la piastre d’Alger, presque le double. Enfin le 29 avril 1722 le père Ximénez, alors à Tunis, donne l’équivalence suivante : « Il m’apporta cent cinquante et huit piastres d’aspres de Tunis qui font la somme de cent piastres d’Alexandrie ». Si la piastre d’aspres de Tunis conserve en 1722 la valeur de 1720 en livres tournois, nous pouvons évaluer la piastre d’Alexandrie [le peso de escandería] à environ 7,5 livres.

54 Navarro, fr. Francisco, Libro de gastos, 30 de noviembre de 1718 « aver gastado 6 487 pessos hasta noviembre de 1718 de los 12 026 recibidos añadiendo el exceso de la moneda por el maior valor que tiene en este país, resulta el alcance de 6 150 pessos de moneda de España ».

55 Nous avons décelé des erreurs. Certes, à l’époque le chiffrage précis, statistique, n’était pas un objectif. Néanmoins, le père administrateur emportait sa comptabilité et la remettait au responsable de la maison-mère qui la vérifiait. Certains administrateurs se firent tancer pour leur gestion peu rigoureuse. Gardons donc à l’esprit qu’il existe une marge d’erreur.

56 Libro de gastos del hospital de Argel, julio de 1718 « Ajustar cuentas con el cirujano por cuenta de su salario, sin incluir lo dado en Madrid_70 pessos de España que hazen tomines contándolos sólo a 24 ; 1 680 ».

57 Ici, il s’agit à n’en pas douter de la valeur de la piastre courante, valeur commerciale, puisque l’équivalent est donné en monnaie de compte. Il n’est pas facile de repérer s’il est question de la piastre courante d’Alger, monnaie de compte ou de la piastre d’Alger, valeur commerciale, ou encore de la piastre espagnole sévillane ou mexicaine.

58 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, un diplomate français à Alger en 1724, Paris, Loysel, 1992, p. 149.

59 1720 fut une année de crise monétaire, de dévaluation de la monnaie, selon le père

60 Ximénez, fr. F., Diario de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « ... dos pesos y medio y un tomín corrientes de Argel ; que aun no hazen dos pesos de España ».

61 Rappelons qu’en décembre 1719, le rédempteur écrit que « la pataque est environ vingt-cinq sols de notre monnoye. » La pataque chique valant le tiers de la piastre courante cela fait la piastre à 75 sols. Sachant que la livre, monnaie de compte vaut toujours 20 sols, la piastre d’Alger vaut donc 3 livres 15 sols.

62 Garcia Navarro, Fr. Melchor, Redenciones de cautivos en Africa (1723-1725), p. 46. « se puso prompto todo el biscocho que se juzgó necessario para la vuelta de la redención (porque en Argel, según nos escibieron, no se podría lograr, aun a precio excesivo, a causa de la carestía de trigo y de la hambre que se padecía) ».

63 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, Bouchène, 2002, p. 41.

64 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Otra moneda ay que llaman sultaníes la qual es de oro, y tiene el peso de un escudo de España, y el valor es de dos pesos y medio y un tomín corrientes de Argel ; que aun no hazen dos pesos de España ».

65 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1720, mayo, fol. 146. « Este aspero ha tenido varios precios, y nunca ha estado más baxo que aora ; porque setenta y siete asperos hazen un real de plata ; y el motibo, es por que los judíos y Moros, los an falseado, siendo ya mui raro el que se enquentra de plata legítimo, son de bronze ».

66 Lemnouar, Merouche, Recherche sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, Bouchène, 2002, p. 41.

67 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, agosto, 1 « Avrá unos quatro o cinco años, que sucedió un hambre tan grande en este Reyno y especialmente en Orán, que los Moros se quedavan muertos por los campos y las calles, sin que nadie los socorriesse, y me contaron los cautivos de Orán que acudían los Moros a ellos a que les diessen un bocado de pan de lo que les dava el Bey, con lo qual libraron algunos el que no pereciessen de ambre ».

68 Il s’agit probablement, non pas du biscuit cuit deux fois pour mieux le conserver, qui servait à approvisionner les navires, mais de celui « composé de fleur de farine, d’oeufs et de sucre ». Diccionario de Autoridades, Real Academia, 1726. Madrid, Editorial Gredos, S. A. 1969.

69 Le quintal faisait 100 livres castillanes et la livre castillane 464 g., mais, page 288 de son livre, L. Merouche indique que le quintal varie à Alger de 100 à 150 livres, tandis que la livre de légumes serait de 614,34 g. et la grande livre, utilisée pour peser le miel, le beurre et les fruits secs, serait de 921,51 g. Quant à la livre d’épicerie « poids le plus usuel » elle serait de 546 g. Le père ne précise nulle part le poids de la livre, si bien que nos calculs resteront approximatifs, faute de pouvoir trancher. Les commerçants utilisaient sans doute les mesures du pays, mais les pères pouvaient demander tant de grammes. Nous avons opté au départ pour la livre castillane, l’ouvrage de L. Merouche n’ayant pas encore été publié.

70 Lemnouar, Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, I, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, Bouchène, 2002, p. 288.

71 Esquisse de l’État d’Alger cité par Kaddache, Mahfoud, Algérie durant la période ottomane, Alger, Office des Publications Universitaires réimpression 1992, p. 215.

72 Porres Alonso, Bonifacio, Libertad a los cautivos, Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, 1997, cap. VII, Los hospitales trinitarios de Argel y, 177. « Económicamente se sostenían desde Madrid, donde había un administrador general nombrado por el provincial de Castilla y ministro de Madrid sus patronos ».

73 Ximénez, fr. Fr., Viaje de Argel, año de 1719, marzo, 31 « Pareze a querido Dios no sólo conservar sino aumentar los medios para la dilatación del hospital ».

74 Mateu y Llopis Felipe, La moneda española. Breve historia monetaria de España, Barcelona, 1946, p. 273. « Durante el reinado de Felipe V se dieron abundantes disposiciones sobre el valor de la moneda... se mandó poner corrientes las Casas de Moneda de Zaragoza, Barcelona y Valencia, y después la de Segovia, en donde se labraron muchas cantidades, siendo el ánimo del rey que esta moneda corriera igualmente en dichos reinos y en los de Castilla para que el comercio fuera igual en todos sus dominios, y se consumiesen los ardites, los dinerillos y otros géneros de monedas aragonesas, catalanas y valencianas ».

75 Ces prix sont un reflet de la situation monétaire en Espagne à ce moment-là. Stabilité de la monnaie par rapport à l’argent à Valence, mais situation monétaire aberrante en Castille. C’est pourquoi Philippe V s’est occupé particulièrement avec son conseil des questions monétaires.

76 Braudel F., Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme xve-xviiie siècles. Les structures du quotidien, Paris, A. Colin, 1979, p. 191.

77 Ibid., p. 224.

78 Libro de gastos, año de 1718, 30 de abril « Se compraron a primeros de diciembre del año passado 103 carneros, que se an pastado en dichos messes Enero, Febrero, Marzo y parte de Abril, de los quales se murieron 4, que importaron 14 patacas y se deben poner por gasto 112 t. más se pagaron de guardia en dichos messes al pastor 3 pessos y medio, (84 t.) ».

79 À l’exception du porc dont le prix est exorbitant en terre d’Islam par rapport aux autres prix. Le 25-12-1714 apparaît dans la comptabilité : cerdo, vaca, verduras, lymosna a un Christiano que trajo un presente = 178 témins 21 aspres. Or en juin 1715 nous trouvons : vaca, verduras_5 témins. Si nous comptons 2 pessos donnés au captif, cela ferait le porc à 125 témins environ.

80 Le terme mesura est sans doute l’hispanisation du mot arabe mizûra, voire du mot français mesure, soit 155 à 160 litres. Selon Lemnouar Merouche, p. 289, elle « faisait un peu moins de la charge de Marseille, (entre 155 et 160 litres) ».

81 Mais 2 aspres pour les tolbas, (les étudiants) ce qui va dans le sens de ce qu’affirme Laugier de Tassy quant à la taxation des prix — du pain par exemple — qui prenait en compte non seulement la pénurie ou l’abondance, mais aussi le revenu de certains groupes plus démunis.

82 Merouche, Lemnouar, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, éd. Bouchène, 2002, p. 70.

83 Merouche, Lemnouar, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, éd. Bouchène, 2002, p. 265, donne les valeurs suivantes : en 1712-1713, 50 aspres et 58 aspres en 1722-1734.

84 Dans les tableaux, les prix donnés, calculés en aspres, sont indiqués en italique.

85 Originaires de la région de Biskra, les « Biscri » ou « Biscara » se trouvaient au bas de l’échelle sociale. Ils exécutaient « les plus vils ouvrages » selon Laugier de Tassy et selon le père Ximénez.

86 Ce qui a été effectivement exécuté contre les boulangers, comme nous l’avons exposé précédemment lors de l’examen des peines.

87 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, Loysel, 1992, p. 80.

88 Seuls, le pain, le savon, le beurre et le miel auraient été taxés.

89 La piastre courante valant 696 aspres, selon Laugier de Tassy — (p. 150 de son ouvrage) —, le quart d’une piastre faisait 174 aspres, soit 6 témins. Le prix ordinaire du hammam où se sont rendus l’auteur et le consul de France était de 43,50 aspres, soit 1,5 témin. En 1718 le livre de compte de l’hôpital d’Alger, le libro de gastos, indique 1 témin, soit 29 aspres pour une entrée au hammam le 21 avril et le 20 juillet.
Mais le 13 mars de la même année pour l’entrée de 3 personnes, on paya 2 témins soit 58 aspres ou 19,33 aspres par personne. Le prix dépendait aussi du hammam plus ou moins luxueux où l’on se rendait.

90 Libro de gastos, 30 de abril de 1714. « 3 años al cirujano se pagó que hazen 502 pessos sin incluir la luna pagada a casa de Rey ». (On paya 3 années au chirurgien, soit 502 pesos, sans compter la lune payée à la maison du roi.)

91 RR. PP. Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, Paris, L.-A. Sevestre et P. F. Giffart, 1721-12, 169 p, p. 14-15.
Voir aussi Golvin, Lucien. Palais et Demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en-Provence, Édisud, 1988, p. 31-46. Cette description correspond à celle de Dar ‘Aziza.

92 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 146. « Le mezouard est le grand baillif et le lieutenant général de police... Il a inspection et plein pouvoir sur les femmes de mauvaise vie ; il en exige garame ou tribut, dont il paye tout les ans 2 000 piastres sévillanes au dey. »

93 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Paris, éd. Loysel, 1992, p. 168. « D’une manière ou d’autre, après que le prix convenu de la rançon de l’esclave est payé à son maître, on paye les droits suivants, qu’on appelle ordinairement les droits des portes. Savoir,
— 10 pour 100 sur le prix du rachat pour la douane.
— 15 piastres au dey pour droit appelé caffetan du Pacha.
— 4 piastres aux grands écrivains ou secrétaires d’État.
— 7 piastres au Rais de la marine, ou capitaine du port.
Outre ces droits, les esclaves du deylik sont obligés de payer 17 piastres pour les portes du bagne au bachi-gardien-bachi. »

94 Ximénez, fr. Fr., Diario de Argel, año de 1718, diciembre, 13 « Oy se fue la redempción de nuestra orden y llevan doscientas y sesenta y siete personas rescatadas del bárbaro poder de los mahometanos, entre relixiosos, eclesiásticos, mugeres, hombres y niños. Y otras cinco personas que se quedan que son dos renegados, un enfermo quebrada una pierna y otros dos que se quieren ir por otra parte y uno que se ha muerto ».

95 Porres Alonso, Bonifacio. Libertad a los cautivos. Secretariado trinitario, Córdoba Salamanca, t. 1, p. 523 donne le chiffre de 165 et le père Ximénez 163.

96 Ximénez, fr. Fr. Viaje de Argel. Año de 1719. febrero, 14 « pues deve tener según su estilo diez onzas ».

97 Viaje de Argel, año de 1719, diciembre, 1 « Sólo en los hornos donde se cueze el pan tienen obligación los horneros a dar un pedazo a cada tolba y si compran algún pan se le dan más barato que a los demás, de suerte que vendiendo cada pan a los demás en cinco asperos a ellos se lo dan en dos ».

98 Viaje de Argel, año de 1719, mayo, 19 « Se compró una corbina que es un pescado llamado assí que pesaría arroba y media y costó cinco patacas que hazen peso y medio, cosa prodigiosa ».

99 Laugier de Tassy. Histoire du Royaume d’Alger, Paris : éd. Loysel, 1992, p. 93.

100 Ximénez, fr. Fr. Diario de Argel, año de 1720. « Noticias históricas de los hospitales de Argel », Capítulo 1, fol. 144. « Se emplean en oficios humildes y son llamados así porque son naturales de Piscara ; éstos se tratan con mucha miseria y cada año vienen unos parientes suyos y se van ellos y al año siguiente se truecan para no perder el interés de las cosas donde los dan en que trabajar ».

101 Bloch, Marc, « Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe », Cahiers des Annales, Paris, A. Colin. 1954, p. 27.

102 RR. PP. Comelin François, Bernard Joseph et Philémon de la Motte, Voyage pour la rédemption des captifs, Paris, L.-A.-Sevestre et P.-F.-Giffart, 1721, 12o, p. 169 p. 15. « Le tremblement de terre arrivé le trois février 1716 a fort endommagé tous ces bâtimens, mais on les a si bien réparez qu’il n’y paraît plus ».

103 La France en 1714-1715 dévalue ou renforce sa monnaie. Archives communales de la ville de Marseille. Série CC. Impôt et comptabilité, article 1152. Par exemple, le 1-06-1715, le Conseil d’État fixe la valeur du louis d’or à 14 livres 10 sols et l’écu d’argent à 3 livres 12 sols 6 deniers et le 13-08-1715, il fixe le louis à 14 livres et l’écu à 3 livres 10 sols.

104 Merouche, Lemnouar. Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane, Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Paris, éd. Bouchène, 2002.

Table des illustrations

Titre Tableau 29. — Tribut versé par les beys en octobre 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 30. — Tribut versé par les beys en octobre 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau 31. — Impôt versé en 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 32. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1715
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Tableau 33. — Consommation de pain en pataques, temins, aspres en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 34. — Prix exprimés en patacas chicas
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 35. — Compte du folio 245
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 36. — Prix exprimés en pesos en 1715
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Tableau 37. — Valeur du « real de vellón » espagnol en 1712
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Tableau 38. — Valeur du peso en 1712
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 39. — Valeur du réal de huit en 1712
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 40. — Valeur du réal d’argent en temins en 1714, 1715, 1718
Légende a Le peso faisant 24 témins, 24 pesos valaient 576 témins. Or, 24 pesos + 1 réal d’argent font 579 témins, donc 579-576 = 3 témins. Le réal d’argent vaut bien 3 témins.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tableau 41. — Termes monétaires utilisés par le père
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 42. — Équivalences monétaires
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 43. — Dépenses mensuelles de janvier à novembre 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 44. — Rapport entre peso d’Espagne et monnaie de compte
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 45. — Valeur de la piastre
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 46. — Valeurs de la piastre en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 47. — Valeurs obtenues
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Tableau 48. — Valeur des monnaies en livres tournois
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 49. — Valeurs fournies par Laugier de Tassy en 1724
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 50. — Valeur du sultanin
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 51. — Consommation de pain en 1714
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Tableau 52. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1715
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau 53. — Consommation de pain en pataques, temins et aspres en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Figure 20. — Consommation de pain de l’hôpital en 1714
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 21. — Consommation de pain de l’hôpital en 1715
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 22. — Consommation de pain de l’hôpital en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 54. — Valeur du pan bizcocho
Légende * À l’époque, l’orthographe n’était pas fixée : nous trouvons indifféremment bizcocho ou vizcocho.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 55. — Valeur des différents pains à l’unité
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 23. — Dépenses de l’hôpital en 1714
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 24. — Dépenses de l’hôpital en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 25. — Dépenses des années 1714 et 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 56. — Prix du raisin
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 57. — Prix de la charge de charbon
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 58. — Prix du bois de chauffage
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 59. — Prix de la cola de azeite
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 60. — Prix de la livre de sucre
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 61. — Prix de la livre de chocolat
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau 62. — Prix du safran
Légende a. Le quintal variait de 100 à 150 livres à Alger.b. L’once, sous-multiple de la livre, dont le poids variait en fonction du produit.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Tableau 63. — Prix du tabac
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau 64. — Prix des légumes
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 65. — Prix du mouton
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau 66. — Tableau récapitulatif du prix du mouton
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 67. — Variation des prix
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Tableau 68. — Autres prix
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 69. — Autres ensembles de produits
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 70. — Salaires
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Tableau 71. — Rémunérations en 1719
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 72. — Prix fournis pour la nourriture par le père
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau 73. — Prix du fondouk et du logement des rédempteurs
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 74. — Loyer de la liberté
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau 75. — Impôt payé par les prostituées
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 76. — Taxes perçues sur les esclaves libérés
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 77. — Prix des captifs en pesos ou pataques en 1718
Légende Ces résultats seront plus significatifs sous une forme graphique : figure 26 page suivante
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 26. — Prix des captifs en 1718
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 78. — Prix des captifs en pesos et pataques en 1720
Légende a. Le mot « forzosos » était le terme qui désignait les esclaves que les rédempteurs avaient l’obligation d’acheter. En général, ceux qui n’étaient plus rentables au travail, le père dit en avril 1720, fol. 95-96 « El Rey les hizo fuerza en que avían de llevar diez y seis de los impedidos, y que no aprobechan para el trabajo ».
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Figure 27. — Prix des captifs en 1720
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 79. — Droits perçus sur les navires
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Tableau 80. — Achat de matériel
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 81. — Rachat d’objets du culte
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Tableau 82. — Aumônes
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/558/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search